Version classiqueVersion mobile

Les administrateurs d’hôpitaux dans la France de l’ancien régime

 | 
Jean-Pierre Gutton

Les administrateurs du mont-de-piété d’Avignon

Madeleine Ferrrières

Texte intégral

  • 1 Sur les « affaires » :
    – à Rome : Domenico Scacchi, « Il prestito su pegno a Roma tra la fine del p (...)

1L’histoire administrative des monts-de-piété relève de l’histoire hospitalière classique. Elle a été peu fréquentée parce que peu glorieuse, traversée qu’elle est de petits péculats et de grosses affaires, de malversations financières et de procès non aboutis – et les crédits municipaux qui ont pris le relais ont poursuivi la tradition, jusqu’aux bons de Bayonne et à Stavisky. Mais à Avignon, rien de cela... De 1610 à 1789, 355 administrateurs ont géré le mont... Aucun n’a forcé les coffres des gages précieux et volé leur contenu, comme à Carpentras en mai 1725, quand 198 bijoux et pièces d’orfèvrerie se sont volatilisés ; aucun n’est parti avec la caisse, comme le fit en 1755 monsieur de la Touloubre, professeur de l’Université et substitut au Parlement, honorablement connu dans la ville d’Aix et trésorier pendant 26 ans du mont-de-piété de la ville, qui franchit la Durance avec 28 000 livres volées. Aucun n’a la stature du marquis de Campana, grand gestionnaire et grand amateur d’art, qui a modernisé le mont de Rome entre 1833 et 1847, a constitué une très belle galerie d’art grâce à des emprunts à l’établissement qu’il dirigeait, pour finalement s’enfuir avec sa collection quand le scandale éclate en 1857.1 Si l’histoire administrative des monts est peu faite, en raison sans doute d’une certaine légende noire, l’histoire sociale du petit monde des administrateurs est à faire. Nous nous proposons de présenter ici ceux d’Avignon, pour les deux premiers siècles d’existence du mont.

2On sait peu de choses d’eux : ils sont obscurs, sans avoir jamais bénéficié de la mise en lumière, de l’éclairage violent et fugace que procure la délinquance financière quand elle est connue et dénoncée. Ils sont honnêtes. C’est un peu court.

  • 2 B.M. Avignon, ms 3162, Mont-de-piété d’Avignon, s.d.

3Ces administrateurs ne sont pas des administrateurs d’hôpitaux comme les autres. Ils ne se nomment pas administrateurs, mais officiers : ils sont au nombre de quatre, élus pour un exercice de deux ans : deux recteurs, un trésorier, un dépositaire, auquel s’adjoignent, en fin de mandat, deux auditeurs des comptes. Dans un établissement qui prête sur gages, si le recteur « vieux » a la direction et la charge des archives – des « papiers » comme ils disent –, fort bien tenues d’ailleurs, les charges les plus lourdes sont celles de dépositaire et de trésorier. Le dépositaire a toutes les clefs des magasins, des coffres et des caisses. Le lundi, il examine les gages et les estime avec le concierge, « décide de ce que l’on peut donner dessus » ; le recteur « écrit les gages dans un grand livre, sous son dictamen» ; à la fin de l’ouverture, « il enferme les gages et son livre, il ferme les garde-robes et les magasins et en garde les clefs, puisqu’il répond de tous les gages. »2 Le samedi il dirige la sortie des gages, il marque les billets acquittés par le trésorier, il remet les gages. A la fin de son mandat, il rend compte par un inventaire, et, ajoute le rédacteur du mémoire écrit vers 1750 dont nous tirons ces précisions, « quoique qu’il y a presque plus de 15 000 gages sous la clé du dépositaire, la Providence ne permet pas qu’on en laisse perdre un seul ». L’autre poste-clé est celui de trésorier : chaque fois que le dépositaire enregistre un dépôt, le trésorier manipule de l’argent (un prêt) et signe des billets (les reconnaissances de prêt et de dépôt). Ils travaillent bien sûr gratis pro Deo. Le seul homme à gages est un concierge.

4Si leurs fonctions sont assez originales, c’est que leur bénévolat s’exerce dans un établissement qui est un hôpital, et comme tel soumis à l’ordinaire, mais un hôpital d’un style particulier, mi-hôpital mi-banque ; ce statut hybride ne cesse pas d’ailleurs d’interroger les administrateurs. Voici ce qu’en pense l’un d’entre eux, en 1742 :

Nous n’avons jamais réfléchi sur l’établissement des monts-de-piété et nous l’avons confondu avec toutes les autres maisons de charité mais nous sommes dans l’erreur si nous ne faisons pas la différence : l’hôpital loge et soulage les pauvres malades, l’aumône générale les nourrit en santé et les habille, les maisons du Bon Pasteur et du Refuge entretiennent les personnes du sexe qui veulent faire pénitence, celles de la Providence reçoivent ceux qui reviennent à nostre sainte religion... mais ce n'est pas le cas [pour le mont], on ne loge on ne nourrit on n’habille aucun pauvre

5Et de conclure sur une note désabusée et presque désespérée :

  • 3 B.M. Avignon, ms 3162, compte présenté à Mgr de Guyon nostre évêque, 1742.

Faisons réflexion que nostre sort étoit bien triste, si au lieu d’une fonction que nous croyons très pure, nous nous chargeons d’une usure semblable à celle des usuriers.3

6Ce retour sur soi, et ces doutes, engendrent une série de questions :

  • si les consciences de tous les administrateurs étaient taraudées comme celle-ci par le prêt à intérêt et la question de la légitimité de leur action, quel enthousiasme, ou quel intérêt, ou quelle ardente obligation les poussait vers le bénévolat de banquier charitable ? Ces charges étaient-elles vécues comme des charges, au sens fort du terme, ou bien des honneurs ? Et alors quand on accédait à de telles charges, restait-on longtemps en poste ?
  • qui exerçait ces charges : est-ce l’élite avignonnaise, tous groupes confondus, ou bien une partie seulement de cette élite ? et alors quelle famille spirituelle, ou bien quelle catégorie professionnelle était plus spécifiquement portée vers ce rôle de banquier charitable ? Pour tenter d’éclairer la question primordiale, mieux vaut d’abord apporter des éléments de réponse aux questions suivantes. La démarche est en deux temps : d’abord l’étude collective, celle d’un milieu où se recrutent les officiers ; puis l’étude d’un cas, celui de Pierre Billion, qui nous permet de mesurer comment le mont s’insère dans le tissu confraternel et associatif d’Avignon.

Les confrères de Notre-Dame de Lorette

7La première définition, et peut-être la seule, que les administrateurs donneraient d’eux-mêmes, c’est qu’ils sont tous confrères : confrères de Notre-Dame de Lorette. Depuis sa création, en 1610, et jusqu’en 1791 le mont est géré par cette congrégation. Il n’est pas rare de trouver une institution charitable adossée à une confrérie : en règle générale l’établissement est de peu d’importance. Si ce modèle caritatif n’est pas original, il surprend ici : parce que la confrérie N. D de Lorette est une confrérie dévote, et non pas charitable ; parce que le mont est un hôpital important qui se dresse dès 1640 comme une forteresse au cœur de la cité, seul établissement de cette taille à Avignon qui ne soit pas para-municipal -comme l’hôpital Sainte-Marthe ou l’Aumône générale.

  • 4 Louis Châtellier, L'Europe des dévots, Paris, 1987.

8Fondée en 1577, dans l’élan d’une réforme catholique plus précoce à Avignon que dans le royaume, la confrérie N. D de Lorette apparaît, dans cette terre de pénitents, comme une confrérie de plus, mais d’un type nouveau : elle est consacrée à Marie. Louis Châtellier a pointé l’importance de ces congrégations mariales dans l’Europe catholique, qui constituent le modèle et l’exemple de la société chrétienne. Le mouvement est parti d’Italie, il se répand au cours de la décennie 1570-1580 dans le monde rhéno-flamand, mais ne pénètre pas encore en France.4 En 1577, la congrégation d’Avignon est sans équivalent dans le royaume. Elle a été érigée dans la dépendance du collège jésuite de la ville, elle est affiliée à la Prima Primaria – la maison-mère, en quelque sorte – du collège romain. Association dévote, elle propose à ses membres des exercices spirituels, avec une communion plus fréquente – deux dimanches par mois, proposent les statuts.

9C’est cette association dévote qui prend en charge le mont : une vieille idée, venue elle aussi d’outre-mont, à laquelle elle va donner corps. En 1610, au moment où le projet se concrétise, elle a déjà 33 ans d’existence, et elle a infléchi sa pratique et son recrutement. Sa pratique : au départ elle s’assignait deux missions, deux « œuvres pies » : l’éducation des jeunes en relation avec le collège des jésuites ; l’aide aux pauvres honteux : cette seconde mission est devenue son terrain de prédilection. Sans doute la pratique du porte à porte dans la ville pour inscrire les pauvres honteux dans un « rôle », de l’aumône individualisée a-t-elle affiné la conscience sociale des confrères. Une réflexion sur cette « nouvelle pauvreté », bien différente de la pauvreté traditionnelle, marginale et mendiante, sur les besoins de ces pauvres endettés, un souci d’efficacité les ont conduits à tenter cette solution inédite : le mont-de-piété. Le mont est le produit d’une analyse sociale autant que d’un désir de solidarité. En même temps, le recrutement s’est modifié. Victime de son succès, la confrérie se démultiplie, ou plutôt elle se divise. Les gentilhommes sont les premiers à la quitter pour fonder en 1585 la confrérie des Messieurs. Puis les étudiants s’en détachent, et les artisans. Ainsi une congrégation unique, et ouverte à tous, a donné naissance par scissiparité au début du XVIIe siècle à quatre confréries différentes. La congrégation de 1610 n’est plus tout à fait la même que celle de 1577 : elle reste dévote, mais elle est devenue de plus en plus charitable, et attentive aux pauvres honteux. Elle a vu disparaître la plupart de ses membres du premier ordre. Elle reste une élite spirituelle, mais pas forcément une élite sociale.

10Les 45 confrères constituent le vivier dans lequel le mont va puiser ses fondateurs, puis ses administrateurs. Ils appartiennent tous à une même famille religieuse, largement inspirée, au départ, par la pastorale de la compagnie de Jésus. On peut faire l’hypothèse que beaucoup de ses administrateurs, sinon tous, ont été élèves du collège de la ville : mais, faute de sources, la chose est impossible à vérifier.

Portrait de groupe

  • 5 A.M. Avignon, archives du mont-de-piété, non classées, rôle des noms et surnoms des confrères depu (...)

11De 1610 à 1789, on l’a dit, 355 confrères ont géré le mont. Ces hommes-là ne dédaignaient pas figurer sur un tableau de toile et passer à la postérité : mais ces tableaux sont des donatifs, qui les commémorent en tant que bienfaiteurs, et non en tant que gestionnaires. Donc, pas de portrait de groupe des recteurs, à l’instar des régents des Pays-Bas : à Avignon, on préfère l’individu plutôt que le groupe, le nom plus que le visage, et sans doute le don est-il estimé mieux que la gestion, aussi dévouée et honnête soit-elle, et donc plus digne d’être représenté. Ils ont laissé d’eux aussi, outre ces quelques tableaux qui, appendus aux murs de l’établissement, regroupés, pouvaient faire famille, tous leurs registres d’engagement et de dégagement, leurs cahiers de comptabilité, et enfin le document que nous exploitons ici, leur « rôle ».5

12Une étude prosopographique serait possible. Elle est difficile : le « rôle » des confrères est avare de renseignements, ce n’est qu’une liste de noms, où seuls les docteurs en droit et les seigneurs figurent ès qualité pour les autres. Pour pouvoir qualifier les autres, le recoupement avec d’autres sources est nécessaire, d’autant plus délicat que rares sont les officiers qui figurent dans le who’s who avignonnais des siècles classiques -une caractéristique sur laquelle nous aurons l’occasion de revenir. On s’est contenté ici d’une première approche : elle porte sur le premier bureau, puis sur trois générations de 85 administrateurs au total.

13Voici le premier bureau, celui des pères fondateurs en quelque sorte : en 1610 les recteurs sont Louis Jean et Hierosme Crivel, le trésorier est Henri Félix, le dépositaire, Antoine Billoty. Tous confrères de N. D de Lorette, depuis longtemps, tous chenus – Henri Félix est membre de la Congrégation depuis sa fondation, trente-trois ans plus tôt, Antoine Billoti est octogénaire. Ils sont venus d’horizons différents : Crivel est apothicaire, Billoti prêtre, Felix chirurgien, Jean marchand de soie. Aucun n’apparaît comme une figure charismatique, un chef de file : le mont est une œuvre collective sans héros éponyme. Leur longévité à la tête du mont est remarquable : Crivel, tantôt recteur, tantôt dépositaire, en est membre jusqu’en 1625 – un record absolu –, Félix jusqu’en 1620. En 1624, le bureau comprend : Billoty, Crivel, Jean, plus un « nouveau », Philippe Robert. Leurs successeurs, du moins un « échantillon » d’entre eux, confirment bien les contours roturiers du recrutement.

Tableau 1 : trois générations d’officiers

Tableau 1 : trois générations d’officiers

14La place du clergé est réduite, celle de la noblesse aussi, à condition de préciser qu’il s’agit ici des gentilhommes. Les docteurs en droit constituent à Avignon une noblesse coutumière et graduelle, mais faute de savoir s’ils étaient de la première ou de la troisième génération, nous avons situé les robins à leur point de départ, avec le reste du tiers-état. Les gentilhommes présents au bureau ne brillent ni par leur nombre, ni par leur nom : on ne trouve à aucun moment, sur deux siècles, la noblesse la plus illustre, un Crillon, un Cambis, un Baroncelli, un Lopis de Montdevergues. Nous savons qu’ils préfèrent fréquenter leurs pairs, dans la congrégation des Messieurs. La composition interne du groupe des roturiers est plus floue, dans la mesure où on n’a repéré le métier que pour la moitié d’entre eux. Beaucoup d’états y figurent : notaires, orfèvres, médecins, libraire. Deux semblent particulièrement représentés : les marchands – marchands de soie en particulier – et les robins.

15Le groupe des marchands mérite notre attention : c’est celui qui, dans d’autres villes – Lyon, Rouen – s’est révélé le plus hostile au mont, et a systématiquement contrecarré les projets de création d’établissement de ce type. Comment se fait-il qu’à Avignon non seulement ils s’y soient montré favorables mais que, mieux encore, ils assurent une belle part de leur gestion ? A cette question intrigante on peut apporter quelques éléments de réponse, qui tiennent à l’importance de la Fabrique dans la vie économique avignonnaise et surtout à son mode d’organisation :

  1. la soie est en effet le moteur de l’économie avignonnaise. Or dès 1610 précisément commence une guerre douanière contre Lyon : les débouchés avignonnais désormais manquent de visibilité, et les marchands sont les premiers à en mesurer les effets économiques mais aussi sociaux : pour les tisserands, le risque répété de chômage « technique », « la disette d’argent », la plaie de l’endettement ;
  2. les « pauvres honteux » ne sont pas un concept d’inspiration franciscaine ou jésuite, mais bien une catégorie sociale concrète et familière. En 1610, 43 % des gens que le mont secourt sont des ouvriers en soie – « leurs » ouvriers. De 1610 à 1626, 31 % des clients sont des passementiers, des veloutiers, des taffetassiers. Leur prêter de l’argent, n’est-ce pas une façon d’économiser sur les avances que l’on a coutume de pratiquer ? Où l’on voit que l’esprit de charité fait bon ménage avec un paternalisme bien compris ;
  3. le mont n’est pas un concurrent. Si, en France, beaucoup de marchands sont en même temps des prêteurs, eux-mêmes ne le sont pas : du moins passent-ils par l’intermédiaire des notaires pour des rentes constituées, bien assises sur des biens fonciers. Mais le prêt à la petite semaine, le prêt à la consommation n’est pas dans leurs activités. C’est à Avignon la spécialité quasi obligée des marchands juifs de la Carrière. Or le mont est établi aussi pour lutter contre l’usure – entendons : contre les usuriers juifs. Il est donc conçu comme une arme de guerre contre les marchands juifs.

16Pour ces marchands-fabricants, les aspirations religieuses et caritatives n’entrent pas en contradiction avec les intérêts matériels. Mieux, elles s’accordent : le mont permet de limiter les avances, et donc les sorties de trésorerie qu’ils seraient amenés à consentir à leurs sous-traitants ; il peut aussi aider à stabiliser la main-d’œuvre.

17Car le problème majeur – un problème politique puisqu’il concerne toute la ville, au-delà des intérêts d’un groupe –, c’est celui du départ des ouvriers. Un ouvrier sans travail, insolvable, est poussé à l’émigration : compagnons, et même maîtres ne sont ni enracinés ni stables. La tentation de Lyon, de Nîmes apparaît à chaque crise. Dans ce contexte, le mont apparaît comme un possible antidote, un moyen de fixer la population ouvrière. Il est un facteur d’équilibre humain de la ville.

18On ne criera pas à la miraculeuse coïncidence des aspirations religieuses et des intérêts matériels. On a déjà dit que les administrateurs ont des problèmes avec l’argent et avec l’usure – c’est-à dire le prêt à intérêt. Mais ces problèmes sont d’un autre ordre, ils concernent la conscience morale et l’espoir du salut. Ils n’en pèsent pas moins, d’une certaine façon, sur le recrutement des gestionnaires. C’est dans ces interrogations sur la nature du mont, sur sa légitimité charitable, c’est dans ces relents de soufre qui entourent les opérations de prêt qu’il faut sans doute chercher la raison profonde d’une certaine désaffection nobiliaire.

19Notre sondage suggère une inflexion dans les contours sociaux du groupe des bourgeois au XVIIIe siècle : moins de marchands, plus de robins, en voie d’agrégation à la noblesse ou déjà agrégés à elle. Ce peut être une illusion statistique : nous savons que les juristes, systématiquement repérés, riquent d’être surreprésentés. C’est peut être aussi tout simplement la traduction d’une évolution au sein des élites urbaines, où les marchands « trahissent » de plus en plus.

Tableau 2 : deux exemples de tradition familiale.

Les FELIX

1. Henri :

Entré en 1577.
Trésorier de 1610 à 1620.

2. François :

Entré en 1603.
Recteur de 1631 à 1632.

3. Henri :

Entré en 1629.
Recteur de 1647 à 1648 et de 1651 à 1652.

4. Henri de FELIX fils :

Entré en 1649.
Recteur de 1653 à 1654.

Les POULLE

1. Claude - Ignace :

Entré en 1706.
Dépositaire de 1714 à 1715.
Recteur de 1721 à 1722 : « en l'année de la contagion ». et de 1725 à 1726.

2. François :

Entré en 1747.
Trésorier de 1755 à 1756.
Recteur de 1760 à 1761.

3. François - Agricol fils :

Entré en 1756.
Trésorier de 1765 à 1766.
Recteur de 1771 à 1772 et de 1784 à 1785.

4. Jacques - François :

Administrateur de 18l6 à 1817.
Président de 1818 à 1820.

20On ne s’étonnera pas de cette tendance lourde à la constitution de dynasties familiales au sein du bureau. Encore faut-il l’interpréter correctement, en termes de stabilité mais aussi d’évolution : ainsi les Felix, qui passent de la chirurgie à la médecine : le dernier rejeton présent au bureau, Henri « de » Felix, s’honore du titre de médecin du roi. On peut faire l’hypothèse que les contours sociaux du bureau suivent les inflexions des trajectoires familiales. Dans le bureau, comme dans toute l’oligarchie urbaine, une dynamique sociale est à l’œuvre. Si, la première génération, avant 1650, les marchands de soie apparaissent comme le groupe leader, dans le second XVIIIe siècle les robins ont pris cette place. Le bureau offre l’image double d’un groupe « fermé », et flexible quand on l’observe dans la longue durée.

Un administrateur : Pierre Billion

  • 6 A.M. Avignon, ms 2264, Livre de nottes de Pierre Billion, 1685-1735.

21Passons du pluriel au singulier : soit Pierre Billion, marchand de la ville. C’est d’ailleurs le dernier de sa lignée. Toute sa vie, Pierre Billion a été marchand de soie, c’est aussi un citoyen qui remplit des fonctions civiques et un chrétien engagé dans les activités caritatives. Son cursus est riche : il permet d’apercevoir quelle place tient le mont dans les activités associatives d’un marchand de la ville.6

22P. Billion est membre, à titre viager, de neuf confréries religieuses, d’une confrérie professionnelle. A titre plus provisoire -le temps d’un, deux ou trois mandats – il endosse des responsabilités dans les administrations des hôpitaux, et dans celle de la ville. Il peut apparaître comme un militant chrétien très actif, comme un citoyen ambitieux, ou bien encore comme un méridional extraverti (ce qui est loin d’être une tautologie), plus à l’aise dans la vie de groupe que dans l’intimité de sa maison. Peut-être est-il cela, en effet. Pour autant, il n’est pas une exception, dans une ville qui compte environ 20 000 habitants et 100 confréries, dont 40 professionnelles. Faisons une simple déduction mathématique. Si, en se basant sur le dénombrement de 1689, on peut évaluer à 200 le nombre de marchands et de bourgeois vivant de leurs rentes, – estimation haute –, à 200 familles de même les nobles et les robins – estimation très haute –, on verra que pour fournir les 2500 ou 3000 confrères, congrégationnistes et autres pénitents de toutes les couleurs il fallait participer à 5 ou 6 de ces sodalités. Ce sont les mêmes hommes que l’on retrouve présents dans plusieurs institutions ou associations. Pierre Billion est au dessus de la moyenne : il n’en est pas moins représentatif de ces gens « de loisirs » finalement fort occupés.

Tableau 3 : la carrière des honneurs de Pierre Billion.

17 ans

1675

Confrère de la confrérie Saint-Ambroise de N. D de la Principale

22 ans

1680

Trésorier des orphelines

26 ans

1684

Trésorier des hôpitaux Saint-Bénézet et Saint-Lazare
Baile de la confrérie du Saint-Sacrement, N. D de la Principale (1/3)

28 ans

1686

Baile vieux de la confrérie Saint-Ambroise (1/3)

30 ans

1688

Trésorier du grand hôpital Sainte-Marthe

32 ans

1690

Trésorier général de la ville d’Avignon
Confraire de la Congrégation N. D de Lorette, joint le Mont de-Piété
Conseiller de la maison de la ville (1/4)

33 ans

1691

Trésorier de la Compagnie des Pénitents Blancs

34 ans

1692

Vice-recteur de la Compagnie des Pénitents Blancs

37 ans

1695

« Chamberlan » de la confrérie des marchands ( ?)

40 ans

1698

Dépositaire du Mont-de-Piété (1/2)

45 ans

1703

Recteur de l’hôpital Saint-Bénézet

46 ans

1704

Recteur nouveau du Mont-de-Piété (1/2)

51 ans

1709

Tiers consul de la ville (1/3)

23Il est difficile de dire si son cursus est classique. Mais on peut confronter son déroulement à ce que nous savons de la vie administrative du mont : il présente des traits qui sont communs à bien des administrateurs.

24Il commence tôt le bénévolat : à 17 ans, le voici confrère de Saint-Ambroise « à la place de feu mon père », précise-t-il dans son livre de raison. C’est un fait banal : on entre dans la carrière des honneurs quand le père n’y est plus. (Antoine Billion est mort l’année précédente à Lyon). On le vérifie au mont : si le père meurt en cours de charge, souvent c’est son fils qui le remplace. Quand en 1658 Pierre Bermond fait banqueroute, lui-même et son fils (Pierre Bermond junior), sont rayés du catalogue des confrères. Cette tendance à l’hérédité est même encouragée. En 1746, visitant l’établissement, l’archevêque recommande « de recevoir les fils de famille lesquels sont habilités avant de prendre les emplois. Ils seraient cautionnés et habilités par leur père et ils ne pourront jamais être en charge le père et le fils en même temps. » Ce désir de l’institution d’avoir des administrateurs solides, bien assis financièrement, fait qu’on entre en poste assez tard ; Pierre Billion a commencé sa carrière par des confréries de sa paroisse, il a été aussi prince d’amour de son quartier, il fait ses premières armes dans la gestion d’établissements-reliques et de peu d’importance, comme l’hôpital du pont, qui ne reçoit plus que quelques pauvres passants, et le lazaret, qui lui a été joint en 1685. Devenu confrère de Notre-Dame de Lorette – c’est son oncle Iveriac qui l’a introduit –, il attend la quarantaine pour accéder aux premières responsabilités. Mais les attendait-il vraiment avec impatience ? A mesurer combien de temps les administrateurs restent en poste, on a plutôt l’impression inverse.

Tableau 4 : la longévité dans le poste

Présence au Bureau en

Durée moyenne

Minimum (en années)

Maximum

1610

12,5

11

15

1620

8,5

5

15

1630

3,5

2

4

1640

2,5

2

3

25Chiffre stabilisés de 1640 à 1790

1801

8,6

6

11

1810

6,5

2

13

1820

5,4

5

6

26Passées les deux premières décennies, celles des fondateurs, la rotation s’accélère. Dès la mi-XVIIe siècle, rares sont ceux qui acceptent un second mandat, comme Pierre Billion : la plupart se contentent d’un exercice de deux ans. Certains même refusent la charge qu’on leur propose : en 1663 on raye du catalogue Monsieur Bonafous « attendu son refus de la charge de trésorier ». Premier désistement, première exclusion. A partir de 1660 nombreux sont les refus des charges les plus lourdes : trésorier et dépositaire. En 1695 la confrérie décide : « on raiera du catalogue tous ceux qui sont requis pour la charge d’officiers et qui refusent ». Au tournant du siècle, il y a donc réquisition, c’est-à-dire quelque chose de très éloignée du bénévolat, ou plutôt de cette idée de liberté, du librement consenti que nous attachons au volontariat : du même coup, comment comprendre l’accès à ces charges ? quels mécanismes subreptices pouvaient y pousser ? pressions « amicales », « voies excitatives », sens d’une obligation, quelle soit religieuse ou citoyenne ? Bien entendu, nos sources ne nous en disent rien. A la fin de la période, ce sont tous les postes qui sont jugés ingrats, et l’on voit en 1788 quatre confrères donner leur démission (comportement nouveau) pour ne pas avoir à assumer la charge de recteur. Ainsi, la longévité dans la confrérie va de pair avec la brièveté dans l’exercice des charges : confrère oui, administrateur peu, et le moins longtemps possible.

27Cette fuite devant les charges ne peut se comprendre que par leur lourdeur. Une lecture « en creux » des délibérations nous montre qu’on attend beaucoup de ces hommes : qu’ils soient disponibles, responsables financièrement, capables et honnêtes. Bref, qu’ils ne soient avares ni de leur temps ni de leur argent. De leur argent surtout. Non seulement ils doivent rendre des comptes à l’audit en fin d’exercice, être caution, mais on leur demande aussi de prêter à l’établissement qu’ils gèrent, et de donner in fine. Dans une délibération de 1647, constatant que les caisses sont presque vides, et les demandeurs nombreux, le bureau décide « qu’il empruntera tant des confrères présents que des absents telle somme que plaira à chacun des confrères suivant leur volonté et non autrement. » Ce recours à des emprunts confraternels se reproduit, chaque fois que « la misère des temps » menace de vider les caisses. Et enfin, même si la chose n’est jamais explicite, il est clairement entendu que chaque officier est en puissance un bienfaiteur-né, qui le moment venu, ne doit pas oublier de coucher le mont dans son testament. Comparer les deux listes – celle des gestionnaires du mont et celle de ses donateurs – montrerait sans doute qu’ils s’acquittent de cette obligation morale. Nous ne pouvons donner qu’un indice : entre 1629 et 1703, le mont a bénéficié de 55 donations ou legs, dont 70 % venaient de confrères. Reste que les plus gros donateurs de la période, l’archevêque Marinis (9533 livres léguées en 1669), le marchand de soie Bernardin Imonier (9 868 livres léguées en 1676) ne sont pas membres de la congrégation.

28Pierre Billion a aussi exercé des responsabilités municipales, il termine sa carrière comme troisième consul d’Avignon dans une année cruciale : 1709, chargé d’un secteur particulièrement sensible, la sécurité de l’approvisionnement, où il se révèle attentif à la misère populaire, dénonciateur de l’accaparement des riches, ses pairs, et en fin de compte très efficace : dans sa ville, personne n’est mort de faim. Les liens entre le mont et l’hôtel de ville ne sont pas institutionnels.

29S’ils sont indépendants du corps de ville, les gestionnaires du mont s’y impliquent assez souvent. Sur 126 administrateurs, 42 ont été consuls ou assesseurs. 26 ont exercé des responsabilités au mont avant les charges civiques, 20 autres - dont Billion – après. L’adage « après le chaperon, l’hôpital », ne se vérifie pas.

  • 7 Marc Venard, Histoire d'Avignon, Aix, 1979, p. 358.

30L’étude du cas Pierre Billion nous permet d’appréhender le bénévolat charitable dans une dimension sociable qui dépasse le lieu précis et renfermé du mont-de-piété. Les responsabilités au mont ne tiennent pas de la vocation unique : elles sont juste un moment dans une vie associative riche et dense. Elles demandent du temps, beaucoup de temps : on remarque le souci de Pierre Billion de ne jamais cumuler deux mandats, mais un seul. Un poste de gestion, c’est déjà deux jours de travail bénévole dans la semaine ; la congrégation, qui est viagère, le requiert le dimanche, le lundi, les jours de fête, des assemblées délibératives et de reception des confrères. Il est aussi pénitent. Or, Marc Venard l’a fait remarquer, « être pénitent n’est pas une sinécure »7. Chez les noirs, on est convoqué une centaine de jours par an. Ajoutons à cela les confréries de paroisse, et on arrive sans doute à un travail à mi-temps, mi-bénévole, mi-lucratif, un partage bien tempéré entre otium et negotium.

31La gestion du mont demande aussi ce que les autres n’exigent pas : une surface financière, et l’engagement non seulement de soi mais aussi de ses propres deniers. D’où cette tendance accentuée à recruter des « fils de famille ». Une seule fois, les registres des recteurs font allusion au statut social des officiers -leur statut-, et ils parlent alors de « personnes commodes et riches ».

32Si les charges sont lourdes, on hésite à dire quelles sont plus lourdes que, par exemple, la gestion de l’Aumône générale ou la trésorerie de Sainte-Marthe qui sont les deux autres grands organismes hospitaliers de la ville. Les contraintes on le sait se retrouvent ailleurs. Mais au mont elles sont sans compensation. Les officiers ne reçoivent pas de « récompenses » sous forme d’indemnités, alors que tout près, à Carpentras, le trésorier du mont perçoit 150 livres par an, mais proteste parce que son homologue à l’hôpital en touche le double. Surtout, il n’y a aucune de ces compensations symboliques qui s’attachent à des formes d’assistance plus anciennes, ou plus baroques : délivrer un prisonnier, comme le font les pénitents gris, distribuer l'aumône ou la passade, comme font les recteurs de l’Aumône générale, processionner dans la ville les jours de fête. Il est vrai que l’aide aux endettés ne figure pas parmi les sept œuvres de miséricorde.

33Il me semble que cette première approche permet de mieux cerner le milieu des administrateurs du mont : un corps qui fonctionne sur le mode de l’interconnaissance, soudé moins par ses origines socio-professionnelles que par une communauté d’intérêts et de sentiments, une façon de vivre son bénévolat à la fois comme une activité caritative et un geste de solidarité professionnelle qui serait du paternalisme avant la lettre. Mais si la conclusion était que l’on aperçoit un corps, fonctionnant avec ce que l’on appellait « l’esprit de corps », elle serait somme toute décevante et apparaîtrait comme l’énoncé d’un truisme.

34Le seul moyen de mieux comprendre la dynamique interne de ce groupe ne consiste pas à pousser plus loin la description collective et externe. Je ne vois pas trop ce qu’une étude prosopographique complète pourrait apporter, sinon la confirmation des liens inter-générationnels qui unissent les confrères et leur familiarité avec les rouages du pouvoir urbain. En revanche, la production de certaines études de cas et leur confrontation, l’étude de la densité du réseau confraternel et associatif, de la participation simultanée et obligée à ce réseau (et de la nature de ces obligations) seraient sans doute un angle d’attaque pour reconsidérer le phénomène de la sociabilité provençale, et y voir autre chose qu’une idiosyncrasie, une disposition innée téléguidant les hommes de ce temps vers des activités gratuites et forcément agréables. Dans les cercles emboîtés de la sociabilité avignonnaise, Notre-Dame de Lorette et le mont-de-piété représentent sans doute ce qu’il y a de plus moderne, de plus contraignant, de moins gratifiant.

Notes

1 Sur les « affaires » :
– à Rome : Domenico Scacchi, « Il prestito su pegno a Roma tra la fine del potere temporale e i primi decenni di Roma capitale », Roma moderna e contemporanea, mai-août 1993, 1, no 2, pp. 133-158.
– à Aix : Cissie Fairchilds, Poverty and charity in Aix-en-Provence, 1640-1789, Baltimore, 1976, p. 45.
– à Carpentras : Robert Caillet, Le mont-de-piété de Carpentras, Carpentras, 1934, 13 pages.

2 B.M. Avignon, ms 3162, Mont-de-piété d’Avignon, s.d.

3 B.M. Avignon, ms 3162, compte présenté à Mgr de Guyon nostre évêque, 1742.

4 Louis Châtellier, L'Europe des dévots, Paris, 1987.

5 A.M. Avignon, archives du mont-de-piété, non classées, rôle des noms et surnoms des confrères depuis 1577. Statuts anciens et nouveaux du mont-de-piété d’Avignon, réed. 1834, Avignon, 79 p.

6 A.M. Avignon, ms 2264, Livre de nottes de Pierre Billion, 1685-1735.

7 Marc Venard, Histoire d'Avignon, Aix, 1979, p. 358.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : trois générations d’officiers
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/17617/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 57k

Auteur

Professeur à l’université d’Avignon.

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search