Version classiqueVersion mobile

L'Enseignement au temps des congrégations

 | 
Sarah A. Curtis

Première partie. L'école paroissiale 1801-1870

Chapitre 1. L'implantation des écoles congréganistes

Texte intégral

1Dans l'année révolutionnaire de 1848, le curé du Cergne, un village situé à la frontière des départements de la Loire et du Rhône, écrit à la supérieure générale des Sœurs de Saint-Joseph de la maison mère à Lyon, à environ 150 kilomètres. Il lui rappelle que ce n'est pas la première fois qu'il lui écrit. Il lui avait fait la même demande Tannée précédente : l'envoi de deux sœurs enseignantes afin de créer une école de filles dans sa paroisse. Une sœur est même venue inspecter le lieu, mais il attend toujours. Le problème est peut-être financier, et il admet :

  • 1 AStJ, 1 D H, Curé, Le Cergne à la Supérieure Générale (1848).

Les sœurs qui vous nous enverriez devraient bien s'attendre sans doute à n'avoir pas des revenus très considérables la première année ; mais elles pourraient être assurées que je ferais tout ce qui serait en mon pouvoir pour leur procurer l'utile et le nécessaire. Avec l'économie dont elles ne manqueraient pas sans doute, ajoute-t-il, nous pourrions tous subvenir à notre existence1.

  • 2 AStJ, 1 D H, « Demandes d'implantations des sœurs » (1830-1900).

2Cette lettre est typique de milliers de missives comparables avec lesquelles les curés partout en France assaillent les congrégations enseignantes pour demander – même supplier – les enseignants religieux. Pendant le xixe siècle, la demande pour les sœurs et frères enseignants a beaucoup excédé leur offre. Le diocèse de Lyon est une région riche en congrégations religieuses, mais il ne peut pas fournir assez d'enseignants pour faire face aux demandes ils émanant des curés, des fonctionnaires locaux, et des parents désireux d'ouvrir des écoles. Chez les Sœurs de Saint-Joseph, où cette lettre est adressée, de nombreuses demandes essuient un refus immédiat, « faute de sujets »2. En effet, cela peut être finalement le sort de la réclamation faite par le curé de Le Cergne.

  • 3 Telles sont les Sœurs de la Sainte-Trinité, avec sept établissements, 32 membres, et 244 élèves en (...)

3Mais malgré son peu de chance d'aboutir, il est peu probable que le curé renonce à sa requête. Le projet de l'enseignement, surtout de l'enseignement religieux, est trop important. Comme prêtre de tradition tridentine, il lui incombe la responsabilité de l'instruction de la prochaine génération chrétienne. En outre, dans le diocèse de Lyon, la grande diversité – par leur taille, leur formation, leur mission – des congrégations religieuses servant dans différents types de paroisses, fournit une gamme d'alternatives pour les communautés cherchant des enseignants religieux. Une année après, le curé du Cergne pouvait appeler les Sœurs de l'Enfant-Jésus, spécialement établies en 1849 pour fournir les enseignantes pour les petites paroisses déçues par les plus grandes congrégations. Il a la possibilité de fonder lui-même une petite congrégation religieuse, comme a fait le curé de Saint-Martin-en-Haut en 1800 « pour combattre dans sa paroisse l'ignorance qui était le résultat des destructions révolutionnaires », et aussi visiter les malades et distribuer de la nourriture aux pauvres3. Au pire, il pourrait peut-être attirer quelques filles pieuses, connues comme béates, de la Haute-Loire voisine, pour enseigner la lecture, le catéchisme, et la fabrication de la dentelle aux filles du village.

4Pendant qu'il continue à faire pression sur les congrégations religieuses en insistant sur les avantages de sa commune, le curé du Cergne cherche à attirer plus d'avantages charitables pour l'école. Sa lettre est aussi typique par son contenu. D'habitude les curés désireux de recevoir des enseignants mettent en avant le besoin urgent de l'instruction et insiste sur le bon accueil (réel ou non) réservé par les habitants. Mais les négociations pour établir des écoles, comme dans ce cas, se concentrent sur les conditions matérielles et financières. Dans l'établissement des écoles congréganistes avant la Troisième République, aucune question n'est plus importante que le coût. Bien que l'État français édicte plusieurs lois éducatives pendant le siècle, peu de régimes avant la Troisième République s'attaquent au problème fondamental du financement des écoles, laissant les détails matériels à l'initiative locale et aux portefeuilles locaux. Sans la charité privée, même considérant « l'économie » des enseignants congréganistes, il est peu probable qu'une paroisse pourrait fournir ni local ni meubles ni fournitures scolaires. Dans le meilleur des cas, les impôts locaux ou la rétribution scolaire produisent un salaire minimal. La « subsistance » est en effet tout ce que les communes locales peuvent assurer. Les curés servent non seulement d'instigateurs mais aussi de surveillants dans les écoles congréganistes, ils sont des collecteurs de fonds incessants, employant leurs relations avec les notables et les élites locales pour trouver les moyens charitables pour les écoles primaires.

  • 4 Raymond Grew et Patrick J. Harrigan, School, State, and Society in Nineteenth-Century France - A Q (...)

5Les curés, comme notre correspondant anonyme au Cergne, sont les protagonistes-clés dans l'établissement et l'entretien de l'école paroissiale du xixe siècle qui est au centre de la politique catholique de l'enseignement pendant le siècle. En association avec les congrégations enseignantes, les donateurs, les maires, les conseils municipaux, et les parents, ils créent un réseau d'écoles dans le diocèse de Lyon qui résultent moins de l'initiative et de la législation du gouvernement que de l'engagement des communautés locales au cours du siècle, ce que Raymond Grew et Patrick Harrigan ont appelé « un système scolaire bien enraciné dans les réalités locales »4. Dans le cas du diocèse de Lyon, ces conditions locales répondent à une forte tradition éducative catholique qui date de la Réforme et à la reprise religieuse au xixe siècle qui se manifeste dans la fondation des congrégations enseignantes aussi bien que dans la reconstruction paroissiale. Mais surtout, l'expansion rapide de l'enseignement congréganiste dans cette région est fonction des réalités pratiques et fiscales des villes et des villages quand ils cherchent à fournir l'enseignement primaire rudimentaire. La popularité de l'enseignement catholique dépend de la conjoncture de la philanthropie religieuse et de l'efficacité budgétaire, qui rend disponible et abordable l'enseignement primaire dans une économie de plus en plus avancée et diversifiée.

Le renouveau de l'enseignement religieux

6L'école paroissiale française a vu le jour avec la Réforme catholique quand l'instruction du peuple devient une préoccupation des réformeurs religieux. Mise à l'épreuve par le Protestantisme, l'Église catholique au Concile de Trente se donne comme but important l'amélioration de l'instruction chrétienne des jeunes. Les curés, mieux instruits eux-mêmes, doivent fournir l'instruction du catéchisme pour les enfants préparant leur Première Communion ainsi qu'un minimum d'instruction rudimentaire, surtout pour les garçons, en lecture et en écriture. Un curé peut être lui-même l'enseignant ou bien les parents, en amassant suffisamment de rétribution scolaire, parviennent à employer un maître laïc sous la surveillance du curé. Un tel enseignement est généralement occasionnel et intermittent car les enfants sont une source de revenu pour leur famille et, d'autre part, l'engagement et les compétences d'enseignement du curé local ou du maître engagé varient considérablement. Seule une minorité des enfants est instruite de cette manière de façon régulière. Un peu plus prospères sont les écoles ouvertes par les congrégations religieuses enseignantes, qui se développent à la suite du Concile de Trente. Modelées sur celles des Jésuites (qui s'adressent bientôt aux fils de la bourgeoisie et de la noblesse), les congrégations religieuses centralisées commencent à fournir les « petites » écoles pour les masses, surtout en ville, où elles contribuent à Tordre religieux et social.

  • 5 Pour une histoire détaillée de la Réforme catholique à Lyon, voir Philip Hoffman, Church and Commu (...)
  • 6 Roger Gilbert, Charles Démia, 1637-1689 : Fondateur Lyonnais des petites écoles des pauvres (Lyon, (...)
  • 7 Jean-Baptiste de La Salle a connaissance des écrits de Charles Démia par un ami et confrère Nicola (...)
  • 8 Pierre Zind, Les Nouvelles congrégations de Frères enseignants en France de 1800 à 1830 (Lyon, 196 (...)
  • 9 Il est important toutefois de se rappeler que la plupart des congrégations religieuses féminines d (...)
  • 10 Hoffman, 115. Le Forez est la région correspondant en gros au département de la Loire.
  • 11 André Latreille, éd. Histoire de Lyon et du Lyonnais (Toulouse, 1975), 268.

7Dans le diocèse de Lyon, la force de l'enseignement congréganiste était basée sur une intense activité religieuse remontant à la Réforme catholique. Lyon resta une ville regroupant de nombreux laïcs dévots, engagés dans les sociétés religieuses et dans les œuvres caritatives5. Son innovation centrale est la fondation d'un bureau des petites écoles par un curé local, Charles Démia, pour gérer un réseau urbain des écoles pour les garçons pauvres, qui s'agrandit pour comprendre tout le diocèse et qui dure jusqu'à la Révolution6. L'œuvre de Démia inspire aussi Jean-Baptiste de La Salle, qui fonde à Reims les Frères des Écoles Chrétiennes, en 16797. Sa congrégation prospère sous l'Ancien Régime, comptant, en 1792, 800 frères et 116 écoles, réparties à travers toute la France, et devenant la congrégation modèle pour l'instruction primaire des garçons des classes populaires8. Bien que limitées par la clôture, les congrégations comme celle des Sœurs de Saint-Charles, aussi fondées par Démia, et les Ursulines innovent dans l'enseignement populaire pour les filles à Lyon et dans les autres villes du diocèse9. Au cours du xviiie siècle, des écoles privées, créées par l'Église, se répandirent à travers toute la région : il y en avait dans un tiers des paroisses du Lyonnais et, dans une moindre proportion, dans celles du Beaujolais et du Forez10. À Lyon même, à la veille de la Révolution, la moitié des 16 000 à 20 000 enfants de la ville et les deux tiers des garçons étaient scolarisés11.

  • 12 La loi des 13-19 février 1790 supprime les vœux monastiques ; après le 17 avril 1791, tous les maî (...)
  • 13 À propos de la période révolutionnaire, voir R. R. Palmer, The Improvement of Humanity : Education (...)

8Ces écoles disparaissent pendant la Révolution. Bien que l'Ancien Régime n'ait eu aucune politique relative à l'enseignement populaire à part des efforts de l'Église, les révolutionnaires cherchent à « catéchiser » les enfants dans la nouvelle foi de la Nation en établissant un réseau national d'écoles. L'instruction du peuple est maintenant trop importante pour la laisser au clergé, par ailleurs la politique religieuse globale des révolutionnaires cherche à éliminer les congrégations religieuses (actives et contemplatives). Des lois anticléricales leur enlevaient tout moyen d'existence, nationalisaient leurs biens, obligeaient leurs membres à choisir entre le serment et l'exil, et supprimaient virtuellement tout recrutement et toute nouvelle vocation12. Les projets pour remplacer l'instruction de l'Église par des écoles pour la nation, pourtant, piétinent sur un double problème de financement et d'organisation et sont tributaires de la politique rapidement changeante de la période révolutionnaire13. Lorsque Napoléon accède au pouvoir en 1799, l'enseignement populaire est en pleine confusion.

  • 14 Latreille, Histoire de Lyon, 309.
  • 15 AN, F 19 6253, « Lettre circulaire du Cardinal de Bonald sur la Pétition concernant les Congrégati (...)
  • 16 Claude Langlois, Le Catholicisme au féminin : Les congrégations françaises à supérieure générale a (...)
  • 17 Les moyennes nationales sont de 49,4 pour les femmes et de 9,8 pour les hommes. Ralph Gibson, A So (...)
  • 18 Janice S. Farnham, « Alternative Childhood : Girls' Providences in Nineteenth-Century Lyon (1800-( (...)
  • 19 Keller, 232-67. Le diocèse qui vient ensuite était Nancy avec 88 115 élèves. Les chiffres donnés p (...)

9C'est le Concordat de 1801 qui lance réellement le renouveau religieux et éducatif dans le diocèse de Lyon. Sous la conduite du Cardinal Fesch et de ses subordonnés, très capables, Lyon devient un diocèse modèle, spécialement pour la qualité de ses séminaires et le nombre d'ordinations14. Mais, peut-être que le signe le plus important de la vitalité religieuse du diocèse de Lyon est la grande diversité de ses congrégations religieuses qui se lancent dans l'œuvre de l'enseignement, tout comme dans l'aide sociale et caritative. De telles congrégations, surtout celles de femmes, prolifèrent à travers toute la France au cours du xixe siècle. Mais la région lyonnaise est particulièrement riche en congrégations religieuses, aussi bien d'hommes que de femmes. En 1860, le diocèse de Lyon compte quinze communautés dont la supérieure générale réside à Lyon, vingt-deux dont la supérieure générale est dans un autre département, treize communautés avec des supérieures locales, treize maisons de religieux, cinq couvents de contemplatives et trente-deux communautés se consacrant aux soins des malades, aux œuvres charitables et à l'enseignement, sur un total de cent communautés15. Claude Langlois trouve que le Lyonnais et le Massif Central sont les régions prédominantes, en matière de fondations de congrégations féminines, entre 1800 et 188016. Dans les départements du Rhône et de la Loire, le nombre de religieuses et de religieux est parmi les plus élevés de France en 1861 : plus de 70 pour 10 000 femmes catholiques et plus de 15 pour 10 000 hommes catholiques17. Outre les congrégations religieuses datant d'avant la Révolution, au moins vingt-trois nouvelles congrégations sont fondées à Lyon, avant 186818. Et dans son enquête de 1880, Émile Keller cite trente-neuf congrégations d'hommes ou de femmes se consacrant à l'enseignement et ayant leurs maisons-mères à Lyon : ensemble elles instruisent 194 001 élèves, plus qu'aucun autre diocèse de France hormis Paris19.

  • 20 AStJ, 1 D E ; Yvonne Turin, Femmes et religieuses au xixe siècle : Le féminisme « en religion » (P (...)

10Trois des plus importantes congrégations puisent leurs origines dans la Réforme catholique. Les Sœurs de Saint-Charles sont officiellement reconnues comme congrégation religieuse en 1804 et les Frères des Écoles Chrétiennes sept mois plus tard. Ces deux congrégations bénéficient de la protection du Cardinal Fesch et elles ont presque le monopole des écoles publiques primaires de Lyon. En 1806, les Frères des Écoles Chrétiennes ouvrent un noviciat à Lyon et la région lyonnaise devient un centre important de formation et de recrutement de maîtres. En 1808, les Sœurs de Saint-Charles reçoivent comme maison-mère le couvent des Annonciades dans la Montée des Carmes à Lyon. À partir de cette base, elles deviennent virtuellement une nouvelle congrégation, prenant une dimension et une prééminence qu'elles n'ont jamais connues avant la Révolution. En 1807, Mère Saint-Jean Fontbonne, religieuse de la congrégation de Saint-Joseph du Puy qui avait été dispersée, crée une association pieuse à Saint-Étienne, les filles noires, qu'elle transfère ensuite à Lyon en 1809. Là, la congrégation naissante achète une maison-mère pour servir de noviciat en 181620. C'est le début d'une nouvelle congrégation, les Sœurs de Saint-Joseph de Lyon, indépendante des Sœurs de Saint-Joseph du Puy qui viennent de se reconstituer.

  • 21 AML, R 45. François Drouilly, « L'école primaire congréganiste dans le département du Rhône, 1850- (...)
  • 22 AMSE, 1 R 74, « Instruction primaire », rapport au préfet (1819) ; 1 R 73, Inspecteur primaire à i (...)

11Les Frères des Écoles Chrétiennes et les Sœurs de Saint-Charles ouvrent leurs premières écoles postrévolutionnaires à Lyon en 1802. Entre 1804 et 1810, les Frères des Écoles Chrétiennes créent dix écoles à Lyon et les Sœurs de Saint-Charles deux21. À Saint-Étienne, les Sœurs de Saint-Charles rétablissent une école en 1803 et les Frères des Écoles Chrétiennes arrivent en 1805. Dans les deux villes, le conseil municipal fournit le salaire de ces enseignants et enseignantes. En 1819, la ville de Saint-Étienne a neuf écoles fondées par la municipalité : quatre dirigées par les Frères des Écoles Chrétiennes, quatre par les Sœurs de Saint-Charles et une qui utilise l'enseignement mutuel ; il y a en outre trente-six écoles privées ne subsistant que grâce aux scolarités. Sur les 2 910 élèves potentiels recensés par la municipalité, 2 441 d'entre eux sont vraiment scolarisés, dont 1 700 dans des écoles tenues par les deux congrégations religieuses. Avec le temps, les écoles privées disparaissent, ne laissant en 1870 que vingt-trois écoles congréganistes et sept écoles laïques22. De même à Lyon, la seule vraie concurrence aux écoles congréganistes est celle des écoles dépendant de la Société d'instruction Primaire du Rhône, fondée en 1827 pour offrir une alternative laïque. Ces écoles sont également subventionnées par la municipalité et reçoivent les élèves gratuitement mais elles utilisent la méthode mutuelle, plutôt que la méthode simultanée des écoles congréganistes. Mais, dans les deux villes, le contrat pour les écoles publiques est entre les mains des Frères des Écoles Chrétiennes et des Sœurs de Saint-Charles jusqu'en 1879.

  • 23 ADR, T XXVIII, « État général des Écoles des Sœurs de St-Joseph tenues dans le département » (1827 (...)

12Les congrégations ne limitent pas leur activité aux villes. Les Sœurs de Saint-Charles et les Sœurs de Saint-Joseph commencent presque immédiatement à établir des écoles dans les zones rurales. Dès 1827, 78 communes du Rhône et 116 de la Loire ont des écoles tenues par les Sœurs de Saint-Joseph23. À la différence des congrégations du xviie siècle, elles ne sont plus limitées par des règles de clôture et elles peuvent se rendre là où leur service est attendu. Ici, comme ailleurs en France, durant la période de la Restauration, les possibilités de scolarisation, pour les enfants des classes rurales populaires, sont plutôt restreintes. Les enfants apprennent à lire et à écrire chez eux ou dans des classes rudimentaires tenues par le curé ; dans certaines régions, proches des Alpes, il y a des instituteurs itinérant saisonniers ; ailleurs, des maîtres, recrutés sur place et à peine instruits eux-mêmes, prennent la charge de l'enseignement primaire. Il n'existe pas de formation suivie des maîtres dans le diocèse jusqu'en 1833 pour les instituteurs et en 1843 pour les institutrices.

  • 24 Keller, 232-67

13Mais entre 1817 et 1841, outre les Frères des Écoles Chrétiennes, les Sœurs de Saint-Charles et les Sœurs de Saint-Joseph, au moins sept autres nouvelles congrégations (trois d'hommes et quatre de femmes), destinées totalement ou partiellement à l'enseignement, sont établies dans le diocèse de Lyon : les Petits Frères de Marie, les Frères du Sacré-Cœur, les Clercs de Saint-Viateur, les Sœurs de la Sainte-Famille, les Sœurs de Saint-François d'Assise, les Sœurs de la Sainte-Enfance et les Sœurs de l'Enfant-Jésus (voir tableau 1). Les trois congrégations rétablies et les sept nouvelles ne sont pas les seules à travailler dans le diocèse. Les listes établies par les autorités départementales montrent que des congrégations en provenance des diocèses voisins, telles celles des Frères de la Croix-Jésus et des Frères de la Sainte-Famille (dont les maisons-mères se trouvent dans l'Ain) tiennent également des écoles dans les départements du Rhône et de la Loire. Dans son enquête de 1880, Keller cite trente-et-une autres congrégations travaillant dans les écoles du diocèse de Lyon. Beaucoup de ces congrégations sont très petites et toutes, sauf une, sont féminines. Douze d'entre elles ont moins de cent élèves. Quinze en ont entre cent et un millier. Pour cinq d'entre elles, Keller ne donne pas le nombre d'élèves mais il est clair que celui-ci ne dépasse pas le millier, vu le nombre de religieuses dans ces congrégations24.

  • 25 Keller, 249.
  • 26 R. Lagier, « Une institution vellave : les Béates », Cahiers de la Haute-Loire (1979) : 133.

14Les plus petites congrégations se répartissent en deux groupes : ou bien des associations très localisées n'offrant qu'une instruction très rudimentaire aux filles du peuple ou bien des établissements particuliers enseignant les filles de la bourgeoisie et de la noblesse. Les Sœurs de l'Adoration perpétuelle des Sacrés-Cœurs de Jésus et de Marie, par exemple, sont « œuvre du curé de Larajasse », fondées en 1820 et comprenant en 1880 : 51 religieuses et 80 élèves25. Au moins deux des congrégations, dont le centre est dans le diocèse de Lyon, combinent la fabrication de la dentelle avec l'enseignement primaire. Leur but est de donner aux jeunes filles des moyens de vivre, tant sur le plan matériel que dans le domaine spirituel. En cela, elles suivent la tradition des béates de la Haute-Loire voisine, qui peuvent également se trouver dans le département de la Loire. Au cours des années, la dénomination de béates est devenue générale et quelque peu ambiguë. Au xixe siècle, la plupart de ces femmes sont formellement associées à la maison-mère du Puy, bien que pas toujours comme religieuses à part entière ; certaines sont simplement de pieuses filles qui s'adonnent à l'enseignement pour leur propre compte. En général, elles restent célibataires et portent un habit religieux de quelque sorte26. Quelle que soit leur association avec une congrégation, elles se distinguent par le fait qu'elles vivent seules et de manière relativement indépendante. Elles sont parmi les moins chères de toutes les institutrices, vivant grâce aux dons des parents et de la paroisse.

  • 27 Keller, 263. Neuf des établissements de l'enquête de Keller appartiennent à des congrégations d'Ur (...)

15Le diocèse abrite aussi un certain nombre d'établissements congréganistes voués à l'éducation des classes plus aisées. À l'inverse de ceux des congrégations enseignantes destinées à l'éducation des masses, la plupart de ceux-ci n'appartiennent pas à des instituts religieux centralisés mais sont des couvents séparés avec une direction locale. Beaucoup d'entre eux sont tenus par des congrégations d'Ursulines, dont certaines ont aussi des classes gratuites pour les filles pauvres de la ville. En 1880, la plus importante dans le diocèse est celle de Rive-de-Gier (Loire) avec 340 élèves, dont 80 admises gratuitement (et formant sans doute des classes séparées)27. Aussi bien les congrégations d'hommes que celles de femmes sont attentives aux nuances des classes sociales et elles savent se situer dans l'échelle sociale ou, tout au moins, offrir à chaque classe sociale une éducation séparée.

  • 28 Un certain inspecteur suggère, toutefois, puisque les Frères Maristes étaient inférieurs comme ens (...)
  • 29 Circulaires des Supérieurs généraux de l'Institut des Petits Frères de Marie, 1817-1917, (Lyon, 19 (...)
  • 30 ASMR, 8 A 1 (Rochetaillée)

16Durant la première moitié du xixe siècle, il se crée une hiérarchie de congrégations enseignantes, selon les ressources des paroisses ou des communes. Seuls les villes et les gros bourgs peuvent recevoir les Frères des Écoles Chrétiennes qui donnent la préférence aux établissements plus importants et demandant davantage de ressources. Les Frères Maristes sont fondés en 1817, spécialement pour se rendre dans les paroisses qui ne peuvent recevoir les Frères des Écoles Chrétiennes28. Mais, dès 1852, ils préfèrent « servir les localités importantes, les petites villes, les chefs-lieux de canton, les paroisses considérables », parce que « dans ces postes il y a ordinairement et plus de bien à faire et plus de ressources pour le faire »29. Les localités plus petites doivent compter sur les Clercs de Saint-Viateur, qui se rendent individuellement dans les communes au lieu d'y aller par groupes de trois habituellement. Le même particularisme se retrouve pour les congrégations enseignantes féminines. À Rochetaillée (Rhône), le curé a espéré obtenir les Sœurs de Saint-Charles, mais il est obligé de s'entendre avec les Sœurs de l'Enfant-Jésus parce « les ressources de la commune et le mauvais vouloir du Conseil municipal ne lui permettaient pas de viser plus haut »30. L'existence d'une grande variété de congrégations enseignantes facilite leur implantation généralisée parce que les communautés locales peuvent adapter leurs ressources et leurs besoins à la congrégation.

17Quelle que soit leur taille ou leur mission, l'expansion des congrégations enseignantes dans ce diocèse constitue une réponse populaire au manque d'enseignement primaire et d'aide sociale dans les villes et à la campagne. Bien qu'encouragées par la hiérarchie catholique, la plupart des fondations résultent des efforts des particuliers locaux qui répondent aux besoins de leurs propres communautés. Leurs fondateurs cherchent à combattre l'ignorance, spécialement l'ignorance religieuse, grâce aux œuvres d'éducation et de charité. Ils veulent également fournir des frères et des sœurs à des paroisses qui autrement n'auraient pas pu bénéficier de services d'enseignement, de santé ou d'aide sociale. Josephine du Sablon, qui a fondé les Sœurs de l'Enfant-Jésus dans le village du Beaujolais de Claivesolles, voulait faire des bonnes œuvres parmi les pauvres ruraux. Deux des femmes qui ont fondé des congrégations urbaines, Marie Descombes et Anne Rollet, travaillent dans le secteur de la soie et entreprennent un grand œuvre d'activités caritatives au sein de la classe ouvrière, y compris enseignement primaire, orphelinats, providences, encadrement du travail, soin des malades et des vieillards.

  • 31 André Lanfrey, « Une congrégation enseignante : Les Frères Maristes de 1850 à 1904 » (thèse 3e cyc (...)
  • 32 Robert Bonnafous, Louis Querbes et les Catéchistes de Saint-Viateur (Paris, 1993), 44-47.
  • 33 Pierre Robert, Vie du Père Louis Querbes : Fondateur de l'Institut des Clercs de Saint-Viateur (17 (...)

18Cinq sur sept des fondateurs ou co-fondateurs sont des prêtres, plusieurs d'entre eux formés ensemble au séminaire de Saint-Irénée de Lyon et ensuite envoyés dans des villages éloignés ou dans des faubourgs ouvriers où ils sont les témoins directs des situations de pauvreté et d'analphabétisation. Marcellin Champagnat, fondateur des Frères Maristes, est inspiré d'établir une congrégation consacrée à l'éducation populaire en raison de sa propre enfance : il met la difficulté qu'il a éprouvée pour appendre à lire et à écrire sur le compte de maîtres déficients31. En 1817, à Lavalla (Loire), où il est vicaire, il ouvre sa première école, après s'être initié aux méthodes d'enseignement des Frères des Écoles Chrétiennes. Une autre importante congrégation enseignante masculine du diocèse de Lyon, les Clercs de Saint-Viateur, est fondée, en 1826, par Louis Querbes dans la petite commune de Vourles (Rhône) où il est curé. Querbes, comme beaucoup de prêtres du temps de la Restauration, travaille activement à faire revivre la pratique religieuse dans sa paroisse. Il établit des confréries, institue des classes régulières de catéchisme, prêche avec zèle, édite un recueil de cantiques et passe de longues heures au confessionnal. Pour améliorer l'instruction primaire, il invite les Sœurs de Saint-Charles à ouvrir une école de filles en 1823 et fait appel aux Frères Maristes pour remplacer deux maîtres laïcs « indignes de leur profession »32. Lorsque Champagnat décline son offre parce que Vourles n'a pas les ressources suffisantes pour entretenir trois maîtres, nombre minimum qu'exigent la plupart des congrégations, pour des raisons pratiques et spirituelles, Querbes décide de créer sa propre congrégation qui pourvoirait en maîtres isolés les paroisses pauvres comme Vourles. En plus de leurs obligations scolaires, les Clercs de Saint-Viateur de Querbes doivent aider le curé dans ses tâches pastorales : musique, administration des sacrements, entretien de la sacristie et service de l'autel33. Le grand avantage de ce système est qu'un clerc peut être envoyé seul dans un village, réduisant de ce fait les frais d'entretien.

  • 34 Le diocèse expérimente un taux de croissance du nombre d'écoles plus rapide durant la première moi (...)

19La mission des ces fondateurs et fondatrices est à la fois religieuse, éducative et humanitaire, et elle reflète les nouvelles conditions économiques et démographiques du diocèse de Lyon. Mais surtout, les dirigeants des ces congrégations veulent combattre l'ignorance, surtout l'ignorance religieuse, par des œuvres éducatives. Beaucoup, comme leurs prédécesseurs de la Réforme l'avaient tenté deux siècles auparavant, entendent réformer les paroisses en instruisant les enfants. Plus d'un fondateur cite les exemples d'Ignace de Loyola, de Jean-Baptiste de La Salle ou de Charles Démia. Mais par les effectifs et l'étendue, ils devancent considérablement les objectifs les plus ambitieux des éducateurs comme Démia ou de La Salle. Les écoles primaires se multiplient dans le diocèse pendant la première partie du xixe siècle, et ce sont les écoles congréganistes qui arrivent en tête. En 1850, le diocèse compte 1 758 écoles inscrivant 102 380 élèves ; 52 % de ces écoles et 66 % de leurs élèves relèvent des congrégations34.

L'apogée des congrégations

  • 35 Ministère de l'Instruction publique et des Beaux-Arts, Statistique de l’enseignement primaire, vol (...)
  • 36 Sous le Second Empire, il y a une vague d'autorisations dans le diocèse de Lyon, y compris les Frè (...)
  • 37 C'est le titre de son premier chapitre, qui expose en détail les efforts législatifs pour équilibr (...)
  • 38 Cette période, qui a anticipé beaucoup des réformes éducatives de la Troisième République arrive a (...)

20Avant 1850, par conséquent, le diocèse de Lyon a développé un réseau dense de congrégations enseignantes et la plupart de ses écoles primaires. Le diocèse expérimente un taux de croissance du nombre d'écoles plus rapide durant la première moitié du siècle que durant la seconde. Il comprend 325 écoles primaires en 1813, 426 en 1821, 488 en 1829, 452 en 1834,1 122 en 1840, et 1758 en 1850. Après 1850, le nombre total d'écoles reste entre 1 572 et 1 821. Il est clair que, pour cette région, la période comprise entre 1834 et 1850, c'est-à-dire entre la loi Guizot et la loi Falloux, est la plus décisive pour ce qui est des ouvertures d'écoles35. Cette période coïncide avec la multiplication des congrégations religieuses enseignantes aussi bien qu'avec la croissance démographique et économique. La prolifération rapide des congrégations enseignantes et des écoles congréganistes reflète les traditions religieuses de la région et une première demande relative à l'enseignement primaire. Mais les congrégations enseignantes profitent d'un climat politique favorable qui culminait pendant le Second Empire de 1850-70. De la période napoléonienne jusqu'à la Troisième République, il existe un large consensus parmi les éducateurs et les législateurs pour que l'Église soit un partenaire important dans la mise en place et le contrôle de l'enseignement primaire, mais les modalités et les mises en forme diffèrent selon le régime et l'idéologie politiques. Napoléon, tout comme la monarchie de la Restauration, (même si leurs objectifs diffèrent) encouragent la participation de l'Église dans le développement de l'enseignement primaire populaire, comprenant l'enjeu qu'il représente pour le rétablissement de Tordre social et politique. La loi Guizot de 1833 augmente la surveillance de l'État sur l'enseignement, mais sans toucher au réseau d'écoles congréganistes qui existe déjà et, plus important encore, sans fournir vraiment de nouvelles ressources financières. Les troubles sociaux et politiques pendant la Révolution de 1848 ont peu d'incidences sur la croissance des congrégations religieuses et ouvrent la voie à la conservatrice loi Falloux de 1850. Cette loi développe le contrôle des cléricaux et des élites sur les écoles primaires locales, encourage l'expansion de l'enseignement des filles sous les auspices des congrégations religieuses et révoque le brevet pour les sœurs enseignantes. Le gouvernement accorde aussi un statut légal aux nombreuses congrégations non-autorisées, leur donnant une identité légale qui leur permet de posséder et d'hériter de biens, ce qui facilite également leur expansion36. La première décennie du régime de Napoléon III voit l'apogée de ce que Robert Gildea a appelé « la renaissance catholique » dans l'enseignement37. Seules les années 1860, après la rupture avec Rome sur la question de l'unification italienne et avec l'ascension de la politique libérale, font osciller définitivement le pendule éducatif en direction des écoles laïques de l'État38.

21Dans le diocèse de Lyon, comme dans toute la Nation, le Second Empire est une période d'hégémonie catholique croissante dans l'enseignement. Mais la croissance de l'enseignement congréganiste ici dépasse considérablement celle de la France. Le tableau 2 montre que le pourcentage des élèves dans les deux départements du Rhône et de la Loire dépasse celui de la France, prise dans son ensemble, et cela souvent de façon très nette. Les autres mesures témoignent du même phénomène. Le nombre des instituteurs congréganistes double presque entre 1840 et 1863, et la proportion de leurs élèves passe d'un petit peu plus d'une moitié en 1850 à presque les trois-quarts en 1863. Toutefois, après 1863, cette proportion reste stable ou décroît légèrement. Cependant, si on la compare à celle de l'ensemble de la France, la proportion de garçons instruits dans des établissements tenus par l'Église dans cette région est extraordinairement élevée.

  • 39 AN, F 17 9486, le Recteur de l'Académie de Lyon au Ministre de l'Instruction Publique. (1870). L'A (...)

22Mais c'est dans le domaine de l'éducation des filles que l'Église affirme vraiment sa suprématie dans le diocèse de Lyon. Ceci est particulièrement vrai dans la Loire où 93 % des filles sont inscrites dans les écoles congréganistes en 1850. Entre 1850 et 1877, le pourcentage des écoles de filles, des élèves ou des institutrices congréganistes n'est jamais tombé au-dessous de 82,1 dans ce département. Cette prépondérance n'est pas si écrasante dans le Rhône, mais les pourcentages sont encore respectables : entre la moitié et les deux tiers des écoles de filles sont congréganistes, environ les trois-quarts des filles sont inscrites dans ces écoles et entre la moitié et les trois-quarts de leurs institutrices sont des religieuses. De plus, la scolarisation congréganiste pour les filles ne montre guère de baisse après 1863 ; elle reste aussi forte ou plus forte qu'en 1850. Dans l'Académie de Lyon, comme l'écrit le Recteur au Ministre de l'Instruction Publique en 1870, « les populations, les autorités locales, et surtout le clergé, désirent des religieux et principalement des religieuses » comme maîtres ou maîtresses d'écoles. Le département de la Loire, continue-t-il à expliquer, n'a plus que neuf écoles laïques de filles et même celles-là « disparaîtront dans un proche avenir »39.

Fournir les écoles

23Le témoignage du Recteur reflète l'étendue du soutien dont jouissent les congrégations enseignantes au fur et à mesure qu'elles établissent les écoles paroissiales partout dans le diocèse de Lyon. Elles profitent, comme le suggère le Recteur, de l'intérêt que leur accordent les populations locales, du soutien administratif des notables locaux, et de la coopération active du clergé paroissial. Le diocèse de Lyon est une région d'activisme religieux bien connu. Mais, en les étudiant, on constate que les raisons de cette prolifération de l'enseignement catholique dans le diocèse de Lyon trouvent leur source dans les problèmes pratiques et financiers pour établir une école. La loi Guizot de 1833 oblige chaque commune en France à entretenir une école pour les garçons et la loi Falloux de 1850 élargit cette obligation pour les filles dans les communes de plus de 800 habitants (réduite à 500 habitants en 1867). Mais outre ces obligations, le gouvernement central participe peu à l'expertise administrative ou aux ressources matérielles pour appliquer la loi. C'est au niveau local qu'il faut trouver de l'argent et employer les enseignants. Les communes désireuses d'ouvrir une école ou de remplacer un enseignant actuel peuvent employer un enseignent laïc ou confier l'école à une congrégation enseignante qui fournit le personnel convenable. Sur ce point, les congrégations offrent des avantages d'organisation sur les enseignants laïcs : des soutiens locaux en la personne du curé, une organisation centrale pour négocier les conditions et envoyer les enseignants requis et, ce qui est essentiel, l'accès aux donations charitables.

  • 40 Dans certains cas, un maire ou un donateur jouait ce rôle, et les contrats d'école avec les congré (...)
  • 41 Au xixe siècle, contrairement à l'Ancien Régime, le curé enseigne rarement lui-même. Sur les curés (...)
  • 42 Henri Bilon (Frère Avit), Annales de l'Institut divisées en neuf étapes : Rédaction commencée en 1 (...)

24Le personnage central pour obtenir des sœurs ou des frères enseignants pour une commune, est habituellement le curé de la paroisse, qui est souvent l'instigateur et toujours l'intermédiaire entre la commune et la congrégation enseignante40. Il est le responsable pour prendre contact avec la congrégation, trouver les ressources nécessaires au fonctionnement de l'établissement et négocier le contrat. Mettre cette tâche entre les mains du curé libère la commune de la tâche souvent difficile de trouver et d'employer un enseignant qualifié. Même s'il n'est pas l'acteur principal, le curé est d'habitude enthousiaste à participer. Conformément à la loi, il a des droits de surveillance sur l'école primaire locale. De plus, un prêtre actif – dans la tradition tridentine – considère l'instruction chrétienne comme partie de sa mission pastorale et il s'efforce d'attirer les maîtres appropriés41. Il apparaît clairement que plusieurs curés prennent leur rôle au sérieux, en envoyant des lettres semblables à celle présentée en début de chapitre. Certains fondent même, eux-mêmes, des congrégations religieuses, pendant que d'autres encouragent les jeunes gens et les jeunes filles pieux à s'engager dans les congrégations déjà établies. Dans quelques cas, il arrive qu'un curé rende visite à la maison-mère pour convaincre le supérieur général du sérieux de son projet et des avantages de sa paroisse. Un certain curé, non seulement rend visite aux Frères Maristes, mais refuse de célébrer la messe avant qu'ils ne lui aient promis des maîtres. Un autre prêtre entreprenant, après que les Sœurs de l'Enfant-Jésus lui ont refusé deux religieuses, en recrute deux directement dans une autre paroisse42.

  • 43 Georges Rigault, Histoire générale de l'Institut des Frères des Écoles Chrétiennes (Paris, 1942), (...)
  • 44 FM, Circulaires, vol. 1, 312 ; vol. 2, 449.

25Mais malgré les louables efforts du curé, étant donné la demande élevée des enseignants congréganistes, il n'est pas rare qu'une paroisse doive attendre quatre ou cinq ans pour parvenir en haut de la liste d'attente que la plupart des congrégations enseignantes tiennent, de toute évidence. Pendant la période d'expansion scolaire, la demande d'enseignants congréganistes dépasse de beaucoup l'offre disponible. En dépit de la croissance rapide des congrégations enseignantes existantes et de la création de congrégations nouvelles, elles n'ont jamais été à même de faire face à la demande. Dès 1820, les Frères des Écoles Chrétiennes ont plus de sollicitations qu'ils ne peuvent en satisfaire et leur supérieur général félicite Marcellin Champagnat d'avoir fondé les Frères Maristes pour le service des « communes où la population n'est pas assez considérable pour un Établissement de notre Institut »43. En dépit de leur croissance rapide, les Frères Maristes aussi deviennent bientôt incapables de répondre à la demande. Dès 1851, ils ont enregistré 124 demandes d'ouverture d'école dans le Rhône et la Loire ; ils ne peuvent en créer que 56. Au plan national, les chiffres sont de 150 créations pour 501 demandes44. Leur supérieur général déplore :

  • 45 FM, Circulaires, vol. 1, 369, le Frère François, Supérieur général, au Père Cholleton (1843).

Le Père de famille nous offre un vaste champ à cultiver et une moisson abondante à recueillir ; de toutes parts on nous adresse des demandes les plus pressantes pour des postes très importants ; il est bien pénible de refuser, et nous sommes dans la désolation de voir que le nombre des ouvriers est si peu en rapport avec l'étendue et la multiplication des besoins45.

  • 46 AN, F 19 6352, « Notes explicatives », Supérieure générale des Sœurs de Saint-Charles au Ministre (...)

26Les congrégations féminines sont aussi débordées ; les Sœurs de Saint-Charles se plaignent dès 1838 qu'en dépit des 60 nouvelles postulantes, elles manquent du nombre nécessaire d'institutrices pour répondre à toutes les demandes. De plus, à Saint-Étienne, où elles ont ouvert une école dans chaque paroisse, elles ont davantage de demandes d'admissions qu'elles ne peuvent accepter sans mettre sérieusement en danger la santé des maîtresses46.

  • 47 AFM, « Les Annales de F. Avit », vol. 3 (Nantua). ADR, T 100, l'Inspecteur d'Académie de Lyon au P (...)

27Mais bien que les congrégations aient constamment été sous pression, pour fournir des maîtres et ainsi accomplir leur mission, cette situation les place aussi en position de force pour négocier leurs conditions. Marcellin Champagnat, le fondateur des Frères Maristes, suggère aux curés d'utiliser le temps passé sur la liste d'attente pour trouver un bâtiment scolaire, assurer le financement et persuader le conseil municipal d'accepter l'école. Voulant que la nouvelle école à Nantua (Ain) ait assez de fonds pour être gratuite, il rappelle au curé qu'« un grand nombre de communes nous présentent ces avantages à l'appui de la demande qu'elles nous adressent » ; le prêtre comprend la leçon et se présente avec un financement supplémentaire. Le supérieur général des Clercs de Saint-Viateur refuse une école à Montromant (Rhône) « parce qu'il n'avait pas de sujets disponibles » mais il se déclare prêt à négocier « si la Commune pouvait se créer des ressources pour deux religieux (c'est lui qui souligne) » ; dans ce cas on n'a pas pu trouver les fonds et Montromant reçoit à la place, un « instituteur usé »47.

  • 48 Marcellin J. B. Champagnat, Lettres de Marcellin J. B. Champagnat, 1789-1840, Fondateur de l'Insti (...)
  • 49 ASMR, 6 G 1, « Séance du 17 mai 1875 » ; 8 A 1 (Charbonnières).

28Malgré l'apparence d'une stricte impartialité et des listes d'attente, les congrégations choisissent les communes qui répondent à leurs besoins, y compris la localisation géographique, les conditions matérielles, le soutien financier, la réussite espérée et les futures recrues. Deux ans seulement avant que Champagnat n'informe le curé de Saint-Lattier (Isère) que sa demande « était prise en considération et inscrite dans notre registre sous le no 102 », avec une période d'attente indéterminée, il suggère au curé d'Usson-en-Forez (Loire) de trouver une maison d'école parce qu'il veut établir une communauté dans ce secteur. Il écrit à un autre prêtre que « nous aimerions bien à envoyer nos frères dans une commune où l'autorité ecclésiastique et la civile agissent de concert pour favoriser cette bonne œuvre »48. La plupart des congrégations – excepté les Frères des Écoles Chrétiennes et les Frères Maristes qui ont des aspirations nationales – déclinent les demandes venant de loin comme une chose allant de soi et renvoient certaines demandes à d'autres instituts, habituellement moins bien établis et moins prestigieux. Les Sœurs de l'Enfant-Jésus ferment une école à Villette (Ain), trop éloignée d'une église, empêchant les sœurs d'assister à la messe. Par ailleurs, on « se décida à faire construire sur un plan assez vaste » un établissement au village de Charbonnnières (Rhône), près des eaux minérales, parce « qu'il pouvait en même temps être utile à nos sœurs malades »49.

  • 50 Lettres de Champagnat, doc. 556-57 (1839). ASMR, 3 A 1 bis, Joséphine du Sablon à M. le curé, St-H (...)
  • 51 AFM, « Les Annales de F. Avit », vol. 1 (Beaucroissant).

29Outre les ressources géographiques ou matérielles, l'une des considérations les plus importantes dans l'établissement d'une nouvelle école est la possibilité pour la congrégation de se recruter. Finalement, les demandes d'écoles congréganistes ne peuvent être exaucées qu'avec davantage d'enseignants. « Vous avez trouvé le moyen pour réussir à obtenir des frères », écrit Champagnat au curé de Saint-Privat-d'Allier en 1839, « c'est de nous envoyer des sujets. Dès que le jeune homme que vous nous proposez sera à même de pouvoir diriger un établissement semblable à celui que vous sollicitez, je tâcherai de vous donner des frères pour le remplacer dans votre commune ». Joséphine du Sablon, fondatrice des Sœurs de l'Enfant-Jésus, écrit une lettre semblable au curé de Saint-Haon-le-Vieux (Loire), en 1852 : « Maintenant, Monsieur, je vous prie instamment de ne pas oublier la promesse faite de nous envoyer bon nombre de sujets et surtout de bons sujets... »50. Cette congrégation enseignante compte, pour une bonne part de son recrutement, sur de pieuses filles, envoyées par le curé pour se former à l'enseignement. Si les curés ont déjà envoyé des recrues, ils n'hésitent pas à rappeler ce fait à la congrégation. Le curé de Beaucroissant (Isère), par exemple, annonce aux Frères Maristes, en 1852 : « Depuis 12 ans que j'ai l'honneur de fournir des sujets à votre maison, vous m'avez fait espérer que vous nous donneriez des frères lorsque nous serions assez heureux pour former un établissement. Le moment est arrivé »51.

  • 52 AML, « Prospectus pour un établissement de Frères des Écoles Chrétiennes » (s. d.). ASMR, 6 G 1, « (...)

30La plupart des congrégations enseignantes ont une liste des conditions requises pour une école, souvent un prospectus imprimé, que les autorités locales se doivent de suivre. Les conditions matérielles diffèrent selon les congrégations, bien que toutes aient demandé quelque assurance concernant le bâtiment d'école, les logements, et assez de ressources pour joindre les deux bouts. Les Frères des Écoles Chrétiennes demandent une construction comprenant parloir, cuisine, réfectoire, dortoir, chapelle, infirmerie, cave, bûcher, grenier, cour, puits, jardin et, évidemment, des classes aérées et bien éclairées. Ils demandent aussi un salaire de 600 francs par frère et une allocation unique de 1 200 francs pour les frais de voyage. Les conditions pour les Sœurs de l'Enfant-Jésus spécifient une maison indépendante avec cour et jardin, pour le logement et les classes, un salaire annuel de 400 francs pour chaque religieuse, des lits, du linge de maison, des garde-robes, trois tables, douze chaises, une horloge, une cloche, un poêle dans chaque classe, des plats, des pots et des casseroles, du mobilier d'école et des fournitures, le tout à l'état neuf ou en bon état52. Moins la congrégation a de prestige, moins elle coûte, mais toutes les congrégations enseignantes veulent un bâtiment pour elles-mêmes et pour l'école, du mobilier et des fournitures scolaires, et un salaire raisonnable.

  • 53 AFM, « Les Annales de F. Avit », vol. 4 (Ste-Foy-l'Argentière). ACSV, Registre « Chapitres 1845-19 (...)
  • 54 AStJ, G 4, « Conseil 25ème » (1842).
  • 55 ASMR, 8 A 1 (Gleizé, Aigueperse, Emeringes, Pommiers, Vougy). Ces écoles furent fondées entre 1843 (...)

31Cependant, en dépit des négociations sérieuses, souvent les conditions ne sont pas ce que la congrégation souhaitait ou espérait. Et le blâme pour une telle situation est souvent mis sur le compte de l'exagération des curés. Les « garanties données par MM. les curés, écrit le Frère Avit des Frères Maristes, ont rarement une valeur réelle ». En 1865, les Clercs de Saint-Viateur décident qu'aucun établissement ne sera fondé sans qu'un Visiteur n'ait vu le bâtiment proposé et l'ameublement53. Certains curés s'assurent que toutes les conditions du contrat, souvent long et détaillé, soient remplies, jusqu'au nombre et aux dimensions des draps, des mouchoirs, des couvertures, des rideaux, mais d'autres négligent totalement le côté matériel de l'établissement. Les comptes rendus des réunions du conseil des Sœurs de Saint-Joseph rapportent des échanges concernant des communautés où le prêtre n'est pas d'un aussi grand secours que la congrégation l'aurait souhaité. Par exemple, la communauté de Trembly est fermée à cause « du peu de dévouement et d'intérêt que Monsieur le Curé de Trembly porte à nos sœurs établies dans la paroisse, et des minimes ressources et du mauvais local habité par celles-ci »54. À Gleizé, où les Sœurs de l'Enfant-Jésus fondent une école, « on avait fait de si belles promesses à notre Révérende Mère du Sablon, que les deux sœurs partirent avec l'espoir d'y être reçues... comme des comtesses. Mais quelle ne fut pas leur déception ! ». L'histoire des établissements de cette congrégation, qui s'implante dans certains des plus petits villages, est une véritable litanie d'inconforts et de sacrifices. La maîtresse qui arrive à Aigueperse (Rhône), par un temps froid et neigeux, se trouve logée dans une abbaye ruinée, également habitée par des rats qui l'attaquent dans son lit. À Emeringes (Rhône), la maison attribuée à l'institutrice est « humide, froide, dépourvue de tout » ; à Pommiers, elle est « assez vaste » mais elle a servi de grange et la paille n'a pas encore été enlevée. À Vougy (Loire), la salle de classe n'a pas de mobilier : « Pendant la classe, maîtresses et élèves restent debout ou s'assoient sur le rebord des fenêtres. Quelques jours plus tard, une bonne femme leur prête deux chaises »55. Presque partout, ces sœurs doivent compter sur la bonté des habitants ou « la Providence » pour se fournir en lits, en linge et en objets de ménage indispensables.

  • 56 Lettres de Champagnat, doc. 191, 395, Champagnat au Sous-Préfet de St-Etienne (1838). ADR, T 98, l (...)
  • 57 ASMR, 8 A 1 (Bourg-de-Thizy). ACSV, Valsonne, le Frère Jacques Thizy au Père Hugues Favre (1868).
  • 58 Cité dans Pierre Zind, « L'enseignement primaire sous la Restauration dans l'arrondissement de St- (...)

32Quelquefois les congrégations enseignantes ferment des établissements, où les conditions sont invivables ou malsaines pour le personnel, surtout si le curé ou la commune ne fait rien pour les améliorer. Lorsque les logements inconfortables et soi-disant temporaires, alloués aux Frères Maristes à Saint-Martin-la-Plaine (Loire), ne s'améliorent pas au bout de deux ans, le supérieur général ferme l'école jusqu'à ce qu'un nouveau bâtiment soit construit. Les Sœurs de Saint-Joseph ferment l'école à Frontenas (Rhône) parce que les ressources financières de la commune ne leur permettent pas d'y mettre trois institutrices56. Mais le personnel religieux accepte volontiers de supporter un certain nombre de privations, à cause de leur vocation. Le poste à Bourg-de-Thizy (Rhône), par exemple, « n'offrait aucun avantage matériel, pas même le nécessaire ; mais, en compensation, il y avait beaucoup de ressources pour se faire en très peu de temps un riche trésor de mérites ; et depuis lors, ce trésor n'est pas épuisé ; toutes les Sœurs qui se succèdent à Bourg-de-Thizy peuvent faire leur fortune spirituelle en peu de temps ». Le Clerc de St-Viateur enseignant à Valsonne (Rhône) écrit à son Supérieur : « Depuis que je suis ici, j'ai enduré bien des privations ; s'il est nécessaire que je continue de mener cette vie trappistine, je m'y soumets ». Mais il ajoute qu'il demande la permission d'acheter un lit57. En 1841, même l'inspecteur primaire admet que non seulement « les instituteurs laïques sont en général moins capables et moins zélés que les instituteurs religieux » mais que pour des religieux enseignants « l'œuvre de l'enseignement est une espèce d'apostolat dont ils acceptent toutes les charges par esprit de vocation »58.

  • 59 En fait les propres statistiques gouvernementales pour les « écoles de hameau » en 1879-80, ne con (...)
  • 60 Drouilly, 110.
  • 61 ASMR, 8 A 1 (St-Bonnet-des-Bruyères, Chérier).

33Cependant, certaines autorités scolaires accusent le clergé et les congrégations enseignantes de ne rechercher que les postes les mieux rétribués et de mener des campagnes pour écarter les maîtres laïcs. Toutefois, il n'est pas évident que ce soit le cas. Bien que les congrégations enseignantes aient pu se révéler de puissantes institutions en négociant les contrats, certaines d'entre elles, du moins, fournissent aussi des maîtres aux petits hameaux isolés ; en fait, elles sont souvent les seules à avoir un personnel, même légèrement qualifié, acceptant de se rendre dans ces endroits59. Ceci est particulièrement vrai pour les religieuses. Entre 1850 et 1880, les Sœurs de l'Enfant-Jésus fondent dans le Rhône 35 nouvelles écoles de filles sur 57, en raison de leur engagement à envoyer des enseignantes dans les plus petites et plus pauvres localités60. Par exemple, à Saint-Bonnet-des-Bruyères (Rhône) : « Jusqu'à l'établissement de nos sœurs, dans cette localité, l'instruction des filles y était presque nulle. Quelques enfants, réunies dans une étroite classe, bâtie provisoirement, recevaient les leçons d'une demoiselle de l'endroit qui, par zèle et dévouement, les instruisait jusqu'à leur première communion ». À Chérier (Loire), elles remplacent une « pauvre fille qui savait à peine lire »61. De nombreuses écoles, créées par les congrégations enseignantes, offrent pour la première fois l'instruction aux filles du village ou remplacent des écoles officieuses ou clandestines, dont les maîtresses sont à peine instruites elles-mêmes.

  • 62 AFM, « Les Annales de F. Avit », vol. 2 (Foissiat).
  • 63 Ceci est le point de vue à la fois de Anderson, 111, et de Gildea, 46. Roger Magraw, qui voit dans (...)
  • 64 AFM, « Les Annales de F. Avit », vol. 2 (Chatte, Grandis).

34Les instituteurs masculins ont plus de chances d'établir une école dans une commune où a déjà existé un véritable enseignement. Bien que quelquefois ils aient ouvert une école privée, plutôt que publique, ils préfèrent le titre d'instituteur parce que celui-ci entraîne l'exemption du service militaire et habituellement un salaire communal, si petit soit-il. En conséquence, les congrégations masculines et leurs partisans sont plus portés à écarter les maîtres laïcs. À Foissiat (Ain), le curé envoie sur le champ une lettre aux Frères Maristes quand il entend dire que « l'instituteur de Foissiat est au lit et, d'après les médecins, il ne doit pas se relever. À une époque plus ou moins rapprochée, le poste sera vacant. Le Conseil municipal demande des frères. Pensez-vous m'en promettre ? Vous voyez la situation ! »62. Si une vacance de poste ne se produit pas d'elle-même, il n'est pas impossible que les frères enseignants et le curé lancent une campagne pour attirer le plus grand nombre d'élèves et obliger l'instituteur laïc à démissionner63. À Chatte (Isère), par exemple, après que les Frères Maristes ont ouvert une école libre, « le Directeur avait pris à tâche de vider l'école laïque. Il y mit un très grand zèle, mais il se trompa sur les moyens à prendre. L'instituteur était adroit et se tenait bien avec le clergé ». À Grandris (Rhône), le curé visite la nouvelle école congréganiste « matin et soir « pour les encourager à « tenir ferme », bien qu'il ait admis après, que, « vu les figures juvéniles des maîtres, il doutait qu'ils vinssent à bout de ce petit monde »64. Mais cette école, comme beaucoup d'autres, réussit finalement à supprimer sa concurrente laïque.

  • 65 Ces accusations n'étaient pas toutes vraies, évidemment. Une pétition dressée en 1848 par 27 maîtr (...)
  • 66 AFM, « Les Annales de F. Avit », vol. 5 (St-Symphorien d'Ozon).

35Les maîtres laïcs se plaignent quelquefois que les frères enseignants et les prêtres fassent trop pression sur les parents pour qu'ils envoient leurs enfants aux écoles congréganistes65. Le curé a bien sûr le pouvoir de la chaire et du confessionnal. Mais il est tout aussi vraisemblable de dire que les frères enseignants donnent un enseignement de meilleure qualité ou que la concurrence entre les écoles fait monter le niveau d'ensemble de l'instruction dans la commune. L'école libre laïque à Saint-Symphorien-d'Ozon (Isère), par exemple, continue à fonctionner après l'arrivée des frères enseignants, mais elle est obligée d'ajouter le dessin et la tenue des livres à son enseignement, pour se maintenir à la hauteur de la nouvelle école des Frères Maristes66. Une fois l'école congréganiste en place, elle donne souvent le ton à toutes les écoles.

Trouver l'argent

  • 67 En 1872, ces 11 départements dépensaient 57 % de moins par habitant ; en 1882, 71 % de moins. Grew (...)
  • 68 ADL, T 407, « Rapport général annuel sur l'état de l'instruction primaire du département de la Loi (...)
  • 69 ADR, T 42, l'Inspecteur d'Académie de Lyon au Préfet (1875)

36La raison-clé de la force des congrégations enseignantes est, toutefois, leur capacité d'attirer un soutien financier pour l'instruction primaire, spécialement à travers la charité privée. Les départements – y compris le Rhône et la Loire – qui ont le plus fort taux d'élèves dans les écoles publiques catholiques, dépensent également bien moins pour leurs écoles67. Bien que n'étant pas sans porter intérêt aux écoles primaires, les conseils municipaux sont, de façon notoire, plutôt pingres dans la répartition des fonds publics en leur faveur. D'une façon générale, le plus qu'on peut les persuader d'accorder ce sont les salaires des sœurs et frères enseignants ; les frais de construction et d'investissement doivent venir d'ailleurs. En 1839, l'inspecteur primaire de la Loire se plaint que plusieurs communes aient « un esprit mesquin et parcimonieux » envers l'enseignement. « Les conseils municipaux, prétend-il, composés en général d'hommes illettrés, voudraient mettre à la tête des écoles des Maîtres capables et réguliers. Mais ils voudraient volontiers les faire mourir de faim ». En 1845, le recteur de l'Académie de Lyon déclare au Ministre de l'Instruction Publique que, dans son opinion, l'expansion de l'enseignement congréganiste est moins le reflet de la religiosité de la population que de la parcimonie de ses conseils municipaux68. Dans les localités les plus pauvres, même les inspecteurs qui ne sont pas spécialement en faveur de l'expansion de l'enseignement catholique, admettent que des aides aux congrégations enseignantes sont le seul moyen de développer les écoles primaires, sous le Second Empire. Plus d'un conseil municipal, comme celui d'Amplepuis (Rhône), est influencé, « par la pensée d'un sacrifice pécuniaire »69.

  • 70 Woloch, 208, 218-220. Voir aussi Gildea, 37-39.
  • 71 Anderson, 81.

37Le problème du financement des écoles est, en effet, le point faible des efforts de l'État pour améliorer l'instruction primaire pendant la plus grande partie du siècle. Napoléon Ier a laissé totalement les écoles primaires populaires à l'initiative et aux financements locaux. La monarchie Bourbon restaurée a créé un réseau complexe de comités et de fonctionnaires, aucun n'ayant le pouvoir financier de créer les écoles nouvelles70. L'innovation de la loi Guizot est de demander aux communes de percevoir une taxe additionnelle allant jusqu'à trois centimes, si les revenus communaux ordinaires sont insuffisants pour répondre aux nouvelles exigences scolaires. Mais ni la Monarchie de Juillet ni aucun régime avant la Troisième République n'a cherché à augmenter le financement national pour l'enseignement primaire. Dans la première décennie du Second Empire, le budget national pour l'enseignement baisse en faveur des impôts locaux71. Le but du gouvernement central est de déplacer le fardeau financier de l'enseignement primaire de l'État à la localité.

  • 72 Cet arrondissement avait 141 873 habitants, 127 communes et 123 écoles primaires. ADR, T 18, « Éta (...)
  • 73 AN, F 17 9485, le Recteur d'Académie de Lyon au Ministre de l'Instruction Publique (1867).
  • 74 ADR, T 46, le Maire de Pontcharra au Sous-Préfet, Rhône (1875).
  • 75 AFM, « Les Annales de F. Avit », vol. 1 (Apprieux).

38Mais beaucoup de communes se sentent incapables de faire face. En 1833, quand le principe des impôts extraordinaires est acquis, les autorités scolaires dans l'arrondissement de Villefranche (Rhône) estiment la différence entre les revenus des communes et le coût des écoles à 16 460 francs72. En 1867, le recteur de l'Académie de Lyon peut toujours annoncer que la municipalité de Saint-Héand « ne fait absolument rien pour ses écoles... pas même par le produit des 3 centimes additionnels ; elle les vote mais elle les emploie à un autre usage ». Par contre, le maire lui-même a fondé les écoles de sa propre poche, allant jusqu'à financer la construction d'une maison d'école73. Pendant tout ce siècle, il faut aussi de l'argent pour les routes, pour l'entretien de l'église et du presbytère, et pour d'autres projets municipaux. Encore en 1875, le maire de Pontcharra (Rhône) se plaint que les parents, tout comme le conseil municipal, sont opposés à tout changement de politique scolaire qui entraînerait des dépenses nouvelles pour un fiscalité « déjà grevée de taxes extraordinaires pour la construction de l'église et celle du cimetière »74. Les curés qui ont enfin arraché une contribution financière à la municipalité n'osent pas en demander davantage, même si les frais d'école augmentent. « Alléluia ! Alléluia ! Alléluia ! J'ai enfin remporté victoire », écrit le curé d'Apprieux aux Frères Maristes en 1854, « S'il vous plaît, s'il vous plaît, ne reculez pas. » Il explique, « si [les membres du conseil municipal] n'ont voté que 1200 francs pour le traitement annuel, c'est que je n'avais cessé de leur dire (et alors je n'avais pas connaissance du nouveau prospectus) qu'il n'en fallait pas davantage et, pour ne pas passer pour un charlatan, je n'ai pas voulu leur parler d'une nouvelle augmentation »75.

  • 76 AMSE, 1 R 77, « Extrait des registres des délibérations du Conseil Municipal de St-Étienne » (1861 (...)
  • 77 Les écoles congréganistes de garçons avaient davantage de chances d'être des écoles publiques à ca (...)
  • 78 AN, F 17 9332, « Rapport sur la situation de l'Instruction primaire dans le département du Rhône » (...)
  • 79 Voir les séries des délibérations dans ADR, T 98-101 (1873-78). L'allocation allait de 100 à 300 f (...)
  • 80 ADR, T 43, « Extraits du Registre des délibérations du Conseil municipal de Chaponost » (1876). AS (...)

39Les modiques ressources communales sont, généralement aussi, consacrées en priorité à l'instruction des garçons, laissant à l'argent privé la fondation des écoles de filles. En conséquence, les congrégations féminines commencent souvent par créer des écoles et cherchent ensuite un soutien municipal, comme dans le cas de deux écoles urbaines fondées par les Sœurs de Saint-Charles à Saint-Étienne ; ces deux écoles sont ouvertes à cause de la croissance de la population locale et à la demande des parents76. La distinction entre une école libre, qui ne reçoit pas de fonds publics, et une école publique, qui en bénéficie, est souvent très ténue77. L'absence d'école publique de filles est due, prétend un inspecteur en 1856, principalement à la volonté d'économie des communes qui ont souvent une école libre, pour laquelle elles ne paient pas78. Quand la loi de 1867 oblige les communes de plus de 500 habitants à avoir une école publique pour les filles, de nombreuses localités essaient de transformer leur école congréganiste en école communale. Bien que le titre d'institutrice communale soit bien reçu par certaines congrégations féminines, comme moyen possible d'accroître les ressources, le changement de statut officiel ne modifie pas nécessairement la réalité du financement. Souvent elles ne reçoivent qu'une modeste subvention, pour couvrir le coût des élèves gratuites79. Les Sœurs de Saint-Charles, pour reprendre les mots d'un certain conseil municipal, « ne réclameraient ni logement ni mobilier personnel pour les deux institutrices publiques... ni de local pour les classes ; il est même certain que pour les enfants à recevoir gratuitement elles se contenteraient comme dans le passé de l'allocation qu'elles reçoivent du Budget communal ». Les Sœurs de Saint-Joseph se plaignent en 1877 que l'école qu'elles tiennent à Denice (Rhône), soit devenue communale en 1819, avec une subvention de 900 francs qui ne couvrent pas les frais et ne « correspondent pas à nos droits d'institutrices communales »80.

  • 81 ADL, T 408, « Rapport de l'inspecteur de l'arrondisement de Montbrison » (1851). En comparaison, u (...)
  • 82 ADL, T 1006, Rapport de l'inspecteur primaire de l'arrondissement de Montbrison (1858). AN, F 17 9 (...)
  • 83 ADL, V 499, le Sous-Préfet de St-Étienne au Préfet (1844) pour les FM et FEC. ADR, V 275, le Sous- (...)

40Les salaires payés par les communes sont habituellement très bas, parfois même inexistants. Pour les hommes, la loi Guizot de 1833 stipule un salaire minimal de 200 francs et la loi Falloux de 1850 de 600 francs. Mais en 1851, le salaire réel dans les trois-quarts des écoles du secteur de Montbrison (Loire) se situe entre 100 et 150 francs81. En 1858, l'inspecteur primaire dit de cette région que le titre d'institutrice communale y est seulement « un témoignage rendu aux services » plutôt qu'un engagement financier. Dans la commune de Moingt (Loire), par exemple, la sœur institutrice reçoit 200 francs du conseil municipal, mais même cette somme modique est « à l'origine.. purement illusoire ». À Lancié (Rhône), les Sœurs de Saint-Joseph ne reçoivent encore que 300 francs en 1873 et menacent de fermer l'école de la localité, si le conseil municipal ne porte pas leur salaire à 500 francs82. Les congrégations masculines qui fournissent des maîtres aux plus petites communes ne s'en tirent guère mieux. Bien qu'en 1844 les Frères Maristes aient reçu 400 francs par maître et les Frères des Écoles Chrétiennes 500 francs, neuf ans plus tard, les Frères de la Croix de Jésus, moins connus, ne reçoivent que 200 francs. Certaines autorités scolaires de Blaceret (Rhône) reconnaissent en 1874 que le salaire proposé dans leur hameau est trop bas pour attirer d'autres maîtres que les congréganistes83.

  • 84 AML, R 45, la Supérieure générale des Sœurs de St-Charles au Maire et au Conseil municipal (1835, (...)
  • 85 AStC, États, Frères des Écoles Chrétiennes au Maire et au Conseil Municipal de Lyon (s.d., vers 18 (...)

41Les instituteurs et les institutrices des villes n'ont pas non plus de gros salaires. Les Sœurs de Saint-Charles, qui tiennent toutes les écoles publiques de filles à Lyon, jusqu'en 1879, sont payées entre 250 et 450 francs par enseignante, dans les années 30 et 40. En plus, elles pourvoient au personnel non-enseignant : sœurs visitatrices, sœurs portières, cuisinières, maîtresses remplaçantes, à leurs propres frais. En 1835, le conseil municipal n'a pas inscrit au budget une somme suffisante pour payer à chaque sœur enseignante les 500 francs qu'il a promis dans son contrat avec les Sœurs de Saint-Charles ; les 9 000 francs votés se ramènent à 257 francs par enseignante. En 1870, leur salaire annuel reste à 450 francs. Ce n'est qu'en 1874 qu'il est porté à 700 francs, après que la législation nationale a fixé le salaire minimum pour les institutrices publiques à 600 francs84. Les Frères des Écoles Chrétiennes obtiennent les salaires les plus élevés, en raison de leur réputation et de leur qualité qui leur permettent d'établir des écoles dans les quartiers les plus aisés. Dans les années 1830, ils sont payés par la ville de Lyon, en moyenne, entre 349 et 467 francs par enseignant. En 1850, ils se plaignent à la ville qu'ils ne reçoivent que 5 500 francs pour dix maîtres et menacent de fermer six classes s'ils n'obtiennent pas 6 000 francs. En 1872, ils reçoivent en moyenne 638 francs par maître, de la ville de Saint-Étienne. Le supérieur général rappelait au maire qu'ils reviennent à 1 100 francs chacun85.

  • 86 AMSE, 3 P 8, le Supérieur général des Frères Maristes au Maire de St-Étienne (1858) ; 1 R 83, « Ma (...)
  • 87 Cet argument était particulièrement fréquent dans les années 1830 et 1840 au cours de la compétiti (...)
  • 88 ADR, T 98, le Maire de Duerne au Préfet (1865) ; T 101, « Extrait du Registre des délibérations du (...)

42Avec de tels salaires, les sœurs et frères enseignants coûtent moins que leurs collègues laïcs. Le supérieur général des Frères Maristes rappelle au maire de Saint-Étienne en 1858 que cinq frères enseignants ne coûtent que les deux tiers des salaires des autres maîtres. En 1875, le directeur d'une école laïque de garçons à Saint-Étienne reçoit 1 550 francs, comparés aux 900 versés à son collègue congréganiste ; les salaires des directrices laïque et congréganiste sont respectivement de 1 200 et 650 francs86. Bien que les congrégations enseignantes aient régulièrement dénoncé les différences de salaires, elles les utilisent aussi comme argument, pour encourager les communes à leur faire appel, plutôt qu'à des laïcs87. Les maîtres laïcs ne peuvent pas subvenir aux frais d'une famille avec 600 francs par an. Parce que les congréganistes vivent en communauté, sans famille, une maison religieuse coûte moins cher que des foyers séparés pour chaque maître laïc. Le maire de Duerne (Rhône) veut remplacer deux maîtres laïcs par deux Frères Maristes parce que « le nombre d'élèves fréquentant l'école n'est pas suffisant pour leur procurer une existence décente » ; ce serait suffisant, suppose-t-il, pour deux frères, sans famille à nourrir. Des enseignants congréganistes seraient pour la « caisse municipale » de Vernaison (Rhône) « un sujet d'économie notable » parce que 1 200 francs suffiraient, non pour un, mais pour deux enseignants. À Oullins (Rhône), « en optant pour les Frères Maristes », ils obtiennent « pour le même prix, deux instituteurs et deux classes ». Et à Amplepuis (Rhône), les Sœurs de Saint-Charles sont gardées comme institutrices, non pour leurs capacités pédagogiques, mais parce qu'elles peuvent fournir neuf maîtresses au prix le plus bas pour la commune88.

  • 89 ADR, T 8, le Préfet au Ministre de l'Instruction Publique (1860).
  • 90 Dossier Querbes : Correspondance reçue par le P. Louis Querbes, vol. 37, no P-8122 (1856).

43En prenant des membres des congrégations religieuses, les municipalités en ont aussi plus pour leur argent. Les congréganistes donnent souvent des cours du soir ou du dimanche, pour les jeunes gens et jeunes filles du village. Les Frères des Écoles Chrétiennes organisent des classes d'adultes dans la plupart des villes où ils travaillent, comme le font les Sœurs de Saint-Charles à Lyon et à Saint-Étienne. Les sœurs et frères enseignants font souvent la charité directement. Les commerçants de Lyon se plaignent en 1860 que les Frères des Écoles Chrétiennes et les Sœurs de Saint-Joseph fournissent gratuitement les livres et le matériel scolaire et des habits à leurs élèves, au détriment du commerce89. Les frères assuraient parfois un travail de sacristain ou de secrétaire, en plus de leurs tâches d'enseignement. Par exemple, les Clercs de Saint-Viateur sont spécialement formés pour aider les curés dans la préparation et l'animation des services religieux ; les Frères Maristes tiennent souvent l'harmonium ou assurent le plain-chant. Et de nombreux frères enseignants, tout comme leurs collègues laïcs, jouent le rôle de secrétaire de mairie. « Monsieur le maire m'aime beaucoup, écrit le Frère Joseph Jalphre à Louis Querbes, et il ne voudrait pas du tout que je sois remplacé, ni même que je parte en vacances, à cause du secrétariat de la mairie, parce qu'il ne sait pas seulement faire un enregistrement de naissance »90.

  • 91 ADR, T XXVIII, Rapport de l'Inspecteur d'Académie du Rhône, 1851-52 (1853). Les Sœurs de Saint-Cha (...)
  • 92 ADR, T 100, Pétition des habitants de St-Cyr-le-Chatoux au Sous-Préfet, Rhône (1875). ASMR, 8 A 1 (...)

44Les congrégations féminines, tout spécialement, rendent dans les paroisses de nombreux et précieux services : soignant les malades, distribuant des aumônes aux pauvres, entretenant la sacristie de l'église. Elles sont également à la tête du mouvement pour l'ouverture de salles d'asile ou des classes enfantines qui prennent en charge les enfants trop jeunes pour entrer dans une école primaire, un service précieux pour les familles industrielles. À Villefranche, six des huit écoles maternelles en 1853 sont tenues par des congrégations religieuses. Quand la paroisse de l'immaculée Conception est créée à Lyon, l'école primaire des filles, l'école maternelle et le bureau de bienfaisance sont tous confiés aux Sœurs de Saint-Charles91. En l'absence de prêtre, les béates souvent fournissent les offices du soir, et leurs logements se doublent même de chapelles improvisées. Excepté dans les plus petites paroisses, les communautés religieuses féminines comprennent généralement deux enseignantes, l'une pour les grandes élèves et l'autre pour les petites, et une troisième sœur pour s'occuper du ménage, pour visiter les malades et les pauvres. Certaines communautés plus grandes ont une sœur spécialisée dans le soin des malades et la pharmacie. Ces activités sont appréciées dans des paroisses n'ayant par ailleurs que peu d'accès aux services sociaux ; quand les habitants de Saint-Cyr-le-Chatoux font une pétition en 1875 pour garder les Sœurs de l'Enfant-Jésus pour leur école mixte, ils citent les services additionnels qu'elles rendent à la paroisse : « Les Sœurs actuelles blanchissent et ornent l'église, visitent et consolent leurs élèves malades, ainsi que leurs parents ». Des curés, tel celui de Marcilly-le-Pavé (Loire), demandent une seule religieuse qui serait à la fois « une maîtresse brevetée, chanteuse, un peu entendue au service des malades »92. Avec le temps, la bonne sœur devient partie du décor de la vie paroissiale, rendant des services allant de l'éducation aux soins de santé, aux œuvres de charité et au souci du salut.

Le rôle de la charité privée

  • 93 AN, F 17 9344, « Rapport sur la situation de l'instruction primaire dans l'arrondissement de St-Ét (...)
  • 94 AN, F 17 9332, « Résumé de la situation de l'instruction primaire dans l'arrondissement de Lyon » (...)
  • 95 Voir les dossiers dans ADR, T 98-101. Ce fut également une raison-clé de la résistance à la laïcis (...)
  • 96 AML, R 45, « Résumé sommaire sur la situation de l'instruction, année 1864, 1er arrondissement de (...)
  • 97 AN, F 17 9344, « Rapport général sur la situation des écoles de filles, année 1859 : arrondissemen (...)

45Mais d'une manière plus importante, toutefois, les congrégations religieuses sont appréciées en tant qu'enseignantes, parce qu'elles attirent d'autres sources de revenu. Il est rare qu'un curé ou une congrégation enseignante s'attende à ce que la commune prenne en charge toutes les dépenses liées au fonctionnement d'une école ; et il est encore plus rare que tel soit le cas. Au contraire, le bâtiment, le mobilier, les frais d'ouverture et toutes les dépenses extraordinaires sont habituellement couvertes par l'aide privée. Dans l'arrondissement de Saint-Étienne (département de la Loire), les communes n'ont fourni, en 1859, une aide financière que pour 48 des 123 écoles de filles ; toutes les autres ont tourné avec leurs propres ressources93. Pendant tout le Second Empire, les inspecteurs scolaires anticléricaux se plaignent que l'enseignement congréganiste soit favorisé de façon injuste par la « bienveillance privée »94. En fait, le faible coût des écoles congréganistes est presque toujours la première raison citée par les communes pour chercher à garder les écoles communales entre les mains des congrégations, dans les années 1860 et 187095. Les inspecteurs scolaires de ces décennies se plaignent que le bâtiment et le mobilier des écoles congréganistes soient souvent meilleurs que ceux de n'importe quelle école laïque rivale. Les congrégations, se plaint l'un d'entre eux, « ont parfaitement compris que pour écarter toute compétition et assurer à leurs établissements des chances de succès et de durée, il fallait leur procurer une demeure convenable et permanente »96. Grâce à la charité de tels donateurs, de nombreuses communautés religieuses sont propriétaires des bâtiments où elles demeurent et tiennent leur école. Dans l'arrondissement de Roanne (Loire), par exemple, 75 sur 85 des écoles de filles appartiennent aux congrégations enseignantes ; dans l'arrondissement voisin de Saint-Étienne, c'est le cas de 117 écoles sur 123. Dans l'arrondissement de Montbrison (Loire), 61 écoles sur 77 ont été payées par des donateurs particuliers, plutôt que par la commune97.

  • 98 AFM, « Les Annales de F. Avit ». Ce chiffre est basé sur les 184 établissements des Provinces de S (...)
  • 99 AStJ, C/A6, le Curé d'Arbuissonas à la Supérieure générale (1873).
  • 100 AFM, « Les Annales de F. Avit », vol. 2 (Écully), vol. 3 (Morestel), vol.4 (Rives).

46L'une des tâches les plus importantes pour le curé qui cherche à ouvrir une école primaire dans sa paroisse est de trouver cette sorte de financement. Parfois c'est lui-même le donateur. Son aide financière peut prendre la forme d'une maison villageoise qu'il a lui-même acquise pour en faire une école, d'un legs fait à son décès, ou d'une petite rente pour aider aux frais courants de l'école paroissiale. Dans environ un quart des écoles fondées par les Frères Maristes en cette région, le prêtre a apporté un soutien financier pour les bâtiments, le mobilier ou les salaires98. Cependant, de façon plus fréquente, on convainc les notables locaux de donner de l'argent, des meubles ou un bâtiment pour établir une école primaire. Les relations du curé avec les notables locaux sont la clé de la fondation des écoles congréganistes. « Je conseille à Mme Laveur d'être large avec vous », écrit le curé d'Arbuissonnas (Rhône) à la supérieure générale des Sœurs de Saint-Joseph99. Cet apport charitable peut aussi bien venir sous forme de sommes relativement modestes, comme les 500 francs donnés par une famille de Rives (Isère), de dons de nourriture, comme à Écully (Rhône), ou de très grosses sommes, comme les 40 000 francs dépensés par un donateur à Morestel (Isère) pour une vaste construction scolaire nouvelle100.

  • 101 Magraw, 172.
  • 102 AFEC-Lyon, « Notices historiques », vol. 4,81-85. Voir aussi les sommaires des écoles dans AFM ; « (...)
  • 103 Marie-Françoise Lévy, De mères en filles : L'éducation des Françaises, 1850-1880 (Paris, 1984), 88 (...)
  • 104 Rochefort, 72-74. L'effectif de cette association atteint un sommet en 1830 avec 80 membres ; ensu (...)

47Partout, les donateurs privés font avancer la cause de l'enseignement catholique parce qu'ils préfèrent les enseignants congréganistes. Les notables qui sont en meilleure posture pour faire des dons sont aussi « les piliers du catholicisme français »101. Donner de l'argent pour établir ou aider une école congréganiste est, évidemment, une manière de donner à l'Église elle-même et est donc une œuvre sanctifiante. Les dons aux écoles catholiques et aux congrégations enseignantes sont un héritage de la Réforme catholique, lorsque l'éducation devint une branche des bonnes œuvres monastiques. En tant que corporations permanentes, les congrégations enseignantes peuvent garantir aux donateurs que leur œuvre continuerait au-delà de leur mort. Certains donateurs sont particulièrement dévots, comme le fils d'un général de la Première République du village de Loire (Rhône), qui est également « un catholique pratiquant et fervent ». D'autres sentent que les écoles tenues par un personnel religieux offrent une éducation plus appropriée pour les pauvres. Parfois l'aide aux écoles est une affaire de tradition familiale, comme pour la Marquise de Vivens, à Feurs (Loire), qui « imite largement l'exemple de son généreux père ». Les titres de nobilité sont fréquents sur les listes de donateurs102. La pratique de la charité fait partie de l'expérience des femmes de la bourgeoisie, en particulier, et elles apportent leur aide aux projets scolaires des paroisses103. Dans la ville de Lyon, un groupe de « dames associées à l'œuvre de Saint-Charles » est créé en 1804, pour aider les Sœurs de Saint-Charles ; ces dames de familles aisées impriment des livres et des images pieuses pour les élèves congréganistes, distribuent des prix, achètent des ornements pour les chapelles communautaires, paient le chauffage et cotisent pour la pension d'une novice ou deux, ainsi que pour les salaires des religieuses qui visitent les pauvres et les malades104.

  • 105 AStJ, C/C12 Chiroubles, « Lettre de Mlle d'Aigueperse pour un établissement à faire à la Toussaint (...)
  • 106 Elinor Accampo, Industrialization, Family Life, and Class Relations : Saint-Chamond, 1815-1914 (Be (...)
  • 107 A. Audiganne, Les populations ouvrières et les industries de la France dans le mouvement social du (...)

48Une autre source de philanthropie est l'employeur local. À Chiroubles (Rhône), par exemple, Rose d'Aigueperse fait don d'un immeuble et d'un capital de 15 000 F. pour qu'une communauté des Sœurs de Saint-Joseph soit établie afin de fournir une instruction gratuite aux enfants de ses ouvriers viticoles, de visiter les malades indigents et d'ouvrir une pharmacie. L'école fondée par les Sœurs de l'Enfant-Jésus à Saint-Fons (Rhône) est soutenue par l'un des plus riches industriels du secteur. Deux des trois écoles de Saint-Julian-en-Jarret (Loire) sont financées par les aciéries de l'endroit. Dans le quartier du Soleil à Saint Étienne, la Compagnie des Mines paie les salaires des Sœurs de Saint-Charles qui tiennent l'école des filles105. Les élites industrielles de Saint-Chamond financent également les écoles congréganistes, à commencer par l'école des Frères des Écoles Chrétiennes et celle des Sœurs de Saint-Charles en 1806. Leur but est de retenir la main-d'œuvre locale à Saint-Chamond et d'intégrer les ouvriers dans la communauté paroissiale106. De même, à Terrenoire, le paternalisme industriel fournit des écoles maternelles et primaires, des classes pour adultes, et même une infirmerie107. Et bien que n'utilisant pas l'aide privée autant que les fonds publics, l'élite économique qui domine les conseils municipaux de Lyon et Saint-Étienne, confie les écoles publiques de ces villes aux congrégations religieuses.

  • 108 Jacques Gadille, La pensée et l'action politique des évêques français au début de la iii républiqu (...)
  • 109 Le Cardinal de Bonald était le fils du Vicomte de Bonald, théoricien conservateur bien connu du dé (...)

49L'importance de la charité municipale est une reprise de l'héritage de la Réforme catholique et elle mesure également la puissance de la bourgeoisie des soyeux, qui reste fermement catholique et donne généreusement aux œuvres organisées sous des auspices religieuses. Leur dévouement est dû en partie à un renouveau de spiritualité chez bien des membres de l'élite, renouveau caractérisé par la dévotion à la Vierge et la pratique régulière des sacrements108. L'expansion de la charité dans les sites industriels est encouragée par le Cardinal Maurice de Bonald, archevêque de 1839 à 1870, un aristocrate particulièrement attentif aux problèmes des travailleurs et des pauvres109.

  • 110 Mary-Lynn Stewart-McDougall, The Artisan Republic : Revolution, Reaction, and Resistance in Lyon : (...)
  • 111 Sur les mouvements ouvriers dans la région lyonnaise, voir Robert J. Bezucha, The Lyon Uprising of (...)
  • 112 Timothy B. Smith, « Public Assistance and Labor Supply in Nineteenth-Century Lyon, » Journal of Mo (...)
  • 113 Laura S. Strumingher, Women and the Making of the Working-Class : Lyon, 1830-1870 (St. Alban's, Ve (...)

50Mais surtout, elle provient aussi du désir de trouver des méthodes pour l'ordre social qui ne compromettront pas leur position politique ou économique. Entre 1834 et 1848, il y a cinq grèves importantes parmi les ouvriers de la soie qui créent leurs propres sociétés et coopératives pour protéger leurs intérêts dans la période de transition vers l'industrialisation110. Les plus célèbres actions collectives parmi les ouvriers lyonnais sont les révoltes des canuts, en novembre 1831 et en avril 1838, étudiées en tant que premières manifestations de la conscience ouvrière. En 1848, 15 000 ouvriers marchent sur l'Hôtel de Ville pour obliger le conseil municipal bourgeois à s'adjoindre des membres issus de la classe ouvrière. Au fur et à mesure que la région s'industrialise, Lyon devient rapidement un centre de l'opposition ouvrière.111 L'assistance publique à Lyon a surtout une fonction économique visant à attirer une forte main-d'œuvre112. La charité religieuse, pourtant, a l'avantage supplémentaire de fournir cette assistance assortie de leçons morales favorables à l'ordre social. Les industriels de la soie à Lyon encouragent la création des providences, où les filles et les jeunes femmes tissent de la soie sous la direction des religieuses ; une production à bas prix est ainsi jumelée à des leçons de morale et de religion113. Les écoles primaires congréganistes, où le personnel religieux enseigne aux enfants leur devoir envers leurs parents, Dieu et l'autorité temporelle, fournissent même davantage d'occasions de moraliser les jeunes. L'essence conservatrice du programme catholique attire sans doute ceux qui sont favorables au statu quo, et qui sont également les mieux placés pour financer les écoles.

  • 114 Voir Antoine Prost, Histoire de l'enseignement en France, 1800-1967 (Paris, 1968), 91-94 et Gilles (...)
  • 115 Lanfrey, 19, 239-40.
  • 116 ASMR, 8 A 1 (Montmelas).
  • 117 Dossier Querbes, vol. 17, P-3846 (1846).
  • 118 ASMR, 8 A 1 (St-Pierre-la-Palud).
  • 119 AFM, « Les Annales de F. Avit », vol. 4 (St-CLair).

51Les donateurs privés ne sont pas toujours très actifs dans la marche de l'école mais, à travers leur soutien habituel, ils ont un moyen d'influence. Ceci semble particulièrement vrai des localités où les industriels de l'endroit créent et financent l'école. Jusqu'à la loi Lalloux de 1850, les notables locaux influençaient aussi la politique scolaire en participant aux comités d'arrondissement avec le curé et le maire114. Dans les écoles soutenues par les mines ou d'autres industries, il arrive que ces compagnies essaient de dicter les méthodes d'enseignement et le choix des maîtres115. Dans des localités plus petites, l'influence des donateurs prend le plus souvent la forme d'une préoccupation du bien-être des maîtres, comme le Marquis de Tournon à Montmelas (Rhône) qui se déclare « père temporel » des Sœurs de l'Enfant-Jésus, nouvellement arrivées, les invite à son château et leur donne cent francs supplémentaires pour contribuer à leurs dépenses ménagères116. Des enseignants imprudents peuvent être pris au piège des rivalités locales. À Valsonne (Rhône), le Frère Claude Robin, Clerc de Saint-Viateur, se plaint qu'« on ne peut pas servir deux maîtres, de même on ne peut pas être l'ami de Monsieur le Maire ; on ne peut pas recevoir sa visite en classe, comme membre du comité, sans devenir l'ennemi de Monsieur le Curé »117. À Saint-Pierre-la-Palud (Rhône), l'importante famille des Mangini accueille à bras ouverts en 1872 les sœurs enseignantes, à la grande colère du curé qui « comprit que la famille Mangini voulait toute la gloire et toute la reconnaissance de cette fondation ; en conséquence... les sœurs reçurent de sa part un accueil très froid ». Mais n'ayant pas réussi à plaire à ces donateurs, les Sœurs de l'Enfant-Jésus sont remplacées en 1879 par les Sœurs de Saint-Joseph qui sont à leur tour remplacées par les Sœurs de Saint-Vincent de Paul en 1882118. Dans des cas comme celui-là, les enseignants congréganistes ont pu préférer un donateur plus distant comme celui du village de Saint-Clair (Rhône) qui « ne vint jamais la visiter. Il entretient le local, en supporte les impôts, paye exactement les 600 F auxquels il s'est engagé, mais il s'en rapporte à Monsieur le curé et le croit sur parole pour tout le reste »119.

  • 120 AFM, « Les Annales de F. Avit », vol. 2 (Genas). ASMR, 8 A 1 (Trelins). AStJ, C/B8, « Livre histor (...)

52En dépit de la générosité de ces donateurs, il est rare toutefois qu'un seul d'entre eux procure tous les fonds nécessaires à une école. La plupart des établissements comptent sur une combinaison de ressources, y compris les dons petits ou grands, la contribution municipale, le produit des scolarités et les offrandes des fidèles. Celles-ci sont parfois fort modestes. À l'école des Frères Maristes de Genas (Rhône), « plusieurs personnes y ont contribué, soit en argent, meubles ou linge ; plusieurs se sont empressées d'y contribuer par leur travail, en faisant des draps, chemises et autres ouvrages à l'aiguille ». À Trelins (Loire), où le maire tarde depuis trois ans à payer le salaire des Sœurs de l'Enfant-Jésus, celles-ci vivent du beurre, des œufs, du fromage et des fruits que leur donnent les habitants. Les Sœurs de Saint-Joseph de Boyer (Loire), comptent sur « la Providence ». La famille Gautier fournit du pain, du vin, des poulets, des fruits et de l'étoffe pour fabriquer douze draps. Quand ces provisions sont épuisées, trois semaines plus tard, les sœurs ne sont sauvées que par « un envoyé de Monsieur le Maire » qui apporte « secrètement un billet de cent francs »120. Quand c'est nécessaire, les enseignants couvrent les déficits de leur propre poche.

  • 121 AN, F 17 9523, « État sommaire de la situation de la Communauté des Frères des Écoles Chrétiennes (...)
  • 122 AN, F 17 12462, « Note relative aux Noviciats des Frères des Écoles Chrétiennes » (1852), le Supér (...)

53En dépit de cette capacité des congrégations d'attirer les dons, elles sont cependant constamment à court d'argent, tout comme elles semblent toujours manquer de personnel. Les Frères des Écoles Chrétiennes rapportent un déficit de 7 400 francs à Saint Étienne en 1836, de 3 200 francs à Lyon en 1837, et un trou de 17 474 francs au noviciat de Caluire en 1858. Les Sœurs de Saint-Charles semblent avoir été en déficit permanent de 1833 à 1859 au moins, selon les documents disponibles, allant d'un minimum de 4 102 francs en 1837 à un sommet de 26 154 francs en 1857121. Ces deux congrégations reçoivent une aide gouvernementale depuis l'époque du Premier Empire et de la Restauration : 8 400 francs pour les Frères des Écoles Chrétiennes, aide suspendue en 1858, et 8 000 francs pour les Sœurs de Saint-Charles, ramenés à 4 000 francs en 1848. Toutes deux soutiennent qu'elles auraient dû percevoir davantage, en grande partie du fait qu'elles forment des enseignants publics à leurs propres frais. Les pensions versées par les novices ne couvrent pas l'ensemble des frais de leur formation, ni les dépenses pour l'entretien des membres âgés ou malades de la congrégation. Parfois le déficit est provoqué par quelque dépense extraordinaire, comme les réparations de leur bâtiment en 1839, ou quelquefois par quelque calamité imprévue comme la perte de la moisson en 1851122. Quelle qu'en soit la raison, de la maison-mère jusqu'à la plus petite communauté, les congrégations enseignantes sont constamment à la recherche de fonds, et les établissements locaux sont supposés se subvenir à eux-mêmes.

  • 123 Cependant, même les Frères des Écoles déviaient parfois de leurs principes en acceptant des scolar (...)
  • 124 ADR, V 264, l'Inspecteur d'Académie, Lyon, à M. le Conseiller d'État (1854).
  • 125 AN, F 19 7961, « État sommaire de la situation de l'établissement des Sœurs de St-Charles de Noiré (...)

54L'une des sources les plus importantes de revenus journaliers, et qui les met le plus souvent en conflit avec les autorités communales, ce sont les scolarités. Excepté les Frères des Écoles Chrétiennes, dont la tradition et les statuts interdisent formellement d'en recevoir, toutes les congrégations enseignantes comptent sur les scolarités comme sources de revenus, comme le font la plupart des écoles laïques avant 1880123. Ceci est particulièrement vrai dans les communes où aucun salaire n'est fourni par le conseil municipal ni par un donateur. L'école des filles de Chamelet (Rhône), par exemple, jouit d'une petite rente de 20 francs et d'une subvention municipale de 120 francs ; mais le reste des 1 500 francs, nécessaires chaque année pour l'entretien de quatre sœurs, provient des scolarités124. On peut aussi retrouver cette dépendance vis-à-vis des scolarités dans le budget de telle ou telle communauté. À Noirétable (Loire), par exemple, 2 326 francs (76 %) d'un budget de 3 056 francs proviennent des versements mensuels des élèves « appartenant à des familles aisées ». La commune donne simplement 100 francs125. Ces budgets ne nous disent pas qui a fourni le bâtiment d'origine et le mobilier, mais pour les dépenses quotidiennes, il est clair que les sœurs doivent compter, tout d'abord, sur les scolarités et, en deuxième lieu, sur leurs propres efforts.

  • 126 Dossier Querbes, vol. 9, P-1925 (1841) ; vol. 18, P-4042 (1846). ASMR, 8 A 1 (Bénissons-Dieu, Éper (...)

55Dans ces conditions, les enseignants congréganistes doivent scruter chaque dépense et se préparer aux fluctuations soudaines des revenus, en fonction des capacités de paiement de leurs élèves. À Ambierle (Loire), le Frère Jean Méroz se reproche d'avoir dépensé de l'argent pour un manteau (qu'il partage avec son adjoint, l'un le portant le dimanche, pour le catéchisme et pour les promenades, l'autre l'utilisant le reste du temps) à cause de l'étroitesse de leur budget. Cinq ans plus tard, la situation est encore plus extrême : « Nous avons 112 élèves, mais l'année étant malheureuse, à cause de la cherté du pain et des pommes de terre, que je pense que nos classes ne produiront pas 400 francs ». La montée du prix du pain à 60 centimes le kilo, en 1846, oblige les Sœurs de l'Enfant-Jésus à enlever l'une de leurs deux institutrices de l'école de Bénissons-Dieu (Loire), à cause de la chute correspondante des scolarités. Les inondations de la Loire, deux ans plus tard, provoquent une crise similaire dans le village d'Épercieux (Loire), et le curé doit pourvoir à leur nourriture126.

  • 127 C'était le cas à la Croix-Rousse en 1843, où un nouveau pensionnat n'est approuvé que moyennant un (...)
  • 128 Directoire ou Règlement des Sœurs de Saint-Charles (Lyon, 1834), 77. Bilon, vol. 2, 210.

56Le calcul de la rétribution scolaire est faite différemment selon les communes. Parfois une école impose une scolarité modique à chacun, excepté aux élèves les plus pauvres, qui sont acceptés gratuitement, habituellement à la charge de la commune. Dans d'autres endroits, l'école est gratuite, mais un pensionnat ou un externat est ajouté pour les enfants des familles plus aisées, dont les rétributions aident à subvenir au reste de l'école. Ces enfants payants reçoivent souvent un enseignement séparé dans le même bâtiment scolaire, injustice apparente qui est souvent ressentie par les habitants de la commune. Les congrégations répliquent que les classes payantes sont un aspect indispensable du problème de financement de l'école et il se pose surtout dans les localités où la commune ne fournit pas de salaire. Elles soutiennent aussi que les pensionnats sont un service rendu aux enfants de la campagne, vivant trop loin de l'école pour faire la route à pied, aller et retour, chaque jour. Il n'y a pas de doute que certains pensionnats comblent ce besoin. Mais en fait l'ouverture de classes payantes est le plus souvent le résultat d'une stratégie délibérée, surtout dans les plus grandes congrégations enseignantes, pour leur permettre de financer leurs écoles dans les communes plus pauvres, ainsi que de faire face à leurs frais généraux pour l'entretien de la maison-mère, la formation des nouveaux maîtres, le soin des vieillards et des malades. Certaines congrégations enseignantes qui sont au service des filles des classes moyennes, comme les Ursulines ou les Religieuses de Nazareth, ajoutent des classes gratuites pour les filles pauvres, souvent à la demande des autorités locales127. Toutefois, les règles des Sœurs de Saint-Charles rappellent aux institutrices qu'« il ne serait pas digne d'une Religieuse... de courir après des pensionnaires ». Mais le Frère Avit, Mariste, accuse les Frères des Écoles Chrétiennes de Valbenoite d'essayer d'attirer vers leur propre pensionnat les internes des Maristes128.

  • 129 ADR, T 181, « Bulletin de l'Instruction primaire : Règlement des écoles primaires publiques du dép (...)
  • 130 AML, R 38-39, l'Architecte de la Ville de Lyon au Préfet du Rhône (1876). ADR, T 46, l'Inspecteur (...)
  • 131 ADR, T 98, « Extrait du registre des délibérations du Conseil municipal, Bron » (1875) ; T 100, «  (...)
  • 132 Voir Katherine Auspitz, The Radical Bourgeoisie : The Ligue de l'enseignment and the Origins of th (...)

57Dans les années 1860 et 1870, les plaintes au sujet de ces distinctions de classes dans l'enseignement primaire commencent à se multiplier. La pratique de séparer élèves payants et élèves gratuits est expressément interdite par la loi de 1867129. Les inspecteurs et les habitants se plaignent que les élèves payants reçoivent une attention plus grande, ont de meilleurs enseignants et des classes plus confortables. À Lyon, l'architecte de la ville signale que l'école payante est au premier étage, « tandis que les élèves de l'école communale seront obligés de monter au deuxième et au troisième ». À Pontcharra (Rhône), où les Sœurs de Saint-Charles enseignent à douze internes et à quarante filles de la paroisse, séparément, « la classe de la paroisse donne des résultats très faibles ; elle est confiée à une maîtresse moins capable et moins intelligente »130. En fait, fournir des enseignants plus capables aux élèves plus aisés n'a rien de neuf. Les inspecteurs signalent la pratique de séparer les élèves payants et les différences qui s'en suivent quant à leur instruction, dès les années 1830 et 1840, et les fonctionnaires du gouvernement ont mené pendant des décennies des batailles concernant l'autorisation d'ouverture des pensionnats. Ce qui est différent, dans les années 1870, c'est l'attitude des communes. Les conseils municipaux semblent avoir senti, comme celui de Bron (Rhône), que « la commune, en s'imposant des sacrifices pour la gratuité de ses écoles, veut surtout que les enfants qui les fréquentent soient traités avec une parfaite égalité ». La distinction entre élèves payants et élèves gratuits « entretient une envie et une haine entre les enfants et même les parents » ce qui est inapproprié pour une « République démocratique »131. Le moment choisi pour ces plaintes fait écho à l'essor des attitudes anti-cléricales dans la réforme de l'enseignement qui accompagne le début de la Troisième République. Dans le Rhône et la Loire, surtout dans les villes où les libéraux et socialistes ont pris le pouvoir, le monopole de l'Église dans l'enseignement commence à être contesté dans la même décennie.132

  • 133 AN, F 17 12476, le Recteur d'Académie de Lyon au Ministre de l'Instruction Publique (1845).
  • 134 En 1850, les écoles publiques catholiques avaient 32 494 élèves gratuits contre 10 211 dans les éc (...)
  • 135 ADL, T 412, « Statistique de l'enseignement primaire au 1er septembre 1850 (Loire) » (1851).

58Néanmoins, durant le demi-siècle précédant ces réformes, les congrégations enseignantes montrent, en fait, la voie dans l'établissement de l'instruction primaire gratuite. Le recteur de l'Académie de Lyon se plaint en 1845 qu'elles tuent « l'esprit » de la loi Guizot en substituant « la gratuité au principe moral établi par la loi, quand elle a voulu que chaque famille appréciât et payât dans la proportion de ses ressources l'instruction donnée à ses enfants »133. Saint-Étienne, avec une population croissante, supportant la pauvreté que provoque une industrialisation rapide, a, dès 1830, rendu gratuites ses écoles publiques, tenues par les Frères des Écoles Chrétiennes et les Sœurs de Saint-Charles. Avec le temps, les écoles publiques gratuites comme celles-là chassent des villes et des bourgades les petites écoles payantes. Avant 1880, les congrégations enseignantes du diocèse de Lyon ont plus d'élèves gratuits que les écoles laïques. Entre 1850 et 1867, il y avait trois ou quatre fois plus d'élèves gratuits dans les écoles catholiques que dans les établissements laïcs. Ce n'est qu'en 1876 que les écoles laïques ont commencé à rattraper leur retard mais, même alors, les écoles publiques catholiques ont près de deux fois plus d'élèves gratuits134. Dans le département de la Loire en 1850, il n'y a qu'une seule école laïque complètement gratuite ; les 213 autres demandent une scolarité. Cependant que, parmi les écoles congréganistes, 97 sont gratuites et 72 payantes. Pour les filles, toutes les 94 écoles laïques demandent une scolarité, comme le font 513 des écoles congréganistes. Il n'y a que 33 écoles de filles – toutes congréganistes – qui soient entièrement gratuites135. Il est clair que les contributions scolaires restent, au milieu du siècle, une importante source de revenus pour toutes les écoles.

Des attitudes locales

  • 136 Maurice Gontard, L'enseignement primaire en France de la Révolution à la loi Guizot, 1789-1833 (Pa (...)
  • 137 AN, F17 9327, « Rapport général sur l'instruction primaire : Arrondissement de Roanne » (1855).
  • 138 AMSE, 1 R 74, lettre de parents de la paroisse Notre-Dame au maire (1839).
  • 139 Mathilde Dubesset et Michelle Zancarini-Fournel, « Parcours de Femmes : Réalités et représentation (...)

59Bien que les curés et les notables apportent leur soutien aux écoles primaires congréganistes dans la période avant 1870, l'attitude des habitants d'une localité à l'égard de l'instruction est difficile à juger. Dans l'ensemble de la France, les inspecteurs, à l'époque de la loi Guizot, sont frappés de l'indifférence des parents à l'égard de l'instruction136. En 1855, un inspecteur de la Loire rapporte qu'« il y a, en général, dans nos localités, une certaine indifférence, de la part des chefs-de-famille, pour l'instruction137 « Il est sûr que certaines écoles sont perçues comme un service de garderie, et les maîtres se plaignent que les habitants n'apprécient pas les avantages de l'instruction, surtout si les enfants peuvent être mis au travail, dans les champs ou à l'usine. Dans les zones urbaines ou industrielles, les écoles sont utiles car elles s'occupent des enfants pendant que les parents travaillent. Des parents, écrivant au maire de Saint-Étienne en 1839, soutiennent que le fort taux de scolarisation dans la paroisse Notre-Dame, où l'école est tenue par les Sœurs de Saint-Charles, est dû au fait que les mères travaillent138. Il y a aussi, dans les régions minières du Stéphanois, un nombre étonnamment grand de béates, dont la présence est habituellement associée aux zones rurales ; elles gardent et catéchisent les filles de mineurs, avant que celles-ci ne soient envoyées en usine139.

  • 140 Bezucha, 34-35, donne les chiffres suivants pour les ouvriers de la soie en 1833 : compagnons : 14 (...)
  • 141 AN, F 12,4705, « Exposé du Conseil de prud'hommes de la ville de Lyon, relatif à l'enquête sur le (...)

60La fréquentation scolaire, ici comme ailleurs, est en relation directe avec l'économie familiale, dans laquelle chaque membre de la famille apporte sa contribution à la subsistance du foyer. L'industrialisation ne modifie pas tout de suite ces structures. Ceci est particulièrement vrai pour l'industrie domestique, comme le tissage de la soie, dans laquelle la famille forme une équipe de travail. En 1833, les femmes et les enfants sont plus nombreux que les hommes dans la main-d'œuvre ouvrière140. Des usines d'imprimerie sur tissu emploient aussi les enfants âgés de huit à quinze ans.141 Les autorités responsables se plaignent que les lois de 1841 et 1874, sur le travail des enfants, sont presque inapplicables, parce que le grand nombre d'ateliers – peut-être jusqu'à 12 000 – rend les inspections difficiles.

  • 142 Ces chiffres sont cités par Lee Shai Weissbach, Child Labor Reform in Nineteenth-Century France : (...)
  • 143 Cité dans Weissbach, 174.
  • 144 F. Chapelle, Statistique de l'ignorance dans le département de la Loire (St-Étienne, 1870), 13-14.
  • 145 AN, F 17 9264, « Situation de l'Instruction primaire dans la Loire » (1878).

61Dans les nouvelles usines industrielles, le travail des enfants continue à faire partie de l'économie familiale pendant la plus grande partie du siècle. En 1845, 4 304 enfants sont employés dans les industries de la Loire et 6 330 dans celles du Rhône, plaçant ces départements au cinquième et au huitième rang dans les plus forts taux d'emploi des enfants. En 1865, le nombre d'enfants travaillant dans l'industrie est descendu à 3 062 dans le Rhône et à 1 508 sans compter Lyon142. En 1867, le préfet de la Loire déplore que les « enfants soient employés dans les usines sans se soucier de leur instruction »143. L'assiduité scolaire varie cependant selon les endroits et les industries locales. Les enfants ne sont habituellement pas employés dans les armes et manufactures avant l'âge de douze ans, leur laissant le temps de suivre leur scolarité ; mais aussi bien les filles que les garçons peuvent être utilisés au triage du charbon, dès l'âge de huit ans. F. Chapelle, écrivant en 1870, trouve des taux plus élevés d'alphabétisation dans les secteurs où on fabrique des rubans, et de plus bas dans les régions minières et métallurgiques qui demandent moins d'habileté et sont plus susceptibles d'employer des enfants plus jeunes144. En hiver la fréquentation scolaire est plus élevée qu'en été et, selon au moins un rapport, écrit en 1878, il y a dans la Loire plus de filles que de garçons à l'école, parce que les garçons ont davantage de possibilités d'embauche à un âge plus jeune145. À la campagne, la fréquentation scolaire est plus basse en été qu'en hiver parce que les enfants doivent travailler aux champs.

  • 146 Dossier Querbes, vol. 37, P-8061 (1956) ; vol. 27, P-6003 (1851) ; vol. 36, P-7801 (1856).
  • 147 ACSV, St-Priest-la-Prugne, le Frère Pierre Chaudru au Père Hugues Favre, Supérieur général (1866)  (...)
  • 148 ASMR, 8 A 1 (St-Fons). AMSE, 1 R 74, Sœur St-Arsène au maire (1839) ; 1 R 83, la Supérieure, Sœurs (...)

62Il est certain que de nombreuses écoles congréganistes sont surpeuplées, ce qui laisse supposer une certain désir d'instruction primaire, de la part des parents aussi bien qu'il atteste à la fois du manque de personnel et du manque de fonds pour ouvrir des écoles. Souvent ce sont les parents, « les braves pères et mères, qui désirent faire instruire leurs enfants », selon les mots d'un curé, qui ont demandé des enseignants congréganistes et qui les ont accueillis à bras ouverts. Le Frère Augustin Maurens, à Vaux-Renard (Rhône) a 110 élèves dans sa classe et le curé est obligé de lui trouver un auxiliaire ; à Bully-sur-Loire, le Frère Claude Ramet enseigne à 70 élèves, sans compter la classe du soir pour les adultes146. « J'ai eu beaucoup d'occupation cet hiver », écrit le Frère Pierre Chaudru à son supérieur général, « une classe chargée (d'élèves), une classe d'adultes qui n'a eu aucun résultat, les réparations de maison que j'ai faites en partie et tous les services de la plume qu'on est obligé de rendre dans ce pays d'ignorance ». Son prédécesseur s'est plaint que les obligations de ce poste l'aient empêché de mener une vie religieuse, parce qu'il n'a pas assez de temps pour accomplir les exercices de piété147. Mais les pires cas de surpeuplement scolaire sont signalés dans les villes. Les filles de l'école congréganiste de Saint-Fons (Rhône) « étaient serrées en classe comme les lapins dans leur terrier ». À partir de la fin des années 1830, les Sœurs de Saint-Charles se plaignent régulièrement du grand nombre de demandes d'admission dans les écoles qu'elles tiennent à Saint-Étienne, disant que cela épuise les religieuses. Des pétitions, faites par des parents de Saint-Étienne dans les années 1860, réclament davantage d'écoles maternelles et primaires, parce que leurs enfants sont parfois refusés, faute de place. À Lyon, avoir de deux à trois cents élèves, répartis en trois ou quatre classes, apparaît chose courante dans les écoles de ces congrégations148.

  • 149 Magraw, 200.

63L'historien Roger Magraw suggère que l'expansion des écoles congréganistes au xixe siècle est due à un désir de « lancer une attaque frontale sur toutes les communes », ce qui est une opinion commune avant 1870149. Le cas du diocèse de Lyon suggère, pourtant, que cette explication est trop simpliste. Il est certain que les congrégations enseignantes et les curés voulaient établir autant d'écoles paroissiales que possible, conformément aux injonctions d'évangélisation religieuse. L'initiative et l'énergie religieuse étaient essentielles à l'extension de l'enseignement congréganiste à bien des égards. Elles se manifestent dans la fondation des congrégations elles-mêmes, dans les efforts des curés pour attirer les enseignants religieux, dans la volonté de ces enseignants de servir dans des conditions souvent difficiles en vue de récompenses divines plus que temporelles, et dans les « bonnes œuvres » des catholiques disposés à donner de l'argent et des ressources matérielles pour établir les écoles paroissiales. Ces individus – enseignants, curés, bienfaiteurs – estiment que l'ignorance, surtout l'ignorance religieuse, est une des priorités les plus importantes pour l'Église, se battant pour son rétablissement à la suite de la Révolution. Les écoles paroissiales représentent la régénération physique et spirituelle de l'Église catholique en France.

64La politique nationale et régionale joue aussi un rôle important dans la mise en place du contexte dans lequel les congrégations enseignantes se développent dans le diocèse de Lyon. Avant la Troisième République, l'État laisse presque totalement à l'initiative locale, et surtout au financement local, la mise en place de l'enseignement primaire du peuple. Certains régimes, surtout la Restauration et le Second Empire, qui favorisent ouvertement l'extension de l'enseignement congréganiste, mais même ceux, comme la Monarchie de Juillet, qui envisage un contrôle de l'État plus important, ne fournissent que peu de ressources. Pendant le siècle, l'État montre encore moins d'intérêt pour l'enseignement primaire des filles. Dans le diocèse de Lyon, qui a connu une croissance démographique et économique précoce, l'enseignement primaire du peuple apparaît tôt dans le siècle comme un besoin local. Les congrégations enseignantes représentent la réponse catholique au manque d'instruction formelle dans les régions urbaines et rurales. Elles attirent les communautés avec peu d'expérience d'enseignement et aussi les élites qui craignent les effets potentiellement subversifs de l'enseignement populaire.

65Bien que les congrégations enseignantes aient envisagé leur mission comme étant avant tout une christianisation, elles deviennent les principaux agents de l'instruction dans la période entre 1830 et 1880, parce qu'elles offrent un produit acceptable pour un prix raisonnable. Les conseils municipaux, pour autant qu'ils apprécient l'instruction primaire dans l'abstrait, la veulent à bon marché. Et il la trouvent telle à travers les congrégations enseignantes, prêtes à travailler pour des salaires proches de la pauvreté, et soutenues par la philanthropie privée. Le financement de ces écoles est généralement assuré au niveau local, grâce à l'initiative et à l'énergie des curés, en collaboration avec les congrégations enseignantes. Plus qu'aucun autre facteur, pourtant, c'est la capacité congréganiste à financer leurs propres écoles par la charité privée et indépendamment de l'État ou de la commune, qui a permis l'extension rapide des écoles catholiques dans cette région. Jusqu'au début de la Troisième République, l'initiative locale et l'argent local constituent le facteur principal qui détermine l'étendue et le genre d'enseignement offert aux enfants français. Et c'est précisément parce qu'elles n'ont jamais reçu de gros soutiens financiers de la part de l'État ou des municipalités que les congrégations enseignantes sont en possession d'un réseau scolaire qu'elles peuvent appeler le leur et qui s'avérera précieux pour elles, au temps de la Troisième République. Dans cette région, à travers l'enseignement primaire, l'Église catholique réussit à être ancrée dans la vie quotidienne française, appréciée plus pour son utilité que pour son idéologie.

Tableau 1. Congrégations religieuses en activité dans le diocèse de Lyon en 1878

Congrégation

Date de fondation

Fondateur

Membres*

Frères des Ecoles Chrétiennes

1679

Jean-Baptiste de la Salle

11 005

Sœurs de Saint-Charles

1678

Charles Démia

2 226

Sœurs de Saint-Joseph de Lyon

1807**

Suzanne Hervier (Mère St-Jean Fontbonne)

Petits Frères de Marie (Frères Maristes)

1817

Marcellin Champagnat

3 600

Frères du Sacré-Cœur

1821

André Coindre

1 037

Clercs de Saint-Viateur

1826

Louis Querbes

400

Sœurs de la Sainte-Famille

1828

Marie Descombes/Pierre Pousset

360

Sœurs de Saint-François d'Assise

1837

Anne Rollet

120

Sœurs de l'Enfant-Jésus

1849

Josephine du Sablon

233

* Membres totaux en France en 1878, d'après Émile Keller, Les congrégations religieuses en France : Leurs œuvres et leurs services (1880).
** Fondation originale des Sœurs de Saint-Joseph du Puy en 1650 par Jean-Pierre Médaille.

Tableau 2. Pourcentages des élèves (garçons et filles) dans l'enseignement congréganiste, pour le Rhône, la Loire et la France, 1850-77

année

1850

1863

1877

garçons

Rhône

42,6 %

57,3 %

47,8 %

Loire

56,4 %

72,1 %

64,4 %

France

15,1 %

21,9 %

28,4 %

filles

Rhône

72,9 %

74,9 %

75,2 %

Loire

93,9 %

86,4 %

88,0 %

France

44,6 %

53,8 %

59,9 %

Source : Ministère de l'Instruction publique et des Beaux-Arts, Statistique de l'enseignement primaire, vol. 2, Statistique comparée de l'enseignement primaire (1829-1877)

Notes

1 AStJ, 1 D H, Curé, Le Cergne à la Supérieure Générale (1848).

2 AStJ, 1 D H, « Demandes d'implantations des sœurs » (1830-1900).

3 Telles sont les Sœurs de la Sainte-Trinité, avec sept établissements, 32 membres, et 244 élèves en 1878. Émile Keller, Les congrégations religieuses en France : Leurs œuvres et leurs services (Paris, 1880), 239.

4 Raymond Grew et Patrick J. Harrigan, School, State, and Society in Nineteenth-Century France - A Quantitative Analysis (Ann Arbor, 1991), 35.

5 Pour une histoire détaillée de la Réforme catholique à Lyon, voir Philip Hoffman, Church and Community in the Diocese of Lyon, 1500-1789 (New Haven, 1984). Cela vaut aussi la peine de rappeler que Lyon est au xvie siècle un centre du Protestantisme. Voir Nathalie Zemon Davis, Society and Culture in Early Modem France (Stanford, 1975).

6 Roger Gilbert, Charles Démia, 1637-1689 : Fondateur Lyonnais des petites écoles des pauvres (Lyon, 1989), 46. Certaines autres grandes villes françaises ont copié ce modèle à la fin du xviie et pendant le xviiie siècle. Voir, par exemple, Kathryn Norberg, Rich and Poor in Grenoble, 1600-1814 (Berkeley and Los Angeles, 1985), 160-68.

7 Jean-Baptiste de La Salle a connaissance des écrits de Charles Démia par un ami et confrère Nicolas Rolland qui fonde les Sœurs du Saint-Enfant-Jésus sur le même modèle. De La Salle devient le responsable de cette congrégation à la mort de Roland en 1678. Roger Chartier, Marie-Madeleine Compère, Dominique Julia, L'Éducation en France du xvi au xviiie siècle (Paris, 1976), 61. Les Frères des Écoles Chrétiennes sont parfois appelés Frères de la Doctrine Chrétienne ou, populairement, Frères Ignorantins.

8 Pierre Zind, Les Nouvelles congrégations de Frères enseignants en France de 1800 à 1830 (Lyon, 1969), 45. Aucun de ces nouveaux établissements ne se situe dans la ville même de Lyon, mais il y en a douze dans la région dépendant de la Province de Toulouse. AFEC, « Institut des Frères des Écoles Chrétiennes, District de Lyon : Notes historiques des établissements », vol. 3,1.

9 Il est important toutefois de se rappeler que la plupart des congrégations religieuses féminines du xviie siècle, contrairement aux congrégations masculines, sont toujours tenues par les règles de la clôture, c'est-à-dire qu'elles ne peuvent pas se déplacer librement parmi les gens mais doivent rester dans les locaux conventuels. Par conséquent, les écoles qu'elles tiennent sont situées surtout dans les villes où la population est suffisante pour entretenir un couvent et leur première clientèle est les filles des notables. La grande exception est celle des Filles de la Charité, fondées par Vincent de Paul. Pour plus de détails sur les congrégations féminines du xviie siècle, voir Elizabeth Rapley, The Dévotes : Women and Church in Seventeenth-Century France (Montréal, 1990).

10 Hoffman, 115. Le Forez est la région correspondant en gros au département de la Loire.

11 André Latreille, éd. Histoire de Lyon et du Lyonnais (Toulouse, 1975), 268.

12 La loi des 13-19 février 1790 supprime les vœux monastiques ; après le 17 avril 1791, tous les maîtres des écoles publiques sont tenus de prêter le serment ; la loi du 18 août 1792 abolit l'habit religieux et interdit nommément les Frères des Écoles Chrétiennes de tout enseignement ; et à partir de septembre 1792, les maisons-mères des congrégations sont nationalisées. Les maîtres appartenant aux congrégations enseignantes devaient toutefois rester à leurs postes en attendant d'être remplacés. Zind, 18-20.

13 À propos de la période révolutionnaire, voir R. R. Palmer, The Improvement of Humanity : Education and the French Revolution (Princeton, 1985) et Isser Woloch, The New Regime : Transformation of the French Civic Order, 1789-1820s (New York, 1994).

14 Latreille, Histoire de Lyon, 309.

15 AN, F 19 6253, « Lettre circulaire du Cardinal de Bonald sur la Pétition concernant les Congrégations et Associations religieuses » (1860).

16 Claude Langlois, Le Catholicisme au féminin : Les congrégations françaises à supérieure générale au xixe siècle (Paris, 1984), 220-21.

17 Les moyennes nationales sont de 49,4 pour les femmes et de 9,8 pour les hommes. Ralph Gibson, A Social History of French Catholicism 1789-1914 (Londres, 1989), 112-14.

18 Janice S. Farnham, « Alternative Childhood : Girls' Providences in Nineteenth-Century Lyon (1800-(1800-11850) » (Ph. D. diss. Catholic University of America, 1989), 93.

19 Keller, 232-67. Le diocèse qui vient ensuite était Nancy avec 88 115 élèves. Les chiffres donnés par Keller ne reflètent pas le nombre d'élèves fréquentant les écoles congréganistes dans un diocèse mais le nombre d'élèves instruits en France par les congrégations dont la maison-mère était dans ce diocèse. Le diocèse de Lyon était spécialement riche de telles congrégations, dont la plupart avaient des œuvres sur place, mais il y avait aussi de nombreuses écoles dirigées par des congrégations ayant leur centre dans d'autres diocèses, spécialement les Frères des Écoles Chrétiennes dont la maison-mère était à Paris.

20 AStJ, 1 D E ; Yvonne Turin, Femmes et religieuses au xixe siècle : Le féminisme « en religion » (Paris, 1989), 70-74.

21 AML, R 45. François Drouilly, « L'école primaire congréganiste dans le département du Rhône, 1850-1850-1880» (DES, Faculté des Lettres et Sciences Humaines, Lyon, 1965), 12. AStC, liste dactylographiée des écoles et des dates.

22 AMSE, 1 R 74, « Instruction primaire », rapport au préfet (1819) ; 1 R 73, Inspecteur primaire à inspecteur d'académie de Saint-Étienne (1870).

23 ADR, T XXVIII, « État général des Écoles des Sœurs de St-Joseph tenues dans le département » (1827).

24 Keller, 232-67

25 Keller, 249.

26 R. Lagier, « Une institution vellave : les Béates », Cahiers de la Haute-Loire (1979) : 133.

27 Keller, 263. Neuf des établissements de l'enquête de Keller appartiennent à des congrégations d'Ursulines.

28 Un certain inspecteur suggère, toutefois, puisque les Frères Maristes étaient inférieurs comme enseignants aux Frères des Écoles Chrétiennes et aux diplômés de l'école normale, qu'ils soient restreints à n'enseigner que dans les communes de moins de 1 200 habitants. ADR, V 276, Conseil Général, Préfecture du Rhône, Session de 1838.

29 Circulaires des Supérieurs généraux de l'Institut des Petits Frères de Marie, 1817-1917, (Lyon, 1914-16), vol. 2, le Supérieur général à l'Évêque de Moulins (1852).

30 ASMR, 8 A 1 (Rochetaillée)

31 André Lanfrey, « Une congrégation enseignante : Les Frères Maristes de 1850 à 1904 » (thèse 3e cycle, Université Lyon II, 1979), 6. Zind, 121-122.

32 Robert Bonnafous, Louis Querbes et les Catéchistes de Saint-Viateur (Paris, 1993), 44-47.

33 Pierre Robert, Vie du Père Louis Querbes : Fondateur de l'Institut des Clercs de Saint-Viateur (1793-1859) (Bruxelles, 1922), 223-24.

34 Le diocèse expérimente un taux de croissance du nombre d'écoles plus rapide durant la première moitié du siècle que durant la seconde. Il comprend 325 écoles primaires en 1813, 426 en 1821, 488 en 1829, 452 en 1834, 1 122 en 1840, et 1 758 en 1850. Ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, Statistique de l'enseignement primaire, vol. 2, Statistique comparée de l’enseignement primaire (1829-1877).

35 Ministère de l'Instruction publique et des Beaux-Arts, Statistique de l’enseignement primaire, vol. 2. Voir aussi l'analyse par Grew and Harrigan.

36 Sous le Second Empire, il y a une vague d'autorisations dans le diocèse de Lyon, y compris les Frères Maristes en 1851, les Sœurs de Saint-François d'Assise en 1853, les Sœurs de la Sainte-Famille en 1856, et les Sœurs de l'Enfant-Jésus en 1858.

37 C'est le titre de son premier chapitre, qui expose en détail les efforts législatifs pour équilibrer l'Église et l'État dans le domaine de l'enseignement. Voir Robert Gildea, Education in Provincial France, 1800-1914 : A Study of Three Departments (Oxford, 1983), 27-47. Sur les périodes napoléoniennes et la Restauration, voir aussi Woloch. Sur le Second Empire, voir R. D. Anderson, Education in France, 1848-1870 (Oxford, 1975).

38 Cette période, qui a anticipé beaucoup des réformes éducatives de la Troisième République arrive au point critique avec la politique du ministère de l'instruction publique, Victor Duruy, après 1863. Voir Sandra Horvath-Peterson, Victor Duruy and French Education : Liberal Reform in the Second Empire (Baton Rouge, La., 1984).

39 AN, F 17 9486, le Recteur de l'Académie de Lyon au Ministre de l'Instruction Publique. (1870). L'Académie de Lyon comprenait, tout comme le diocèse, les deux départements du Rhône et de la Loire.

40 Dans certains cas, un maire ou un donateur jouait ce rôle, et les contrats d'école avec les congrégations étaient, dans les villes, entrepris et négociés directement avec les conseils municipaux.

41 Au xixe siècle, contrairement à l'Ancien Régime, le curé enseigne rarement lui-même. Sur les curés du xixe siècle et leur rôle dans les communautés locales, voir Philippe Boutry, Prêtres et paroisses au pays du curé d'Ars (Paris, 1986) ; Marcel Launay, Le bon prêtre : Le clergé rural au xixe siècle (Paris, 1986) ; Pierre Pierrard, Histoire des curés de campagne de 1789 à nos jours (Paris, 1986), et Barnett Singer, Village Notables in Nineteenth-Century France : Priests, Mayors, Schoolmasters (Albany, N.Y., 1983).

42 Henri Bilon (Frère Avit), Annales de l'Institut divisées en neuf étapes : Rédaction commencée en 1884 (Rome, 1993), vol. 2, L'épanouissement, 64. ASMR, 8 A 1 (St-Haon-le-Vieux).

43 Georges Rigault, Histoire générale de l'Institut des Frères des Écoles Chrétiennes (Paris, 1942), vol. 4, L'Institut restauré (1805-1830), 501. FM, Circulaires, vol. 1, 265.

44 FM, Circulaires, vol. 1, 312 ; vol. 2, 449.

45 FM, Circulaires, vol. 1, 369, le Frère François, Supérieur général, au Père Cholleton (1843).

46 AN, F 19 6352, « Notes explicatives », Supérieure générale des Sœurs de Saint-Charles au Ministre de la Justice et des Cultes (1838). AMSE, 1 R 74, la Sœur Saint-Arsène au Maire (1839).

47 AFM, « Les Annales de F. Avit », vol. 3 (Nantua). ADR, T 100, l'Inspecteur d'Académie de Lyon au Préfet (1870).

48 Marcellin J. B. Champagnat, Lettres de Marcellin J. B. Champagnat, 1789-1840, Fondateur de l'Institut des Frères Maristes, vol. 1, Textes, éd. Paul Sester (Rome, 1985), doc. 466, 249-50, 483 (1837, 1839, 1839).

49 ASMR, 6 G 1, « Séance du 17 mai 1875 » ; 8 A 1 (Charbonnières).

50 Lettres de Champagnat, doc. 556-57 (1839). ASMR, 3 A 1 bis, Joséphine du Sablon à M. le curé, St-Haon-le-Vieux, document 61 (1852).

51 AFM, « Les Annales de F. Avit », vol. 1 (Beaucroissant).

52 AML, « Prospectus pour un établissement de Frères des Écoles Chrétiennes » (s. d.). ASMR, 6 G 1, « Délibérations du Conseil de la Congrégation des Sœurs de l'Enfant-Jésus, de Claveisolles, Séance du 30 octobre 1858 ».

53 AFM, « Les Annales de F. Avit », vol. 4 (Ste-Foy-l'Argentière). ACSV, Registre « Chapitres 1845-1905) », 3e séance, 16 septembre 1865.

54 AStJ, G 4, « Conseil 25ème » (1842).

55 ASMR, 8 A 1 (Gleizé, Aigueperse, Emeringes, Pommiers, Vougy). Ces écoles furent fondées entre 1843 et 1854. Les pires exemples prennent fin vers le milieu des années 1870.

56 Lettres de Champagnat, doc. 191, 395, Champagnat au Sous-Préfet de St-Etienne (1838). ADR, T 98, la Supérieure Générale des Sœurs de St-Joseph au Préfet (1876).

57 ASMR, 8 A 1 (Bourg-de-Thizy). ACSV, Valsonne, le Frère Jacques Thizy au Père Hugues Favre (1868).

58 Cité dans Pierre Zind, « L'enseignement primaire sous la Restauration dans l'arrondissement de St-St-Étienne », Cahiers d'Histoire 3 (1958) : 371.

59 En fait les propres statistiques gouvernementales pour les « écoles de hameau » en 1879-80, ne confirment pas totalement cette assertion. Il y avait davantage de garçons de ces hameaux du Rhône, scolarisés par des maîtres laïcs que par des congréganistes (408 laïcs pour 128 congréganistes), mais dans la Loire les nombres étaient à peu près égaux (296 laïcs pour 338 congréganistes). Pour les filles, dans le Rhône, les laïques étaient plus nombreuses que les congréganistes (206 laïques pour 166 congréganistes), mais dans la Loire les congréganistes étaient les plus nombreuses (132 laïques pour 508 congréganistes). AN, F 17 12478, « Écoles de Hameau » (1880). Olivier de Becdelièvre, « L'établissement de l'école primaire dans la Loire au cours de la première moitié du xixe siècle » (mémoire de maîtrise, Université de St-Étienne, 1976), 173, soutient que 1 200 habitants étaient habituellement le plafond en-dessous duquel seules les congrégations les plus dévouées pouvaient survivre.

60 Drouilly, 110.

61 ASMR, 8 A 1 (St-Bonnet-des-Bruyères, Chérier).

62 AFM, « Les Annales de F. Avit », vol. 2 (Foissiat).

63 Ceci est le point de vue à la fois de Anderson, 111, et de Gildea, 46. Roger Magraw, qui voit dans ces conflits des indicateurs du début de l'anticléricalisme populaire au cour du Second Empire, fournit un certain nombre des exemples concernant l'Isère toute proche dans son chapitre, « The Conflicts in the Villages : Popular Anticlericalism in the Isère (1852-70) », dans Conflicts in French Society : Anticlericalism, Education and Morals in the Nineteenth Century, éd. Theodore Zeldin (Londres, 1970). Lanfrey, 29, pense que les congrégations, « tout en évitant de se faire la guerre, cherchaient à occuper les bonnes places... Ceci ne se passait pas sans querelles locales et générales ».

64 AFM, « Les Annales de F. Avit », vol. 2 (Chatte, Grandis).

65 Ces accusations n'étaient pas toutes vraies, évidemment. Une pétition dressée en 1848 par 27 maîtres laïcs de Lyon et des environs, par exemple, se révéle porter les signatures d'instituteurs décédés et d'autres écrites de la même main avec des erreurs d'orthographe. ADR, T XXVII, le Recteur de l'Académie de Lyon au Ministre de l'Instruction Publique (1848).

66 AFM, « Les Annales de F. Avit », vol. 5 (St-Symphorien d'Ozon).

67 En 1872, ces 11 départements dépensaient 57 % de moins par habitant ; en 1882, 71 % de moins. Grew et Harrigan, 222.

68 ADL, T 407, « Rapport général annuel sur l'état de l'instruction primaire du département de la Loire en 1839 ». AN, F 17 12476, le Recteur d'Académie de Lyon au Ministre de l'Instruction Publique (1845).

69 ADR, T 42, l'Inspecteur d'Académie de Lyon au Préfet (1875)

70 Woloch, 208, 218-220. Voir aussi Gildea, 37-39.

71 Anderson, 81.

72 Cet arrondissement avait 141 873 habitants, 127 communes et 123 écoles primaires. ADR, T 18, « État des dépenses auxquelles donnera lieu, pour 1834, l'entretien des écoles primaires communales ».

73 AN, F 17 9485, le Recteur d'Académie de Lyon au Ministre de l'Instruction Publique (1867).

74 ADR, T 46, le Maire de Pontcharra au Sous-Préfet, Rhône (1875).

75 AFM, « Les Annales de F. Avit », vol. 1 (Apprieux).

76 AMSE, 1 R 77, « Extrait des registres des délibérations du Conseil Municipal de St-Étienne » (1861) ; AMSE, 1 R 77, la Supérieure des Sœurs de la paroisse de Montaud au Maire de St-Étienne (1877).

77 Les écoles congréganistes de garçons avaient davantage de chances d'être des écoles publiques à cause d'une législation plus ancienne et parce que les frères enseignants pouvaient éviter le service militaire s'ils enseignaient dans une école publique. D'autre part, il était plus difficile d'obtenir des fonds publics pour les écoles de filles et les religieuses préféraient parfois éviter la règlementation et les inspections inhérentes à l'enseignement public. Néanmoins, pendant le Second Empire, la proportion des écoles congréganistes désignées comme écoles publiques, plutôt que comme écoles libres, augmente. Voir aussi Grew et Harrigan, chapitre 4.

78 AN, F 17 9332, « Rapport sur la situation de l'Instruction primaire dans le département du Rhône » (1856).

79 Voir les séries des délibérations dans ADR, T 98-101 (1873-78). L'allocation allait de 100 à 300 francs. Il était également possible d'avoir, dans les communes plus grandes, plus d'une école congréganiste de filles, Tune publique soutenue, au moins partiellement, par la commune, l'autre privée entièrement à la charge d'une aide charitable.

80 ADR, T 43, « Extraits du Registre des délibérations du Conseil municipal de Chaponost » (1876). AStJ, 7 Q 17, « Notes concernant les écoles et les salles d'asile » (1877).

81 ADL, T 408, « Rapport de l'inspecteur de l'arrondisement de Montbrison » (1851). En comparaison, une bonne d'enfant pouvait, en 1850, gagner autour de 800 francs par an. Isabelle Bricard, Saintes ou pouliches : L'éducation des jeunes filles au xixe siècle (Paris, 1985), 324.

82 ADL, T 1006, Rapport de l'inspecteur primaire de l'arrondissement de Montbrison (1858). AN, F 17 9484, l'Inspecteur d'Académie de Lyon au Ministre de l'Instruction Publique (1857). AStJ, C L 1, la Supérieure générale des Sœurs de Saint-Joseph au Maire de Lancié (1873).

83 ADL, V 499, le Sous-Préfet de St-Étienne au Préfet (1844) pour les FM et FEC. ADR, V 275, le Sous-Préfet de Villefranche à M. le Conseiller d'État (1853) pour les FCJ. ADR, T 98, « Extrait du Registre des délibérations du conseil départemental de l'instruction publique » (1874).

84 AML, R 45, la Supérieure générale des Sœurs de St-Charles au Maire et au Conseil municipal (1835, 1840). AMSE, 1 R 83, la Supérieure des Sœurs de St-Charles, St-Étienne, au Maire (1854). Alexandra Rochefort, « Les Sœurs de St-Charles de Lyon et l'éducation féminine au 19ème siècle (1802-1804) » (mémoire de maîtrise, Université Lyon II, 1989), 96-98.

85 AStC, États, Frères des Écoles Chrétiennes au Maire et au Conseil Municipal de Lyon (s.d., vers 1838). AML, R 45, Supérieur général des Frères des Écoles Chrétiennes au Maire et au Conseil Municipal (1850). AMSE, 1 R 83, le Frère Odonis, Frère des Écoles Chrétiennes, au Maire.

86 AMSE, 3 P 8, le Supérieur général des Frères Maristes au Maire de St-Étienne (1858) ; 1 R 83, « Mairie de St-Étienne, Séance du 8 février 1875, Traitement des Instituteurs » (1875).

87 Cet argument était particulièrement fréquent dans les années 1830 et 1840 au cours de la compétition entre les congrégations et l'enseignement mutuel, lorsque des documents comparatifs sont rédigés par les Frères des Écoles Chrétiennes et les Sœurs de St-Charles pour prouver que leurs services coûtaient moins cher. AStC, États, « Réponses à quelques objections qui pourraient être faites » (s. d., vers 1838). Évidemment, en d'autres temps, on trouve aussi, de la part des congrégations, le contre-argument selon lequel elles fournissaient un personnel supplémentaire, formaient leurs sujets et assuraient l'entretien de leurs retaités, toutes choses justifiant une augmentation des salaires. Voir AML, R 38-39, « Notes relatives au traitement des instituteurs congréganistes » (s.d.).

88 ADR, T 98, le Maire de Duerne au Préfet (1865) ; T 101, « Extrait du Registre des délibérations du Conseil Municipal » (1860) ; T 100, « Extrait du Registre des délibérations du Conseil Municipal » (1867) ; T 42, le Maire d'Amplepuis au Sous-Préfet, Rhône (1877).

89 ADR, T 8, le Préfet au Ministre de l'Instruction Publique (1860).

90 Dossier Querbes : Correspondance reçue par le P. Louis Querbes, vol. 37, no P-8122 (1856).

91 ADR, T XXVIII, Rapport de l'Inspecteur d'Académie du Rhône, 1851-52 (1853). Les Sœurs de Saint-Charles de Lyon (Annales de la Congrégation) (Lyon, 1915), vol. 1, 366-67.

92 ADR, T 100, Pétition des habitants de St-Cyr-le-Chatoux au Sous-Préfet, Rhône (1875). ASMR, 8 A 1 (Marcilly-le-Pavé).

93 AN, F 17 9344, « Rapport sur la situation de l'instruction primaire dans l'arrondissement de St-Étienne pendant Tannée 1859 ».

94 AN, F 17 9332, « Résumé de la situation de l'instruction primaire dans l'arrondissement de Lyon » (1856).

95 Voir les dossiers dans ADR, T 98-101. Ce fut également une raison-clé de la résistance à la laïcisation des écoles de filles, après 1880. Voir au chapitre 5.

96 AML, R 45, « Résumé sommaire sur la situation de l'instruction, année 1864, 1er arrondissement de Lyon » (1865).

97 AN, F 17 9344, « Rapport général sur la situation des écoles de filles, année 1859 : arrondissement de Roanne ; arrondissement de Montbrison ». AN, F 17 9344, « Rapport sur la situation de l'instruction primaire dans l'arrondissement de St-Étienne pendant l'année 1859 ».

98 AFM, « Les Annales de F. Avit ». Ce chiffre est basé sur les 184 établissements des Provinces de St-Genis-Laval (Rhône, Ain, Isère) et de Notre-Dame l'Hermitage (Loire, Ardèche, Haute-Loire) ; le curé était donateur dans 46 cas.

99 AStJ, C/A6, le Curé d'Arbuissonas à la Supérieure générale (1873).

100 AFM, « Les Annales de F. Avit », vol. 2 (Écully), vol. 3 (Morestel), vol.4 (Rives).

101 Magraw, 172.

102 AFEC-Lyon, « Notices historiques », vol. 4,81-85. Voir aussi les sommaires des écoles dans AFM ; « Les Annales de F. Avit ».

103 Marie-Françoise Lévy, De mères en filles : L'éducation des Françaises, 1850-1880 (Paris, 1984), 88. Voir aussi Bonnie G. Smith, Ladies of the Leisure Class : The Bourgeoises of Northern France in the Nineteenth Century (Princeton, 1981).

104 Rochefort, 72-74. L'effectif de cette association atteint un sommet en 1830 avec 80 membres ; ensuite il diminue jusqu'à ce que le groupe disparaisse entièrement en 1848.

105 AStJ, C/C12 Chiroubles, « Lettre de Mlle d'Aigueperse pour un établissement à faire à la Toussaint prochaine » (1836). ASMR, 8 A 1, (St-Fons). AN, F 17 9486, le Ministre de l'Instruction Publique au Recteur d'Académie de Lyon (1876). AMSE, 1 R 73, « Mairie de St-Étienne, Séance du 15 avril 1874 » (1874).

106 Elinor Accampo, Industrialization, Family Life, and Class Relations : Saint-Chamond, 1815-1914 (Berkeley, 1989), 148, 153, 169.

107 A. Audiganne, Les populations ouvrières et les industries de la France dans le mouvement social du xixe siècle (Paris, 1854), vol. 1, 335.

108 Jacques Gadille, La pensée et l'action politique des évêques français au début de la iii république, 1870-1883 (Paris, 1966), vol. 1,159. Louis de Vaucelles, « Le Nouvelliste de Lyon » et la Défense Religieuse (1879-1889) (Lyon, 1971), 18.

109 Le Cardinal de Bonald était le fils du Vicomte de Bonald, théoricien conservateur bien connu du début du xixe siècle en France, qui pensait que la stabilité sociale était basée sur les relations traditionnelles entre la famille, l'Église et le village, agressées par l'industrialisation. Son fils, toutefois, traduit cette philosophie en un souci paternaliste à l'égard des ouvriers de son diocèse. Voir D.K. Cohen, « The Vicomte de Bonald's Critique of Industrialism », Journal of Modem History 41 (1969) : 475-78. Paul Droulers, « Le Cardinal de Bonald et la question ouvrière à Lyon avant 1848 », Revue d'histoire moderne et contemporaine 4 (1957) : 284-85.

110 Mary-Lynn Stewart-McDougall, The Artisan Republic : Revolution, Reaction, and Resistance in Lyon : 1848-1851 (Montreal, 1984), 139.

111 Sur les mouvements ouvriers dans la région lyonnaise, voir Robert J. Bezucha, The Lyon Uprising of 1834 : Social and Political Conflict in the Early July Monarchy (Cambridge, Mass, 1974) ; Yves Lequin, Les ouvriers de la région lyonnaise (1848-1914) (Lyon, 1977), 2 vols. ; et George Sheridan, Jr., The Social and Economie Foundations of Association among the Silk Weavers of Lyons, 1852-1870 (New York, 1981).

112 Timothy B. Smith, « Public Assistance and Labor Supply in Nineteenth-Century Lyon, » Journal of Modern History 68 (1996) : 1-30.

113 Laura S. Strumingher, Women and the Making of the Working-Class : Lyon, 1830-1870 (St. Alban's, Vermont, 1979), 51, 63-64.

114 Voir Antoine Prost, Histoire de l'enseignement en France, 1800-1967 (Paris, 1968), 91-94 et Gilles Rouet, L'invention de l'école : L'école primaire sous la Monarchie de Juillet (Nancy, 1933), 47-84.

115 Lanfrey, 19, 239-40.

116 ASMR, 8 A 1 (Montmelas).

117 Dossier Querbes, vol. 17, P-3846 (1846).

118 ASMR, 8 A 1 (St-Pierre-la-Palud).

119 AFM, « Les Annales de F. Avit », vol. 4 (St-CLair).

120 AFM, « Les Annales de F. Avit », vol. 2 (Genas). ASMR, 8 A 1 (Trelins). AStJ, C/B8, « Livre historique de la Communauté » (s.d.).

121 AN, F 17 9523, « État sommaire de la situation de la Communauté des Frères des Écoles Chrétiennes au Petit-Collège de Lyon » (1836) ; F 17 9484, « État sommaire de la situation de la Communauté des Frères des Écoles Chrétiennes de St-Étienne » (1837) ; F 17 9523, « État de l'Actif et du Passif du Noviciat des Frères des Écoles Chrétiennes de Caluire-lès-Lyon » (1858). AN, F 19 6352, 7961, 7987 ; Rochefort, 45.

122 AN, F 17 12462, « Note relative aux Noviciats des Frères des Écoles Chrétiennes » (1852), le Supérieur général des Frères des Écoles Chrétiennes au Ministre de l'Instruction Publique (1875) ; F 19 6352, rapports de l'Archevêque de Lyon (1836), du Préfet du Rhône (1840) au Ministre de la Justice et des Cultes ; F 19 6349, le Supérieur général au Ministre de l'Instruction Publique (1855-61) ; F 19 6352, la Supérieure générale des Sœurs de St-Charles au Ministre de la Justice et des Cultes (1840) ; « Communauté des Dames de la Congrégation de St-Charles » (1852).

123 Cependant, même les Frères des Écoles déviaient parfois de leurs principes en acceptant des scolarités collectées par les municipalités et en ouvrant des pensionnats pour les garçons des classes moyennes. Anderson, 114.

124 ADR, V 264, l'Inspecteur d'Académie, Lyon, à M. le Conseiller d'État (1854).

125 AN, F 19 7961, « État sommaire de la situation de l'établissement des Sœurs de St-Charles de Noirétable » (1854). On trouve aussi des budgets pour certaines communautés féminines dans AN, 19 7986-7987, datant de 1844 à 1859.

126 Dossier Querbes, vol. 9, P-1925 (1841) ; vol. 18, P-4042 (1846). ASMR, 8 A 1 (Bénissons-Dieu, Épercieux).

127 C'était le cas à la Croix-Rousse en 1843, où un nouveau pensionnat n'est approuvé que moyennant une classe gratuite pour les filles pauvres. ADR, T XXVII, Correspondance entre le Recteur de l'Académie de Lyon, le Maire de la Croix-Rousse et le Ministre de l'Instruction Publique (1843). Germaine Bourgade soutient que l'apport de ces « classes gratuites » a été négligé dans l'histoire de l'éducation des filles en France. Contribution à l'étude d'une histoire de l'éducation féminine à Toulouse de 1830 à 1914. (Toulouse, 1980), 77-78. Françoise Mayeur en parle brièvement dans L'éducation des filles en France au xixe siècle (Paris, 1979).

128 Directoire ou Règlement des Sœurs de Saint-Charles (Lyon, 1834), 77. Bilon, vol. 2, 210.

129 ADR, T 181, « Bulletin de l'Instruction primaire : Règlement des écoles primaires publiques du département du Rhône » (1867). Toutefois, cette pratique avait été condamnée auparavant, par une circulaire aux recteurs de 1845. M. Gréard, La législation de l'instruction primaire en France depuis 1789 jusqu'à nos jours (Paris, 1891-1902), vol. 2, 526-27.

130 AML, R 38-39, l'Architecte de la Ville de Lyon au Préfet du Rhône (1876). ADR, T 46, l'Inspecteur d'Académie de Lyon au Préfet (1874).

131 ADR, T 98, « Extrait du registre des délibérations du Conseil municipal, Bron » (1875) ; T 100, « Extrait du registre des délibérations du Conseil municipal, St-Cyr-au-Mont d'Or » (1879).

132 Voir Katherine Auspitz, The Radical Bourgeoisie : The Ligue de l'enseignment and the Origins of the Third Republic, 1866-1885 (New York, 1982).

133 AN, F 17 12476, le Recteur d'Académie de Lyon au Ministre de l'Instruction Publique (1845).

134 En 1850, les écoles publiques catholiques avaient 32 494 élèves gratuits contre 10 211 dans les écoles publiques laïques (3,18 fois plus) ; en 1867, 48 494 contre 13 231 (3,67 fois plus), et 1876-77, 51 265 contre 27 379 (1,87 fois plus). Statistique, vol. 2.

135 ADL, T 412, « Statistique de l'enseignement primaire au 1er septembre 1850 (Loire) » (1851).

136 Maurice Gontard, L'enseignement primaire en France de la Révolution à la loi Guizot, 1789-1833 (Paris, 1959), 538.

137 AN, F17 9327, « Rapport général sur l'instruction primaire : Arrondissement de Roanne » (1855).

138 AMSE, 1 R 74, lettre de parents de la paroisse Notre-Dame au maire (1839).

139 Mathilde Dubesset et Michelle Zancarini-Fournel, « Parcours de Femmes : Réalités et représentations, Saint-Étienne, 1880-1950 », 3 vol. (thèse de 3e cycle, Université Lyon II, 1988), 38-39.

140 Bezucha, 34-35, donne les chiffres suivants pour les ouvriers de la soie en 1833 : compagnons : 14 940, journaliers : 29 550, femmes : 27 210, enfants : 38 890.

141 AN, F 12,4705, « Exposé du Conseil de prud'hommes de la ville de Lyon, relatif à l'enquête sur le travail des enfants dans les manufactures, 8 décembre 1837, » cité dans Henri Pansu, Le travail des enfants à Lyon et dans le département du Rhône au xixe siècle (Lyon, n.d.), I-1.

142 Ces chiffres sont cités par Lee Shai Weissbach, Child Labor Reform in Nineteenth-Century France : Assuring the Future Harvest (Baton Rouge, 1989), 16-17, 163, à partir des statistiques du Ministère de l'Agriculture et du Commerce. Mais ces chiffres sont certainement sous-estimés, si ceux de Bezucha pour 1833 sont corrects.

143 Cité dans Weissbach, 174.

144 F. Chapelle, Statistique de l'ignorance dans le département de la Loire (St-Étienne, 1870), 13-14.

145 AN, F 17 9264, « Situation de l'Instruction primaire dans la Loire » (1878).

146 Dossier Querbes, vol. 37, P-8061 (1956) ; vol. 27, P-6003 (1851) ; vol. 36, P-7801 (1856).

147 ACSV, St-Priest-la-Prugne, le Frère Pierre Chaudru au Père Hugues Favre, Supérieur général (1866) ; le Frère Mauranne au Père Hugues Favre, Supérieur général (1860).

148 ASMR, 8 A 1 (St-Fons). AMSE, 1 R 74, Sœur St-Arsène au maire (1839) ; 1 R 83, la Supérieure, Sœurs de St-Charles, St-Étienne au maire (1847) ; 1 R 77, Pétitions (1860, 1862, 1867). ADR, T 29, « Situation des écoles primaires communales et libres, existant dans le 3e Arrondissement de Lyon » (1854).

149 Magraw, 200.

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search