Version classiqueVersion mobile

Élites et pouvoirs locaux

 | 
Bruno Dumons
, 
Gilles Pollet

Quatrième partie. Élites et corps traditionnels

L’intégration des universitaires lyonnais aux pouvoirs locaux : juristes, médecins, scientifiques et littéraires (1880-1914)

Catherine Pellissier

Texte intégral

  • 1 Catherine PELLISSIER, Les Sociabilités patriciennes à Lyon du milieu du XIX° siècle à 1914, thèse (...)

1Cette communication s’insère dans le cadre de recherches menées depuis plusieurs années sur les élites lyonnaises du milieu du XIX° siècle à 19141. L’échantillon a été constitué au moyen de sondages réguliers effectués dans les annuaires lyonnais qui permettent de connaître la liste des membres de la Société d’Agriculture, de la Société de Charité Maternelle comme du bureau de bienfaisance. Ces instances de sociabilité sont peuplées par des notables issus de tous les horizons sociaux, confessionnels, politiques, professionnels et culturels. Dans ce fichier de 540 familles cohabitent ainsi des représentants de la noblesse, des membres de la bonne bourgeoisie, des notables dont l’entrée en bourgeoisie est récente, des élites “viagères” aussi bien médecins, notaires, ingénieurs, architectes que soyeux... A base essentiellement d’archives privées — associatives ou familiales —, ce travail au ras des pratiques individuelles et quotidiennes examine les multiples facettes de la vie privée et le système complet des pratiques sociales des notables lyonnais. Partie intégrante de ce monde des élites, les universitaires lyonnais partagent un mode de vie bourgeois, participent activement aux sociabilités patriciennes et se distinguent par leur “démon” de la politique.

  • 2 Christophe CHARLE, Les Élites de la République (1880-1900), Paris, Fayard, 1987 ; Christophe CHARL (...)
  • 3 Ibid, p. 291.

2D’emblée, il convient de souligner la modestie de cette approche au regard des travaux de référence de Christophe Charle qui examine ce milieu d’un bout à l'autre de la Troisième République. Surtout, Christophe Charle passe au crible les universitaires parisiens et son étude est fondée sur l’analyse systématique d’échantillons de biographies de professeurs2. Faute de disposer d’outils comparables aux dictionnaires biographiques des professeurs des facultés parisiennes, l’approche prosopographique est pour le moment difficile dans un cadre provincial. L’ambition de cette communication n’est donc pas de confronter, entre Rhône et Saône, “champ universitaire et champ du pouvoir” mais, à partir de données exclusivement qualitatives, d’examiner les relations des universitaires lyonnais avec la société environnante3.

La corporation enseignante

  • 4 Jacques VERGER (dir), Histoire des Universités en France, Toulouse, Privat, 1986 ; Christophe CHAR (...)
  • 5 André LOUAT, L’Universitaire à Lyon de 1870 à 1914, maîtrise d’histoire, Université Lyon II, 1970, (...)
  • 6 Francisque BOUILLIER, Souvenirs d’un vieil universitaire, Orléans, Pigelet, 1897, p. 21.
  • 7 Émile BAUMANN, Mémoires, Lyon, La Nouvelle Édition, 1943, p. 18.

3Dans La République des Universitaires, Christophe Charle démontre le manque d’unité des enseignants du supérieur et met en évidence les spécificités internes de chaque faculté. Dans le cadre lyonnais apparaît également la grande hétérogénéité du milieu universitaire. Sous la Troisième République, la condition universitaire connaît des modifications radicales dans son recrutement et son exercice professionnel4. Sur le terrain lyonnais, cette mue se traduit par une formidable explosion numérique : 24 professeurs en 1875, 78 en 1914. Cette dernière s’accompagne de fréquents déracinements et d’une croissante spécialisation5. Doyen de la faculté des lettres de 1849 à 1864, Francisque Bouillier a du mal à accepter cette “révolution” intervenue sous la Troisième République : « Nous n’étions que cinq, ce qui était insuffisant, ils sont plus de vingt aujourd’hui ce qui est excessif. Combien de ces chaires, comme celles de sanscrit, d’archéologie ancienne ou de Moyen-Age ou même de pédagogie et d’autres encore, chargent vainement le budget de l'État ! »6. Pendant plusieurs années, “anciens” et “modernes” cohabitent. Étudiant à la faculté des lettres en 1884, Émile Baumann observe deux “écoles” diamétralement opposées : « Les plus anciens s’en tenaient parce qu’ils n’auraient su mieux faire au genre démodé de la conférence déclamatoire et des lieux communs. Leur chaire se tournait en tribune politique. Les jeunes u rebours ne voulaient être que des spécialistes, des philologues férus de l’érudition allemande avec le mépris des idées générales »7.

  • 8 Fernand BALDENSPERGER, Une Vie parmi d’autres. Notes pour servir à la chronique de notre temps, Pa (...)

4Autres facteurs de différenciation : la discipline enseignée. Souvent d’origine locale, médecins et avocats peuplent les facultés “professionnelles” et leur vie sociale se confond souvent avec celle de leurs confrères. Le double cadre hospitalier et universitaire dans lequel l’activité des professeurs de médecine se déroule, leur donne un statut à part et accentue la diversité universitaire. En majorité non-lyonnais, les littéraires et les scientifiques n’effectuent souvent qu’un séjour rapide entre Rhône et Saône et sont par conséquent plus mal connus. Dans les facultés académiques, « la variété de provenance, évidemment prévue pour le bon recrutement des “universités renaissantes” » est de règle8.

  • 9 André LOUAT, L’Universitaire..., op. cit., p. 121.
  • 10 Fernand BALDENSPERGER, Une Vie parmi d’autres..., op. cit., p.149.

5A partir des années 1880, l’autonomie universitaire accrue multiplie les instances corporatives. Les représentants des diverses facultés se retrouvent au conseil général de l’université au sein duquel dissentiments et rivalités sont loin d’être absents9. Plus délicate à mettre au jour, la sociabilité informelle entre professeurs peut également révéler d’importantes tensions. A son arrivée à la faculté des lettres en 1900, Fernand Baldensperger se félicite de l’ambiance lyonnaise : « Quelques années durant, la Faculté des Lettres, augmentée de collègues d’autres facultés de la valeur de Paul Huvelin constituait un milieu parfaitement sympathique. Quel accueillant assemblage, en effet, d’esprits distingués !... Le sceptre bienveillant du doyen Clédat régentait dans une harmonie à peu près parfaite ce monde excellent » mais il doit vite déchanter et regrette que « la division se mit dans un ensemble resté franchement homogène jusque là »10.

6Autre division lyonnaise : l’existence d’une université libre dont la création est permise par la loi de juillet 1875. Des clercs et surtout des laïcs vont saisir cette opportunité et réussir à organiser et soutenir des facultés catholiques. En novembre 1875 est inaugurée la faculté catholique de droit et les années suivantes, les facultés de lettres et de sciences ouvrent leurs portes. Très vite, les Facultés Catholiques s’avèrent être le bastion du catholicisme intransigeant et leur échec est évident. En 1908, elles comptent 151 étudiants, 98 sont inscrits à la faculté de droit, 18 respectivement en lettres et en sciences et 12 en théologie. Son rayonnement se limite à quelques centaines de familles de l’aristocratie et de la bourgeoisie traditionnelles qui fournissent argent, enseignants et élèves. Très souvent, les anciens élèves deviennent membres de la société civile ou professeurs et ils y inscrivent leurs fils. Jusqu’en 1914, les universitaires catholiques se distinguent par leur conservatisme social et politique et la plupart même affiche des convictions contrerévolutionnaires notamment en participant au contre-centenaire de 1789. Ainsi, Charles Jacquier — avocat et doyen de la faculté catholique de droit de 1907 à 1928 — prononce un discours le 5 mai 1889 à l’Assemblée Provinciale du Lyonnais, Forez et Beaujolais. En raison de la coloration radicale de la ville, l’université libre ne fournit pas de candidats aux responsabilités lyonnaises et ses enseignants doivent se contenter d’exercer des fonctions locales dans leur fief campagnard ou au sein du mouvement royaliste. Microcosme social et clérical, les Facultés Catholiques nécessiteraient une étude spécifique mais sont exclues de la présente approche. A ces clivages générationnels et professionnels, se superposent également des divergences sociales qui restent à étudier mais, au sein de cette communauté universitaire divisée, la sociabilité et le comportement politique constituent un facteur d’unité.

Une vie sociale active

  • 11 Christophe CHARLE, Histoire sociale..., op. cit., p. 270.

7D’après Christophe Charle, les élites universitaires du siècle dernier forment un monde à part, fermé sur lui-même11. Valable pour les professeurs parisiens de la Belle Époque, ce constat est-il vérifié à Lyon ? Il semble que non. En effet, les universitaires partagent avec le patriciat lyonnais de nombreux loisirs et préoccupations extra-professionnelles.

  • 12 Archives Municipales de Lyon (AML), Fonds de la Société Nationale d'Éducation, II 75.

8Le plus souvent, leur vie sociale est déterminée par leur exercice professionnel et tourne autour de leur mission enseignante et culturelle. D’un bout à l’autre du siècle, les universitaires estiment de leur devoir de concourir au développement du système scolaire sous toutes ses formes et à tous les niveaux. Compromis entre un groupement professionnel et une société savante, la Société Nationale d'Éducation réunit à sa création en 1830 des chefs d’institution « pour délibérer sur leurs intérêts communs ». Progressivement, elle s’ouvre à tous les notables soucieux des questions d’éducation et ses membres appartiennent, en majorité, à l’enseignement libre ou public et aussi au barreau, à la magistrature et à la médecine. Publications, sujets de concours s’intéressent à « out ce qui concerne l’éducation et l’instruction ». La Société participe activement à la fondation de la Société de Géographie et à celle de l'École de Commerce et, dès 1841, elle demande la création d’une chaire de pédagogie à Lyon. En dépit d’une neutralité sans cesse réitérée, la Société d'Éducation défend, à la fin du siècle, l’enseignement religieux. Cette orientation cléricale ne l’empêche pas de compter dans ses rangs des universitaires laïques tel Louis Chabot, doyen de la faculté des lettres12.

  • 13 Bulletin de l’Université de Lyon, novembre-décembre 1896, p. 38.
  • 14 Les Sociétés Savantes de Lyon, Exposition Universelle de 1900, Lyon, Rey, 1900, p. XI.
  • 15 Christophe CHARLE, Histoire sociale..., op. cit., p. 274.
  • 16 Archives Départementales du Rhône (ADR), 4 M 634.
  • 17 Émile DELEAGE, Souvenirs d’étudiant, Lyon, 1930, p. 4.
  • 18 ADR, 4M 524.
  • 19 Émile DELEAGE, Souvenirs..., op. cit. ; Lucien MERCIER, Les Universités populaires (1899-1914), Pa (...)
  • 20 Christophe CHARLE, Histoire sociale..., op. cit., p. 274 ; Adolphe VACHET, Lyonnais d’hier (1831-1 (...)
  • 21 Dominique DESSERTINE, La Société Lyonnaise pour le Sauvetage de l’Enfance (1890-1960), Toulouse, E (...)

9Logiquement, les professeurs lyonnais sont attachés à promouvoir l’enseignement supérieur et ils sont à l’origine de la création de la Société des Amis de l’Université de Lyon en 1889, ayant pour but la constitution et le développement d’une université régionale. La Société des Amis de l’Université connaît un succès rapide et est soutenue par l’ensemble des élites lyonnaises. Son activité est multiforme : conférences, subventions aux laboratoires et publications, création d’enseignements... Outre ces réalisations concrètes, elle permet aux universitaires et aux lyonnais de souche de se rencontrer. En 1896, son président Félix Mangini constate les bienfaits de cette collaboration : « Elle a déjà porté des fruits, cette union que nous rêvons tous les jours plus intime de la population lyonnaise avec nos savants professeurs... le vieux Lyonnais commence à ressentir les heureux effets de ce contact... il comprend que le contact avec cette aristocratie intellectuelle des autres provinces ne peut que lui être utile »13. Lieu d’intégration urbaine, la Société des Amis de l’Université réalise « la fusion de l’élément local avec le monde universitaire qui a pu acquérir droit de cité dans des milieux jusqu’alors assez fermés »14. Les enseignants du supérieur sont également de fidèles soutiens de l’Association des Anciens Élèves du Lycée de Lyon. Ils participent à ses activités récréatives et culturelles et y exercent souvent des responsabilités, tels Paul Cazeneuve ou Léo Vignon, tous deux professeurs de chimie. Disciples de Jules Ferry, les universitaires lyonnais s’efforcent d’encourager l’enseignement primaire et soutiennent activement ses nombreuses associations : denier des écoles, patronage scolaire... Propagandistes et réformateurs, les universitaires ne se confinent pas dans le champ scolaire et, à Lyon comme ailleurs, ils cherchent à “aller au peuple” et ils participent au mouvement des universités populaires15. En 1900, le professeur de botanique Georges Beauvisage et le professeur de droit Jean Appleton en sont vice-présidents et la liste de ses adhérents se confond avec celle des membres de l’enseignement supérieur16. Ce souci d’éducation populaire engendre plus d’une initiative originale. A la retraite, Georges Beauvisage — “apôtre des temps nouveaux” — donne des cours de ménage à ses femmes de charge et leur « enseigne l’art d’allumer le feu de façon scientifique »17. Fondé en 1901 par le professeur de droit Paul Pic, l’Office Social de Lyon témoigne aussi de ce souci d’éducation populaire. D’esprit républicain, il réunit des « notabilités appartenant aux sciences, aux lettres, à la médecine, au commerce et à la politique » qui proposent aux ouvriers, aux employés comme aux étudiants « des causeries hebdomadaires, des conférences publiques sur des sujets d’actualité, l’étude des organisations syndicales et coopératives et des visites d’usines »18. Sur le plan pratique, ces tentatives sont souvent vouées à l’échec ; l’Université Populaire comme les causeries ménagères car « le peuple est beaucoup moins affamé de science que ne le prétendent certains »19. Au fil du siècle, ces velléités d’émancipation populaire vont crescendo, sans doute la désaffection pour les cours publics a-t-elle orienté les universitaires vers ces nouvelles formes d’enseignement. Sous la Troisième République, les universitaires sont plus que jamais imbus de leur mission pédagogique et les figures lyonnaises de ces « nouveaux pédagogues d’un peuple enfermé dans une culture primaire » sont nombreuses : le professeur de droit Émile Cohendy est administrateur de la Société d’Enseignement Professionnel du Rhône ; l’helléniste Francisque Clavel est à Lyon « le grand promoteur de l’instruction laïque » : président du Denier des Écoles, membre du conseil académique, administrateur de l'École des Beaux Arts, de l'École Normale de Jeunes Filles, président de l'École Supérieure de Comptabilité pour dames...20. Conscient de sa vocation éducatrice, le milieu universitaire est attentif à la sphère juvénile et accorde un large soutien à toutes les entreprises réformatrices du siècle. Fondé en 1890, le Sauvetage de l’Enfance vise à protéger l’enfance moralement abandonnée. Ses choix fondamentaux — laïcité, enseignement professionnel — ne peuvent que séduire les professeurs de l’enseignement supérieur qui contribuent largement au succès de cette oeuvre novatrice21. Pour beaucoup d’universitaires, les groupements professionnels comme les universités populaires constituent un sas d’entrée en politique.

  • 22 Émile DELEAGE, Souvenirs..., op. cit., p. 3.

10L’universitaire n’est pas seulement chargé de transmettre un savoir mais il est aussi un chercheur se consacrant à défricher une portion du champ disciplinaire. En dignes fils des Lumières, certains arpentent tous les domaines de la connaissance, tel le professeur de chimie Albert Florence « dont les tables encombrées d’expériences proclamaient la diversité des travaux... l’encyclopédique science hermétique du maître passait sans effort de la numismatique à l’archéologie, de la graphologie à l’anthropométrie, de la botanique à l’hydrologie...»22. Les professeurs de la faculté de médecine sont tout particulièrement omniscients. Au fil du siècle et des nouvelles ramifications de la science, les universitaires se spécialisent toujours davantage et leur curiosité est, le plus souvent, déterminée par leur spécialité professionnelle. Nombreux sont les scientifiques à fréquenter la Société Linnéenne ou la Société d’Agriculture et ils jouent un rôle moteur au sein de la section locale de l’Association Française pour l’Avancement des Sciences. Les littéraires participent également à la vie intellectuelle de la cité. Quelques-uns sont élus à la Société Littéraire ; Henri Hignard la préside sous le Second Empire. Peuplée d’amateurs et d’érudits, cette dernière ne séduit plus les spécialistes de la fin du siècle qui — tels l’historien Sébastien Charléty ou Léon Clédat — la quitte rapidement.

  • 23 Christophe CHARLE, Histoire sociale..., op. cit., p. 269.
  • 24 Le Deuxième Centenaire de l’Académie Nationale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon (1700- (...)
  • 25 Francisque BOUILLIER, Souvenirs..., op. cit., p. 28.

11Tout au long du siècle, l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Beaux-Arts de Lyon accueille avec libéralité les générations successives d’universitaires, même après 1880 lorsqu’ils deviennent les « vrais héros de la culture républicaine laïque »23. Exception faite de l’élite médicale souvent polyvalente, les littéraires peuplent la classe des lettres et les hommes de science restent entre eux. Ils n’y jouent pas simplement un rôle de figuration et y exercent souvent des responsabilités. En 1876, ses secrétaires généraux sont pour la classe des Belles Lettres et des Arts, le doyen de la faculté des lettres Guillaume Heinrich et pour la classe des sciences, Ernest Faivre, doyen de la faculté des sciences. Par ailleurs, discours de réception, communications et publications fournissent aux universitaires un débouché essentiel pour leurs recherches. En 1900, l’Académie se félicite de cette collaboration active : « Par la parole et par la plume, ils ont profondément marqué leur passage en notre ville et notre compagnie peut s’honorer d’avoir eu plus d’une fois les prémices de leurs oeuvres nombreuses ». Cette ouverture aux nouvelles élites est sans conteste un facteur de vitalité : « La courtoisie avec laquelle l’Académie a accueilli les membres de l’Université, a complété par l’infusion d’un sang nouveau son organisation intellectuelle »24. Dans cette citadelle de l’élite culturelle, les professeurs du supérieur côtoient des notables issus de tous les horizons professionnels et politiques. Ils siègent aux côtés des érudits locaux dont ils sont pourtant séparés par un fossé d’incompréhension et de jalousie réciproques. De même, le caractère récent de leur notabilité contraste avec la patine sociale qui enveloppe l’élite nobiliaire. Dans ses souvenirs, Francisque Bouillier insiste sur son rôle de carrefour : « C’est là que se rencontrent avec les professeurs des diverses universités, les hommes instruits de la cité et que se forment entre eux des liaisons utiles pour les recherches historiques et archéologiques, pour des contributions à toutes les branches de l’histoire naturelle, pour la lecture et l’impression de mémoires »25. Non seulement les universitaires participent activement au mouvement intellectuel lyonnais mais aussi ils contribuent à la spécialisation croissante des sociétés savantes. Fondée en 1881, la Société d’Anthropologie est animée par les professeurs Arloing, Lacassagne, Lortet et Depéret. En 1897, la Société de Chirurgie doit sa création à Léopold Ollier et Alphonse Fochier, tous deux professeurs à la faculté de médecine.

  • 26 Pierre-Yves SAUNIER, Lyon au XIX° siècle : les espaces d’une cité, thèse de doctorat, Université L (...)
  • 27 « Adrien Loir (1816-1899) », Revue du Siècle, mai 1899.

12Bien qu’il ne soit pas toujours natif de la ville, l’universitaire lyonnais ne dédaigne pas le culte de la “petite patrie”26. Presque tous s’enracinent culturellement, leur sociabilité et leurs travaux académiques en sont la preuve. Professeur de littérature grecque, Francisque Clavel appartient à la Commission des Musées et à celle du Vieux-Lyon. La plupart des universitaires participe à toutes les initiatives de décentralisation intellectuelle : ils collaborent à la Revue du Lyonnais et réclament de concert avec les autres élites lyonnaises l’établissement d’une université. D’origine parisienne, Adrien Loir est élu doyen de la faculté des sciences en 1879 et, à sa mort en 1899, il est célébré comme un des premiers ayant « compris les immenses ressources scientifiques de la province et levé le drapeau de la décentralisation »27. Sous la Troisième République, le professeur de droit Charles Appleton se fait le porte-parole de la décentralisation universitaire. L’exemple de la Société de Géographie témoigne de cet enracinement lyonnais. Dès sa fondation, cette dernière néglige les savoirs universitaires comme la géologie ou les sciences de la terre mais privilégie la géographie commerciale et coloniale, plus conforme aux intérêts de la cité. Cette orientation ne gêne pas les enseignants du supérieur qui participent largement à sa création et lui assurent un soutien sans faille.

  • 28 Édouard CHAPPET, Le Professeur Berlioux, Lyon, 1910.
  • 29 Auguste EHRARD, L’Université de Lyon, Lyon, Rey, 1919, p. 293.
  • 30 Ibid, p. 294.
  • 31 Ibid, p. 298.
  • 32 Fernand BALDENSPERGER, Une Vie parmi d’autres..., op. cit., p. 150.
  • 33 Catherine PELLISSIER, Les Sociabilités patriciennes..., op. cit., p. 1036.

13Tout à la fois enseignant et chercheur spécialisé, l’universitaire considère que sa mission est de développer l’enseignement et de vulgariser la culture par tous les moyens. Loin de s’enfermer dans une tour d’ivoire, il participe aux sociabilités culturelles. En raison de ses compétences et de ses multiappartenances, l’universitaire jouit d’une véritable autorité scientifique. Lorsque survient un conflit entre érudits, il est souvent chargé d’arbitrer. S’ils accordent leurs préférences aux choses de l’esprit, les universitaires savent aussi se distraire et se délasser autrement. Hommes de leur temps, ils sacrifient à la mode du sport et sont particulièrement attirés par les disciplines nouvelles. C’est souvent par curiosité scientifique que les universitaires deviennent des alpinistes chevronnés. Tel est le cas du doyen Louis Lortet ou encore d'Étienne Berlioux, venu à l’alpinisme par amour de la géographie. Son but est de « faire servir les courses de montagne au progrès de la science28 » Dans sa thèse sur les alpinistes, Dominique Lejeune observe que les universitaires sont surreprésentés au Club Alpin Français. La section lyonnaise du CAF n’échappe pas à cette règle et on y rencontre « des professeurs de l’université dont le jarret est aussi solide que le savoir »29. Ses préoccupations hygiénistes et culturelles contribuent à cette attraction universitaire. Certains sont de précoces adeptes du tennis. A la Belle Époque, « des clubs ont pour présidents des professeurs d’université qui ne sont pas de simples présidents d’honneur mais d’effectives et remarquables raquettes »30. Les sports mécaniques séduisent également l’élite universitaire : le professeur de médecine Jules Courmont est un féru d’automobile et Charles André, professeur d’astronomie et directeur de l’Observatoire, appartient au Club Aéronautique Lyonnais. En outre, les universitaires partagent avec leurs compatriotes le goût naissant du sport-spectacle. Le jour du Grand Prix, l’université chôme et « professeurs et étudiants se joignent au torrent de la foule qui envahit la plaine du Grand Camp »31. Par ailleurs, beaucoup ont une activité artistique : peinture, collection et surtout musique. Le salon de Jules Courmont est renommé pour ses soirées de musique ancienne et la Société des Concerts de Musique Classique recrute dans les facultés. Un professeur de lettres reconnaît que la musique a été pour lui un “sésame” lui ouvrant les portes de la bonne société lyonnaise32. Plus délicate à saisir, la sociabilité informelle confirme l’ouverture du monde des universitaires lyonnais. En effet, ces derniers sont unis par de nombreux liens amicaux et matrimoniaux aux “élites de la République” lyonnaises33.

La tentation de la politique

  • 34 Christophe CHARLE, Les Élites de la République..., op. cit., p. 410.
  • 35 Auguste EHRARD, L’Université..., op. cit., p. 33 ; André LOUAT, L’Universitaire..., op. cit., p. 1 (...)

14Dans sa thèse, Christophe Charle observe le recul des carrières politiques de grande envergure chez les universitaires34. Ce désengagement national entraîne un repli sur les mandats locaux particulièrement net dans le Lyon de la Troisième République car « nulle part il est possible de voir un accord plus intime entre le pouvoir municipal et le corps enseignant »35. Tout au long de la Troisième République, les élites municipales lyonnaises sont composées en majeure partie d’universitaires et de médecins. De 1882 à 1914, se succèdent trois maires-universitaires assistés au conseil municipal par de nombreux collègues tels le professeur de littérature grecque Francisque Clavel, les professeurs de droit Émile Cohendy et Henri Berthelemy ou encore Charles André.

  • 36 Catherine PELLISSIER, « Antoine Gailleton », Xavier de MONTCLOS (dir.), Dictionnaire du monde reli (...)

15Membre du conseil municipal dès avril 1871 (il le restera trente-trois ans), le professeur de clinique dermatologique Antoine Gailleton s’inscrit en 1882 dans la lignée des médecins-maires de Lyon. Administrateur consciencieux, son action municipale est considérable et reconnue même par le très conservateur Nouvelliste. Ses efforts portent sur l’amélioration de l’hygiène publique, sur la modernisation des transports et il ouvre une nouvelle ère de grands travaux d’urbanisme. Il s’intéresse également à l’enseignement : en construisant des écoles primaires, en encourageant l’établissement de véritables facultés et en se battant pour obtenir la création de l'École de Service de Santé Militaire remplaçant celle de Strasbourg36.

  • 37 Catherine PELLISSIER, « Victor Augagneur », Xavier de MONTCLOS (dir.)..., op. cit., p. 29-30.

16Dans cette “République des médecins” que constitue Lyon dans les premiers temps de la Troisième République, Victor Augagneur s’engage précocement et il entre au conseil municipal en 1888. A la pointe du combat laïque et républicain, ce professeur de pathologie chirurgicale s’intéresse particulièrement à la lutte contre l’alcoolisme et ses méfaits sociaux et il est membre de la Société du Centenaire de 1789. L’Affaire Dreyfus marque un tournant dans sa carrière politique. Lorsque en janvier 1898, paraît dans Le Progrès une adresse de félicitations à Zola après la parution de J’accuse, il est le seul homme politique lyonnais, en dehors des socialistes, à la contresigner. Il est alors un des membres les plus en vue de la Ligue de Défense Républicaine et de la Ligue des Droits de l’Homme. La municipalité Gailleton intervient fort peu en faveur de la révision, valorisant ainsi l’engagement d’Augagneur. Chef de file du camp dreyfusard et jouissant d’une grande popularité, il est élu maire en 1900. Il aura le temps de développer les oeuvres postscolaires, de créer la première ambulance municipale, de restreindre le nombre de débits de boisson et d’abolir l’octroi. En 1905, il est nommé gouverneur de Madagascar et remplacé dans ses fonctions municipales par le jeune Édouard Herriot. Son départ ne suscite guère de regrets à Lyon où beaucoup supportaient avec impatience l’autoritarisme de “Lugduni dictator”. De retour en 1910, il est élu député de Lyon et entame une carrière ministérielle37.

  • 38 Catherine PELLISSIER, « Édouard Herriot », Xavier de MONTCLOS (dir.)..., op. cit., p. 230-232.

17Normalien, agrégé de lettres, Édouard Herriot n’est pas stricto sensu un universitaire. Enseignant en classe préparatoire dès 1896, chargé par la ville d’un cours municipal de littérature française en 1898, titulaire d’un doctorat en 1905, il peut, par sa formation et son entourage, être intégré au monde des professeurs du supérieur. Maire en 1905 pendant plus d’un demi-siècle, conseiller général du Rhône en 1910, sénateur en 1912 et député en 1919, il accomplit une oeuvre considérable : construction de nouveaux abattoirs, du stade de Gerland, électrification des services de la ville, généralisation des transports automobiles, résurrection des foires de Lyon... En parfait radical, une grande partie de son activité est consacrée à l’instruction publique : construction de nombreuses écoles primaires, du lycée du Parc, de l'École d’Agriculture et de l'École de Tissage...38

  • 39 Jean BUTIN, De la gerbe d’or au pain noir, Roanne, Horvath, 1979, p. 23.
  • 40 Fernand BALDENSPERGER, Une Vie parmi d’autres..., op. cit., p. 173.
  • 41 Le Salut Public, 17 mai 1900.

18Toutes ces fonctions municipales se doublent de multiples responsabilités culturelles et sociales : commissions diverses, organisations de congrès et d’expositions... Romancier et polémiste, Henry Béraud condamne l’installation de cette République des professeurs : « Dans la cité conquise, les étrangers, universitaires, chartistes, normaliens ont fait leur entrée... Ces agrégés ou plutôt ces guerriers de l’université, se disputent honneurs et fonctions. Leur frère d’armes le connétable Herriot leur a livré la ville »39. Plus nuancé, un universitaire accuse la politique de détourner des préoccupations intellectuelles et il avoue sa réticence envers cette connexion entre université et municipalité : « J’avais refusé de me joindre au groupe pour qui la conquête du pouvoir municipal, avec ou sans le maire Augagneur, semblait devoir préluder à une action de plus large envergure : il me semblait que, surtout dans une ville comme Lyon, la prétention d’agir sur les conditions municipales n’était justifiée qu’après un séjour de quelque durée dans cette ville aux tendances secrètes et aux naturalisations prudentes »40. Cette hégémonie universitaire est facilitée par la désaffection politique des élites traditionnelles. Dès les débuts de la Troisième République, la droite lyonnaise se trouve exclue de la lutte pour le pouvoir qui se déroule à T intérieur du camp “républicain” et rapidement les radicaux exercent un quasi-monopole sur la ville. Ainsi, le banquier libéral Édouard Aynard est en 1874 le seul élu municipal “conservateur”. Malgré quelques tentatives, les notables lyonnais renoncent bien vite à reconquérir l’Hôtel de Ville et se désintéressent peu à peu des élections municipales en s’abstenant de briguer les suffrages et souvent même de voter. Attitude que fustige Le Salut Public en 1900 : « Comment qualifier la nonchalance, le dédain, tranchons le mot, l’inexcusable lâcheté des hautes classes commerciales et industrielles dont pas un représentant n’a eu le courage d'affronter la bataille municipale... Les intérêts municipaux sont abandonnés pour ne pas dire trahis par les hautes classes commerciales et industrielles »41.

19Qu’ils détiennent ou non un mandat politique, les universitaires lyonnais de la Belle Époque apparaissent, dans leur très grande majorité, comme d’ardents républicains et souvent de farouches anticléricaux. Minoritaires, les universitaires catholiques occupent une position inconfortable, mal compris à la fois par leurs collègues et par les professeurs des Facultés Catholiques. Tel est le cas du doyen de la faculté des lettres Guillaume Heinrich dont les convictions religieuses empêchent la réélection au décanat en 1886. S’il est délicat de sonder les consciences, certains faits ne sont pas équivoques. Nombreux sont les universitaires à se faire enterrer civilement tels les professeurs de médecine Raymond Tripier et Alphonse Fochier. Autre signe tangible : l’adhésion à la franc-maçonnerie. Victor Augagneur, Jules Courmont, professeur d’hygiène et collaborateur d’Herriot, appartiennent à une loge lyonnaise.

  • 42 ADR, 4 M 618.

20Absents des cercles lyonnais les plus prestigieux, les professeurs du supérieur sont très nombreux à fréquenter le Cercle Républicain. Fondé en 1886, il compte environ deux cents membres et il apparaît face aux clubs mondains de la bourgeoisie et de l’aristocratie traditionnelles comme le rendez-vous des élites républicaines et laïques. Dans ses salons de la place des Jacobins, les professeurs de droit Adrien Audibert et Marc Sauzet, le professeur de lettres Émile Bourgeois, le doyen de la faculté de médecine Louis Lortet côtoient des médecins, des architectes ou des avocats et la plupart des représentants des corps élus de la ville et du département. Dès sa naissance, le Cercle Républicain affirme sa vocation politique sans ambages et souhaite « servir de lieu de réunion et de conversation où pourront se rencontrer tous les hommes qui sont convaincus de la nécessité pour la France de conserver et développer le régime »42. Maillon du réseau provincial des cercles républicains, il donne en 1888 un banquet en l’honneur de Waldeck Rousseau.

21Très présents dans la vie politique locale, les universitaires lyonnais ne s’y cantonnent pas et apparaissent très ouverts à l’actualité nationale, voire internationale. Fidèles défenseurs des principes de 1789, ils jouent souvent auprès de leurs concitoyens le rôle d’éveilleurs de conscience.

  • 43 Pascal ORY, Jean-François SIRINELLI, Les Intellectuels en France de l’Affaire Dreyfus à nos jours,(...)

22Fondée à Paris en février 1898, la Ligue des Droits de l’Homme et du Citoyen organise des pétitions, des réunions, diffuse des publications en faveur de la révision et elle pose en principe qu’« à partir de ce jour toute personne dont la liberté serait menacée ou dont le droit serait violé, est assurée de trouver près d’elle aide et assistance »43. La même année, des avocats, des médecins, des universitaires dont le professeur de droit Jean Appleton fondent la section lyonnaise de la Ligue des Droits de l’Homme. Jeune professeur de rhétorique au lycée, Édouard Herriot en est un des premiers adhérents et il y révèle aux Lyonnais ses dons d’orateur politique. Se voulant être « la conscience vivante et agissante du pays », la Ligue survit longtemps après les circonstances de sa création. En 1906, son antenne lyonnaise compte sept cents membres et ses responsables sont largement recrutés dans le monde médical et universitaire.

  • 44 ADR, 4 M 632.

23A la Belle Époque, les Lyonnais sont atteints par la fièvre slavophile qui secoue la France. A partir de 1905, une fracture se produit dans cet unanimisme. Sans « vouloir compromettre les intérêts matériels de notre pays », la Société Lyonnaise des Amis du Peuple Russe se charge de répandre auprès du public lyonnais les événements exacts concernant l’Empire russe « sur lesquels les journaux ne publient que des dépêches défigurées par la censure ». Prophétique, elle annonce « un mouvement social qui sera un des événements capitaux des temps modernes l’affranchissement d’un peuple de 150 millions d’hommes est commencé ». Fidèle aux principes révolutionnaires, elle défend « la tradition française qui est d’intervenir toujours en faveur des peuples opprimés et de travailler à l’avènement de la démocratie universelle »44. Sensibles à ce message jacobin, les universitaires sont fort bien représentés au sein de la Société des Amis du Peuple Russe.

  • 45 Christophe CHARLE, La République des universitaires..., op. cit., p. 301 et 313.
  • 46 Pierre GRIC, Les Courants politiques du Rhône Types et silhouettes (1870-1934), Lyon, Imprimerie L (...)

24Au cours de la Troisième République, les enseignants du supérieur se distinguent par leur intérêt pour la “chose publique”. L’année 1901 illustre bien cette forte participation des universitaires à la vie politique locale puisque deux d’entre eux, Paul Cazeneuve et Victor Augagneur, président les deux grandes assemblées du département : le Conseil Général du Rhône et le Conseil Municipal de Lyon. Au delà de ce survol rapide, il faudrait chercher à distinguer les diverses modalités possibles de l’engagement (détention de mandats officiels, signature de pétitions,...) et leur importance relative. Cette analyse permettrait de révéler les prises de position de certains professeurs peu connus souvent oblitérées par celles de personnalités occupant le devant de la scène politique, de dégager des modèles de comportement politique et aussi d’observer si, sur le terrain lyonnais, s’observe la persistance d’une minorité “apolitique” à côté du modèle majoritaire et plus visible du professeur engagé45. Lyon est très tôt un fief du radicalisme. Aussi, les universitaires qui s’engagent dans la vie politique locale se distinguent par leur militantisme républicain et laïque mais il faudrait chercher à les situer avec plus de précision sur l’échiquier politique non seulement sur la longue période mais aussi lors de certaines crises. Déchaînant les passions politiques et religieuses, l’Affaire Dreyfus divise la France en deux camps : les révisionnistes et les anti-révisionnistes. Comme à Paris, l’université se scinde : « Du côté de ceux qui se qualifiaient “les amis de la justice et de la vérité” les docteurs Augagneur, Pollosson, Fochier, les professeurs Appleton, Crescent... De l’autre côté se groupèrent les partisans de la chose jugée, fidèles aux déclarations du ministre de la Guerre, les professeurs Gangolphe, Garraud, Millevoye... » Et pour corser le tout : « Entre les deux se tenait le chapeau de soie du vénéré doyen Caillemer, saluait à droite, saluait à gauche, c’était un chapeau de normand qui ne disait ni oui, ni non »46.

  • 47 Hommage à Monsieur le doyen Exupère Caillemer à l’occasion de sa retraite, Lyon, 1909.
  • 48 Joseph BUCHE, Auguste Allmer, Lyon, 1900, p. 33.
  • 49 Discours prononcés aux funérailles de Monsieur Exupère Caillemer, Grenoble, 1913.
  • 50 Ibid.

25Les universitaires du siècle dernier constituent une minorité totalement immergée dans la vie de la cité. S’ils se polarisent sur les projets éducatifs ou culturels, ils sont également des sportmens, des artistes ou des hommes politiques avisés. Leurs préoccupations pédagogiques, musicales ou décentralisatrices sont partagées par l’ensemble des élites lyonnaises qu’ils rencontrent au sein de nombreuses instances de pouvoir local lyonnais. Loin de constituer un monde à part, les universitaires lyonnais participent pleinement aux sociabilités patriciennes. Bien que souvent nés ailleurs, ils savent se faire adopter par leurs nouveaux compatriotes. Si certains professeurs ne font que passer dans la ville du confluent, beaucoup s’y implantent durablement et quelques-uns s’y installent définitivement. Exemplaire mais non exceptionnelle est la trajectoire lyonnaise du doyen Caillemer. D’origine normande, Exupère Caillemer, agrégé de trente-huit ans, est chargé d’organiser en 1875 la faculté de droit nouvellement créée à Lyon et il en restera le doyen jusqu’en 1908. A sa forte participation à la vie sociale des élites se mesure sa rapide naturalisation lyonnaise. Pour lui témoigner son soutien dans cette entreprise pionnière, l’Académie l’appelle à siéger dans ses rangs seulement un an après son installation lyonnaise. A deux reprises, en 1887 et en 1909, il présidera l’illustre aéropage. Quelques années plus tard, il est reçu à la Société d'Économie Politique et il s’abonne à La Revue du Lyonnais. Avec conscience, il remplit ses devoirs de notable en soutenant la Société d’Encouragement Professionnel du Rhône et la Société Protectrice de l’Enfance. Preuve manifeste de notabilité lyonnaise, il siège dès 1888 au conseil d’administration des hospices de la ville. Lors de la fondation en 1889 de la Société des Amis de l’Université, le doyen Caillemer est un personnage essentiel. Il en rédige les statuts et permet au corps enseignant et aux élites locales de se rencontrer pour la défense de l’université lyonnaise. Tous lui reconnaissent cette fonction de médiation sociale : « Vous étiez, par votre connaissance approfondie des besoins universitaires, par vos relations amicales avec la Société lyonnaise l’intermédiaire tout désigné entre des gens qui séparés par le Rhône risquaient de s’ignorer »47. A plusieurs reprises, son statut particulier de naturalisé récent et d’expert scientifique lui font jouer un rôle de conciliateur au sein du patriciat lyonnais. Lorsque les travaux d’Auguste Allmer suscitent des remous dans le monde des érudits lyonnais, les passions se calment « grâce à la prudente et cordiale intervention de Mr Caillemer, correspondant de l’Institut et doyen de la faculté de droit »48. Une autre fois, le doyen Caillemer arbitre un conflit entre la Chambre de Commerce et la municipalité lyonnaise. Après avoir refusé une promotion à Paris, Exupère Caillemer choisit au moment de sa retraite de rester à Lyon et les Lyonnais lui manifestent leur reconnaissance en lui offrant la présidence du conseil des Hospices Civils de la ville. Ainsi, « il reçut de ses concitoyens d’adoption ses lettres de naturalisation »49. La personnalité aimable et sociable de Caillemer a sans aucun doute largement contribué à favoriser son enracinement lyonnais. Son opportunisme proverbial lui a également permis de naviguer à l’aise entre toutes les fractions patriciennes. A sa mort en 1913, le doyen Caillemer reçoit des funérailles municipales et le soyeux Ennemond Morel-Joumel salue la parfaite intégration lyonnaise du défunt en ces termes : « Cet homme de bien venu d’une région éloignée de la nôtre si différent de nous par la race, par son caractère, par son aspect, par la consonance même de son nom cet homme Caillemer avait conquis son droit de cité comme aucun de ceux qui ne sont pas nés ici ne l’a jamais conquis »50.

  • 51 Édouard CHAPPET, L’Université..., op. cit.

26Variable selon les individus, cette intégration urbaine diffère aussi selon les générations. Jusqu’aux années 1880, le professeur de faculté, ultra-minoritaire et souvent lyonnais d’origine, jouit d’un grand crédit dans la bonne société lyonnaise. Son rôle dans la vie académique et le succès mondain de ses cours publics en témoignent mais il ne tient pas encore le haut du pavé. Exemplaire est la déconvenue du professeur de géographie Etienne Berlioux en 1874. Fondateur de la Société de Géographie, il ne parvient pas à accéder à la présidence, le soyeux Louis Desgrand doté de “nombreuses relations” lui est préférés51.

  • 52 Pierre CIZE, Corboneau. Histoire lyonnaise, Paris, Dumoulin, 1908, p. 82.
  • 53 Les Sociétés Savantes de Lyon..., op. cit., p. X.
  • 54 Serge BERSTEIN, Édouard Herriot ou la République en personne, Paris, FNSP, 1985, p. 40.
  • 55 Arthur KLEINCLAUSZ, Histoire de Lyon, Lyon, Masson, 1952, p. 296. A la Société de Géographie, à la (...)
  • 56 Jean-Claude PAUL, Paul Rougier (1826-1901), Lyon, Mougin-Rusand, 1902.
  • 57 John-M. BURNEY, Toulouse et son université. Facultés et étudiants dans la France provinciale du XI (...)

27Au cours de la Troisième République, l’écart se creuse entre les élites traditionnelles et l’universitaire : il est le plus souvent étranger à la ville, d’extraction plus modeste et un fervent adepte de la République et de la laïcité. Parallèlement, son prestige scientifique croît et les élites lyonnaises ne manquent pas de le reconnaître. Dans le même temps, elles sont convaincues du nécessaire destin universitaire de leur ville. Un journaliste de la Belle Époque constate que « Lyon est devenue une ville scientifique. C’est son université qui a opéré la métamorphose. Comme généralement dans les places commerciales, on n’y apprécie pas encore un professeur à sa juste valeur, toutefois peu à peu on y vient »52. Pour résorber ce fossé, la sociabilité joue un rôle décisif et tout particulièrement la Société des Amis de l’Université : « Avant sa naissance, le corps enseignant et le monde commercial, bien que vivant côte à côte, s’ignoraient l’un l’autre et ne se pénétraient point... Mais depuis qu’elle existe, la famille universitaire n’est plus condamnée chez nous à rester confinée dans une sorte de colonie de fonctionnaires. L’esprit de caste a disparu pour faire place à un échange de relations également profitables à tous »53. La gestion des affaires publiques est un autre instrument d’intégration urbaine. Sous la Troisième République, les universitaires sont nombreux à entrer dans l’arène politique lyonnaise. Ces responsabilités municipales confortent leur implantation récente. Cependant, l’engagement politique n’est pas indispensable pour l’assimilation lyonnaise. Ainsi, « le paradoxe de la carrière politique d'Édouard Herriot est qu’il ait commencé par être un notable avant d’être un homme politique » et Caillemer se distingue par son apolitismes54. La volonté d’enracinement de la communauté universitaire contribue également à cette osmose croissante. Beaucoup se marient dans leur ville d’adoption, certains refusent une promotion parisienne et la plupart se font les défenseurs de la “petite patrie” et des intérêts de la cité. Très bien représentés dans les lieux du pouvoir politique et culturel et en contact étroit avec le pouvoir économique, les universitaires occupent une place stratégique, disproportionnée avec leur importance numérique et bien mise en lumière par l’historien de Lyon Arthur Kleinclausz : « Ils ont acquis une considération qu’attestent à la fois leur rôle dans la vie publique et le rapprochement qui s’est opéré entre eux et l’ancienne bourgeoisie traditionnellement très fermée »55. Tel est le cas du professeur d’économie politique Paul Rougier présenté comme « l’homme de la cité toute entière, aussi connu dans les milieux où dominent le travail et l’industrie que dans les assemblées d’ordre exclusivement intellectuel »56. A l’instar de leurs homologues toulousains, les universitaires lyonnais participent pleinement à la vie de leur cité et ils sont loin de constituer un milieu fermé sur lui-même57.

28Certes, cette insertion reste imparfaite et encore mal connue. Si le patricien lyonnais fréquente volontiers les professeurs de faculté au Tennis Club de Lyon ou à l’Académie, il hésite parfois à leur ouvrir les portes de son salon et plus encore à leur donner la main de sa fille. Faut-il interpréter l’investissement municipal et le besoin de reconnaissance scientifique externe comme une compensation à une intégration partielle ?

29Cette étude des relations entre “champ universitaire et champ du pouvoir” reste à l’état d'ébauche. Seuls un examen attentif de la vie politique lyonnaise sous la Troisième République et la constitution sur le modèle parisien d’un dictionnaire biographique des professeurs des facultés lyonnaises permettraient de mieux connaître le monde des universitaires provinciaux, de mesurer leur intégration aux pouvoirs locaux et de dégager les spécificités internes de chaque faculté. Cette communication vise seulement à ouvrir les pistes de recherches ultérieures.

Notes

1 Catherine PELLISSIER, Les Sociabilités patriciennes à Lyon du milieu du XIX° siècle à 1914, thèse de doctorat, Université Lyon II, 1993 ; Catherine PELLISSIER, La Vie privée des notables lyonnais au XIX° siècle, Lyon, ELAH, 1996.

2 Christophe CHARLE, Les Élites de la République (1880-1900), Paris, Fayard, 1987 ; Christophe CHARLE, La République des universitaires (1870-1940), Paris, Seuil, 1994.

3 Ibid, p. 291.

4 Jacques VERGER (dir), Histoire des Universités en France, Toulouse, Privat, 1986 ; Christophe CHARLE, Histoire sociale de la France au XIX° siècle, Paris, Seuil, 1991, p. 267-275.

5 André LOUAT, L’Universitaire à Lyon de 1870 à 1914, maîtrise d’histoire, Université Lyon II, 1970, p. 77.

6 Francisque BOUILLIER, Souvenirs d’un vieil universitaire, Orléans, Pigelet, 1897, p. 21.

7 Émile BAUMANN, Mémoires, Lyon, La Nouvelle Édition, 1943, p. 18.

8 Fernand BALDENSPERGER, Une Vie parmi d’autres. Notes pour servir à la chronique de notre temps, Paris, Conard, 1940, p. 149.

9 André LOUAT, L’Universitaire..., op. cit., p. 121.

10 Fernand BALDENSPERGER, Une Vie parmi d’autres..., op. cit., p.149.

11 Christophe CHARLE, Histoire sociale..., op. cit., p. 270.

12 Archives Municipales de Lyon (AML), Fonds de la Société Nationale d'Éducation, II 75.

13 Bulletin de l’Université de Lyon, novembre-décembre 1896, p. 38.

14 Les Sociétés Savantes de Lyon, Exposition Universelle de 1900, Lyon, Rey, 1900, p. XI.

15 Christophe CHARLE, Histoire sociale..., op. cit., p. 274.

16 Archives Départementales du Rhône (ADR), 4 M 634.

17 Émile DELEAGE, Souvenirs d’étudiant, Lyon, 1930, p. 4.

18 ADR, 4M 524.

19 Émile DELEAGE, Souvenirs..., op. cit. ; Lucien MERCIER, Les Universités populaires (1899-1914), Paris, Éditions Ouvrières, 1986.

20 Christophe CHARLE, Histoire sociale..., op. cit., p. 274 ; Adolphe VACHET, Lyonnais d’hier (1831-1910), Lyon, 1910, p. 211.

21 Dominique DESSERTINE, La Société Lyonnaise pour le Sauvetage de l’Enfance (1890-1960), Toulouse, Erès, 1990, p. 36-38.

22 Émile DELEAGE, Souvenirs..., op. cit., p. 3.

23 Christophe CHARLE, Histoire sociale..., op. cit., p. 269.

24 Le Deuxième Centenaire de l’Académie Nationale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon (1700-1900), Lyon, Rey, 1900.

25 Francisque BOUILLIER, Souvenirs..., op. cit., p. 28.

26 Pierre-Yves SAUNIER, Lyon au XIX° siècle : les espaces d’une cité, thèse de doctorat, Université Lyon II, 1992, p. 1097.

27 « Adrien Loir (1816-1899) », Revue du Siècle, mai 1899.

28 Édouard CHAPPET, Le Professeur Berlioux, Lyon, 1910.

29 Auguste EHRARD, L’Université de Lyon, Lyon, Rey, 1919, p. 293.

30 Ibid, p. 294.

31 Ibid, p. 298.

32 Fernand BALDENSPERGER, Une Vie parmi d’autres..., op. cit., p. 150.

33 Catherine PELLISSIER, Les Sociabilités patriciennes..., op. cit., p. 1036.

34 Christophe CHARLE, Les Élites de la République..., op. cit., p. 410.

35 Auguste EHRARD, L’Université..., op. cit., p. 33 ; André LOUAT, L’Universitaire..., op. cit., p. 159.

36 Catherine PELLISSIER, « Antoine Gailleton », Xavier de MONTCLOS (dir.), Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine. Lyon, Paris, Beauchesne, 1994, p. 191-192.

37 Catherine PELLISSIER, « Victor Augagneur », Xavier de MONTCLOS (dir.)..., op. cit., p. 29-30.

38 Catherine PELLISSIER, « Édouard Herriot », Xavier de MONTCLOS (dir.)..., op. cit., p. 230-232.

39 Jean BUTIN, De la gerbe d’or au pain noir, Roanne, Horvath, 1979, p. 23.

40 Fernand BALDENSPERGER, Une Vie parmi d’autres..., op. cit., p. 173.

41 Le Salut Public, 17 mai 1900.

42 ADR, 4 M 618.

43 Pascal ORY, Jean-François SIRINELLI, Les Intellectuels en France de l’Affaire Dreyfus à nos jours, Paris, Colin, 1986, p. 22.

44 ADR, 4 M 632.

45 Christophe CHARLE, La République des universitaires..., op. cit., p. 301 et 313.

46 Pierre GRIC, Les Courants politiques du Rhône Types et silhouettes (1870-1934), Lyon, Imprimerie Lyonnaise, 1934, p. 88.

47 Hommage à Monsieur le doyen Exupère Caillemer à l’occasion de sa retraite, Lyon, 1909.

48 Joseph BUCHE, Auguste Allmer, Lyon, 1900, p. 33.

49 Discours prononcés aux funérailles de Monsieur Exupère Caillemer, Grenoble, 1913.

50 Ibid.

51 Édouard CHAPPET, L’Université..., op. cit.

52 Pierre CIZE, Corboneau. Histoire lyonnaise, Paris, Dumoulin, 1908, p. 82.

53 Les Sociétés Savantes de Lyon..., op. cit., p. X.

54 Serge BERSTEIN, Édouard Herriot ou la République en personne, Paris, FNSP, 1985, p. 40.

55 Arthur KLEINCLAUSZ, Histoire de Lyon, Lyon, Masson, 1952, p. 296. A la Société de Géographie, à la Société d'Économie Politique ou au Cercle Républicain, les universitaires rencontrent des représentants du monde des affaires.

56 Jean-Claude PAUL, Paul Rougier (1826-1901), Lyon, Mougin-Rusand, 1902.

57 John-M. BURNEY, Toulouse et son université. Facultés et étudiants dans la France provinciale du XIX° siècle, Toulouse, PUM, 1988, p. 89.

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search