Version classiqueVersion mobile

L'Enseignement au temps des congrégations

 | 
Sarah A. Curtis

Introduction

Texte intégral

1En 1814, le Cardinal Joseph Fesch, archevêque de Lyon et oncle de Napoléon, adresse une circulaire aux prêtres en activité dans son diocèse, les pressant d'accorder une plus grande attention à l'éducation chrétienne des jeunes.

  • 1 « Mandement de S.E. Monseigneur le Cardinal Fesch, Archevêque de Lyon, Primat des Gaules, etc... p (...)

Vous savez, Mes Très Chers Frères, leur écrit-il, le moyen le plus efficace de réformer une paroisse est de s'attacher principalement à sanctifier la génération naissante. La vie sainte des enfants attire sur les familles les bénédictions du Très Haut et opère plus d'une fois la conversion des parents. Mais, admet-il, combien il est difficile de ramener véritablement à Dieu ceux qui, depuis la tendre enfance, ont croupi dans l'ignorance et ont vécu dans le dérèglement1.

  • 2 Jacques Gadille, ed., Le Diocèse de Lyon (Paris, 1983), 199. Comme ailleurs, le clergé lyonnais se (...)

2C'est à juste titre que Fesch s'inquiète. Juste vingt ans plus tôt, en pleine Terreur, le diocèse de Lyon, comme beaucoup d'autres en France, a été victime d'une répression anti-religieuse sans précédent, avec l'exécution des prêtres, l'emprisonnement des religieuses et religieux, et la transformation de la cathédrale Saint-Jean en temple de la Raison2. Lorsque le neveu de Fesch, Napoléon, arrive au pouvoir en 1799, la pacification religieuse est à Tordre du jour, institutionnalisée par le Concordat de 1801, qui a fixé les droits respectifs de l'Église et de l'État en France, et qui a propulsé les évêques comme Fesch – nommé par Napoléon lui-même dans un acte caractéristique de népotisme – au pouvoir. Chrétien peu assidu dans sa pratique, Napoléon voit l'Église catholique comme une force importante pour Tordre social et politique. De leur côté, les catholiques ressentent un besoin urgent de rétablir la vie paroissiale et de trouver un rôle nouveau et puissant dans la vie de la nation. La Révolution n'a pas seulement détruit la position privilégiée institutionnelle et financière de l'Église en France, mais elle a aussi porté atteinte au primat de la religion dans le quotidien des catholiques. Non plus religion d'État mais simplement religion de la « grande majorité des citoyens français », dans la formule célèbre du Concordat, l'Église catholique ne peut plus compter sur le soutien de ces citoyens. Comment mieux les toucher que par leurs enfants qui instruits dans la foi et dans le respect des devoirs religieux, deviendront les défenseurs du catholicisme ? Et la domination sur l'enseignement n'était-elle pas le meilleur moyen de retrouver un rôle durable dans le nouvel État français ? Instruire les enfants dans la lettre et l'esprit de la foi doit permettre de regagner les âmes, d'approfondir les croyances et la pratique, et de garder l'Église au premier plan de la vie française. À la suite de la Révolution, aucune priorité n'est plus importante pour l'Église catholique que l'enseignement chrétien des jeunes.

  • 3 Fesch reste archevêque de Lyon jusqu'à sa mort en 1839. En son absence, le diocèse est gouverné pa (...)

3Fesch lui-même ne reste pas à Lyon assez longtemps pour récolter les fruits de son appel. Succombant à la défaite militaire de son neveu, il doit s'exiler à Rome, abandonnant le gouvernement direct de son diocèse à d'autres3. Mais son appel « à sanctifier la génération naissante » devient la mission centrale des catholiques locaux. Durant le siècle qui suit, les prêtres de paroisses, les religieux et les religieuses, ainsi que des laïcs philanthropes soutiennent activement la cause de l'enseignement catholique dans le diocèse, cherchant à surmonter « l'ignorance » et le « dérèglement », afin de susciter des chrétiens plus nombreux et plus fidèles. Grâce à leur travail, le diocèse de Lyon devient, en France, un des centres de la nouvelle évangélisation et de l'enseignement primaire. Mais il faut s'adapter aux profondes transformations sociales, économiques et politiques qui constituent autant de défis pour les éducateurs. Les écoles primaires dans cette région doivent répondre aux nouvelles demandes des élites, des parents et des hommes politiques au fur et à mesure que le diocèse de Lyon, à l'image de toute la France, devient plus industrialisé et plus démocratique pendant le xixe siècle. Avec le temps, l'enseignement catholique, sans perdre sa mission religieuse implicite dans la déclaration de Fesch, s'adapte aux exigences nouvelles de la société et de l'éducation.

  • 4 L'instruction dans la France du xixe siècle, comme dans le reste de l'Europe, comporte deux filièr (...)

4Ce livre porte sur l'enseignement primaire populaire catholique dans le diocèse de Lyon du Concordat de 1801 jusqu'à la séparation de l'Église et l'État en 1905. Bien que les catholiques cherchent à étendre leur influence dans l'enseignement à tous niveaux de la maternelle à l'université et à toutes couches sociales, seules les écoles primaires populaires ont la possibilité de toucher la grande majorité des écoliers français, qui pourront ainsi rajeunir l'Église de France4. Ces écoles sont établies et administrées par les congrégations enseignantes, qui ont prospéré au xixe siècle. Leur but est l'évangélisation religieuse à laquelle Fesch les a exhortées, pour obtenir le salut au niveau de la Nation comme des individus. Le résultat de leur travail est un réseau important d'écoles primaires qui ont innové aussi bien dans la formation des enseignantes que dans les enseignements jusqu'à la Troisième République et qui, par la suite, défendront avec succès leur place dans le marché scolaire. Ce livre se propose d'étudier les conditions de travail de ces enseignants ainsi que leur vision du monde. Il montre également que dans les deux départements du Rhône et de la Loire (formant avec le diocèse de Lyon), l'initiative et l'organisation congréganistes ont joué un rôle décisif dans le développement de l'enseignement primaire dans une région très touchée par les transformations socio-économiques. En étudiant le fonctionnement d'une question politique et sociale essentielle – l'enseignement primaire – à l'échelon local, ce livre étudie aussi les moyens grâce auxquels le catholicisme du xixe siècle affronte les défis des Révolutions française et industrielle.

Les mythes de l'histoire scolaire

  • 5 Cité dans Roger Price, A Social History of Nineteenth-Century France (Londres, 1987), 282.
  • 6 La crainte et la suspicion mutuelles entre l'Église et l'État étaient quelque chose de plus compli (...)

5Le conflit entre l'Église et l'État dans le domaine scolaire est l'un des épisodes les plus connus de l'histoire de la France contemporaine. « Celui qui contrôle l'école, contrôle le monde » aurait dit le réformateur scolaire Jean Macé5 et, dans la France du xixe siècle, cette maxime est acceptée à la fois par les catholiques et par les républicains, par le clergé et par les anticléricaux, par les conservateurs et par les radicaux. Comme les autres Européens de leur époque, héritiers de la Réforme et des Lumières, les Français et les Françaises de toute opinion croient avec ferveur au pouvoir de l'enseignement pour former aux valeurs, modeler les esprits et transformer les nations. Mais en dépit de cette croyance - ou peut-être à cause d'elle - aucun problème politique n'a divisé autant les Français que le contenu et le contrôle de cet enseignement. À la fin du siècle, il dresse le gouvernement républicain contre l'Église catholique qui, tous deux, considèrent les écoles comme l'instrument de diffusion d'un comportement idéologique, destiné, dans un cas, à créer des soutiens durables pour la nouvelle République, et dans l'autre, à produire des chrétiens fidèles, loyaux envers l'Église. Le fait que ces deux buts sont considérés par les politiciens comme s'excluant l'un l'autre est le résultat de la peur qu'ont les catholiques de voir la Troisième République renouer avec les persécutions religieuses de la période révolutionnaire et de la conviction que nourrissent les républicains que l'Église est inévitablement opposée à toute forme non-monarchique de gouvernement6. Les réformes scolaires faites par la Troisième République, qui établissent le principe légal de l'école gratuite, laïque et obligatoire, déclenchent une guerre de mots qui résonne encore de nos jours.

  • 7 À propos de l'instruction sous l'Ancien Régime, voir Roger Chartier, Marie-Madeleine Compère et Do (...)
  • 8 Cette période est décidément « l'âge de l'éducation » à travers toute l'Europe, les États-Unis et (...)

6La polémique autour de cette guerre scolaire a beaucoup fait pour obscurcir et fausser l'histoire de l'enseignement primaire dans la France du xixe siècle. Au commencement du siècle, en dépit des tentatives des révolutionnaires et de Napoléon pour améliorer l'instruction, la scolarisation des classes populaires reste très semblable à celle de l'Ancien Régime, où des maîtres, mal formés et pauvrement payés, instruisaient, individuellement, dans des domaines tels que la lecture, l'écriture et le catéchisme, les enfants non retenus par les travaux des champs7. Un siècle plus tard, les écoles primaires françaises ont pris leur forme moderne, dans laquelle la scolarisation des enfants est obligatoire, mise en œuvre par des maîtres spécialement formés, instruisant de vastes groupes d'élèves, répartis par âge et par niveau, dans plus d'une demi-douzaine de matières comprenant les bases de la citoyenneté aussi bien que les acquisitions jugées nécessaires à la vie moderne. Que la période allant de la Restauration à la Première Guerre mondiale ait vu une transformation extraordinaire de la scolarisation, en quantité et en qualité, et son acceptation par les gens, c'est là un fait indéniable, qu'on le mesure à travers les statistiques ou les attitudes8. Ce qui toutefois a donné matière à débat, ce sont les raisons motivant cette transformation, sa chronologie et les agents qui la provoquèrent.

  • 9 L'ouvrage classique sur l'enseignement en France est celui d'Antoine Prost, Histoire de l'enseigne (...)
  • 10 La description de l'histoire de l'instruction en France, à travers la législation et les batailles (...)
  • 11 Mona Ozouf, 15.
  • 12 Voir Pierra Nora, Les lieux de mémoire, 7 vol. (Paris, 1984-92).

7De façon très typique, les ouvrages sur l'éducation en France ont retracé le développement, l'expansion et la réforme de l'instruction comme émanant de Paris et ils ont centré l'attention sur l'aspect politique des changements survenus en ce domaine9. Les historiens français, la plupart d'entre eux issus des écoles laïques de la République, ont souligné le rôle du gouvernement dans la création des écoles et dans la formation des maîtres, et se sont réjouis du rôle décroissant de l'Église catholique10. Dans cette perspective, les lois votées par la Troisième République auraient virtuellement créé la scolarisation primaire universelle en France, système scolaire national qui a donné naissance à une citoyenneté démocratique et mis fin à l'ignorance et à la superstition. Les générations de maîtres nouvellement sortis des écoles normales publiques, qui répandirent l'instruction et les valeurs civiques jusqu'au fond des campagnes françaises, au cours des décennies d'avant la Première Guerre mondiale, se, voient attribuer le statut de héros nationaux. La construction de l'école, inévitablement située près de la mairie républicaine, est vue comme le symbole physique du patriotisme français. La lutte entre l'Église et l'État pour le contrôle de l'instruction, traduite au plan local par celle du curé contre l'instituteur, est décrite comme une bataille entre les forces de la réaction et celles du progrès, bataille d'où ces dernières sortent finalement triomphantes. L'école primaire française a été si fortement liée à la Troisième République que Mona Ozouf note en 1963 « qu'il est encore hors de question, en France, de décrire l'instituteur autrement que comme un républicain, épris de progrès, attaché à la démocratie »11. L'école primaire républicaine et ses instituteurs sont devenus un lieu de mémoire, entité de la mémoire collective, évoquée pour expliquer des repères essentiels du passé français12.

  • 13 Voir, par exemple, Georges Rigault, Histoire générale de l’Institut des Frères des Écoles Chrétien (...)

8Mais les batailles scolaires de la Troisième République ont, à leur tour, donné naissance, du côté catholique, à un mythe opposé, moins connu mais non pas moins mythique, qui retrace la persécution anticléricale dans l'éducation depuis la Révolution française jusqu'à la séparation de l'Église et de l'État en 1905. Les historiens catholiques ont aussi essayé de répliquer que l'Église, avant la Révolution, avait développé un réseau scolaire qui fut alors systématiquement détruit par l'État laïc13. Mais ni la version républicaine des événements ni celle des catholiques n'essayent sérieusement d'évaluer la contribution de l'Église catholique à l'éducation primaire généralisée dans la France du xixe siècle. L'historiographie républicaine adule le rôle de l'État, classant les écoles primaires catholiques comme arriérées et sans importance, point de vue qui finalement n'explique pas pourquoi leur élimination était si cruciale. Et en décrivant les éducateurs chrétiens comme d'éternelles victimes, l'historiographie ecclésiastique réduit leur rôle dans l'établissement et l'encadrement des écoles et dans la mise en place des normes et des principes de l'enseignement, tout au long du xixe siècle. L'Église peut bien avoir établi des « petites » écoles sous l'Ancien Régime, elles ne pouvaient se comparer, ni par le nombre ni par leur qualité, à la contribution des catholiques à l'instruction primaire généralisée au cours du xixe siècle. Les deux traditions historiographiques ont centré l'attention sur la politique des réformes scolaires, sur les idées et les actions des politiciens et des évêques, sur la polémique, plutôt que sur la réalité.

  • 14 Raymond Grew et Patrick J. Harrigan, School, State, and Society : The Growth of Elementary Schooli (...)
  • 15 Theodore Zeldin, France, 1848-1945, vol. 3, Intellect and Pride, (édition brochée, New York, 1979) (...)

9Au cours des années récentes, toutefois, de nombreux historiens, des deux côtés de l'Atlantique, ont essayé de remettre en lumière les maîtres, les élèves et les parents, pourvoyeurs et consommateurs de l'éducation au xixe siècle, et de revoir la chronologie et les acteurs des changements dans le domaine éducatif. Ces études ont en commun à la fois leur façon d'aborder le problème, consistant à considérer l'histoire de l'éducation à partir de la base plutôt que d'en haut, et leurs conclusions qui sont d'accord pour dire que le rôle de l'État, dans le développement de l'instruction en France, a été moins important qu'on ne l'a d'abord cru. L'analyse statistique détaillée de Raymond Grew et de Patrick Harrigan montrent que les pièces maîtresses de la législation nationale – la loi Guizot en 1833, la loi Falloux de 1850 et les lois Ferry de 1880-82 – ont eu peu d'influence sur le rythme d'implantation des écoles au xixe siècle, rythme qui obéissait plutôt à des facteurs locaux ou régionaux. François Furet et Jacques Ozouf, dans une étude novatrice sur l'alphabétisation, mettent en doute son lien inévitable avec les politiques et les réformes scolaires. Robert Gildea, dans une étude régionale, mettant en parallèle trois parties différentes de la France, soutient que la politique locale et les réalités locales ont eu plus d'impact sur la réforme scolaire que les initiatives parisiennes14. Les historiens ne peuvent plus affirmer comme le faisait Théodore Zeldin, que « l'éducation était offerte au peuple à partir d'en haut et lui était ensuite imposée »15. La demande d'instruction semble avoir été aussi importante que l'offre et la Troisième République n'a été qu'une étape dans l'évolution constante de la scolarisation primaire tout au long du xixe siècle.

  • 16 Outre les raisons politiques ci-dessus mentionnées, une des raisons de cette négligence dans la re (...)
  • 17 Évidemment, le stéréotype catholique présentant les enseignants congréganistes comme des martyrs r (...)
  • 18 Il y a une exception : André Lanfrey, Les Catholiques français et l'école (1902-1914), 2 vol. (Par (...)

10Mais même les études révisionnistes laissent souvent inexploré le rôle joué par l'Église catholique à travers l'instruction des enfants français. Malgré la participation évidente de l'Église à l'établissement de l'enseignement primaire pour les enfants, spécialement les filles, des classes populaires françaises, à travers tout le xixe siècle, les écoles primaires catholiques n'ont pas fait l'objet de la même analyse sociale et culturelle que les écoles laïques16. L'établissement des écoles congréganistes, la formation des instituteurs religieux et les programmes scolaires catholiques restent des sujets largement inconnus dans l'histoire de l'enseignement en France. L'image stéréotypée de maîtres et maîtresses catholiques peu formés et incompétents, spécialement les religieuses enseignantes a eu la vie dure, en dépit du manque de preuves dans un sens ou dans un autre, probablement parce que les historiens ont pris pour argent comptant les rapports hostiles rédigés par des inspecteurs anticléricaux17. De la même façon, aucun essai n'a été fait pour évaluer la façon dont les congrégations et l'Église ont relevé le défi du développement des écoles gouvernementales et de l'hostilité anticléricale après 188018. Les historiens n'ont pas non plus exploré les façons par lesquelles l'enseignement et les éducateurs catholiques ont fourni des modèles pour l'enseignement laïc, avant et après les réformes de la Troisième République.

La contribution catholique

  • 19 Pendant le xixe siècle, les fonctionnaires et les statisticiens français divisent les écoles prima (...)

11Cette étude contribue et révise en grande partie les recherches historiques actuelles en insistant sur le rôle décisif de l'Église dans le processus qui aboutira à l'instauration de l'enseignement primaire universel en France. En répondant à la demande locale en écoles primaires aussi bien qu'en réalisant sa propre mission religieuse, l'Église finance et fournit des écoles publiques et privées dans toute la France19. Dans la présente étude, nous montrons que l'initiative des catholiques a été en fait au point de départ de beaucoup des caractéristiques des écoles primaires françaises de notre époque. Sans l'œuvre des instituts religieux enseignants, l'instruction primaire en France ne se serait pas développée aussi vite ni aussi complètement. La Troisième République n'a pas créé un système scolaire laïc à partir de rien ; elle Ta construit à partir d'un réseau d'écoles, soutenu par les catholiques, et qui s'était développé au cours du demi-siècle précédent, pendant lequel l'idée et la pratique de la scolarisation s'étaient fait jour. Les religieux et les religieuses avaient volontiers ouvert des écoles à la portée de tous, dans les villes surpeuplées et dans les villages éloignés, là où les maîtres laïcs ne voulaient ou ne pouvaient pas aller. Ces congréganistes étaient acceptés à cause de leurs salaires modiques, de leur capacité à attirer les aides privées, de leur utilité pour la population, et du sentiment qu'ils offraient une éducation adaptée aux enfants des classes populaires, spécialement aux filles. Construisant à partir de l'héritage de la Réforme catholique, les membres des congrégations religieuses se firent les pionniers de nouvelles méthodes d'enseignement qui furent adaptées plus tard aux écoles laïques. Bien que les enseignants congréganistes aient eu des buts missionnaires, ils ont aussi amené les enfants à adopter certaines attitudes sociales qui se révéleront finalement utiles pour l'État laïc. Les maîtres laïcs emprunteront aux écoles catholiques leurs programmes, leurs méthodes et aussi l'idée que l'école pouvait faire passer une idéologie et modeler les conduites. Les sœurs et frères enseignants offrent un modèle culturel du maître d'école dévoué, cherchant à réformer la société, longtemps avant que « les hussards noirs de la République » aient mis les pieds dans une école normale.

  • 20 Claude Langlois, Le catholicisme au féminin : Les congrégations françaises à supérieure générale a (...)
  • 21 Ralph Gibson, A Social History of French Catholicism, 1789-1914 (Londres, 1989), 108. L'étude la p (...)

12Ces hommes et femmes, ainsi que les congrégations enseignantes auxquelles ils appartiennent, constituent les acteurs essentiels de l'expansion de l'enseignement catholique. Le xixe siècle voit une reprise religieuse en France qui est souvent éclipsée par la croissance simultanée du laïcisme et d'anticléricalisme. Le dynamisme spirituel se manifeste de façons diverses, dont la construction de nouvelles églises importantes, comme le Sacré-Cœur à Paris et la basilique de Fourvière à Lyon, mais aussi dans les pèlerinages à Lourdes et Paray-le-Monial, qui se développent autour du renouveau des apparitions de la Vierge et de l'essor de la dévotion mariale. L'envoi de missionnaires à travers le monde tout comme les longues heures passées au confessionnal par les curés célèbres, dont celui d'Ars, sont d'autres manifestations de ce renouveau religieux. Mais aucun phénomène n'illustre mieux la résurgence de l'activité spirituelle que la croissance exponentielle des congrégations religieuses actives, surtout parmi les femmes. Plus de quatre cents nouvelles congrégations féminines ont été fondées en France au xixe siècle. Claude Langlois, dont l'étude novatrice sur les congrégations féminines actives a mis ces femmes en lumière, estime leur croissance de 12 300 membres en 1808 à 135 000, soixante-dix ans plus tard20. Il n'existe pas d'étude équivalente pour les congrégations masculines actives, moins nombreuses que les congrégations féminines, mais dont les effectifs passent de 18 000 en 1861 à 30 000 en 187821. Ces congrégations religieuses, soit féminines soit masculines, se distinguent de la plupart des ordres religieux d'avant la Révolution par leur activité dans le monde séculier ; au lieu d'être cloîtrées dans des couvents ou des monastères, avec la prière comme but premier, elles vivent et travaillent parmi les populations locales à qui elles apportent un service social allant de l'enseignement aux soins des malades et aux œuvres charitables de toute sorte.

13L'enseignement catholique a été la résultante de cet énorme courant de renouveau religieux du xixe siècle, où l'apostolat actif est un moyen de sanctification religieuse personnelle. Les membres des congrégations établissent, administrent et encadrent toutes les écoles créées par l'Église catholique au xixe siècle. L'histoire de l'enseignement catholique primaire est l'histoire de ces hommes et de ces femmes qui se voient avant tout comme missionnaires dont la tâche est d'inculquer des valeurs chrétiennes à leurs élèves, mais qui en fait ont créé en France le premier corps enseignant, offrant une formation, un encadrement professionnel, un emploi garanti et une prise en charge pour toute l'existence. Ce faisant, ils ont transformé, avec succès, une des plus anciennes institutions de l'histoire européenne, le monastère, en une structure éducative pour la masse.

14Nous croyons que l'étude de l'enseignement populaire primaire catholique aide à notre compréhension de la France du xixe siècle, dans au moins quatre domaines. Tout d'abord, en examinant la pratique plutôt que la théorie de l'éducation, elle nous permet de mieux comprendre la manière par laquelle l'instruction primaire a transformé la France en une nation moderne. Les écoles congréganistes, comme les écoles laïques, ont été des agents de socialisation au xixe siècle, dans la transmission des valeurs morales, nationales et sociales et, de bien des façons, les deux systèmes n'étaient pas tellement différents. Les écoles catholiques, tout comme les établissements laïcs, ont aidé à l'intégration des petits Français dans la nation, en leur enseignant une langue, une histoire et une géographie communes ; les maîtres catholiques, comme la plupart des enseignants du xixe siècle, utilisent l'école pour imposer des règles d'ordre et de discipline, jugées nécessaires dans une économie industrielle. De plus, à travers la compréhension du processus par lequel les écoles catholiques sont établies, fondées et soutenues, nous avons là une fenêtre pour découvrir les valeurs que parents et patrons attachent à l'instruction primaire au xixe siècle.

  • 22 Cholvy et Hilaire, vol. 1, 1800-1880, la meilleure étude récente de l'histoire sociale de la relig (...)
  • 23 Il y a plusieurs bonnes études sur la reconstruction des structures paroisssiales par le clergé, a (...)
  • 24 Gibson, 251-53.

15Deuxièmement, l'école catholique est une branche importante de l'évangélisation, qui, de façon surprenante, est négligée dans les études historiques22. Ici, les buts des écoles catholiques et ceux des écoles laïques, divergent de façon importante. Commençant au xviie siècle avec les réformes introduites par le Concile de Trente, l'Église catholique a essayé d'utiliser l'école paroissiale pour renforcer l'orthodoxie, en face des hauts niveaux d'ignorance et de superstition. Bon nombre des méthodes, des idées et des institutions de l'enseignement catholique, y compris l'école paroissiale et le catéchisme, ont eu leur origine dans la Réforme catholique. Après la violence religieuse de la Révolution Française, le clergé du xixe siècle a désespérément besoin de rebâtir les structures paroissiales et de rétablir l'influence de l'Église, aussi bien dans la France urbaine que rurale23. Parmi les moyens de rechristianisation des masses – missions, associations de laïcs, presse religieuse, pèlerinages et fêtes populaires – l'enseignement catholique primaire se présente comme le moyen le plus durable et le plus influent potentiellement pour inculquer l'acceptation de la foi et de la pratique chrétienne. Dans l'idéal, chaque paroisse possède deux écoles primaires, l'une pour les garçons et l'autre pour les filles, symbolisant la régénération religieuse de la France. Dans ces écoles les enfants sont instruits de l'esprit aussi bien que de la lettre de leur foi, en écho au souci du xixe siècle de renforcer dans l'Église la dévotion et la compréhension, à travers la confession et la communion plus fréquentes et le culte marial, ce que Ralph Gibson appelle le passage du « Dieu de crainte » au « Dieu d'amour »24.

  • 25 Cette coupure entre hommes et femmes reste une question de recherche et de débat. La plupart des h (...)
  • 26 Voir, à titre d'exemples, Françoise Mayeur, L'éducation des filles en France au xixe siècle (Paris (...)
  • 27 Outre celle de Langlois, les études récentes sur les religieuses au xixe siècle comprennent : Odil (...)
  • 28 Michela De Giorgio, « La bonne catholique », dans Geneviève Fraisse et Michelle Perrot, éd., Histo (...)

16En troisième lieu, une étude de l'enseignement primaire catholique éclaire deux problèmes en étroite relation : la féminisation du catholicisme et l'éducation des filles. Au cours du xixe siècle, le catholicisme français devient une foi pratiquée, de façon croissante, par les femmes plutôt que par les hommes25. La prédominance des religieuses dans l'instruction des filles est à la fois la cause et la conséquence de ces tendances. Pendant une bonne partie du siècle, la plupart des filles sont éduquées dans des écoles, tenues par l'Église catholique, où on encourage une foi active et fervente. L'Église considère l'éducation des filles comme l'une de ses missions les plus importantes, convaincue que l'éducation chrétienne des mères accroîtra la foi des générations futures. Cependant la plupart des études sur l'éducation des filles au xixe siècle centrent l'attention soit sur les établissements secondaires, soit sur les écoles et enseignantes laïques26. Ce n'est que récemment que les religieuses ont reçu l'attention que les historiennes des femmes ont depuis longtemps accordée aux laïques27. Et pourtant, au xixe siècle, entrer dans une congrégation religieuse active est une façon par laquelle une femme célibataire peut contribuer activement au développement de la société et travailler dans un domaine où les hommes interviennent peu. Les femmes catholiques, exclues de la politique, se tournent vers l'éducation et les œuvres charitables28. Une grande partie de cette sphère d'action se concentre sur l'établissement et la défense des institutions éducatives.

  • 29 Stanley Hoffmann, « Paradoxes of the French Political Community », dans In Search of France, ed. S (...)
  • 30 Eugen Weber, La Fin des terroirs (Paris, 1993).
  • 31 Voir Philip Nord, The Republican Moment : Struggles for Democracy in Nineteenth-Century France (Ca (...)
  • 32 Thomas A. Kselman, Miracles and Prophecies in Nineteenth-Century France (New Brunswick, N.J., 1983 (...)

17En dernier lieu, ce livre fournit une nouvelle approche des rôles respectifs de l'Église et de l'État dans les vies des Français et Françaises et dans la création de la nation française. Il y a plus de trente-cinq ans, Stanley Hoffmann montrait que la société de la Troisième République était une « société bloquée » en partie à cause du manque de participation populaire à la construction d'un ordre civique29. Plus tard, Eugen Weber a proposé un modèle de modernisation politique et économique dans lequel les agents de modernité – y compris les enseignants laïcs mais non catholiques – imposent les valeurs urbaines aux paysans arriérés, valeurs dont l'adaptation est facilitée par les communications améliorées et les avances technologiques30. Plus récemment, les historiens ont révisé ces idées en réexaminant la vie des associations et la philanthropie pour proposer des relations beaucoup plus interactives entre les citoyens français et l'État dans le xixe siècle31. Mais le débat entre l'Église et l'État a tant polarisé l'histoire de la France contemporaine que ces historiens ne s'interrogent pas sur les façons par lesquelles la charité catholique et la vie des associations catholiques ont contribué à la construction de l'État providentiel tout en renforçant la place de l'Église dans la vie française. Au fur et à mesure que l'industrialisation a transformé les structures et les relations traditionnelles, les congrégations religieuses actives, les curés et les catholiques riches ont répondu à ces transformations par un développement considérable de l'action caritative. En vérité, l'activité des religieux et des religieuses réfute l'argument fréquent que l'Église du xixe siècle n'a pas essayé de s'adapter aux changements socio-économiques et qu'elle était d'une certaine façon opposée à la « modernisation »32. L'école primaire catholique était en soi une réponse à l'énorme demande d'instruction et d'alphabétisation. À travers ses écoles, l'Église n'était pas en opposition à la société française, comme le prétendent les républicains, mais elle en faisait partie intégrante.

Le diocèse de Lyon

  • 33 Gildea, 2.

18Nous avons choisi d'aborder cette étude à travers l'observation détaillée des congrégations enseignantes et de leurs établissements dans une seule région française, le diocèse de Lyon. Comme on l'a appris dans les dernières décennies, la France contemporaine n'a pas été cet État hypercentralisé et uniformisé que les gouvernements et les historiens voudraient nous faire admettre, et la politique scolaire n'a pas été seulement dirigée de Paris mais a été « un dialogue continuel entre Paris et les provinces »33. Pour échapper à l'emprise des documents officiels, il est nécessaire de quitter Paris. Dans la pratique, puisque l'instruction catholique au xixe siècle a été conduite par un grand nombre de congrégations enseignantes particulières, le meilleur accès à leurs archives se présente sur une base locale.

  • 34 En 1861, le nombre des religieuses dans le diocèse de Lyon est plus de 70 pour 10 000 femmes catho (...)

19Le diocèse de Lyon abritait quelques-unes des plus grandes et des plus importantes congrégations enseignantes du xixe siècle. Il avait de fortes traditions religieuses remontant à la Réforme et un réseau solide d'écoles primaires catholiques durant tout le siècle, offrant ainsi une région idéale pour étudier la variété et la richesse d'une éducation soutenue par l'Église. Le nombre des religieux et des communautés religieuses y est parmi les plus élevés en France, reflétant à la fois leur histoire pré-révolutionnaire et leur forte organisation religieuse post-révolutionnaire34. La ville épiscopale de Lyon joue le rôle de centre religieux actif à travers tout le xixe siècle. L'énergie spirituelle s'y manifeste non seulement dans des actes de dévotion mais aussi dans des actes de charité, qui créent des hôpitaux, des providences, des ateliers, des orphelinats et, évidemment, des écoles, pour les pauvres et les déshérités. Le sociologue industriel Louis Reybaud note en 1859 :

Le diocèse de Lyon au xixe siècle

  • 35 Louis Reybaud, Études sur le régime des manufacturers : Conditions des ouvriers en soie (Paris, 18 (...)
  • 36 Catherine Martin-Pellissier, Les dames d'œuvres lyonnaises à la fin du 19e siècle (mémoire de maît (...)

Rien n'échappe à cette bienfaisance aussi vigilante qu'elle est spontanée : ni les enfants, ni les vieillards, ni les orphelins, ni les maldes, ni les femmes en couches Les membres du clergé président à ce mouvement charitable35. Environ 500 œuvres de charité existent à Lyon au xixe siècle, ce qui justifie son surnom de « ville des aumônes »36.

20Mais l'influence des œuvres catholiques se fait sentir à travers tout le diocèse, en ville comme dans les campagne.

  • 37 Pour des études socio-économiques et démographiques détaillées sur les deux départements, voir Eli (...)
  • 38 Après une période de contraction démographique pendant la Révolution, la population des départemen (...)
  • 39 Voir Garrier, vol. 1.
  • 40 Colin Heywood, Childhood in Nineteenth-Century France : Work, Health, and Education among the « Cl (...)

21Cependant, le diocèse de Lyon, qui comprend alors les départements du Rhône et de la Loire, n'échappe pas aux forces de changement social, économique et politique, qui marquent l'histoire du xixe siècle en France37. En 1814, quand le Cardinal Fesch lance son appel, le diocèse de Lyon est à la veille d'une importante expansion démographique et économique, gagnant plus de 10 000 nouveaux habitants chaque année entre 1831 et 188138. L'augmentation de la population est le reflet d'une économie solide. Depuis qu'un immigrant piémontais a introduit le tissage de la soie à Lyon en 1536, la manufacture de soieries élaborées et de grand prix a été l'industrie principale, celle qui fait vivre une classe d'ouvriers habiles et une riche bourgeoisie marchande. De 1835 à 1885, les habiles ouvriers lyonnais fabriquent des produits de haute qualité comme la soie, les gants, le papier, exportés surtout vers les grands marchés européens. De même l'économie rurale, basée sur l'agriculture et l'industrie domestique, prospère. Le Beaujolais et le Lyonnais sont des régions viticoles renommées ; dans les régions plus montagneuses les paysans cultivent du grain et élèvent du bétail. Durant le demi-siècle entre 1801 et 1851, les zones rurales du département voient également leur population croître, et en fait à un taux supérieur à celui de Lyon, et après la crise agricole de 1846-50, les revenus des agriculteurs de la région augmentent plus vite que le coût de la vie pendant le Second Empire. Durant cette période, des routes et des chemins de fer favorisent le développement de l'économie, reliant chaque commune à ses voisines dès I86039. Cette prospérité rurale dure jusqu'à la crise du phylloxera, qui apparaît dans le Rhône en 1871. Mais, à travers tout le siècle, l'activité agricole cœxiste avec un haut niveau d'industrie domestique, surtout dans le textile, qui apporte un soutien aux régions où le sol est plus pauvre. Entre 1830 et 1850, les soyeux lyonnais, afin de réduire leur dépendance économique vis-à-vis des canuts urbains, bien organisés, et diminuer les chances de violence urbaine, comme celle de 1831 et de 1834, placent la moitié des 60 000 métiers dans des maisons rurales40. Les zones rurales entourant Lyon restent plus traditionnelles – dans leurs méthodes et dans leurs attitudes – que la ville elle-même.

  • 41 Hanagan, 46.
  • 42 David M. Gordon, Merchants and Capitalists : Industrialization and Provincial Politics in Mid-Nine (...)
  • 43 Claude Crétin, « La population stéphanoise (1825-1982) », dans Grande Encyclopédie du Forez et des (...)

22Tandis que la ville de Lyon et ses environs restent un bastion de la production artisanale pendant une bonne partie du xixe siècle, le bassin stéphanois au sud-est est le théâtre de l'entrée de la France dans la révolution industrielle. Dans une large mesure, cette industrialisation est due aux importants bassins houillers de la région, qui donnent naissance aux industries du fer et de l'acier. La prospérité bâtie sur le charbon dure jusqu'en 1875 environ quand les bassins houillers du Stéphanois s'épuisent et que la production d'acier est tranférée vers l'est de la France41. Mais la région stéphanoise, tout comme le Lyonnais, a connu un important développement proto-industriel, remontant à l'Ancien Régime. Dès le xviiie siècle, les armes et les rubans étaient les industries les plus importantes de la région. La Manufacture Nationale des Armes de Saint-Étienne avait le monopole de la production des armes. L'industrie du ruban, qui s'est fixée à Saint-Étienne en 1756, après l'invention d'un nouveau métier pour tisser (au lieu de tresser) les rubans, reste l'industrie la plus importante en 1848. Son déclin commence en 1868 avec la perte des marchés européens et américains et la concurrence de fabricants suisses plus modernes42. Saint-Étienne voit sa population de 19 102 habitants doubler entre 1820 et 1836, tripler durant les vingt années suivantes (1836-1856) et quadrupler ensuite entre 1856 et 1876. Dès 1872, c'est la septième ville de France par ordre d'importance43.

  • 44 Chartier, Compère, Julia, 16-17. La carte de Dupin montre qu'il n'y avait qu'un élève scolarisé po (...)
  • 45 Grew et Harrigan, 40-42. L'accomplissement dans le Rhône suivit celui des départements du nord-est (...)

23La transformation industrielle des villes et la prospérité des campagnes encouragent sans aucun doute la croissance de la scolarisation dans les départements du Rhône et de la Loire. Il y a de l'argent disponible pour ouvrir et faire fonctionner les écoles ; le transfert des personnes vers de nouveaux emplois stimule l'intérêt pour l'instruction ; et, facteur important, la croissance démographique signifie une augmentation potentielle du nombre d'élèves. Bien que la première carte scolaire en France, celle faite en 1826 par le Baron Charles Dupin, montre les départements du Rhône et de la Loire placés seulement dans la moyenne pour ce qui est de la scolarisation44, les travaux statistiques de Raymond Grew et de Patrick J. Harrigan prouvent qu'en fait ils sont en avance pour le nombre d'écoles par rapport au reste de la France. Dès 1837, le Rhône a 85 % des écoles qu'il aura au début de la Première Guerre mondiale, résultat que Grew et Harrigan appellent « accomplissement » et qui ne sera atteint qu'en 1876 pour l'ensemble du pays45. Le département de la Loire atteint cet accomplissement en 1850.

  • 46 Grew et Harrigan, 94, 283. Les autres étaient le Vaucluse, la Haute-Loire et les Côtes-du-Nord.
  • 47 Grew et Harrigan, 94. Les autres régions où les écoles congréganistes étaient nombreuses avaient d (...)

24Dans le diocèse de Lyon, l'enseignement congréganiste joue un rôle important dans la scolarisation au niveau primaire. Le Rhône et la Loire sont deux des cinq départements comptant plus de la moitié de leurs élèves dans les écoles congréganistes en 185046. Mais ils sont tout à fait à part en étant les deux seuls départements à avoir, à la fois, à cette date, un taux de scolarisation de près de 75 % et plus de la moitié des élèves dans des écoles congréganistes47. Le diocèse de Lyon est la seule région de France à faire exception, à la fois, pour sa scolarisation « avancée » et pour sa forte dépendance des écoles tenues par l'Église. En outre, la tendance qu'on trouve communément dans les autres régions françaises – les filles dans les écoles congréganistes, les garçons dans les écoles laïques – est loin d'être aussi marquée. L'enseignement catholique dans ce diocèse approche de l'universalité autant que n'importe où ailleurs en France.

25Ces deux départements possèdent un certain nombre de particularismes à l'échelle nationale. Mais le diocèse de Lyon, au xixe siècle et même avant, est une région importante pour des raisons politiques, économiques, démographiques, sociales, et religieuses, comme l'attestent les nombreuses études sur ces aspects de son histoire. L'importance de l'enseignement catholique dans ce diocèse est un exemple de la capacité de l'Église à répondre aux besoins éducatifs dans le xixe siècle en général. Et les congrégations enseignantes qui sont actives dans cette région reflètent et servent de modèles pour plusieurs autres congrégations françaises. Ces congrégations par leurs buts éducatifs, leurs structures internes, leur vision du monde et les conflits à l'intérieur et à l'extérieur de l'Église sont représentatives de l'enseignement catholique du xixe siècle dans toute la France. L'exemple du diocèse de Lyon montre bien que la scolarisation croissante, à la fois des garçons et des filles, fut un processus qui dépendit en grande part des énergies de l'Église catholique et du travail en cours pour la reconstruction des paroisses, à la suite de la Révolution. La capacité de l'Église à offrir une instruction primaire aux classes pauvres dépendit, à son tour, d'un renouveau religieux dans le diocèse, bâti sur les traditions tridentines et sur de nouvelles réalités socio-économiques.

26Ce livre est divisé chronologiquement en deux parties par l'établissement de la Troisième République en 1870. Bien qu'il apparaisse tout au long du livre que les décisions politiques centralisées ne sont pas les facteurs les plus importants dans le développement et la diffusion de l'enseignement catholique au xixe siècle, la Troisième République reste néanmoins un tournant important. L'arrivée d'un régime politique qui tente ouvertement par des mesures légales et financières de diminuer le monopole catholique dans l'enseignement a naturellement un impact sur la capacité des congrégations religieuses à poursuivre la fondation d'écoles et leur mission éducative. À partir de ce moment, l'histoire de l'enseignement primaire catholique devient plus politique et plus réactive aux événements externes qu'il ne Ta été pendant les 70 années antérieures lorsque les congrégations étaient beaucoup plus libres de développer les institutions et la pédagogie qui ont servi de modèles pour les éducateurs laïcs et religieux.

27La première partie étudie la période du développement catholique dans l'enseignement primaire qui a culminé sous le Second Empire, favorable à l'Église dans les années 1850 et 1860. La deuxième partie montre l'enseignement primaire catholique sur la défensive, de 1870 à 1905. Durant cette période, les congrégations enseignantes réagissent à la fois aux efforts de la Troisième République de réduire leur influence dans le domaine éducatif et aux changements des conditions socio-économiques qui provoquent une crise à la fois interne et externe. Après 1904, ceux des membres des congrégations religieuses qui continuent à enseigner le font sous l'habit laïc et l'enseignement catholique entre dans une phase totalement nouvelle. Mais durant le siècle précédent, ces congrégations ont laissé une empreinte sur l'enseignement, la culture, et la société qui allait s'avérer beaucoup plus durable que les institutions créées.

Notes

1 « Mandement de S.E. Monseigneur le Cardinal Fesch, Archevêque de Lyon, Primat des Gaules, etc... pour la publication du Catéchisme » (Lyon, 1815).

2 Jacques Gadille, ed., Le Diocèse de Lyon (Paris, 1983), 199. Comme ailleurs, le clergé lyonnais se divise sur le serment constitutionnel, qui crée deux hiérarchies cléricales rivales. En 1793, la ville de Lyon devient un centre de résistance « girondine », ce qui a pour résultat le siège de la ville et sa « conquête » par le gouvernement central pendant la Terreur, qui a ouvert la voie à une période de déchristianisation. Cette période est suivie d'une « Terreur blanche » en 1795. Voir André Latreille, ed., Histoire de Lyon et des Lyonnais (Toulouse, 1975) et Timothy Tackett, Religion, Revolution, and Regional Culture in Eighteenth-Century France : The Ecclesiastical Oath of 1791 (Princeton, 1986).

3 Fesch reste archevêque de Lyon jusqu'à sa mort en 1839. En son absence, le diocèse est gouverné par Jean-Paul Gaston de Pins qui assume le titre d'« administrateur apostolique ». Voir André Latreille, « La question de l'administration du diocèse de Lyon (1814-1839) », Revue d'Histoire de l'Église de France 30 (1944) : 54-93.

4 L'instruction dans la France du xixe siècle, comme dans le reste de l'Europe, comporte deux filières séparées, basées sur l'origine sociale. Les enfants de la noblesse et de la bourgeoisie vont dans les écoles préparatoires qui menaient aux écoles secondaires et supérieures. Les enfants des classes populaires vont dans les écoles primaires jusqu'à l'âge de 13 ans, à quelques exceptions rares, celles-ci ne permettent pas l'accès aux écoles secondaires.

5 Cité dans Roger Price, A Social History of Nineteenth-Century France (Londres, 1987), 282.

6 La crainte et la suspicion mutuelles entre l'Église et l'État étaient quelque chose de plus compliqué que ne le peut le suggérer ce résumé. Voir Adrien Dansette, Histoire Religieuse de la France contemporaine (Paris, 1948-1948-51) ; Gérard Cholvy et Yves-Marie Hilaire, Histoire religieuse de la France contemporaine, vol. 1 et 2 (Toulouse, 1985) ; René Rémond, L'Anticléricalisme en France de 1815 à nos jours (Paris, 1976) ; et Owen Chadwick, The Secularization of the European Mind (New York, 1985). Dans d'autres pays européens, spécialement en Prusse, l'Église et l'État collaborent souvent dans la mise en place de l'enseignement primaire.

7 À propos de l'instruction sous l'Ancien Régime, voir Roger Chartier, Marie-Madeleine Compère et Dominique Julia, L'Éducation en France du xvie au xviiie siècle (Paris, 1976) et R. A. Houston, Literacy in Early Modem Europe : Culture and Éducation, 1500-1800, (New York, 1988). À propos de la période révolutionnaire, voir R. R. Palmer, The Improvement of Humanity : Education and the French Revolution (Princeton, 1985) et Isser Woloch, The New Regime (New York, 1994). Maurice Gontard, L'Enseignement primaire en France de la Révolution à la loi Guizot (1789-1833) (Lyon, 1959), met en parallèle les écoles de l'Ancien Régime et celles de la Restauration.

8 Cette période est décidément « l'âge de l'éducation » à travers toute l'Europe, les États-Unis et le Canada, caractérisé à la fois par la croyance en l'importance de l'éducation et par les progrès de celle-ci. Pour un coup d'œil d'ensemble, voir Mary Jo Maynes, Schooling in Western Europe : A Social History (Albany, 1985) et James Bowen, A History of Western Education, vol. 3, The Modem West (Londres, 1981).

9 L'ouvrage classique sur l'enseignement en France est celui d'Antoine Prost, Histoire de l'enseignement en France, 1860-1967 (Paris, 1968), qui n'a été que récemment dépassé par L'Histoire générale de l'enseignement et de l'éducation en France, en quatre volumes, Éd. Louis Parias (Paris, 1981), qui retrace l'histoire de l'enseignement depuis le Moyen Âge jusqu'à nos jours. Cet ouvrage essaie de présenter une vue plus équilibrée et plus complète de l'histoire de l'enseignement, y compris l'instruction en dehors des établissements scolaires proprement dits.

10 La description de l'histoire de l'instruction en France, à travers la législation et les batailles politiques, est la caractéristique de Prost et d'autres ouvrages analogues sur la Troisième République, tels ceux de Pierre Chevallier, La Séparation de l'Église et de l’école : Jules Ferry et Léon XIII (Paris, 1982) et de Mona Ozouf, L'École, l’Église et la Troisième République (Paris, 1963).

11 Mona Ozouf, 15.

12 Voir Pierra Nora, Les lieux de mémoire, 7 vol. (Paris, 1984-92).

13 Voir, par exemple, Georges Rigault, Histoire générale de l’Institut des Frères des Écoles Chrétiennes, 9 vol. (Paris, 1938) ; Les Sœurs de Saint-Charles de Lyon (Annales de la Congrégation), 2 vol. (Lyon, 1915, 1923) ; et E. Allain, L'Instruction primaire en France avant la Révolution (Paris, 1881).

14 Raymond Grew et Patrick J. Harrigan, School, State, and Society : The Growth of Elementary Schooling in Nineteenth-Century France ; A Quantitative Analysis (Ann Arbor, 1991). François Furet et Jacques Ozouf, Lire et écrire : L'Alphabétisation des Français de Calvin à Jules Ferry (Paris, 1977). Robert Gildea, Education in Provincial France, 1880 – 1914 : A Study of Three Departments (Oxford, 1983). Mary Jo Maynes, Schooling for the People : Comparative Local Studies of Schooling History in France and Germany, 1750-1850 (New York, 1985), offre un autre exemple d'étude locale présentant les résultats plutôt que les intentions de la réforme scolaire.

15 Theodore Zeldin, France, 1848-1945, vol. 3, Intellect and Pride, (édition brochée, New York, 1979), 147.

16 Outre les raisons politiques ci-dessus mentionnées, une des raisons de cette négligence dans la recherche en matière d'éducation catholique a été l'accès aux sources. Peu d'historiens ont pris la peine de fouiller les archives d'Église et les congrégations religieuses ont parfois rechigné à partager leur documentation avec des chercheurs de l'extérieur. Mais jusqu'à une époque récente, les historiens catholiques ou congréganistes n'ont pas utilisé non plus ces sources pour une étude sociale ou culturelle ; ils ont préféré, au lieu de cela, les comptes rendus politiques ou hagiographiques. Il y a toutefois des indices montrant que les normes suivies par les historiens internes deviennent plus strictes. On peut citer trois études prometteuses faites par des membres d'instituts religieux : André Lanfrey, Une congrégation enseignante : les Frères Maristes de 1850 à 1904 (thèse de 3e cycle, Université de Lyon II, 1979) ; Marguerite Vacher, Des « régulières » dans le siècle : Les Sœurs de Saint-Joseph du Père Médaille aux xviie et xviiie siècles (Clermont-Ferrand, 1991) ; et Robert Bonnafous, Louis Querbes et les catéchistes de Saint-Viateur (Paris, 1993).

17 Évidemment, le stéréotype catholique présentant les enseignants congréganistes comme des martyrs repose sur des évidences tout aussi faibles.

18 Il y a une exception : André Lanfrey, Les Catholiques français et l'école (1902-1914), 2 vol. (Paris, 1990).

19 Pendant le xixe siècle, les fonctionnaires et les statisticiens français divisent les écoles primaires populaires en quatre catégories, selon la nature de leur financement et la qualité de leurs enseignants. Une école qui bénéficie d'un financement public est qualifiée d'école publique, même si, comme c'est généralement le cas avant 1880, elle dépend aussi de la charité et de la rétribution scolaire. Une école qui dépend complètement du financement privé (les donations ou la rétribution) est une école libre. Une école dont l'enseignant est membre d'une congrégation religieuse est une école congréganiste. Une école dont l'enseignant est laïc est une école laïque. Par conséquent, les écoles primaires peuvent être : écoles publiques congréganistes, écoles publiques laïques, écoles libres congréganistes, et écoles libres laïques. Et, évidemment, ces écoles peuvent être pour les garçons, pour les filles ou mixtes.

20 Claude Langlois, Le catholicisme au féminin : Les congrégations françaises à supérieure générale au xixe siècle (Paris, 1984), 321.

21 Ralph Gibson, A Social History of French Catholicism, 1789-1914 (Londres, 1989), 108. L'étude la plus récente sur les congrégations religieuses masculines en France, et qui examine avant tout leurs origines, est celle de Pierre Zind, Les nouvelles congrégations de Frères enseignants en France de 1800 à 1830, 3 vol. (Lyon, 1969).

22 Cholvy et Hilaire, vol. 1, 1800-1880, la meilleure étude récente de l'histoire sociale de la religion, accorde trois pages (225-227) à l'enseignement primaire catholique. Gibson, la meilleure étude en anglais, n'aborde l'enseignement primaire qu'en relation avec la question du clergé et de l'alphabétisation. Dans des études plus anciennes, telle celle de Dansette, l'instruction n'est considérée que par rapport aux questions politiques.

23 Il y a plusieurs bonnes études sur la reconstruction des structures paroisssiales par le clergé, au cours du xixe siècle, bien que, et c'est typique, elles n'incluent pas la scolarisation. Voir Philippe Boutry, Prêtres et paroisses du pays du curé d'Ars (Paris, 1986) et Michel Launay, Le bon prêtre : Le clergé rural au xixe siècle (Paris, 1986).

24 Gibson, 251-53.

25 Cette coupure entre hommes et femmes reste une question de recherche et de débat. La plupart des historiens estiment que cette distinction s'est opérée au temps de la Révolution Française, où les femmes résistent davantage à la déchristianisation, et par la suite deviennent l'avant-garde de la reconstruction de l'Église, d'autres la font remonter à la Réforme catholique. Voir Olwen Hufton, « Women in Revolution, 1789-1796 », in Past and Present, 53 (1971) : 90-108, et « The Reconstruction of a Church, 1796-1801 », Beyond the Terror : Essays in French Regional and Social History, 1794-1815, (1983), éd. Gwynne Lewis and Colin Lucas ; Suzanne Desan, Reclaiming the Sacred : Lay Religion and Popular Politics in Revolutionary France (Ithaca, 1990), et Ralph Gibson, « Le Catholicisme et les femmes en France au xixe siècle », Revue d'Histoire de l'Église en France 79 (1993) : 63-93.

26 Voir, à titre d'exemples, Françoise Mayeur, L'éducation des filles en France au xixe siècle (Paris, 1979) ; Jo Burr Margadant, Madame le Professeur : Women Educators in the Third Republic (Princeton, 1990) ; Rebecca Rogers, Les demoiselles de la Légion d'Honneur (Paris, 1992). Linda Clark, Schooling the Daughters of Marianne : Textbooks and the Socialization of Girls in Modern French Primary Schools (Albany, 1984) traite, elle, des modèles féminins présentés dans les morceaux choisis, aussi bien à l'école laïque que dans les écoles catholiques.

27 Outre celle de Langlois, les études récentes sur les religieuses au xixe siècle comprennent : Odile Arnold, Le corps et l'âme : La vie des religieuses au xixe siècle (Paris, 1984) ; Caitriona Clear, Nuns in NineteenthCentury Ireland (Dublin, 1987) ; Mary Peckham Magray, The Transforming Power of the Nuns : Women, Religion, and Cultural Change in Ireland, 1750-1900 (New York, 1998) ; Susan O'Brien : « Terra Incognita » : the Nun in Nineteenth-Century England », Past and Present, 121 (1988) : 110-40 ; Rebecca Rogers, « Retrograde or Modern ? Unveiling the Teaching Nun in NineteenthCentury France », Social History 23 (1998) : 146-64 ; Yvonne Turin, Femmes et religieuses au xixe siècle : Le féminisme « en religion » (Paris, 1989) ; et Paul Wynants, Les Sœurs de la Providence de Champion et leurs écoles (1833-1914) (Namur, 1984). Martha Vicinus traite du renouveau des congrégations anglicanes de l'Angleterre victorienne dans son livre : Independant Women : Work and Community for Single Women, 1850-1920 (Chicago, 1985).

28 Michela De Giorgio, « La bonne catholique », dans Geneviève Fraisse et Michelle Perrot, éd., Histoire des femmes en Occident, vol. 4, Le xixe siècle (Paris, 1991), 179. Voir également James F. McMillan, « Religion and Gender in Modem France: Some Reflexions », et Hazel Mills, « Negotiating the Divide: Women, Philanthropy and the "Public Sphere' in Nineteenth-Century France  », les deux dans Frank Tallett et Nicholas Atkin, éd., Religion, Society, and Politics in France since 1789 (Londres, 1991), tout comme les ouvrages sur les religieuses, cités ci-dessus.

29 Stanley Hoffmann, « Paradoxes of the French Political Community », dans In Search of France, ed. Stanley Hoffman, et al (Cambridge, Mass., 1963).

30 Eugen Weber, La Fin des terroirs (Paris, 1993).

31 Voir Philip Nord, The Republican Moment : Struggles for Democracy in Nineteenth-Century France (Cambridge, Mass., 1995) ; « The Welfare State in France, 1870-1914 », French Historical Studies 18 (1944) : 821-38, et Steven M. Beaudoin, « Without Belonging to Public Service » : Charities, the State, and Civil Society in Third Republic Bordeaux, 1870-1914, » Journal of Social History 31 (1998) : 671-99.

32 Thomas A. Kselman, Miracles and Prophecies in Nineteenth-Century France (New Brunswick, N.J., 1983), 194-195, soulève également ce problème dans le contexte de l'adaptation des symboles et rites catholiques aux crises de la vie moderne. Récemment, à la fois Michel Lagrée, Religion et cultures en Bretagne (1850-1950) (Paris, 1992), et Caroline Ford, Creating the Nation in Provincial France : Religion and Political Identity (Princeton, 1993), ont soutenu que l'Église en Bretagne a été à l'avant-garde des changements politiques et économiques.

33 Gildea, 2.

34 En 1861, le nombre des religieuses dans le diocèse de Lyon est plus de 70 pour 10 000 femmes catholiques et le nombre des religieux plus de 15 pour 10 000 hommes catholiques. Les moyennes nationales étaient de 49,4 pour les femmes et de 9,8 pour les hommes. Gibson, 112-14.

35 Louis Reybaud, Études sur le régime des manufacturers : Conditions des ouvriers en soie (Paris, 1859), 176.

36 Catherine Martin-Pellissier, Les dames d'œuvres lyonnaises à la fin du 19e siècle (mémoire de maîtrise, Université de Lyon II, 1995), 45.

37 Pour des études socio-économiques et démographiques détaillées sur les deux départements, voir Elinor Accampo, Industrialization, Family Life, and Class Relations : Saint-diamond, 1815-1914 (Berkeley, 1989) ; Michael P. Hanagan, The Logic of Solidarity : Artisans and Industrial Workers in Three French Towns, 1871-1914 (Urbana Ill., 1980) ; et Jacques Schnetlzer, Les industries et les hommes dans la région de Saint-Étienne ; Étude de géographie humaine (St-Étienne, 1975) pour ce qui est de la Loire ; Gilbert Garrier, Paysans du Beaujolais et du Lyonnais, 2 vol. (Grenoble, 1973) pour ce qui est du Rhône ; et Yves Lequin, Les ouvriers de la région lyonnaise (1848-1914), 2 vol. (Lyon, 1977), pour les classes travailleuses des deux départements.

38 Après une période de contraction démographique pendant la Révolution, la population des départements du Rhône et de la Loire est de 675 000 en 1810. Elle atteint 825 645 en 1831, 1 047 333 en 1851, 1 215 756 en 1886, 1 341 306 à la veille des réformes scolaires de la Troisième République en 1881. Le nombre des enfants d'âge scolaire augmente aussi : 192 823 en 1851, 205 737 en 1866, et 223 670 en 1877. Latreille, Histoire de Lyon, 219. Ministère de l'Instruction publique et des Beaux-Arts, Statistique de l’enseignement primaire, vol. 2, Statistique comparée de l'enseignement primaire (1829- 1 877) ; vol. 3, 1881-82.

39 Voir Garrier, vol. 1.

40 Colin Heywood, Childhood in Nineteenth-Century France : Work, Health, and Education among the « Classes populaires » (New York, 1988), 103. Laura S. Strumingher, Women and the Making of the Working-Class : Lyon, 1830-1870 (St. Alban's, Vermont, 1979), 2-3.

41 Hanagan, 46.

42 David M. Gordon, Merchants and Capitalists : Industrialization and Provincial Politics in Mid-Nineteenth-Century France (University, Ala., 1985), 74-75. Gordon donne la valeur des productions industrielles à Saint-Étienne en 1848 (en francs) ; rubans : 45 millions, fer et acier : 8 millions, charbon : 6,5 millions, petite métallurgie : 6 millions, et armes : 5 millions.

43 Claude Crétin, « La population stéphanoise (1825-1982) », dans Grande Encyclopédie du Forez et des communes de la Loire, La Ville de Saint-Étienne, (Le Coteau, 1984), 41.

44 Chartier, Compère, Julia, 16-17. La carte de Dupin montre qu'il n'y avait qu'un élève scolarisé pour 40 habitants dans le Rhône, et un pour 66 dans la Loire. Ceci plaçait les deux départements en-dessous de la ligne Saint-Malo-Genève qui était supposée diviser la France en deux moitiés, une partie nord bien scolarisée et alphabétisée, et une partie sud peu scolarisée et moins alphabétisée.

45 Grew et Harrigan, 40-42. L'accomplissement dans le Rhône suivit celui des départements du nord-est et eut lieu en même temps que celui d'autres départements industriels et commerciaux.

46 Grew et Harrigan, 94, 283. Les autres étaient le Vaucluse, la Haute-Loire et les Côtes-du-Nord.

47 Grew et Harrigan, 94. Les autres régions où les écoles congréganistes étaient nombreuses avaient des niveaux de scolarisation générale en-dessous de la moyenne générale.

Table des illustrations

Légende Le diocèse de Lyon au xixe siècle
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/17781/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 432k

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search