Version classiqueVersion mobile

Élites et pouvoirs locaux

 | 
Bruno Dumons
, 
Gilles Pollet

Quatrième partie. Élites et corps traditionnels

Fonction municipale et noblesse sous la Troisième République1

Claude-Isabelle Brelot

Texte intégral

  • 1 Archives Départementales du Jura (ADJ), M 1801 à 1810 : Conseils municipaux. Procès-verbaux d’élec (...)
  • 2 A l’initiative du Centre de Recherche sur l’histoire du XIX° siècle à l’Université Paris I : Mauri (...)
  • 3 Ibid.
  • 4 Rien sur les élections municipales, par exemple, dans René BOURREAU, Monarchie et modernité. L'uto (...)
  • 5 Jean-Luc MAYAUD, Les Secondes Républiques du Doubs, Paris, Belles-Lettres, 1986 ; Christian DAVID,(...)

1Ce sujet est-il pertinent ? Il se dérobe au fil des décennies. L’enquête conduite sur les maires en France du Consulat à nos jours, en effet, conclut qu’à partir de 1866, la proportion de maires nobles —qui est alors de 6 %— « diminu(e) et ten(d) progressivement vers zéro sous la République »2. Mais il faut, semble-t-il, passer de l’étude du maire à celle du conseiller municipal. De même que, sous la Restauration, le noble « était plutôt maire d’une petite ville voisine que de la commune où se situait (son) château »3, il est, sous la Troisième République, plus souvent conseiller municipal que maire, notamment en ville, et même à la campagne. Bien que ce rôle de conseiller municipal soit secondaire, voire médiocre — mais l’est-il toujours ? —, il apparaît comme un bon observatoire de l’adaptation nobiliaire mais aussi de ses limites, entre réinvention et déclassement. En effet, si le premier XIX° siècle voit la noblesse réagir à la rivalité d’élites concurrentes, les trois dernières décennies infléchissent les adaptations en cours, remises en cause parfois par la conscience nouvelle du déclassement. C’est donc une découverte utile que celle de ces grands noms qui acceptent de se confiner dans un rôle de comparse au conseil municipal : elle est de nature à dissiper les fascinations euphorisantes qui, aujourd’hui, tentent parfois les historiens des élites. Que les conseillers municipaux aient été jusqu’ici peu étudiés ajoute à l’opportunité de l’enquête4, conduite dans les trois départements comtois — Jura, Doubs, Haute-Saône —, choisis pour la précocité de leur orientation à gauche5.

Érosion et disparition de l’influence noble

  • 6 5.800 si on calcule sur la moyenne de 10 conseillers par commune. Les 24 élus nobles représentent (...)
  • 7 4,14 % des 580 communes.
  • 8 Deux nobles y siègent alors au conseil municipal.
  • 9 ADD, M 343 (cotation provisoire).

2Dès 1878, dans le Jura, l’érosion de la domination nobiliaire est évidente : avec 24 sièges seulement, tant de maires que de conseillers, dans tout le département, la présence noble est nettement résiduelle. Strictement individuelle, elle se solde par la sous-représentation de l’aristocratie qui occupe 0,41 % des sièges municipaux6 : huit cantons sur 32 seulement comptent deux élus nobles ou plus et moins d’une commune sur vingt en élit un7. Elle est de surcroît campagnarde puisqu’elle subsiste dans une seule ville, Saint-Amour, d’ailleurs petite et limitrophe d’un département de grande propriété, celui de la Saône-et-Loire8. Qui plus est, l’évolution s’inscrit dans le long terme : en 1912, sept sièges seulement sont emportés et le canton de Rochefort (Jura) qui, en 1878 faisait figure d’isolat résiduel avec six élus nobles, ne compte plus que trois conseillers... et un candidat malheureux. La régression est encore plus nette dans le département du Doubs où la noblesse légitimiste semble avoir perdu ses quelques bastions traditionnels, hormis de très rares exceptions9. Cette érosion de l’influence noble est un phénomène connu. Trois aspects semblent cependant mériter attention : le renouvellement du sentiment antinobiliaire, l’importance de l’abstention électorale et le déclassement des campagnes et des villes de province qu’elle souligne.

  • 10 ADJ, M 1805, La Chapelle-sur-Furieuse, 1878, bulletin nul.
  • 11 ADJ, M 1918, Montmirey-la-ville, 1912, bulletin nul : le nom du châtelain, le baron d’Aligny, et t (...)

3Le sentiment antinobiliaire, à la campagne, se confirme dans ses caractères structurels : il est antiseigneurial et égalitariste comme l’attestent les bulletins nuls qui réactivent l’image du marquis de Carabas, grand seigneur oisif, parasite, dépensier et plein de morgue, isolé de ses concitoyens par des domestiques corrompus. « Pour une bonne république, pas de noble » déclare un électeur en rayant le nom du châtelain10. « (A) s’obstiner à conserver un régisseur à la fois ivrogne, i(n)solent et ourson, un bon baron perdera commune et canton (sic) » affirme un autre11.

  • 12 Adolphe BOUILLET, L’Armée d’Henri V. Les bourgeois-gentilshommes de 1871, Paris, Germer Baillière, (...)

4Mais à la ville éclôt une nouvelle variante, proprement urbaine, de la représentation du noble. Riche de nuances variées, jouant à la fois sur la veine satirique et sur la veine gauloise, elle exploite aussi bien l’argument politique et l’égalitarisme social avec la dénonciation du parti de l’ordre que l’anticléricalisme et l’érudition historique. Le noble n’est plus ici le marquis de Carabas mais un bourgeois-gentilhomme volontiers usurpateur de l’apparence noble, une fin de race tarée, au sang vicié, dont l’impuissance est à la fois sexuelle et politique. Ainsi, à Saint-Amour, trois pamphlets successifs, dus à un républicain natif du lieu12, caricaturent la noblesse légitimiste dans une vision satirique qui subvertit toutes les prétentions nobiliaires. La distinction est démystifiée : la « gentilhommerie bourgeoise », « emparticulée et embéguinnée, entichée de sa particule postiche, de son blason de cartonnage, du terrier, de la directe, des lods et ventes de ses aïeux », sort tout simplement « des entrailles de la bourgeoisie commerciale ». Quant à l’ancienneté, elle conduit à l' « antichambre de la mort et de l’éternité », et « la vie (des) détritus des vieux âges » « ne sert qu’à contempler la mort ». Le sang bleu est dénoncé comme une tare ayant engendré la dégénérescence de quatre « sauterelles étiques, noires et dégingandées, sautillant derrière leur mère en une perpétuelle danse de Saint Guy ». La noblesse est condamnée à l’impuissance.

5L’abstention électorale serait-elle expression de l’impuissance politique ? A dépouiller les listes d’émargement des électeurs, elle est un comportement fréquent. Quelle signification lui donner ? Est-elle conséquence de la double résidence, mode de vie habituel des noblesses, entre hôtel citadin et château ? Prend-elle la dimension politique d’un refus de vote des monarchistes comme sous le régime précédent ? Ou correspond-elle au désir de maintenir un patronage au-dessus des oppositions politiques qui divisent village et ville ? Cette attitude est aussi celle du clergé qui, le plus souvent, ne vote pas non plus.

  • 13 Selon l’expression de Maurice AGULHON, La Vie sociale en Provence intérieure au lendemain de la Ré (...)
  • 14 Claude-Isabelle BRELOT, « Fins de race ou familles prolifiques ? Approche intergénérationnelle de (...)

6Il convient aussi d’attirer l’attention sur la dimension sociale de la disparition de la noblesse comme force politique locale. Cette disparition ne s’explique pas seulement par la victoire politique de l’égalitarisme post-révolutionnaire, victoire parachevée par la républicanisation. Elle est aussi conséquence de la délocalisation des élites de type ancien qui abandonnent la vie de château et la province au profit de la grande ville. Si pareille interprétation se confirme, il n’y a pas seulement perte du rôle politique mais aussi “évaporation” des élites traditionnelles soucieuses de ne pas se déclasser dans l’atonie provinciale13. La disparition de la noblesse des listes électorales provinciales comme des listes nominatives de recensement n’est donc pas uniquement l’effet mécanique de son recul démographique — celui-ci reste d’ailleurs à vérifier14 — mais aussi l’expression de l’ennui et de la menace de dérogeance que suscite désormais une résidence châtelaine ou provinciale.

  • 15 Muriel RICHARD, Les Châtelains et la vie de château en Indre-et-Loire au XIX° siècle, maîtrise d’h (...)
  • 16 Adeline DAUMARD (dir.), Les Fortunes françaises au XIX° siècle. Enquête sur la répartition et la c (...)

7Une constatation, en effet, s’impose : en fait de nobles, dans les listes électorales, se rencontrent moins de rentiers que de fonctionnaires, petits ou moyens — fonctionnaires de passage, employés des douanes, des contributions, des eaux et forêts... —. La bonne noblesse provinciale et, a fortiori, la grande noblesse, sont ailleurs : dans l’ancienne capitale provinciale —Besançon, ville de garnison de surcroît —, dans les grandes villes, dans les villes et les châteaux de l’Ouest conservateur, de Blois aux châteaux du Val de Loire dont le prestige écarte la menace du déclassement rural15, à Paris, enfin. Cette délocalisation des élites de type ancien en faveur de Paris a déjà été relevée par Adeline Daumard16. Mais elle relève moins d’une accélération de l’urbanisation que de l’aristocratisation de cet horizon social. En province, dans des départements ruraux comme ceux du Doubs, du Jura et de la Haute-Saône, l’apparent déclassement des noblesses présentes sur le terrain électoral et politique est aussi celui de toute une société provinciale, toutes catégories sociales confondues : le déclassement des personnes est aussi celui des campagnes qui deviennent exclusivement paysannes, des petites villes en perte de vitesse et, plus généralement, de la province. Il est collectif. Les élites traditionnelles ne trouvent plus d’intérêt au rôle qu’elles avaient épousé au temps du régime censitaire et qui était celui de la médiation entre Paris et province, entre pouvoirs et administrés, entre villes et campagnes. Au déclassement qui est à la fois celui de leur pays et celui de leur groupe, elles répondent en se concentrant dans la grande ville, dans un réflexe qui relève d’une sociabilité ségrégationniste plus que d’une logique politique.

  • 17 Un exemple de déclassement campagnard est donné par Laurent GREUSARD, Une Famille et une fortune n (...)
  • 18 Alain CORBIN, Le Village des cannibales, Paris, Aubier, 1990.
  • 19 Élise LEMARCHAND, L’Image de la noblesse dans la littérature de second rayon (1880-1914), maîtrise (...)

8Refusant de s’identifier au hobereau ruiné et encrotté dans sa campagne17, elles se projettent dans de nouvelles représentations d’elles-mêmes et tentent de construire le nouvel idéal-type du noble acculturé au “monde” parisien mais transformant les fiefs électoraux perdus en enracinements affectifs et familiaux. Si, incapables d’assumer le train de vie de l’aristocratie fortunée, elles demeurent au village ou dans la ville provinciale, elles intériorisent la “proximité consentie”18 susceptible de concilier adaptation et maintien du rang et donc de garantir une évolution sans déclassement. Selon ces représentations nouvelles, le noble postrévolutionnaire est déclassé mais généreux, si bien que, reclassé par sa noblesse morale, il est sauvé par sa solidarité avec la société provinciale19. Cette attitude permet la continuité du patronage.

Maintien de l’influence dans quelques isolats

  • 20 Mal connue, faute d’un dépouillement des sources judiciaires : Delphine POUPIN, Nobles et ruraux e (...)

9C’est bien le terme d’isolat qui convient pour désigner quelques villages de trois cantons de l’arrondissement de Dole (Jura) et, au total, moins de dix cantons dans les trois départements comtois. Au maintien de l’influence — exceptionnel —, une triple explication semble possible, avec le caractère collectif du patronage, sa continuité pendant le premier XIX° siècle — et celle-ci compte plus que son ancienneté — et la réalité d’une présence évitant toute ostentation20.

  • 21 Ainsi à Rainans (Jura) les frères de Toytot.
  • 22 Évelyne PARIZOT, Un Bourg au XIX° siècle : Conliège (Jura), maîtrise d’histoire (dir. : Claude-Isa (...)
  • 23 A Montmirey-la-ville, le patronage du baron d’Aligny, personnalité légitimiste de poids, est relay (...)
  • 24 Le patronage collectif resserre les liens entre ville et campagne, entre bourg et villages proches (...)

10L’approche anthropologique a sa place ici. Elle importe plus que les choix politiques qui procèdent d’ailleurs d’une idéologie de confusion entre le légitimisme mondain qu’impose l’honneur-familial et le catholicisme social qui incline au ralliement. Les isolats nobles incarnent donc moins l’univers contre-révolutionnaire et catholique qu’ils n’expriment la combativité d’un réseau de parentèle et d’alliance pratiquant émulation et entraide pour mettre en oeuvre une culture du patronage local. Alors que l’action individuelle se révèle inefficace, l’exercice du patronage collectif est la condition requise pour le maintien des clientèles. L’émulation dans le patronage est alors le fait de deux ou trois conseillers municipaux nobles, voire plus, l’un d’eux ayant en charge la mairie et tous appartenant à un réseau de branches collatérales d’un même lignage ou de familles amies, alliées ou voisines. Sans doute est-ce aussi en ce sens qu’il convient d’éclairer les liens existant entre château et presbytère, à la campagne. S’épaulent ainsi dans l’émulation ici deux frères, leur père et leur cousin21, ailleurs quelques petits notables fortunés22, et là un châtelain prestigieux secondé par deux autres, à la stature plus modeste23. Dans le gros bourg, au chef-lieu de canton, dans la petite ville24, le patronage noble collectif favorise de surcroît la continuité de la transmission des fonctions municipales en dépit des aléas des circonstances individuelles et familiales.

  • 25 Claude-Isabelle BRELOT, « Châteaux, communautés de village et paysans dans une province française (...)

11Cette continuité n’est pas seulement importante pour la pérennité des clientèles et des patronages — donc d’un pouvoir politique local. Elle l’est aussi dans la mesure où elle a suscité chez les héritiers des anciens seigneurs et maires un fort sentiment d’appartenance à une paroisse, à une communauté villageoise ou citadine et, chez les plus cultivés, la conscience aiguë de procéder d’une histoire commune dont châtelains et patriciens détiennent d’ailleurs les traces matérielles avec leurs archives seigneuriales et familiales. Il s’agit donc bien d’une culture familiale du patronage local. Sa genèse, oeuvre de trois générations successives, éclaire bien des situations. Ainsi en va-t-il dans la Bresse comtoise, au Deschaux comme à Bersaillin : la médiation du grand notable, pair de France ou député sous la Restauration, est relayée par la présence active de son fils, candidat malheureux aux élections législatives mais capable de reconquêtes en 1848 et généreux dans la pratique de la recommandation ; le petit-fils, lui, accepte au village mandat municipal et même parrainage de quelques enfants et des confirmants de la paroisse : attitude familière qui répond au consentement paysan25.

  • 26 Le dépouillement des sources judiciaires met en évidence des incidents mineurs mais significatifs (...)
  • 27 Denis MAUVAIS, Noblesse d’épée et France des notables : la maison de Moustier, maîtrise d’histoire (...)

12Présence réelle, loin d’être toujours fondée sur une grande puissance foncière et sur sa reconnaissance sociale26. Elle conduit, par exemple, au rôle subalterne de conseiller municipal de grands personnages, par exemple le marquis Lionel de Moustier, député du Doubs en 1849, puis ambassadeur de France à Constantinople et à Vienne et ministre des Affaires Étrangères, fastueux reconstructeur du château familial de Bournel27. En son village, sa présence est effective au conseil municipal. Elle se prolonge souvent par la participation active à bien des commissions municipales requérant un travail besogneux, à la commission du budget notamment, mais aussi à celles qui assument révision des listes électorales et répartition des impôts locaux. Elle signifie certainement, plus que la vigilance dans la gestion communale et privée, le désir de réinsérer le château dans la collectivité villageoise.

  • 28 Claude-Isabelle BRELOT, « Noblesse et évergétisme urbain en France (1800-1914) », Jacques-Guy PETI (...)

13Plus que tout autre indice — et notamment plus que les indices fournis par les dons et legs aux fabriques et aux communes28, soupçonnés de solliciter un contre-don, ne serait-ce que celui de l’éternisation du nom du donateur—, la fonction municipale signale donc les lieux où la présence noble a su se rendre supportable. Les édiles des isolats, en effet, ne se sont guère distingués par l’évergétisme. Ils semblent avoir bien davantage pratiqué l’aumône, au jour le jour — « que ta main gauche ignore ce que donne ta main droite » —, recherchant la discrétion dans une proximité consentie.

Adaptation à des fonctions modestes

14L’adaptation à l’égalitarisme de la société postrévolutionnaire est donc intériorisée et cela jusque dans les bastions résiduels. Les signes extérieurs de la puissance noble, éradiqués de la vie publique, ne distinguent que la sphère privée. Le succès de la démocratie républicaine conduit à l’acceptation des seconds rôles et des fonctions symboliques.

  • 29 ADJ, M 1809, né vers 1825, mort le 28 mars 1893.
  • 30 Nécrologie dans Le Courrier du Jura, 6 avril 1893 qui cite La Franche-Comté.
  • 31 Albéric, vicomte de TRUCHIS DE VARENNES, Les Associations professionnelles agricoles dues à l’init (...)

15Les rôles modestes ne sont pas seulement acceptés. Ils sont recherchés comme preuves de l’utilité sociale de l’ancienne noblesse. Utilité sociale soulignée par la nécrologie des châtelains qui se maintiennent au village dans une fonction élective. Celle, par exemple, de Charles Gabriel de Toytot, maire d’Audelange (Jura) de 1884 au moins à sa mort29, atteste la moralisation et l’actualisation des représentations nobiliaires30. Elle juge sa « carrière modeste et utile » : c’est « sans rechercher ni distinctions ni vanités extérieures » que cet homme a assumé le “rôle social” de “bienfaiteur” et de gestionnaire du syndicalisme agricoles31. Il a « consacr(é) modestement (ses) forces à (son) village », et « le conseil municipal tout entier lui a manifesté sur son lit de mort respect et sympathie », suivi en cela par les communes voisines. L’évocation de la génération antérieure et de la descendance permet de souligner l’adaptation du château à la société post-révolutionnaire : le père de Charles de Toytot avait été fondateur de la première société de secours mutuels de la commune et son fils, inspecteur des chemins de fer à Dole, a accepté un statut qui l’engage dans la vie laborieuse et le salariat.

  • 32 Vincent PETIT, Légitimisme et catholicisme au début de la Troisième République (1871-1883) : l’exe (...)
  • 33 Christelle MERLAULT, La Noblesse dans “L’Otage” de Paul Claudel : une vision symbolique, maîtrise (...)
  • 34 Claude-Isabelle BRELOT, « La noblesse au pied de la croix : oisiveté, loisir... sacrifice ? », Foi (...)
  • 35 Alain CORBIN, Le Village des cannibales,... op. cit.

16Le châtelain tend désormais à s’identifier à des rôles symboliques de son utilité sociale et de la noblesse de son coeur. Dispensateur bénévole de conseils, grand bienfaiteur de la commune, évergète ou mécène, dépositaire de la mémoire collective publiant à compte d’auteur monographie villageoise ou fouilles archéologiques, il passe du politique au social32. C’est dans le renoncement au pouvoir institutionnel que le châtelain trouve son insertion sociale. L’égalitarisme républicain ne lui laisse point d’autre voie que celle du sacrifice. Dans la société postrévolutionnaire, la vocation sacrificielle est la seule possible pour les élites qui ont survécu à la mort civile de la noblesse33, des vocations contrariées de la génération de 183034 à la mort tragique d’Alain de Moneys35.

17Les années 1870-1914 sont donc celles au cours desquelles la noblesse passe du statut d’élite sur-représentée à celui de la simple citoyenneté, sa présence dans les instances électives étant proportionnelle à son poids démographique dans la société et son patronage se trouvant confiné dans des isolats locaux qui la limitent, au moins en province, au pouvoir municipal. Dans les trois départements étudiés, elle ne tient aucune députation et, en 1914, dispose seulement de deux sièges au Conseil Général du Jura. Le noble est donc désormais simple citoyen ravalé dans le rang commun. Quatre générations ont été nécessaires pour éradiquer cette persistance de l’Ancien Régime dans la société post-révolutionnaire et égalitaire, exception faite des “Angleterre vertes” de l’Ouest châtelain.

  • 36 Catherine AUDREN, Une Famille de la noblesse d’Empire au XIX° siècle : la famille Auvray, maîtrise (...)
  • 37 Valérie SADET, Les Princes d’Arenberg et leur domaine de Menetou-Salon (Cher) (1792-1914), maîtris (...)
  • 38 Emmanuel DROILLARD, Les Élites traditionnelles et châtelaines dans la vie politique locale en Indr (...)

18Reste que l’érosion du pouvoir municipal de la noblesse est assez générale pour atténuer les particularités provinciales. La comparaison de la situation jurassienne et de celle de l’Indre-et-Loire est significative. Certes, la proportion des élus nobles dans les mairies est plus élevée en Indre-et-Loire : ce sont 49 nobles contre sept dans le Jura qui y sont dénombrés dans les fonctions de conseillers municipaux et de maires. Mais les modalités de la présence noble diffèrent-elles véritablement ? Comme dans le Jura, la ville, même petite, est réfractaire à la candidature noble et le sentiment antinobiliaire se montre virulent au village36 ; comme dans le Jura, de grands noms jouent les seconds rôles au conseil municipal de leur village, du prince Auguste d’Arenberg à Menetou-Salon (Cher)37 au baron Hainguerlot, huit ans conseiller de La Membrolle avant d’en devenir maire en 1908, et au baron Léon de Champchevrier, maire de Marcilly-sur-Maulne quatre ans seulement avant d’en être plus longuement conseiller municipal38.

  • 39 Pour reprendre le titre de notre thèse : Claude-Isabelle BRELOT, La Noblesse réinventée. Nobles de (...)

19La “liquidation” du pouvoir municipal de la noblesse est-elle irréversible ? Là se trouve l’utilité d'une approche sociale qui souligne que l’élimination politique de la noblesse n’est pas exclusive d’un désengagement inspiré par la menace du déclassement dans la gestion prosaïque des affaires villageoises. Là se pose aussi la question des stratégies visant à la conquête de contre-pouvoirs — présidence des syndicats agricoles, arbitrage informel des conflits locaux, assistance discrète des plus pauvres, compensations culturelles — qui confèrent un rôle plus symbolique que réel. Rôle symbolique qui souligne que la noblesse, quand bien même elle se trouve éradiquée de fait de la vie politique locale — mais non pas de la vie politique nationale —, ne l’est pas de l’univers symbolique des Français. Les échecs politiques ont conduit à la construction de représentations — notamment de représentations littéraires — selon lesquelles le noble, sacrifié par l’égalitarisme post-révolutionnaire et par la républicanisation, porte sa croix et, avec elle, la croix de tous ceux qui, comme lui, n’ont plus d’avenir devant eux. Le développement littéraire de la fonction sacrificielle et salvatrice de la noblesse, de Sygne de Coûfontaine à l'Idiot, atteste la force émotionnelle que conserve dans l’imaginaire collectif une noblesse politiquement vaincue mais réinventée39.

Notes

1 Archives Départementales du Jura (ADJ), M 1801 à 1810 : Conseils municipaux. Procès-verbaux d’élections et listes électorales (janvier 1878). En voici le détail : M 1801 (cantons d’Arbois, Arinthod, Beaufort), M 1802 (Bletterans, Champagnole, Clairvaux), M 1803 (Conliège, Lons-le-Saunier, Nozeroy), M 1804 (Orgelet, Les Planches, Poligny), M 1805 (Salins, Saint-Amour, Saint-Julien), M 1806 (Chaumergy, Sellières, Villers-Farlay, Voiteur), M 1807 (Chaussin, Chemin, Dampierre), M 1808 (Dole, Gendrey, Montbarrey, Montmirey-le-Château), M 1809 (Les Bouchoux, Moirans, Rochefort), M 1810 (Morez, Saint-Claude, Saint-Laurent) ;M 1915 et 1918 : Conseils municipaux. Procès-verbaux d’élections et listes électorales (mai 1912) : M 1915 (Poligny, Salins, Saint-Amour, Saint-Julien), M 1918 (Montbarrey, Montmirey-le-Château, Les Bouchoux, Rochefort, Morez). Annuaire du Jura, Lons-le-Saunier, Verpillat, 1912, p. 83-117, tableau des communes du Jura. Archives Départementales du Doubs (ADD), série M : les dossiers n’ont fait l’objet que d’une cotation provisoire ; en l’absence de tout répertoire, nous n’avons pu procéder qu’à des sondages limités aux élections de 1884 (M 343) et 1888 (M 497).

2 A l’initiative du Centre de Recherche sur l’histoire du XIX° siècle à l’Université Paris I : Maurice AGULHON..., Les Maires en France du Consulat à nos jours, Paris, Publications de la Sorbonne, 1986, p. 38.

3 Ibid.

4 Rien sur les élections municipales, par exemple, dans René BOURREAU, Monarchie et modernité. L'utopie restitutionniste de la noblesse nantaise sous la Troisième République, Paris, Publications de la Sorbonne, 1995.

5 Jean-Luc MAYAUD, Les Secondes Républiques du Doubs, Paris, Belles-Lettres, 1986 ; Christian DAVID, Le Jura à la veille de la séparation de l'Église et de l'État (1898-1905). Étude des forces politico-religieuses et de l’opinion publique dans un département radical, maîtrise d’histoire (dir. : Gaston Bordet), Université de Franche-Comté, 1979.

6 5.800 si on calcule sur la moyenne de 10 conseillers par commune. Les 24 élus nobles représentent 0,01 % de la population alors que la noblesse représenterait 0, 14 % de la population française vers 1900.

7 4,14 % des 580 communes.

8 Deux nobles y siègent alors au conseil municipal.

9 ADD, M 343 (cotation provisoire).

10 ADJ, M 1805, La Chapelle-sur-Furieuse, 1878, bulletin nul.

11 ADJ, M 1918, Montmirey-la-ville, 1912, bulletin nul : le nom du châtelain, le baron d’Aligny, et toute sa liste sont rayés.

12 Adolphe BOUILLET, L’Armée d’Henri V. Les bourgeois-gentilshommes de 1871, Paris, Germer Baillière, 1872 ; L’Armée d’Henri V. Les bourgeois-gentilshommes. Types nouveaux et inédits pour faire suite aux Bourgeois-gentilshommes de 1871, Paris, Germer Baillière, 1873 ; L’Armée d’Henri V. Les bourgeois-gentilshommes de 1871. Arrière-ban de l’ordre moral, 1873-1874, Paris, Germer Baillière, 1874. L’auteur, conseiller général, est l’ancien secrétaire de Vuillemain.

13 Selon l’expression de Maurice AGULHON, La Vie sociale en Provence intérieure au lendemain de la Révolution, Paris, Société des Études robespierristes, 1970.

14 Claude-Isabelle BRELOT, « Fins de race ou familles prolifiques ? Approche intergénérationnelle de la noblesse au XIX° siècle », Annales de Démographie Historique, 1998 (à paraître).

15 Muriel RICHARD, Les Châtelains et la vie de château en Indre-et-Loire au XIX° siècle, maîtrise d’histoire (dir. : Claude-Isabelle Brelot), Université de Tours, 1995.

16 Adeline DAUMARD (dir.), Les Fortunes françaises au XIX° siècle. Enquête sur la répartition et la composition des capitaux privés à Paris, Lyon, Lille, Bordeaux et Toulouse, Paris/La Haye, Mouton, 1973 : en 1914, la part des immeubles parisiens dans l’annuité successorale noble est de 18,8 % contre 17, 2 % en 1847.

17 Un exemple de déclassement campagnard est donné par Laurent GREUSARD, Une Famille et une fortune nobles : les Doroz (1750-1892), DEA d’histoire (dir. : Maurice Gresset et Claude-Isabelle Brelot), Université de Franche-Comté, 1987.

18 Alain CORBIN, Le Village des cannibales, Paris, Aubier, 1990.

19 Élise LEMARCHAND, L’Image de la noblesse dans la littérature de second rayon (1880-1914), maîtrise d’histoire (dir. : Claude-Isabelle Brelot), 1994 ; c’est cet idéal-type que campe avec le personnage de Louis de La Vieille-Roche Désiré MONNIER, « Un coup d’œil en arrière et deux pas en avant. Entretiens à bâtons rompus sous le gros tilleul », Annuaire du Jura pour 1854, Lons-le-Saunier, Gauthier, 1854, p. 349-384.

20 Mal connue, faute d’un dépouillement des sources judiciaires : Delphine POUPIN, Nobles et ruraux en Touraine à travers les archives des justices de paix (cantons d’Azay-le-Rideau et de Sainte-Maure (Indre-et-Loire) (1822-1848), maîtrise d’histoire (dir. : Claude-Isabelle Brelot), Université de Tours, 1995.

21 Ainsi à Rainans (Jura) les frères de Toytot.

22 Évelyne PARIZOT, Un Bourg au XIX° siècle : Conliège (Jura), maîtrise d’histoire (dir. : Claude-Isabelle Brelot), Université de Franche-Comté, 1975.

23 A Montmirey-la-ville, le patronage du baron d’Aligny, personnalité légitimiste de poids, est relayé par deux autres familles châtelaines qui appartiennent à la noblesse d’apparence, les Scheurer de Cendrécourt et les Migneret de Cendrécourt.

24 Le patronage collectif resserre les liens entre ville et campagne, entre bourg et villages proches : le baron d’Aligny tient la mairie du chef-lieu, Montmirey-la-ville, et un de ses proches celle du village voisin de Brans.

25 Claude-Isabelle BRELOT, « Châteaux, communautés de village et paysans dans une province française au XIX° siècle », Alain FAURE..., (dir.), La Terre et la cité. Mélanges offerts à Philippe Vigier, Paris, Créaphis, 1994, p. 53-65.

26 Le dépouillement des sources judiciaires met en évidence des incidents mineurs mais significatifs comme l’indiquent les premiers dépouillements réalisés en Indre-et-Loire : Delphine POUPIN, Nobles et ruraux en Touraine..., op. cit. ; Xavier GRACET, La Noblesse et ses relations avec la population locale à travers les archives de la justice de paix d’Amboise (1814-1852), maîtrise d’histoire (dir. : Claude-Isabelle Brelot), Université de Tours, 1996.

27 Denis MAUVAIS, Noblesse d’épée et France des notables : la maison de Moustier, maîtrise d’histoire (dir. : Claude-Isabelle Brelot), Université de Franche-Comté, 1989.

28 Claude-Isabelle BRELOT, « Noblesse et évergétisme urbain en France (1800-1914) », Jacques-Guy PETIT et Yannick MAREC (dir.), Le Social dans la ville en France et en Europe (1750-1914), Paris, L’Atelier, 1996, p. 180-188 ; les mémoires de DEA et de maîtrise de Florence ARNOULD et Christophe MARCHAND (Université de Franche-Comté, 1988 et 1991) et de Marie-Pierre BRESSON, Nathalie PLOQUIN, Nathalie BERTIN (Université de Tours, 1992, 1994 et 1995), tous consacrés à l’évergétisme des élites traditionnelles en attendant la thèse de Jean-Luc Marais dont la soutenance est prévue à l’Université d’Angers en décembre 1996.

29 ADJ, M 1809, né vers 1825, mort le 28 mars 1893.

30 Nécrologie dans Le Courrier du Jura, 6 avril 1893 qui cite La Franche-Comté.

31 Albéric, vicomte de TRUCHIS DE VARENNES, Les Associations professionnelles agricoles dues à l’initiative privée en Franche-Comté, Besançon, 1939 ; Claude-Isabelle BRELOT, « Le syndicalisme agricole et la noblesse en France de 1884 à 1914 », Cahiers d’Histoire, 1996, no 2, p. 185-213.

32 Vincent PETIT, Légitimisme et catholicisme au début de la Troisième République (1871-1883) : l’exemple du département du Doubs, maîtrise d’histoire (dir. : Gaston Bordet), Université de Franche-Comté, 1993.

33 Christelle MERLAULT, La Noblesse dans “L’Otage” de Paul Claudel : une vision symbolique, maîtrise d’histoire (dir. : Claude-Isabelle Brelot), Université de Tours, 1994.

34 Claude-Isabelle BRELOT, « La noblesse au pied de la croix : oisiveté, loisir... sacrifice ? », Foi, fidélité, amitié en Europe à la période moderne. Mélanges offerts à Robert Sauzet, tome 2, Tours, Publications de l’Université François Rabelais, 1995, p. 277-287.

35 Alain CORBIN, Le Village des cannibales,... op. cit.

36 Catherine AUDREN, Une Famille de la noblesse d’Empire au XIX° siècle : la famille Auvray, maîtrise d’histoire (dir. : Claude-Isabelle Brelot), Université de Tours, 1993 ; Frédérique LANDAIS, La Noblesse dans le Loir-et-Cher au XIX° siècle : La famille Irumberry de Salaberry au XIX° siècle, maîtrise d’histoire (dir. : Claude-Isabelle Brelot), Université de Tours, 1993 : le comte de Salaberry subit une peine de prison à la suite d’un affrontement local.

37 Valérie SADET, Les Princes d’Arenberg et leur domaine de Menetou-Salon (Cher) (1792-1914), maîtrise d’histoire (dir. : Claude-Isabelle Brelot), Université de Tours, 1994.

38 Emmanuel DROILLARD, Les Élites traditionnelles et châtelaines dans la vie politique locale en Indre-et-Loire au début du XX° siècle (1900-1914), maîtrise d’histoire (dir. : Claude-Isabelle Brelot), Université de Tours, 1996.

39 Pour reprendre le titre de notre thèse : Claude-Isabelle BRELOT, La Noblesse réinventée. Nobles de Franche-Comté de 1814 à 1870, Besançon, Annales Littéraires de l’Université de Besançon, 1992.

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search