Version classiqueVersion mobile

L'Enseignement au temps des congrégations

 | 
Sarah A. Curtis

Préface

Claude Langlois

Texte intégral

1On ne sait qui a eu le plus de chance, Sarah Curtis d'avoir trouvé dans le diocèse de Lyon une si grande abondance de congrégations et une telle disponibilité d'archives, ou le diocèse de Lyon d'avoir attiré une historienne d'une telle qualité. Aux lecteurs français de cette belle thèse, fort bien traduite, d'en juger. La chance, on le sait, se mérite.

2Qu'on me permette seulement de dire, par cette préface, l'intérêt d'un travail, unique en son genre ; et pour me faire comprendre, de le mettre d'abord en perspective. Durant la seconde moitié du xviie siècle l'Église catholique invente les écoles de charité, avec l'appui des milieux dévots. Deux noms, deux initiateurs, pédagogues de génie, l'un seulement éclipsant l'autre, Jean-Baptiste de la Salle qui crée un noviciat à Reims, qu'il déplace à Paris et finalement à Rouen, et Charles Démia qui recrute ses maîtres d'école à Lyon. Au xviiie siècle le relais sera pris par plusieurs associations de pieuses filles comme les Vatelottes en Lorraine. Au xxe siècle, au lendemain des lois anti-congréganistes et de la Séparation, naît l'Ecole libre (ou privée, selon qui la désigne), contrôlée par l'épiscopat, avec des associations de laïcs qui l'encadrent et qui l'aident à vivre. C'est en 1984, pour sa défense, que manifesteront les gros bataillons de parents d'élèves, d'enseignants et de sympathisants, faisant plier une gauche intégratrice. Cette école libre - catholique en fait - se distinguait de l'autre, de la « laïque ».

3Et entre ces deux moments bien identifiables, que trouve-t-on ? Les oubliés de l'histoire de l'enseignement, les membres des congrégations. Le xixe siècle est en effet le siècle par excellence des sœurs et des frères enseignants : je l'ai démontré pour les premières, mais globalement et comme d'en haut. On attendait l'enquête de terrain qui le montre. C'est maintenant chose faite, et de belle manière. Au xixe siècle en effet, pour qui veut apprécier ce moment de l'entre-deux avec équité et avec un recul suffisant, en France l'Église catholique fonctionne comme une gigantesque « fabrique d'enseignants », c'est elle qui fournit l'instrument privilégié, à travers ses congrégations, de la massive socialisation des populations par l'instruction primaire. Les congrégations forment des instituteurs à tout va, non seulement pour elles-mêmes, mais aussi plus largement vers l'extérieur bien que de manière différente selon l'un et l'autre sexe. Des congrégations de femmes le font officiellement en adjoignant à un pensionnat de qualité une École normale ou un simple Cours normal, pour former à la demande de l'État des institutrices laïques ; cette manière, parfois parcimonieuse, prévaudra jusqu'en 1880. Les congrégations de frères procèdent autrement, et comme contraints : pour garder cent frères au-delà de dix ans d'exercice il leur faut en former cent cinquante voire jusqu'à deux cents : même si une partie de ceux qui sortent de leurs congrégations abandonnent aussi l'enseignement, profession encore de jeunesse, une majorité sans doute continue dans cette voie en se mettant seulement à son compte.

4Si l'on regarde la situation du point de vue des usagers, enfants, parents, notables, municipalités, la vision est identique. On se souvient de l'ouvrage de Furet et Ozouf, Lire et écrire (1977), concernant l'alphabétisation des Français principalement au xixe siècle : l'omnipotence de la demande sociale expliquait tout, la pointe était fortement anti-institutionnelle : les nouvelles générations, selon l'ouvrage, étaient déjà alphabétisées quand Ferry arriva, comme après la bataille. Revoyons de plus près ce qui s'est alors passé : oui, jusqu'en 1880, l'État n'est point « enseignant », mais une autre institution l'est, l'Église catholique ; la réalité ne se réduit point à une mystérieuse demande sociale, il faut faire toute sa place à l'offre d'instituteurs et d'institutrices congréganistes, principalement pour permettre aux filles de rattraper leur retard en matière d'alphabétisation. L'offre scolaire a été avant tout une offre de personnel qualifié, d'une qualification qui passe progressivement de la qualité morale à la capacité de diffuser des savoirs variés. Et ce sont les congrégations qui ont été longtemps les intermédiaires obligées, ce sont elles qui ont fourni les références, les modèles, ce sont elles qui mettent en place le système scolaire et tout particulièrement l'école communale de filles. Pour comprendre l'originalité de la situation, il faut revenir à la loi Guizot (1833) qui va fixer de fait pour un demi-siècle le contenu de l'enseignement primaire : le catéchisme et les apprentissages élémentaires. Les congrégations respecteront cet ordre ; les populations selon les cas, retiendront surtout l'ordre de formation. D'où provient le changement ultérieur ? Des lois Ferry imposant la laïcisation du contenu de l'enseignement par la mise à l'écart du catéchisme et par la promotion de la morale laïque ? Sans doute, mais le dire ainsi conduirait à prêter trop à la loi, pas assez aux changements qui la préparent ou l'accompagnent. Peut-être davantage de l'introduction, largement sécularisatrice, des « matières » qu'il convient maintenant d'enseigner, l'histoire, la géographie, les leçons de chose, le chant, la préparation militaire : à chaque fois le catéchisme devient davantage une « matière » comme les autres, et une matière réduite à chaque fois à une portion plus congrue.

5Les congrégations, après 1880, refluent, mais en bon ordre ; elles se trouvent sur la défensive mais elles conservent leur pouvoir d'attraction, mieux encore de modélisation. Les institutrices des Écoles normales notamment devront, pour obtenir la confiance des populations, avoir la vertu des congréganistes mais sans disposer, pour en permettre l'austère exercice, de l'aide d'une institution qui sait aussi être chaleureuse aux siens : la balance n'est évidemment pas égale quand il s'agit d'affronter la solitude d'un village reculé, et l'on comprend mieux pourquoi la laïcisation du personnel féminin des écoles communales progresse souvent à si petit pas. L'observatoire lyonnais nous permet de comprendre que si les lois Lerry sont parvenues à faire sortir les congrégations de l'école publique, quoique bien lentement pour les filles, elles n'ont pas pu casser l'instrument congréganiste, en bien des lieux resté un concurrent redoutable.

6D'où l'offensive des radicaux, une offensive menée sans faire de quartier : dans un premier temps une interprétation outrancière et détournée de la loi de 1901, et pour parachever le tout, la loi d'exception de 1904, liberticide s'il en est, qui crée un délit spécial de congrégation et empêche plus de cent mille personnes d'exercer leurs professions - instituteurs, institutrices - s'ils désirent demeurer dans leur famille d'élection, leur congrégation. Anticipation paradoxale de ce que Vichy fera pour les Francs-maçons ! Les grandes congrégations répondent au blietzkrieg combiste - 1902-1904 - par la multiplication des implantations étrangères. Les autres, les plus nombreuses, surtout celles de femmes n'ont pas le choix : la sécularisation forcée est la seule solution, pour permettre à leurs membres de ne pas mourir de faim, pour permettre aussi aux écoles catholiques de subsister tant bien que mal. Sécularisation dont on sait encore mal comment elle a été vécue par ceux et celles qui l'ont subie. Jusqu'alors ces victimes n'intéressaient personne ; les mémoires historiennes, dont on nous rebat les oreilles, sont souvent en réalité génératrices d'énormes trous d'ombres. Et Sarah Curtis nous éclaire heureusement sur ce qui s'est passé.

7En fait la sécularisation est ici à prendre dans deux sens différents, l'un traditionnel, l'autre nouveau. Les pratiques restrictives prises au lendemain de la loi de 1901 puis la loi de 1904 entraînent une forte hémorragie de personnel par rupture forcée du quasi-contrat congréganiste que l'on peut libeller ainsi : je donne ma vie à la congrégation, la congrégation qui m'accueille, en contrepartie, satisfait mes besoins tant matériels que spirituels. La sortie de la congrégation, qui résulte de ces événements brutaux, a pu toucher jusqu'à 40 % des effectifs dans certaines congrégations masculines. La sécularisation de ceux et celles qui restent fidèles à leur famille religieuse est évidemment d'un autre type, elle prend la forme d'une résistance individuelle, d'un repli tactique : toujours religieux ou religieuse, mais de cœur seulement, non d'habit (devenu séculier), ni d'habitation. En fait l'enquête de terrain montre que tout n'est pas aussi simple, on passe plus d'une fois d'une situation à une autre : la résistance dure un temps, la vie séculière prend bientôt ses droits ; parfois plus rarement, c'est l'inverse : on a rompu sous l'orage, puis on revient quand la situation se stabilise. La guerre de 1914 apaisera le conflit, ou plutôt le gèlera, mais il faudra souvent attendre Vichy pour voir certaines enseignantes revêtir de nouveau le costume de leur congrégation même si celle-ci avait retrouvé bien avant et ses murs et ses classes.

8Oui, aussi surprenant que cela paraisse, c'est bien la première fois que l'on écrit in situ, du début jusqu'à la fin, cette histoire des congrégations enseignantes. Il existe chez les historiens français un débat récurrent sur le rôle de la monographie diocésaine. Pour en avoir fait une, voilà quelque temps, j'ai pu dire qu'il fallait aussi savoir faire autre chose. Il m'est d'autant plus aisé d'écrire que cette façon de faire de l'histoire garde son importance : elle permet, comme ici de montrer de quelle manière les choses se passent, non seulement sur le terrain, mais de l'intérieur même des congrégations, grâce à la disponibilité d'archives congréganistes, pour la première fois me semble-t-il, ouvertes aussi largement. Sarah Curtis, sans préjugé, sans à priori, avec la distance qui convient à un tel sujet, nous raconte tout cela... par le menu. Tout ce que j'ai rappelé, d'une façon nécessairement schématique, prend ici chair grâce à la multiplication des exemples, à la pluralité des points de vue. Mais cette attention aux situations concrètes ne signifie pas une enquête désordonnée, tout au contraire ! Les quatre chapitres qu'elle a consacrés à la mise en place d'un modèle qui triomphe dans la région lyonnaise entre 1820 et 1870 - l'implantation des écoles, la formation des maîtres, l'esprit de corps ou la naissance de l'habitus congréganiste, la pédagogie catholique - serviront longtemps de référence et de modèle tant l'abondance du matériau et la qualité de l'observatrice permettent de comprendre ce que fut ce temps oublié des congrégations enseignantes.

9La seconde partie - la mise en cause de l'hégémonie congréganiste à partir de 1870, et surtout de 1880 - offre encore deux chapitres d'une totale nouveauté. Celui d'abord qui concerne la destruction du système et les choix dramatiques auxquels les intéressés sont confrontés. On sait les manières policières, les finalités politiciennes des opérations rondement menées ; on voit ici l'envers du décor, ou plutôt son endroit. Les pages que Sarah Curtis consacre à la disparition du modèle congréganiste seraient presque trop courtes tant on ignorait tout ce qu'elle dit sobrement : on souhaiterait même qu'elle s'attarde et qu'elle accorde à ce drame une plus longue attention. Mais à la réflexion, le mérite de cette thèse se trouve justement dans l'équlibre des chapitres, dans l'équitable partition des centres d'intérêt, ce qui nous oblige à regarder tout, y compris la destruction finale, dans la perspective de l'élaboration d'un modèle qu'on nous montre se constituer, vivre et disparaître.

10Soulignons pour finir, la particulière originalité du chapitre six, consacré à la construction du système scolaire catholique après 1880. Fort de la lecture de la thèse d'André Lanfrey (Les Catholiques français et l'école (1902-1914), 1990), dont on nous promet enfin une édition qui soit digne de ce grand travail, on pourrait avoir tendance à focaliser le changement qui s'est opéré sur la législation anti-congréganiste et sur ses conséquences immédiates. Dont la plus importante fut, à la suite de la destruction des congrégations, la réintégration de l'enseignement catholique dans le giron épiscopal. Or ce que montre Sarah Curtis de manière lumineuse, et dans le même espace lyonnais de référence que Lanfray - ce qui renforce encore le poids de sa démonstration -, c'est qu'à partir des années « quatre-vingt », les congrégations ne sont plus les seules à intervenir à l'intérieur de l'espace catholique : on assiste en effet au retour paradoxal des notables, des bienfaiteurs, des curés, sinon de l'évêque. Ces partenaires, laissés auparavant au second plan, deviennent des acteurs obligés quand il s'agit maintenant de louer ou d'acheter les locaux et aussi de rémunérer les maîtres ; certains même, forts de leur nouveau rôle, veulent aller plus loin et se mêler d'imposer des nouvelles obligations (garder les enfants après la classe par exemple) voire de proposer des manuels spécifiques pour l'enseignement. Si les lois Ferry n'ont pas mis en cause la capacité congréganiste à fournir du personnel enseignant de qualité, elles ont contribué, en obligeant à la mobilisation des forces catholiques pour la défense des écoles, à briser de fait le monopole congréganiste à l'intérieur même du catholicisme ; elles ont facilité ainsi, d'une certaine manière, le brutal transfert des compétences qui s'est opéré dans la gestion des écoles catholiques au lendemain des lois anticongréganistes.

11La seule question que l'on pourrait encore poser après avoir terminé la lecture de ce beau livre concerne la représentativité du pôle lyonnais. La thèse de Lanfrey avait montré que c'est de cette capitale encore du catholicisme français que va s'organiser une réaction spontanée aux lois anticongréganistes qui mobilise une large partie de l'Église de France. L'on sait aussi, par la thèse de Zind et par la mienne, combien ce diocèse abrite d'importantes congrégations d'hommes et de femmes. Il faut aussi ne pas se tromper de perspective, et se rappeler que l'Ouest dans la France du xixe siècle n'est pas premier comme plus tard, mais bien le Sud-Est composé de la région lyonnaise et d'une partie du Massif central. Ici tant dans les villes (Lyon ou Saint-Étienne) que dans les campagnes, l'école primaire congréganiste prend tôt un essor inégalé ailleurs ; ici les curés, les notables, les patrons ont chacun leurs bonnes raisons pour la soutenir. En 1877, à l'apogée du système dans le diocèse de Lyon qui comprend, faut-il le rappeler, les deux départements du Rhône et de la Loire, les congréganistes instruisent au moins 55 % des garçons, presque le double de la moyenne nationale (28,4 %), sans doute 80 % des filles, soit 20 points de plus qu'en France (59,9 %). Donc, pour tout dire, deux enfants sur trois.

12Situation unique en son genre pour une région si urbanisée. Le cas lyonnais n'est pas toutefois une exception, mais plutôt un modèle, non le seul d'ailleurs car l'on pressent que, avec des taux encore plus élevés, il en existe au moins un autre qui s'est développé dans les terres rurales de haute pratique, la Lozère et la Haute Loire, l'Aveyron et l'Ardèche. Mais il y a ici Lyon, et la ville des Canuts n'est pas acquise sans résistance aux congrégations : la Révolution de 1848 s'est accompagnée, ici contrairement à Paris et au reste de la France, d'une flambée de violence dirigée contre les couvents-usines, tenus par les congrégations ; ici la Commune de 1870 laïcise les écoles congréganistes. Par ailleurs dans cette ville où tout change rapidement, il faut répondre à la demande de parents qui veulent bientôt un enseignement diversifié, il faut composer aussi avec la concurrence, et donc mobiliser les meilleurs éléments, sans négliger pour autant les campagnes, exigeantes à leurs manières.

13Nous montrer l'action des congrégations à partir de l'observatoire lyonnais permet en dernière analyse de nous faire comprendre, d'une manière complémentaire à celle de Michel Lagrée (Religion et culture en Bretagne), comment l'Église catholique entretient un rapport positif avec la modernité, ici par le canal de l'École. Avant les fameux Hussards noirs de la République, les Frères enseignants, les Sœurs enseignantes ont existé, les unes et les autres servirent souvent de modèles, sans le dire.

14Merci encore à Sarah Curtis de nous l'avoir rappelé de si juste manière.

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search