Version classiqueVersion mobile

Élites et pouvoirs locaux

 | 
Bruno Dumons
, 
Gilles Pollet

Quatrième partie. Élites et corps traditionnels

Une représentation des élites niçoises dans l’entre-deux-guerres : la liste des “adresses mondaines de la Côte d’Azur” du Bottin Mondain

Cyril Grange

Texte intégral

  • 1 Robert de SOUZA, L’Avenir de nos villes, étude pratique d’esthétique urbaine, Nice, capitale d’hiv (...)

1En retenant comme titre Nice, capitale d’hiver1 pour sa célèbre étude publiée en 1913, Robert de Souza illustre parfaitement le caractère spécifique de Nice à la Belle Époque. La ville est alors en effet la capitale des familles princières européennes et des gens fortunés qui viennent y passer les mois d’hiver. L’activité première de la cité est alors clairement l’activité touristique. C’est exclusivement un tourisme d’hiver avec une saison qui débute en novembre pour se clore en mai. Même si les Français restent les plus nombreux, la clientèle est cosmopolite : anglaise, belge, russe mais aussi nord-américaine. La majorité des visiteurs fréquente les palaces (Grand Hôtel, Riviera Palace, Regina Palace, Winter Palace à Cimiez, le Grand Hôtel du Mont Boron, l’hôtel du Righi, l’hôtel du Parc Impérial, l’hôtel de la Méditerranée, l’hôtel de la Paix) ou loue des villas luxueuses (villas Diesbach, Bermond).

  • 2 Ils passent de 134.000 personnes en 1921-1922 à 422.874 en 1937-1938. Jean DEVUN, « L’évolution de (...)
  • 3 André COMPAN (dir.), Le Comté de Nice, Paris, Seghers, 1980, p. 506.
  • 4 Jean DEVUN, « L’évolution de Nice... », art. cit., p. 11-12.
  • 5 Ibid, p. 12.

2Avec l’entre-deux-guerres, la situation évolue. Si l’activité touristique reste prépondérante, le rythme de la saison, le nombre et la nature de la clientèle se modifient. Déjà, la saison d’hiver se voit rapidement concurrencée par une saison d’été. Dès 1931 par exemple, la décision est prise de ne plus fermer les hôtels pendant la période estivale. Par ailleurs, la clientèle est plus nombreuse — entre 1922 et 1938, on assiste à une multiplication par trois du nombre de visiteurs2 — et différente dans sa composition sociale. Dès les lendemains de la guerre, « les rentiers ruinés par l’inflation disparaissent tandis que se répand une bourgeoisie enrichie des profits de guerre ». Toujours à cette période : « la clientèle aristocratique est moins importante en quantité et surtout plus attentive aux dépenses : ses séjours sont moins longs »3. D’une manière plus générale, deux catégories de visiteurs semblent émerger dans l’entre-deux-guerres. La première est composée de résidents : « par leur permanence, par leur condition sociale, donc par l’apport régulier et important de leurs dépenses quotidiennes, ils sont la principale raison d’être et de prospérer de leur ville d’adoption dans laquelle ils sont pleinement intégrés et dont ils sont devenus des citoyens à part entière ». Ils se distinguent de leurs prédécesseurs d’avant 1914 car « jamais les hivernants de jadis n’avaient été plus que des saisonniers se tenant à l’écart de la ville et s’y conduisant en étrangers »4. Désormais nombre de retraités et de rentiers s’installent à Nice qui devient leur lieu de résidence principale. La seconde catégorie est constituée d’une population qui séjourne soit l’hiver comme auparavant soit désormais au cours des mois d'été mais d’une manière générale plus brièvement5.

3La vocation touristique de la ville de Nice qui naît dès la seconde moitié du XIX° siècle, conjuguée à la faiblesse du secteur secondaire confère à la structure sociale de la ville et plus spécifiquement aux catégories supérieures un profil particulier. Ici pas de bourgeoisie industrielle prédominante mais au contraire une bourgeoisie hégémonique de professions libérales et de services étroitement liées au tourisme. L’aristocratie ancienne dont une partie continue de tirer ses ressources de la terre, semble jouer un rôle marginal. Enfin, la clientèle des touristes eux-mêmes, même si elle se mêle diversement à la haute société niçoise, est partie prenante de cette high class de la Côte d’Azur.

  • 6 Christophe CHARLE, Les Élites de la République (1880-1900), Paris, Fayard, 1987, p. 12.
  • 7 On peut notamment citer pour Paris, le Tout Paris, annuaire de la société parisienne (1886-1939) e (...)
  • 8 Riviera-Mondain, Annuaire des Gens du Monde séjournant ou résidant sur la Côte d’Azur, Nice, Impri (...)
  • 9 Paris-Mondain, 1913, p. 3.
  • 10 Ibid, p. 3.

4Cette situation de cité touristique “haute gamme” a sans doute favorisé l’émergence de publications mondaines et notamment d’annuaires mondains. Les annuaires d’élite qui font leur apparition à la fin du XIX° siècle sont alors « un peu le substitut des listes électorales, ou mieux, des listes de notabilité à l'époque du suffrage universel »6. Tout comme Paris et certaines villes de province7, Nice et la Côte d’Azur suscitent la publication de liste d’adresses mondaines. Cependant, pour le début du XX° siècle, ces répertoires publient outre les élites locales, les personnalités séjournant une partie de l’année, l’hiver le plus souvent, à Nice ou dans les environs. Publié en 1910, le Riviera-Mondain répertorie les « gens du monde séjournant ou résidant sur la Côte d’Azur »8. A cet annuaire qui reste local, il faut opposer l’annuaire publié à Paris qui propose une liste d’adresses de personnalités parisiennes et une liste de celles qui séjournent l’hiver à Nice. Ainsi le Paris-Mondain, Annuaire de la Haute Société et de la Colonie Étrangère dont la première édition remonte à 1896, répertorie les adresses à Paris, dans les châteaux et sur la Côte d’Azur9. La liste des adresses niçoises et de la Côte d’Azur qui s’intitule d’ailleurs Paris-Mondain et la Côte d’Azur, répertorie les adresses des « personnes venant habiter l’hiver, les bords de la Méditerranée, de Hyères à Menton »10. Outre, Nice, Cannes, Menton et Monte-Carlo, on relève des adresses à Antibes, Grasse, Beaulieu, Juan-Les-Pins, Saint-Raphaël... Si un grand nombre de personnes se retrouvent à la fois sur la liste de Paris et sur la liste Nice-Côte d’Azur, une minorité est exclusivement mentionnée sur la seconde. Pour la seule ville de Nice, la liste rassemble plus de 450 mentions.

  • 11 Une rubrique intitulée “Maisons recommandées de la Côte d’Azur” fait suite à cette liste : Bottin (...)

5Pour l’entre-deux-guerres, on dispose de la liste des Adresses mondaines de la Côte d’Azur publiée uniquement dans les éditions 1933 et 1934 du Bottin Mondain. Tout comme le Paris-Mondain, le Bottin est un annuaire recensant alors une population essentiellement parisienne qui fait l’objet de la liste principale. Cette liste est complétée par la liste des Adresses mondaines de la Côte d’Azur11. Cependant, à la différence du Paris-Mondain, il s’agit là clairement d’une liste de notabilités locales, les personnalités détentrices d’une double résidence — parisienne et sur la Côte d’Azur — étant largement minoritaire.

  • 12 Ibid, p. 779-841.

6C’est à partir de cette liste des adresses mondaines de la Côte d’Azur de l’édition 1934 du Bottin Mondain12 que cette étude sur les élites niçoises dans l’entre-deux-guerres a été réalisée. Elle se veut une radiographie d’une population qui par sa présence sur la liste s’auto-définit comme élite.

La liste des Adresses mondaines de la Côte d’Azur

7La liste des Adresses mondaines de la Côte d’Azur du Bottin Mondain de 1934 s’étend sur près de 40 pages et outre Nice, Cannes et Menton, elle répertorie les personnalités mondaines d’une région qui s’étend de Hyères à Monaco. Le nombre total de mentions est proche de 3.000 (près de 2.000 pour Nice). La nomenclature des mentions ne diffère pas de celle de la liste des adresses parisiennes. On relève le nom du mari suivi, entre parenthèses, soit du titre et du prénom, soit du prénom ; viennent ensuite les médailles, la profession, les clubs et cercles. Les informations relatives à l’épouse viennent à la suite. On trouve les titres (s’il y a lieu), prénom et nom de jeune fille de celle-ci avec mention, le cas échéant, des médailles, de la profession et des cercles et clubs. La ou les adresses sont ensuite indiquées avec le téléphone. Le sigle renseignant sur le caractère de la résidence peut accompagner l’adresse. Le sigle “HP” symbolise l’hôtel particulier, de même un schéma de château témoigne de la possession d’un “Château ou Domaine”. La possession d’une automobile peut être indiquée. Enfin, les “signes extérieurs de richesse” — soit les petits dessins représentant un bateau à voile pour un yacht, un cor de chasse pour un équipage de chasse à courre, un cheval pour une écurie de course — sont absents de la liste de la côte d’Azur alors qu’ils arborent nombre de mentions de la liste parisienne. La dernière rubrique est consacrée aux enfants. Ils sont mentionnés mais très irrégulièrement par le prénom et par ordre “d’entrée en scène”.

8Un échantillon de 1.000 mentions de personnalités niçoises a été constitué. Ce sont les personnes dont le patronyme commence par les lettres A à H. Les informations recueillies sont celles répertoriées dans les mentions de la liste mondaine. Les renseignements concernent chacun des membres de la cellule familiale (état-civil, activité professionnelle, décorations, cercles, jour de réception) ou encore la famille dans sa totalité (lieux de résidence).

9C’est essentiellement à partir des informations contenues dans les mentions : position professionnelle, décorations, lieux de résidence principale et secondaire que l’on pourra circonscrire les différentes familles d’élites à Nice dans l’entre-deux-guerres. Dans la présentation des résultats, outre le clivage traditionnel bourgeoisie-noblesse, on s’attachera à segmenter la population selon le mode de présentation sur la liste mondaine : mention de couple ou célibataire, indication de la profession ou non. Il est clair que nombre de mentions de célibataire se rapportent à des personnes en fait mariées mais refusant de rendre publique leur situation familiale. De même, omettre sa profession dans un annuaire mondain témoigne du désir de se considérer uniquement comme membre de la communauté mondaine et pas d’une autre. On s’attachera ainsi à vérifier si ce refus d’affichage de ses “attributs” mondains tout comme l’annonce ou non de la profession sont des critères discriminants permettant de mettre au jour des populations distinctes au regard des variables plus “classiques” comme la profession et le lieu de résidence.

Origine sociale et mode de représentation

10Une première lecture de la liste des adresses mondaines témoigne d’une certaine hétérogénéité de la population rassemblée. A côté des élites nobiliaires qui dédaignent fréquemment toute indication professionnelle, on relève nombre de représentants des élites locales notamment administratives, militaires et juridiques. Les fonctionnaires des principaux établissements publics (inspecteur des archives départementales à la Préfecture, conservateur et conservateur-adjoint du Musée Masséna, conservateur des hypothèques, directeur des travaux et services techniques de la ville de Nice, directeur des bibliothèques et archives de la Ville de Nice) sont mentionnés tout comme les détenteurs des postes de commandement militaire d’une région qui reste une région frontière (général de brigade commandant le secteur fortifié des Alpes-Maritimes et la subdivision de Nice, lieutenant-colonel au 157ème RAP, commandant la 29ème DI, commandant la direction des fortifications, chef d’escadron au 94ème RAM, colonel directeur du génie de Nice) ou encore les représentants du monde judiciaire (substitut du procureur de la République, vice-président du tribunal de première instance, vice-président du tribunal civil de Nice, ancien bâtonnier). Autres notables répertoriés, le directeur général des hospices civils de Nice, le président du tribunal de commerce, le président de la Chambre de Commerce de Nice et des Alpes-Maritimes, le chef de gare principal des chemins de fer PLM,... Enfin, les élites politiques locales (maire, adjoint au maire, conseiller général) côtoient sur la liste trois députés Jean Médecin (1ère circonscription), Léon Baréty (2ème circonscription), Paul Deudon (3ème circonscription). Seul le député de la 4ème circonscription, Torrès, et le sénateur Charabot manquent à l’appel.

  • 13 Ralph SCHOR, « Les étrangers dans la ville : “le péril italien” dans les Alpes-Maritimes (1919-193 (...)

11Par ailleurs, et c'est là une des spécificités des élites niçoises, la part de la “colonie étrangère” est conséquente. S’il est difficile de l’estimer précisément, il est net par exemple que la part des patronymes à consonance russe ou anglo-saxonne n’est pas négligeable. Pour les russes, il s’agit essentiellement d’exilés dont certains sont en situation de déchéance économique13. On relève notamment sur la liste les mentions du prince Michel Argoutinsky-Dolgoroukoff, des princesses Bagration-Moukhransky, Galitzine, Kobouloff, Lobanoff-Rostobsky, du baron Michel Meyendorf, de ‘T ex-commandant des Lanciers de la Garde Impériale de Russie” Elie Miklachewsky, du comte Moussine Pouchkine, du “général de l’ancienne armée russe” Joseph Mrozowsky, du prince Nicolas Obolensky, de l’amiral Nicolas de Petroff-Tchemychine, du comte Dimitri Tolstoi... Enfin, on note la présence d’Igor Stravinsky, “compositeur”.

  • 14 Nous avons relevé la mention de Frank Jay-Gould : Hôtel Majestic - 4, boulevard de Cimiez.
  • 15 On a relevé le nom de Maurice Maeterlink, homme de lettres et Madame, villa “Orlamonde”, 200, boul (...)

12Le nombre élevé de patronymes anglo-saxons témoigne de leur large représentation au sein des élites niçoises. Parmi ceux-ci on peut citer : Butterfield, Campbell, Childs Prescott, Clark, Dawson-Buckley, Dexter, Edwards, Forteath, Harding, Harris, Hawke, Hughes, Inkersley, Kirby, Landowne, Murphy, Neal, Osborne, Symons, Talbot-Taylor, Warden, Winthdrop14. Certaines indications professionnelles les concernant sont rédigés en anglais “sollicitor”, “chaplain of Christ Church Carabacel”, “dental surgeon”. Il a été plus difficile de discerner les patronymes belges, notamment wallons15. La liste des Adresses mondaines de la Côte d’Azur rassemble clairement diverses familles d’élites sans exclusive : les notables de la ville côtoient l’ancienne aristocratie et les élites étrangères installées à Nice.

  • 16 Nous entendons par mention d’aristocrate les mentions pour lesquelles le patronyme du mari ou de l (...)

13Revenons à présent à une classification plus traditionnelle des personnalités de la liste. La liste mondaine de Nice est à majorité bourgeoise : 79 % des patronymes des hommes sont dénués de particule ou ne sont pas accompagnés de titrer16. Les familles nobles authentique ou d’apparence sont dispersées au sein de la liste mondaine ne représentant guère plus d’une mention sur cinq. Dans 7,7 % des cas, la particule s’accompagne d’un titre alors qu’elle est l’unique signe de noblesse dans 9,6 % des cas. Enfin 3,7 % des patronymes affichent leur appartenance à l’aristocratie avec leur seul titre. On retrouve dans cette dernière catégorie nombre de représentants de familles aristocratiques ou princières étrangères, notamment les princesses Adile, Ayala de Roberto, Bagration-Moukhransky, Cantacuzène, Galitzine et les princes Ahmed Nihad, Ali Vassib, Argoulinsky-Dolgoroukoff, Orner Farouk, Gargarine, Ibrahim Hiling. Parmi les 113 titres relevés (soit 11,3 % du total des mentions), les comtes l’emportent (49,6 %) suivis des barons (26,5 %), des princes (9,7 %) et des vicomtes (8 %).

  • 17 Giulio de ORESTIS de CASTELNUOVO, La Noblesse niçoise : notes historiques sur soixante familles, M (...)
  • 18 Régis VALETTE, Catalogue de la Noblesse française contemporaine, Paris, Laffont, 1989, p. 203-390 (...)

14A propos de la noblesse française de quelle noblesse s’agit-il ? Nous avons croisé la liste des familles nobles recensées par Giulio de Orestis de Castelnuovo17 avec la liste du Catalogue de la noblesse française contemporaine de Régis Valette18 qui recense par province, les familles nobles d’Ancien Régime, du XIX° siècle et celles subsistantes aujourd’hui. Il est apparu que certaines vieilles familles de l’aristocratie niçoise se trouvaient sur la liste mondaine : on a relevé ainsi un comte Alziani de Malausséna, des représentants des familles Bottini, Cachiardy de Montfleury, Cagnoli, Lantery de Foresta, Orestis de Castelnuovo, Renaud de Falicon, Cessole. Cette noblesse locale côtoie des familles de noblesse authentique d’autres provinces : Pradier d’Agrain et Bertier de Sauvigny (Bourgogne), Bouteiller (Picardie), Couespel (Normandie), Ney d’Elchingen (Lorraine), Foras (Savoie) et d’origine géographique plus voisine : Bonadona (Comtat Venaissin), d’Estienne d’Orves (Provence).

15Les mentions d’aristocrate sont-elles composées de manière différente de celles de leurs consoeurs bourgeoises. Les mentions à caractère familial, de couple ou de veuve, sont plus nombreuses chez les aristocrates (60 %) que dans la bourgeoisie où elle n’atteignent que 49,3 %. Ainsi, pour la bourgeoisie, plus d’une mention sur deux est une mention de type “célibataire”.

16Les mentions de jour de réception et d’enfants ne distinguent pas les populations nobles et bourgeoises de la liste. La part des jours nobles et bourgeois dont le total s’élève à 5,6 % du total des mentions, se répartit selon la proportion de ces deux catégories dans l’échantillon. Le “jour” est absent des mentions assorties d’un patronyme russe ou anglo-saxon. Ce rituel reste propre aux élites françaises. La présence des enfants qui n’était pas encore la règle à cette période dans le Bottin Mondain, ne concerne que 4 % des mentions. Là encore il n’y a pas surreprésentation chez les nobles ou les bourgeois.

Les liens matrimoniaux entre noblesse et bourgeoisie

17On a cherché ici à mesurer le degré de proximité entre élites aristocratiques et bourgeoises à partir de l’observation des mariages.

  • 19 Yves GRAFMEYER, Quand le Tout-Lyon se compte, Lyon, PUL, 1992, p. 182.

18Comme l’a écrit Yves Grafmeyer à propos du Tout-Lyon, les annuaires mondains jouent « un rôle important dans l’enregistrement et la visibilité sociale des alliances “mixtes” »19. Nombre de ces ouvrages réunissent en effet dans leurs pages des représentants des deux catégories, bourgeoisie et noblesse, sans exclusive. Ils permettent ainsi d’apprécier les unions noblesse-bourgeoisie et bourgeoisie-noblesse alors que par exemple les annuaires de la noblesse laissent nécessairement de côté les unions de la forme bourgeoisie-noblesse, unions “bourgeoises”.

  • 20 Cyril GRANGE, « Fusion des élites aristocratiques et bourgeoises à la Belle Époque : les mariages (...)
  • 21 ...et non la “concordance” entre la profession du gendre et celle du beau-père comme c’est l’usage (...)
  • 22 Raymond BOUDON, Mathematical Structures of Social Mobility, Amsterdam, Elsevier, 1973, notamment p (...)

19La mesure de la proximité matrimoniale de la noblesse et de la bourgeoisie à Nice dans l’entre-deux-guerres a été réalisée ici à partir d’une méthode, déjà utilisée dans des travaux précédents20, qui permet d’estimer selon quelles tendances sociales préférentielles se constituent les couples. Plus généralement consacrée à l’analyse de la mobilité sociale, elle est là appliquée au mariage et met en rapport les origines sociales de chacun des conjoints21. L’indice retenu a été établi par Raymond Boudon22 ; c’est un indice de “mélange” entre les origines sociales de chacun des conjoints. Sa lecture est simple : plus le résultat obtenu est proche de 1, plus l’homogamie est forte. Au contraire, des valeurs proches de 0 témoignent d’un fort “mélange” entre les deux catégories sociales considérées.

20La forte proportion de mentions de “célibataires” dans l’échantillon réduit la portée des résultats. De même, dans nombre de mentions de couples, le patronyme de la femme est omis. L’effectif des couples à partir duquel le traitement a été réalisé s’élève finalement à 241. La valeur de l’indice calculé à partir de cette population (0,64) témoigne d’un degré soutenu d’exogamie sans que toutefois les deux populations s’ignorent totalement.

Position professionnelle, responsabilités politiques et décorations

21Pour la population bourgeoise, l'inscription sur la liste s'accompagne dans près de deux cas sur trois (65,3 %) d'une indication professionnelle ; la proportion est bien moindre en ce qui concerne la noblesse puisque seulement 14,8 % des membres de cette catégorie assortissent leur mention d'une activité. Ainsi sur les 547 personnalités qui affichent une profession, 5,7 % sont des nobles, alors que 94,3 % ont une origine bourgeoise.

  • 23 Les professions bancaires sont très présentes : on relève un directeur de la succursale de Nice du (...)
  • 24 Il faut souligner les fréquentes indications de consul notamment pour les pays d’Amérique du Sud ( (...)

22Outre cette première différence, nobles et bourgeois se répartissent différemment selon les diverses catégories professionnelles (tableau 1). La bourgeoisie est deux fois plus représentée dans la catégorie “professions libérales” (49,9 %) que la noblesse (26,7 %). Les bourgeois sont plus attirés par les professions médicales (51,8 %) que par les professions juridiques (35 %). Pour les nobles, on observe une situation inverse ; les effectifs observés sont cependant trop réduits pour tirer des conclusions définitives. Autre catégorie où la bourgeoisie dépasse largement la noblesse ; le “monde des affaires” (8,6 % contre 3,3 %)23. A l’inverse les nobles sont plus largement représentés au sein de la catégorie des fonctionnaires (50 % contre 30,8 %) et tout particulièrement dans l’armée (36,7 % contre 20,3 %)24. La différence entre les deux groupes pour les fonctionnaires hors militaires est plus faible (13,3 % contre 10,5 % à l’avantage de la noblesse). Dans cette catégorie, outre les fonctions citées plus haut, on relève un conservateur des hypothèques, un secrétaire général des services techniques de la ville de Nice, un directeur de l’Enregistrement, un ingénieur en chef des bâtiments communaux, soit véritablement les représentants d’une élite locale.

Tableau no 1. Composition professionnelle

%

Bourgeoisie

Noblesse

Total échantillon

Professions libérales

49,9

26,7

48,6

Monde des affaires

8,6

3,3

8,3

Fonctionnaires

30,8

50,0

31,8

dont militaires

20,3

36,7

21,2

Monde agricole

0,0

0,0

0,0

Professions intellectuelles

5,7

16,7

6,3

Employés et commerçants

0,2

0,0

0,2

Clergé

4,0

0,0

3,8

Divers

0,8

3,3

0,9

Total

100,0

100,0

100,0

Effectif

523

30

553

23Les nobles semblent plus présents dans la catégorie “professions intellectuelles”. Là aussi la faiblesse de l’effectif des professions nobles conduit à émettre des réserves sur la valeur de ce résultat. Parmi ces fonctions intellectuelles, on relève des positions véritablement locales : un secrétaire général et un directeur politique du journal l'Éclaireur, un proviseur du lycée de Nice.

24Les mandats électoraux et les responsabilités politiques sont l’apanage de la bourgeoisie (28 mentions contre une pour la noblesse) (tableau 2). Les fonctions locales (maire, adjoint au maire, membre du conseil municipal, conseiller général) sont largement prédominantes. On relève notamment les maires de d’Aspremont, de la Gaude, de Valbonne, de Villefranche-sur-Mer, le maire et plusieurs adjoints au maire de Nice.

Tableau no 2. Mandats électoraux et responsabilités politiques

%

Bourgeoisie

Noblesse

Total échantillon

Fonctions municipales

50,0

100,0

51,7

Député

10,7

0,0

10,3

Conseiller général

32,1

0,0

31,0

Membres du gouvernement

7,1

0,0

6,9

Divers

0,0

0,0

0,0

Sénateur

0,0

0,0

0,0

Total

100,0

100,0

100,0

Effectif

28

1

29

25Lorsque l’on prend en compte le mode de présentation sur la liste mondaine, on remarque que la corrélation entre la présence ou non d’une indication professionnelle et la composition “familiale” de la mention est très faible. La part des célibataires signalant une profession est légèrement plus élevée que leur proportion dans l’échantillon (50 % contre 46,7 %). Ces annonces mentionnant un individu et sa profession sans aucune précision sur son statut marital ont un caractère exclusivement professionnel. Concernant en majorité les professions libérales, la fonction publique, le monde politique et dans une moindre mesure les artistes, ce type de mention permet à son auteur d’afficher une appartenance sociale pouvant jouer comme un capital de confiance auprès de ses clients potentiels. Pour les mentions de couple, l’indication professionnelle est en proportion moins fréquente que la part même des mentions de couples dans l’échantillon (49,8 % contre 51,6 %). La tendance qui veut que l’absence de profession renforce le caractère mondain des mentions est peu marquée ici.

26Si la corrélation entre la présence ou non d’une indication professionnelle et la composition “familiale” de la mention est très faible, la composition professionnelle selon qu’il s’agit de mentions de célibataires ou de mentions de couples laisse apparaître des différences. La part des professions libérales est identique pour chacun des types de mention mais au sein même de cette catégorie, des différences subsistent. Les médecins sont plus nombreux à “s’afficher” au sein d’une mention de couple, de même les architectes et les commissaires-priseurs, alors que les professions juridiques sont plus présentes comme “célibataires”. Si les militaires tout comme les représentants du monde des affaires apparaissent plus fréquemment dans des mentions de couples, les fonctionnaires hors militaires sont plus courants chez les célibataires. De même, les fonctions municipales sont mieux représentées chez les “célibataires” et les députés utilisent les mentions de “couples” (tableau 3).

Tableau no 3. Mandats électoraux et responsabilités politiques

%

Mention de célibataire

Mention de couple

Total échantillon

Fonctions municipales

53,8

50,0

51,7

Député

7,7

12,5

10,3

Conseiller général

30,8

31,3

31,0

Membres du gouvernement

7,7

6,3

6,9

Divers

0,0

0,0

0,0

Sénateur

0,0

0,0

0,0

Total

100,0

100,0

100,0

Effectif

13

16

29

27Les quelques différences observées, trop faibles dans l’ensemble, ne permettent pas de distinguer clairement une population uniquement présente pour des raisons professionnelles d’une population exclusivement mondaine. Dans chacune des deux catégories, (mention de célibataire ou de couples), on retrouve une indication professionnelle en proportion suffisamment proche pour ne pas pouvoir tirer de conclusion dans ce sens.

28Les décorations sont un indicateur précieux du degré de notabilité des personnalités de la liste mondaine. La proportion des mentions assorties d’une décoration se situe entre un quart et un tiers (28,4 %). La bourgeoisie l’emporte largement sur la noblesse : 32,4 % des mentions de bourgeois sont assorties d’une décoration contre 13,3 % pour la noblesse (tableau 4). Ainsi plus de 9 médailles sur 10 concernent les bourgeois. La Légion d’Honneur est la décoration la plus présente (236 sur un total de 284). L’avance des bourgeois est là encore très grande : la Légion d’Honneur accompagne plus d’une mention de bourgeois sur quatre (27 %) contre une sur dix (11 %) pour la noblesse. Les “chevaliers” sont de loin les plus nombreux.

Tableau no 4. Décorations

%

Légion d’Honneur

Décorations diverses

Total Décorations

Effectif

Noblesse

11,0

2,4

13,3

210

Bourgeoisie

27,0

5,4

32,4

790

29Les décorations sont surreprésentées dans les mentions de couples : 59,9 % pour 38,7 % de couples dans l’échantillon et donc sous-représentées dans les mentions de célibataires (39,8 % contre 46,7 %). Cette “avance” des mentions de couples est moindre lorsque l’on retient exclusivement la Légion d’Honneur. Enfin, les mentions de médailles sont dans 83 % des cas accompagnées d’une indication professionnelle. La structuration de notre échantillon d’élites niçoises entre élites nobiliaires et élites bourgeoises est ici probante de même que le découpage selon le type de mention.

Localisation dans la ville : les “beaux quartiers” niçois

30Les adresses des personnalités rassemblées au chapitre “Nice” de la liste des Adresses mondaines de la Côte d’Azur se rapportent naturellement essentiellement à la ville même de Nice ou à ses environs les plus proches. 1.021 adresses correspondant à l’actuelle commune de Nice ont été relevées. Afin de dessiner les limites des beaux quartiers niçois dans l’entre-deux-guerres, il nous a fallu coder ces adresses selon le quartier. Trois problèmes principaux se sont posés. Un certain nombre d’adresses étaient insuffisamment renseignées pour pouvoir être situés avec précision. Nombre de noms de rues ont été modifiés depuis 1934 et pour certaines la correspondance avec le nom actuel n’a pas pu être déterminée. Les cartes par quartier au l/5.000ème fournies par la mairie de Nice ne comportent aucune indication sur les numéros de rue. Pour nombre de rues chevauchant deux voire plusieurs quartiers, il a été difficile de localiser l’adresse avec précision et par conséquent son quartier. Il devra être tenu compte d’une certaine marge d’erreur dans les résultats présentés.

  • 25 Colette LIAUTAUD, « Les Baumettes, campagne, faubourg puis quartier de Nice », Recherches Régional (...)
  • 26 Pasteur, Roquebillière, Vinaigrier, Ariane, Saint-Augustin, Arenas, Sainte-Marguerite, Saint-Isido (...)

31En 1934, année d’édition de notre liste d’adresses mondaines et essentiellement depuis la fin de la guerre de 1914, la physionomie de Nice s’est profondément modifiée. Son extension qui revêt surtout une forme résidentielle, s’est opérée « selon deux modes concomitants : par extension de la construction à de nouveaux secteurs, de plus en plus éloignés du centre » (Sud-Ouest de la plaine centrale, vallée du Paillon, colline de Cimiez, premiers versants des Baumettes, coteaux de Saint-Philippe et du Piol) et « par urbanisation le long des voies de communication »25, surtout vers le nord. Cette extension de la ville ne semble pas avoir modifié le comportement résidentiel des élites niçoises du Bottin Mondain (tableau 5). Les Adresses mondaines de la Côte d’Azur se rassemblent dans 29 des 41 quartiers que compte Nice26. Ces quartiers vides de toute adresse mondaine sont les quartiers les plus excentrés, se situant au nord-est et à l’ouest du centre de la ville. Ils sont le plus souvent limitrophes des quartiers rassemblant moins de 2 % des adresses mondaines de l’échantillon. Il s’agit là des quartiers du Port, Riquier, de Saint-Roch, Rimiez, Saint-Maurice, Le Ray, Saint-Sylvestre, Mantega, Saint-Philippe, Madeleine, Fabron, Caucade, Saint-Antoine, Lingostière, Saint-Pierre de Féric, Pessicart et Gairaut, soit 17 quartiers qui rassemblent 14,6 % de la population de l’échantillon.

Tableau no 5. Répartition des adresses mondaines niçoises par quartier

Tableau no 5. Répartition des adresses mondaines niçoises par quartier

3285,4 % de notre population se concentrent ainsi dans 12 quartiers qui sont, à l’exception du quartier Mont-Boron, les quartiers centraux de la ville. Quatre quartiers rassemblent chacun plus de 10 % de la population mondaine : Carabacel (12 %), Médecin (12,6 %), Thiers (12,1 %) et rue de France (11,1 %). Le quartier dit des “Musiciens” (rue Verdi, Paganini, Gounod, Rossini Berlioz,...) que recouvre essentiellement le quartier administratif Thiers est ainsi largement colonisé par les catégories supérieures. Ces quatre quartiers dans l’ordre hiérarchique sont suivis de très près par la colline de Cimiez (9,4 %) dont le caractère résidentiel de luxe est très marqué depuis la fin du XIX° siècle puis de nouveau par un quartier central Gambetta (7,5 %). Vient ensuite la colline excentrée du Mont-Boron avec 6,5 % du total des adresses. Enfin Libération, Vernier, Le Piol et Baumettes rassemblent à eux quatre 11,7 % des adresses.

33Populations noble et bourgeoise se distinguent fortement à certains endroits (tableau 5) : ainsi Mont-Boron rassemble 9,2 % des nobles contre 5,8 % des bourgeois. Dans le centre, deux quartiers affichent des différences marquées toujours à l’avantage de la bourgeoisie : Carabacel (13,6 % d’adresses bourgeoises contre 5,8 % de nobles), de même Médecin (14,4 % contre 5,8 %). Pour les autres quartiers, les différences restent faibles.

  • 27 Jean RAOUX, « Le quartier Dubouchage », Recherches Régionales, 1976, no 4, p. 37 et p. 41.

34Distinguer les adresses selon qu’il s’agisse de mentions de couples ou de célibataire n’est guère probant (tableau 5). Les écarts restent faibles à la seule exception du quartier Carabacel (14,1 % d’adresses de célibataires contre 10,1 % d’adresses de couples). La prise en compte de la présence d’une indication professionnelle dans la mention fournit de meilleurs résultats. Ainsi Mont-Boron rassemble des mentions plus fréquemment dénuées d’indications professionnelles (9,2 % contre 4,3 %) tout comme Cimiez (12,4 % contre 7 %), me de France (13 % contre 9,4 %) ou encore Gambetta (8,8 % contre 6,5 %), Baumettes (4,9 % contre 2,2 %) et Le Piol (3,6 % contre 1,5 %). Il s’agit parmi les quartiers colonisés par les élites, de ceux dont la position est la moins géographiquement centrale. A l’inverse, Carabacel (16,7 % contre 6,3 %) et Médecin (17,8 % contre 6,3 %) correspondent à des adresses mentionnant pour la plupart une indication professionnelle. Il s’agit là d’ailleurs d’une zone d’activités commerciales et économiques intense qui fournit de nombreux emplois27.

35Un découpage par catégorie professionnelle permet de mieux préciser la répartition des élites de fonction au sein de la ville (tableau 6). Les représentants des professions libérales sont majoritairement rassemblés dans les quartiers les plus centraux notamment Médecin (24,4 %), Carabacel (20,1 %), Thiers et rue de France (respectivement 13 % et 13,8 %). Cimiez rassemble étonnamment peu de représentants de ces professions (4,3 %). Médecins et juristes se distinguent : les médecins sont étonnamment absents de Cimiez (1,4 % contre 12,3 % pour les juristes) et les juristes de Thiers (3,1 % contre 19,3 % pour les médecins). Enfin les juristes dominent dans le quartier de Carabacel (26,2 % contre 17,1 %) alors que les médecins l’emportent dans le quartier rue de France (17,9 % contre 13,8 %). Cette position centrale des représentants des professions libérales les distingue légèrement des fonctionnaires et au sein de cette catégorie des militaires mieux répartis dans la ville. Cimiez et Mont-Boron notamment rassemblent un nombre relativement élevé de représentants de la fonction publique. Enfin, le monde des affaires est surtout présent à Cimiez, Carabacel, Médecin et Thiers et les détenteurs de mandats électoraux ou de responsabilités politiques dans les quartiers Carabacel et Thiers.

Tableau no 6. Répartition des adresses mondaines niçoises par quartier selon les catégories professionnelles

Tableau no 6. Répartition des adresses mondaines niçoises par quartier selon les catégories professionnelles

36Les résidences de villégiature sont relativement peu nombreuses. Elles concernent 14,3 % de l’ensemble de l’échantillon. Pour les quelques parisiens de la liste, il s’agit le plus souvent de leur adresse à Paris située d’ailleurs exclusivement dans les arrondissements de l’ouest. Parmi ces résidences de villégiature, on relève une part non négligeable de doubles résidences niçoises (25,2 %). Outre ces deux cas de figure, on est véritablement en présence de résidences de villégiature d’une population niçoise locale. Le département des Alpes-Maritimes rassemblent à lui seul 27 mentions avec notamment Saint-Martin de Vésubie (3 mentions), Saint-Vallier de Thiey (3), Golfe-Juan (3), Sospel (2), Grasse (1)... Les autres résidences sont situées majoritairement dans les départements du sud de la France : Var (5), Basses-Alpes (2), Vaucluse (3), Drôme (3), Bouches-du-Rhône (2)... ou plus exceptionnellement dans le nord : Manche (3), Nord (2), Somme (2)...

37Retenir une population inscrite dans un annuaire mondain permet de contourner la question relative à la possible qualification d’élite de telle ou telle catégorie ou tel ou tel individu. On est là en présence d’une population qui s’auto-définit comme élite. Une telle source permet-elle cependant de répondre à la question de la proximité des différentes familles d’élite ? L’ensemble des résultats présentés ici et qui visaient à mettre au jour différentes fractions au sein de l’élite niçoise sont ambivalents. A priori, la seule lecture de la liste mondaine plaide en faveur d’une fusion des élites. S’y côtoient les élites administratives, militaires, économiques et politiques (locales et nationales) ainsi que les élites mondaines et enfin une population que les annuaires mondains nomment la “colonie étrangère”. A posteriori, cette fusion n’est pas une évidence. Certes, il est clair que populations bourgeoise et noble ont des caractéristiques distinctes. Si le taux d’exogamie n’atteint pas une valeur extrême, il reste que le recours à des mentions de type “familiale”, l’activité professionnelle, les décorations, la localisation dans la ville les éloignent. La part élevée d’étrangers au sein de cette population aristocratique favorise certainement cet éloignement. Les segmentations de la population entre mentions de célibataire et de couple et entre personnalités indiquant une activité professionnelle et personnalités l’ignorant peuvent être appréciées de manière diverse. Il nous semble que la frontière entre une population intégrée dans la vie de la cité et une autre plus “mondaine” est pertinente.

38Deux éléments plaident néanmoins en faveur d’une fusion des diverses fractions d’élites. Le caractère resserré de l’espace urbain niçois encourage le mélange des différentes fractions d’élite. De même,-l’effectif réduit de la population niçoise restreint la formation de frontières sociales imperméables au sein d’une élite par définition limitée.

Notes

1 Robert de SOUZA, L’Avenir de nos villes, étude pratique d’esthétique urbaine, Nice, capitale d’hiver, Paris, Berger-Levrault, 1913.

2 Ils passent de 134.000 personnes en 1921-1922 à 422.874 en 1937-1938. Jean DEVUN, « L’évolution de Nice : 1860-1960 », Recherches Régionales, 1971, no 1, p. 1-63 ; Maurice BORDES (dir.), Histoire de Nice et du pays niçois, Toulouse, Privat, 1976 ; Michel SAUDAN, Yolande BLANC et Sylvia SAUDAN-SKYRA, De l'Hôtel-palais en Riviera, Genève, Le Septième Fou, 1985.

3 André COMPAN (dir.), Le Comté de Nice, Paris, Seghers, 1980, p. 506.

4 Jean DEVUN, « L’évolution de Nice... », art. cit., p. 11-12.

5 Ibid, p. 12.

6 Christophe CHARLE, Les Élites de la République (1880-1900), Paris, Fayard, 1987, p. 12.

7 On peut notamment citer pour Paris, le Tout Paris, annuaire de la société parisienne (1886-1939) et son équivalent provincial l'Annuaire des Châteaux et des Villégiatures (1888-1937) ou encore le Bottin Mondain depuis 1903. De même en province, on peut signaler le Tout-Lyon. Annuaire de la Haute Société de la région lyonnaise, fondé en 1902, le Tout Marseille, Annuaire de la Société marseillaise, fondé en 1895, et le Tout Bordeaux, Annuaire mondain et des salons, fondé en 1925, devenant le Tout Bordeaux et la Gironde en 1926, ou encore Le Tout Mondain du Centre (Allier, Cantal, Haute-Loire, Puy-de-Dôme), fondé en 1929.

8 Riviera-Mondain, Annuaire des Gens du Monde séjournant ou résidant sur la Côte d’Azur, Nice, Imprimeries Nouvelles Réunies, 1910.

9 Paris-Mondain, 1913, p. 3.

10 Ibid, p. 3.

11 Une rubrique intitulée “Maisons recommandées de la Côte d’Azur” fait suite à cette liste : Bottin Mondain, 1934, p. 842 et s.

12 Ibid, p. 779-841.

13 Ralph SCHOR, « Les étrangers dans la ville : “le péril italien” dans les Alpes-Maritimes (1919-1939) », Annales de la Faculté des Lettres de Nice, 1979, no 37 ; Ralph SCHOR, « Les étrangers dans la banlieue de Nice au cours des années 1920 », Villes en parallèle, juin 1990, no 15-16, p. 208-223 ; Ellis LE ROY, La Colonie russe dans les Alpes-Maritimes : des origines à 1939, Nice, Serre, 1988.

14 Nous avons relevé la mention de Frank Jay-Gould : Hôtel Majestic - 4, boulevard de Cimiez.

15 On a relevé le nom de Maurice Maeterlink, homme de lettres et Madame, villa “Orlamonde”, 200, boulevard Carnot. Autre personnalité marquante de la liste mondaine, le fondateur de l’Automobile-Club de France, le baron Zuylen de Nyevelt de Haar.

16 Nous entendons par mention d’aristocrate les mentions pour lesquelles le patronyme du mari ou de la personne célibataire est orné d’une particule et/ou est accompagnée d’un titre de noblesse.

17 Giulio de ORESTIS de CASTELNUOVO, La Noblesse niçoise : notes historiques sur soixante familles, Marseille, Laffitte reprints, 1974.

18 Régis VALETTE, Catalogue de la Noblesse française contemporaine, Paris, Laffont, 1989, p. 203-390 et plus particulièrement p. 359-362.

19 Yves GRAFMEYER, Quand le Tout-Lyon se compte, Lyon, PUL, 1992, p. 182.

20 Cyril GRANGE, « Fusion des élites aristocratiques et bourgeoises à la Belle Époque : les mariages à Paris et en province », Claude-Isabelle B RELOT (dir.), Noblesses et Ville (1780-1950), Tours, Maison des Sciences de la Ville, 1995, p. 247-260 ; Cyril GRANGE, Les Gens du Bottin Mondain, 1903-1987, Paris, Fayard, 1996, p. 102-114.

21 ...et non la “concordance” entre la profession du gendre et celle du beau-père comme c’est l’usage pour l’étude de la mobilité sociale : Claude THELOT, Tel père, tel fils ?, Paris, Dunod, 1982.

22 Raymond BOUDON, Mathematical Structures of Social Mobility, Amsterdam, Elsevier, 1973, notamment p. 22-26.

23 Les professions bancaires sont très présentes : on relève un directeur de la succursale de Nice du Crédit Lyonnais, de la Banca Commerciale Italiana ou encore le directeur de la Riviera Bank et de la National City Bank of NewYork.

24 Il faut souligner les fréquentes indications de consul notamment pour les pays d’Amérique du Sud (Pérou, Uruguay, Chili, Argentine, Équateur, Colombie, Bolivie).

25 Colette LIAUTAUD, « Les Baumettes, campagne, faubourg puis quartier de Nice », Recherches Régionales, 1970, no 3, p. 3-38 ; Martine FOLTON, « Les mutations de l’espace urbain à Nice (1919-1935) », Cahiers de la Méditerranée, décembre 1972, no 5, p. 60 et p. 63-64 ; Danielle TOESCA et Marie-José TROJANI, « Le quartier Malausséna à Nice », Recherches Régionales, 1977, no 4, p. 1-43 ; Dominique CALBO, « Les mutations d’un quartier laborieux : Riquier-Saint-Agathe », Recherches Régionales, janvier-mars 1980, p. 23-60 ; Marguerite et Roger ISNARDS, Per Carriera, Dictionnaire historique et anecdotique des rues de Nice, Nice, Serre, 1983.

26 Pasteur, Roquebillière, Vinaigrier, Ariane, Saint-Augustin, Arenas, Sainte-Marguerite, Saint-Isidore, Ventabrun, Cremat, Saint-Roman, Saint-Pancrace sont vides de toute adresse mondaine.

27 Jean RAOUX, « Le quartier Dubouchage », Recherches Régionales, 1976, no 4, p. 37 et p. 41.

Table des illustrations

Titre Tableau no 5. Répartition des adresses mondaines niçoises par quartier
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/17503/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 779k
Titre Tableau no 6. Répartition des adresses mondaines niçoises par quartier selon les catégories professionnelles
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/17503/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 741k

Auteur

Chargé de recherches Centre Roland Mousnier - CNRS - Paris

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search