Version classiqueVersion mobile

Les administrateurs d’hôpitaux dans la France de l’ancien régime

 | 
Jean-Pierre Gutton

Préface

Jean Imbert

Texte intégral

1Notre ami Jean-Pierre Gutton nous a demandé de rédiger une préface pour ce remarquable volume... qui n’en avait guère besoin !

2Chacun se rendra compte en effet que les tables rondes qu’a réunies notre collègue en 1997 et 1998 représentent un précieux apport à la connaissance de l’histoire hospitalière, dans la mesure même où elles nous révèlent la profonde unité des intentions des responsables, ainsi que la diversité des moyens employés pour assurer l’équilibre financier... toujours difficile à atteindre... et à maintenir. L’extrême variété des documents comptables, comme le souligne notre collègue F.-X. Emmanuelli, frôle l’anarchie (d’autant plus que les œuvres d’assistance ne disposent à l’époque d’aucune ressource régulière assurée). A cette carence, il faut souvent ajouter les querelles de personnes ; ainsi, les évêques de Bayonne et de Dax entendent affirmer leurs prérogatives présidentielles... et extirper les « mauvaises herbes » jansénistes, ce dont les administrateurs laïques semblent peu se soucier !

3Il n’en reste pas moins que le tableau qui nous est ici présenté précise avec grand soin les responsabilités de chaque acteur dans la conduite de l’administration des œuvres d’assistance, et tout particulièrement des établissements hospitaliers. Comme le souligne notre collègue J.-P. Gutton, il s’agit d’une élite, élite sociale, politique et économique : cette élite semble se recruter aussi bien chez les juristes de profession que chez les négociants et les ecclésiastiques... il est d’ailleurs parfois nécessaire de « forcer la main » à ceux pour qui les charges de la fonction semblent trop lourdes, car ces notables assument par ailleurs presque toujours d’autres responsabilités administratives, sans compter d’autres engagements charitables. Mais le prestige qui entoure ces fonctions est cependant tel que l’accession aux bureaux des hôpitaux fait parfois l’objet de « convoitises, controverses et même procès » ; notre collègue Christine Lamarre rappelle neuf exemples de conflits suffisamment graves pour être évoqués à l’intendance, qui pourtant ne s’occupe guère habituellement de l’administration hospitalière !

4On ne peut que se réjouir d’une telle moisson de précieux renseignements sur l’activité charitable déployée sous l’Ancien Régime, féliciter les rédacteurs des articles... et l’animateur infatigable qui a su les rassembler pour nous faire mieux connaître les multiples aspects de la charité agissante de nos ancêtres !

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search