Version classiqueVersion mobile

Élites et pouvoirs locaux

 | 
Bruno Dumons
, 
Gilles Pollet

Troisième partie. Pouvoirs industriels et notables ruraux

Élites régionales ou nationales ?

L’exemple de quelques familles industrielles lyonnaises dans l’entre-deux-guerres

Hervé Joly

Texte intégral

1Cette communication se situe à mi-chemin entre la précision d’une monographie individuelle et les exigences de représentativité d’une étude prosopographique. Ne s’appuyant pas sur une recherche lourde du type “thèse”, elle privilégie le qualitatif sur le quantitatif, en s’intéressant particulièrement à la famille Gillet et associées. Elle intègre cependant d’autres familles pour garder une dimension comparative.

2Le cadre chronologique imposé dans le cadre de ces journées d’études selon les critères de la temporalité politique possède une pertinence limitée pour les élites économiques. L’étude est effectivement centrée sur la période de l’entre-deux-guerres mais elle s’autorise des débordements en amont et en aval pour intégrer les évolutions générationnelles dans la longue durée.

  • 1 François CROUZET, « Rôle et géographie des dynasties d’affaires », Entreprises et Histoires, septem (...)
  • 2 Michel BEAUD, Une Multinationale française. Pechiney Ugine Kuhlmann, Paris, Seuil, 1975, p. 21.

3Trois critères ont présidé au choix des familles. Elles sont ou ont été à un moment, lyonnaises, c’est-à-dire que plusieurs membres de la famille ont eu leur résidence principale dans la ville au cours de la période. Elles comptaient déjà dans l’entre-deux-guerres plusieurs générations investies dans les affaires. Sont donc exclues des familles industrielles plus récentes comme les Berliet ou les Mérieux dont la première génération était encore aux commandes à l’époque. Les Gillet et associés Balaÿ et Chatin (chimie), les Coignet (chimie), voire les Neuvesel devenus par alliance Souchon, Frachon, Roque puis Riboud (verrerie) correspondent dès les années vingt à la définition que donne François Crouzet d’une dynastie des affaires avec quatre générations qui se sont succédées aux commandes de leur groupe1. Toutes s’inscrivent au moins dans un lignage ancien. Même les Piaton, implantés dans une industrie plus récente, celle de la distribution électrique, qui n’ont connu que deux générations à la tête de leur groupe (Société du Gaz et d'Électricité du Sud-Est) à la fin de la période étudiée, sont présents depuis trois générations dans les affaires au sens large : le grand-père, avocat et notaire à Lyon, est actionnaire fondateur de la future société Pechiney en 18552 dont son fils et son petit-fils sont ensuite respectivement administrateur et président.

4Toutes ces familles ont un rayonnement qui dépasse le cadre local ou régional. Leurs descendants dirigent des entreprises industrielles dont le siège n’est plus forcément à Lyon, qui ont des implantations ou des participations multiples en France, voire à l’étranger. Ils comptent parmi les élites nationales des affaires sans appartenir pour autant aux élites parisiennes.

  • 3 Édité depuis 1902 par l’hebdomadaire du même nom fondé en 1895 qui comporte une chronique mondaine (...)
  • 4 Ibid. Il reprend à son compte l’observation d’Olgierd LEWANDOWSKI, « Différenciation et mécanismes (...)

5Ces familles ne sont pas issues de la vieille bourgeoisie lyonnaise, les ascendants viennent plutôt de la campagne environnante (Bully près de l’Arbresle pour les Gillet, Saint-Clair du Rhône en Dauphiné pour les Piaton) ou d’autres villes de la région comme Saint-Étienne (Coignet), Saint-Chamond (Souchon) ou Annonay (Frachon). Certaines ont utilisé au cours du XIX° siècle l’agglomération lyonnaise pour implanter leurs premières installations industrielles, François Gillet sa teinturerie sur les quais de la Saône ou Jean-François Coignet sa fabrique de colle puis de phosphore à Saint-Rambert l’Ile-Barbe avant de la transférer dans le quartier de Baraban. D’autres comme les Piaton (premières concessions d’éclairage à Chalon-sur-Saône et Mâcon) ou les Neuvesel-Souchon et associés (verrerie à Givors à l’origine) n’avaient pas d’activités sur place mais ils ont trouvé à Lyon un espace économique, financier et surtout social où ils se sont implantés comme membres de la bourgeoisie d’affaires. Nous verrons que tous ont siégé au conseil d’administration de diverses entreprises industrielles ou financières ayant leur siège dans la ville, qu’ils se sont investis dans de multiples institutions publiques ou privées locales et, plus largement, qu’ils se sont intégrés dans une vie mondaine spécifique. Lyon a donc joué, à l’échelle de la région, pour une élite économique, une fonction d’attraction comparable à celle de Paris à l’échelle de la France. Il existe dans la ville un espace bourgeois qui, avec ses quartiers, son annuaire mondain — au nom superbement paradoxal pour un instrument de marquage social de Tout Lyon3 —, ses clubs et ses réceptions, apparaît largement comme une réplique en réduction de celui de la capitale. La thèse selon laquelle les élites provinciales se distingueraient par leur spécialisation4 n’est pas vraiment confirmée ici. Les familles patronales étudiées se caractérisent justement par de nombreux échanges, notamment matrimoniaux, avec d’autres élites, en particulier celles des professions libérales ou du monde scientifique, la seule absence frappante dans ces échanges étant la haute fonction publique.

  • 5 Pierre CAYEZ, L’Industrialisation lyonnaise au XIX° siècle. Du grand commerce à la grande industrie (...)
  • 6 Sur les réticences des éditeurs d’un annuaire comme le Bottin Mondain à mentionner les responsabili (...)

6La tendance au transfert vers la capitale des directions générales est en forte augmentation. La justification financière d’une implantation lyonnaise par l’existence au XIX° siècle de nombreuses fortunes disponibles, issues notamment du commerce de la soie, est devenue moins évidente5. Différents facteurs comme la dispersion des activités industrielles sur le territoire national, la concentration parisienne des banques et des marchés boursiers, l’intensification des relations avec l'État, le développement d’un recrutement managérial de dirigeants issus de grandes écoles comme Polytechnique peuvent également expliquer cette évolution. Mais il reste frappant de constater que, dans l’entre-deux-guerres du moins, cet éloignement professionnel des grands industriels lyonnais n’affecte pas encore véritablement leur socialisation traditionnelle. Leur résidence principale, leur vie mondaine, leurs engagements institutionnels restent largement implantés dans la préfecture du Rhône. Alors que, dans la capitale, ces notables aux investissements diversifiés risqueraient d’être réduits à la seule identité peu reconnue de gestionnaires d'entreprises6, ils trouvent à Lyon un espace de moindre concurrence qui leur offre une plus grande visibilité sociale. La véritable installation parisienne de ces familles lyonnaises s’effectue donc de manière décalée. Elle est seulement entamée dans les années trente et ce n’est que dans l’après Seconde Guerre mondiale qu’elle intervient plus largement.

L’espace social et mondain des familles industrielles lyonnaises comme reproduction en miniature de l’espace parisien

  • 7 Jean-Luc PINOL, Les Mobilités de la grande ville. Lyon (fin XIX°-début XX°), Paris, FNSP, 1991.

7L’inscription géographique dans l’espace urbain lyonnais des membres des familles étudiées est un premier facteur important de distinction. On retrouve ici, pour les lieux de résidence, les observations faites notamment par Jean-Luc Pinol7 avec la prédominance de deux quartiers, le 2ème arrondissement d’Ainay et le 6ème arrondissement. Les implantations se concentrent même, de manière plus fine, surtout dans quelques alignements précis : la façade ouest de la place Bellecour, la me attenante Alphonse Fochier et la façade nord de la place de la Charité devenue Antonin Poncet, d’une part, le côté impair du boulevard des Belges jusqu’à l'angle de la rue Verguin (no 1 à 61), d’autre part. Ce n’est donc pas seulement les profits symboliques procurés par la résidence dans ces arrondissements qui sont recherchés mais aussi des avantages concrets comme l’espace et la luminosité des appartements dans les grands immeubles autour de la place Bellecour, de préférence aux mes étroites du vieil Ainay ou l’accès direct sur le parc de la Tête d’Or dans le 6ème.

  • 8 Archives Départementales du Rhône (ADR), 6 MP 619.
  • 9 D’après les échos du Tout Lyon qui parlent de « fête sans précédent », 25 juin 1922.

8On retrouve également l’opposition décrite par Jean-Luc Pinol entre le 2ème et le 6ème qui rappelle celle, à Paris, entre le 7ème et le 16ème, selon l’ancienneté dans la bourgeoisie. Les familles comme les Piaton, les Souchon ou les Frachon dont l’appartenance à la bourgeoisie a précédé l’engagement industriel — Pierre Piaton était avocat et notaire avant d’investir dans les affaires, les Frachon descendent d’une famille de notaires royaux, le père d’Eugène Souchon époux Neuvesel était inscrit comme “rentier” dans les annuaires ou les recensements — ont adopté les abords de la place Bellecour comme première résidence lyonnaise. En revanche, les Gillet dont l’ascension est entièrement liée à celle de leur teinturerie, ont d’abord résidé au milieu de leurs usines du quai de Serin. Et lorsque cette proximité est devenue incompatible avec leur nouveau rang de “grande famille lyonnaise”, Joseph Gillet (2ème génération), son fils Edmond, son gendre Henri Balaÿ ou son neveu Louis Chatin se sont installés dans des hôtels d’un boulevard des Belges qui devient presque leur “carré privé” : les différents descendants auront, dans la première moitié du siècle, occupé neuf immeubles différents dont six dans la partie la plus cotée longeant le parc. Et les héritiers de la 4ème génération qui ont dû se contenter du prolongement du boulevard ont tous néanmoins choisi, comme par mimétisme, de rester dans des immeubles du côté impair bien que cette implantation ne procure plus aucun avantage évident... Les deux frères d’Edmond Gillet (3ème génération) adoptent en revanche des solutions plus “exotiques”, semblables à celle d’une famille d’industriels à l’ascension récente comme les Lumière à Montplaisir ou les Berliet (château d’Esquirol) : ils font construire de luxueuses villas à proximité de leurs usines, sur les hauteurs de Serin pour l’un (l’actuelle Villa Gillet) ou à Vaise (rue de Bourgogne) pour l’autre. Ils compensent le manque de prestige lié à l’adresse par un surcroît d’espace : Paul Gillet dispose ainsi rue Chazière, mieux que d’un accès au parc public de la Tête d'Or, d’un parc privé, il loge en 1926, d’après le recensement8, onze employés (conjoints et enfants compris) et il peut recevoir “plus de 400 parents et amis” pour une représentation d’opérette dans la salle de spectacle de la villa9. Comme leurs prédécesseurs qui ont investi le boulevard des Belges quelques décennies plus tôt, l’abondance du capital économique leur permet “d’inventer” des lieux nouveaux assez exceptionnels pour compenser tous les handicaps symboliques initiaux par rapport aux espaces consacrés de la bourgeoisie. Même si les vieilles familles traditionnelles ne les suivent pas, ils y attirent sans peine les fractions les plus dynamiques des élites lyonnaises.

  • 10 Pierre CAYEZ, L’Industrialisation..., op. cit., p. 706-711.

9Dans l’annuaire du Tout Lyon, l’indication de la résidence principale en ville s’accompagne très souvent de la mention d’une ou plusieurs propriétés à la campagne qui se situent presque toujours dans le Rhône ou, au moins, dans les départements limitrophes. Les moyens de communication de l’époque n’incitent pas à avoir des résidences secondaires trop lointaines. Les Balaÿ sont installés à Saint-Cyr-au-Mont d’Or et à Saint-Genis-l’Argentière, les Souchon-Frachon à Grigny, les Riboud à Ouroux et Ecully... Il ne s’agit pas semble-t-il de résidences familiales très anciennes, il s’agit soit d’héritages d’une belle-famille, soit d’acquisitions récentes qui ont suivi l’implantation lyonnaise et la réussite économique de descendants d’une famille souvent originaire d’ailleurs (Saint-Étienne pour les Balaÿ, Saint-Chamond pour les Souchon...). Même François Gillet, lorsqu’il achète en 1885 le château de son village natal (Bully), est déjà le plus grand industriel lyonnais10.

  • 11 Jean-Luc PINOL, Les Mobilités..., op. cit., p. 127-134.
  • 12 Ibid, p. 148.

10La proximité géographique des résidences favorise évidemment l’existence de réseaux de sociabilités étroits. Ces familles industrielles s'intégrent dans une vie mondaine dont les notices de l’annuaire du Tout Lyon nous suggèrent l’intensité. Les femmes ont une journée hebdomadaire ou bimensuelle de réception, les hommes appartiennent à des grands cercles dont le nombre s’est réduit après 1918 avec la fusion du Jockey Club, du Cercle du Divan et du Cercle de Lyon en un Cercle de l’Union, le Cercle du Commerce subsistant de manière autonome11. Parmi les descendants de ces familles, seule la référence au premier cercle est particulièrement répandue (16 membres des familles Gillet et associées, Souchon et associées et Piaton), le second n’étant indiqué que pour deux personnes. Le clivage traditionnel entre les deux cercles doit certes être relativisé — la notice du Tout Lyon de Joseph Gillet (2ème génération qui décède en 1923) mentionne l’appartenance aux deux — mais le Cercle de l’Union est effectivement fréquenté par ces familles implantées dans des secteurs comme la chimie, la métallurgie ou le verre qui ont particulièrement bénéficié de la deuxième révolution industrielle. Le fait que les seuls membres du Cercle du Commerce appartiennent aux générations les plus anciennes (nés en 1843 et 1855) confirmerait l’observation de Jean-Luc Pinol d’une implantation qui, dans l’entre deux-guerres, se concentrerait dans les milieux traditionnels12.

11La période de l’après-guerre est surtout marquée par le développement de “clubs” qui correspondent à des activités de loisirs précises : le Golf de Lyon, le Tennis-Club du Rhône, le Riding-Club, ou le plus répandu, l’Automobile-Club du Rhône. Les membres de ces familles n’hésitent pas à y prendre des responsabilités dirigeantes : les frères Gillet (Edmond et Paul) se sont ainsi succédés à la présidence du Golf-Club dans l’entre-deux-guerres, René Piaton a été vice-président du Tennis-Club à la même époque. Les aînés occupent ces fonctions largement symboliques, seuls les plus jeunes ayant probablement une pratique effective : Lucien Chatin (né en 1896), “capitaine du club”, et son épouse figurent ainsi régulièrement parmi les mieux classés des concours de golf d’après les comptes-rendus de l’hebdomadaire Tout-Lyon des années 1929-1930.

12L'appartenance à un monde particulier se traduit aussi par la concentration géographique et sociale des alliances matrimoniales. La plupart se font en effet avec d’autres familles lyonnaises, les beaux-parents étant très souvent eux-mêmes inscrits dans l’annuaire Tout-Lyon. Deux milieux d’origine sont privilégiés : les familles présentes dans les affaires, d’une part, et les professions libérales, d’autre part. Le cas de la famille Gillet-Balaÿ est particulièrement intéressant à cet égard : si l’on considère les seules 3ème et 4ème générations, on constate que la répartition n’est pas la même selon les sexes. Parmi les cinq filles, quatre se marient au sein de familles d’industriels de la région, une fille Balaÿ épousant même l’héritier d’une autre famille étudiée ici (Lucien Frachon). Chez les garçons, l’aspect économique semble moins important : ils ne sont que trois sur onze à faire le même type d’alliances locales. Trois autres en revanche s’associent avec des familles lyonnaises de juristes ou de médecins : l’un a pour beau-père un avocat à la Cour d’Appel, l’autre un notaire et le troisième un chirurgien professeur à la faculté de médecine. La famille est déjà très riche ; les héritiers mâles font tous sauf un (Robert Gillet, né en 1912, diplomate) carrière dans un groupe qui, par son étendue, offre de multiples fonctions dirigeantes. Ils ont donc plus tendance à rechercher des alliances qui leur procurent un capital d’ordre plutôt symbolique. Les gendres restant en revanche, à deux exceptions près, en dehors du groupe, les filles ont besoin de situations économiques plus assurées pour maintenir leur niveau de vie.

  • 13 ADR, 1 M 251.
  • 14 Jean DOMENICHINO, De la chimie et des hommes. Histoire d’une entreprise. Rhône-Poulenc Pont-de-Clai (...)

13La haute fonction publique, qu’elle soit civile ou militaire, n’est en revanche pas représentée dans ses alliances. Cette absence ne semble pas devoir s’expliquer par des raisons politiques. La famille est depuis longtemps ralliée à la République : si les services de la Préfecture considéraient en 1878 le premier de la dynastie (François) comme un « clérical et impérialiste acharné », ils reconnaissaient qu’il « ne manifestait ostensiblement aucune hostilité envers le Gouvernement de la République bien qu'il n’ait pas ses sympathies »13. Son fils Joseph était classé par les mêmes dès 1889, année d’obtention de la Légion d’Honneur, comme “républicain libéral” et le petit-fils Edmond aurait des “opinions républicaines progressistes” (1926). La famille a bien profité des commandes militaires, notamment pendant la Grande Guerre en implantant une usine à Pont-de-Claix (Isère) pour produire des gaz de combat14. Cette distance par rapport à la sphère publique semble plutôt être un indicateur parmi d’autres de ce souci des élites lyonnaises d’assurer leur autonomie par rapport au pouvoir parisien : même dans une ville de cette taille, la plupart des hautes fonctions administratives restent des simples étapes dans des carrières gérées depuis la capitale.

14Le seul mariage qui fasse exception est celui en 1925 de la fille unique d’Edmond Gillet avec Ennemond Bizot, le fils d’un inspecteur général des Finances mais cette belle-famille est d’origine lyonnaise. Le père de Jacques Bizot était agent de change à Lyon ; lui-même a épousé à Lyon la fille d’un grand soyeux, administrateur du Crédit Lyonnais, Ennemond Morel-Journel. Il avait trois fils nés au tournant du siècle qui se marient tous la même année, en 1925. Deux sont eux-mêmes inspecteurs des Finances et peuvent compter sur leur seule qualité de membre de ce grand corps de l'État pour faire de belles carrières dans la banque — l’un était déjà, à son décès prématuré en 1939, sous-gouverneur de la Banque de France, l’autre deviendra président de la BNP. Ils peuvent donc privilégier, dans leurs alliances matrimoniales, le capital symbolique et épouser des filles d’aristocrates. Ennemond est au contraire, comme simple polytechnicien démissionnaire à la sortie de l’école, moins bien pourvu : il tire donc le plus grand profit d’un mariage qui lui procure le capital économique lui permettant de faire une grande carrière d’industriel dans le groupe de sa belle-famille, celle-ci bénéficiant en échange de toute sa proximité familiale au monde de la haute administration et de la finance parisiennes. Ce gendre est d’autant plus idéal qu’il a vocation à s’occuper, comme son beau-père, de la seule branche dont le siège se trouve déjà à Paris, ses origines lyonnaises devant par ailleurs garantir une certaine fidélité à la région.

  • 15 D’une part, les Gillet seraient les seuls non-nordistes parmi les cinquante premiers actionnaires d (...)

15Ces élites économiques lyonnaises, si elles semblent trop attachées à leur indépendance par rapport au pouvoir central pour s’associer aux élites d'État parisiennes, ne sont pas en revanche forcément fermées à d’autres alliances régionales. La famille Gillet-Balaÿ a ainsi marié trois enfants avec des dynasties industrielles du Nord, région qui n’est pas, avec son poids démographique, l’importance de l’industrie textile, l’engagement catholique, sans point commun avec la région lyonnaise. Les relations qui existaient entre Joseph Gillet et Albert Motte ont ainsi abouti au mariage de son fils Edmond et de sa petite-fille Mathilde Balaÿ avec une fille et un fils du second respectivement en 1903 et 1909. Ces alliances ont été complétées par quelques coopérations économiques15. Au-delà de ces quelques exceptions, les pratiques matrimoniales de ces élites lyonnaises restent cependant très endogames, probablement parce que le cadre local garantit des alliances plus sûres avec des familles connues de longue date.

Les avantages spécifiques d’une implantation dans une grande ville de province

16L’espace lyonnais offre de nombreux débouchés institutionnels à ces grands industriels : ils acquièrent, sans grande concurrence, une visibilité sociale importante. Au-delà des responsabilités dirigeantes dans les entreprises familiales, le statut de personnalité locale du monde des affaires s’accompagne de la participation à la gestion d’activités extérieures. Jean Coignet, Paul Gillet ou Eugène Souchon occupent ainsi un fauteuil très recherché de conseiller à la succursale locale de la Banque de France. Plusieurs se retrouvent également dans les conseils d’administration de grandes sociétés ayant leur siège à Lyon : les Piaton, les Gillet et les Souchon-Frachon se succèdent dans celui de Pechiney ; les Riboud, Jean Coignet ou plus tard François Balaÿ siègent à celui de la Banque Lyonnaise de Dépôts ; d’autres appartiennent à ceux du Gaz de Lyon, de la Rue Impériale (immobilier) ou des Houillères de Rochebelle. Toutes ces sociétés dont les implantations ne sont pas forcément lyonnaises, utilisent la ville pour son réseau de notables fortunés. Ceux-ci, même s’ils ne détiennent pas des participations importantes au capital, apportent un réseau de relations nourries de ses appartenances croisées.

  • 16 L’Union des Chambres Syndicales Lyonnaises présente toujours des listes uniques dans les différents (...)
  • 17 En dehors du cas particulier du cousin Lucien Chatin, nommé par Vichy en 1943, qui siège jusqu’en 1 (...)
  • 18 ADR, année 1919.

17Les membres de ces familles industrielles sont plus largement impliqués dans l’administration de diverses institutions locales. La plus importante est la Chambre de Commerce qui joue un rôle central dans la mesure où elle est associée à de nombreux établissements ou organismes. Elle est ainsi actionnaire et représentée au conseil d’administration des trois grandes écoles lyonnaises de l’époque : l'École Centrale (privée jusqu’en 1947), l'École Supérieure de Chimie Industrielle et l'École Supérieure de Commerce. Les familles étudiées sont cependant relativement peu présentes à la Chambre à partir des années vingt. La dispersion géographique de leurs activités commence probablement à les détourner d’une institution à la compétence limitée à l’arrondissement. Joseph Gillet s’est retiré en 1912 à 69 ans après vingt-huit années de mandat et la dynastie ne compte plus ni candidat, ni élu — ce qui revient au même, les élections n’étant jamais disputées16 — avant 1954, avec un représentant de la quatrième génération17. Jean Coignet abandonne, lui, la présidence et son siège à la Chambre de Commerce en 1922, peu après son élection comme sénateur. Son cousin Arnould Chastel, administrateur-délégué de la Société des Produits Chimiques Coignet, est un éphémère représentant de l’industrie chimique élu fin 1931 pour un bref mandat de deux ans. Les Souchon-Frachon et les Piaton ne sont même pas inscrits sur les listes électorales de la Chambre de Commerce18 : si les sociétés qu’ils dirigent ont leur siège à Lyon, leurs établissements industriels sont probablement trop peu implantés dans l’arrondissement électoral pour qu’ils puissent remplir les conditions juridiques.

18Les industriels étudiés sont en revanche plus nombreux à être, à titre personnel, administrateurs des grandes écoles dont les débouchés dépassent géographiquement le cadre de la seule agglomération lyonnaise. Eux-mêmes ou leurs enfants en sont souvent d’anciens élèves, même si la concurrence des écoles parisiennes, en particulier celle de Centrale, est forte et surtout ils s’en servent beaucoup comme vivier pour leur encadrement d'ingénieurs ou de commerciaux. Eugène Souchon, promotion 1895 de l'École Centrale parisienne (soit plus de 35 ans après la création de son homonyme lyonnaise), est ainsi, à partir de 1918, administrateur, et plus tard vice-président, de la seconde. Il siège par ailleurs au conseil de l'École Supérieure de Chimie Industrielle. Jean Coignet, polytechnicien de la promotion 1874 de l'École Polytechnique et ancien élève de l'École des Mines à titre civil, administre également les deux mêmes établissements.

19La famille Gillet est, en tant que gros employeur régional, particulièrement présente dans le domaine de la formation. Joseph Gillet (2ème génération) est administrateur des trois grandes écoles et de la société d’enseignement professionnel du Rhône, il a présidé pendant une dizaine d’années l'École Centrale à la fin du siècle dernier. Ses fils se partagent ensuite ses mandats dans les différentes écoles. Joseph est également à l’origine en 1917 de la création de la Fondation Scientifique de Lyon et du Sud-Est qui sera jusqu’au milieu des années soixante-dix largement sous contrôle de la famille, les descendants s’y succédant sans interruption à la présidence. En 1919, la fondation s’engage particulièrement au sein de l'École Supérieure de Chimie Industrielle en prenant, aux côtés de la Chambre de Commerce, la moitié du capital. Cet établissement qui était au départ un simple appendice de la faculté des sciences créé avec le soutien de la Chambre par le professeur titulaire de la chaire de chimie au sein de son laboratoire, devient une société anonyme. Il apparaît ensuite un peu comme l’école “maison” des groupes Gillet et Rhône-Poulenc qui sont étroitement associés depuis la fin des années vingt.

20Lyon est aussi un cadre adapté pour obtenir, en tant que donateur à diverses oeuvres, une image de philanthrope et de bienfaiteur. L’action de charité se fait certes par l’intermédiaire d’institutions, fondations ou associations diverses ; elle n’instaure pas avec l’ensemble de la population — le paternalisme à l’égard des salariés mis à part — des relations de dépendance aussi directes que celle du notable rural avec les habitants de son village. Mais elle garde, dans une ville comme Lyon, une visibilité sociale bien plus grande que celle qu’elle pourrait avoir à Paris. Elle peut se concrétiser par des initiatives précises — legs d’immeubles dans les successions, dons à des bonnes oeuvres — qui sont abondamment relatées par la presse locale. Cette “générosité” procure des profits symboliques considérables à un coût qui reste probablement faible comme l’illustre le cas de la plus riche famille lyonnaise, les Gillet. Les rapports de la préfecture pour l’attribution de la Légion d’Honneur mettent l’accent sur la « philanthropie éclairée à laquelle il consacre sans bruit une grande partie de sa fortune » (Joseph), la qualité de « membre de très nombreuses oeuvres de bienfaisance auxquelles il accorde le plus large concours financier, avec une “discrétion remarquée” » (Edmond). Cette dernière expression reflète parfaitement le paradoxe d’une démarche qui doit à la fois ne pas être trop ostensible pour apparaître comme un étalage de richesse qui ne manquerait pas d’être jugé indécent et ne pas rester ignorée.

  • 19 ADR, série Q, déclaration de succession, 4 décembre 1895, no 727.
  • 20 ADR, série Q, déclaration de succession, 8 octobre 1923.
  • 21 ADR, série Q, déclaration de succession, 13 mai 1932, no 183.

21Les déclarations de successions qui correspondent à un moment que l’on peut supposer privilégié pour donner, permettent cependant de relativiser l’ampleur de cette “générosité”. Les maisons léguées en 1895 par le fondateur de la dynastie François Gillet à la ville de Lyon et aux Petites Soeurs des Pauvres sont évaluées à une somme dérisoire par rapport à l’actif de communauté (moins de 0,01 %)19 ; le total des dix-sept dons en argent faits en 1923 par son fils Joseph Gillet à diverses oeuvres ou institutions locales représente 1,18 % de l’actif net20 ; enfin, l’hôtel du boulevard des Belges légué en 1931 par le petit-fils Edmond Gillet à une oeuvre catholique, la fondation de la Cité Rambaud, correspondrait tout juste à 3 % de l’actif net de succession avant impôt21. Même si pour le premier et le troisième, l’estimation des immeubles basée sur la valeur vénale est probablement inférieure à la réalité, les dons entament bien moins la fortune familiale que la fiscalité (25 % de l’actif pour les descendants d’Edmond).

  • 22 Groupe, membre du Bloc National, qui est ensuite dans l’opposition au Cartel des Gauches : Jean-Mar (...)
  • 23 Dictionnaire des Parlementaires, 1889-1940, tome 3, Paris, PUF, 1963.

22Lyon apparaît en revanche comme un territoire peu propice à l’obtention de mandats politiques pour ces familles industrielles à la forte tradition catholique. Seul Maurice Piaton a été un éphémère conseiller municipal du 2ème arrondissement au début du siècle. Et Jean Coignet, élu sénateur du Rhône en 1920, qui était inscrit au groupe de la “gauche républicaine”22, a vu sa grande activité dans les questions économiques23 mal récompensée par les grands électeurs : il a été sévèrement battu au renouvellement de janvier 1927, probablement victime de la remontée de la gauche socialiste et radicale dans l’intervalle. Ces industriels lyonnais réussissent en revanche des implantations plus durables sur leurs terres rurales où leur prestige social est moins menacé par des oppositions politiques : François Gillet (1888-1895), son petit-fils Edmond (1925-1931) puis le gendre de celui-ci Ennemond Bizot (1935-1944) comme maires de Bully, Henri Balaÿ comme maire et conseiller général à Saint-Genis-1’Argentière, Louis Chatin comme conseiller général de la Loire. La ville de Lyon et ses environs constituent donc, pour ces élites, un espace favorable à l’émergence d’une sociabilité particulière et à la constitution d’un statut de notable aux engagements diversifiés dont la reconnaissance dépasse le simple cadre des activités industrielles familiales.

Les contradictions d’une irrésistible attraction vers la capitale

  • 24 Jean BOUVIER, « Une dynastie d’affaire lyonnaise au XIX° siècle : les Bonnardel », Jean BOUVIER, Hi (...)

23Le développement national voire international des entreprises contrôlées par ces familles les amène cependant à transférer progressivement les structures dirigeantes à Paris. Le phénomène n’est pas nouveau, à l’image de la trajectoire du fondateur du Crédit Lyonnais Henri Germain ou des Bonnardel au XIX° siècle24, mais, alors qu’auparavant l’installation dans la capitale impliquait une certaine rupture avec la vie lyonnaise, l’amélioration des communications dans l’entre-deux-guerres avec le chemin de fer semble favoriser des stratégies d’implantation plus complexes. Aux côtés d’une adresse dans les beaux quartiers de Lyon et de celle d’une propriété dans la campagne environnante, apparaît souvent dans un annuaire comme le Tout Lyon dans les années vingt ou trente une adresse dans un beau quartier de la capitale. Cette aspiration parisienne sera souvent définitive dans la période plus récente avec la concentration industrielle qui affecte ces entreprises familiales : les descendants des Gillet (groupe intégré dans Rhône-Poulenc dans les années 1960) ou Coignet (entreprise absorbée par Kuhlmann en 1959) ne sont plus présents aujourd’hui dans la vie économique lyonnaise et seuls les Frachon-Riboud ont réussi leur reconversion nationale avec BSN devenu Danone. Mais ce transfert s’est effectué de manière particulièrement lente et progressive. La période étudiée apparaît comme un moment privilégié pendant laquelle les éléments les plus actifs de ces familles arrivent à concilier les avantages d’une implantation à Paris avec celle d’une sociabilité maintenue à Lyon. Ils ne se précipitent pas pour troquer un statut solide de notable local pour une position moins établie dans un espace parisien beaucoup plus concurrentiel.

  • 25 Pierre CAYEZ, L’Industrialisation..., op. cit., p. 507. Sa valeur était en 1867 de 2.239.485 francs (...)
  • 26 Tout Lyon, 1er février 1903. Le compte-rendu insiste sur la “décoration merveilleuse des salons” de (...)
  • 27 Qui-êtes vous ?, 1924 ; Annuaire des Anciens Élèves de l'École Polytechnique, 1928.
  • 28 Annuaire Chaix, 1936.
  • 29 En revanche, un gendre administrateur, Alphonse Lazard, et le fils d’un gendre administrateur direc (...)

24L’activité économique des familles étudiées a beau devenir de plus en plus parisienne, leur vie mondaine reste ainsi longtemps lyonnaise. Les Coignet sont ceux qui ont pratiqué ce double jeu pendant le plus longtemps. Dès 1872, le siège de la Société des Produits Chimiques Coignet a été transféré à Paris, conformément à la nouvelle répartition géographique des activités du groupe, l’usine installée à Saint-Denis étant devenue plus importante que les implantations lyonnaises initiales25. Mais celui (Jean) qui est, après la disparition en 1888 du dernier représentant de la deuxième génération (François), le principal dirigeant de l’entreprise familiale jusqu’à ce qu’il soit atteint par la limite d’âge introduite par Vichy en 1940, a résidé jusqu’à sa mort en 1947 à Lyon. Après quelques années à la direction de l’usine de Saint-Denis, il a pris en charge l’ensemble des usines de la région en 1882, année de son mariage avec la fille d’un notaire lyonnais. Son accession ultérieure à la présidence du groupe ne l’a pas amené à quitter la ville pour autant. La seule adresse mentionnée dans l’annuaire Tout Lyon, à côté de celle d’une propriété dans l’Isère à Saint-André le Gaz, est celle de ses “superbes appartements”26 du quai des Brotteaux, devenu quai du Général Sarrail. La ville lui sert de base pour accumuler un grand nombre de positions qui dépassent largement le cadre de l’entreprise qui porte son nom. Il préside entre 1895 et 1897 le Syndicat des Fabricants des Produits Chimiques de Lyon. Il est élu membre de la Chambre de Commerce en 1897 puis président de 1911 à 1922, date à laquelle il se retire pour se consacrer à son nouveau (1920) mandat de sénateur du Rhône, seule période pendant laquelle apparaissent des éphémères secondes adresses parisiennes qui ne soient pas celles du siège de son entreprise27. Il préside ensuite la Société Lyonnaise de Dépôts (1927-1930) et les Houillières de Montrambert et de la Béraudière, il siège au conseil de la succursale locale de la Banque de France, il appartient à l’Académie des Sciences et Belles Lettres de Lyon... En revanche, les descendants d’autres branches qui résident à Paris dans l’entre-deux-guerres, n’ont pas de reconnaissance sociale extérieure à l’entreprise familiale dont ils sont administrateurs : ils ne siègent pas au conseil d’autres sociétés importantes28, ceux qui portent le nom de Coignet ne sont pas inscrits dans le Bottin Mondain29.

  • 30 Archives de la Chambre de Commerce de Lyon, dossier “Décorations”.
  • 31 Industriel homonyme du successeur d'Édouard Herriot à la mairie de Lyon.

25La manière dont est appuyée la candidature d'Émile Coignet, directeur commercial à Paris, à la Légion d’Honneur, est ainsi révélatrice de l’importance des réseaux lyonnais30. C’est Jean Coignet qui, une première fois en 1928, sollicite l’intervention de son successeur à la présidence de la Chambre de Commerce en faveur de la décoration de son cousin, au nom de la participation de la société à l’Exposition d’Athènes. Louis Pradel réagit en envoyant une lettre au député de la Loire Étienne Fougère, présenté comme “membre correspondant de la Chambre de Commerce”31. La démarche est renouvelée par Jean Coignet en 1931 avec l’appui également de son neveu Arnould Chastel au nom du Syndicat des Fabricants de Produits Chimiques de Lyon et de la région qu’il préside. Le président de la Chambre écrit cette fois au ministre du Commerce et au préfet. Les Coignet utilisent donc leur implantation lyonnaise pour soutenir la candidature d’un membre du clan “isolé” dans la capitale.

26Si Jean Coignet est resté à Lyon toute sa vie, son dauphin à la présidence Arnould Chastel, administrateur-délégué de l’entreprise à partir de 1920 qui semble un temps adopter la même stratégie d’accumulation locale que son oncle — présidence du Syndicat des Fabricants de Produits Chimiques en 1927, élection comme membre de la Chambre de Commerce en 1932 — abandonne ensuite ces fonctions et quitte une ville natale où il avait fait toute ses études — il est ingénieur de l'École de Chimie Industrielle — et sa carrière pour partir s’installer à 55 ans avec sa femme et ses huit enfants à Paris. Son adresse lyonnaise, avenue du Maréchal de Saxe, disparaît de l’annuaire du Tout Lyon au profit du boulevard de Lannes dans le 16ème arrondissement, seule subsiste celle d’une propriété sise route de Grenoble à Bron.

  • 32 ADR, registre des sociétés, série B à partir de 1919 : 5-7, avenue Percier (8ème).
  • 33 ADR, série Q, déclaration de succession, 13 mai 1932, no 183.
  • 34 Le Figaro, 18 octobre 1932. On n'évoque à aucun moment les liens du défunt avec la ville de Lyon.

27L’implantation économique parisienne des Gillet s’est faite plus tardivement et progressivement. Le siège de l’entreprise de teintures à l’origine du groupe, les établissements Gillet et Fils, et celui de la filiale de produits chimiques créée en 1918 qui prend le nom de Progil en 1920, sont longtemps restés sur le site historique du quai de Serin. Seule la branche de textiles artificiels avec la société Givet-Izieux SA est, depuis l’association commerciale conclue avec le groupe Carnot en 1911, installée dans un siège parisien commun32. Cette première implantation parisienne justifie que celui qui a en charge ce secteur (Edmond Gillet) soit le premier des Gillet à avoir une adresse privée dans la capitale. Si l’annuaire Tout Lyon ne mentionne encore, dans l’édition de 1923, que son hôtel particulier du boulevard des Belges, à son décès en 1931, il est domicilié rue Barbet de Jouy dans le 7ème arrondissement de Paris33. Un “service funèbre pour les obsèques” est célébré dans l’église voisine de Saint-François-Xavier, en présence de la famille au complet et « de toutes les notabilités de la haute industrie, du commerce et de la finance présentes à Paris » avant que de “nouvelles obsèques” aient lieu le lendemain dans le village de Bully dont il est maire où il sera inhumé dans le caveau familial34. L’article nécrologique du journal Les Débats le présente comme « un grand industriel français, fils de Joseph Gillet, le grand philanthrope lyonnais ».

  • 35 Archives de la Banque de France, dossier Edmond Gillet, lettre du 28 décembre 1925 envoyée au gouve (...)
  • 36 Sur la mention fréquente de la présence de Mr et Mme Edmond Gillet dans les comptes-rendus de récep (...)

28Un facteur déterminant de cette acquisition d’une dimension nationale a été son entrée en 1926 dans le cercle très étroit des quinze régents de la Banque de France qui n’avait plus accueilli de Lyonnais depuis la mort du banquier et député Edouard Aynard en 1914. Le caractère exceptionnel de cette nomination est bien marqué par l’embarras qu’exprime Edmond Gillet lorsqu’il rédige, sur les conseils de la direction de la banque, sa déclaration de candidature qu’il envoie aux deux cents principaux actionnaires composant l’assemblée générale : « Je n’ai pas beaucoup de titres à faire valoir en dehors de ma carrière industrielle limitée à mon activité dans un certain nombre d’affaires »35. Au-delà d’une modestie que l’on peut supposer en partie feinte, cette gêne reste révélatrice de la distance qui sépare encore celui qui dispose à Lyon de tous les attributs de la réussite sociale (lieu de résidence prestigieux, participation intense à la vie mondaine la plus huppée36, administration de diverses institutions locales,...) et qui est probablement un des hommes les plus riches de France avec d’autres régents de l’époque : il n’appartient pas à une famille aussi anciennement établie que les héritiers de la grande finance parisienne Ernest Mallet, Félix Vernes ou Édouard Rothschild ou de la grande industrie comme le marquis Louis de Voguë (Saint-Gobain) ou François de Wendel ; il n’appartient pas non plus comme Gabriel Cordier à cette aristocratie de substitution que sont les grands corps de l'État.

  • 37 Commentaires, 18 octobre 1931.
  • 38 Le Tout Lyon, 26 mars 1922.

29L’installation parisienne précoce d’Edmond Gillet est également à rapprocher du fait qu’il soit le seul de sa génération (3ème) à avoir fait un mariage extra régional en épousant une fille Motte. Celle-ci quitte d’ailleurs définitivement Lyon après son décès, l’immeuble du boulevard des Belges étant légué. L’action de « la compagne dévouée de (la) vie (d’Edmond) » qui aurait été « surnommée (à Lyon) “la sainte” tant son âme généreuse s’est dépensée pour toutes les oeuvres de bonté »37, à qui la Ligue des Familles Nombreuses avait manifesté en invitant « l’inspiratrice de cette brillante semaine des Tout Petits » à son assemblée générale « la reconnaissance des familles lyonnaises »38, s’arrête avec la disparition de l’industriel, ce qui confirme que la bienfaisance est indissociable des intérêts économiques.

30La veuve est imitée par sa fille unique et son gendre Ennemond Bizot qui quittent également leur domicile lyonnais du quai de Serbie pour s’installer dans le même 7ème arrondissement parisien, rue Frédéric le Play. Après quelques années à Lyon pendant lesquelles il a fait ses “classes” industrielles, le polytechnicien fils d’inspecteur des Finances retrouve, dans la logique de cette alliance exceptionnelle, la capitale où il succède à son beau-père comme gérant de la branche “textiles artificiels” du groupe. S’il n’affiche plus de domicile lyonnais, il conserve toutefois son implantation rurale de “châtelain” de Bully, village dont il devient même le maire en 1935.

  • 39 Bottin Mondain, édition 1956. Le Tout Lyon de 1936 indique une seconde adresse parisienne, 5 avenue (...)
  • 40 Dictionnaire des Lyonnais célèbres, 1939. Il est indiqué également comme résidence “à la campagne” (...)

31Les deux frères d’Edmond restent en revanche domiciliés à Lyon bien que le siège des branches dont ils ont particulièrement la charge, quitte également le quai de Serin. Charles Gillet mentionne jusqu’aux années 1960 la seule adresse de la rue de Bourgogne alors que la nouvelle société de teinturerie Gillet-Thaon, issue de la fusion avec la Blanchisserie de Thaon, est installée à Paris depuis 193639. De même, le transfert du siège de la chimie (Progil) à Paris en 1944 n’empêche pas Paul Gillet de garder jusqu’à sa mort comme seule résidence citadine sa villa de la rue Chazière40. S’ils multiplient les engagements dans des institutions sociales comme les grandes écoles, ils n’acquièrent jamais l’envergure nationale de leur frère aîné. Ils ne lui succèdent pas comme régent de la Banque de France, Paul se contentant d’un siège d’administrateur de la succursale lyonnaise depuis 1921. Quatre enfants de Charles (Paul n’en a pas) font des mariages lyonnais dans les années trente. La seule alliance extérieure avec une aristocrate est plus tardive, en 1951 à 39 ans, et elle est réalisée par le seul Gillet qui ne fasse pas carrière dans le groupe familial : diplomate, il devient ambassadeur de France. Ce n’est qu’après la Seconde Guerre mondiale que d’autres représentants de la quatrième génération comme Renaud Gillet, ou, dans les branches associées, Charles et Marc Chatin, Paul Balaÿ, s’établissent à Paris. Le premier y réussit brillamment puisqu’il devient en 1973, en écartant l’ancien gouverneur de la Banque de France et ministre de l'Économie Wilfrid Baumgartner, PDG de Rhône-Poulenc, mais cette consécration marque paradoxalement la fin des Gillet comme dynastie industrielle dans la mesure où elle fait suite à la dilution de leurs sociétés dans le grand groupe chimique national.

  • 41 Le feu de l’action. Histoire des verreries Souchon-Neuvesel, livre édité par l’entreprise Danone, 1 (...)
  • 42 Enjeux. Les Échos, octobre 1995.

32La direction de la verrerie Souchon-Neuvesel reste enfin jusqu’aux années 1950 implantée exclusivement à Lyon, ce qui ne l’empêche pas de contrôler des usines réparties dans diverses régions françaises et qu’elle soit associée avec des intérêts belges dans le cadre d’une filiale41. Le transfert ultérieur vers Paris débouche en 1966 sur la fusion avec une entreprise plus importante, les Glaceries de Boussois (Nord), pour former BSN et ensuite sur la transformation en grand groupe agro-alimentaire. Bien que la participation des familles fondatrices soient devenues, au fil des nombreuses acquisitions, très minoritaires, l’héritier Antoine Riboud a conservé la présidence de l’entreprise et vient même, à 78 ans, de la transmettre à l’un de ses fils. A la différence des Gillet, l’implantation dans la capitale n’a pas mis un terme à la dynastie. Mais l’agglomération lyonnaise n’a conservé que les sièges sociaux de deux filiales (Panzani et BSN Emballages), même si Antoine Riboud « cultive encore son accent lyonnais »42 et s’il mentionne toujours comme seule résidence privée une adresse dans la Presqu’île dans sa notice du Who's who.

33Dans les années 1930, les communications entre Lyon et la capitale étaient assez rapides pour qu’un René Piaton puisse présider des entreprises de l’importance de Pechiney (siège à Lyon mais direction à Paris) ou la Compagnie Électro-Mécanique (siège à Paris), administrer notamment le Crédit Lyonnais (siège social formel à Lyon mais siège central à Paris) et être par ailleurs un notable lyonnais. Aujourd’hui, au temps du TGV et du fax, elles sont paradoxalement trop rapides pour que les élites économiques ne puissent pas se contenter d’une implantation parisienne pour gérer leurs actifs provinciaux.

Notes

1 François CROUZET, « Rôle et géographie des dynasties d’affaires », Entreprises et Histoires, septembre 1995, no 9, p. 7.

2 Michel BEAUD, Une Multinationale française. Pechiney Ugine Kuhlmann, Paris, Seuil, 1975, p. 21.

3 Édité depuis 1902 par l’hebdomadaire du même nom fondé en 1895 qui comporte une chronique mondaine (état-civil, réceptions) régulière ; sur l’histoire de cet annuaire : Yves GRAFMEYER, Quand le Tout Lyon se compte, Lyon, PUL, 1992, p. 23-26.

4 Ibid. Il reprend à son compte l’observation d’Olgierd LEWANDOWSKI, « Différenciation et mécanismes d’intégration de la classe dirigeante. L’image sociale de l’élite d’après le Who’s Who in France », Revue Française de Sociologie, 1974, vol. XV, p. 43-73.

5 Pierre CAYEZ, L’Industrialisation lyonnaise au XIX° siècle. Du grand commerce à la grande industrie, thèse de doctorat d'État, Université Lyon II, Lille, Atelier des thèses, 1979.

6 Sur les réticences des éditeurs d’un annuaire comme le Bottin Mondain à mentionner les responsabilités des inscrits dans le monde des affaires : Cyril GRANGE, Les Gens du Bottin Mondain (1903-1987), Paris, Fayard, 1996, p. 225.

7 Jean-Luc PINOL, Les Mobilités de la grande ville. Lyon (fin XIX°-début XX°), Paris, FNSP, 1991.

8 Archives Départementales du Rhône (ADR), 6 MP 619.

9 D’après les échos du Tout Lyon qui parlent de « fête sans précédent », 25 juin 1922.

10 Pierre CAYEZ, L’Industrialisation..., op. cit., p. 706-711.

11 Jean-Luc PINOL, Les Mobilités..., op. cit., p. 127-134.

12 Ibid, p. 148.

13 ADR, 1 M 251.

14 Jean DOMENICHINO, De la chimie et des hommes. Histoire d’une entreprise. Rhône-Poulenc Pont-de-Claix, Grenoble, PUG, 1994, p. 16 et s.

15 D’une part, les Gillet seraient les seuls non-nordistes parmi les cinquante premiers actionnaires de la Société Textile la Czenstochovienne, créée en février 1900 par les Motte, pour exploiter des filatures de coton et des tissages de jute en Pologne : René GIRAULT, Emprunts russes et investissements français en Russie (1887-1914), Paris, Colin, 1973, p. 262. Edmond Gillet en reste administrateur jusqu'à sa mort en 1931. D’autre part, Fernand Motte, époux Balaÿ, a été le premier directeur de l’usine chimique créée par les Gillet en 1915 à Pont-de-Claix près de Grenoble à l’époque où il est éloigné par la guerre de ses usines du Nord : Jean DOMENICHINO, De la chimie..., op. cit., p. 34.

16 L’Union des Chambres Syndicales Lyonnaises présente toujours des listes uniques dans les différents collèges, à la seule exception du renouvellement partiel de décembre 1935, où l’Union Fédérale des Commerçants, Petits Industriels et Artisans du Rhône soutient des candidats dissidents dans le quatrième collège “Petit commerce et petite industrie”.

17 En dehors du cas particulier du cousin Lucien Chatin, nommé par Vichy en 1943, qui siège jusqu’en 1944.

18 ADR, année 1919.

19 ADR, série Q, déclaration de succession, 4 décembre 1895, no 727.

20 ADR, série Q, déclaration de succession, 8 octobre 1923.

21 ADR, série Q, déclaration de succession, 13 mai 1932, no 183.

22 Groupe, membre du Bloc National, qui est ensuite dans l’opposition au Cartel des Gauches : Jean-Marie MAYEUR, La Vie politique sous la Troisième République, Paris, Seuil, 1984, p. 259 et 277.

23 Dictionnaire des Parlementaires, 1889-1940, tome 3, Paris, PUF, 1963.

24 Jean BOUVIER, « Une dynastie d’affaire lyonnaise au XIX° siècle : les Bonnardel », Jean BOUVIER, Histoire économique et histoire sociale, Genève, Droz, 1968, p. 219-239.

25 Pierre CAYEZ, L’Industrialisation..., op. cit., p. 507. Sa valeur était en 1867 de 2.239.485 francs contre seulement 667.493 pour celle de Baraban et 742.994 pour celle d’Heyrieux.

26 Tout Lyon, 1er février 1903. Le compte-rendu insiste sur la “décoration merveilleuse des salons” de la réception organisée à l’occasion du mariage d’une de ses filles.

27 Qui-êtes vous ?, 1924 ; Annuaire des Anciens Élèves de l'École Polytechnique, 1928.

28 Annuaire Chaix, 1936.

29 En revanche, un gendre administrateur, Alphonse Lazard, et le fils d’un gendre administrateur directeur général y figurent : Bottin Mondain, 1937.

30 Archives de la Chambre de Commerce de Lyon, dossier “Décorations”.

31 Industriel homonyme du successeur d'Édouard Herriot à la mairie de Lyon.

32 ADR, registre des sociétés, série B à partir de 1919 : 5-7, avenue Percier (8ème).

33 ADR, série Q, déclaration de succession, 13 mai 1932, no 183.

34 Le Figaro, 18 octobre 1932. On n'évoque à aucun moment les liens du défunt avec la ville de Lyon.

35 Archives de la Banque de France, dossier Edmond Gillet, lettre du 28 décembre 1925 envoyée au gouverneur général.

36 Sur la mention fréquente de la présence de Mr et Mme Edmond Gillet dans les comptes-rendus de réceptions de l’hebdomadaire Le Tout Lyon, par exemple chez le comte et la comtesse Baguenault de Puchesse le 26 mai 1924 (1er juin 1924).

37 Commentaires, 18 octobre 1931.

38 Le Tout Lyon, 26 mars 1922.

39 Bottin Mondain, édition 1956. Le Tout Lyon de 1936 indique une seconde adresse parisienne, 5 avenue Percier, qui correspond au siège des sociétés de “textiles artificiels”.

40 Dictionnaire des Lyonnais célèbres, 1939. Il est indiqué également comme résidence “à la campagne” une villa à Cannes.

41 Le feu de l’action. Histoire des verreries Souchon-Neuvesel, livre édité par l’entreprise Danone, 1994, p. 50-54.

42 Enjeux. Les Échos, octobre 1995.

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search