Version classiqueVersion mobile

L'Enseignement au temps des congrégations

 | 
Sarah A. Curtis

Première partie. L'école paroissiale 1801-1870

Chapitre 2. La provision des enseignants

Texte intégral

  • 1 Theodore Zeldin, France 1848-1945 (éd. brochée, New York 1979), vol. 3, Intellect and Pride, 202. (...)

1Peu de groupes de personnes sont aussi décriés ou loués que les religieux et les religieuses qui ont formé le corps enseignant catholique français. Pour les détracteurs de l'enseignement chrétien, ces maîtres sont sans formation, sans qualification, des agents secrets de la propagande religieuse et politique. Pour leurs partisans, ces mêmes maîtres sont les serviteurs dévoués et désintéressés de Dieu et de la société, apportant l'instruction indispensable à des enfants plongés sans cela dans l'ignorance. D'une façon générale, les historiens ont fait écho aux points de vue des anticléricaux du xixe siècle qui trouvent les instituteurs congréganistes, spécialement les religieuses, pauvrement qualifiés en tant que maîtres d'école. Théodore Zeldin, par exemple, a écrit au sujet « de l'incompétence et l'ignorance admises de beaucoup des sœurs qui n'avaient habituellement aucune formation »1.

  • 2 En plus de permettre aux congrégations autorisées féminines de substituer la lettre d'obédience au (...)
  • 3 À propos des maîtres laïcs durant la première moitié du xixe siècle, voir Pierre Zind, « L'enseign (...)

2Avant 1881, le problème se cristallise autour de la lettre d'obédience, remise par les congrégations religieuses à leurs membres, et que les congrégations féminines et certaines congrégations masculines peuvent, entre 1850 et 1881, légalement substituer au titre académique, le brevet de capacité2. Les autorités scolaires ont souvent mis sur le compte de la lettre d'obédience les problèmes qu'ils découvraient – ou imaginaient – dans les classes congréganistes. Du simple fait que les maîtres congréganistes ne sont pas soumis au contrôle de l'État, aussi bien les contemporains que les historiens ont supposé qu'ils ne sont pas préparés et formés à leur tâche, conclusion qui repose sur une évidence remarquablement faible. En effet, mis à part ce manque de brevet, nous savons relativement peu de choses sur les enseignants congréganistes, leurs motivations, leurs antécédents, la nature et la durée de leur formation, alors même qu'ils ont enseigné à un grand nombre d'élèves français au cours du xixe. Cette absence d'information contraste très nettement avec l'abondante documentation relative aux enseignants laïcs, dont le nombre, avant 1870, reste pourtant bien inférieur à celui des enseignants congréganistes dans beaucoup de régions3.

  • 4 Voir Claude Langlois, Le catholicisme au féminin : Les congrégations françaises à supérieure génér (...)
  • 5 AFEC-Lyon, « Circulaires instructives et administratives, » no. 69 (1894). Zind, Les nouvelles con (...)
  • 6 Alexandra Rochefort, « Les Sœurs de Saint-Charles de Lyon et l'éducation féminine au 19ème siècle (...)
  • 7 Ce chiffre représente l'effectif total, y compris ceux qui travaillaient dans d'autres régions : F (...)

3La question des diplômes devient capitale dans les années 1870 à la suite de l'extraordinaire expansion des congrégations enseignantes dans la période précédant la Troisième République. En effet, entre la Restauration et la Troisième République, le moyen le plus probable pour des jeunes gens ou jeunes filles d'entrer dans l'enseignement est de s'engager dans une congrégation religieuse. À travers tout le pays, ces congrégations connaissent, de 1808 à 1878, une période de croissance sans précédent, qui à son tour alimente la multiplication de leurs écoles4. Peu de régions illustrent cette tendance aussi bien que le diocèse de Lyon. Les Frères des Écoles Chrétiennes comptent, pour la France entière, 30 membres en 1803, 160 en 1810, 570 en 1820, 1 420 en 1830, 3 012 en 1840, et 11 570 en 1874. En 1818, une année après l'ouverture par Champagnat de sa première école, les Frères Maristes ne sont que six, y compris lui-même. Dès 1830, la congrégation compte 100 membres et en 1851, quand elle obtient finalement l'approbation officielle du gouvernement, elle a 826 frères. Elle passe à 1 665 membres en 1857 et à 3 330 en 18825. Les Sœurs de Saint-Charles commencent avec 16 religieuses en 1803, passent à 969 dès 1838 et à 2 177 dès 1874. En 1878, les Sœurs de Saint-Joseph forment la quatrième congrégation enseignante française en France avec 2 500 membres6. Les Clercs de Saint-Viateur voient leurs effectifs croître de 172 en 1861 à 550 en 1877 ; les Frères du Sacré-Cœur de 420 à 1 037, pendant la même période. Dès 1877-78, les congrégations actives dans le diocèse de Lyon comptent plus de 20 000 membres en tout7.

4Cependant, cette croissance rapide exige d'elles la capacité de rassembler, de former et de déployer un corps enseignant leur permettant de répondre aux « demandes incessantes » qu'elles reçoivent des communes ou des paroisses pour établir des écoles. Ces mêmes paroisses, en effet, fournissent la plupart des candidats, dont l'intégration dans les communautés locales est facilitée par leurs origines locales et modestes et par leur formation identique. Les congrégations utilisent leur période de formation, le noviciat, non simplement pour instruire les enseignants, mais aussi pour leur inculquer le comportement et les valeurs spirituelles qui étaient essentiels pour leur mission et leur vision du monde. Pendant le noviciat elles identifient aussi les enseignants et les administrateurs prometteurs qui sont récompensés en étant affectés sur les postes les plus importants. En dépit des préoccupations laïques et congréganistes sur la qualité de formation, les enseignants congréganistes ne sont pas moins bien préparés que la plupart des enseignants laïcs. En fait, sauf pour les normaliens, qui sont beaucoup moins nombreux, la plupart des enseignants congréganistes ont davantage de formation que leur homologues laïcs. Le débat politique autour des brevets, bien qu'important, ne reflétait pas la réalité du recrutement et de la formation des enseignants pendant la plus grande partie du XIXe. Le manque d'enseignants laïcs qualifiés, en particulier de femmes, signifiait qu'avant la Troisième République, les congrégations enseignantes recrutaient et formaient les seules personnes disponibles pour l'enseignement dans la plupart des communautés.

Entrer dans la profession

  • 8 Chez les Sœurs de l'Enfant-Jésus, par exemple, 88 % des postulantes entre 1842 et 1882 étaient née (...)

5Les enseignants congréganistes du Rhône et de la Loire sont très largement d'origine locale. Ces deux départements comptent, pour l'instruction de leurs enfants, sur des congrégations enseignantes basées dans le diocèse ou dans les régions environnantes. Bien que vers le milieu du siècle, les quatre plus grandes, les Frères des Écoles Chrétiennes, les Frères Maristes, les Sœurs de Saint-Joseph et les Sœurs de Saint-Charles aient été actives dans d'autres régions de France également, toutes ont leur origine dans le diocèse de Lyon et y sont fortement implantées ; les maîtres congréganistes du diocèse de Lyon ont davantage de chances d'être envoyés ailleurs que les maîtres en provenance des autres régions de rejoindre le point fort de leur congrégation. Les listes de personnel établies par les Sœurs de Saint-Charles en 1871, par les Sœurs de Saint-Joseph en 1881, et l'état-civil des Sœurs de l'Enfant-Jésus pour les religieuses nées entre 1842 et 1882, montrent que peu des maîtresses nommées dans les écoles du Rhône et de la Loire ne sont pas également originaires de l'un ou l'autre de ces deux départements. Les exceptions proviennent en général des départements voisins, tels que la Haute-Loire, la Saône-et-Loire, l'Ain et l'Isère. La même chose se vérifie chez les Frères Maristes8.

  • 9 Langlois, 620. Il y avait, évidemment, des ordres religieux dont le recrutement était d'origine no (...)
  • 10 Lanfrey, 107.
  • 11 Les Sœurs de Saint-Joseph indiquaient que la dot pouvait être négociée après la première année ; l (...)
  • 12 AStJ, G 5, « Conseil 5ème » » (1847). ACSV, Valsonne, le Frère Jacques Thizy au Père Hugues Favre (...)

6La plupart des enseignants congréganistes sont d'origine sociale modeste. Claude Langlois a trouvé que, pour l'ensemble de la France, les fondateurs des congrégations féminines, dédiées à l'enseignement, aux soins des malades, aux œuvres caritatives, sont plutôt d'origine noble ou bourgeoise, mais que leurs disciples représentent les classes populaires9. Dans le diocèse de Lyon, bien que les fondateurs aient appartenu à des classes sociales diverses, les membres des congrégations enseignantes semblent provenir de classes sociales très semblables à celles de leurs élèves. Une étude faite à propos des Frères Maristes montre que 70 % d'entre eux sont d'origine paysanne, les autres étant surtout des enfants d'artisans10. Les congrégations enseignantes féminines n'enregistrent pas l'origine socio-économique de leurs membres, mais la dot requise à l'entrée n'est pas fixée dans beaucoup de congrégations et, dans certains cas, elle est totalement supprimée. Les Sœurs de Saint-Charles utilisent la subvention annuelle de 8 000 francs, qu'elles reçoivent de l'État, pour aider au fonctionnement du noviciat et pouvoir accepter les candidates incapables de payer : en 1845, elles mentionnent que quarante, sur la centaine de nouvelles novices, n'ont rien payé11. Les Frères des Écoles Chrétiennes exigent que chacune des villes faisant appel à leurs services verse 600 F, en plus des dépenses courantes, en vue de l'entretien du noviciat. Cette contribution aide à subvenir aux frais des novices qui ne peuvent pas payer la pension habituelle. Le manque d'argent n'est pas un obstacle à l'entrée dans une congrégation enseignante si le candidat a d'autres ressources. La candidate recommandée aux Sœurs de Saint-Joseph, par le curé de Saint-Chamond, a « un heureux caractère et beaucoup de disposition pour l'étude », en dépit de sa pauvreté ; elle est acceptée. Un candidat prometteur de Valsonne (Rhône) ne peut pas payer la pension prévue chez les Clercs de Saint-Viateur, mais « son exemple peut-être en amènerait d'autres »12. Bien que les congrégations ne puissent pas s'offrir le luxe de recevoir tous leurs candidats sans dot ni pension, la richesse n'est nullement une condition requise pour devenir un enseignant dans le primaire.

  • 13 ADR, T 203, Inspecteur d'Académie de Lyon au Préfet du Rhône (1877). On peut trouver des jugements (...)
  • 14 Sharif Gemie, « 'A Danger to Society' ? - Teachers and Authority in France, 1833-1850 », French Hi (...)

7Leurs origines sociales sont en fait très semblables à celles des candidats aux écoles normales des deux départements. Les candidates à l'école normale féminine de Lyon, surtout celles qui passent le concours pour une bourse, « appartiennent toutes à des familles pauvres ou d'une aisance très modeste ; quelques-unes sont filles d'instituteurs »13. Le niveau social auquel appartiennent les jeunes gens entrant dans l'école normale du Rhône, entre 1833 et 1848, est celui des classes modestes mais pas pauvres et, en général, entre 1840 et 1870, les écoles normales d'instituteurs se recrutent parmi les fils de fermiers, d'instituteurs ruraux et d'artisans de villages ou petites villes14.

  • 15 ASMR, 6 G 1, Conseil Général, Séance du 17 septembre 1898.

8La meilleure évidence de l'origine modeste de la plupart des enseignants congréganistes tient au fait que leur recrutement a lieu dans leurs propres écoles. Pendant tout le siècle, la plupart des novices entrant dans une congrégation enseignante, dans ce diocèse comme ailleurs, viennent des villes et villages où une communauté est déjà établie. Les jeunes gens et jeunes filles entrent dans des congrégations enseignantes parce qu'ils sont déjà familiers de leur métier. Les supérieurs rappellent constamment aux enseignants de repérer et de cultiver les vocations. L'œuvre de l'école assure sa propre continuité : en plus d'éduquer les élèves actuels, elle doit produire assez de religieux enseignants pour éduquer également la génération future. Les Sœurs de l'Enfant-Jésus, par exemple, sont encouragées à « observer parmi vos élèves celles en qui repose le germe de la vocation. Cultivez, développez ce germe jusqu'à son entier perfectionnement »15. Puisque la majorité des nouvelles recrues provient des écoles tenues par la congrégation elle-même, ces enseignants appartiennent aux mêmes couches sociales que leurs élèves, car ces écoles ne reçoivent pas les enfants de la noblesse et de la bourgeoisie.

  • 16 Dossier Querbes : Correspondance reçue par le Père Louis Querbes, vol. 36, P-7829 (1856).

9Certaines écoles, toutefois, ou certains terrains produisent plus de candidats que d'autres. Pensionnats et écoles primaires supérieures sont des pépinières très fertiles pour les nouvelles vocations. Le recrutement à partir de ces établissements d'élite relève légèrement le niveau social des nouveaux novices, bien qu'ils n'aient en général pas attiré une clientèle bourgeoise. Mais chose plus importante, cependant, le niveau plus élevé des capacités de ces élèves assure des recrues de meilleure qualité et les contacts journaliers de l'internat rendent plus aisée l'observation des novices potentiels. Leurs maîtres sont familiers de leur personnalité, de leur famille et du degré de piété et de dévouement qu'ils apporteraient à une vie religieuse. Le processus d'observation joue dans les deux sens : en vivant auprès de sœurs et de frères enseignants, les enfants et les jeunes peuvent observer la vie religieuse de près. « Depuis l'âge de huit ans », écrit le Frère Claudius Planus en 1856, « j'avais toujours eu l'intention d'entrer dans la société des Clercs de Saint-Viateur, et depuis quatre ans que j'y suis, j'ai vécu bien content dans ma vocation »16. Les novices qui ont été dans une école de leur future congrégation connaissent déjà ses méthodes et ses coutumes ; on peut penser qu'ils seront de meilleurs candidats.

  • 17 Yvonne Turin, Femmes et religieuses au xixe siècle : Le féminisme « en religion » (Paris, 1989), 1 (...)
  • 18 ADL, T 1012, Rapport de l'Inspecteur primaire, arrondissement de St-Étienne (1873). Langlois, 564.

10Les nouvelles recrues proviennent aussi des écoles ordinaires, mais il y a de fortes chances qu'elles soient issues de ces contrées qui sont déjà très croyantes. Tout de suite après la Révolution, les congrégations féminines se recrutent avant tout dans des familles qui ont résisté à la suppression du catholicisme ou qui ont aidé et caché les prêtres réfractaires. Les Frères des Écoles Chrétiennes trouvent beaucoup de leurs premières recrues dans les montagnes de la Haute-Loire, du Lyonnais et du Jura. Les Frères Maristes reçoivent un grand nombre de candidats de la bordure orientale du Massif Central, spécialement des zones les plus hautes17. L'école de Marlhes, lieu de naissance de Marcellin Champagnat, fournit un nombre particulièrement important de nouveaux maîtres. Les Sœurs de la Sainte-Enfance, basées à Lavalla (où, par coïncidence, Champagnat ouvre sa première école), y maintiennent une école dans le but précis de fournir des vocations ; en 1873, dix-sept des trente-six sœurs de la congrégation sont de Lavalla18. Après 1860, le recrutement des congrégations religieuses se déplace de plus en plus vers les zones rurales, bastions du catholicisme français. Les écoles catholiques sont certes bien réparties à travers le diocèse de Lyon, mais leurs enseignants, surtout à mesure qu'on s'avance dans le siècle, tendent à provenir de villes et d'écoles spécifiques. Elles sont, en quelque sorte, missionnaires vis-à-vis de leurs voisines moins religieuses.

  • 19 Ralph Gibson, A Social History of French Catholicism, 1789-1914 (London, 1989), 108.
  • 20 ASMR, 8 A 1 (Arnas, Vaux).

11Outre le recrutement provenant de leurs propres écoles, les congrégations enseignantes acceptent des candidats recommandés par les curés de paroisse. Certaines exigent même une telle collaboration comme prix de l'établissement d'une école dans la paroisse. Une suggestion bien opportune faite par un curé de paroisse à une fille ou un garçon pieux peut les lancer sur le chemin de la vie religieuse. Jean-Marie-Baptiste Vianney, le saint curé d'Ars, dans le département voisin de l'Ain, encourage environ une centaine de jeunes gens à entrer dans des congrégations enseignantes masculines19. En particulier, les nouvelles congrégations, manquant d'une réputation établie et d'un réseau d'écoles où elles peuvent trouver de nouveaux membres, comptent beaucoup sur les curés pour leur trouver des candidats valables. Quand elle fonde les Sœurs de l'Enfant-Jésus en 1830, Joséphine du Sablon utilise ses contacts avec le clergé pour encourager les filles de village à entrer dans sa congrégation. À Arnas (Rhône), par exemple, une jeune fille montre quelque intérêt à l'enseignement, le curé lui suggère d'entrer chez les Sœurs de l'Enfant-Jésus. Après l'achèvement de son noviciat, en 1847, elle retourne à Arnas pour ouvrir une école de village, payant elle-même l'ameublement et la moitié du loyer. Dès 1856, elle a 60 élèves et la congrégation envoie une deuxième sœur pour l'aider. À Vaux (Rhône), deux jeunes femmes qui ont créé une école de filles passent la montagne qui les sépare de Claveisolles et se présentent comme novices à Joséphine du Sablon, sur la recommandation de leur curé20.

  • 21 Mes informations sur cette question sont malheureusement plus impressionnistes que statistiques, e (...)
  • 22 Roger Price, A Social History of Nineteenth-Century France (London, 1987), 265.
  • 23 Dossier Querbes, vol. 17, P-3748 (1846).
  • 24 C'est aussi une raison de s'inscrire à l'école normale, dont le directeur rapporte une augmentatio (...)
  • 25 ASMR, 3 J 6, Sœur Bénédicte Gonnet (morte env. 1858-59).

12Si l'on exclut les candidats animés par une foi fervente ou d'un fort sentiment de la mission à accomplir, il est difficile de connaître les circonstances qui déterminent l'engagement dans une congrégation enseignante21. Plusieurs paraissent être issus de familles nombreuses, l'entrée dans une congrégation apparaît alors comme un moyen de gagner sa vie dans les familles ayant peu de ressources. Quelques novices ont perdu un ou les deux parents quand ils étaient jeunes et ont été élevés par la congrégation. Traditionnellement, il y avait un plus grand nombre de béates et de femmes dans les tiers ordres, dans les départements ayant une forte émigration parmi les hommes et un taux élevé de femmes célibataires22. Sans aucun doute, des jeunes gens entrent dans les congrégations religieuses enseignantes pour les mêmes raisons que d'autres jeunes deviennent instituteurs laïcs : pour éviter le service militaire ou une vie de travail manuel. Jean-Marie Cherblanc, par exemple, écrit en 1846 à Louis Querbes que ses parents ne voulaient pas qu'il soit fermier parce qu'il avait « une infirmité, un mal de jambe » ; au lieu de cela il est entré dans la congrégation23. Entrer dans une congrégation religieuse exempte également les jeunes gens du service militaire, ce qui constitue sans doute un autre facteur motivant24. Mais s'engager dans une congrégation religieuse n'est pas toujours la solution de facilité. Dans quelques cas, la famille est fort opposée au « sacrifice » d'un fils ou d'une fille et prend des mesures pour décourager ou empêcher la vocation. Sœur Bénédicte Gonnet, par exemple, amène son père par la ruse à la laisser entrer chez les Sœurs de l'Enfant-Jésus en lui disant qu'elle assiste simplement à une retraite ; puis elle refuse de sortir de la maison mère. Après un refus de quelques années, son père donne enfin sa permission25.

  • 26 Langlois, 520-524, 529. Il y a quelques variations régionales dans ce tableau et il note quatre pé (...)
  • 27 Anna Di Marco, « Une congrégation de femmes enseignantes au xixe siècle : Les Sœurs de Saint-Josep (...)

13Le souci de trouver un nombre suffisant d'enseignants n'est jamais absent, cependant, des préoccupations des supérieurs des congrégations. Ce souci résulte du grand nombre de demandes d'ouvertures d'écoles qu'ils reçoivent et des fluctuations annuelles du recrutement. Celui-ci baisse dans les périodes de troubles politiques et peut grandement varier d'une année à l'autre. Cependant, la croissance à long terme reste forte jusque dans les années 1860 et 1870. Claude Langlois a établi que, pour l'ensemble de la France, les congrégations enseignantes féminines bénéficient d'un taux de croissance d'environ 5,5 % par an de 1800 à 1860. Elles atteignent un nombre maximum de 5 000 novices par an, entre 1855 et 1859, et se stabilisent ensuite à ce niveau entre 1860 et 1880. Après 1880, le recrutement devient fluctuant et il atteint un creux après 1900, par suite des lois anticongréganistes26. Les études faites par les Sœurs de Saint-Joseph, les Sœurs de Saint-Charles et les Frères Maristes, pour la région de Lyon, confirment ce schéma de croissance ininterrompue jusqu'en 1860. Les Sœurs de Saint-Joseph, par exemple, comptent une moyenne de 77 nouvelles novices par an de 1850 à 1869, atteignant un maximum de 131 en 1864, éprouvent une baisse en 1870, mais notent de nouveau une hausse du recrutement dès 1874. À part deux baisses, en 1848-51 et 1870-72, les Frères des Écoles Chrétiennes enregistrent une croissance ininterrompue jusqu'en 187827.

  • 28 AStC, « Directoire » (1810), 4.
  • 29 Constitutions et règle du gouvernement de l'Institut des Petits-Frères-de-Marie (Lyon, 1854), 38-4 (...)
  • 30 Les Sœurs de Saint-Charles établissent, dès 1810, que l'âge maximum serait de 25 ans ; les Sœurs d (...)
  • 31 ASMR, 3 A bis, Joséphine du Sablon à la Sœur Ste-Colombe, no 3 (1848).

14Les congrégations enseignantes recherchent un certain type de candidat. « Destinées à remplir les devoirs de leur état, non dans la clôture ni dans la retraite, mais au milieu même des bourgs et des villes, les Sœurs de Saint-Charles ne peuvent porter trop de soin dans le choix des sujets » : ainsi commençaient les règles de cette congrégation28. Bien qu'elles ne puissent se permettre d'être trop exigeantes aux époques de demande pressante, ce ne sont pas tous les jeunes gens ni toutes les jeunes filles qui peuvent s'adapter aux exigences d'une congrégation religieuse active ou de la fonction enseignante. On s'attend évidemment à ce que les candidats soient de naissance légitime, en provenance d'une famille chrétienne, pieux, en bonne santé, et pourvus d'un niveau minimum d'instruction. Avant d'admettre un novice, les Frères Maristes l'interrogent sur son milieu familial, ses ressources, sa santé, ses déformations, sa fréquentation des sacrements, la longueur et le type de sa scolarité, les marques de son intérêt pour l'enseignement. Ils désirent savoir également depuis combien de temps il envisage d'entrer dans la congrégation, si c'est de sa propre volonté libre, et s'il a déjà été membre d'un autre institut religieux. Ils essaient aussi de s'assurer qu'il a un caractère adapté à la vie religieuse : docile, ordonné, propre, doué de jugement et de bon sens, et, évidemment, pieux. De même les Sœurs de Saint-Charles exigent-elles que leurs candidates soient « d'un bon tempérament, d'un esprit solide, d'un caractère heureux et d'une âme fortement tournée vers la vertu »29. Il est évident que les candidats doivent pouvoir s'accorder avec les autres et se plier à l'autorité des supérieurs. La docilité est l'un des facteurs en jeu dans les conditions d'âge requises des futurs frères ou sœurs. Bien que ce soit chose commune, dans les débuts d'une congrégation, de prendre des novices de tout âge (même parfois des couples mère-fille dans les congrégations féminines), une fois la congrégation établie, on demande aux candidats potentiels d'être en dessous de trente et parfois même de vingt-cinq ans30. Quinze ou seize ans est généralement l'âge minimum pour entrer au noviciat, bien qu'on n'encourage pas les candidatures trop jeunes. Mais mieux vaut trop jeune que trop vieux : « On se plie bien mieux à cet âge », écrit Joséphine du Sablon31. Les hommes et les femmes de plus de trente ans sont considérés comme trop fixés dans leurs habitudes pour pouvoir se conformer aux règles et coutumes d'une congrégation religieuse.

  • 32 AStC, « Statuts et règlements » (1810) ; AFEC, « Circulaires instructives et administratives » (18 (...)
  • 33 Jeanne Laroche (Sœur Marie du Sacré-Cœur), Les religieuses enseignantes et les nécessités de l'apo (...)

15L'insistance sur une bonne santé est capitale dans les congrégations enseignantes. Même une bonne vue est considérée comme importante par les Sœurs de Saint-Charles, et les Frères des Écoles Chrétiennes demandent à leurs directeurs d'être attentifs à des « infirmités cachées ». Une mauvaise santé peut entraîner le renvoi d'un novice et, en 1850, le Conseil des Sœurs de Saint-Joseph rappelle aux supérieures locales de prendre davantage de soin pour observer les postulantes sous le rapport des problèmes de santé32. Ce souci universel de la santé des nouvelles recrues est en rapport avec la fatigue physique qu'entraîne la fonction enseignante : « pour faire un bon travail il faut de bons outils ; pour faire beaucoup de travail, il faut de fortes machines », ainsi que l'écrit la Mère Marie du Sacré-Cœur à la fin du siècle33. Les congrégations ne peuvent pas se payer le luxe d'investir du temps et de la formation dans des candidats ne possédant pas la résistance physique demandée par une carrière enseignante.

  • 34 AFM-Rome, « Lettres à Champagnat », M. Jean-Baptiste Chanut à Marcellin Champagnat (1833).

16Enfin, les congrégations enseignantes demandent un niveau minimum d'instruction. La lecture, l'écriture, les notions de base en arithmétique et en grammaire, et une bonne mémoire sont considérées comme indispensables pour une formation d'enseignant. Un candidat recommandé aux Frères Maristes en 1833 est capable de lire, d'écrire « passablement », de faire de l'arithmétique, sait son catéchisme parfaitement et a le goût de l'étude, tout en étant calme et d'un caractère tranquille34. « Il n'est pas nécessaire évidemment que vos novices soient des génies », disait-on dans une série d'instructions à la maîtresse des novices des Sœurs de Saint-Saint-Joseph :

  • 35 AStJ, « Conseils à une directrice de Noviciat » (1841).

Elles n'ont besoin que d'un talent modeste pour vaquer aux différents ministères de votre congrégation. Mais au moins il faut qu'elles aient cette humble mesure d'intelligence. Leur vocation n'est pas celle du cloître ; elles sont appelées à autre chose qu'à prier et s'occuper de leur conscience... il leur faut aussi plus que du cœur et de la piété ; elles ne sauraient se passer d'un peu de tête et de quelques lumières35.

  • 36 AStJ, Lettres circulaires, Mère du Sacré-Cœur (1854). Mais les congrégations enseignantes n'étaien (...)
  • 37 ACSV, Les Sauvages, Frère Régis Ladreyt au Père Hugues Favre (1864).
  • 38 Lanfrey, 114.

17Pourtant, une lettre de la supérieure générale en 1854 rappelle aux sœurs de ne pas envoyer de futures novices ne sachant pas lire et écrire, ce qui suppose qu'il y a des candidates dans ce cas36. Puisque la plus grande partie du recrutement se fait à partir des écoles des congrégations elles-mêmes, la qualité des candidats est en rapport avec la qualité de l'enseignement dispensé. Quand le Frère Régis Ladreyt annonce à son supérieur général qu'il a trouvé un candidat aux Clercs de Saint-Viateur, dans l'une des meilleures familles de la commune des Sauvages (Rhône), et qu'il est aussi le premier de sa classe, il ajoute : « cela ne veut pas dire qu'il soit bien fort »37. Au cours du xixe siècle, et spécialement après 1870, le niveau d'instruction demandé aux candidats monte à mesure que s'améliore aussi la qualité de l'instruction dans les écoles primaires. Des postulants qui ont été admis comme Frères Maristes en 1840 ne sont plus acceptables en 1860, parce que la tâche d'instituteur est alors beaucoup plus exigeante38. Les novices eux-mêmes bénéficieront d'une meilleure formation et on leur demandera de donner comme enseignants une instruction plus poussée.

  • 39 ACSV, Valsonne, Frère Jacques Thizy au Père Hugues Favre (1862) ; Létra, Frère François Jacquemin (...)
  • 40 AStJ, « Conseils à une directrice de Noviciat » (1841).

18Mais par-dessus tout, les congrégations cherchent des candidats faisant preuve d'utiles traits de personnalité et de l'aptitude à apprendre. Le Frère Jacques Thizy recommande, par exemple, l'un de ses élèves de Valsonne aux Clercs de Saint-Viateur, même si ses parents ne pouvent pas payer sa pension et si son niveau d'instruction « n'est pas très avancé » car « ce jeune homme n'est pas dépourvu de capacité ni de vertus ; il a bonne mémoire, il est sage et désire de plus ». Apparemment il juge bien le candidat : Benoît-Marie Gonnard entre au noviciat en 1863 et meurt membre de la congrégation en 1927. Un autre candidat à cette congrégation, bien qu'également « pas bien avancé dans son instruction », a « un amour du travail et beaucoup de soumission »39. Les Sœurs de Saint-Joseph pensent que si des candidates ont « un certain fond de bon sens, calme, grave et prudent », elles deviendront des religieuses qui seront « non pas brillantes, mais solides ; non pas discoureuses, mais brèves et précises ; non pas fantastiques, mais raisonnables et suivies ; non pas étourdies ou légères, mais posées et sérieuses ; non pas affectées et faisant les prudes, mais simples et sans prétention ; non pas imprudentes et sans conseil, mais réfléchies et circonspectes »40.

Le noviciat comme école normale

  • 41 AStJ, G 4, « Conseil 88 », 1853.

19La tâche de transformer les nouvelles recrues en sœurs et frères obéissants et en enseignants capables, appartient à cette période de formation appelée noviciat. Cette période remplit, dans la vie d'une congrégation religieuse enseignante, un certain nombre de fonctions dont l'une seulement est la formation professionnelle. Au cours du noviciat, les candidats sont observés soigneusement sous le rapport des aptitudes, de la piété et des talents qui peuvent suggérer de leur confier tel emploi particulier. L'absence complète d'aptitudes pour l'enseignement ou de sérieux défauts de caractère peuvent leur valoir le renvoi de la congrégation. Par exemple, chez les Sœurs de Saint-Joseph, en 1853, le conseil général examine le cas d'une candidate qui a été envoyée en observation dans l'école d'Eurre (Drôme) mais pour laquelle les rapports reçus de la supérieure locale sont défavorables, et une autre situation où la maîtresse des novices exprime des réserves au sujet des aptitudes d'une candidate. Les deux jeunes filles seront remises à leur famille41. Les novices elles-mêmes peuvent tester leur propre capacité à supporter la vie religieuse. Au noviciat aussi elles appartiennent à une communauté avec ses propres règles et habitudes, qu'elles porteront avec elles dans les localités où elles feront carrière et passeront leur vie.

  • 42 Constitutions pour la petite congrégation des Sœurs de Saint-Joseph (Lyon, 1858), 157-68.

20Dans les débuts de nombreuses congrégations religieuses, les novices sont formés dans les communautés où ils entrent. Sous la pression des demandes, il est tentant pour les congrégations enseignantes de placer les novices dans les écoles aussi vite que possible ; cela réduit aussi les dépenses. Néanmoins, les principales congrégations, et beaucoup de petites également, voient rapidement les avantages d'un noviciat central, même pour une période aussi courte que six mois ou une année. C'est difficile pour les novices d'étudier ou de se préparer à l'émission des vœux, une fois qu'ils ont commencé à enseigner. Et plus important encore, un noviciat central enlève la responsabilité de la sélection et de la formation des candidats – c'est-à-dire de l'avenir de la congrégation – des mains des supérieures locales et des curés et la remet entre celles de la supérieure générale. Une seule maison de formation assure le contrôle, l'uniformité et une certaine unité d'esprit. Les règles écrites par les Sœurs de Saint-Joseph en 1858 insistent pour qu'il y ait au moins une année de formation centralisée à Lyon à cause de « l'impossibilité autrement de propager un esprit unique, de maintenir une commune interprétation des règles et de préserver un si grand corps d'un germe inévitable de division ». Les règles mettent aussi l'accent sur « l'utilité de faire élever les sujets sous les yeux des Supérieurs pour obtenir plus tard des placements heureux »42. Pour qu'une congrégation centralisée s'épanouisse, elle doit s'assurer que ses membres obéissent à la congrégation elle-même et non pas à la communauté locale ou au curé. Elles doivent pouvoir déplacer leur personnel selon les besoins et elles se doivent de fournir des enseignants de même valeur à toute commune demandant leurs services. Les membres d'une congrégation donnée sont supposés se conduire et enseigner d'une manière particulière et cette façon de faire leur est inculquée au noviciat.

  • 43 SStJ, Constitutions (1858), 135, 146-47. Di Marco, 16-17. ASteF, C 5, Lettre de l'abbé Pousset à l (...)
  • 44 AFEC-Lyon, « Institut des Frères des Écoles Chrétiennes, District de Lyon : Notes historiques des (...)

21La longueur de la période passée au noviciat central varie d'une congrégation à l'autre. Les Sœurs de Saint-Joseph préfèrent voir leurs sœurs passer une année comme postulantes ou prétendantes, période probatoire durant laquelle elles gardent leurs habits laïcs et utilisent leur nom de baptême, et, après avoir subi un examen, elles font deux années comme novices, en habit religieux et avec des noms de religion. Dans l'idéal, ces trois années se passent au noviciat de Lyon, sinon, la dernière année ou les deux dernières peuvent se dérouler dans l'un des grands établissements où se complète la formation. Ces dispositions sont en grande partie le résultat des réformes faites par la deuxième supérieure générale, Mère du Sacré-Cœur de Jésus, en 1839, qui porte le noviciat à dix mois et exige un examen dans les matières profanes au bout de deux ans. Le noviciat, chez les Sœurs de la Sainte-Famille, ne dure cependant que six mois43. Les Frères des Écoles Chrétiennes exigent qu'un candidat passe sa première année au noviciat en se consacrant uniquement aux études religieuses, avant d'entreprendre des études profanes. Entre 1848 et 1877, la formation profane, sauf l'étude de leur méthode d'enseignement de la lecture, se fait sur le tas. Ce n'est qu'après 1877 qu'est rétablie l'école normale ou scolasticat où les novices pouvent passer deux années consacrées aux études profanes avant l'examen du brevet. Les Frères Maristes exigent une année de noviciat, puis ils envoient le novice dans une petite école pour y faire du travail manuel, aider dans les basses classes et étudier un peu en vue du brevet. Si son travail est satisfaisant, on lui confie alors un poste de maître auxiliaire tout en continuant à préparer le brevet durant ses temps libres. Ce n'est qu'en cas d'échec à cet examen qu'on lui donne des cours spéciaux44. En fait, jusque vers le milieu de la décennie 1870-80, dans la plupart des congrégations enseignantes, les novices ne passent que de six mois à un an dans un noviciat central, où la formation professionnelle est mêlée à la formation religieuse ; la formation ultérieure a lieu sur le tas.

  • 45 SStJ, Constitutions (1858), 208.
  • 46 ADL, T 412, Supérieur général des Frères Maristes à Inspecteur, Loire (1856).

22Qu'apprennent donc au noviciat les futurs enseignants ? D'abord et avant tout, ils apprennent à être de bons religieux ou de bonnes religieuses, à la fois à travers l'étude intensive du catéchisme (qui est aussi évidemment un sujet qu'ils auront à enseigner) et des ouvrages de piété, et à travers la pratique quotidienne de l'obéissance, de la régularité et de la piété. « L'important est qu'il sorte du noviciat de bonnes religieuses », déclarent les règles des Sœurs de Saint-Joseph, car « elles pourront, après en être sorties, acquérir la science qui leur manquerait, mais une novice peu fervente deviendra le plus souvent – l'expérience ne le prouve que trop – une religieuse tiède et peu zélée pour tendre à la perfection »45. Les disciplines profanes peuvent toujours être apprises plus tard mais le goût, l'habitude de la vie religieuse doivent être acquis de bonne heure. De même, en 1856, le supérieur général des Frères Maristes écrit à l'inspecteur des écoles de la Loire : « Toute notre attention se porte à les former à la vertu et aux pratiques de la vie religieuse, et à nous assurer de leur vocation. Il n'y a au Noviciat, outre l'instruction religieuse, que des leçons de lecture, d'écriture, d'orthographe et d'arithmétique »46.

  • 47 Les Frères du Sacré-Cœur : Historique de l'Institut, 1821-1956 (Rome, 1956), « Règles de 1821 », 2 (...)

23Pendant tout le siècle, les congrégations religieuses découragent leurs sujets de devenir surinstruits ou exposés aux idées nouvelles. Les règles des Frères du Sacré-Cœur, écrites au début du siècle, les encouragent à « perfectionner chaque jour leurs petites connaissances dans la lecture, l'écriture, l'arithmétique la grammaire », mais aussi à éviter « la prétention ridicule de paraître des hommes savants ». « Il est vrai », écrit Jean-Claude Courveille, fondateur de la Société de Marie, à Marcellin Champagnat en 1826, « qu'on ne trouve pas chez ces bons religieux cette grande science qui très souvent, comme dit l'Apôtre, enfle le cœur, mais aussi je puis vous assurer qu'on y trouve la vraie science des saints, seule nécessaire pour le salut ». Les Sœurs de Saint-Joseph lisent des ouvrages de dévotion, mais elles doivent le faire « avec respect, sans curiosité humaine et sans se préoccuper des beautés ou des défauts de la forme ». Et en général les religieux et les religieuses ne sont pas non plus autorisés à lire les journaux qui, comme le rappelle une circulaire aux Frères Maristes en 1870, peuvent conduire aux idées fausses, aux principes erronés, aux scandales et à l'impiété. Même parmi les Frères des Écoles Chrétiennes, bien formés, jusqu'en 1870 il y en a un certain nombre qui veulent freiner « non seulement les curiosités inutiles... mais le désir de s'instruire largement pour mieux enseigner ». La science, bien qu'utile pour enseigner dans les pensionnats distingués, peut aussi produire des maîtres malheureux et vains dans « les ministères obscurs » qui sont leur lot habituel47.

  • 48 Directoire ou explication des constitutions de la Congrégation de la Sainte-Famille de Lyon (Lyon, (...)
  • 49 AN, F 17 12476, "Règlement de la maison principale de la Société des Frères de Marie", vol. 2.

24Le courant d'anti-intellectualisme qui parcourt ces congrégations ne signifie toutefois pas qu'elles approuvent l'ignorance. Un certain niveau d'instruction est requis pour entrer dans les congrégations enseignantes, et elles font de leur mieux pour élever ce niveau durant les années de formation. L'accent est mis tout naturellement sur les matières que les futurs maîtres auront à enseigner dans leurs classes, et qui, jusqu'à la Troisième République, sont assez réduites en nombre. La religion, la lecture, l'écriture, la grammaire, l'arithmétique, un peu d'histoire et d'histoire sainte, le chant, la couture pour les filles, et peut-être le dessin pour les garçons, constituent l'essentiel. Une congrégation à buts multiples, comme les Sœurs de la Sainte-Famille, ajoute les travaux ménagers, le soin des malades et la couture aux disciplines scolaires telles que la lecture, l'écriture, la grammaire, l'arithmétique, l'histoire, la géographie et la musique. La maîtresse des novices chez les Sœurs de l'Enfant-Jésus, vers le milieu du siècle, enseigne également l'histoire et la géographie de la France et fait passer des examens tous les trimestres48. En 1841, au noviciat des Frères Maristes, récemment ouvert, les frères destinés à l'enseignement étudient le catéchisme, la lecture, l'écriture, la grammaire, l'orthographe, l'arithmétique, le système métrique, l'histoire sainte, l'histoire et la géographie de la France, le chant, et pour certains, le dessin linéaire, l'arpentage et la tenue des livres49.

  • 50 J. Rivaux, Histoire de la Révérende Mère du Sacré-Cœur de Jésus (Lyon, 1878), 180. AStJ, Lettres c (...)

25Au noviciat des Sœurs de Saint-Joseph, les sujets les plus importants sont le catéchisme, suivi de la lecture, de l'écriture et de la grammaire. La Mère du Sacré-Cœur, dont la réforme commence en 1839, trouve des professeurs de grammaire, d'arithmétique, d'histoire, de géographie, de comptabilité et d'écriture pour instruire les novices dans « les sciences profanes ». Aucune sœur n'émet de vœux avant d'avoir passé un examen dans ces sujets-là. En 1842, elle envoie une circulaire demandant à chaque communauté d'avoir une bibliothèque contenant des livres classiques et religieux et de renvoyer les novices à la maison-mère, deux mois avant leur émission de vœux, pour qu'elles préparent leur examen. Deux années plus tard, elle et son conseil créent une nouvelle fonction, celle de directrice des études, chargée de coordonner l'instruction profane des novices et la formation continue des sœurs enseignantes ; cette charge est différente de celle de maîtresse des novices, chargée elle de la formation spirituelle50. Le niveau de la formation est assez élevé pour que le gouvernement confie aux Sœurs de Saint-Joseph la direction de l'école normale publique d'institutrices.

  • 51 Pour ce qui est des Frères des Écoles Chrétiennes, voir Conduite des écoles chrétiennes par saint (...)
  • 52 AStJ, « Conseils à une directrice de noviciat » (1841).
  • 53 SStC, Directoire (1834), 24, 58. La méthode d'enseignement développée par la Supérieure générale e (...)

26Les congrégations s'efforcent aussi d'instruire leurs enseignants dans le domaine de la pédagogie, bien qu'une bonne partie de cette formation se fasse nécessairement sur le terrain. Les Frères des Écoles Chrétiennes, les Frères Maristes et les Clercs de Saint-Viateur ont des manuels complets, expliquant leur philosophie et méthode d'enseignement51. D'autres congrégations incluent dans leurs règles une section sur leur méthode d'enseignement, ou bien utilisent les manuels des Frères des Écoles Chrétiennes ou des Frères Maristes. L'essentiel de la pédagogie est dérivée de celle qu'a mise au point, au xviie siècle, Jean-Baptiste de La Salle, dans les écoles de la Réforme catholique. Les Sœurs de Saint-Joseph de Lyon insèrent dans leur programme une étude de la nature de l'enfant, ainsi que les règles de prudence et d'hygiène, en même temps que des avis pratiques concernant les problèmes qu'elles pourront rencontrer dans leur tâche d'institutrice52. Mais cette formation pratique se fait surtout en classe, sous le regard des maîtresses plus âgées et plus expérimentées. Toutes les congrégations enseignantes ont des écoles primaires, annexées aux noviciats, où les novices font leurs premiers essais dans la pratique de l'enseignement. Après tout, l'un des buts du noviciat central est d'assurer l'uniformité de l'enseignement et l'innovation est découragée chez les instituteurs. Les congrégations enseignantes veulent pouvoir déplacer les maîtres sans trop de dérangement dans les écoles, et les paroisses veulent savoir à qui elles ont affaire. La capacité d'enseigner selon les méthodes de la congrégation et les qualités personnelles sont considérées comme plus importantes que les prouesses intellectuelles dans telle ou telle matière. Les Sœurs de Saint-Charles, par exemple, « doivent, sans aucun doute étudier ce qu'elles ont à dire (en classe), mais plus encore la manière de le dire, pour le rendre intelligible aux enfants ». Utiliser en classe une méthode différente, sans la permission de la supérieure générale, est une infraction qui peut, pour une sœur de Saint-Charles, entraîner son renvoi de la congrégation53.

  • 54 Ces exemples proviennent tous de AStJ, Registre, « États de services des sœurs employées dans l'en (...)

27Dans toutes les congrégations, les enseignants bien doués sont repérés dès le noviciat et immédiatement placés à des postes de responsabilité. Un novice brillant et capable sera très vraisemblablement placé dans l'une des écoles les plus importantes, particulièrement dans un pensionnat, lors de sa première nomination, tandis que les maîtres moyens ou médiocres seront envoyés dans les écoles primaires ordinaires. Non seulement les écoles les plus importantes et les plus prestigieuses reçoivent-elles des maîtres débutants mais il est difficile d'y entrer plus tard. Au pensionnat de jeunes filles, tenu à Pommiers (Rhône) par les Sœurs de Saint-Joseph, par exemple, en 1881, quatre des neuf maîtresses auxiliaires ont passé toute leur carrière sur place, une a débuté dans un pensionnat à Bastia (Corse), une dans un établissement similaire à Roanne et une autre au pensionnat annexé à la maison-mère à Lyon. La même année, au pensionnat de Lyon, six des onze maîtresses auxiliaires y ont fait toute leur carrière, une autre des maîtresses auxiliaires et la directrice viennent de l'école normale. Beaucoup des plus capables parmi les Sœurs de Saint-Joseph commencent leur carrière dans les établissements importants de Tarare et de Tassin dans le Rhône54. Une telle nomination signifie habituellement une carrière dans un pensionnat à Lyon ou à la maison-mère elle-même.

  • 55 Ces directeurs étaient le Frère Jean-Chrysostome (1821-1830), le Frère Lambert (1830-34), le Frère (...)
  • 56 Lanfrey, 148. Biographies de quelques frères qui se sont distingués par leurs vertus et l'amour de (...)
  • 57 AStJ, 2 J 8, « Révérende Mère Henri-Xavier (1845-1926) », 17-18. La Révérende Mère Saint-Paulin (1 (...)

28La voie rapide vers les sommets est typique également dans d'autres congrégations. De fait, un regard sur les carrières de ces religieux qui deviennent des chefs dans leur congrégation montre qu'on leur confie des postes importants, dès le début de leur activité, et qu'ils sont rarement longtemps placés comme enseignants dans les écoles primaires ordinaires de leur congrégation. Chez les Frères des Écoles Chrétiennes, il y a un chemin tout tracé pour ces religieux qui deviennent directeurs du « petit collège » à Lyon, et qui sont employés à la maison-mère régionale entre 1821 et 1843. Après le noviciat, chacun d'eux est nommé directeur d'une ou plusieurs des écoles importantes de la région puis visiteur de Saint-Étienne, avant d'occuper ce même poste à Lyon. Après cela, ils sont nommés dans l'administration à Paris ou à un poste important dans une autre région55. Tous les assistants chez les Frères Maristes, avant 1870, sont âgés de 29 à 39 ans, au moment de leur nomination ; ce n'est qu'après 1880 que cette moyenne d'âge dépasse 40 ans. Le Frère Philogone, dans le monde Jean-François Bonin, né en 1826, entre au noviciat des Frères Maristes en 1841 et est nommé en 1844 au pensionnat d'Usson, quand le directeur demande un maître capable d'enseigner le dessin, la géométrie et l'arpentage. Il devient lui-même directeur en 1850, directeur du pensionnat de Neuville en 1855, maître des novices en 1857 et assistant de la congrégation en 186056. La Mère Henri-Xavier, Supérieure générale des Sœurs de Saint-Joseph de 1897 à 1923, enseigne les mathématiques et les sciences à l'école normale à l'âge de 22 ans, ayant au cours de son noviciat fait preuve de talents exceptionnels pour ces disciplines. La Mère Saint-Paulin, Supérieure générale des Sœurs de Saint-Charles, de 1906 jusqu'à sa mort en 1923, a été élève dans un pensionnat tenu par la congrégation ; entrée au noviciat à l'âge de 16 ans en 1875, elle est d'abord nommée dans un pensionnat à Montpellier, puis dans un autre à Serin, avant de devenir supérieure de la communauté de Serin en 1898. En 1902, elle devient maîtresse des novices avant d'être élue supérieure générale quatre ans plus tard. Chez les Sœurs de la Sainte-Famille, Marie de Gonzague, Supérieure générale de 1897 à 1902, est directrice du pensionnat à Mâcon, puis supérieure à Farnay, avant son élection. Son successeur, Marie du Saint-Sacrement, passe toute sa carrière à la maison-mère57.

  • 58 AN, F 19, 6286, « Statuts des frères des écoles chrétiennes » (1809).
  • 59 AFM, « Les Annales de F. Avit », (Bully, Charnecles).

29Récompenser le talent, pourtant, n'élimine pas les enseignants faibles. Après avoir prononcé des vœux, les frères et les sœurs enseignants ne pouvaient être renvoyés de la congrégation sauf pour une faute grave. Les statuts des Frères des Écoles Chrétiennes, publiés en 1809, déclare catégoriquement que « aucun frère, une fois définitivement admis, n'est renvoyé pour cause d'incapacité. »58 Les enseignants posant problème ou sans talent sont simplement transférés d'une école à une autre. Un certain Frère Candide, par exemple, enseignant à Bully (Loire) est décrit par un Visiteur comme ayant « un caractère raide qui le rendait pénible pour les élèves et lui amenait souvent des difficultés dans ses rapports avec les parents ». Quatre années plus tard, il est enseignant à Charnècles (Isère) et a droit à la même appréciation : « pieux et bien dévoué » mais timide et irascible avec les élèves59.

  • 60 Sur 296 sœurs restées dans la congrégation, 134, soit 45,3 %, moururent avant l'âge de la retraite (...)

30Les ressources de la congrégation ne permettent pas forcément non plus une retraite tranquille. Près de la moitié des Sœurs de l'Enfant-Jésus, par exemple, enseigne encore au moment de leur mort60. Les inspecteurs des écoles se plaignent souvent que les sœurs enseignantes soient trop vieilles pour accomplir leur tâche. Dans certaines communautés, toutefois, les sœurs âgées gardent des fonctions de responsabilité – supérieures locales par exemple – mais les sœurs plus jeunes sont dans toutes les classes. En s'engageant dans une congrégation religieuse, les hommes et les femmes reçoivent des soins à vie, mais ils doivent œuvrer de leur mieux le plus longtemps possible. La vie religieuse suppose une vie de service.

  • 61 SStJ, Constitutions (1858), 219-20. AStJ, Lettres circulaires, Mère du Sacré-Cœur (1857).
  • 62 FM, Circulaires, vol. 1, 33-34, 48-49 (1840, 1841) ; vol. 2, 100, 189 (1851, 1854).
  • 63 Directoire du Clerc de Saint-Viateur, Catéchiste Paroissial (Lyon, 1836), 91. ACSV, Registre « Cha (...)

31Les congrégations prennent les dispositions pour la formation et l'étude continue après le noviciat. Dans les congrégations masculines et, avant 1850, dans les congrégations féminines, l'étude continue est nécessaire pour préparer des candidats plus qualifiés en vue de l'examen du brevet de capacité. Dans d'autres cas, les supérieurs s'inquiètent du fait que le niveau d'instruction de leurs membres n'est pas à la hauteur des besoins des écoles. Aussi tous les manuels et circulaires exigent-ils que les maîtres poursuivent leurs études au-delà de la période officielle de formation. Les règles des Sœurs de Saint-Joseph prescrivent un système d'études sur cinq ans après l'émission des vœux, avec des diplômes et des examens annuels. Quand cette congrégation perfectionne ses méthodes d'enseignement en 1857, elle invite une sœur ou deux, dans chaque établissement, à suivre une session de formation de deux semaines61. Après 1841, les Frères Maristes organisent trois sessions par an, une par district et une à la maison-mère, pour réviser le catéchisme, la grammaire, l'arithmétique, le système métrique et la composition française. Dix années plus tard, ils demandent aux supérieurs locaux d'exiger journellement des jeunes maîtres une page ou demi-page de grammaire, une dictée, et un chapitre de catéchisme ; en 1854, le sujet d'étude recommandé est l'arithmétique62. Dans les établissements tenus par les Clercs de Saint-Viateur, le jeudi – jour de congé – est réservé pour préparer les leçons et se mettre à jour dans les matières profanes ainsi qu'en catéchisme. Pourtant, au chapitre général de 1865, les responsables de cette congrégation constatent que les études profanes ont besoin d'être renforcées : « Il est regrettable, en effet, de voir arriver dans les établissements des jeunes frères n'ayant que des connaissances très limitées et qui ne peuvent souvent remplacer le directeur en classe lorsqu'il se trouve malade »63.

La question des qualifications

  • 64 Voir, par exemple, les rapports dans AN, F 19, 6352 (1833) ; ADR, T XXV (1818-19), T 16 (1824), V (...)
  • 65 Cinq d'entre elles étaient pour des écoles maternelles, une pour le pensionnat, une pour un cours (...)
  • 66 ADL, T 1003, Rapport de l'Inspecteur primaire pour Le Bessat (1842).
  • 67 ADL, T 407, « Rapport spécial sur la situation de l'Instruction primaire dans le département de la (...)

32Cette remarque suggère, bien sûr, que même les congrégations elles-mêmes ont quelques soucis sur la qualité de quelques-uns de leurs enseignants, ce qui n'est pas sans rappeler les plaintes véhémentes des inspecteurs et des enseignants laïcs. Il est toutefois difficile de déterminer la compétence réelle des sœurs et frères enseignants d'après l'estimation de leurs congrégations ou même d'après l'évaluation de leurs capacités faite par leurs contemporains. Les enseignants religieux constituent un groupe hétérogène avec une variété de talents. Les rapports des autorités gouvernementales varient selon la congrégation elle-même, le niveau de l'enseignant, l'inspecteur lui-même et la situation politique dominante. Les Frères des Écoles Chrétiennes, par exemple, reçoivent généralement des rapports favorables, depuis les premières décennies du siècle jusque dans les années 1870, et c'est aussi le cas des Sœurs de Saint-Charles ; ce sont toutes deux de grandes congrégations, bien organisées et travaillant dans les milieux urbains64. Les Sœurs de Saint-Joseph remportent trente médailles d'argent, accordées par le Ministère de l'Instruction Publique, entre 1839 et 187865. La qualité de l'éducation donnée dans les pensionnats, à l'usage des enfants d'une classe plus aisée, est généralement reconnue ; dans les maisons où elles placent leur personnel le plus doué, les congrégations savent donner un bon enseignement. Les enseignants congréganistes des zones rurales reçoivent des rapports plus mitigés. Les congrégations nouvelles ou plus petites et les congrégations féminines sont souvent jugées faibles, quant à leurs capacités d'enseignement, mais à chaque plainte au sujet d'une enseignante incompétente correspond une louange pour un autre, comme, par exemple : « une sage et modeste fille de l'instruction ; ces campagnes y gagneront »66. Après des rapports en général positifs, au début et jusqu'au milieu de la décennie 1840-1850, l'inspecteur de la Loire dénonce en 1848 la plupart des institutrices congréganistes comme laissant « toujours beaucoup à désirer » et négligeant les matières en dehors du catéchisme et de la lecture ; il préconise une école normale pour former des institutrices laïques67. Après 1850, les inspecteurs mettent le blâme sur la lettre d'obédience, comme cause du manque de formation des sœurs enseignantes.

  • 68 Robert Gildea, Education in Provincial France, 1800-1914 : A Study of Three Departments (Oxford, 1 (...)
  • 69 ADR, T 24, instituteur communal, Orliénas, au préfet (1837).
  • 70 Jules Simon, « L'enseignement primaire des filles en 1864, » Revue des deux mondes 52 (1864) : 956

33La plupart des inspecteurs se rendent aussi compte que le problème est une affaire de comparaison. Au moins jusqu'en 1850, pour les frères enseignants, et jusqu'en 1870, pour les sœurs, les congréganistes sont jugés moins bons enseignants que les diplômés de l'école normale mais meilleurs que les maîtres laïcs indépendants. En fait, durant la première partie du xixe siècle, la fonction enseignante souffre de l'abondance de maîtres peu formés et peu payés. Pour beaucoup, l'enseignement est un moyen d'échapper au service militaire ou à une vie de travail manuel. Certains sont des vétérans, réformés des guerres napoléoniennes, et d'autres des maîtres à gage itinérants qui descendent des Alpes ou du Massif Central dans la plaine. La plupart exercent d'autres métiers, outre l'enseignement, soit par simple nécessité économique, soit parce qu'ils sont également employés comme aides des maires ou des curés. Peu de ces maîtres ont quelque formation, quelque soutien ou bénéficient de quelque respect68. « L'instituteur communal », se plaint l'un d'eux au préfet du Rhône, en 1837, « est regardé comme un esclave qui doit se sacrifier dans ses pénibles fonctions, sans qu'il ait droit d'espérer les moyens d'une honnête suffisance »69. Encore en 1864, Jules Simon décrit les institutrices laïques comme de « malheureuses femmes que la perte de leur mari et la destruction de leur fortune ont déclassées, qui à grand'peine ont obtenu un brevet du dernier degré, et qui achèvent de mourir en surveillant languissamment quelques élèves illettrées et maladives »70.

  • 71 ASMR, 8 A 1 (Régny). ADR, T 98, le maire de Duerne au préfet (1865).
  • 72 Cité dans Gontard, L'enseignement primaire, 252.
  • 73 ADR, T 203, l'Inspecteur d'Académie de Lyon au Recteur d'Académie de Lyon (1849) ; T 209, le Recte (...)
  • 74 Ceci ne se produisit pas, en partie parce que la congrégation n'avait pas la reconnaissance légale (...)
  • 75 Day, 29 ; Gemie, 268. La Société d'instruction Primaire du Rhône, qui tenait certaines des écoles (...)
  • 76 Maurice Gontard, La question des Écoles normales primaires de la Révolution de 1789 à la loi de 18 (...)

34Les communes qui font appel aux sœurs ou frères enseignants remplacent ainsi des individus bien moins compétents. Avant la venue des Sœurs de l'Enfant-Jésus à Régny (Loire), les seules institutrices de filles sont de « bonnes et simples filles, dépourvues des connaissances indispensables pour tenir convenablement une école primaire et qui, par suite, n'ont la confiance ni des parents ni des enfants ». La commune de Duerne (Rhône) se plaint de ce que les instituteurs soient toujours des débutants ; elle préférerait les Frères Maristes71. Et les maîtres des villes ne sont pas beaucoup meilleurs ; les instituteurs privés de Lyon sont décrits par les inspecteurs comme « des gens de toutes sortes, ouvriers d'usine mécontents de leur condition ou en chômage »72. En 1849, l'inspecteur pour l'académie de Lyon, reconnaît que « le fait dominant c'est que nous avons deux cent douze institutrices laïques dont un grand nombre sont peu capables et pourvues seulement d'une autorisation provisoire ». Le Recteur se plaint aussi que plusieurs institutrices sans brevet et sans autorisation évitent la surveillance gouvernementale en s'appelant « maîtresses de pensions de demoiselles »73. Les autorités académiques ont plus de foi dans les diplômés de l'une ou l'autre des écoles normales publiques de la région. Mais, même alors, leur formation n'est pas très poussée, avant le temps de la Troisième République. Dans les débuts du xixe siècle, les méthodes des Frères des Écoles Chrétiennes sont tenues comme modèles et les maîtres dans le diocèse de Lyon leur sont envoyés dans des internats d'été pour apprendre leurs méthodes. En 1829, quatre années avant l'ouverture d'une école normale publique d'instituteurs dans le département de la Loire, le Conseil Général recommande qu'une telle école soit placée sous la responsabilité des Frères Maristes74. Des écoles normales d'instituteurs sont créées en 1833 dans les deux départements, en application de la loi Guizot, à Villefranche pour le Rhône et à Montbrison pour la Loire ; ceci est dans la ligne de la politique commune de placer les écoles normales d'instituteurs dans les petites villes provinciales, tranquilles, plutôt que dans les grands centres urbains, pour des raisons politiques75. Dans leurs structures et leurs programmes, ces écoles ressemblent aux maisons de formation ecclésiastiques. Ceci est particulièrement vrai après le vote de la loi Falloux qui exige que les élèves des écoles normales soient internes, augmente le temps consacré à l'instruction morale et religieuse, tout en diminuant celui réservé aux autres sujets, et établit un règlement interne très strict visant à inculquer l'attachement au devoir et le respect de l'autorité. C'est, selon les mots d'un historien, « à mi-chemin entre le cloître, la caserne et le séminaire »76.

  • 77 En 1850, 492 des normaliennes sur 945, soit 52 %, sont dans les écoles normales ou les cours norma (...)
  • 78 Voir, à titre d'exemples, les rapports de l'inspecteur à la supérieure générale des Sœurs de Saint (...)

35Pour les femmes, la similitude entre la formation des institutrices congréganistes et laïques est encore plus marquée du fait que, jusqu'en 1879, la plupart des écoles normales de filles en France sont tenues par des congrégations religieuses77. Dans le diocèse de Lyon, la seule école normale d'institutrices pour les deux départements est fondée en 1844 et confiée aux Sœurs de Saint-Joseph de Lyon. Comme un peu partout ailleurs en France, la décision de confier la formation des institutrices laïques à des religieuses est partiellement d'ordre financier : le département ne souhaite pas dépenser d'argent pour une école normale indépendante, mais les Sœurs de Saint-Joseph sont considérées, à la fois professionnellement et moralement parlant, comme qualifiées pour cette formation profane et les autorités académiques du département expriment à maintes reprises leur satisfaction à ce sujet78. Ce n'est pas avant 1879 dans le Rhône et avant 1881 dans la Loire que l'État décide qu'il vaut mieux confier les futures institutrices à une direction laïque.

  • 79 Ce régime très strict était caractéristique aussi bien des écoles normales laïques que congréganis (...)
  • 80 SStJ, Constitutions (1856), 356-57.

36Jusque-là, les normaliennes dans le diocèse de Lyon occupent un bâtiment proche de celui du noviciat des Sœurs de Saint-Joseph et bénéficient des mêmes professeurs. La supérieure générale fixe leurs exercices religieux et règle leur emploi du temps, et les normaliennes, appelées postulantes, font leur apprentissage d'enseignantes dans les écoles tenues par la congrégation à Lyon. En fait, elles suivent un horaire typiquement conventuel, se levant à cinq heures et demie du matin, assistant à la messe avant le petit déjeuner, passant leur journée en classe, à part de brèves coupures pour les repas, et finissant par l'étude et les exercices religieux, avant de se coucher à neuf heures. Comme pour les sœurs novices, leur temps est soigneusement minuté et les sorties en dehors de l'établissement limitées79. Les sœurs responsables des deux maisons de formation, l'une séculière, l'autre religieuse, voient leur mission dans des termes essentiellement analogues. « Leur tâche » déclarent les règles, « est de si bien affectionner les futures institutrices qui leur sont confiées à la vertu et aux bonnes doctrines qu'elles y soient toujours fidèles, et qu'ainsi l'enseignement laïque soit une copie parfaite, un auxiliaire et un supplément de l'enseignement religieux ». Avant tout, les sœurs cherchent à inculquer à leurs normaliennes une doctrine religieuse qui soit « exacte, sobre, nette, suffisamment et solidement établie », et à les inciter à une vie réservée, modeste et sérieuse80.

  • 81 ADR, T 203, Le Recteur d'Académie de Lyon au Préfet de l'Ain (1846).
  • 82 AStJ, 15 G 1, la Supérieure Générale des Sœurs de Saint-Joseph au Préfet du Rhône (1868) et ADR, T (...)

37En dépit de cet endoctrinement moral et religieux, les normaliennes passent en fait la plus grande partie de leur temps à l'étude des matières profanes. Le programme des études, en 1846, comprend le catéchisme et l'histoire sainte, la lecture, l'écriture, l'arithmétique, la grammaire, l'orthographe, le chant, l'histoire et la géographie de la France, la couture, le dessin de base et la pédagogie : un programme tout à fait semblable à celui du noviciat81. Lorsque les études s'étalent sur deux ou trois années, en 1867, les normaliennes étudient également l'histoire naturelle, la chimie et la physique, des sujets qui très probablement ne sont pas inclus dans le programme des novices et qui exigent de faire appel à des professeurs externes82. Du point de vue du nombre d'heures passées à l'étude des matières profanes, les normaliennes sont mieux formées que leurs collègues religieuses d'à côté.

  • 83 AN, F 17 9332, rapport entitulé « Département du Rhône » (1855). Ce document décrit l'emploi du te (...)

38Un document rédigé en 1855 dans le département du Rhône nous permet de comparer le programme de première année des écoles normales à celui des congrégations religieuses83. Selon ce rapport, seules les novices des Sœurs de l'Enfant-Jésus et des Sœurs de la Sainte-Famille, toutes deux de petites congrégations, passent moins de cinq heures par jour en classe ; les élèves de toutes les autres institutions de formation des maîtres passent entre cinq et sept heures par jour en classe. Le temps consacré à l'étude personnelle est plus grand dans les institutions laïques que dans celles des religieux. Les deux écoles normales et les Clercs de Saint-Viateur passent de dix à onze heures en classe ou en étude ; viennent ensuite les Frères des Écoles Chrétiennes et les Sœurs de Saint-Charles, avec huit heures ; les trois autres congrégations féminines consacrent six à sept heures quotidiennes à ces activités. Les huit institutions réservent approximativement le même nombre d'heures aux repas, au sommeil et à la récréation, à l'exception de l'école normale de Villefranche qui donne plus de temps à la récréation. Le nombre total d'heures ici relevé est cependant plus élevé pour les deux écoles normales que pour les institutions religieuses. Les novices passent de trois à six heures et demie par jour dans d'autres activités qui ne sont pas répertoriées dans ce document, probablement des exercices religieux, des pratiques de dévotion et des travaux de ménage.

39Les heures de classe ne sont cependant pas réparties de façon égale entre les mêmes cours dans les différents centres de formation. De façon générale, la liste des matières est la même : instruction morale et religieuse, lecture, écriture, français, arithmétique et système métrique, chant et musique, et travail à l'aiguille pour les femmes. L'école normale de Villefranche y ajoute le dessin et la pratique de l'agriculture, et les Frères des Écoles Chrétiennes tout comme les Clercs de Saint-Viateur prévoient une ou deux heures d'histoire et géographie. Les institutions féminines (y compris l'école normale laïque mais en excluant les Sœurs de la Sainte-Famille) incluent deux à six heures par semaine d'options non précisées, peut-être histoire et géographie. À l'école normale de Villefranche, un normalien n'a que trois heures par semaine d'instruction morale ou religieuse, tandis que ses collègues religieux y consacrent douze heures par semaine, chez les Frères des Écoles Chrétiennes, et neuf heures, chez les Clercs de Saint-Viateur. Pour les femmes, cependant, le temps prévu pour ce sujet est à peu près le même, cinq à sept heures, dans les institutions laïques et dans les institutions religieuses, excepté au noviciat des Sœurs de Saint-Joseph où elles ont dix heures par semaine d'instruction religieuse. Le temps consacré à la lecture, à l'écriture et au français, comme matières séparées, varie considérablement, bien que le total d'heures pour les trois sujets soit à peu près le même.

  • 84 La 2ème année d'étude à l'École Normale de Villefranche et au Cours Normal de Lyon comprenait les (...)

40Il est difficile d'affirmer, en ce basant sur ce tableau comparatif, que la première année de formation des enseignants est très différente pour les candidats laïcs et pour les futurs religieux, excepté peut-être dans les plus petites congrégations féminines. Les écoles normales laïques ont davantage d'heures de cours et d'étude et l'école normale de Villefranche réduit le temps réservé à l'instruction morale et religieuse. Certaines des sœurs novices passent un grand nombre d'heures à des travaux d'aiguille, bien que ceux-ci puissent très bien se combiner avec l'instruction religieuse, par l'écoute de lectures pieuses faites à haute voix. La grande différence entre les deux systèmes, laïc et religieux, est toutefois que le programme de formation s'étend sur une deuxième et troisième années pour les normaliens et sur une deuxième année pour les normaliennes, alors que les religieux et les religieuses se retrouvent en école habituellement après une année de formation84.

  • 85 Gemie, « A Danger to Society ? », 269. Olivier de Becdelièvre, « L'établissement de l'école primai (...)

41Les écoles normales laïques sont cependant loin de rivaliser avec les congrégations enseignantes par le nombre de maîtres qui en sortent. Entre 1833 et 1848, de l'école normale de Villefranche sortent treize ou quatorze maîtres diplômés chaque année en moyenne. Dans la Loire, pour l'école normale de Montbrison ce chiffre moyen ne dépasse pas une douzaine par an, avant 1850. En 1855, le nombre de normaliens inscrits est de 34 à Villefranche et de 16 à Lyon. Ces chiffres sont comparables à ceux des nouvelles et plus petites congrégations : Clercs de Saint-Viateur : 20 étudiants ; Sœurs de la Sainte-Famille : 25 ; Sœurs de l'Enfant-Jésus : 20. Mais ils n'approchent pas de ceux des congrégations vraiment grandes : 85 novices chez les Frères des Écoles Chrétiennes, 105 chez les Sœurs de Saint-Joseph, et 262 chez les Sœurs de Saint-Charles85.

  • 86 ADR, T 182, le Directeur, École Normale au préfet (1858) ; « École normale primaire de Villefranch (...)
  • 87 ADR, T 182, l'Inspecteur académique au préfet (1869) ; ADL T 444, « École normale de Montbrison : (...)
  • 88 ADR, T 182, « École normale primaire de Villefranche : Rapport sur les études et la discipline, 18 (...)

42Tandis que les nouvelles recrues affluent dans les congrégations religieuses, le nombre des candidats aux écoles normales reste très limité. En 1858, par exemple, il y a quatorze candidats pour quinze places à l'école normale à Villefranche ; en 1868, la situation ne s'améliore pas ; quatorze candidats pour douze places. En 1871, le directeur propose que, pour stimuler les entrées, l'école accepte des étudiants réfugiés d'Alsace et de Lorraine. Il faut attendre 1876 pour que le nombre de candidats représente plus du double du nombre de postes86. Les conditions sont comparables dans la Loire. Les inspecteurs scolaires attribuent le manque d'intérêt pour les écoles normales aux possibilités d'emploi fournies par « commerce et industrie » dans la région87. Ceux qui optent pour l'enseignement sont souvent faibles en intelligence ou en résistance physique. « Dans le département du Rhône, » écrit le directeur de l'école normale à Villefrance en 1869, « nous recevons presque toujours des jeunes gens d'une aptitude très ordinaire, médiocre ou insuffisante, n'ayant reçu qu'une culture intellectuelle imparfaite, et ignorant jusqu'à leur langue maternelle. » Deux ans plus tôt il a fait remarquer qu'une proportion trop élevée de normaliens est morte après quelques années d'enseignement88. C'est seulement vers la fin des années 1870 que les directeurs des écoles normales commencent à signaler davantage de candidats et des candidats plus robustes.

  • 89 ADR, T XXVIII, rapport d'inspecteur, arrondissement de Villefranche, Académie du Rhône, 1850-51 (1 (...)
  • 90 Gontard, Écoles normales, 50 ; Peter V. Meyers, « Primary Schoolteachers in Nineteenth-Century Fra (...)

43Les écoles rurales ne sont guère attractives pour la majorité des normaliens diplômés, à cause des bas salaires et des conditions défavorables. Un inspecteur se plaint en constatant que, bien qu'un maître diplômé soit plus capable que les religieuses enseignantes, « aucune des élèves du cours normal de Lyon ou même de l'École normale (de Villefranche) ne vient porter dans les communes rurales le fruit des connaissances acquises dans ces deux établissements »89. Ce problème n'est pas limité au diocèse de Lyon. À travers toute la France, les normaliens évitent les écoles de village en faveur de postes plus lucratifs et moins isolés90. La meilleure formation des normaliens laïcs est plus ou moins un pseudo-problème dans la mesure où en fait ils ne fournissent pas les maîtres dans la majorité des écoles primaires.

  • 91 Paul Robiquet, ed., Discours et opinions de Jules Ferry, vol. 3, Les lois scolaires, 12.
  • 92 ADR, T 203, le Recteur d'Académie de Lyon au Préfet (1867).

44La comparaison entre institutrices laïques et religieuses est particulièrement faussée. En fait, les deux groupes ne sont pas réellement en concurrence pour les mêmes postes. Bien que de nombreuses normaliennes soient, comme leurs collègues religieuses, d'origine modeste, elles n'aspirent pas vraiment à enseigner dans les écoles publiques. Les boursières doivent enseigner pendant dix ans dans les écoles publiques de leur département, mais cette obligation n'existe pas pour celles qui ont payé leur séjour à l'école normale. Après en être sorties, la plupart des diplômées choisissent des postes privés. Bien que les inspecteurs reconnaissent que les sœurs enseignantes monopolisent les postes dans la région, c'est en partie parce que les institutrices laïques les refusent. Dans le diocèse en 1879, 87 des 98 institutrices brevetées refusent tout poste à la campagne91. Le manque d'intérêt montré par les diplômées lyonnaises pour l'enseignement public amène le recteur à faire objection au projet gouvernemental de porter de deux à trois ans la scolarité de l'école normale féminine en 1867 parce qu'« il paraît inutile de créer de nouvelles classes attendu que le nombre d'écoles publiques dirigées par les laïques est extrêmement restreint dans le Rhône et que la plupart des élèves maîtresses sont réduites à devenir institutrices libres ou à se placer dans des maisons particulières pour y diriger les éducations domestiques »92.

  • 93 Les Sœurs de Saint-Joseph avaient en France 1.529 religieuses enseignantes, dont 430 (28,1 %) avai (...)
  • 94 Les Sœurs de Saint-Charles de Lyon (Annales), vol. 1, 444-45 ; vol. 2, 52-53.
  • 95 R. Lagier, « Une institution vellave : les Béates », Cahiers de la Haute-Loire (1979) : 147. ASteF (...)

45De même la substitution de la lettre d'obédience au brevet de capacité est quelque peu comme un faux problème dans le débat scolaire. Le fait que des membres des congrégations enseignantes obtiennent ou non le brevet avant 1881 dépend des besoins et de l'expérience de telle ou telle congrégation, plus que de la qualité de ses maîtres. Les Sœurs de Saint-Joseph ont un nombre de diplômées au-dessus de la moyenne parce que les supérieures encouragent les jeunes sœurs à préparer et passer cet examen93. Puisqu'elles dirigent également l'école normale pour les deux départements, elles ont plus d'expérience, quant aux exigences de l'examen, que la plupart des autres congrégations féminines. Cependant que les supérieures des Sœurs de Saint-Charles découragent leurs religieuses de passer cet examen parce qu'elles le trouvent en contradiction avec la vie religieuse, particulièrement sous le rapport de l'humilité et de la modestie. Elles pensent aussi que le diplôme est inutile puisque leurs élèves réussissent aux examens et aux concours94. Bien qu'étant une congrégation très respectée, elles ont presque aussi peu d'enseignantes diplômées que les béates, pauvrement formées, de la Loire et de la Haute-Loire, qui n'ont que 4 institutrices sur 718 ayant obtenu le brevet jusqu'en 1883, et bien moins que les Sœurs de la Sainte-Famille dont 45,5 % pour cent des enseignantes ont leur brevet en 186995.

  • 96 Parmi les candidats il y avait 3 Frères des Écoles Chrétiennes dont un seul réussit ; 12 Frères Ma (...)
  • 97 ASMR, 3 A 1 bis, Joséphine du Sablon à la Sœur St-Bonnet, no 32 (1849) ; Joséphine du Sablon à la (...)
  • 98 FM, Circulaires, vol. 1, 422 (1846). ADL, T 412, le Supérieur général des Frères Maristes à l'Insp (...)
  • 99 AFM-Rome, 603-074 01, St-Just-en-Bas, Chandy, curé, au Supérieur général (1873). ACSV, St-Régis-du (...)

46Il est difficile de tabler sur des statistiques fiables quant au taux d'obtention du brevet avant 1880. Un rapport rédigé dans la Loire en 1853 montre qu'un peu moins de la moitié des candidats congréganistes réussit l'examen, soit un taux voisin de celui des candidats libres laïcs96. Joséphine du Sablon, supérieure générale des Sœurs de l'Enfant-Jésus, pense que ses institutrices ont besoin de trois années pour préparer cet examen et qu'une candidate sur trois le réussirait. Mais elle met aussi les échecs sur le compte d'examinateurs hostiles, comme le montre sa lettre à une candidate malheureuse en 1849 : « Je suis véritablement peinée du peu de réussite de vos examens ; vous n'êtes pas la seule désappointée, comme vous savez. Ces Messieurs n'aiment pas la Congrégation, ils en font preuve »97. Trois ans plus tôt, le supérieur général des Frères Maristes explique des échecs récents par la mauvaise volonté des examinateurs et aussi à cause « de l'élévation toujours croissante et quelque-fois inattendue des programmes d'examens ». Il estime en 1856 qu'environ un tiers des enseignants ont leur brevet. Les jeunes frères ont, pense-t-il, moins de difficulté à le passer que « les sujets plus mûrs et un peu avancés en âge, ceux par là même qui sont les plus sûrs et les plus propres à conduire un établissement »98. Le directeur d'une école congréganiste de garçons doit avoir son brevet, mais les congrégations masculines ne veulent pas gaspiller plus d'un maître diplômé par établissement, s'ils peuvent l'éviter. « Vous ne laisserez pas dans le même établissement deux frères brevetés », écrit le curé de Saint-Just-en-Bas (Loire), en 1873, au supérieur général des Frères Maristes. En 1877, le Père Bojat de la maison-mère des Clercs de Saint-Viateur écrit pour réassurer le Frère Coupier à Saint-Régis-du-Coin (Loire) que le nouveau frère enseignant agira comme « titulaire de l'école à cause de son brevet ; mais c'est vous qui serez chargé de la direction du matériel de l'établissement, c'est-à-dire que c'est vous qui serez régent, qui tiendrez la caisse et les comptes et qui répondrez aux parents » ; le titulaire officiel se contentera de correspondre avec l'inspecteur, de tenir les registres scolaires et de signer les documents99.

  • 100 Voir M. Dommanget, Des Écoles de filles, des brevets de capacité et des lettres d'obédience (Metz, (...)
  • 101 AMSE, 1 R 69, Frère Philippe, Supérieur général au Frère Odonis, Directeur, St-Étienne (1868). AFE (...)

47Le ton de défense et d'excuse des dirigeants congréganistes sur la question du brevet suggère, pourtant, qu'ils craignent vraiment que plusieurs de leurs membres ne soient pas suffisamment formés et qu'ainsi certaines critiques laïques soient justifiées. Le principal avantage de la lettre d'obédience est de leur permettre de placer rapidement et efficacement les maîtres, à une époque de forte demande, sans l'interférence et les délais des exigences officielles. À ce point de vue c'est un privilège avantageux. L'argument avancé en faveur de la lettre d'obédience par les congrégations et leurs partisans est que l'autorisation donnée par une congrégation enseignante garantit un niveau de formation, de moralité et de capacité, et que les supérieurs sont en meilleure position que l'État pour juger des qualités de leurs membres et les placer de façon appropriée100. La pression des demandes rend souvent gênantes les exigences officielles. En 1867, quand le conseil municipal de Saint-Étienne propose que tous les frères enseignants payés par la commune aient le brevet, les Frères des Écoles Chrétiennes craignent de ne pouvoir fournir assez de maîtres qualifiés ; par manque de personnel, ils comptent sur l'emploi d'instituteurs non-diplômés pour les basses classes. Dans un document daté de 1872, ils déclarent qu'il est « mathématiquement impossible » de trouver assez de maîtres diplômés et « qu'un sous-maître qui a conscience de ne pouvoir être jamais titulaire s'affectionne à l'enseignement de tout petits enfants et obtient d'eux, très souvent, plus de succès qu'un maître plus instruit ». L'emploi d'un personnel moins doué dans ces classes est moins onéreux que de le préparer pendant trois ans « pour enseigner l'alphabet ». Le jugement d'une congrégation, quant au placement du personnel, est plus important que des certificats officiels ; après tout, « la meilleure garantie qu'un arbre est bon c'est qu'il porte de bons fruits »101.

48La force des congrégations religieuses, vers le milieu du xixe siècle, réside dans le fait qu'elles fournissent des maîtres en grand nombre, rapidement et raisonnablement bien, qu'elles peuvent les déplacer selon les besoins et les qualifications, et qu'elles développent un sens du dévouement et d'attachement à leur vocation. Pour les communes désirant ouvrir une école de filles, ces congrégations sont indispensables ; pour les écoles de garçons, elles offrent une alternative par rapport à l'enseignant libre qui est le plus souvent peu qualifié pour son emploi. Les normaliens peuvent être mieux formés mais cette formation les pousse à rechercher des emplois plus intéressants. L'inspecteur primaire de la Loire se plaint en 1838 :

  • 102 ADL, T 4(17, Rapport général annuel sur l'instruction primaire dans le département de la Loire » ( (...)

Quant à l'aptitude des instituteurs, nous pensons que nous n'aurons jamais que des hommes très médiocres pour le service des écoles rurales à cause de la modicité du traitement fixe qui les met au-dessous du niveau du simple journalier, et l'instituteur instruit, qui a le sentiment de sa capacité, désertera l'enseignement, alors qu'un travail pénible et rude ne pourra subvenir à ses besoins. Ainsi, continue-t-il, nous sommes-nous constamment appliqué à donner à ces écoles des hommes simples, consciencieux, vivant avec frugalité, et capables d'inculquer dans l'esprit de leurs élèves des principes moraux et religieux102.

49Des femmes et des hommes simples, consciencieux et frugaux, voilà exactement ce que les congrégations enseignantes fournissent. Les religieux vraiment doués parviennent rapidement à des positions de responsabilité et les autres ne manquent pas de travail. Parce que la plupart sont issus de communautés semblables à celles où ils vont servir, les habitants locaux sont moins méfiants envers leurs projets, tolèrent mieux leurs origines extérieures, et les acceptent plus facilement comme intermédiaires culturels.

50La provision supérieure de tels enseignants est un des facteurs clés dans la capacité de l'Église catholique à dominer l'enseignement primaire avant la Troisième République. Aucune autre institution ne fournit des enseignants aussi nombreux et aussi bien formés, ce qui donne l'avantage aux congrégations en établissant les écoles dans les communautés locales. Mais l'importance des recrues congréganistes semble aussi indiquer que les congrégations enseignantes fournissent des possibilités pour les enseignants particuliers qu'ils trouvent rarement ailleurs. Appartenir à une congrégation fournit non seulement la formation et l'avancement professionnel, mais aussi une communauté et un sens de la mission qui attirent les jeunes personnes à la recherche d'un service actif et d'une carrière enseignante. La vision du monde de ces enseignants, élevés dans les écoles congréganistes, formés aux noviciats, et enseignant ensuite dans des écoles analogues est forcément limitée. Mais leur système de formation est à l'image de leur mission principale – l'enseignement religieux et de base – et des nombreux enseignants potentiels qu'elles attirent. Ce n'est que lorsque l'État entreprend des efforts concertés pour former des groupes nombreux de maîtres laïcs que l'alternative congréganiste apparaît inadéquate.

Notes

1 Theodore Zeldin, France 1848-1945 (éd. brochée, New York 1979), vol. 3, Intellect and Pride, 202. Pour une étude du stéréotype de la religieuse française, voir Olwen Hufton et Frank Tallett, « Communities of Women, the Religious life, and Public Service in Eighteenth-Century France », dans Connecting Spheres : Women in the Western World, 1500 to the Present (New York, 1987), 76 ; et Jacques Léonard, « Femmes, religion et médecine : Les religieuses qui soignent, en France au xixe siècle », Annales, économies, société, civilisations, 32 (1977) : 895-98.

2 En plus de permettre aux congrégations autorisées féminines de substituer la lettre d'obédience au brevet de capacité, la loi Falloux de 1850 en exemptait aussi les congréganistes masculins qui n'étaient pas titulaires, ou directeurs d'école, et ceux qui pouvaient produire un certificat de stage délivré par le conseil académique. La loi est changée en 1881, par les premières lois Ferry. Voir le chapitre 5 pour ce qui concerne le brevet de capacité et les autres titres d'enseignement après 1881.

3 À propos des maîtres laïcs durant la première moitié du xixe siècle, voir Pierre Zind, « L'enseignement primaire sous la Restauration dans l'arrondissement de Saint-Étienne », Cahiers d'Histoire 3 (1958) : 359-72 ; Maurice Gontard, L'enseignement primaire en France de la Révolution à la loi Guizot (1789-1833) : Des petites écoles de la monarchie d'ancien régime aux écoles primaires de la monarchie bourgeoise (Lyon, 1959) ; Fabienne Reboul-Scherrer, La vie quotidienne des premiers instituteurs, 1833-1882 (Paris, 1989) ; François Furet et Jacques Ozouf, Lire et écrire : L'alphabétisation des Français de Calvin à Jules Ferry (Paris, 1977), chapitre 3 ; C. R. Day, « The Rustic Man : The Rural Schoolmaster in Nineteenth-Century France, » Comparative Studies in Society and History 25 (1983) : 26-49 ; Jacques Ozouf, Nous les maîtres d'écoles : Autobiographies d'instituteurs de la Belle Époque (Paris, 1973) ; Anne T. Quartararo, Women Teachers and Popular Education in Nineteenth-Century France : Social Values and Corporate Identity at the Normal School Institution (Newark, Dela., 1995) ; et Barnett Singer, Village Notables in NineteenthCentury France : Priests, Mayors, Schoolmasters (Albany, N.Y., 1983).

4 Voir Claude Langlois, Le catholicisme au féminin : Les congrégations françaises à supérieure générale au xixe siècle (Paris, 1984) et Pierre Zind, Les nouvelles congrégations de Frères enseignants en France de 1800 à 1830, 3 vols. (Lyon, 1969).

5 AFEC-Lyon, « Circulaires instructives et administratives, » no. 69 (1894). Zind, Les nouvelles congrégations, 128. André Lanfrey, « Une congrégation enseignante : Les frères maristes de 1850 à 1904 » (Thèse 3e cycle, Université Lyon II, 1979), 9. François Drouilly, « L'école primaire congréganiste dans le département du Rhône, 1850-1880 » (Diplôme d'études supérieures, Faculté des Lettres et Sciences Humaines, Lyon, 1965), 49.

6 Alexandra Rochefort, « Les Sœurs de Saint-Charles de Lyon et l'éducation féminine au 19ème siècle (1802-1904) » (Mémoire de maîtrise, Université Lyon II, 1989), 84. AML P (congrégations), « Communautés religieuses » (1832). Langlois, 335.

7 Ce chiffre représente l'effectif total, y compris ceux qui travaillaient dans d'autres régions : Frères des Écoles Chrétiennes, 9 818 membres ; Frères Maristes, 3 600 ; Frères du Sacré-Cœur, 1 037 ; Clercs de Saint-Viateur, 550 ; Sœurs de Saint-Joseph, 2 520 ; Sœurs de Saint-Charles, 2 226 ; Sœurs de la Sainte-Famille, 360 ; Sœurs de l'Enfant-Jésus, 233 ; Sœurs de Saint-François d'Assise, 120. AN, F 19, 6244, « Tableau comparatif des Associations religieuses d'hommes, autorisées et enseignantes, d'après les recensements de 1861 et de 1877 » ; Langlois, 708, 722-24, 729.

8 Chez les Sœurs de l'Enfant-Jésus, par exemple, 88 % des postulantes entre 1842 et 1882 étaient nées dans la Rhône ou la Loire. Chez les Sœurs de Saint-Joseph, 75 % des sœurs nées en 1821, 1831, 1841, 1851 et 1861, venaient du Rhône ou de la Loire. AStC, registres non classés, intitulés « Rhône » et « Loire » ; AStJ, registres non classés, intitulés « États de Services des Sœurs employées dans l'enseignement » ; ASMR, 1 J 3, « État civil des membres de la Congrégation ». Pour les Frères Maristes, voir Lanfrey, 107.

9 Langlois, 620. Il y avait, évidemment, des ordres religieux dont le recrutement était d'origine noble ou bourgeoise mais ils étaient au service de l'enseignement des classes aisées et ils avaient souvent une organisation différente.

10 Lanfrey, 107.

11 Les Sœurs de Saint-Joseph indiquaient que la dot pouvait être négociée après la première année ; la dot pour entrer chez les Sœurs de Saint-François d'Assise était de 2 000 francs ; chez les Sœurs de l'Enfant-Jésus, de 1 000 francs plus une pension de 500 francs. Contributions pour la petite congrégation des Sœurs de Saint-Joseph (Lyon, 1858), 134 ; AAL, « Sœurs de Saint-François d'Assise, Congrégation de Lyon : Règle et Constitution » (s. d.), 32 ; ASMR, 6 G 1, Séance du 30 décembre 1858. AN, F 19 6348, 6352, la Supérieure Générale des Sœurs de Saint-Charles au Ministre de l'Instruction Publique (1858, 1845).

12 AStJ, G 5, « Conseil 5ème » » (1847). ACSV, Valsonne, le Frère Jacques Thizy au Père Hugues Favre (1861).

13 ADR, T 203, Inspecteur d'Académie de Lyon au Préfet du Rhône (1877). On peut trouver des jugements similaires pour les années 1845 et 1859.

14 Sharif Gemie, « 'A Danger to Society' ? - Teachers and Authority in France, 1833-1850 », French History 2 (1988) : 271 ; Day, 31-33.

15 ASMR, 6 G 1, Conseil Général, Séance du 17 septembre 1898.

16 Dossier Querbes : Correspondance reçue par le Père Louis Querbes, vol. 36, P-7829 (1856).

17 Yvonne Turin, Femmes et religieuses au xixe siècle : Le féminisme « en religion » (Paris, 1989), 109. Georges Rigault, Histoire générale de l'Institut des Frères des Écoles Chrétiennes, vol. 4, L'Institut restauré (1805-1830) (Paris, 1938), 161. Lanfrey, 224.

18 ADL, T 1012, Rapport de l'Inspecteur primaire, arrondissement de St-Étienne (1873). Langlois, 564.

19 Ralph Gibson, A Social History of French Catholicism, 1789-1914 (London, 1989), 108.

20 ASMR, 8 A 1 (Arnas, Vaux).

21 Mes informations sur cette question sont malheureusement plus impressionnistes que statistiques, en raison du manque de notices nécrologiques détaillées ou autre source équivalente dans la plupart des congrégations étudiées ici. Pour une analyse intéressante de ce genre, voir Elizabeth Rapley, « Women and the Religious Vocation in Seventeenth-Century France, » French Historical Studies 18 (1994) : 614-31.

22 Roger Price, A Social History of Nineteenth-Century France (London, 1987), 265.

23 Dossier Querbes, vol. 17, P-3748 (1846).

24 C'est aussi une raison de s'inscrire à l'école normale, dont le directeur rapporte une augmentation des candidats pendant la guerre de Crimée. ADR, T 182, Directeur, École Normale au Préfet (1858).

25 ASMR, 3 J 6, Sœur Bénédicte Gonnet (morte env. 1858-59).

26 Langlois, 520-524, 529. Il y a quelques variations régionales dans ce tableau et il note quatre périodes de croissance accélérée : 1805-09, 1820-29, 1835-45, et 1850-59.

27 Anna Di Marco, « Une congrégation de femmes enseignantes au xixe siècle : Les Sœurs de Saint-Joseph de Lyon, 1850-1904 » (Mémoire de Maîtrise, Université Lyon II, 1988), 46-48. Rochefort, 34-36. Lanfrey, 209210. AFEC-Rome, carton non classé, « Personnel de l'Institut des Frères des Écoles Chrétiennes (1779-1894) ».

28 AStC, « Directoire » (1810), 4.

29 Constitutions et règle du gouvernement de l'Institut des Petits-Frères-de-Marie (Lyon, 1854), 38-40. Directoire ou règlement des Sœurs de Saint-Charles (Lyon, 1834), 7.

30 Les Sœurs de Saint-Charles établissent, dès 1810, que l'âge maximum serait de 25 ans ; les Sœurs de l'Enfant-Jésus en font mention en 1857. AStC, « Statuts et Règlements des Sœurs de Saint-Charles de Lyon » (1810), 11 ; ASMR, 3 A bis, Joséphine du Sablon aux Sœurs Saint-Ignace et Saint-Bonnet, no 40 (1857).

31 ASMR, 3 A bis, Joséphine du Sablon à la Sœur Ste-Colombe, no 3 (1848).

32 AStC, « Statuts et règlements » (1810) ; AFEC, « Circulaires instructives et administratives » (1857). AStJ, G 4, « Conseil 22ème » (1850).

33 Jeanne Laroche (Sœur Marie du Sacré-Cœur), Les religieuses enseignantes et les nécessités de l'apostolat, (Paris, 1899), 267.

34 AFM-Rome, « Lettres à Champagnat », M. Jean-Baptiste Chanut à Marcellin Champagnat (1833).

35 AStJ, « Conseils à une directrice de Noviciat » (1841).

36 AStJ, Lettres circulaires, Mère du Sacré-Cœur (1854). Mais les congrégations enseignantes n'étaient pas le seul refuge pour les candidats peu instruits. Zeldin, vol. 3, 164, rapporte qu'en 1864, la moitié des élèves admis à l'école normale d'instituteurs de Villefranche savait à peine écrire.

37 ACSV, Les Sauvages, Frère Régis Ladreyt au Père Hugues Favre (1864).

38 Lanfrey, 114.

39 ACSV, Valsonne, Frère Jacques Thizy au Père Hugues Favre (1862) ; Létra, Frère François Jacquemin au Père Hugues Farvre (1862).

40 AStJ, « Conseils à une directrice de Noviciat » (1841).

41 AStJ, G 4, « Conseil 88 », 1853.

42 Constitutions pour la petite congrégation des Sœurs de Saint-Joseph (Lyon, 1858), 157-68.

43 SStJ, Constitutions (1858), 135, 146-47. Di Marco, 16-17. ASteF, C 5, Lettre de l'abbé Pousset à la Supérieure générale des Sœurs de la Ste-Famille, (1860).

44 AFEC-Lyon, « Institut des Frères des Écoles Chrétiennes, District de Lyon : Notes historiques des établissements, 1705-1914. » Lanfrey, 77-78.

45 SStJ, Constitutions (1858), 208.

46 ADL, T 412, Supérieur général des Frères Maristes à Inspecteur, Loire (1856).

47 Les Frères du Sacré-Cœur : Historique de l'Institut, 1821-1956 (Rome, 1956), « Règles de 1821 », 234. AFM-Rome, « Lettres à Champagnat », Jean-Claude Courveille à Marcellin Champagnat (1826). SStJ, Constitutions (1858), 195. Circulaires des Supérieurs généraux de l'Institut des Petits Frères de Marie, 1817-1917, (Lyon, 1914-16), vol. 4, no 75 (1870). Rigault, vol. 7, La fin du xixe siècle, 141. AStJ, « Conseils à une directrice de noviciat » (1841).

48 Directoire ou explication des constitutions de la Congrégation de la Sainte-Famille de Lyon (Lyon, 1857), 167. L. Cristiani, À l'écoute du monde rural : Une grande fondatrice, Mère du Sablon (1799-1864) (Paris, 1965), 160-61.

49 AN, F 17 12476, "Règlement de la maison principale de la Société des Frères de Marie", vol. 2.

50 J. Rivaux, Histoire de la Révérende Mère du Sacré-Cœur de Jésus (Lyon, 1878), 180. AStJ, Lettres circulaires, Mère du Sacré-Cœur (1842). AStJ, G 4, « Conseil 35ème » (1844).

51 Pour ce qui est des Frères des Écoles Chrétiennes, voir Conduite des écoles chrétiennes par saint Jean-Baptiste de La Salle, dans ses diverses éditions, Directoire pédagogique à l’usage des écoles chrétiennes (Paris, 1903), et Les douze vertus d'un bon maître par le bienheureux de La Salle expliquées par le frère Agathon (Tours, 1896). Pour les Frères Maristes, voir Guide des écoles à l'usage des écoles chrétiennes (Lyon, 1853 ; 1891), et pour les Clercs de Saint-Viateur, Manuel nécessaire des Clercs de Saint-Viateur (Lyon, 1861) par le fondateur de l'institut, J.-L.-L. Querbes. Le Manuel d'une religieuse institutrice (Lyon, 1858) écrit par les Sœurs de Saint-Joseph de Bourg-en-Bresse, congrégation issue de la branche lyonnaise, était largement basé sur ces modèles et peut avoir été utilisé dans le diocèse de Lyon.

52 AStJ, « Conseils à une directrice de noviciat » (1841).

53 SStC, Directoire (1834), 24, 58. La méthode d'enseignement développée par la Supérieure générale en 1819 tandis que la Congrégation commençait à s'étendre. Les Sœurs de Saint-Charles de Lyon (Annales de la Congrégation) (Lyon, 1915), vol. 1, 1680-1874, 162.

54 Ces exemples proviennent tous de AStJ, Registre, « États de services des sœurs employées dans l'enseignement, 1881 ».

55 Ces directeurs étaient le Frère Jean-Chrysostome (1821-1830), le Frère Lambert (1830-34), le Frère Mamert (1834-36), le Frère Othmar (1836-37) et le Frère Sylvestre (1837-43). FEC-Lyon, « Notices historiques », vol. 1, 209-233 passim.

56 Lanfrey, 148. Biographies de quelques frères qui se sont distingués par leurs vertus et l'amour de leur vocation, de 1890 à 1900 (Lyon, 1900), 127-162.

57 AStJ, 2 J 8, « Révérende Mère Henri-Xavier (1845-1926) », 17-18. La Révérende Mère Saint-Paulin (1859-(1859-1923) : Notice (Lyon, 1925), passim. ASteF, L 12, « Mort de notre Rde Mère Marie de Gonzague/Élection de Mère Marie du St-Sacrement » (s.d.).

58 AN, F 19, 6286, « Statuts des frères des écoles chrétiennes » (1809).

59 AFM, « Les Annales de F. Avit », (Bully, Charnecles).

60 Sur 296 sœurs restées dans la congrégation, 134, soit 45,3 %, moururent avant l'âge de la retraite. ASMR, 1 J 3, « État civil des membres de la Congrégation ».

61 SStJ, Constitutions (1858), 219-20. AStJ, Lettres circulaires, Mère du Sacré-Cœur (1857).

62 FM, Circulaires, vol. 1, 33-34, 48-49 (1840, 1841) ; vol. 2, 100, 189 (1851, 1854).

63 Directoire du Clerc de Saint-Viateur, Catéchiste Paroissial (Lyon, 1836), 91. ACSV, Registre « Chapitres 1845-1905 », 5e séance, 17 septembre 1865.

64 Voir, par exemple, les rapports dans AN, F 19, 6352 (1833) ; ADR, T XXV (1818-19), T 16 (1824), V 275 (1859) ; ADL, T 1002 (1835), T 1006 (1851) ; AMSE, 1 R 74 (1858-60 ; 1871-72). La seule exception est une accusation de mauvais traitements de la part des Frères des Écoles Chrétiennes, portée par le Conseil municipal de Saint-Étienne en 1848, reflet évident du changement de situation politique. AMSE, 1 R 74 (1848).

65 Cinq d'entre elles étaient pour des écoles maternelles, une pour le pensionnat, une pour un cours d'adultes, une pour leur action durant l'épidémie de choléra en 1854, et les autres étaient pour leurs écoles primaires. AStJ, 4 Q 2 I, « Médailles d'argent accordées par le Ministre » (s. d.).

66 ADL, T 1003, Rapport de l'Inspecteur primaire pour Le Bessat (1842).

67 ADL, T 407, « Rapport spécial sur la situation de l'Instruction primaire dans le département de la Loire » (1848).

68 Robert Gildea, Education in Provincial France, 1800-1914 : A Study of Three Departments (Oxford, 1983), 46, décrit les maîtres des écoles privées dans les années 1850, comme des « gens nomades, instables, ratés, des ex-séminaristes, de vieux caporaux de la Grande-Armée, des personnages à la Dickens qui naviguaient entre des bureaux de poste, des échoppes et des salles de classe ».

69 ADR, T 24, instituteur communal, Orliénas, au préfet (1837).

70 Jules Simon, « L'enseignement primaire des filles en 1864, » Revue des deux mondes 52 (1864) : 956.

71 ASMR, 8 A 1 (Régny). ADR, T 98, le maire de Duerne au préfet (1865).

72 Cité dans Gontard, L'enseignement primaire, 252.

73 ADR, T 203, l'Inspecteur d'Académie de Lyon au Recteur d'Académie de Lyon (1849) ; T 209, le Recteur, Académie de Lyon au Préfet (1849). Sur les maîtresses de pension, voir Rebecca Rogers, « Boarding Schools, Women Teachers, and Domesticity : Reforming Girls' Secondary Education in the First Half of the Nineteenth Century, » French Historical Studies 19 (1995) : 153-81.

74 Ceci ne se produisit pas, en partie parce que la congrégation n'avait pas la reconnaissance légale. Gabriel Michel, Marcellin Champagnat et la reconnaissance légale des Frères Maristes (Carmel de Saint-Chamond, 1986), 71. Louis Querbes espère aussi que sa nouvelle congrégation deviendrait l'école normale pour le département. En 1836, le directeur de l'école normale de la Loire lui demande d'envoyer un de ses membres pour tenir l'école primaire supérieure, annexée à l'école normale. Dossier Querbes, vol. 4, P-676 (1836).

75 Day, 29 ; Gemie, 268. La Société d'instruction Primaire du Rhône, qui tenait certaines des écoles publiques du Rhône, crée sa propre école normale en 1846. Pierre Zind, L'enseignement religieux dans l'instruction primaire publique en France de 1850 à 1873 (Lyon, 1971), 47.

76 Maurice Gontard, La question des Écoles normales primaires de la Révolution de 1789 à la loi de 1879 (Toulouse, 1962), 77-78.

77 En 1850, 492 des normaliennes sur 945, soit 52 %, sont dans les écoles normales ou les cours normaux pour laïques dirigées par des sœurs. En 1863, ce chiffre atteint 1.046 normaliennes sur 1.201 (soit 87 %), avant de diminuer un peu jusqu'à 660 sur 909 (73 %) en 1873. Zind, Enseignement religieux, 48, 52. Sur les écoles normales d'institutrices, voir aussi Sharif Gemie « Docility, Zeal, and Rebellion : Culture and Sub-Cultures in French Women's Training Colleges, c. 1860 - c. 1910 », European History Quarterly 24 (1994) : 213-244 ; et Quartararo.

78 Voir, à titre d'exemples, les rapports de l'inspecteur à la supérieure générale des Sœurs de Saint-Joseph, la félicitant, elle et ses sœurs pour leur « vigilance maternelle » leur « zèle » et leurs « excellentes leçons ». AStJ, CL 27 (1855).

79 Ce régime très strict était caractéristique aussi bien des écoles normales laïques que congréganistes. Comme dans un monastère, les élèves récitaient les prières au début et à la fin de chaque journée, avant et après les repas, assistaient à la messe, ne se parlaient pas en dehors des récréations, écoutaient des lectures pieuses pendant les repas et ne communiquaient avec l'extérieur qu'avec la permission du directeur. Quartararo, 164-65. Gontard, Écoles normales, 39.

80 SStJ, Constitutions (1856), 356-57.

81 ADR, T 203, Le Recteur d'Académie de Lyon au Préfet de l'Ain (1846).

82 AStJ, 15 G 1, la Supérieure Générale des Sœurs de Saint-Joseph au Préfet du Rhône (1868) et ADR, T 203, le Recteur d'Académie de Lyon au Préfet du Rhône (1868). Toutefois, quand l'État ferme cette école normale, les Sœurs exigent de garder l'équipement scientifique pour elles-mêmes.

83 AN, F 17 9332, rapport entitulé « Département du Rhône » (1855). Ce document décrit l'emploi du temps de huit centres de formation, trois d'instituteurs et trois d'institutrices, situées dans le département du Rhône : l'École Normale d'instituteurs (Villefranche), le Cours Normal d'institutrices (Lyon), et les noviciats des Frères des Écoles Chrétiennes (Caluire), des Clercs de Saint-Viateur (Vourles), des Sœurs de Saint-Joseph (Lyon), des Sœurs de Saint-Charles (Lyon), des Sœurs de l'Enfant-Jésus (Claveisolles) et des Sœurs de la Sainte-Famille (Lyon). N'y sont inclus ni le noviciat des Frères Maristes (L'Hermitage) ni l'École Normale d'instituteurs de Montbrison, situés dans la Loire.

84 La 2ème année d'étude à l'École Normale de Villefranche et au Cours Normal de Lyon comprenait les mêmes matières que la première année. Durant la 3ème année, le programme de Villefranche incluait aussi les mathématiques, l'histoire, la géographie, les sciences naturelles, le dessin et l'arpentage.

85 Gemie, « A Danger to Society ? », 269. Olivier de Becdelièvre, « L'établissement de l'école primaire dans la Loire au cours de la première moitié du xixe siècle » (mémoire de maîtrise, Université de Saint-Étienne, 1976), 148. AN, F 17 9332, rapport intitulé « Département du Rhône » (1855).

86 ADR, T 182, le Directeur, École Normale au préfet (1858) ; « École normale primaire de Villefranche : Rapport sur les élèves et la discipline, 1868-69 » ; T 183, l'Inspecteur académique au préfet (1871) ; T 182, « École normale de Villefranche, année 1876-1877 : Rapport de fin d'année. »

87 ADR, T 182, l'Inspecteur académique au préfet (1869) ; ADL T 444, « École normale de Montbrison : Rapport du Directeur sur la situation de l'École pendant l'année scolaire 1876-77. »

88 ADR, T 182, « École normale primaire de Villefranche : Rapport sur les études et la discipline, 186667 ; 1868-69. »

89 ADR, T XXVIII, rapport d'inspecteur, arrondissement de Villefranche, Académie du Rhône, 1850-51 (1852).

90 Gontard, Écoles normales, 50 ; Peter V. Meyers, « Primary Schoolteachers in Nineteenth-Century France : A Study of Professionalization through Conflict », History of Education Quarterly 25 (1985) : 549. Gilbert Nicolas, Instituteurs entre politique et religion : La première génération de normaliens en Bretagne au 19e siècle (Rennes 1993), 120, estime qu'environ la moitié des normaliens en Bretagne rompait leur contrat avec l'enseignement public avant la fin des 10 ans.

91 Paul Robiquet, ed., Discours et opinions de Jules Ferry, vol. 3, Les lois scolaires, 12.

92 ADR, T 203, le Recteur d'Académie de Lyon au Préfet (1867).

93 Les Sœurs de Saint-Joseph avaient en France 1.529 religieuses enseignantes, dont 430 (28,1 %) avaient leur brevet en 1881. AStJ, Registre, « États de services des sœurs employées dans l'enseignement, 1881 ».

94 Les Sœurs de Saint-Charles de Lyon (Annales), vol. 1, 444-45 ; vol. 2, 52-53.

95 R. Lagier, « Une institution vellave : les Béates », Cahiers de la Haute-Loire (1979) : 147. ASteF, L13, « Établissements des Sœurs de la Ste-Famille » (1869). Ce pourcentage représente 25 sœurs ensignantes sur 55, et il ne comprend pas celles qui sont engagées dans des tâches non-enseignantes. Sans aucun doute, le fait que les sœurs de cette congrégation pouvaient être formées à d'autres activités signifiait que seules celles qui avaient des chances de réussir le brevet y étaient préparées. La maîtresse diplômée était toujours la directrice de l'école.

96 Parmi les candidats il y avait 3 Frères des Écoles Chrétiennes dont un seul réussit ; 12 Frères Maristes dont 6 réussirent ; 12 candidates « appartenant presque toutes à des congrégations religieuses », dont 5 réussirent ; 7 candidats indépendants dont 3 réussirent ; et 5 normaliens dont 4 réussirent. AN, F 17 9280, « Académie départementale de la Loire : Rapport du mois d'août 1853 ».

97 ASMR, 3 A 1 bis, Joséphine du Sablon à la Sœur St-Bonnet, no 32 (1849) ; Joséphine du Sablon à la Sœur Ste-Colombe, no 7 (1849).

98 FM, Circulaires, vol. 1, 422 (1846). ADL, T 412, le Supérieur général des Frères Maristes à l'Inspecteur primaire (1856). En 1853, une circulaire rapporte que 16 sur 24 candidats au brevet avaient réussi à Lyon et à Montbrison, lors de la précédente session, ce que le Supérieur estimait être d'excellents résultats. FM, Circulaires, vol. 2, 171 (1853).

99 AFM-Rome, 603-074 01, St-Just-en-Bas, Chandy, curé, au Supérieur général (1873). ACSV, St-Régis-du-Coin, le Père Benoît Bojat au Frère Amalile Coupier (1877).

100 Voir M. Dommanget, Des Écoles de filles, des brevets de capacité et des lettres d'obédience (Metz, 1864) et P. Fayet, La vérité pratique sur la lettre d'obédience et le brevet de capacité (Paris, 1872).

101 AMSE, 1 R 69, Frère Philippe, Supérieur général au Frère Odonis, Directeur, St-Étienne (1868). AFEC-ROME, NC 267 (2), « La question des brevets » (1872).

102 ADL, T 4(17, Rapport général annuel sur l'instruction primaire dans le département de la Loire » (1838).

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search