Version classiqueVersion mobile

Élites et pouvoirs locaux

 | 
Bruno Dumons
, 
Gilles Pollet

Quatrième partie. Élites et corps traditionnels

L’identification universitaire d’un “terroir” industrielLa “région des Alpes françaises” au début du xx° siècle

Philippe Veitl

Texte intégral

  • 1 Philippe VEITL, « Grenoble et son aire d’influence », Le Département : hier, aujourd’hui et demain,(...)
  • 2 Philippe VEITL, Les Régions économiques Clémentel et l’invention de la région des Alpes françaises,(...)

1Un des imaginaires spatiaux les plus présents pour évoquer actuellement la ville de Grenoble et définir sa position dans les systèmes urbains locaux fait référence à une centralité alpine. Grenoble serait “la capitale des Alpes”1. Grenoble ne peut cependant se prévaloir aujourd’hui de ce statut de capitale régionale qu’à titre symbolique. Un regard vers le passé fait toutefois apparaître l’existence d’un véritable projet régionaliste qui perdra, avec la loi du 5 juillet 1972, toute chance de devenir une réalité institutionnelle. La constitution définitive de la région Rhône-Alpes au début des années 1970 signe en effet l’échec d’une ambition, celle de faire d’une cité, au-delà du département de l’Isère, un lieu de pouvoir local autonome dans l’aire géographique du Sud-Est face à Lyon ou Marseille. Ce régionalisme alpin, affiché par les grenoblois, trouve son principal ancrage historique dans la décision d'Étienne Clémentel, ministre du Commerce de 1915 à 1919, de créer des régions économiques par le regroupement des 149 chambres de commerce que comptaient alors la France2. La circulaire ministérielle du 25 août 1917 qui accordait à Grenoble la direction d’une de ces 17 régions économiques, favorisa localement l’affirmation d’une stratégie identitaire.

  • 3 Pierre BARRAL, Le Département de l’Isère sous la Troisième République, Paris, Colin, 1962.
  • 4 Pierre BOURDIEU, Ce que parler veut dire, Paris, Fayard 1982 ; Geoffrey E. R. LLOYD, Pour en finir (...)

2Trois personnages se distinguent dans cette invention d’une entité régionale. Un industriel, Aimé Bouchayer, un banquier, Georges Charpenay, et un géographe, Raoul Blanchard. S’ils appartiennent à l’élite grenobloise, on ne peut considérer que leurs idées aient fait l’unanimité au sein de ce groupe hétérogène, traversée de jeux complexes d’alliances et d’antagonismes3. Et ils n’eurent pas la maîtrise exclusive des termes dans lesquels fut posé le problème du découpage d’un espace alpin. On doit considérer, à ce sujet, que l’univers des représentations collectives n’est pas homogène. Cette pluralité des références identitaires s’enracine et se manifeste dans des luttes symboliques dont l’enjeu est précisément le monopole de la définition légitime du groupe qui est invoqué comme la cause d’une mobilisation et cela dans un jeu constant d’unification et de différenciation des principes d’appartenance4. Hormis ces réserves, ces trois personnalités s’imposèrent comme les “porte-parole” d’un régionalisme alpin. Elles surent au mieux exprimer le sens du slogan “Grenoble, capitale des Alpes françaises” dans le contexte politique de la création des groupements de chambres de commerce. Sans être absentes, les deux figures politiques dominantes, le radical Léon Perrier, sénateur et président du Conseil Général et le député-maire socialiste Paul Mistral se situèrent relativement en marge de ce mouvement.

  • 5 Jacques LAGROYE, « De “l’objet local” à l’horizon local des pratiques », Albert MABILEAU (dir.), A (...)
  • 6 John A. AGNEW et James S. DUNCAN, The Power of place. Bringing together geographical and sociologic (...)
  • 7 Marc ABELES, « L’anthropologue et le politique », L’Homme, janvier-juin 1986, no 97-98, p. 191-211  (...)
  • 8 Il ne suffit pas de spécifier les propriétés objectives des agents, en les ancrant dans leur config (...)
  • 9 Jean-Claude CHAMBOREDON..., « L’appartenance territoriale comme principe de classement et d’identif (...)

3Pour comprendre l’action de ces trois personnalités, il convient de s’entendre sur la manière d’aborder le “local”. Un ensemble de notions, utilisées pour traiter de l’inscription spatiale des pratiques sociales, est à clarifier. Le local a été pendant longtemps perçu comme une réalité donnée, un cadre géographique, aux échelles variables qui s’offrait spontanément à des études monographiques. On postulait l’existence de groupes localisés, chacun ayant leur cohérence interne spécifique et, par là même, se distinguant entre eux. A cette appréhension naturaliste, il est préférable de suivre une démarche qui passe de “l’objet local à l’horizon local des pratiques”5. En ce sens, tout est localisable et ce positionnement physique est porteur d’effets sur les pratiques sociales6. Par ailleurs, les agents sociaux peuvent chercher à faire le “local”, c’est-à-dire qu’ils peuvent essayer de clôturer, de délimiter une aire spatiale7. Ces deux aspects sont évidemment liés8. On s’attardera cependant sur l’activité qui est orientée par la volonté d’établir des limites géographiques car l’expression d’un tel projet peut faire passer l’inscription spatiale d’une simple dimension physique propre à tous les individus à une dimension identitaire. Le fait d’occuper une certaine portion d’espace devient alors un critère de définition de l’identité individuelle et collective. Les limites géographiques sont considérées comme des cadres sociaux qui introduisent des distinctions, des singularités. La délimitation spatiale des catégories sociales sert ainsi de référence identificatrice et de base à une mobilisation sociale et, dans certains cas, cette manière de mettre en forme le réel doit primer sur tous les autres registres possibles de classification et d’action collectives9. On ne peut plus, dès lors, faire du local une notion valable pour l’analyse scientifique de la réalité sociale. Il faut au contraire l’appréhender comme une “prénotion”, au sens durkheimien du terme, construite par les agents sociaux eux-mêmes. Parler du “local”, c’est par conséquent parler d’une conception de la réalité sociale où l’on valorise l’appartenance à une entité géographique. Il existe de multiples façons d’investir ainsi la localisation d’une valeur classificatoire identitaire. Quand on évoque dans notre cas, la question des Alpes françaises, on s’intéresse précisément à l’une d’elles.

  • 10 Marie-Vic OZOUF-MARIGNIER, La Formation des départements. La représentation du territoire français (...)

4Cette approche permet de sortir des controverses stériles sur l’échelle géographique à laquelle correspondrait le local. Ce dernier n’existe jamais en soi. Il ne se comprend que par rapport à un jeu constant de hiérarchisation des espaces. L’étymologie de mot “région” le fait comprendre en montrant l’importance, non pas du découpage en lui-même qui correspond à ce terme dans le langage courant, mais de l’acte général de différenciation des espaces, une activité qui conduit à édicter autoritairement, arbitrairement, des divisions géographiques et à les ordonner entre elles. Ce processus de construction des subdivisions spatiales se réalise pour partie au travers de discours performatifs qui se caractérisent par leur capacité à faire advenir ce qu’ils énoncent. L’espace est fonction d’un état de conscience sociale qui le donne à voir d’une certaine manière. Aucun projet unifié de transformations des divisions géographiques, quelle qu’en soit sa nature et celle du groupe qui le promeut, ne peut advenir concrètement, avant d’avoir été construit symboliquement, à la fois pour reconnaître ce qu’il faut modifier et pour démontrer la légitimité de son dessein10. Un tel travail symbolique doit s’analyser en suivant son déroulement chronologique et en le rendant aux conditions spécifiques du contexte socio-historique où elle émerge et se manifeste.

  • 11 Thierry GASNIER, « Le local », Les Lieux de mémoire, tome 3 : Les France, volume 2 : Traditions, Pa (...)
  • 12 Éric H. HOBSBAWM, Nations et nationalismes depuis 1780, Paris, Gallimard, 1992.

5Il entretient à ce titre de nombreuses parentés avec la construction de la nation. La parenté entre le nationalisme et le régionalisme, dans notre cas, n’est pas simplement conceptuelle. Au tournant du siècle, la construction du discours sur l’identité de la nation française est indissociable d’une référence omniprésente à l’appartenance régionale11. Trois phases qui ne s’enchaînent pas de façon linéaire et mécanique, semblent scander l’identification et l’institutionnalisation des nations12. Ce processus ternaire nous semble généralisable à la constitution d’autres unités géographiques, en veillant à respecter la temporalité de chaque cas examiné. On s’en inspirera afin d’étudier la stratégie identitaire fondée sur la revendication d’un statut de capitale régionale pour Grenoble. En premier lieu, prennent forme divers mouvements qui demeurent relativement dispersés, au contenu encore flou et sans véritables incidences dans le champ politique. Dans un second temps, vient le moment de politisation, sous la conduite d’un groupe qui s’empare de la revendication et lui donne une forme explicite et officialisée. Enfin, cette revendication rencontre et suscite un soutien collectif et se trouve partagée par la masse des individus. La nature politique de la revendication peut se manifester de manières différentes. A Grenoble, le régionalisme alpin ne se traduira pas dans une mobilisation animée et structurée par des forces partisanes. Il est politique dans la mesure où il vise à peser sur l’élaboration et la mise en oeuvre d’une politique gouvernementale et où il participe d’un débat sur l’identité nationale. Ce mouvement, on l’a dit, est élitaire. L’erreur serait, dès lors, de croire que l’identité régionale proclamée par ce groupe soit partagée spontanément par tous et fasse l’objet d’un consensus. Nous n’évaluerons pas le degré de mobilisation et consensus collectif suscité par cette revendication. Par ailleurs, l’échec de ce processus n’invalide pas la distinction de ces trois phases.

6Le sentiment d’appartenance à une région est ainsi à l’origine l’affaire d’une minorité, même s’il est en apparence disponible à tous quand il se trouve officialisé sous diverses formes. En dépit de cette base sociologique restreinte, on doit se centrer sur l’activité de ce groupe qui prend en charge ce travail de découpage, de représentation et de codification. C’est lui qui élabore la définition de l’espace alpin qui dit sa position par rapport aux autres régions et dans la nation, son organisation interne et l’identité qui la singularise.

Le clocher et la conduite forcée au pays de la houille blanche

  • 13 Jean CHARLES-BRUN, Le Régionalisme, Paris, Bloud, 1911, p. 177.
  • 14 Denis SEGRESTIN, « L’entrée de l’entreprise en société. Introduction à une problématique de la mode (...)
  • 15 Raymond A. JONAS, « Peasants, population and industry in France », Journal of Interdisciplinary His (...)
  • 16 Jules MELINE, Le Retour à la terre et la surproduction industrielle, Paris, Hachette, 1905, p. 110- (...)

7Le régionalisme alpin est étroitement lié à l’industrialisation. Jean Charles-Brun, le fondateur de la Fédération Régionaliste Française, faisait observer avec raison, en 1911, que le « souci des questions économiques est sans doute le trait par où les régionalistes actuels se distinguent le mieux de leurs prédécesseurs »13. Mais, les “questions économiques” se comprennent à partir d’un système de références bien particulier. Le surgissement de l’entreprise fut environné en France d’un soupçon d’illégitimité14. Une des périodes les plus vives de la dénonciation du rôle et de la place de l’usine est perceptible durant l’entre-deux-siècles quand on s’émouvait des menaces qui pesaient sur la France des terroirs où le clocher, dominant l’horizon campagnard, symbolisait la réunion des individus dans une multitude de communautés villageoises15. Jules Méline est un de ceux qui a le mieux exprimé cette inquiétude collective devant ces « villes tentaculaires qui absorbent toute la vie, toute la sève des régions qu’elles dominent ». Le développement industriel et urbain de l’Allemagne et de la Grande-Bretagne suscitait une véritable aversion16.

  • 17 Charles PINAT, « La Houille Blanche », La Réforme Sociale, janvier-juin 1903, p. 75.
  • 18 Georges CHARPENAY, « L’aménagement des chutes », La Houille Blanche, juillet 1913, no 7, p. 197.
  • 19 Bernard KALAORA et Antoine SAVOYE, La Forêt pacifiée. Sylviculture et sociologie au XIX° siècle, Pa (...)
  • 20 Joly de SAILLY, « La lutte contre la désertion des montagnes », La Réforme Sociale, janvier-juin 19 (...)

8Dans les Alpes, entre 1890 et 1914, le secteur de pointe des électrotechniques connut une très forte expansion. Pour le patronat local, en écho aux préoccupations d’un Méline, “l’usine hydroélectrique” offrait l’occasion de « décentralis<er> l’industrie en l’attirant dans des régions salubres, peuplées d’une race vigoureuse et plus sobre » comme le dira Charles Pinat, polytechnicien et ingénieur des Ponts, directeur des Forges d’Allevard (Isère), devant les membres de la Société d'Économie Sociale fondée par Le Play17. Le banquier Georges Charpenay, un des plus actifs investisseurs dans ce nouveau secteur économique, défendra au nom de ses collègues de la Chambre de Commerce, la libre entreprise qui, « en donnant aux populations déshéritées des montagnes la possibilité de vivre désormais sur leur territoire, contribue si puissamment à mettre fin au paupérisme et à enrayer l’immigration »18. Avec l’industriel Aimé Bouchayer, Georges Charpenay soutiendra l’action de l’Association Dauphinoise pour l’Aménagement des Montagnes (ADAM), animé par un polytechnicien, Alexis Audebrand. L’ADAM s’inscrivait dans le courant des forestiers leplaysiens qui s’opposait à l’administration des Eaux et Forêts19. L’espace est fonction d’un état de conscience sociale qui le donne à voir d’une certaine manière. Dans les politiques de restauration des sols de montagnes — une action décisive pour l’industrie hydroélectrique car elle conditionnait la régulation des cours d’eau —, ces gardes forestiers refusaient les mesures autoritaires d’étatisation des espaces montagnards et d’expulsion des populations. Ils en appelaient à l’initiative associative et privée pour « retenir... l’homme sur le sol où il est né et où il jouira de conditions de vie infiniment meilleures que dans les villes »20.

  • 21 John M. MERRIMAN (dir.), French cities in the nineteenth century, New-York, Holmes and Meier, 1989.
  • 22 « Le Dauphiné dans le théâtre et la littérature », L’Initiative, Bulletin du Syndicat d’initiative (...)

9La volonté du milieu patronal grenoblois de préserver et de restaurer un environnement social grâce à l’installation de leurs entreprises, son espoir que la décentralisation industrielle permettrait de combattre l’exode rural et l’entassement dans les villes, lieu identifié à la déchéance physique et au ressentiment moral et politique, s’explique par une vision de la réalité où la croissance des villes entraînée par la concentration industrielle est perçue comme la désagrégation d’une relation quasi ontologique entre un homme et un sol21. Pour les promoteurs de la houille blanche, la localisation et le maintien d’un individu dans son territoire natal est primordiale. Il faut que le clocher, symbole de cet attachement à une terre, s’accorde avec la conduite forcée, symbole de l’industrialisation, pour que perdure cette image des Alpes où de « paisibles hameaux, réunion de chaumières, sont devenus de vastes ruches bourdonnantes et affairées »22.

  • 23 Madeleine REBERIOUX, « Identité et mouvement social », Le Mouvement Social, octobre-décembre 1991, (...)
  • 24 Marcel MAUSS, Oeuvres, tome 1, Paris, Minuit, 1968, p. 28-29.
  • 25 Pierre BOURDIEU, « Intérêt et désintéressement », Cahiers de Recherche, 1993, no 7, p. 19.

10Le discours sur le sol natal et le foyer héréditaire n’a rien de spécifiquement alpin. C’est une sensibilité qui parcourt une très large majorité de la société au tournant du siècle, suscitant un consensus au-delà de certains clivages idéologiques et politiques. Ce discours est centré sur ce que l’on nommera l’imaginaire du “racinement”. Pour le résumer, on peut dire qu’il énonce que l’être qui engendre une entité spatiale est dans le même temps engendré corps et âme. Semblable à l’arbre, l’homme ne peut se dispenser d’être littéralement enraciné, c’est-à-dire qu’il n’existe que dans l’exacte mesure où il se localise. Le sol et l’homme, comme amalgamés, forment un organisme qui est perçu comme la cellule élémentaire de la vie sociale. Il n’est pas de vie sociale réalisable hors de cette enveloppe à l’intérieur de laquelle il faut en permanence s’enchâsser. Quelle que soit sa condition professionnelle, son rang social, on est par sa naissance d’un lieu, on est singularisé par cette appartenance et c’est par elle que l’on est et que l’on se sent solidaire d’autres individus dont on saura seulement qu’ils sont originaires du même sol. Avec eux, on se reconnaît, entre soi et pour soi, une identité individuelle et collective. C’est en ce sens que le “terroir” doit être retenu comme un élément essentiel de l’identité nationale23. L’imaginaire du “racinement” constitue un principe de raisonnement qui n’est pas vraiment soumis à une formulation complète mais qui est constamment présent et qui se manifeste sous la forme d’habitudes directrices inconscientes des actes réflexifs24. Les agents sociaux ne l’énoncent pas tel que nous venons de le présenter explicitement mais ils l’ont pourtant constamment à l’esprit quand ils agissent. Pour le comprendre, on doit considérer que les conduites humaines sont orientées par « des systèmes classificatoires extrêmement complexes qui ne sont jamais constitués en tant que tels »25. Ainsi, sans qu’il soit posé en ces termes, le principe du “racinement” structure les prises de positions objectives, les stratégies discursives officielles de ceux qui entendent institutionnaliser un espace alpin. La cohérence de leurs propos sur la question alpine est fournie par cette catégorie de perception, de jugement, qui informe à tout moment la vision de l’espace local à faire.

  • 26 Aristide BERGES, « Lettre du 19 janvier 1902 », La Houille Blanche, novembre 1902, no 1, p. 5.
  • 27 Aimé BOUCHAYER et Félix VIALLET, Conduites d’eau sous pression pour usines hydrauliques, Grenoble, (...)
  • 28 Les Alpes Pittoresques, 13 mai 1913, p. 1.
  • 29 Les Alpes Pittoresques, 15 novembre 1904, p. 4.

11La primauté accordée à l’appartenance spatiale à une entité géographique ne s’affirmait pas uniquement dans le cadre local étroit de la communauté villageoise mais à l’échelle d’une région. A l’exemple d’Aristide Bergès, le premier à avoir aménagé une conduite forcée non loin de Grenoble, ils furent en effet nombreux à envisager le futur comme il l’exposa en 1902 dans une lettre à l’Association des Élèves et Anciens Élèves de l’Institut Électrotechnique de Grenoble (IEG) : « Au centre des grandes puissances hydrauliques des Alpes, Grenoble sera le coeur de la France du Sud-Est, son organe vital ; de ses environs immédiats s’élanceront des fils qui iront porter jusqu’à des centaines kilomètres, jusqu’à Marseille, la robuste électricité de nos torrents et de nos cascades »26. Une brochure vantant les réalisations des établissements dirigés par Aimé Bouchayer, élevait Grenoble au rang de « ville la plus importante du massif alpin français dans lequel se développ<ent> un si grand nombre d’applications des forces hydrauliques »27. La revue grenobloise Les Alpes Pittoresques, publication à vocation touristique et littéraire fondée en 1901, participe à sa manière à la construction d’une identité locale en se donnant pour mission d’exalter l’action des hommes et les sites naturels du « Mont Blanc à la rive d’Azur »28. Proche des entrepreneurs de la houille blanche, cette revue vantera la “beauté” des sites industriels qui deviennent des curiosités touristiques, promouvant une esthétique régionale où les vallées alpines offraient le spectacle « le jour, du ronflement sonore des machines, et, la nuit, de fulgurantes incandescences »29. Et elle soutiendra le projet, issu de ces mêmes milieux patronaux, d’une liaison ferroviaire électrifiée, directe, de Grenoble à Nice, exposé dans un congrès tenu à Nice en avril 1913, axe de transport symbolisant l’unité de cette nouvelle entité géographique.

  • 30 Procès-verbal de la séance d’inauguration de l’Université, Grenoble, Allier, 1898, p. 14.
  • 31 Ibid, p. 16.
  • 32 Séance solennelle de la rentrée de l’Université le 3 novembre 1899, Grenoble, Drevet, 1899, p. 22-2 (...)
  • 33 Charles PETIT-DUTAILLIS, « Sixième congrès international des chambres de commerce et des associatio (...)

12Ce mouvement régionaliste émergea aussi au sein du monde universitaire. Lors de l’inauguration de l’université de Grenoble le 4 août 1897, le recteur insista sur le fait que la “décentralisation intellectuelle” ne serait valable que si l’université était « profondément enracinée dans son sol et imbue de son sol »30. Le même jour, François Raoult, chimiste de réputation mondiale, doyen de la faculté des sciences et vice-président de l’université, rappelle à son tour « que toute université puise sa force dans le sol qui la porte »31. Le directeur et fondateur de l’IEG, Joseph Pionchon estimait, dès les années 1890, que la vocation de l’université grenobloise, par sa situation privilégiée dans « la région des Alpes du Dauphiné et de la Savoie », était d’être « un centre d’information et d’études pratiques de premier ordre »32. Charles Petit-Dutaillis, recteur de l’Académie, déclara lors du congrès international des chambres de commerce réunis en juin 1914 à Grenoble que la faculté des sciences de cette ville, face à celle de Lyon, avait su trouver « sa raison d’être principale et comme son objet social et national dans l’enseignement technique, dans la formation des ingénieurs, dans l’étude de la houille blanche »33.

  • 34 Jean CHARLES-BRUN, Le Régionalisme..., op. cit., p. 82.

13L’absence de références géographiques précises pour définir les frontières de ce Sud-Est de la France sur lequel Grenoble, par son activité, affirmait son ascendant, le flou autour de l’étendue d’un espace qui ne correspondait ni aux anciens découpages provinciaux, ni à ceux des départements ou d’autres circonscriptions administratives, ne venait donc nullement contredire la conviction qu’il existait un espace régional alpin qui n’avait jusqu’alors pas trouvé place dans les divisions territoriales de la nation. La certitude que Grenoble en était le centre souffrait encore moins de réserve. Ce discours régionaliste construit une identité locale à partir, littéralement, de la production de machines, de l’installation de lignes électriques, de sites industriels et de voies ferrées, de filières universitaires, d’investissements bancaires. Une esthétique paysagère en vient même à fournir une représentation sensible à cette identité par l’identification d’un ensemble de sites spécifiques. C’est dans les rangs des entrepreneurs de la houille blanche, des universitaires qui collaborent avec eux ainsi que chez nombres d’ingénieurs diplômés de grandes écoles nationales ayant créé ou dirigeant des usines dans les Alpes, que cette “conscience régionale” prit forme au tournant du siècle et s’affirma durant la première décennie du XX°. Bien qu’encore indécise, elle est indiscutablement de nature régionaliste car pour elle, selon la formule de Jean Charles-Brun, « l’organisation régionale <est> le cadre qui doit enfermer> »34. Phrase contournée pour dire simplement que l’organisation de la région est la première des oeuvres à entreprendre pour offrir le cadre qui prime sur toutes les autres formes d’appartenance et sans lequel aucune activité ne peut se développer pleinement. Par ailleurs à Grenoble, le régionalisme alpin affichera toujours son ancrage national. On n’observe pas de contestation du principe de l’unité territoriale de la France, ce qui est alors commun à une majorité des régionalistes. La dénonciation du centralisme se fait au nom de la libre entreprise, de la liberté d’initiative locale, une revendication qui inerve une grande part des élites économiques et intellectuelles françaises à cette époque.

  • 35 Paul VIDAL DE LA BLACHE, « Régions françaises », Revue de Paris, 15 décembre 1910, p. 834.

14L’affirmation d’une centralité grenobloise, dans une région alpine inexistante jusqu’alors, n’était pas une simple vue localiste. En témoignent les travaux de Paul Vidal de la Blache, le fondateur de l’école française de géographie. Alors que dans son Tableau en 1903, les Alpes n’apparaissaient que morcelées, constituées d’une juxtaposition de cluses, Paul Vidal souligna l’ampleur des changements dans son article de 1910 sur “Les régions économiques”, un article fondamental qui dessine véritablement une autre organisation territoriale de la France suite aux transformations induites par sa modernisation économique depuis les années 1880. Grenoble, écrivait Paul Vidal, « s’est faite en peu d’années la capitale de la houille blanche <...> dans la région qui comprend la Haute-Savoie, la Savoie, l’Isère et les Hautes-Alpes... Il y a là plus que le principe, déjà la réalisation d’une originalité régionale »35.

Une “originalité régionale” et les mots du géographe

  • 36 Georges CHARPENAY, « Proposition de M. Charpenay pour l’examen des mesures à prendre pour attirer e (...)
  • 37 Georges CHARPENAY, « Du rôle industriel des banques en France avant et après la guerre », Le Dauphi (...)
  • 38 Aimé BOUCHAYER, La Métallurgie en France et en Dauphiné, Grenoble, Imprimerie Générale, 1917, p. 71
  • 39 Louis BARBILLION, « L’Université de Grenoble et l’expansion industrielle dans les Alpes françaises  (...)

15La période 1914-1918 ne fit que renforcer les tendances. Mieux, elle marque un tournant dans l’histoire du mouvement régionaliste alpin. La réforme Clémentel place sur un autre terrain cette revendication en l’obligeant à se situer et à réagir face à la décision gouvernementale d’instituer une division économique du territoire. Les mesures du ministre ne sont cependant pas les seules à prendre en compte. Dès janvier 1916, Georges Charpenay indiqua avec vigueur que la chambre de commerce était de toutes les « autorités locales, la plus influente et la mieux qualifiée » pour accélérer le développement de l’économie régionale et faire de Grenoble le centre d’un puissant ensemble industriel36. Et, tout au long du premier semestre de l’année 1917, des conférences furent organisées sur ce thème à la chambre consulaire. Charpenay y affirma que le rôle industriel des banquiers devait soutenir leurs entreprises locales parce que c’est la seule façon de « se rendre utile à leur petite patrie... pour rendre à la France son indépendance, sa prospérité et sa grandeur »37. Aimé Bouchayer fit aussi une conférence qui avait une valeur programmatique pour la préparation de la paix. Une de ses convictions les plus fortes était que sans l’association de l’entrepeneur et des scientifiques, le progrès économique resterait médiocre. « Il faut, affirme-t-il, qu’après la guerre il y ait de ce côté un mouvement considérable »38. Ces voeux faisaient écho à ceux du directeur de l’IEG, le professeur de physique Louis Barbillion qui avait soutenu lui aussi, en juin 1916, que la préparation de l’après-guerre en Dauphiné reposait sur l’utilisation locale de l’énergie hydro-électrique par « l’implantation à Grenoble et dans les vallées immédiatement voisines d’industries nouvelles » et par une « union étroite de la science et de l’industrie »39.

16Avant même que Clémentel eût adressé sa circulaire du 25 août 1917, Georges Charpenay, Louis Barbillion et Aimé Bouchayer situaient donc fermement leur action dans un cadre local. Leur volonté d’intensifier l’activité économique, les accents productivistes et industrialistes de leurs discours ne les amènent nullement à effacer leur revendication régionaliste. Elle s’en trouve au contraire avivée. L’entreprise, la banque et l’université ont non seulement à tisser des liens étroits mais elles doivent plus encore défendre leur “petite patrie”, la promouvoir. Les premières années de guerre constituent ainsi une phase de consolidation d’une revendication identitaire sur un espace régional. La référence constante et primordiale à une entité géographique où tout doit s’enchâsser comportait cependant des ambiguïtés sur la délimitation exacte qu’on lui donne. Dans tous les cas, cette “conscience régionale” subvertit les divisions territoriales établies du Sud-Est de la France. Une région, recouvrant le découpage départemental, était donc à inventer. Il fallait exposer une vision claire de son étendue, de ses frontières, proposer une description ordonnée de ce qui fonde son unité et son identité. Le lancement de la politique de Clémentel ne fera que rendre plus urgente cette question pour participer activement à un débat national et peser sur des choix ministériels où Grenoble se trouvait en concurrence avec des villes comme Lyon, Chambéry, Nice ou Marseille. C’est le géographe Raoul Blanchard, arrivé à Grenoble en 1906, qui répondra à cette attente. Ce sont ces travaux qui vont permettre d’articuler la conscience régionale qui s’était exprimée localement, autour d’une thématique identitaire argumentée et clairement formalisée.

  • 40 Philippe VEITL, Bernard DEBARBIEUX, « Raoul Blanchard : dire et faire les Alpes », Revue de Géograp (...)
  • 41 Jean-Yves GUIOMAR, « Le tableau de la géographie de la France de Paul Vidal de la Blache », Les Lie (...)
  • 42 Roger CHARTIER, « La ligne Saint-Malo/Genève », Les Lieux de mémoire, volume 3 : Les France, Paris, (...)
  • 43 Yves LACOSTE, Paysages politiques, Paris, LGF, 1990.
  • 44 Philippe VEITL, « Grenoble et son aire d’influence », Le Département..., op. cit.
  • 45 Christian TOPALOV, « Observer, classer, administrer », Genèses, septembre 1991, no 5, p. 2-4.

17Raoul Blanchard a très fortement marqué les représentations géographiques de ces contemporains sur la montagne en général et sur le massif alpin en particulier40. L’école vidalienne de géographie, dans son ensemble, exercera une influence considérable sur la perception collective du territoire national et, plus encore, sur les discours visant à définir ce qu’est la nation française41. Elle a imposé la notion de région vue comme un espace dont il faut d’abord préciser l’existence et les limites par la géographie physique, avant de mesurer l’action volontaire des hommes dans ce cadre car ces entités naturelles ne sont pas reconnues par les découpages politico-administratifs, ni par les hommes qui les habitent42. On tend néanmoins à présenter Raoul Blanchard et avec lui l’ensemble de cette génération des professeurs d’université formés par Paul Vidal avant 1914 auquel il appartient comme des géographes enfermés dans une conception académique de leur savoir et indifférent aux enjeux politiques de leur temps43. Une lecture plus attentive montre au contraire que Raoul Blanchard est un “géographe engagé”44. La géographie fut prise, tout autant que les autres sciences sociales, dans les interactions entre les enjeux savants et les attentes sociales qui ont pour effet de peser sur le choix des objets d’études45. L’action de Raoul Blanchard est une illusion concrète de la nature et des modalités de l’intervention des intellectuels et de l’efficacité de ces interventions. Il n’eut jamais une activité politique, au sens partisan du terme, mais il voulut toujours donner à son travail universitaire une finalité sociale, une valeur pratique. Il a défendu avant que le mot n’existe une “géographie active”, soucieuse de pouvoir orienter les décisions politiques en jouant un rôle de premier plan dans la société civile, tout particulièrement à l’échelon local.

  • 46 Raoul BLANCHARD, Je découvre l’Université, Paris, Fayard, 1963, p. 73.
  • 47 Ibid, p. 96.
  • 48 Christophe CHARLE, Naissance des “intellectuels” (1880-1900), Paris, Minuit, 1990, p. 232.
  • 49 Émile DURKHEIM et Ernest LAVISSE, Lettres à tous les Français, Paris, Colin, 1992 (rééd. 1916).

18« Le Professeur de Faculté doit s’identifier à la région où il est et en extraire ce dont il a besoin », car, estimait-il, il faut bien souvent agir « sans attendre les cadeaux problématiques du pouvoir central »46. Raoul Blanchard dira ainsi toute son admiration pour Louis Barbillion qui, par son action, faisait « grand honneur à la faculté des sciences et offrait le vif intérêt de lier étroitement l’université à la région »47. Dès sa nomination en 1906, il développe une stratégie d’insertion dans le milieu grenoblois qui consiste, notamment, à intégrer des sociétés comme le Club Alpin Français et la Société des Touristes du Dauphiné où, en lien avec les anciennes académies locales, est produit et diffusé un savoir sur les Alpes. Son objectif est de parvenir à contrôler ces institutions non universitaires pour qu’elles deviennent un relais en faveur de la diffusion de son savoir “scientifique” sur les Alpes et pour qu’elles ne représentent plus une concurrence trop forte. Raoul Blanchard sera animé tout au long de sa carrière par le désir, sans concessions, de s’imposer comme la seule personne autorisée à dire ce que sont les Alpes et, a fortiori, à formuler la définition juste de l’ensemble des divisions spatiales du Sud-Est de la France. Il tenait, au sens propre, à avoir le “dernier mot”. La conquête d’une légitimité proprement scientifique, interne au monde savant, est indissociable d’un usage social de cette légitimité pour prendre position dans les débats contemporains. Il chercha à tirer parti du fait que les universitaires disposent collectivement d’un des verdicts sociaux le plus performant pour interpréter et dicter le sens de la réalité sociale afin d’accéder sur le modèle anglo-saxon, au statut de professional, au statut d’expert48. Durant le conflit mondial, le climat d’engagement général, à l’exemple d'Émile Durkheim et d’Ernest Lavisse, ne fera que renforcer ce penchant49. Raoul Blanchard aspira à voir sa vision des Alpes partagée par les gens les plus ordinaires qui occupaient cet espace géographique mais surtout il tenait à s’adresser à l’élite des “producteurs”, ceux dont l’activité façonne l’espace local et transforme le milieu naturel. Il était persuadé que son titre d’homme de science le conduisait à éclairer ces hommes d’action qui, absorbés dans la gestion quotidienne, manquaient de recul pour saisir la portée de ce qu’ils faisaient et pour se projeter correctement dans l’avenir. Le bloc dirigeant de la société reposait, à son avis, sur l’union des universitaires et des capitaines d’industrie.

  • 50 Raoul BLANCHARD, « La région économique des Alpes françaises », L’Action Nationale, janvier 1918, p (...)
  • 51 Paul VIDAL DE LA BLACHE, « Régions naturelles et noms de pays », Journal des Savants, septembre-oct (...)

19L’initiative de Clémentel créera le moment propice à une rencontre de Raoul Blanchard avec le patronat local, rapprochement qui se fit presque immédiatement. Agissant à titre personnel, il publiera en janvier 1918 un article intitulé “La région des Alpes françaises” qui signe son entrée dans le débat sur la politique de régionalisation de la France. Sans évoquer le fait que le projet ministériel limitait la région grenobloise au nord du massif alpin, Raoul Blanchard fit part du fait que son « plus vif désir serait de convaincre M. Clémentel et ses collaborateurs que l’ensemble des Alpes françaises devraient former une seule région économique, étendue depuis le Léman jusqu’à la Méditerranée et dont le centre serait fixé à Grenoble ». Il justifiait cette intervention publique par sa qualité d’homme qui « s’est voué depuis 12 ans à l’étude des Alpes, les a parcouru sans relâche et possède une connaissance suffisante des besoins de leur population »50. Il se sentait encore plus légitime à s’engager dans ce débat car, d’une part, son maître Paul Vidal avait toujours soutenu que le géographe dispose grâce à son étude de région naturelle d’une « aptitude à servir une réforme des divisions administratives dans lesquelles se meut notre vie publique »51 ; d’autre part, les travaux de Paul Vidal sur les régions économiques, publiés à partir de années 1910, avaient explicitement servis de base à la carte proposée par le ministère du Commerce.

  • 52 Paul VIDAL DE LA BLACHE, « Régions françaises »..., art. cit., p. 832 et 839.
  • 53 Raoul BLANCHARD, « La région économique des Alpes françaises »..., art. cit., p. 30-31.

20Les tractations entre le gouvernement et les membres des chambres de commerce aboutirent à un arrêté ministériel, en date du 5 avril 1919, qui validait la conception de la région des Alpes défendue par Raoul Blanchard. Cette conception emprunte, comme souvent chez lui, ses principales notions à Paul Vidal. Ce dernier avait, dans ses travaux sur les nouvelles divisions régionales de la France, axé son analyse autour de l’action des villes. « Toute ville représente un noeud de rapports ; mais il y a des nodalités de degré supérieur qui dépasse le cercle de la ville elle-même, tout en y prenant leur point de départ, et étendent progressivement leur rayon »52. Raoul Blanchard reproduira une démonstration identique. A Grenoble se localise, avançait-il, « l’expression la plus remarquable, la plus originale et la plus autonome » de l’activité alpine, tout spécialement les industries de la houille blanche. Cette ville exerce ainsi son influence sur toute une région qui gravite autour d’elle. A côté, la région de Lyon « vient battre le pied des montagnes ; elle ne pénètre pas à l’intérieur »53.

les Alpes économiques

  • 54 Jean-François ECK, « Une revue patronale face aux problèmes de son temps. Les Alpes Économiques dur (...)

21Cette fragile reconnaissance politique qui se limitait à un arrêté du ministère du Commerce, ne pouvait constituer un terme à la stratégie d’institutionnalisation d’une région alpine. Dès la fin de l’année 1919 et tout au long des années 1920, la revendication régionaliste, loin de s’éteindre peu à peu, resta présente dans les esprits et tout fut fait pour parvenir à élargir au plus grand nombre ce sentiment d’appartenance aux “Alpes françaises”. Logiquement, le mouvement grenoblois trouva son prolongement majeur dans la création en janvier 1920, par Aimé Bouchayer et Georges Charpenay, de l’APAF (Association des Producteurs des Alpes françaises). La conscience régionale devait d’abord devenir dominante au sein du patronat alpin. Il fallait unifier autour de cet objectif commun le groupe social qui était censé la promouvoir. L’APAF participe de la tendance à l’organisation syndicale du monde patronal, une politique soutenue par Clémentel au travers de son rôle dans la naissance de la Confédération Générale de la Production Française54. Mais, pour Clémentel lui-même comme pour les animateurs de l’APAF, le rassemblement du patronat sur un mode confédéral et catégoriel était inséparable d’une organisation sur la base de la solidarité locale des entrepreneurs. L’usine était toujours ressentie, même pour ceux qui la dirigent, comme une inacceptable réduction de l’individu à la seule fonction qu’il occupe dans le travail manufacturier. On perçoit à nouveau là l’influence sous-jacente du principe de “racinement” dans la conception des identités et dans la relation à l’espace. Un entrepreneur, avant d’être membre d’une profession, est lié à un sol.

  • 55 Aimé BOUCHAYER, « La statistique et l’expansion économique », Bulletin de la Société de Statistique (...)
  • 56 Raoul BLANCHARD, « La région économique des Alpes françaises », Les Alpes Économiques, mai 1919, no(...)

22Dans le premier numéro de la revue de l’APAF, Les Alpes Économiques qui parut juste un mois après l’arrêté ministériel, Aimé Bouchayer dit nettement que cette association patronale est « l’organe des régions purement alpine... afin de réaliser l’unité de la région économique des Alpes françaises »55. La circonscription d’adhésion était identique à celle de la région retenue par Clémentel. Raoul Blanchard sera nommé au poste de rapporteur général de l’association patronale. La fonction était imprécise mais elle lui permit de diriger officieusement Les Alpes Économiques et, par ses liens avec les élites économiques locales, de trouver un vecteur privilégié de propagation de sa conception de la région alpine. Le discours de Raoul Blanchard sur les Alpes devint le discours officiel au sein du groupe qui voulait faire de Grenoble une capitale régionale. Dès le premier numéro de la revue de l’APAF, il publia une nouvelle version de son article de janvier 1918. Il se défit à cette occasion de la distance professorale qu’il avait auparavant affichée pour parler au nom du patronat grenoblois56. Il signa ensuite une série d’articles sur chacun des départements de la région économique qui compose autant une recherche de géographie économique pour réaliser un meilleur aménagement de l’activité économique locale qu’un argumentaire pour démontrer l’incontestable existence de la région grenobloise. Ces articles, publiés entre octobre 1919 et février 1921, seront réunis dans un volume édité en 1922 par la Chambre de Commerce de Grenoble. Tout en faisant paraître encore d’autres articles, Raoul Blanchard fit un travail de terrain comme lors de son déplacement à Chambéry, le 9 juin 1921, pour convaincre directement les industriels savoyards de participer activement à l’action de l’APAF.

  • 57 Raoul BLANCHARD, « La région économique des Alpes françaises »..., art. cit., p. 28.
  • 58 Ibid, p. 5.
  • 59 Raoul BLANCHARD, « Le Congrès des Associations et Sociétés Industrielles de Lyon (7-8 mars 1920) »,(...)
  • 60 Louis BARBILLION, « La cellulose, la néo-cellulose et l'École de papeterie », Livre d’Or de l’Assoc (...)

23Des divergences s’esquissèrent néanmoins entre Raoul Blanchard et Aimé Bouchayer. La principale d’entre elles porta sur le devenir de la politique de régionalisation. Pour l’universitaire, l’action de Clémentel pouvait permettre de « former le cadre de la région administrative dont la création est depuis quelques années à l’ordre du jour »57. Aimé Bouchayer pensait au contraire que le régionalisme ne devait être « subordonné à aucune modification dans l’ordre politique et administratif comme le projet Clémentel »58. Ce désaccord s’effaçait devant l’expression commune de méfiance à l’égard de l'État et du régime. Raoul Blanchard se félicita ainsi des propos d'Édouard Herriot à Lyon au congrès des Associations et Sociétés Industrielles pour qui « la prospérité de la France était dans les mains des industriels et non dans celles d’un Parlement, mandataire de l'État-Providence »59. Louis Barbillion partageait un avis identique sur la nécessité de la « décentralisation scientifique et industrielle » pour échapper aux « bras de l'État tentaculaire »60.

  • 61 Aimé BOUCHAYER, « L’Association Nationale d’Expansion Économique et son Comité des Alpes françaises (...)
  • 62 Aimé BOUCHAYER, « Allocution prononcée lors de son accession à la présidence, le 19 février 1919 »,(...)
  • 63 Ernest DUSAUGEY, « Allocution prononcée lors de son accession à la présidence, le 23 février 1925 » (...)
  • 64 Thierry GASNIER, « Le local »..., art. cit.

24L’accession d’Aimé Bouchayer en 1919, à la présidence de la Société de Statistique, des Sciences Naturelles et des Arts Industriels du département de l’Isère, est porteuse d’un projet collectif exemplaire qui apporte une autre preuve de l’attachement à l’idée régionaliste. Ce poste n’avait pas qu’une valeur honorifique pour lui mais, par le cumul de cette présidence et de celle de l’APAF, il répondait à son “devoir”, déclara-t-il, « de travailler à rapprocher les éléments de ces deux organismes... en vue de la renaissance consécutive à la victoire »61. En 1919, tout en observant que depuis quatre-vingt ans la Société n’avait jamais été présidée par un industriel, Aimé Bouchayer tint à rendre un hommage appuyé aux universitaires grenoblois comme les géologues Wilfrid Kilian et Pierre Lory pour l’implantation des barrages et l’exploitation des ressources minières comme Joseph Pionchon, Louis Barbillion et d’autres encore pour l’utilisation des techniques-électriques62. Preuve de l’investissement nouveau des entrepreneurs, plus de quatre-vingt d’entre-eux furent élus comme nouveaux sociétaires en 1919, tous patronnés par Aimé Bouchayer et Raoul Blanchard, respectivement membres de la Société depuis 1900 et 1907. Autre symbole, les présidences de la Société à partir de 1919, seront alternées, Raoul Blanchard devenant président en 1920, le cimentier Joseph Merceron-Vicat en 1921, le directeur de l’IEG Louis Barbillion en 1922. L’ingénieur civil des Mines et directeur d’une entreprise Ernest Dusaugey, président en 1925, dira avec raison, même si cette fonction ne fut jamais vraiment remplie, que la Société composait une « sorte de petit parlement régional de la Science et de l’Industrie »63. La Société, dans l’esprit de ces nouveaux animateurs, n’en constitua pas moins une sorte d’institution représentative, à l’égale des conseils généraux où siégeaient les personnalités qui jouaient un rôle prépondérant par leur métier dans la région des Alpes françaises. En tout cas, la Société de Statistique s’intègre clairement dans un mouvement national de réactivations et de multiplications des sociétés locales qui firent de la valorisation des particularismes un de leurs principaux objets d’existence et d’activités64.

Les cellules vivantes de la nation

  • 65 Aimé BOUCHAYER, « La statistique et l’expansion économique »..., art. cit., p. 17-18.
  • 66 Aimé BOUCHAYER, « L’Association Nationale d’Expansion Économique... », art. cit., p. 5.

25Avec la région, l’élite patronale et universitaire grenobloise cherchait une voie de développement qui devait, selon Aimé Bouchayer, se situer entre « le gros défaut français, cet individualisme à outrance » et les « méthodes qui ont fait de l’Allemagne le monstre dont le monde entier à horreur ». Pour lui, « l’esprit d’association » des producteurs prenait trois formes : le groupement professionnel, le groupement basé sur les intérêts régionaux et le groupement en vue de l’intérêt national65. Il exposera dans les termes suivants sa vision de la nation et de son avenir : « Nous sommes aujourd’hui trop pénétrés de la nécessité d’une coopération des efforts régionaux pour nous rallier à une conception centralisatrice. Les régions doivent être les cellules vivantes dont l’agrégation formera la France harmonieuse »66.

  • 67 Ernest PEROCHON, Nêne, Paris, Plon, 1920, p. VII.
  • 68 Aimé BOUCHAYER, « L’Association Nationale d’Expansion Économique... », art. cit., p. 4.
  • 69 René BAZIN, Aujourd’hui et demain. Pensées du temps de la guerre, Paris, Calmann-Lévy, 1916, p. 135

26Ce régionalisme alpin se démarque de l’attitude d’un Méline qui, en 1919, fait paraître Le Salut par la terre et le programme économique de l’avenir, un livre où la place majeure dévolue à l’agriculture dans la reconstruction de la France est due plus à sa valeur symbolique qu’à sa valeur économique. Ce repli sur la “terre” de France est illustré par l’attribution du prix Goncourt 1920 à Ernest Pérochon pour Nêne, ce « beau roman de notre sol »67. L’ambition collective, à Grenoble, est au contraire « d’organiser cette production intense que tout le monde appelle de ses voeux »68. Ces accents productivites avancent, localement, une autre image de la France qui rompt avec l’obsession de maintenir « la charrue dans le sillon »69.

  • 70 Georges CHARPENAY, « La leçon de la terre », Chronique Financière Dauphinoise, 15 septembre 1921, n(...)
  • 71 Louis BARBILLION, « Régionalisme économique », L'Action Régionaliste, avril 1935, no 4, p. 2-3.

27Et pourtant, si l’on admet que les évolutions économiques bouleversent les anciennes divisions géographiques et fondent une revendication régionaliste, si l’on désire industrialiser les Alpes par l’innovation technologique, on ne conçoit pas que s’amenuisent et passent au second plan les appartenances spatiales. La région des Alpes françaises trouve dans les vertus de la “localisation” sa légitimité ultime. Georges Charpenay, dans la Chronique Financière Dauphinoise, bulletin sur les activités de sa banque, publiera en septembre 1921, un article intitulé “la leçon de la terre” pour dire sa certitude que la France avait traversé la crise avec moins de difficultés que les autres nations grâce à « l’éparpillement de son industrie » qui vaut mieux que « les gigantesques échafaudages financiers de nos amis d’outre-mer ou de nos ennemis d’outre-Rhin ». Il voyait une “leçon” dans « la calme atmosphère de son hameau retrouvé »70. C’est au moment où elle semble la plus menacée que transparaît le mieux une conception de la société ordonnée autour du “racinement”. En avril 1935, Louis Barbillion signa un article dans L’Action Régionaliste, la revue de la Fédération Régionaliste Française. Il voulait s’indigner devant l’annonce de la fermeture de l’usine de La Praz en Maurienne, « la doyenne des usines d’aluminium ». Sans rejeter la nécessaire rationalisation de la production, il condamnait « l’énorme danger issu de l’énorme concentration industrielle et financière des affaires dites régionales ». Il releva, avec bonheur, que des entreprises américaines réinstallaient « des petites usines disséminées dans la campagne » afin que les ouvriers puissent partager « leur temps entre l’usine et les travaux des champs suivant des combinaisons harmonieuses et presque bucoliques ». Il se plut à souligner qu’elles réinventaient ce qui « a existé depuis toujours dans nos usines alpestres »71.

  • 72 Jean-Claude DUCLOS, « Hippolyte Müller (1865-1933), fondateur du Musée Dauphinois », Academie, salo (...)
  • 73 Raoul BLANCHARD, « Compte-rendu de la communication de Hippolyte Müller », Bulletin de la Société d (...)
  • 74 Raoul BLANCHARD, « Les transformations économiques dues à la guerre. Grenoble et sa région », Revue (...)
  • 75 Marcel LEFRANCOIS, « Les étrangers dans la partie montagneuse du département de l’Isère d’après le (...)

28Raoul Blanchard partageait le même idéal de l’ouvrier-paysan lié à son sol montagnard. Devant les membres de la Société de Statistique, il invitera son auditoire à mesurer toute la valeur de la communication que venait de leur faire Hippolyte Müller. Ce dernier, fondateur du Musée Dauphinois en 1906, pensait qu’un “musée local” devait fournir une « leçon puissante de choses et d’histoire alpine »72. En 1919 selon Raoul Blanchard, Hippolyte Millier avait démontré dans sa présentation des “industries montagnardes” que « l’abandon de la terre, l’entassement dans les locaux malsains des villes, sources qui déciment particulièrement les déracinés, trouveraient des correctifs dans une réorganisation raisonnée des industries montagnardes »73. Raoul Blanchard ne refusait pas la modernité. A Livet en Isère, la vue des usines d’électrométallurgie de Charles A. Keller, vice-président de l’APAF, l’enthousiasmait devant le « grondement de ses turbines », la « lueur de ses projecteurs », la « buée de ses fours »74. Ce dont il ne veut pas, c’est une remise en cause de la solidarité géographique. L’immigration, alimentée par le développement industriel, éveilla chez lui une crainte significative que partageait le groupe associé avec lui dans l’invention des Alpes. Derrière la modification de la population, ce n’est pas la seule évolution de la natalité qui inquiète mais le lien entre des individus et un sol car l’immigré n’est pas un simple déraciné comme l’ouvrier qui a quitté et délaissé son pays natal. Il est radicalement étranger à une terre dont il n’est pas natif. Sa place est, dès lors, quasiment impensable dans une conception du lien social fondée sur l’appartenance à une entité locale. Un élève de Raoul Blanchard abordera, à partir du recensement de 1921, ce problème dans un article publié par la Revue de Géographie Alpine. Le village de Livet (2.009 habitants) où siégeaient les usines de Charles A. Keller qui fascinaient tant Raoul Blanchard, comptait 27 % d’étrangers, un exemple parmi des dizaines d’autres dans les Alpes. L’auteur en concluait que « si, à Grenoble, la supériorité numérique encore écrasante des Français rend lointain pour eux le danger d’être submergés, il n’en est pas de même pour les petites agglomérations... véritable danger qui menace à brève échéance... l’avenir de la race française »75.

  • 76 Raoul BLANCHARD, Exposition Internationale de la Houille Blanche et du Tourisme. Rapport général, G (...)

29Tout en continuant d’agir par le biais de l’APAF, les animateurs du mouvement régionaliste alpin poursuivirent leur stratégie d’institutionnalisation d’une individualité géographique nouvelle en s’adressant à un vaste public afin de faire partager par le plus grand nombre la conscience d’une appartenance régionale. L’Exposition Internationale de la Houille Blanche et du Tourisme qui se tint à Grenoble du 21 mai au 21 octobre 1925, fut le premier temps fort. Son but, Marius Blanchet, vice-président de l’APAF et commissaire général de l’Exposition, le proclama le jour même de l’inauguration : « L’exposition que nous inaugurons aujourd’hui aidera puissamment à faire pénétrer dans l’opinion publique la notion exacte de ce qu'est la houille blanche et le tourisme »76.

  • 77 Ibid, p. 269.
  • 78 Honoré GILLIO, « La radiophonie », Le Petit Dauphinois, 4 mai 1927.

30Raoul Blanchard, dans le rapport général de l’Exposition qu’il rédigea, appela de ses voeux la création, « pour la région grenobloise... d’une station radiophonique régionale puissante »77. L’inauguration, le 11 avril 1927, de la station Radio-Alpes Grenoble (RAG) fut le second temps fort de cette stratégie de persuasion. L’appartenance de RAG au réseau d'État, n’entrava nullement le travail de l’Association des Amis de la Radiodiffusion des Alpes (AARA) qui était chargée par la loi de la confection des programmes de la station. Honoré Gillio, directeur d’une société iséroise de production et de distribution d’énergie hydro-électrique, avait fixé en ces termes le but de la station radiophonique grenobloise qu’il animait : transformer « cette communauté d’intérêts indéniable en une communauté de sentiments »78.

  • 79 DANIEL-ROPS, « Études grenobloises », Almanach du Dauphiné, Grenoble, Arthaud, 1937, p. 72-73.
  • 80 Raoul BLANCHARD, « Un grand dauphinois : Aimé Bouchayer », La Revue Hebdomadaire, 10 août 1929, no  (...)
  • 81 Ibid, p. 239.

31Le portait d’Aimé Bouchayer, tracé à sa mort en 1929 par Raoul Blanchard, condense le sens de la stratégie identitaire développée par un groupe dont ils furent deux des figures les plus marquantes. L’écrivain Daniel-Rops qui sous son nom civil d’Henry Petiot fut l’élève de Raoul Blanchard, disait avoir retenu de la géographie humaine que lui enseigna son “vieux maître”, l’idée d’un « rapport intime entre le paysage et le personnage »79. Afin de comprendre « ce qu’a été sa vie d’homme d’action,...sa carrière de grand industriel », Raoul Blanchard interroge ainsi ce lien entre un individu et son sol natal. On voyait, écrit-il, « à son seul aspect physique... unit les qualités de la plaine et de la montagne »80. C’est parce qu’Aimé Bouchayer était de la sorte intimement, corps et âme, en accord avec son terroir, qu’il avait pu être « l’un de ces provinciaux qui sont les vrais animateurs de la région où ils vivent », qu’il avait pu décider que « sa belle province alpestre... ne devait pas être asservie aux directives parfois un peu hasardeuse venues de Paris »81. S’il a su s’en faire le porte-parole et le meilleur représentant parmi l’élite locale, c’est précisément par cette adéquation naturelle entre la singularité d’une région et celle d’un homme. Il l’a produit et il en est le produit. Ce portrait qui fixe la signification d’un parcours biographique, d’une histoire individuelle, donne ainsi dans le même temps l’explication sur l’histoire collective par laquelle s’est progressivement faite une région à laquelle tous les Alpins se devaient d’avoir conscience d’appartenir, à l’image d’Aimé Bouchayer.

  • 82 Louis BERGERON, « Les espaces du capital », Histoire de la France, tome 1 : “l’espace français”, Pa (...)

32L’invention d’une région “économique” des Alpes françaises par des industriels et des universitaires ne peut donc se comprendre sans faire référence à une vision de la réalité sociale qui accordait une signification quasi ontologique à l’appartenance locale. La volonté de faire reconnaître la primauté d’un classement des individus à partir de cadres sociaux fournis par des entités spatiales fut, dans le contexte spécifique étudié, l’enjeu et le produit d’une mobilisation collective pour faire exister la question du découpage d’un espace alpin centré autour de Grenoble. En toute bonne foi, les personnes engagées dans ce mouvement ont affirmer l’existence d’une entité géographique singulière sans voir que d’autres critères pouvaient montrer que les hommes, les capitaux, les techniques,... s’ordonnaient selon des logiques moins locales que nationales et internationales82.

  • 83 Maurice HAURIOU, Précis de droit administratif et de droit public, Paris, Sirey, 1919, p. V.
  • 84 Jean-Louis QUERMONNE, « Les politiques institutionnelles », Traité de science politique, tome 4, Pa (...)
  • 85 François BURDEAU, Histoire de l’administration française, Paris, Montchrestien, 1994, p. 176.

33Le régionalisme alpin invite à prendre en considération l’importance de ce principe de “racinement” pour aborder la question du “local” sous la Troisième République. Il faudrait, dans cette perspective, revenir sur le “centralisme”. Dans la préface à l’édition de 1919 de son Précis de droit administratif et de droit public, Maurice Hauriou note, sans jamais mentionner le projet Clémentel, que « le procès de la centralisation française est, une fois de plus, ouvert ». Il répliquait « qu’il est bien permis de constater que la centralisation est le résultat d’une évolution <...> qui s’est déroulée sous des régimes politiques les plus divers et à travers les époques les plus troublées, qu’elle doit, par conséquent, répondre à quelque sorte de nécessité »83. La “nécessité” qu’invoque Maurice Hauriou est peut être moins dans une inéluctable logique de l’histoire que dans un rapport de force autour ce que l’on pourrait appeler les “politiques institutionnelles”84. Pour celles qui touchent à l’organisation de l’espace national, on constate que l’institutionnalisation d’un échelon régional n’a pu se faire qu’au moment voulu par l’administration85. L’observation n’est juste que si l’on ajoute que cette situation tient aussi au fait qu’au sein de l’administration et de la sphère politique, s’est constamment exprimée l’idée que le pouvoir central devait avoir le monopole des politiques de division du territoire national.

  • 86 Jean G. PADIOLEAU, « Les formulations institutionnelles », Gouverner les territoires, La Tour d’Aig (...)
  • 87 Pierre THUILLIER, « Science et pouvoir social : la formation des “élites” en France », Les Passions (...)
  • 88 Marie-Christine KESSLER, Les Grands corps de l'État, Paris, PUF, 1994, p. 114.
  • 89 Maurice AGULHON, « Le centre et la périphérie », Les Lieux de mémoire, volume 3 : Les France, Paris (...)

34L’observation du préfet Lefebvre en offre un résumé : « Aménager le territoire est l’action par laquelle une autorité politique se substitue, éventuellement sans leur consentement, aux personnes singulières pour déterminer à leur place à quelle fin et selon quelle modalité occuper et utiliser telle ou telle partie du territoire »86. Ce propos date de 1993 mais il nous paraît correspondre à un état d’esprit séculaire. On est ainsi amené, comme on l’a fait avec le “local”, à dire que le “centralisme” et le rapport “centre-périphérie” sont, au sens durkheimien, des prénotions qui renvoient à tout un ensemble d’autres notions semblables liées à un style de raisonnement pour concevoir les relations de pouvoir selon une logique “déductive”87. Cette posture intellectuelle, caractéristique en particulier des grands corps de l'État, s’affirme par l’énonciation de principes d’intérêts généraux que chacun doit respecter dans une relation autoritaire descendante, du “haut” vers le “bas”88. Il conviendrait donc de se demander, en suivant une démarche qui s’efforce de comprendre au “ras du sol” le pouvoir d'État — une fois admis que ce dernier parvient avec des succès à imposer l’autorité de ses appareils bureaucratiques —, comment s’est concrètement articulé ce style centralisateur propre à un imaginaire géographique étatique avec les revendications et les mobilisations identitaires locales. En d’autres termes, il faudrait notamment savoir pourquoi cette relation “centre-périphérie” n’a pas permis que la régionalisation se fasse vraiment avant les années 1950 alors que la Troisième République fut marquée tout au long de son existence par un consensus autour de la valorisation des appartenances et des solidarités “régionales”, le centralisme français n’ayant jamais conduit à une négation et à une occultation complète des particularismes et des sentiments régionaux qui se manifestèrent à la “périphérie”89. Il s’agirait de montrer comment se composent dans une configuration historique donnée les formes concrètes de relations entre l’espace, le pouvoir et les identités sociales.

Notes

1 Philippe VEITL, « Grenoble et son aire d’influence », Le Département : hier, aujourd’hui et demain, Grenoble, PUG, 1994.

2 Philippe VEITL, Les Régions économiques Clémentel et l’invention de la région des Alpes françaises, thèse de doctorat, IEP Grenoble, 1992.

3 Pierre BARRAL, Le Département de l’Isère sous la Troisième République, Paris, Colin, 1962.

4 Pierre BOURDIEU, Ce que parler veut dire, Paris, Fayard 1982 ; Geoffrey E. R. LLOYD, Pour en finir avec les mentalités, Paris, La Découverte, 1993.

5 Jacques LAGROYE, « De “l’objet local” à l’horizon local des pratiques », Albert MABILEAU (dir.), A la recherche du local, Paris, L’Harmattan, 1993 ; Charles EISENMANN, L’Objet local, Paris, 10/18, 1977, p. 22.

6 John A. AGNEW et James S. DUNCAN, The Power of place. Bringing together geographical and sociological imagination, Boston, Unwin Hyman, 1989 ; Nicolas K. BLOMLEY, Law, space, and the géographie of power, New York, Guilford Press, 1994.

7 Marc ABELES, « L’anthropologue et le politique », L’Homme, janvier-juin 1986, no 97-98, p. 191-211 ; Anthony GIDDENS, La Constitution de la société, Paris, PUF, 1987.

8 Il ne suffit pas de spécifier les propriétés objectives des agents, en les ancrant dans leur configuration locale singulière, pour parvenir à comprendre pourquoi ils accordent à cet ancrage local une valeur décisive lors de la construction des identités sociales quand s’engage une stratégie de “régionalisation”.

9 Jean-Claude CHAMBOREDON..., « L’appartenance territoriale comme principe de classement et d’identification », Sociologie du Sud-Est, 1984, p. 41-44.

10 Marie-Vic OZOUF-MARIGNIER, La Formation des départements. La représentation du territoire français à la fin du XVIII° siècle, Paris, EHESS, 1989 ; Roger CHARTIER, « Science sociale et découpage régionale. Notes sur deux débats (1820-1920) », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 1980, no 35, p. 27-36.

11 Thierry GASNIER, « Le local », Les Lieux de mémoire, tome 3 : Les France, volume 2 : Traditions, Paris, Gallimard, 1992, p. 463-525.

12 Éric H. HOBSBAWM, Nations et nationalismes depuis 1780, Paris, Gallimard, 1992.

13 Jean CHARLES-BRUN, Le Régionalisme, Paris, Bloud, 1911, p. 177.

14 Denis SEGRESTIN, « L’entrée de l’entreprise en société. Introduction à une problématique de la modernisation des rapports sociaux », Revue Française de Science Politique, août 1987, no 4, p. 461.

15 Raymond A. JONAS, « Peasants, population and industry in France », Journal of Interdisciplinary History, autumn 1991, XXII, 2.

16 Jules MELINE, Le Retour à la terre et la surproduction industrielle, Paris, Hachette, 1905, p. 110-111.

17 Charles PINAT, « La Houille Blanche », La Réforme Sociale, janvier-juin 1903, p. 75.

18 Georges CHARPENAY, « L’aménagement des chutes », La Houille Blanche, juillet 1913, no 7, p. 197.

19 Bernard KALAORA et Antoine SAVOYE, La Forêt pacifiée. Sylviculture et sociologie au XIX° siècle, Paris, L’Harmattan, 1986.

20 Joly de SAILLY, « La lutte contre la désertion des montagnes », La Réforme Sociale, janvier-juin 1910, p. 69.

21 John M. MERRIMAN (dir.), French cities in the nineteenth century, New-York, Holmes and Meier, 1989.

22 « Le Dauphiné dans le théâtre et la littérature », L’Initiative, Bulletin du Syndicat d’initiative de Grenoble, février 1911, no 2, p. 2.

23 Madeleine REBERIOUX, « Identité et mouvement social », Le Mouvement Social, octobre-décembre 1991, no 157, p. 4.

24 Marcel MAUSS, Oeuvres, tome 1, Paris, Minuit, 1968, p. 28-29.

25 Pierre BOURDIEU, « Intérêt et désintéressement », Cahiers de Recherche, 1993, no 7, p. 19.

26 Aristide BERGES, « Lettre du 19 janvier 1902 », La Houille Blanche, novembre 1902, no 1, p. 5.

27 Aimé BOUCHAYER et Félix VIALLET, Conduites d’eau sous pression pour usines hydrauliques, Grenoble, Dardelet, 1905, p. 18.

28 Les Alpes Pittoresques, 13 mai 1913, p. 1.

29 Les Alpes Pittoresques, 15 novembre 1904, p. 4.

30 Procès-verbal de la séance d’inauguration de l’Université, Grenoble, Allier, 1898, p. 14.

31 Ibid, p. 16.

32 Séance solennelle de la rentrée de l’Université le 3 novembre 1899, Grenoble, Drevet, 1899, p. 22-23.

33 Charles PETIT-DUTAILLIS, « Sixième congrès international des chambres de commerce et des associations industrielles et commerciales », Bulletin de la Chambre de Commerce de Grenoble, juin 1914, no 6, p. 24.

34 Jean CHARLES-BRUN, Le Régionalisme..., op. cit., p. 82.

35 Paul VIDAL DE LA BLACHE, « Régions françaises », Revue de Paris, 15 décembre 1910, p. 834.

36 Georges CHARPENAY, « Proposition de M. Charpenay pour l’examen des mesures à prendre pour attirer en Dauphiné de nouvelles industries », Bulletin de la Chambre de Commerce de Grenoble, janvier-février-mars 1916, no 1, p. 15.

37 Georges CHARPENAY, « Du rôle industriel des banques en France avant et après la guerre », Le Dauphiné au travail, Grenoble, Imprimerie Générale, 1917, p. 27 et 29.

38 Aimé BOUCHAYER, La Métallurgie en France et en Dauphiné, Grenoble, Imprimerie Générale, 1917, p. 71.

39 Louis BARBILLION, « L’Université de Grenoble et l’expansion industrielle dans les Alpes françaises », Bulletin de la Chambre de Commerce de Grenoble, mars-avril-mai 1916, no 2, p. 156 et 158.

40 Philippe VEITL, Bernard DEBARBIEUX, « Raoul Blanchard : dire et faire les Alpes », Revue de Géographie Alpine, 1994, no 3, p. 81-94.

41 Jean-Yves GUIOMAR, « Le tableau de la géographie de la France de Paul Vidal de la Blache », Les Lieux de mémoire, volume 2 : la nation, Paris, Gallimard, 1986, p. 569-597.

42 Roger CHARTIER, « La ligne Saint-Malo/Genève », Les Lieux de mémoire, volume 3 : Les France, Paris, Gallimard, 1992, p. 738-775.

43 Yves LACOSTE, Paysages politiques, Paris, LGF, 1990.

44 Philippe VEITL, « Grenoble et son aire d’influence », Le Département..., op. cit.

45 Christian TOPALOV, « Observer, classer, administrer », Genèses, septembre 1991, no 5, p. 2-4.

46 Raoul BLANCHARD, Je découvre l’Université, Paris, Fayard, 1963, p. 73.

47 Ibid, p. 96.

48 Christophe CHARLE, Naissance des “intellectuels” (1880-1900), Paris, Minuit, 1990, p. 232.

49 Émile DURKHEIM et Ernest LAVISSE, Lettres à tous les Français, Paris, Colin, 1992 (rééd. 1916).

50 Raoul BLANCHARD, « La région économique des Alpes françaises », L’Action Nationale, janvier 1918, p. 29.

51 Paul VIDAL DE LA BLACHE, « Régions naturelles et noms de pays », Journal des Savants, septembre-octobre 1909, p. 453.

52 Paul VIDAL DE LA BLACHE, « Régions françaises »..., art. cit., p. 832 et 839.

53 Raoul BLANCHARD, « La région économique des Alpes françaises »..., art. cit., p. 30-31.

54 Jean-François ECK, « Une revue patronale face aux problèmes de son temps. Les Alpes Économiques durant l’entre-deux-guerres », Academie, salotti, circoli nell’arco alpino occidentale, Torino, Centro Studi Piemontesi, 1995, p. 255.

55 Aimé BOUCHAYER, « La statistique et l’expansion économique », Bulletin de la Société de Statistique de l’Isère, 1919, p. 5.

56 Raoul BLANCHARD, « La région économique des Alpes françaises », Les Alpes Économiques, mai 1919, no 1.

57 Raoul BLANCHARD, « La région économique des Alpes françaises »..., art. cit., p. 28.

58 Ibid, p. 5.

59 Raoul BLANCHARD, « Le Congrès des Associations et Sociétés Industrielles de Lyon (7-8 mars 1920) », Les Alpes Économiques, mai 1921, no 25, p. 105-106.

60 Louis BARBILLION, « La cellulose, la néo-cellulose et l'École de papeterie », Livre d’Or de l’Association des Anciens Élèves de l'École Française de Papeterie, Annuaire 1914-1918, Grenoble, Imprimerie Saint-Bruno, s. d.

61 Aimé BOUCHAYER, « L’Association Nationale d’Expansion Économique et son Comité des Alpes françaises », Les Alpes Économiques, mai 1919, no 1, p. 12.

62 Aimé BOUCHAYER, « Allocution prononcée lors de son accession à la présidence, le 19 février 1919 », Bulletin de la Société de Statistique de l’Isère, 1919.

63 Ernest DUSAUGEY, « Allocution prononcée lors de son accession à la présidence, le 23 février 1925 », Bulletin de la Société de Statistique de l’Isère, 1925, p. 5.

64 Thierry GASNIER, « Le local »..., art. cit.

65 Aimé BOUCHAYER, « La statistique et l’expansion économique »..., art. cit., p. 17-18.

66 Aimé BOUCHAYER, « L’Association Nationale d’Expansion Économique... », art. cit., p. 5.

67 Ernest PEROCHON, Nêne, Paris, Plon, 1920, p. VII.

68 Aimé BOUCHAYER, « L’Association Nationale d’Expansion Économique... », art. cit., p. 4.

69 René BAZIN, Aujourd’hui et demain. Pensées du temps de la guerre, Paris, Calmann-Lévy, 1916, p. 135.

70 Georges CHARPENAY, « La leçon de la terre », Chronique Financière Dauphinoise, 15 septembre 1921, no 201, p. 1-2.

71 Louis BARBILLION, « Régionalisme économique », L'Action Régionaliste, avril 1935, no 4, p. 2-3.

72 Jean-Claude DUCLOS, « Hippolyte Müller (1865-1933), fondateur du Musée Dauphinois », Academie, salotti..., op. cit., p. 252.

73 Raoul BLANCHARD, « Compte-rendu de la communication de Hippolyte Müller », Bulletin de la Société de Statistique de l’Isère, 1919, p. 503.

74 Raoul BLANCHARD, « Les transformations économiques dues à la guerre. Grenoble et sa région », Revue de Paris, 15 février et 1er mars 1918, p. 178.

75 Marcel LEFRANCOIS, « Les étrangers dans la partie montagneuse du département de l’Isère d’après le recensement de 1921 », Revue de Géographie Alpine, 1923, tome XI, p. 478-479.

76 Raoul BLANCHARD, Exposition Internationale de la Houille Blanche et du Tourisme. Rapport général, Grenoble, 1925, p. 76.

77 Ibid, p. 269.

78 Honoré GILLIO, « La radiophonie », Le Petit Dauphinois, 4 mai 1927.

79 DANIEL-ROPS, « Études grenobloises », Almanach du Dauphiné, Grenoble, Arthaud, 1937, p. 72-73.

80 Raoul BLANCHARD, « Un grand dauphinois : Aimé Bouchayer », La Revue Hebdomadaire, 10 août 1929, no 32, p. 225-226.

81 Ibid, p. 239.

82 Louis BERGERON, « Les espaces du capital », Histoire de la France, tome 1 : “l’espace français”, Paris, Seuil, 1989, p. 291-371.

83 Maurice HAURIOU, Précis de droit administratif et de droit public, Paris, Sirey, 1919, p. V.

84 Jean-Louis QUERMONNE, « Les politiques institutionnelles », Traité de science politique, tome 4, Paris, PUF, 1985.

85 François BURDEAU, Histoire de l’administration française, Paris, Montchrestien, 1994, p. 176.

86 Jean G. PADIOLEAU, « Les formulations institutionnelles », Gouverner les territoires, La Tour d’Aigues, L’Aube, 1994.

87 Pierre THUILLIER, « Science et pouvoir social : la formation des “élites” en France », Les Passions du savoir. Essai sur les dimensions culturelles de la science, Paris, Fayard, 1988, p. 100.

88 Marie-Christine KESSLER, Les Grands corps de l'État, Paris, PUF, 1994, p. 114.

89 Maurice AGULHON, « Le centre et la périphérie », Les Lieux de mémoire, volume 3 : Les France, Paris, Gallimard, 1992, p. 824-849.

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search