Version classiqueVersion mobile

Les administrateurs d’hôpitaux dans la France de l’ancien régime

 | 
Jean-Pierre Gutton

Les recteurs et le patrimoine rural bonne ou mauvaise gestion ?

Philippe Maret

Texte intégral

1Nous savons que l’une des ressources financières des hôpitaux est constituée par des domaines ruraux. Même si la part de leurs revenus reste faible, entre 8 % et 12 % pour 15 % à 20 % du patrimoine en moyenne, l’ensemble du domaine demande une attention, une énergie qui, elle, n’est pas négligeable. La question est de savoir si nos recteurs sont de bons gestionnaires et immédiatement nous nous heurtons au premier problème : comment définir le mot gestion ?

2En effet, la longue chaîne des recteurs s’est transmis un patrimoine et, on peut dire que les recteurs s’en sont occupés mais ont-ils fait de la gestion ? Ont-ils fait fructifier de manière significative la valeur globale des biens, ont-ils innové en apportant de nouvelles techniques ou cultures agricoles ou se sont-ils contentés de rendre en l’état ce qu’on leur avait confié ? Nous avons donc des degrés variables dans ce mot, allant du degré zéro (mais l’absence de gestion est aussi une forme de gestion) jusqu’à la gestion maximale, celle qui implique le risque, le danger de perte. Cet exposé tentera de répondre à deux questions : les recteurs ont-ils montré une réelle volonté d’améliorer le patrimoine foncier, de le bonifier et quels sont les paramètres qui les ont aidés ou au contraire empêchés de le faire.... ?

  • 1 Georges Durand, Le patrimoine foncier de l’hôtel-Dieu de Lyon (1482-1791), Université Lyon II, thè (...)
  • 2 Philippe Maret, Les hôpitaux de l’Ancien Régime et leurs domaines ruraux, l’exemple de Lyon, Vienn (...)

3Bien entendu, les réponses ont été recherchées dans les sources à travers trois exemples locaux : l’hôtel-Dieu de Lyon avec la thèse de M. Durand1, la Charité de Lyon et l’hôtel-Dieu de Vienne2. Ce sont, à ma connaissance, les seuls cas où le patrimoine foncier est au centre de l’étude. D’autres hôpitaux sont cités mais leur étude ne recouvre pas tout à fait le même aspect que les précédents, l’étude économique des domaines n’y est qu’effleurée.

4Les sources sont abondantes, les débats nombreux mais jamais nous ne trouvons la discussion, la cause réelle des décisions prises. Les comptes rendus de séance ne donnent que la conclusion. Au chercheur donc de retrouver le cheminement des décisions à partir d’hypothèses et l’on a beaucoup de difficultés à déterminer la proportion de volonté humaine au milieu de tous les paramètres qui apparaissent.

5Les points d’intervention possibles sont divers : le domaine pris dans sa globalité, les baux, les façons agricoles, la transformation des parcelles, les visites et la gestion de la distance.

  • 3 Georges Durand, chapitre II, pages 21-42 ;

6Le terme « patrimoine » recouvre l’ensemble des propriétés. Les patrimoines des hôpitaux sont formés pour la plus grande part d’apports extérieurs et gratuits et n’engagent pas, de ce fait, la responsabilité des recteurs. Toutefois le patrimoine peut être arrondi ou réduit par la vente ou l’achat. M. Durand3 a repéré plusieurs achats à l’hôtel-Dieu de Lyon, il y en a également à la Charité. Tous les établissements procèdent à des ventes.

7Comme cela a été précisé plus haut, aucun débat sur l’opportunité de ces actions n’apparaît dans les comptes rendus, on peut émettre plusieurs hypothèses :

8Des causes internes à l’institution : le besoin d’augmenter les fournitures alimentaires, une personnalité influente dans le groupe ou encore des causes externes : un effondrement du prix de la bicherée de terre qui aurait permis un placement intéressant mais aucune de ces hypothèses ne tient. L’observation au cas par cas nous montre qu’à l’hôtel-Dieu les achats sont concentrés sur une période de 15 ans (1721-1736) L’explication la plus vraisemblable est sans doute financière : le solde positif, cas très rare sur toute l’histoire de l’institution, a pu permettre l’achat, encore faut-il qu’il y ait quelque chose à acheter ; le travail sur la localisation des domaines montre que les achats se font sur un périmètre étroit, autour de la ville. Le choix fait du regroupement des domaines montre une volonté de politique domaniale mais la proportion circonstance/volonté est difficile à déterminer : s’ils n’ont pas d’argent la volonté, forte ou non, est bloquée, ou alors, si le marché est fermé sur la zone privilégiée, ils ne pourront pas placer leur fortune. Il faut donc une conjonction de circonstances sur lesquelles les recteurs n’ont pas vraiment de pouvoir.

9A la Charité le problème est différent, on détecte cinq opérations dont quatre pour la région de Saint-Trivier (1656, 1662, 1711, 1760). Il faut rappeler que l’implantation de la Charité à Saint-Trivier remonte à 1656, date à laquelle M. Moyron, baron du lieu, lègue ses biens à l’institution. Les recteurs deviennent de fait « baron » et cet aspect honorifique se ressent dans leurs actions. Bien sûr, on agit pour le plus grand bien des pauvres mais aussi pour accentuer l’emprise territoriale sur la région. On a l’impression d’une volonté permanente de concentrer les terres dès que l’occasion se présente, cette volonté étant transmise au fil du temps et dans l’attente du moment où il y aura une vente locale et de l’argent. La volonté n’étant pas celle du recteur en charge à ce moment mais celle du groupe, de manière tacite et cela à travers le temps. En ce sens, on peut parler de gestion active mais dictée, nulle part on a l’impression qu’ils agissent sur le cours des événements. Aucun règlement ne fait état de cette politique à mener, rien ne vient confirmer cette hypothèse.

10L’autre acquisition concerne un domaine à Oullins, achat forcé puisque c’est une rente viagère à placer en terre. De même à Vienne : un don en espèce avec obligation de placement en terre. On constate même que le donateur met en demeure les recteurs de s’exécuter car, quand au bout de trois ans le « contrat » n’est pas rempli, il propose de reprendre l’argent et « en faire intérêt à 3 % ». Il y a débat et les recteurs demandent « intérêt à 4 % qui font huit cent livres annuellement [...] jusqu’à ce que cet hôtel-Dieu ait trouvé un fonds suffisant à l’entretien de quatre lits » Il est clairement sous-entendu qu’il y a eu recherche pour optimiser l’achat mais il fallait trouver un domaine correspondant à la somme donnée. Nous pouvons admettre ici que ce sont des gestionnaires avisés mais leur volonté est annihilée par la pression du donateur.... Ils s’exécutent dans les semaines qui suivent mais était-ce LA bonne affaire ?

11Autre type d’intervention : la vente. Ici encore les recteurs ont en partie les mains liées par des clauses d’inaliénabilité. Quant aux causes de vente, elles sont parfois clairement données : « vendues attendu le faible revenu que produisent lesdites vignes et maisons », « ayant considéré que les fonds de campagne sont de petit revenu et d’ailleurs que le prix de la vente en sera plus utile aux pauvres ». Nous avons donc ici des cas de gestion « libre », volontaire mais on trouve également des cas de gestion « forcée » « Le prix de ladite vente a été de 10240 livres sur lequel en a été délégué celle de 4550 au sieur... en acquittement de pareille somme qui lui était due ».

  • 4 Georges Durand, carte pages 36-37.

12Pour l’hôtel-Dieu de Lyon, M. Durand4 détecte les mêmes causes mais il les renforce de l’hypothèse géographique : les domaines les plus éloignés de Lyon sont « liquidés » assez rapidement après leur acquisition.

13Cette attitude visant au regroupement et à l’élimination d’éléments peu rentables se retrouve par la vente des parcelles composant les domaines : une parcelle éloignée sera échangée ou vendue, une parcelle proche achetée ou échangée : une sorte de remembrement ; les achats pour la Charité concernent uniquement des parcelles mitoyennes, le summum étant une parcelle totalement enclavée : on élimine à ce moment une servitude de passage. Il y a bien dans ce cas un choix concerté, l’élément économique perd de son importance puisque les sommes engagées restent faibles. Parfois un domaine est « regroupé », arrondi, puis très rapidement vendu : il faut y voir une manière de lui donner une plus-value en le rendant plus commode à exploiter. A Vienne l’aspect « forcé » doublé d’impuissance se retrouve : une parcelle est éloignée du domaine et l’on s’avise qu'elle est peu rentable. Il est décidé de la vendre, on la visite, personne ne la connaît alentour, on la trouve enfin et la mesure donne 40 bicherées au lieu des 80 d’origine... L’anticipation, le tracé de charrue a beaucoup dérivé chez les voisins... Bien sûr, le terrain est invendable : qui va acheter une terre qu’il peut avoir gratuitement sans risque ? Il a fallu plusieurs années avant que les recteurs ne s’en avisent, c’est donc une preuve de mauvaise gestion.

  • 5 Georges Durand, chapitre V, pages 155-210.
  • 6 Roger Nougaret, Hôpitaux, léproserie et bodomies de Rodez, Rodez, 1986.
  • 7 Bernard Bellande, L'ancien hôpital d’Issoire, Montpellier, 1961, 233 pages.
  • 8 Sur ce thème : Marcel Lachiver, Les années de misères, la famine au temps du Grand Roi, Paris, 199 (...)

14L’étude des baux permet d’apporter d’autres éléments. Il en existe trois types : le partage à mi-fruit, dans lequel preneur et propriétaire partagent frais et récoltes, le fermage où le loyer est fixe, payable en numéraire et la régie, dirigée par une personne appartenant à l’institution. Ce dernier système est très rare à l’époque moderne. « Le grangeage à mi-fruit impose à l’exploitant une méthode agricole déterminée par le propriétaire puisque ce dernier, directement intéressé à la quantité et à la qualité des produits, s’arroge le droit de fixer la méthode qui lui paraît la plus propre à accroître qualitativement et quantitativement la production. Au contraire, dans la ferme à revenu en espèces, le propriétaire n’est intéressé que par le montant annuel du loyer sous réserve de la conservation du capital productif mis à la disposition du fermier : libre donc à ce dernier d’exploiter comme il lui convient »5. Le choix du type de bail n’est jamais donné, il est largement antérieur à la période d’étude. Nous rencontrons quelques changements généraux : à Rodez6 pendant tout le Moyen Age, la régie est utilisée, puis à la fin du XVIe siècle le bail à mi-fruit apparaît ; enfin le siècle suivant voit le partage avec le fermage. En Lyonnais et Dauphiné, ou encore à Issoire7, il n’y a pas de changement global, le type de bail sert même parfois à classer les domaines. Bien entendu, toute règle a son exception : à Vienne, le domaine de Septème passe de la ferme à la grange. Pas de cause invoquée : « Prendra la peine de partager les fruits qui proviendront dans le domaine situé à Septème tenu en grangeage » Ont-ils voulu augmenter les fournitures en nature pour l’alimentation de l’hôpital ? L’expérience est engagée sur quatre ans, en 1692.... Les années qui suivent sont, sur le plan climatique, catastrophiques et nous retrouvons là des paramètres extérieurs : la crise frumentaire de 16938 rend le grangeage peu avantageux, l’hôpital est touché doublement puisque la part alimentaire va baisser et parallèlement le nombre des pauvres augmente. Dès la fin du contrat, en 1696, il y a retour au fermage, celui-ci assurant, théoriquement, quelle que soit la récolte, un revenu déterminé.

15La même chose arrive à Cheyssieu, en 1781, pour un bail de neuf ans ; la crise de 1788 passe et en 1790 il y a retour au fermage. Il y a donc une réaction rapide face au problème ; la mémoire de l’hôpital a sans doute conservé l’échec de 1692 et se montre très prudente, renouvelant peu ce type d’expérience. Dernier constat pour ce point : il faut attendre la fin du bail pour en décider le changement, or la durée est souvent de 9 ans (85 % des cas à Lyon), parfois même 27 ans : il y a mise en place d’une routine, sur toute la période plus de 70 personnes se succèdent, il faudrait une étude précise des archives de tout l’exercice pour décider d’un changement : les rapports écrits par les recteurs n’ont pas le degré de finesse qui le permettrait.

  • 9 Georges Durand, chapitre 5, pages 155-210.

16Sur l’hôtel-Dieu de Lyon9, le choix du type de bail dépend souvent des cultures du domaine : les vignobles sont gérés par le grangeage, les domaines à polyculture le sont par la ferme.

17Les clauses de grangeage donnent des indications très précises sur la manière de travailler les terres : « tailler, esserter, biner, fiercer, hyverner, lier, aiguiser, faire les vendanges »....L’entretien des fossés est codé, le choix des arbres, morts ou non, est précis, le renouvellement des pieds est également très précis : tous les pieds morts chaque année et un certain nombre de rangs à renouveler de manière systématique ; en réalité les thèmes restent les mêmes d’un bail à l’autre, nous retrouvons des copies du précédent, choses que les contractants résument eux-mêmes par la formule « aux mêmes charges, clauses et conditions du bail antérieur à celui cy-dessous datté et qu’il luy a esté passé le dix-neuvième février 1692 sans y être aucunement innové ny dérangé ». Ce contrat est signé le 19 juin 1721 soit trente ans plus tard !

  • 10 Georges Durand, page 194.

18La préoccupation principale n’est pas l’accroissement de la production mais surtout la conservation, chaque élément du capital fait l’objet d’obligations et d’interdictions allant dans ce sens. Dans le cas de la ferme, les clauses de conservation se retrouvent mais le fermier est maître des façons, une liberté qui est très limitée par les coutumes et les contraintes collectives : le propriétaire est garant de l’assolement : « interdit de retroubler, interrompre ou anticiper » tout comme d’introduire des cultures dérobées sur les jachères. Parfois une ouverture, l’autorisation de convertir les prés en terre au cours de la ferme mais la sortie de bail doit montrer un domaine « tel qu’ils auront trouvé lors de leur entrée et ce bien aprarié et en bon état ». La date tardive, 1787, et la qualité de bourgeois lyonnais éclairé fait suggérer à M. Durand une volonté innovatrice vite rabattue par le reste du contrat qui reste, lui, très traditionnel. « Le conservation du domaine coïncide avec le conservatisme le plus farouche quant aux structures, aux techniques, aux charges »10.

19Parfois les tentatives de changement montrent une réelle méconnaissance des réalités locales, ainsi les recteurs veulent imposer en Dombes l’utilisation du cheval pour le travail des étangs en période d’assec. Bien entendu, c’est un échec devant la résistance des paysans, le bœuf étant mieux adapté au travail dans la boue. Les recteurs ont dû apparaître comme « des gens de la ville » avec tout ce que cela comporte de négatif. De quoi ruiner une réputation !

  • 11 Archives de l'Hôpital de Vienne, E70 (juillet 1757) (déposées aux archives municipales de Vienne).
  • 12 Archives de la Charité de Lyon, B165, F° 1 à 4.

20Les aspects présentés jusqu’à présent restent ponctuels : les modifications ou ventes de domaines sont rares, les baux ne peuvent être modifiés qu’en fin de période, quand on sait que 80 % d’entre eux ont des durées de 9 ans on peut penser que certains recteurs ont été peu concernés par ces opérations ; par contre la gestion annuelle, celle des visites, touche tout le monde, deux fois par an. En effet, les domaines les plus lointains reçoivent la visite d’une partie de l’équipe dirigeante : une fois au printemps, au moment où les terres sont en cultures, une fois à l’automne, pour la saint Martin, époque des règlements de loyer. A Saint Trivier, la visite de printemps est codifiée par le testament du donateur : la date anniversaire de son décès donne lieu à une cérémonie et à des aumônes. Ces visites ont été instituées bien après la création des établissements : milieu du XVIIe siècle à Lyon, au XVIIIe à Vienne11. « Il visitera de temps en temps tous les bâtiments de l’hôtel-Dieu & des maisons dépendantes situées dans la ville & au moins une fois dans l’année, toutes les fermes de l’hôtel-Dieu. Il pourvoira sur le champ aux menus réparations & fera son rapport au bureau des plus considérables pour y être pour ainsi qu’il sera jugé à propos. Il vérifiera si les fermiers exécutent les conditions de leurs contrats d’arrentement & s’ils versent en bons pères de famille » S’ajoutent quelques clauses d’hébergement. Le but des visites est de même clairement donné à la Charité12 :

21« L’objet de ces voyages est de s’informer

221° Si personne n’anticipe sur les biens des pauvres [...]

232° Si les fermiers exécutent leurs engagements, s’ils ne font pas de dégradation et s’ils en usent bien [...]

246° Le lendemain et les jours suivants les Recteurs anciens et nouveaux visitent les bâtiments et domaines après s’être fait remettre entre les mains l’état de la dépense des réparations ordonnées dans le précédent voyage pour reconnaître sur les lieux si les réparations ont estez solidement faittes, si elle sont conformes aux ordres donnés [...] On visite les bois et forêts pour reconnaître s’il n’y a point de dégradation et si le garde bois fait correctement son travail

257° On exige le payement des fermiers et des débiteurs. »

26Recette et conservation, ces deux mots résument le but du voyage. Il y a également la « formation » des nouveaux recteurs. Peut-être devrait-on dire « information», en effet on apprend au premier voyage pour appliquer aux deux suivants... Ensuite l’équipe a changé. Cette information est relayée par l’écrit : un registre recense les problèmes. Ce registre n’existe pas à l’origine, mais il s’avère nécessaire pour garder la mémoire : un souci de gestion rationnelle se met en place Hélas, très vite les notes sont routinières : le problème est exposé et une marge est réservée pour donner le résultat, on constate que cette marge sert parfois trois ans de suite pour la même opération montrant la difficulté à faire appliquer les réparations ou améliorations. Ces remarques concernent surtout le « visible » : plants de vignes à replanter, arbres à couper, crépis du mur des bâtiments, toit à refaire... Rien pour l’invisible, ce qui pourrait être amélioré dans les cultures, les rotations, les rendements.

  • 13 Archives de la Charité de Lyon, B 160.

27La difficulté à gérer la distance et l’absence n’échappe pas aux recteurs : ceux de la Charité décident à la fin du XVIIe siècle de placer un « régisseur » sur le domaine de Saint-Trivier. D’autres problèmes apparaissent : alors que le premier faisait correctement son travail, il est remplacé au bout de quelques années par un frère que l’on soupçonne de détournement, de « société secrète » avec les grangers, à tel point que les comptes rendus de visite mettent en arrière-plan le domaine pour ne s’occuper que du frère indélicat13. On ira jusqu’à envoyer une surveillante pour surveiller le surveillant, elle sera vite neutralisée. Il faudra dix ans pour le remplacer. Le régisseur suivant est un personnage local, qui donne satisfaction ; il est remplacé par son fils quelques années plus tard et les recteurs s’inquiètent, non plus de la gestion, mais du prestige de la fonction : il a tendance à se prendre et être pris pour le baron alors qu’il n’en est que l’employé... La solution définitive sera trouvée par la vente globale « pour le plus grand bien des pauvres ». Cette vente sera bonne et l’on s’aperçoit finalement que toutes les petites opérations faites sur un siècle ont été « bonifiantes », mais on peut se demander s’ils en étaient conscients.

28En conclusion, quel jugement pouvons-nous avancer : bons ou mauvais gestionnaires ? Tout au long de cet exposé j’ai tenté de rendre les sensations éprouvées à la lecture de M. Durand ou des archives de la Charité et de Vienne : une oscillation permanente entre une admiration devant des petits faits et une déception devant l’indécision, le manque d’efficacité, l’espoir devant les tentatives, même légères et la déception de nouveau lorsque les recteurs n’arrivent pas à surmonter les pesanteurs de leur propre règlement ou de la tradition.

  • 14 Georges Durand, pages 389-390.
  • 15 Christine Lamarre, L'hôpital de Dijon au XVIIIe siècle, Thèse 3° cycle, Dijon, 1978.

29J’ai tenté de vous apporter des éléments pour alimenter le jugement : pour l’hôtel-Dieu, je vous livre la conclusion de M. Durand : « La routine a prévalu sur l’imagination, le hasard sur la poursuite d’objectifs clairs, en bref l’administration sur la politique. [...] Sur le plan des méthodes, aucune innovation notable : intégrée au patrimoine de l’institution, une exploitation se maintenait de manière immuable : la répétition indéfinie des clauses du bail témoigne d’un conservatisme sans risque ni profit. Une apparente incapacité à investir, voire un manque d’âpreté qui laissa longtemps les fermages se déprécier, sans souci de les ajuster à la conjoncture14. » Il y retrouve l’attitude de la bourgeoisie lyonnaise qui investissait peu dans la campagne si ce n’est pour le prestige social. Il y a peu de terriens parmi ces bourgeois du métier et du négoce. Cet aspect de l’influence du milieu d’origine est confirmée par l’étude de l’hôpital de Dijon, à l’inverse des cas lyonnais, nous avons des terriens qui investissent en terres, comme ils le font avec leur propres deniers.15

  • 16 Archives de la Charité de Lyon, B 162, page 307 (1754).

30Le jugement est rude, j’y mettrai quelques circonstances atténuantes. Certes, ces gens n’étaient pas des gestionnaires hardis, plus préoccupés qu’ils étaient de conservation que de prises de risques. Il y avait sans doute aussi la crainte de laisser le souvenir d’une gestion catastrophique, n’oublions pas que le passage comme recteur fait partie d’un cursus honorifique. Il y avait en face le poids de la tradition, du règlement augmenté de l’éloignement, parfois de l’ignorance. On les retrouve totalement désarmés devant le refus de la nouveauté, comme le montre cette dernière anecdote : la vis d’un pressoir étant cassée, les recteurs ont fait chercher un arbre qui puisse convenir à la remplacer. L’un d’eux, lors d’un voyage à Grenoble, apprit qu’il existait des axes métalliques, aussi efficaces que ceux en bois et qui ne revenaient pas plus cher. La solidité devait même être meilleure si l’on considère que l’axe en bois aurait du être fabriqué sans séchage préalable. L’affaire fut conclue, le pressoir réparé et l’on peut lire lors de la visite, l’année suivante : « Le pressoir à grand point a été remis en état de même que celui à arbre en fer mais le fermier et ses gens se sont obstinés, ces vendanges, à ne se servir que du pressoir à grand point. On ne pourra les amener à l’usage du nouveau qu’en fermant l’endroit où est renfermé l’ancien et en faisant trouver présent quelqu’un qui les y contraigne16 ».

31Tout est réuni : la conservation du patrimoine par la réparation, l’économie par l’utilisation des bois privés, la tentative d’innovation par la mise en place de l’axe en fer. Il faut noter d’ailleurs que c’est le fait d’un seul qui fait accepter l’idée aux autres. Nous retrouvons la pesanteur et la résistance locale par le refus d’utilisation. Enfin, recours à la contrainte mais avec la difficile gestion de la distance et l’obligation de surveillance, les recteurs reconnaissant leur impuissance. Faut-il généraliser à tous les recteurs de France ce que l’on a observé dans notre région ? Cela semble difficile si l’on considère les paramètres locaux : recrutement dans la bourgeoisie marchande lyonnaise ou l’aspect honorifique de Saint-Trivier. Une autre hypothèse peut être avancée : celle de la fiscalité. Avoir peu de domaines permet d’éviter l’impôt sur les propriétés. Cette piste se révélera peut être riche dans certains cas, à Lyon elle doit être écartée. En effet, les deux établissements sont dispensés de taille, ce qui n’empêche pas nos recteurs d’en récupérer le montant théorique auprès des locataires !

32Il faudrait peut-être d’autres explorations épurées de ce type d’influence (mais on en trouvera sans doute d’autres) pour pouvoir faire des comparaison valables.

33Enfin, et ce sera ma conclusion, était-il réellement intéressant d’accroître à l’excès la part du rural sur l’ensemble du patrimoine ? Quelle augmentation des revenus pouvait-on raisonnablement espérer quand on sait que la part agricole de ceux-ci ne dépasse guère les 10 % à l’hôtel-Dieu de Lyon ? En effet, le but premier est le secours des pauvres, or, ceux-ci sont d’autant plus nombreux que les récoltes sont mauvaises : les revenus de ce type baissent donc au moment où l’on en a le plus besoin. Il paraît donc logique de privilégier les revenus qui ne risquent pas d’être affectés par les aléas climatiques, les rentes urbaines par exemple. Nos recteurs ont-ils fait ce choix de manière réfléchie ou de manière empirique ? La question reste posée, mais cet angle d’approche permet d’atténuer quelque peu la rudesse du jugement de M. Durand. Ils semblent avoir été finalement plutôt bien avisés et ont géré, de toute façon « en bon père de famille ».

Notes

1 Georges Durand, Le patrimoine foncier de l’hôtel-Dieu de Lyon (1482-1791), Université Lyon II, thèse de 3e cycle, 1974, 447 pages. Toutes les notes pour l’hôtel-Dieu sont tirées de cet ouvrage.

2 Philippe Maret, Les hôpitaux de l’Ancien Régime et leurs domaines ruraux, l’exemple de Lyon, Vienne et Condrieu, maîtrise d’histoire, Lyon II, 1989.

3 Georges Durand, chapitre II, pages 21-42 ;

4 Georges Durand, carte pages 36-37.

5 Georges Durand, chapitre V, pages 155-210.

6 Roger Nougaret, Hôpitaux, léproserie et bodomies de Rodez, Rodez, 1986.

7 Bernard Bellande, L'ancien hôpital d’Issoire, Montpellier, 1961, 233 pages.

8 Sur ce thème : Marcel Lachiver, Les années de misères, la famine au temps du Grand Roi, Paris, 1991, 573 pages.

9 Georges Durand, chapitre 5, pages 155-210.

10 Georges Durand, page 194.

11 Archives de l'Hôpital de Vienne, E70 (juillet 1757) (déposées aux archives municipales de Vienne).

12 Archives de la Charité de Lyon, B165, F° 1 à 4.

13 Archives de la Charité de Lyon, B 160.

14 Georges Durand, pages 389-390.

15 Christine Lamarre, L'hôpital de Dijon au XVIIIe siècle, Thèse 3° cycle, Dijon, 1978.

16 Archives de la Charité de Lyon, B 162, page 307 (1754).

Auteur

Professeur au lycée de Vienne.

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search