Version classiqueVersion mobile

Les administrateurs d’hôpitaux dans la France de l’ancien régime

 | 
Jean-Pierre Gutton

Administrateurs d’hôpitaux et compagnie du Saint-Sacrement

Jean-Pierre Gutton

Texte intégral

  • 1 J. Aulagne, Un siècle de vie ecclésiastique en province. La réforme catholique du XVIIe siècle dan (...)
  • 2 E. Chill, « Religion and mendicity in seventheenth-century France », International Review of Socia (...)
  • 3 B. Nale, Ms fr. 18605, fol. 201.

1Le rôle de la compagnie du Saint-Sacrement dans la vie hospitalière du XVIIe siècle a été amplement évoqué, au moins dès le début du XXe siècle par les auteurs qui tels Allier, Auguste, Beauchet-Filleau, Rébelliau ont publié des documents relatifs à cette société. Paru à la même époque, le travail de sociologie religieuse avant la lettre d’Aulagne sur le diocèse de Limoges va dans le même sens1. Plus près de nous, l’article de Chill2 a, à nouveau, insisté sur cette corrélation. Or cette question est, en réalité, très complexe. S’il n’est pas contestable que durant quelques décennies le rôle de la compagnie a été essentiel dans la création d’hôpitaux généraux, il faut inversement souligner deux points. D’une part ce rôle décroît très vite à partir des années 1660 sous diverses influences que nous relèverons. D’autre part, il faut rappeler que les thèmes que la compagnie développe dans le domaine hospitalier sont, pour la plupart, sans originalité. La visite aux malades et aux prisonniers est une coutume bien ancienne. C’est par exemple, la première démarche qu’accomplissent les ecclésiastiques à l’ouverture des assemblées du clergé. On trouve même dans les manuscrits de la Bibliothèque nationale un curieux Mémoire au roi3, qui peut être daté de 1614 et qui propose la constitution de confréries dans chaque ville dont le rôle de surveillance des mœurs ressemble fort à ce que sera celui de la compagnie. Le mémoire prévoit le service aux hôpitaux et l’ouverture de maisons de travail forcé pour les pauvres valides. Et rappelons surtout que l’enfermement, pour lequel la compagnie a beaucoup œuvré, naît dans les dernières décennies du XVIe siècle, et qu’il doit beaucoup à des exemples venus de l’étranger, notamment des Etats pontificaux et des Provinces-Unies.

  • 4 Bibl. de l’Institut, Ms 18, fol. 1219sq.
  • 5 G. Livet, Le duc Mazarin, gouverneur d'Alsace, 1661-1713. Lettres et documents inédits, Strasbourg (...)
  • 6 Une société secrète au XVIIe siècle. La compagnie du Très Saint-Sacrement de l’Autel à Marseille. (...)
  • 7 Texte p. 225 à 228 de l’ouvrage cité note précédente. Cf. aussi R. Triboulet, Gaston de Renty. 161 (...)

2Cela étant posé, il reste que la compagnie du Saint-Sacrement s’est beaucoup occupé des hôpitaux, surtout de deux manières : veiller à la bonne administration des établissements existants ; fonder des hôpitaux généraux. Et dans les deux cas, un des moyens d’action privilégié est de placer des hommes dans les bureaux d’administration. Le souci de surveiller la gestion des hôpitaux se retrouve constamment dans les teintes émanant de la compagnie. Voyez cette « Instruction généralle et particulière pour l’agent d’un grand seigneur dans une de ses terres »4 rédigée par le Duc Mazarin proche de la société5. Il faut « voir... sy les hôpitaux sont bien administrez et les pauvres assistez ». Il faut veiller à la reddition des comptes. De même, à la date du 29 janvier 1643, le registre de la compagnie de Marseille porte : « Fust arresté que dhors en avant la Compie procureroit qu’au Conseil de la Ville on fairoit la nomination de personnes pieuses et zellées pour estre recteurs de l’hospital Saint-Esprit et autres de la ville »6. De fait, à l’hôpital du Saint-Esprit, à l’hôpital Saint-Jacques des Espées on constate l’action de membres de la compagnie dont certains occupent des places d’administrateurs. Ce souci de réforme se manifeste plus encore dans une lettre circulaire que la compagnie de Paris adresse le 2 avril 1646 aux compagnies de province. Ce texte, signé Gaston de Renty qui est alors supérieur, est une vive critique des pratiques en cours, un appel à une enquête générale en vue de proposer un règlement général7. En voici les principaux passages :

3« Le precis de ces advis et mémoires porte que le revenu de la plus grande partie des hospitaux est employé en œuvres extérieures comme aumosnes, prédicateurs et autres, lesquelles, quoyque pieuses en soy, destruisent neantmoings la fondation et pervertissent le legitime employ d’iceux, qui est d’estre consommé dans les hospitaux mesme pour les malades ; que les rolles des pauvres assignés sur les dits revenus sont de personnes affectées et non malades ny incommodées, qui se trouvent le plus souvent domestiques ou deppendans des administrateurs, magistrats et autres personnes principalles des villes ;

4Que les administrateurs se rendent fermiers des domaines et revenus a vil prix, divertissent les tiltres, font des reparations frauduleuses, laissent usurper les biens par les personnes puissantes et voisines, s’en rendent adjudicataires soubz nom interposé, consomment les fonds en frais de procès et depputations inutiles, laissent deperir les droictz lorsqu’ilz sont deubz par des personnes de qualité ensemble les bastimens faute de reparations, ne rendent point compte en detail, et s’ilz en rendent quelques-uns, cesi a leurs successeurs qui sont d’intelligence ou bien sans cognoisssance de cause, bref tous autres abus accessoires et deppendans de ceux cydessus marquez que vous pouvez aisément concevoir tant par leur expression qui est asses notoire que par vos propres experiences.

5Sur quoy il se trouve diverses ouvertures et remedes convenables qui se peuvent proposer par deça et faire valoir aupres de ceux qui ont le pouvoir de les faire executer, mais comme il est difficile de les rendre generaux et uniformes en leur application a raison des differentes natures et especes d’hospitaux, maladreries, leproseries et autres lieux semblables et aussy des diverses administrations d’iceux, les uns estans soubz la disposition de Monsieur le grand aumosnier, les autres soubz la jurisdiction des ordinaires, d’autres en la direction des relligieux ou relligieuses, d’autres en l’administration des communautés et officiers de police et enfin d’autres en patronage laique et soubz la conduite des particuliers ; laquelle diversité pouvant produire differens reglemens proportionnés a la qualité des directeurs ou administrateurs, nous avons estimé qu’il estoit a propos en estre instruictz plus en detail pour pouvoir former le plan d’un reglement general qui au plus important et essentiel de l’administration des hospitaux puisse estre uniforme pour tous et esgallement executé en tous.

6C’est le subject de la presente despeche circulaire dont vous concevres l’importance par le merite de l’œuvre et le fruict qu’elle peut produire. A l’effect de quoy nostre pensée a esté de vous prier et exhorter en l’union de celuy qui nous anime a cest ouvrage pour sa gloire de rechercher autant qu’il vous sera possible par vos bonnes et charitables correspondances et pieuses industries les abus et desordres que vous pourres remarquer aux hospitaux qui sont dans l’estendue de vos dioceses, le nombre d’iceux, les differentes formes d’administration, les revenus et charges et les moyens et remedes que vous y estimeres convenables, sur lesquelz ensuite nous vous marquerons nos pensées pour y joindre vos sentimens et bons advis, affin que du tout il puisse reussir un resultat digne des mouvemens de tant de personnes desinteressées et dediées au service de Dieu par le seul motif de la charité. »

  • 8 Voir particulièrement J. Estienne, « L’hôpital général des pauvres de Paris aux XVIIe et XVIIIe si (...)
  • 9 Christophe Leschassier, Charles Loyseau, Jean-Marie L’Hoste, Christophe du Plessis-Montbard, Jean (...)

7L’infiltration des membres de la compagnie dans les bureaux hospitaliers est très prononcée lorsqu’un hôpital nouveau voit le jour. C’est presque toujours un hôpital général destiné à enfermer les mendiants et à les contraindre au salut. C’est pour l’hôpital général de Paris que ce rôle de la compagnie est sans doute le mieux connu8. La compagnie réfléchit sur le soulagement spirituel et temporel des mendiants parisiens dès 1631. En 1636, elle pénètre à l’hôtel-Dieu et elle y établit des catéchistes. La lutte contre la prostitution, les secours aux pauvres des provinces de l’Est réfugiés à Paris lui permettent de mesurer l’ampleur des besoins. Elle a aussi l’exemple des fondations des compagnies de province : Orléans, Marseille. La compagnie de Rennes la consulte en 1649 sur les moyens de bannir les vagabonds. Le 5 juin 1653, du Plessis-Montbard est chargé de s’occuper du projet de « grand Hôpital » et, en 1656, l’édit de création est prêt. Il porte la marque de la compagnie dans le ton religieux de son exposé des motifs : « L’expérience ayant fait connaître aux personnes qui se sont occupées dans ces charitables emplois que plusieurs d’entre eux [les pauvres]... habitant ensemble sans mariage, beaucoup de leurs enfants sont sans baptême et ils vivent presque tous dans l’ignorance de la religion, le mépris des sacremens et dans l’habitude continuelle de toutes sortes de vices ». L’attention portée aux prêtres mendiants et vagabonds, l’appel à Vincent de Paul révèlent aussi la même signature. De même que l’absence d’enfermement des pauvres mariés, par respect du sacrement. Mais surtout un nombre important de directeurs nommés sont membres de la compagnie : onze se trouvent cités dans les Annales rédigées par d’Argenson et publiées par H. Beauchet-Filleau en 19009. Ajoutons que le 13 mai 1657, veille de l’enfermement des pauvres, une messe solennelle est célébrée dans l’église de La Pitié. Godeau, évêque de Vence et membre de la compagnie y prêche. Sans doute, son Discours sur l’establissement de l’Hôpital Général, Paris, 1657, fait-il écho à cette prédication. Et l’on sourit à lire (p. 57) comment il prend peine à réfuter une objection : on ne trouvera pas de directeurs. Si, répond-il, car ils travaillent aussi à leur salut. Godeau disait bien la vérité, mais sans, bien sûr, donner l’explication essentielle.

  • 10 Une société secrète au XVIIe siècle. La compagnie du Très Saint-Sacrement de l’Autel à Marseille. (...)
  • 11 La compagnie secrète du Saint-Sacrement. Lettres du groupe parisien au groupe marseillais. 1639-16 (...)
  • 12 La vieille Charité de Marseille, Marseille, Arts et livres de Provence, no 75, 1970.
  • 13 Une société secrète..., p. p. R. Allier, Paris, 1909, p. 149-151.

8Hors de Paris, on retrouve aisément ce poids de la compagnie dans plusieurs établissements. A Marseille, c’est elle qui est à l’origine de la création d’un hôpital pour les galériens, envisagé dès 1639 et mis sur pied en 164410. La compagnie de Paris aide sa filiale de Marseille dans cette œuvre. Dans le postscriptum d’une lettre (21 octobre 1644) de l’une à l’autre on lit : « Nous vous supplions par le premier ordinaire nous envoyer le nom de troix ou quatre des plus zélés de vostre compagnie et plus propres pour tascher de les faire nommer directeurs de vostre hospital des galériens sans tesmoigner à personne que cela se fasse par le motif de la Compagnie »11. De fait, parmi les premiers administrateurs nommés, trois au moins, Pierre de Beausset, Gaspard de Simiane et Charles Mollat, sont membres de la compagnie de Marseille. Dans cette même ville d’autre part, la première pierre de la Charité12 est posée en juin 1641. Et lorsque douze premiers recteurs sont nommés pour un an, cinq au moins sont des confrères. Dès 1640, la compagnie d’Aix demande à celle de Marseille de la conseiller pour créer un établissement comparable13. Parmi les demandes, figure celle-ci : « ...combien des recteurs aves vous mis ou prétendés vous mettre pour la conduite de ceste maison, et quel soing chascun d’iceux doibt prendre en icelle, de quelles conditions les fauct il choisir et par qui doibvent il estre creés et mis en charge ».

  • 14 Abbé Lestrade, « L’aumône générale à Toulouse au XVIIe siècle », p. 279 à 288 de Mélanges Léonce C (...)

9A Toulouse, le rôle de la compagnie est également patent14. Elle est présente dans la ville dès 1641, importée de Marseille. La création d’un hôpital général est proposée aux autorités de la ville. L’abbé Lestrade a publié un texte « L’Aumosne générale » sans doute de peu antérieur à mars 1647 et qui semble le résumé d’une conférence qui s’adresse indirectement à l’archevêque, au premier président du parlement, aux capitouls. Sa tonalité est tout à fait celle des textes de la compagnie : les blasphèmes, immoralités et « occasions de se perdre » des pauvres sont surtout mis en avant. L’hôpital de La Grave servira à enfermer les pauvres, ceux qui sont mariés étant cependant logés à part. En 1647, les capitouls acceptent d’affecter La Grave à l’enfermement des pauvres. Celui qui a conduit la négociation est un prêtre Arnaud Baric, membre de la compagnie. L’année suivante, lorsqu’il s’agit d’obtenir l’approbation du parlement, il y a quatre directeurs qui sont membres de la compagnie : Baric, de Paulo, de Campistron avocat, de La Gorrée, avocat en parlement et capitoul. La main mise est donc réussie. Des lettres patentes seront accordées en 1658.

  • 15 P. H. Bordier, La compagnie du Saint-Sacrement de Grenoble. 1652-1666, maîtrise Grenoble, 1990, (J (...)
  • 16 Projet charitable pour la subsistance généralle des pauvres à Grenoble, 16 p. (B. M. Grenoble : 0  (...)
  • 17 Intéressant tableau dans O. Martin, La conversion protestante à Lyon (1659-1687), Genève, 1986, p. (...)
  • 18 A. D. Rhône, 50 H 115, p. 20 et 11.
  • 19 Chomel (1633-1712), membre important de la compagnie de Lyon, est curé de Saint-Vincent. Il fonde (...)

10On pourrait multiplier des exemples comparables. A Rouen, comme à Limoges, la création d’un hôpital général est encore le fait de la compagnie qui investit les postes de recteurs. A Grenoble, la compagnie est attestée dès 1642, mais on connaît bien son activité surtout entre 1652 et 1666 grâce à un registre de délibérations15. Le souci d’enfermer les pauvres y est bien présent et un projet est mis sur pied16. L’enfermement ne se fit que bien plus tard, mais dès 1651, il y a cinq membres de la compagnie sur les sept personnes qui composent le bureau de l’hôpital. A Lyon, où la décision d’enfermer les pauvres est ancienne (1614) et a servi de modèle à l’hôpital général de Paris, membres de la compagnie et/ou de la confrérie de la Propagation de la Foi, qui en est une émanation, investissent aussi les bureaux de l’hôtel-Dieu et de la Charité tout au long du XVIIe siècle17. Entre 1630 et 1731, 55 confrères sont recteurs de l’hôtel-Dieu et 65 de la Charité. Les liens restent forts entre ces hommes et la compagnie. Cette dernière dresse une liste de tous les recteurs des deux hôpitaux « pour y avoir recours dans le besoin ». Elle assemble les confrères anciens recteurs de la Charité « pour voir ensemble de quels moyens on pourrait se servir pour procurer dans cette maison le bien spirituel »18. Un autre moyen utilisé par la compagnie pour s’introduire dans la gestion des hôpitaux est de placer l’un de ses membres dans la fonction d’économe. C’est un prêtre qui doit surveiller, et particulièrement au spirituel, l’établissement. En 1671, Noël Chomel19, devient économe de l’hôtel-Dieu ; en 1676 Jean-Baptiste Bertholin le devient de la Charité.

  • 20 Cf. par exemple : H. Begouen, « La Compagnie du Saint-Sacrement dans le diocèse de Pamiers », Bul. (...)
  • 21 A. D. Rhône, 50 H 115.
  • 22 Arch. Charité Lyon, E 40 (année 1648).
  • 23 G. Guigue, Les papiers des dévots de Lyon, Lyon, 1922, p. 107. Ce dernier ouvrage publie l’essenti (...)
  • 24 Arch. Charité Lyon, E 2 et F 3.
  • 25 G. Guigue, o. 1., p. 107 et 120. A. D. Rhône, 50 H 115, fol. 50. A. R., « La compagnie du Saint-Sa (...)
  • 26 A. D. Rhône, 50 H 115, fol. 53.
  • 27 Arch. Charité Lyon, E 1.

11Reste à dire comment se marque l’influence des recteurs appartenant au mouvement dévot. Ils agissent à la fois par eux-mêmes et « par voies excitatives » pour reprendre une formule chère à la compagnie, c’est à dire en se servant de leurs relations. Dans les statuts de toutes les compagnies du royaume il y a le souci de visiter les hôpitaux, au même titre que les prisons et que les pauvres assistés à domicile20. Des tours de service sont généralement organisés, par semaine. Il s’agit d’abord de veiller à la bonne marche matérielle de l’établissement. En 1684 à Lyon, M. Dutour est chargé de « parler à un des mrs les recteurs de la Charité pour faire en sorte qu’il y a une plus grande propreté dans laditte maison »21. Ce souci du matériel fait que l’on surveille de près les domestiques. L’essentiel est cependant bien d’agir sur la plan spirituel. La chapelle de l’hôtel-Dieu de Lyon est largement construite grâce aux dons de membres de la compagnie, recteurs ou non. Il s’agit aussi d’instruire et de catéchiser. Prenons, une fois encore, l’exemple lyonnais. Dès les années 1640, tout pauvre recevant des aumônes en pain, distribuées par la Charité hors de ses murs, doit apporter un « certificat du sieur curé ou vicaire de sa paroisse qu’il sçait lesdictz articles de foy »22. Un recteur a rédigé un petit catéchisme que la Charité fait imprimer à ces fins. Un bon comportement religieux peut d’ailleurs aboutir à augmenter la ration de « pain de grâce » ! On relève dans les registres de la compagnie des décisions concernant l’instruction des vieillards, la consolation des agonisants assurée, à tour de rôle, par chacun des ordres religieux de la ville, les catéchismes à assurer pour tous. Il y a une particulière attention aux enfants : ceux qui sont placés à la campagne sont visités ; dans les hôpitaux on établit des écoles de pauvres23. L’appartenance à la compagnie de Charles Démia, le fondateur des écoles pour les pauvres à Lyon, facilite ici les choses. L’action de la compagnie est encore de lier soins médicaux et soins spirituels. Le 30 janvier 1664, elle obtient qu’un crucifix soit fixé au-dessus de chaque lit de malade. Les visites aux malades doivent pousser à une confession générale. En 1672, la Charité décide que toute personne admise recevra, durant un mois au moins, une instruction spirituelle. Sans doute la mesure est-elle à lier à l’entrée dans le bureau de l’établissement de François Dufaisant, dévot très actif. Dès janvier 1673, l’inscription des admis est accompagnée de la mention « à condition qu’il satisfera au spirituel suivant les règlements, à faute de ce faire sera mis hors la maison »24. En 1632, la compagnie a demandé aux médecins de donner leurs soins aux nouveaux arrivants dans la mesure où ils seront confessés. En 1681 l’archevêque officialise la pratique : la confession aura lieu au plus tard avant la troisième visite du médecin, chirurgien, apothicaire25. Deux domaines retiennent particulièrement l’attention des recteurs membres de la compagnie : l’instruction des pauvres hospitalisés qui seraient huguenots et la lutte contre les « débauches ». A l’hôtel-Dieu « une bonne partie des pauvres filles qui tombent en faute en trouvent l’occasion en ce qu’elles se tiennent fort découvertes immodestement étant même en compagnie des garçons »26. Un recteur confrère fait décider de ne plus tenir de garçons aux moulins à soie de la Charité pour éviter « intrigues » et « commerces dangereux » avec les filles27.

  • 28 R. Triboulet, Gaston de Renty. 1611-1649. Un homme de ce monde. Un homme de Dieu, Paris, 1991, p.  (...)

12Il reste des interrogations au terme de ces notes sur l’influence de la compagnie dans la gestion hospitalière. La première est relative à une possible action dans le choix des religieuses hospitalières. La communication de Madame Dinet nous éclairera sans doute. Rappelons simplement, pour l’instant, que La Dauvernière, qui a établi la compagnie à Laval, passe contrat, le 20 juin 1648, avec la municipalité pour confier l’hôpital Saint-Julien à la congrégation de Saint-Joseph qu’il vient de fonder28. La seconde interrogation concerne la durée réelle de cette influence de la compagnie. Sans doute, comme souvent dans l’ancienne France, tout peut varier selon la ville considérée. Mais il est clair que la tendance générale est à accentuer le caractère répressif des hôpitaux généraux et à y privilégier le travail manufacturier aux dépens, parfois, de l’assistance spirituelle. Deux cas peuvent être évoqués à cet égard.

  • 29 R. Poujol, La naissance de l’hôpital général de Paris d’après des documents inédits (Papiers Minac (...)
  • 30 F. Dornic, Une ascension sociale au XVIIe siècle. Louis Berryer agent de Mazarin et de Colbert, Ca (...)

13A l’hôpital général de Paris, ledit de 1656 avait nommé à titre viager les 26 directeurs. Leur remplacement est organisé par un règlement et se fait par cooptation. Or, des copies, récemment retrouvées, de documents détruits en 1871, ont permis de reconstituer l’histoire du déclin de l’influence de la compagnie dans l’établissement29. Au moment de la fondation, non seulement un nombre important des directeurs étaient de la compagnie, mais un des « chefs » de l’administration, le premier président du parlement en était aussi. C’est Bellièvre qui meurt en 1657. Il est remplacé par Guillaume Lamoignon lui aussi membre de la compagnie. Mais le recul de l’influence de celle-ci va suivre de peu. En 1660, Mazarin prend des mesures contre la compagnie. L’année suivante, Colbert rencontre l’hostilité de la compagnie dans le procès engagé contre Fouquet. L’existence même de cette société est peu conciliable avec l’orientation très administrative que prend désormais la monarchie. Le caractère viager des fonctions de directeur à l’hôpital général fait que certains membres de la compagnie perpétuent son esprit durant de nombreuses années : Pajot de La Chapelle est encore en fonction en 1688. Mais chaque fois qu’une place est vacante elle est occupée par un homme dévoué à Colbert. Pour cela Louis Berryer est l’œil du Contrôleur général. Nommé administrateur en 1666 sans doute, Berryer a servi Colbert en de multiples occasions déjà : gestion de forêts, instructeur faussaire au procès Fouquet...30 A l’hôpital général, il est chargé de construire l’église de La Salpêtrière, mais aussi, et c’est essentiel pour notre sujet, de surveiller Lamoignon, la cooptation des nouveaux directeurs, les manufactures et d’accroître le caractère répressif de l’établissement. L’œuvre d’assistance devient œuvre répressive. En août 1661 il est décidé d’enfermer, sans les séparer il est vrai, les pauvres mariés. En juin 1662 l’édit qui ordonne la création d’hôpitaux généraux dans toutes les villes donne vite à l’établissement parisien des aspects de dépôt de mendicité. Il interne les mendiants valides arrêtés, les fous, les vénériens, des enfermés par lettres de cachet. Deux maisons de force ouvrent, à Bicêtre pour les hommes et à La Salpêtrière pour les femmes. Une déclaration du 25 juillet 1700 viendra encore renforcer cet aspect.

  • 31 J. Albo, Le travail utile et charitable, Toulouse, 1669. (B. M. Toulouse : 255C). Sur cet ouvrage (...)

14L’ouvrage31 d’un marchand teinturier toulousain, ancien (1658-1659) et futur (1675-1676) capitoul, Jean Albo, permet de penser qu’une finalité mercantiliste prend le pas, à la fin des années 1660, sur les soucis spirituels à l’hôpital général de Toulouse, qui connaît d’ailleurs à cette époque des difficultés. Le livre s’ouvre par une dédicace à Colbert. On y apprend qu’Albo a été pressenti, à la demande de Colbert, par l’évêque pour l’établissement de manufactures de soie et de cultures de mûriers dans la province. L’éloge du travail, qui tue le vice, et est source de vertu donc d’honneur, est fait avec insistance. Colbert a découvert « dans le travail le secret souverain pour les [les pauvres] contenir dans le devoir et l’obeyssance ». Quant à l’ouvrage proprement dit, il évoque « l’hôpital des pauvres » de Toulouse, expliquant que les pauvres doivent y travailler. N’y sont-ils pas doublement obligés puisque ils n’ont que ce moyen de gagner leur pain ? La gestion de l’établissement doit relever des « magistrats politiques » et non de communautés religieuses dont la vocation est plus dans la vie contemplative qu’active. Quelles se contentent d’un appel à l’aumône. Le livre se termine par un « Advis » dans lequel l’auteur indique qu’il est directeur et trésorier de la Charité Saint-Joseph de La Grave. Il constate à ce titre que, en dépit de l’enfermement, on voit toujours des pauvres vagabonder. Il faut donc créer des manufactures pour employer les pauvres, notamment au travail textile. Ce travail sera tout à la fois utile et charitable. D’autres oisifs seront simplement logés dans les manufactures et nettoieront les « boues » dans la ville. Cela apportera la santé et permettra d’engraisser des terres stériles. On pourra aussi bonifier des terres marécageuses. On a le sentiment que Jean Albo appelle à une nouvelle politique dans l’hôpital dont il a la charge. Mais on comprend aussi que ce n’est qu’un aspect d’une politique économique qu’il défend, pour le compte du ministre. L’ouvrage comporte d’ailleurs d’étonnants développements, y compris sur un projet de canal de Suez.

  • 32 R. Allier, Une société... à Toulouse..., Paris, 1914.
  • 33 Cf. l’article de R. Rouquette, col. 1491 à 1507 de Dictionnaire de spiritualité, T. II, 2, Paris, (...)
  • 34 Placet au Roy. Hôpitaux généraux. Mémoires de feu Mr. de Morangis.... Paris, 1675, in B. nale, Ms (...)
  • 35 Moyen pour augmenter les revenus du Royaume de plusieurs millions, Paris, 1666.
  • 36 Charles Démia et Noël Chomel sont les intermédiaires principaux à Lyon ; Guy Colombet, également m (...)

15Constater ces évolutions est une chose, les expliquer une autre. Le rôle de Colbert, incontestable, ne rend sans doute pas compte de tout. Il est très difficile d’accepter l’hypothèse, parfois avancée32 d’AA concurrençant et même prenant la place des compagnies du Saint-Sacrement. Les AA ont certes un grand souci de la visite et du soin des pauvres dans les hôpitaux, mais il s’agit de démarches individuelles et l’action collective n’est pas pratiquée33. Inversement, il est bien exact que dès les années 1680 ce sont des jésuites qui sont à la tête de la création des hôpitaux généraux ou de leurs substituts dans les petites villes. Ce qui ne signifie pas forcément que c’est la compagnie de Jésus qui agit en tant que telle. On constate en effet alors une relance de la politique d’enfermement. Le salut des pauvres est mis en avant, les milieux dévots soutiennent et ce sont des missionnaires jésuites qui agissent. En 1675 des brochures diffusées se présentent comme les « Mémoires de feu M. de Morangis »34. Elles plaident pour la création d’hôpitaux généraux sur le modèle de la Charité de Lyon et sous la conduite d’une direction centrale que le roi devrait créer à Paris. « Un sieur qui a esté Avocat général », Pellisson (1624-1693) et le P. Chaurand, jésuite, interviennent à la cour. Pellisson était lié aux milieux dévots car il administrait la caisse des conversions et celle qui distribuait les remèdes. Dans les deux cas il trouvait des relais chez les membres de la compagnie. Quant à l’ancien avocat général c’est Calloët-Querbrat qui l’avait été à la Chambre des Comptes de Bretagne. Grâce au duc de Mazarin, il fut présenté à Colbert qui l’utilise comme plume. Il produit des ouvrages d’agronomie et de propagande mercantiliste35. Il s’intéresse aussi à la diffusion des remèdes gratuits et vers 1680 il se donne dans ses écrits le titre d ‘ « avocat général des pauvres et agent des missionnaires qui établissent des hôpitaux généraux ». Il dispose de missionnaires capucins et jésuites. Mais les plus connus sont les pères jésuites Chaurand, Guévarre et Dunod. La mission prêchée est suivie d’une quête de trois jours qui permet de créer un hôpital général « à la capucine », c’est-à-dire sans ressources importantes. Dans les villes plus modestes c’est un bureau de charité, secourant à domicile surtout, qui est fondé. L’aspect spirituel est très présent à travers instructions et catéchisme. Dans les deux provinces où les fondations furent les plus nombreuses on rencontre un personnage soucieux d’action morale et spirituelle : le duc de Chaune, gouverneur, en Bretagne ; l’intendant de Basville, en Languedoc. Mais cette action concerne de très nombreuses régions françaises, et aussi le Comtat Venaissin, la Savoie, les Etats pontificaux. Elle est soutenue par la diffusion de livrets : La mendicité abolie... d’abord rédigée en italien par le P. Guévarre à la demande du Pape ; des Avis de l'Avocat général des pauvres signés de Calloët-Querbrat. Ces Avis... qui reprennent la méthode pour fonder un hôpital général ou un bureau de charité recommandent aussi assistance par les seigneurs sur leurs terres, prévention des duels, des procès, c’est à dire autant de thèmes qui étaient ceux de la compagnie du Saint-Sacrement. Dans les lieux, comme à Lyon, où celle-ci survivait c’est elle qui appelle d’ailleurs les missionnaires de Calloët-Querbrat36. Ces derniers après la fondation d’un hôpital ou d’un bureau de charité demeurent un certain temps dans la ville et organisent un « examen général » des pauvres et la formation du bureau de l’institution. On retrouve dans les règlements adoptés les prescriptions spirituelles décrites pour la période où la compagnie présidait à la création des hôpitaux généraux. Et parfois ce sont les missionnaires jésuites qui réalisent des projets conçus naguère par la compagnie du Saint-Sacrement : ainsi l’enfermement des pauvres à Grenoble en 1712.

  • 37 Documents inédits concernant la Compagnie de Jésus, p.p. P. Auguste Carayon, Paris, 1874-1886. Cf.(...)
  • 38 L. Châtellier, L’Europe des dévots, Paris, 1987.

16Il est donc clair que la compagnie a largement contribué jusque dans les années 1660 à créer – ou à réformer – des hôpitaux destinés à enfermer les pauvres. Elle a peuplé des bureaux d’administration. Il y a ensuite, avec l’arrivée de Colbert, un infléchissement. Le pouvoir royal a fait de l’enfermement sa politique officielle avec ledit de juin 1662, l’arrêt du Conseil d’Etat du 3 juin 1673, la lettre aux évêques du 6 juin 1676. La compagnie mère de Paris a cessé ses activités. L’enfermement est plus policier, plus mercantiliste aussi. Puis dans les années 1680, la politique d’enfermement, tout en étant sous l’autorité d’un fidèle de Colbert, met à nouveau l’accent sur les aspects spirituels et même dévots. Et cela pour longtemps, puisque le P. Guévarre prêche encore, sur des thèmes qui étaient ceux de la compagnie, à l’extrême fin du règne de Louis XIV37. On se gardera seulement d’en conclure que les jésuites étaient opposés à la compagnie du Saint-Sacrement et ont voulu la remplacer. C’est en effet un autre débat. Et il vaut mieux simplement rappeler que l’influence des jésuites est, de toutes manières, très présente dans l’histoire de la charité grâce aux congrégations mariales38. L’influence de la compagnie du Saint-Sacrement est sans doute très forte au moment des premiers pas de plusieurs hôpitaux généraux. Mais elle est limitée dans le temps.

Notes

1 J. Aulagne, Un siècle de vie ecclésiastique en province. La réforme catholique du XVIIe siècle dans le diocèse de Limoges, Paris-Limoges, 1906.

2 E. Chill, « Religion and mendicity in seventheenth-century France », International Review of Social History, vol. VIII (1962), Part. 3, p. 400 à 425. Voir aussi la note (p. 783) dans Annales de juillet-août 1964.

3 B. Nale, Ms fr. 18605, fol. 201.

4 Bibl. de l’Institut, Ms 18, fol. 1219sq.

5 G. Livet, Le duc Mazarin, gouverneur d'Alsace, 1661-1713. Lettres et documents inédits, Strasbourg, 1954.

6 Une société secrète au XVIIe siècle. La compagnie du Très Saint-Sacrement de l’Autel à Marseille. Documents publiés par R. Allier, Paris, 1909, p. 54.

7 Texte p. 225 à 228 de l’ouvrage cité note précédente. Cf. aussi R. Triboulet, Gaston de Renty. 1611. 1649. Un homme de ce monde. Un homme de Dieu, Paris, 1991, p. 221-222.

8 Voir particulièrement J. Estienne, « L’hôpital général des pauvres de Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles », Revue de l’assistance publique à Paris, 1953, p. 255sq., 383sq., 519sq., 737sq.

9 Christophe Leschassier, Charles Loyseau, Jean-Marie L’Hoste, Christophe du Plessis-Montbard, Jean de Gaumont, Bertrand Drouart, Jean de la Place, Antoine Pajot de la Chapelle, Gabriel de Gaumont, Louis Séguier, Sauveur de Burlamaquin.

10 Une société secrète au XVIIe siècle. La compagnie du Très Saint-Sacrement de l’Autel à Marseille. Documents publiés par R. Allier, Paris, 1909, p. 52.

11 La compagnie secrète du Saint-Sacrement. Lettres du groupe parisien au groupe marseillais. 1639-1662, p. p. A. Rebelliau, Paris, 1908.

12 La vieille Charité de Marseille, Marseille, Arts et livres de Provence, no 75, 1970.

13 Une société secrète..., p. p. R. Allier, Paris, 1909, p. 149-151.

14 Abbé Lestrade, « L’aumône générale à Toulouse au XVIIe siècle », p. 279 à 288 de Mélanges Léonce Couture, Toulouse, 1902. A. Auguste, La compagnie du Saint-Sacrement à Toulouse. Notes et documents, Paris, 1913. R. Allier, Une société secrète au XVIIe siècle. La compagnie du Très Saint-Sacrement de l'autel à Toulouse. Une esquisse de son histoire, Paris, 1914. On trouvera les documents sur la demande présentée en mars 1647 par Arnaud Baric à la municipalité pour utiliser l’hôpital de La Grave et sur l’accord des capitouls dans Dévie et Vaissette, Histoire générale du Languedoc, T. XIV : Etudes historiques sur la province de Languedoc, p. p. E. Roschach, Toulouse, 1876, col. 144 à 146. Baric y affirme travailler à l’instruction des pauvres et a le langage de la compagnie : instruire la jeunesse, préparer la bonne mort des vieillards, « faire le tri des vrais pauvres d’avec les gueux ». Les capitouls, dont un au moins, de Paulo, est membre de la compagnie, insistent, peut-être plus encore que dans la requête de Baric, sur la répression de la prostitution. Ils donnent l’autorisation « de prendre et saisir en vertu de nos ordres et avec notre main forte si le cas y échoit » les coureuses, mendiantes,...

15 P. H. Bordier, La compagnie du Saint-Sacrement de Grenoble. 1652-1666, maîtrise Grenoble, 1990, (J. Solé dir.). K. Norberg, Rich and Poor in Grenoble, 1600-1814, Berkeley, 1985.

16 Projet charitable pour la subsistance généralle des pauvres à Grenoble, 16 p. (B. M. Grenoble : 0 7736).

17 Intéressant tableau dans O. Martin, La conversion protestante à Lyon (1659-1687), Genève, 1986, p. 259 sq. La compagnie de Lyon naît en 1630 et disparaît en 1731 seulement.

18 A. D. Rhône, 50 H 115, p. 20 et 11.

19 Chomel (1633-1712), membre important de la compagnie de Lyon, est curé de Saint-Vincent. Il fonde une maison pour recueillir les « servantes hors de condition » et une autre pour les prêtres âgés. Il est aussi à l’origine du Bon Pasteur pour abriter des « filles débauchées ». Auteur fécond (Dictionnaire oeconomique, 1709), il contribue aussi à la diffusion de remèdes que le pouvoir royal faisait distribuer aux pauvres.

20 Cf. par exemple : H. Begouen, « La Compagnie du Saint-Sacrement dans le diocèse de Pamiers », Bul.hist. du diocèse de Pamiers, IV, 1929-1930, p. 84

21 A. D. Rhône, 50 H 115.

22 Arch. Charité Lyon, E 40 (année 1648).

23 G. Guigue, Les papiers des dévots de Lyon, Lyon, 1922, p. 107. Ce dernier ouvrage publie l’essentiel des documents relatifs à la compagnie de Lyon.

24 Arch. Charité Lyon, E 2 et F 3.

25 G. Guigue, o. 1., p. 107 et 120. A. D. Rhône, 50 H 115, fol. 50. A. R., « La compagnie du Saint-Sacrement et les médecins », Bul. hist, du diocèse de Lyon, 1923, fol. 263 à 274.

26 A. D. Rhône, 50 H 115, fol. 53.

27 Arch. Charité Lyon, E 1.

28 R. Triboulet, Gaston de Renty. 1611-1649. Un homme de ce monde. Un homme de Dieu, Paris, 1991, p. 209.

29 R. Poujol, La naissance de l’hôpital général de Paris d’après des documents inédits (Papiers Minachon), Paris, 1982.

30 F. Dornic, Une ascension sociale au XVIIe siècle. Louis Berryer agent de Mazarin et de Colbert, Caen 1968.

31 J. Albo, Le travail utile et charitable, Toulouse, 1669. (B. M. Toulouse : 255C). Sur cet ouvrage cf L. Dutil, « A propos du Renfermement des pauvres », Bul. de littérature ecclésiastique p.p. Institut catholique de Toulouse, 1952, p. 42 à 56.

32 R. Allier, Une société... à Toulouse..., Paris, 1914.

33 Cf. l’article de R. Rouquette, col. 1491 à 1507 de Dictionnaire de spiritualité, T. II, 2, Paris, I960.

34 Placet au Roy. Hôpitaux généraux. Mémoires de feu Mr. de Morangis.... Paris, 1675, in B. nale, Ms fr. 11364, fol. 89 à 184.

35 Moyen pour augmenter les revenus du Royaume de plusieurs millions, Paris, 1666.

36 Charles Démia et Noël Chomel sont les intermédiaires principaux à Lyon ; Guy Colombet, également membre de la compagnie de Lyon, l’est à Saint-Etienne. Voir notamment Charles Démia (1637-1689). Journal de 1685-1689, présenté, transcrit et annoté par frère Yves Poutet, Cahiers lasalliens, no 56, Rome, 1994.

37 Documents inédits concernant la Compagnie de Jésus, p.p. P. Auguste Carayon, Paris, 1874-1886. Cf. T. 23, p. 231 à 292.

38 L. Châtellier, L’Europe des dévots, Paris, 1987.

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search