Version classiqueVersion mobile

Les administrateurs d'hôpitaux dans l'Europe moderne

 | 
Jean-Pierre Gutton

Entre Évêque et Roi : L'Évolution administrative des hôpitaux de la Nouvelle-France

Daniel Hickey

Texte intégral

  • 1 Peter Moogk, La Nouvelle France : A Cultural History of French Canada (East Lansing : Michigan Sta (...)

1L'étude de l'administration des institutions hospitalières de la Nouvelle-France ouvre la voie à d'intéressantes comparaisons entre la gestion de tels établissements en terre coloniale et dans la mère patrie. D'abord, en Nouvelle-France il n'existe pas de recteurs d'hôpitaux, poste principal de direction en France. Ensuite, les bureaux de pauvres ne jouent qu'un rôle secondaire alors que l'Église occupe un rôle de première importance dans le fonctionnement des institutions. Pourtant, mettant l'accent sur l'application des principes de l'absolutisme d'État, les historiens canadiens ont toujours soutenu que les institutions de la Nouvelle-France ne constituaient qu'un calque de celles de la France d'ancien régime. Peter Moogk, un historien canadien qui s'inscrit dans cette tendance, a récemment proposé que, pour la Couronne, « les colonies [constituent] une page blanche sur laquelle elle [peut] inscrire ses volontés1 », ceci englobant bien sûr les principes régulateurs des institutions hospitalières. La contribution de Toby Gelfand, un autre historien canadien attaché à cette vision absolutiste de la Nouvelle-France, va dans le même sens que la précédente tout en se faisant encore plus précise. Les hôpitaux fondés dans la colonie reflètent

  • 2 Toby Gelfand, « Medicine in New France » dans Medicine in the New World, Nezv Spain, New France an (...)

« les établissements semblables en France. Fondés par le gouvernement royal ou par les riches patrons... les hôpitaux [dépendent] de la Couronne pour leur financement et sur les congrégations de sœurs infirmières de l’Église catholique pour leurs opérations quotidiennes2 ».

2Cette conception de l'absolutisme colonialiste, qui perçoit les institutions pour les pauvres et malades de la Nouvelle-France comme un calque des hôpitaux de la mère patrie, demeure très répandue. Toutefois, il est permis de se demander jusque à quel point elle se fonde sur une connaissance authentique des structures institutionnelles de part et d'autre de l'Atlantique. Quels hôpitaux et quelles structures institutionnelles constituent l'assise des comparaisons entre la France et la Nouvelle-France ? Peut-on vraiment soutenir qu'il n'y existe qu'un modèle uniforme s'appliquant sur les deux rives de l'Atlantique ?

3Cette analyse cherche alors à réexaminer les structures administratives des hôpitaux de la Nouvelle-France pour en dégager les caractéristiques particulières. Tout en tentant d'identifier les structures en question, elle vise aussi à déterminer s'il y a volonté, pour les administrateurs, d'imiter certaines des structures de la métropole ou plutôt de les adapter aux besoins du Nouveau Monde. Bien que les autorités métropolitaines soient éloignées, les questions faisant souvent le sujet de débats en France semblent se poser à nouveau, recevant parfois de nouvelles réponses.

4Pour mener cette enquête, trois différents aspects structurels des institutions hospitalières de la colonie feront l'objet de l'analyse, soit le nombre, la variété et l'importance des hôpitaux établis ; puis les différentes structures administratives caractérisant ces établissements ; enfin, la question du financement, de la construction et de l'entretien des bâtiments et des soins administrés aux pauvres et aux malades.

1. Le nombre et la variété des institutions hospitalières

5Dans la vallée du Saint-Laurent, il est possible de retracer tout un réseau hospitalier qui est venu soutenir, à sa façon, l'effort de colonisation de la Nouvelle-France. Quelles en étaient donc la taille et la répartition ? Trois hôpitaux principaux, orientés vers le traitement des malades et des blessés, se partagent l'essentiel du territoire laurentien. Le premier, l'Hôtel-Dieu de Québec, est fondé en 1639. Les Sœurs Augustines Hospitalières de Dieppe le desservent à l'origine. Elles adoptent plus tard le nom de Sœurs hospitalières de Québec. Vient ensuite l'Hôtel-Dieu de Montréal, qui ouvre ses portes en 1644 grâce aux efforts de Jeanne Mance, cofondatrice de Ville Marie (Montréal). En 1659, les Sœurs de Saint-Joseph de la Flèche prennent charge de son administration. Enfin, les Ursulines administrent l'Hôtel-Dieu de Trois-Rivières, fondé quant à lui en 1694.

Emplacement des hôpitaux de la Nouvelle France au xviiie siècle

  • 3 Édit du 12 juin 1662, Isambert, Recueil général des anciennes lois françaises, 26 vols. (Paris : B (...)
  • 4 Ces hôpitaux généraux suivent la fondation des bureaux de pauvres mis sur pied à Montréal, Québec (...)

6À côté de ces institutions principales se développe néanmoins tout un réseau d'hôpitaux généraux. Comme en France, la monarchie et le mouvement dévot soutiennent ces institutions destinées à accueillir les pauvres, les handicapés et les vagabonds. Ces hôpitaux généraux répondent aux directives de l'Édit de 1662, dans lequel la Couronne demande aux « grandes et petites villes » de France d'ouvrir un « hôpital général » pour abriter les défavorisés d'abord, mais aussi pour « les instruire dans la piété et religion Chrétienne et dans les métiers dont ils sont capables3. » La vallée du Saint-Laurent voit la création de deux institutions hospitalières de ce type, soit l'Hôpital général de Québec et l'Hôpital général de Montréal, fondés chacun en 1692. Après une direction temporaire assurée par les Sœurs de Marguerite d'Youville de Montréal, les Hospitalières de Québec assument ensuite l'administration de l'institution québécoise. Créé par les Frères Charon, l'Hôpital général de Montréal voit aussi les Sœurs de Marguerite d'Youville veiller à sa direction après 1747. Par la suite, les Sœurs Grises le prennent en main.4

  • 5 Roland Plaze, « La Colonie royale de Plaisance, 1689-1713 : Impact du statut de colonie royale sur (...)
  • 6 Rudolph Matas History of Medicine in Louisiana, sous la dir. de John Duffy, 2 vols. (Bâton Rouge, (...)

7En plus des établissements bordant la vallée du Saint-Laurent, il existe d'autres institutions hospitalières, essentiellement militaires celles-là, ailleurs dans la colonie. Le plus important de ces établissements est sans contredit celui de Louisbourg, fondé par le Ministère de la Marine en 1716, aux confins de ce que les Français appellent alors l'île Royale. Dirigée par les Frères de la Charité, cette institution accueille essentiellement soldats et marins. Les infrastructures des trois autres hôpitaux militaires de Nouvelle-France contrastent beaucoup néanmoins avec celles de l'hôpital de Louisbourg, qui peut accueillir, dans son grand bâtiment de pierre, jusqu'à cent hommes. Par exemple, l'« hôpital » de Plaisance, à Terre-Neuve, fondé en 1686 et fermé avant 1713, comprend en tout dix lits, placés au fond d'une caserne5. Ouvert en 1722 à la Nouvelle-Orléans, l'Hôpital du Roi ne tient quant à lui pas plus de dix ans. Il s'effondre au cours d'un ouragan sans que cela ne provoque de grande surprise, le commissaire général ayant déjà prévu que le bâtiment ne resterait pas longtemps debout. Deux ans plus tard, en 1634, un nouvel hôpital est fondé dans la même localité6. Il existe aussi un hôpital à Port Royal, en Acadie, mais pour lequel il ne reste malheureusement pas de documentation.

  • 7 Le tableau 1 est construit à partir des évaluations dans Pontchartrain à M. Begon, Versailles, 10 (...)

8Par leur clientèle visée et les services offerts, ces différents modèles d'hôpitaux – les hôtels-Dieu, les hôpitaux généraux et les hôpitaux militaires – constituent un ensemble assez varié. Malgré tout, au cours de leur fondation, il s'agit assez souvent de petites maisons de bois rond construites à l'intérieur d'une palissade de pieux et comprenant un dortoir de quatre ou cinq lits au plus, parfois divisé en deux chambres, selon le sexe des patients. Cependant, un demi-siècle plus tard, la plupart de ces institutions possèdent d'imposants bâtiments de pierre et desservent une clientèle variant d'une cinquantaine à une centaine d'hommes et de femmes [voir tableau l]7

Tableau 1 : Nombre de lits dans les hôpitaux de la Nouvelle-France

Tableau 1 : Nombre de lits dans les hôpitaux de la Nouvelle-France
  • 8 Constitution, Pierre Chevrier à l’hospital de St-Joseph en l'Isle de Montreal, 17 mars 1648, dans (...)
  • 9 Gelfand, ouv. cité, 87 et A. J. B. Johnston, ouv. cité, 74, Lessard, ouv. cité, 15.

9À l'origine, leur fonction est de desservir les habitants les plus pauvres de la colonie, ainsi que les Amérindiens. La constitution de l'Hôtel-Dieu de Montréal, rédigée en 1648, spécifie que l'hôpital doit être au service « des pauvres francois et Sauvages dans l'Isle de Montréal ». Quant à celle de l'Hôtel-Dieu de Québec, elle prévoit aussi le service aux Amérindiens « afin de contribuer à leur conversion et à leur salut8. » Toutefois, il faut remarquer que les Amérindiens sont toujours restés une clientèle très marginale pour tous ces établissements9.

10Ainsi, à partir d'une analyse préliminaire de la clientèle de ces institutions, il est possible de distinguer deux modèles d'hôpital colonial en Nouvelle-France. À l'exemple de l'institution de Louisbourg, le premier modèle renvoie à un établissement de la Couronne ou d'un de ses ministères, ayant une clientèle principalement composée de soldats ou de marins. Le second demeure une fondation privée, essentiellement religieuse, et comprend une clientèle mixte, composée de pauvres, de malades et de handicapés. En temps de guerre, il accueille également de nombreux soldats malades et blessés. Établissons d'emblée que tous les hôpitaux de la vallée du Saint-Laurent correspondent à ce second modèle.

2. Gestion et administration

11Comme nous l'avons vu, deux modèles d'hôpitaux sont mis sur pied afin de desservir des clientèles différentes. Des profils très distincts se détachent aussi à l'examen des structures administratives de ces institutions. Le premier modèle, qui renvoie grosso modo à la description de Toby Gelfand, est essentiellement une institution militaire, fondée et gérée par les officiers de la Couronne. Parmi les institutions correspondant à ce modèle en Nouvelle-France, mentionnons celles de Louisbourg, de Plaisance, de Port Royal et de la Nouvelle-Orléans. Fondé en 1719 par le Ministère de la Marine, l'Hôpital du Roi à Louisbourg demeure celui qui nous laisse le plus de documentation. À l'époque de sa fondation, les patients sont confiés à quatre frères et quatre servants membres des Frères de la Charité de Saint-Jean de Dieu. En 1730, le Ministère veut faire agrandir l'Hôpital du Roi de Louisbourg en demandant la construction d'un bâtiment neuf ayant une capacité de 100 lits, bâtiment voué essentiellement au service des soldats.

  • 10 A. J. B. Johnston, ouv. cité, 67-69, Louise Dechêne, « Philippe Carrerot », Dictionnaire biographi (...)

12Tout comme à Rochefort ou à Brest en France, la responsabilité administrative de l'hôpital demeure entre les mains des officiers de la Couronne. Comme le trésor royal couvre les dépenses de l'établissement, les administrateurs de la colonie reçoivent régulièrement des avertissements afin de mieux surveiller les opérations budgétaires de l'hôpital. Cette responsabilité particulière revient au commissaire ordonnateur de l'établissement, mais un an plus tard, soit dès 1731, celui-ci nomme déjà un préposé au détail, Philippe Carrerot, pour scruter et vérifier les dossiers d'admission et de départ des patients, les soins prodigués et les médicaments achetés10. Les résultats de cette surveillance plus étroite se font sentir pour les Frères de la Charité qui ont à réduire leurs dépenses, à trouver d'autres sources de revenu – comme une taxe imposée aux pêcheurs – ou encore à augmenter les frais des services hospitaliers pour la population civile. À ce moment, les Frères travaillent dans un établissement orienté vers le service des marins, particulièrement ceux des équipages de la marine royale. En 1730, le Ministère de la Marine octroie à la congrégation une allocation annuelle de 500 livres pour chacun de ses six frères postés à Louisbourg et règle le coût annuel de l'établissement, soit de 13 600 livres. Le préposé au détail se charge donc de surveiller des dépenses qui font constamment l'objet de critiques par les autorités du Ministère, surtout au cours des années 1745, 1750 et 1752. L'effort de guerre et l'augmentation conséquente du nombre de blessés provoquent alors une forte hausse des dépenses annuelles de l'hôpital, dépenses allant au-delà des 20 000 livres.

13Avec Louisbourg, nous sommes en présence d'une institution montrant bien le modèle étatique. Les frères embauchés pour soigner les malades doivent justifier régulièrement aux autorités de la colonie leurs interventions et leurs dépenses. La vie et les mœurs de ces frères font l'objet de rapports réguliers, produits par le commissaire ordonnateur pour les autorités de Versailles. Il n'y existe ni de bureau de directeurs ni de délibérations concernant la gestion de l'institution. Pour trouver des mentions touchant aux différents problèmes rencontrés relatifs à la gestion hospitalière, aux statistiques concernant les entrées et sorties des malades, aux données financières de l'institution, il faut ainsi se référer à la documentation officielle et à la correspondance avec le Ministère.

  • 11 Plaze, ouv. cité, 125-127.

14Le deuxième cas d'hôpital militaire pour lequel nous possédons de la documentation concerne celui de Plaisance à Terre-Neuve. L'ambivalence des autorités françaises vis-à-vis du travail des congrégations religieuses dans les hôpitaux militaires se fait bien sentir. Au contraire de l'administration étatique prévalant à Louisbourg, le Ministère de la Marine veut que l'hôpital de Plaisance soit géré par une ou quelques « gens honorables ». Entre 1700 et 1709, les autorités de Versailles rejettent donc continuellement les propositions qui leur sont faites pour assurer la direction et le service de l'hôpital. Elles ne cachent pas leurs doutes quant à l'idée de laisser le chirurgien major diriger l'institution, ni à celle de la donner aux Sœurs hospitalières de Québec. Enfin, les autorités cèdent en 1709 devant la proposition initiale. Cette décision ne déstabilise pas en soit l'institution de Plaisance puisque le chirurgien major administre déjà de facto l'établissement depuis ses débuts11.

  • 12 Ce contrat est signé malgré l'opposition des autorités royales car en 1726 La Chaise a pris positi (...)
  • 13 Rudolph Matas History of Medicine in Louisiana, 225.
  • 14 Ibid., 100-01.

15Dans le cas de Plaisance, l'hésitation de Versailles de confier la tâche à des religieux confirme dans une certaine mesure les réserves des autorités au sujet des congrégations religieuses. Elle explique aussi l'étroite surveillance maintenue sur les Frères de la Charité à Louisbourg. En effet, le contrôle des religieux est plus difficile que celui d'un bureau de direction ordinaire et la question du budget reste toujours primordiale. À Louisbourg, les autorités soupçonnent une trop grande générosité des frères à l'endroit des malades et, ce faisant, de dépenser excessivement leur argent. Dans cette perspective, les officiers du roi doivent contrôler les hôpitaux militaires et tout particulièrement leurs budgets. Ainsi, à la Nouvelle-Orléans en 1726, la Compagnie des Indes ouvre les portes du nouvel Hôpital du Roi aux Ursulines.12 Les clauses du contrat convenu avec les Ursulines stipulent que les religieuses doivent desservir les malades de l'hôpital, les orphelins et les pauvres de la colonie, aussi bien que d'enseigner aux enfants.13 Encore une fois, tout comme à Plaisance et à Louisbourg, les officiers du roi semblent hésitants devant le rôle que doivent jouer ces sœurs dans l'administration de l'hôpital. Un nouvel hôpital est construit en 1734 dans une aile du couvent, mais la place des Ursulines est loin d'être assurée. En 1744 quand leur contrat vient à être renouvelé, les chirurgiens proposent de remplacer les Ursulines par les Sœurs de la Charité et les rumeurs sont répandues à l'effet que les Ursulines font un profit excessif sur l'hôpital et qu'elles volent de l'équipement et des ustensiles. Toutefois, malgré toute cette opposition, le contrat est renouvelé14.

  • 15 Daniel Hickey, Local Hospitals in Ancien Régime France (Montréal : McGill-Queen's University Press (...)

16Le second modèle d'établissements hospitaliers présent en Nouvelle-France se situe dans les villes du long du Saint-Laurent – Montréal, Québec et Trois-Rivières. Ces établissements marquent des différences notables par rapport aux institutions de charité de la métropole et par rapport à la description que T. Gelfand fait des institutions hospitalières coloniales. Une de ces différences fondamentales se trouve sur le plan des structures administratives. En effet, les hôpitaux français des xviie et xviiie siècles ont tous tendance à observer les édits et ordonnances du xvie siècle visant à écarter le contrôle direct des religieux sur les établissements de charité. Par les édits de 1543, 1545, 1546 et 1561, la Couronne demande aux juges ordinaires, baillis, sénéchaux et ensuite aux commissaires, d'examiner les chartes et les comptes des maladreries, hôpitaux et léproseries afin de s'assurer que leur fonctionnement soit conforme aux volontés de leurs fondateurs et que leurs revenus soient bel et bien dépensés pour les pauvres et les malades15. La mise en œuvre de la volonté royale implique la création, pour presque toutes ces institutions, d'un bureau de direction ou bureau des pauvres. L'édit de 1543 prévoit que ces bureaux soient composés de deux ou trois « bons bourgeois de probité et fidelité, resséans et solvables ». Ces bureaux deviennent alors indépendants du clergé, des fondateurs de l'institution et des consuls de la communauté. Ils ont comme tâche la gestion des revenus et des dépenses des établissements hospitaliers. Dans d'autres cas, un recteur des pauvres est choisi ou élu annuellement pour gérer les fonds réservés aux pauvres.

  • 16 Imbert, ouv. cité, 23.

17Quant au rôle de l'Église, les décisions du Concile de Trente, n'étant jamais reconnues intégralement en France, il tend à appuyer le modèle de direction souhaité par la monarchie, sauf que la hiérarchie souligne la primauté de l'Église en tout ce qui touche aux institutions charitables. Les pères du Concile rappellent en effet aux évêques les responsabilités qui leur incombent, soit d'effectuer des visites régulières aux hôpitaux et de recevoir les comptes de leurs administrateurs et recteurs, le tout pour s'assurer que les œuvres de ces derniers soient conformes aux volontés des fondateurs des hôpitaux et, en outre, qu'ils aient quelqu'un devant qui justifier la gestion des revenus de l'institution. Dans le même sens, le Concile souhaite voir les administrateurs être remplacés tous les trois ans, un souhait rejoignant les prescriptions de l'édit royal de 156116. Cependant, en ce qui concerne les communautés religieuses féminines fondées dans la foulée du Concile, la plupart de leurs constitutions précisent clairement que les sœurs ne doivent pas gérer les revenus des institutions qu'elles desservent. La constitution des Sœurs hospitalières de Dieppe, responsables de l'Hôtel-Dieu et de l'Hôpital général de Québec, spécifie que :

  • 17 Constitutions de la congrégation des religieuses hospitalières de la Miséricorde de Jésus de l'Ord (...)

« 1. Il y aura en chaque Maison de l'Institut deux sortes de biens : l'un des pauvres, l'autre des religieuses ; lesquels ne pourront en aucune façon estre meslez, n'y confondus l'un avec l'autre et à cette fin il y aura une Depositaire pour les pauvres, autre que la Depositaire pour la Communauté. 2. Les Religieuses n'auront aucun droict sur le bien des pauvres [...] 3. Semblablement, les Administrateurs des pauvres n'auront aucun droit ni autorité sur le bien et revenu des Religieuses [...] 4. Si l'on commet ausdites Religieuses l'Administration du Temporel des pauvres, elles le pourront accepter, à condition de s'en demettre à leur volonté [...] les comptes de ce bien seront dressez en un Registre particulier [..]17 »

  • 18 Constitution des Filles hospitalières de Saint-Joseph de l'autorité de Monseigneur l'Evêque d'Ange (...)

18Le même type de clause se trouve également dans la Constitution de 1643 des Filles hospitalières de Saint-Joseph, qui viennent desservir l'Hôtel-Dieu de Montréal18.

  • 19 Marie-Claude Dinet-Lecomte note déjà le rôle dynamique et la capacité de recrutement des communaut (...)
  • 20 Contrat de fondation des filles hospitalières de Saint-Joseph de Montréal, 29 mars 1659, appendice (...)

19Malgré tout, en Nouvelle-France, les autorités en viennent à confier l'entière direction de leurs institutions aux congrégations religieuses, si bien que ces dernières peuvent, en milieu colonial, gérer les revenus de certains des hôpitaux dont elles ont la responsabilité.19 Dans les hôpitaux privés de la colonie, on retrouve peu de traces de la séparation des structures administratives telle que précisée dans les édits émis par la monarchie, dans les documents du Concile de Trente ou dans les constitutions des congrégations. Par ailleurs, même lorsqu'il y a effort de séparation des biens des pauvres de ceux des religieuses, elle ne dure généralement pas longtemps. Un exemple typique de ces transformations est visible à Montréal, où le rôle des Filles hospitalières de Saint-Joseph dans l'administration de l'Hôtel-Dieu est précisé dans leur contrat de fondation. Ratifié le 29 mars 1659 entre Jeanne Mance, « administratrice de l'hôpital », et Jérôme Le Royer, sieur de la Dauversière de La Flèche en Normandie, qui dit avoir « charge... des filles hospitalières », ce document correspond largement aux contrats négociés par les sœurs avec les bureaux des hôpitaux en France.20

  • 21 Ibid., 364.

20Quant à la gestion des fonds réservés aux pauvres – le genre de bureau qui permet le fonctionnement de l'hôpital en France – le contrat note que Mlle Mance « demeuera administratrice du bien des pauvres dud'hospital sa vie durant ainsy quelle la toujours esté depuis la fondation » et qu'après son décès,21

  • 22 Ibid., 365.

« il sera nomme deux administrateurs habitants dud'Villemarie par les ditz sieurs associez seigneur de la dite Isle, et doresnauvant de trois en trois ans un nouveau administrateur, au lieu et place du plus antien qui sortira de charge au bout des trois années22 »

21Devant ces « sieurs administrateurs », les Filles hospitalières doivent rendre compte tous les mois de ce qui leur est fourni pour la nourriture, l'entretien et le gouvernement des pauvres. De leur côté, les sieurs administrateurs doivent faire la reddition de leur gestion tous les ans devant l'évêque ou son grand vicaire, le gouverneur de l'île et le syndic des habitants.

  • 23 Acceptation d'administration du bien des pauvres de l'Hôpital de Montréal par les Dames Religieuse (...)

22Toutefois, les prescriptions devant assurer ce type de gestion ne sont pas suivies longtemps. Après le décès de Jeanne Mance, le 18 juin 1673, Me Alexandre Le Ragois de Bretonvillier, supérieur du séminaire des Sulpiciens de Montréal, devient l'administrateur des « biens des pauvres ». Son mandat semble avoir soulevé une certaine controverse car les Filles hospitalières protestent contre la méthode du père de Bretonvillier, qui ne leur a pas rendu ses comptes, ne déposant ses bilans que devant Monseigneur l'évêque. Le père de Bretonvillier démissionne d'ailleurs de ses fonctions d'administrateur après un mandat de trois ans et décède peu après. Un acte notarié de 1676 signé par le supérieur des Sulpiciens et les Sœurs hospitalières témoigne des changements administratifs effectués à la suite de cette démission.23 D'abord, il est clair que l'on y défend l'administration du père de Bretonvillier,

  • 24 bid., 380.

« ce qu'il a fait n'avoit été que par le pur motif de la charité et que sans ses grands soins et ses grands profits qu'il a fait au dit Hôpital, non seulement il seroit entierement ruiné mais que les dites Hospitalières quy ne peuvent subsister que par le soutien de cet Hopital en souffroient beaucoup et seroient absolument inutiles au Montreal...24 »

  • 25 Ibid., 379-81.

23Cependant, il semble que le bon père a accumulé des dettes au cours de son administration et que son successeur intérimaire, le père Pierre Remy en a hérité ; dettes reconnues par les Sœurs dans le document. Plus loin dans le texte, il est indiqué que les Sœurs se chargent elles-mêmes de l'administration de l'hôpital pour un an et s'engagent à « payer toutes les dettes qu'à fait le dit Sr Remy pour l'entretien dudit Hopital, qu'elles promettent de payer et acquitter par le moyen des grains ». Les Sœurs stipulent également dans l'acte qu'elles acceptent cette responsabilité seulement « par ordre exprès et sous le bon plaisir » de Monseigneur l'évêque et que, contrairement à ce qui est spécifié dans le contrat de l'hôpital, elles ne rendront leurs comptes qu'à lui et non au gouverneur, au lieutenant ou au syndic.25

  • 26 Acceptation d'administration des biens et revenus des pauvres de l'Hospital de Montreal par les re (...)

24Le 6 mai 1676, soit un an après le décès du père de Bretonvillier, cet arrangement temporaire devient permanent. Dans un deuxième acte notarié, paraphé à Paris, la communauté des Sœurs de Saint-Joseph indique qu'après la démission du défunt père de Bretonvillier et celle du nouveau supérieur des Sulpiciens, Me Louis Tronson, les Sœurs de la congrégation « acceptent l'administration entière des biens et revenus des pauvres dud hospital ». Elles réaffirment consentir à cet engagement pour le bon plaisir de l'évêque.26 Ainsi, malgré les clauses retrouvées dans le premier contrat de l'hôpital, les Sœurs de Saint-Joseph deviennent administratrices directes de leur œuvre.

  • 27 Micheline D'Allaire, L'Hôpital-général de Québec, 1692-1764 (Montréal : Fides, 1971), 14-17 et 30- (...)

25Le même scénario se répète avec les institutions gérées par les Sœurs hospitalières de Québec. En 1688, la Couronne crée le bureau des pauvres, composé d'au moins trois personnes pour gérer la distribution de l'aide aux plus démunis. En 1698 cependant, les membres du bureau remettent leur démission à l'évêque de Québec parce qu'ils s'opposent à la création d'un nouvel hôpital général. Suite à cette démission, Monseigneur de Saint-Vallier devient « directeur unique et à vie » de l'Hôpital général de Québec, charge qu'il conserve jusqu'à sa mort en 1627.27

  • 28 Ibid., 16-17. Le roi continue néanmoins à s'opposer à l'implication des congrégations religieuses (...)

26Dans la mise en place des structures hospitalières en Nouvelle-France, Monseigneur de Saint-Vallier tient un rôle clef qui ne se limite pas au seul Hôpital général de Québec. Contre l'avis du roi et des officiers de la Couronne, il soutient le travail des congrégations religieuses dans l'administration des hôpitaux généraux de Québec et de Montréal. En effet, Monseigneur Saint-Vallier argue avec force que les congrégations religieuses restent les mieux qualifiées pour effectuer cette tâche, quitte à devoir obliger les Hospitalières de Québec à accepter la gestion de l'hôpital général pour le démontrer.28

  • 29 Marie-Claude Dinet-Lecomte, « Administrateurs d'hôpitaux et religieuses hospitalières » dans Les a (...)
  • 30 En réalité la « protection » de l'Église est un couteau à double tranchant pour les religieuses da (...)

27Tous ces exemples montrent clairement que loin d'assurer simplement le fonctionnement des hôpitaux comme le propose Toby Gelfand, les Sœurs hospitalières en assument la pleine gestion, tant au niveau des revenus, des fondations que des biens ; et, ce, malgré les réticences des officiers du roi. Certes, comme le souligne Mme Dinet-Lecomte, certains cas rencontrés en France présentent le même parcours. Par exemple à l'Hôtel-Dieu de Paris ou à l'Hôtel-Dieu d'Amiens, les communautés religieuses – dans ces deux cas des Augustines – peuvent conserver le contrôle de leurs établissements ou le partager avec un « Maître des administrateurs », nommé par l'évêque.29 Toutefois, comme l'auteur l'indique aussi, ces cas restent des exceptions. Dans le cas des hôpitaux privés de la vallée du Saint-Laurent, la direction d'hôpitaux par des religieux semble être la règle. Si les premières constitutions prévoient une structure calquée sur la majorité des hôpitaux français, avec leurs bureaux des pauvres et de directeurs, on constate que cette structure ne dure pas, tant à l'Hôtel-Dieu de Montréal qu'à l'Hôpital général de Québec. Dans ces derniers cas, les directeurs soulèvent rapidement la futilité de leur poste, en remettant la direction aux Sœurs ou à l'évêque qui, lui aussi, finit par leur laisser les mains libres. Loin de céder la gestion des hôpitaux aux bureaux des pauvres ou de directeurs, comme dans la plupart des institutions françaises, les congrégations hospitalières de la Nouvelle-France, sous la protection des dévots et des ecclésiastiques, ont tendance à s'emparer de l'entière responsabilité de la charge administrative.30

3. Affaires financières

  • 31 Johnston, ouv. cité, 76.
  • 32 Ibid., 75-77.
  • 33 Rudolph Matas History of Medicine in Louisiana, 100.

28Dans le domaine de la gestion financière, les deux modèles d'hôpitaux, militaires et privés, apparaissent encore. Comme T. Gelfand le souligne, les hôpitaux militaires dépendent presque entièrement des revenus de leur ministère. C'est notamment le cas à Louisbourg, où les dépenses fluctuent entre 5 959 livres en 1732 et 8 114 livres en 1744, avant de flamber après 1745, avec la reprise des guerres. Entre 1745 et 1758, soit vers la fin de la période coloniale française, les dépenses atteignent en effet 19 490 livres pour l'année 1745, 16 579 en 1750, 22 430 en 1752 et 22 329 en 1752.31 À l'hôpital, seuls les habitants solvables de Louisbourg doivent régler les dépenses qu'occasionne leur traitement. Ce fait ne suffit pas à faire gonfler les coffres de l'hôpital. Le Ministre de la Marine, Maurepas, écrit d'ailleurs à plusieurs reprises que les dépenses de l'hôpital dépassent ses moyens. En effet, le ministère n'accorde que seize sols par soldat traité, alors que les religieux en demandent vingt. Cependant, il accorde vingt-cinq sols pour les autres catégories de patients, comme les marins, les prisonniers et les habitants pauvres. Ces chiffres dépassent de loin les taux fixés dans les hôpitaux de la vallée du Saint-Laurent. À l'Hôtel-Dieu de Québec par exemple, les Sœurs hospitalières ne reçoivent que six sols par jour pour chaque soldat traité et à l'Hôtel-Dieu de Montréal, que onze sols et trois deniers.32 À la Nouvelle-Orléans, les autorités responsables de l'Hôpital du Roi ont aussi des soucis d'argent. En 1741 leurs dépenses se chiffrent à 18 270 livres pour une trentaine de lits – coût que les administrateurs de la Marine trouvaient exorbitant. Cette perception n'est pas étrangère à la décision prise entre 1734 et 1736 de restreindre l'admission à l'hôpital aux seuls soldats et engagés du roi. Pour pallier le manque de soins hospitaliers pour les civils et cette influence grandissante des autorités sur les hôpitaux, l'Hôpital de la charité, une institution privée vouée au service des pauvres de la Nouvelle-Orléans, est fondé en 1736.33

  • 34 Plaze, ouv. cité, 86-87.
  • 35 Le Ministre à M. de Subercase, Versailles, 30 juin 1707, CEA, Archives des Colonies, série B, fo 7 (...)
  • 36 Johnston, ouv. cité, 72-73.

29Le problème du financement des institutions hospitalières est si important que chaque projet élaboré pour en établir une voit surgir une véritable chasse aux revenus supplémentaires. Dans le cas de Plaisance à Terre-Neuve, le gouverneur de la colonie prévoit ainsi une taxe d'un quintal de morue marchande par chaloupe. Ce prélèvement s'avérant insuffisant, une taxe mensuelle de cinq livres est imposée aux cabaretiers pour s'ajouter à l'aide fournie par la Couronne.34 En 1707, lors de la construction de l'hôpital de Port-Royal, la Couronne, sur les conseils du gouverneur Desgoutins, attribue quant à elle les rentes et redevances des terres de la banlieue à l'institution, pour accroître un peu ses revenus.35 À Louisbourg, les autorités sont au courant du système de taxation en vigueur à Plaisance et cherchent à imposer aussi le quintal de morue par chaloupe à leurs habitants-pêcheurs. En 1715, au tout début du projet hospitalier, le gouverneur de Louisbourg réalise, grâce à cette taxe, un revenu de 4 524 livres. Toutefois, la résistance des pêcheurs reste considérable. Ils s'appuient entre autres sur le fait qu'on leur impose une taxe alors qu'ils ne peuvent profiter d'aucun hôpital puisqu'il n'est pas encore bâti. Les autorités du ministère se rangent derrière les pêcheurs. En 1716, elles ordonnent le retrait de la taxe. Avec la venue des Frères de la Charité en 1722, les autorités tentent cependant à nouveau d'instituer cette taxe, mais la résistance se fait encore plus forte, ne permettant d'obtenir que la maigre somme de 1 500 livres. Encore une fois, les autorités doivent reculer et abandonner cette forme de revenus.36 À la lumière de ces exemples, il apparaît maintenant évident que la Couronne ne réussit jamais réellement à instaurer des modes de financement secondaire pour aider à l'entretien des hôpitaux militaires de la Nouvelle-France.

30Malgré les distinctions rencontrées entre les différents établissements militaires de Nouvelle-France, ce type d'hôpital correspond le plus au modèle absolutiste identifié dans les travaux de plusieurs historiens canadiens. Cependant, sans bureau des pauvres, dépendant financièrement de Versailles et essentiellement dirigées selon les directives émises par la Couronne, ces institutions ne représentent pas non plus la norme des hôpitaux français.

  • 37 Abbé H. R. Casgrain, « Histoire de l'Hôtel-Dieu de Québec », Œuvres complètes de l'Abbé H.R. Casgr (...)
  • 38 Lahaise, dans L'Hôtel-Dieu de Montréal 1642-1973, 14-17.
  • 39 Marguerite Jean, Évolution des communautés religieuses de femmes au Canada de 1639 à nos jours (Mo (...)
  • 40 D'Allaire, ouv. cité, 10-15.

31Il demeure aussi vrai que ces hôpitaux militaires ne desservent pas le bassin le plus peuplé de la Nouvelle-France, soit la vallée du Saint-Laurent. À Québec, Trois-Rivières et Montréal, les hôpitaux correspondent plutôt au deuxième modèle – celui de l'institution privée, soutenue financièrement par l'Église et le mouvement dévot. À leur fondation, tous ces hôpitaux reçoivent en effet des dons importants. En 1635, la duchesse d'Aiguillon, nièce du cardinal de Richelieu, intervient pour que soit fondé l'Hôtel-Dieu de Québec et pour y faire venir les Sœurs hospitalières de Dieppe. Richelieu et sa nièce investissent un total de 22 400 livres dans cette nouvelle entreprise.37 Quant à l'Hôtel-Dieu de Montréal, c'est madame de Bullion, veuve du surintendant des finances de Louis XIII, qui en assure la fondation par un premier don de 1 200 livres, fait en 1642 ainsi qu'un deuxième de 2 000 livres effectué deux ans plus tard.38 En envoyant les Ursulines à Trois-Rivières, Monseigneur de Saint-Vallier leur promet, pour sa part, cent livres par lit.39 Ce dernier intervient à nouveau en 1692 pour établir l'Hôpital général de Québec en achetant l'ancien monastère des Récollets et en promettant aux Hospitalières de l'Hôtel-Dieu la somme annuelle de 1 000 livres pour la nourriture et l'entretien de quatre religieuses qui prendraient soin des pauvres. Il pousse également le bureau des pauvres, pourtant hostile au projet, à verser à l'Hôpital une donation annuelle de 2 000 livres. En 1698, le bureau démissionne en bloc, offrant à l'évêque le poste de directeur à vie à condition qu'il verse lui-même à l'hôpital la somme de 1500 livres par an.40

  • 41 Jacques Ducharme, « Les revenus des Hospitalières de Montréal au xviiie siècle » dans L'Hôtel-Dieu (...)
  • 42 Guy Frégault, « Les finances de l'Église sous le régime français » dans Le xviiie siècle canadien. (...)

32Les archives de l'Hôtel-Dieu de Montréal et de l'Hôpital général de Québec montrent bien la diversité des revenus dont disposent ces hôpitaux privés et mettent en relief la minceur des contributions royales par rapport à ces sommes. Jacques Ducharme a examiné les finances de l'Hôtel-Dieu pour la période de 1700 à 1760 et a trouvé que les dépenses ne dépassent les recettes qu'à sept reprises seulement.41 Pour bien cibler les sources de ces revenus, Guy Frégault conclut, à partir du budget de 1734, que 35 % des revenus proviennent de placements faits en France ; 25 %, de placements faits au Canada ; que 20 % viennent des revenus des terres et 20 %, des subventions royales.42 Toutefois, si ces pourcentages valent pour 1734, ils varient au cours du siècle et d'autres revenus s'y ajoutent.

  • 43 Ducharme, dans L'Hôtel-Dieu de Montréal 1642-1973, 225-227.

33Quoique importants, les placements provenant de France ne représentent pas toujours 35 % des revenus de l'Hôtel-Dieu de Montréal. En moyenne, au cours du xviiie siècle, les placements effectués en France constituent 18 %, et non 35 %, des revenus.43 Quant aux subventions d'État, elles diminuent au cours du xviiie siècle. Malgré les versements exceptionnels faits à l'occasion des deux incendies de 1734 et 1736, les subventions, entre 1714 et la conquête anglaise de 1760, ne représentent que 9,11 % des revenus, généralement de l'ordre de 2 000 livres par année. Ceci reste très loin des subventions versées à Louisbourg à la même époque.

  • 44 Ibid., 225-243.
  • 45 D'Allaire, ouv. cité, 34-42.

34Pour établir leurs budgets, les sœurs dépendent de plus en plus de d'autres types de revenus qui ne sont pas calculés dans les pourcentages établis par Frégault pour 1734. Elles réalisent environ 6 % de leurs revenus grâce aux travaux des Sœurs et de leurs élèves – comme le tissage de toiles, de cordes et la fabrication de biscuits. Un autre 14 % provient des revenus des aumônes et des pensions reçues par la communauté. Enfin 6 % vient de la consommation de quelques dots et de certains fonds encaissés par les Sœurs.44 Quant aux religieuses hospitalières de Québec, établies à l'Hôpital général, elles disposent de revenus moindres que celui des Sœurs de l'Hôtel-Dieu de Montréal et ne peuvent pas, elles non plus, se fier uniquement à l'aide de l'État pour maintenir leurs services. Micheline D'Allaire s'est penchée sur leur cas. Au cours des 64 années budgétaires pendant lesquelles elles gèrent l'hôpital de Québec, soit de 1698 à 1762, seulement sept sont déficitaires et, ce, malgré le peu d'aide qu'elles reçoivent des sources gouvernementales. Ce n'est en effet qu'en 1720 que le Conseil de la Marine accepte, pour la première fois, de leur verser un montant annuel de 1 000 livres, à condition bien sûr que les religieuses s'occupent des soldats des troupes de la colonie. Quatre ans plus tard, les Hospitalières sont informées qu'en raison d'autres besoins, le roi ne peut continuer ses libéralités. Ainsi, les rentes laissées par la succession de Monseigneur de Saint-Vallier permettent à l'hôpital de demeurer ouvert pendant les différentes périodes de crises qui se succèdent. Elles s'étendent sur une assez longue période. D'abord, on connaît celle des années 1729-1731, suite à l'expansion de l'hôpital, puis la crise des années 1740, et en particulier en 1743, alors que les dettes de l'institution atteignent 20 355 livres ; et, enfin, pendant la bataille de Québec et la Conquête anglaise, lorsque toutes les sources de financement français deviennent inaccessibles.45

  • 46 Ibid., 46.

35Au cours du régime français, l'Hôpital-général de Québec tout comme l'Hôtel-Dieu de Montréal survit essentiellement sur les revenus des terres que la congrégation administre, les dons considérables en aumônes que les Sœurs reçoivent et les revenus des pensionnaires. Entre 1709 et 1764, l'Hôpital-général reçoit des dons de l'ordre de 264 089 livres, soit une moyenne annuelle de 5 079 livres.46 Toutefois, ces montants sont fortement accrus par les dons très importants faits à l'institution par Monseigneur de Saint-Vallier ainsi que par les clercs et les dévots agissant sous son influence. En effet, du montant total de 264 089 livres, 216 951 sont reçues entre 1709 et 1727, date du décès de Monseigneur de Saint-Vallier. D'ailleurs ce dernier est lui-même le plus généreux envers l'hôpital. Certaines années, notamment en 1714, 1717 et 1720, il donne plus de 45 000 livres. Cependant, en dépit de tous les dons effectués par l'évêque, il ne faut pas minimiser l'habile gestion des Sœurs, qui sont, il faut le souligner, souvent parentes des riches hommes d'affaires de la colonie. La liste de bienfaiteurs qui les aident montre qu'elles savent se servir de ces liens pour attirer leurs dons et pour enraciner leur propre position et, ce, même après le décès de leur protecteur, Monseigneur de Saint-Vallier.

36À partir de l'étude du financement des hôpitaux de la colonie française, il devient encore apparent qu'ils répondent à deux grands modèles hospitaliers. L'hôpital militaire, dont la grande majorité des revenus provient directement des coffres de la Couronne, est constamment surveillé par les officiers royaux. Les administrateurs de l'hôpital rendent régulièrement des comptes à Versailles et reçoivent en retour les directives à suivre pour gérer l'institution, la plus fréquente étant sûrement celle d'essayer de diminuer les frais et de trouver d'autres sources de financement. Versailles sollicite donc la communauté religieuse en charge de chaque hôpital pour qu'elle prenne aussi part au financement et, ce, même si la vaste majorité des patients de ces institutions sont des soldats ou des marins. Les sollicitations des officiers de la Couronne sont mal reçues par les habitants civils de la colonie, comme on peut le constater à Louisbourg et à Plaisance.

37Le second modèle hospitalier correspond pour sa part aux institutions privées de la vallée du Saint-Laurent qui s'occupent en priorité des habitants de la colonie. Bien mieux intégrés à la communauté, ces hôpitaux dirigés par les religieuses font appel à cette dernière pour équilibrer leurs budgets et éviter les déficits. Dans le cas de l'Hôtel-Dieu de Montréal, les religieuses doivent rebâtir leur institution à deux reprises à la suite d'incendie et elles réussissent quand même à éviter de contracter des dettes et à maintenir un budget équilibré grâce à l'aide populaire, provenant essentiellement de clercs, de dévots et d'habitants ordinaires. À la différence des hôpitaux militaires, les institutions privées reçoivent très peu d'argent de la Couronne. En fait, même le montant obtenu pour soigner les soldats reste bien inférieur à celui que reçoivent les hôpitaux militaires.

***

38Même si les institutions hospitalières de la Nouvelle-France dépendent des congrégations de religieuses « pour leurs opérations quotidiennes » et qu'elles peuvent parfois recevoir des fonds de la Couronne, les hôpitaux de la colonie sont loin d'avoir été une page blanche sur laquelle le roi pouvait inscrire ses quatre volontés. Ils ne suivent pas non plus un modèle absolutiste dirigé par les officiers royaux ou par des religieuses dont le budget serait assuré par les fonds du roi. En réalité, les structures hospitalières sont bien différentes de celles que l'on pouvait retrouver en France à l'époque. Leur étude fait ressortir deux types distincts d'établissement, bien que leurs lignes de démarcation ne soient pas toujours des plus précises. D'une part, il existe des hôpitaux militaires tous localisés près des côtes de l'Atlantique et dans la lointaine Louisiane ; et, d'autre part, un réseau d'hôpitaux privés, situés dans la vallée du Saint-Laurent. Sous les aspects de la fondation, de la gestion et du financement, ces deux modèles se distinguent, le premier relevant de l'administration royale, le second, essentiellement de l'Église catholique.

39Ni l'un ni l'autre n'est calqué sur le modèle hospitalier prévalant en France, mais chacun pose des défis communs aux responsables de la colonie. Dans le cas des hôpitaux de Montréal, Québec et Trois-Rivières, leurs contrats de fondation indiquent clairement que les autorités veulent toujours imposer à leurs responsables des bureaux des pauvres ou de direction formés de notables de l'endroit. Toutefois, ces structures initiales ne durent jamais. Rapidement, les religieuses qui servent dans ces institutions en viennent à assumer la pleine responsabilité de leur gestion. Les autorités royales ne voient cependant pas toujours d'un bon œil cette tendance à remettre l'administration des hôpitaux aux religieuses. Le roi intervient d'ailleurs lui-même en ce sens dans le cas des hôpitaux généraux de Montréal et de Québec ainsi que dans le cas de l'Hôtel-Dieu de Trois-Rivières, interdisant la prise en charge de ces établissements par des religieuses. Toutefois, fortement appuyées par le vicaire général ou par l'évêque, ces femmes peuvent accéder aux tâches de direction des institutions qu'on leur confie.

  • 47 Johnston, ouv. cité, 85.

40Quant aux hôpitaux militaires, ils diffèrent moins du modèle français, mais certaines distinctions persistent tout de même. D'abord, le roi demeure toujours hésitant sur la question de la présence des religieuses dans ces institutions. Il s'oppose nettement à l'idée de faire venir des Hospitalières de Québec pour l'hôpital de Plaisance et ses autorités surveillent de très près les Frères de la Charité à Louisbourg ainsi que les Ursulines à la Nouvelle-Orléans. À Louisbourg, il est même question, au cours des années 1750 de remplacer les Frères, qui sont vus comme dépensiers et trop indisciplinés.47 À l'hôpital louisianais, les Ursulines sont accusée d'« extravagance» dans l'administration de l'hôpital et il est question de les renvoyer pendant la renégociation de leur contrat en 1744. Régulièrement, Versailles exige que les officiers de la colonie interviennent pour faire baisser les dépenses de ces établissements. De même, toujours en contravention aux pratiques françaises, on demande à ces officiers de trouver des sources supplémentaires de financement pour leurs hôpitaux ; demande qui occasionne généralement une forte résistance de la part des habitants de la colonie puisqu'elle repose le plus souvent sur leurs épaules.

41Enfin, dans les deux modèles hospitaliers qui prévalent en Nouvelle-France, nous avons pu observer des différences importantes par rapport aux structures administratives des hôpitaux français. Fondés dans l'idée d'imiter les institutions de leur mère-patrie, les hôpitaux de la nouvelle colonie, loin de Versailles, reflètent plutôt les valeurs que les autorités de l'Église et du roi peuvent négocier avec les communautés religieuses, les élites de la colonie et les habitants du Nouveau Monde.

Notes

1 Peter Moogk, La Nouvelle France : A Cultural History of French Canada (East Lansing : Michigan State University Press, 2000), 59. Cette même conception se trouve dans les travaux de William J. Eccles. Lire entre autres son France in America, éd. rév. (Markham, Ont : Fitzhenry & Whitehead, 1990). Au fond, comme le souligne Allan Greer, cette école historique reprend les idées de Francis Parkman, selon lesquelles la société de la Nouvelle-France est « intrinsèquement déficiente » puisqu'elle vise la reproduction et le renforcement de l'État absolutiste. A. Greer ajoute d'ailleurs que W. J. Eccles et P. Moogk présentent « sous un jour favorable chacun des aspects autoritaires du régime français ». Voir A. Greer, Brève histoire des peuples de la Nouvelle-France (Montréal : Boréal, 1998), 17.

2 Toby Gelfand, « Medicine in New France » dans Medicine in the New World, Nezv Spain, New France and New England, sous la dir. de Ronald L. Numbers (Knoxville : University of Tennessee Press, 1987), 85.

3 Édit du 12 juin 1662, Isambert, Recueil général des anciennes lois françaises, 26 vols. (Paris : Belin-Leprieur, 1822-33), vol. 18,18-23.

4 Ces hôpitaux généraux suivent la fondation des bureaux de pauvres mis sur pied à Montréal, Québec et Trois-Rivières en 1688. Ces bureaux doivent être formés par le curé et trois directeurs qui se rencontrent un fois par mois pour distribuer les aumônes recueillies par les femmes qui passaient maison par maison dans chaque paroisse. Le bureau de Québec cesse d'exister quand l'Hôpital général est créé, mais ceux de Montréal et de Trois-Rivières continuent, voir W. J. Eccles, « Social Welfare Measures and Policies in New France » dans Actas y memorias, XXXVI Congresso International de Americanistas, Espagna, 1964 (Séville : 1966), vol 4, 9-20. André Lachance, « Le Bureau des pauvres de Montréal, 1698-1699 : Contribution à l'étude de la société montréalaise de la fin du xviie siècle », Histoire Sociale, IV (1969), 99-110.

5 Roland Plaze, « La Colonie royale de Plaisance, 1689-1713 : Impact du statut de colonie royale sur les structures administratives » thèse de maîtrise, Département d'Histoire, Université de Moncton, 1991, 86-88 et 125-128. Pontchartrain à M. Begon, Versailles, 10 juin 1698, Centre d'études acadiennes (Université de Moncton) [dorénavant CÉA], microfilm, Archives des colonies, série B, vol 20, f° 100. Réitérant les demandes au Roi de construction d'un hôpital, une autre lettre mentionne le fait qu'aucun bâtiment n'est encore érigé. Pontchartrain à M. Monic, Versailles 1 avril 1700, ibid., vol. 22, fo 50.

6 Rudolph Matas History of Medicine in Louisiana, sous la dir. de John Duffy, 2 vols. (Bâton Rouge, La., 1958), vol. I, 95-96. Je suis très reconnaissant à Marc Robichaud de m'avoir suggéré cette référence.

7 Le tableau 1 est construit à partir des évaluations dans Pontchartrain à M. Begon, Versailles, 10 juin 1698, CEA, Archives Coloniales, série B, vol 20, f° 100 ; A.J.B. Johnston,, Religion and Life at Louisbourg, 1713-1758 (Montréal : McGill-Queen's University Press, 1984), 68 ; Robert Lahaise, « L'Hôtel-Dieu de Vieux Montréal (1642-1861) » dans L'Hôtel-Dieu de Montréal, 1642-1973 (Montréal : Hurtubise HMH, 1973), 23, 42. Micheline D'Allaire, L'Hôpital-Général de Québec, 1692-1764 (Montréal : Fidès, 1971), 24. Rénald Lessard, « Les soins de santé au Canada aux xviie et xviiie siècles » dans L'Atlas historique de Québec : l'Institution médicale (Ste-Foy : Les Presses de l'Université Laval, 1998), 14-15. François Rousseau, L'œuvre de chère en Nouvelle-France : le régime des malades à l'Hôtel-Dieu de Québec (Québec : Les Presses de l’Université Laval, 1983), 24, 27, 34. Pour Port Royal, nous n'avons pas le nombre de lits, mais nous savons que l'établissement est en place et a un bâtiment en raison d'un accusé de réception d'un mémoire en 1707. À cet effet, Pontchartrain relate à Desgoutins les propos suivants : « J'ai lu le mémoire que vous m'avez envoyé au sujet de l'hôpital de Port Royal et je suis satisfait des détails dans lesquels vous entrez en ce qui regarde le terrain où il est bâti, la quantité de lits qu'il y a et le revenu qu'il a...j'explique à M de Subercase les intentions de sa majesté au sujet des rentes et redevances de la banlieue de Port Royal qui ont été réunis à cet hôpital ». CEA, Archives Coloniales, série B, Pontchartrain à M. Desgoutins, 30 juin 1707, Versailles, vol 29, f° 25.

8 Constitution, Pierre Chevrier à l’hospital de St-Joseph en l'Isle de Montreal, 17 mars 1648, dans l'annexe de Maria Mondoux, L'Hôtel-Dieu, premier hôpital de Montréal (Montréal : Thérien Frères, 1942), 343. Rousseau, 15-29.

9 Gelfand, ouv. cité, 87 et A. J. B. Johnston, ouv. cité, 74, Lessard, ouv. cité, 15.

10 A. J. B. Johnston, ouv. cité, 67-69, Louise Dechêne, « Philippe Carrerot », Dictionnaire biographique du Canada, vol. 3 (Québec : Presses de l'Université Laval, 1998), 129.

11 Plaze, ouv. cité, 125-127.

12 Ce contrat est signé malgré l'opposition des autorités royales car en 1726 La Chaise a pris position pour les Sœurs Grises qui, selon lui, étaient de meilleures administratrices et qui ne gaspillaient pas les médicaments, voir Charles O'Neill, Church and State in French Colonial Louisiana : Policy and Politics to 1732 (New Haven : Yale University Press, 1966), 151.

13 Rudolph Matas History of Medicine in Louisiana, 225.

14 Ibid., 100-01.

15 Daniel Hickey, Local Hospitals in Ancien Régime France (Montréal : McGill-Queen's University Press, 1997), 21-24. Jean Imbert, Le droit hospitalier de l'Ancien régime (Paris : PUF, 1993), 16-21.

16 Imbert, ouv. cité, 23.

17 Constitutions de la congrégation des religieuses hospitalières de la Miséricorde de Jésus de l'Ordre de Saint-Augustin, 1666, réimpression 1910, Archives des Hospitalières de Québec, p. 265.

18 Constitution des Filles hospitalières de Saint-Joseph de l'autorité de Monseigneur l'Evêque d'Angers, 1643. Archives des Hospitalières de Saint-Joseph (Montréal), p. 33.

19 Marie-Claude Dinet-Lecomte note déjà le rôle dynamique et la capacité de recrutement des communautés hospitalières de la Nouvelle-France. Voir « Les hospitalières françaises en Amérique aux xviie et xviiie siècles », Revue d’histoire de l’Église de France, vol. 84 (1998), 261-282.

20 Contrat de fondation des filles hospitalières de Saint-Joseph de Montréal, 29 mars 1659, appendice de Maria Mondoux, ouv. cité, 364-5.

21 Ibid., 364.

22 Ibid., 365.

23 Acceptation d'administration du bien des pauvres de l'Hôpital de Montréal par les Dames Religieuses dudit hôpital, 10 octobre 1676, appendice de Maria Mondoux, ouv. cité, 379-381.

24 bid., 380.

25 Ibid., 379-81.

26 Acceptation d'administration des biens et revenus des pauvres de l'Hospital de Montreal par les religieuses qui le desservent, 6 mai 1676, appendice de Maria Mondoux, ouv. cité, 382.

27 Micheline D'Allaire, L'Hôpital-général de Québec, 1692-1764 (Montréal : Fides, 1971), 14-17 et 30-31.

28 Ibid., 16-17. Le roi continue néanmoins à s'opposer à l'implication des congrégations religieuses dans les hôpitaux généraux. À Montréal où les Frères Charon ont ouvert un hôpital général avec moins de soutien qu'à Québec, les autorités du roi surveillent de près l'institution. Dans une lettre au Sieur Charon, le Ministre note en 1707 qu'il a plaidé auprès du roi pour que la subvention de 1000 livres par an soit renouvelée. « Je l'ai informé qu'outre les malades qu'on reçoit dans cet hôpital, on y instruit la jeunesse de la navigation et des fortifications et qu'on l'y occupe aussi de la fabrique de plusieurs ouvrages en laine et fil ». Il souligne que le roi semble satisfait, mais qu'il « ne veut point absolument que ceux avec qui vous avez fondé cet établissement fassent des vœux, ni qu'il y ait des statuts, ni des habits uniformes ni qu'on les nomme frères et qu'en un mot il ordonnera plutôt qu'on les sépare que de souffrir qu'ils deviennent comme en communauté », Le Ministre au Sieur Charon, Versailles, 30 juin 1707, CEA, Archives des Colonies, série B, vol 29, fo. 120.

29 Marie-Claude Dinet-Lecomte, « Administrateurs d'hôpitaux et religieuses hospitalières » dans Les administrateurs d'hôpitaux dans la France de l'ancien régime, sous la dir. de Jean-Pierre Gutton (Lyon : Presses universitaires de Lyon, 1999), 149-154.

30 En réalité la « protection » de l'Église est un couteau à double tranchant pour les religieuses dans la colonie. Il est vrai que les autorités ecclésiastiques interviennent régulièrement auprès du roi pour « défendre » l'œuvre des religieux. Le roi s'oppose à ce que plusieurs ordres desservent les hôpitaux – à Trois-Rivières, à Plaisance, dans les hôpitaux généraux de Montréal et Québec (voir CEA, Archives des Colonies, série B ; pour Plaisance, le 2 avril 1704, vol 25 ; pour Trois-Rivières, le 31 mai 1701, vol 22 ; pour Montréal, le 30 juin 1707, vol 29 ; et pour Québec, le 5 mai 1700, vol 22). Les interventions des autorités ecclésiastiques viennent cependant à un certain prix. Les communautés doivent en effet accepter la clôture, sujet de grand débat en France. Jusque là, les religieuses de la colonie ont résisté aux pressions du grand vicaire et de l'évêque qui veulent leur faire accepter le statut de congrégation cloîtrée. Allan Greer note d'ailleurs la résistance de Marguerite Bourgeois, qui refuse que la Congrégation de Notre Dame accepte ce statut. Le père Campeau souligne la même opposition des Sœurs de Saint-Joseph de la Flèche à l'Hôtel-Dieu de Montréal. Toutefois, devant la pression exercée à cause de la hiérarchie paternaliste de l'Église, toutes doivent céder et accepter de devenir ce que le vicaire apostolique appelle « de véritables religieuses ». Voir Allan Greer, ouv. cité, 93 et Lucien Campeau, « Monseigneur de Laval et les Hospitalières de Montréal (1659-1684) » dans L'Hôtel-Dieu de Montréal 1642-1973, 103-123.

31 Johnston, ouv. cité, 76.

32 Ibid., 75-77.

33 Rudolph Matas History of Medicine in Louisiana, 100.

34 Plaze, ouv. cité, 86-87.

35 Le Ministre à M. de Subercase, Versailles, 30 juin 1707, CEA, Archives des Colonies, série B, fo 7. Également, le Ministre à M. Desgoutins, Versailles, 30 juin 1707, ibid.

36 Johnston, ouv. cité, 72-73.

37 Abbé H. R. Casgrain, « Histoire de l'Hôtel-Dieu de Québec », Œuvres complètes de l'Abbé H.R. Casgrain, vol IV, (Montréal : Beauchemin, 1896), 42-43.

38 Lahaise, dans L'Hôtel-Dieu de Montréal 1642-1973, 14-17.

39 Marguerite Jean, Évolution des communautés religieuses de femmes au Canada de 1639 à nos jours (Montréal : Fides, 1977), 44-45.

40 D'Allaire, ouv. cité, 10-15.

41 Jacques Ducharme, « Les revenus des Hospitalières de Montréal au xviiie siècle » dans L'Hôtel-Dieu de Montréal, 225.

42 Guy Frégault, « Les finances de l'Église sous le régime français » dans Le xviiie siècle canadien. Études (Montréal : HMH, 1968), 145-46.

43 Ducharme, dans L'Hôtel-Dieu de Montréal 1642-1973, 225-227.

44 Ibid., 225-243.

45 D'Allaire, ouv. cité, 34-42.

46 Ibid., 46.

47 Johnston, ouv. cité, 85.

Table des illustrations

Légende Emplacement des hôpitaux de la Nouvelle France au xviiie siècle
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/17697/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Titre Tableau 1 : Nombre de lits dans les hôpitaux de la Nouvelle-France
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/17697/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 159k

© Presses universitaires de Lyon, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search