Version classiqueVersion mobile

Élites et pouvoirs locaux

 | 
Bruno Dumons
, 
Gilles Pollet

Quatrième partie. Élites et corps traditionnels

Quelques observations sur les élites dans les Alpes-Maritimes au début de la Troisième République

Alain Ruggiero

Texte intégral

1On ne peut commencer à parler des élites dans les Alpes-Maritimes sans faire quatre remarques préalables qui permettent de mieux préciser le contexte départemental, même si ces remarques prennent une place qui peut, à priori, sembler trop importante dans un court exposé consacré aux élites. La première remarque est relative au manque d’homogénéité du département des Alpes-Maritimes au début de la Troisième République : c’est en effet un département non seulement de rattachement récent comme par exemple la Savoie mais aussi de constitution récente puisqu’il est composé de l’arrondissement de Grasse détaché en 1860 du département du Var, arrondissement dont l’histoire économique, sociale, administrative et politique est celle d’une partie du territoire français depuis la fin du Premier Empire et de l’ancien Comté de Nice, ex-province périphérique des États du roi de Sardaigne, territoire dont l’histoire et les pratiques sont différentes. Il est important par exemple de souligner que le système censitaire dans lequel ont évolué les élites françaises de la première moitié du XIX° siècle ne date en Piémont-Sardaigne que de 1848. Par contre, le processus, déjà bien en place avant la Révolution, de l’anoblissement pour leurs mérites ou leurs diplômes de membres de la bourgeoisie a créé d’autres types de personnages se distinguant du lot commun d’autant que les rois de Sardaigne ont continué à anoblir.

  • 1 Olivier VERNIER, « Nationalité et changement de souveraineté à Nice en 1860 : du droit d’option au (...)
  • 2 Michel BOTTIN, « La noblesse niçoise au XIX° siècle », Cahiers de la Méditerranée, 1991, no 43, p. (...)

2Au moment du rattachement, une partie des élites, même si la virulence d’un Garibaldi n’est pas toujours partagée, optent pour le Piémont et donc quittent les responsabilités locales1, se font domicilier à Turin et conservent des liens plus ou moins distendus avec un comté dans lequel ils possèdent encore des propriétés et où se nouent un certain nombre d’alliances matrimoniales. Sur le seul critère de l’appartenance à la noblesse puisque sur ce point nous disposons de l’étude biographique et généalogique de Jules de Orestis on peut noter que « sur 55 familles ayant... une descendance mâle, 31 ont manifestement choisi l’Italie, 5 la France, 8 sont partagées soit entre proches parents comme les Alziary de Malaussène ou les De Orestis soit encore entre cousins parfois très éloignés, voire branches distinctes depuis longtemps comme les De Gubematis. Dans 11 cas, Jules de Orestis ne fournit pas de renseignement précis : ce sont pour la plupart des choix français comme les Spitalieri de Cessole ou les Guiglia mais on trouve aussi dans ce groupe par exemple les Cays de Gilette installés à Turin depuis la Révolution »2.

  • 3 On trouve encore des descendants de ces familles dans l’armée et l’administration du royaume d’Ita (...)

3Par rapport à ce qui se passe ailleurs, l’arrondissement de Nice est tout de même privé d’une partie de ses élites dont les noms se retrouveront tardivement dans les cercles des pouvoirs piémontais et italien3. Lorsque la République se retrouve de fait prendre la succession de l’Empire de Napoléon III, le département des Alpes-Maritimes n’a donc qu’une dizaine d’années d’existence, années marquées par l’importance de travaux publics qui ont été réalisés. Ce département récent comporte deux ensembles assez distincts et dont les différences se font sentir longuement, peut-être jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. C’est, je crois, la première remarque à faire avant même de chercher à caractériser les élites de ce département car le passé a légué sur la rive gauche du Var des habitudes, des rapports sociaux et des comportements qui n’ont pas correspondu à la constitution d’une catégorie de notables “à la française”.

4La deuxième remarque porte logiquement sur la nature de ce département même si le trait reste schématique. Les deux anciens sous-ensembles qui ont été nommés, sont marqués par un caractère encore très agricole, d’une agriculture peu intégrée aux échanges à l’exception des oliviers et de plantes commerciales mineures, à l’exception aussi des zones proches des villes où la croissance urbaine induit l’installation de nombreux maraîchers. Sans doute, là encore, les différences sont sensibles entre les habitants de la rive droite du Var et ceux de la rive gauche qui vivent dès que l’on quitte la côte dans un environnement plus montagneux, au relief plus compartimenté et dont les voyageurs soulignent encore l’extrême frugalité.

5Les villes, Nice, Cannes alors en forte croissance, Grasse plus traditionnelle marquent un contraste important avec le reste. Les deux premières peuvent être considérées comme des îlots de modernité ; la fréquentation saisonnière d’une partie de la bonne société européenne ne peut qu’avoir des conséquences importantes sur les élites locales. Sur le plan économique, ces années de forte croissance entraînent une recherche constante d’innovation surtout à la fin du siècle, ascenseurs, électricité, téléphone, de sorte que parce que ce sont des lieux de villégiature où se concentrent en nombre aristocrates et ploutocrates européens, certains quartiers de ces villes connaissent plus vite que ceux des grandes métropoles la banalisation de ces équipements. En revanche, l’arrière-pays vit encore aux rythmes anciens et il faut souligner à ce propos la très grande pauvreté de son agriculture qui n’a jamais permis en territoire niçois un enrichissement des propriétaires tel qu’il puisse déboucher sur la construction de châteaux comme on en trouve dans la plupart des régions de France. Les grands propriétaires fonciers existent en pays grassois et cagnois, dans la plaine de Nice mais leur petit nombre est une des caractéristiques du département dont l’armature dans ce secteur de l’économie repose plutôt sur une bourgeoisie foncière de petite ou de moyenne aisance.

6Le troisième élément fondamental est relatif à la très rapide croissance démographique du département : moins de 200.000 habitants en 1872 mais plus de 350.000 à la veille de la guerre de 1914. En une quarantaine d’années, la population a augmenté de 80 %. Cette augmentation est plus spectaculaire encore si on l’inscrit dans ses limites spatiales : en effet, seul le secteur côtier est véritablement concerné à l’exception de la ville même de Grasse favorisée par le développement de la parfumerie dont la population passe de 12.560 à 19.704 habitants, ce qui est loin d’être comparable au cas de Cannes, 10.000 habitants en 1872 mais près de 30.000 en 1911. La croissance la plus spectaculaire, parce que l’échelle n'est pas la même, reste celle de Nice : 50.000 habitants en 1872, 142.000 en 1911 ; dans le cas niçois, l’effet de masse joue également.

7Cette forte croissance de la population côtière n’est évidemment pas répartie dans toutes les branches d’activité. Ceux qui ont principalement participé à ce mouvement d’immigration dans le département étaient essentiellement des actifs attirés par les possibilités de trouver du travail dans un secteur géographique restreint où se concentraient les chantiers et les “emplois non-qualifiés” pour utiliser une de nos terminologies contemporaines. On peut noter qu’inversement, les résidents aisés parmi lesquels pourraient se trouver une partie des élites départementales étaient souvent des oisifs, des fonctionnaires et militaires retraités ou des personnes déjà retirées des affaires.

8Le dernier élément à prendre en compte dans cette présentation très schématique des principales caractéristiques du département découle des effectifs de population qui viennent d'être cités : il s’agit de l'hypertrophie niçoise, chef-lieu qui domine d’autant plus aisément ce petit département qu’il représente 25 % de l’effectif en 1872 ; mais plus de 40 % en 1911. Progressivement les actifs dans des secteurs non-agricoles qui vivaient encore dans les villages à la fin du Second Empire les quittent pour les villes qui concentrent ainsi une bonne part de ceux qui disposaient dans le département d’une certaine aisance et d’un certain savoir. Le phénomène est particulièrement net pour l’ancien comté de Nice.

9Si on résume les conséquences de ces remarques sur la nature des élites locales, on constate tout de suite qu’elles sont au début de notre période peu nombreuses, à l’échelle d’un petit département qui est un des moins peuplés de France, à l’échelle également d’un département dans lequel les activités traditionnelles ne dégagent que peu de profit et qui vit pour sa composante rurale de façon très frugale mais dont les bouleversements urbains et donc immobiliers sont alors considérables.

10C’est ce contexte là qu’il faut avant tout souligner parce qu’il détermine de nombreux éléments que celui qui cherche à décrire les élites des Alpes-Maritimes ne peut manquer de rencontrer. Quelles sont donc dans ces conditions les élites locales et comment caractériser les différents groupes qui auraient pu prétendre à ce qualificatif ?

  • 4 On peut noter avec Christophe Charte que « par définition on ne peut faire partie des élites “en s (...)

11Comme pour les autres départements, les moyens d’approches des élites reposent soit sur un certain nombre d’indicateurs de notoriété que les contemporains reconnaissaient4, soit sur un classement que le chercheur opère à partir de critères “objectifs” ou tenus pour tels comme le niveau de fortune, les responsabilités collectives exercées ou encore la participation à la vie sociale et culturelle. Dans le cas des Alpes-Maritimes, ce qui perturbe l’analyse, c’est la forte présence de personnalités appartenant aux élites nationales de plusieurs États qui séjournent souvent pendant plusieurs mois et qui sont aussi, fréquemment, des propriétaires de villas ou plutôt de domaines dont l’entretien est assuré pendant leur absence par un personnel pouvant aller jusqu’à plusieurs dizaines de domestiques permanents comme pour la propriété Koschoubey ou le château Valrose.

  • 5 Une recherche récente montre bien pour Cannes, aux traditions urbaines récentes, que la “haute soc (...)

12Ces personnalités représentent une forte proportion des familles répertoriées par les annuaires mondains et ont souvent des responsabilités locales comme organisateurs des festivités ou dans le bureau des clubs sportifs5. Il est difficile dans ce conditions d’utiliser tels quels ces annuaires car il faudrait séparer, cas par cas, les familles qui n’ont de liens avec la région que pour leur villégiature de celles qui sont venues se fixer pour vivre dans le département. On peut d’ailleurs remarquer que cette façon de poser le problème correspond davantage à la fin de notre période plutôt qu’au début qui se caractérise plus chez les hivernants par un mode de vie aristocratique dans lequel le changement de résidence fait partie du rythme annuel.

  • 6 Sur le rôle d’Henri Germain dans les investissements niçois : Alain et Michèle-Helyett SIFFRE, « L (...)

13Les choses sont plus complexes encore avec le cas de célèbres hivernants dont l’activité principale est incontestablement ailleurs mais qui sont à Nice au centre de réseaux économiques ou culturels : le couple Germain en est une parfaite illustration. Henri Germain est en effet un des lotisseurs les plus importants de la ville, par l’intermédiaire de la Foncière Lyonnaise, société qui a véritablement créé le quartier de Cimiez alors que le salon le plus intellectuel de Nice est incontestablement dans les années 1870 celui de Madame Germain qui profite de la présence sur la côte d’écrivains et d’artistes venus également hiverner pour poursuivre à Nice les discussions de son salon parisien en les enrichissant de la présence de nombreux étrangers6.

  • 7 Francis DESRAMAUT, Don Bosco à Nice, Paris, ADE, 1980, p. 25.

14Sur le plan de ce qui constitue également un repère des élites, la fondation et la participation à l’activité d’institutions de bienfaisance, nous constatons la même impossibilité de raisonner à partir des seuls éléments locaux : lorsque Don Bosco vient à Nice pour fonder le premier établissement salésien situé hors de l’Italie, ses soutiens à Nice appartiennent à l’élite locale comme le comte de Venanson ou Benjamin Bounin mais aussi à la société des hivernants comme le baron Tramblay de Saint-Yon, résident régulier, il est vrai, ou le comte de la Ferté Meun7 ; l’hôpital pour enfants porte encore de nos jours le nom de son fondateur, le baron polonais de Lenval.

  • 8 Sur le rôle de quelques aristocrates russes : Ellis LE ROY, La Colonie russe dans les Alpes-Mariti (...)

15Les mêmes remarques peuvent être faites à propos des autres fondations charitables pour lesquelles les premiers fondateurs puis les administrateurs prennent l’habitude de solliciter les hivernants français ou étrangers8 ce qui a pour conséquence de mêler autochtones, allogènes et résidents temporaires dans les conseils d’administration qui ne sont donc pas utilisables tels quels pour tenter de repérer les élites vraiment locales.

  • 9 Le nombre croissant d’étudiants qui pose tant de problèmes au fonctionnement de l’enseignement sup (...)

16La difficulté d’isoler les élites locales étant soulignée, il reste à traiter de la question qui est quasiment induite par les deux éléments du titre de ce colloque, question qui pourrait se résumer par la question suivante : y-a-t-il opposition entre les élites traditionnelles et celles qui se dégagent progressivement des évolutions économiques et sociales du dernier tiers du siècle ? Pour les Alpes-Maritimes, il est pour l’instant difficile de répondre de façon précise — c’est-à-dire nominative — à cette question, même si des éléments de base peuvent être avancés. Cette difficulté n’est que provisoire car en fonction des études en cours portant notamment sur quelques personnalités “représentatives”, on peut espérer à terme des progrès significatifs de nos connaissances9.

17Puisque les éléments qui relèvent de la prosopographie ou plus simplement d’un ensemble de biographies font actuellement défaut, il ne reste qu’à brosser les grandes lignes des groupes qui pourraient être représentatifs des élites des Alpes-Maritimes à la fin du XIX° siècle et ceci en pensant toujours à la forte présence, pour ne pas dire à la submersion de certains domaines comme l’économie, de gens venus d’ailleurs se fixer ou simplement résider pour des durées variables.

  • 10 De plus en plus à la fin du siècle, les élus, maires, conseillers généraux des petites communes co (...)

18Les élites traditionnelles, noblesse, notables existent comme partout mais ce qui a été déjà avancé permet de relativiser ce “comme partout” par la faiblesse de la population des Alpes-Maritimes à la fin du Second Empire. Les élites traditionnelles sont donc peu nombreuses par rapport à une population globale qui ne cesse d’augmenter. Ce phénomène qui touche les villes côtières qui se développent alors que l’arrière-pays commence à se vider est renforcé10 à Nice même par le choix de la fidélité à la maison de Savoie qui a été fait par quelques-unes des grandes familles dont la présence et l’influence avaient été permanentes jusqu’au rattachement comme les familles Thaon de Revel ou De Orestis.

  • 11 Le cas de la famille Malaussena est “mixte”. Certes François Malaussena en restant aux mêmes fonct (...)

19La continuité reste cependant assurée sur la rive gauche du Var par la présence, parmi le personnel politique, de notables qui ont permis la transition tels que ceux qui composent l’équipe du maire de Nice, Malaussena, déjà syndic de la ville avant 186011.

  • 12 Ce phénomène de clientélisme, plus qu’ailleurs, est caractéristique de la vie politique niçoise, P (...)
  • 13 Jacques BASSO, La Tradition politique localiste dans les Alpes-Maritimes (1860-1968), Bordeaux, IE (...)
  • 14 Ibid.

20Dans les années qui suivent, l’augmentation du nombre des habitants ne modifie pas sensiblement les situations acquises par les notables locaux, solidement implantées et aux solides réseaux : le nombre de candidats venus de l’extérieur est plutôt plus faible qu’ailleurs, en raison probablement d’une des particularités de la vie politique niçoise qui consiste à ne pas trop s’organiser autour des partis ou des programmes mais plutôt autour de quelques hommes et de leur clientèle12. Le phénomène est moins net dans l’arrondissement de Grasse, ancien territoire français où la plus grande ancienneté de la vie politique donne davantage de place aux groupements et à leurs programmes et où le nombre d’élus et surtout de candidats venus de l’extérieur est plus important13. Du reste, les candidats extérieurs “forestiers” ou comme on dit alors “exotiques” sont en général solidement patronnés par les locaux : il s’agit bien dans ce cas de cooptation des élites politiques14.

  • 15 C’est le titre de l’ouvrage d’un mondain cultivé : Stephen LIEGEARD, La Côte d’Azur, Paris, Quanti (...)
  • 16 L’apport de capitaux dans le département a été particulièrement étudié par Alain et Michèle-Helyet (...)
  • 17 Rosine CLAYET-MICHAUD, « Les premières années de la Chambre de Commerce et d’industrie de Nice », (...)

21Sur le plan économique, les élites sont particulièrement difficiles à distinguer, à isoler en somme : la présence sur la Côte qui n’est pas encore qualifiée “d’Azur” dans le langage courant15 de nombreux capitaux allogènes s’investissent dans des activités qui dégagent des profits importants et rapides telles que l’hôtellerie, l’immobilier et les activités annexes ne peut que fausser l’émergence d’une véritable catégorie d’entrepreneurs autochtones ou à défaut au moins résidents16. Si on examine les listes de membres du bureau de la Chambre de Commerce, on ne peut par exemple qu’être frappé par la conservation de la direction par des représentants de secteurs traditionnels, par exemple des négociants en huiles, alors que ceux de secteurs plus dynamiques n’y figurent pas. La lutte pour le pouvoir au sein de la Chambre de Commerce de Nice est d’ailleurs une intéressante illustration du clivage qui perdure entre l’arrondissement de Grasse et celui de Nice dont les membres influents confisquent pratiquement les sièges au milieu des années 1870 jusqu’à provoquer le refus de voter des représentants grassois17.

  • 18 Ce qui est par exemple le cas de créations dans le théâtre privé de la propriété Von Derwies (500 (...)

22Du coté des élites intellectuelles, la situation pendant longtemps se caractérise par une absence de structure justifiant la fixation à Nice d’écoles, de facultés, d’universitaires : le lieu de formation principal reste pour longtemps à Aix-en-Provence ; cependant la présence sur la côte de nombreux hivernants qui participent à la vie intellectuelle et plus généralement culturelle sur le plan mondial, c’est-à-dire à l’époque sur le plan européen, donne malgré cette absence de foyer de fixation d’intellectuels une coloration tout à fait particulière à la vie culturelle de Maupassant à Jean Lorrain et Jules Romains. Les célébrités venues passer la mauvaise saison à Nice ou à Cannes tiennent des salons d’un haut niveau comme pour Nice celui de la vicomtesse Vigier ou celui, nous l’avons déjà évoqué de Madame Germain, mais peut-on placer ces personnages dans les élites locales ? Les artistes les plus renommés viennent interpréter, parfois en création à l’échelle nationale ou mondiale18, les derniers opéras et la vie culturelle niçoise semble par bien des aspects être la prolongation hivernale de la vie parisienne.

23Comment donc considérer les artistes et leur public ? Comme des hôtes de passage ? Pourtant leur séjour est souvent de plusieurs mois. Comme des résidents ? Ils ne s’investissent pas souvent dans les activités locales ; manifestement Nice, ville mondaine, n’est qu’une résidence secondaire mais leurs principaux centres d’intérêt des résidents sont ailleurs et la plus grand partie de leurs rapports avec les habitants du lieu sont ceux de clients à fournisseurs.

  • 19 En incluant dans ce groupe les enseignants de droit.

24Enfin, dans le domaine des élites du savoir, quatre catégories paraissent se distinguer : deux traditionnelles, les avocats et les médecins, deux plus “modernes”, les ingénieurs et entrepreneurs et les journalistes. Pour ce qui concerne le premier groupe, celui des avocats et plus généralement de l’ensemble des professions judiciaires, deux remarques sont à faire. D’une part, avec la fin du système sarde, Nice a perdu son rôle très ancien de cour d’appel à la grande colère des responsables locaux et des membres du barreau. D’autre part, avec la très rapide croissance urbaine, les conséquences de cette perte ne se font pas sentir de façon catastrophique pour ces professions dont le nombre global de membres reste en augmentation. C’est un secteur d’activité dans lequel les allogènes sont peu nombreux proportionnellement à l’ensemble, surtout à Nice, et que l’on peut considérer dans une certaine mesure comme le bastion des élites vraiment locales ; c’est dans ce domaine des professions judiciaires que se rencontrent encore aujourd’hui les plus grandes continuités familiales19. Le tribunal de Grasse profite lui de la croissance de l’agglomération cannoise. C’est de façon logique au sein de cette catégorie que l’on trouve le plus grand nombre de responsables politiques et de candidats.

25Pour ce qui concerne les médecins, le tableau est plus nuancé car la forte présence des hivernants a fait se fixer de nombreux praticiens venus d’ailleurs dans une région où une aussi nombreuse clientèle se trouvait. Cette résidence est parfois saisonnière (les annuaires de 1873 et de 1910 portent pour certains d’entre eux des résidences à Évian, Londres ou Paris) mais cette résidence débouche aussi sur une fixation définitive. La médecine à Nice où elle était enseignée avant 1860, était également représentée par quelques praticiens locaux renommés dont l’influence est particulièrement sensible sur deux registres importants. Le premier est celui de la participation à la vie publique, souvent en “deuxième ligne”, comme gestionnaires, adjoints au maire, conseillers municipaux qui s’occupent avant tout des problèmes liés à la santé publique et à la bienfaisance. Le second est que ce sont probablement en dehors des relations mondaines, les autochtones les plus intégrés dans la société internationale qui vivent l’hiver sur la Côte : par leurs célèbres patients puisqu’ils n'ont pas les mêmes relations avec leur médecin qu’avec leur architecte ou leur entrepreneur, autres prestataires de services en relations courantes avec les hivernants. Ces médecins ont souvent intéressé les hivernants à la bienfaisance locale.

26Le personnage du “bon docteur” est donc une composante importante dans les Alpes-Maritimes, comme dans de nombreux départements, des élites locales d’autant qu’ici comme ailleurs leur participation au sein des municipalités est fréquente : le savoir donnant ainsi accès à l’exercice de responsabilités par le biais de mandats électifs.

  • 20 Les statuts de la société des Tramways de Nice et du Littoral (TNL) sont par exemple déposés à Par (...)

27La catégorie des ingénieurs industriels et entrepreneurs est plus difficile à cerner, malgré le nombre important de ceux qui ont oeuvré pour transformer la physionomie de la Côte, d’abord parce que la structure économique du département ne permet pas de dégager de concentration industrielle importante et que les principales implantations, ferroviaires ou autres, dépendent de conseils d’administration en général parisiens20.

  • 21 “Un architecte à la mode” écrit simplement Marie Bashkirtseff à propos de ce personnage de premier (...)

28Les architectes entrepreneurs, François Aune, François Grosso et surtout Sébastien Marcel Biasini, peuvent se rattacher à cette catégorie. Ils sont moins intégrés à la haute société avec laquelle ils ont des rapports de fournisseurs de services malgré leur notoriété pour certains d’entre eux21. Pourtant la réussite d’un John Taylor à Cannes, fondateur de la principale agence immobilière ou d’un Biasini à Nice non seulement les place à la tête de fortunes nouvelles mais aussi les place en situation d’intermédiaires privilégiés entre les hivernants et les habitants permanents.

  • 22 “Le Riviera Mondain”, Annuaire des Gens du Monde séjournant ou résidant sur la Côte d’Azur, 1910. (...)

29La catégorie des journalistes n’est pas à négliger non plus ; les directeurs de journaux et les éditorialistes avaient déjà joué un rôle important au moment de la campagne demandant en son temps le rattachement de Nice à la France. Après l’effondrement de l’Empire, c’est par contre la question de l’éventuel retour du comté à la maison de Savoie qui fait partie des articles en pour ou en contre. Les campagnes des principaux journaux, leur implication dans les luttes électorales et leur impact malgré les faibles tirages font incontestablement placer leurs directeurs et leur principaux éditorialistes parmi les élites départementales d’autant que la confusion entre responsable de journal et responsable politique est fréquente22.

30D’autres catégories qui ne sont que rarement autochtones méritent également d’être rappelées : celle des hauts fonctionnaires et magistrats auxquels il faudrait ajouter les officiers supérieurs dont la place au sein de la classe dirigeante ne cesse d’augmenter à la fin du siècle avec le refroidissement des relations franco-italiennes qui conduit les ministres de la Guerre successifs à renforcer le dispositif militaire du département. Dès 1887, le gouverneur de Nice a rang de général de division et l'État-major s’est fortement renforcé.

  • 23 Les différents auteurs qui ont étudié cette période, ont souvent remarqué que le préfet des Alpes- (...)
  • 24 Olivier VERNIER, « Les préfets de la République (1871-1914) », Les Alpes-Maritimes (1860-1914)...,(...)

31La présence d’autant de prestigieux résidents venus d’autant d'États différents ne pouvaient que rendre la tâche du préfet des Alpes-Maritimes proche de celle qui correspondent ordinairement aux représentations diplomatiques ; les préfets qui occupent dans l’ordre départemental des préséances la première place puisque Nice n’est pas le siège d’une région militaire, ni celui d’un archevêché, et leur entourage ont toujours eu un rôle mondain important masquant probablement des relations moins gratuites car la présence sur sol français, de façon “concentrée”, de chefs d'État facilitait de nombreuses démarches23. Du reste, on peut noter avec Olivier Vernier que certains de ces fonctionnaires ont poursuivi leur carrière au Quai d’Orsay24.

  • 25 Denis GHIRALDI, « Le rattachement ecclésiastique de l’arrondissement de Grasse au diocèse de Nice (...)

32Enfin, le clergé dont l’encadrement est plus autochtone que celui de la fonction publique en dehors de l’évêque, est bien entendu à classer parmi les élites locales, par les évêques, leurs vicaires généraux et les chanoines notamment ceux du chapitre cathédral de Sainte-Réparate. La réunion des circonscriptions ecclésiastiques avait été beaucoup plus difficile à réaliser que celle des circonscriptions administratives et on peut noter que c’est seulement en 1886 que les habitants des Alpes-Maritimes commencent à dépendre d’un même évêque, non sans difficultés d’ailleurs25. Cependant, même sur la rive gauche du Var dont les habitants avaient voté massivement le rattachement à la France concordataire de Napoléon III, curés en tête, en partie par opposition au Piémont en voie de laïcisation de Cavour, leur influence paraît décroître au point que la séparation de l'Église et de l'État ne provoqua que des agitations relativement mineures et passagères.

  • 26 Ibid, p. 66. Le cas le plus significatif, mais il y en a d’autres, reste celui de la fille du préf (...)

33Si on essaie de dresser le bilan de ce que sont dans les années 1870-1900 les élites locales dans le département des Alpes-Maritimes, on constate qu’elles sont donc encore essentiellement des élites de fonction d’une part, composée des hauts fonctionnaires et des officiers supérieurs nommés à Nice pour une durée qui est en général plus longue que pour le reste de la France, c’est vrai pour les préfets mais plus encore pour leurs collaborateurs immédiats qui restent longtemps en poste. A l’occasion de leur long séjour, les fonctionnaires, comme d’ailleurs certains officiers, nouent parfois des alliances familiales avec des familles de la région, ce qui fait de ces serviteurs de l'État venus d’ailleurs des parents des élites locales26.

34A côté de ce petit groupe de hauts fonctionnaires, d’officiers supérieurs auxquels il faudrait ajouter les magistrats, ce sont les avocats et une partie des médecins, ceux qui allient savoir et notoriété qui sont à ranger parmi les élites locales, d’autant plus que, comme il a déjà été avancé, c’est au sein de ces deux groupes que se recrutent le plus les candidats aux différents mandats électifs. Par contre, et la structure économique du département permet aisément d’expliquer ce phénomène, on trouve assez peu de catégories nouvelles qui auraient ainsi représenté les nouvelles élites par rapport à cet ensemble qui semble bien traditionnel et peu affecté par les bouleversements socio-économiques du dernier tiers du XIX° siècle.

35Bien sûr, quelques individus ont pu, par leur formation, par leurs talents construire une fortune et devenir un tant soit peu reconnu par les élites traditionnelles : originaires du département ou venus s’installer à Nice, ils restent au demeurant peu nombreux, tels Agid ou Chauvain dans l’hôtellerie de luxe, Biasini et Taylor dans l’immobilier.

36En définitive, le seul lieu où l’activité est susceptible de générer par l’industrie une évolution à ce niveau des hiérarchies sociales, c’est Grasse, ville dans laquelle le passage de la parfumerie à l’âge véritablement industriel provoque à une échelle qui n’a rien à voir avec le textile alsacien ou les charbonnages du Nord, l’émergence d’industriels qui restent cependant liés aux élites traditionnelles : les députés Léon Chiris ou César Ossola, industriels de la parfumerie appartiennent l’un et l’autre à d’anciennes familles grassoises.... Cependant davantage peut-être que sur la rive gauche du Var, la vie politique est dans l’arrondissement de Grasse marquée par les luttes nationales et des personnalités venues de l’extérieur peuvent y connaître des carrières de longue durée tels que Maurice Rouvier, député puis sénateur.

37Néanmoins, la répartition des rôles se caractérise d’une façon générale dans le département par le maintien du pouvoir politique local entre les mains de l’ancienne élite qui a parfois transformé son ancienne assise foncière en véritable richesse immobilière dans les phases de croissance urbaine importante, sans négliger d’ailleurs de céder de nombreux terrains à la collectivité. En revanche, la plus grande partie des activités économiques nouvelles sont, à la veille de 1914, aux mains de capitalistes extérieurs au département, que ce soit directement ou par des sociétés par actions dont le rôle s’accroît fortement dans les années 1880.

Notes

1 Olivier VERNIER, « Nationalité et changement de souveraineté à Nice en 1860 : du droit d’option aux naturalisations », Nice au XIX° siècle, mutations institutionnelles et changement de souveraineté, Nice, Centre d’Histoire du Droit, 1985, p. 287.

2 Michel BOTTIN, « La noblesse niçoise au XIX° siècle », Cahiers de la Méditerranée, 1991, no 43, p. 23.

3 On trouve encore des descendants de ces familles dans l’armée et l’administration du royaume d’Italie après 1920.

4 On peut noter avec Christophe Charte que « par définition on ne peut faire partie des élites “en soi” on doit en faire partie pour les autres » ce qui revient à appliquer la formule “d’autoconsécration sociale d’un groupe” : Christophe CHARLE, Les Élites de la République (1880-1900), Paris, Fayard, 1987, p. 13.

5 Une recherche récente montre bien pour Cannes, aux traditions urbaines récentes, que la “haute société” est en fait presque totalement extérieure au département : Christine CECCONI, La Haute société à Cannes de 1880 à 1914, maîtrise d’histoire, Université de Nice, 1991.

6 Sur le rôle d’Henri Germain dans les investissements niçois : Alain et Michèle-Helyett SIFFRE, « Les capitaux et la région niçoise de 1880 à 1914 », Revue d’Histoire Économique et Sociale, 1975, no 2-3, p. 364-366. Le salon de Madame Germain est notamment étudié par Paulette LEQUES, « Tourisme hivernal et vie mondaine à Nice, cercles et salons », Aspects de Nice du XVIII° au XX° siècle, Annales de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Nice, 1973, no 19, p. 93-101.

7 Francis DESRAMAUT, Don Bosco à Nice, Paris, ADE, 1980, p. 25.

8 Sur le rôle de quelques aristocrates russes : Ellis LE ROY, La Colonie russe dans les Alpes-Maritimes des origines à 1939, Nice, Serre, 1988, p. 154 et 162.

9 Le nombre croissant d’étudiants qui pose tant de problèmes au fonctionnement de l’enseignement supérieur se traduit en effet par la multiplication du nombre d’études dès le niveau de la maîtrise et notre connaissance de personnages, de familles ou de communes est en évolution très rapide.

10 De plus en plus à la fin du siècle, les élus, maires, conseillers généraux des petites communes commencent à prendre l’habitude de résider à Nice même si évidemment leur domicile reste fixé dans la commune ou le canton qu’ils représentent. Des incidents graves survenus dans plusieurs communes montrent bien le délai nécessaire pour prévenir le maire qui réside la plupart du temps à Nice.

11 Le cas de la famille Malaussena est “mixte”. Certes François Malaussena en restant aux mêmes fonctions sous la nouvelle souveraineté a assuré la transition entre les deux systèmes de souveraineté mais son frère, commandant en second du navire amiral de la flotte italienne a été tué à la bataille de Lissa en 1866 : Giulio de ORESTIS de CASTELNUOVO, La Noblesse niçoise : notes historique sur soixante familles, Marseille, Laffitte reprints (1912), 1974.

12 Ce phénomène de clientélisme, plus qu’ailleurs, est caractéristique de la vie politique niçoise, Paul GONNET, « Clientèles et patronages politiques à Nice (1870-1914) », Mélanges d’histoire André Fugier, Lyon, Cahiers d’Histoire, 1968, p. 99-114.

13 Jacques BASSO, La Tradition politique localiste dans les Alpes-Maritimes (1860-1968), Bordeaux, IEP, 1971, p. 25-27.

14 Ibid.

15 C’est le titre de l’ouvrage d’un mondain cultivé : Stephen LIEGEARD, La Côte d’Azur, Paris, Quantin, 1887. Il donne ce nom à la région qui va de l’Estérel à la frontière italienne. Cependant ce n’est qu’après la Première Guerre mondiale que cette appellation se généralise ; jusque-là c’est plutôt le nom de “Riviera” qui est utilisé notamment pour qualifier l’espace géographique recouvert par les annuaires.

16 L’apport de capitaux dans le département a été particulièrement étudié par Alain et Michèle-Helyett SIFFRE, « Les capitaux et la région niçoise... »,... art. cit. ; Alain SIFFRE, « L’essor du capitalisme et l’insertion des Alpes-Maritimes dans l’espace économique français de 1860 à 1914 », Les Alpes-Maritimes (1860-1914), Intégration et particularismes, Nice, Serre, 1988, p. 361-369.

17 Rosine CLAYET-MICHAUD, « Les premières années de la Chambre de Commerce et d’industrie de Nice », Les Alpes-Maritimes (1860-1914)..., op. cit, p. 387-393.

18 Ce qui est par exemple le cas de créations dans le théâtre privé de la propriété Von Derwies (500 places), actuellement le grand amphithéâtre de mathématiques de la Faculté des Sciences. A l’époque de ses séjours, le baron balte Von Derwies entretenait un orchestre qui donnait un concert par semaine.

19 En incluant dans ce groupe les enseignants de droit.

20 Les statuts de la société des Tramways de Nice et du Littoral (TNL) sont par exemple déposés à Paris où siège le conseil d’administration : seule la direction est niçoise et cela avant même la prise de contrôle de la TNL par la Compagnie Thomson-Houston. Pour les lignes de Cannes, c’est finalement l’Omnium Lyonnais qui en est le premier concessionnaire, seule la compagnie Tramways de la Côte d'Azur (TCA), après un bref épisode londonien est constituée dans le département : Jean ROBERT, Les Tramways de Nice et de la Côte d’Azur, p. 35 et 294.

21 “Un architecte à la mode” écrit simplement Marie Bashkirtseff à propos de ce personnage de premier plan pour ce qui concerne l’urbanisation de la ville : Marie BASHKIRTSEFF, Mon Journal, Paris, Montesson, 1995, p. 183.

22 “Le Riviera Mondain”, Annuaire des Gens du Monde séjournant ou résidant sur la Côte d’Azur, 1910. Il contient des pages d’annonces pour les principaux journaux : Le Phare du Littoral a alors pour directeur politique Honoré Sauvan, sénateur des Alpes-Maritimes. Le Petit Niçois, fondé par Alfred Borriglione longtemps maire de Nice, député, sénateur, est alors dirigé par Alfred Donadei, député. L'Éclaireur de Nice dont l’annonce publicitaire ne comporte pas le nom de ses dirigeants, était dirigé par Léon Garibaldi et participait activement aux luttes politiques.

23 Les différents auteurs qui ont étudié cette période, ont souvent remarqué que le préfet des Alpes-Maritimes est bien né. Le personnel de préfecture également, même si l’exemple qui suit, le nom des principaux responsables au temps de la République des Ducs est exceptionnel ; Préfet : Monsieur le marquis de Villeneuve Bargemon ; Secrétaire Général : le comte de Brosses ; Chef du cabinet : M. De Ville de Quincy, Guide Annuaire de Nice, 1873, p. LXXIX.

24 Olivier VERNIER, « Les préfets de la République (1871-1914) », Les Alpes-Maritimes (1860-1914)..., op. cit., p. 72.

25 Denis GHIRALDI, « Le rattachement ecclésiastique de l’arrondissement de Grasse au diocèse de Nice en 1886 », Les Alpes-Maritimes (1860-1914)..., op. cit., p. 77-96.

26 Ibid, p. 66. Le cas le plus significatif, mais il y en a d’autres, reste celui de la fille du préfet Villeneuve-Bargemon épousant à Nice en 1874 le fils de Rodolphe de Maistre ancien gouverneur sarde de la division administrative de Nice ; Michel BOTTIN, « La noblesse niçoise au XIX° siècle »..., art. cit., p. 29.

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search