Version classiqueVersion mobile

L'Enseignement au temps des congrégations

 | 
Sarah A. Curtis

Deuxième partie. L'enseignement catholique sur la défensive 1870-1905

Chapitre 5. La crise de la Troisième République

Texte intégral

  • 1 Jules Ferry est ministre de l'Instruction Publique du 4 février 1879 au 14 novembre 1881, de nouve (...)
  • 2 René Rémond, L'anticléricalisme en France de 1815 à nos jours (Paris, 1976), 113-14. Cette idée n' (...)

1Comme le sait tout écolier français, Jules Ferry, Ministre de l'Instruction Publique, établit l'enseignement gratuit, obligatoire et laïc dans la nouvelle République1. Les républicains anticléricaux, venus au pouvoir en 1877, tombent d'accord pour penser que seul un système étatique et obligatoire d'enseignement primaire, coupé de l'influence de l'Église catholique, peut régénérer la France, après sa défaite devant les Prussiens en 1870, et former la base d'un gouvernement républicain fort. L'idée qu'il existe « deux jeunesses » en France a eu son origine dans l'opposition libérale du temps de la Restauration est réapparue durant les révolutions de 1848 et devient un principe directeur pour de nombreux groupes républicains dans les années 1860 et 18702. Partageant avec les catholiques l'idée que les enfants sont modelés par les leçons apprises à l'école, les républicains placent la réforme de l'instruction publique en tête de leur programme politique ; durant toute la Troisième République, elle reste l'une des questions fondamentales, maintenant ensemble divers groupes politiques de gauche.

  • 3 Jules Ferry, « Proposition sur les écoles normales primaires » (1879), cité dans Paul Robiquet, ed (...)

2Les principales mesures législatives concernant l'enseignement primaire sont la loi de juin 1881, qui rend gratuit l'enseignement primaire et exige le brevet de capacité pour tous les maîtres ; la loi du 28 mars 1882, qui rend l'enseignement primaire obligatoire et établit un nouveau programme laïc ; et la loi du 30 octobre 1886, qui remplace, dans les écoles publiques, le personnel congréganiste par des instituteurs laïcs. Ces réformes ont pour but d'étendre l'enseignement primaire à toutes les communes françaises, de réduire le rôle joué par l'Église dans l'éducation, et d'élever le niveau de l'enseignement, tout en lui permettant de répondre à des priorités morales et patriotiques. Parlant d'écoles normales féminines, des ateliers de charité et des asiles pour les jeunes enfants, Jules Ferry proclame, en 1879 : « Je veux y substituer de vraies écoles, avec de vraies institutrices, apprenant aux enfants à lire, au lieu de les forcer à faire de la dentelle »3.

  • 4 Voir Antoine Prost, L'enseignement en France, 1800-1967 (Paris, 1968) et Mona Ozouf, L'école, l’Ég (...)

3Pourtant, dans le diocèse de Lyon, comme dans beaucoup d'autres diocèses français, les paroles passionnantes de Ferry portent plus sur les priorités politiques que sur les normes éducatives. Des congrégations religieuses actives, comme nous avons vu dans les chapitres précédents, avaient déjà mis des écoles primaires à la disposition de communes pauvres et isolées, aussi bien que dans des villes surpeuplées, créant tout un réseau scolaire qui était bien accueilli par les habitants et occupait une large place dans l'enseignement public. Elles avaient également recruté, formé et déployé un large corps de maîtres et de maîtresses, avec une forte conscience du sens de leur mission, et qui enseignaient un programme de plus en plus complexe. Néanmoins, le programme de réforme scolaire de la Troisième République fut un défi à la mission de l'Église dans le domaine de l'éducation et de l'évangélisation, parce que, précisément, le rôle des congrégations enseignantes avait été si important durant la période antérieure à 1880. Le conflit qui suivit entre l'Église et l'État sur les diplômes, les programmes et le personnel et qui prit place à tous les niveaux de la vie française – dans la politique nationale, dans les communautés locales et même dans les familles – est un des épisodes centraux dans l'histoire de la République aussi bien que de l'histoire de l'enseignement. L'historiographie républicaine décrit depuis longtemps cette période comme le début du déclin de l'enseignement catholique4. Mais quand on examine la réponse aux lois Ferry du point de vue des congrégations enseignantes, ce qui est le plus frappant reste leur capacité à s'adapter aux nouvelles conditions. Cette capacité d'adaptation donne, à son tour, une nouvelle perspective sur la Troisième République et sa « guerre scolaire ».

4Pendant les deux dernières décennies du xixe siècle, les congrégations enseignantes obtiennent le brevet de capacité, maintenant obligatoire, continuent d'assurer le recrutement suffisant et, soit défendent leurs écoles de la laïcisation, soit ouvrent des écoles libres concurrentes dans la plupart des communes. Les congrégations enseignantes entrent avec succès en concurrence avec le nouveau système d'enseignement laïc de l'État, en grande partie grâce à la force de leurs structures internes et aux appuis acquis auprès de la population locale, au cours des cinquante années précédentes. Confiantes de leur mission et bien enracinées dans la vie française, les congrégations enseignantes ne sont pas sans ressources dans leur lutte pour conserver un rôle dans l'enseignement primaire populaire. Les frères enseignants et, en particulier, les sœurs enseignantes, jouissent dans cette région d'un soutien public basé en grande partie sur leur familiarité et leur utilité, des traits qui continuent de les placer dans une position de force même quand le débat sur les réformes de l'enseignement devient plus polarisé et plus polémique.

La question du brevet

  • 5 Prost, 174.
  • 6 Jules Ferry, « Loi relative aux titres de capacité pour l'enseignement primaire » (1879), cité dan (...)
  • 7 Ceci peut se comparer aux 12,1 % d'instituteurs laïcs et aux 8,3 % d'institutrices laïques. Minist (...)

5La première des lois Ferry à avoir un impact sur les congrégations enseignantes est celle du 16 juin 1881 qui exige que tout instituteur primaire, laïc ou congréganiste, public ou privé, possède le diplôme du brevet de capacité. Cette loi est manifestement une annulation de la politique du Second Empire, en matière de titularisation, qui autorisait les institutrices congréganistes à enseigner avec seulement la lettre d'obédience et ne demandait le brevet qu'aux congréganistes masculins qui étaient titulaires c'est-à-dire directeurs d'une école primaire. La loi Falloux de 1850 permettait également de remplacer le brevet, pour les congréganistes masculins, par un certificat de stage accordé après trois ans d'enseignement5. En fait, l'absence de véritable diplôme d'enseignement est un élément-clé dans la critique anticléricale contre les écoles congréganistes, dont les maîtres sont supposés être inférieurs en formation et en qualité. La lettre d'obéissance, argumente Jules Ferry pendant le débat sur la nouvelle loi, est devenue « un instrument d'abaissement et de faiblesse pour l'instruction primaire en France »6. Puisque le brevet n'est pas requis, beaucoup de religieux et la plupart des religieuses ne se tracassent pas pour le passer. En 1879-80, 58,2 % du total des frères et 86 % des sœurs, enseignant dans le diocèse, n'ont pas le diplôme7.

  • 8 ACSV, Registre « Chapitre 1845-1905 », 3e séance, 29 août 1870. AStJ, Lettres circulaires, Mère Ma (...)
  • 9 AFEC, Circulaires instructives et administratives » (1874). Plus de la moitié (132) de ceux qu'on (...)
  • 10 AStC, Lettres circulaires, Mère Saint-Théodore (1877).
  • 11 AStC, Lettres circulaires, Mère Sainte-Théodore (1878). Les Sœurs de Saint-Charles de Lyon (Annale (...)

6Toutefois, de plus en plus, le brevet de capacité devient la norme de référence pour les capacités pédagogiques, et les congréganistes se sentent de plus en plus poussés à l'obtenir. Même avant que ce diplôme ne soit requis par la loi de 1880, certains conseils municipaux en ont déjà fait une obligation pour les écoles communales. En 1870, les Clercs de Saint-Viateur décident d'ouvrir une « école normale » dans leur maison-mère, dans laquelle les maîtres les plus doués se prépareront aux examens du brevet élémentaire et du brevet supérieur. Deux années plus tard, la supérieure générale des Sœurs de Saint-Joseph publie une directive pour donner davantage de temps d'étude aux jeunes sœurs parce qu'« il se peut faire, qu'à un moment donné, on exige les brevets de capacité des sœurs enseignantes ». Les Frères Maristes expriment un sentiment analogue en 1876, déclarant à leurs membres : « Il faut que tous les Frères redoublent de travail et d'efforts pour se rendre capables et faire face à tous les besoins, même celui d'un brevet, s'il était exigé pour tous »8. Et, en 1873, 1874, 1875 et 1879, les circulaires du supérieur général des Frères des Écoles Chrétiennes rappellent aux frères qui enseignent le besoin d'étudier davantage, spécialement pendant les vacances où des sessions spéciales sont organisées pour les maîtres non diplômés. Elles recommandent même d'établir des examens blancs pour acquérir « cette assurance modeste, cette contenance à la fois retenue et aisée, cette habitude de répondre, après réflexion, d'une manière précise, claire et correcte, qui disposent favorablement les examinateurs ». Elles ne permettent toutefois pas aux religieux de se présenter à l'examen s'ils n'y sont pas préparés ; on veut accroître le nombre des maîtres diplômés mais on ne veut pas gaspiller les ressources et endommager la réputation de la congrégation. Bien que 274 de leurs frères du district de Lyon aient réussi leur brevet entre 1879 et 1881, 556 (48 %) sont encore sans diplôme en 1881 ; de ceux-ci, selon les supérieurs, 217 sont considérés capables de passer le brevet, 108 douteux et 233 incapables9. Le principal revirement concernant le brevet vient, cependant, des Sœurs de Saint-Charles, dont les responsables ont pendant longtemps fait objection à cet examen, le considérant comme peu conforme à l'humilité religieuse des sœurs. Comme dans les autres congrégations, leur nouveau comportement est fondé sur la perception d'attitudes nouvelles par rapport aux exigences de la titularisation. En 1877, la Mère Saint-Théodore prépare un programme d'études durant les vacances d'été pour toutes les Sœurs de Saint-Charles, n'en exemptant que les sœurs ayant plus de trente années de service. Elle en donne comme raisons les « exigences de la position » et « un immense désir de répondre à la confiance des familles » et aux « espérances de l'Église »10. Les sœurs se lancent dans le programme d'étude avec tellement d'enthousiasme que l'année suivante la Mère Saint-Théodore réduit à une heure quotidienne le temps d'étude et remplace le travail écrit par des exercices oraux, en déclarant que ce n'est pas son intention d'épuiser les sœurs. Néanmoins, le programme des examens pratiques se poursuit lors de la retraite annuelle et à Pâques. Douze sœurs passent le brevet pour la première fois en mars 187911.

  • 12 Lors d'une réunion provoquée par les Frères des Écoles Chrétiennes à Paris, en 1881, les Supérieur (...)
  • 13 André Lanfrey, « Une congrégation enseignante : Les frères maristes de 1850 à 1904 » (Thèse 3e cyc (...)
  • 14 AFEC, « Circulaires instructives et administratives », no 24 (1882).
  • 15 AStC, Lettres circulaires (1881, 1882).

7Alors que de nombreuses congrégations ont déjà renforcé leurs programmes d'études dès 1881, le vote de la nouvelle loi accélère leurs efforts. La législation exempte de l'obligation du brevet les enseignants ayant plus de trente-cinq ans et possédant cinq ans d'expérience dans l'enseignement ; aussi les congrégations concentrent-elles leurs efforts sur la préparation à l'examen de leurs membres les plus jeunes12. Il est toutefois difficile de trouver du temps d'étude pour des maîtres surchargés de travail, loin de la maison-mère. Les Frères Maristes établissent une école normale en vue du brevet élémentaire, dans chaque province, et une autre en vue du brevet supérieur, à Saint-Genis-Laval (Rhône)13. De la même façon, les Frères des Écoles Chrétiennes déplacent leurs priorités pour les tourner vers le besoin urgent d'obtenir davantage de maîtres diplômés, recommandant l'élimination des classes d'adultes pendant deux ou trois ans, afin de consacrer davantage de temps à l'étude et à la préparation de l'examen14. Les Sœurs de Saint-Charles recommandent de modifier les programmes pour permettre d'accorder deux heures par jour aux études dans chaque établissement et un temps supplémentaire le jeudi, jour de demi-congé. Elles se rendent compte que les sœurs qui préparent leur examen à la maison-mère de Lyon réussissent mieux mais elles ne peuvent pas trouver des remplaçantes pour toutes leurs enseignantes15.

  • 16 À comparer avec seulement 42 reçues avant 1880. Lors de cette session, il y a aussi 50 succès au d (...)
  • 17 SStC, Annales, vol. 2, 145. AStC, Lettres circulaires (1883).
  • 18 Tous ces chiffres sont calculés à partir de deux cahiers d'archives des Sœurs de Saint-Charles, in (...)
  • 19 Lanfrey, 183.
  • 20 AN, 156 AP I 229, l'Assistant des Frères Maristes au Baron Mackau (1883).
  • 21 Ministère de l'Instruction publique et des Beaux-Arts, Statistique de l'enseignement primaire, vol (...)

8À partir de 1881, ces modifications deviennent payantes quand les enseignants congréganistes commencent à réussir le brevet de capacité en grand nombre. À la session de mars 1882, 279 Sœurs de Saint-Joseph passent cet examen16. En 1881, 118 Sœurs de Saint-Charles le réussissent. Entre 1882 et 1886, 322 autres membres de cette congrégation obtiennent leur brevet. Pourtant, ce n'est pas assez. « Si nous vous disons, mes Sœurs », écrivait la Mère Supérieure à ses filles en 1883, « le chiffre des sujets qui ne sont pas encore munis de brevets, vous en seriez épouvantées, désolées »17. Une partie du problème provient du taux plutôt bas de réussite, durant ces premières années : une moyenne de 34,3 % de 1882 à 1886. Ce n'est pas avant 1887 que le nombre de candidats par session devient plus petit (trente ou moins) et que le taux de réussite s'améliore nettement : 62 % entre 1887 et 190418. Les Frères Maristes se plaignent en 1883 de ce que les examinateurs sont hostiles à l'égard des candidats congréganistes et qu'ils peuvent à peine obtenir quinze brevets pour chaque centaine de candidats « assez bien préparés ». Toutefois, entre les années 1882 et 1884, ils constatent un lent accroissement du nombre de brevets, suivi d'un nombre plus important entre 1888 et 189219. Les Frères des Écoles Chrétiennes aussi accusent les examinateurs républicains de « flagrantes partialités » en faveur des candidats laïcs20. Il est difficile de savoir s'il s'agit juste d'une excuse ou si les examinateurs sont vraiment partiaux. Néanmoins, à mesure que les maîtres plus âgés et non diplômés se retirent ou meurent, la proportion des enseignants brevetés s'accroît. En 1881, le diocèse a 377 religieux et 1 475 religieuses sans diplôme, dans les écoles publiques ou privées ; dès 1886, ces chiffres sont descendus à 88 pour les religieux et 700 pour les religieuses. Les statistiques départementales du Rhône donnent seulement 65,7 % de religieux et 41,2 % de religieuses ayant leur diplôme en 1883, mais, à la fin du siècle ces proportions atteignent 96,3 et 81,9 % respectivement21. Conscientes que leur survie même dépend de leur aptitude à satisfaire les exigences de la nouvelle législation, les congrégations enseignantes modifient leurs programmes de formation dans ce sens. À la fin du siècle, elles ont réussi.

Les problèmes de recrutement

  • 22 AStC, Lettres circulaires (1884). Les Sœurs de Saint-Charles semblent avoir été dans le diocèse la (...)
  • 23 ACSV, Registre « Discrétoire général », vol. 3, no 17 et 18 (1882).
  • 24 ACSV, « Circulaires du Père Gonnet », no 55 (aux CSV et aux curés) (1884).
  • 25 AFEC, « Circulaires instructives et administratives », no 75 (1897).

9Avec une grande proportion de leurs membres se préparant aux examens et un certain nombre d'entre eux susceptibles de ne pas l'obtenir, les congrégations enseignantes se trouvent particulièrement à court de personnel, au début des années 1880. Les congrégations sont obligées de muter les plus jeunes sœurs qui échouent au brevet vers d'autres occupations : lingerie, surveillance des élèves pendant les récréations et les sorties, correction des devoirs, soin des malades et des pauvres. Les Sœurs de Saint-Charles engagent aussi quelques « jeunes filles brevetées » extérieures à la congrégation22. Chez les Clercs de Saint-Viateur, les supérieurs essaient de débarrasser la congrégation des novices qui n'atteignent pas les nouveaux niveaux requis ; ils gardent au noviciat ceux qui paient une pension régulière ou qui ont une chance raisonnable de passer le brevet ; tous les autres sont rendus à leur famille. Le résultat de ces mesures est que deux de leurs trois noviciats français sont fermés en 188223. Le Supérieur général rappelle aux frères et aux curés de chercher de nouvelles vocations, avec le même « zèle » qu'ils déploient pour trouver des élèves, allant si besoin au-delà des limites de la paroisse24. « Un internat, une école chrétienne, une œuvre de jeunesse, qui ne produisent pas de vocations », lance à ses enseignants le supérieur général des Frères des Écoles Chrétiennes, « renferment une grave lacune dans leur organisation ou leur fonctionnement »25.

  • 26 Recueil de Lettres-Circulaires adressées aux Religieuses de Saint-Charles de Lyon (Lyon, 1931), 14 (...)
  • 27 Claude Langlois, Le Catholicisme au féminin : Les congrégations françaises à supérieure générale a (...)
  • 28 FM, Circulaires, vol. 7, 79-80 (1882) ; vol. 10, 318 (1903). Lanfrey, 209, attribue cette croissan (...)
  • 29 ACSV, Registre « Religieux 1 » (1860-99).

10Cependant, le problème du brevet ne fait que renforcer dans beaucoup de congrégations le sentiment déjà net qu'elles subissent une crise d'effectifs, perdant des sujets valables par suite des défections, de la maladie et de la mort, et étant incapables d'en attirer d'autres en nombre égal, juste au moment où elles en ont le plus besoin. Dès 1869, une circulaire adressée aux Sœurs de Saint-Charles déplore que la mort et la maladie réduisent le nombre de sœurs. Les Sœurs de Saint-Joseph datent de l'année 1870 la baisse du nombre de nouvelles novices. En 1875, les Frères des Écoles Chrétiennes notent que, bien que leurs missions à l'étranger soient florissantes, le recrutement en France et en Belgique a diminué de façon marquée, ce qui crée une difficulté pour répondre aux demandes toujours nombreuses de créations d'écoles26. Mais, jusqu'à un certain point, cette crise est plus imaginaire que réelle. Le recrutement des congrégations religieuses diminue réellement durant les temps de crise politique, mais en fait la croissance prend à cette époque une allure normale, après une période d'expansion de 1800 à 1860 ; en 1880, les congrégations féminines ont encore un effectif à majorité jeune27. Les chiffres pour les Frères Maristes montrent également une croissance de la congrégation dans son ensemble : 3 472 membres en 1883, 5 593 en 1893, et 6 830 en 190328. Cependant, pour les Clercs de Saint-Viateur, le nombre d'entrées au noviciat tombe de 107, durant la décennie 1860-69, à 62, en 1870-79, et à 35, en 1880-89 ; toutefois, dans la décennie suivante, ils admettent 87 novices, ce qui marque une belle remontée29.

  • 30 AFEC-Rome, DD 269, « District de Lyon-Savoie, Rapport » (1881).
  • 31 Lanfrey, 224-25. AFEC-Rome, ED 228, Registre du Chapitre Général, 2e séance, 15 octobre 1894. Les (...)

11À cause des changements dans les lois concernant le service militaire, la situation du recrutement est plus sérieuse pour les congrégations masculines. La loi de 1872 a exempté les enseignants aussi bien des écoles privées que publiques. Mais la loi du 16 juillet 1889 impose trois années de service militaire aux religieux enseignants, excepté pour ceux qui enseignent pendant dix ans dans une école publique ou dans une école française à l'étranger. Après la loi Goblet de 1886, les maîtres congréganistes ne sont plus autorisés à enseigner dans les écoles publiques. Par conséquent, entrer dans une congrégation religieuse n'est plus pour un maître un moyen d'échapper au service militaire. Les jeunes religieux doivent souvent quitter la congrégation pendant trois années de service, ce qui augmente les possibilités de les voir quitter définitivement. Et les congrégations masculines se rendent compte que le développement de l'enseignement laïc offre une alternative aux jeunes gens. « Presque tous les instituteurs laïques », écrivent les Frères des Écoles Chrétiennes, « font partout une propagande énorme et fructueuse pour l'École Normale ou l'École Supérieure »30. Les défections parmi les congréganistes restent nombreuses, environ les deux tiers parmi les Frères Maristes de 1880 à 1892. Dans les années 1890, ils peuvent toutefois réduire cette proportion à la moitié, et les Frères des Écoles Chrétiennes aussi annoncent un meilleur taux de persévérance, même parmi les frères qui ont fait le service militaire31.

  • 32 Les Frères des Écoles Chrétiennes ouvrirent leur premier petit noviciat à Paris en 1834, mais ils (...)
  • 33 AStJ, Registre « Juvénat, 1889-1927".
  • 34 AStJ, Registre « Juvénat, 1889-1927 ». AFEC-Rome, NC 292 (1), « Œuvre du Vénérable de La Salle : S (...)

12La façon la plus assurée de trouver de nouveaux candidats est de les prendre plus jeunes. Durant cette période, toutes les principales congrégations masculines développent ou créent des juvénats ou des petits noviciats, établissements qui sont des pré-noviciats pour des garçons âgés de treize à seize ans, afin de soutenir leur vocation et de les préparer à une entrée éventuelle au noviciat. Quelques-unes des congrégations féminines ouvrent aussi des juvénats pour les adolescentes32. Bien que ces « petits novices » n'aient eu aucune obligation d'entrer dans la congrégation, ils sont fortement encouragés à le faire. L'admission d'une élève au juvénat des Sœurs de Saint-Joseph est conditionnée par la promesse faite par les parents de ne pas empêcher leur fille d'entrer dans la congrégation, si elle décide de le faire33. Parfois le gouvernement accuse les congrégations enseignantes de faire passer le recrutement avant la loi, en enrôlant des élèves sans la permission de leurs parents. De son point de vue, entrer dans une de ces institutions équivaut à entrer dans la congrégation. En fait, ceci n'est vrai que pour les congrégations féminines. Au juvénat des Sœurs de Saint-Joseph, les 117 filles qui y entrent entre 1890 et 1900 passent toutes au noviciat, 104 d'entre elles émettent des vœux annuels et 77 obtiennent le brevet. Cependant, parmi les 110 garçons entrés au petit noviciat des Frères des Écoles Chrétiennes à Caluire (Rhône), en 1879, il n'y en a que 51 à devenir novices, et seulement 17 sont finalement placés comme maîtres auxiliaires. Les Frères de la Croix de Jésus ont 10 de leurs 42 juvénistes à entrer dans la congrégation comme novices en 1887, résultat qu'ils qualifient toutefois d'« excellent »34.

  • 35 FM, Circulaires, vol. 5, 640 (1877).

13Les congrégations sentent que, bien plus que les pensionnats ou les écoles de villages, les enseignants d'un juvénat – « loin de tout contact du monde » – peuvent entretenir le sentiment religieux, inculquer les habitudes et les règlements de la congrégation, et juger des aptitudes des futurs religieux instituteurs, même mieux qu'en pensionnat ou dans une école paroissiale. Même avant la crise des années 1880, le supérieur général des Frères Maristes fait remarquer à l'archevêque de Lyon que l'industrialisation croissante réduit le nombre des candidats ; s'ils attendent l'âge de quinze ans pour en recruter, « on perd énormément de sujets qui voient éteindre toute idée de vocation au contact des chantiers, des ateliers, des chemins de fer et autres industries »35. Un élève entrant au petit noviciat à l'âge de treize ans, par contre, passe trois années, jusqu'à ses seize ans, à étudier les matières profanes et religieuses, porte un habit séculier et se rend rarement en famille. Durant les dernières décennies du xixe siècle, ces maisons de formation pour les adolescents prennent davantage de place dans les efforts des congrégations enseignantes pour se refaire, à la fois numériquement et spirituellement.

  • 36 Recueil, 15. Yvonne Turin, Femmes et religieueses au xixe siècle : Leféminisme « en religion » (Pa (...)
  • 37 AStJ, 2 J 5, « Petits souvenirs édifiants recueillis par une religieuse de Saint-Joseph » (s. d.).
  • 38 ACSV, « Circulaires du Père Lajoie », no 16 (1896) ; « Province de France : Rapport du Visiteur gé (...)
  • 39 ACSV, « Province de France : Rapport du Visiteur général » (1898).

14Ce besoin perçu de distance avec la corruption du monde profane reflète le dilemme fondamental des congrégations religieuses actives à la fin du xixe siècle entre leur rôle d'enseignants professionnels et celui de spécialistes religieux. Dans ces temps de crise, qui demandent un engagement plus grand dans le monde extérieur, les congrégations réagissent par une stricte interprétation de leurs règles et un sens plus fort de leur mission religieuse. Dès 1869, la Supérieure générale des Sœurs de Saint-Charles parle de « l'esprit de vanité, d'indépendance et de dissipation qui s'introduit dans les Communautés d'une manière effrayante »36. « Plus les temps sont mauvais », lance la Mère Louis-Stanislas aux Sœurs de Saint-Joseph, lors d'une assemblée du chapitre général de la congrégation en 1879, « plus les religieuses doivent être ferventes ; plus on doit trouver parmi nous d'esprit intérieur, d'esprit de sacrifices et d'abnégation de soi-même ». Après sa mort, cette supérieure est louée pour « l'exacte observation de la Règle », jusqu'à reprocher aux sœurs d'écrire des lettres trop personnelles, d'utiliser du papier à lettre de fantaisie, et de posséder des livres avec des couvertures violettes, bleues ou rouges « à la mode »37. Mais les Clercs de Saint-Viateur se plaignent d'une baisse de niveau, même parmi les membres plus âgés : trop de demandes de visites en famille, inobservance de la règle religieuse, oubli « sous le moindre prétexte » de l'examen de conscience et de la sainte communion38. « L'horaire d'une maison religieuse », écrit un visiteur dans son rapport en 1898, « est le thermomètre qui en marque le degré de la température morale ». À son avis, il revient aux frères directeurs « de faire régner, par l'exemple et la parole, la régularité, la charité, l'union »39.

  • 40 AStC, Lettres circulaires (1891). AFEC-Rome, NC 267 (2), « La question des brevets » (1872).
  • 41 AFEC, « Circulaires instructives et administratives » (1885). AN, F 17 12461, « Frères des Écoles (...)
  • 42 Voir AStJ, G 6, « Ordonnance du Chapitre général » (1892), et Georges Rigault, Histoire générale d (...)

15Les congrégations enseignantes, en dépit de leurs besoins en personnel et en formation plus approfondis, voient l'augmentation de l'instruction profane comme une menace à leur mode de vie. Le but des matières profanes est simplement « pour répondre à la confiance des familles et pouvoir continuer notre œuvre auprès des enfants », rappelle à ses religieuses la supérieure générale des Sœurs de Saint-Charles. « Le savoir et la réussite », écrit un Frère des Écoles Chrétiennes en 1872, « sont l'une des principales causes de l'abandon de leur saint état »40. Le temps passé à préparer le brevet prend sur le temps des exercices spirituels. En conséquence, les Frères des Écoles Chrétiennes exigent en 1885 que tous leurs membres passent un examen interne de catéchisme et d'histoire sainte, qui leur donnera ensuite le droit de s'inscrire pour l'examen du brevet. Dans cette congrégation, l'année de noviciat devient réservée à l'étude de la religion et des règles et aux travaux manuels ; une deuxième année, appelée scolasticat, est consacrée aux études profanes. En 1894, le supérieur général rappelle à leurs membres en 1894 que « les études d'un petit novice ne seront pas celles d'un jeune séminariste, ou d'un élève aspirant à entrer dans quelque école professionnelle ou savante ». La congrégation ne veut former ni des prêtres ni des savants mais de simples « futurs Frères des Écoles Chrétiennes »41. En outre, plusieurs congrégations, y compris les Frères des Écoles Chrétiennes, les Sœurs de Saint-Joseph et les Sœurs de Saint-Charles, créent une « second noviciat », en vue de fortifier l'engagement religieux de leurs membres. Cette innovation consiste en une période de plusieurs mois d'études religieuses, habituellement en été, pour les sœurs et frères enseignants sur le point d'émettre leurs vœux perpétuels42.

  • 43 AStC, « États » (1882). ASMR, 3 J 6, notice nécrologique de Sœur St-François de Borgia, née Brando (...)
  • 44 AStJ, C / A7, la Sœur Marie-Laurentin à la Supérieure générale (1885).
  • 45 ACSV, « Province de France: Rapport du Visiteur général » (1898).
  • 46 AC SV, Registre « Chapitres 1845-1905 » : Rapport du P. Supérieur général au Chapitre de 1890 ASCV (...)

16Ce souci renforcé de régularité religieuse reflète une coupure entre générations, occasionnée par de nouvelles réalités. Bien que les congrégations enseignantes aient toujours récompensé le talent, après 1881 la simple possession d'un diplôme peut placer des enseignants plus jeunes et moins expérimentés au-dessus de leurs collègues plus âgés. Par exemple, dans l'école tenue par les Sœurs de Saint-Charles à Saint-Genis-Laval, la directrice a 27 ans et son adjointe 61 ans. La sœur Saint-François de Borgia, des Sœurs de l'Enfant-Jésus, reçoit son brevet dans sa première année de son noviciat quand elle est envoyée immédiatement à un poste, « au désavantage de sa formation religieuse. » Au chapitre général des Frères Maristes en 1893, les supérieurs signalent « une tendance chez les jeunes frères à négliger l'étude religieuse pour se livrer à l'étude des sciences profanes »43. Dans l'évaluation du personnel, les qualités religieuses sont toujours aussi importantes que les questions de compétence. « Je suis contente de notre petite Sœur Jules-Agathe», écrit d'Arthun (Loire) la Sœur Marie-Laurentin à la supérieure générale des Sœurs de Saint-Joseph, « elle est pleine de bonne volonté, soumise et docile ; elle ne fait rien dans sa classe sans me demander mon assentiment, ce qui prouve qu'elle a l'esprit de sa vocation »44. Bien que le visiteur des Clercs de Saint-Viateur appelle les jeunes frères une «bénédiction» pour un établissement, il reconnaît que leurs collègues plus âgés regrettent que leur inexpérience et leur enthousiasme de jeunes créent souvent des problèmes45.Dans cette congrégation, circulaires, réunions de conseils, rapports de visiteurs parlent tous, dans les années 1890, d'une baisse du niveau religieux, surtout parmi les novices. Au chapitre de 1890, le Supérieur général se plaint des nouvelles priorités: « Les études leur absorbent trop de temps. Le programme établi en vue du brevet ne fait pas assez grande la partie de la formation du Catéchiste, du religieux apte à tous les travaux qui peuvent se présenter dans la vie du Clerc de Saint-Viateur... Nous ne pouvons tolérer que notre noviciat tombe à l'état d'une bonne école normale chrétienne». En 1897, les supérieurs décident de bâtir «un mur de clôture» au noviciat d'Oullins (Rhône) afin de mieux surveiller leurs jeunes membres46.

  • 47 Maurice Contard, La question tics écoles normales primaires, de la Révolution de 1789 à la loi de  (...)

17L'accent mis ici, comme dans les autres congrégations enseignantes, sur la régularité et la clôture arrive juste au moment où les écoles normales laïques, revitalisées par les lois Ferry, relâchent la stricte surveillance établie par le Second Empire et élargissent les programmes47. Maintenant, au lieu de se ressembler fondamentalement dans leurs structure et leurs valeurs, les deux formations congréganistes et laïques, commencent à diverger. Bien que l'obligation du brevet renforce la formation intellectuelle des sœurs et frères enseignants, les congrégations ne veulent pas que leurs noviciats deviennent des écoles normales ni leurs membres de simples enseignants chrétiens. Elles réaffirment, au contraire, leur engagement comme corps religieux, liés par des règles communes et une formation spirituelle qui leur ont été profitables pendant tout le demi-siècle précédent.

Le défi de la laïcisation

  • 48 Votée sous le ministère de René Goblet, c'est la « loi Goblet ». Une loi votée en 1879 autorisait (...)

18Le deuxième défi important lancé par les réformes de la Troisième République est l'interdiction faite aux congréganistes d'enseigner dans les écoles publiques. La loi-clé, dans ce domaine, est votée en 1886 ; elle spécifie que le remplacement du personnel congréganiste par des laïcs doit se faire dans l'espace de cinq ans, pour les écoles de garçons. Aucune date limite n'est fixée pour les écoles de filles, qui peuvent être laïcisées beaucoup plus lentement48. Au cours des vingt années suivantes, l'enseignement catholique va passer du secteur public au domaine privé, à mesure que les congrégations sont contraintes d'abandonner les écoles communales pour ouvrir, à la place, des écoles libres. Mais elles gardent un nombre important d'élèves, surtout parmi les filles, et un fort soutien parmi les populations.

  • 49 Katherine Auspitz, The Radical Bourgeoisie : The Ligue de l’enseignement and the Origins of the Th (...)
  • 50 Les écoles congréganistes étaient désignées sous le nom d'écoles communales ; celles qui étaient t (...)
  • 51 AN, F 17 9173, le Ministre de l'Instruction Publique au Préfet du Rhône (1871). La municipalité de (...)

19Dans certaines localités, spécialement en milieu urbain, la tendance à remplacer les enseignants congréganistes par des laïcs dans les écoles publiques a précédé la législation nationale. La chute du Second Empire et la proclamation de la République en 1870 amènent certaines villes à écarter tout de suite le personnel congréganiste de leurs écoles publiques, décision qui est ensuite condamnée par le gouvernement conservateur dit de « l'ordre moral » qui domine la politique républicaine jusqu'à 1877. Dans la ville de Lyon, le Comité de Salut Public, qui prend le contrôle du conseil municipal, après la proclamation de la République en septembre 1870, laïcise les écoles immédiatement49. Avant septembre 1870, les écoles publiques de la ville sont tenues et encadrées soit par les Frères des Écoles Chrétiennes, soit par les Sœurs de Saint-Charles, soit par la Société de l'Instruction Primaire du Rhône, une organisation scolaire laïque, fondée en 182850. Le conseil municipal de Lyon reprend possession des bâtiments scolaires congréganistes, qui appartiennent à la ville, et rouvre les écoles avec du personnel laïc. Il interdit aussi l'instruction religieuse, les insignes religieux et les prières en classe, aussi bien que l'assistance obligatoire à la messe. Ces changements, dans le personnel et dans les programmes, sont illégaux aux yeux du gouvernement national dont le Ministre de l'Instruction Publique écrit au préfet du Rhône, en 1871 : « Je compte, Monsieur le Préfet, autant sur votre fermeté que sur votre prudence pour terminer cette regrettable affaire »51.

  • 52 On ne voit pas clairement jusqu'à quel point ces chiffres sont exacts. Il estime aussi à 6 293 (su (...)
  • 53 AStC, États, « Écoles et salles d'asiles dirigées à Lyon par les Sieurs de Saint-Charles », (1871) (...)
  • 54 AN, F 17 9173, le Comité des Écoles Catholiques au Ministre de l'Instruction Publique (1872).
  • 55 AN, F 17 9173, « Copie des procès-verbaux de la Commission chargée de faire le dénombrement des éc (...)
  • 56 Les congrégations se voient confier 61 écoles (30 de garçons, 31 de filles), deux seulement de moi (...)
  • 57 AML, R 38-39, « État des dépenses qui ont été faites pour les Écoles communales de Lyon, dirigées (...)

20Les Frères des Écoles Chrétiennes et les Sœurs de Saint-Charles se mobilisent rapidement pour rouvrir leurs écoles comme écoles libres. Ils sont soutenus en cela par les curés et par un Comité des Écoles Catholiques, nouvellement fondé, qui les aide à trouver de nouveaux bâtiments et un soutien financier. À la fin de l'année scolaire 1870-71, ces congrégations ont pratiquement remplacé toutes leurs écoles, une dans chaque paroisse, et retenu une bonne fraction de leurs élèves. L'inspecteur primaire pour l'Académie de Lyon estime que les Frères des Écoles Chrétiennes ont gardé 7 565 élèves dans leurs 30 écoles, sur les 9 497 qu'ils avaient dans 33 écoles avant la laïcisation52. Dans les 26 écoles privées ouvertes par les Sœurs de Saint-Charles, à la place de leurs 30 écoles publiques, les effectifs tombent toutefois de 7 905 à 3 550 élèves53. Pour l'année 1871-72, le Comité des Écoles Catholiques relève les effectifs suivants : 8 858 élèves dans les écoles congréganistes, 5 082 élèves dans les écoles publiques laïques, 4 350 élèves dans les écoles (avec instruction religieuse) tenues par la Société d'instruction Primaire, 500 élèves dans les écoles privées laïques et 271 élèves dans les écoles protestantes ou juives54. Le recensement scolaire de juin 1872 estime qu'il y a 4 855 garçons et 3 953 filles inscrits dans les écoles laïques contre 3 950 garçons et 4 002 filles dans les écoles congréganistes55. Ces chiffres sont utilisés par le préfet pour déterminer le nombre des écoles publiques laïques ou congréganistes rétablies à Lyon par décret ministériel du même mois56. L'appel du maire contre l'interférence préfectorale dans les affaires de la ville est rejeté par le Conseil d'État en mars 1873. Les congrégations passent les années suivantes à essayer de récupérer leurs pertes financières, en soutenant que leur remplacement a été illégal et qu'en fait elles ont continué à éduquer les enfants de Lyon à leurs propres frais. Les Sœurs de Saint-Charles présentent une facture de 150 363 francs et l'affaire est tranchée en 1874 sur la base de 96 985 francs57.

  • 58 Mathilde Dubesset et Michelle Zancarini-Fournel, « Parcours de Femmes : réalités et représentation (...)
  • 59 AN, F 17 9175, « Pétition pour le maintien des écoles des frères » (1871) ; « Notes présentées par (...)
  • 60 L'enseignement religieux dans les écoles primaires : Rapport sur le programme des écoles municipal (...)

21L'action menée par le conseil municipal de Lyon de 1870 à 1872 trouve un écho dans d'autres villes du diocèse. Les faubourgs de Vénissieux et de Caluire-et-Cuire suivent l'exemple lyonnais et laïcisent leurs écoles de garçons en 1870. À Saint-Étienne, le conseil municipal a été dominé par les républicains depuis 1865 et ceux-ci ont mené une politique d'ouverture d'écoles laïques et de refus d'autorisation de nouvelles classes dans les écoles congréganistes. En 1870, ils se décident rapidement à laïciser leurs écoles publiques58. Comme à Lyon, les Frères des Écoles Chrétiennes et les Sœurs de Saint-Charles réagissent en ouvrant des classes privées et, dès 1872, un ordre ministériel venu de Paris leur a rendu leurs écoles et leurs salaires. À Givors, les Frères des Écoles Chrétiennes retrouvent en 1874, par ordre du préfet, leur place d'instituteurs communaux et sont indemnisés. Le conseil municipal de Roanne décide, par un vote-surprise, le 11 janvier 1871, de fermer les écoles publiques des Frères des Écoles Chrétiennes, donnant à ceux-ci six mois pour évacuer les locaux qui appartiennent à la ville. La congrégation proteste et le conseil appelle la police pour expulser les religieux par la force ; mais craignant alors la violence, il change d'avis en présence d'un groupe de gens qui soutiennent les frères. Dès la fin de l'année, les Frères des Écoles Chrétiennes ont 778 élèves dans cinq écoles privées, contre 575 élèves inscrits dans les écoles publiques59. Le nombre élevé d'inscriptions permet de mesurer le soutien considérable des parents et des communautés, soutien qui prend aussi la forme de pétitions. À Lyon, 6 000 pères de familles signent une pétition demandant au conseil municipal de rétablir l'instruction religieuse dans les écoles. À St-Étienne, une pétition de 2 700 signatures est faite en faveur des écoles congréganistes ; à Roanne, une autre de 2 000 signatures60. Mais l'épreuve subie par les congrégations au cours de ces deux années annonce les temps à venir. En 1877, le conseil municipal de Lyon rompt le contrat qu'il a passé en 1874 avec les Sœurs de Saint-Charles, concernant les écoles communales, leur accordant le délai requis d'un an. Le contrat de la ville avec les Frères des Écoles Chrétiennes, négocié en 1874, expire en 1878.À Saint-Étienne, Givors et Roanne, les écoles publiques sont définitivement laïcisées en 1880.

  • 61 AFEC-Rome, DD 269, « District de Lyon-Savoie, Rapport » (1881). SStC ; Annales, vol. 2, 280. ASMR, (...)

22La laïcisation des écoles rurales se fait plus tardivement que celles des villes et pour les écoles de filles bien après celles des garçons. Dès juin 1881, les Frères des Écoles Chrétiennes, dont les écoles sont toutes situées dans les villes ou gros bourgs, n'ont plus que quatre établissements publics dans le Rhône. Les Sœurs de Saint-Charles, nombreuses également dans les zones urbaines, voient laïciser environ la moitié de leurs écoles entre 1879 et 1889. Les Frères Maristes perdent 153 écoles publiques entre 1878 et 1887 et les 90 restantes en 1892 au plus tard. Cependant, la première mention de laïcisation, dans les comptes rendus du conseil des Sœurs de l'Enfant-Jésus, n'apparaît pas avant novembre 188761. Pour de petites congrégations féminines comme celle-ci, qui n'enseignent que dans les paroisses rurales, l'exigence du brevet est un problème bien plus menaçant que celui de la laïcisation des écoles publiques.

  • 62 Pierre Zind, L'enseignement religieux dans l'instruction primaire publique en France de 1850 à 187 (...)
  • 63 AFM, « Les Annales de F. Avit », vol. 1 (Amberieu) ; vol. 2 (Écully).
  • 64 ADL, T 228, le Préfet aux Supérieurs généraux des congrégations enseignantes (1884).
  • 65 ADR, T 101, l'Inspecteur primaire à l'Inspecteur d'Académie de Lyon (1875).
  • 66 AFEC, « Circulaires instructives et administratives » (1871).
  • 67 FM, Circulaires, vol. 6, 120 (1878).

23Mais à partir des années 1870, les congrégations enseignantes se rendent bien compte que les autorités scolaires sont à la recherche de motifs pour fermer les écoles publiques congréganistes. Pierre Zind soutient qu'une campagne de dénigrement contre les frères enseignants a commencé vers 186062. Quand le Frère Mariste en charge de la petite classe dans l'école d'Ambérieu est renvoyé en 1880 pour « des actions immorales avec des élèves », la congrégation perd son bâtiment scolaire. L'école privée qu'elle ouvre à Écully est fermée après un mois sous le « prétexte » que les salles de classe ne sont pas assez sèches63. Les congrégations encore actives dans les écoles publiques sont soumises à un contrôle gouvernemental plus strict. Une circulaire de 1884 informe les Supérieurs généraux de la Loire qu'ils ne pourront plus changer leur personnel enseignant dans les écoles publiques sans en informer les autorités scolaires départementales64. De fait, les rapports concernant les maîtres incompétents encouragent les autorités à remplacer les enseignants congréganistes par des laïcs et rendent les habitants plus disposés à accepter les laïcisations. Un inspecteur primaire soutient que, dans la plupart des communes rurales, « la population est indifférente à la nature de l'école (laïque ou congréganiste) pourvu qu'elle donne de bons résultats »65. Les curés accroissent leurs exigences pour obtenir des maîtres doués et diplômés, afin d'accroître le soutien de leurs paroissiens en faveur des écoles congréganistes. Les congrégations se préparent à une campagne de relations publiques. Les Frères des Écoles Chrétiennes collectent les chiffres d'effectifs, les informations sur le financement et les résultats d'examens, concernant tous leurs établissements en 1871, comme munitions éventuelles dans la bataille qui s'annonce66. Une circulaire adressée aux Frères Maristes en 1878 leur rappelle que, même si la congrégation fait tout son possible pour garder les écoles communales, il est plus important que jamais de donner satisfaction aux parents : « Je vous recommande très fortement la prudence, la politesse, l'honnêteté, la convenance du langage et de procédés envers tous, même envers ceux qui nous seraient opposés »67.

  • 68 Ministère de l'Instruction publique et des Beaux-Arts, Rapports d’inspection : Année scolaire 1879 (...)
  • 69 ADR, T 99, « Note relative à la transformation des écoles congréganistes en écoles laïques à Lyon  (...)

24Mais partout dans le diocèse, aussi bien en ville que dans les campagnes, le rythme des laïcisations dépend non seulement des décisions politiques mais du fait d'avoir des maîtres et des locaux disponibles. En 1880, l'inspecteur d'Académie de Lyon écrit : « On ne peut pas, en effet, renouveler un nombreux personnel du soir au lendemain, ni construire des maisons d'école par enchantement »68. Le manque de personnel laïc est un sérieux problème pour les autorités départementales, dans la laïcisation hâtive des écoles primaires. À Lyon, après la rupture des contrats avec les congrégations en 1877, l'inspecteur admet que la ville est à court d'enseignants, spécialement pour les garçons, ce qui l'amène à réinstaller certains maîtres congréganistes et à mettre des annonces dans la presse parisienne pour trouver du personnel supplémentaire. Mais, à la fin de la décennie, l'école normale d'instituteurs de Lyon produit assez de diplômés pour en garnir une liste d'attente en vue des écoles publiques, et, pour les employer, l'inspecteur recommande d'accroître le nombre des laïcisations dans le département69.

  • 70 C'est la loi du 9 août 1879. Dans l'Académie de Lyon, l'école normale d'institutrices est enlevée (...)
  • 71 Département du Rhône, « Rapport de M. Gaudier » (1885).
  • 72 Leslie Page Moch, « Government Policy and Women's Experience : The Case of Teachers in France », F (...)

25Le manque de personnel féminin est encore plus grave. Bien que la Troisième République ait voté en 1879 une loi établissant une école normale féminine dans chaque département70, le rythme de sortie d'institutrices est inférieur à celui des instituteurs. L'inspecteur primaire pour le Rhône rapporte en 1885 que les sessions d'examens pour le brevet atteignent leur pleine capacité mais que, comme dans le passé, la plupart des candidates souhaitent un poste à Lyon, où le salaire est le double de celui de la campagne. « Les jeunes filles », déclare-t-il, « aiment mieux attendre l'occasion (pour un poste urbain)... que d'aller au fond d'un village, seules, exposées à la curiosité malveillante et médisante, vivre chétivement du traitement légal de 600 F, porté à 700 F par la libéralité du Conseil Général »71. Les villageois sont encore souvent hostiles à la présence parmi eux d'une institutrice célibataire n'appartenant pas à une congrégation religieuse : il y a de grandes chances pour que ces jeunes filles sollicitent leur mutation72. Dans les zones rurales du diocèse, les congrégations religieuses sont toujours la principale source d'institutrices.

  • 73 ADR, T 101(4), Protestation des pères de famille de Porneys au Préfet (1885) ; l'Inspecteur d'Acad (...)

26Mais il est plus difficile encore de trouver les bâtiments nécessaires et de vaincre la réserve des communes, au sujet des dépenses supplémentaires, que de former assez de maîtres laïcs pour occuper les postes laissés vides par les congréganistes. Beaucoup de municipalités protestent contre le coût de la laïcisation qui est de leur responsabilité financière. Par exemple, la commune de Pomeys (Rhône) affirme qu'elle peut avoir deux Clercs de Saint-Viateur pour le prix d'un seul maître laïc et que, de toute façon, leur salaire est payé par la charité privée, laquelle spécifie que les maîtres doivent être des congréganistes. « Les choses s'organiseront sans frais », écrit le maire de Francheville (Rhône) et « vous savez, monsieur le préfet, que notre commune s'est imposée la lourde charge d'un pont à construire et la rectification du chemin qui y aboutit ». Quand le conseil municipal de Civrieux d'Azergues (Rhône) vote à l'unanimité en faveur d'écoles congréganistes plutôt que laïques, l'inspecteur remarque « que la question d'argent a été dans cette affaire le principal mobile »73.

  • 74 AFM, « Les Annales de F. Avit », vol. 1 (Ampuis), vol. 5 (Saint-Pierre-de-Bressieux), vol. 4 (St-L (...)
  • 75 AN, F 17 9770, « Inspection générale 1878—Département du Rhône » ; F 17 9272, « Inspection général (...)
  • 76 Sur les 145 restants, 61 appartenaient directement à la congrégation, 41 à des sœurs de la congrég (...)
  • 77 ADR, T 101(3), l'Inspecteur d'Académie de Lyon au Préfet (1889). Voir aussi les séries de rapports (...)

27En ceci les congrégations enseignantes ont l'avantage. Non seulement elles offrent un enseignement primaire à prix modéré, mais elles sont propriétaires dès bâtiments scolaires qui leur servent aussi de logement. Le recours à la charité privée pour établir des écoles congréganistes, spécialement de filles, sous le Second Empire, signifie qu'elles sont dans une position particulièrement forte pour faire face à la crise de la Troisième République. Les autorités scolaires de la Troisième République sont particulièrement soucieuses d'offrir à toutes les écoles primaires des locaux spacieux et sains, et, sans aucun doute, dans certaines petites communes, le seul bâtiment convenable disponible est celui dont les sœurs ou frères enseignants sont déjà propriétaires. En 1871, un Frère Visiteur Mariste fait observer, à propos de l'école d'Ampuis (Rhône) que « si le Comité républicain n'a pas remplacé les Frères, c'est qu'il ne l'a pas pu : la maison appartient à la Fabrique et les Frères sont universellement bien vus ». À Saint-Pierre-de-Bressieux (Isère), par contre, la congrégation craint que « la rente de 300 F fondée par M. l'abbé Gelas serait une barrière trop faible contre la laïcisation de l'école ». À Saint-Laurent-de-Chamousset (Rhône), le donateur du bâtiment occupé par les Frères Maristes est conseiller municipal, ce qui leur donne une certaine liberté de manœuvre et le maire a peur de lever des taxes pour construire une nouvelle école74. La ville de Lyon commence à construire des écoles supplémentaires dès 1870, mais en 1878, l'inspecteur décrit toujours la situation comme « déplorable. » Les autorités scolaires du Rhône calculent en 1880 que, sur les 665 écoles publiques du département, seulement 300 sont la propriété des communes75. En 1885, les Sœurs de Saint-Joseph comptent que seulement 35 de leurs 180 bâtiments scolaires appartiennent aux communes76. En 1899, l'inspecteur d'Académie de Lyon calcule que, sur les 108 écoles de filles congréganistes qui restent dans le Rhône, seulement 23 sont dans des bâtiments appartenant aux communes. Quatorze d'entre elles ont besoin de grosses réparations ou sont situées dans des communes dont la population protesterait fortement ; il ne reste donc que neuf écoles où la laïcisation puisse se faire77.

  • 78 ADR, T 42, « Extrait du Registre des délibérations du Conseil Municipal d'Alix » (1882). AFM, « Le (...)
  • 79 AAL, La Semaine religieuse : Revue hebdomadaire du diocèse de Lyon 4 (1882), 93.

28Mais il est clair que la question financière est aussi une affaire de volonté politique et d'opinion locale. Dans certaines communes, la laïcisation est en fait une déclaration de soutien à la Troisième République. Le village d'Alix (Rhône), par exemple, choisit de bâtir une école laïque pour les filles plutôt que de municipaliser leur école libre congréganiste, parce que la majorité du conseil municipal a « des sentiments franchement démocratiques ». Le conseil municipal de Chasselay (Rhône) s'est soumis à « un excès de fièvre rouge » qui le pousse à laïciser l'école tenue par les Frères Maristes78. À Roanne (Loire), bien que les Sœurs de Saint-Joseph aient coûté bien moins que des institutrices laïques, le conseil municipal vote quand même pour la laïcisation de leurs écoles maternelles79.

  • 80 ADR, T 101(2), le Ministre de l'Instruction publique au Préfet (1905).
  • 81 AFEC-Rome, « Renseignements demandés par le Très honoré Frère Supérieur » (1881).
  • 82 ADR, T 101(3), le Sous-Préfet de l'arrondissement de Villefranche au Préfet (1887).
  • 83 ADL, T 228, « Arrêté » (1902) ; « Statistique (écoles de filles) au 31 décembre 1902 » (1903).
  • 84 ADR, V versement 1902, 29, le Préfet à M. le Président du Conseil, Ministère de l'Intérieur (1907)

29Des préoccupations matérielles et financières sont souvent utilisées comme prétextes pour laisser les écoles dans les mains des enseignants congréganistes. À Aveize (Rhône), où l'école publique des filles est encore congréganiste en 1905, le Ministre de l'Instruction Publique écrit au Préfet : « Je m'étonne que, dans une commune de plus de 1 200 habitants, il ne se trouve pas un immeuble susceptible d'être loué pour la tenue de l'école publique »80. De nombreux conseils municipaux répugnent à aller contre l'opinion de leurs concitoyens, souvent plus favorable à l'enseignement congréganiste. Pour les écoles des Frères des Écoles Chrétiennes du diocèse de Lyon en 1881, la congrégation estime que les « dispositions des municipalités » sont bonnes dans 35 communes sur 164, indifférentes, passables ou divisées dans 17, et défavorables, mauvaises, très mauvaises ou hostiles dans les 112 autres. Mais, les « sympathies des populations » sont beaucoup plus favorables : très bonnes, bonnes ou assez bonnes dans 86 communes, passables, médiocres, indifférentes ou divisées dans 77, et assez mauvaises, mauvaises, froides ou hostiles dans 9 seulement81. À Saint-Vincent-de-Reins (Rhône), par exemple, « il y aurait, en cas de laïcisation, un très grand risque pour ce parti de perdre aux prochaines élections municipales »82. Dans la Loire, en 1902, le préfet doit intervenir pour laïciser 116 écoles publiques congréganistes, toutes de filles, dans des communes ou le conseil municipal a refusé de le faire ; dans 59 de ces cas, la commune n'est pas propriétaire du bâtiment scolaire83. Et cinq années plus tard, ayant finalement laïcisé la dernière des écoles publiques de filles de son département, le préfet du Rhône déclare : « Il fallait briser les résistances locales qui avaient paralysé l'action de mes prédécesseurs ; il fallait trouver des locaux »84. Les soucis matériels et les résistances politiques vont souvent de pair.

  • 85 ADR, T 101(1), le Maire-Adjoint de Poule au Sous-Préfet de l'arrondissement de Villefranche (1894) (...)
  • 86 ADR, T 44, la Supérieure des Sœurs de Saint-Joseph, Loire, au Maire et Conseil municipal de Loire (...)

30Les excuses sont plus fréquentes et plus souvent acceptées quand il s'agit de la laïcisation des écoles de filles. Pour ce qui est des garçons, on achète ou on construit finalement un bâtiment scolaire ; ce n'est que pour les filles que le problème de local est présenté comme insurmontable et les délais approuvés, certains de ceux-ci ayant duré jusqu'à la fermeture des écoles congréganistes à partir de 1901. Ayant souvent consacré leurs rares ressources communales à la laïcisation de l'école des garçons, les conseils municipaux répugnent à faire d'autres dépenses. À Poule (Rhône), la commune « n'a pas encore emprunté l'argent nécessaire pour payer l'agrandissement de l'école des garçons qui est en construction pour le moment ». A Saint-Christophe (Rhône), la commune a déjà lancé un emprunt de 1 600 francs pour l'école de garçons et elle ne peut pas en faire plus85. De fait, jusque dans les années 1880, certaines des plus petites communes viennent de transformer l'école libre, établie par une congrégation enseignante féminine, en école communale, afin d'avoir une école publique de filles. Par exemple, dans le village de Loire (Rhône), la supérieure locale des Sœurs de Saint-Joseph écrit au maire et au conseil municipal en 1881, que puisque la commune « n'a pas de local, nous offrons le nôtre ainsi que notre mobilier scolaire. Si vous le désirez ou si les autorités l'exigent, nous adjoindrons une sœur brevetée »86.

  • 87 Statistique, vol. 5, 1891-92 ; vol. 7, 1901-02.
  • 88 ADR, T 101(3), « Loi du 30 octobre 1886 » (1909).

31Dans l'ensemble du diocèse, seule la laïcisation des écoles de garçons est terminée au cours des années 1880. Dès 1891, les frères n'assurent plus qu'une présence symbolique dans les écoles publiques des départements de la Loire et du Rhône ; en 1891, dix frères enseignants tiennent cinq écoles publiques dans l'ensemble du diocèse. Bien que les religieuses aient vu leur présence dans les écoles publiques baisser sensiblement entre 1876 et 1901, elles ne disparaissent pas totalement de ce secteur. De fait, en 1901, elles tiennent encore 41,1 % des écoles publiques de filles dans la Loire et 24 % dans le Rhône87. Dans le Rhône, il reste 36 écoles de filles à laïciser en 1904, l'année où tout enseignement est interdit aux congréganistes, et la laïcisation complète n'est accomplie qu'en 190988.

  • 89 Ces exemples sont tirés de ADR, T 101(1), le Vice-Président du Conseil de Préfecture au Préfet (18 (...)
  • 90 Pascale Gagatel, « Écoles et Instruction à Condrieu : Un siècle d'histoire (1800-1900) » (mémoire (...)
  • 91 ADR, T 101(4), l'Adjoint-Maire de Civrieux d'Azergues au Préfet (1881).

32Par leur constant soutien aux écoles catholiques de filles, même lorsque l'instruction des garçons a été confiée à un personnel laïc, les parents et les autorités locales montrent combien ils sont persuadés de l'utilité des congrégations enseignantes féminines pour leurs communes. Lorsque celles-ci arguent du manque de ressources pour ne pas laïciser les écoles de filles, surtout lorsque ces communes ont trouvé ces ressources pour les écoles de garçons, il y a là, en filigrane, une reconnaisance de l'œuvre des sœurs enseignantes dans les villages et le sentiment qu'une éducation religieuse est une bonne chose pour les filles. Les sœurs sont souvent partie intégrante de la communauté villageoise à laquelle elles offrent bien des services, par delà l'enseignement. Les sœurs enseignantes de Saint-André-la-Côte (261 habitants) prennent soin des jeunes enfants et aident les pauvres familles paysannes. À Chassagny (Rhône), les religieuses s'occupent des malades et servent d'intermédiaires entre les pauvres et les « personnes charitables ». À Chalmazel (Loire), le maire demande un délai pour la laïcisation jusqu'en 1904, parce que les sœurs rendent d'importants services aux pauvres. À Bœn (Loire), l'école congréganiste reçoit comme pensionnaires des filles des hameaux environnants, durant l'hiver, « ce qui est un réel service »89. À Condrieu (Rhône), où la laïcisation de l'école des filles et de celle des garçons a été accomplie sans difficulté, la laïcisation de l'école maternelle congréganiste, où trois sœurs assurent un service vital pour les mères au travail, provoque dans la commune un conflit bien plus grand90. On peut aussi compter sur les religieuses pour se conduire d'une certaine manière. À Civrieux d'Azergues (Rhône), une pétition est lancée dans la commune pour obtenir le retour des sœurs, après l'expérience faite avec deux jeunes maîtresses laïques, de 1877 à 1881. La première d'entre elles, disent-ils, sortait la nuit et rentrait à n'importe quelle heure ; celle qui lui a succédé commence la classe en retard et fait faire son ménage par les élèves91.

  • 92 ADR, T 101(1), rapport de l'Inspecteur ; Délibérations du Conseil ; Pétition au Préfet.

33Souvent les parents et les autorités communales voient les mêmes enseignants de façons complètement différentes. À Thel (Rhône), l'inspecteur décrit la sœur, qui a enseigné dans la commune pendant 37 ans, comme trop vieille et de qualité médiocre. Le conseil municipal, par contre, déclare qu'il n'a jamais reçu de plainte à son sujet, qu'elle donne une bonne instruction à ses élèves, qu'elle a obtenu de bons résultats au certificat, et qu'elle pourvoit les enfants des classes ouvrières en nourriture et en habillement. Les conseillers municipaux sont appuyés par une pétition signée des parents, affirmant qu'une école congréganiste est nécessaire dans leur région sous-peuplée92. Le maire de Saint-André-la-Côte (Rhône) écrit au préfet une lettre en soutien à la sœur qui enseigne dans le village :

Monsieur le Préfet, je ne suis pas instruit mais je suis père de famille et je dis que dans une école il y a l'éducation et l'instruction à donner. Or sur ces deux points, ce que nous avons vaudra toujours la maîtresse qu'on nous a préparée... Notre directrice, c'est vrai, n'a pas de brevet ; mais quand une personne a enseigné pendant 25 ans au moins, je ne crois pas qu'elle puisse être une ignorante comme le prétend M. l'inspecteur Protaud.

  • 93 ADR, T 101(1), le Maire de St-André-la-Côte au Préfet (1886) ; T 101(2), le Maire de Cogny au Préf (...)
  • 94 François Drouilly, « L'école primaire congréganiste dans le département du Rhône, 1850-1880 », (DE (...)
  • 95 James F. McMillan, « Clericals, Anticlericals, and the Women's Movement in France under the Third (...)

34Le maire de Cogny (Rhône) soutient que les sœurs enseignantes « donnent à leurs élèves une très bonne éducation et une non moins solide instruction », faisant la distinction entre conduite et savoir. À Commelle-Vernay (Loire), l'inspecteur primaire loue les filles éduquées par les Sœurs de l'Enfant-Jésus pour « leur bonne tenue et leur esprit de docilité », même si « elles ne sont encore que peu avancées sur les autres matières »93. Même quand les critiques s'accumulent au sujet des qualités académiques des écoles congréganistes, dans les années 1870 et 1880, les conseils municipaux continuent à les louer parce qu'elles développent la docilité, la moralité et l'obéissance94. En effet, James McMillan soutient que malgré la polémique anticléricale, les cléricaux et les anticléricaux avaient essentiellement la même conception du rôle des femmes, comme des épouses et des mères.95

  • 96 ADL, V 548, « Délibération du Conseil municipal » (1902). ADR, T 101(1), le Maire de Vernaison au (...)
  • 97 ASMR, 8 A 1 (St-Didier-sur-Beaujeu).
  • 98 Institut des Clercs de Saint-Viateur (Paris, 1927), 123.

35Les femmes elles-mêmes manifestent un soutien substantiel à l'enseignement congréganiste. À Meylieu-Montrond (Loire), où la directrice de l'école des filles a enseigné depuis 1867, 160 chefs de famille sur 260 signent une pétition en 1902, pour protester contre la laïcisation parce que « la plupart des mères de famille ont été élevées par les sœurs de Saint-Charles et que par un sentiment de reconnaissance elles désirent voir leurs filles élevées comme elles ». Tout au moins, suggère le maire de Vernaison (Rhône), la laïcisation devrait-elle attendre que l'actuelle sœur institutrice prenne sa retraite car « elle a élevé les mères de famille d'aujourd'hui »96. On peut se demander quelle influence les femmes des conseillers municipaux, dont la plupart ont été enseignées chez les sœurs, ont sur le processus de décision, dans beaucoup de villages. Ou bien, a contrario, comme le suggère ce bref commentaire trouvé dans les archives des Sœurs de l'Enfant-Jésus : « Le conseil, formé principalement de célibataires, vota pour une maîtresse laïque »97. Il se peut que les femmes aient été plus portées à soutenir également les frères enseignants. À Saint-Christophe (Rhône), à la nouvelle de la laïcisation de l'école tenue par les Clercs de Saint-Viateur, les femmes se rassemblent pour la défendre. À l'arrivée des autorités publiques, « ces femmes chrétiennes...se précipitent sur le maire et les gendarmes, le sang coule, mais elles restent maîtresses du champ de bataille. Le maire et les gendarmes, le visage ensanglanté et leurs effets en lambeaux, durent se retirer tout honteux »98. Les protestations féminines en faveur des écoles congréganistes deviendront chose courante à l'occasions des fermetures de 1901-02.

Privatisation des écoles publiques

  • 99 Cette tendance est encore vraie de nos jours en France, où l'enseignement catholique représente pl (...)

36La résistance à la laïcisation, pourtant, est seulement la première étape dans la lutte des catholiques pour conserver une part du marché d'enseignement. Entre 1880 et 1905, les congrégations enseignantes transforment leurs écoles publiques en écoles libres. À mesure que diminue la proportion des congréganistes enseignant dans les écoles publiques, s'accroît le nombre de ceux d'entre eux qui travaillent dans des écoles libres. Le tableau 3 montre que les congrégations enseignantes masculines deviennent de plus en plus présentes dans les écoles libres, entre 1876 et 1891, à l'époque même où les écoles publiques de garçons sont laïcisées. Pour ce qui est des congrégations féminines, l'augmentation est moins spectaculaire car, durant le Second Empire, elles ont tenu aussi bien des écoles publiques que des écoles libres, mais dès 1901, les congrégations enseignantes, masculines comme féminines, dominent complètement le secteur de l'enseignement libre. École libre est devenue pratiquement synonyme d'école catholique99.

  • 100 AN, F 17 9181, 9183, « Statistique des laïcisations, 1879-88 ». ASV, S. Congr. Concilio – Relat. V (...)
  • 101 Évidemment que, par suite de la loi rendant l'école primaire obligatoire, le nombre total d'élèves (...)
  • 102 Raymond Grew et Patrick J. Harrigan, School, State, and Society : The Growth of Elementary Schooli (...)

37Toutefois, même quand la laïcisation a eu lieu, les congrégations enseignantes retiennnent dans leurs écoles libres une bonne proportion de leurs élèves. Les rapports départementaux allant de 1879 à 1888 laissent entendre que de nombreuses écoles publiques ont perdu environ la moitié de leurs effectifs au profit des écoles congréganistes concurrentes. Le rapport de visite diocésaine de 1897 cite de nombreux exemples d'écoles où les écoles congréganistes ont gardé pratiquement les deux tiers de la population scolaire totale. Les Sœurs de Saint-Charles calculent qu'elles n'ont perdu que 12 % de leurs élèves quand ont été laïcisées leurs écoles publiques de Lyon, en 1879. Les Frères Maristes calculent qu'en ouvrant des écoles libres, ils onti récupéré 14 157 (76 %) de leurs 18 618 élèves dans la France entière, et 2 917 (70,5 %) de leurs 4 137 élèves dans les départements du Rhône et de la Loire. Dans certains cas, les effectifs tombent au début, puis ils remontent100. Sur la période 1876-1901, la proportion des élèves instruits par les congrégations enseignantes baisse en fait, mais en 1901 elles comptent encore 86 244 élèves, soit 79 % du nombre qu'elles avaient vingt-cinq ans plus tôt101. Pour l'ensemble de la France, Raymond Grew et Patrick Harrigan calculent que les congrégations ont gardé 70 % de leurs élèves dans des établissements catholiques, entre 1879 et 1888. Le Rhône et la Loire sont parmi les treize départements français qui maintiennent une forte tradition d'enseignement catholique, en dépit des réformes scolaires anticléricales102.

  • 103 AFEC-Rome, NC 667(3), La Croix-Rousse, lettre du directeur (1879). ADL, T 228, « État des laïcisat (...)

38Les congrégations développent des stratégies efficaces pour maximiser les inscriptions. Chaque fois que c'est possible, une école libre congréganiste est ouverte dans le même bâtiment scolaire, le jour après que la laïcisation a eu lieu. Si la congrégation posséde ou a la jouissance légale du bâtiment, l'ouverture d'une école libre est très simple. Bien que l'école laïque retienne le nom d'école communale, c'est plutôt l'école congréganiste, avec les mêmes maîtres, dans le même lieu, qui apparaît la continuation de l'école précédente et l'école laïque qui semble l'intruse. En pareilles circonstances, les écoles congréganistes perdent peu d'élèves. « La fermeture de notre école dans la paroisse Saint-Augustin », écrit le directeur congréganiste, « est un vrai triomphe pour nous. Depuis trois jours que nous sommes remplacés, l'Instituteur n'a pas pu trouver un seul élève ; pourtant l'installation a été très solennelle, présidée par M. le Maire ». Dans le village de Marcenod (Loire), quand l'école des filles est finalement laïcisée en 1901, elle a une « installation temporaire, défectueuse et incomplète » qui lui attire trois élèves ; les quarante autres restent avec les sœurs103.

  • 104 ADR, T 99, l'Inspecteur d'Académie de Lyon au Préfet (1879-80).

39Dans les communes où les congrégations ne possédent pas leur propre bâtiment scolaire, elles se mettent en peine d'en trouver un, dès que la possibilité d'une laïcisation devient réelle. À Lyon, les Sœurs de Saint-Charles et les Frères des Écoles Chrétiennes commencent à ouvrir des écoles privées, avant même que leurs écoles communales ne soient laïcisées. Par exemple, en 1897, dans la rue Saint-Denis à Lyon, dans le même bâtiment municipal où elles tiennent l'école communale, les Sœurs de Saint-Charles ouvrent une « école libre payante dont elles recrutent le personnel d'élèves dans l'école voisine ». Entre temps, en face de ce double établissement, la congrégation prépare « une vaste maison dans laquelle elle se propose de transférer l'école privée et où elle pourra recevoir non seulement toutes les élèves de cette dernière mais aussi une partie de celles de l'école communale et installer même une salle d'asile ». Dans d'autres quartiers, elles utilisent de pareilles tactiques, y compris demander des délais pour libérer les locaux d'une école maternelle, afin, selon l'inspecteur primaire, « d'avoir le temps de préparer leur installation dans le voisinage pour garder leurs élèves avec elles ». Dans le quartier ouvrier de la Croix-Rousse, à Lyon également, les Frères des Écoles Chrétiennes ont ouvert trois écoles libres là où il n'y a pas une seule école laïque. Pour éviter ce monopole de l'enseignement, l'inspecteur conclut que la ville doit hâter la laïcisation partout où c'est possible104.

  • 105 ADR, T 101(2), M. Pétrus Martin, délégué cantonal, au Sous-Préfet de l'arrondissement de Villefran (...)
  • 106 ADL, T 422, lettre au Préfet (1901).

40Dans les communes plus petites également, les personnes et les autorités favorables à l'enseignement laïc se font du souci en voyant la longueur d'avance que semblent avoir les écoles congréganistes. À Mardore (Rhône), le délégué cantonal écrit en 1888 que « il y a quelques mois, les frères cherchaient une maison à acheter pour établir des classes mais depuis la nomination de la municipalité, ils n'en parlent plus et se croient assurés de rester". Le moment est donc « opportun » de laïciser parce que « si les congréganistes savent à l'avance qu'ils seront laïcisés, ils ouvriront une école libre et il est certain, vu l'esprit de la population que l'Instituteur laïque n'aurait presque pas d'élèves »105. Un « républicain », qui se déclare tel, à Essertines-en-Douzy (Loire) se plaint de ce que les « réactionnaires » dans la commune aient demandé une année de délai pour la laïcisation de l'école, afin de bâtir une nouvelle école pour les sœurs enseignantes « car ils savent bien que si les sœurs restent, les institutrices n'auront point d'élèves ». Tous les villageois, sauf lui, déclare-t-il, « travaillent », avec joie, « pour faire construire une école pour les sœurs »106.

  • 107 ADR, T 236, le Maire de Grigny au Préfet (1880). ADL, V 526, « Rapport du Maire de Verrières sur l (...)
  • 108 Ces conflits, spécialement entre le curé et l'instituteur, ont nourri la légende. Pour les comptes (...)
  • 109 ADR, T 101, « A Monsieur l'Inspecteur d'Académie » (1878). ADL, T 228, l'Inspecteur primaire du 1e (...)
  • 110 Michel Lagrée, Religion et Cultures en Bretagne (1850-1950) (Paris, 1992), 371. Il souligne aussi (...)

41Bien que les habitants d'Essertines semblent avoir soutenu l'école congréganiste de leur propre volonté libre, les anticléricaux dans d’autres villages se plaignent de la propagande et des tactiques déloyales, de la part des partisans de l'école catholique. Le maire de Grigny (Rhône) veut que l'académie retarde l'ouverture de l'école congréganiste pour donner une longueur d'avance à l'école laïque et combattre « la propagande active que les cléricaux ont faite parmi les pères de famille ». Le maire de Verrières (Loire) accuse le clergé de recruter des élèves pour les écoles congréganistes dans le confessionnal, au cours des visites à domicile, et du haut de la chaire107. Le drame de la « guerre scolaire », entre partisans de l'école laïque et ceux de l'école confessionnelle, se joue dans beaucoup de communes108. En 1878, les conseillers municipaux de Soucieu (Rhône) adressent un appel passionné à l'inspecteur d'académie, pour dénoncer les agissements du curé qui, déclarent-ils, utilise ses sermons pour « troubler les consciences » en « travestissant les faits, calomniant le conseil municipal, attribuant aux partisans de la laïcité les projets les plus sinistres, vis-à-vis de la religion et représentant les écoles laïques comme autant de repères d'impiété, en un mot, cherchant par tous les moyens à faire de la question des écoles une question de salut ou de damnation ». À Saint-Just (Loire), l'inspecteur primaire accuse les sœurs de visiter les familles pour les encourager à ne pas envoyer leurs enfants à l'école laïque. À Saint-Cyr-les-Dignes (Loire), les Frères de la Croix de Jésus, selon le sous-préfet, « emploient tous les moyens possibles : les prières, les promesses de toutes sortes et les menaces ; en un mot, ils achètent les élèves »109. Un décret ecclésial de 1875 autorise les prêtres à refuser l'absolution aux parents qui envoient leurs enfants aux écoles laïques, quand ils ont une école congréganiste à leur portée, mais il est impossible de savoir combien de fois cette sanction a été utilisée110.

  • 111 ADR, T 101, « A Monsieur l'Inspecteur de l'Académie » (1878). ADL, V 528, le Maire de Panissières (...)
  • 112 ADL, T 1544, « Rapport sur les écoles congréganistes » (1902). Les écoles en question étaient des (...)
  • 113 AML, R 44, l'Inspecteur d'Académie de Lyon au Préfet du Rhône (1876).

42La pression financière sur les familles, est, selon les anticléricaux, une pratique commune des partisans de l'école congréganiste. À Soucieu (Rhône), un responsable paroissial est accusé d'avoir « osé menacer un père de famille de le faire exclure du bureau de bienfaisance s'il votait contre les frères ». Le maire de Panissières (Loire) affirme que le curé recrute des élèves en donnant une aide aux familles pauvres, et ensuite en les menaçant de la supprimer s'ils n'envoient pas leurs enfants à l'école privée, ouverte par les Frères Maristes111. Les industriels et les propriétaires des environs de Roanne menacent, selon l'inspecteur primaire, d'enlever aux parents leur emploi et « par là-même le pain » s'ils ne soutiennent pas les écoles congréganistes112. Et à Lyon, quand les écoles sont laïcisées à la fin des années 1870, l'inspecteur primaire soutient que la principale raison de la fidélité persistante des pauvres aux écoles congréganistes est que les congrégations fournissent aux enfants nécessiteux des habits, des livres, des cahiers ; il prétend que les Frères des Écoles Chrétiennes mettent de côté 20 000 francs par an, rien que dans ce but113.

  • 114 Ce groupe est spécialement créé pour amoindrir l'influence des congrégations enseignantes. AML, R (...)
  • 115 ASV, S. Congr. Concilio - Relat. Visit, ad limina 470 (Lugdunen), visites pastorales (1897).
  • 116 ADR, T 234, l'Inspecteur de l'Académie de Lyon au Préfet (1880).

43Les congrégations religieuses continuent à se montrer actives dans le domaine social, ce qui, soit par reconnaissance soit par obligation, leur garantit une clientèle scolaire fidèle. Mais souvent, ils offrent simplement les services que les autorités laïques ne rendent pas. Par exemple, ce n'est pas avant 1895 qu'un groupe laïc, l'Association des Dames Lyonnaises, est fondé à Lyon pour s'occuper des enfants, le jeudi, le dimanche et pendant les vacances, tandis que les parents travaillent, service que les écoles congréganistes rendent déjà114. Les parents ne manquent pas de tirer avantage de la guerre des charités. Dans la paroisse Saint-Charles de Lyon, le curé note que « beaucoup de parents partagent entre les deux sortes d'écoles leurs enfants pour recevoir les secours des deux côtés »115. Les congrégations religieuses continuent aussi à tenir un nombre disproportionné d'écoles maternelles dont la laïcisation est beaucoup plus lente que celle des écoles primaires. Les autorités scolaires s'inquiètent de ce que les écoles maternelles congréganistes soient en fait d'importantes sources de recrutement pour les écoles primaires du même type. À Chasselay (Rhône), l'inspecteur dénonce une école maternelle privée, appartenant aux Sœurs de Saint-Charles, parce que « cet établissement est créé dans le but de détourner les petits garçons de l'École communale et de les attirer vers l'école libre congréganiste »116. Beaucoup de fonctionnaires trouvent que la laïcisation des écoles maternelles réduit le nombre d'inscriptions dans les écoles congréganistes.

  • 117 ADL, T 14544, « Rapport sur les écoles congréganistes » (1902).
  • 118 Il ajoutait : « Les jeunes gens de Givors furent presque tous élevés par les Frères. Avant l'arriv (...)
  • 119 ADR, T 101, « Extrait du Registre des Délibérations du Conseil Municipal de Sainte-Catherine » (18 (...)

44Dans certaines communes, la concurrence entre l'enseignement laïc et l'enseignement congréganiste provoque des ruptures dans les relations entre les habitants. Les inspecteurs de la Troisième République mettent cette situation sur le compte des élèves congréganistes qui « s'éloignent des autres ; à chaque occasion, ils provoquent par des paroles blessantes, les élèves des écoles publiques »117. Les congrégations, par contre, mettent les incidents au compte de la conduite indisciplinée des élèves de la laïque, comme dans la description suivante de la distribution des prix à Givors, en 1872, faite par le Frère Règle, des Écoles Chrétiennes quand « les enfants des écoles communales avaient été rassemblés devant notre maison d'école du Canal ; ces enfants, en masse importante, crièrent, hurlèrent, coassèrent les Frères et les élèves qui se rendaient à notre distribution »118. Mais dans les petites communes, la concurrence entre écoles laïques et congréganistes est une situation que beaucoup d'habitants veulent éviter et elle constitue en elle-même une raison pour retarder la laïcisation. Beaucoup ne voient pas de raison de dépenser de l'argent pour une école laïque qui recevrait peu d'élèves. Les habitants de Sainte-Catherine (Rhône) ajoutent à leur demande pour le maintien de l'école congréganiste des filles : « De plus en établissant une nouvelle école de filles dans la commune ce serait établir la discorde, la jalousie et même une haine entre institutrices et élèves et quelquefois entre parents »119.

  • 120 Comme exemple d'une telle pétition, voir ADR, T 99, « Pétition des habitants de la rue Grôlée dema (...)
  • 121 AFM-Rome, 603-004 01 Balbigny, « Statistique des écoles congréganistes qui ont été laïcisées » (18 (...)
  • 122 Gérard Cholvy et Yves-Marie Hilaire, Histoire religieuse de la France contemporaine (Toulouse, 198 (...)
  • 123 ASV, S. Congr. Concilio - Relat. Visit, ad limina 470 (Lugdunen), visites pastorales (1897). Le ma (...)

45En dépit de la véhémence des anticléricaux, les mauvais tours joués par les curés et les congréganistes ne peuvent à eux seuls expliquer le soutien constant apporté aux écoles congréganistes par les habitants du diocèse de Lyon, soit en s'opposant aux laïcisations, soit en envoyant leurs enfants aux nouvelles écoles libres. Quoique certaines congrégations soient bien organisées – les Frères des Écoles Chrétiennes ont fait imprimer en 1879 des feuilles de pétition à faire signer par le voisinage – d'autres interdisent formellement à leurs membres de se mêler de politique120. Les tactiques de pression ne sont pas limitées aux cléricaux : à Balbigny (Loire), le Frère Virgile, directeur de la nouvelle école libre, affirme : « Il y a une grande pression en faveur de l'école communale ; ils utilisent toutes les méthodes pour les y envoyer (les enfants) et pour les retenir » ; le maître laïc, prétend-il, accepte de nombreux enfants de moins de six ans121. Et on ne peut pas simplement écrire que le soutien accordé à l'enseignement congréganiste est une réaction naturelle dans une région connue pour sa ferveur religieuse. Quoique le diocèse de Lyon reste l'une des zones les plus religieuses de France en 1880, il recèle d'importantes poches d'anticléricalisme, particulièrement dans les zones urbaines et industrielles.122 Bien que les congrégations aient perdu leurs écoles publiques dans les villes, elles y maintiennent néanmoins une forte présence scolaire privée. En outre, le rapport pastoral de 1897, pour le diocèse de Lyon, ne montre pas une corrélation simple entre ferveur paroissiale et soutien aux écoles congréganistes. Certaines paroisses à la foi forte n'ont pas d'école congréganiste, et certaines paroisses « indifférentes » ont des écoles libres « florissantes »123.

46Tout comme la création de leurs écoles durant période antérieure à 1880, la présence persistante des écoles congréganistes dans une commune après les lois Ferry est avant tout une affaire de finances, de services, et de normes locales, et elle reflète le défi énorme que représentait, pour la construction construire du système public laïc, la nécessité de fournir le personnel et les ressources matérielles. Les congrégations enseignantes continuent d'offrir un enseignement de base à un prix modéré, en même temps que des services sociaux supplémentaires. Si l'enseignement est satisfaisant et pas cher, semblent se demander plusieurs communes, pourquoi se donner la peine et les frais de le transformer ? Cette question est fortement marquée aussi par la ligne séparant filles et garçons, avec une probabilité beaucoup plus grande que les habitants soutiennent l'enseignement congréganiste pour les filles plutôt que pour les garçons, une réflexion de la meilleure intégration des religieuses dans les communautés locales aussi bien que l'accord général, même parmi quelques anticléricaux, que l'enseignement catholique est salutaire pour les filles. Les congrégations enseignantes, pionnières de l'enseignement primaire dans ce diocèse, récoltent le bénéfice de la charité privée et du soutien local qu'elles ont semés avant 1880. Bien qu'elles aient fermé certaines écoles, en raison du manque de personnel, de ressources ou de bâtiments, elles s'adaptent avec succès aux défis lancés par l'obligation du brevet et par la laïcisation.

47Mais si les lois Ferry ne sonnent pas la fin de l'enseignement congréganiste dans le diocèse, elles le mettent certainement sur la défensive. Après 80 ans de relative négligence, non seulement l'État légifère les normes, mais il apporte son soutien financier et organisationnel à un système d'écoles laïques publiques. Les congrégations se sentent en état de siège, contraintes d'adapter leur recrutement et leurs méthodes de formation aux nouvelles exigences de l'État et de se démener pour sauver leurs écoles ou du moins préserver une bonne proportion de leurs effectifs. Bien que Jules Ferry et ses collègues républicains n'aient pas éliminé l'enseignement catholique par l'effet de leurs réformes, en obligeant l'enseignement congréganiste à se réfugier dans le secteur privé et en offrant l'alternative d'un enseignement laïc, soutenu par l'État, ils créent en fait deux systèmes rivaux où les congrégations enseignantes se trouvent plus souvent dans le rôle d'imitateurs que de meneurs.

  • 1 à partir des statistiques départementales

Tableau 3. Pourcentage des enseignants congréganistes (hommes et femmes) dans les écoles publiques et privées du diocèse de Lyon1, 1876-1901

Tableau 3. Pourcentage des enseignants congréganistes (hommes et femmes) dans les écoles publiques et privées du diocèse de Lyon1, 1876-1901

Source : Ministère de l'Instruction publique et des Beaux-Arts, Statistique de l'enseignement primaire, vol. 2, Statistique comparée de l'enseignement primaire (1829-1877), vol. 3, 1881-82, vol. 5, 1891-92, vol. 7, 1901-02.

Notes

1 Jules Ferry est ministre de l'Instruction Publique du 4 février 1879 au 14 novembre 1881, de nouveau du 30 janvier au 7 août 1882, et enfin du 21 février au 20 novembre 1883.

2 René Rémond, L'anticléricalisme en France de 1815 à nos jours (Paris, 1976), 113-14. Cette idée n'était pas propre à la France. La législation scolaire votée en Belgique de 1879 à 1884 essayait de restreindre le rôle de l'Église catholique dans l'enseignement et, vers la fin du siècle, les anticléricaux espagnols commencent à attaquer les écoles catholiques comme étant des foyers de la politique de droite. Pour la Belgique, voir Paul Wynants, Les Sœurs de la Providence de Champion et leurs écoles (1833-1914) (Namur, 1984), 171-84 ; pour l'Espagne, voir Frances Lannon, Privilege, Persecution, and Prophecy : The Catholic Church in Spain, 1875-1975 (Oxford, 1987), 76-82.

3 Jules Ferry, « Proposition sur les écoles normales primaires » (1879), cité dans Paul Robiquet, ed., Discours et opinions de Jules Ferry, vol. 3, Les lois scolaires (Paris, 1896), 48-49.

4 Voir Antoine Prost, L'enseignement en France, 1800-1967 (Paris, 1968) et Mona Ozouf, L'école, l’Église et la République (Paris, 1963).

5 Prost, 174.

6 Jules Ferry, « Loi relative aux titres de capacité pour l'enseignement primaire » (1879), cité dans Robiquet, vol. 3, 568.

7 Ceci peut se comparer aux 12,1 % d'instituteurs laïcs et aux 8,3 % d'institutrices laïques. Ministère de l'Instruction publique et des Beaux-Arts, Rapports d'inspection générale sur la situation de l'enseignement primaire : Année scolaire 1879-1880 (Paris, 1881).

8 ACSV, Registre « Chapitre 1845-1905 », 3e séance, 29 août 1870. AStJ, Lettres circulaires, Mère Marie-Louise (1872). Circulaires des Supérieurs généraux de l'Institut des Petits-Frères-de-Marie, 1817-1917 (Lyon, 1914-16), vol. 5, 289 (1876).

9 AFEC, Circulaires instructives et administratives » (1874). Plus de la moitié (132) de ceux qu'on estimait incapables de réussir avaient plus de 35 ans. AFEC-Rome, DD 259, « District de Lyon-Savoie, Rapport » (1881).

10 AStC, Lettres circulaires, Mère Saint-Théodore (1877).

11 AStC, Lettres circulaires, Mère Sainte-Théodore (1878). Les Sœurs de Saint-Charles de Lyon (Annales de la Congrégation), vol. 2, 1874-1900 (Lyon, 1923), 58.

12 Lors d'une réunion provoquée par les Frères des Écoles Chrétiennes à Paris, en 1881, les Supérieurs généraux des congrégations masculines proposent, sans succès, que l'obligation du brevet soit supprimée pour tous les maîtres congréganistes en exercice au 1er mars 1881. AFEC-Rome, BC 268 (5), « Congrégations enseignantes : Réunion des Supérieurs, Avril 1881 ».

13 André Lanfrey, « Une congrégation enseignante : Les frères maristes de 1850 à 1904 » (Thèse 3e cycle, Université Lyon II, 1979), 182. Les congrégations masculines commencent à préparer les frères les plus avancés au brevet supérieur, dans les années 1880. Les congrégations féminines ne s'attaquent pas sérieusement à ce niveau de formation avant les années 1890.

14 AFEC, « Circulaires instructives et administratives », no 24 (1882).

15 AStC, Lettres circulaires (1881, 1882).

16 À comparer avec seulement 42 reçues avant 1880. Lors de cette session, il y a aussi 50 succès au diplôme d'institutrice maternelle. Mille Sœurs de Saint-Joseph réussirent leur diplôme entre 1882 et 1900. AStJ, 15 G 10, « Effectifs des Sœurs, 1882-1900 ».

17 SStC, Annales, vol. 2, 145. AStC, Lettres circulaires (1883).

18 Tous ces chiffres sont calculés à partir de deux cahiers d'archives des Sœurs de Saint-Charles, intitulés « Examens ». Pour chaque session, on a le nombre de candidates et de succès dans chaque académie. Entre la session de juillet 1882 et celle d'octobre 1904 (inclue), 1 455 candidates sont présentées et 642 diplômes (44,1 %) obtenus. Toutefois, les candidates malheureuses pouvaient se présenter aux sessions ultérieures et le faisaient, si bien qu'il y eut moins de 1 455 candidates différentes. Il faut se rappeler que les candidates laïques avaient aussi des difficultés pour réussir au brevet. Voir Anne Quartararo, Women Teachers and Popular Education in Nineteenth-Century France : Social Values and Corporate Identity at the Normal School Institution (Newark, Dela., 1995).

19 Lanfrey, 183.

20 AN, 156 AP I 229, l'Assistant des Frères Maristes au Baron Mackau (1883).

21 Ministère de l'Instruction publique et des Beaux-Arts, Statistique de l'enseignement primaire, vol. 3, 1881-82 ; vol. 4, 1886-87. Département du Rhône, Enseignement primaire, Rapport de M. Gaudier (Lyon, 1884) : Rapport de M. Bianconi : Exercice 1899-1900 (Lyon, 1901).

22 AStC, Lettres circulaires (1884). Les Sœurs de Saint-Charles semblent avoir été dans le diocèse la seule congrégation à utiliser du personnel laïc auxiliaire, durant cette crise.

23 ACSV, Registre « Discrétoire général », vol. 3, no 17 et 18 (1882).

24 ACSV, « Circulaires du Père Gonnet », no 55 (aux CSV et aux curés) (1884).

25 AFEC, « Circulaires instructives et administratives », no 75 (1897).

26 Recueil de Lettres-Circulaires adressées aux Religieuses de Saint-Charles de Lyon (Lyon, 1931), 14. AStJ, Lettres circulaires (1900). AFEC-Rome, ED 228, Registre du Chapitre général, no 6 (1875).

27 Claude Langlois, Le Catholicisme au féminin : Les congrégations françaises à supérieure générale au xixe siècle (Paris, 1984), 560-61. Chez les Sœurs de Saint-Charles, la moyenne annuelle des prises d'habit, entre 1870 et 1901, était juste en dessous de 50. Ce chiffre est tombé en dessous de 30 en 1870, 1881, 1882, 1883 et 1885. AStC, Registre (1870-1901).

28 FM, Circulaires, vol. 7, 79-80 (1882) ; vol. 10, 318 (1903). Lanfrey, 209, attribue cette croissance à un recrutement plus intense après 1884 et à une proportion plus grande de vocations étrangères.

29 ACSV, Registre « Religieux 1 » (1860-99).

30 AFEC-Rome, DD 269, « District de Lyon-Savoie, Rapport » (1881).

31 Lanfrey, 224-25. AFEC-Rome, ED 228, Registre du Chapitre Général, 2e séance, 15 octobre 1894. Les défections restèrent faibles dans les congrégations féminines, durant cette période.

32 Les Frères des Écoles Chrétiennes ouvrirent leur premier petit noviciat à Paris en 1834, mais ils les développent beaucoup après 1880. Les Frères Maristes ouvrent un juvénat à Notre-Dame l'Hermitage en 1868, le ferment en 1871, et le rouvrent en 1895 à Saint-Genis-Laval ; ils ouvrent d'autres établissements analogues en d'autres régions françaises, dans les années 1880. Les Frères du Sacré-Cœur ouvrent un juvénat en 1887. Les Sœurs de Saint-Joseph en ouvrent un en 1889 ; les Sœurs de Saint-Charles en 1892.

33 AStJ, Registre « Juvénat, 1889-1927".

34 AStJ, Registre « Juvénat, 1889-1927 ». AFEC-Rome, NC 292 (1), « Œuvre du Vénérable de La Salle : Statistique des Petits-Noviciats » (1879). AN, 156 AP I 230, « Institut des Frères de la Croix de Jésus : Juvénat, Compte-Rendu pour l'année 1886-87 ». Cette différence dans les taux de persévérance entre juvénats masculins et féminins fait écho au plus grand nombre de défections dans les congrégations masculines tout au long du siècle.

35 FM, Circulaires, vol. 5, 640 (1877).

36 Recueil, 15. Yvonne Turin, Femmes et religieueses au xixe siècle : Leféminisme « en religion » (Paris, 1989), 11-12, signale une critique similaire des novices faite par la Supérieure générale des Sœurs de Saint-Joseph de Clermont-Ferrand après 1870, disant qu'elles étaient plus instables, plus égoïstes et plus présomptueueses (ce en quoi elle blamait les familles), et psychologiquement plus fragiles.

37 AStJ, 2 J 5, « Petits souvenirs édifiants recueillis par une religieuse de Saint-Joseph » (s. d.).

38 ACSV, « Circulaires du Père Lajoie », no 16 (1896) ; « Province de France : Rapport du Visiteur général » (1897).

39 ACSV, « Province de France : Rapport du Visiteur général » (1898).

40 AStC, Lettres circulaires (1891). AFEC-Rome, NC 267 (2), « La question des brevets » (1872).

41 AFEC, « Circulaires instructives et administratives » (1885). AN, F 17 12461, « Frères des Écoles Chrétiennes : Note » (1884). AFEC, « Circulaires instructives et administratives », no 69 (1894).

42 Voir AStJ, G 6, « Ordonnance du Chapitre général » (1892), et Georges Rigault, Histoire générale de l'Institut des Frères des Écoles Chrétiennes, vol. 7, 113-15. Joos Van Vugt trouve un conflit semblable, entre préparations spirituelle et professionnelle, dans la congrégation hollandaise de Maastricht, après que la loi de 1878 a modifié les exigences pour les diplômes. « For Charity and Church : The Brother-Teachers of Maastricht, 1840-1900 », History of Education 20 (1991) : 240-41.

43 AStC, « États » (1882). ASMR, 3 J 6, notice nécrologique de Sœur St-François de Borgia, née Brandon (morte 1894, âgée 36). AFM-Rome, 331, Chapitres généraux (4-8), 289, 22 avril 1893.

44 AStJ, C / A7, la Sœur Marie-Laurentin à la Supérieure générale (1885).

45 ACSV, « Province de France: Rapport du Visiteur général » (1898).

46 AC SV, Registre « Chapitres 1845-1905 » : Rapport du P. Supérieur général au Chapitre de 1890 ASCV, Registre Discrétoire général », val. 2, 17 juin 1897.

47 Maurice Contard, La question tics écoles normales primaires, de la Révolution de 1789 à la loi de 1879 (Toulouse, 1962), 12-27. Quartararo, 150.

48 Votée sous le ministère de René Goblet, c'est la « loi Goblet ». Une loi votée en 1879 autorisait les préfets à pourvoir de maîtres laïcs les poster laissés vides par les congréganistes, ce qui provoque une vague de laïcisations

49 Katherine Auspitz, The Radical Bourgeoisie : The Ligue de l’enseignement and the Origins of the Third Republic, 1866-1885 (New York, 1982), 12324. Des Comités, à Paris et à Marseille, laïcisent aussi les écoles dans ces villes, comme le font d'autres municipalités radicales dans d'autres villes en France.

50 Les écoles congréganistes étaient désignées sous le nom d'écoles communales ; celles qui étaient tenues par la Société d'instruction Primaire étaient subventionnées par la ville. Les Frères des Écoles Chrétiennes tenaient 32 écoles, les Sœurs de Saint-Charles 31 écoles et la Société d'instruction Primaire avait 22 écoles de garçons et 20 écoles de filles. Il y avait également deux écoles protestantes et une école juive, avec un total de 108 écoles publiques, toutes gratuites pour les élèves. Observations et demandes relatives à l'enseignement primaire à Lyon, présentées à M. le Ministre de l'Instruction Publique (Lyon, 1872).

51 AN, F 17 9173, le Ministre de l'Instruction Publique au Préfet du Rhône (1871). La municipalité de Lyon avait aussi ses propres inspecteurs scolaires, au lieu de faire appel à ceux de l'Académie de Lyon, ce qu'Auspitz, 127, décrit comme étant pour l'administration académique « la goutte qui fait déborder le vase ».

52 On ne voit pas clairement jusqu'à quel point ces chiffres sont exacts. Il estime aussi à 6 293 (sur 8 340) le nombre d'élèves restées avec les Sœurs de Saint-Charles, chiffre plus élevé que celui qu'on trouve dans les archives de la congrégation. Le conseil municipal prétende que ces chiffres étaient exagérés. Cela a pu dépendre, évidemment, du moment où ils ont été relevés et de la façon dont cela s'est fait. AN, F 17 9173, l'Inspecteur d'Académie de Lyon au Recteur d'Académie (1871) ; « Extrait du registre des délibérations du Conseil Municipal » (1872).

53 AStC, États, « Écoles et salles d'asiles dirigées à Lyon par les Sieurs de Saint-Charles », (1871). La congrégation réduit son personnel enseignant de 106 sœurs à 68.

54 AN, F 17 9173, le Comité des Écoles Catholiques au Ministre de l'Instruction Publique (1872).

55 AN, F 17 9173, « Copie des procès-verbaux de la Commission chargée de faire le dénombrement des écoles de la Ville de Lyon » (1872).

56 Les congrégations se voient confier 61 écoles (30 de garçons, 31 de filles), deux seulement de moins qu'en août 1870. AN, F 17 9173, « Extraits du registre des Arrêtés », Préfecture du Rhône (1872). Auspitz, 130, décrit cette répartition des écoles comme un compromis.

57 AML, R 38-39, « État des dépenses qui ont été faites pour les Écoles communales de Lyon, dirigées par les Sœurs de Saint-Charles, de septembre 1870 à septembre 1872 » (1873) ; « Extrait du Registre des délibérations de la Commission municipale » (1874).

58 Mathilde Dubesset et Michelle Zancarini-Fournel, « Parcours de Femmes : réalités et représentations, Saint-Étienne, 1880-1950 » (thèse de 3e cycle, Université Lyon II, 1988), 76. Une éphémère « Commune de Saint-Saint-Étienne» s'écroule lorsque des troupes y sont envoyées de Lyon. Voir aussi David M. Gordon, Merchants and Capitalists : Industrialization and Provincial Politics in Mid-Nineteenth-Century France (University, Alabama, 1985) et Ronald Aminzade, Ballots and Barricades : Class Formation and Republican Politics in France, 1830-1871 (Princeton, 1993).

59 AN, F 17 9175, « Pétition pour le maintien des écoles des frères » (1871) ; « Notes présentées par les Frères des Écoles Chrétiennes de Roanne à M. le Ministre de l'Instruction Publique et des Cultes » (1871) ; « Renseignements recueillis à Roanne le 15 décembre 1871 » (1871).

60 L'enseignement religieux dans les écoles primaires : Rapport sur le programme des écoles municipales de Lyon en 1871, 2d ed., (Lyon, 1874), 15. AMSE, 1 R 73, « Mairie de St-Étienne ; Écoles communales, pétitions » (1870). AN, F 17 9175, les Frères des Écoles Chrétiennes de Roanne au Ministre de l'Instruction Publique » (1871).

61 AFEC-Rome, DD 269, « District de Lyon-Savoie, Rapport » (1881). SStC ; Annales, vol. 2, 280. ASMR, 6 G 1, « Séance du 12 novembre 1887 ».

62 Pierre Zind, L'enseignement religieux dans l'instruction primaire publique en France de 1850 à 1873 (Lyon, 1971), 208. Robert Gildea perçoit deux vagues d'anticléricalisme scolaire : de 1866 à 1870 et après les élections de 1876-77. Education in Provincial France, 1800-1914 : A Study of Three Departments (Oxford, 1983), 107.

63 AFM, « Les Annales de F. Avit », vol. 1 (Amberieu) ; vol. 2 (Écully).

64 ADL, T 228, le Préfet aux Supérieurs généraux des congrégations enseignantes (1884).

65 ADR, T 101, l'Inspecteur primaire à l'Inspecteur d'Académie de Lyon (1875).

66 AFEC, « Circulaires instructives et administratives » (1871).

67 FM, Circulaires, vol. 6, 120 (1878).

68 Ministère de l'Instruction publique et des Beaux-Arts, Rapports d’inspection : Année scolaire 1879-1880, (Paris, 1881), 2.

69 ADR, T 99, « Note relative à la transformation des écoles congréganistes en écoles laïques à Lyon » (s. d.). ADR, T 101 (3), l'Inspecteur d'Académie de Lyon au Préfet du Rhône (1889).

70 C'est la loi du 9 août 1879. Dans l'Académie de Lyon, l'école normale d'institutrices est enlevée aux Sœurs de Saint-Joseph qui l'avaient dirigée depuis 1844 et une autre école normale d'institutrices est ouverte dans la Loire.

71 Département du Rhône, « Rapport de M. Gaudier » (1885).

72 Leslie Page Moch, « Government Policy and Women's Experience : The Case of Teachers in France », Feminist Studies 14 (1988) : 309-10, 316. Elle soutient aussi que ces difficultés étaient l'une des motivations du gouvernement pour encourager les institutrices laïques à se marier. Pour plus d'information sur les difficultés des maîtresses laïques, voir aussi Quartararo, Danielle Delhome, et al, éds., Les premières institutrices laïques : Documents recueillis et présentés (Paris, 1980), et Sharif Gemie, Women and Schooling in France, 1815-1914 : Gender, Authority and Identity in the Female Schooling Sector (Keele, 1995).

73 ADR, T 101(4), Protestation des pères de famille de Porneys au Préfet (1885) ; l'Inspecteur d'Académie de Lyon au Préfet (1885) ; T 236, le Maire de Francheville au Préfet (1881) ; T 101(4), l'Inspecteur d'Académie de Lyon au Préfet (1881).

74 AFM, « Les Annales de F. Avit », vol. 1 (Ampuis), vol. 5 (Saint-Pierre-de-Bressieux), vol. 4 (St-Laurent de-Chamousset).

75 AN, F 17 9770, « Inspection générale 1878—Département du Rhône » ; F 17 9272, « Inspection générale de 1880 : Rapport sur le département du Rhône » (1880).

76 Sur les 145 restants, 61 appartenaient directement à la congrégation, 41 à des sœurs de la congrégation personnellement, 21 à des bienfaiteurs, 10 étaient loués, 8 appartenaient aux fabriques des paroisses, 2 à l'archevêché, et 2 aux bureaux de bienfaisance. AStJ, 4 Q 2 I, « Tableaux des diverses catégories de nos communautés » (1885).

77 ADR, T 101(3), l'Inspecteur d'Académie de Lyon au Préfet (1889). Voir aussi les séries de rapports dans ADL, T 228, écrits entre 1895 et 1907.

78 ADR, T 42, « Extrait du Registre des délibérations du Conseil Municipal d'Alix » (1882). AFM, « Les Annales de F. Avit », vol. 2 (Chasselay).

79 AAL, La Semaine religieuse : Revue hebdomadaire du diocèse de Lyon 4 (1882), 93.

80 ADR, T 101(2), le Ministre de l'Instruction publique au Préfet (1905).

81 AFEC-Rome, « Renseignements demandés par le Très honoré Frère Supérieur » (1881).

82 ADR, T 101(3), le Sous-Préfet de l'arrondissement de Villefranche au Préfet (1887).

83 ADL, T 228, « Arrêté » (1902) ; « Statistique (écoles de filles) au 31 décembre 1902 » (1903).

84 ADR, V versement 1902, 29, le Préfet à M. le Président du Conseil, Ministère de l'Intérieur (1907).

85 ADR, T 101(1), le Maire-Adjoint de Poule au Sous-Préfet de l'arrondissement de Villefranche (1894) ; le Maire de St-Christophe au Préfet (1887). Voir les séries de requêtes dans ADR, T 98-102, avec des excuses analogues.

86 ADR, T 44, la Supérieure des Sœurs de Saint-Joseph, Loire, au Maire et Conseil municipal de Loire (1881).

87 Statistique, vol. 5, 1891-92 ; vol. 7, 1901-02.

88 ADR, T 101(3), « Loi du 30 octobre 1886 » (1909).

89 Ces exemples sont tirés de ADR, T 101(1), le Vice-Président du Conseil de Préfecture au Préfet (1886) ; ADR, T 101(4), le Maire de Chassagny au Préfet (1885) ; ADL, V 547, le Maire de Chalmazel au Préfet (1904) ; ADL, T 422, « Délibérations du Conseil Municipal de Bœn » (1901). Bernard Ménager, La laïcisation des écoles communales dans le département du Nord (1879-1899) (Lille, 1971), 202, trouve le même modèle d'insertion des sœurs enseignantes dans le Nord.

90 Pascale Gagatel, « Écoles et Instruction à Condrieu : Un siècle d'histoire (1800-1900) » (mémoire de maîtrise, Université Lyon II, 1989), 74-75.

91 ADR, T 101(4), l'Adjoint-Maire de Civrieux d'Azergues au Préfet (1881).

92 ADR, T 101(1), rapport de l'Inspecteur ; Délibérations du Conseil ; Pétition au Préfet.

93 ADR, T 101(1), le Maire de St-André-la-Côte au Préfet (1886) ; T 101(2), le Maire de Cogny au Préfet (1889). ADL, T 1011, Rapport de l'inspecteur primaire de l'arrondissement de Montbrison (1877).

94 François Drouilly, « L'école primaire congréganiste dans le département du Rhône, 1850-1880 », (DES, Faculté des Lettres et Sciences Humaines, Lyon, 1965), 144-45.

95 James F. McMillan, « Clericals, Anticlericals, and the Women's Movement in France under the Third Republic, » Historical journal 24 (1981) : 363.

96 ADL, V 548, « Délibération du Conseil municipal » (1902). ADR, T 101(1), le Maire de Vernaison au Préfet (1889).

97 ASMR, 8 A 1 (St-Didier-sur-Beaujeu).

98 Institut des Clercs de Saint-Viateur (Paris, 1927), 123.

99 Cette tendance est encore vraie de nos jours en France, où l'enseignement catholique représente plus de 90 % de l'enseignement privé. Antoine Prost, Education, Société et politiques : Une histoire de l'enseignement en France, de 1945 à nos jours (Paris, 1992), 171.

100 AN, F 17 9181, 9183, « Statistique des laïcisations, 1879-88 ». ASV, S. Congr. Concilio – Relat. Visit, ad limina 470, intitulée rapport/visites pastorales (1897). AStC, États, la Supérieure générale à M. Demoustier (1879). Lanfrey, 177-78.

101 Évidemment que, par suite de la loi rendant l'école primaire obligatoire, le nombre total d'élèves s'accroît aussi durant cette période, ce qui fait qu'en 1901 les écoles congréganistes avaient une part moindre dans les effectifs scolaires.

102 Raymond Grew et Patrick J. Harrigan, School, State, and Society : The Growth of Elementary Schooling in Nineteenth-Century France ; A Quantitative Analysis (Ann Arbor, 1991), 101, 105-06.

103 AFEC-Rome, NC 667(3), La Croix-Rousse, lettre du directeur (1879). ADL, T 228, « État des laïcisations faites dans le département de la Loire depuis le 1er janvier 1901 ».

104 ADR, T 99, l'Inspecteur d'Académie de Lyon au Préfet (1879-80).

105 ADR, T 101(2), M. Pétrus Martin, délégué cantonal, au Sous-Préfet de l'arrondissement de Villefranche (1888).

106 ADL, T 422, lettre au Préfet (1901).

107 ADR, T 236, le Maire de Grigny au Préfet (1880). ADL, V 526, « Rapport du Maire de Verrières sur l'établissement congréganiste de cette commune » (1901). Les accusations de pressions religieuses indues de la part des curés, pour faire inscrire les enfants dans les écoles congréganistes, sont chose commune dans les mémoires comme dans les comptes rendus historiques.

108 Ces conflits, spécialement entre le curé et l'instituteur, ont nourri la légende. Pour les comptes rendus historiques, voir : Jacques Ozouf, Nous les maîtres d'école : Autobiographies d'instituteurs de la Belle Époque (Paris, 1973) ; Barnett Singer, Village Notables in Nineteenth-Century France : Priests, Mayors, Schoolmasters (Albany, 1983) ; Théodore Zeldin, éd., Conflicts in French Society : Anticlericalism, Education and Morals in the Nineteenth Century (Londres, 1970), et les études régionales de Gildea et Ménager.

109 ADR, T 101, « A Monsieur l'Inspecteur d'Académie » (1878). ADL, T 228, l'Inspecteur primaire du 1er Circuit de Roanne à l'Inspecteur d'Académie de Lyon (1902) ; ADL, V 526, le Sous-Préfet de l'arrondissement de Montbrison au Préfet (1902).

110 Michel Lagrée, Religion et Cultures en Bretagne (1850-1950) (Paris, 1992), 371. Il souligne aussi que le nombre d'élèves dans les écoles congréganistes devient un critère pour juger de l'efficacité des curés.

111 ADR, T 101, « A Monsieur l'Inspecteur de l'Académie » (1878). ADL, V 528, le Maire de Panissières au Sous-Préfet de l'arrondissement de Montbrison (1902).

112 ADL, T 1544, « Rapport sur les écoles congréganistes » (1902). Les écoles en question étaient des écoles de garçons, tenues par les Frères Maristes et les Frères du Sacré-Cœur. Ménager, 233-44, trouve que les sanctions religieuses, les aides charitables et les pressions patronales étaient les armes les plus efficaces pour accroître les inscriptions dans les écoles congréganistes du Nord.

113 AML, R 44, l'Inspecteur d'Académie de Lyon au Préfet du Rhône (1876).

114 Ce groupe est spécialement créé pour amoindrir l'influence des congrégations enseignantes. AML, R 35, la Présidente de l'Association des Dames Lyonnaises au Maire (1895). Il se peut que la situation de l'aide caritative ait changé, sous d'autres aspects, à la même époque.

115 ASV, S. Congr. Concilio - Relat. Visit, ad limina 470 (Lugdunen), visites pastorales (1897).

116 ADR, T 234, l'Inspecteur de l'Académie de Lyon au Préfet (1880).

117 ADL, T 14544, « Rapport sur les écoles congréganistes » (1902).

118 Il ajoutait : « Les jeunes gens de Givors furent presque tous élevés par les Frères. Avant l'arrivée des maîtres laïcs, ils étaient pleins de respect et de gratitude pour leurs anciens maîtres ». Cité dans Julien Page et Jean-Michel Duhart, « Une approche de la question scolaire au xixe siècle : L'exemple de Givors ; 1789-1882 », Les Cahiers de l'Académie de Souillat, 4 (1982) : 69-70.

119 ADR, T 101, « Extrait du Registre des Délibérations du Conseil Municipal de Sainte-Catherine » (1876).

120 Comme exemple d'une telle pétition, voir ADR, T 99, « Pétition des habitants de la rue Grôlée demandant le rétablissement de l'École des Frères » (1879). Voir ACSV, « Circulaires du P. Gonnet », no 30 (1880) et AStC, Lettres circulaires (1896), pour ce qui est des interdictions de discours et d'engagements politiques.

121 AFM-Rome, 603-004 01 Balbigny, « Statistique des écoles congréganistes qui ont été laïcisées » (1880). L'admission d'enfants de moins de six ans dans une école primaire était une accusation commune des deux bords et elle témoigne du manque d'écoles maternelles dans de nombreuses localités.

122 Gérard Cholvy et Yves-Marie Hilaire, Histoire religieuse de la France contemporaine (Toulouse, 1985), vol. 1, 1800-1880, 260.

123 ASV, S. Congr. Concilio - Relat. Visit, ad limina 470 (Lugdunen), visites pastorales (1897). Le manque de rapport direct entre l'importance de l'enseignement congréganiste et la pratique religieuse était vrai aussi pour d'autres régions françaises. Voir Jean Faury, Cléricalisme et anticléricalisme dans le Tarn (1848-1900) (Toulouse, 1980), 347-48, et Ménager, 237-57.

Notes de fin

1 à partir des statistiques départementales

Table des illustrations

Titre Tableau 3. Pourcentage des enseignants congréganistes (hommes et femmes) dans les écoles publiques et privées du diocèse de Lyon1, 1876-1901
Légende Source : Ministère de l'Instruction publique et des Beaux-Arts, Statistique de l'enseignement primaire, vol. 2, Statistique comparée de l'enseignement primaire (1829-1877), vol. 3, 1881-82, vol. 5, 1891-92, vol. 7, 1901-02.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/17802/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 78k

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search