Version classiqueVersion mobile

Les administrateurs d’hôpitaux dans la France de l’ancien régime

 | 
Jean-Pierre Gutton

Les administrateurs des hôpitaux du sud-ouest sous l’ancien régime

Étude comparée de quatre établissements

Philippe Loupès

Texte intégral

  • 1 Les hôpitaux y sont traités dans les flux de population, et non dans leur fonctionnement. Jean-Pie (...)
  • 2 Philippe Loupès, L’hôpital Saint-André de Bordeaux au XVIIIe siècle, dans Revue historique de Bord (...)
  • 3 Voir Bernard Lesquibe, Recherches sur l'hôpital de Dax au XVIIIe siècle ; Mémoire de maîtrise Univ (...)
  • 4 Toute l’information sur l’hôpital de Pau nous a été généreusement fournie par Christian Desplat. I (...)
  • 5 Voir Gilles Delignac, Les prieurés dans le diocèse de Bordeaux aux XVIIe et XVIIIe siècles, Mémoir (...)

1Présenter l’administration hospitalière de l’Aquitaine sous l’ancien régime peut apparaître comme une véritable gageure. Certes, les grandes histoires urbaines ne manquent pas, mais l’étude du fonctionnement des hôpitaux en est complètement absente1. Les érudits du XIXe siècle, quant à eux, n’ont accordé qu’un intérêt limité à ce sujet, de même que la recherche universitaire contemporaine. Certes, les fonds d’archives ne sont pas négligeables, mais les contrastes sont grands, en fonction des pertes et des destructions. Par exemple, s’il est possible de brosser un tableau assez précis de l’hôpital Saint-André de Bordeaux2, en revanche, Saint-Léon de Bayonne ne peut être l’objet que d’une étude fragmentaire, en raison de l’incendie des archives municipales à la fin du XIXe siècle. Afin de dépasser le stade de la monographie, sans pouvoir prétendre pour autant à un tableau général, nous avons opté pour l’étude comparée de quatre établissements : Saint-André de Bordeaux, Saint-Léon de Bayonne, Saint-Eutrope de Dax3 et l’hôpital de Pau4. La démarche peut paraître critiquable car limitative, mais elle tient compte du fort processus de concentration hospitalière des XVIe et XVIIe siècles, avec l'annexion des prieurés hospitaliers5.

  • 6 Au milieu du XVIIIe siècle, Dax a 4500 habitants. Voir Etat des âmes de la ville d’Acqs en 1741, a (...)

2Les villes choisies sont parmi les plus importantes du Sud-Ouest, avec des chiffres de population cependant très contrastés. A la fin de l’ancien régime, Bordeaux, quatrième ville du royaume et premier port français, atteint 110 000 habitants, tandis que Bayonne plafonne à environ 10 000. Dax a moins de 5 000 âmes6, alors que Pau en a 8 ou 9 000. Le contraste entre les établissements hospitaliers est à l’avenant. Saint-André de Bordeaux a une capacité de 400 à 500 malades et les admisions annuelles s’y élèvent à 5 à 6000 à la veille de la Révolution, tandis qu’à la même époque, l’effectif des hospitalisés ne dépasse guère quatre-vingts personnes à Dax.

  • 7 Voir Paul Courteault, Le vieil hôpital Saint-André de Bordeaux, Bordeaux, 1944, p. 19.
  • 8 L’hôpital de la Manufacture de Pau, étudié ici, est distinct de l’hôpital des malades, que l’on dé (...)
  • 9 L’importante aide royale n’étant plus versée, les mendiants sont renvoyés et Saint-Léon reprend so (...)
  • 10 Voir A. Foltzer, Au temps jadis de Bayonne, les hôpitaux, 4e série, 1940, p.47-49. A deux reprises (...)
  • 11 Il s’agit des hôpitaux d’Arancou, de Gourbera et de Taller. Le statut d’hôpital général impose la (...)

3Les quatre hôpitaux pris en considération sont tous d’antiques établissements. Par exemple, Saint-Eutrope de Dax remonte au XIIIe ou XIVe siècle, tandis que Saint-André de Bordeaux est une fondation réalisée en 1390 par le chanoine Vital Caries, chantre de la cathédrale7. A part l’hôpital de Bordeaux, ces établissements ont connu des variations de statut, qui les transforment passagèrement ou définitivement, soit en hôpitaux généraux, soit en hôpitaux de la Manufacture. Ainsi, en 1677, le premier président du parlement de Béarn, de Lavie, passe un contrat avec un entrepreneur de Nay pour adjoindre une manufacture à l’hôpital de Pau8. A Bayonne, c’est à la suite de la déclaration royale du 18 juillet 1724, et d’une enquête de « faisabilité » menée par l’intendant Lesseville que le vieil hôpital Saint-Léon est déclaré apte à devenir hôpital général. Il ne le reste qu’une décennie9, mais il se voit doublé en 1757 par une manufacture, qui ne survivra qu’une vingtaine d’années10. A Dax également, l’hôpital Saint-Eutrope est concerné par la déclaration royale de 1724. Un arrêt du conseil d’Etat lui annexe plusieurs hôpitaux ruraux et lui confère le statut d’hôpital général11. Nos établissements ont donc quelque peu varié de statut et de fonction, mais l’activité soignante est cependant restée fondamentale.

  • 12 L’hospitalière, maîtresse femme nommée par le corps de ville, s’installait avec son mobilier. Le t (...)
  • 13 Jean Duvergier de Hauranne lance son projet en septembre 1650. Il déplore en particulier la briève (...)
  • 14 A. M. Bayonne, GG 240/1. Extraits des registres de l’hôtel-Dieu de Bayonne, 31 décembre 1663 et 14 (...)
  • 15 En 1674, durant la guerre de Hollande, Louis XIV ordonne à la ville de Bayonne la destruction des (...)

4Le dénominateur commun à ces quatre établissements hospitaliers est l’existence d’un bureau d’administration. A partir du milieu du XVIIe siècle, cet organisme est une référence. Des quatre hôpitaux étudiés, Saint-Léon de Bayonne est le dernier à en être doté, à l’occasion d’une sorte de refondation dans les années 1650-1660. Antérieurement, l’hôpital Saint-Nicolas – tel était son nom primitif – était dirigé, sous la tutelle du corps de ville, par une hospitalière, un trésorier, un syndic et un prieur12. C’est à l’initiative du chanoine Jean Duvergier de Hauranne, dit « l’Ange », neveu de l’abbé de Saint-Cyran, que le bureau va voir le jour. Alarmé par le grand désordre des affaires et l’état pitoyable de la maison, le bon abbé suggère comme remède l’adoption d’une institution, qui, remarque-t-il, a déjà donné de bons résultats dans plusieurs villes13. Le projet prend consistance avec son cousin, Duvergier de Bellay, qui est premier échevin et trésorier de l’hôpital. En 1664, un bureau de quatre directeurs est établi, à l’occasion d’une sorte de refondation de l’hôpital. Le vieil hôpital Saint-Nicolas perd son nom pour prendre de façon significative celui de saint Léon, patron de la ville14. Cette refondation sera bientôt accompagnée d’un déménagement à l’intérieur des murailles, déterminé par la fréquence de l’état de guerre15.

  • 16 Nicolas Boyer (1469-1539), conseiller au grand conseil, avait dans un premier temps légué à l'hôpi (...)

5Quelle est la composition des quatre bureaux ? Elle est assez bien connue, mais a sensiblement varié au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, souvent dans le cadre de ce que nous appellerons la querelle des fondateurs. A Bordeaux, selon les volontés expresses du chanoine Vital Caries, l’hôpital avait été placé sous le contrôle de la jurade. Mais, au XVIe siècle, le très important legs du président Boyer16 avait permis à un parlement de plus en plus puissant de s’immiscer dans les affaires hospitalières et de réduire peu à peu le patronat des jurats à un contrôle nominal. En 1718, des lettres patentes étaient venues consacrer cette prééminence parlementaire. La même prééminence des magistrats se manifeste dans l’autre ville parlementaire de notre échantillon, Pau ; sans qu’ici il y ait pour autant querelle de fondation. A Pau, traditionnellement, le corps de ville administrait les affaires de la cité, et par conséquent l’hôpital, en vertu des privilèges accordés par les anciens vicomtes de Béarn. Affolé par « le grand désordre » des affaires de l’établissement, le corps de ville met en place en 1665 une co-gestion de l’hôpital par le corps de ville et par le parlement. Cette co-administration des deux corps, établie en douceur, résulte surtout de la volonté personnelle du premier président Thibaud de Lavie qui, à l’exemple de son père Bernard de Lavie, cherche à faire progresser la Réforme catholique à Pau, aux dépens des influences protestantes encore vivaces.

  • 17 A.M. Bayonne, GG 240. mémoire de 1738.

6Donc, partout ou presque, les corps de ville reculent, de gré ou de force. Ils lâchent pied essentiellement devant la puissance des parlements ; mais, à l’occasion, ils sont aussi contestés par des administrateurs, qu’ils ont pourtant mis en place dans le bureau. Tel est le cas à Bayonne à la fin du XVIIe siècle et dans la première moitié du XVIIIe siècle. Face aux directeurs du bureau, pourtant issus de la bourgeoisie échevinale, qui ont la constante prétention de s’émanciper, les échevins et jurats ne cessent de répéter que l’hôpital est, selon leur formule, « un patrimoine » de la ville de Bayonne17. « Comme le détail de cette administration leur emportoit beaucoup de temps », les échevins s’en sont en quelque sorte débarrassés sur un bureau, mais, « soit repentir, soit inquiétude », ainsi que le note finement Mgr. de Bellefont, ils ont ensuite multiplié les tentatives pour se remettre en possession du gouvernement de l’hôpital.

  • 18 Statuts de l’hôpital Saint-André de Bordeaux, Bordeaux, J. Chappuis, 1739, in-4°, 45 p.

7Bien que nos quatre établissements soient de taille assez contrastée, la composition des bureaux présente quelques similitudes. A Saint-André de Bordeaux, conformément aux statuts de 173618, le bureau comprend dix-huit membres : l’archevêque, le premier président à mortier, quatre conseillers au parlement, un de « messieurs les gens du roi au parlement », deux conseillers à la cour des aides, le chantre de la primatiale Saint-André, trois jurats et cinq bourgeois. Trois groupes, d’importance et de prestige fort inégal, tendent donc à se dégager dans ce conseil d’administration : d’une part la noblesse parlementaire, d’autre part la bourgeoisie municipale, enfin deux membres du haut clergé, qui, bien que numériquement minoritaires, symbolisent l’autorité morale d’un ordre, auquel était traditionnellement dévolue l’assistance. A Pau, le bureau dont les effectifs passent de 6 à l’origine, à 16 environ, comprend des parlementaires et des jurats. La réunion hebdomadaire au domicile même du premier président témoigne éloquemment de la prééminence parlementaire. A partir de 1750, à la suite de lettres patentes, le bureau associe à sept « adminstrateurs nés » six directeurs électifs désignés à vie. En fait, la composition sociale demeure identique. Enfin, à Bayonne, le bureau, présidé par le premier échevin, comprend quatre directeurs, qui sont dits « bourgeois ». Lors de la création du bureau en 1664, ils ont été élus et se renouvellent ensuite par cooptation.

  • 19 Edit de 1695. Article 29. L’édit est confirmé par la déclaration de 1698.
  • 20 Cadilhon François, L’honneur perdu de Monseigneur Champion de Cicé. Dieu, gloire et société à la f (...)

8Telle est la théorie, mais il en va quelque peu différemment dans la pratique, comme le montre l’étude du clergé dans l’administration hospitalière. Trois des quatre villes étudiées sont des sièges épiscopaux. Or, en vertu de ledit de Versailles de 1695, les évêques ont de droit la présidence des hôpitaux19. L’archevêque de Bordeaux bénéficiait déjà de cet honneur ; à l’avenir, les évêques de Bayonne et de Dax vont prétendre l’exercer, tout au moins à l’occasion. A Bordeaux, au XVIIIe siècle, les archevêques ne portent qu’un intérêt inégal au bureau de l’hôpital. Mgr. Bazin de Bezons et Mgr. d’Argenson ne s’y présentent que de façon épisodique ; ainsi, en 1720, d’Argenson ne fait que quatre apparitions ! En revanche, Mgr. d’Audibert de Lusssan se montre assez assidu. Entre juin 1764 et l’automne 1769 marqué par sa disparition, il préside 100 des 194 séances ordinaires et extraordinaires du bureau. Cette conscience sacerdotale ne se retrouve malheureusement pas chez ses deux successeurs de la fin de l’ancien régime. Mgr. de Rohan ne réside guère ; quant à Champion de Cicé, l’« évêque-administrateur » par excellence, bien connu grâce aux travaux de François Cadilhon20, il ne préside le bureau que de façon épisodique et disparaît prématurément du registre des délibérations le 7 mai 1786, marqué qu’il est par le tropisme parisien.

  • 21 A.M. Bayonne, GG 240/47. Lettre à Amelot, 25 février 1741. L’évêque, qui désapprouve le procès ent (...)
  • 22 A.M. Bayonne, GG 240/66. Transaction entre l’évêque de Bayonne, le corps de ville et les administr (...)

9Si, à Bordeaux, les archevêques, personnages très puissants, ne ressentent pas la nécessité de se manifester, il en va différemment à Bayonne ou à Dax. Dans la capitale du Labourd, l’évêque entend user de ses prérogatives présidentielles, surtout dans les années 1740, à l’occasion des tensions entre le corps de ville et les directeurs. En 1738, Mgr. de Bellefont proteste contre des assemblées du bureau, décidées par le maire, « sans que ce fut de son mandement et sous son autorité ». Protestation à laquelle le corps de ville répond avec une apparente déférence, en stigmatisant cependant la négligence du prélat qui, bien que pourvu du siège bayonnais depuis trois ans, n’aurait pas encore visité l’hôpital, ni honoré le bureau de sa présence. Et le corps municipal de poursuivre : « Mgr. l’évêque ne venant jamais aux assemblées de la ville, il ne convenoit pas de l’y inviter, que d’ailleurs depuis son arrivée dans son diocèse, s’étant tenu à son séminaire qui est hors la ville, il n’étoit point à portée d’être consulté sur les affaires de l’hôpital avec lequel il n’a eu jusqu’à présent d’autre relation ». Finalement, Mgr. de Bellefont négocie directement avec Versailles par-dessus la tête du corps de ville et du bureau21. Après l’épiscopat de Mgr. de Beaumont, l’apaisement est l’œuvre de Mgr. Guillaume Darche, qui ménage la transaction de 174622.

  • 23 Degert abbé A., Histoire des évêques de Dax, Paris, Beauchêne, 1903, 484 p.
  • 24 Né à Avignon dans une famille ancienne au service de l’Eglise, Mgr. d’Aulan, dont la « trop grande (...)
  • 25 Les Barnabites dirigent le collège de Dax depuis 1631. Considérant la congrégation très « contamin (...)

10A Dax, nous retrouvons la même volonté d’affirmation épiscopale23. Le protagoniste est ici Mgr. Louis-Marie de Suarez d’Aulan, prélat à la forte personnalité24. Le contexte est l’extirpation de « mauvaises herbes » jansénistes ; le sujet du débat, l’union des deux hôpitaux de la ville. En effet, Dax a deux établissements : le vieil et déclinant hôpital du Saint-Esprit, situé au nord de la ville dans une zone inondable, et l’hôpital Saint-Eutrope, au nord de la cathédrale, sur la rive gauche. Depuis 1712, les deux hôpitaux avaient même régime, même administration, mêmes ressources. La logique plaidait donc en faveur de la fusion ; et telle était la position de Mgr. d’Aulan dont le long épiscopat (1737-1771) marque profondément la ville. Mais, c’était compter sans l’opposition des Barnabites25 et de quelques notables jansénistes ou jansénisants, comme la puisssante famille des Borda. La tentative de 1766, suscitée par le rude hiver 1765-1766, échoue ; mais, finalement, le successeur d’Aulan, Charles-Auguste Le Quien de La Neufville, agit directement auprès de Louis XV et obtient, par lettres patentes en date du 17 mars 1778, la fusion des deux hôpitaux. A partir des exemples bayonnais et dacquois, on peut donc conclure à la très active participation des évêques, sinon à l’administration, du moins à la direction hospitalière, ce qui est plus important.

  • 26 Souligné dans le registre. A. H. Pau, E 56, fol.51, 16 octobre 1777.

11Si les évêques déterminent souvent les grandes orientations, l’administration au quotidien est cependant assurée par les simples directeurs. Du rôle des parlementaires au sein du bureau, nous ne connaissons pas grand-chose, car les archives hospitalières sont peu disertes sur leur compte. Tout au plus, savons-nous que leur action semble avoir été inégale et discontinue. Par exemple, à Pau, le premier président Raymond de Dalon, installé en mai 1685, manifeste au début un complet désintérêt, alors que plus tard il sera le grand rénovateur de l’institution hospitalière. Quelques indices glanés çà et là permettent d’entrevoir un intérêt pour le caractère religieux de l’établissement. En cela, les parlements de Bordeaux et de Pau confirment leur caractère bien connu de bastions du catholicisme en Aquitaine. De façon révélatrice, on voit le bureau palois décider en 1777 qu’à l’avenir on célèbrerait un service religieux pour les administrateurs qui viendraient à décéder. Cette décision conjoncturelle est déterminée par le décès la veille du premier président Lacaze. « Le service pour M. de Lacaze – est-il précisé – a été fait aujourd’hui dans la chapelle de l’hôpital auquel ont assisté tous les administrateurs présents en ville, Messieurs les chapelains, MM. les médecins et chirurgiens et autres personnes tant du corps de la noblesse que autres. La messe a été chantée par M. de Camplong, en présence de Mgr. l’archevêque d’Auch »26.

  • 27 Le nom de Kater est mentionné à plusieurs reprises comme administrateur entre 1744 et 1757.

12Les administrateurs bourgeois semblent être impliqués de façon plus continue que les parlementaires. A Bordeaux, les huit adminstrateurs qui représentent la ville sont pour la plupart des avocats et des négociants, certains étant aussi illustres que François de Kater, le grand négociant d’origine hollandaise27. C’est d’ailleurs parmi eux qu’est choisi le syndic, véritable cheville ouvrière de l’établissement. Ces « administrateurs bourgeois », ainsi qu’on les dénomme, sont souvent capables de grands dévouements, comme cet Alexis Dubergier, qui demeure au bureau pendant quarante-cinq ans et ne se retire en 1787 que vaincu par les infirmités. L’engagement est cependant très variable. Par exemple, en 1720, sur les cinq adminstrateurs bourgeois, deux, très assidus, ne manquent que 5 des 41 séances. En revanche, les trois autres sont absents respectivement 16, 28 et 35 fois !

  • 28 A.M. Bayonne, GG 240 : 66. Transaction du 25 mai 1746.

13A Dax et à Bayonne, les directeurs, notables bourgeois, sont des avocats et des négociants. Ce sont pour la plupart d’anciens échevins ou jurats. L’obligation d’être passé par le corps municipal pour accéder au bureau de l’hôpital, apparemment variable selon les époques à Bayonne, est l’objet au XVIIIe siècle de vives discussions entre l’évêque, le corps de ville et le bureau. Dans la pratique, elle semble assez largement suivie ; tel est le cas entre 1663 et 1721, où tous les directeurs ont été choisis parmi les anciens magistrats de la ville28.

  • 29 A.M. Bayonne, GG 240/26. 20 décembre 1738. Assemblée convoquée par le maire, Jean Louis de Rol Mon (...)

14Toute cette bourgeoisie municipale témoigne ou semble témoigner d’une infinie sollicitude pour les pauvres malades. Tel est tout au moins le discours tenu dans les délibérations, discours qui monte d’ailleurs en pathos dans les périodes de tension avec d’autres pouvoirs. Dans son conflit avec Monsieur de Bayonne, le corps municipal, qui argue discrètement de l’appui de l’intendant, en remontre même à l’évêque : c’est la ville -ose-t-il écrire -qui pense en premier « au salut et à la conservation des enfans infortunés et tristes fruits de la misère et du crime ».29

  • 30 A.M. Bayonne, GG 240/35. Mémoire du Sr. Maire et échevins de Bayonne pour répondre à celui de l’év (...)

15La réalité dans le dévouement correspond souvent au discours ; cela dit, on ne se bouscule pas pour entrer au bureau de l’hôpital. Toujours à Bayonne, en 1738, le corps de ville décide de réduire le nombre des directeurs de huit à cinq, en mettant en avant la difficulté de trouver des volontaires. « On étoit souvent en peine – est-il précisé – de trouver des sujets pour remplir les différents corps dont la ville est composée »30. Tels sont les notables, simplement entrevus dans les fonds d’archives très lacunaires. Si quelques individus sortent de l’ombre, si certaines familles au service de la cité s’imposent, il est cependant matériellement impossible de dresser une sérieuse prosopographie de ces directeurs.

  • 31 A.M. Bayonne, GG 240/33 (3). Mémoire des maire, échevins et jurats, 1730. En 1730, le roi ne verse (...)
  • 32 A.H. Pau, E 52. Délibération du 31 janvier 1687, fol.83.
  • 33 Il s’agit ici uniquement des charges bourgeoises. Ce rappel à l’ordre de 1723 concerne les procure (...)

16Dans cette bourgeoisie municipale hospitalière, les moins mal connus sont peut-être les trésoriers, car ils sont en première ligne. Les constantes difficultés financières, avec la longue litanie des débiteurs défaillants, des aides royales non versées, du « refroidissement des charités »31 les font apparaître à tous moments dans les fonds d’archives. Le ou les trésoriers exercent leur charge bénévolement et sont responsables sur leurs deniers, des erreurs, des omissions, des manques. Cette responsabilité pécuniaire peut déboucher sur la prison. A Pau, il est bien précisé que « tout compte relicataire est contraignable par corps de plein droit ». Certes, la charge n’est qu’annuelle, mais les Palois tentent de se dérober par tous les moyens. En 1687, le sieur de Labénézie se lamente d’avoir été « assez malheureux que d’avoir été nommé trésorier des pauvres ». Ses inquiétudes sont prémonitoires, puisqu’il finira en prison32. Toute élection de trésorier donne lieu à des désistements en cascade. Christian Desplat nous conte avec humour l’histoire du sieur Ducos, faisant savoir au jurats, « qu’il avoit la goutte, étoit noble, père de cinq enfants, n’habitant plus Pau », et l’élu défaillant joint force certificats de son médecin, de son curé, de jurats et d’un chirurgien. Le trésorier idéal est donc un oiseau rare. Il ressort des différentes délibérations du corps de ville de Pau que le trésorier exemplaire doit être bourgeois, habitant de la ville ou voisin, catholique, lettré et instruit dans les affaires, solvable, en bonne santé, avec l’expresse volonté de gérer les deniers des pauvres « en bon père de famille ». La menace pesant sur la tête des trésoriers n’est pas de pure forme, comme le montre la triste aventure du trésorier palois Touronger. Il est arrêté en 1693, ses biens sont saisis et il décède en prison la même année. Le trésorier Cousseau, qui opère dans une période particulièrement difficile, 1706-1710, connaît des déboires identiques. Le contrôle de l’année 1710 révèle l’ampleur du « désordre », soit un « trou » de 4 000 livres, équivalent à une année de fonctionnement. Il est jeté en prison, ses biens sont saisis et vendus, jusqu’au dernier, c’est-à-dire sa propre maison. La fuite devant cette charge est telle, qu’en 1702, le bureau palois annule le caractère bénévole des fonctions de trésorier (mais pas la responsabilité pécuniaire) et amorce donc une sorte de professionnalisation. Mais, la faible rémunération (100 livres) est insuffisante pour inverser le mouvement. Pour forcer la main, le corps de ville rappelle vigoureusement que « nul ne peut être admis aux charges honorables, sans avoir subi les onéreuses, qui sont celles de trésorier de l’hôpital et de garde de la ville »33. Mais, tous ces efforts sont peine perdue.

  • 34 Jean-Jacques de Bethmann, consul d’Autriche, originaire de Francfort-sur-le-Main, qui est marié un (...)

17A Bordeaux, la situation n’est pas plus brillante. Le bureau de l’hôpital Saint-André, où les parlementaires dominent, se rallie à une solution désespérée, d’une brutale efficacité : faire supporter aux trésoriers le déficit annuel. Les « marchands portugais et espagnols », c’est-à-dire les Juifs, s’étant rachetés des charges de trésoriers par un don de 11 000 livres en 1693, année particulièrement tragique, les trésoriers de Saint-André sont douze « jeunes gens », marchands et négociants désignés par les jurats et forcés « à faire le service des pauvres et à fournir au déficit des dépenses journalières », « ce qui est une tâche onéreuse pour le commerce », ajoutent les intéressés. Depuis l’arrêt obtenu en 1746 par Tourny, la part du déficit qu’ils doivent couvrir est limitée à 8 500 livres. A l’époque, ces 8 500 livres correspondent au déficit d’une année « normale », mais les crises de subsistances viennent balayer cette notion équitable. Par exemple, en 1748, les rentrées ordinaires sont mangées dès le mois d’août. En 1771, année difficile entre toutes, les trésoriers avancent 24 000 livres pour les dépenses les plus urgentes et se voient cependant réclamer à titre personnel toutes les dettes de l’hôpital. Dès lors, la situation des trésoriers devient de plus en plus tragique, menacés qu’ils sont de contrainte par corps et de saisie par une meute de créanciers. On assiste à d’interminables luttes en haut lieu entre les trésoriers appuyés par l'intendant et le bureau de l’hôpital soutenu activement par le parlement de Bordeaux. Cependant, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, le choix des trésoriers parmi les négociants et les armateurs des Chartrons, et non plus parmi les obscurs marchands du quartier de la Rousselle, contribue dans une certaine mesure à atténuer les tensions, en assurant à l’hôpital le concours d’immenses fortunes. Paul Butel a bien montré que les grands négociants millionnaires n’étaient pas rares à Bordeaux à la fin de l’ancien régime. Des personnages aussi illustres que Jean-Jacques de Bethmann34 accèdent alors à la trésorerie et des familles aussi fortunées que les Nayrac assurent les redoutables fonctions. Certaines années, les riches négociants étrangers représentent un tiers de l’effectif des trésoriers : par exemple, ils sont quatre en 1778, cinq en 1786.

  • 35 A.M. Bayonne, GG240 : 21. Addition au mémoire des maire, échevins et jurats de Bayonne contre les (...)

18Qu’elle soit volontaire ou le fruit du hasard, la tendance à se rabattre sur les étrangers (étrangers de nation, ou simplement régnicoles étrangers à la ville) se retrouve à Bayonne dans le bureau. Dans la capitale du Labourd, le corps de ville s’est pratiquement débarrassé de l’administration de l’hôpital, en la confiant à un bureau de quatre « bourgeois ». Au départ, ces directeurs sont l’émanation du corps de ville, mais, par le système de la cooptation, s’opère un glissement en faveur de Bayonnais, d’installation récente qui, de toute évidence, ne plaisent pas aux vieilles familles échevinales. A cet égard, les propos du corps de ville ne sont pas équivoques : « Il est aisé d’apercevoir que les directeurs cherchent à secouer toute dépendance de la ville. Ils cherchent à s’attribuer une juridiction particulière, qui n’a pour fondement que leur prévention et leur passion. Depuis quelque temps, la plupart des directeurs qui sont nommez sont des étrangers, qui ne sont attachez à la ville que par les alliances qu’ils ont contracté et leur conduite justifie, qu’ils n'on point épousé les sentiments du véritable citoyen. Ils ne balancent pas à faire un divorce d’éclat avec la ville. Ils affectent de n’en point connaître l’autorité »35. A Bayonne, la coupure semble donc nette entre corps de ville d’un côté, et négociants animant le bureau de l’autre. Le corps de ville, composé de « gentilshommes, rentiers, avocats » est considéré, à tort ou à raison, par les milieux marchands, comme peu apte à connaître « la capacité des négociants ».

19Au total, les directeurs de second rang, disons les « bourgeois », et surtout les trésoriers, n’ont pas une existence de tout repos. Ils sont un peu les victimes et la mauvaise conscience des éléments dominants, corps de ville et surtout parlementaires. Parviennent-ils au XVIIIe siècle à infléchir une dure réalité, à mettre en avant de nouvelles et efficaces méthodes de gestions ? Il est difficile de répondre, car les archives demeurent désespérément muettes et le chercheur se heurte au mur de muettes comptabilités, qui plus est, fragmentaires. Partout, les trésoriers se plaignent de la brièveté de leur mandat pour une connaissance suivie des affaires, tout en redoutant à titre personnel un allongement très pénalisant pour leur patrimoine. A Bordeaux, les trésoriers insitent sur le fait que la brièveté de leurs fonctions leur permet rarement « d’approfondir la nature des revenus de l’hôpital et les facultés et l’esprit des débiteurs ».

  • 36 En 1789, existent huit points de ventes : un à l’intérieur de l’hôpital (le plus ancien, qui au dé (...)
  • 37 En revanche, on peut signaler pour un autre hôpital bordelais, celui des incurables, l’initiative (...)

20C’est à Bordeaux que l’on peut le mieux saisir les nouveautés dans les méthodes de gestion. Les revenus annuels oscillent entre 60 000 et 110 000 livres dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Ils proviennent pour environ 40 % des loyers d’une cinquantaine de maisons et échoppes bordelaises, pour 25 % de rentes seigneuriales et de rentes constituées, enfin pour 20 à 25 % de l’afferme des bancs carnassiers et du privilège de débit de la viande pendant le Carême. A ces trois revenus fondamentaux s’ajoutent quelques revenus casuels : droit de 1 % sur les exportations bordelaises de grains et farines, monopole de la location des tentures de deuil, produit des quêtes et troncs, legs de bienfaiteurs... Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, les négociants font un effort remarquable pour accroître les revenus, et en premier lieu les loyers. L’hôpital ne possédant que de mauvaises échoppes et des maisons branlantes dans les rues qui le cernent et sur les quais, immeubles occupés par de misérables artisans et par des marins pour la plupart insolvables, ces maisons sont reconstruites pour profiter du boom immobilier du grand port. La réalisation la plus remarquable concerne cinq maisons de la rue Fondaudège, près de la Croix de Seguey, qui sont l’œuvre des fameux architectes, les Laclotte. Les étaux de Carême ne rapportant pas assez, on les multiplie dans la ville et les faubourgs et le produit triple presque dans la dernière décennie de l’ancien régime36 Enfin, l’hôpital Saint-André se lance dans la réaction seigneuriale, plus peut-être à l’initiative des parlementaires du bureau, (propriétaires ruraux avisés, qui sont en train de « construire » le Médoc) que des négociants. C’est ainsi qu’en 1780, un féodiste est engagé pour établir un terrier et une liève et pour procéder à la réduction des agrières en rentes fixes en argent. La course aux revenus, stimulée par l’esprit pratique des négociants, est lancée à grande échelle. Il est cependant un domaine où leur sagacité fait défaut, ce sont les charités publiques qui ne cessent de décliner. Les troncs, les quêtes rapportent de moins en moins et l’archevêque de Bordeaux, généralement absent du bureau, ne fait rien pour réveiller la générosité de ses ouailles37.

  • 38 D’après un médecin du XVIIIe siècle, l’hôpital est au centre d’un cloaque. Au nord, les bâtiments (...)

21Ce dynamisme des trésoriers-négociants amène même le bureau de Saint-André à envisager, avec une audace et un sens des responsabilités qui l’honore, l’indispensable reconstruction du croulant édifice, datant pour l’essentiel des XVIe et XVIIe siècles. Certes, il y avait eu auparavant pour les hôpitaux du Sud-ouest quelques adjonctions, quelques rénovations, mais jamais de reconstruction intégrale et à grande échelle. A Bordeaux, deux possibillités se présentent, soit l’agrandissement sur place, soit la reconstruction ailleurs. Finalement, la mauvaise volonté de la jurade à céder l’emplacement de l’ancien séminaire Saint-Raphaël, le regrettable site de cuvette38, le délabrement incroyable des locaux imposent la seconde solution. En 1787, voulant établir une « sorte d’émulation d’autant plus belle qu'elle doit tourner au bien de l’humanité », le bureau lance à grand bruit une souscription de 1 500 000 à 2 000 000 de livres. Nous ignorons malheureusement si la promesse de graver sur des tables de bronze le nom des principaux bienfaiteurs et de conserver celui des autres dans un grand registre fut suffisante pour inciter les Bordelais à délier les cordons de leur bourse. C’est seulement au XIXe siècle que le nouvel hôpital Saint-André, toujours en service, verra le jour.

  • 39 La formation est plus destinée au port de Bayonne qu’à l’hôpital. Le corps de ville écrit à l’inte (...)

22Par-delà la gestion, les bureaux ont-ils une politique de médicalisation des établissements ? Il est difficile de le dire, car les archives sont pratiquement muettes à ce sujet. Les médecins, les chirurgiens, tous en nombre réduits, n’apparaissent guère que dans les comptabilités. A Bayonne, par exemple, le corps de ville semble peu sensibilisé aux problèmes médicaux ; aucun médecin d’ailleurs n’étant échevin ou jurat. En 1733, un cours de chirurgie et d’anatomie est bien fondé à l’hôpital Saint-Léon, mais c’est à l’initiative, non du corps de ville, mais de Destandau, premier médecin de la reine douairière d’Espagne, Marie-Anne de Neubourg. Cet enseignement, destiné à fournir de bons chirurgiens et de « bons opérateurs » est créé en fait pour retenir un des enfants du pays, Jean Pierre Delzart, formé à Paris, prêt à succomber aux sirènes de la Compagnie du Guipuzcoa, établie à Saint-Sébastien39. Apparemment, cette initiative intéressante n’a eu qu’une existence éphémère.

  • 40 Girou Jean-Marie, Contribution à l'histoire de la médecine de Bordeaux : l’hôpital Saint-André et (...)

23A Dax, nous ne sommes pas mieux informé sur les initiatives médicales du bureau. Tout au plus entrevoit-on au XVIIIe siècle un recours intéressant aux bains de boue, surtout pour les soldats malades, en provenance de la garnison de Bayonne, militaires hospitalisés à Saint-Eutrope. Le niveau médical de l’établissement semble honorable et l’hôpital Saint-Eutrope a droit à la fin de l’ancien régime à un long article élogieux du Dacquois Grateloup dans le Journal de Médecine, Chirurgie et Pharmacie de Paris. A Bordeaux enfin, parmi les médecins qui se succèdent à un rythme soutenu, on remarque Paul-Victor de Sèze et surtout Betbeder. En 1764, ce dernier reçoit une gratification royale pour avoir informé Richard, médecin général des hôpitaux militaires et de charité des maladies les plus courantes à Saint-André. Betbeder, en collaboration avec ses collègues, organise dans le vieil hôpital des cours de médecine pratique, de chirurgie et de médecine opératoire. C’est donc à juste titre que J.M.Girou a pu parler d’une « Ecole de médecine de Saint-André »40, école qui a pu disposer du soutien éclairé du bureau et d’un important appareillage médical. En bref, on a le sentiment que les initiatives thérapeutiques sont bien venues des médecins, ce qui est logique, mais que les bureaux ont su les appuyer à l’occasion.

24En conclusion, cette étude comparative des bureaux de quatre hôpitaux aquitains présente plus d’ombres que de lumières. Elle fait cependant apparaître la complexité de ces organismes, les disparités, les tensions. Les hôpitaux sont le théâtre d’immenses dévouements, mais aussi le champ clos de rivalités pas toujours avouables. En fait, les bureaux sont comme des microcosmes des villes qui les mettent en place. La variété de taille de ces structures est également un bon indicateur du niveau urbain. En 1790, tous ces bureaux typiques de l’ancien régime s’effondrent. Clercs et parlementaires, tous notables anciennement dominants, sont écartés. Certes, les administrateurs « bourgeois » restent en place quelque temps ; mais, désormais c’est une autre histoire.

Notes

1 Les hôpitaux y sont traités dans les flux de population, et non dans leur fonctionnement. Jean-Pierre Poussou, Bordeaux et le Sud-Ouest au XVIIIe siècle. Croissance économique et attraction urbaine, Paris, Ed. EH SS, 1983, 650 p. Desplat Christian, Pau et le Béarn au XVIIIe siècle, Biarritz, JD Ed., 1992, 2 t., 1284 p. Josette Pontet-Fourmigue, Bayonne, un destin de ville moyenne à l'époque moderne, Biarritz, JD Ed., 1990, 709 p.

2 Philippe Loupès, L’hôpital Saint-André de Bordeaux au XVIIIe siècle, dans Revue historique de Bordeaux et du département de la Gironde, 1972, p. 79-111.

3 Voir Bernard Lesquibe, Recherches sur l'hôpital de Dax au XVIIIe siècle ; Mémoire de maîtrise Université de Bordeaux III, 1974, 2 t., 86 et 170 p.

4 Toute l’information sur l’hôpital de Pau nous a été généreusement fournie par Christian Desplat. Il s’agit de tout un chapitre, qu’il n’avait pu intégrer dans sa thèse, pour des raisons de volume. Qu’il trouve ici l’expression de notre vive gratitude. Par ailleurs, il existe une étude sur les pauvres mendiants, mais elle est centrée sur le dépôt de mendicité ; F. Mazoua, Mendicité et misère à Pau et en Béarn dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, mémoire de maîtrise Université de Bordeaux III, 2 t.

5 Voir Gilles Delignac, Les prieurés dans le diocèse de Bordeaux aux XVIIe et XVIIIe siècles, Mémoire de maîtrise Université de Bordeaux-II, 1987, 2 t., 149 et 69 p. Au XVIIIe siècle, ne subsitent dans le diocèse de Bordeaux que six hôtels-Dieu : Bordeaux, Libourne, Blaye, Bourg, Cadillac et Saint-Macaire. A lui seul, l’hôpital Saint-André de Bordeaux a plus des deux tiers de la capacité en lits du diocèse.

6 Au milieu du XVIIIe siècle, Dax a 4500 habitants. Voir Etat des âmes de la ville d’Acqs en 1741, avec commentaires du docteur Aparasi-Serres, Revue de la Société de Borda, 1930.

7 Voir Paul Courteault, Le vieil hôpital Saint-André de Bordeaux, Bordeaux, 1944, p. 19.

8 L’hôpital de la Manufacture de Pau, étudié ici, est distinct de l’hôpital des malades, que l’on dénomme « hôpital ancien » pour le différencier.

9 L’importante aide royale n’étant plus versée, les mendiants sont renvoyés et Saint-Léon reprend son statut premier d’hôpital particulier.

10 Voir A. Foltzer, Au temps jadis de Bayonne, les hôpitaux, 4e série, 1940, p.47-49. A deux reprises, en 1687 et en 1719, les intendants avaient manifesté leur intérêt pour la création d’un hôpital de la manufacture. Mais ce n’est qu’en 1756 que le corps municipal, en la personne du maire Picot, se montre favorable. L’inspecteur général des manufactures de la généralité d’Auch, Carget, conseille un établissement fabriquant des bas de laine. Une maison est louée face au Château-vieux. Les premiers essais avec dix enfants mendiants sont encourageants. Les bas fabriqués à partir de laines locales sont considérés comme supérieurs à ceux en provenance d’Angleterre et d’Espagne, et trouvent un débouché aux Isles, au Canada et chez les marins. Mais ensuite, en dépit de l’immense dévouement du directeur Larue, l’établissement périclite et ferme en 1779.

11 Il s’agit des hôpitaux d’Arancou, de Gourbera et de Taller. Le statut d’hôpital général impose la construction d’un étage supplémentaire et l’achat de terrains en 1728 et 1730.

12 L’hospitalière, maîtresse femme nommée par le corps de ville, s’installait avec son mobilier. Le trésorier, nommé pour deux ans, était en général un ancien jurat ou un ancien échevin. Ses fonctions étaient bénévoles. Le prieur, moins puissant qu’aux origines, ne dépendait pas du corps de ville, mais de l’ordinaire. C’était généralement un prébendier de la cathédrale.

13 Jean Duvergier de Hauranne lance son projet en septembre 1650. Il déplore en particulier la brièveté du mandat du trésorier (deux ans seulement), qui ne lui permet pas d’être efficace. Mais, J. Duvergier de Hauranne meurt en 1652, avant d’avoir vu son plan se réaliser.

14 A. M. Bayonne, GG 240/1. Extraits des registres de l’hôtel-Dieu de Bayonne, 31 décembre 1663 et 14 janvier 1664. Le nom d’hôpital Saint-Nicolas va subsiter encore plusieurs années dans la pratique.

15 En 1674, durant la guerre de Hollande, Louis XIV ordonne à la ville de Bayonne la destruction des bâtiments à proximité des fortifications. L’hôpital Saint-Léon est installé définitivement dans la maison Dagorette, sur les bords de la Nive (actuel Musée basque) en 1690.

16 Nicolas Boyer (1469-1539), conseiller au grand conseil, avait dans un premier temps légué à l'hôpital un vaste emplacement. Puis, par son testament en date de 1538, il avait institué l’hôpital son légataire universel.

17 A.M. Bayonne, GG 240. mémoire de 1738.

18 Statuts de l’hôpital Saint-André de Bordeaux, Bordeaux, J. Chappuis, 1739, in-4°, 45 p.

19 Edit de 1695. Article 29. L’édit est confirmé par la déclaration de 1698.

20 Cadilhon François, L’honneur perdu de Monseigneur Champion de Cicé. Dieu, gloire et société à la fin du XVIIIe siècle, Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, 1996, 287 p.

21 A.M. Bayonne, GG 240/47. Lettre à Amelot, 25 février 1741. L’évêque, qui désapprouve le procès entre le corps de ville et les directeurs, procès pendant devant le parlement de Bordeaux, requiert du roi un arrêt en forme de règlement définitif pour l’hôpital. La même année, Mgr. de Bellefont est transféré au siège archiépiscopal d’Arles. Le célèbre Christophe de Beaumont lui succède à Bayonne. En 1745, Beaumont est transféré à Vienne, puis en 1746 à Paris.

22 A.M. Bayonne, GG 240/66. Transaction entre l’évêque de Bayonne, le corps de ville et les administrateurs de l’hôpital Saint-Léon, 25 mai 1746. L’évêque est de droit le président (en son absence, le premier échevin). Les enfants trouvés seront reçus avec un billet du maire. Le bureau comprendra six directeurs, choisis indifféremment dans le corps de ville ou ailleurs.

23 Degert abbé A., Histoire des évêques de Dax, Paris, Beauchêne, 1903, 484 p.

24 Né à Avignon dans une famille ancienne au service de l’Eglise, Mgr. d’Aulan, dont la « trop grande vivacité » (d’après l’abbé de Nicolay, agent du clergé) est bien connue, considère que la ville de Dax est, selon ses termes, troublée « par l’opiniâtreté de dix ou douze personnes ». Les bastions jansénistes sont le couvent des Clarisses et surtout celui des Ursulines. Mgr. d’Aulan a régulièrement les honneurs des Nouvelles Ecclésiastiques.

25 Les Barnabites dirigent le collège de Dax depuis 1631. Considérant la congrégation très « contaminée » par le jansénisme, Suarez d’Aulan refuse de leur confier la direction du petit séminaire nouvellement créé. Les Barnabites bloquent le projet de fusion hospitalière, car ils détiennent le prieuré du Saint-Esprit, lié au même hôpital. L’évêque considère la chapelle des Barnabites du prieuré Saint-Esprit comme un cénacle jansénsite. Une source intéressante est le Pamphlet contre les soitdisant syndic et administrateurs de l'Hôpital de la ville de Dax par Dom Maurice Guillermon, religieux barnabite, Bordeaux, Phillippot, 1779.

26 Souligné dans le registre. A. H. Pau, E 56, fol.51, 16 octobre 1777.

27 Le nom de Kater est mentionné à plusieurs reprises comme administrateur entre 1744 et 1757.

28 A.M. Bayonne, GG 240 : 66. Transaction du 25 mai 1746.

29 A.M. Bayonne, GG 240/26. 20 décembre 1738. Assemblée convoquée par le maire, Jean Louis de Rol Montpellier, à l’hôpital, pour procéder à l’élection de deux nouveaux directeurs. Huit directeurs sont présents, ainsi que l’évêque.

30 A.M. Bayonne, GG 240/35. Mémoire du Sr. Maire et échevins de Bayonne pour répondre à celui de l’évêque, 1738.

31 A.M. Bayonne, GG 240/33 (3). Mémoire des maire, échevins et jurats, 1730. En 1730, le roi ne verse déjà plus les secours promis par la déclaration de 1724.

32 A.H. Pau, E 52. Délibération du 31 janvier 1687, fol.83.

33 Il s’agit ici uniquement des charges bourgeoises. Ce rappel à l’ordre de 1723 concerne les procureurs du parlement.

34 Jean-Jacques de Bethmann, consul d’Autriche, originaire de Francfort-sur-le-Main, qui est marié une française, est le plus gros armateur, commissionnaire et marchand de Bordeaux.

35 A.M. Bayonne, GG240 : 21. Addition au mémoire des maire, échevins et jurats de Bayonne contre les directeurs et administrateurs de l’hôpital Saint-Léon, s.d. (vers 1736).

36 En 1789, existent huit points de ventes : un à l’intérieur de l’hôpital (le plus ancien, qui au départ fut unique), deux aux Chartrons, un place Dauphine pour le faubourg Saint-Seurin, un porte Tourny, un place du Grand-Marché, un porte de la Grave et un porte d’Aquitaine.

37 En revanche, on peut signaler pour un autre hôpital bordelais, celui des incurables, l’initiative très intéresssante de son syndic qui, en 1777, sollicite de l’archevêque un salut mensuel du Saint-Sacrement. La fréquence des dévotions dans l’oratoire de l’hôpital aurait, pense-t-il, pour conséquence de « multiplier les occasions qui leur sont offertes (aux Bordelais) d’apprécier le mérite de cet établissement et concourir par leurs aumônes à en assurer la durée »

38 D’après un médecin du XVIIIe siècle, l’hôpital est au centre d’un cloaque. Au nord, les bâtiments hospitaliers sont bordés par la Devèze, ruisseau sans pente, qui recueille les ordures des maisons en amont et de l’hôpital lui-même. Tous les immondices séjournent au moins quatre mois dans l’année, en provoquant « une infection épouvantable », et ils ne peuvent être emportés que par les orages d’été.

39 La formation est plus destinée au port de Bayonne qu’à l’hôpital. Le corps de ville écrit à l’intendant : « Tous nos vaisseaux de pêche et de long cours sont obligés de prendre un chirurgien et, n’en trouvant pas, on est réduit souvent à se contenter d’un garçon barbier, sans principes, ni d’autre pratique que celle de la saignée. Nécessité funeste pour les équipages ». Cependant, l’hôpital n’est pas totalement oublié, puisque la gratuité de l’enseignement est prévue pour les enfants de la ville et les garçons chirurgiens dans les hôpitaux.

40 Girou Jean-Marie, Contribution à l'histoire de la médecine de Bordeaux : l’hôpital Saint-André et la Faculté de médecine et de pharmacie, Bordeaux, 1931.

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search