Version classiqueVersion mobile

Les administrateurs d'hôpitaux dans l'Europe moderne

 | 
Jean-Pierre Gutton

Les administrateurs d'hôpitaux en Europe du Nord-Ouest avant 1800

Thomas Riis

Texte intégral

1Bien que de nos jours l'aire étudiée – le Mecklembourg, le Schleswig-Holstein et une partie du Danemark – soit divisée entre deux pays, elle demeure assez homogène. Au bas Moyen Âge, elle était fortement influencée par la civilisation allemande qui culmina avec l'introduction de la Réforme dans sa forme allemande, c'est à dire luthérienne.

2Même si, en principe, toutes les institutions étudiées étaient soumises aux mêmes règles générales, à savoir les ordonnances ecclésiastiques, la majorité d'entre-elles formulée par Bugenhagen, quelquefois la tradition médiévale l'emportait.

  • 1 Solveigh Holtmann : Hospitäler, Krankenhäuser und karitative Einrichtungen im Herzogtum Schleswig, (...)

3Aussi dans notre région, l'hôpital avait des fonctions multiples : auberge pour les voyageurs démunis, établissement pour soigner les malades, les infirmes ou les pauvres, asile de vieillards, qui achetaient une place dans l'hôpital en promettant de léguer leurs possessions à l'institution.1 Avec le temps, la notion d'asile de vieillards allait l'emporter sur les autres et elle dominait les fondations post-médiévales. Regardons de plus près les institutions individuelles.

  • 2 Friedrich Techen, Das Haus zum Heiligen Geiste zu Wismar, Mecklenburgische Jahrbücher XCI, 1927, p (...)

4À Wismar, la maison du St-Esprit fut fondée au milieu du xiiie siècle, elle semble, dès l'origine, avoir été gérée par le conseil qui, à partir de 1324 déléguait deux des quatre maires comme administrateurs. La Réforme ajouta un élément bourgeois, de sorte que l'administration consista en deux conseillers et un bourgeois.2

  • 3 K. Schmidt, Geschichte der Schönberger Hospitalien, Mecklenburgische Jahrbücher LV, 1890, p. 139.
  • 4 Ibid., pp. 141-144.
  • 5 Ibid., pp. 146-148.

5La ville de Sternberg (Mecklembourg) possédait trois hôpitaux qui en 1848 furent réunis sous la même administration.3 Parmi eux, celui du St-Esprit, fondé en 1288, était le plus ancien, son administration fut contrôlée par le conseil, et, avant le xvie siècle, on ne connut pas d'ingérence ecclésiastique ou ducale. Tandis que, dès l'origine, cette institution fut un asile de vieillards,4 l'hôpital de St-George évolua, on fit de la léproserie un asile de vieillards ; au plus tard en 1572, il fut administré par un « Hofmeister » sous le contrôle du conseil municipal.5

  • 6 Ibid., pp. 149 et 152.

6L'hôpital des misérables (« Elenden Hospital ») fut probablement à l'origine une auberge pour voyageurs et sans-abris ; au xvie siècle, il fut géré par deux administrateurs eux aussi sous le contrôle du conseil municipal.6

  • 7 Ibid., pp. 154-159.

7Si le conseil municipal était encore, une génération après la Réforme, l'autorité suprême en ce qui concerne les hôpitaux, cela n'allait pas durer. En 1572, les administrateurs se plaignaient au duc ; douze ans plus tard, celui-ci ordonna que le contrôle de l'administration hospitalière soit exercé à la fois par les pasteurs de la ville et par le conseil municipal. En 1612-1614, le conseil refusa la collaboration avec les pasteurs, c'est pourquoi le duc établit ces derniers comme instance de contrôle unique.7

  • 8 Ibid.,pp. 160,176-178.

8L'hôpital du St-Esprit fut géré par deux provisores dont le nombre ne fut réduit à un qu'au milieu du xviie siècle. Parfois le proviseur était un pasteur, mais souvent la charge fut assumée par un maire ou par un conseiller. Ainsi, le conseiller gardait une influence indirecte sur les hôpitaux. Seulement à partir de 1614, les administrateurs reçurent une modeste rémunération.8

9À Neustadt, à 30 km au nord de Lübeck, l'hôpital du St-Esprit fut fondé en 1344. Nous y constatons une évolution analogue à celle de Sternberg. Cet établissement faisait office d'hôpital, mais devenait peu à peu un asile de vieillards. Au Moyen Âge il fut géré par deux recteurs jurés qui chaque année devaient rendre compte de leur administration devant le conseil municipal.

  • 9 Martin Clasen, Vom 600-jährigen „Hospital zum Heiligen Geist‟ vor Neustadt, Jahrbuch für Heimatkun (...)

10En 1604, le nouveau règlement établit une gestion collégiale : le pasteur principal eut la charge d'inspecteur d'hôpital assisté par un collège composé d'un recteur délégué du conseil, d'un autre élu parmi et par les citoyens, ainsi que du greffier municipal. L'élection des recteurs devait être approuvée par le prince. Vingt ans plus tard, l'empreinte princière se fit plus prononcée, parce que le préfet (Amtmann) de Cismar fut nommé administrateur d'hôpital supérieur, qui devait confirmer les transactions concernant le capital de l'hôpital. En outre, les statuts de 1636 introduisirent un custos élu par et parmi les habitants de l'hôpital.9

11Comme à Neustadt, l'hôpital du St-Esprit de Lübeck fut déjà fondé au Moyen Âge. D'après la régie de 1263, il devait être géré par un magister, qui devait probablement s'occuper des affaires quotidiennes, en collaboration avec des provisores ac consules. Déjà avant 1300, l'importance du magister cèda au profit de celle des provisores, élus par et parmi les membres du conseil municipal. À partir du milieu du xviie siècle les provisores étaient les deux maires les plus anciens ; le conseil formait l'instance de contrôle.

  • 10 G. W. Dittmer : Das heil. Geist Hospital und der St. Clemens Kaland zu Lübeck, nach ihren früheren (...)
  • 11 Plessing, op. cit., p. 17.

12Cette constitution survécut jusqu'au début du xviie siècle. Les statuts de 1602 maintinrent les deux maires les plus anciens en tant que responsables de la gestion du capital de la fondation ; l'administration de l'institution proprement dite fut désormais confiée à quatre personnes élues parmi et par les citoyens non-membres du conseil.10 La collaboration des citoyens en dehors du conseil se manifeste plus nettement lors de l'aménagement après la Réforme de l'ancien couvent de Ste-Anne. Le conseil y établit une maison de travail pour les pauvres ; elle serait administrées par dix provisores élus par et parmi les citoyens en dehors du conseil.11

  • 12 Ibid., pp. 49-129.

13Si les provisores de l'hôpital du St-Esprit (à l'exception des deux maires toutefois) n'appartenaient pas au conseil, la charge de proviseur d'hôpital représentait souvent une phase d'une carrière dans la politique municipale, dont l'élection au conseil signifiait le couronnement. Les observations prosopographiques communiquées par Wilhelm Plessing nous permettent d'identifier dix-huit provisores entre 1602 et 1700, dont cinq entrèrent plus tard au conseil. Pour le xviiie siècle, les chiffres correspondants sont vingt-et-un et huit. Un certain nombre démissionna comme provisores lors de leur élection au conseil : Christopher Kordes et Heinrich Krumstroe en 1612, Berend Bruns en 1751, Fr. B. Rodde en 1757, H. H. Roeck en 1779 et S. H. Behncke en 1797.12 Les exemples sont cependant peu nombreux et ne nous permettent pas de vérifier si une règle de bienséance non écrite exigeait la démission.

  • 13 Geert Herbert Lüders, Die Ottesche Armenstiftung in Eckernförde seit ihrer Fundation 1739, Jahrbuc (...)

14En avançant vers le nord, nous arrivons à Eckernförde, où en 1739 le négociant Christian Otte fonda un asile pour les pauvres. Selon les statuts, l'institution serait gérée par le fils aîné du fondateur, ensuite, par l'héritier mâle le plus vieux. Le maire de la ville et son pasteur principal devaient contrôler l'administration.13

  • 14 Magnus Voβ : Chronik des Gasthauses zum Ritter St. Jürgen zu Husum : ein Beitrag zur Geschichte de (...)
  • 15 Ibid., p. 151.

15Husum sur la côte occidentale du Schleswig fut une des premières villes du duché qui adopta la religion luthérienne. Une auberge s'y trouvait déjà avant la Réforme, et quand les frères mineurs eurent quitté (ou plutôt furent contraints à quitter) leur couvent, l'auberge dédiée à St-George y fut transférée. Le règlement de 1528 prescrit l'élection de quatre administrateurs ; ils étaient sensés être fortunés, et c'était une qualification supplémentaire si la femme du candidat paraissait capable de s'occuper des habitants de l'institution. Les administrateurs pouvaient être choisis par le roi ou par les représentants de l'administration locale ecclésiastique et civile, ainsi que par les corporations. Quand en 1603, Husum obtint de pleins droits urbains, le droit d'élection fut transféré au conseil municipal, mais toujours en collaboration avec les représentants des corporations. La durée du mandat était de huit ans, car tous les deux ans, un nouvel administrateur devait être élu.14 On connait les noms des administrateurs, mais malheureusement sans pouvoir les situer dans leur contexte social : nous savons seulement que les administrateurs Henning Becker (1530-1533) et Dirik Hokel (1530-1536) avaient appartenu au clergé catholique de l'église de la Vierge à Husum.15

16Avaient-ils adopté la nouvelle foi ? Ou étaient-ils restés fidèles à la religion de leurs ancêtres ? Nous ne le savons pas. Ou voulait-on peut-être se servir de leur compétence dans un domaine apparenté à leur ancienne occupation, mais où ils n'avaient plus la cure des âmes ?

  • 16 Thomas Otto Achelis : Aus der Geschichte des Herzog-Hans-Hospitals in Hadersleben, Zeitschrift der (...)
  • 17 Ibid., p. 249.

17Plus au nord, à Haderslev, le duc Jean fonda en 1569 un hôpital pour les pauvres. Selon les statuts de la même année, il incombait au conseil municipal et au prévôt du chapitre d'élire deux administrateurs, l'un représentant le conseil, l'autre les citoyens en dehors du conseil. Depuis 1669 un seul fut élu et à partir de 1775, on élisait alternativement des membres du conseil et des citoyens en dehors de cette représentation. Parmi les citoyens, seulement les membres du Stadtkollegium (représentation des citoyens), ainsi que ceux résidant à Haderslev depuis plus de dix ans étaient éligibles.16 Concernant leurs autres occupations, nous en connaissons deux qui joignirent leur tâche d'administrateur à celle de maire (Jost Lauenstein 1669/70-1678/9 et Gottfried Schroeder 1692/3-1705/6) tandis que Friedrich Kling était entre 1739/40 et 1767 administrateur et juge (byfoged) en même temps.17

  • 18 Gerhard Kraack in : Hospital und Kloster zum Heiligen Geist : Geschichte einer Flensburger Stiftun (...)

18Flensbourg, la plus grande ville du duché de Schleswig, avait au Moyen Âge deux hôpitaux, la léproserie dédiée à St-George et l'hôpital du St-Esprit. La première appartenait à l'origine à la juridiction de l'archidiacre de Schleswig mais était passé, avant le milieu du xve siècle sous la tutelle du conseil municipal. L'hôpital du St-Esprit paraît avoir pu sauvegarder une partie de son indépendance, même si, vers la fin du Moyen Âge, l'influence du conseil se faisait de plus en plus sentir.18

  • 19 Ibid., pp. 48-49.

19En 1528, les frères mineurs furent contraints à quitter leur couvent, mais en 1530 le conseil nomma des administrateurs pour la léproserie et pour l'hôpital du St-Esprit. Pour cette dernière charge, on choisit le négociant Namen Jansen qui avait géré les affaires des Franciscains jusqu'à leur éviction deux ans auparavant. Il géra les affaires de l'hôpital du St-Esprit pendant quinze ans. On sait qu'il resta fidèle à l'ancienne religion jusqu'à sa mort en l549.19

  • 20 Ibid., pp. 56-57.
  • 21 Ibid., pp. 61 et 64.

20En 1545, les deux hôpitaux furent annexés aux propriétés appartenant à d'autres fondations médiévales pour former un asile de pauvres. La nouvelle institution devait être administrée par six personnes : deux membres du conseil et quatre citoyens étrangers à ce dernier,20 donc une solution pareille à celle adoptée à Lübeck en 1602. Les administrateurs devaient rendre compte de leur gestion devant le préfet, les pasteurs de St-Nicolas et de Ste-Marie, et les deux maires. En 1563, l'asile de pauvres fut transféré à l'ancien couvent des Franciscains.21

21La liste des administrateurs nous montre que, surtout dès la deuxième moitié du xviie siècle, la fonction fut considérée comme une qualification pour l'élection au conseil. En même temps, la confirmation royale devint obligatoire, phénomène que l'on constate aussi lors des élections au conseil dans d'autres villes.

Administrateurs de l'Hôpital du St-Esprit de Flensburg :

Administrateurs connus

Avec Confirmation Royale

Plus tard Membres du Conseil

1545-1600

21

1

4

1601-1650

18

6

2

1651-1700

21

18

8

1701-1750

22

22

10

1751-1800

28

27

13

Source : Hospital und Kloster zum Heiligen Geist, Geschichte einer Flensburger Stiftung, 1995, pp. 479-484.

  • 22 Henrik Graebe : Ribe Sankt Katharina Kloster, Sognekirke og Hospital, Ribe 1978, pp. 20-23.

22À Ribe, les frères prédicateurs avaient du quitter leur couvent à cause de la Réforme ; en 1536 ou 1537 le gouvernement de la ville proposa au roi d'utiliser l'église comme église de paroisse et d'installer un hôpital dans les bâtiments, ce que le roi approuva en 1543. Comme à Flensbourg plusieurs institutions furent unifiées dans l'hôpital, dont le conseil d'administration était composé du préfet, de l'évêque, du chapitre et du conseil urbain. Chaque année ce groupe élisait deux administrateurs, dont l'un chanoine, l'autre conseiller ou citoyen en dehors du conseil. L'hôpital avait son propre pasteur ; au xviie siècle ce dernier joignit sa charge à l'hôpital avec un office à la cathédrale.22

  • 23 Finn Grandt-Nielsen, Pernille Lykkes Boder, Fynske Minder 1973, pp. 69-70.

23À Odense, Pernille Lykke créa en 1617 une fondation qui devait abriter trois femmes pauvres et deux orphelins, élèves du lycée, pendant trois ans. Comme administrateur, la fondatrice noble choisit le pasteur local, c'est à dire celui de la paroisse Notre Dame.23

  • 24 Paul G. Ørberg : Nâr nøden er størst. Viborg Cråbrødre Klosters historie fra reformationen til nut (...)

24À Viborg, nous retrouvons le schéma que nous connaissons déjà. Les frères mendiants furent forcés à quitter leur couvent ; les hôpitaux médiévaux furent réunis en une institution. En 1541, le roi assigna à cette dernière les bâtiments du couvent des Franciscains. L'ancienne léproserie avait été administrée par le chapitre de la cathédrale, tandis que l'autre fondation d'origine médiévale avait été gérée par la ville. Cette origine double de l'hôpital de 1541 est reflétée dans la constitution de cette dernière, car l'administrateur devait être élu par le préfet, l'évêque, le chapitre, les maires et le conseil de la ville. Il devait être chanoine, et chaque année rendre des comptes devant ses électeurs et les présidents de chaque corporation.24

25La collaboration des corporations est un trait que nous avons déjà remarqué à propos de Husum.

26La stipulation que l'administrateur devait appartenir au chapitre était une solution administrative assez sage, car les canonicats ne furent pas abolis à la Réforme. En joignant l'administration à un canonicat on rémunérait l'administrateur pour son travail.

  • 25 Ibid., pp. 34-35.

27Même si la liste des administrateurs n'est pas complète, elle nous permet quand même de distinguer plusieurs phases d'administration. Pendant le premier siècle après la refondation de l'hôpital, les administrateurs appartenaient au clergé. Anders Skovgaard, qui avait été nommé archidiacre en 1518 fut élu le premier administrateur de l'hôpital unifié en 1545, ses sucesseurs étaient des chanoines ou pasteurs des principales églises de la ville. L'historien de l'hôpital, M. Ørberg, constate avec raison que les administrateurs appartenaient à ce groupe composé du haut clergé et de l'aristocratie de conseillers unis par des alliances matrimoniales, dans lequel se recrutait le patriciat.25

28Avec l'élection de Peder Lassen en 1638 commença l'ère des juristes qui dura, elle aussi, près d'un siècle. En 1728, le négociant Naaman Harch fut élu administrateur et aussi ses successeurs immédiats, un orfèvre et un négociant, appartenaient à la couche aisée de la bourgeoisie. L'élection de Jens Georg Dinesen en 1797 comme administrateur signifia le retour de juristes au pouvoir. Contrairement à ce que nous connaissons des villes comme Lübeck ou Flensbourg, la charge d'administrateur d'hôpital ne préparait pas la voie menant au conseil.

***

29Après cet aperçu de l'administration hospitalière dans des villes choisies, essayons maintenant de dégager des traits communs.

  • 26 Clasen, op. cit. VII, p. 26 ; Schmidt, op. cit., pp. 143-144.

30L'empreinte religieuse variait beaucoup d'une institution à l'autre, selon le zèle du pasteur. À Neustadt, un nouveau réglement fut introduit en 1636. Il obligeait les habitants de l'hôpital à assister aux prières à sept heures du matin (huit heures en hiver) et à trois heures de l'après-midi (on disait les laudes et les vêpres monastiques), aux sermons du vendredi, à ceux de midi et de l'après-midi du dimanche ainsi que des fêtes, enfin à l'homélie du mercredi dans l'église principale de la ville. Aussi à Sternberg, les prières du matin et du soir sont probablement des survivances médiévales.26

  • 27 Stolle, op. cit., p. 19 ; Plessing, op. cit., pp. 208-209.

31Ainsi à Lübeck, même au xixe siècle les habitants de l'hôpital du St-Esprit étaient obligés à assister, à la messe dominicale bien entendu, à celle du vendredi ainsi qu'aux trois prières journalières.27

  • 28 Ørberg, op. cit., p. 89 (à propos des années 1660).
  • 29 Schmidt, op. cit., pp. 171-172.

32Aussi à Viborg, le nombre de dévotions était considérable : bien entendu des sermons les dimanches et les jours de fêtes, de même les mercredis pendant les périodes de carême, enfin des prières quotidiennes28 matin et soir. À Sternberg, l'évêque dut rappeler en 1715 l'obligation des habitants des hôpitaux à assister aux prières du matin et du soir.29

  • 30 Plessing, op. cit., pp. 205-206,214-218.

33Cependant, il serait téméraire de voir dans cette discipline religieuse, partout des survivances du Moyen Âge, même si à Lübeck, à Sternberg et à Neustadt il y avait une continuité institutionnelle. Selon toute vraisemblance, il faut voir ces mesures comme le reflet du renforcement de la discipline ecclésiastique qu'on constate partout en Europe occidentale aux xviie et xviiie siècles, tant dans l'Église catholique que protestante. À Lübeck, nous pouvons suivre l'introduction graduelle d'une discipline plus prononcée. L'ancien cuisinier de l'hôpital du St-Esprit et sa femme léguèrent à l'hôpital une somme pour la réparation de son église, où depuis 80 ans on n'avait pas pu célébrer la messe. L'église fut réaménagée en 1650 après quoi on y prêchait chaque vendredi matin. Toutefois les prières quotidiennes en commun ne paraissent documentées que vers la fin du xviie siècle.30

  • 31 Dittmer, op. cit., pp. 104-111 (statuts de 1263) ; Techen, op. cit., p. 160.
  • 32 Clasen, op. cit., VI, p. 50.
  • 33 Lüders, op. cit., p. 68.

34Dans d'autres domaines, nous pouvons constater des survivances médiévales. Au Moyen Âge, les hôpitaux du St-Esprit de Lübeck, de Neustadt et de Wismar appliquaient les mêmes modalités d'admission. Après une année probatoire, le candidat professait les vœux monastiques de chasteté, d'obéissance et de pauvreté. C'était ainsi à Lübeck et à Wismar,31 à Neustadt on promettait l'obéissance après Tannée probatoire et laissait à l'hôpital sa propriété, le vœu de chasteté fut probablement sous-entendu.32 La tradition monastique survécut à la Réforme car les ordonnances ecclésiastiques luthériennes exigèrent que la propriété des habitants échoie à l'hôpital après leur mort, ce qui n'est qu'une application du principe de la pauvreté. Il était toujours en vigueur au xviiie siècle quand Christian Otte fonda son asile de pauvres à Eckernförde.33

  • 34 Dittmer, op. cit., pp. 107-108.
  • 35 Techen, op. cit., p. 160.
  • 36 Ørberg, op. cit., p. 80.

35Aussi, l'exigence de la chasteté se situait dans la tradition monastique. D'après les statuts de 1263 pour Lübeck, un couple marié pouvait être admis à la condition de ne plus être apte à procréer et de prometre d'observer la chasteté.34 Les mêmes principes furent appliqués, quand en 1346, l'hôpital de Wismar décida d'admettre des couples mariés.35 Malgré ses origines catholiques, la même coutume resta en vigueur à Viborg en 1677.36

36Si, deux siècles après la Réforme, on vénérait toujours les principes monastiques d'obéissance, de pauvreté et de chasteté, si la discipline ecclésiastique renforcée fit découvrir de nouveau les laudes et les vêpres, le résultat fut que, vers 1750 la vie intérieure d'un hôpital ressemblait probablement plus à ce qu'elle avait été en 1500, qu'un siècle plus tard.

***

  • 37 Nous ne considérons pas ici les fondations purement privées comme "Pernille Lykkes Boder" à Odense (...)
  • 38 Ernst-Adolf Meinert : Die Hospitäler Holsteins im Mittelalter : ein Beitrag zur mittelalterlichen (...)

37Comme les hôpitaux se trouvaient à la charnière entre l'Église, le gouvernement urbain et le prince, leur domination fut souvent contestée.37 Au plus tard au xive siècle, l'administration des hôpitaux appartenait au conseil de la ville, c'était lui qui choisissait les administrateurs et ces derniers rendaient des comptes devant le conseil. Les statuts de 1263 pour l'hôpital du St-Esprit de Lübeck avaient prévu un magister comme administrateur quotidien, mais qui devait coopérer avec des provisores et des consules. Même avant 1300 ces derniers l'avaient emporté sur le magister qui disparut comme charge administrative. Aussi à Neustadt, à Sternberg et à Wismar l'hôpital se trouvait sous le contrôle du conseil municipal ; il en était de même dans plusieurs villes du Holstein : Kiel, Rendsburg et Krempe.38

  • 39 Ibid., pp. 95 et 109. L'hôpital à Oldesloe paraît s'être trouvé à l'origine sous tutelle ecclésias (...)

38À Itzehoe comme à Segeberg, l'hôpital fut administré par un membre du chapitre de Hambourg, respectivement d'Eutin, mais aussi dans ces deux villes le conseil réussit à étendre son contrôle à l'hôpital.39

  • 40 Ibid., p. 61.

39Cette évolution vers la tutelle du gouvernement urbain fut facilitée par le statut du concile de Vienne, qui en 1311 stipula que des laïcs qualifiés devaient s'occuper de l'administration des hôpitaux.40

  • 41 Niels Skyum-Nielsen, Äerkekonge og aerkebiskop. Nye traek i dansk kirkehistorie 1376-1536, Scandia (...)

40Pourtant, on entrevoit une révolution en sens contraire, du moins au Danemark. En 1398, la maison du St-Esprit à Lund (Scanie) vendit des possessions immobilières après avoir demandé l'autorisation de l'archidiacre de la cathédrale. Les intérêts de la ville furent représentés par un maire, un conseiller et un avoué, mais une génération plus tard, l'archidiacre agit seul, sans représentants de la ville. La même collaboration entre chapitre et ville à propos d'une institution ecclésiastique, on la trouve à Roskilde à propos du couvent de Ste-Agnète et avec le même résultat : le chapitre, appuyé par l'évêque, l'emporta sur la ville.41

41Lors de la Réforme, le prince apparaît dans le jeu d'intérêts autour des hôpitaux. Cependant, dans beaucoup de cas, les deux tendances esquissées continuent après le changement de religion. Les statuts des hôpitaux de Haderslev, de Ribe et de Viborg – tous émanant ou confirmés par le prince-prévoient la collaboration entre le chapitre et la ville. On resta dans la tradition danoise, mais ajouta la ville. Solution intelligente qui permettait au prince de s'appuyer tantôt sur l'un tantôt sur l'autre groupe, le cas échéant.

42Lübeck, dépendant directement de l'Empereur, réussit à garder le contrôle de l'hôpital pour la ville. Après de longues négociations le conseil accepta en 1602 de faire participer les citoyens en dehors du conseil à la gestion de l'hôpital du St-Esprit. Une solution pareille fut introduite à Wismar lors de la Réforme. La même représentation des deux éléments urbains, on la retrouve à Haderslev.

43À Husum, Neustadt et Sternberg l'administration de l'hôpital reçut après la Réforme un cachet ecclésiastique. Comme électeurs des administrateurs à Husum furent établis les jurés de paroisse, le conseil et les représentants des corporations (statuts de 1603), à Neustadt c'était le pasteur principal qui devait gérer l'hôpital, assisté par des représentants du conseil et des citoyens en dehors de ce dernier, le tout sous le contrôle du prince ou de son préfet. À Sternberg, le prince juxtaposa en 1584 le clergé et le conseil municipal comme contrôleurs de l'administration, ce qui déclencha un conflit entre les deux groupes ; le prince saisit l'occasion pour éliminer le conseil en tant qu'instance de contrôle.

44Nous avons pu distinguer trois types d'administration hospitalière après la Réforme. L'un la garde exclusivement sous le contrôle de la ville, mais en ajoutant des représentants des non-conseillers. Lübeck était autonome, et il paraît que dans le cas de Wismar, le prince ait accepté l'état des choses.

45L'autre type de régime, on le trouve dans l'ancienne province ecclésiastique du Danemark ; il associe la ville et le chapitre dans l'administration. En ce qui concerne le chapitre, on restait dans la tradition du bas Moyen Âge, mais en ajoutant la ville comme partenaire intéressé. L'existence de ce type s'explique par le fait que nous le trouvons dans les anciennes cités munies d'un chapitre.

46Le troisième type caractéristique aux petites villes – Husum, Neustadt, Sternberg-où en l'absence d'un patriciat puissant ou d'un chapitre peut-être encore catholique, la domination princière devrait être facile. Il apparaît que dans les trois cas, le prince se soit servi de l'Église pour arriver à ses fins. Ces petites villes étaient trop faibles pour s'opposer vraiment au prince luthérien, selon la nouvelle doctrine "summus episcopus" de l'Église.

Notes

1 Solveigh Holtmann : Hospitäler, Krankenhäuser und karitative Einrichtungen im Herzogtum Schleswig, Dissertation, Kiel 1969, p. 8 (à propos des hôpitaux du St-Esprit).

2 Friedrich Techen, Das Haus zum Heiligen Geiste zu Wismar, Mecklenburgische Jahrbücher XCI, 1927, pp. 181-187.

3 K. Schmidt, Geschichte der Schönberger Hospitalien, Mecklenburgische Jahrbücher LV, 1890, p. 139.

4 Ibid., pp. 141-144.

5 Ibid., pp. 146-148.

6 Ibid., pp. 149 et 152.

7 Ibid., pp. 154-159.

8 Ibid.,pp. 160,176-178.

9 Martin Clasen, Vom 600-jährigen „Hospital zum Heiligen Geist‟ vor Neustadt, Jahrbuch für Heimatkunde Oldenburg-Ostholstein, VI, 1962, pp. 44-45 et VII, 1963, pp. 22-26.

10 G. W. Dittmer : Das heil. Geist Hospital und der St. Clemens Kaland zu Lübeck, nach ihren früheren und jetzigen Verhältnissen aus den Urkunden und Acten beider Stiftungen, Lübeck 1838, pp. 49-50, 53-54 et 109 ; Wilhelm Plessing : Das Heiligen-Geist-Hospital in Lübeck im 17. und 18. Jahrhundert, Lübeck 1914, pp. 11-12 et 16-23 ; Dorte Stolle : Das Heiligen Geist Hospital zu Lübeck : eine historischsozialhygienische Studie, Dissertation (Médecine) Lübeck 1970, p. 10.

11 Plessing, op. cit., p. 17.

12 Ibid., pp. 49-129.

13 Geert Herbert Lüders, Die Ottesche Armenstiftung in Eckernförde seit ihrer Fundation 1739, Jahrbuch der Heimatgemeinschaft Eckernförde, XXVII, 1969, pp. 60 et 69-70.

14 Magnus Voβ : Chronik des Gasthauses zum Ritter St. Jürgen zu Husum : ein Beitrag zur Geschichte der Stadt, Husum 1902, pp. 26, 122, 125-126.

15 Ibid., p. 151.

16 Thomas Otto Achelis : Aus der Geschichte des Herzog-Hans-Hospitals in Hadersleben, Zeitschrift der Gesellschaft für Schleswig-Holsteinische Geschichte, LVII, 1928, pp. 234-235.

17 Ibid., p. 249.

18 Gerhard Kraack in : Hospital und Kloster zum Heiligen Geist : Geschichte einer Flensburger Stiftung, Schriften der Gesellschaft für Flensburger Stadtgeschichte e.V. XLVIII, Flensburg 1995, pp. 24-29.

19 Ibid., pp. 48-49.

20 Ibid., pp. 56-57.

21 Ibid., pp. 61 et 64.

22 Henrik Graebe : Ribe Sankt Katharina Kloster, Sognekirke og Hospital, Ribe 1978, pp. 20-23.

23 Finn Grandt-Nielsen, Pernille Lykkes Boder, Fynske Minder 1973, pp. 69-70.

24 Paul G. Ørberg : Nâr nøden er størst. Viborg Cråbrødre Klosters historie fra reformationen til nutiden, Viborg 1986, pp. 17-24.

25 Ibid., pp. 34-35.

26 Clasen, op. cit. VII, p. 26 ; Schmidt, op. cit., pp. 143-144.

27 Stolle, op. cit., p. 19 ; Plessing, op. cit., pp. 208-209.

28 Ørberg, op. cit., p. 89 (à propos des années 1660).

29 Schmidt, op. cit., pp. 171-172.

30 Plessing, op. cit., pp. 205-206,214-218.

31 Dittmer, op. cit., pp. 104-111 (statuts de 1263) ; Techen, op. cit., p. 160.

32 Clasen, op. cit., VI, p. 50.

33 Lüders, op. cit., p. 68.

34 Dittmer, op. cit., pp. 107-108.

35 Techen, op. cit., p. 160.

36 Ørberg, op. cit., p. 80.

37 Nous ne considérons pas ici les fondations purement privées comme "Pernille Lykkes Boder" à Odense ou l'hospice de pauvres créé à Eckernförde par Christian Otte.

38 Ernst-Adolf Meinert : Die Hospitäler Holsteins im Mittelalter : ein Beitrag zur mittelalterlichen Stadtgeschichte (Quellen und Forschungen zur Geschichte Schleswig-Holsteins CVII, Neumünster 1997), pp. 61-63, 75, 103.

39 Ibid., pp. 95 et 109. L'hôpital à Oldesloe paraît s'être trouvé à l'origine sous tutelle ecclésiastique ; dès le milieu du xve siècle, son administration était mixte (un prêtre, deux citoyens de Lübeck et deux d'Oldesloe), ibid., p. 80.

40 Ibid., p. 61.

41 Niels Skyum-Nielsen, Äerkekonge og aerkebiskop. Nye traek i dansk kirkehistorie 1376-1536, Scandia XXIII, 1955-1957, pp. 22-23.

© Presses universitaires de Lyon, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search