Version classiqueVersion mobile

Les administrateurs d'hôpitaux dans l'Europe moderne

 | 
Jean-Pierre Gutton

L'administration des hôpitaux en Angleterre à l'époque moderne

John Rogister

Texte intégral

1L'état actuel de l'historiographie britannique ne permet pas d'établir une comparaison utile entre les systèmes hospitaliers des trois royaumes qui couvraient les Iles britanniques à l'époque moderne. De toute manière, la différence entre le droit écossais et le droit anglais, ainsi que l'évolution religieuse et politique qui est particulière à l'Ecosse et à l'Irlande, rendent difficile toute étude comparative de l'ensemble. Pour cette raison, cette analyse des travaux entrepris se limitera au royaume d'Angleterre.

2Du point de vue chronologique, ce qui marque l'histoire des hôpitaux anglais et leur organisation, c'est d'abord le bouleversement résultant de la Réforme au milieu du xvie siècle, et ensuite la continuité d'un long xviiie siècle qui se prolonge dans la première moitié du siècle suivant. Il est utile d'abord de décrire les caractéristiques des hôpitaux et de leur organisation.

  • 1 Nicholas Orme et Margaret Webster, The English Hospital 1070-1570, New Haven et Londres, 1995, p.  (...)
  • 2 Julie Denise Evans, « The Medieval Hospital in Northumberland and Durham : origin, character and d (...)
  • 3 Orme et Webster, p. 73.

3Les hôpitaux anglais apparaissent dès le xiie siècle et portent l'empreinte de l'influence monastique. Comme dans les maisons religieuses on trouve une chapelle ; l'établissement est placé sous le vocable d'un saint, et la direction en est confiée à un chef, le warden ou master, assisté généralement de frères ou de sœurs en nombre fixe, et le nombre des pensionnaires est fixe, souvent treize ou multiple de treize. Dans les léproseries, tous observent la discipline d'obéissance, de patience et de charité, et tiendront leurs biens en commun. Les offices religieux sont observés quotidiennement, les hommes vivront séparés des femmes. Les punitions seront celles prescrites par l'ordre des Cisterciens. Les questions d'ordre général seront discutées dans des chapitres1. La conquête normande avait amené des pratiques continentales, surtout dans certaines régions. À Durham, par exemple, la présence normande a laissé une forte empreinte grâce à la cathédrale et au prieuré monastique. Parmi les plus grands hôpitaux fondés en Angleterre, Kepier, Sherburn, et Greatham furent des créations des évêques-palatins de Durham. Sherburn avait soixante-quinze lépreux. 44 % des hôpitaux dans le palatinat de Durham étaient des fondations ecclésiastiques, tandis que la proportion n'atteignait que 4 % au nord2, dans le vaste comté de Northumberland, voisin de l'Ecosse. On vit aussi en Angleterre des hôpitaux établis par les ordres de Saint-Lazare et des Trinitaires de Provence, mais un contrôle local s'établit assez rapidement sur ces maisons.3

  • 4 Ibid., p. 78.

4Comme pour les monastères, les églises paroissiales, et certaines écoles, il y eut pour les hôpitaux un protecteur, qui représentait le fondateur, soit par descendance (comme le roi), soit par transmission (un évêque ou une famille noble), soit encore par délégation (une autorité municipale). Très tôt, le roi ou l'évêque s'imposa comme protecteur dans beaucoup de cas. Le rôle principal du protecteur est de nommer le chef de l'hôpital. Parfois l'hôpital élisait son candidat (comme le faisait un monastère) et le présentait au protecteur pour son approbation. La gestion quotidienne était alors assurée par ce chef, responsable devant le protecteur. Son statut et sa richesse variaient selon l'importance de l'hôpital. Dans les établissements riches, les chefs s'appellent prior, master, ou warden. À St John Northallerton, fondé en 1224, le warden avait droit à un domestique, deux garciones, et trois chevaux. Ces chefs bien rémunérés n'ont guère été étudiés ; pourtant, on trouve leur noms dans les volumes de la Victoria County History publiés depuis un siècle, et une analyse prosopographique serait donc possible. À partir de la fin du xiiie siècle, des hommes connus, souvent des ecclésiastiques qui feront de grandes carrières, s'installent comme wardens ou priors. Cela donne le coup d'envoi au pluralisme. George Neville garda sa charge de master de St Leonard York, qu'il détenait depuis 1456, même lorsqu'il devint évêque d'Exeter.4 De tels hommes, qui ont de l'influence, font souvent entrer des fonds dans les caisses des hôpitaux qu'ils gèrent.

5À la veille de la Réforme, les hôpitaux anglais vivaient une période faste, surtout grâce à Henri VII. L'année de sa mort, 1509, le roi se mit à construire un grand hôpital au Savoy Palace à Londres, sur les bord de la Tamise. Cette fondation avait été influencée par celle, récente, de Santa Maria Novella à Florence. Elle était unique en Angleterre, et cela pour deux raisons. Premièrement, il s'agissait d'un projet coûteux au départ, plutôt que d'un établissement destiné à ne s'enrichir qu'au fil du temps et des donations. Deuxièmement, l'hôpital devait prendre en charge seulement des pauvres, qui seraient accueillis chaque nuit, pour une nuit seulement. L'hôpital fut terminé après la mort du roi, entre 1512 et 1519. La direction en fut confiée à un clergé, dont un master et quatre aumôniers, ou chaplains. Comme dans les hôpitaux plus anciens, des sœurs (une matron et douze assistantes) devaient s'occuper des pensionnaires. La qualité des soins et des fournitures était exceptionnelle. Bains et vêtements étaient offerts aux pauvres. Le Savoy Hospital innovait, mais d'autres hôpitaux n'avaient pas les fonds et le désir de suivre son exemple.

  • 5 Ibid., p. 147.

6Knowles et Hadcock, dans leur Medieval Religious Houses in England and Wales (London, 1971), recensent 1 103 hôpitaux à la veille de la Réforme, dénombrant léproseries, maisons pour les pauvres voyageurs et les pélerins, pour les almsmen, pauvres ou malades de toutes catégories. Nicholas Orme et Margaret Webster dans leur ouvrage remarquable, The English Hospital 1070-1570 (Cambridge, 1995) recensent seulement 585 hôpitaux, mais ils excluent le Pays de Galles et surtout les petites almshouses maintenues par les abbayes ou les seigneurs (lords of the manor)5. Donc, il y a certes une incompatibilité entre les chiffres donnés par Orme et Webster et ceux que l'on trouve chez Knowles et Hadcock. Le nombre était du côté des almshouses, dont certaines étaient fort anciennes, comme celle de l'archevêque Lanfranc de Canterbury, vieille de plus de quatre cents ans.

7Les hôpitaux et almshouses avaient des atouts qui devaient en principe les aider à survivre à la tourmente qui allait s'abattre sur l'Église anglaise. En effet, leur rôle de protection pour les malades, les infirmes et les pauvres, n'avait pas encore d'équivalent dans le monde séculier, et avait l'appui du public. Ensuite, les petites almshouses, les léproseries, moins riches que les grands hôpitaux, étaient trop nombreuses, trop difficiles à dénombrer. Les hôpitaux, surtout les plus anciens, avaient des points faibles qui menaçaient leur existence. Les plus grands établissements avec clergé étaient assimilables aux monastères. Ils contenaient souvent des clercs que leur célébration fructueuse de messes des morts dans les chantry chapels avaient rendu impopulaires.

  • 6 Ibid., p. 251. Pour la liste des hôpitaux donnée par Hadcock et Knowles, voir pp. 310-410 de leur (...)

8Quels furent les effets de la Réforme ? 1534 est l'année où Henri VIII devient chef de l'Église. C'est aussi l'année du Valor Ecclesiasticus, le recensement des biens du Clergé ayant pour but de faciliter l'imposition de ces biens. Les hôpitaux furent inclus dans le recensement, mais la mesure était dirigée contre le clergé, et les aumônes données en vertu des vœux de fondateurs furent exonérées6. Certains hôpitaux bénéficièrent de l'exonération, mais les grands hôpitaux avec beaucoup de prêtres et qui ressemblaient à des monastères, tombèrent sous le coup du recensement.

  • 7 Ibid., p. 157.

9Le Valor Ecclesiasticus avait dénombré seulement vingt-quatre hôpitaux en Angleterre ayant des revenus de plus de £100, trois atteignaient £500 : St Leonard York, St Mary Without Bishopgate (Londres) avec £504, et le Savoy Hospital avec £567. Il y avait des centaines de monastères qui gagnaient plus de £500 en 1535, donc le plus grand nombre d'hôpitaux avait des revenus nettement inférieurs à ceux des monastères. Mais en 1536, un statut du Parlement permit au roi de dissoudre tout établissement religieux dont le revenu était inférieur à £200, une catégorie qui comprenait tous les hôpitaux si on les considérait comme des établissements religieux. Cette assimilation eut lieu, et elle entraîna la suppression de nombreux hôpitaux. Entre 1536 et 1546, d'autres furent dissous à cause de leur statut religieux7.

  • 8 Ibid., p. 159.

10Néanmoins, à partir de 1539, il y eut une prise de conscience par le gouvernement qu'il fallait au moins sauver quelque chose de l'hécatombe. L'esprit de la Réforme voulait que le roi soulage la misère et la pauvreté de ses sujets en confisquant les biens d'un clergé qui était censé en avoir abusé. Il y eut des projets de construire des hôpitaux dans toutes les villes. Mais Henri VIII ne s'intéressait pas beaucoup aux hôpitaux. Pourtant, le Parlement autorisa la conversion de biens ecclésiastiques « à un meilleur usage » (« to a better use »). La réorganisation des cathédrales anglaises sur une base non-monastique entraîna la création d'écoles et d'almshouses autour de ces nouvelles unités. Le projet qui fut retenu fut celui de la création d'une vingtaine d'établissements assez modestes autour des cathédrales. En fait, entre 1538 et 1542, huit anciennes cathédrales furent refondées, huit anciens monastères furent convertis en cathédrales, et deux autres en collégiales. Chacune, à l'exception de celle de Norwich, eut à prendre en charge des almsmen, de nombre variable, douze à Canterbury, Westminster et Winchester, vingt-quatre à Oxford, et quatre ailleurs ; en tout cent vingt-quatre Cathedral almsmen, la préférence étant donnée à d'anciens domestiques royaux8. Le Chantry Act de 1545 s'attaqua à d'autres fondations religieuses, aux hôpitaux, aux chantries, et aux corporations, mais la mort d'Henri VIII mit fin à cette activité, et on peut dire que les hôpitaux, en grand nombre, qui échappèrent aux dissolutions d'Henri VIII, survécurent à la Réforme.

  • 9 Voir la carte reproduite par Orme et Webster, p. 162.

11À Londres, le lord mayor, Sir Richard Gresham, avait essayé de sauver les hôpitaux en demandant au roi de les mettre sous la responsabilité des autorités municipales. Cela fut fait dans le cas de St Bartholemew, en 1547, sous Edouard VI. Le grand Savoy Hospital fut dissous en 1553, mais la majeure partie de ses revenus fut affectée à la Corporation de Londres pour l'entretien de trois nouveaux hôpitaux, appelés King Edward VI's Hospitals : Christ's Hospital pour les enfants pauvres, Bridewell pour les pauvres vagabonds, et St Thomas à Southwark. La reine Marie rétablit le Savoy Hospital en 1556. Si, en 1560, Londres avait perdu cinq de ses anciens hôpitaux, elle en avait acquis deux nouveaux. Ailleurs, il y eut des disparitions d'hôpitaux : quatorze à York au cours du xvie siècle9.

  • 10 Carole Rawcliffe, Medicine for the Soul. The Life, Death and Resurrection of an English Medieval H (...)

12Dans son beau livre Medicine for the Soul : The life, death and resurrection of an English medieval hospital : St Giles's Norwich, c1249-1550 (Thrupp, 1999), l'historienne Carole Rawcliffe dépeint avec précision le sauvetage d'un vieil hôpital par des notables de la ville de Norwich, des hommes qui ne sont guère désintéressés mais qui étaient à l'affût de ce qui pouvait contribuer à leur ascension sociale et à leur influence locale. Ces hommes étaient influencés aussi par d'autres considérations. L'abandon des pauvres constituait une menace qui pesait sur l'ordre social, et la distinction à établir entre malades et pauvres, à laquelle venait s'ajouter une appréciation des progrès de la médecine, incitait les notables à penser que ces deux catégories de pensionnaires pouvaient être relancées dans la vie quotidienne. La réorganisaton de l'hôpital de Norwich en porte les traces. On note l'abandon des services liturgiques et la réduction du nombre de prêtres desservant l'établissement. Les pauvres seraient dorénavant préparés à une réintégration dans la société sous le contrôle des édiles. Le directeur de l'établissement, le receiver ou supervisor avait comme tâche de rentabiliser les domaines que l'hôpital avait pu conserver10.

  • 11 Mary E. Fissell, Patients, Power and the Poor in Eighteenth-Century Bristol, Cambridge, 1991, p. 1 (...)

13Les travaux de Rawcliffe et d'Orme et Webster s'arrêtent aux années 1570, donc à l'époque de l'après-Réforme. Pour la période qui va de 1570 à 1800, on doit avoir recours à des monographies, comme celle de Mary E. Fissell, Patients, Power and the Poor in Eighteenth-century Bristol (Cambridge, 1991). Il est certain que le processus de laïcisation des hôpitaux et celui de leur organisation que nous venons de décrire dans les cas de Londres et de Norwich, qui ont leur origine dans la Réforme, sont allés en s'accentuant, même si le regroupement d'almshouses autour des cathédrales a maintenu un secteur religieux. La municipalisation des hôpitaux a eu des conséquences majeures. On peut tracer cette évolution en étudiant le cas de Bristol, en particulier celui de l'Infirmary de la ville, un établissement dont la vocation caritative s'oriente de plus en plus vers la fourniture de soins médicaux. Au début, selon Mary Fissell, les gouverneurs de l'Infirmary sont des notables de la ville, et comme celle-ci est marquée par sa puissante communauté de Quakers, ces derniers jouent un rôle-clé dans l'administration de l'Infirmary. Financement et gestion sont confondus entre les mains de quelques familles unies entre elles par la même religion, par des mariages, et par des activités professionnelles communes : la banque, l'industrie, et le commerce. Au début, les governors de l'établissement choisissent eux-mêmes les pensionnaires et financent leur entretien. On trouve là un parallèle avec les administrateurs d'hôpitaux français sous l'ancien régime étudiés par Jean-Pierre Gutton, ces hommes qui donnaient leur temps bénévolement, mais aussi leur argent puisqu'ils faisaient des avances à l'hôpital. Tout comme en France, toute cette activité constituait un terrain de promotion sociale, surtout pour une carrière municipale. Mais, au cours du xviiie siècle, la structure des governors de l'Infirmary s'élargit pour faire place à une représentation plus grande des diverses classes aisées de la ville. Si, au début des années 1750 un subscriber finançait quatre pensionnaires, en 1806, il en finançait à peine un seul. Entre temps le nombre de subscribers avait triplé alors que le nombre de pensionnaires avait baissé11. Comme la plupart des pensionnaires venaient faire de courts séjours pour ce qu'on appellerait de nos jours des « accidents du travail » (32 % des cas en 1832), les infirmiers prirent de plus en plus d'importance dans la gestion de l'Infirmary de Bristol.

© Yale University Press.
Tiré de Nicholas Orme et Margaret Webster, The english Hospital – 1070-1570, Yale, 1995 et reproduit avec la permission de Yale University Press.

14Certaines fondations classiques continuent. Parmi les grands hôpitaux, il y avait le Charterhouse, fondé en 1611 comme institution éducative et religieuse pour les pauvres ; le Chelsea Hospital, fondé pour les militaires par Charles II sur le modèle de l'Hôtel des Invalides à Paris ; et le Bethlem Hospital, établi en 1377 comme un prieuré de Tordre de St Mary of Bethlem at Bishopgate (Londres), et sécularisé et ensuite reconstruit à Moorfields au xviiie siècle pour y mettre les aliénés. Le peintre Hogarth nous en a laissé une image saisissante à cette époque dans la fin de sa série du « Rake's Progress ». À côté de ces fondations classiques, il y aura au cours du xviiie siècle, de nombreux hôpitaux créés par souscription, tels l'Infirmary de Bristol que Ton vient d'évoquer, ou encore le Foundling Hospital de Londres. Quelques notables lancent une souscription pour fonder un établissement de bien public, ils attirent l'appui du souverain ou de personnes en vue, et ensuite, les dons du public affluent. Ceux qui ont lancé la souscription deviennent les governors de l'établissement. Le cas du Foundling Hospital est révélateur et même curieux.

  • 12 Sur le rôle de Hogarth et de Haendel au Foundling Hospital, voir l'ouvrage de Jenny Uglow, Hogarth (...)

15Londres était pratiquement la seule capitale européenne à ne pas avoir d'hôpital pour les enfants-trouvés. En 1739, l'armateur Thomas Coram y fonda par souscription le Foundling Hospital et fut un de ses premiers governors, obtenant une charte royale de Georges II la même année. L'hôpital fut terminé en 1753. Parmi les partisans enthousiastes de ce projet, il y avait le peintre William Hogarth, qui fit le portrait de Coram destiné à la salle du Conseil. On y voit le vieil armateur dans son manteau rouge, tenant le sceau de la charte royale sur un fond représentant l'Atlantique et les bateaux qui lui avaient apporté sa fortune. Coram fut écarté de la direction de son hôpital en 1742, mais il resta en rapport avec Hogarth et avec le Dr Richard Mead, autre governor et savant distingué, médecin de Georges II et de Watteau. Hogarth fit également le portrait de Mead. En 1751, Coram fut enterré dans une crypte à l'hôpital, et lors de ses funérailles, la charte royale fut portée sur un coussin de damas cramoisi. Fils d'un enseignant endetté, le jeune Hogarth avait passé son enfance avec son père dans une prison pour dettes. Le peintre prit au sérieux ses responsabilités de governor du Foundling Hospital. Il fit de l'hôpital un lieu à la mode en y tenant des expositions d'œuvres d'art que les artistes, ses amis, présentèrent ensuite à l'institution qui les accueillait. De cette façon, le Foundling Hospital peut s'enorgueillir de posséder de nos jours des toiles de Francis Hayman, de Thomas Hudson, d'Allan Ramsay, de Samuel Scott, et de Richard Wilson. Le sculpteur Michael Rysbrack, autre governor de l'hôpital, fit don d'une de ses œuvres, Charity children engaged in Navigation and Husbandry. Haendel offrit des orgues au Foundling Hospital et y donna plusieurs récitals du Messie, entre 1750 et 1754. La recette de ses concerts s'éleva à la somme, colossale pour l'époque, de £7000, dont il fit don à l'hôpital. En 1760 et 1762 Hogarth payait lui-même £12 6s 6d pour l'entretien de deux orphelins à la Fondation12.

16Cette courte analyse du cas anglais permettra sans doute aux historiens de la gestion d'hôpitaux dans l'Europe moderne de se livrer à des comparaisons utiles et fructueuses, même avec un système hospitalier dont les points de repère chronologique sont particuliers à l'histoire du pays.

Bibliographie

Bibliographie

ABEL-SMITH, Brian, The Hospitals 1800-1948 : a study in social administration in England and Wales (London, 1964.)

FISSELL, Mary E., Patients, Power and the Poor in Eighteenth-Century Bristol, (Cambridge, 1991).

GOODALL, John A.A., God's House at Ewelme : life, devotion and architecture in a fifteenth-century almshouse (Abingdon, 2001).

GRANSHAW, L. and PORTER, R., The Hospital in History, (London, 1989).

KNOWLES, D. and HADCOCK, R.N., Medieval Religious Houses : England and Wales, (Londres, 2ème édition, 1971).

ORME, Nicholas et WEBSTER, Margaret, The English Hospital 1070-1570, (New Haven et Londres, 1995).

RAWCLIFFE, Carole, Medicine for the Soul. The Life, Death and Resurrection of an English Medieval Hospital : St Giles's Norwich, c.1249-1550 (Thrupp, 1999).

UGLOW, Jenny, Hogarth : A Life and a World (London, 1997).

EVANS, Julie Denise, "The Medieval Hospital in Northumberland and Durham : Origin, character and development" (Mémoire de licence, Département d'Histoire, Université de Durham, 1995).

Notes

1 Nicholas Orme et Margaret Webster, The English Hospital 1070-1570, New Haven et Londres, 1995, p. 73. Dans un ouvrage récent de John A.A. Goodall, God's House at Ewelme : life, devotion and architecture in a fifteenth-century almshouse (Abingdon, 2001), on trouve encore le chiffre de treize pour le nombre d’almsmen recueillis par cette fondation créée en 1437 par le comte et la comtesse de Suffolk (famille de la Pole).

2 Julie Denise Evans, « The Medieval Hospital in Northumberland and Durham : origin, character and development » (Mémoire de licence, Département d'Histoire, Université de Durham, 1995), p. 6.

3 Orme et Webster, p. 73.

4 Ibid., p. 78.

5 Ibid., p. 147.

6 Ibid., p. 251. Pour la liste des hôpitaux donnée par Hadcock et Knowles, voir pp. 310-410 de leur ouvrage où, malheureusement, les auteurs ne recensent pas ces hôpitaux selon les différentes catégories, ce qui oblige l'historien à se servir d'une liste à l'état brut, d'autant plus que les chiffres sont contestés, sur la base d'un échantillon provincial, par Orme et Webster.

7 Ibid., p. 157.

8 Ibid., p. 159.

9 Voir la carte reproduite par Orme et Webster, p. 162.

10 Carole Rawcliffe, Medicine for the Soul. The Life, Death and Resurrection of an English Medieval Hospital : St Giles's Norwich, c. 1249-1550, Thrupp, 1999, p. 225.

11 Mary E. Fissell, Patients, Power and the Poor in Eighteenth-Century Bristol, Cambridge, 1991, p. 117.

12 Sur le rôle de Hogarth et de Haendel au Foundling Hospital, voir l'ouvrage de Jenny Uglow, Hogarth : A life and a world, Londres, 1997, p. 430.

Table des illustrations

Légende © Yale University Press.Tiré de Nicholas Orme et Margaret Webster, The english Hospital – 1070-1570, Yale, 1995 et reproduit avec la permission de Yale University Press.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/17718/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 298k

© Presses universitaires de Lyon, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search