Version classiqueVersion mobile

Les administrateurs d’hôpitaux dans la France de l’ancien régime

 | 
Jean-Pierre Gutton

Pour l’histoire d’une élite

Jean-Pierre Gutton

Texte intégral

  • 1 M. Perrichet, « Prosopographie de la France moderne : acquis et lendemains », p. 63 à 77 de Histoi (...)

1Le thème d’étude qui nous rassemble s’inscrit tout naturellement dans le cadre des travaux sur la prosopograhie des élites. Constatant que le biographe s’intéresse toujours aux « entours » de son héros, Marc Perrichet1 poursuit : « les structures mêmes de la société d’Ancien Régime, son organisation en corps, définis juridiquement de façon plus ou moins lâche, vont tout naturellement le conduire aux fonds d’archives secrétés par ces mêmes corps. Dès lors n’est-il pas tentant, et plus profitable à la connaissance historique, de s’attaquer à l’étude même des corps et communautés, d’en vouloir comprendre le fonctionnement, d’analyser le recrutement de leurs membres, de restituer les carrières de ceux-ci, de tenter de pénétrer leurs modes de vie et de pensée ? » Ce sont les officiers civils qui ont les premiers bénéficié de ce type de recherches. A partir des années 1950, François Bluche donne une impulsion décisive aux travaux sur les parlementaires. L’enregistrement des lettres de provision et des différents documents notariaux fournissent, en effet, sur les magistrats, de multiples renseignements. Mais les militaires (surtout les marins), les ambassadeurs, les ducs et pairs, les corps de ville, les armateurs... et beaucoup d’autres ont fait l’objet de travaux comparables. Les ambitions de ce type de travaux sont bien connues. Au delà de la reconstitution des carrières, il s’agit de déterminer les fortunes, les genres de vie, les goûts, la vie culturelle. Ces interrogations en appellent d’autres. Parce que les stratégies familiales jouent un rôle considérable dans la France de l’ancien régime particulièrement, il convient, en passant par les affres de la généalogie, de reconstituer les lignages et, pour le moins, de dire si l’intéressé est aîné ou cadet. Il faut aussi s’intéresser aux milieux par rapport auxquels se situe le groupe étudié : clientèles et/ou protecteurs, groupes religieux ou philosophiques. Le tout peut aboutir soit à des dictionnaires, soit à des études d’ensemble, éventuellement pourvues d’index ou même de notices.

2Ce sont ces interrogations que nous voulons appliquer au monde des administrateurs ou recteurs d’hôpitaux. La tâche semble délicate car il ne s’agit pas d’administrateurs professionnels, mais de bénévoles qui donnent leur temps et souvent leur argent à des établissements au demeurant de taille et de nature très diverses. Les « carrières » sont donc beaucoup plus difficiles à reconstituer que pour un corps d’officiers. Mais cette situation d’évergétisme donne beaucoup d’indépendance à des hommes qui peuvent ainsi avoir des pratiques administratives très différentes de celles des officiers, commissaires ou commis de plume de la monarchie. D’autant qu’en dépit d’évolutions sur trois siècles et d’une forte diversité dans la carte hospitalière – l’Ouest est démuni – ces recteurs forment un monde assez homogène.

  • 2 Les travaux de Jean Imbert sont ici fondamentaux. Nous les utilisons ci-dessous, en particulier Le (...)

3Une analyse du monde des recteurs d’hôpitaux passe d’abord par l’étude de la reconnaissance de leur légitimité par la monarchie, donc par l’histoire du droit2. Dès la fin du Moyen Age, difficultés de l’Église et croissance de l’État entraînent lentement vers une uniformité (théorique !) de l’administration hospitalière qui s’affirmera surtout sous le règne de Louis XIV. Comme souvent, la monarchie utilisera alors des administrateurs bénévoles qui ont été imposés en fait par les villes. Au départ, la royauté entend surtout contrôler. C’est pour cette raison que le Grand Aumônier est, en 1519, chargé de « mettre en bon ordre les hôtels-Dieu, hôpitaux, maladreries et autres lieux pitéables ». Puis des édits de 1543 et 1545 stipulent que la reddition des comptes des différents établissements hospitaliers est sous le contrôle des juges royaux. Un édit d’avril 1561 va beaucoup plus loin. Alors que les textes précédents prévoyaient la nomination de bons bourgeois en cas de mauvaise administration des établissements, celui de 1561 pose que tous ces derniers seront confiés à deux administrateurs au moins, élus de trois en trois ans. Quant à l’ordonnance de Blois de 1579, elle précise : « ne pourront désormais estre établis commissaires au régime et gouvernement des fruits et revenus desdites maladreries et hôpitaux autres que simples bourgeois, marchands et laboureurs, et non personnes ecclésiastiques, gentilshommes, archers, officiers publics, leurs serviteurs ou personnes par eux interposées. »

4Cette volonté du pouvoir royal de contrôler les hôpitaux se heurtait forcément aux prétentions de l’Église et elle avait été devancée par les villes. Le concile de Trente a réaffirmé les principes anciens relatifs aux fondations hospitalières. Et la monarchie ne peut pas s’opposer de front à l’Église. Aussi bien lui arrive-t-il de pratiquer un double langage ou, en tout cas, de se contredire. Un édit de février 1 580, qui suit de peu l’ordonnance de Blois citée plus haut, prévoit cependant que les prélats et ecclésiastiques qui ont droit de pourvoir à l’administration des hôpitaux continueront d’en être chargés ! De fait des bénéfices subsistent dans le domaine hospitalier. Le rôle des villes était cependant autrement important. A Lyon, le consulat s’est emparé de l’administration de l’hôtel-Dieu dès 1478. Ce sont désormais les échevins qui gèrent l’établissement, ce qui constitue une lourde charge. Aussi, en 1576, ils confient la gestion à quatre bourgeois, puis à six coadjuteurs. Enfin une décision consulaire du 11 janvier 1583 crée les recteurs : six, puis huit, puis douze en 1626 et quatorze en 1697, chiffre qui restera stable jusqu’à la Révolution. A Paris, le chapitre de Notre-Dame administre l’hôtel-Dieu. Mais la mauvaise gestion de son représentant suscite l’intervention du parlement qui, le 2 mai 1505, rend un arrêt qui confie l’établissement à la municipalité. Celle-ci nommera huit bourgeois, renouvelés par moitié tous les trois ans, « pour avoir ledit gouvernement et commission dudit temporel. » Le parlement de Paris surveille désormais de près la vie temporelle de l’hôtel-Dieu.

5Ces exemples de main mise municipale sur les hôpitaux ne sont pas les seuls. Mais, si dès le XVe siècle et le début du siècle suivant, plusieurs villes s’emparent de la gestion hospitalière, le grand mouvement de réformes des années 1 520-1530 ne peut qu’amplifier cette tendance. Durant cette décennie de nombreuses villes européennes redessinent un système d’assistance et l’influence municipale s’applique aux nouvelles structures, telles les aumônes générales, mais aussi aux anciens hôpitaux. Au cours du XVIe siècle et du début du XVIIe siècle, la fonction de recteur tend à devenir la règle. En dépit des textes royaux, il arrive cependant dans beaucoup de villes qu’une partie des recteurs soit des ecclésiastiques. On s’achemine ainsi vers l’idée que les recteurs des hôpitaux sont l’émanation des notables de la ville. Tous les recteurs ne sont pas des hommes des consulats, mais tous, laïcs ou ecclésiastiques, représentent les pouvoirs dans la ville. C’est ainsi que même si les laïcs dominent les bureaux d’administration, l’évêque, dans les villes épiscopales, préside ces derniers.

  • 3 F. Raymond, Les hospices de Saint-Chamond, Saint-Chamond, 1888, p. 37-38.

6Il faut cependant relever que le souci d’uniformiser ne s’affirme que lentement en plein XVIIe siècle centralisateur. Beaucoup d’auteurs ont souligné que la décision prise en juin 1662 d’établir des « hôpitaux généraux dans toutes les villes et gros bourgs du royaume pour renfermer les mendiants et les instruire à la piété selon les anciennes ordonnances » ne s’accompagne pas de la volonté de créer des bureaux de direction semblables d’un établissement à l’autre. Des lettres patentes sont accordées au coup par coup et sans uniformité. Le 3 juin 1673, un arrêt du Conseil d’État ordonnait aux notables des villes de se réunir pour délibérer sur la création d’un hôpital général. Le 6 juin 1676 le roi adressait aux évêques une lettre pour leur recommander de telles fondations. Or, ce souci de diffuser un nouveau type d’hôpitaux ne s’accompagne pas de la volonté de donner une même structure administrative à tous ces établissements. Pourtant, dans le même temps, la notion de bureau de direction tend à s’imposer. Les lettres patentes alors concédées prévoient l’existence de cet organe. Parfois il résulte de la demande des administrateurs. A Saint-Chamond, l’hôtel-Dieu est régi par les consuls jusque vers 1640, lorsque deux recteurs apparaissent. Ceux-ci rendent compte devant l’assemblée des habitants, parfois longue à prendre les décisions. Aussi obtiennent-ils, le 20 janvier 1675, la création d’un bureau de direction, comprenant deux recteurs et six notables, qui s’assemble désormais chaque vendredi3.

7Ce n’est que dans les dernières années du siècle que deux textes viennent clarifier la situation et tirer les conséquences des évolutions. Ledit d’avril 1695 donne aux évêques la présidence des bureaux hospitaliers s’ils y siègent. Surtout, la déclaration du 12 décembre 1698 pose les règles d’une bonne gestion hospitalière. Elle s’applique aux établissements « qui n’ont point de règlement », ce qui signifie que les hôtels-Dieu et les hôpitaux généraux dont le statut a été précisé par des édits, des arrêts du conseil, des lettres patentes continuent à appliquer ces textes. La déclaration instaure une assemblée générale qui se réunit une fois par an et un bureau qui s’assemble une fois chaque semaine et nomme un trésorier ou receveur. Ce « bureau ordinaire » comprend des « directeurs nés » : l’officier de justice le plus important du lieu, le procureur du roi, le maire, un échevin, le curé. Outre ces directeurs nés, le bureau se compose de « bourgeois et habitans en tel nombre qu’il sera jugé à propos » désignés pour trois ans par l’assemblée générale. La déclaration reprend les dispositions de ledit de 1695 relative à la présidence des évêques. Il est précisé que les évêques pourront se faire suppléer par leurs vicaires généraux qui auront voix délibérative mais qui ne « prendront place qu’après celui qui présidera », c’est-à-dire après le premier officier de justice du lieu. Ce texte fut appliqué avec les multiples nuances ou contradictions qui caractérisent l’administration de l’ancien régime. Plusieurs point cependant sont désormais acquis. La déclaration de 1698 doit s’appliquer aux anciens hôpitaux « qui n’ont point de règlement » et à ceux « nouvellement établis ou rétablis ». Les établissements qui ont une organisation prévue par un texte se dispensent donc légitimement de l’appliquer. Mais d’autres invoquent, comme souvent sous l’ancien régime, des anciennes coutumes ou des « libertés ». Inversement, on peut dire que, dans les villes sièges d’évêchés, la présidence du bureau par l’évêque n’est guère contestée, sauf lorsque l’hôpital parvient à prouver qu’il appartient à un ordre religieux exempt de la juridiction de l’évêque. Cette prééminence de l’évêque a pour conséquence l’effacement progressif du Grand Aumônier qui avait joué un rôle dans les réformes hospitalières du début du XVIIe siècle. Ce n’est que dans la région parisienne qu’il conserve un droit de regard.

  • 4 F. Muyard, Les hôpitaux à Grasse au XVIIIe siècle, D.E.A. Nice, 1979.

8L’aspect le plus important de la déclaration de 1698 était d’institutionnaliser la participation des laïcs à l’administration hospitalière. Une « assemblée générale » était prévue où siégeaient, outre le bureau et les anciens recteurs, les habitants de la ville. Mais comme cette instance est créée au moment même où les assemblées de notables finissent, au sein des administrations municipales, de perdre toute importance par rapport aux consulats ou échevinages, on ne s’étonne pas de les voir très peu réunies. Simplement, comme à Grasse4, quelques hôpitaux distinguent un bureau général et un bureau particulier qui assure la gestion courante. Pour l’immense majorité des hôpitaux soumis à la déclaration de 1698 les recteurs qui ne sont pas recteurs nés sont cooptés. Et cette cooptation est favorable aux laïcs dont la place dans les bureaux avait été préparée par les textes du XVIe siècle précédemment évoqués et par les lettres patentes accordées au coup par coup aux établissements. La monarchie a donc réussi à imposer définitivement un mode de gestion qui ne lui coûte rien et dont les artisans lui sont acquis. Sans doute existait-il un risque avéré d’indépendance. Mais l’Etat n’est pas entièrement désarmé. Le secrétaire d’État à la Maison du Roi règle les conflits institutionnels, particulièrement lors de la désignation des recteurs. Les contrôleurs généraux des Finances surveillent la gestion, surtout depuis la création (1725) d’un conseiller d’État intendant des Finances spécialement chargé des hôpitaux. De plus, à la fin de la monarchie, le contrôleur général Turgot et le directeur général Necker manifestent un vif intérêt pour les questions hospitalières. Durant tout le XVIIIe siècle d’autre part, les contrôleurs généraux ont fait faire des enquêtes portant sur les capacités d’accueil, les finances et, à la fin du siècle, l’action proprement médicale. Enfin, et peut-être surtout, les contrôleurs généraux tout en continuant à s’adresser aux parlements pour contrôler les établissements, s’adressent de plus en plus aux intendant qui sont des collaborateurs fidèles et bien informés. Reste que les hôpitaux étaient des personnes morales autonomes, qu’ils n’avaient pas de budget, que les comptes étaient contrôlés – quand ils l’étaient – a posteriori. Le rôle de la personnalité des recteurs n’en était que plus grand !

  • 5 Comme dans P. Cugnetti, L’hôpital de Grenoble des origines à la fin du second Empire (XIe siècle - (...)
  • 6 Croze, Colly, Carie, Trillat, Déléage, Histoire de l’hôpital de la Charité de Lyon, Lyon, 1934, p. (...)
  • 7 Analyse de cette évolution par exemple dans K. Norberg, Rich and Poor in Grenoble. 1600-1814, Berk (...)

9C’est donc bien à l’étude des recteurs (profession ou état, niveau social, vie religieuse, culturelle, matérielle...), qu’il faut appeler. Rares sont les monographies hospitalières qui n’évoquent pas ces aspects, mais peu répandues sont celles qui en font une réelle analyse5. Bien entendu, il s’agit globalement d’un monde de notables puisque les recteurs doivent donner temps et souvent argent. Leur temps est requis pour les séances (hebdomadaires, voire bihebdomadaires dans les grands établissements) du bureau, mais surtout pour animer et surveiller les services dont ils sont chargés. Gestion financière, mais aussi direction des ateliers, de l’apothicairerie, des moulins lorsqu’ils existent, ou encore veiller à la rentrée des denrées (pensons à celle des « bleds » en périodes de disette) constituent presque des emplois à temps plein. Les administrateurs donnent aussi leur argent parce que la fonction oblige (moralement) à faire des avances et des dons. Comme le remboursement des premières est aléatoire, plus d’un recteur à sa sortie de charge renonce à sa créance. Au XVIIIe siècle, certains administrateurs désignés refusent la charge et, parfois, versent une somme pour être dispensés à vie ! En 1706, l'hôpital de Roanne a du menacer d’une amende de 3 000 livres un sieur Colombier pour le contraindre à accepter sa charge. Dans un placet au Roi, le bureau indique que « par la suite, les plus riches habitants de la ville [pourraient] suivre un si méchant exemple, ce qui entraînerait la ruine de cette maison [en la mettant] en risque de tomber entre les mains de gens pauvres ». Ajoutons que si les bureaux de direction sont peuplés de notables c’est qu’en pratique et, dans certaines villes, en droit, le passage par le rectorat des hôpitaux est souvent indispensable pour briguer un siège d echevin. Le 26 décembre 1746, le conseil de la petite ville de Chatillon-sur-Chalaronne décide que « pour le bien des pauvres, il ne sera nommé aucun syndic qui n’ait été auparavant recteur de l’hôpital ». La composition des bureaux dépend de l’importance de la ville. Si la ville est siège d’évêché et, à plus forte raison, de parlement, le poids des administrateurs nés est essentiel : évêque, premier président du parlement (ou de la chambre des comptes), procureur général du roi. Ce sont presque toujours des nobles. C’est le statut des administrateurs élus ou, plus souvent, cooptés qui est le plus intéressant et essentiel, surtout dans une ville moyenne. Le nombre des recteurs a partout tendance à augmenter avec le temps. A Lyon, la Charité a 9 recteurs à ses débuts (1534), 12 dès le milieu du XVIe siècle, 15 en 1573, 16 en 1575. Au début du XVIIe siècle il y en a 17 et, en 1760, 18, chiffre qui ne variera plus6. Il faudrait se demander si c’est en raison de cet accroissement que les origines sociales évoluent. Ou, plus exactement, vérifier l’hypothèse suivante : la complexité croissante de la gestion conduit à nommer plus de recteurs et à les choisir désormais dans des milieux différents. En effet, les juristes constituent d’abord l’essentiel des recteurs nommés : officiers, et particulièrement magistrats, avocats, notaires, Puis, au XVIIIe siècle surtout, mais à des dates qui varient selon les lieux, on constate que les négociants et les médecins prennent une place plus grande7. Ce type d’évolution n’est pas sans rappeler celle du recrutement des académies provinciales au sein desquelles la bourgeoisie à talents prend aussi une place grandissante. Et, bien entendu, les marchands apportaient leurs compétences pour la gestion matérielle de l’hôpital et, quand elles existaient, des manufactures qui s’y trouvaient. S’agissant des médecins, il conviendrait de montrer si leur présence dans les bureaux de direction est liée ou non aux progrès de la médicalisation de l’établissement.

  • 8 B. Bellande, L’ancien hôpital général d’Issoire. Histoire institutionnelle et sociale de 1674 à la (...)
  • 9 D. Hickey, Local Hospitals in Ancien Régime France. Rationalization, Resistance, Renewal. 1530-178 (...)
  • 10 M. Ferrières, Les donatifs comtadins et provençaux. Un témoignage d’histoire culturelle et sociale (...)

10Surtout dans les villes petites ou moyennes, gens de loi, marchands, médecins appartiennent au même milieu et, parfois aux mêmes familles. Il n’est pas rare non plus que des familles conservent sur plusieurs générations un représentant au bureau. A Issoire, les Aulteroche ont presque toujours un membre recteur de l’hôpital de 1709 à 17928. L’administration hospitalière crée donc un cercle de sociabilité et de notabilité dont l’importance dans la vie locale est capitale. Un livre récent9 a montré comment dans de petites localités pourvues de modestes hôpitaux le monde des recteurs est celui du pouvoir local. Il insiste sur les pouvoirs que donne la direction d’un établissement d’assistance : admissions, distributions de secours, baux et prêts consentis. L’hôpital aide bien sûr les pauvres, mais il est aussi organisme de crédit au service des notables. Un peu partout, cette notabilité acquise ou renforcée par le rectorat hospitalier se concrétise par l’inscription dans la pierre des noms des recteurs et donateurs qui sont souvent les mêmes. En Provence et dans le Comtat des portraits – les donatifs – affirment la notabilité des recteurs et des donateurs10. Lorsque, pour créer les hôpitaux généraux du XVIIe siècle, le pouvoir royal s’adressait aux « notables » il frappait à la bonne porte.

  • 11 Les Caractères de Théophraste et de La Bruyère, Avignon, 1819, t. 2, p. 232 et 350-351.

11Monde de notables, qui réunit des compétences complémentaires, les bureaux de direction ont beaucoup d’atouts pour pratiquer une gestion efficace. Qu’en est-il ? Il faut, d’abord, faire justice d’une légende noire. Faut-il donner crédit aux insinuations de La Bruyère présentant celui qui veut doubler ses revenus et thésauriser et qui s’interroge « Serai-je avare, partisan, ou administrateur ? »11. Les clefs de l’œuvre indiquent que l’auteur fait ici allusion notamment à la banqueroute des Incurables de Paris, due, en 1689 à des imprudences sans doute, mais surtout à l’afflux d’hospitalisés. Il y a toutefois comme une tradition littéraire de dénonciation de supposés détournements dans les finances hospitalières. Barbier dans son Journal historique et anecdotique accuse un administrateur de l’hôpital général de s’être fait attribuer une pension. Le Sage dans l'Histoire de Gil Blas de Santillane (I, 7) publiée de 1715 à 1735, profère de semblables accusations, tandis que L. S. Mercier dans son Tableau de Paris imagine qu’au jugement dernier seul un administrateur d’hôpital est damné. La réalité est loin de ces images. Le trésorier ou receveur prévu dans la déclaration de 1698 est désigné par les recteurs et parfois parmi eux. Mais des précautions sont prises. Il règle les dépenses sur « mandement signé par deux directeurs ». Une déclaration du 26 août 1713 pose que les débiteurs, emprunteurs, locataires d’un hôpital ne peuvent être nommés directeurs. En fait la très grande majorité des administrateurs hospitaliers d’ancien régime a donné beaucoup plus de deniers quelle n’en a détournés. Mais l’ancien régime confond volontiers fonds privés et fonds publics dans le domaine hospitalier comme dans les autres. Alors des recteurs ont pris des repas à l’hôpital, parfois même employé des salariés de l’hôpital à des fins privées. Ces abus, manifestes pour nous, n’en étaient pas encore vraiment à une époque où l’on pouvait se ruiner à gérer bénévolement un hôpital.

  • 12 J. P. Gutton, L’État et la mendicité dam la première moitié du XVIIIe siècle, Saint-Etienne, 1973.
  • 13 A. D. Sarthe, G 937, 29 mai 1679.

12Les questions que pose la gestion des recteurs ne se limitent pas à celle de l’intégrité et sont, au contraire, multiples. Il y a, en premier lieu, celle de la coïncidence de la politique d’assistance conduite par les bureaux d’administration et de celle de la monarchie. Il nous a semblé que les divergences d’appréciation se sont surtout manifestées en trois occasions. La politique royale de concentration des hôpitaux au bénéfice des villes et au détriment des petites communautés d’habitants, particulièrement à la suite des décisions de 1672 et 1693 a été fort mal appliquée. Il en va de même de la politique d’enfermement. La conception du pauvre danger social, qui est celle de la royauté, a du mal à être acceptée surtout dans les villes de taille modeste. Et partant, y compris dans les grandes villes donc, l’enfermement est conçu comme une protection de la communauté et certainement pas comme une politique globale. Il s’agit de secourir des vieillards, de se protéger des mendiants dangereux en les expulsant plus qu’en les enfermant, de fournir, en cas de cessation de travail, un accueil temporaire à des ouvriers qui, sans celui-ci, seraient tentés de porter leurs compétences et leur force de travail dans des villes concurrentes. Ces attitudes peuvent conduire à la tenue de documents différents selon qu’ils sont à usage interne ou destinés au gouvernement royal12. De même, on doit s’interroger sur la mesure dans laquelle les administrateurs locaux suivent le souci monarchique de médicaliser les hôpitaux dans la seconde moitié du XVIIIe siècle surtout. Certains retards sont pleins d’interrogations. L’hôtel-Dieu de Lyon a, dans les dernières décennies de l’ancien régime, de grands médecins et de grands chirurgiens, acquis à la médecine pratique ancêtre de la médecine clinique. Or c’est en 1787 seulement, grâce à une souscription publique, que les premiers lits individuels en fer sont achetés par l’établissement. En 1679 le chapitre de Saint-Julien du Mans avait pris une décision comparable pour protéger des punaises les enfants de la psalette13.

  • 14 A cet égard cf les intéressants comptages des journées de travail au bureau des finances de Lyon d (...)
  • 15 Publié dans Bul. Sté. fr. d'histoire des hôpitaux, 1981, no 43, p. 65 à 68.

13Une autre question posée par la gestion des bureaux est celle de l’organisation de leur travail. Les réunions sont nombreuses et, surtout, en début d’année, les recteurs, au moins dans les grands établissements, se partagent les tâches à accomplir. Certaines sont presque des tâches à plein temps. Il faut s’interroger sur la manière dont le travail est conduit au quotidien. Les bureaux, par leur composition, sont en effet les héritiers d’une double tradition : celle des magistrats et autres officiers qui ne sont pas astreints à des heures fixes de bureau14 et celle de la bourgeoisie d’affaires assidue au comptoir ou à la boutique. On peut se demander si la seconde tradition n’a pas eu tendance à s’affirmer compte tenu de la complexité croissante de l’administration hospitalière et si, dans ces conditions, elle ne s’inscrit pas dans le mouvement qui tend à créer un statut, avec droits et devoirs, de l’administrateur et qui culmine avec les règles qui s’imposent aux sous-ingénieurs sortant de la toute neuve École des Ponts et Chaussées. Il est avéré, en tout cas, dans de nombreux hôpitaux, que, à partir du XVIIIe siècle, les réunions des bureaux d’administration se font plus nombreuses et, surtout, plus régulières. Les amendes prévues en cas d’absence au bureau favorisent la ponctualité. En ce dernier siècle de l’ancien régime encore, les difficultés financières imposent la négociation avec les représentants du roi, voire l’envoi de députés dans la capitale. Gestion et procédures ont conduit à donner beaucoup d’attention aux archives, parfois à constituer un véritable service d’archives. La Charité de Lyon construit, en 1741-1742, une salle d’archives dont les armoires de chêne sculpté sont surmontées d’allégories qui représentent les qualités du bon recteur. En 1743 un règlement des archives en 24 articles est rédigé et imprimé sous forme d’affiches15. Les hôpitaux, comme les couvents, ont sans doute largement contribué à découvrir la valeur du patrimoine écrit. Il faudra se demander quel est leur rôle aussi dans l’utilisation, donc dans l’invention, des commissaires feudistes.

  • 16 G. Durand, Le patrimoine foncier de l’hôtel-Dieu de Lyon. 1482-1791. Contribution à l’étude de la (...)
  • 17 Utiles remarques dans F.X. Emmanuelli, « De quelle utilité générale peut être l’histoire de l’assi (...)

14Reste le thème essentiel qui est celui de la pertinence et de l’efficacité de cette gestion. Au rang des études qui apportent des éléments de réponse il faut placer le livre de Georges Durand consacré au patrimoine foncier de l’hôtel-Dieu de Lyon16. Le patrimoine rural représente un millier d’hectares, achetés pour 15 %, provenant de libéralités pour le reste. Il apparaît, à l’auteur, administré avec beaucoup de routine. Un cadre réglementaire très rigide, le renouvellement biennal des deux recteurs chargés des « biens et maisons de campagne » n’encouragent pas l’innovation. La politique domaniale est très faible sauf en deux périodes. A partir des années 1730, il y a des achats aux Brotteaux et, de 1734 à 1750, des ventes de biens, périphériques et souvent peu rentables. De plus, à partir de 1780, les enchères deviennent systématiques et permettent une revalorisation du montant des fermages. Mais il est clair qu’il y a frilosité de l’investissement, peu de mises en régie alors que c’est le mode de faire-valoir le plus rentable, absence de valorisation commerciale de vins pourtant aptes au transport et au vieillissement. Plus généralement on relève, avec quelque étonnement pour une institution dont les administrateurs sont parfois membres de l’académie ou de la société d’agriculture, l’absence de soucis agronomiques nouveaux. La répétition pluriséculaire des clauses de baux est instructive à cet égard. Mais cet exemple, aussi intéressant soit-il, n’est sans doute pas transposable partout. L’immobilisme n’est pas général et, à partir des années 1760, il y a, souvent sous l’influence du pouvoir royal il est vrai, des mesures de redressement, face à la crise financière de beaucoup d’établissements17. Fusions d’établissements, changement d’affectation des revenus, accueil de malades payants (soldats, ou civils), souscriptions, ventes d’immeubles, remboursement des capitaux des rentes, placements de capitaux prouvent qu’à une gestion charitable de la pauvreté et de la maladie commence à succéder une gestion financière destinée à désendetter et à restaurer la confiance des prêteurs. Cet effort de rigueur n’est certainement que partiel et il se déroule dans un contexte de début de vieillissement de la population, de croissance démographique qui ne permet pas à l’économie d’absorber tout l’excédent de bras ruraux.

  • 18 K. Norberg, o. 1., p. 32 sq.
  • 19 A. Tallon, La Compagnie du Saint-Sacrement (1629-1667). Spiritualité et société, Paris, 1990, p. 2 (...)
  • 20 R. Poujol, La naissance de l’hôpital général de Paris, Paris, 1982. Remarques générales dans E. Ch (...)
  • 21 F. Dornic, Une ascension sociale au XVIIe siècle. Louis Berryer agent de Mazarin et de Colbert, Ca (...)
  • 22 H. Légier-Desgranges, Madame de Moysan et l'extravagante histoire de l’hôpital général (1749-1758) (...)

15La gestion des administrateurs d’hôpitaux peut se ressentir des cercles de sociabilité auxquels ils appartenaient. Beaucoup de confréries ont une activité charitable. Comment imaginer qu’un pénitent vellave ou un chariton normand ne soit pas influencé par cet engagement s’il administre l’hôpital de sa ville ? Et même s’il s’agit de confréries qui ne sont pas spécifiquement charitables il y a rencontres, sociabilité d’un milieu qui est le même que celui des bureaux. La confrérie du Saint-Sacrement de Roanne a, de 1617 à 1785, des recteurs qui ont tous été recteurs de l’hôpital aussi. Au XVIIe siècle tous les administrateurs de l’hôpital de Tournus sont chevaliers du « Noble jeu de l’Arquebuse ». Au XVIIIe siècle, les académies provinciales, mais aussi les sociétés d’agriculture, ont des préoccupations sociales et sanitaires ; les loges maçonniques ont largement contribué à créer des sociétés philanthropiques. Ces corrélations ne peuvent pas être sans conséquences sur la pratique d’un recteur dans sa gestion de l’assistance. Mais ce sont sans doute les liens avec la compagnie du Saint-Sacrement qui sont les plus importants, ne serait-ce que parce que le groupe de pression des dévots a contribué à créer nombre d’hôpitaux généraux ou bureaux de charité au XVIIe siècle. Il est tentant, dès lors, de rechercher dans les registres de délibérations l’action de tel ou tel recteur dont on connaît l’appartenance à la compagnie. L’achat de crucifix posés à la tête des lits, la décision de faire cesser les soins pour les hospitalisés qui n’auraient pas accepté confession et communion dans un court délai après leur admission, sont des mesures caractéristiques souvent retrouvées. Il est donc nécessaire chaque fois que c’est possible de bien repérer la présence de membres de la compagnie du Saint Sacrement dans les bureaux d’administration. Au milieu du XVIIe siècle on constate que les confrères sont maîtres du bureau de l’hôpital général de Grenoble18. Dans beaucoup de villes ce sont les magistrats et les ecclésiastiques qui fournissent particulièrement des recteurs membres de la compagnie. Dans une ville dépourvue de parlement et de noblesse comme Lyon, on trouvera aussi dans cette situation des marchands. Jean Girardot, confiseur, est recteur de l’hôtel-Dieu en 1650 ; Barthélemy Ferrus, pelletier, l'est en 1647, et, en, 1655, le sera à la Charité19. C’est sans doute à l’hôpital général de Paris que l’action d’un bureau animé par la compagnie est la plus connue20. Le projet de cet établissement, qui voit le jour en 1656, a été porté par la compagnie du Saint-Sacrement. Les 26 « directeurs et perpétuels administrateurs » de l’établissement sont tous membres de la compagnie, les plus importants étant Christophe du Plessis-Montbard, Bertrand Drouart, Antoine Pajot de la Chapelle. Aussi bien le souci des âmes est-il aussi important que le souci d’ordre public. A partir du ministériat de Colbert le milieu des dévots devient définitivement suspect. Les directeurs étant ici nommés à vie, ils ne peuvent être remplacés qu’en cas de décès. Colbert fera veiller à ce que ces remplaçants lui soient acquis. Mieux, vers 1666 vraisemblablement, il fait entrer au bureau Berryer, un de ses fidèles21. Ce dernier a trois missions : construire l’église de la Salpétrière, accentuer le caractère répressif de l’hôpital général, développer les manufactures. C’est ainsi que, à propos du second point, les couples de mendiants mariés sont désormais enfermés et que des lettres de cachet envoient à l’hôpital général bien d’autres catégories que les seuls mendiants : fous, vénériens, fils de famille ou épouses placés « en correction », religionnaires. Les manufactures sont organisées pour lutter contre la « fainéantise », fournir des revenus à l’hôpital et un pécule aux pauvres. Au XVIIIe siècle, au temps du jansénisme politique, le bureau d’administration de l’hôpital général sera l’enjeu d’un autre conflit. L’archevêque de Paris était entré dans la direction en 1673 et cela avait introduit la querelle janséniste dans la maison. Sous l’épiscopat du cardinal de Noailles, archevêque de Paris de 1695 à 1729, les jansénistes l’emportèrent. Mais Mgr de Beaumont entend enlever l’hôpital général à l’influence janséniste. Il en résulte un long conflit qui porte aussi sur les formes de gestion et sur la nomination des officières, dont les détails sont menus et, parfois dérisoires, mais qui, replacé dans le contexte des conflits parlementaires du XVIIIe siècle, montre bien l’importance de la sensibilité des membres d’un bureau hospitalier sous l’ancien régime. Il est vrai, aussi, que ce conflit fut utilisé par Louis XV pour reprendre en main le bureau, en écarter les avocats au parlement et faire entrer des financiers pour assurer le crédit de l’établissement22.

  • 23 N. Chair, Une élite urbaine au XVIIe siècle. Les recteurs de l’hôtel-Dieu et de la Charité, Maîtri (...)
  • 24 J. L. Avazeri, o. 1., p. 96.
  • 25 A. D. Rhône, fonds Galle, ms 42, Journal de Mathieu de La Font, fol. 198-202.

16Il est clair, enfin, que nos études sur les recteurs d’hôpitaux conduisent forcément à une enquête sur leurs vies publique et privée. On nous permettra ici d’être bref car la méthode et les interrogations sont très proches de celles qui ont fait l’objet de beaux ouvrages sur les magistrats et particulièrement sur les parlementaires de Paris, Besançon ou Aix-en-Provence. Il faut ici s’interroger sur la place du rectorat dans la conservation ou dans l’accession à la notabilité. Et, particulièrement, en quoi ce passage permet un destin municipal. Les recteurs lyonnais de la seconde moitié du XVIIe siècle accèdent à hauteur de 14,6 % au consulat23. Quant à l’histoire de leur vie privée c’est celle de leur vie familiale (âge au mariage, nombre d’enfants) et spirituelle (dispositions testamentaires pour l’au-delà par exemple). Celle aussi de leurs fortune et revenus, de leur domesticité et, plus généralement, de leur train de vie. Bien entendu, et comme toujours sous l’ancien régime, il faut prêter grande attention aux querelles de préséance. En août 1761, le bureau de l’hôpital de Tournus délibère sur l’affront subi lors des funérailles de sœur Chapuis : un ancien notaire et la famille de ladite sœur ont « pris le pas sur les dits sieurs députés » [du bureau]24. Les conflits de préséance à l’intérieur des bureaux semblent nombreux aussi. Et il faut redire l’esprit d’indépendance, extrême. Mathieu de La Font, marchand, est en 1695, recteur de l’hôtel-Dieu de Lyon. Il refuse de recevoir un faux malade que M. de Canaples, commandant pour le roi à Lyon, a recommandé. Violemment interpellé, il ne céda pas et résista à des « menaces qui ne convenaient pas à des personnes qui quittoient leurs affaires, dépensoient leurs biens et risquoient leur santé pour le service des pauvres »25.

17A partir de ces quelques réflexions, qui ne sont pas exhaustives, il faut envisager à la fois des monographies d’exemples régionaux et des études thématiques. C’est l’ambition de nos tables rondes de fournir les unes et les autres.

Notes

1 M. Perrichet, « Prosopographie de la France moderne : acquis et lendemains », p. 63 à 77 de Histoires de vies, Actes du colloque de l’association des historiens modernistes, bulletin no 19, Paris, 1996.

2 Les travaux de Jean Imbert sont ici fondamentaux. Nous les utilisons ci-dessous, en particulier Le droit hospitalier de l'ancien régime, Paris, 1993.

3 F. Raymond, Les hospices de Saint-Chamond, Saint-Chamond, 1888, p. 37-38.

4 F. Muyard, Les hôpitaux à Grasse au XVIIIe siècle, D.E.A. Nice, 1979.

5 Comme dans P. Cugnetti, L’hôpital de Grenoble des origines à la fin du second Empire (XIe siècle - 1870), Grenoble, 1978, 2 vol.

6 Croze, Colly, Carie, Trillat, Déléage, Histoire de l’hôpital de la Charité de Lyon, Lyon, 1934, p. 153-154.

7 Analyse de cette évolution par exemple dans K. Norberg, Rich and Poor in Grenoble. 1600-1814, Berkeley, 1985, p. 171 sq. Et aussi dans le mémoire de maîtrise (Univ. Lyon 2, 1988) de B. Cinq, Héritages, stagnations et mutations de l’assistance hospitalière à Annonay de 1760 à 1820 qui donne le tableau suivant à propos des recteurs cooptés :

Image

Au bureau de l'hôpital de Roanne, les négociants sont absents pour la période 1667-1683, représentent 13,8 % de 1684 à 1719, 20 % de 1738 à 1750 et 19,5 % de 1750 à 1790. L. Marquet, Roanne, son plat pays et l’assistance hospitalière sous l’ancien régime, maîtrise Lyon 2, 1989. A l’hôpital de Tournus, les marchands et les négociants monopolisent pratiquement la fonction de receveur économe au XVIIIe siècle, p. 97 sq. de J. L. Avazeri, L'hôpital de Tournas au XVIIIe siècle, Thèse 3e cycle, Besançon, 1982, 295 p.

8 B. Bellande, L’ancien hôpital général d’Issoire. Histoire institutionnelle et sociale de 1674 à la Révolution, Montpellier, 1963, p. 39.

9 D. Hickey, Local Hospitals in Ancien Régime France. Rationalization, Resistance, Renewal. 1530-1789, Montréal, 1997, surtout p. 123sq.

10 M. Ferrières, Les donatifs comtadins et provençaux. Un témoignage d’histoire culturelle et sociale, Thèse 3e cycle, Aix-en-Provence, 1982, 2 vol.

11 Les Caractères de Théophraste et de La Bruyère, Avignon, 1819, t. 2, p. 232 et 350-351.

12 J. P. Gutton, L’État et la mendicité dam la première moitié du XVIIIe siècle, Saint-Etienne, 1973.

13 A. D. Sarthe, G 937, 29 mai 1679.

14 A cet égard cf les intéressants comptages des journées de travail au bureau des finances de Lyon dans F. Bayard, « Les activités du bureau des finances de Lyon dans la première moitié du XVIIe siècle », L'administration des finances sous l’ancien régime, Paris, 1997, p. 241 à 270.

15 Publié dans Bul. Sté. fr. d'histoire des hôpitaux, 1981, no 43, p. 65 à 68.

16 G. Durand, Le patrimoine foncier de l’hôtel-Dieu de Lyon. 1482-1791. Contribution à l’étude de la grande propriété rhodanienne, Lyon, 1974. Cf. aussi l’important mémoire de maîtrise de Ph. Maret, Les hôpitaux de l’ancien régime et leurs domaines ruraux. Les exemples de Lyon, Vienne et Condrieu (Lyon 2, 1989) qui aboutit à des conclusions comparables.

17 Utiles remarques dans F.X. Emmanuelli, « De quelle utilité générale peut être l’histoire de l’assistance avant 1789 ? L’exemple du midi français », Mélanges Michel Vovelle. Société, mentalités, cultures. France (XVe-XXe siècles). Volume aixois, Aix, 1997, p. 183 à 194.

18 K. Norberg, o. 1., p. 32 sq.

19 A. Tallon, La Compagnie du Saint-Sacrement (1629-1667). Spiritualité et société, Paris, 1990, p. 28. A Lyon entre 1630 et 1731 (dates extrêmes de l’existence de la compagnie), 55 confrères sont recteurs de l’hôtel-Dieu et 65 de la Charité. S. Folcher, La Compagnie du Saint-Sacrement de Lyon. Son action dans l’assistance, Maîtrise Lyon, 1995.

20 R. Poujol, La naissance de l’hôpital général de Paris, Paris, 1982. Remarques générales dans E. Chill, « Religion and mendicity in Seventeenth-Century France », International Review of Social History, vol. VII, 1962, p. 400 à 425.

21 F. Dornic, Une ascension sociale au XVIIe siècle. Louis Berryer agent de Mazarin et de Colbert, Caen, 1968, p. 116.

22 H. Légier-Desgranges, Madame de Moysan et l'extravagante histoire de l’hôpital général (1749-1758), Paris, 1954 et surtout J. Rogister, Louis XV and the Parlement of Paris, 1737-1755, Cambridge, 1995.

23 N. Chair, Une élite urbaine au XVIIe siècle. Les recteurs de l’hôtel-Dieu et de la Charité, Maîtrise Lyon, 1991.

24 J. L. Avazeri, o. 1., p. 96.

25 A. D. Rhône, fonds Galle, ms 42, Journal de Mathieu de La Font, fol. 198-202.

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search