Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Enseignement au temps des congrégations

 | 
Sarah A. Curtis

Deuxième partie. L'enseignement catholique sur la défensive 1870-1905

Chapitre 6. Construire un système scolaire catholique

Texte intégral

  • 1 Circulaires des Supérieurs Généraux de l'Institut des Petits Frères de Marie, (1817-1917) (Lyon, 1 (...)
  • 2 Sur le ralliément, voir John McManners, Church and State in France, 1870-1914 (Londres, 1972).

1« Dans ce siècle, écrit à ses religieux le supérieur général des Frères Maristes, en 1881, la soif du savoir n'est égalée que par la soif de l'or. Il faut de l'instruction à tout prix. Toutes les extravagances sont débitées sur ce thème, comme s'il était indispensable à l'agriculteur de savoir la littérature et au comptable de connaître le dessin et la chimie. Mais, admet-il l'idée est en vogue. Les administrations y poussent. Impossible de ne pas suivre le courant, au moins en partie »1. Les défis lancés aux congrégations enseignantes, durant les deux dernières décennies du xixe siècle, sont plus vastes que ceux simplement de la nouvelle législation scolaire, en particulier quand la guerre scolaire s'atténue et que les catholiques se « rallient » à la République après 18902. Elles se trouvent aussi face à une société changeante dans laquelle l'éducation religieuse semble avoir cédé le pas aux objectifs séculiers. Pendant la plus grande partie du xixe siècle, les congrégations enseignantes se sont spécialisées dans la tâche de fournir à un prix modique aux écoliers français une éducation de base, religieuse et morale, dans le but de remplir leur mission fondamentale d'évangélisation. Mais dans les années 1880-1890, ce produit n'est plus satisfaisant. Pour rester compétitives, les congrégations enseignantes doivent offrir aux élèves un enseignement qui puisse rivaliser avec un système gouvernemental en expansion rapide. Pour ce faire, elles créent un système parallèle de programmes et d'examens qui copie plus qu'il n'innove. En même temps, elles refusent de sacrifier leur attachement traditionnel à l'éducation religieuse qui, vers la fin du siècle, leur apparaît plus nécessaire que jamais.

2Les congrégations doivent également entrer en compétition à l'intérieur de l'Église avec de nouveaux groupes, pour le contrôle de l'enseignement. Durant le Second Empire et auparavant, bien que les congrégations enseignantes se soient tournées vers les curés et les notables locaux pour obtenir un soutien financier et administratif, elles sont restées indépendantes de toute autorité extérieure, ecclésiastique ou laïque. Chargées par l'Église d'éduquer les nouvelles générations de chrétiens et fortement sollicitées par les populations locales, elles ont exercé leur mission selon leurs propres conditions. De fortes structures internes et un large soutien local leur ont permis de faire face avec succès au défi que leur lance la législation scolaire de la Troisième République. Durant les deux dernières décennies du siècle, elles font passer à leur personnel le brevet de capacité, désormais requis, elles continuent à s'assurer un recrutement satisfaisant et, soit elles défendent leurs écoles contre la laïcisation, soit elles ouvrent des écoles libres concurrentes dans la plupart des communes. Mais elles doivent aussi payer le prix de ces défis. La privatisation de leurs écoles oblige les congrégations à dépendre plus étroitement de la hiérarchie épiscopale et des laïcs chrétiens pour soutenir et fonder leurs établissements. Faisant face à un gouvernement hostile à l'Église, à de rapides changements sociaux et économiques et à une déchristianisation croissante, l'épiscopat et la bourgeoisie interviennennent plus facilement dans le domaine de l'éducation chrétienne des jeunes. À la suite des laïcisations, le maintien de l'enseignement congréganiste dépend d'une association, parfois difficile, entre les congrégations, le diocèse et les chrétiens laïcs. Pris entre des pressions opposées, l'enseignement congréganiste commence à céder la place à l'enseignement catholique, système plus unifié et plus uniforme qui est de plus en plus le reflet de sa contrepartie laïque.

Les comités pour l'éducation

  • 3 André Latreille, éd., Histoire de Lyon et du Lyonnais (Toulouse, 1975), 357.
  • 4 Les quatre archevêques sont : Ginoulhiac (1870-75), Caverot (1876-87), Foulon (1887-93), et Coulli (...)
  • 5 Les congrégations religieuses étaient divisées sur le point de savoir s'il fallait payer ces taxes (...)
  • 6 FM, Circulaires, vol. 7, 485 (1885), 286 (1886).

3La nouvelle interdépendance entre les congrégations enseignantes et le diocèse résulte principalement des problèmes créés par le financement du système d'écoles libres qui remplacent les écoles publiques congréganistes. Le diocèse de Lyon a l'avantage de posséder une forte bourgeoisie industrielle, catholique, prête à consacrer des ressources à l'enseignement chrétien. Dans la ville de Lyon, grâce à des laïcs chrétiens particulièrement actifs et généreux, les dépenses pour l'action sociale et les écoles chrétiennes sont souvent plus fortes que celles du budget public3. L'épiscopat reçoit également du sang neuf lorsque le Cardinal de Bonald meurt en 1870, après avoir été archevêque durant trente aimées. Entre 1870 et 1912, le diocèse a eu à sa tête quatre archevêques, dont trois ont la réputation de libéraux et exercent, dans le domaine éducatif, une action plus directe que les titulaires précédents4. Mais l'intérêt accru au niveau diocésain pour les écoles congréganistes est largement dû aux circonstances nouvelles résultant des lois Ferry. Privées de financement public pour leurs écoles, les congrégations enseignantes doivent trouver d'autres ressources pour les faire vivre comme écoles privées. Elles doivent aussi faire face au fardeau financier occasionné par une formation renforcée. En outre, en 1884, le gouvernement exige des congrégations religieuses une nouvelle taxe, basée sur leurs propriétés ; en 1885, cette taxe, difficile à percevoir, est remplacée par un impôt annuel5. « Nous sommes dans la nécessité de réclamer partout pour nos religieux un salaire convenable », écrit le supérieur général des Frères Maristes à un curé, en 1882, « afin de pouvoir faire face aux charges énormes qui pèsent actuellement sur notre Congrégation : nous sommes écrasés d'impôts ; nous devons entretenir à grands frais nos Juvénats, nos Noviciats et nos Écoles spéciales pour les études des Frères non brevetés ». Les congrégations enseignantes réagissent à la réduction du financement public en cherchant un supplément de cette aide privée qui a été l'épine dorsale de leur œuvre tout au long du siècle. Une année après cette plainte, le Supérieur général publie une circulaire demandant à ses frères de trouver des personnes prêtes à apporter leur aide, même par de petites sommes6.

  • 7 ASMR, 6 G 1, « Séance du 17 juillet 1898 ».
  • 8 ACSV, Province de France, Rapports du Visiteur général, « Rapport du Visiteur au T.R.P. Supérieur (...)
  • 9 AStJ, C L 10, le Curé de Luré à la Supérieure générale (1892).

4Dans certaines communes, le processus pour ouvrir des écoles ou les transformer en écoles privées n'est pas très différent des techniques employées avec succès durant le Second Empire. Le curé de Bourg-de-Thizy, par exemple, envisage de demander à M. Gauthier, « ce grand Patron des écoles libres », d'acheter un bâtiment pour l'école tenue par les Sœurs de l'Enfant-Jésus7. Cependant, les congrégations continuent à déplorer la même indifférence, envers leurs condition de vie et de travail, que celle qu'elles ont éprouvée durant tout le siècle. « Les fondateurs et bienfaiteurs de nos écoles », écrit le Visiteur des Clercs de Saint-Viateur, après avoir terminé ses inspections annuelles en 1897, « s'imaginent volontiers que le moindre logement, le moindre recoin, doit suffire à des religieux ayant fait vœu de pauvreté »8. Le curé de Luré (Loire), qui veut fonder une école congréganiste pour les filles en 1892, s'y prend à peu près de la même façon qu'il l'aurait faite quarante ans plus tôt : il trouve un bâtiment disponible ; il met de côté, « sou par sou », un petit capital pris sur ses propres ressources, pour subvenir à trois sœurs enseignantes ; et il trouve une pieuse paroissienne prête à offrir un salaire pour une sœur infirmière en plus. La seule différence, dans cette fondation de l'après-Ferry, est qu'il ne s'adresse même pas au conseil municipal pour obtenir de l'aide9. Les sœurs et frères enseignants comptent toujours sur la générosité des fidèles pour leur pain quotidien.

  • 10 ADR, 4 M 620, « Rapport du Comité » (1880). AAL, La Semaine religieuse : Revue hebdomadaire du dio (...)
  • 11 Cette moyenne est obtenue à partir des données pour onze années entre 1881 et 1904 : 1881-82 (138  (...)
  • 12 Les journaux apportèrent 78 % des fonds en 1881-82, 74 % en 1883-84, 64 % en 1884-85, 72 % en 1885 (...)
  • 13 AAL., La Semaine Religieuse, 2 (1881) : 296, 8. AFEC-Lyon, « Institut des Frères des Écoles Chréti (...)

5Toutefois, une part croissante de cette aide passe par les comités et les souscriptions, plutôt qu'à travers les donateurs individuels. Les écoles urbaines se trouvent confrontées à cette situation, plus que celles des zones rurales où la laïcisation traîne. Mais dans les villes du diocèse, la plupart des écoles congréganistes avaient été créées par contrat avec les municipalités, dans des bâtiments appartenant à celles-ci. Devant le besoin de nouveaux bâtiments et d'argent pour les salaires, des comités catholiques « de défense » se créent dans toutes les principales villes du diocèse. Le modèle en est le Comité des Écoles Libres, établi à Lyon en 1879, pour rétablir l'enseignement congréganiste, à la suite de la laïcisation des écoles publiques. Le comité lance aussitôt une souscription qui rassemble 133 484 francs au cours de la première année et les distribue aussi bien aux paroisses qu'aux Frères des Écoles Chrétiennes et aux Sœurs de Saint-Charles directement. L'hebdomadaire diocésain, La Semaine Religieuse, dont la publication commence en 1880, lance un appel pour trouver, en 1881, une aide supplémentaire de 50 000 francs en faveur de 21 des 33 écoles paroissiales lyonnaises10. Au cours des vingt années suivantes, le comité rassemble, en moyenne, plus de cent mille francs par an, pour aider les écoles catholiques de Lyon11. La part principale de ce financement, spécialement durant la première décennie, vient des souscriptions lancées par les journaux lyonnais, conservateurs ou cléricaux12. Les dons personnels et les ventes de charité apportent la plus grande partie des sommes restantes. À Saint Etienne, une souscription en faveur des écoles catholiques apporte 38 650 francs en 1881 et, à Givors, une quête pour soutenir l'œuvre des Écoles congréganistes rassemble 2 228 francs. À Roanne, les catholiques fondent un Comité des Écoles libres en 1882 et réunissent un capital de 80 000 francs en l'espace d'une année13.

  • 14 AFM-Rome, 603.016 01 Chazelles-sur-Lyon, le Frère Dacien à l'Assistant (1884). AFEC-Lyon, « Notes (...)
  • 15 ASMR, 3 F 3, « Statuts de l'Association des Écoles Libres d'Écoche » (1901).
  • 16 Cette association travaillait sur les mêmes principes que celle, très prospère, de la Propagation (...)

6Les communes plus petites essaient, au mieux de leurs possibilités, de suivre l'exemple des villes, en finançant des écoles libres congréganistes au moyen de souscriptions et de comités. À Chazelles-sur-Lyon (Loire), une quête spéciale d'Église, à laquelle 90 % des habitants participent, finance la nouvelle école bâtie par les Frères Maristes. Le Frère Pacifius, directeur de l'école de Saint-Bonnet-le-Château (Loire) de 1885 à 1888, forme un comité « destiné à maintenir les Frères en vue d'une laïcisation ». La Société Civile des Écoles Catholiques de Sainte-Foy-lès-Lyon (Rhône), créée en 1887, rassemble les fonds pour l'entretien des bâtiments pour les écoles congréganistes, y compris chauffage, paiement des salaires des maîtres, fourniture de cahiers et de livres aux élèves pauvres, achat des livres de prix, et paiement des impôts et assurances14. Les petites paroisses accueillent des dons de toute valeur. La Société des Écoles Libres d'Écorche (Loire) a différentes catégories de membres : à un, deux, cinq, dix, vingt, ou cent francs15. Mais les autorités diocésaines se rendent compte que la privatisation des écoles rurales, bien que moins urgente en raison de la lenteur de la laïcisation des écoles de filles dans les campagnes, est aussi plus difficile à financer. Le Cardinal Caverot envisage d'abord le lancement d'une souscription spéciale pour les écoles rurales, mais, conscient du trop grand nombre d'appels faits à la charité catholique, il recommande l'association déjà existante de Saint-François de Sales – qui demande à ses membres de donner chacun un sou par mois – comme collectrice de fonds pour les écoles de campagne16.

  • 17 AAL, La Semaine Religieuse, 11 (1885) : 10.
  • 18 Laperrière, 33. Élisabeth Hardouin-Fugier, Voir, Revoir Fourvière (s.l., 1988), 115.

7Toutefois, en dépit de la générosité des fidèles, l'argent reste juste. Les écoles congréganistes de Saint-Étienne subissent un déficit de près de 6 000 francs en 1884-85, en partie dû à l'ouverture de nouvelles écoles17. De plus, l'argent donné à l'enseignement chrétien n'est qu'une partie de l'aide charitable que sollicitent de la générosité des fidèles l'archevêque de Lyon et les curés, au cours de ces décennies. D'autres souscriptions sont lancées pour d'autres causes catholiques, telles que la Propagation de la Foi, le Denier de Saint-Pierre, et le diocèse construit une Université Catholique. En outre, entre 1876 et 1896, la construction de la basilique Notre-Dame de Fourvière à Lyon coûte 9 millions de francs, récoltés à travers des donations18.

  • 19 AAL, La Semaine Religieuse (1896) : 6. Un rapport diocésain estimait à 400 000 f. les sommes donné (...)
  • 20 Voir les budgets dans AAL, La Semaine Religieuse (1881-1904).
  • 21 AFM, « Les Annales de F. Avit », vol. 3 (Mornant).

8Le Comité des Écoles Libres distribue ses fonds sur une base paroissiale, selon les besoins. Strictement parlant, ces sommes s'ajoutent à celles qui sont réunies, à travers souscriptions et dons personnels, par chaque curé qui a la charge de soutenir financièrement une école de garçons et une école de filles par paroisse. Dans 27 des 36 paroisses lyonnaises, toutefois, le curé ne peut pas de lui-même faire face à toute la charge financière et il compte sur les subventions du Comité des Écoles Libres19. Soit qu'ils aient eux-mêmes trouvé les fonds nécessaires ou reçu des allocations du diocèse, ce sont maintenant les curés qui administrent les finances des écoles congréganistes lyonnaises, ce qui constitue un changement important par rapport à la période d'avant 1877 où les congrégations négociaient elles-mêmes leurs contrats d'enseignement avec la ville. Les seules sommes versées directement aux congrégations enseignantes par le Comité des Écoles Libres de Lyon sont celles qui concernent le chauffage et la distribution des prix20. Même dans les villages, les enseignants congréganistes, maintenant totalement dépendantes des efforts du curé pour trouver les finances, se rebiffent parfois contre son contrôle sur les dépenses. À Mornant (Rhône), les maîtres se plaignent : « M. le curé et son vicaire ont dû quêter dans la paroisse, ne réussissant pas à constituer un comité. Le montant de la quête est leur secret »21.

  • 22 Les Sœurs de Saint-Charles de Lyon (Annales de la Congrégation) vol. 2, 1874-1900 (Lyon, 1923), 61
  • 23 AFEC-Lyon, « Notes historiques », vol. 2, 579 ; vol. 3, 21. AFEC, « Circulaires instructives et ad (...)

9Une source de financement indépendante mais controversé, accessible aux congrégations enseignantes est la rétribution scolaire. Pendant le Second Empire, certaines congrégations ont demandé aux parents de payer des scolarités, bien que la plupart d'entre elles en aient exempté les élèves pauvres. Le vote de la loi du 16 juin 1881, qui rend gratuites toutes les écoles publiques en France, a une double conséquence pour les écoles congréganistes. Celles parmi ces écoles qui restent publiques, en raison de la lenteur de la laïcisation dans certains endroits, sont tenues de supprimer toute rétribution. Elles doivent rechercher d'autres sources de revenus. Par ailleurs, l'expansion du réseau d'écoles libres amène les congrégations à étendre l'usage des rétributions, alors qu'elles se démènent pour trouver de nouveaux moyens de financer les écoles soutenues par les catholiques. Après la laïcisation de 1879, les Sœurs de Saint-Charles ouvrent une école payante pour les filles de la classe aisée de Lyon, en vue de trouver de l'argent pour aider leurs autres écoles lyonnaises22. Les Frères des Écoles Chrétiennes, champions de l'école gratuite pour les pauvres, depuis leur fondation par Jean-Baptiste de La Salle au xviie siècle, se redonnent ce même objectif, dans le sillage de la laïcisation. Mais ils trouvent la réalité plus difficile à affronter que le principe. Bien qu'ils aient repoussé une demande du Comité des Écoles Libres de Saint-Étienne d'imposer une rétribution, ils acceptent, à Saint-Étienne et ailleurs, de solliciter des dons de la part des parents, pour autant que des enfants ne soient pas écartés de l'école pour raison d'impécuniosité. Certaines de leurs écoles, particulièrement celles qui donnent une instruction plus poussée ou de caractère technique, demandent en fait des rétributions. En 1894-95, ils ont dans le District de Lyon 703 classes, dont 421 sont gratuites, 153 payantes et 129 de nature mixte. Mais le Chapitre de 1897 déclare que « la rétribution scolaire, que de douloureuses nécessités ont forcé d'accepter provisoirement en tel ou tel endroit, n'est qu'un pis aller, que nous devons déplorer tout en le subissant »23.

  • 24 DEL, Comité d'inspection des écoles catholiques de Lyon, « Séance du jeudi 10 juin 1897 ».
  • 25 AStJ, C P1 La Pacaudière, Sœur St-Louis à la Supérieure Générale (1888).
  • 26 AAL, La semaine religieuse (1897) : 358. L'exemple ici cité était celui de Terrenoire, commune de (...)

10Les catholiques débattent avec ardeur s'il est sage d'exiger des scolarités dans les écoles congréganistes. Certaines congrégations et des groupes de laïcs déplorent que, dans les paroisses pauvres et dans les quartiers ouvriers, l'imposition d'une scolarité soit un obstacle à l'expansion de l'enseignement chrétien. Ils soutiennent, comme le Comité des Écoles Libres, que les parents trouvent déjà « les prétextes les plus futiles » pour retirer leurs enfants d'établissements « auxquels tant de parents et d'enfants sont si peu attachés », sans leur donner l'excuse supplémentaire de la rétribution scolaire24. Dans la paroisse de La Pacaudière (Loire), par exemple, l'enseignante congréganiste rapporte : « Mais toutes les mères nous disent : "Je tiens bien à vous donner ma fille, mais s'il faut payer, je ne le puis pas. Les années sont si mauvaises, le commerce ne va pas du tout" »25. Pour faire concurrence aux écoles laïques, beaucoup d'écoles congréganistes estiment qu'elles n'ont pas d'autre choix que de réduire ou éliminer la rétribution scolaire. Mais quand l'aide caritative en faveur des écoles catholiques commence à décroître vers le milieu des années 1890, des clercs et des chrétiens laïcs soutiennent que les frais de scolarité n'écarteraient pas nécessairement des élèves et que les écoles payantes éviteraient aux curés d'être à la recherche continuelle de fonds. Cet argument est plus probant pour les petites communes où la population soutient largement l'enseignement congréganiste ; il est plus difficile de garantir le succès des classes payantes dans les grandes villes, parfois anticléricales26.

  • 27 Louis de Vaucelles, « Le Nouvelliste de Lyon » et la Défense religieuse (1879-1889) (Lyon, 1971), (...)
  • 28 Gilbert Garrier, Paysans du Beaujolais et du Lyonnais, 1800-1970 (Grenoble, 1973), vol. 1, 464.
  • 29 Yves Lequin, Les ouvriers de la région lyonnaise (1848-1914) (Lyon, 1977), vol. 2, Les intérêts de (...)

11Vers la fin du xixe siècle, les zones urbaines du diocèse ont vu leur population croître, aux dépens des campagnes. La population de Lyon augmente de 17,5 % entre 1876 et 1891. En 1866, seulement 41,3 % de ses habitants sont nés dans la ville même27. Dans le Rhône, la répartition de la population entre la métropole lyonnaise et la campagne tout autour est estimée à 50,5 % contre 49,5 % en 1851, et à 71,3 % contre 28,7 % en 1911. L'exode rural atteint son maximum entre 1890 et 1900, quand la crise agricole provoque une vaste migration vers les villes28. Toutefois, la région doit subir aussi une crise industrielle, entre 1875 et 1900, quand le bassin houiller stéphanois s'épuise et que l'industrie de l'acier se déplace vers le nord-est de la France. Dès 1901, le département de la Loire est au quatrième rang en France pour le pourcentage de syndiqués, beaucoup d'entre eux étant des artisans installés qui se sentent menacés par les changements économiques29. L'urbanisation, aggravée par la dépression économique de la fin du xixe siècle, affecte l'enseignement catholique de plusieurs façons quelque peu contradictoires. Elle développe l'aide caritative en faveur de la classe ouvrière mais elle rend aussi plus probable le fait que cette aide soit liée aux intérêts conservateurs et industriels. La montée de la menace du mécontentement dans la classe ouvrière porte bon nombre de membres de l'élite à chercher des moyens de le combattre. Parmi ceux-ci, il y a le soutien à l'enseignement chrétien, perçu comme plus favorable aux relations traditionnelles entre classes sociales. De leur côté, les congrégations ont besoin du soutien financier et politique que ces personnes peuvent leur apporter.

  • 30 Un commissaire spécial, faisant son rapport au préfet du Rhône, les désigne comme membres des « pa (...)
  • 31 ADR, 4 M 621, « Société d'encouragement à l'enseignement libre et catholique » (s. d.).
  • 32 Société d'encouragement à l'enseignement libre et catholique, Le Travailleur chrétien (1888), 9, 4 (...)
  • 33 DEL, Société d'encouragement, « Séance du 12 octobre 1892 ». La société a quelque difficulté à fai (...)
  • 34 AAL, La Semaine religieuse 16 (1888) : 493-94. Société d'encouragement à l'enseignement libre et c (...)

12Un groupe de laïcs a cherché à utiliser les écoles catholiques pour soutenir leurs propres objectifs conservateurs : il s'agit de la Société d'Encouragement à l'Enseignement libre et catholique, fondée à Lyon en 1886 par quatorze membres de l'élite financière et commerciale de la ville30. Comme le Comité des Écoles Libres, la Société d'Encouragement est reconnue par l'archevêque comme groupe de soutien à l'enseignement catholique du diocèse, mais elle collecte et distribue ses propres fonds. Aux yeux de ses membres, le système de l'école républicaine « n'attaque pas seulement les intérêts religieux ; il devient menaçant pour notre commerce, notre industrie »31. Outre son soutien à l'enseignement catholique, cette société a pour objectifs la promotion d'écoles congréganistes payantes et l'adoption d'un « catéchisme d'économie sociale » qu'elle publie en 1888 sous de titre de Le Travailleur Chrétien. Ce manuel scolaire, dont la société distribue 10 000 exemplaires en 1889, enseigne la soumission à « la loi du travail » et au « principe d'autorité » comme devoir de l'ouvrier chrétien32. Le message diffusé par cet ouvrage est que « sans l'Évangile, la guerre sociale est inévitable »33. La Société est fortement persuadée aussi que l'enseignement catholique doit être payé par les parents et non par la charité, soutenant que l'éducation est une responsabilité parentale qui serait plus appréciée si elle n'était pas gratuite. Les ouvriers pourraient bien payer des scolarités s'ils dépensaient moins d'argent en alcool. De leur point de vue, les curés doivent encourager tous les parents non-indigents à contribuer, au moins pour une faible part, à l'instruction de leurs enfants34.

  • 35 La Société d'encouragement a moins de problèmes avec les Frères Maristes qui acceptaient d'utilise (...)
  • 36 DEL, Société d'encouragement, coupure du Salut Public, 28 novembre 1891. Cependant, le Comité des (...)
  • 37 DEL, Société d'encouragement, « Séance du 4 février 1891 » ; « Séance du 18 avril 1894 ». La Socié (...)

13Ces deux objectifs - la distribution du Travailleur chrétien et l'adoption des scolarités - provoquent des conflits avec les Frères des Écoles Chrétiennes, qui publient leurs propres manuels et dont les traditions interdisent les rétributions scolaires35. Les comptes rendus de la société déplorent sans cesse que cette congrégation enseignante refuse d'ouvrir des écoles payantes et répugne à adopter Le Travailleur chrétien, en dépit du soutien du Cardinal Foulon qui, en 1891, assiste à une assemblée de la Société et déclare que « la gratuité générale et absolue de l'école... est l'une des formes les plus dangereuses... du socialisme d'État »36. La Société d'Encouragement utilise ses fonds (allant de 6 800 francs en 1887 à 10 000 francs en 1889) pour soutenir les écoles qui se conforment à ses objectifs et elle inspecte les écoles qu'elle subventionne. Elle donne également de l'argent pour des bourses d'études et offre des prix pour encourager les catéchismes paroissiaux37.

  • 38 FM, Circulaires, vol. 8, 784 (1894). Dans le diocèse de Lyon, le principal comité soutenant les éc (...)
  • 39 DEL, Société d'encouragement, « Séance du 8 juin 1892 ».
  • 40 AAL, I.89, « Sixième assemblée générale des curés de Lyon » (1897).

14Les comités scolaires pour la défense des écoles catholiques comme la Société d'Encouragement, avec son propre objectif politique, et même les comités de collecte de fonds les plus inoffensifs sont un nouveau défi pour les congrégations enseignantes, spécialement celles des frères. « Ces Comités et ces Curés », écrit au supérieur général des Frères des Écoles Chrétiennes un gestionnaire travaillant pour les Frères Maristes, « se montrent parfois si exigeants qu'il devient impossible de les contenter »38. Les Frères Maristes, comme beaucoup de congrégations, ont comme politique de refuser les postes où ils « supplantent » d'autres frères enseignants, afin d'empêcher les comités scolaires et les curés d'opposer une congrégation à une autre39. Cette crainte n'est pas sans fondement. Le curé de Saint-Pothin de Lyon, ennuyé de la grande qualité des écoles laïques de sa paroisse, rappelle à ses collègues que le monopole des Frères des Écoles Chrétiennes à Lyon n'est pas intouchable : « Si les supérieurs ne peuvent faire droit aux réclamations des curés, ceux-ci restent libres de s'adresser à un autre Institut »40.

  • 41 AFEC-Rome, NC 667 (2), le Supérieur général au Cardinal Caverot (1882). Ce dossier contient tout l (...)
  • 42 AFEC-Rome, EL 616, projet de lettre à l'archevêque de Lyon (1888).

15Le conflit le plus aigu entre les Frères des Écoles Chrétiennes et le diocèse est au sujet du problème de la garde des élèves après les heures de classe. Les curés soutiennent qu'il est nécessaire en ville d'avoir de longues journées d'école, pour lutter contre les écoles laïques qui restent ouvertes jusqu'à six heures du soir, et en vue de satisfaire les parents qui travaillent. En 1882, les curés de Lyon et de Saint-Étienne demandent instamment aux congrégations enseignantes de garder les élèves de quatre à six heures du soir. Les Sœurs de Saint-Charles acceptent, les Frères des Écoles Chrétiennes refusent. Les curés font alors intervenir le Cardinal Caverot qui insiste auprès des Frères pour qu'ils acceptent. Après une réunion des directeurs des écoles en cause, les Frères des Écoles Chrétiennes refusent de nouveau, cette fois dans une lettre très diplomatique, adressée au cardinal. Leur raison principale est le souci de la santé et de la vie religieuse des frères qui, disent-ils, sont déjà épuisés par leur journée d'enseignement et qui ont besoin de ce temps-là pour leur préparation de classe et leurs exercices spirituels. Ajouter ces heures supplémentaires de travail ruinerait le bon ordre de leurs établissements, comme cela est le cas pour la congrégation des Sœurs de Saint-Charles qui n'aurait pas accepté de rendre ce service, « si elle avait été libre »41. En dépit des plaintes incessantes, les Frères des Écoles Chrétiennes refusent de céder à la pression des clercs ou des laïcs ; leur première priorité est le bon fonctionnement de leur congrégation. « Peut-on, Monseigneur », ont-ils demandé à l'archêveque, « appeler vie religieuse et vie de communauté une existence si surmenée ? Peut-on retirer quelque fruit sérieux d'exercices spirituels auxquels on passerait, sans transition aucune, après huit heures de classe ou de surveillance ? » Accéder à une telle demande ruinerait les vocations religieuses parce que cela affaiblirait la piété ; après tout, les maîtres laïcs qui assurent une surveillance après la classe, n'ont pas à cumuler vie religieuse et vie professionnelle42.

16Ce conflit d'autorités est instructif de plusieurs façons, mis à part l'évident conflit d'intérêts entre un diocèse et une grande congrégation enseignante. Tout d'abord, c'est une congrégation masculine, et non de femmes, qui peut résister à la pression du curé comme à celle du cardinal. En second lieu, le refus des Frères des Écoles Chrétiennes d'assurer la garde des élèves après les cours fait penser qu'ils deviennent moins sensibles aux besoins de leur clientèle scolaire, alors que ce souci avait toujours été une caractéristique de l'enseignement congréganiste. Au lieu de cela, ils optent pour un renforcement de la vie religieuse des frères. Il est clair que la congrégation est soumise à plusieurs pressions antagonistes : assurer l'enseignement primaire, rendre des services sociaux, procurer la sanctification personnelle de ses membres. Cette congrégation religieuse, à qui les contrats municipaux avaient donné une liberté d'action presque complète avant 1879, trouve difficiles ses relations avec les partisans, aussi bien laïcs qu'ecclésiastiques, de l'enseignement congréganiste, sous la Troisième République.

  • 43 AAL, Cardinal Coullié : Question scolaire, « Rapport présenté à Mgr l'Archevêque sur les examens l (...)
  • 44 AAL, Cardinal Coullié, Question Scolaire, « Projet d'inspection diocésaine des écoles catholiques  (...)
  • 45 AAL, Cardinal Coullié, Question scolaire, Emmanuel Perrin au Vicaire général, « Projet d'inspectio (...)
  • 46 DEL, Comité d'inspection des écoles », « Séance du mercredi 29 juin 1898 ».

17Un autre problème entre le diocèse et les congrégations enseignantes touche à l'inspection des écoles congréganistes. Les congrégations ont toujours eu leur propre système de visites et d'inspections, et les écoles publiques sont en plus sujettes aux inspections gouvernementales. Cependant, les écoles libres sont soumises à une inspection gouvernementale beaucoup plus restreinte qui se limite essentiellement à l'hygiène, à la sécurité et aux exigences légales. Mais en 1881, le Comité des Écoles Libres établit sa propre commission d'inspection, visant à procurer aux écoles catholiques la forme d'inspection que le gouvernement assure dans les écoles publiques, englobant les capacités du maître, l'efficacité des méthodes pédagogiques, la qualité des livres et des bâtiments, et le respect des exigences légales. Selon son organisateur, un tel système « serait un encouragement pour les maîtres, un stimulant pour les élèves, une garantie très appréciée pour les familles et pour l'œuvre elle-même, un puissant moyen d'émulation pour tous »43. Les inspections diocésaines sont formellement établies en 1893 et se poursuivent pendant les dix années suivantes. Dans l'idéal, toute école dépendant de l'Église serait inspectée trois fois l'an, mais, par manque d'inspecteurs, les écoles rurales du diocèse sont rarement visitées44. Cependant, le principal défaut dans ce système d'inspection est, comme le Comité lui-même s'en rend compte, l'impuissance des inspecteurs à faire respecter leurs décisions ou à déplacer les maîtres. De telles conséquences dépendent des supérieurs généraux des congrégations enseignantes et les congrégations masculines en particulier sont peu réceptives aux avis des inspecteurs, comme ceux-ci le sentent bien45. Certainement que les membres de la commission d'inspection ont leurs propres priorités ; tel inspecteur veut utiliser les écoles catholiques pour lutter contre l'alcoolisme46. Les congrégations enseignantes, ayant leur propre système d'inspection, voient d'un mauvais œil les interventions extérieures de laïcs. Cependant, le nouvel intérêt et l'influence financière du diocèse signifient que les congrégations commencent à perdre le contrôle de leurs propres écoles.

L'impact d'une concurrence accrue

  • 47 ADR, T 101(4), l'Inspecteur d'Académie de Lyon au Préfet (1884).
  • 48 Voir AFEC, « Circulaires instructives et administratives », no 5 (1876), et FM, Circulaires, vol.  (...)

18Le système catholique d'inspection vise à refléter celui mis en place par la Troisième République dans les écoles gouvernementales. En matière de pédagogie et de programmes aussi, les enseignants catholiques se mettent à suivre bon nombre des initiatives de l'État, afin d'offrir à leurs élèves un enseignement équivalent et donc compétitif. La laïcisation provoque le stimulant initial, dans la plupart des paroisses, pour améliorer l'enseignement congréganiste. Là où les écoles sont déficientes, les autorités pensent que la concurrence améliorerait pour le moins l'enseignement congréganiste, sinon l'éliminerait. L'école de Brindas (Rhône), tenue par les Sœurs de Saint-Joseph, selon l'inspecteur primaire, « est l'une des plus faibles du canton » et « la laïcisation serait pour les sœurs un stimulant dont elles avaient grand besoin ; les élèves qu'elles garderaient travailleraient davantage »47. Vers la fin des années 1870, les congrégations masculines, en particulier, adressent des instructions à leurs membres pour qu'ils maintiennent leurs écoles au-dessus de tout reproche, en matière de programmes, d'attitude à l'égard des élèves, d'attention aux parents et de respect des exigences légales, afin de ne pas hâter la laïcisation48.

  • 49 AFM, « Les Annales de F. Avit », vol. 2 (L'Arbresle).
  • 50 Mona Ozouf, L'école, l'Église et la République 1871-1914 (Paris, 1963), 114.

19Initialement ce sont les méthodes d'enseignement des congréganistes qui sont copiées par les écoles laïques. Les maîtres laïcs qui arrivent à L'Arbresle en 1876, par exemple, utilisent exactement les mêmes méthodes d'ordre et de discipline que les Frères Maristes voisins49. Les écoles de la Troisième République représentent la victoire définitive de la méthode simultanée sur les méthodes individuelle ou mutuelle et les historiens ont reconnu depuis longtemps que les écoles républicaines ont copié la structure des écoles catholiques qui les précédèrent en remplaçant l'instruction religieuse par l'instruction morale50.

  • 51 FM, Circulaires, vol. 6, 45 (1878) ; vol. 8, 589 (1895).
  • 52 Les Éléments de pédagogie pratique sont publiés en 1901 et une nouvelle édition de La Conduite des (...)
  • 53 SStC, Annales, vol. 2, 236.
  • 54 ACSV, Province de France, « Rapport du Visiteur au T.R.P. Supérieur Général » (1897). Cette critiq (...)

20Mais la concurrence accrue des écoles laïques, tout comme les exigences en matière de diplômes, amènent les congrégations enseignantes du diocèse de Lyon à réévaluer leur méthodes pédagogiques. Le supérieur général des Frères Maristes rappelle à ses maîtres, en 1878, de ne pas utiliser les châtiments corporels pour les élèves, à cause des « circonstances actuelles ». Dix-sept années plus tard, on les avertit d'employer une discipline « préventive » plutôt que « répressive », même s'ils essaient de pousser les enfants à mieux réussir les examens du certificat « pour faire contenter les parents »51. Avant la fin du siècle, les Frères des Écoles Chrétiennes ont refait et révisé leurs manuels scolaires52. Les Sœurs de Saint-Charles de Lyon, selon leur histoire officielle, ne sont pas opposées à l'adoption de tout ce qui est « pratique » et « bon » dans les programmes officiels53. Et toutes les congrégations mettent l'accent sur la formation permanente et la préparation quotidienne des leçons. « Il ne suffit pas d'être bon religieux pour se faire accepter des populations et leur faire du bien », note le Visiteur des Clercs de Saint-Viateur, après son tour d'inspection en 1897, « il faut être en mesure de soutenir la concurrence avec nos adversaires, du point de vue de l'enseignement profane ». Les frères ont, pense-t-il, besoin de « se livrer aux études sérieuses et pratiques » et d'une méthode d'enseignement plus uniforme54.

  • 55 FM, Circulaires, vol. 6, 265 (1881).
  • 56 Ces chiffres sont basés sur les signatures des actes de mariage. Ministère de l'Instruction publiq (...)
  • 57 M. Gréard, La législation de l'instruction primaire en France depuis 1789 jusqu'à nos jours (Paris (...)
  • 58 Département du Rhône, Enseignement primaire, Rapport de M. Gaudier (Lyon, 1884), 34.

21Cependant, en matière de programmes, les congrégations se trouvent en concurrence avec les nouvelles exigences et les nouvelles écoles républicaines. Pour que leurs écoles prospèrent, écrit le supérieur général des Frères Maristes, eux aussi ont besoin de maîtriser de nouvelles disciplines et de passer de nouveaux diplômes qui seront « pour le public une garantie que l'opinion nous oblige à donner »55. Il est évident que le problème n'est plus celui de la simple alphabétisation. Le département du Rhône a atteint un taux d'alphabétisation de 97,7 % parmi les hommes et de 93 % pour les femmes, dès 1887 ; les chiffres pour la Loire sont de 95,1 % et 87,9 %, respectivement56. La loi du 28 mars 1882 établit le programme d'enseignement primaire dans les écoles publiques, avec les matières suivantes : instruction morale et civique, lecture et écriture, français et éléments de littérature française, histoire et géographie, particulièrement celle de la France ; quelques notions simples de droit et d'économie, des éléments de sciences physiques et naturelles et de mathématiques avec leurs applications à l'agriculture, à l'hygiène, aux arts industriels, l'exercice militaire pour les garçons et la couture pour les filles57. Ce programme ambitieux, « une petite encyclopédie » comme l'appelle l'inspecteur primaire du Rhône, ne se réalise tout de suite dans aucune école publique du diocèse, laïque ou congréganiste, mais il établit un nouvel idéal pour le programme des études primaires58.

  • 59 FM, Circulaires, vol. 6, 439-71, 549 (1882).
  • 60 AFM, « Les Annales de F. Avit », vol. 2 (Chasselay).
  • 61 AAL, La Semaine religieuse 9 (1885) : 121.
  • 62 AStC, Lettres circulaires (1886). AStJ, Registre « Novices » (1899). ACSV, Province de France, « R (...)

22Les nouvelles normes touchent les enseignants congréganistes, là où ils continuent à enseigner dans les écoles publiques comme là où leurs écoles libres sont en concurrence avec des écoles publiques offrant le nouveau programme. Le plan d'études établi par les Frères Maristes en 1882 comprend l'algèbre, la géométrie, la trigonométrie, l'arpentage, la mécanique, la chimie, les sciences naturelles, la cosmographie, l'agriculture, l'horticulture, comme partie du programme des deuxième et troisième années de préparation au brevet. Ils ajoutent également la gymnastique à leur programme59. Bien que chaque école n'offre pas tous ces sujets, les écoles congréganistes les enseignent là où cela est nécessaire pour lutter avec succès contre les écoles laïques. Par exemple, à Chasselay (Rhône), les Frères Maristes ajoutent le dessin, l'arpentage, et la tenue des livres au programme, lorsque la nouvelle école laïque leur enlève la moitié de leurs élèves60. Dans les écoles congréganistes de Lyon, on ajoute la musique au programme en 1883, mais « la gymnastique ne fut pas adoptée sans quelque hésitation », à cause du manque d'installations. Ces deux sujets sont pris en charge par le Comité des Écoles Libres61. Les Sœurs de Saint-Charles, en 1886, répondent au nouveau programme en exigeant de toutes leurs maîtresses, même de celles qui ont le brevet, d'étudier les matières additionnelles, et en mettant en place le même système d'examens internes qu'elles avaient établi pour les diplômes d'enseignement. Le programme complet de formation pour les novices des Sœurs de Saint-Joseph, en 1899, comprend le catéchisme, l'histoire sainte, l'histoire de l'Église, la lecture, l'écriture, la grammaire, la stylistique, l'arithmétique, la couture, la géographie, l'histoire, les sciences, le dessin, la littérature, l'anglais et l'instruction morale. En 1897-98, le programme, dans les écoles des Clercs de Saint-Viateur, comprend le catéchisme, l'histoire sainte, la lecture, l'écriture, l'orthographe, l'arithmétique, l'histoire, la géographie, le dessin, la musique et, dans certaines écoles, l'agriculture, l'algèbre, la géométrie et la tenue des livres. Le Visiteur attribue « les excellentes améliorations » dans ces disciplines à « la concurrence, issue des laïcisations » ce qui « a réveillé les énergies qui étaient endormies »62.

  • 63 AAL, La Semaine religieuse 20 (1890) : 1079.
  • 64 FM, Circulaires, vol. 6, 491, 507-08 (1882). L'auteur du Tour de France était Mme Alfred Fouillée, (...)
  • 65 Jacqueline Freyssinet-Dominjon, Les manuels d'histoire de l'école libre, 1882-1959, de la loi Ferr (...)

23Le programme des écoles catholiques met aussi un nouvel accent sur le patriotisme, très à l'honneur dans les écoles républicaines. Naturellement Dieu et l'Église sont les premiers agents à l'œuvre pour la gloire de la France, et pas la République ni la Révolution, mais l'amour de Dieu n'exclut pas nécessairement celui de la patrie. À la distribution des prix pour les écoles catholiques de Lyon, en 1890, M. de La Perrière « a eu à son tour des accents d'un patriotisme ardent, en exposant les avantages de la gymnastique pour le bon entraînement du citoyen et du soldat »63. Selon les Frères Maristes, une leçon d'histoire « n'est, en effet, que le tableau vivant de la conduite de la Providence dans le gouvernement du monde », ce qui est supposé nourrir « l'esprit national ». Leurs leçons de choses comprennent le fameux livre de lecture patriotique, Le Tour de France par deux enfants, écrit par la femme d'un positiviste64. Bien que quelques congrégations aient banni les manuels « anti-religieux » après 1880, le manque d'argent signifie que la plupart des livres utilisés dans leurs écoles avant 1905 datent en fait du Second Empire. La vraie bataille pour les manuels dans les écoles catholiques aura lieu entre 1908 et 191465.

  • 66 Le certificat d'études primaires est introduit en France en 1834 mais c'est un échec. Il est réint (...)
  • 67 AFEC, « Circulaires instructives et administratives », no 19 (1880).
  • 68 AAL, Cardinal Coullié : Question scolaire, « Rapport présenté à Mgr l'Archevêque sur les examens l (...)

24Outre la crainte de perdre des élèves au profit de l'école laïque, les congrégations enseignantes développent leurs programmes afin de rendre leurs élèves aptes à passer le certificat d'études primaires, qui remplace – ou du moins accompagne – la première communion comme grand rite de passage pour les adolescents quittant l'école primaire. Utilisé à Lyon pour la première fois en 1877, ce certificat officiel devient l'un des principaux moyens de mesurer la qualité des écoles et des maîtres, sous la Troisième République66. Parce qu'il est une création des enseignants anticléricaux, les congrégations enseignantes ne sont pas très portées à le promouvoir, mais ils ne veulent pas non plus que les parents inscrivent leurs enfants dans les écoles laïques, simplement pour obtenir ce certificat. Les instructions, adressées en 1880 aux Frères des Écoles Chrétiennes par leur supérieur général, les informent de ne pas introduire le certificat là où les parents n'y attachent pas d'intérêt, mais de mettre en place un certificat de fin de scolarité pour leurs propres élèves s'ils pensent que cela aiderait au prestige de l'école congréganiste. On leur recommande aussi de faire en sorte que ce diplôme ait une apparence impressionnante, avec le sceau de l'école et la signature de tous les membres de la commission d'examen67. En 1882-83, le Comité des Écoles Libres de Lyon organise une commission pour faire passer un examen donnant droit à un « certificat d'instruction primaire », la réponse catholique au « certificat d'études primaires ». Un examen et un certificat du second degré sont créés, pour les garçons en 1886, et pour les filles en 1889. Entre 1881 et 1894, le nombre annuel de candidats pour le certificat catholique passe, à Lyon seulement, de 20 à 1 371. À cette date, cependant, l'examen se passe également dans quatre autres centres du Rhône et treize de la Loire68.

  • 69 Seulement 10 garçons et 11 filles, élèves des écoles congréganistes s'inscrivirent aux examens off (...)
  • 70 AAL, I. 89, « Neuvième assemblée générale des curés de Lyon » (1898). AStC, Lettres Circulaires (1 (...)

25Les enseignants catholiques veulent que leurs examens et certificats remplacent ceux que propose l'État et rivalisent avec eux. Passer les deux sortes d'examens semble avoir été toléré mais pas encouragé. Les registres de la ville de Lyon pour 1889 montrent qu'il y a très peu de candidats congréganistes pour le certificat officiel, et en 1893 le Comité des Écoles Libres recommande aux directeurs d'écoles d'exiger des parents de choisir entre les deux examens69. En 1899, l'assemblée des curés de Lyon suggère aux congrégations féminines de « se conformer aux désirs des familles », en matière de certificats, mais une année plus tard, la supérieure générale des Sœurs de Saint-Charles donne comme instruction à ses enseignantes de ne pas autoriser les élèves à passer les deux examens, officiel et catholique, la même année70. Les enseignants chrétiens ne veulent pas perdre des élèves dans cette affaire mais ils ne veulent pas non plus rester sous la coupe du système officiel. La liberté qu'ils ont gagnée, en matière de programme et de pédagogie, en ouvrant des écoles libres, devient très réduite si de fait leurs élèves passent des examens institués et contrôlés par l'État. En développant leurs propres examens et certificats, ils sont plus libres, y compris pour introduire des clercs dans les jurys, et le catéchisme, l'histoire sainte, la vie des saints dans les sujets d'examens. Pour le reste toutefois, le certificat catholique ressemble à l'officiel. Ici, comme pour les programmes, les enseignants congréganistes sont imitateurs plutôt que meneurs.

  • 71 Voir la liste dans AFEC-Lyon, « Notes historiques », vol. 4, 119.
  • 72 AFEC, Circulaires instructives et administratives, no 96 (1900) ; FM, Circulaires, vol. 9, 596 (19 (...)
  • 73 AAL, La Semaine religieuse (1897), 11.

26L'importance croissante des examens et des certificats entraîne une fièvre de concurrence qui n'a pas eu son équivalent dans la période d'avant 1880. Les Frères des Écoles Chrétiennes mettent en place pas moins de huit différents types de compétitions dans les années 1880 et 1890, y compris entre leurs propres écoles dans les différentes localités, entre leurs écoles et celles des autres congrégations, et entre les écoles congréganistes et laïques71. Eux et les Frères Maristes prennent part aux concours scolaires de l'Exposition Universelle de 1900, où les deux congrégations ensemble remportent 15 médailles d'or, 26 d'argent et 16 de bronze72. Le Comité des Écoles Libres encourage les compétitions entre les écoles congréganistes et les dotent de prix. « Les diverses congrégations », écrit le Comité dans son rapport de 1897, « ont rivalisé de zèle pour accomplir chacune la tâche qui lui était confiée »73. Les distributions de prix servent également de rites pour faire la preuve de l'excellence de l'école et gagner le soutien des parents et des habitants, comme on le fait dans les écoles laïques. Ces cérémonies comprennent des discours, des chants et des représentations par les élèves, en plus de la distribution des prix elle-même. Le Frère Avit, chroniqueur des Frères Maristes, décrit quelque peu cyniquement la distribution des prix à Écully (Rhône) :

  • 74 AFM, « Les Annales de F. Avit », (Écully).

Pendant les 35 premières années, il y a eu, de loin en loin, des Distributions solennelles de prix qui ont assez bien réussi. Depuis cinq ans, elles se font pompeusement, chaque année, avec renfort de discours et de pièces de théâtre. La gloire de Dieu n'est peut-être pas toujours le premier mobile de ces exercices, pas plus que les efforts exagérés qui sont faits pour accaparer tous les enfants74.

27Cependant il n'y a pas de doute que de telles cérémonies aient contribué au prestige des écoles catholiques. Dans les matières profanes et dans les signes extérieurs, les écoles congréganistes imitent celles de la République.

Former des chrétiens

  • 75 Gérard Cholvy et Yves-Marie Hilaire, Histoire religieuse de la France contemporaine (Toulouse, 198 (...)

28Rivaliser avec les écoles laïques et suivre les nouveaux programmes ne restreint cependant pas la mission traditionnelle d'évangélisation et d'éducation chrétienne des petits Français que les écoles congréganistes pensent être leur principal objectif. Vers la fin du siècle, cette mission est menacée par l'accent mis sur les matières profanes et par les facteurs sociaux et économiques qui, à leurs yeux, contribuent à la déchristianisation. De fait, à la fin du xixe siècle, l'Église catholique a de plus en plus de souci à se faire, à cause du déclin de la pratique religieuse. Dans le diocèse de Lyon, bien que certaines zones, comme les Monts du Lyonnais et des secteurs ruraux de la Loire, soient encore de forts bastions de catholiques pratiquants, les régions industrielles et les grandes villes le deviennent rapidement beaucoup moins. Dans la ville de Lyon, le nombre d'enterrements civils augmente de 14 à 26 % entre 1892 et 1907. La croissance démographique de la ville signifie que le nombre moyen d'habitants par paroisse passe de 11 000 à 19 000, mettant à rude épreuve les capacités des curés. Entre 1900 et 1904, le diocèse tombe au-dessous de la moyenne pour les ordinations75.

  • 76 Ralph Gibson, A Social History of French Catholicism, 1789-1914 (Londres, 1989), 180-82.
  • 77 G. Fonsegrive, Lettres d'un curé de campagne (Paris, 1894), 61.
  • 78 ASV, S. Congr. Concilio - Relat. Visit, ad limina 470 (Lugdunen), visites pastorales (1897).

29Partout, dans le diocèse, les femmes sont plus pratiquantes que les hommes. À la fin du siècle, la coupure entre hommes et femmes, en matière de pratique religieuse, est presque partout visible en France76. Dans les Lettres d'un curé de campagne de G. Fonsegrive, publiées en 1894, un curé imaginaire voit des femmes venir à son confessionnal mais « pas un homme n'est encore venu me trouver ; pas même un adolescent »77. Dans le rapport pastoral de 1897, pour le diocèse de Lyon, qui donne les chiffres des pascalisants, hommes et femmes, pour chaque paroisse, le nombre des femmes est toujours au moins le triple de celui des hommes. À Sury-le-Comtal, par exemple, une paroisse décrite comme très fidèle, le curé compte 550 hommes et 1 100 femmes à la messe de Pâques sur une population de 2 995. Ce village a des écoles congréganistes bien remplies pour les garçons et pour les filles, ainsi qu'une petite école laïque pour les garçons. Dans la paroisse de Saint-Charles de Lyon où, exceptionnellement, la plupart des garçons fréquente l'école congréganiste et la plupart des filles une école laïque, l'assistance à l'Église à Pâques compte néanmoins 300 à 400 femmes mais seulement 110 à 140 hommes, et le curé se plainte que « en groupe [les hommes] affectent un air railleur en voyant passer les prêtres ou les religieux »78.

  • 79 Ces exemples sont pris dans les paroisses de St-Bonaventure (Lyon), St-Bernard (Lyon), Tupin-Semon (...)
  • 80 ACSV, Province de France, « Rapport du Visiteur au T.R.P. Supérieur Général, 1897-98 ».
  • 81 AFM, « Les Annales de F. Avit ». Cet aperçu sur les commaunautés est écrit entre 1882 et 1888 et m (...)

30Les curés et les enseignants congréganistes mettent l'affaiblissement de la foi sur le compte des facteurs économiques et des changements survenus dans la société et dans la famille. Les paroissiens de Lyon sont « trop absorbés par les problèmes du commerce » ou « découragés par le chômage de la soierie et l'extrême misère ». En dehors de la ville, les paysans préfèrent travailler le dimanche ou participer à « des réjouissances publiques ». Dans la paroisse Saint-Pierre à Saint-Chamond, autrefois le « paradis des prêtres », la pratique religieuse a décliné, en raison de « l'invasion d'une multitude d'étrangers de toutes nuances »79. L'inspecteur pour les Clercs de Saint-Viateur se plaint que leurs petites écoles rurales perdent des élèves chaque année parce que « l'émigration et la démoralisation font le vide au foyer des familles »80. Et bien que le Frère Avit, Mariste, juge que 127 écoles sur 167 ont d'« excellents », « bons » ou « assez bons » résultats religieux, lui aussi voit une relation entre l'industrialisation et la pratique religieuse. La population de Pierre Bénite (Rhône), « serait très bonne, si n'était le voisinage d'Oullins, des ateliers des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée, et l'arrivée des tanneurs... L'église est peu fréquentée ». À Romanèche-Thorins (Rhône), la population a été gâtée par la prospérité, et les hommes « ont remplacé l'église par le cabaret, et les Pâques par les fêtes bachiques de la Marianne ». À Thurins (Rhône), la moitié des hommes n'a pas assisté à la messe de Pâques, mais « sans l'école des Frères, il est permis de penser que le nombre en serait plus grand »81.

  • 82 AStJ, Lettres circulaires, Mère Marie-Émilie (1883). FM, Circulaires, vol. 8, 71-72 (1891), 339 (1 (...)

31Face à ces circonstances, les congrégations pressent leurs membres de redoubler d'efforts pour donner une éducation chrétienne aux élèves de leurs écoles. De même qu'ils encouragent leur personnel enseignant à ne pas négliger les études religieuses pour être à la hauteur des nouvelles exigences, ils rappellent sans cesse aux maîtres de ne pas les oublier non plus en classe. Après tout, l'instruction religieuse est plus importante pour les chrétiens que les « sciences profanes ». Le « premier devoir des Sœurs de Saint-Joseph est de former de bonnes chrétiennes ». Puisque « l'instruction religieuse est presque nulle dans les familles, bannie des établissements publics et mise de côté dans les programmes officiels », les Frères Maristes ont « le devoir de suppléer à cet oubli de la religion », ramenant, espérent-ils, « la prière dans les familles ». « Négliger l'éducation, pour donner tous les soins aux sciences profanes », écrit leur supérieur général, « fait de nous de simples maîtres d'école »82. Une lettre pastorale de l'archevêque de Lyon aux sœurs, en 1898, leur rappelle leur rôle tout spécial dans une paroisse chrétienne :

  • 83 AStJ, Lettres Circulaires : lettre pastorale de l'Archevêque de Lyon aux religieuses de son diocès (...)

C'est aux prêtres qu'incombe le devoir d'instruire les fidèles. Mais vous savez toutes les obstacles que le démon suscite pour diminuer l'action du prêtre. C'est à vous, dans la mesure du possible, de venir à l'aide de son ministère, en donnant à vos enfants l'instruction religieuse la plus complète. S'il est bon de lutter avec honneur sur le champ de bataille des sciences humaines, il ne faut pas oublier que les sacrifices faits pour établir des écoles libres ont pour but principal de former des générations chrétiennes83.

  • 84 AAL, La Semaine religieuse (1896), 8.

32« Il est bon », écrit le Comité des Écoles Libres de Lyon, dans son rapport annuel de 1896, « de connaître l'orthographe et l'arithmétique, mais il est moins utile de savoir comment s'écrivent des mots que de savoir comme il faut vivre »84.

  • 85 ACSV, Province de France, « Rapport du Visiteur au T.R.P. Supérieur Général, 1897-98 ».
  • 86 AStJ, Lettres circulaires (1884, 1887).
  • 87 Linda Clark soutient que les regards portés sur l'éducation féminine par les républicains et par l (...)
  • 88 Constitutions pour la petite congrégation des Sœurs de Saint-Joseph (Lyon, 1899), 184.
  • 89 AStJ, Lettres circulaires : lettre pastorale de l'Archevêque de Lyon aux Religieuses de son diocès (...)

33De nombreux éducateurs congréganistes déplorent que le programme scolaire plus étendu de la Troisième République détourne les élèves des valeurs et des acquisitions de base. Les enfants, déclare le Visiteur des Clercs de Saint-Viateur, ont toujours besoin qu'on leur enseigne la modestie, la politesse, le goût du travail, l'obéissance et la vertu85. Pour les filles, une trop grande instruction est peut-être à déconseiller, selon la supérieure générale des Sœurs de Saint-Charles qui avertit les membres de la congrégation : « Ne faisons pas de nos écoles primaires et de nos pensionnats une pépinière d'institutrices, mais exerçons-nous à former de bonnes chrétiennes, des enfants modestes, des femmes sérieuses, capables d'énergie et de sacrifice, utiles à leurs familles et à la société ». Les « connaissances essentielles » sont « la science du salut » et de « la vie pratique : l'écriture, l'orthographe, le calcul, et spécialement la couture et le raccommodage, que l'on néglige trop, malheureusement, pour s'occuper d'ouvrages de goût et de futilités »86. En fait, peu d'éducateurs républicains auraient mis en cause le besoin pour les filles des classes modestes d'acquérir les qualités de base de la vie domestique et pratique87. Mais pour les catholiques, les femmes sont plus que jamais les piliers de l'Église, ce qui reflète à la fois la réalité de la pratique religieuse et l'espoir d'une régénération du catholicisme dans les foyers. Par exemple, l'édition de 1899 des constitutions des Sœurs de Saint-Joseph exprime le besoin d'éduquer « la femme forte dont parle la sainte Écriture et qui est pour les siens un sujet de joie et de consolation »88. Mais la même année, le Cardinal Coullié, disciple de Dupanloup, l'évêque d'Orléans qui encourage l'instruction des femmes catholiques, reconnaît que les sciences profanes peuvent être utiles à la femme chrétienne dans les « devoirs qui résultent de sa mission comme épouse, comme mère de famille, comme maîtresse de maison...(et) dans le commerce habituel de la vie et du monde ». Elle doit, soutient-il, présenter « une intelligence plus ornée, un esprit plus ouvert aux connaissances profanes » et il affirme que la foi et la science ne sont pas irréconciliables89.

  • 90 AAL, Mandements de S.E. le Cardinal Foulon, « Lettre pastorale de Mgr l'Archevêque de Lyon et Vien (...)
  • 91 ACSV, « Circulaires du P. Gonnet », no 18 (1875). FM, Circulaires, vol. 6, 255 (1881) ; vol. 7, 69 (...)

34Néanmoins, les plans de leçons et les programmes d'enseignement des écoles congréganistes – masculines et féminines – donnent toujours la prééminence aux prières, au catéchisme, à l'histoire sainte et aux vies des saints. Le catéchisme diocésain, sans révision depuis l'époque du Cardinal Fesch, est finalement remplacé en 188890. Les Frères Maristes rappellent aux maîtres de ne pas dévaluer l'instruction religieuse, en louant moins les élèves pour leurs succès en catéchisme que dans les matières profanes, en permettant que les prières soient dites de façon légère et sans attention, ou en négligeant le soin des images religieuses dans les classes. Les congrégations rappellent aussi à leurs membres que l'instruction religieuse est incomplète sans la pratique et que les enfants doivent être encouragés à prier tous les jours, à assister à la messe et à se confesser fréquemment. « Point de fêtes sur semaine, point de visites à l'église en dehors du dimanche, semblait être devenu le mot d'ordre des catholiques français », écrit le supérieur général des Frères Maristes à ses maîtres, « heureusement que les écoles laïques provoquent une réaction salutaire, car les pratiques de dévotion sont les contreforts des pratiques obligatoires »91.

  • 92 La « laïcité » ou suppression de l'instruction religieuse était imposée par la loi du 28 mars 1882 (...)
  • 93 FM, Circulaires, vol. 6, 307 (1881) ; ACSV, « Circulaires du P. Gonnet », (1882) ; AStJ, Lettres C (...)
  • 94 FM, Circulaires, vol. 7, 103-104 (1882). AStJ, C/S 3bis 1, « Notice sur la communauté des Sœurs de (...)

35Cependant, il est plus difficile aux congrégations de maintenir l'éducation religieuse en tête de leurs programmes dans les écoles publiques, après 1882, à cause de l'interdiction d'enseigner la religion et de placer des symboles religieux dans les classes92. Parce que l'instruction religieuse reste partie intégrante du programme catholique et que les enseignants congréganistes, particulièrement les femmes, restent en activité dans les écoles publiques, cette interdiction frappe au cœur même de leur action. La plupart des congrégations ignorent ou défient la loi, donnant comme instructions à leurs membres de continuer à enseigner le catéchisme, les prières et l'histoire sainte, comme d'habitude. Le supérieur général des Frères Maristes interdit à ses enseignants de faire tout changement en matière d'instruction religieuse ; les Clercs de Saint-Viateur expriment l'opinion qu'une résistance ouverte est grave mais « qu'il vaut mieux obéir à Dieu qu'aux hommes » ; et Mère Louis-Stanilas, des Sœurs de Saint-Joseph, recommande d'agir comme si la loi n'avait pas été votée du tout : « pour le catéchisme, si l'on ne vous demande rien, ne demandez rien et continuez de l'enseigner »93. Même dans une journée scolaire désormais surchargée d'autres matières, l'instruction religieuse n'est pas négligée. Les Frères Maristes travaillant dans une école publique, où une demi-heure est réservée chaque jour pour l'instruction morale, « devront profiter de cette latitude, ou plutôt cette injonction, pour donner oralement aux élèves l'enseignement religieux selon nos Règles ». À l'école de Saint-Christo-en-Jarez (Loire), tenue par les Sœurs de Saint-Joseph, les maîtresses écrivent : « Nous avons dérobé quelques minutes à chacune des autres leçons pour trouver le temps de donner l'instruction religieuse »94.

  • 95 Cité dans SStC, Annales, vol. 2, 159.
  • 96 L'inspecteur est conduit à découvrir cette situation en voyant une exposition pour le mois de Mari (...)
  • 97 ADL, T 1529, l'Inspecteur de l'Académie de Lyon au Préfet de la Loire (1888).

36Dans les communes où il est impossible d'enfreindre la loi, les enseignants congréganistes et les curés collaborent pour organiser des leçons de catéchisme, avant ou après la classe, habituellement « en dehors de la maison d'école et des heures de classe... et récitation en plein air », comme le relatent les Sœurs de Saint-Charles à Amplepuis (Loire)95. Les enfants sont habituellement rassemblés, juste avant et après les heures de classe officielles, dans l'église ou une maison privée, pour réciter leurs prières et apprendre leur catéchisme. En dépit du fait qu'elles peuvent ne pas être données dans l'école, ces leçons ne sont pas libres mais font partie de la journée scolaire. Dans la commune de Saint-Julien Molin-Molette (Loire), l'inspecteur primaire se plaint que les Frères Maristes imposent des leçons de catéchisme après les classes, dans le local d'école ; le directeur déclare qu'il a la permission des parents mais ne peut en donner la preuve. Il se peut toutefois qu'il ait eu leur autorisation tacite : quand cette école est laïcisée en 1888, 131 des 140 élèves restent avec les frères96. D'autres officiels sont plus tolérants. L'inspecteur d'Académie de Lyon admet que « bien que l'enseignement religieux soit interdit dans les écoles publiques, l'usage de la prière a été maintenu dans un grand nombre de ces établissements », mais qu'il ne voit pas de raison d'appliquer la loi si les familles ne se plaignent pas97.

  • 98 AFEC, « Circulaires instructives et administratives », no 25 (1882) ; FM, Circulaires, vol. 7, 6 ( (...)
  • 99 ADR, T 4(1), Circulaire du Ministre de l'Instruction publique aux Préfets (1882).
  • 100 ADR, T 101(4), l'Inspecteur de l'Académie de Lyon au Préfet (1906).

37Les congrégations enseignantes font également de leur mieux pour défier l'interdiction des signes religieux, refusant, dans la plupart des cas, de les enlever de leurs classes. Les Frères des Écoles Chrétiennes, tout comme les Frères Maristes, suggèrent que leurs membres avancent comme argument que les crucifix ont été achetés en conformité avec la loi Falloux et appartiennent à la commune ; on ne peut pas demander aux maîtres d'enlever des objets qui ne leur appartiennnent pas. Si le crucifix est enlevé par les autorités laïques, les frères enseignants doivent essayer de le remplacer « sans retard », dans le cas des Clercs de Saint-Viateur, et « en le couchant sur les planchettes qu'ils ont devant les sièges », dans le cas des Frères des Écoles Chrétiennes98. N'importe comment la loi n'est pas très suivie, apparemment ; les instructions du Ministère de l'Instruction publique laissent au préfets « toute latitude pour tenir compte à cet égard du vœu des populations »99. Aussi tard qu'en 1906, des crucifix existent encore dans 64 écoles publiques du Rhône, dont 19 sont tenues par des laïcs et on peut probablement compter sur les maires pour les enlever aux vacances de Pâques, et 45 tenues par des congréganistes, où leur enlèvement devrait sans doute attendre la laïcisation. De toute façon, à quoi cela sert-il, demande l'inspecteur « de faire enlever le crucifix pendu aux murs de ces écoles quand la maîtresse peut le porter ostensiblement sur la poitrine ? »100. L'interdiction de l'instruction religieuse ou des signes religieux dans les écoles publiques congréganistes est une bataille perdue d'avance.

  • 101 AAL, « Lettre circulaire de S.E. le Cardinal Caverot, Archevêque de Lyon et de Vienne sur l'instru (...)
  • 102 Il y a une série de telles plaintes datant des années 80 et 90, dans ADL, T 1529 et dans AN F 19 5 (...)
  • 103 AAL, I.89, « Première assemblée générale » (1894).

38Mais la laïcisation des programmes des écoles publiques, ajoutée à celle, progressive, de leur personnel, enlève de fait un certain nombre d'élèves au contrôle quotidien de l'Église. Une circulaire du Cardinal Caverot en 1883 rappelle aux curés que l'instruction chrétienne des enfants repose désormais principalement sur leurs épaules, puisqu'on ne peut plus supposer qu'ils ont appris le catéchisme à l'école. Puisque deux années de catéchisme sont requises avant la première communion, il faut, déclare-t-il, augmenter les leçons de religion extra-scolaires101. Certains curés, voyant là un moyen de faire d'une pierre deux coups, tiennent les leçons de catéchisme paroissial dans les locaux de l'école libre, espérant ainsi recruter pour celle-ci quelques élèves supplémentaires. Si les autorités municipales se plaignent, ils répondent que l'église est trop froide et qu'on ne peut trouver un local neutre102. Mais les élèves des écoles laïques sont moins bien préparés à suivre de telles leçons. Par exemple, en 1894, les curés de Lyon demandent à l'archevêque ce qu'ils doivent faire au sujet des enfants des écoles laïques qui viennent au catéchisme sans se confesser103.

  • 104 FM, Circulaires, vol. 8, 691-692 (1895).
  • 105 DEL, Société d'encouragement, « Séance du 22 juin 1886 ».

39Malgré l'importance accordée aux écoles congréganistes, il est clair, aux yeux de la hiérarchie catholique, qu'elles ne peuvent, à elles seules, renverser la situation. Tout le monde est d'accord pour dire que les congrégations religieuses peuvent continuer à offrir une solide instruction religieuse aux élèves de leurs écoles et en faire des chrétiens plus pieux et plus pratiquants, mais « l'école et l'Église sont deux agents distincts qui se complètent, s'entraident, mais ne s'excluent pas »104. Les comités de défense catholique soutiennent les leçons de catéchisme paroissial aussi bien que les écoles congréganistes. Le curé de la paroisse Saint-Denis de Lyon cherche à ouvrir une école privée laïque dans sa paroisse pour compléter l'école congréganiste ; pour le financement il se tourne vers la Société d'Encouragement et pour les maîtres vers la Société d'instruction primaire du Rhône (dont les statuts incluent toujours l'instruction religieuse), ce même groupe que les prêtres lyonnais ont condamné cinquante ans plus tôt lorsqu'il a patronné l'enseignement mutuel105.

  • 106 Maurice Larkin, Church and State after the Dreyfus Affair : The Separation Issue in France (New Yo (...)
  • 107 Fonsegrive, 61.
  • 108 ASV, S. Congr. Concilio - Relat. Visit, ad limina 470 (Lugdunen), visites pastorales (1897).
  • 109 Lanfrey base son analyse sur une étude des lettres pastorales. Les Catholiques français, 127.
  • 110 ASV, S. Congr. Concilio - Relat. Visit, ad limina 470 (Lugdunen), visites pastorales (1897).
  • 111 AFM, « Les Annales de F. Avit », vol. 4 (St-Cyr).
  • 112 AAL, I. 89, « Septième assemblée générale des curés de Lyon » (1897). AStJ, Lettres circulaires : (...)
  • 113 Françoise Mayeur, De la Révolution à l'école républicaine (Paris, 1981), 238-39, vol. 3 de Histoir (...)
  • 114 Kathleen Alaimo nous rappelle que le concept d'adolescence commençait à peine à émerger en France (...)

40Cependant, vers la fin du siècle, l'Église a commencé aussi à se rendre compte que l'éducation chrétienne jusqu'à l'âge de treize ans ne suffit pas à assurer une pratique chrétienne durant toute une vie. Imposée par la préparation obligatoire de la première communion, l'assistance à la messe est souvent plus fréquente parmi les enfants que parmi les adultes106. « Mais la première communion faite, on ne les voit plus » se plaint « le curé de campagne ». « Nos paysans ne voudraient pour rien au monde que leurs enfants ne fissent pas leur première communion. C'est un rite auquel il n'est pas permis de manquer, mais ce n'est guère qu'un rite. Cela permet aux garçons d'aller se louer comme petits valets dans les fermes et aux filles d'entrer en service »107. À Essertines-en-Donzy (Loire), le curé se plaint que « l'esprit est religieux mais que la piété y est à peu près inconnue ; bien que tout le monde fréquente l'église »108. La véritable préoccupation des évêques au tournant du siècle, selon André Lanfrey, n'est pas l'école mais la famille109. Les « mœurs déplorables dans la jeunesse » sont « causées en grande partie par la faiblesse et le manque de vigilance de la part des parents », se plaint le curé de Saint-Priest-la-Pragne (Loire) en 1897110. Le Frère Avit admet que l'enseignement religieux des Frères Maristes est « détruit dans la famille au fur et à mesure. Sous la main des Frères, les enfants allaient à l'église, priaient à l'école, se confessaient, apprenaient leur catéchisme, etc. Mais ils faisaient tout cela machinalement et en s'en moquant, sachant que leurs parents n'en faisaient rien, et tournaient toutes ces choses saintes en ridicule »111. Dans le diocèse de Lyon, les curés commencent à établir des catéchismes « de persévérance » pour les adolescents et les jeunes adultes. L'archevêque recommande aux sœurs de garder le contact avec leurs anciennes élèves et de soutenir leur foi112. Bien que les Frères des Écoles Chrétiennes, entre autres, aient lancé des groupes d'adolescents vers le milieu du siècle, ceux-ci prolifèrent à la fin du siècle ; 40 % des patronages existant en 1900 ont été fondés après 1890113. Au niveau national, l'Association Catholique de la Jeunesse Française est fondée en 1886114. Tandis que l'Église cherche de nouvelles méthodes d'évangélisation et à atteindre de nouvelles tranches d'âge, les écoles primaires congréganistes commencent à perdre leur monopole de l'éducation religieuse.

  • 115 Firmin Counort, À travers les pensionnats de frères (Paris, 1902), 578.
  • 116 Bien qu'il soit intéressant de noter qu'elle loue les Frères des Écoles Chrétiennes d'avoir « si b (...)
  • 117 Une telle école normale avait été fondée pour les religieuses belges à Bruges en 1859. Laroche, 10 (...)
  • 118 AN, F 19 6274, article tiré de La Vérité, 10 octobre 1898. Pour une étude du scandale causé par La (...)
  • 119 D'Adhémar, 63-64. Voir aussi la lettre pastorale adressée aux religieuses de son diocèse en 1899.
  • 120 Poulat, 96.

41La critique la plus virulente de l'enseignement congréganiste, durant cette période, est venue de l'intérieur de l'Église elle-même. La publication de deux livres, l'un par une religieuse en 1898 et l'autre par un ancien frère en 1902, cause du scandale au-dedans et au-dehors de l'Église catholique. Le premier, Les religieuses enseignantes et les nécessités de l'apostolat, est écrit par Adrienne Laroche, Mère Marie du Sacré-Cœur, des Filles de Notre-Dame, congrégation religieuse parisienne qui s'occupe de l'éducation des filles de la bourgeoisie. Le second, À travers les pensionnats des frères, est rédigé par Firmin Counort, un ancien frère des Écoles Chrétiennes. Les deux livres font des critiques analogues : les sœurs et frères enseignants sont mal formés pour leurs tâches et les congrégations enseignantes sont trop indépendantes du contrôle ecclésial. « Les admissions sont faites à la légère » écrit Counort, « sans l'intervention des prêtres ou des évêques ». Le noviciat « a trop souvent été superficiel, mal dirigé, consistant en exercices pieux, plutôt qu'en étude sérieuse de la religion ». Le placement dans les écoles « a été fait sans transition... » Le système de formation et de nominations, soutient-il, ne modèle pas le jeune frère pour en faire le meilleur enseignant115. Laroche, de son côté, condamne les congrégations enseignantes pour n'avoir pas répondu au défi de l'enseignement laïc par une meilleure préparation et formation116. Elle propose des conférences pédagogiques, dans chaque diocèse, et une véritable école normale pour les religieuses des différentes congrégations117. La critique des capacités pédagogiques des religieuses par l'une d'entre elles divise l'opinion catholique. Seize évêques approuvent ses idées ; les soixante-douze autres les ignorent ou les dénoncent118. Le Cardinal Coullié, de Lyon, réagit mollement aux idées de Laroche lorsqu'elles lui sont soumises avant leur publication en 1896 ; pensant que des réformes ne sont pas nécessaires dans un diocèse comme Lyon où les congrégations féminines sont florissantes, il n'est pas opposé à une certaine mise en commun des méthodes et des programmes mais il n'est pas en faveur d'une réforme nationale119. Les propositions de Laroche apparaissent menaçantes à la plupart des communautés religieuses parce qu'une formation centrale sous le contrôle de l'Église mettrait en danger leur autonomie et parce qu'une formation intellectuelle plus poussée gênerait leur vie spirituelle120. Ce n'est pas avant 1906 qu'une école normale catholique, offrant une meilleure formation aux enseignantes congréganistes et formant aussi des laïques pour les écoles libres, est ouverte, lorsque l'interdiction légale des congrégations enseignantes la rend nécessaire.

42La critique de l'enseignement congréganiste présentée par les initiés comme Laroche et Counort reflète le contexte changeant politique, social et religieux de l'enseignement catholique en France. Au cours des vingt-cinq années faisant suite aux réformes scolaires de la Troisième République, l'enseignement catholique devient à la fois plus centralisé et moins original. Les congrégations enseignantes qui, jusqu'à l'avènement de la Troisième République, ont travaillé plus ou moins sans obstruction, se trouvent alors soumises à la pression à la fois de l'Église et de l'État. Réussissant à faire face aux exigences de la législation nouvelle, elles copient de plus en plus le système scolaire officiel qui ne partage pas leurs objectifs d'évangélisation religieuse. Bien que la population catholique leur apporte le soutien financier, légal et moral nécessaire, elle se mêle aussi davantage du travail des congrégations enseignantes et les critique plus facilement. Le monopole congréganiste sur l'administration et le placement des personnels dans les écoles catholiques est menacé par les comités d'écoles libres qui ont leur propre programme et par les critiques croissantes sur la qualité et les priorités des congrégations religieuses.

43Surtout, les congrégations et l'Église se trouvent face à une société dans lesquelles la sécularisation aussi bien que l'anticléricalisme semblent être en augmentation au lieu d'être en déclin. L'urbanisation, la crise économique et la croissance des mouvements ouvriers soustraient de plus en plus les individus à l'influence de l'Église. L'enseignement religieux des enfants se fait plus difficilement du fait de la laïcisation du programme scolaire public et de beaucoup de ses enseignants. Seules les femmes et les filles restent dans leur majorité dans Forbite de l'Église. Dans de telles circonstances, les catholiques commencent à ne voir l'enseignement congréganiste que comme un outil dans la bataille en cours pour le salut de France. Les congrégations elles-mêmes, en devant faire face sur plusieurs fronts à des défis urgents – les diplômes, la laïcisation, le financement et le programme – deviennent moins créatives pour répondre à ces questions plus profondes sur le rôle du catholicisme dans la vie française. L'enseignement congréganiste dure pendant la Troisième République, mais c'est une période de transition vers un système scolaire catholique plus unifié, dirigé par la hiérarchie de l'Église et par des groupes de laïcs, transition qui va brusquement s'accélérer avec la législation des années 1901-1904.

Notes

1 Circulaires des Supérieurs Généraux de l'Institut des Petits Frères de Marie, (1817-1917) (Lyon, 1914-16), vol. 6, 265 (1881).

2 Sur le ralliément, voir John McManners, Church and State in France, 1870-1914 (Londres, 1972).

3 André Latreille, éd., Histoire de Lyon et du Lyonnais (Toulouse, 1975), 357.

4 Les quatre archevêques sont : Ginoulhiac (1870-75), Caverot (1876-87), Foulon (1887-93), et Coullié (1893-1912). Tous, sauf Caverot, étaient amis et associés de l'évêque libéral d'Orléans, Félix Dupanloup qui est très actif dans le domaine de la politique éducative. Jacques Gadille, éd., Le diocèse de Lyon (Paris, 1983), 255-59.

5 Les congrégations religieuses étaient divisées sur le point de savoir s'il fallait payer ces taxes ou pratiquer une résistance passive. Dans le diocèse de Lyon, la plupart d'entre elles se soumettent. André Lanfrey, Les Catholiques français et l'école (1902-1914) (Paris, 1990), 12.

6 FM, Circulaires, vol. 7, 485 (1885), 286 (1886).

7 ASMR, 6 G 1, « Séance du 17 juillet 1898 ».

8 ACSV, Province de France, Rapports du Visiteur général, « Rapport du Visiteur au T.R.P. Supérieur Général » (1897).

9 AStJ, C L 10, le Curé de Luré à la Supérieure générale (1892).

10 ADR, 4 M 620, « Rapport du Comité » (1880). AAL, La Semaine religieuse : Revue hebdomadaire du diocèse de Lyon, 1 (1880-81) : 429-30.

11 Cette moyenne est obtenue à partir des données pour onze années entre 1881 et 1904 : 1881-82 (138 545 f.), 1883-84 (134 660 f.), 1884-85 (121 641 f.), 1885-86 (116 722 f.), 1887-88(117 629 f.), 1894-95 (88 513 f.), 1895-96 (86 429 f.), 1896-97 (91 114 f.), 1897-98 (86 310 f.), 1900-01 (87 173 f.) et 1903-04 (75 835 f.). Voir les budgets dans les volumes appropriés des AAL, La Semaine religieuse (1881-1904).

12 Les journaux apportèrent 78 % des fonds en 1881-82, 74 % en 1883-84, 64 % en 1884-85, 72 % en 1885-86, 62 % en 1887-88, 50 % en 1894-95, 53 % en 1895-96, 51 % en 1896-97 et en 1897-98, 47 % en 1900-01 et 43 % en 1903-04. AAL, La Semaine Religieuse (1881-1904). Voir Guy Laperrière, La « Séparation » à Lyon (1904-1908) : Étude d'opinion publique (Lyon, 1973), pour savoir ce qu'en dit la presse lyonnaise.

13 AAL., La Semaine Religieuse, 2 (1881) : 296, 8. AFEC-Lyon, « Institut des Frères des Écoles Chrétiennes, District de Lyon : Notes historiques des établissements, 1705-1914 » vol. 2, 824-25.

14 AFM-Rome, 603.016 01 Chazelles-sur-Lyon, le Frère Dacien à l'Assistant (1884). AFEC-Lyon, « Notes historiques », vol. 2, 768. ADR, 4 M 620, Lettre formulaire de la Société civile des écoles catholiques de Ste-Foy-lès-Lyon (1892).

15 ASMR, 3 F 3, « Statuts de l'Association des Écoles Libres d'Écoche » (1901).

16 Cette association travaillait sur les mêmes principes que celle, très prospère, de la Propagation de la Foi, mais destinait ses fonds à des œuvres en France plutôt que dans les missions extérieures. AAL, Mgr Caverot, Lettres Pastorales, « Lettre circulaire de S.E. le Cardinal Caverot, Archevêque de Lyon et Vienne sur l'instruction chrétienne des enfants » (1883). AN, F 17 9129(9), article tiré de L'Écho de Fourvière (1883).

17 AAL, La Semaine Religieuse, 11 (1885) : 10.

18 Laperrière, 33. Élisabeth Hardouin-Fugier, Voir, Revoir Fourvière (s.l., 1988), 115.

19 AAL, La Semaine Religieuse (1896) : 6. Un rapport diocésain estimait à 400 000 f. les sommes données chaque année pour les écoles congréganistes, dont 85 885 f. gérés en 1893 par le Comité des Écoles Libres. AAL, Cardinal Coullié : Question Scolaire, « Rapport sur la situation des écoles libres » (1893).

20 Voir les budgets dans AAL, La Semaine Religieuse (1881-1904).

21 AFM, « Les Annales de F. Avit », vol. 3 (Mornant).

22 Les Sœurs de Saint-Charles de Lyon (Annales de la Congrégation) vol. 2, 1874-1900 (Lyon, 1923), 61.

23 AFEC-Lyon, « Notes historiques », vol. 2, 579 ; vol. 3, 21. AFEC, « Circulaires instructives et administratives », no 75 (1897).

24 DEL, Comité d'inspection des écoles catholiques de Lyon, « Séance du jeudi 10 juin 1897 ».

25 AStJ, C P1 La Pacaudière, Sœur St-Louis à la Supérieure Générale (1888).

26 AAL, La semaine religieuse (1897) : 358. L'exemple ici cité était celui de Terrenoire, commune de la Loire où les écoles congréganistes demandaient des scolarités et avaient de forts effectifs.

27 Louis de Vaucelles, « Le Nouvelliste de Lyon » et la Défense religieuse (1879-1889) (Lyon, 1971), 4.

28 Gilbert Garrier, Paysans du Beaujolais et du Lyonnais, 1800-1970 (Grenoble, 1973), vol. 1, 464.

29 Yves Lequin, Les ouvriers de la région lyonnaise (1848-1914) (Lyon, 1977), vol. 2, Les intérêts de classe et la république, 216. Sur la crise industrielle de la région, voir aussi Michael P. Hanagan, The Logic of Solidarity : Artisans and Industrial Workers in French Towns, 1871-1914 (Urbana, 1980) et Jacques Schnetzler, Les industriels et les hommes dans la région de St-Étienne : Étude de géographie humaine (Saint-Étienne, 1975).

30 Un commissaire spécial, faisant son rapport au préfet du Rhône, les désigne comme membres des « partis réactionnaires ». La liste des fondateurs comprenait une majorité de fabricants et de négociants de textiles. ADR, 4 M 621, le Commissaire spécial au Préfet (1886).

31 ADR, 4 M 621, « Société d'encouragement à l'enseignement libre et catholique » (s. d.).

32 Société d'encouragement à l'enseignement libre et catholique, Le Travailleur chrétien (1888), 9, 46. DEL, Procès-verbaux de la Société d'encouragement, « Séance du 8 avril 1890, Réunion des membres fondateurs ».

33 DEL, Société d'encouragement, « Séance du 12 octobre 1892 ». La société a quelque difficulté à faire paraître ce livre ; même l'éditeur catholique Emmanuel Vitte ne voulait pas prendre ce risque. DEL, Société d'encouragement, « Séance du 18 janvier 1888 ».

34 AAL, La Semaine religieuse 16 (1888) : 493-94. Société d'encouragement à l'enseignement libre et catholique, Compte-Rendu général de Tannée 1888-89 (Lyon, 1889), 3. DEL, Société d'encouragement, « Séance du 20 décembre 1888, Assemblée des Dames ».

35 La Société d'encouragement a moins de problèmes avec les Frères Maristes qui acceptaient d'utiliser Le Travailleur chrétien et de demander des scolarités.

36 DEL, Société d'encouragement, coupure du Salut Public, 28 novembre 1891. Cependant, le Comité des Écoles Libres prenait quelque distance par rapport à ce groupe, refusant en 1895 une fusion des deux groupes, en disant que cela pourrait nuire à leurs collectes de fonds, vu surtout l'hostilité entre la Société et les Frères des Écoles Chrétiennes. DEL, Société d'encouragement, « Séance du 28 novembre 1895 ».

37 DEL, Société d'encouragement, « Séance du 4 février 1891 » ; « Séance du 18 avril 1894 ». La Société d'encouragement est liquidée en 1897, onze ans après sa fondation. Elle donne tous ses fonds restants à l'archevêque de Lyon, espérant qu'il continuerait à promouvoir les objectifs de la société. DEL, Société d'encouragement, « Séance du 12 mars 1897 – Liquidation ».

38 FM, Circulaires, vol. 8, 784 (1894). Dans le diocèse de Lyon, le principal comité soutenant les écoles catholiques était le Comité des Écoles Libres mais il y avait aussi le Comité de défense des intérêts catholiques, fondé en 1879 et s'occupant surtout des problèmes juridiques et financiers et l'Association des anciens élèves des Frères des Écoles Chrétiennes et des Écoles libres catholiques, fondée dans les années 1880 pour soutenir les écoles catholiques, en même temps que pour promouvoir l'amitié et les contacts entre anciens élèves. De nombreuses villes du diocèse avaient des comités ou associations analogues.

39 DEL, Société d'encouragement, « Séance du 8 juin 1892 ».

40 AAL, I.89, « Sixième assemblée générale des curés de Lyon » (1897).

41 AFEC-Rome, NC 667 (2), le Supérieur général au Cardinal Caverot (1882). Ce dossier contient tout l'ensemble des lettres échangées entre les curés, l'archevêque et la congrégation.

42 AFEC-Rome, EL 616, projet de lettre à l'archevêque de Lyon (1888).

43 AAL, Cardinal Coullié : Question scolaire, « Rapport présenté à Mgr l'Archevêque sur les examens libres » (1895).

44 AAL, Cardinal Coullié, Question Scolaire, « Projet d'inspection diocésaine des écoles catholiques » (1895). L'inspection diocésaine des écoles catholiques n'était pas inhabituelle dans d'autres régions de France à cette époque. Des documents dans le même dossier comprennent des programmes d'inspection en provenance de Cambrai et de Sens.

45 AAL, Cardinal Coullié, Question scolaire, Emmanuel Perrin au Vicaire général, « Projet d'inspection diocésaine des écoles catholiques » (1895).

46 DEL, Comité d'inspection des écoles », « Séance du mercredi 29 juin 1898 ».

47 ADR, T 101(4), l'Inspecteur d'Académie de Lyon au Préfet (1884).

48 Voir AFEC, « Circulaires instructives et administratives », no 5 (1876), et FM, Circulaires, vol. 6, 69-70 (1878).

49 AFM, « Les Annales de F. Avit », vol. 2 (L'Arbresle).

50 Mona Ozouf, L'école, l'Église et la République 1871-1914 (Paris, 1963), 114.

51 FM, Circulaires, vol. 6, 45 (1878) ; vol. 8, 589 (1895).

52 Les Éléments de pédagogie pratique sont publiés en 1901 et une nouvelle édition de La Conduite des écoles chrétiennes, par M. de La Salle, paraît en 1903. D'après son introduction, on avait commencé à y introduire de la pédagogie moderne depuis 1860. Le supérieur général, le Frère Gabriel-Marie, qui révise ces ouvrages, crée aussi un Bulletin des écoles chrétiennes.

53 SStC, Annales, vol. 2, 236.

54 ACSV, Province de France, « Rapport du Visiteur au T.R.P. Supérieur Général » (1897). Cette critique illustre le fait que les Clercs de Saint-Viateur étaient une congrégation plutôt petite, travaillant dans les zones rurales. Dans les congrégations plus importantes, des méthodes pédagogiques uniformes avaient été imposées depuis des décennies.

55 FM, Circulaires, vol. 6, 265 (1881).

56 Ces chiffres sont basés sur les signatures des actes de mariage. Ministère de l'Instruction publique et des Beaux-Arts, Résumé des états de situation de l'enseignement primaire pour l'année scolaire 1889-90 (Paris, 1892), 106-08.

57 M. Gréard, La législation de l'instruction primaire en France depuis 1789 jusqu'à nos jours (Paris, 1891-1902), vol. 5, 417-19.

58 Département du Rhône, Enseignement primaire, Rapport de M. Gaudier (Lyon, 1884), 34.

59 FM, Circulaires, vol. 6, 439-71, 549 (1882).

60 AFM, « Les Annales de F. Avit », vol. 2 (Chasselay).

61 AAL, La Semaine religieuse 9 (1885) : 121.

62 AStC, Lettres circulaires (1886). AStJ, Registre « Novices » (1899). ACSV, Province de France, « Rapport du Visiteur au T.R.P. Supérieur Général, 1897-98 ».

63 AAL, La Semaine religieuse 20 (1890) : 1079.

64 FM, Circulaires, vol. 6, 491, 507-08 (1882). L'auteur du Tour de France était Mme Alfred Fouillée, sous le pseudonyme de G. Bruno. Voir l'essai de Jacques Ozouf et Mona Ozouf, « 'Le Tour de France par deux enfants' », dans Pierre Nora, éd., Les Lieux de mémoire, vol. 1, La République (Paris, 1984), 291-322.

65 Jacqueline Freyssinet-Dominjon, Les manuels d'histoire de l'école libre, 1882-1959, de la loi Ferry à la loi Debré (Paris, 1969), 36. Voir aussi Lanfrey, Les catholiques français et Christian Amalvi, « Les guerres des manuels autour de l'école primaire en France (1899-1914) », Revue Historique 532 (1979) : 359-98.

66 Le certificat d'études primaires est introduit en France en 1834 mais c'est un échec. Il est réintroduit en 1866 et devient un examen national en 1880. Théodore Zeldin, France 1848-1945 (édition brochée, New York 1979), vol. 3 Intellect and Pride, 200.

67 AFEC, « Circulaires instructives et administratives », no 19 (1880).

68 AAL, Cardinal Coullié : Question scolaire, « Rapport présenté à Mgr l'Archevêque sur les examens libres » (1895). Des certificats catholiques sont organisés dans toute la France à cette époque. Voir Patrick Cabanel, « Le certificat d'études entre la République et l'Église : L'exemple de la Lozère, 1880-1940 », Annales du Midi 100 (1988) : 307-36, et Jean Peneff, Écoles publiques, écoles privées dans l'Ouest, 1880-1950 (Paris, 1987).

69 Seulement 10 garçons et 11 filles, élèves des écoles congréganistes s'inscrivirent aux examens officiels, comparé aux 843 garçons et 742 filles des écoles publiques. AML, R 18, « Situation scolaire à Lyon en 1888-89 ». DEL, Comité d'inspection des écoles, « Séance du 8 juin 1893 ».

70 AAL, I. 89, « Neuvième assemblée générale des curés de Lyon » (1898). AStC, Lettres Circulaires (1899).

71 Voir la liste dans AFEC-Lyon, « Notes historiques », vol. 4, 119.

72 AFEC, Circulaires instructives et administratives, no 96 (1900) ; FM, Circulaires, vol. 9, 596 (1900). Les Sœurs de Saint-Charles sont invitées aussi à concourir pour l'exposition mais elles refusent, bien qu'elles aient fourni des renseignements sur leurs écoles publiques. AStC, Lettres Circulaires (1900).

73 AAL, La Semaine religieuse (1897), 11.

74 AFM, « Les Annales de F. Avit », (Écully).

75 Gérard Cholvy et Yves-Marie Hilaire, Histoire religieuse de la France contemporaine (Toulouse, 1985), vol. 2, 1880-1930, 186, 209. Gadille, 251.

76 Ralph Gibson, A Social History of French Catholicism, 1789-1914 (Londres, 1989), 180-82.

77 G. Fonsegrive, Lettres d'un curé de campagne (Paris, 1894), 61.

78 ASV, S. Congr. Concilio - Relat. Visit, ad limina 470 (Lugdunen), visites pastorales (1897).

79 Ces exemples sont pris dans les paroisses de St-Bonaventure (Lyon), St-Bernard (Lyon), Tupin-Semons, Pierre-Bénite, et St-Pierre (St-Chamond). ASV, S. Congr. Concilio - Relat. visit, ad limina 470, visites pastorales (1897).

80 ACSV, Province de France, « Rapport du Visiteur au T.R.P. Supérieur Général, 1897-98 ».

81 AFM, « Les Annales de F. Avit ». Cet aperçu sur les commaunautés est écrit entre 1882 et 1888 et mis à jour en 1893. Sur les 167 écoles des provinces de St-Génis-Laval (Rhône, Ain, Isère) et de Notre-Dame l'Hermitage (Loire, Haute-Loire, Ardèche), 28 avaient d'excellents résultats religieux, 76 de bons résultats, et 23 d'assez bons résultats. Les exemples sont de vol. 3 (Pierre-Bénite), vol. 4 (Romanèche-Thorins), vol. 5 (Thurins).

82 AStJ, Lettres circulaires, Mère Marie-Émilie (1883). FM, Circulaires, vol. 8, 71-72 (1891), 339 (1893).

83 AStJ, Lettres Circulaires : lettre pastorale de l'Archevêque de Lyon aux religieuses de son diocèse (1898).

84 AAL, La Semaine religieuse (1896), 8.

85 ACSV, Province de France, « Rapport du Visiteur au T.R.P. Supérieur Général, 1897-98 ».

86 AStJ, Lettres circulaires (1884, 1887).

87 Linda Clark soutient que les regards portés sur l'éducation féminine par les républicains et par les catholiques étaient remarquablement semblables sous cet aspect. Schooling the Daughters of Marianne : Textbooks and the Socialization of Girls in Modern French Primary Schools (Albany, 1984), chapitre 2.

88 Constitutions pour la petite congrégation des Sœurs de Saint-Joseph (Lyon, 1899), 184.

89 AStJ, Lettres circulaires : lettre pastorale de l'Archevêque de Lyon aux Religieuses de son diocèse (1899). Félix Dupanloup, évêque d'Orléans, avait été l'un des principaux avocats catholiques de l'extension de l'instruction des femmes.

90 AAL, Mandements de S.E. le Cardinal Foulon, « Lettre pastorale de Mgr l'Archevêque de Lyon et Vienne annonçant la publication du nouveau catéchisme du diocèse de Lyon » (1888).

91 ACSV, « Circulaires du P. Gonnet », no 18 (1875). FM, Circulaires, vol. 6, 255 (1881) ; vol. 7, 696-97 (1895), vol. 8, 693-95 (1895).

92 La « laïcité » ou suppression de l'instruction religieuse était imposée par la loi du 28 mars 1882 ; les symboles religieux sont interdits par une circulaire ministérielle du 2 novembre 1882. Gréard, vol. 5, 421.

93 FM, Circulaires, vol. 6, 307 (1881) ; ACSV, « Circulaires du P. Gonnet », (1882) ; AStJ, Lettres Circulaires, Mère Louis-Stanislas (1882).

94 FM, Circulaires, vol. 7, 103-104 (1882). AStJ, C/S 3bis 1, « Notice sur la communauté des Sœurs de St-Joseph à St-Christo-en-Jarez » (s. d.).

95 Cité dans SStC, Annales, vol. 2, 159.

96 L'inspecteur est conduit à découvrir cette situation en voyant une exposition pour le mois de Marie dans une ancienne salle de classe. AFM-Rome, 603.073 01 St-Julien-Molette, le Frère Pothinus au Frère Assistant (1881).

97 ADL, T 1529, l'Inspecteur de l'Académie de Lyon au Préfet de la Loire (1888).

98 AFEC, « Circulaires instructives et administratives », no 25 (1882) ; FM, Circulaires, vol. 7, 6 (1882). ACSV, « Circulaires du P. Gonnet » (1882) ; AFEC, « Circulaires instructives et administratives », no 25 (1882).

99 ADR, T 4(1), Circulaire du Ministre de l'Instruction publique aux Préfets (1882).

100 ADR, T 101(4), l'Inspecteur de l'Académie de Lyon au Préfet (1906).

101 AAL, « Lettre circulaire de S.E. le Cardinal Caverot, Archevêque de Lyon et de Vienne sur l'instruction chrétienne des enfants » (1883).

102 Il y a une série de telles plaintes datant des années 80 et 90, dans ADL, T 1529 et dans AN F 19 5446.

103 AAL, I.89, « Première assemblée générale » (1894).

104 FM, Circulaires, vol. 8, 691-692 (1895).

105 DEL, Société d'encouragement, « Séance du 22 juin 1886 ».

106 Maurice Larkin, Church and State after the Dreyfus Affair : The Separation Issue in France (New York), 1974), 7.

107 Fonsegrive, 61.

108 ASV, S. Congr. Concilio - Relat. Visit, ad limina 470 (Lugdunen), visites pastorales (1897).

109 Lanfrey base son analyse sur une étude des lettres pastorales. Les Catholiques français, 127.

110 ASV, S. Congr. Concilio - Relat. Visit, ad limina 470 (Lugdunen), visites pastorales (1897).

111 AFM, « Les Annales de F. Avit », vol. 4 (St-Cyr).

112 AAL, I. 89, « Septième assemblée générale des curés de Lyon » (1897). AStJ, Lettres circulaires : lettre pastorale de l'Archevêque de Lyon aux religieuses de son diocèse (1898).

113 Françoise Mayeur, De la Révolution à l'école républicaine (Paris, 1981), 238-39, vol. 3 de Histoire générale de l'enseignement et de l'éducation en France, éd. Louis Parias. Voir Georges Rigault, Histoire générale de l'Institut des Frères des Écoles Chrétiennes (Paris, 1942), vol. 7, La fin du xixe siècle, 412, pour ce qui est des activités postscolaires des Frères des Écoles Chrétiennes.

114 Kathleen Alaimo nous rappelle que le concept d'adolescence commençait à peine à émerger en France au tournant du siècle, et que la période « de l'école au régiment » recevait une plus grande attention de la part des républicains comme des catholiques. « Adolescence in the Popular Milieu in France during the Early Third Republic : Efforts to Define and Shape a Stage of Life » (Ph. D. diss., University of Wisconsin-Madison, 1988), 102-03, 380.

115 Firmin Counort, À travers les pensionnats de frères (Paris, 1902), 578.

116 Bien qu'il soit intéressant de noter qu'elle loue les Frères des Écoles Chrétiennes d'avoir « si bien compris la bataille ». Jeanne Laroche (Mère Marie du Sacré-Cœur), Les religieuses enseignantes et les nécessités de l'apostolat (Paris, 1899).

117 Une telle école normale avait été fondée pour les religieuses belges à Bruges en 1859. Laroche, 108-09.

118 AN, F 19 6274, article tiré de La Vérité, 10 octobre 1898. Pour une étude du scandale causé par Laroche, voir Françoise Mayeur, L'éducation des filles en France au xixe siècle (Paris, 1979) ; Émile Poulat, « Le rêve contrarié d'une religieuse enseignante : L'affaire de Mère Marie du Sacré-Cœur », dans Françoise Mayeur et Jacques Gadille, éd., Éducation et images de la femme chrétienne en France au début du xxe siècle (Lyon, 1980) : 95-104 ; et, par une de ses supporters, la Vicomtesse d'Adhémar, Une religieuse réformatrice : La Mère Marie du Sacré-Cœur de 1895 à 1901 (Paris, 1909).

119 D'Adhémar, 63-64. Voir aussi la lettre pastorale adressée aux religieuses de son diocèse en 1899.

120 Poulat, 96.

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.