Version classiqueVersion mobile

Les administrateurs d’hôpitaux dans la France de l’ancien régime

 | 
Jean-Pierre Gutton

Les recteurs des hôpitaux Lyonnais avaient-ils une politique de l’enfance ?1

Jacqueline Roubert

Texte intégral

  • 1 Sur l’histoire de l’hôpital de l’Hôtel-Dieu, voir A. Croze, J. Lacassagne, Histoire du Grand Hôtel (...)

1En introduction, il paraît indispensable de préciser que les deux hôpitaux lyonnais de l’Hôtel-Dieu (créé au XIIe siècle) et de l’Aumône Générale (fondé au début du XVIe siècle) furent jusqu’à la Révolution indépendants l’un de l’autre et administrés par des recteurs nommés pour deux ans. Les fonctions de ces derniers étaient obligatoires, gratuites et entraînaient des avances d’argent souvent considérables sans intérêt en contrepartie.

2Les premiers recteurs furent ceux de l’Aumône Générale, désignés en janvier 1534 : les échevins nommèrent comme « commis » de l’Aumône Générale huit notables auxquels fut adjoint un trésorier. Dès 1536, les échevins n’intervinrent plus dans cette désignation et les recteurs nommèrent eux-mêmes leurs successeurs.

3Ceux de l’Hôtel-Dieu n’apparurent qu’en janvier 1583. Les consuls-échevins, après avoir essayé en vain de gérer eux-mêmes l’hôpital acheté en 1478 aux cisterciens qui le détenaient, le confièrent alors à une Commission formée de « six bourgeois et marchands notables de la ville », commission renouvelée chaque année par moitié.

La réception des enfants orphelins, exposés ou abandonnés dans les deux hôpitaux lyonnais

  • 2 Arch. Hôtel-Dieu, E I.

4Dès le début du XVIe siècle, l’Hôtel-Dieu, dont la municipalité avait fait l'acquisition peu avant, recevait déjà dans des locaux exigus des enfants orphelins ou abandonnés. Ceux-ci ne représentaient qu’une faible partie d’une population assez réduite. En 1516, visitant l’hôpital au lendemain de Noël, les échevins ne rencontrèrent que 25 enfants trouvés. En 1523, une délibération nous apprend qu’il s’y trouve, outre 9 petits enfants au berceau, de grands enfants, garçons et filles. Aucune précision n’est donnée sur leur nombre et leur âge, mais le terme de « grands » devait correspondre à un âge de 5-6 ans. Après les avoir nourris jusqu’à cet âge, l’Hôtel-Dieu les plaçait ou les mettait à la rue munis d’un écriteau les recommandant à la compassion des passants2.

5En ce même début de siècle, une succession de famines dans la région amena dans la ville des hordes de pauvres et d’affamés. Pour les secourir, une Aumône Générale fut créée en 1531. D’abord temporaire, elle devient définitive, accueillant notamment les enfants. Elle semble avoir reçu à cette époque toutes les catégories d’enfants sans distinction d’origine, orphelins, abandonnés, et même certains en bas âge qu'elle dut mettre en nourrice. Au mois d’août 1534, les recteurs envoyèrent à l’Hôtel-Dieu ceux qui étaient trop jeunes, en attendant qu’ils aient l’âge d’être reçus chez eux. Cependant, en mai 1574, ils constataient que plusieurs enfants étaient trop petits pour pouvoir s’habiller et se déshabiller seuls et faisaient « quantité d’ordures ». Ne seraient plus reçus dans l’avenir que ceux en état de se vêtir et dévêtir.

  • 3 Institution et Œconomie de l’Aumosne Générale de Lyon, Lyon, 1605.

6Jusqu’en 1591, l’Aumône reçut les enfants légitimes indigents, orphelins ou non. Puis, faute de ressources, elle n’admit plus que les orphelins les plus âgés. Déjà, par principe moral, elle refusait les enfants illégitimes, d’où une quantité de conflits avec l’Hôtel-Dieu qui, lui, les avaient reçus de tout temps. Un accord intervenu le 22 novembre 1587, par lequel l’Aumône devait prendre en charge les enfants trouvés élevés par l’Hôtel-Dieu sitôt qu’ils pourraient s’habiller seuls, resta lettre morte. En effet, l’Aumône refusait toujours de les accepter en 1598. Bien plus, son règlement de 1605 affirmait nettement : « les bâtards ne sont pas admis »3. Un acte passé en 1614 entre les deux établissements stipulait que l’Aumône recevrait les orphelins de l’Hôtel Dieu ayant atteint l’âge de 6-7 ans, les enfants exposés ou trouvés étant « mis à maître ».

7Enfin, après de longues discussions, en novembre 1627, les recteurs de l’Hôtel-Dieu eurent gain de cause : désormais tous les enfants de leur hôpital, légitimes ou non, ayant atteint la limite d’âge, seraient remis à l’Aumône Générale qui faisait construire l’hôpital de la Charité. Dans ses vastes bâtiments, chaque classe d’enfants y aurait ses locaux et sa cour.

8Ce « passage » s’effectuait une fois l’an. Le règlement de 1697 le fixa au dimanche après celui de Quasimodo (donc 15 jours après Pâques) pour tous les enfants âgés de 6 ans et 7 mois accomplis.

9Cette prise en charge des enfants de toutes les classes sociales par les deux hôpitaux se poursuivit jusqu’en septembre 1783. Un arrêt du Conseil d’Etat ordonna alors qu’à compter du 1er octobre tous les enfants de tous âges seraient reçus uniquement par la Charité, l’Hôtel-Dieu devant être « uniquement consacré au service des malades ».

Le statut des enfants reçus dans les hôpitaux

Les orphelins lyonnais, enfants adoptifs4

  • 4 Voir la thèse de droit de P. Gonnet, L'adoption lyonnaise des orphelins légitimes (1536-1793), Par (...)

10Parmi les enfants reçus par l’Aumône Générale se trouvaient des orphelins qu'elle logea à l’ancien hôpital Sainte-Catherine (pour les filles) et dans l’ancien prieuré de la Chanal (pour les garçons). On a vu que peu à peu, elle n’accepta plus que cette catégorie d’enfants. Deux ans après la création de l’Aumône en 1536, on constate à l’occasion de la mise en apprentissage de l’un des enfants, que les recteurs avaient commencé à les adopter sans qu’aucune délibération n’ait officialisé cet usage. Celui-ci resta coutumier jusqu’au règlement du 18 octobre 1598 qui fixait solennellement et clairement l’ensemble des conditions exigées pour la réception et l’adoption des orphelins devenus ainsi « enfants » adoptifs de l’Aumône Générale. Il fut appliqué jusqu’en 1793. Pour pouvoir être adoptés, les enfants devaient être orphelins légitimes, âgés de plus de 7 ans, nés de parents ayant demeuré à Lyon depuis un certain temps. Des décisions ultérieures apportèrent des compléments à ce règlement.

11A partir de l’adoption, les recteurs se comportaient comme de vrais parents et devaient s’occuper du patrimoine de l’adoptif, qui lui serait rendu à son émancipation (ou à son mariage si c’était une fille). Parvenus à « l’âge compétent », les garçons étaient mis en apprentissage, les filles en service dans de bonnes maisons. Elles ne pouvaient se marier sans l’autorisation des recteurs qui les dotaient. Mais en cas de décès de l’adoptif, ou de l’adoptive, sa succession revenait à l’hôpital. Bref, les recteurs devenaient réellement les pères de ces enfants.

12Qu’en était-il de l’attitude de l’Hôtel-Dieu qui recevait aussi des orphelins légitimes parmi les enfants en bas âge ? Pendant longtemps, l’hôpital ne les adopta pas mais les traita comme les exposés et les abandonnés. A l’âge de 7 ans, ils étaient « mis à maître » ou hors de la maison. La première mention d’enfant adoptif apparaît dans un registre de 1632. Mais, tout comme pour l’Aumône Générale un siècle auparavant, aucune décision officielle n’instaure l’adoption. Pourtant des mentions vont se trouver désormais dans les textes. Le second règlement de l’Hôtel-Dieu, en 1636, parle d’une façon formelle d’adoption des orphelins par les recteurs.

13L’adoption de l’Hôtel-Dieu se termina en 1783, lorsque tous les services d’enfants furent transférés à la Charité. Il n’y eut plus que les adoptifs de la Charité. Auparavant, les adoptifs de l’Hôtel-Dieu devenaient ceux de la Charité en passant d’un hôpital à l’autre.

Les enfants illégitimes

14Les enfants illégitimes étaient des enfants exposés ou nés à l’Hôtel-Dieu dans la maternité des filles enceintes. Celles-ci en sortant ne pouvaient qu’exceptionnellement emporter leur nourrisson. Ces enfants étaient mis en nourrice et rapportés à l’hôpital entre 2 et 3 ans. Mais très vite cet âge fut reporté à 5, puis à 6 ans. Finalement, ils ne revinrent à l’Hôtel-Dieu que peu avant leur transfert à la Charité. Celle-ci les plaçait dès qu’elle en avait l’occasion.

15A partir de 1695, les recteurs de l’Aumône commencèrent à les envoyer à la campagne dès leur remise par l’Hôtel-Dieu. Ils en revenaient d’abord à 10 ans. En 1758, l’âge de leur rappel fut reculé à 14 ans. Et enfin, on chercha à les fixer définitivement là-bas.

Les enfants abandonnés

16Il s’agissait d’enfants légitimes abandonnés par des parents dans la misère, ou des orphelins non lyonnais susceptibles d’être réclamés par leur famille. Ils n'étaient donc pas placés à la campagne. Non adoptés, simples assistés, on ne les mettait jamais en apprentissage. Ils furent pratiquement confondus avec les bâtards jusqu’en 1742, date où on les sépara afin de leur conserver leur qualité d’enfants légitimes.

L’organisation durant leur séjour dans l’hôpital

A l’Hôtel-Dieu

17Dans la semaine qui suivait leur arrivée à l’hôpital, les enfants âgés d’un jour à 6 ans étaient envoyés en nourrice dont ils revinrent de plus en plus tard pour passer à la Charité. Ils attendaient ce transfert parqués dans un galetas au-dessus des locaux vétustes au XVIe siècle, dans quatre salles encombrées au début du siècle suivant. Levés à 5 heures et couchés à 7 heures du soir, leurs occupations principales consistaient en prières et catéchisme, ainsi qu’une messe avant le petit déjeuner. S’y ajoutaient une récréation après chaque repas pris en silence, une promenade le matin sous les cloîtres un jour sur deux, en alternance avec des séances de peignage, et enfin une sortie hebdomadaire si le temps s’y prêtait. La « mère » qui les gouvernait était assistée d’une ou deux sœurs qui devaient s’en occuper « avec charité », mais aussi les corriger à la moindre sottise. Au moins la moitié des enfants rentrés de nourrice après avoir survécu à la terrible mortalité de la petite enfance mouraient au cours de ce temps d’attente, en partie à cause des fièvres de l’été.

A la Charité

La direction des enfants

18Les enfants étaient dirigés par des maîtres. En 1534, un couple fut engagé pour s’occuper des garçons et des filles. Puis les enfants furent différenciés suivant leur origine.

  • 5 Arch. Char., E 29 p. 273, E 33 p. 48 et 408.

19La conduite des adoptifs fut d’abord confiée tantôt à des laïcs (précepteurs, maîtres d’école) tantôt à des prêtres. Certains de ces maîtres n’étaient pas sans de gros défauts. C’est pourquoi en 1620 le recteur Louis Bouillet fit don à l’Aumône d’une maison dont les revenus assureraient l’entretien d’un ecclésiastique capable. Désormais, un prêtre assura donc leur direction, veillant à ce que les règlements soient scrupuleusement exécutés. Aucun adoptif ne sortait sans être accompagné par lui ou le sous-maître, pas même les écoliers allant au collège. De leur côté, les enfants illégitimes et les abandonnés avaient aussi leur maître5.

20Du côté des filles, une femme devait instruire les adoptives « à toutes sortes de vertus » et « à ce qui est propre à leur sexe »... mais surtout « leur apprendre la crainte de Dieu et les maintenir en paix ». Elle jouait le rôle de gouvernante, aidée d’une sous-maîtresse pour le travail de la soie. Les adoptives étant assez indociles, on demanda à des femmes de notables de venir faire des inspections.

21Les femmes âgées chargées de surveiller les filles illégitimes et les abandonnées ne durent pas donner satisfaction puisqu’à la fin du XVIIe siècle les recteurs se mirent en quête de religieuses. Les 5 sœurs de la Providence arrivées de Paris en décembre 1697 pour prendre la direction des filles ne restèrent pas au-delà de leurs 9 mois d’essai. 12 sœurs de Saint Vincent de Paul leur succédèrent en 1698, mais durent repartir en mars 1699, car les recteurs n’entendaient pas partager leur direction avec les supérieurs de leur congrégation. Finalement, l’Hôtel-Dieu consentit à envoyer à la Charité 3 sœurs croisées et 3 prétendantes.

Le travail

  • 6 Arch. Char., E 6, E 25, E 26, E 38.

22Les recteurs avaient grand peur de l’oisiveté « mère nourricière de tous les vices ». Les enfants travaillaient donc dans les ateliers créés dès le début. Dévidage de la soie (les premiers ateliers de soie à Lyon furent installés en 1335 dans l’hôpital Sainte Catherine), filage du coton et de la laine, brochage de bas et autres travaux les occupaient environ 10 heures par jour. On considérait que cela devait leur faciliter une embauche par les maîtres de la ville. S’ils n’étaient pas doués, ils faisaient des lacets ou des aiguillettes6.

L’Instruction7

  • 7 J. Roubert, « L'instruction donnée aux enfants de la Charité de Lyon jusqu'à la Révolution », Acte (...)

23– Le catéchisme

  • 8 Arch. Char., E 72, fol 119.

24L’un des soucis des recteurs était l’instruction religieuse de toute la population de leur établissement. Elle était la base de l’éducation. Un enfant sans religion était un enfant sans morale, « un sujet inutile ou un citoyen dangereux ». Le catéchisme était le seul enseignement commun à toutes les classes d’enfants8.

25L’aumônier l’enseignait à l’église de l’hôpital trois jours par semaine aux garçons abandonnés (petits passants) et trois autres jours aux petites passantes. Chaque soir ils étaient interrogés dessus. Sans doute parce qu’ils étaient supposés n’être là que pour un temps limité recevaient-ils cet enseignement intensif. A partir de 1737, quatre adoptifs élèves au collège de la Trinité l’assurèrent sous la responsabilité de l’aumônier. Les enfants illégitimes avaient aussi leurs heures de catéchisme, en moins grand nombre. Les maîtres et les maîtresses prenaient le relais dans la journée au cours du travail de l’atelier, et organisaient « des disputes » le dimanche. Les lectures de l'Evangile et de l'Imitation de Jésus-Christ, selon des horaires minutieusement réglés, devaient élargir les connaissances religieuses de ces classes d’enfants.

26Les adoptifs qui allaient au collège avaient un régime particulier. Matin et soir, à genoux, ils écoutaient un chapitre de l'Evangile ou de l’Imitation de Jésus-Christ. Le dimanche après avoir servi la messe, ils assistaient au catéchisme et apprenaient quelques versets de l’Evangile. A leur tour, ils faisaient le catéchisme et allaient faire une lecture édifiante aux malades.

27– L’instruction proprement dite

28Les enfants assistés : les « petits garçons » (illégitimes) apprenaient à lire à et écrire avec leur maître qui devait, suivant le règlement de 1628, avoir « quelques lettres et de la prudhommie ». En 1662, le travail de l’atelier devait être interrompu durant une heure matin et soir, pour les faire écrire, chiffrer et réciter. Au XVIIIe siècle, il n’était plus question de pause, mais de personnes présentes prenant les enfants un à un pour leur leçon quotidienne de lecture et catéchisme, « avec attention et sans les maltraiter ».

29Pour les « petites filles », au début, il n’était question que d’être « élevées à la vertu et dressées pour le travail, pour leur apprendre à servir en ville »... Au XVIIIe siècle, on s’aperçut que l’instruction n’était pas superflue même pour une femme, mais qu'elle pouvait contribuer à trouver un métier. « Rien n’est si nécessaire que l’instruction de la jeunesse dans cet hôpital. La lecture et l'écriture réunies avec la science de la religion font une partie essentielle de son éducation » proclament les recteurs dans leur délibération du 3 décembre 1747. Les « petites filles » apprenaient déjà à lire depuis quelques années. Désormais, elles eurent une maîtresse d’écriture.

30Les petits passants et petites passantes confondus avec les enfants illégitimes jusqu’en 1742 continuèrent par la suite à lire et écrire durant l’atelier.

  • 9 Arch. Char., E 29, p. 273.

31Les enfants adoptifs : en qualité de pères de ces enfants, les recteurs en prenaient un soin particulier. Mais malgré le maître d’école qui leur était affecté, le recteur Chomel constatait en 1604 qu’ils ne savaient ni lire ni écrire, et n’avaient « aucune civilité ». Il faisait des suggestions. Le règlement publié l’année suivante mentionnait donc que les enfants devaient apprendre la lecture et l’écriture, et « autres choses honnêtes ». Si l’un d’eux était doué pour les lettres, on lui enseignait les principes de la grammaire avant de l’envoyer aux leçons publiques du collège. A partir de 1616, cinq heures par jour furent consacrées à l’étude9.

32En juillet 1620, on supprima l’usage de les envoyer quêter dans les églises ou chercher de la viande à la boucherie. Désormais, ils purent vaquer à leurs études sous la direction d ‘un prêtre capable. Conformément à la fondation du recteur Bouillet, le prêtre s’engagea à les instruire, « apprendre à lire, écrire, la grammaire et langue latine à ceux qui seront trouvés propres et aptes par lesdists recteurs ». Désormais, les structures étaient en place.

33Les plus doués iraient au collège ; les autres auraient cinq heures d’étude au milieu de leur travail de dévidage et de brochage.

34Les filles adoptives devaient primitivement être comme les garçons nourries, entretenues et instruites. Mais les règlements successifs ne parlent plus que de leur enseigner « ce qui est propre à leur sexe ». En conséquence, on leur enseignait la couture. Cependant, on constate que la plupart savaient écrire. En effet en 1686-1687, neuf sur dix adoptives musiciennes signent le reçu d’une gratification.

35En 1747, les recteurs décidèrent de faire venir une maîtresse d’écriture pour former deux adoptives et trois autres filles pour qu’elles puissent apprendre à lire, à écrire aux autres enfants. Un maître fit de même avec des garçons. Ainsi, les adoptives, comme les autres filles, reçurent des leçons pendant leur travail à l’atelier ou au grenier à couture.

  • 10 J. Roubert, op cit., p. 287 à 291.

36– La musique10

37En outre, certains adoptifs et adoptives reçurent un enseignement inattendu dans cet hôpital, celui de la musique et du chant, avec des maîtres spéciaux.

38A partir de 1628, les adoptifs chantent lors des offices. En février 1657, les recteurs vont plus loin. On engage un musicien Dautrecourt dit Sainte Colombe, pour apprendre la composition et la viole à des adoptifs doués « afin de faire le plus tôt qu’il se pourra un chœur de musique ». Deux ans après, 3 garçons apprennent le violon. On ne sait pas ce qu’il advint de cette musique instrumentale par la suite.

39Les adoptives chantaient aussi. En 1644, on leur adjoignit 5 filles illégitimes, fait justifié par la nécessité d’avoir toutes les diverses voix nécessaires à un chœur. Elles passèrent chez les adoptives. Cette décision du bureau allait à l’encontre des principes stricts de l’hôpital de ne pas mélanger les différentes classes d’enfants.

40Beaucoup de ces musiciennes reçurent des faveurs et des dons de la part des recteurs. En 1655, les instruments apparurent. Les adoptives apprirent à jouer de la viole et peut être du violon, de l’orgue, du clavecin. Le succès du chœur de chant était tel qu’en 1685 les recteurs durent leur interdire d’aller chanter à l’extérieur. Les recteurs se rengorgeaient, se félicitaient... Mais en octobre 1739, le trésorier fit remarquer les inconvénients de toutes sortes présentés par ces leçons « superfluité coûteuse ». En 1740, on mit fin à ces mondanités, reconnaissant qu’« il ne convenait aucunement de donner cette éducation à de pauvres filles orphelines »... En revanche, le plain-chant continua à être enseigné à la Charité aux garçons et aux filles.

  • 11 Arch. mun. Lyon, G G non inventorié. Arch. Char., B 283, E 13, B 81, D 2.

41– La Charité et le collège11

42Lorsque le collège de la ville fut fondé en 1527, les échevins avaient envisagé d’y envoyer les orphelins qui étaient recueillis par l’Hôtel-Dieu. Des enfants y furent certainement envoyés au début de l’Aumône. Il y en eut une vingtaine sous l’administration protestante de l’institution. En vue sans doute d’une fréquentation plus grande, les recteurs achetèrent de 1567 à 1576 des terrains et des maisons à proximité de ce collège tenu par les jésuites depuis 1567.

43« Pour le soin, affection et extrême désir qu’ils ont d’élever et faire instruire es lettres et bonnes mœurs les enfants adoptifs », ils avaient l’intention d’y loger les orphelins qui suivraient les classes. Mais l’idée de voir ces enfants pêle-mêle avec les enfants des nobles et bons notables marchands déplut à ces notables. Aussi, permit-on seulement aux recteurs d’envoyer chaque année quelques adoptifs plus spécialement doués, en échange de quoi les recteurs remirent aux jésuites les terres et les bâtiments qu’ils venaient d’acquérir pour qu’ils puissent s’agrandir.

  • 12 Arch. Char., C 2, C 3, C 5, C 9, C 21, B 269, B 302.

44Plusieurs fondations permirent à des adoptifs de faire des études : celle d’Hugues Athiaud (1592) pour 6 enfants de la Chanal ; celle de Pierre Scarron (1631) pour un adoptif ayant la vocation ecclésiastique ; Jean Arthaud (1663) fonda deux places pour deux enfants originaires de la Grave, en Oisans, pour les préparer à la prêtrise ; Michel Gros de Saint-Joyre (1698) pour faire étudier à perpétuité un adoptif pour obtenir la prêtrise ; André Philibert avait légué 10 000 livres pour deux étudiants aux mêmes conditions que celle de Saint-Joyre12.

Les soins aux enfants. Les infirmeries

45Dès 1647, les règlements de la Charité parlent des soins à apporter plus particulièrement aux enfants malades et à la prévention des maladies. Depuis une grave épidémie de scorbut survenue en 1638, on devait leur donner de février à avril du vin tous les jours (les maux et ulcères arrivaient en fin d’hiver) et de la salade une fois par semaine au printemps et en été. En outre le potage des vendredis et samedis devait comprendre du beurre et des œufs : une vingtaine de poules étaient élevées pour cela dans chaque cour de la maison. Jusqu’en 1765, chaque catégorie d’enfants disposa d’une infirmerie, puis il n’y en eut plus que deux. Le chirurgien devait faire la visite des plus jeunes chaque mois. En cas de maladie grave, les enfants étaient transportés à l’Hôtel-Dieu.

Les châtiments

46Qui aime bien châtie bien. En bons pères de familles, les recteurs appliquaient des punitions qui pouvaient aller, selon les fautes et les manquements à la discipline, du pain sec au fouet, au cachot et à l’exclusion définitive de l’institution.

La sortie ou le départ de l’établissement

47Les enfants pouvaient sortir de différentes façons, en dehors de la mise en nourrice qui n’était théoriquement qu’une sortie temporaire. Pour les nourrissons, vu la mortalité infantile, elle était trop souvent définitive.

48D’autre part à la fin du XVIIIe siècle, les recteurs de la Charité eurent tendance à « oublier » de rappeler leurs pupilles devenus grands, espérant les voir s’installer à la campagne.

49Même si les cas n’étaient pas fréquents, il arrivait que des parents (ou des filles-mères mariées) réclament leurs enfants. Après enquête, on les leur rendait, moyennant paiement d’une somme (mais à la fin celle-ci n’était plus exigée). Les rares filles-mères qui demandaient à emporter leur nourrisson à la sortie de la maternité devaient s’engager devant le bureau.

L’adoption13

  • 13 J. Roubert, « L’adoption des enfants par des particuliers à Lyon sous l’Ancien Régime », Bul. Soci (...)

50A Lyon, l’adoption qui semblait être tombée en désuétude ailleurs, se perpétua pendant un certain temps spécialement autour des deux hôpitaux qui constituaient un « conservatoire » d’enfants abandonnés ou orphelins. L’adoption d’enfants par des particuliers apparaît dès 1527 dans les registres de l’Hôtel-Dieu, en 1534 dans ceux de l’Aumône. Après un arrêt en 1584, peu après que l’Hôtel-Dieu ait été confié par la ville aux recteurs, elle reprit au XVIIe siècle, mais uniquement pour des enfants de l’Hôtel-Dieu. Les règlements de 1627 prévoient désormais une procédure pour ces adoptions externes. De plus en plus elles seront le fait de nourriciers qui, s’étant attachés à l’enfant qui leur avait été confié, demanderont à l’adopter comme leur propre enfant. A côté de ces adoptions faites officiellement, on trouve dès le XVIe siècle des prises en charge d’enfants « par charité », « par amitié », ou « pour l’honneur de Dieu ». Très souvent il s’agit d’orphelins légitimes, « d’adoptifs » que des familles prenaient en charge pour une durée indéterminée, ou jusqu’à leur majorité ou leur mariage.

51A partir de la fin du XVIIe siècle, les recteurs exigèrent des adoptants qu’ils promettent le paiement d’une somme précise à l’enfant au moment de la majorité. L’adoption, faussée, cédait ainsi peu à peu le pas à un « accueil ». Au milieu du XVIIIe siècle, l’adoption disparut des règlements de l’Hôtel-Dieu. Ceux de la Charité rédigés en 1742 recommandaient aux recteurs d’encourager les paysans qui voulaient conserver les enfants chez eux, faisant pour ces pupilles « ce qu’un père plein de tendresse doit à sa famille », sans que la rédaction d’aucun acte ne soit envisagée.

Placement chez des maîtres14

  • 14 Cf. Aguerre-Hohl, L'apprentissage des enfants de la Charité de Lyon au XVIIIe siècle, mémoire de m (...)

52Au début, les enfants étaient placés dès 5-6 ans par les hôpitaux. La mise en apprentissage fut longtemps réservée aux seuls adoptifs. Mais peu à peu la Charité prit l'habitude de remettre en nourrice les enfants arrivant de l’Hôtel-Dieu à 6 ans et demi. Au XVIIIe siècle, les contrats de placement ou d’apprentissage intervinrent au retour des enfants de la campagne : 12 puis 14 ans. Mais il apparut qu’ils étaient alors trop âgés pour s’adapter au travail de la ville, surtout celui de la « grande fabrique ».

53Jean-Pierre Aguerre-Hohl, dans son mémoire de maîtrise sur « l’apprentissage des enfants de la Charité au XVIIIe siècle », remarque que de 1740 à 1768, sur 496 enfants placés dans la « fabrique », 19 % avaient dû être transférés vers d’autres métiers et 43 % changés de maîtres.

54Des placements collectifs furent aussi effectués par les recteurs de la Charité qui cherchaient à faire sortir un maximum d’enfants. C’est ainsi qu’en 1694 ils proposaient d’envoyer sur les vaisseaux 300 petits garçons de 8 à 12 ans. Le plus ancien de ces placements remonte à 1590 où 20 adoptifs et 30 adoptives furent remis à un épinglier. De 1703 à 1787, on en connaît au moins six portant sur 143 enfants, garçons et filles. Aux yeux des recteurs, ces manufactures-pensionnats étaient comme des modèles réduits de l’hôpital de la Charité. Malheureusement les manufacturiers avaient uniquement en vue la rentabilité économique, et non la formation sur laquelle insistaient les recteurs. Il s’ensuivit des drames comme celui en 1767 de la manufacture de dentelles de Petitain où en 1763, avaient été envoyées 73 adoptives de 6 à 12 ans. Quatre ans après, donc, 30 d’entre elles étaient mortes de misère et de maladies, et les autres, en très mauvais état risquaient de mourir en peu de temps.

55On peut encore évoquer les adoptives qui entraient au couvent, les adoptifs qui prenaient l’habit ou devenaient prêtres, souvent grâce à des fondations. D’autres enfants de la Charité, eux, restaient sur place en tant que frères ou sœurs.

56Il y avait aussi, dans un autre mode de sortie, les fugueurs, ou les enfants mis à la porte.

57Il faut aussi parler du retour des « enfants » même adultes lors des périodes de chômage, ainsi que des secours accordés parfois à des pupilles partis au loin.

Conclusion

58Comme on a pu le constater par le « survol » que nous venons de faire, les recteurs des hôpitaux eurent une politique originale, vis-à-vis des enfants qu’ils recevaient. Celle des recteurs de l’Hôtel-Dieu, plus simple sinon plus facile, était de leur conserver la vie au départ, ce qui relevait de la gageure, s’agissant d’enfants souvent déjà mal en point. La mise en nourrice, si elle comportait une mortalité infantile importante (50 % au moins) était la seule solution. En outre, les recteurs encouragèrent, dès le début du XVIIe siècle, l’adoption d’enfants par des particuliers et même par des nourriciers qui s’étaient attachés à l’enfant qui leur avait été confié.

59Les recteurs de la Charité, de leur côté, ne furent pas en reste. Ils furent ambitieux pour leurs enfants, à plus forte raison pour les adoptifs à qui ils témoignaient une affection toute paternelle englobant bien entendu une sévérité tout aussi paternelle. Ils apportèrent dans la direction des enfants un certain goût du panache et de l’ostentation qui leur était propre comme en témoigne cet engouement pour la musique instrumentale et les chœurs.

60Lorsqu’on lit les règlements et les délibérations de l’un et l’autre hôpital, on est frappé par le sérieux et la minutie avec lesquels tout a été pensé, pesé et discuté par les recteurs. Mais à la Charité la coexistence des différentes catégories d’enfants allait produire au cours du XVIIIe siècle un nivellement progressif des conditions. Bien entendu, chaque classe d’enfants garda ses locaux, sa chapelle, sa fête particulière, son administrateur, son personnel et ses habits de couleurs différentes. Mais ce fut désormais pour tous les mêmes horaires de lever et de coucher, les mêmes prières et les mêmes repas.

61Le développement considérable des enfants à la charge des hôpitaux amena dès le XVIIe siècle les recteurs à se décharger de la présence du plus grand nombre à l’hôpital qui ne leur valait rien pour leur éducation et leur santé. On les plaça le plus tôt possible à la campagne chez des cultivateurs, où les recteurs espéraient que beaucoup finiraient par se fixer définitivement. La condition sociale n’entrait plus en ligne de compte. En tout cas des règlements généraux comme celui du 26 avril 1758 ne vont plus s’appliquer à telle ou telle catégorie d’enfants mais à tous, sans distinction.

62Au reste, une confusion s’installait dans l’esprit des recteurs qui paraissent moins attentifs. Ainsi, en 1675, on attribua aux filles légitimes une dot, tout comme aux adoptives. Elle fut supprimée en 1765, ce don « n’étant pas essentiel à l’œuvre », mais l’année suivante on la supprima aux adoptives ayant passé l’âge de 25 ans.

63Certes les adoptions par les hôpitaux subsistèrent jusqu’à la fin de 1793, mais cette institution paraissait désuète. L’arrêt du Conseil du Roi du 9 septembre 1783 transférant de l’Hôtel-Dieu à la Charité toute l’assistance, y compris la maternité des filles-mères, entraîna pour l’hôpital un surcroît de dépenses mais surtout un bouleversement total. Les adoptifs étaient minoritaires et finirent par se fondre dans « la masse des enfants de la Charité ». Bientôt, ils deviendraient tous enfants de la patrie, et il n’y aurait plus de recteurs.

Notes

1 Sur l’histoire de l’hôpital de l’Hôtel-Dieu, voir A. Croze, J. Lacassagne, Histoire du Grand HôtelDieu de Lyon des origines à l'année 1900, Lyon, 1924. Sur celle de la Charité, voir A. Croze, M. Colly, M. Carle, Histoire de la Charité de Lyon, Lyon, 1934. Les archives des hôpitaux de l’Hôtel-Dieu et de la Charité de Lyon sont conservées aux Archives des Hospices civils de Lyon. Ont surtout été utilisées les séries E (administration de l’établissement, délibérations, comptabilité, etc....).

2 Arch. Hôtel-Dieu, E I.

3 Institution et Œconomie de l’Aumosne Générale de Lyon, Lyon, 1605.

4 Voir la thèse de droit de P. Gonnet, L'adoption lyonnaise des orphelins légitimes (1536-1793), Paris, 1935, 2t. in 8°, 688-247 p.

5 Arch. Char., E 29 p. 273, E 33 p. 48 et 408.

6 Arch. Char., E 6, E 25, E 26, E 38.

7 J. Roubert, « L'instruction donnée aux enfants de la Charité de Lyon jusqu'à la Révolution », Actes du 97e Congrès nat. des Soc. Savantes (Nantes, 1972), sect. hist. mod. et contemp. (Paris, B N, 1977), t. I, p. 277-297.

8 Arch. Char., E 72, fol 119.

9 Arch. Char., E 29, p. 273.

10 J. Roubert, op cit., p. 287 à 291.

11 Arch. mun. Lyon, G G non inventorié. Arch. Char., B 283, E 13, B 81, D 2.

12 Arch. Char., C 2, C 3, C 5, C 9, C 21, B 269, B 302.

13 J. Roubert, « L’adoption des enfants par des particuliers à Lyon sous l’Ancien Régime », Bul. Société franc, d'Histoire des hôpitaux, no 36-37 (1978), p. 41 à 67.

14 Cf. Aguerre-Hohl, L'apprentissage des enfants de la Charité de Lyon au XVIIIe siècle, mémoire de maîtrise, Université Lyon 2, 1978. Du même auteur, « Les placements collectifs des enfants de la Charité au XVIIIe siècle », Bulletin du Centre d'Hist. écon. et soc. de la rég. lyonnaise, 1978, no 3, p. 17-47.

Auteur

Ancien directeur des archives des Hospices civils de Lyon.

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search