Version classiqueVersion mobile

Les administrateurs d’hôpitaux dans la France de l’ancien régime

 | 
Jean-Pierre Gutton

La gestion des œuvres d’assistance dans la France méditerranéenne au xviiie siècle

François-Xavier Emmanuelli

Texte intégral

1Les hôpitaux et les œuvres d’assistance du midi méditerranéen français n’ont fait l’objet à ce jour ni de recherches exhaustives ni de recherches systématiques pour la période monarchique. Mis à part quelques opuscules introuvables on peut citer des articles ou des livres relatifs aux institutions de Marseille (A. Fabre 1854, Lautard 1840, Blanc 1972, Emmanuelli 1974 et 1993, Courdurié 1974, Bonetto-Combarel 1978), d’Aix (Sabatier 1964, Fairchilds 1976), d’Avignon (Ibert 1979, Emmanuelli 1990, Costa 1991), de Salon (Mora 1982), de Montpellier (Meissonnier 1951, Dulieu 1985, Jones 1982, Lambin-Zucaro 1994, Simon-Donnadieu 1993, Taurand 1995), de Béziers (Blayac 1993), du comté de Nice (Costamagna 1977)... etc. La liste n’est pas exhaustive (voir bibliographie).

2Ces travaux ont quelques points communs : une infinie variété dans le questionnement des documents, une indifférence généralement totale au personnel de direction. C’est l’institution, ou ce que l’on peut en tirer pour l’histoire sociale (la pauvreté, l’enfance abandonnée, la condition féminine), qui a focalisé l’attention des chercheurs.

3Pour notre part nous avons orienté nos travaux vers ce qui nous paraissait pouvoir constituer une clé majeure de l’évolution tardive des institutions d’assistance, l’examen des flux d’entrées et de sorties. Après avoir constaté que, comme les flux judiciaires, ils constituaient un très mauvais révélateur de la conjoncture sociale sur la longue durée, nous nous sommes tourné vers la gestion des œuvres, qui expliquait les variations des flux déjà calculés.

Déficiences comptables

4C’est chose pour le moins malaisée que d’étudier le côté financier de l’assistance institutionnalisée. D’un site à l’autre les documents diffèrent considérablement, en quantité comme en qualité. A Saint-Jacques d’Aix, la comptabilité présente, sauf erreur, une vingtaine de types de documents ; à Sainte-Marthe d’Avignon, une quinzaine ; au Bon Pasteur de Montpellier, six. Mais le Mont-de-piété de Salon n’en a conservé que deux. Ce sont souvent des séries documentaires plus ou moins complètes pour le XVIIIe siècle ; les siècles antérieurs sont généralement beaucoup plus mal traités. Le degré de précision des informations varie considérablement : que tirer, par exemple, de la partie « déchargement » d’une comptabilité où chaque mention de dépense se borne à renvoyer au « mandat » no..., de telle date ?

5On rencontre d’autres difficultés dans les pièces comptables. Ainsi le calendrier, où l’année comptable est longtemps à cheval sur deux années civiles successives, avec des coupures qui ne sont jamais rigoureusement identiques. A Sainte-Marthe d’Avignon ce calendrier se met à coller à l’année civile, à quelques jours près, dans les années 1770, puis il revient au système du chevauchement. A Salon, au début annuelle, la comptabilité devient progressivement pluriannuelle et le bilan n’est plus dressé qu’au changement (très irrégulier) de trésorier.

6Le trésorier du Mont-de-piété d’Avignon n’intègre pas le solde aux « chargement » (ce qu’il a encaissé) et « déchargement » (ce qu’il a payé). Autre curiosité ici : la gestion est balancée sur deux années et les bilans annuels sont établis le second par rapport au premier, de telle manière qu’à la fin de la seconde année le solde soit toujours très faible, et tout cela indépendamment du volume des prêts. A Salon, la comptabilité des prêts sur gage (dépôts et retraits des gages, prêts et remboursements) est séparée des autres opérations. Celles-ci n’enregistrent que deux emprunts, quand les délibérations en mentionnent beaucoup plus.

7Voici le Bon Pasteur de Montpellier. La « mère temporelle » fournit des fonds à la « mère supérieure » pour les dépenses d’entretien (laquelle n’enregistre pas exactement le montant reçu) et n’inscrit pas les dépenses relatives aux travaux. Les dépenses pour le chauffage sont omises pendant dix-sept ans et, avant 1760, la supérieure n’enregistre jamais ce qui lui vient de la mère temporelle.

8Quant à Sainte-Marthe, les recteurs feraient disparaître de nombreuses pièces relatives aux legs pieux, peut-être pour rendre service à des héritiers mécontents.

9Et partout une constatation dont on ne sait que conclure : d’innombrables erreurs de calcul, en faveur ou en défaveur du trésorier.

10Le chercheur doit donc refaire tous les calculs, sans pouvoir le plus souvent contrôler l’exactitude des chiffres qu’il trouve dans les registres. Il lui faut de plus littéralement fabriquer des comptabilités annuelles fondées sur l’année civile pour d’éventuelles comparaisons internes (avec les flux d’entrées et de sorties) ou externes (avec d’autres comptabilités). A titre indicatif il a fallu près de deux ans pour Saint-Charles de Montpellier.

Des directions apparemment organisées

11Les énormes faiblesses et anomalies de la documentation renvoient évidemment à la direction des œuvres d’assistance dans une perspective institutionnelle pour cette fois, et nous proposent le paradoxe suivant : la semi-anarchie comptable se réalise dans un cadre institutionnel strict, conçu apparemment pour éviter les dérapages financiers, mais affligé d’une redoutable faiblesse : l’instabilité organisée de la plupart des directions où le bénévolat est d’autre part la règle.

12A l’exception du Bon Pasteur de Montpellier, partout un collège directorial de « recteurs » (terme le plus fréquent) assure collectivement l’administration des œuvres. Les statuts prévoient en général le rythme des réunions, la prise collective des décisions, la cosignature des ordres de paiement (« mandats ») dès que les sommes atteignent un certain niveau (de quelques dizaines de livres). Ils précisent souvent les tâches de certains officiers, notamment celles du semainier et du trésorier (lequel n’est pas toujours compris dans le corps des recteurs). Parfois on y rencontre des dispositions précises relatives aux préséances.

13Les effectifs de ce collège varient beaucoup :

Sainte-Marthe

4

Hôtel-Dieu St Eloi (Montp.)

6

Aumône générale (Avignon)

4

Saint-Jacques (Aix)

30

Hôp. gal. Carpentras

9

Incurables (Aix)

6

Hôp. gal. Beaucaire

12

Filles de la pureté (Aix)

6

Mont-de-piété (Avignon)

2

Hôp. Charité (Aix)

24

Mont-de-piété (Aix)

15

Hôp. Insensés (Aix)

10

Œuvre Miséricorde (Aix)

16

Œuvre des prisonniers (Aix)

15

14Cependant les directions collégiales offrent quelques caractéristiques communes. Des mandats de deux ou trois ans, avec renouvellement partiel régulier et possibilité d’une certaine reconductibilité des administrateurs ; une forte dose de cooptation (les sortants proposent le plus souvent leurs remplaçants et c’est souvent la direction collégiale qui procède à l’élection). Il peut y avoir un contrôle du conseil de ville : il est alors très lourd. A Saint-Jacques, quatre recteurs sont dits « consulaires » (ce sont les consuls de la ville sortant de charge) et le trésorier de l’hôpital est le trésorier sortant de la ville. A Saint-Eloi de Montpellier les consuls de la ville siègent au bureau d’administration. C’est le conseil de ville d’Avignon qui désigne les administrateurs de Sainte-Marthe, de Saint-Bénézet, de l’œuvre des orphelines. Quant à Marseille les administrateurs des œuvres viennent le plus souvent du conseil de ville, soit automatiquement (c’est l’aboutissement réglementaire du cursus honorum communal), soit par élection. Les cas de fonctions perpétuelles ou indéfinies sont rares. On en trouve des exemples dans l’œuvre des Filles de la pureté d’Aix, au Bon Pasteur de Montpellier, dans une certaine mesure à Saint-Eloi où six syndics perpétuels intervenaient dans l’administration.

15Quelques grands hôpitaux sont pourvus d’un organe de super-contrôle, censé intervenir dans les occasions exceptionnelles. A Aix, le Grand bureau de Saint-Jacques associe aux recteurs les consuls de la ville, des députés du parlement et de la cour des comptes, l’avocat et le procureur du roi pour les pauvres ; les fondateurs rejoignent les recteurs aux Incurables de cette ville. A Sainte-Marthe d’Avignon, le bureau général, nommé par les consuls (qui en font d’ailleurs partie) est présidé par l’archevêque. Il réunit les recteurs en place, leurs prédécesseurs, des avocats-conseils viagers, d’anciens recteurs. La reddition des comptes de cet hôpital se fait en présence d’auditeurs (on en trouve également au Mont-de-piété), de l’archevêque, du conseil de ville.

16Précaution supplémentaire : n’entrent dans la direction des œuvres (trésorerie comprise) que des gens de condition, financièrement à leur aise, supposés désintéressés et compétents, nobles, marchands, avocats, médecins, chirurgiens, « bourgeois » pour la plupart. Ajoutons le lien évident, de fait ou de droit, qui existe ou semble exister entre institutions communales et institutions d’assistance : bon nombre de recteurs sont passés par les charges de la communauté d’habitants, ou y passeront (Avignon, Marseille, Aix).

Un exemple de direction collégiale : Saint-Charles de Montpellier

1734-1760

1761-1789

1. Recteurs :

marchand

53

12

négociant

23

63

banquier

1

bourgeois

17

10

procureur

19

9

greffier

2

notaire

7

5

avocat

1

ex-greffier Cour des aides

1

chirurgien

2

3

apothicaire

6

5

prof, chirurgie

3

ex-receveur

1

receveur des décimes

ex-prieur de la bourse

1

agent de change

4

commis des Fermes

1

commis Ext. /guerres

1

imprimeur

1

orfèvre

2

commis/administration

1

2. Trésoriers

banquier

8

receveur/tailles

3

3

receveur/Domaine

2

caissier provincial

1

2

directeur des vivres

1

conseiller aux Comptes

1

négociant

5

17

17Tout aurait donc dû fonctionner correctement. Or, on l’a déjà dit, la gestion des œuvres ne semble respecter aucune règle : à Salon le trésorier du Mont-de-piété en est arrivé à jouir d’une totale liberté. On en arrive donc à se demander si la vérification des comptes ne consistait pas en une attestation de conformité des écritures comptables avec les pièces justificatives, sans contrôle systématique des calculs et sans réflexion sur les modalités de la tenue des livres. L’anarchie comptable pourrait d’une certaine manière expliquer les difficultés financières de la fin du siècle. Que pouvait-on sérieusement exiger de bénévoles astreints de plus à des dons (parfois) et surtout à des avances personnelles ? L’argument n’est pas pleinement satisfaisant : la trésorerie était confiée à des personnes qui s’y connaissaient en comptabilité.

Existe-t-il une gestion à court terme ?

18En dépit de la méfiance qu'elle provoque et des interrogations qu'elle suscite, la comptabilité des œuvres d’assistance laisse entrevoir un ensemble de pratiques et de décisions qui permettent de saisir les données de la crise hospitalière et de se demander si cette crise n’a pas été largement exagérée par des politiques à la recherche désespérée d’expédients financiers et prisonniers de l’idéologie libérale, à l’image du grand illusionniste que fut Necker.

19Les courbes des recettes et des dépenses de Saint-Jacques, du Mont-de-piété d’Avignon, du Bon Pasteur, si étroitement enchevêtrées que le solde annuel est généralement dérisoire ; les courbes spécifiques d’entrées et de sorties de l’Aumône générale d’Avignon où les effets de résonance paraissent évidents entre le flux des enfants trouvés et les flux des adultes et enfants légitimes, donnent le sentiment que les recteurs veillaient à contenir les dépenses dans des limites strictes par une gestion quotidienne serrée de leurs ressources. La tentation était grande évidemment de vérifier à quel niveau temporel se nichait ce souci.

20Pour le Mont-de-piété de Marseille, dont les archives ont presque toutes disparu, une première étude donne l’impression d’une modulation du montant moyen des prêts suivant la saison : le maximum se place au moment de la soudure (de même, d’ailleurs, que le maximum des retraits de gages et des remboursements, avec un décalage d’un mois), le minimum à la saison froide, qui n’est pas l’époque du plus grand nombre de demandes. Cela suppose une gestion serrée des ressources, presque uniquement fondées sur les remboursements.

21La reconstitution des mouvements de fonds mensuels et quotidiens au Mont-de-piété de Salon réserve alors une mauvaise surprise pour la période 1767-1773 : que l’on intègre ou non les recettes et dépenses ordinaires (séparées, on le rappelle, des prêts et remboursements) le bilan est toujours négatif. Le trésorier ou des membres de la confrérie qui supervisait le Mont devaient probablement faire des avances gratuites, jamais comptabilisées. Il en était apparemment de même au Mont d’Avignon. Etait-ce la pratique marseillaise ?

22A Saint-Jacques d’Aix, en revanche, le bilan hebdomadaire du semainier s’avère toujours positif.

23On ne peut donc écarter l’hypothèse d’une absence de gestion quotidienne au sens étroit du terme.

Moyen et long terme

24L’examen des comptabilités révèle que les œuvres d’assistance ne disposaient d’aucune ressource vraiment assurée. En effet même les biens patrimoniaux (terres, bâtiments, presque toujours affermés), quand il en existait, ne procuraient pas de revenu sûr : tout dépendait de la conjoncture, du hasard, des capacités du fermier, et les retards de paiement sont monnaie courante dans les périodes de difficulté, au point que les recteurs de Sainte-Marthe renoncèrent longtemps à poursuivre ce type de débiteur. Ce qui rentre le plus régulièrement, à Sainte-Marthe comme à l’Aumône générale, ce sont les versements des fermiers de la ville au titre des taxes sur la viande perçues pour les œuvres, et ceux du trésorier de la ville au titre des placements sur la communauté, rendus obligatoires depuis 1711 par décision du bureau général.

25Tout le reste relevait de l’incertain esprit de piété et de bienfaisance ou de charité. Les monts-de-piété doivent compter avant tout sur un autofinancement par remboursement des prêts et par vente périodique des gages non retirés dans les délais : celui d’Avignon tire en moyenne et au maximum 10 % de ses ressources de la charité, 30 % des legs (placés ensuite sur la ville) et 60 % des remboursements et ventes. Celui de Salon ne pouvait guère compter que sur les remboursements et les ventes de gages (faites avec profit, au contraire de l’institution avignonnaise).

26A l’Aumône générale la situation se dégrade à partir des années 1760 : les arrentements des biens patrimoniaux fournissent 3 % des revenus, les pensions versées par les particuliers (surtout des legs pieux) : 16 %, la ville (placements et dégrèvements) : 25 à 30 %. Pendant ce temps les legs passent de 12 à 5 %. Il en est de même à Sainte-Marthe dès le début du siècle : dons, legs, pensions, aumônes reculent (moins de 1000 livres au total avant 1740), comme le casuel (ventes de divers produits, moins de 2000 livres en tout).

27Saint-Jacques présente un visage un peu différent. L’apport de la charité reste stable en valeur mais, si elle représente 80 % des ressources au début, elle n’en représente plus finalement que 30 %. Le Bon Pasteur ne pourrait fonctionner s’il devait compter sur les legs, les donations, les quêtes, les aumônes et les ventes occasionnelles. Quant à Saint-Charles la charité procure 40 % des ressources avant 1754, 16 à 17 % après, pendant que la part des arrentements tombe de 17 à 4 % et l’ensemble des ressources ordinaires passe de 25 à 14-16 %.

28Pendant ce temps, la hausse des prix alimentaires aidant (plus que le flux des entrées c’est, semble-t-il, la principale explication de la surcharge qui pèse sur les œuvres d’assistance, directement dans le cas des hôpitaux, indirectement pour les monts-de-piété), les dépenses et sorties de fonds augmentent. Elles vont au fonctionnement (30 à 40 % pour Sainte-Marthe, 12 % pour le mont-de-piété d’Avignon), l’alimentation et au chauffage (40 à 80 % au Bon Pasteur où de gros placements périodiques sont responsables des forts reculs du pourcentage ; 60 à 50 % à Sainte-Marthe), aux salaires du personnel (entre 10 et 35 % avant 1760 au Bon Pasteur ; 10 % à Sainte-Marthe avant 1740), aux charges imposées par les legs pieux (15 % parfois dans le cas du mont-de-piété d’Avignon).

Des expédients aux solutions durables

29Des dépenses en augmentation, des revenus classiques insuffisants : situation banale s’il en est. C’est celle de l’Etat, des collectivités territoriales, de bon nombre de corps constitués.

30Deux séries de palliatifs ont été très tôt imaginées : l’appel à l’Etat et aux collectivités ; l’emprunt. Saint-Charles tire de 20 à 40 % de ses ressources d’une taxe sur la viande. A l’Aumône générale, la ville fournit par divers canaux de 25 à 30 % des revenus. Vers 1750, 30 % des revenus du Bon Pasteur sont d’origine provinciale, épiscopale et urbaine (une taxe sur les fidèles et sur les habitants). Sainte-Marthe subsiste à coups d’exemptions, de privilèges, de dégrèvements totaux ou partiels et surtout de subventions pontificales à partir de 1764 (25 000 livres par an), augmentées d’une subvention royale pendant la période d’occupation (10 000 livres). Saint-Jacques, les hôpitaux de Marseille ont bénéficié de mesures du même style et de subventions communales à partir des années 1760. C’est une solution dangereuse.

31L’emprunt est pire : il faut verser des intérêts. Sainte-Marthe a peut être connu en la matière une situation particulièrement difficile. Forcé par une décision du bureau général de placer les fonds disponibles sur la ville, l’hôpital en reçoit des intérêts inférieurs à ceux du marché, qui sont ceux que lui imposent les prêteurs : pour 60 000 livres placées avant 1740, l'hôpital ne se procure ainsi que 1500 livres de revenus supplémentaires. Partout, ou presque, l’emprunt fournit l’essentiel des ressources supplémentaires et alourdit considérablement le poste « dépenses » des comptabilités. A Saint-Charles l’emprunt fournit déjà 58 % des revenus avant 1752 ; c’est trois quarts après cette date. Simple exemple de ce qui se passe dans la plupart des grandes institutions d’assistance, à l’exception des monts-de-piété : ceux d’Avignon et de Salon ont peu emprunté.

32Spontanément ou sous la pression des autorités locales (Avignon, Aix) ou supérieures (Provence, Languedoc) les administrateurs ont dû s’orienter vers des mesures financièrement moins dommageables. Ce peut être la réduction drastique des dépenses d’hébergement : à Saint-Charles elles représentent 26 % du total entre 1734 et 1751, 46 % entre 1751 et 1771, 27 % au-delà. Le résultat est obtenu par le verrouillage des entrées (Saint-Charles, Bon Pasteur, Sainte-Marthe, Aumône générale, Insensés et Refuge de Marseille). Ce verrouillage peut être sélectif par la préférence accordée aux pensionnaires payant, particuliers (hôpitaux) ou internées par ordre du roi (Bon Pasteur) ou militaires malades (Sainte-Marthe, Saint-Jacques où il arrive que les soldats bloquent une partie considérable des entrées ordinaires). Autre préférence à relever, la priorité qui semble être donnée aux enfants abandonnés (Saint-Jacques, Aumône générale, hôtel-Dieu de Marseille mais il n’en est pas de même pour la Charité de cette ville).

33Parfois c’est le personnel qui fait les frais du redressement financier : les salaires, très bas, restent bloqués et sont irrégulièrement payés (Bon Pasteur). On licencie (Saint-Jacques). Parfois les débiteurs sont visés (Saint-Jacques, Sainte-Marthe).

34Dans cet effort d’assainissement les créanciers ont été ménagés. Il était évidemment essentiel de rétablir ou de maintenir, moins peut-être pour de nouveaux emprunts (politique qui n’aura plus les faveurs des recteurs) que pour prouver aux futurs bienfaiteurs que les dons ne seraient pas gaspillés dans le remboursement de la dette. Ainsi furent mises en place à partir des années 1760 des politiques de rachat des pensions versées par les institutions d’assistance, de réduction des taux de ces pensions (Avignon), d’affectation des ressources les plus importantes à la garantie des intérêts des créanciers (Saint-Jacques, Marseille).

35Le Bon Pasteur constitue un exemple tout à fait à part, pour tout dire unique. La gestion y a toujours été rigoureuse (83 années de soldes positifs contre 13 de soldes négatifs ; des recettes toujours supérieures aux dépenses après 1768). Ici la direction a mis l’accent sur la manufacture de draps installée dans les murs de la maison. A partir des années 1760 elle fournit toujours au moins la moitié des ressources de l’œuvre.

36Au bout de ce rude parcours financier, la formation de réserves, sensibles sur les graphiques. Elles sont énormes à Saint-Charles et au Bon Pasteur, visibles à Saint-Jacques.

Un retour vers les administrateurs

37A quel degré les recteurs ont-ils été responsables du redressement ? A Saint-Charles où les statuts faisaient alterner dans l’intendance (qui supervisait les recteurs) des ecclésiastiques, des magistrats spécialistes de la finance, des marchands, des banquiers, la domination périodique des intendants versés dans les problèmes de gestion par état ne produit aucun effet particulier sauf, peut-être, une certaine tendance à freiner les dépenses.

38Pour Saint-Jacques, la constitution d’une réserve a commencé vers 1730. Mais c’est l’établissement par le roi d’une Commission de vérification des dettes des hôpitaux de Provence (1761) qui a été l’événement décisif. Composée de magistrats du parlement et de la cour des comptes, présidée par l’Intendant premier président du parlement, elle est la grande responsable des mesures vigoureuses et rigoureuses des années 1760-1770 à Aix et à Marseille.

39Reste le cas du Bon Pasteur. La réserve apparaît lorsque l’administration bicéphale devient monocéphale. Elle est aussi liée à la personnalité de la « mère temporelle » : première réserve entre 1720 et 1726, lorsque l’épouse d’un trésorier de la bourse des Etats du Languedoc assume cette charge. Seconde entre 1726 et 1732, avec Mme de Cambacérès. Troisième entre 1732 et 1751 sous Mme de Mogé. Quatrième entre 1771 et 1785, avec Mme Ramond de Renoux. La disparition de la réserve entre 1751 et 1771 coïncide exactement avec l’épiscopat de Mgr de Villeneuve-Trans, et il est difficile de ne pas y voir un lien de cause à effet.

40Les institutions d’assistance connaissaient-elles la crise qu’a dénoncée Necker pour justifier sa tentative de liquidation des patrimoines hospitaliers au profit de placements sur le Trésor ? On peut en douter. On comprend les résistances : même mal gérés les biens immobiliers ne constituaient-ils pas une meilleure ressource que des placements à taux en baisse, dont on ne pouvait être sûr que les intérêts seraient régulièrement versés, qu’une manipulation monétaire pouvait faire disparaître ?

41Le « malheur des temps » a-t-il toujours été responsable de la dégradation de la situation financière des œuvres d’assistance ? Pour Sainte-Marthe, ne serait-ce pas le couplage financier avec la ville, imposé au début du siècle, qui serait largement responsable des difficultés, bien autant en tout cas que la série de procès des années 1740 ?

42Les œuvres d’assistance étaient passées avant Necker d’une gestion charitable à une gestion économique de la bienfaisance. Sous le règne de Louis XVI leur situation semble en voie d’amélioration alors que les aides publiques sont en passe de disparaître et que les courbes d’admissions tendent à se redresser. La catastrophe pour les hôpitaux n’aurait-elle pas été 1793 ?

43L’histoire de l’assistance passe par les questions financières et donc par la connaissance des gestionnaires, c’est une évidence. De tous les gestionnaires ? Ce n’est pas certain. Il semble qu’il faille privilégier, au moins dans l’ordre des urgences, ceux dont l’exercice coïncide avec de graves événements financiers dans l’histoire de chaque œuvre, en accordant beaucoup d’attention à leur propre situation professionnelle, à leurs liens éventuels avec le monde des créanciers des œuvres et avec le monde des administrateurs locaux, particulièrement lorsque les communautés d’habitants décident de venir en aide ou d’imposer une nouvelle politique.

44L’histoire des hôpitaux c’est celle de leurs finances.

S. Taurand, L’hôpital Saint-Charles

C. Costa, le mont-de-piété d’Avignon

S. Zucaro Lambin, Le Bon Pasteur

Bibliographie

Bibliographie

Blanc F.-P., « L’Hôpital de la Charité », La vieille Charité de Marseille, Arts et livres de Provence, n° 75, 1972, p. 95 à 168.

Blanc F.-P, Les enfants abandonnés à Marseille au XVIIIe siècle (l’Hôtel-Dieu 1700-1750), Aix-en-Provence, 1972, thèse de droit.

Blayac M., Pauvres et pauvreté a Béziers aux XVIIe et XVIIIe siècles d’après les archives hospitalières, Montpellier, 1993, maîtrise.

Bonnetto C., Combarel F., La marginalité féminine à Marseille à travers la condition hospitalière. XVIIe-XVIIIe siècles, Aix-en-Provence, 1978, maîtrise.

Costa C., Le mont-de-piété d'Avignon 1690-1791, Montpellier, 1991, maîtrise.

Costamagna H., « L’assistance dans le comté de Nice au XVIIIe siècle », Actes du 97e Congrès national des Sociétés savantes, Histoire moderne et contemporaine, t. 1, Paris, 1977, p. 513 à 530.

Courdurié M., La dette des collectivités publiques de Marseille au XVIIIe siècle. Du débat sur le prît à intérêt au financement par l’emprunt, Marseille, 1974.

Dulieu L. et Cruzel A., Les hôpitaux à Montpellier et leur histoire, Anduze, 1985.

Emmanuelli F.-X., « De quelle utilité générale peut être l’histoire de l’assistance avant 1789 ? L’exemple du Midi français », Sociétés, mentalités, cultures (France XVe-XXe siècles), Mélanges Michel Vovelle, Aix-en-Provence, 1997, p. 183 à 194.

Emmanuelli F.-X., « La marginalité féminine à Marseille à la fin de l’Ancien Régime ». Actes du colloque : « Des Marseillaises. Les femmes et la ville. Des origines à 1990 » Paris, 1993.

Emmanuelli F.-X., « Pauvreté et nécessité à Avignon et en Provence occidentale, 1764, vers 1820 », Etudes vauclusiennes, 1990, no XLIII, p. 1 à 6.

Emmanuelli F.-X., Pouvoir royal et vie régionale en Provence au déclin de la monarchie, Lille, 1974.

Fabre A., Histoire des hôpitaux et des institutions de bienfaisance de Marseille, Marseille, 1854-55.

Fairchilds C., Poverty and charity in Aix-en-Provence, 1640-1789, Baltimore, 1976.

Ibert M., Contribution à l’étude historique de l’hôpital Sainte-Marthe d’Avignon, 1640-1740, Marseille, 1979, thèse de médecine.

Jones C., Charity and bienfaisance. The treatment of the poor in the Montpellier region, 1740-1815, Cornell U.P., 1982.

Lambin-Zucaro S., Le Bon Pasteur de Montpellier au XVIIIe siècle, Montpellier, 1994, maîtrise.

Lautard J.-B., La maison des fous de Marseille (1699-1837), Marseille, 1840.

Meissonnier R., Essai historique sur l’hôpital général de Montpellier. Sa réglementation et son organisation sous l’Ancien Régime, Montpellier, 1951.

Mora L., Une gestion charitable. Le mont-de-piété de Salon au XVIIIe siècle, Aix-en-Provence, 1982, maîtrise.

Sabatier N., L’hôpital Saint-Jacques d’Aix-en-Provence, Aix-en-Provence, 1964, thèse de droit.

Simon-Donnadieu L., L'assistance aux enfants abandonnés à Montpellier au XVIIIe siècle, Montpellier, 1993, maîtrise.

Taurand S., Un exemple d’hôpital général au XVIIIe siècle : l’hôpital Saint-Charles de Montpellier, 1738-1789, Montpellier, 1995, maîtrise.

Table des illustrations

Légende S. Taurand, L’hôpital Saint-Charles
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/17623/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende C. Costa, le mont-de-piété d’Avignon
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/17623/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende S. Zucaro Lambin, Le Bon Pasteur
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/17623/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 98k

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search