Version classiqueVersion mobile

Les administrateurs d'hôpitaux dans l'Europe moderne

 | 
Jean-Pierre Gutton

La gestion des hôpitaux en Suisse romande

Quelques éléments pour une histoire des administrateurs au xviiie siècle

Cécile Lacharme

Texte intégral

  • 1 C'est à Genève en effet qu'on compte le plus de monographies consacrées à la vie hospitalière. On (...)
  • 2 B. Lescaze, Le briseur de chaînes, Abraham Joly. 1748-1812, Genève, Hôpitaux Universitaires de Gen (...)
  • 3 M. Louis-Courvoisier, ouv. cité.

1Messieurs les directeurs, qui êtes-vous ? La question est ambitieuse. Il serait en effet utopique de restituer en sa totalité un portrait des recteurs d'hôpitaux suisses pour cette première étude. Les recherches sur la vie des administrateurs ne sont encore qu'à leurs débuts. Seuls quelques auteurs genevois, qui semblent plus avancés dans le domaine de l'histoire hospitalière en Suisse romande1, ont ouvert la voie vers de nouvelles perspectives orientées vers la prosopographie des directeurs d'hôpitaux : un portrait d'hospitalier, celui d'Abraham Joly a été fait2. Micheline Louis-Courvoisier a, d'autre part, posé une problématique en termes nouveaux : « pourquoi devenir directeur ? » telle est la question à laquelle elle tente de répondre pour la période 1750-1820 dans un point de sa thèse récemment publiée3.

  • 4 Pour Fribourg, voir J. Niquille, L'hôpital Notre-Dame de Fribourg, Fribourg, 1921. P. Jacquat « Le (...)

2Dans le reste de la Romandie, faut-il le souligner, les trop rares monographies hospitalières4 sont loin de couvrir le champ d'études très large que constitue une telle institution et les gens qui s'y rapportent. Elles ont certes, pour la plupart, traité des directions hospitalières dans leurs formes institutionnelles mais ne se sont pas en revanche consacrées à leurs responsables.

3Notre choix d'étude se porte sur les « motivations » des administrateurs à l'égard de leur charge hospitalière. Quelles sont les raisons qui poussent les hommes à endosser les hautes responsabilités que suscite la gestion de la plus grande institution d'assistance en Europe ?

  • 5 Jean-Pierre Gutton, « Pour l'histoire d'une élite » dans Gutton J.-P. (Dir), Les administrateurs d (...)

4N'en doutons pas, ce sont nécessairement des esprits motivés et volontaires qui se présentent à ces hautes fonctions administratives car celles-ci leurs demandent temps, argent, initiative5, sens du devoir pour la collectivité ainsi qu'un zèle accru pour la bonne gestion du grand capital hospitalier. Sans toutefois leur ôter des aspirations philanthropiques, ne doit-on pas également s'interroger sur la perception que les directeurs ont de leurs fonctions hospitalières en relation avec leur carrière publique ? L'analyse de cet aspect suppose que l'on définisse d'abord le cadre institutionnel des directions hospitalières suisses.

1. Centralisation et municipalisation des hôpitaux au xvie siècle

  • 6 Jean Imbert, Le droit hospitalier de l'Ancien Régime, Paris, P.U.F., 1987, 307 pages.
  • 7 Le conseil des Deux Cents, le conseil des Soixante, le conseil des Vingt Quatre. Pour exemple, voi (...)

5L'évolution des structures hospitalières en Suisse est assez semblable à celle de son pays voisin français6. Le xvie siècle constitue une étape majeure dans la transformation des administrations. Un peu partout, en effet, on voit les institutions de charité, jusque ici l'apanage des évêchés et des ordres religieux, passer aux mains des pouvoirs publics représentés, en Suisse, par trois conseils composés des bourgeoisies urbaines7.

  • 8 Wandel Lee Palmer, Always Among Us : Image of the Poor in Zwingli's Zurich, Cambridge, 1990, p. 37 (...)

6À Zurich et à Berne, l'administration des hôpitaux fut confiée à quelques membres du conseil de la ville dès 15318. Il en est de même à l'hôpital de Lausanne. La capitale vaudoise et les autres villes de ce canton sont passées sous domination bernoise, et ce pour trois siècles, lors de la conquête de Berne contre les savoyards en 1536. Le pays de Vaud a donc adopté les mêmes institutions que sa ville souveraine et de ce fait, l'administration hospitalière est devenue l'affaire des hommes publics. La même année, la ville de Genève, vit la création de l'Hôpital Général entièrement confié aux pouvoirs publics de la cité.

  • 9 Sur ce sujet, voir Bernard Lescaze, « Pouvoirs publics, charités privées. L'hôpital dans la Cité a (...)
  • 10 B. Lescaze, ouv. cité, p.52.
  • 11 Archives d'État de Fribourg, Règlement nouveau de l'hôpital, ratifié par le suprême sénat en 1759, (...)
  • 12 Vanotti Françoise, ouv. cité, p.37.
  • 13 Chiesa Virgilio, L'Ospedale civico di Lugano. Dati storici e noticie, Bellinzona-Lugano, 1944, p.  (...)
  • 14 Giuseppe Mondada, Locarno e il suo ospidale dal 1361 ai nostri giorni. Nel primo centenario dell'o (...)

7Si l'on a facilement tendance à relier ces mutations d'ordre institutionnel à la Réforme protestante, du fait de leur contemporanéité, la plupart des auteurs sur ce sujet préfèrent, au contraire, bien distinguer réforme de l'assistance et réforme religieuse9. Pour beaucoup en effet, la municipalisation des structures hospitalières découle bien davantage d'un contexte politique et économique favorable à l'émancipation des bourgeoisies urbaines plutôt que d'une laïcisation influencée par les nouvelles idées religieuses10. Pour s'en convaincre, il suffit d'ailleurs de regarder la composition de quelques directions hospitalières dans les cantons restés catholiques : à Fribourg, « la supériorité et la direction de l'hôpital réside dans une espèce de chambre composée de seigneurs patrimoniaux de l'État à savoir, le seigneur trésorier, les seigneurs bannerets et le chancelier »11. À Sion, en Valais, le conseil de la ville devient unique responsable de l'hôpital en 156912. Les tessinois semblent avoir également privilégié la gestion publique des hôpitaux. À Lugano, l'hôpital Santa Maria est confié à quatre députés du bourg dès le début du xvie siècle13. À Locarno, l'hôpital San Carlo connaît une organisation similaire14.

8La municipalisation de l'administration hospitalière n'est donc pas un trait spécifiquement protestant. Certes, la réforme religieuse a favorisé un terrain propice à la laïcisation par le simple fait qu'elle évinçait dans sa théologie les organes ecclésiastiques déjà établis. Néanmoins, elle n'en est pas le moteur, puisque l'on voit les mêmes transformations que ce soit en pays catholique ou protestant.

  • 15 Ces fondations médiévales sont l'hôpital de Notre-Dame du Pont, l'hôpital du Bourg du Four, l'hôpi (...)

9La municipalisation des directions hospitalières s'accompagne, au même moment, d'une centralisation des structures d'assistance dans plusieurs cités romandes. Les petits hôpitaux spécialisés (gîtes pour pèlerins, maladreries, léproseries...), issus de la période médiévale disparaissent peu à peu au profit de nouvelles fondations, plus grandes, qui regroupent l'ensemble des œuvres de charité. Genève est sans doute l'exemple caractérisant le mieux cette rationalisation. Au début du xvie siècle, la cité de Calvin comptait huit fondations intra muros15. Lors de la création de l'Hôpital Général, décidée par le conseil général de la ville en 1536, tous ces hôpitaux disparaissent ou sont annexés à la nouvelle maison. L'Hôpital Général devint et ce, pour trois siècles, la seule institution d'assistance de la ville. Seuls quelques bourses ou bureaux furent créés pour les réfugiés étrangers. Les bâtiments de ce grand hôpital accueillaient alors malades, pensionnaires, rendus, orphelins et un peu plus tard, les écoles d'apprentissage, les fabriques, la discipline et l'hôpital militaire. Lourde charge, donc, qui incombait à la direction d'un tel établissement, d'autant plus que celle-ci gérait également l'assistance à domicile.

2. L'organigramme des directions hospitalières

10Les structures des différentes directions hospitalières en Suisse romande sont relativement uniformes, ce qui nous permet de dresser un schéma global, d'autant plus valable que les formes des directions ne changent pas ou peu durant les trois siècles que constitue la période moderne.

  • 16 AEG, Archives hospitalières Ag 3, règlement 1771, chap.I, art.l.
  • 17 AVL, Chavannes, B.23, mémoire décrivant les institutions lausannoises. Brouillon. 1669-1764, p. 13 (...)

11Les directions étaient organisées en chambre composée de plusieurs membres issus des différents conseils de la ville. La présidence était généralement réservée à un membre éminent de la communauté urbaine. À Genève, la direction était tenue par l'un des quatre syndics de la ville, assisté d'un conseiller d'État et d'un membre de la compagnie des pasteurs16. À Lausanne, un des cinq bannerets de la cité présidait aux séances17.

  • 18 Christian Zurcher, « Le fort supportant le faible ». Chronique de l'hôpital Général de Genève dura (...)
  • 19 Les différentes commissions : les affaires judicielles, les bâtiments de l'hôpital et ce qui en dé (...)

12Les différentes affaires de l'assistance se répartissaient ensuite entre les procureurs, en nombre variable selon la ville et l'époque. À Genève, la direction passa de quatre à huit procureurs en 161318. À Lausanne, ils étaient au nombre de dix au xviiie siècle. Les directeurs se répartissaient tout d'abord selon les bannières de la cité puis en fonction des différents comptes qu'engendrait la gestion de l'hôpital19. À Lausanne, les procureurs se partageaient également les cinq bannières du Bourg, de la Palud, de Saint-Laurent, de la Cité et du Pont.

13La gestion quotidienne des hôpitaux était confiée à un administrateur, élu parmi les membres du conseil des Deux Cents. L'hospitalier était la clé de voûte de l'ensemble de la structure hospitalière, dans la mesure où il faisait le lien direct entre les résidents de l'hôpital et la direction. Sa fonction était double. Son premier rôle était d'ordre administratif et logistique : veiller à la bonne tenue des divers comptes, des registres et des inventaires présentés aux séances. Sa fonction seconde consistait en l'inspection quotidienne de l'hôpital : veiller à ce que le personnel, en l'occurrence des domestiques laïcs, fasse son travail, préserver l'ordre moral, écouter les doléances ou réprimander...

14Les procureurs et l'hospitalier n'avaient pas le même statut. Les premiers avaient voie délibérative au sein de la direction contrairement à l'hospitalier qui n'avait qu'un droit de présence. Autre différence et non la moindre, si les hospitaliers étaient rémunérés pour la charge qu'ils exerçaient à temps complet, les procureurs quant à eux assumaient leur fonction bénévolement. C'est donc séparément qu'il faut envisager la carrière administrative des hospitaliers et des procureurs.

  • 20 Dans les Ordonnances ecclésiastiques de Calvin, les ministres sont divisés en quatre catégories se (...)
  • 21 Archives de la ville de Lausanne, Chancellerie 17/17, Mémoire du Bourgmestre Polier sur l'administ (...)

15Autre fait notable, les représentants religieux ont une place très effacée dans l'organigramme des directions hospitalières. Dans les cas de Genève et de Lausanne, on peut en effet remarquer et ce, du xvie au xviiie siècles, une volonté farouche d'indépendance de la part des municipaux à l'égard des pouvoirs religieux. À Genève, la compagnie des pasteurs défendit rudement son droit que lui avait conféré Jean Calvin, celui d'avoir un pouvoir délibératif dans l'administration hospitalière20. À Lausanne, aucun pasteur n'est présent dans la direction. Lorsque le bourgmestre Polier demanda au conseil des Deux Cents en 1785, l'introduction de pasteurs au sein de la direction, il ne cacha pas ses doutes quant à la réponse qui allait lui être faite : « Je m'attends que cette proposition d'introduire dans notre Direction des Pauvres, un ou deux Messieurs de nos pasteurs sera fortement combattue & désapprouvée de la part de certaines personnes qui sont contre le clergé en général, s'imaginent qu'on ne peut sans danger lui confier la plus petite partie dans aucune espèce d'administration »21.

16La direction des hôpitaux, laissant peu de responsabilités aux pouvoirs religieux en matière de gestion purement administrative, se définit donc en priorité comme une organisation gérée par des hommes publics dont il faut à présent appréhender les origines, les carrières et les motivations.

3. Stratégies familiales et stratégies de carrières au sein des directions hospitalières : les cas de Genève et de Lausanne au xviiie siècle

  • 22 Liste établie à partir des registres de délibérations où sont rappelées annuellement les compositi (...)
  • 23 Liste établie à partir des comptes de l’hôpital de Lausanne. AVL, Chavannes, 1721-1793, D 649 à D (...)

17Nous choisissons deux exemples de directions hospitalières pour illustrer la vie des administrateurs. La direction de l'Hôpital Général de Genève eut en ses rangs 152 procureurs et 16 hospitaliers entre 1708 et 179322. La direction des pauvres de Lausanne, quant à elle, compte 100 directeurs et 5 hospitaliers entre 1721 et 179623.

18La simple consultation de ces listes nous amène à un premier constat : la récurrence des noms de familles est flagrante, que ce soit à Lausanne ou à Genève. Certes, un même nom de famille n'indique pas nécessairement une parenté directe et par conséquent, il est difficile d'établir les éventuelles stratégies familiales à partir de ce simple fait. On peut néanmoins esquisser, à partir de ces recensements, un tableau d'ensemble des représentations familiales au sein des chambres hospitalières.

  • 24 Seuls les procureurs sont pris en compte dans l'analyse des noms de familles.

Tableau 1. Représentations familiales au sein des directions de Lausanne et de Genève. xviiie siècle24.

Tableau 1. Représentations familiales au sein des directions de Lausanne et de Genève. xviiie siècle24.
  • 25 Sur ce sujet, voir Jeremy Charles Jackson, The Evolution of a Municipal Oligarchy : Lausanne, 1536 (...)
  • 26 Le xviie siècle lausannois est marqué par une grave crise politique, culminant en 1668 au sein du (...)
  • 27 Les ballotes, petites balles de différentes couleurs, étaient utilisées au cours des élections aux (...)

19À Lausanne, seules 15 familles détiennent plus de la moitié des postes de la direction entre 1721 et 1796. Parmi elles, les Secrétan, les Bergier, les Seigneux, les Dapples, les de Crousaz, les Panchaud ou encore les Vullyamoz forment une forte proportion du contingent administratif de l'hôpital. Rien d'étonnant à ces sur-représentations dans la mesure où les procureurs sont issus des conseils de la ville et que ceux-ci sont également monopolisés par ces puissantes familles25. Les mesures prises par les souverains de Berne en 166926 pour éviter les brigues aux élections, notamment par l'instauration du système des ballotes27, n'ont pas suffi à limiter la formation de systèmes oligarchiques au sein des conseils.

20La direction hospitalière de Genève, quant à elle, semble un peu plus épargnée puisque 93 familles se partagent les 152 postes recensés entre 1708 et 1793. Il n'en reste pas moins que 30 familles possèdent la moitié des postes parmi lesquelles les Rilliet, les Lullin, les Mallet ou les Trembley ont plus de cinq des leurs à la direction.

21Que ce soit à Genève ou à Lausanne, les directions hospitalières ne sont ni plus ni moins que le reflet de la composition des conseils de la ville. L'oligarchie familiale dans les différents organes politiques, même si elle est dénoncée, est un fait reconnu, incontournable et caractéristique des xviie et xviiie siècles.

22On peut alors se demander à juste raison si ces grandes familles, fortement présentes au sein des directions, n'ont pas trouvé en vérité un moyen d'accroître une renommée et, de ce fait, ont développé une tradition familiale autour des charges publiques.

23S'il l'on se penche un peu plus sur les liens familiaux existant entre les différents directeurs de Lausanne et de Genève, il n'est pas rare de voir le fils remplacer feu le père aux charges hospitalières. Ainsi est-ce le cas à Lausanne pour Benjamin de Saussure (1706-1784), commis de la Palud entre 1741 et 1766, commis du Bourg de 1769 à 1773 puis président de 1773 à 1784. Son père, André de Saussure(1670-1749) fut lui même président de la direction des pauvres de Lausanne entre 1733 et 1752. Christian Dapples (1740-1802) exerça, comme son père Benjamin d'Apples, les charges de procureur de la Cité et de la Palud. On voit les mêmes parentés chez Jean-Louis Seigneux (1660-1731) et Gabriel Seigneux (1695-1775). À Genève, les liens père-fils sont également nombreux au sein de la direction de l'Hôpital Général. Pour exemple, on citera Jean-Daniel Lemaire (1732-1812), procureur entre 1769 et 1774, fils d'André Lemaire, lui même procureur entre 1715 et 1720, et de 1723 à 1728. Les parentés plus éloignées ne manquent également pas dans la composition des directions de Lausanne et de Genève sur l'ensemble du xviiie siècle.

  • 28 Stubenvoll Marianne, « Pas de quartiers » Remarques sur me enquête de noblesse menée par LL.EE dan (...)

24On ne s'attardera pas sur les origines sociales des familles. Noblesse et roture sont représentées équitablement au sein des directions. Les titres de noblesse ne semblent pas être un critère déterminant dans la réussite d'une carrière politique. Ce fait est d'ailleurs souligné par Marianne Stubenvoll. Dans son enquête sur la noblesse lausannoise elle constate, que bien que celle-ci soit en surnombre au sein des conseils, elle a toujours dû partager le pouvoir politique avec quelques familles bourgeoises tout aussi puissantes28.

25Il serait peu prudent, dans l'immédiat, de parler de véritables stratégies pour l'ensemble des familles présentes au sein des directions hospitalières. Pour avoir une idée plus juste, l'étude sérielle des filiations directes et parentés plus éloignées, des alliances matrimoniales et des amitiés serait un atout majeur. Sans parler de stratégie donc, on peut toutefois voir qu'une majorité des directeurs d'hôpitaux sont issus de familles ayant une assise politique stable. La carrière administrative et, par conséquent, l'entrée à la direction hospitalière peut être favorisée par les origines familiales. Partant de ce postulat, il est possible que les motivations des administrateurs à l'égard de leurs charges soient en partie conditionnées par tradition familiale.

  • 29 Bourgeois est employé dans le sens juridique : Résident d'une ville possédant les droits politique (...)

26Que la direction de l'hôpital soit ou non affaire de famille, elle fait partie des charges publiques qu'un bourgeois29 de Genève et de Lausanne peut exercer dans sa carrière politique. Est-elle alors une simple étape dans le parcours d'un individu, et de ce fait perçue sans distinction par rapport aux autres charges administratives de la ville ou, au contraire, a-t-elle un statut particulier aux yeux des directeurs ?

27La durée réelle des charges peut être un bon indicateur pour appréhender cet aspect :

  • 30 La durée des charges n'est pas connue pour l'ensemble des individus. Nous avons d'autre part exclu (...)

Tableau 2. Durées des charges des procureurs et hospitaliers du Grand Hôpital de Lausanne, de 1721 à 179630.

Durée

Procureurs

% procureurs

hospitaliers

% hospitaliers

- de 5 ans

27

31 %

2

40 %

De 5 à 9 ans

27

31 %

0

0

De 10 à 14 ans

15

17 %

0

0

De 15 à 19 ans

9

10.5 %

2

40 %

+ de 20 ans

9

10.5 %

1

20 %

Total

87

100 %

5

100 %

  • 31 Idem Lausanne tableau 2.

Tableau 3. Durées des charges des procureurs et hospitaliers de l'Hôpital Général de Genève de 1708 à 179331

Durée

Procureurs

% procureurs

hospitaliers

% hospitaliers

- de 5 ans

100

64 %

2

13 %

6 ans

56

36 %

13

87 %

Total

156

100 %

15

100

28Sur ce point, les cas de Genève et de Lausanne sont difficilement comparables. Alors que dans la première ville, la durée théorique des mandats pour les hospitaliers et les procureurs est de 6 années consécutives, à Lausanne en revanche, il ne semble pas y avoir de législation à cet égard. Cette différence majeure conduit à des écarts notables entre les deux directions hospitalières.

  • 32 Micheline Louis-Courvoisier, ouv.cité., p. 88-89.

29Observons tout d'abord la durée réelle des mandats genevois : près de 2/3 des procureurs n'exercent pas leurs charges jusqu'à la fin du mandat théorique. Micheline Louis-Courvoisier a constaté le même phénomène pour les années 1750-182032. La raison de ces départs anticipés est très vite clarifiée : une majorité de ces administrateurs démissionnent pour d'autres charges publiques, notamment celle de conseiller au XXIV.

30La charge de procureur apparaît donc ici davantage comme une étape, voire un tremplin, dans la carrière politique d'un notable genevois. À contrario, les durées de mandats chez les hospitaliers de Genève sont généralement bien respectées. Pour les trois quart d'entre eux, en effet, la charge est tenue six années complètes.

31Au sein de la direction des pauvres de Lausanne, le tableau est beaucoup plus mitigé, voire inverse aux résultats obtenus à Genève. Du fait de l'inexistence de durée légale, la palette des temps exercés au sein de la direction est très large, s'échelonnant entre une année et plus de 30 ans. À titre d'exemple, si Daniel-François de Loys n'eut la charge de commis de la cité que trois ans, Pierre-Elie Dugué, lui, l'exerça durant 33 années consécutives. Dans 1/3 des cas, la durée des charges dépasse les dix ans. Pour ces directeurs « de longue durée », on peut estimer que la charge de procureur est loin d'être considérée comme un simple passage dans la carrière administrative. Pour quelques uns, elle peut même être perçue comme une véritable vocation.

  • 33 Moyenne effectuée à partir de la liste des hospitaliers de Lausanne entre 1536-1796. 53 hospitalie (...)

32Le cas des hospitaliers de Lausanne au xviiie siècle est peu commun. Seuls 5 individus exercent ce mandat entre 1721 et 1793. Ils exercent leur fonction à vie : Jean-Pierre Milliquet et Samuel Praye furent hospitaliers 17 années chacun, tout en restant loin derrière Pierre-Isaac Secrétan qui cumula 39 années à la direction de l'hôpital. Ces cas sont néanmoins très particuliers puisque la durée moyenne des mandats pour les hospitaliers entre 1536 et 1720 est de 3 ans33. Sans que l'on puisse, dans l'immédiat, en expliquer la raison, les hospitaliers de Lausanne passèrent de mandats de courte durée à des charges à vie.

33L'âge d'entrée en fonction peut être également un bon indicateur pour situer la charge de directeur d'hôpital dans la vie des recteurs.

34Que ce soit à Genève ou à Lausanne, pour les hospitaliers ou pour les procureurs, la moyenne d'âge à leurs entrées en fonction se situe entre 40 et 50 ans. Certes, on distingue une grande variété des âges si l'on rentre dans le détail. Ainsi à Lausanne, le plus jeune individu recensé, Jean-Louis Rosset, accepte la fonction de commis de la cité au sein de la direction à l'âge de 24 ans. Ceci est d'ailleurs assez exceptionnel dans la mesure où l'entrée au conseil des Deux Cents ne se fait généralement pas en dessous des 25 ans. Par contre, il est fréquent de voir des gens plus âgés. Ainsi Benjamin Dapples, ancien médecin des pauvres de Lausanne, prend une commission à l'aube de ses 75 ans.

Tableau 4 : Âges d'entrée en fonction à la direction hospitalière de Lausanne et de Genève, xviiie siècle.

Tableau 4 : Âges d'entrée en fonction à la direction hospitalière de Lausanne et de Genève, xviiie siècle.
  • 34 La colonne « hospitaliers de Lausanne » inclut les receveurs des pauvres qui sont également rémuné (...)

35S'il ne semble pas y avoir d'âge « type » comme le suggère la répartition par classes d'âges du tableau 4, on peut cependant constater que les directeurs, hospitaliers et procureurs confondus, sont majoritairement des hommes d'âge mûr lorsqu'ils entrent en fonction, ce qui les place à priori davantage en milieu de carrière34.

  • 35 Âge d'entrée au conseil des Deux Cents

36L'âge des recteurs dépend du moment où ces derniers entrent dans la vie publique et des différentes charges administratives tenues avant celle de directeur. À Genève, l'entrée au CC se fait en moyenne à 34 ans35. Rares sont ceux en effet qui entrent au conseil avant l'âge de 30 ans, les sièges étant très convoités. De plus, beaucoup ont une vie très active avant d'entamer une carrière politique. Plusieurs directeurs ont eu par exemple une carrière militaire, notamment à l'étranger. Par exemple, Jean-Daniel Seigneux, procureur à la direction des pauvres de Lausanne en 1775, fut capitaine au Piémont, au régiment de Montfort avant de s'installer à Lausanne. Auguste de Crousaz (1753-1798), procureur de Lausanne également, servit plusieurs années en France au grade de capitaine. Il fit également deux campagnes sur mer et se porta volontaire au siège de Gibraltar. Son expérience au delà des frontières suisses lui valut par la suite le grade de colonel d'artillerie bernois. Il organisa l'arsenal de Chillon et la flottille de guerre du Léman. À Genève, plusieurs directeurs s'illustrèrent également dans une carrière militaire : pour ne citer que lui, Jean-Ferdinand Grenus (1752-1831), fut capitaine au service de Louis XVI en 1779 avant de revenir en Suisse et d'entamer une carrière politique à Genève.

37Les juristes semblent représenter la plus forte proportion des directeurs. La plupart exercent à titre privé leur fonction de notaire ou d'avocat. Négociants, marchands, banquiers sont tout aussi présents sans que l'on puisse donner dans l'immédiat un chiffre convaincant. Genève, plus encore que Lausanne semble regorger de riches négociants. C'est le cas pour Louis-Charles Fazy (1735-1804), possédant une fabrique d'indiennes et une blanchisserie de toiles à Lyon ainsi que des comptoirs à Bordeaux, Marseille et Montpellier.

38Les médecins et les pharmaciens ont également une place indéniable au sein des directions hospitalières. Certaines familles, notamment à Lausanne, ont acquis une notoriété et des richesses suffisantes pour prétendre à des sièges au conseil et de ce fait à la direction hospitalière. Les Dapples, famille de médecins proche du célèbre Tissot sont, nous l'avons vu, très présents à la direction de Lausanne.

39Quant à la carrière administrative proprement dite, s'il est difficile de donner un chiffre exact du nombre des fonctions exercées antérieurement à la direction hospitalière par chacun des individus, on arrive cependant à élaborer un classement. À Genève, c'est généralement la charge d'auditeur qui est donnée aux nouveaux venus. Bien qu'ils soient peu nombreux, quelques uns des futurs directeurs genevois ont également pu avoir accès à la haute magistrature en endossant les charges de châtelain aux affaires civiles ou d'ancien du Consistoire, le tribunal des mœurs. Ces derniers offices semblent néanmoins réservés habituellement à des individus plus âgés, ayant eu plusieurs offices telle que la direction hospitalière.

40Si l’on observe les charges postérieures, on constate d'abord qu'elles sont plus variées et qu'elles correspondent à une responsabilité plus importante et plus prestigieuse. À Genève, près de la moitié des recteurs, nous l'avons vu, obtiennent un siège au conseil des XXIV pendant ou après leur mandat hospitalier. Un tiers accède également au poste alors très prestigieux de syndic. Pour beaucoup d'autres, la carrière se poursuit dans la magistrature : Ancien du Consistoire, châtelain, procureur de justice, sautier. D'autres assument de hautes responsabilités dans la trésorerie ou dans la police : contrôleur, commissaire général, procureur de police, forestier. On voit également des secrétaires d'État et des directeurs des halles.

  • 36 Le maisonneur était l'architecte de la ville.
  • 37 Le métral est l'officier civil chargé de la réglementation des poids et mesures et de dénoncer tou (...)
  • 38 Voir annexe.

41À Lausanne, beaucoup de directeurs deviennent également conseillers des XXIV au cours de leur vie. Comme à Genève, les postes administratifs tenus par les directeurs d'hôpitaux se répartissent entre la magistrature et l'économie : juge à la cour du chapitre (affaires civiles) ou au Consistoire. Comme à Genève, beaucoup se voient confier la charge de forestier, de sautier ou de boursier. Les charges de maisonneur36, de métral37, et de banneret sont également très prisées. Les institutions lausannoises comportent également des charges indépendantes des conseils, représentant le pouvoir bernois. Le bailli, toujours bernois, est assisté d'un lieutenant et d'assesseurs baillivaux qui sont, en revanche lausannois. Beaucoup de directeurs assument la responsabilité de ces charges baillivales38.

42À l'issue de cette courte analyse, il semble indéniable que la charge de recteur d'hôpital s'inscrit dans un cursus administratif réservé à une élite bourgeoise déjà bien établie dans les rouages du pouvoir politique urbain. Si l'on note des différences notables dans la façon de percevoir la charge d'administrateur d'hôpital au sein d'une carrière, on peut cependant établir quelques profils d'ensemble. Les notables genevois, du fait de leurs nombreuses démissions avant terme, semblent concevoir leur charge de procureur comme une simple étape, voire un tremplin pour d'autres responsabilités plus prestigieuses. Les recteurs lausannois semblent plus partagés. Si certains restent peu de temps au sein de la direction, d'autres semblent au contraire percevoir leur charge comme une véritable vocation du fait de leurs longs mandats.

  • 39 Daniel Hickey, « Les mécanismes de la stratégie sociale. Bienfaiteurs et administrateurs des hôpit (...)

43Dans tous les cas néanmoins, il serait réducteur de limiter les motivations des directeurs et des hospitaliers à de simples ambitions de carrières. Certes, comme l'a suggéré, par exemple, Daniel Hickey sur ce sujet, la charge qui incombe aux administrateurs d'hôpitaux ne fait que renforcer un prestige et « une position comme membres des élites communautaires »39. Nous ajouterons qu'à une moindre échelle, la tenue de telles fonctions s'inscrit pour beaucoup au sein d'une tradition familiale. Mais s'attacher à ces faits uniques reviendrait à évincer d'autres aspirations, notamment plus spirituelles ou religieuses, inhérentes à la direction de l'hôpital. Les recteurs et plus encore les hospitaliers, sont en relation directe avec les pauvres et les malades. Lors des séances bihebdomadaires, les directeurs reçoivent les doléances des nécessiteux à qui ils donnent assistance. Ils sont de ce fait juges de la misère et cet aspect de leur charge leur confère une responsabilité toute particulière. Or, un portrait des administrateurs d'hôpitaux ne saurait être complet si l'on ne prenait pas en compte cet aspect de leur devoir hospitalier. Il faudrait à l'avenir s'intéresser à leurs aspirations envers les œuvres d'assistance que regroupe l'institution hospitalière. Aspirations collectives d'une part, en considérant les politiques sociales et religieuses à l'égard des indigents, reflétées par les divers documents émanant de la direction et notamment les registres de délibérations. Aspirations personnelles, d'autre part : les mémoires, les testaments et autres archives privées, même si elles sont rares, constituent des sources précieuses pour établir quelques portraits plus intimes. Ces études plus approfondies sur les motivations religieuses des directeurs d'hôpitaux dans le monde protestant, notamment en Suisse romande, pourraient de plus servir de base à une comparaison avec les pays catholiques, car s'il est aujourd'hui bien établi que les recteurs d'hôpitaux catholiques associaient généralement leurs charges à l'esprit tridentin et au mouvement dévot qui caractérisent les xvie et xviie siècles, on sait en revanche encore peu de choses sur les motivations spirituelles des gestionnaires publics protestants. La voie de recherche reste donc ouverte...

Annexe. Les institutions lausannoises au xviiie siècle40

  • 40 Organigramme inspiré de Gilbert Coutaz, Guide des archives de la Ville de Lausanne, Lausanne, Arch (...)

Notes

1 C'est à Genève en effet qu'on compte le plus de monographies consacrées à la vie hospitalière. On citera notamment le collectif B. Lescaze (Dir.), Sauver l'âme, nourrir le corps : de l'Hôpital Général à l'Hospice Général de Genève. 1535-1985, Genève, Hospice Général, 1985. M. Louis-Courvoisier, Soigner et consoler. La vie quotidienne dans un hôpital à la fin de l'Ancien Régime. Genève, 1750-1820, Bibliothèque d'Histoire de la Médecine et de la Santé, Genève, Georg éd., 318 pages. Pierre-Yves Donzé s'est également intéressé aux administrateurs d'hôpitaux dans son mémoire de licence récemment publié : L'Hôpital bourgeois de Porrentruy (1760-1870) : gestion du patrimoine, médicalisation des soins et assistance aux pauvres, Neuchâtel, 1998.

2 B. Lescaze, Le briseur de chaînes, Abraham Joly. 1748-1812, Genève, Hôpitaux Universitaires de Genève, 1997, 32 pages. Zurbuchen Walter, « Une grande figure oubliée : Abraham Joly » dans B. Lescaze (dir.), Sauver l'âme, nourrir le corps... p. 327-331. M. Louis-Courvoisier., ouv. cité, pp. 128-132.

3 M. Louis-Courvoisier, ouv. cité.

4 Pour Fribourg, voir J. Niquille, L'hôpital Notre-Dame de Fribourg, Fribourg, 1921. P. Jacquat « Le charitable Grand Hôpital des Bourgeois de Fribourg », Nouvelles Etrennes fribourgeoises, 74, 1941, p. 93-100. M. Nadot, Des « médiologues » de Santé à Fribourg ? histoire et épistémologie d'une science soignante non médicale 1744-1944, Lyon, 1992.
Pour le Valais et notamment Sion, voir F. Vanotti, L’hôpital de Sion à travers les siècles, 1163-1987, Sion, 1987.
Lausanne (Vaud) n'a pas de monographie hospitalière. Elle, et tout le reste du canton, ont en revanche une étude très détaillée de la médecine et de la santé des origines à la fin du xviiie siècle offerte par Eugène Olivier, où l'on trouve de précieux renseignements : Médecine et santé dans le canton de Vaud, Lausanne, 2e éd., 1962, 4 tomes.
Le Tessin a fait l'objet d'une étude récente. R. Talarico, Il cantone malato. Igienc e sanità pubblica nel Ticino dell'Ottocento, ed. Pellegrini-Canevascini, 1988.

5 Jean-Pierre Gutton, « Pour l'histoire d'une élite » dans Gutton J.-P. (Dir), Les administrateurs d'hôpitaux dans la France d'Ancien Régime, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1999, p. 8.

6 Jean Imbert, Le droit hospitalier de l'Ancien Régime, Paris, P.U.F., 1987, 307 pages.

7 Le conseil des Deux Cents, le conseil des Soixante, le conseil des Vingt Quatre. Pour exemple, voir organigramme des institutions politiques à Lausanne au XVIIIe siècle, en annexe du présent article.

8 Wandel Lee Palmer, Always Among Us : Image of the Poor in Zwingli's Zurich, Cambridge, 1990, p. 37. E. Olivier, ouv cité, tome 2, p. 544.

9 Sur ce sujet, voir Bernard Lescaze, « Pouvoirs publics, charités privées. L'hôpital dans la Cité au xvie siècle » dans Lescaze B.(dir.), ouv. cité, p. 49-68. Wandel Lee Palmer, ouv. cité, pp. 12-30. Miriam Chrisman : « Urban Poor in the sixteenth Century : the Case of Strasbourg », Studies in Medieval Culture, vol. 13., 1978, pp. 59-67. Robert Kingdon « Social Welfare in Calvin's Geneva », American Historical Review, 76, 1971, pp. 59-71.

10 B. Lescaze, ouv. cité, p.52.

11 Archives d'État de Fribourg, Règlement nouveau de l'hôpital, ratifié par le suprême sénat en 1759, sans cote.

12 Vanotti Françoise, ouv. cité, p.37.

13 Chiesa Virgilio, L'Ospedale civico di Lugano. Dati storici e noticie, Bellinzona-Lugano, 1944, p. 25.

14 Giuseppe Mondada, Locarno e il suo ospidale dal 1361 ai nostri giorni. Nel primo centenario dell'ospedale « la carita », Locarno, 1971, pp. 44-65.

15 Ces fondations médiévales sont l'hôpital de Notre-Dame du Pont, l'hôpital du Bourg du Four, l'hôpital de la Trinité, l'hôpital Saint-Bernard, l'hôpital de Marlioz, l'hôpital des Pauvres honteux ou de l'Eucharistie, et l'hôpital de la Madeleine. Danièle Alex-Cabanis, « Des hôpitaux médiévaux à l'Hôpital Général de Genève » dans B. Lescaze(Dir), ouv.cité, pp. 1-20.

16 AEG, Archives hospitalières Ag 3, règlement 1771, chap.I, art.l.

17 AVL, Chavannes, B.23, mémoire décrivant les institutions lausannoises. Brouillon. 1669-1764, p. 132.

18 Christian Zurcher, « Le fort supportant le faible ». Chronique de l'hôpital Général de Genève durant la crise de 1628-1632 : Assistance, médecine et répression, mémoire de licence, Faculté de Lettres, Université de Genève, 1997, p. 12.

19 Les différentes commissions : les affaires judicielles, les bâtiments de l'hôpital et ce qui en dépend, les caisses et titres qui en dépendent, l'achat des cuirs, la boutique du cordonnier et la distribution des souliers, les toiles et linges, achat des étoffes, boutique du tailleur et distribution des hardes, moulins, apprentissages. AEG, Archives hospitalières Ag 3, règlement 1771, chap.II, article 4.

20 Dans les Ordonnances ecclésiastiques de Calvin, les ministres sont divisés en quatre catégories selon des fonctions particulières : les pasteurs et les docteurs ont une fonction de prédication et d'enseignement, les Anciens sont chargés de veiller aux mœurs. Les diacres sont, quant à eux, « deputez a recevoir, dispenser et conserver les biens des povres tant aulmosnes quotidiennes que possessions, rentes et pensions... soigner et penser les malades et administrer la pitance des pauvres ». Ce dernier office de diacre les autorise à avoir un siège au sein de la direction. « Ordonnances ecclésiastiques » dans Registres de la Compagnie des Pasteurs, éd. G. Cahier, M. Campagnolo, M.Louis-Courvoisier, Genève, 1993, tome 1, pp. 6-7.

21 Archives de la ville de Lausanne, Chancellerie 17/17, Mémoire du Bourgmestre Polier sur l'administration de la Bourse des Pauvres, 1785.

22 Liste établie à partir des registres de délibérations où sont rappelées annuellement les compositions de la direction et les fonctions de chacun. AEG, Archives hospitalières, Registres de délibérations des procureurs de l'hôpital, 1708-1799, Aa/82 à Aa 109. Les renseignements biographiques des directeurs genevois ont majoritairement été trouvés dans les ouvrages suivants : Choisy A., Dufour-Vernes L. (Dir.), Recueil généalogique suisse. Genève, A.Jullien éd., 1902-1918, 3 tomes. Choisy A., Généalogies genevoises. Familles admises à la bourgeoisie avant la réformation. Genève, imprimerie Albert Kundig, 1947. J-A. Galiffe (Dir.), Notices généalogiques sur les familles genevoises, Genève, J.Barbezat imp., 6 tomes. S. Stelling-Michaud (Dir.), Le livre du recteur de l'Académie de Genève (1559-1878), Genève, Droz, 1959-1980, 6 tomes.

23 Liste établie à partir des comptes de l’hôpital de Lausanne. AVL, Chavannes, 1721-1793, D 649 à D 656. Les renseignements biographiques sur les directeurs lausannois ont été trouvés dans Van Muyden B., Pages d'histoire lausannoise. Bourgeois et habitants, Lausanne, Georges Bridel et Cie, 1911. Société vaudoise de généalogie, Recueil des généalogies vaudoises, Lausanne, G.Bridel, Payot, 1912-1950, 3 volumes. Mabille du Chêne Madeleine, Généalogie de la Famille de Crousaz, Toulouse, Douladoure, 1924, 47 pages, Jean Charles Isaac Secrétan, Sa généalogie et sa descendance, Lausanne, impr. Centrale, 1933, 156 pages. Les archives cantonales ont également en leur possession des fiches individuelles de dépouillements pour la période moderne donnant des renseignements précieux.

24 Seuls les procureurs sont pris en compte dans l'analyse des noms de familles.

25 Sur ce sujet, voir Jeremy Charles Jackson, The Evolution of a Municipal Oligarchy : Lausanne, 1536-1798, Thèse de Doctorat, Université de Pennsylvanie, 1971.

26 Le xviie siècle lausannois est marqué par une grave crise politique, culminant en 1668 au sein du conseil, lors d'une rixe sanglante entre 2 notables. Les plaintes furent portées jusqu'à Berne, alors souveraine dans le canton de Vaud qui imposa un règlement le 3 décembre 1669. Regula Matzinger-Pfister, « Les institutions publiques lausannoises aux xviie et xviiie siècles », dans J.C. Biaudet(Dir.) Histoire de Lausanne, Lausanne, Payot, 1982, pp. 221-230.

27 Les ballotes, petites balles de différentes couleurs, étaient utilisées au cours des élections aux différents conseils et pour les hautes charges administratives. Les hauts magistrats qui avaient désigné plusieurs candidats pour les sièges vacants procédaient à l'élection définitive. Celle-ci combinait vote secret et tirage au sort.

28 Stubenvoll Marianne, « Pas de quartiers » Remarques sur me enquête de noblesse menée par LL.EE dans leur ville de Lausanne en 1669-1672, Mémoire de licence, Faculté des Lettres, Université de Lausanne, 1988, p.31.

29 Bourgeois est employé dans le sens juridique : Résident d'une ville possédant les droits politiques de la cité, notamment celui de prétendre à un siège au conseil des Deux Cents.

30 La durée des charges n'est pas connue pour l'ensemble des individus. Nous avons d'autre part exclu du comptage les individus décédés avant la fin de leur mandat. Par contre nous avons indu séparé ment les éventuels cumuls de charges.

31 Idem Lausanne tableau 2.

32 Micheline Louis-Courvoisier, ouv.cité., p. 88-89.

33 Moyenne effectuée à partir de la liste des hospitaliers de Lausanne entre 1536-1796. 53 hospitaliers se succèdent entre 1536 et 1720. Voir Lacharme Cécile, Prendre soin ou Soigner ? Les secours temporels et spirituels dans les hôpitaux de Suisse Romande. xviie-xviiie siècles, Mémoire de DEA, Université Lumière Lyon II, 1999, Annexe 2, p. III-IV.

34 La colonne « hospitaliers de Lausanne » inclut les receveurs des pauvres qui sont également rémunérés pour leurs fonctions.

35 Âge d'entrée au conseil des Deux Cents
Image

36 Le maisonneur était l'architecte de la ville.

37 Le métral est l'officier civil chargé de la réglementation des poids et mesures et de dénoncer toutes les infractions qui se rapportent à ce sujet.

38 Voir annexe.

39 Daniel Hickey, « Les mécanismes de la stratégie sociale. Bienfaiteurs et administrateurs des hôpitaux locaux en France aux xviie et xviii siècles » dans Gutton J.P. (Dir.), Les administrateurs d'hôpitaux.. p. 31.

40 Organigramme inspiré de Gilbert Coutaz, Guide des archives de la Ville de Lausanne, Lausanne, Archives de la ville de Lausanne, 1993, p. 26.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Représentations familiales au sein des directions de Lausanne et de Genève. xviiie siècle24.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/17706/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre Tableau 4 : Âges d'entrée en fonction à la direction hospitalière de Lausanne et de Genève, xviiie siècle.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/17706/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre LL.EE DE BERNE
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/17706/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 230k

Auteur

Doctorante, Université Lumière Lyon II.

© Presses universitaires de Lyon, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search