Version classiqueVersion mobile

Les administrateurs d’hôpitaux dans la France de l’ancien régime

 | 
Jean-Pierre Gutton

Les mécanismes de la stratégie sociale

Bienfaiteurs et administrateurs des hôpitaux locaux en France aux xviie et xviiie siècles

Daniel Hickey

Texte intégral

  • 1 Alain Croix, « Les notables ruraux dans la France du XVIIIe siècle : une clé de la sociabilité », d (...)
  • 2 Ibid, 55-56.

1L’étude de la direction et de l’administration des hôpitaux locaux en France aux XVIIe et XVIIIe siècles offre d’excellentes perspectives pour observer le comportement des notables locaux et les stratégies qu’ils adoptent afin de renforcer leurs positions socio-économiques dans la communauté. En effet, Alain Croix s’est récemment penché sur une série de problématiques liées aux réseaux d’influence de ces élites : comment ces notables locaux et agents d’influence ont-ils maintenu et accru leur exercice du pouvoir à l’intérieur de leurs « sphères » politique, sociale et économique ? Quels réseaux de relations ont-ils établis et employés ? Quels furent les signes de leur notabilité, les critères apparents qui leur permettaient d’être reconnus comme tel et de maintenir leur rang ?1 En établissant le cadre de travaux futurs, Croix souligne le rôle des notables « institutionnels » en indiquant qu’il s’agit d’une des catégories devant recevoir l’attention particulière des chercheurs.2 Parmi tous ces notables, se retrouvent les personnes qui furent impliquées dans la direction ou l’administration des hôpitaux locaux.

  • 3 Jean-Pierre Gutton, La Société et les pauvres : l’exemple de la Généralité de Lyon (Paris, 1971). B (...)
  • 4 Marco H.D. Van Leewen remarque à juste propos que, comme structures assurant la reproduction social (...)
  • 5 Conçu par Pierre Bourdieu, le cadre analytique cernant les processus de reproduction sociale a fait (...)

2Le rôle tenu par les notables dans le financement et l’administration des grands hôpitaux municipaux a déjà fait l’objet de recherches novatrices menées par Jean-Pierre Gutton, Brian Pullan, Kathryn Norberg et Sandra Cavallo.3 Ces études montrent que les hôpitaux constituent un lieu de rencontre important entre les riches et les pauvres de chaque communauté, un lieu où le statut social de chaque groupe se reconnaît et s’affirme.4 En se référant aux concepts théoriques de Pierre Bourdieu, le travail des notables au sein des structures caritatives apparaît ainsi comme une stratégie par laquelle ils renforcent, sinon accroissent, leur capital symbolique et leur statut à l'intérieur de la communauté, celle-ci étant considérée comme un tout.5

Les hôpitaux locaux en France

  • 6 Muriel Jeorger, « La structure hospitalière de la France de l’Ancien Régime », Annales E.S.C., XXXI (...)
  • 7 Ibid., 1028-1029.

3La présente étude s’intéresse à la problématique des élites locales en milieu hospitalier, plus précisément celui des petits hôpitaux, institutions modestes qui souvent apparaissent à la fin du moyen âge et demeurent encore en activité dans les villes et les villages français aux XVIIe et XVIIIe siècles. Réunies sous le terme générique d’hôpitaux, ces institutions regroupent un large éventail d’établissements, maisons des pauvres, hospices, maladreries et petits hôtels-Dieu, dispersés dans les petites villes et les villages du royaume. Les travaux de Muriel Jeorger sur les rapports soumis aux Comités des secours publics et au Comité de mendicité notent que, parmi les 1 961 institutions de santé en activité après 1781, 52,7 % des 1 398 hôpitaux et 33,85 % des hôtels-Dieu se trouvent dans des communautés de moins de 2 000 habitants. Quant aux 176 hôpitaux généraux, ils opèrent surtout en milieu plus fortement urbanisé, puisque seulement 3 % de ces établissements desservent des localités de moins de 2 000 habitants.6 Les 873 hôpitaux localisés dans les communautés relativement modestes se répartissent assez inégalement dans le royaume. Jeorger indique que leur distribution géographique favorise les aires au nord d’une frontière imaginaire tracée entre Saint-Malo et Genève, bien qu’il existe des concentrations de petits hôpitaux dans le sud, particulièrement dans les régions du Midi et le long des vallées du Rhône et de la Saône.7

4Cette recherche se penchera sur six de ces petits hôpitaux locaux situés dans des villes du nord-ouest et du sud-est de la France ayant une population oscillant entre 1 500 et 2 500 habitants. Ces institutions offrent une assise à l’observation des liens existant entre leurs charges administratives et les hommes et les femmes qui les assument, consacrant temps et souvent argent afin d’assurer la poursuite des opérations.

  • 8 Sur ce mouvement d’expropriation, voir Daniel Hickey, « L’Ordre de Notre-Dame de Mont Carmel à l’ép (...)

5En France, la plupart des petites institutions de charité ferment leurs portes au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, lorsque l’administration royale entreprend une série d’enquêtes dans le but d’identifier et d’éliminer les hôpitaux jugés sans raison d’être. En 1672, devant les difficultés rencontrées lors des efforts pour fermer ces derniers, l’Ordre hospitalier de Notre-Dame-du-Mont-Carmel et de Saint-Lazare reçoit de la couronne la mission de procéder à l’inspection de tous ces établissements de santé et, si besoin est, d’exproprier, les propriétés des institutions dont l’examen conclurait à l’inefficacité, au double emploi ou à la corruption.8 Les archives des hôpitaux urbains plus importants, qui se sont souvent accaparés des terres des établissements expropriés, conservent fréquemment les titres légaux et les registres de propriété terrienne. Toutefois, les comptes financiers, les délibérations et les informations sur les activités quotidiennes des hôpitaux locaux ont généralement disparu. Dans plusieurs cas, néanmoins, les archives communales ou hospitalières d’institutions ayant maintenu leurs opérations recèlent les pièces et registres des XVIIe et XVIIIe siècles. Les six hôpitaux locaux retenus pour les fins de cette étude correspondent à cette dernière catégorie. Trois d’entre eux sont établis dans de petites villes des provinces du Dauphiné et de la Provence, au sud-est du royaume, et les trois autres en Normandie et en Bretagne, dans le nord-ouest.

  • 9 Cahier des délibérations, bureau des pauvres, Grignan. 1736-72, réunion d’octobre 1736, Archives co (...)
  • 10 C. Allibert, Histoire de Seyne, de son bailliage et de sa viguerie, (Barcelonnette, 1904 : rééditio (...)

6Parmi les trois institutions du sud-est, l’étude examinera le petit hôpital local, d’une capacité de treize patients, de la ville d’Etoile, siège d’un comté dauphinois, près de Valence dans la vallée du Rhône, sur la route entre Marseille et Lyon. En Provence voisine, le fonctionnement des petites institutions de Grignan et de Seyne fera l’objet d’analyse. Grignan, siège d’un autre comté, se trouve plus au sud sur la route de la vallée du Rhône. En 1736, un hôpital y traite huit personnes hospitalisées, malades et pauvres.9 Plus isolée, Seyne est située dans les Alpes de Haute-Provence, sur une route commerciale secondaire reliant Briançon à Digne et Cannes. Deux petits hôpitaux desservent la ville avant 1656, année où ils fusionnent leurs activités. En 1680, le conseil de ville approuve le projet de construction d’un nouvel édifice hospitalier.10

  • 11 Marc Robichaud, « L’Hôpital de Caudebec-en-Caux, 1693-1789 : un exemple d’assistance locale en Fran (...)
  • 12 Hélène Avisseau-Roussat, « L’Hôpital Saint-Antoine de la Charité de Pontorson », Revue du départeme (...)
  • 13 André Guillemot, « L’Hôpital de Malestroit du milieu du XVIIe siècle à la Révolution », thèse de D. (...)

7Dans le nord-ouest, l’hôpital le plus important se trouve à Caudebec-en-Caux, ville sise entre Le Havre et Rouen, sur la route principale longeant la Seine vers Paris. Cet important centre normand où siègent une cour présidiale, une vicomté et une élection financière, possède un impressionnant édifice hospitalier, pouvant loger 120 pensionnaires.11 Le deuxième hôpital normand, celui de Pontorson, prend place dans l’extrême-sud de la province, le long de la route de pèlerinage partant de Bretagne et du sud vers le Mont Saint-Michel, situé à quelques kilomètres du bourg. Dirigé par les Frères de la Charité de Saint-Jean-de-Dieu, l’hôpital Saint-Antoine de Pontorson se distingue des autres institutions qui accueillent indistinctement pauvres et malades, en ne traitant que les malades et les blessés. Sa capacité d’accueil lui permet d’accepter de douze à quatorze patients, jusqu’au moment de son agrandissement en 1760.12 Enfin, l’hôpital de Malestroit est situé au milieu de la province de Bretagne, dans la ville d’une subdélégation, un district administratif, du diocèse de Vannes qui regroupe quinze paroisses. Il peut recevoir six ou sept pensionnaires.13

Les élites comme bienfaiteurs et administrateurs

8L’engagement actif des élites locales dans la gestion de ces petits hôpitaux communautaires reste vital. En effet, cet enracinement permet aux établissements d’échapper aux nombreux mouvements d’expropriation et de mieux accomplir leur mission d’assistance à l’endroit des malades et des pauvres. Les notables contribuent à la fois de leur temps et de leur argent à ces structures caritatives locales. Étant à la tête des confréries, les membres des bureaux des pauvres, recteurs de ces bureaux et directeurs des hôpitaux prennent l’initiative des mesures de distribution de l’aide. Ils collaborent souvent avec les représentants des élites des grandes villes, des évêques, des missionnaires et des officiers de la couronne. Ainsi, ils rendent les institutions caritatives locales conformes aux normes nationales. Ils visent donc à restreindre les critères d’admissibilité des déshérités, à aider les pauvres invalides et à écarter les personnes aptes au travail, les pauvres valides, qui bénéficient encore de l’assistance. Toutes ces mesures entendent promouvoir une certaine éthique du travail parmi les défavorisés.

  • 14 Norberg, Fairchilds, Gutton et Vovelle ont tous noté que les legs charitables augmentent régulièrem (...)
  • 15 Patrice Berger, « Rural Charity in Late Seventeenth Century France : The Pontchartrain Case », Fren (...)
  • 16 Vovelle, ouv. cité, 253-255. Norberg, ouv. cité, 121-131.

9Toutes les études historiques entreprises relèvent une augmentation des contributions de plusieurs notables urbains aux institutions caritatives locales au cours du XVIIe siècle, une hausse enclenchée avant même les grandes initiatives ecclésiastiques associées à la Contre-Réforme catholique. Bien qu’il n’y ait jamais assez de financement pour combler les multiples obligations exigées pour l’assistance locale des pauvres, les dons augmentent durant tout le XVIIe siècle dans cinq des six communautés étudiées. Ces augmentations ne représentent pas des cas isolés. En effet, dans leurs études sur les testaments, Kathryn Norberg, Cissie Fairchilds, Alain Croix, Jean-Pierre Gutton, Michel Vovelle et Pierre Chaunu montrent tous un accroissement des dons charitables partout en France, malgré le fait que les mêmes groupes sociaux n’en soient pas toujours les responsables.14 Patrice Berger souligne l’implication des nobles, en particulier ceux de la famille Pontchartain, dans la promotion de nouvelles formes d’aide caritative sur leurs domaines à la fin du XVIIe siècle.15 Dans un même temps, Vovelle et Norberg relèvent que, vers le milieu du XVIIe siècle, les familles bourgeoises s’emploient désormais à imiter l’exemple des nobles.16

  • 17 Comptes des recteurs de l’hôpital, Grignan, AD Drôme, 1656-1679, 44 H 17, E39 et 1680-1700, 44 H 17 (...)

10Le soutien des familles nobles locales demeure souvent un facteur déterminant dans l’accroissement de l’assistance aux pauvres. Dans la ville de Grignan, plusieurs générations de la famille Adhémar se font particulièrement actives en soutenant et en dirigeant l’hôpital. À trois reprises, l’établissement bénéficie des larges libéralités de cette famille durant le XVIIe siècle. Ainsi, la comtesse Marguerite d’Ornano lui lègue 1 400 livres en 1660, Louis Adhémar lui donne 600 livres en 1668 et Charles-Philippe Adhémar accorde un don de 800 livres en 1672. Ce mécénat semble constituer un précédent, qui est imité par d’autres membres de la communauté. Le chapitre collégial de l’église Saint-Sauveur fait une aumône annuelle de quatre mesures de seigle, un don représentant un montant équivalant à près de trente livres, pour une somme totale avoisinant les 3 000 livres tout au long du siècle. Les individus, qu’ils soient chanoines, notaires, administrateurs de comté ou résidants fortunés, contribuent de leurs avoirs au bénéfice de l’hôpital. Entre 1656 et 1700, vingt-et-un dons différents, variant entre 3 et 204 livres, peuvent être identifiés dans les livres de comptes. Les coffres de l’institution se garnissent ainsi de 1 482 livres.17

  • 18 Délibérations, Consulat de Grignan, 26 septembre 1723, AC Grignan, BB23.
  • 19 Délibérations, Consulat de Grignan, 17 mars 1723, AC Grignan, BB23.
  • 20 Les dépôts d’archives de presque chaque hôpital dans le Valentinois et le Diois contiennent les doc (...)

11L’importance sociale et religieuse attachée aux héritages incite à maintes reprises les individus sur leur lit de mort à léguer de vastes propriétés ou des généreuses sommes d’argent à des hôpitaux ou églises. Souvent surpris par autant de « générosité », leurs héritiers n’hésitent pas à ester en justice pour obtenir l’annulation de tels dons. Les hôpitaux se retrouvent fréquemment sur les bancs des cours pour défendre leurs droits sur ces dons. Dans certains cas, comme celui d’un don de 300 livres fait en 1723 par mademoiselle Janine Serre, l’affaire aboutit devant le conseil de ville. Ce dernier statue en autorisant les directeurs de l’hôpital à contester le refus du beau-frère de la défunte, Claude Gourjon, de rendre le legs.18 En d’autres circonstances, les conseillers choisissent de laisser un don aux héritiers lorsque les termes du testament ne semblent pas clairs. Cette situation se produit en mars 1723, quand des propriétés d’une valeur de 150 livres sont restituées à Claude Heraud, héritier du Sieur Denanes, une hypothèque sur les dites terres étant déjà contractée.19 Si les propriétés léguées aux institutions ont une valeur certaine, les héritiers tentent de discréditer la teneur du testament ou de conserver à leur profit les sommes d’argent ou les terres du défunt. Pour les libéralités de la famille Adhémar, ce n’est certes pas le cas, car elles sont dûment inscrites dans les livres de comptes de l’hôpital de Grignan. Toutefois, il n’existe pas de certitude au sujet du versement des autres legs. Pour cette raison, il est possible de remettre en cause la fiabilité des conclusions tirées des études sur les testaments de l’époque moderne.20 Aussi, ces derniers ne seront pas retenus comme un indicateur des dons faits aux hôpitaux. L’étude privilégiera plutôt les comptes financiers des hôpitaux soumis à l’analyse.

  • 21 Vovelle, ouv. cité, 109-126. Michel Vovelle, Mourir autrefois ; les attitudes collectives devant la (...)
  • 22 Les données du graphique 1 proviennent de la recension des comptes annuels des six hôpitaux : Étoil (...)

12Quelles proviennent des attitudes sociales développées par le catholicisme de la Contre-Réforme21 ou de l’émulation suscitée par la générosité des nobles, les dons charitables contribuent à l’accroissement spectaculaire des revenus non seulement des petites villes, mais aussi des institutions municipales. À l’exception notable de Malestroit, les revenus annuels des hôpitaux de cette étude font plus que décupler au cours du XVIIe siècle. Même si l’on convertit les livres en quintaux de blé afin de compenser les effets des dévaluations et de l’inflation, la hausse demeure toujours aussi considérable. Les revenus de cinq des six établissements s’accroissent à partir des seuils annuels de 100 à 200 quintaux de blé au début du XVIIe siècle, pour atteindre des moyennes variant entre 1 000 et 3 000 quintaux au cours de la décennie 1750 (voir le graphique 1).22

13Bien sûr, ces revenus ne représentent pas les véritables dons annuels reçus par ces institutions. Dans leurs budgets, les dons en terre ou en capital constituent généralement une somme globale inscrite d’abord dans la colonne des gains, cette somme étant réinvestie par la suite. Les intérêts qui en sont tirés apparaissent sous la forme d’un montant forfaitaire dans les budgets subséquents. L’instabilité des courbes de revenus s’explique par la nature sporadique de ces dons. Les écarts de la courbe d’Étoile entre 1675 et 1700, ainsi que les fluctuations régulières de celle de Seyne, en témoignent d’ailleurs de façon éloquente. D’autres raisons peuvent aussi être avancées pour comprendre les disparités présentes dans le graphique 1. Dans le cadre de l’exercice de ses fonctions, chaque recteur doit assurer l’équilibre de ses comptes, mais souvent le bilan des entrées et sorties n’est établi que deux ou trois ans après la fin de l’exercice de ses fonctions rectorales. Aussi, il verse la plus-value, parfois considérable, aux coffres de ses successeurs. Ainsi, les payements différés sont constamment inscrits sous le chapitre des revenus. Dans le cas de Caudebec, la colonne des gains devient erratique entre 1724 et 1732, sous l’effet des sommes injectées pour assurer l’internement des mendiants et des vagabonds, mesure ordonnée par l’édit royal de 1724. D’autres sources de revenus, tels que les investissements à long terme, s’avèrent plus stables. Plusieurs hôpitaux ont des champs et des maisons qu’ils peuvent louer à bail. Malestroit possède et loue des propriétés dans le centre de la ville. L’hôpital de Caudebec procède de la même manière avec une de ses maisons de Rouen.

  • 23 En se fondant sur les données issues de l’enquête de 1764, Camille Bloch a fait l’examen des budget (...)
  • 24 À Pontorson, les Frères de la Charité font souvent appel au Père provincial ou aux établissements d (...)

14Dans son étude sur la condition financière des grands hôpitaux du royaume, faisant référence à une enquête du Contrôleur Général en 1764, Camille Bloch constate le fort endettement de la plupart de ces établissements.23 A contrario des conclusions de Bloch, les six hôpitaux faisant l’objet de cette analyse ont somme toute des budgets équilibrés, dépensant rarement plus que ce dont ils disposent, peu importe la période. Les soldes présentés dans le graphique 1 reflètent assez bien les dépenses générales contractées par les hôpitaux, soit les payements versés aux médecins, aux chirurgiens, aux apothicaires, aux gardiens et aux religieuses ; la réparation des bâtiments ; les coûts de remplacement des lits et des couvertures ; l’achat de la nourriture et les sommes avancées à d’autres fins. Cependant, en dépit de l’accroissement des revenus, il serait abusif de conclure que les hôpitaux deviennent plus aptes à combler les besoins de leurs malades et pauvres. Au contraire, les établissements se plaignent, l’un après l’autre, qu’ils ne disposent pas de fonds suffisants pour desservir convenablement leurs patients et la communauté.24 La contradiction apparente entre l’augmentation des revenus et les plaintes des administrations hospitalières peut se comprendre au regard de l’incapacité des établissements d’accroître leurs infrastructures immobilières ou la gamme de leurs services. Malgré des revenus toujours croissants, les hôpitaux étudiés connaissent surtout des difficultés lorsqu’ils entreprennent la construction de nouveaux bâtiments. Les cas de Pontorson et Caudebec, qui lancent respectivement des projets d’agrandissement au cours du XVIIIe siècle, paraissent révélateurs à cet égard.

  • 25 Avisseau-Roussat, art. cité, 1ère partie, 73-79.

15En 1715, les Frères de la Charité à Pontorson construisent un nouvel édifice de 80 pieds de long par 24 de large, afin d’héberger une chapelle, une boutique d’apothicaire et des chambres pour les Frères. Même si les revenus augmentent, les frais encourus par la construction et les réparations effectuées aux édifices existants compliquent de plus en plus la tâche des Frères, qui veulent assurer l’équilibre de leurs opérations budgétaires. Ils doivent alors faire appel aux autres maisons de l’ordre pour couvrir leurs dépenses courantes. En 1757, ils entament la construction d’un autre édifice, qu’ils présentent au Père provincial comme étant une maison de force, un centre où des familles font interner certains de leurs membres. Puisque les familles défraient les coûts d’internement de leurs proches, les Frères assurent le Père provincial de l’autofinancement de leur nouvelle installation. Plus encore selon eux, elle devrait enregistrer des profits, lesquels permettront à la communauté de se dégager des contraintes d’un budget de plus en plus déficitaire.25

  • 26 Délibérations, Hôpital de Caudebec, 16 septembre et 7 décembre 1765, AD Seine-Maritime, 113 HP E4.
  • 27 Délibérations, Hôpital de Caudebec, 3 avril 1766, AD Seine-Maritime, 113 HP E4.
  • 28 Délibérations, Hôpital de Caudebec, 18 février 1769, AD Seine-Maritime, 113 HP E4.

16Quant aux projets de construction de Caudebec, les déficits encourus sont évidents. Lors des réunions de septembre et de décembre 1765, le bureau de direction de l’hôpital décide de la construction d’une nouvelle aile, dont le coût serait estimé à 4 000 livres.26 À la réunion du 2 avril 1766, le bureau accueille des contracteurs qui évaluent le projet à « plus du double de la somme » prévue initialement.27 En 1769, lorsque le bâtiment est achevé, l’examen des comptes du Sieur LeDuc, l’administrateur, révèle des coûts de construction de l’ordre de 11 381 livres.28 Pour les hôpitaux, l’impact de telles dépenses et les prêts nécessités pour mener à terme leurs projets immobiliers influent manifestement sur leur capacité de poursuivre leurs opérations normales. Ce n’est que plusieurs années plus tard que Caudebec peut meubler ses nouvelles installations pour les rendre opérationnelles. Entre temps, les pauvres de l’hôpital subissent une réduction des services offerts.

  • 29 Vovelle, Piété baroque...., ouv. cité, 257-264. Norberg, ouv. cité, 239-266. Chaunu, ouv. cité, 392 (...)

17Bien que les revenus croissants enregistrés par la plupart des hôpitaux étudiés ne suffisent pas à transformer ou améliorer réellement l’assistance offerte, la tendance à la hausse se maintient tout au long du XVIIIe siècle. Ce constat contredit certaines notions communes relatives au déclin des dons charitables survenus après les années 1700. Relevant la diminution des revenus provenant de contributions directes ou de legs aux institutions caritatives, les travaux de Michel Vovelle sur la Provence, de Kathryn Norberg sur Grenoble et de Pierre Chaunu pour Paris y discernent les résultats du mouvement de « déchristianisation », de déclin de ferveur religieuse et de la pratique, enclenché vers la fin du XVIIe siècle.29 Les élites des petites villes réagiraient-elles plus lentement aux changements de « mentalité » touchant l’assistance aux déshérités ? Seraient-elles plus sensibles au message de l’Église en faveur de la charité ? Ou ces institutions caritatives s’imbriqueraient-elles plus profondément dans le tissu social des villes en question ?

  • 30 Ces patients sont surtout des personnes âgées et des malades chroniques placés en institution. Conf (...)
  • 31 Registre des entrées, Hôpital de Caudebec, AD Seine-Maritime, 113 HP F4.
  • 32 Délibérations, Hôpital de Caudebec, 15 décembre 1759, AD Seine-Maritime, 113 HP 23/6G E4.
  • 33 Registre des entrées, Hôpital de Caudebec, AD Seine-Maritime, 113 HP F4.
  • 34 Robichaud, ouv. cité, 128.

18Une des raisons expliquant l’augmentation des revenus des hôpitaux locaux réside dans l’action énergique des directeurs, recteurs et conseillers municipaux qui s’évertuent à trouver de nouvelles sources de financement pour leurs institutions. Outre les dons en numéraire et en propriétés offerts par les résidents locaux, les directeurs recherchent de nouveaux types de patients et de pensionnaires payants : les soldats, orphelins ou enfants abandonnés aussi bien que les malades mentaux. À Caudebec, en plus d’imposer des frais aux nouveaux patients admis pour des soins prolongés,30 l’institution se spécialise dans les soins aux soldats malades et blessés pour lesquels elle reçoit un remboursement. Après avoir reçu d’un à huit militaires au cours des années 1739 à 1749, l’hôpital en accueille désormais 14 en 1750, 31 en 1751. Le nombre d’admissions atteint un sommet, soit en 1756 avec 81 soldats, avant de diminuer à près de 60 entre 1757 et 1759.31 Selon le cahier des délibérations de 1759, le bureau des directeurs semble avoir négocié avec chaque bataillon un tarif quotidien pour leurs hommes. 11 y est consigné que le régiment de Touraine accepte de majorer ses payements quotidiens de 10 à 14 sous. On souhaite d’ailleurs que le régiment de Montreuil puisse honorer également ce nouveau tarif puisque « depuis plusieurs années cet hôpital est considérablement chargé de soldats malades pour chaque journée desquels il ne reçoit dix sols plu communément dont moitié fait la paie du soldat et l’autre moitié la gratification du Roy que eut encor due pour cette année entière. »32 La période d’hospitalisation des 89 soldats soignés en 1756, soit avant l’augmentation des tarifs, équivaut en moyenne à douze jours par individu. Aussi, pour défrayer le coût des soins octroyés, les autorités militaires versent 534 livres dans les coffres de l’institution, soit près de 8 % des revenus totaux de Caudebec, qui dépassent légèrement le seuil des 7 000 livres pour l’année en cours.33 Après l’agrandissement des installations hospitalières dans les années 1760, les pressions deviennent plus fortes afin d’élargir le bassin de la clientèle des soldats payants. À cette époque, l’hôpital en admet environ 25 chaque année. Au début des années 1770, le nombre chute quelque peu mais en 1778 et 1779, Caudebec accueille plus de 60 patients militaires.34

  • 35 Hélène Avisseau-Roussat, « L’Hôpital Saint-Antoine de la Charité de Pontorson (1644-1792) », thèse (...)
  • 36 Avisseau-Roussat, art. cité, 1ère partie, 106-107.

19Les administrateurs des autres petits hôpitaux font preuve d’un dynamisme semblable à ceux de Caudebec dans leur recherche de nouveaux patients payants. À Pontorson, où les Frères de la Charité adjoignent leur maison de force à l’hôpital, l’établissement reçoit 6 pensionnaires internés par leur famille en 1702. Le nombre des internés augmente par la suite : 22 en 1725, 28 en 1750, 50 en 1755, 42 en 1765 et 59 en 1779.35 En conformité avec les estimations des Frères au moment de la construction en 1757, les sommes provenant de la maison de force constituent plus de la moitié des revenus annuels de l’institution au cours des années 1760 et 1770.36

  • 37 Délibérations, Hôpital de Seyne, registre 1753-1780, AD Alpes-de-Haute-Provence, 22 J 4.
  • 38 Ibid, et Nicole Arnaud-Duc, « L’entretien des enfants abandonnés en Provence sous l’Ancien Régime » (...)

20Aux hôpitaux de Seyne et d’Étoile, les administrateurs cherchent à accroître leurs revenus avec l’admission des orphelins et des enfants abandonnés. Entre 1753 et 1780, les cahiers de délibérations de l’hôpital de Seyne contiennent les mentions relatives aux procédures prises par les administrateurs en de pareilles situations. Le cas de trois orphelins par année en moyenne se présente devant le bureau de direction.37 À Étoile, les cahiers de délibérations disponibles montrent un intérêt similaire à l’égard des enfants abandonnés. Ici, il semble que de trois à quatre nouveaux cas soient admis parmi les pensionnaires chaque année. Les hôpitaux peuvent demander une compensation financière pour ces enfants, comme ils le font pour les soldats. Les cahiers de délibérations de Seyne indiquent que le subdélégué verse un ou deux sous par jour pour leurs soins. En 1763, l’Assemblée des Procureurs de Provence adopte une motion selon laquelle les hôpitaux recevront 120 livres pour chaque enfant qu’ils acceptent d’accueillir et d’élever.38

21Comme Kathryn Norberg le souligne, l’organisation des bureaux des pauvres et des conseils d’hôpitaux reflète nettement la conception paternaliste et hiérarchique de la société. Néanmoins, précise-t-elle, il est tout aussi évident que les individus faisant partie de ces conseils s’appliquent constamment à augmenter les revenus qui seront distribués aux pauvres et aux nécessiteux. La nouvelle clientèle de patients défrayant les coûts de leur séjour permet aux hôpitaux de stabiliser leur situation financière et d’offrir de meilleurs services aux membres déshérités de leur communauté. Dans plusieurs cas, les notables des villes recherchent activement de nouvelles sources de financement. Les associations de dames-patronesses assurent des collectes de fonds aux portes des églises. Les hommes agissant à titre de directeurs d’hôpitaux et d’hospices élaborent régulièrement de nouveaux moyens leur permettant d’étendre la gamme de leurs services institutionnels et d’assurer une plus grande assistance aux pauvres qui restent dans leurs foyers.

  • 39 Avisseau-Roussat, art. cité. 2e partie, 155.
  • 40 Ibid.. 156-157.

22Les notables de chacune des villes étudiées visent à maintenir leur contrôle sur les hôpitaux locaux et sur les terres et revenus que ces institutions détiennent. Pontorson en fournit un bon exemple, lorsque la ville perd son contrôle sur l’hôpital. En 1644, une lettre royale demande à la commune de transférer les biens financiers et les avoirs fonciers de l’hôpital aux Frères de la Charité de Saint-Jean-de-Dieu. Les habitants de la ville, plus particulièrement les membres de l’élite, accèdent à la demande du roi, sans vraiment se réconcilier avec l’aliénation. En 1654, ils engagent une procédure légale contre les Frères, affirmant que ces derniers ne respecteraient pas leurs obligations, notamment à l’égard du versement d’une rente annuelle de 200 livres à l’aumônier de l’hôpital.39 Dans une décision rendue en 1656, le parlement de Rouen tente d’établir un compromis entre les parties, en réduisant le montant alloué à l’aumônier. Cependant, la décision du parlement ne marque qu’une trêve. En 1721, les hostilités reprennent lorsque les consuls de Pontorson font parvenir leurs récriminations à l’évêque d’Avranches. Dans une lettre, ils mentionnent qu’ils ont été « obligés » de donner leur hôpital en 1644, que les Frères amasseraient des sommes considérables d’argent et qu’ils n’en respecteraient pas leur charte. En dépit des promesses faites de desservir tous les résidants de la ville, notent-ils, les Frères de la Charité refuseraient d’admettre les femmes et les filles. Tous ces griefs ressurgissent en 1738-1739 lorsque Louis XV demande l’enregistrement officiel des lettres patentes confirmant l’acquisition de l’hôpital par les Frères. La ville engage un avocat-conseil, puis envoie un rapport au parlement. Le rapport accuse les Frères de ne pas respecter les termes de la concession d’origine et de dilapider leurs avoirs en nourriture, en de nouveaux édifices et en de « grands jardins et de belles avenues de tous costés pour l’ornement de leur maison. »40 Le cycle des accusations et des répliques subséquentes se poursuit jusqu’en 1747. Il exprime bien le profond ressentiment des notables de Pontorson qui voient les Frères de la Charité disposer des ressources traditionnelles de leur ville.

Les hôpitaux comme vecteurs de régulation sociale41

  • 41 Talcott Parsons identifie la notion générale de pouvoir derrière l'autorité recherchée par les élit (...)
  • 42 Pierre Bourdieu serait d’avis que ce type d’initiatives constitue une partie intégrante des stratég (...)
  • 43 Leur contrôle des agences caritatives leur permet d’exercer autant de pouvoir que dans les domaines (...)
  • 44 Marco H.D. Van Leewen traite des aspects théoriques de cette question dans un article sur les gains (...)

23Pourquoi les notables urbains tiennent-ils autant à la gestion des institutions de secours aux déshérités ? Pourquoi s’impliquent-ils autant dans la quête et la sollicitation de nouveaux fonds destinés aux hôpitaux locaux ? Bien sûr, leurs efforts découlent nettement de la rhétorique du mouvement des dévots, qui souligne les responsabilités des élites à l’endroit du prochain dans le besoin. Toutefois, leur engagement leur permet de renforcer leur position comme membres des élites communautaires.42 Ces dernières appuyant l’œuvre hospitalière non seulement en raison de leurs devoirs de chrétien, mais aussi parce qu’elles apprécient le contrôle social et certains bénéfices financiers qui résultent de l’administration des institutions pour les pauvres et les malades.43 Leur appui financier aux hôpitaux et leur participation aux bureaux des pauvres constituent des signes apparents de leur appartenance aux élites locales. En contribuant au bien-être de leurs concitoyens nécessiteux par la distribution de l’assistance, les donateurs y gagnent du prestige, renforcent leurs réseaux de clientèle tout en assurant le salut de leur âme.44

24Exception faite de Pontorson, où les Frères de la Charité ont pris en main l’administration hospitalière, la communauté, particulièrement les élites locales, gèrent tous les autres bureaux de charité dans les villes étudiées. Le conseil de ville procède à la nomination du recteur des pauvres en même temps qu’à celle des consuls, les leaders politiques de la communauté pour l’année qui commence. Le recteur provient du même groupe de notables qui deviendront éventuellement consuls ou conseillers. Ce système de cooptation se dégage clairement des études comparatives effectuées à partir des individus nommés dans les différentes institutions communautaires de Grignan et de Seyne. Une analyse du rectorat de Grignan entre 1661 et 1722 montre que le comte lui-même est recteur pendant sept ans, le notaire Jean Dumas occupe la fonction durant trois mandats, cinq notables sont mandatés à deux reprises et 46 autres membres des élites locales se dévouent à cette tâche. Seuls neuf individus sur ces 54 personnes, en excluant le comte, n’accèdent pas à la fonction de premier ou de second consul. Au sein du groupe des recteurs nommés, se retrouvent huit notaires, un lieutenant de bailliage, deux marchands, un médecin, un chirurgien et cinq forgerons. Trente-deux d’entre eux sont présents dans le registre de taille de 1681. Ils contribuent ici pour une moyenne de 16,11 sous chacun, alors que le payement moyen n’est que de 4,75 sous. À Seyne, le même portrait peut être esquissé. Lorsque les données disponibles sur les premiers consuls de Seynes sont placées en parallèle avec la liste des recteurs pour la période de 1713 à 1751, il appert que le premier consul, à sa sortie de charge prend généralement la tête de l'hôpital. Les recteurs issus de ce processus de nomination font partie intégrante des élites communautaires. Marchands, notaires, avocats, médecins et « bourgeois » se succèdent les uns après les autres pour remplir cette fonction, certains à plusieurs reprises. Jacques Arnaud, médecin, occupe trois fois le siège de direction de l’institution ; François-André Laugier, notaire, et Louis-André Savournin, « bourgeois », remplissent chacun les mêmes tâches à quatre occasions.

  • 45 Voir tout particulièrement les comptes de Louys Tosserand, 1603-1604, Hôpital de l’Étoile, AC Étoil (...)

25Cette participation des élites à l’administration des structures d’assistance aux pauvres vient légitimer la position privilégiée qu’ils détiennent au sein de la communauté. Dans aucune autre sphère d’activité, cette approche hiérarchique n’est plus évidente que dans la distribution de l’aide aux défavorisés. Pour toutes les villes étudiées, le recteur chapeaute les différents types d’aide octroyée. Il a sous sa supervision un gardien travaillant dans les édifices de l’hôpital et veillant aux soins des malades et des pauvres. Il rédige la liste des pauvres qui vivent à domicile et qui reçoivent chaque semaine du grain et du pain pour nourrir leurs familles. Il établit l’identité des pauvres honteux, soit les personnes vivant autrefois dans l’aisance qui connaissent des difficultés, devant désormais recevoir la charité. Dans le cas des deux dernières catégories, les membres des élites communautaires arbitrent, attribuant ou non l’assistance désirée aux individus qui la demandent. Afin qu’il puisse figurer sur la liste hebdomadaire de distribution de pain ou de grain, le bénéficiaire doit fournir au recteur d’Étoile une feuille de papier dûment signée par un notable de la ville attestant ses besoins. Les archives hospitalières d’Étoile conservent un certain nombre de ces formulaires, généralement conservés avec les comptes annuels.45 Les bénéficiaires de ces distributions hebdomadaires de grain demeurent nombreux aussi bien à Étoile que dans les autres villes ayant des hôpitaux. Toutefois, le type de distribution varie selon les cas. Si Étoile donne considérablement plus de grain dans les mois d’hiver et de printemps, cessant tout don de charité en été, les livres de Grignan mentionnent que ces libéralités se poursuivent douze mois par année. Dans les villes du nord-ouest, les hôpitaux et bureaux des pauvres s’impliquent moins dans l’assistance aux défavorisés. À Pontorson, les Frères de la Charité soutiennent en partie la distribution des aumônes. À Caudebec, le pasteur de l’église de Notre-Dame administre les fonds d’assistance aux pauvres vivants à l’extérieur de l’hôpital. Néanmoins, dans les deux cas, les bénéficiaires doivent toujours recevoir la recommandation des notables de la ville. La signature d’un notable sur chaque requête atteste le rôle joué par les élites locales dans la détermination de l’attribution de l’aide et dans les critères s’appliquant aux candidats aux secours. Ce contrôle est encore plus indéniable dans les cas des pauvres honteux. Dans ces cas, les élites reconnues décident si telle personne peut être considérée comme un ancien membre de leur rang. À ce titre, elle mérite une aide plus considérable que celle des autres déshérités, aide qui demeure secrète.

  • 46 La question de la confiance mise dans les individus contractants est fréquemment portée à l’attenti (...)
  • 47 Comptes des recteurs de l’hôpital, 1684, AD Drôme, 44 H 17, E 10.
  • 48 En étudiant la complicité entre les élites de Turin et l’hôpital San Giovanni, Sandra Cavallo affir (...)

26En plus de voir leur emprise symbolique sur les défavorisés renforcée grâce à leur exercice du pouvoir de décision qui leur permet de décerner l’aide, les élites, par leur mainmise sur les structures hospitalières, contrôlent aussi d’importantes sources de richesses communautaires. Le recteur reçoit entre ses mains les avoirs et les terres de l’hôpital, qu’il doit administrer durant une période variable. À Grignan, cette période ne dépasse pas une année, tandis qu'elle dure de trois à quatre ans à Caudebec. Les mandats rectoraux d’Etoile sont souvent quinquennaux. L’administration des ressources hospitalières peut être analysée en détail dans le cas de Grignan, où les archives consulaires peuvent être comparées avec les documents de l’hôpital. Au cours de son mandat, utilisant les fonds et les propriétés terriennes à sa disposition, le recteur consent des prêts et loue des terres aux consuls, aux notables de la communauté et à tout individu jugé digne de confiance.46 Les comptes financiers annuels de l’hôpital révèlent que chaque nouveau recteur reçoit entre 700 et 800 livres en rentes et pensions dues. Le livre de comptes de 1684 contient une analyse détaillée des 703 livres 2 sous et 1 denier reçues à ce chapitre.47 Ce montant représente la somme des paiements des rentes octroyées par le comte et le chapitre collégial, du retour des surplus provenant des comptes des recteurs précédents et des intérêts sur des prêts en souffrance de cinquante-neuf individus ou collectivités. Le capital impliqué dans ces cinquante-neuf prêts couvre une somme totale de 10 369 livres. Les livres de comptes indiquent que les officiers du Conseil de la ville voisine de Montségur doivent 300 livres à l’hôpital, que la communauté de Colonzelle s’est constituée débitrice pour 500 livres et que le consulat de Grignan a lui-même contracté, en deux différentes transactions, un prêt de 1 800 livres. Les paiements d’intérêt se répartissent dans une fourchette oscillant entre 67 livres 10 sous pour l’emprunt de 1 350 livres contracté par le consulat de Grignan, et 12 sous pour les héritiers de Claude Saillet qui remboursent en février un prêt de 12 livres. Les prêts attribués équivalent à une somme médiane de 100 livres, négociée avec un taux d’intérêt annuel moyen de seulement 6,7 %. Des taux d’intérêt aussi bas attirent les emprunteurs de toute provenance. D’anciens ou de futurs consuls tels que Firmin Sauzet, Jacques Boyer, Jean Sabol ou Firmin Salomon figurent aux côtés d’habitants plus modestes, comme Louis Deage qui a négocié deux prêts, et d’étrangers de villages voisins. Ces règlements d’emprunts aux taux d’intérêt minimes constituent des prolongations de crédit attrayantes dans une période où l’accès au capital reste sévèrement restreint. Ils montrent certains mécanismes par lesquels les notables locaux, qui accordent ces prêts, renforcent à la fois leur capital symbolique et leurs réseaux de clientèle.48

27Afin de nourrir les pauvres pendant les mois d’hiver, les achats de grain offrent d’autres occasions aux recteurs de l’hôpital de Grignan de favoriser leurs familles et alliés. Les liens étroits, sinon la collusion, entre le recteur et les notables demeurent ici encore palpables. Entre 1684 et 1692, le recteur achète en moyenne 31 saumées de grain par année. Une somme moyenne de 298 livres est versée en payement aux fournisseurs qui, d’ailleurs, sont soit des consuls ou d’anciens consuls ; soit encore l’agent du comte, le trésorier du chapitre de Saint-Sauveur, des notables ou des parents proches. Tous ces fournisseurs appartiennent aux mêmes élites qui occupent les positions de consul ou de recteur, et qui font office de mécènes de l’hôpital. Parfois, ils négocient les prêts ou louent à bail des terres de l’institution. L’hôpital remplit nettement deux fonctions. D’une part, il aide les membres les plus défavorisés de la communauté en leur donnant des aumônes périodiques, des distributions de grain et des logis temporaires. D’autre part, les notables locaux s’en servent à la fois, comme d’un moyen d’accroître leurs titres terriens avec l’octroi de baux, et comme d’une « banque » leur faisant un crédit temporaire. Tous les hôpitaux possédant des fondations respectables jouent ce double rôle et, dans ce contexte, ils apparaissent aussi importants pour les notables de la communauté que pour les pauvres.

  • 49 Gutton, ouv. cité, 303-324.

28Dans son implantation d’un système de bien-être et d’assistance d’inspiration urbaine dans les villes et villages du royaume, la Contre-Réforme catholique voit son succès dépendre de la collaboration étroite des élites locales. Les missionnaires, et tout particulièrement le père jésuite Chaurand, fondateur de plusieurs petits hôpitaux généraux pour les pauvres de Normandie et de Bretagne, insistent sur cette collaboration et sur les contacts initiaux avec les notables locaux. Ces derniers devraient être convaincus avant tout, selon Chaurand, de l’importance des nouvelles mesures caritatives. D’après lui, tous les donateurs devraient changer de perspective vis-à-vis de la distribution de leurs aumônes. Ils devraient distinguer entre ceux qui sont véritablement dans le besoin, les pauvres invalides, et ceux qui peuvent se suffire à eux-mêmes, les pauvres valides. Le meilleur moyen d’opérer cette distinction serait de canaliser leurs largesses vers les institutions communautaires consacrées aux déshérités, plutôt que vers la charité faite aux particuliers. Plus encore, ils devraient recevoir des positions-clés dans ces institutions, bureaux de charité et nouvelles structures hospitalières. Le mouvement institué par le père Chaurand propose donc aux élites différentes façons pour renforcer leur prééminence sociale et leur capacité de contrôle sur les membres les plus défavorisés de leur communauté. Ces propositions se fondent sur des mesures similaires adoptées par les grands établissements urbains, distinguant les défavorisés « méritants » des « non méritants », renvoyant sans ménagement les pauvres et les malades des autres villes et forçant le retour au travail des pauvres valides.49

  • 50 Délibérations du Bureau des pauvres de Seyne, 13 mars 1625, AD Alpes-de-Haute-Provence, 54 Seyne, E (...)
  • 51 Délibérations, établissement du bureau des distributions, 1676, AD Drôme, 44 H 11, E1 /1.
  • 52 Ordonnance de Mgr. le Comte, 1686, AD Drôme, 44 H 11, El/2.

29Se conformant à ces directives, les leaders locaux tentent de concentrer leurs efforts charitables et de résister à la tentation de faire l’aumône sans discernement. Cette tendance apparaît nettement dans la plupart des communautés qui, à divers moments au cours du XVIIe siècle, limitent leurs mesures d’assistance aux seuls résidants de la localité.50 En 1676, la révision des règles et règlements de l’hospice de Grignan s’inscrit clairement dans le sens des nouveaux principes orientant la distribution de l’assistance. Les promoteurs de cette réforme administrative, l’évêque de Die et le comte de Grignan, établissent une série de critères afin de déterminer, parmi les défavorisés de la ville, qui doit bénéficier des distributions de pain. La révision de 1676 stipule que le bureau des pauvres doit visiter et inspecter annuellement les foyers des requérants au statut de « pauvres », que ce statut doit être attribué aux infirmes et aux familles nombreuses. Ces critères guident le bureau dans l’élaboration de deux listes nominatives : l’une pour la distribution de pain chaque dimanche des cinq premiers mois de l’année, l’autre pour l’aumône aux invalides et aux malades qui, chaque mois, doivent recevoir la visite des responsables. Le bureau peut ainsi vérifier si ces bénéficiaires ont toujours besoin de recevoir de l’aide.51 En 1686, de nouveaux règlements restreignent l’assistance aux itinérants et aux vagabonds. S’inquiétant de l’affluence considérable des vagabonds dans la région qui, sous le prétexte de faire des pèlerinages, demanderaient le logis à l’hôpital et l’aide des secours villageois, le comte de Grignan met en avant ces nouvelles mesures. Se référant au décret royal de 1671 ordonnant l’expulsion des vagabonds des hôpitaux des villes et des villages, le comte interdit toute aide ou logement éventuels aux itinérants.52

  • 53 Pour Grignan, voir Comptes, 1600-1601, AD Drôme, 44 H 12, E4 et Comptes, 1680, AD Drôme, 44 H 17, E (...)

30En fait, depuis le début du XVIIe siècle et l’accroissement des dons charitables, plusieurs institutions opèrent de plus en plus des distinctions dans leur aide aux défavorisés. Cette nouvelle approche caritative apparaît clairement dans la distribution de l’aide offerte par deux des hôpitaux étudiés, Étoile et Grignan, entre le début des années 1600 et 1680 (Tableau 1).53 Au cours de la période entre 1660 et 1680, les pauvres de ces deux villes bénéficient largement des revenus croissants des hôpitaux, que ce soit sous forme de pain ou de numéraire. La tradition médiévale de l’aumône aux itinérants, aux passants, persiste quelque peu mais représente une part infime des activités hospitalières.

Tableau 1

Personnes vivant à l’extérieur de l’hôpital

Résidants de l’hôpital (en livres)

Distribution de pain (en livres et en « charges » de pain)

Grignan

1600-01

8,95

11,10

3,7 + 6

1680

40,00

220,10

395,1 + 24

Étoile

1603-04

18,00

20,00

N/D

1667-69

11,00

674,00

N/D

Aide distribuée aux résidants et aux personnes vivant à l’extérieur des hôpitaux de Grignan et d’Étoile vers le début et la fin du XVIIe siècle.

  • 54 Journal que tient Louys Tosserand, procureur de l’hôpital, 1603-1604, AC Étoile, E7.
  • 55 Comptes de Charles Point, hôpital d’Étoile, 1666-1667, AC Étoile, E 37.

31L’examen détaillé des listes des défavorisés aidés par l’hôpital d’Étoile présente un exemple concret des changements qui se produisent dans les services rendus aux pauvres des institutions étudiées. Entre 1603-1604 et 1667-1669, le profil des bénéficiaires des secours se modifie considérablement. D’après la liste nominative de l’hôpital en 1603-1604, lorsque Louys Tosserand agit comme trésorier, l’institution soigne ou distribue du pain et de l’argent à 45 résidants d’Étoile et à 95 étrangers. De ces bénéficiaires, 34 sont malades. Afin de les loger, l’hôpital accueille la plupart des étrangers sur des brancards. L’établissement leur prodigue des soins pendant six jours au maximum, avant de les diriger vers les institutions voisines de Livron, Valence, Beaumont et La Vache où ils peuvent s’attendre à un traitement similaire. Cette pratique apparaît courante dans les établissements qui ne peuvent garder les étrangers pour plus de quatre ou cinq jours. La seule résidante d’Étoile accueillie à l’hôpital, Claire Mounier, est soignée durant 16 jours.54 En 1667, au moment où Charles Point occupe la charge de trésorier, aucun étranger ne reçoit une aide significative. Quant aux sommes distribuées aux pauvres de la ville, elles augmentent et prennent la forme de traitements de 54, 29 ou 17 livres. Presque tous les bénéficiaires vivent à l’extérieur de l’hôpital où un gardien y assure l’hospitalité et un médecin, rétribué par le bureau des pauvres, y procure des soins aux malades.55 Comme le montrent les cas d’Étoile et de Grignan, la tradition d’assurer une assistance aux passants et aux pauvres valides est l’une des premières victimes des tentatives de rationalisation des services suivant les réformes urbaines, tentatives menées par les directeurs des institutions locales de bien-être.

  • 56 Allibert, ouv. cité, 405-409.
  • 57 Jean-Luc Bruzullier, « Les tentatives de réformes d’un petit hôpital-général à la fin du XVIIIe siè (...)

32Quoique les élites locales aient conscience de leurs responsabilités dans le domaine de l’aide aux défavorisés, elles n'hésitent toutefois pas quand il s’agit de réduire les coûts de l’assistance, ou de rationaliser des services. Ainsi à Seyne en 1656, le conseil de ville décide de la fusion des deux hôpitaux existant afin d’éviter le dédoublement des services.56 En 1777, le même type de rationalisation se produit à Auray en Bretagne, où le conseil de ville oblige une commanderie de l’ordre du Saint-Esprit à fusionner avec un petit hôpital général fondé par le père Chaurand, toujours dans le but d’assurer une meilleure planification de l’espace et des services.57 Les initiatives prises à Etoile, Grignan, Seyne et Auray permettent de constater que les notables locaux adoptent souvent les réformes du bienêtre proposées par les missionnaires et les élites urbaines.

33Tant et aussi longtemps que les changements à l’assistance aux défavorisés mis en avant par les représentants de l’Église ou de la couronne n’entrent pas en conflit avec les modèles traditionnels des structures locales de l’exercice du pouvoir, les notables ne s’y opposent guère. Pour cette raison, les missionnaires, et en particulier Chaurand, mettent l’accent sur les pourparlers préalables avec les officiers de chaque bourg. Ces discussions insistent sur un point : les réformes ont pour but de renforcer, non pas de diminuer, l’autorité locale. En effet, les élites communautaires ne font pas généralement obstacle aux nouveaux changements si leur exercice du pouvoir s’en trouve renforcé. Les difficultés apparaissent dans les cas où il y a une division à l’intérieur des élites elles-mêmes ou lorsque la nouvelle logique des secours aux défavorisés menace à la fois les structures existantes de la communauté et le rôle joué par les notables.

  • 58 Hôpital de Malestroit, Comptes, AD Morhiban, 7 Hs 6 (Malestroit), E6 Comptes, 1601-1704.

34Le cas de Malestroit paraît exemplaire de l’attitude problématique des élites communautaires ayant des sentiments ambigüs envers leurs institutions caritatives. Parmi les hôpitaux faisant l’objet de cette étude, il constitue un des rares cas où les revenus de l’institution déclinent. Un profond désaccord entre les groupes dirigeant l’établissement semble expliquer les difficultés connues par Malestroit. Fondation seigneuriale, l’hôpital Sainte-Anne est toujours dirigé, avant le XVIIe siècle, par un des agents seigneuriaux, le juge ou le trésorier. Dans la première moitié du XVIIe siècle, la nomination des administrateurs gérant l’hôpital, ou prévôts, et l’inspection de leurs livres de comptes annuels engendrent de plus en plus de conflits entre la communauté et les officiers seigneuriaux. Au cours de cette période, la communauté marque plusieurs points importants contre ses adversaires. Lorsque Jean Crouzil, administrateur de 1615 à 1619, rapporte et justifie ses dépenses devant les officiers seigneuriaux en 1624, les responsables municipaux obtiennent un droit de présence. Après 1642, la communauté s’avère capable d’imposer le prévôt nouvellement nommé et ses adjoints, les économes, au conseil des juges seigneuriaux qui doit examiner les comptes de l’hôpital. En 1642, la communauté fait le saut en nommant unilatéralement le prévôt, Sieur Bocquensue, en dépit des protestations du trésorier seigneurial, qui affirme qu’il s’agit d’une prérogative du baron de Malestroit. En conséquence à ces conflits, il est possible que les prévôts nommés durant cette période semblent devenir plus indifférents envers leur institution. Ils terminent rarement leur mandat de quatre ans. Certains, comme François Latoit en 1627-1630, ne servent qu’une année, d’autres ne restent en poste que deux ou trois ans, comme Gilles Guilhaume de 1628 à 1630, Pierre Thériault de 1634 à 1636, ou maître Michel Nicolas de 1657 à 1660.58 Plus encore, les prévôts respectent rarement le calendrier annuel de leur nomination, l’un abandonnant sa charge après deux ans et deux mois, l’autre après un an et dix mois.

  • 59 Guillemot, ouv. cité, 485-488.

35Opposant officiers seigneuriaux et municipaux, le litige sur la nomination du prévôt est finalement soumis en 1652 au parlement de Bretagne. Le 15 juin, le parlement statue que les officiers seigneuriaux ne disposent pas d’un monopole sur l’administration de l’hôpital et qu’une « assemblée générale de la communauté», composée de membres des autorités seigneuriales, communautaires et religieuses, doit dorénavant diriger l’institution.59

  • 60 Ibid., 490.
  • 61 Ibid., 491.
  • 62 Ibid., 492-493.

36Malgré le jugement de 1652, la lutte pour la direction de l’institution ne connaît pas de répit et interrompt constamment le fil normal des opérations hospitalières. Contrairement à Étoile et Grignan, le baron de Malestroit prend part trop souvent aux débats litigieux sur l’administration et s’implique personnellement dans la gestion et le financement de l’hôpital. Au XVIIIe siècle, la dispute entre le maire et le juge seigneurial devient si intense que l’« assemblée générale » ne tient aucune assise des mois de septembre 1707 à octobre 1711.60 Au lieu d’avoir à sa tête les membres des élites locales, d’anciens conseillers ou des leaders de la communauté, l’hôpital rencontre de plus en plus de difficultés à recruter des prévôts. Ainsi, des hommes plus jeunes, ayant moins de contacts au sein des réseaux de solidarité, occupent cette charge. En 1715, un jeune avocat de vingt-trois ans, Jean Le Manseau, sieur de Craslon, devient prévôt, tâche qu’il conserve en 1718 en l’absence d’autres candidats. En 1722, Le Manseau est remplacé par son ami, René Géorget, sieur de la Prevalaye, qui vient à peine d’atteindre l’âge de la majorité. De 1727 à 1749, le sieur Hery Derval est le prévôt de l’hôpital. Lorsqu’il accepte la charge, il n’est âgé que de vingt-deux ans.61 Au cours de cette période, les procès-verbaux des réunions du bureau mentionnent de plus en plus fréquemment les difficultés financières de l’hôpital. En 1719 et 1720, plusieurs habitants demandent que l’institution leur rembourse les dons octroyés. Enfin, en plein milieu de la crise financière en 1722, confrontés à l’annonce du retrait éventuel des religieuses de l’ordre de Saint-Thomas-de Villeneuve qui forment le personnel de l’établissement, les directeurs de l’hôpital ne se rencontrent même pas pour tenter d’apporter une solution à ce problème.62

  • 63 Hickey, « L’Ordre de Notre-Dame-de-Mont-Carmel.... », art. cité, 15-19 et « Closing Down Local Hosp (...)

37Le cas de Malestroit souligne bien la nécessité d’une étroite coopération avec la communauté afin de construire et de maintenir les institutions charitables. Devant les nombreuses initiatives des officiers royaux et des centres urbains en expansion pour « réformer » et fermer les établissements perçus comme désuets ou faisant double emploi, une petite communauté divisée de l’intérieur, ou divergeant sur ses priorités en matière de bien-être, devient une cible de choix. Agissant de pair avec les hôpitaux généraux et les officiers royaux, la couronne, par l’entremise de l’ordre de Notre-Dame-du-Mont-Carmel, met en avant en 1672, un mouvement systématique d’expropriation de ces petits établissements63. Les dissensions internes entre les élites des petites villes, telle que la dispute entre le seigneur et les bourgeois de Malestroit, peuvent ainsi lourdement pénaliser les mouvements caritatifs communautaires au moment où leur existence est remise en cause.

38À l’instar des conclusions d’Alain Croix, l’étude du rôle des notables institutionnels peut s’avérer fort révélatrice de la manière dont les élites locales usent des structures, telles que les hôpitaux locaux, afin de renforcer leur position sociale ou celle de leur parenté et de leurs clients. Deux stratégies évidentes peuvent être observées. La première vise principalement à accroître leur capital social en appuyant financièrement l’hôpital et en occupant éventuellement les fonctions de directeur ou de recteur. Stimulés par le message de charité de la Contre-Réforme catholique ou imitant les « largesses » des familles nobles locales, les élites versent tout d’abord des dons et des héritages, venant ainsi en aide aux œuvres caritatives hospitalières. Les revenus de ces institutions augmentent fortement à partir du milieu du XVIIe siècle et les principaux bienfaiteurs proviennent d’ailleurs des élites locales. En étroite relation avec leur rôle de mécène, ces membres des élites communautaires accèdent souvent aux positions hautement ostentatoires de directeur ou de recteur de l'institution. À titre de bienfaiteurs d’une institution charitable majeure au sein de leur communauté, l’action jouée par les individus de ce groupe renforce leurs rôles comme membres des élites locales, les menant à faire la navette entre leurs postes aux consulats des villes et ceux aux bureaux des hôpitaux.

39Le fonctionnement des services d’assistance caritative renforce également la prééminence sociale de ces hommes. Dans le cadre de leurs fonctions de notables ou de directeurs des hôpitaux, ils se constituent en arbitres de la charité, déterminant ceux qui peuvent en recevoir et ceux qui n’en méritent pas. Ils président aux décisions restreignant l’aide offerte aux pauvres demeurant à l’extérieur de l’hôpital et privilégiant les résidants locaux défavorisés dans la distribution des ressources limitées de l’institution. Ces décisions leur permettent d’accroître leur pouvoir sur les membres les plus pauvres de leur communauté. Les notables locaux doivent ainsi signer des certificats attestant qui, parmi les déshérités, est en mesure de recevoir une assistance. La fonction de signataire distingue nettement les membres des élites communautaires comme les éminences ayant l’autorité de décider du sort des pauvres de la communauté.

40Toujours en relation avec les hôpitaux, la seconde stratégie majeure des notables locaux leur permet de renforcer leur capital économique. Ils se servent de leurs charges comme directeurs des hôpitaux pour administrer et distribuer les fonds provenant des legs et des dons. Ainsi, ils peuvent accorder des prêts à bas taux d’intérêt à leurs familles, amis et alliés. Ils achètent le grain destiné aux nécessiteux des membres de leurs réseaux de solidarité. Ces derniers se voient aussi décerner des contrats pour la réparation des immeubles. Grâce au népotisme, ils se constituent une clientèle et renforcent ainsi leur position comme protecteurs et chefs de réseaux de solidarité s’étendant bien au-delà de leur famille immédiate. Accordant leurs faveurs à ceux faisant partie de leurs cercles de relation, ils se placent dans une position avantageuse afin de recueillir éventuellement des bénéfices lorsque d’autres membres de leurs réseaux accéderont aux fonctions de recteur.

  • 64 Pour consulter une étude plus approfondie des tentatives instituées par la couronne afin de rationa (...)

41Les hôpitaux confèrent aux élites locales une structure utile au travers de laquelle ils peuvent exercer leur pouvoir, recueillir certains avantages financiers et sociaux, élaborer des réseaux de solidarité complexes afin de renforcer leurs positions. Pour cette raison, les communautés et leurs agents s’opposent vigoureusement aux tentatives de la couronne de fermer ou d’intervenir dans le fonctionnement des hôpitaux locaux.64 En résistant aux initiatives royales, ils essayent essentiellement de préserver la base traditionnelle de leur exercice du pouvoir.

GRAPHIQUE
Revenus des hôpitaux de Caudebec, Pontorson, Malestroit, Etoile, Seyne et Grignan exprimés en mille quintaux de blé entre 1600 et 1750

Notes

1 Alain Croix, « Les notables ruraux dans la France du XVIIIe siècle : une clé de la sociabilité », dans Roger Levasseur (dir.), De la sociabilité : spécificité et mutations (Montréal, 1990), 39-41, 50-55. Tout comme Alain Croix, je vise à définir les élites à partir de leurs actions sociales et symboliques dans le cadre de leurs communautés où ils ont vécu, et non à partir d’une grille idéologique préconçue.

2 Ibid, 55-56.

3 Jean-Pierre Gutton, La Société et les pauvres : l’exemple de la Généralité de Lyon (Paris, 1971). Brian Pullan, Rich and Poor in Renaissance Venice (Cambridge, Mass., 1972). Kathryn Norberg, Rich and Poor in Grenoble, 1600-1814 (Berkeley, 1985). Sandra Cavallo, Charity and Power in Early Modern Turin (Cambridge, 1995), chap. 3.

4 Marco H.D. Van Leewen remarque à juste propos que, comme structures assurant la reproduction sociale, les hôpitaux de l’Europe préindustrielle sont presque aussi importants pour les élites de la communauté qu’ils le sont pour les pauvres. Voir Van Leewen, « The Logic of Charity : Poor Relief in Preindustrial Europe », Journal of Interdisciplinary History, XXIV, 4 (Spring 1994), 589-613.

5 Conçu par Pierre Bourdieu, le cadre analytique cernant les processus de reproduction sociale a fait l’objet de modifications de la part des historiens qui s’intéressent aux comportements des élites. Ces derniers ont tendance à évacuer le concept d’« habitus » ou, plus particulièrement, la notion selon laquelle le développement et l’emploi des stratégies ne constituent pas des actes commis consciemment, mais se veulent plutôt la résultante d’un « conditionnement » de la personnalité. Voir Bourdieu, Questions de sociologie (Paris, 1980), 133-135. Lire également Jean-Claude Passeron, « Hegel ou le passager clandestin. La reproduction sociale et l’Histoire », Esprit (Juin 1986), 63-81.

6 Muriel Jeorger, « La structure hospitalière de la France de l’Ancien Régime », Annales E.S.C., XXXII, 5 (1977), 1029-1031.

7 Ibid., 1028-1029.

8 Sur ce mouvement d’expropriation, voir Daniel Hickey, « L’Ordre de Notre-Dame de Mont Carmel à l’épreuve des réformes de l’assistance », Bulletin de la Société française d'Histoire des Hôpitaux, 65 (1991), 14-19 et « Closing Down Local Hospitals in Seventeenth-Century France : The Mount Carmel and St. Lazare Reform Movement », Histoire sociale / Social History, XXV, 49 (Mai 1992), 9-33.

9 Cahier des délibérations, bureau des pauvres, Grignan. 1736-72, réunion d’octobre 1736, Archives communales [désormais AC] Grignan, 44 H 11, E1/6.

10 C. Allibert, Histoire de Seyne, de son bailliage et de sa viguerie, (Barcelonnette, 1904 : réédition Marseille, 1972), 405-409.

11 Marc Robichaud, « L’Hôpital de Caudebec-en-Caux, 1693-1789 : un exemple d’assistance locale en France à l’époque des Lumières », thèse de maîtrise, Université de Moncton, 1996, 6. Pour les capacités d’accueil de l’hôpital, voir les Délibérations de l’Hôpital de Caudebec, 16 octobre 1724, Archives de l’Hôpital, Archives départementales [désormais AD] Seine-Maritime, 113 HP, E3, f. 26.

12 Hélène Avisseau-Roussat, « L’Hôpital Saint-Antoine de la Charité de Pontorson », Revue du département de la Manche, VI, 22 et 23 (Avril 1964), 1ère et 2e parties.

13 André Guillemot, « L’Hôpital de Malestroit du milieu du XVIIe siècle à la Révolution », thèse de D.E.S., Université de Rennes, 1967, 1.

14 Norberg, Fairchilds, Gutton et Vovelle ont tous noté que les legs charitables augmentent régulièrement en importance et en fréquence après 1630, atteignant certains sommets dans la première moitié du XVIIIe siècle. En même temps, les études sur les testaments urbains ont souligné que les groupes sociaux donateurs de legs charitables diffèrent notablement d’un siècle et d’une région à d’autres. Selon Norberg, ce sont les magistrats qui sont les principaux donateurs à Grenoble, suivis en cela par les nobles et les bourgeois. Selon Chaunu, le Paris du XVIIe siècle voit plutôt les familles nobles remplir cette fonction. Lire Norberg, ouv. cité, 117-137 ; Michel Vovelle, Piété baroque et déchristianisation en Provence au XVIIIe siècle, (Paris, 1978), 229-264 ; Cissie C. Fairchilds, Poverty and Charity in Aix-en-Provence (Baltimore, 1976), 18-37 ; Gutton, ouv. cité, 419-437 ; Pierre Chaunu, La Mort à Paris aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles (Paris, 1978), 392-427 ; Alain Croix, La Bretagne aux 16e et 17e siècles : la vie, la mort, la foi, 2 vol. (Paris, 1981), 1, 685-709.

15 Patrice Berger, « Rural Charity in Late Seventeenth Century France : The Pontchartrain Case », French Historical Studies, X, 3 (Spring 1978), 393-415.

16 Vovelle, ouv. cité, 253-255. Norberg, ouv. cité, 121-131.

17 Comptes des recteurs de l’hôpital, Grignan, AD Drôme, 1656-1679, 44 H 17, E39 et 1680-1700, 44 H 17,E/10.

18 Délibérations, Consulat de Grignan, 26 septembre 1723, AC Grignan, BB23.

19 Délibérations, Consulat de Grignan, 17 mars 1723, AC Grignan, BB23.

20 Les dépôts d’archives de presque chaque hôpital dans le Valentinois et le Diois contiennent les documents relatifs à de longues poursuites légales. Ils gardent la trace des contestations fréquentes, sinon régulières, au sujet des dons faits avant décès aux institutions de charité. Voir les séries H sous chaque ville et village dans Lacroix, Inventaire sommaire des archives départementales de la Drôme, 8 vol. (Valence, 1872-1893). Maurice Basque a constaté le refus de nombreux héritiers d’honorer les clauses financières des testaments au profit des hôpitaux locaux. Lire Basque, « L’assistance aux pauvres dans le Dauphiné rural du XVIIe siècle : l’exemple du diocèse de Die », thèse de maîtrise, Université de Moncton, 1986, 84-85.

21 Vovelle, ouv. cité, 109-126. Michel Vovelle, Mourir autrefois ; les attitudes collectives devant la mort aux XVIIe et XVIIIe siècles, (Paris, 1974), 46-53 ; Chaunu, ouv cité, 249-260.

22 Les données du graphique 1 proviennent de la recension des comptes annuels des six hôpitaux : Étoile, AC Étoile, E7-9, E20, E32, E35, E37, E40, E42, E44-45, E48-50, E54-55 ; Grignan, AD Drôme, 44 H 12-44 H 18 ; Seyne, AD Alpes-de-Haute-Provence, 54H E1-2, 54H E7-8 ; Caudebec, AD Seine-Maritime, 113 HP E6-E14 ; Pontorson, Avisseau-Roussat, art. cité, 1ère partie, 91-112 ; Malestroit, AD Morbihan, 7 Hs 6, E6, no 29-69-Les revenus ont été relevés en livres. Par la suite, pour tenir compte des dévaluations de la monnaie, les revenus annuels ont été divisés par les prix du blé au marché de Grenoble, ces dernières indications étant issues des données collectées par Robert Latouche et publiées par Henri Hauser, Recherches et documents sur l’histoire des prix en France de 1500-1800, (Paris, 1936), 365-370. J’aimerais remercier le professeur Albert Hamscher pour m’avoir suggéré cette méthode de calcul.

23 En se fondant sur les données issues de l’enquête de 1764, Camille Bloch a fait l’examen des budgets des grands hôpitaux et des hôpitaux généraux. Sur ce sujet, voir Bloch, L’assistance et l’État en France à la veille de la Révolution ; Généralités de Paris, Rouen, Alençon, Orléans, Châlons, Soissons, Amiens (1764-1790), (Paris, 1908), 282.

24 À Pontorson, les Frères de la Charité font souvent appel au Père provincial ou aux établissements de l’ordre à Grenoble et Paris, afin qu’ils puissent les assister dans la poursuite de leurs opérations. Voir Avisseau-Roussat, art. cité, 1ère partie, 108. À Caudebec en 1733, les administrateurs cessent immédiatement toute aide aux pauvres résidant à l’extérieur de l’hôpital lorsque l’intendant suspend le versement des fonds pour leur internement. En 1746, ils défendent leur politique et refusent de rouvrir leurs portes à ces pauvres, en prétendant que l’hôpital ne possède pas de ressources suffisantes. Délibérations, Hôpital de Caudebec, 8 janvier 1746, AD Seine-Maritime, 113 HP, E4, f. 2.

25 Avisseau-Roussat, art. cité, 1ère partie, 73-79.

26 Délibérations, Hôpital de Caudebec, 16 septembre et 7 décembre 1765, AD Seine-Maritime, 113 HP E4.

27 Délibérations, Hôpital de Caudebec, 3 avril 1766, AD Seine-Maritime, 113 HP E4.

28 Délibérations, Hôpital de Caudebec, 18 février 1769, AD Seine-Maritime, 113 HP E4.

29 Vovelle, Piété baroque...., ouv. cité, 257-264. Norberg, ouv. cité, 239-266. Chaunu, ouv. cité, 392-427.

30 Ces patients sont surtout des personnes âgées et des malades chroniques placés en institution. Confronté aux dettes encourues par Caudebec dans la construction des nouvelles installations, le bureau de direction procède de plus en plus à l’examen rigoureux des candidats à l’admission, les obligeant à donner à l’hôpital leurs propriétés et leurs terres en guise de remboursement pour les services qu’ils y reçoivent. En 1776, les patients payants constituent plus de la moitié des nouvelles admissions. Voir Robichaud, ouv. cité, 132-134.

31 Registre des entrées, Hôpital de Caudebec, AD Seine-Maritime, 113 HP F4.

32 Délibérations, Hôpital de Caudebec, 15 décembre 1759, AD Seine-Maritime, 113 HP 23/6G E4.

33 Registre des entrées, Hôpital de Caudebec, AD Seine-Maritime, 113 HP F4.

34 Robichaud, ouv. cité, 128.

35 Hélène Avisseau-Roussat, « L’Hôpital Saint-Antoine de la Charité de Pontorson (1644-1792) », thèse de l’École des Chartes, 1963, planche XIX.

36 Avisseau-Roussat, art. cité, 1ère partie, 106-107.

37 Délibérations, Hôpital de Seyne, registre 1753-1780, AD Alpes-de-Haute-Provence, 22 J 4.

38 Ibid, et Nicole Arnaud-Duc, « L’entretien des enfants abandonnés en Provence sous l’Ancien Régime », Revue historique de droit français et étranger, 1 (1969), 57. Arnaud-Duc mentionne que plusieurs hôpitaux considèrent le montant de 120 livres comme étant insuffisant, plaidant qu’il en coûte 300 livres pour l'éducation d’un enfant. Par la suite, les sommes allouées augmentent sous la pression des directeurs des hôpitaux, passant à 150 livres en 1765 et 175 en 1778. Toutefois, l’expérience de Seyne semble indiquer qu’il est fréquent de verser des dons individuels, de courte durée, pour le soin des enfants.

39 Avisseau-Roussat, art. cité. 2e partie, 155.

40 Ibid.. 156-157.

41 Talcott Parsons identifie la notion générale de pouvoir derrière l'autorité recherchée par les élites. En effet, ces dernières veulent déterminer le comportement des autres, dans ce cas en vérifiant le statut et les besoins des défavorisés. Leur capacité de détermination marquerait leur autorité légitime. Voir Parsons, Social Structure and Personality, (New York, 1964). Étudiant les pauvres qui désirent de l'aide, Lewis A. Coser constate qu’ils adoptent un comportement « utilitaire » en manifestant une attitude « conformiste », puisqu'ils veulent essentiellement recevoir une certaine compensation ou rémunération. Voir Coser, « The Notion of Control in Sociological Theory », dans Jack Gibbs (dir.), Social Control. (Beverly Hills, 1982), 17-18. Dans le cadre de cette analyse, la notion de régulation sociale renvoie à l’action des élites ou des individus désirant pénétrer les cercles des élites locales. Disposant de l’exercice du pouvoir réel ou symbolique, ils se placent dans une position potentielle leur permettant d’exiger un respect à leur endroit et un certain comportement social « respectable » de la part des déshérités qui veulent éventuellement recevoir une assistance.

42 Pierre Bourdieu serait d’avis que ce type d’initiatives constitue une partie intégrante des stratégies de reproduction sociale. Les familles des notables, ou celles qui désirent pénétrer le cercle des élites locales, imitent consciemment ou inconsciemment les gestes, tels que les dons, qui leur permettent d’acquérir une respectabilité et de consolider leur place comme membres des élites. Voir l’argumentation développée dans son article, « Les stratégies matrimoniales dans le système de reproduction », Annales E.S.C., XXVII (1972), 1105-1127. Lire aussi Pierre Bourdieu, Choses dites, (Paris, 1987), 78-93.

43 Leur contrôle des agences caritatives leur permet d’exercer autant de pouvoir que dans les domaines d’activité municipale. Voir Richard C. Trexler, « Charity and the Defense of the Urban Elite in the Italian Communes », dans Frederic C. Jaher (dir.), The Rich, The Well Bom, and the Powerful : Elites and Upper Classes in History, (New York, 1973), 64-109 ; Norberg, ouv. cité, 297-304 ; Fairchilds, ouv. cité, 147-158 ; Cavallo, ouv. cité, chap. 3 ; Sandra Cavallo, « Charity, Power, Patronage in Eighteenth-Century Italian Hospitals : the Case of Turin », dans Lindsay Granshaw et Roy Porter (dir.), Hospitals in History, (Londres, 1989), 107-110 ; Sandra Cavallo, « The Motivations of Benefactors : An Overview of Approaches to the Study of Charity », dans Jonathan Berry et Colin Jones (dir.), Medecine and Charity Before the Welfare State, (Londres, 1991), 46-62.

44 Marco H.D. Van Leewen traite des aspects théoriques de cette question dans un article sur les gains respectifs des pauvres et des riches en matière de charité. Voir Van Leewen, art. cité, 589-613-Pierre Bourdieu souligne la position de force que les contributions de capital financier assurent aux mécènes locaux. Dans une économie pré-capitaliste, leur capital symbolique est inévitablement reconnu par la communauté qui les associe avec d’autres familles prestigieuses, leur fait confiance dans les prises de décision communautaires et leur accorde des places d’honneur dans les cérémonies locales. Voir Bourdieu, Le sens pratique, (Paris, 1980), 191-207.

45 Voir tout particulièrement les comptes de Louys Tosserand, 1603-1604, Hôpital de l’Étoile, AC Étoile, E7.

46 La question de la confiance mise dans les individus contractants est fréquemment portée à l’attention des consuls de la ville, qui suivent de près les rapports financiers du recteur des pauvres sortants. À Grignan, le rapport financier ou le « reliquat » du recteur précédent fait l’objet d’un examen minutieux à maintes reprises. Souvent les conseillers demandent aussi au recteur de rembourser des sommes additionnelles. Ces situations se produisent au cours des mois d’août 1669, avril et août 1670, mars 1672, juillet 1673, décembre 1707, janvier 1712, décembre 1713, novembre 1718, juillet 1721, septembre 1722, mars 1723, septembre 1723 et septembre 1732. Délibérations, Consulat de Grignan, AC Grignan, BB19-BB23.

47 Comptes des recteurs de l’hôpital, 1684, AD Drôme, 44 H 17, E 10.

48 En étudiant la complicité entre les élites de Turin et l’hôpital San Giovanni, Sandra Cavallo affirme que les « réformes » proposées par le gouvernement central créent une nouvelle élite locale, qui dépend des structures royales. Ces nouveaux notables remplacent les élites urbaines plus traditionnelles. Voir Cavallo, « Charity, Power, Patronage », ouv. cité, 109.

49 Gutton, ouv. cité, 303-324.

50 Délibérations du Bureau des pauvres de Seyne, 13 mars 1625, AD Alpes-de-Haute-Provence, 54 Seyne, El.

51 Délibérations, établissement du bureau des distributions, 1676, AD Drôme, 44 H 11, E1 /1.

52 Ordonnance de Mgr. le Comte, 1686, AD Drôme, 44 H 11, El/2.

53 Pour Grignan, voir Comptes, 1600-1601, AD Drôme, 44 H 12, E4 et Comptes, 1680, AD Drôme, 44 H 17, E10/1. Pour Étoile, voir Journal que tient Louys Tosserand, procureur de l’hôpital, 1603-1604, AC Étoile, E7 et Comptes de Charles Point, hôpital d'Étoile, 1666-1667, AC Étoile, E 37.

54 Journal que tient Louys Tosserand, procureur de l’hôpital, 1603-1604, AC Étoile, E7.

55 Comptes de Charles Point, hôpital d’Étoile, 1666-1667, AC Étoile, E 37.

56 Allibert, ouv. cité, 405-409.

57 Jean-Luc Bruzullier, « Les tentatives de réformes d’un petit hôpital-général à la fin du XVIIIe siècle : l’Hôpital général d’Auray », Bulletin de la Société française d'histoire des hôpitaux (à paraître).

58 Hôpital de Malestroit, Comptes, AD Morhiban, 7 Hs 6 (Malestroit), E6 Comptes, 1601-1704.

59 Guillemot, ouv. cité, 485-488.

60 Ibid., 490.

61 Ibid., 491.

62 Ibid., 492-493.

63 Hickey, « L’Ordre de Notre-Dame-de-Mont-Carmel.... », art. cité, 15-19 et « Closing Down Local Hospitals in Seventeenth-Century France », art. cité, 9-34.

64 Pour consulter une étude plus approfondie des tentatives instituées par la couronne afin de rationaliser les réseaux des hôpitaux locaux, ainsi que du mouvement de résistance mis en avant par les communautés, voir Daniel Hickey, Local Hospitals in Ancien Regime France : Rationalization, Resistance, Renewal, 1330-1789, (Montréal-Kingston, 1997).

Table des illustrations

Légende GRAPHIQUERevenus des hôpitaux de Caudebec, Pontorson, Malestroit, Etoile, Seyne et Grignan exprimés en mille quintaux de blé entre 1600 et 1750
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/17584/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search