Version classiqueVersion mobile

Élites et pouvoirs locaux

 | 
Bruno Dumons
, 
Gilles Pollet

Troisième partie. Pouvoirs industriels et notables ruraux

Le patronat industriel de la Loire vers 1900

Brigitte Reynaud

Texte intégral

1Le patronat du département de la Loire, quelle que soit l’époque considérée, reste un monde largement inexploré : paradoxe dans une région qui fut un des premiers bassins industriels de France. S’il est vrai que « une industrie vaut ce que valent les hommes qui la dirigent » (Claude Fohlen), nul doute que patrons, entrepreneurs et cadres méritent l’attention de l’historien. Pour une première approche de ce milieu, au tournant du XIX° et du XX° siècle, on se limitera à quelques thèmes essentiels : la détermination du profil ou des profils des dirigeants d’entreprises, à travers leur âge et leurs origines géographiques ; leur formation et leur carrière (sont-ils des héritiers, des fondateurs ?) ; leur personnalité et leurs engagements sociaux, syndicaux, politiques... La diversité des parcours individuels rend parfois difficile la définition de traits communs à l’ensemble du groupe ; ceux-ci existent cependant, et font apparaître le patronat industriel comme le détenteur d’un pouvoir qui dépasse la seule sphère économique.

  • 1 Dictionnaire Biographique de la Loire, Paris, Jouve, 1899. Il recense au total 727 notices. Les 17 (...)

2Les sources disponibles pour une telle étude se sont révélées multiples et dispersées. Le Dictionnaire Biographique de la Loire1, complété par la presse locale (articles nécrologiques), des brochures biographiques publiées par la Chambre de Commerce ou des associations d’anciens élèves, et enfin par les archives de la Chambre de Commerce. Ces archives avec leurs lacunes et surtout leur caractère souvent unilatéral, ne permettent pas toujours de cerner comme on le souhaiterait les milieux industriels. Cependant, malgré leurs limites, elles en donnent une image moins floue qu’on ne l’imaginerait.

3Les 174 notices du Dictionnaire Biographique, ajoutées à une vingtaine de récits de vies tirés des autres sources, font apparaître un patronat issu de tous les secteurs de l’industrie départementale. On y retrouve les principales branches d’activité avec leur poids respectif : une majorité d’industriels (plus de 40 %) viennent du textile (rubanerie stéphanoise et coton roannais) ; au second rang se placent les dirigeants des industries minières et métallurgiques (un petit quart du total) et au troisième ceux de l’arme, en nombre toutefois réduit (8,20 %) car le secteur est éclaté en de multiples petites entreprises dont les patrons n’ont sans doute pas été jugés dignes d’apparaître dans le Dictionnaire Biographique ; le reste de notre corpus, soit environ le quart, se répartit entre diverses industries telles que les constructions mécaniques, la verrerie, la tuilerie-céramique... et comprend un assez fort pourcentage (9 %) d’individus seulement qualifiés du titre d’industriels ou d’ingénieur, sans qu’il soit possible de savoir de quelle branche ils relèvent.

Maturité et enracinement local

  • 2 Brigitte REYNAUD, L Industrie rubanière dans la région stéphanoise de 1895 à 1975, Saint-Étienne, (...)
  • 3 Christophe Charle confirme cette image d’un patronat d’âge moyen élevé. En 1908, l’âge moyen des p (...)

4Vers 1900, le patronat ligérien apparaît comme un groupe plutôt âgé et dont les racines familiales sont principalement régionales. En effet, la tranche d’âge majoritaire est celle des 50-60 ans, et à peine 17 % de notre échantillon a moins de 40 ans ; sur les 177 personnes dont l’âge est connu, la moitié a entre 50 et 70 ans. Certes, on doit tenir compte de la nature de la source, qui fait sans aucun doute la part plus belle aux hommes mûrs, “arrivés” et chargés de responsabilités qu’aux débutants et ainsi déforme en la décalant vers le haut la pyramide des âges. Un travail statistique plus approfondi sur le seul groupe des fabricants de ruban stéphanois2 corrige quelque peu cette vision : en 1909, la moitié d'entre eux ont moins de 45 ans. Il n’en reste pas moins vrai que le patronat qui compte, celui qui pèse sur la vie locale, celui qui monopolise les responsabilités dans les diverses instances économiques et politiques, est bien pour l’essentiel issu des générations nées avant le milieu du XIX° siècles3 ; cela n'est pas sans incidence sur les mentalités du groupe, sur les orientations retenues tant en ce qui concerne la vie interne des entreprises, qu'en matière de choix politiques ou économiques.

  • 4 Un grand métallurgiste, Alexandre Pourcel, Saint-Étienne, École des Mines, 1925.

5Hommes d’expérience donc que les patrons de la Loire mais aussi hommes d’enracinement local. Plus du tiers est né à Saint-Étienne et un bon quart dans la Loire. Les autres sont issus des départements voisins, Haute-Loire, Rhône, Isère ; une très faible proportion a des origines plus lointaines. Dans certaines industries comme le textile, le poids des “natifs” est encore plus accentué : ainsi en 1909, 85 % des fabricants de ruban de Saint-Étienne sont nés sur place ou dans la Loire, cas significatif d’un secteur où les fils succèdent aux pères mais où aucun sang neuf ne vient alimenter les entreprises existantes ou en créer de nouvelles. En revanche, la mine ou la métallurgie autorisent un certain brassage géographique : les entreprises de ce secteur ont souvent des établissements dans d’autres régions et leur personnel peut par conséquent circuler d’une usine à l’autre. D’autre part, l'École des Mines de Saint-Étienne attire dans la région des étudiants de toute la France qui trouvent tout naturellement un débouché sur place à l’issue de leur formation ; le métallurgiste Alexandre Pourcel est, parmi d’autres, représentatif de cette situation : né en 1841 à Marseille où il obtient son baccalauréat et commence des études de mathématiques, il entre en 1863 à l'École des Mines dont il sort diplômé en 1865 ; il trouve alors un emploi comme ingénieur à la Compagnie de Terrenoire où il restera jusqu’en 18834. Cependant ces cas ne sauraient cacher l’importance du recrutement régional des élites industrielles. Le temps n’est plus où la région attirait à elle de lointains entrepreneurs à l’image des Jackson et des Holtzer. Cela peut signifier que l’industrie a atteint une vitesse de croisière qui lui permet de trouver en son sein les forces nouvelles dont elle a besoin mais aussi, vision moins optimiste, que la région a perdu une part de son dynamisme et ne séduit plus les industriels en quête de réussite. Le plafonnement de la production industrielle à partir des années 1870 vient à l’appui de cette deuxième hypothèse : la timidité de la croissance contraste alors avec l’essor spectaculaire des soixante années précédentes.

Une majorité d’héritiers

6Les origines familiales du patronat ligérien sont plus difficiles à appréhender. Elles ne nous sont connues que dans un cas sur cinq et toujours de manière trop imprécise pour nous permettre d’en tirer des conclusions générales. La majorité des patrons de notre échantillon sont issus de familles appartenant à une petite et moyenne bourgeoisie industrielle : fabricant d’armes ou de rubans, maître de forges ou entrepreneur de travaux publics, ingénieur... Leur enfance s’est déroulée dans une certaine aisance. Ainsi, les fils de fabricants de rubans, les Giron, David, Epitalon, Forest et autres grandes familles de la Fabrique stéphanoise, ont pu couler des jours heureux, partageant leur temps entre l’appartement en ville et la propriété à la campagne entourés de nombreux domestiques et d’un confort alors exceptionnel ; les milieux de la mine ou de la métallurgie n’ont sur ce point rien à leur envier, non plus que celui des cotonniers roannais. Cette élite, somme toute restreinte, conserve un mode de vie bourgeois que la génération qui nous intéresse ici pourra encore maintenir.

  • 5 Paul PETIT, Daniel Murgue, sa vie et ses œuvres, Saint-Étienne, Théolier, 1919.

7A un niveau inférieur, certaines biographies laissent apparaître une catégorie de patrons moins bien nantis, insistant sur la modestie des ressources de la famille et sur les sacrifices consentis par les enfants pour ne pas grever le budget familial. Tel est le cas de Daniel Murgue (1840-1918), futur directeur des Houillères de Montrambert et la Béraudière5 : fils d’un commissionnaire en rubans chargé de huit enfants et dont les affaires connurent des revers, il doit faute d’argent renoncer à ses rêves de carrière dans la marine ; il se replie sur l'École des Mines d’où il sort major de sa promotion et accepte comme premier poste un emploi d’ingénieur à la mine de Longpendu en Bourgogne, « situation peu digne d’un major de promotion mais place inespérée pour cette famille que la gêne opprimait. Ce jeune ingénieur n’avait qu’un désir : venir en aide aux siens. Ce qui restait de ses misérables appointements après la part qu’il prélevait au profit des créanciers de son père était si peu de choses qu’il supprima un repas sur deux. Son frère découvrit le triste secret ; sa famille l’implora de ne plus se sacrifier ». Certes, ce type de biographies “officielles” a tendance à travestir la réalité en l’embellissant ou au contraire à noircir le tableau pour mieux faire ressortir les qualités personnelles du “héros” et mettre en valeur sa bonté, son dévouement filial et autres mérites indispensables à l’image de marque d’un notable. Cependant, il semble bien que certains futurs patrons, même issus d’un milieu “bourgeois”, aient connu une jeunesse besogneuse, même si l’éducation reçue et les relations familiales ont pu constituer des atouts non négligeables.

  • 6 Giron Frères 1820-1970, cent cinquante ans, plaquette éditée par les établissements Giron.
  • 7 Jean MERLEY, Histoire d’une entreprise forézienne : la verrerie BSN de Veauche, Saint-Étienne, Pub (...)
  • 8 Maurice LEVY-LEBOYER, « Le patronat français a-t-il échappé à la règle des trois générations ? », (...)

8C’est qu’en effet la plupart des dirigeants de ce tournant de siècle peuvent se ranger dans la catégorie des héritiers. Parmi nos quelques 200 patrons, 30 sont expressément mentionnés comme héritiers d’une affaire fondée avant eux. Mais on peut raisonnablement penser que tous ceux qui se trouvaient dans ce cas n’ont pas jugé utile de le signaler alors que les fondateurs n’ont pu manquer de s’attribuer le mérite de l’oeuvre accomplie ; ainsi, c’est sans aucun doute bien au-delà des trente héritiers avoués qu’il faut étendre ce groupe où s’est imposé un modèle de gestion des entreprises alliant aventure industrielle et histoire familiale. On rencontre ce patronat dynastique dans toutes les branches d’activité, à l’exception des mines mais il semble particulièrement bien représenté dans le textile (16 cas sur 30). On peut citer à titre d’exemple les Giron dont l’ancêtre Jean-Étienne fonde en 1820 une entreprise pour la fabrication du velours, reprise en 1851 par ses fils Antoine et Marcellin sous la raison sociale Giron-frères auxquels succèdent en 1908 Étienne et Jean-Jacques, les deux fils de Marcellin associés à la direction depuis 18896. D’autres branches font apparaître des lignées familiales identiques ; ainsi la famille Lanoir-Laurent dans la verrerie. Les Lanoir, famille de verriers originaire de Franche-Comté et apparentée aux Neuwesel, vinrent au début du XIX° siècle s’établir à Rive-de-Gier. A la mort de Charles-Irénée Lanoir, son établissement passa entre les mains de ses neveux Antoine et Irénée Laurent qui décidèrent en 1883 de transférer leur activité à Saint-Galmier-Veauche ; en 1887, Irénée Laurent succède seul à son frère à la tête de l’entreprise dont il fera une des plus prospères de son temps7. Dans la plupart des cas, ce profil d’héritiers peut être associé à des affaires de faible envergure capitalistique dont la direction et l’encadrement sont assurés par un cercle familial plus ou moins élargi : père-fils, oncle-neveu, frères... Nombreuses sont celles qui ont été fondées dans les années fastes du milieu du siècle : les dirigeants des années 1890-1900 appartiennent donc à la deuxième ou troisième génération. Parmi eux, seul un petit nombre échappera à la règle des trois générations8 ; en effet, ce type d’entreprise se révélera particulièrement sensible à la conjoncture heurtée des années 1914-1939 et leurs dirigeants auront rarement le bonheur de voir leurs fils s’installer dans le fauteuil directorial.

Quelques aventuriers de l’industrie

9Face à ce patronat dynastique, se dessine un petit groupe de fondateurs d’entreprise, une vingtaine identifiés, aux origines sociales diverses. Ils ressortissent assez classiquement à l’image traditionnelle du “capitaine d’industrie”, fils de ses oeuvres : nés dans des familles modestes, du monde rural ou de l’artisanat, ils décident de tenter leur chance en devenant patron. Leurs biographes sont intarissables sur leurs compétences professionnelles, condition indispensable à leur réussite, le plus souvent doublées de non moins grands mérites personnels parmi lesquels le courage et l’honnêteté le disputent à la générosité et au désintéressement. Histoires édifiantes, données en exemple d’une possible mobilité sociale, d’une réussite à la portée de la main, à la seule condition de disposer des qualités techniques et morales qui assimileront le nouveau venu à l’élite du patronat de plus ancienne souche. Plusieurs histoires personnelles peuvent rendre compte de ce modèle, présent dans toutes les branches industrielles.

  • 9 Dictionnaire Biographique de la Loire..., op. cit.

10Voici d’abord Nicolas et Jacques-Eugène Chaize, nés en 1850 et 1852, fils d’un chef d’atelier passementier : « Ils travaillaient chez leur père quand tissant un article ingrat avec les lisses à noeuds généralement employées alors, il leur vint à l’idée de faire une lisse sans noeud ni coudage de fil au maillon » ; quittant alors l’atelier familial, ils créent en 1875 une manufacture de lisses et « après de modestes et durs débuts parviennent à implanter dans la ville de Saint-Étienne une véritable industrie de leur invention... L’usine modèle que possède cette maison occupe aujourd’hui plus de 250 personnes... En outre des lisses sans noeuds dont toute la Fabrique leur est redevable, ces chercheurs infatigables l’ont dotée du moteur électrique »9. Ici, c’est donc l’invention qui conduit les deux jeunes gens à quitter un destin tout tracé d’artisans pour courir les chances et les risques de la création d’entreprise ; tout leur capital semble se résumer à leurs capacités d’innovation (invention initiale puis maintien à la pointe du progrès avec l’adoption de l'électricité), sans que l’on puisse savoir d’où est venu l’argent nécessaire aux investissements initiaux.

  • 10 Guy CHASTEL, Charles Rebour 1831-1897, Saint-Étienne, Musée d’Art et d’industrie, 1991 (rééd. 1923 (...)

11Le biographe de Charles Rebour fait preuve de la même discrétion quant aux ressources financières de son grand homme10. Né en 1831 en Lorraine dans une famille terrienne, on le retrouve vers 1845-1847 à Paris où il fréquente sans doute les Beaux-Arts dont il obtient une bourse « pour faire un voyage circumterrestre et dessiner la flore inexplorée des colonies lointaines après avoir dessiné celle des jardins publics de Paris », voyage qu’il refuse « pour ne pas vouer sa famille à un sort incertain ». Loin des paysages exotiques, le voilà en 1849 à Saint-Étienne où il met ses talents artistiques au service de la création rubanière, employé comme dessinateur par la maison Collard et Comte. En 1853, commence un parcours chaotique où se succèdent plusieurs associations dans des entreprises textiles à Lyon et Saint-Étienne pour aboutir en 1876 à la fondation de sa propre maison dont le succès reposera sur de remarquables dons créatifs : « Ses rubans ! D’un regard on les distingue ; ils émanent de ce souffle créateur indéfinissable qui s’appelle le génie ». Là encore, le génie inventif, les qualités personnelles de l’entrepreneur lui permettent de surmonter les obstacles tels que le manque de relations ou d’argent ; au reste, dans le cas précis de l’industrie rubanière, l’investissement nécessaire au départ est très faible dans la mesure où les entreprises fonctionnent sur la base du travail à domicile : pas de machines à acheter, des locaux et un personnel réduits au strict minimum.

  • 11 Brigitte REYNAUD, « Histoire d’une entreprise textile stéphanoise : les établissements Samuel Roch (...)

12Quelquefois, un beau mariage vient apporter au jeune homme entreprenant des appuis et des fonds inespérés. Ainsi, Samuel Roche, né en 1880, fils d’un paysan de Haute-Loire devenu mineur à Saint-Étienne et victime en quelques années de la silicose et de l’alcoolisme ; son certificat d’étude en poche, il travaille chez un passementier tout en suivant les cours du soir de l'École des Beaux-Arts qui lui permettent d’accéder à la profession de dessinateur en rubans. C’est en cette qualité qu’il est recruté par la maison Bélinac où il fait vite ses preuves ; si bien qu’après quelques années, on lui promet de le faire entrer au conseil d’administration et de lui céder des parts. Promesse non tenue qui l’amène à quitter l’entreprise ; il a alors trente ans et au lieu de chercher un autre emploi de dessinateur, il rassemble ses économies et crée sa propre affaire ; trois ans plus tard, son mariage avec Florine Marrel, héritière d’un des frères Marrel, propriétaire des aciéries de Rive-de-Gier, lui permet d’envisager l’avenir avec confiance11. La belle-famille, outre son apport financier et les cautionnements qu’elle peut fournir, permet surtout au jeune industriel d’entrer de plain-pied dans le monde fermé du patronat local et donc de s’intégrer dans une société à laquelle ses origines le rendaient étranger ; l’ascension sociale et l’accession à la notabilité passent entre autres, par la reconnaissance du nouveau venu par ses pairs.

  • 12 Jean-Paul BURDY, « L’arme et le cycle », Yves LEQUIN (dir.), Rhône-Alpes 500 années-lumière, Paris (...)
  • 13 « Un grand chef d’industrie : Étienne Mimard », La Région Industrielle Illustrée, mai 1930.

13De cette galerie de portraits des self-made-men ligériens, émerge la haute figure d'Étienne Mimard. Né à Sens en 1862, il est le seul fils d’une famille d’artisans aisés. Son père, armurier, l’inscrit à l’école professionnelle de la ville, d’où il sort en 1876 avec son certificat d’études et un diplôme de dessinateur d’ornement. Il poursuit son apprentissage en visitant plusieurs centres armuriers et arrive ainsi à Saint-Étienne en 1883. D’abord employé chez l’armurier Martinier-Collin, il se retrouve dès 1885 à la tête de l’entreprise après s’être associé dans une société en nom collectif avec Pierre Blachon ; ils la transforment en manufacture française d’armes et cycles dont Mimard, éclipsant vite Blachon, va faire grâce à sa forte personnalité la plus célèbre des entreprises stéphanoises12. Dans ce cas précis, la réussite individuelle repose sur de solides compétences professionnelles mais aussi et surtout sur le génie industriel et commercial de l’entrepreneur : précurseur dans tous les domaines, il introduit dans l’industrie stéphanoise l’organisation taylorienne du travail et fonde toute sa politique commerciale sur l’usage de la publicité, le célèbre Tarif-Album et le Chasseur Français13.

14Une telle aventure reste naturellement l’exception : pour un Mimard, combien d’échecs et d’espoirs brisés par la malchance, l’incompétence ou des choix hasardeux ; combien d’ouvriers ou d’artisans, un temps installés “à leur compte”, contraints d’abandonner et retrouver la condition de salarié, allers-retours fréquents dans la jeune industrie du cycle ? Pourtant, le statut de patron reste pour beaucoup un idéal et continue d’exercer une puissante attraction sur la frange la plus éduquée et la plus entreprenante du monde ouvrier. Le profil-type du créateur d’entreprise peut en effet se résumer en quelques traits : un homme jeune, moins de trente ans, doté d’une forte personnalité et de qualités telles que la persévérance, le goût du risque, l’ardeur au travail, voire une certaine dureté pour lui-même et pour les autres ; un homme enfin issu de milieux relevant plus de l’aristocratie ouvrière que du prolétariat d’usine. Ces origines leur valent d’une part des compétences techniques et un savoir-faire de grande valeur, souvent complétés par un diplôme ou à tout le moins une formation professionnelle scolaire sanctionnant des connaissances plus théoriques ; elles supposent d’autre part l’existence de quelques économies familiales susceptibles de fournir les “capitaux”, souvent bien modestes, indispensables au démarrage de l’affaire ; l’image du patron “parti de rien” est donc largement mythique et l’accession au patronat nécessite certains atouts préalables qui éliminent de fait les couches les plus modestes du monde ouvrier.

Les nouveaux patrons-managers

15Enfin, à côté des héritiers et des fondateurs, s’affirme à la fin du siècle une troisième catégorie : les patrons “managers”. Issus des grandes écoles, ingénieurs ou cadres dans de grandes entreprises, presque toujours minières ou métallurgiques, ils terminent leur carrière comme administrateurs ou directeurs généraux de société. Notre échantillon comporte une quinzaine de cas de ce type : six dans les mines, huit dans la métallurgie-sidérurgie et un seul dans le textile. Nous ne savons pratiquement rien de leurs origines sociales mais leur niveau d’études les place plutôt dans les classes moyennes ou supérieures. La moitié d’entre eux sont nés hors de la région et y sont venus pour des raisons professionnelles.

  • 14 Archives Départementales de la Loire (ADL), I3 J3, notices biographiques de la Chambre de Commerce (...)
  • 15 Ibid.

16Voici par exemple François Voisin (1848-1923), originaire de la Meuse, polytechnicien et diplômé de l'École Nationale Supérieure des Mines de Paris en 1871 ; d’abord ingénieur à Moulins puis dans le Pas-de-Calais, nous le rencontrons en 1881 comme ingénieur en chef à la Compagnie des Mines de Roche-la-Molière et Firminy et allié à une famille notable de Saint-Étienne. C’est en 1895 qu’il deviendra directeur de sa société, poste qu’il occupera jusqu’en 191914. Pierre Billion du Rousset appartient à la même génération : né en 1842 au Mans et mort en 1906 à Saint-Étienne, il entre en 1862 à Polytechnique et « en sort officier d’artillerie mais ses goûts le portent vers l’industrie » ; aussi suit-il les cours de l'École des Mines à Paris qu’il quitte en 1867 son diplôme d’ingénieur en poche. La même année, il est engagé par la Société Anonyme des Mines de la Loire où il accomplira toute sa carrière : ingénieur, puis en 1875 ingénieur principal, sous-directeur en 1881 et enfin directeur en 188715.

  • 16 François CARON, Histoire économique de la France XIX°-XX° siècle, Paris, Colin, 1981. Sur ce nouve (...)

17Il semble donc que les grandes entreprises de la région comme c’est le cas à l’époque dans les autres bassins industriels français, ouvrent leurs instances dirigeantes à des diplômés de haut niveau et que parallèlement ceux-ci se dirigent plus nombreux vers l'industriel16. Cependant l’accès aux plus hautes responsabilités s’accomplit toujours très progressivement : dans la plupart des cas, c’est seulement vers 45-50 ans que les mérites ou les ambitions des cadres de haut niveau se trouvent récompensés. Par ailleurs, tous ne le sont pas : parmi les 42 diplômés d’études supérieures de notre échantillon une petite moitié seulement accéderont à des fonctions de direction. Les facteurs qui justifient ces ascensions n’apparaissent pas clairement : à l’évidence, les mérites et les ambitions des uns et des autres ont dû jouer mais aussi sans doute les liens personnels, voire familiaux ou matrimoniaux, noués entre certains ingénieurs et les membres des conseils d’administration mais encore les prises de participation financières des cadres au sein de leur compagnie, prélude à une entrée dans les instances dirigeantes. Ainsi, à côté du modèle familial qui continue de prévaloir dans les entreprises de la région, notamment dans les petites, commence à se mettre en place un modèle managérial : les grandes entreprises qui ont adopté les structures des sociétés anonymes, puisent une partie de leurs administrateurs et directeurs dans le vivier de leur personnel d’encadrement.

  • 17 Un grand métallurgiste, Alexandre Pourcel..., op. cit.

18Outre leur contribution au renouvellement du patronat, les ingénieurs et techniciens apportent également aux entreprises leur esprit innovateur. Malgré les lacunes de l’enseignement dispensé par les grandes écoles, ce sont bien les polytechniciens, centraliens ou “gadzarts” qui font évoluer le matériel ou les méthodes de travail. Ainsi, Alexandre Pourcel (1841-1925), diplômé de l'École des Mines de Saint-Étienne en 1865 et engagé aussitôt par la Compagnie de Terrenoire : il commence sa carrière par un an en laboratoire pour étudier des phénomènes chimiques, physiques et thermodynamiques encore mal connus ; « ainsi se constitua en lui un fonds scientifique fertile où allaient bientôt germer les suggestions de la pratique industrielle... Il est l’inventeur de plusieurs procédés métallurgiques : il démontra l’utilité du manganèse et du silicium dans les aciers, établit la théorie de la déphosphoration, institua le procédé du four à sole basique » ; membre de nombreuses sociétés savantes et commissions d’études, ses travaux lui valurent en 1892 le prix de la société des ingénieurs civils de France17.

19Au total, le patronat local se décline donc à la fin du XIX° siècle en trois groupes : une majorité d’héritiers, à la tête de petites entreprises des secteurs traditionnels du textile et de l’arme ; un contingent encore nombreux de fondateurs, présents dans toutes les branches qui perpétuent à un niveau moindre, sauf Mimard, les grandes aventures industrielles de la première moitié du siècle ; enfin un noyau croissant d’ingénieurs et de techniciens, de plus en plus présents à la tête des grandes entreprises minières et métallurgiques. Entre eux, au-delà des différences d’origines et de formation, les points communs ne manquent pas.

Des valeurs communes

  • 18 Voir les portraits du Dictionnaire Biographique de la Loire.., op. cit.
  • 19 ADL, I3 J3, notices biographiques...

20En premier lieu, l’autorité et l’austérité. Ces hommes entendent être maîtres chez eux et ne se laisser dicter leur conduite par quiconque. A l’usine ou en famille, ils règnent et décident seuls. Leurs portraits nous montrent des hommes au visage grave, souvent encadré de favoris ou orné d’imposantes moustaches, sanglés dans leur redingote, impressionnants de froideur et de sévérité18. Les discours de funérailles sont souvent l’occasion de rappeler les nombreuses qualités du défunt, entre autres son sens du commandement : ainsi François Voisin est-il décrit comme « un directeur sagace et énergique, un chef rigide et paternel... d’une parfaite droiture et d’une profonde bonté malgré son abord parfois un peu rude... ne transigeant pas sur les questions de service et de discipline » ; et Pierre Villiers cachait, nous dit-on, des trésors de bienveillance sous la brusquerie de ses manières19. Ces euphémismes laissent deviner des caractères autoritaires, exigeants, des vies entièrement tournées vers le travail ; pour certains d’ailleurs, « le repos fut fatal à ce travailleur infatigable » (François Voisin). Ce qui ne rime pas toujours avec efficacité ; la présence du patron dans son bureau pendant de longues heures, parfois nécessaire, est surtout garante de son autorité sur la maison, symbole d’un pouvoir qui s’exerce sur tous et à toute heure.

  • 20 Ibid.

21Autorité toujours nuancée dans nos panégyriques par des qualités de bonté et de générosité : Irénée Laurent fut « un directeur aimé, écouté et obéi de la nombreuse population ouvrière qu’il avait amenée autour de l’usine et qu’il installa dans une confortable cité » ; quant à Pierre Staron, « il savait qu'une haute situation telle que la sienne lui créait vis-à-vis des victimes du destin certaines obligations ; on l’a vu à la tête de toutes les oeuvres de charité et de solidarité auxquelles son concours pouvait être utile »20. Nombre de patrons sont présentés comme attentifs au bien-être de leurs ouvriers, à leur sécurité, soucieux dans les mines de ménager la vie humaine et d’obtenir les meilleurs résultats avec les moindres risques. Ces éloges sont-ils simple concession à la loi du genre ou reflet fidèle de vies entières passées à faire le bien ? Évidemment, tout dépend des cas.

  • 21 Archives Municipales de Saint-Étienne (AMSE), 3 D 12, notice biographique François Gillet (1813-18 (...)

22Les actes charitables s’inscrivent dans un cadre religieux : catholiques dans leur grande majorité, les patrons voient dans leurs “oeuvres” le prolongement de leur foi ou à tout le moins de leur pratique. Sur ce terrain très intime, il est difficile de faire la part des convenances sociales et de la sincérité personnelle. Tout au plus peut-on remarquer l’importance des pratiques extérieures, voire ostentatoires, notamment chez les patrons du textile ; il n’est pas rare de trouver dans leurs ateliers des oratoires ou des statues de la Vierge et ils sont nombreux à encourager les dévotions de leur personnel surtout féminin et même à faire de la pratique religieuse un de leurs critères d’embauche. On relève aussi un ou deux cas de vies et plus encore de morts particulièrement édifiantes telle celle de François Gillet dont « l’âme d’élite ne fut point surprise quand l’appel de Dieu se fit entendre, » et qui « rendit doucement au Dieu de charité son âme si éminemment charitable »21.

  • 22 AMSE, 3 D 12 ; ADL, I3 J3.

23Mais, à côté des motivations spirituelles, l’engagement caritatif des élites patronales relève de leur statut de notables ; en tant que tels, ils sont les donateurs et les protecteurs naturels et quasi-obligés des diverses institutions d’assistance, écoles, ouvroirs, asiles de vieillards... Nombre d’entre eux sont administrateurs des hospices ou de sociétés de secours mutuels ou présidents d’oeuvres de bienfaisance. Ainsi trouve-t-on en tête du cortège mortuaire de Pierre Staron (1839-1928), fabricant de ruban, les orphelines de la Providence, celles du Couvent de la Reine, une délégation des Petites Soeurs des Pauvres, plus des représentants de la Société de Secours Mutuels des Veloutiers et Rubaniers dont il était le président d’honneur et de la Caisse Stéphanoise de l’Industrie de la Soie dont il était le fondateur. Certains vont plus loin et se lancent dans des politiques paternalistes de plus ou moins grande envergure. Tel est le cas de Benoît Oriol (1840-1926), fabricant de lacets à Saint-Chamond dont il est aussi le maire de 1877 à 1899 avant de devenir en 1893 député républicain de la première circonscription de Saint-Étienne : il crée une caisse de secours, un régime de retraite pour son personnel ; il contribue à la création de plusieurs sociétés de secours mutuels dans le département et surtout fait construire en 1898 à ses frais, près de Saint-Chamond « un asile pour les vieillards des deux sexes », la “ville-Oriol” dont il assurera personnellement l’entretien sa vie durant22. Autres cas exemplaires, ceux d’Irénée Laurent (verrerie de Veauche) ou de François Gillet (teinturier à Izieux) qui mettent sur pied une politique sociale ambitieuse. Bien entendu, de telles réalisations n’ont pas un but uniquement philanthropique. Le “bien-être ouvrier” conditionne toujours la bonne marche de l’entreprise, permet de fixer la main d’oeuvre et d’obtenir la paix sociale. Néanmoins, il y entre souvent une certaine part de désintéressement et elles sont suffisamment rares dans la région à cette époque pour être mises au crédit de leurs auteurs.

24En marge de leurs engagements sociaux, les patrons se retrouvent nombreux dans des sociétés amicales, à but sportif, artistique ou scientifique. Le choix est large et guidé par les goûts de chacun, même si là aussi les considérations sociales doivent être prises en compte : certaines de ces associations sont des émanations de l’entreprise, fanfares par exemple, et leur animation revient de droit au directeur ; d’autres sont des “clubs” dont tout notable se doit de faire partie. On se trouve donc ici à la frontière du loisir et du devoir. Pour rester dans le seul domaine du loisir librement choisi, nous évoquerons par exemple le Roannais Joseph Déchelette (1862-1914), industriel du tissage mais aussi passionné d’archéologie. Correspondant du ministère de l’Instruction Publique et de la Commission des Monuments Historiques, il finira par abandonner totalement le coton pour se consacrer à l’art en devenant conservateur du musée de Roanne. D’autres militent dans le domaine sportif comme Joannès Flachier, moulinier en soie, né en 1848 : président de la société de gymnastique La Stéphanoise et de l’Union des Sociétés Gymniques de la Loire, il est régulièrement membre des jury de concours et organise en 1898 à Saint-Étienne la vingt-quatrième fête fédérale des sociétés de gymnastique de France. Certains enfin animent des associations d’anciens élèves, tel Daniel Murgue celle de l'École des Mines.

De multiples responsabilités

  • 23 Ibid., réception de Félix Faure en 1898.

25Toutefois, le militantisme patronal trouve surtout à s’exprimer sur le terrain plus classique de l’économie. En effet, parmi les quelques 200 dirigeants, 35 % détiennent un mandat consulaire ou syndical : membres de la Chambre de Commerce, juges au Tribunal de Commerce ou aux prud’hommes, membres d’un syndicat professionnel,... C’est là qu’ils sont visiblement les plus actifs, surtout lorsqu’il s’agit de préserver les intérêts de la région ou ceux du patronat en général, ce qui n’exclut d’ailleurs pas les dissensions internes. Les combats menés en ces années tournent autour de quelques thèmes privilégiés. En premier lieu, la défense des industries locales contre la concurrence d’autres régions françaises ; les chefs d’entreprise ne se résignent pas au déclin relatif du bassin stéphanois et ne manquent aucune occasion de rappeler son glorieux passé dont ils se veulent les héritiers. C’est notamment le cas en 1898 lors de la visite à Saint-Étienne du président de la République Félix Faure : lors du banquet offert par la Chambre de Commerce, Adrien de Montgolfier son président et directeur général de la Société des Hauts-Fourneaux Forges et Aciéries de la Marine et des Chemins de Fer, souligne que « le souvenir de ces ancêtres, nos grands-pères, grands-oncles et parents dont nous nous efforçons de suivre les traces, est gardé précieusement dans le coeur de tout stéphanois »23. Pour faire valoir pleinement les atouts de la région, il convient et c’est leur deuxième revendication, que soit levé l’obstacle de son enclavement : Adrien de Montgolfier demande dans son discours une baisse des tarifs de transport pour que les industriels locaux, surtout les métallurgistes, puissent être à égalité avec ceux du Nord et de l’Est ainsi que la construction d’un canal Loire-Rhône passant par Saint-Étienne. Enfin, troisième constante de ces doléances, les questions douanières, surtout mises en avant par les rubaniers, libre-échangistes dans une France alors plutôt protectionniste et qui ne cessent de demander des baisses de tarif et des aménagements dans le système de calcul des taxes.

  • 24 Ibid.

26On le voit, en dépit d’une méfiance viscérale vis-à-vis de l'État, les patrons n’hésitent pas à faire appel à lui chaque fois que leurs intérêts sont en jeu : délégations à Paris, pétitions et visites de hauts responsables gouvernementaux comme Jules Roche, ministre du Commerce en 1892 et Félix Faure en 1898, sont autant d’occasions de se rappeler au bon souvenir des politiques, sans d’ailleurs beaucoup de résultats. Peut-être parce que l’heure de la Loire est passée ; peut-être aussi parce que le patronat local est trop divers pour être uni et constituer un groupe de pression efficace : chambre de commerce et syndicats sont surtout les porte-paroles des “grands” et font peu de cas des “petits” lors même qu’ils constituent le socle de l’économie régionale. Un incident survenu lors de la visite présidentielle de 1898 peut illustrer ces tensions internes : le syndicat des fabricants d’armes proteste auprès de la Chambre de Commerce au motif que la réception offerte à Félix Faure se tiendra dans les locaux d'Étienne Mimard et non dans un lieu public : « Le président de la République, dit-il, se doit à tout le monde, surtout aux petits commerçants et ne peut se prêter à faire le jeu personnel d’une maison de commerce qui à l’aide du titre qu’elle s’est donné cherche à se faire passer pour la manufacture de l'État »24. Cette anecdote est révélatrice du fossé existant entre un grand patronat détenteur des leviers de commande économiques et toute une poussière de petits industriels, isolés, mal représentés et pourtant essentiels à la prospérité de la région. Toujours prompts à célébrer les qualités et l’esprit d’entreprise des artisans et petits patrons, les “grands” sont beaucoup moins prêts à les reconnaître comme des égaux et des partenaires ; inversement les “petits”, englués dans leur individualisme, sont incapables de parler d’une seule voix.

  • 25 Christophe Charte trouve dans son étude le chiffre de 23,3 %, soit le pourcentage le plus élevé de (...)
  • 26 AMSE, 3 D 12.

27Enfin, les engagements du patronat se déclinent sur le mode politique. 28 % des hommes de notre corpus détiennent un mandat politique25. La gamme des fonctions est largement ouverte : celles de conseiller municipal viennent en tête ; elles vont de pair dans bien des cas avec la position de principal employeur de la localité et reviennent de plein droit aux notables que sont les chefs d’entreprise. Ainsi François Gillet occupe-t-il à partir de 1881 un siège de conseiller municipal à Izieux avant d’en devenir le maire, maire qui marquera son passage « par bien des améliorations importantes, dues très souvent à ses faciles largesses » ; Hippolyte Pétin lui aussi « mit au service de Rive-de-Gier son influence et sa fortune » ; il transforma les rues, les trottoirs, les quais ; obtint la construction d’une route de Rive-de-Gier à Givors, fit construire des écoles et améliora la distribution d’eau potable26. On voit clairement à travers ces exemples la confusion fréquente entre l’élu et le notable protecteur de ses concitoyens ; le budget municipal s’alimente aux largesses et à la fortune personnelle du maire, pour le plus grand bien des administrés et la plus grande gloire du bienfaiteur. La mairie est une carte supplémentaire dans le jeu de patrons qui se considèrent comme les tuteurs naturels de leurs ouvriers-électeurs.

  • 27 David GORDON, Merchants and Capitalistes : Industrialisation and Provincial Policy in mid XIX° Fra (...)

28Pour le plus grand nombre, les ambitions “politiques” ne dépassent pas l’horizon de la mairie. Certains toutefois s’engagent dans une carrière nationale : dans les années 1890 à 1914, le patronat ligérien envoie au Parlement quatre députés et trois sénateurs ; trois d’entre eux, Claudinon, Crozet-Fourneyron et Arbel, sont des métallurgistes tandis que le quatrième, Oriol, est fabricant de lacets. Le patronat de la grande industrie est donc surreprésenté par rapport à l’élite traditionnelle des marchands-fabricants : ces derniers, fidèles soutiens du Second Empire, ont été mis sur la touche par l’avènement de la République ; les manufacturiers au contraire, républicains sous l’Empire, prennent après 1871 toute leur place dans la vie politique locale27. Républicains modérés, ils ne laisseront pas de trace spectaculaire dans l’histoire parlementaire nationale ; le biographe de Benoît Oriol dit d’ailleurs de lui qu’il fut « un député particulièrement discret n’exerçant son activité qu’en commission ». C’est que le temps des grands combats est passé : la République, solidement installée, satisfait les aspirations de ses partisans qui ne lui en demandent pas plus. Il ne semble même pas que les élus nationaux aient tenté d’utiliser leur influence pour défendre les intérêts patronaux ou ceux de la région ; aucun ne fut saisi par la passion politique. Le camp des opposants à la République, surtout des patrons du textile, n’est guère plus virulent ; leur attitude consiste plus en une sourde hostilité qu’en un combat militant contre les hommes et les institutions. Ainsi, lors de la grève des passementiers en 1900, les fabricants mettent une évidente mauvaise volonté à accepter la médiation du préfet et des élus et accusent les autorités d’être incapables de faire respecter la liberté du travail, voire même d’être compromises avec les grévistes ; le préfet de son côté signale à son ministre que, étant donné leurs opinions politiques, « il ne faut pas compter que les fabricants secondent le gouvernement républicain » ; c’est lors d’escarmouches de ce type que transparaissent les opinions hostiles au régime mais on ne va guère plus loin.

29Dans la Loire comme ailleurs, l’image du patron parasite social, oisif et retors, ne résiste guère à l’examen. Une étude quelque peu attentive révèle un milieu complexe, disparate, aux origines et aux aspirations diverses et parfois contradictoires. Les destins individuels comptent tout autant que les déterminismes sociaux lorsqu’il s’agit de rendre compte des mentalités et des comportements du groupe. C’est là du reste l’obstacle sur lequel bute l’historien : comment aller au-delà des biographies convenues, des récits édifiants ou au contraire du dénigrement systématique pour mesurer l’épaisseur humaine et pénétrer le mystère de chaque être dans sa singularité ?

30Cependant, dans sa diversité, le patronat ligérien offre, au tournant de notre siècle, une image qu’on aimerait plus nette mais qui peut se résumer en quelques traits : plutôt âgé et fortement enraciné dans la région ; composé en majorité d’héritiers mais offrant encore quelques belles perspectives de réussite à des jeunes gens ambitieux et entreprenants et ouvert aux nouvelles couches patronales représentées par les ingénieurs ; hommes enfin dont les engagements sont plus dictés par les intérêts que par les convictions et qui jouent pleinement et parfois avec délices leur rôle de notables locaux. Par manque d’ambition ou par individualisme, la majorité des patrons sont restés attachés, au plan économique, aux formes traditionnelles de production et se sont contentés au plan social d’un statut d’hommes influents, pourvoyeurs de travail et parfois de bienfaits, entourés du respect de leurs inférieurs et de l’admiration de leurs pairs. On ne peut s’empêcher de penser qu’un comportement plus audacieux et de plus larges vues auraient permis de mieux exploiter les potentialités de leurs entreprises et au-delà, celles de toute une région.

Notes

1 Dictionnaire Biographique de la Loire, Paris, Jouve, 1899. Il recense au total 727 notices. Les 174 patrons en représentent environ le quart (23,93 %), poids important au regard d’autres départements et image statistique d’une région majoritairement tournée vers l’industrie.

2 Brigitte REYNAUD, L Industrie rubanière dans la région stéphanoise de 1895 à 1975, Saint-Étienne, Publications de l’Université, 1991, p. 138.

3 Christophe Charle confirme cette image d’un patronat d’âge moyen élevé. En 1908, l’âge moyen des patrons de son échantillon est de 57 ans : Christophe CHARLE, « L’image sociale des milieux d’affaires (1908) d’après Qui-êtes-vous ? », Maurice LEVY-LEBOYER, Le Patronat de la seconde industrialisation, Cahiers du Mouvement Social, no 4, Paris, Éditions Ouvrières, 1979, p. 277-291.

4 Un grand métallurgiste, Alexandre Pourcel, Saint-Étienne, École des Mines, 1925.

5 Paul PETIT, Daniel Murgue, sa vie et ses œuvres, Saint-Étienne, Théolier, 1919.

6 Giron Frères 1820-1970, cent cinquante ans, plaquette éditée par les établissements Giron.

7 Jean MERLEY, Histoire d’une entreprise forézienne : la verrerie BSN de Veauche, Saint-Étienne, Publications de l’Université, 1983, p. 47-49.

8 Maurice LEVY-LEBOYER, « Le patronat français a-t-il échappé à la règle des trois générations ? », Le Mouvement Social, juillet 1985, p. 3-8.

9 Dictionnaire Biographique de la Loire..., op. cit.

10 Guy CHASTEL, Charles Rebour 1831-1897, Saint-Étienne, Musée d’Art et d’industrie, 1991 (rééd. 1923).

11 Brigitte REYNAUD, « Histoire d’une entreprise textile stéphanoise : les établissements Samuel Roche (1910-1990) », Études d’Histoire, 1990, p. 133-148.

12 Jean-Paul BURDY, « L’arme et le cycle », Yves LEQUIN (dir.), Rhône-Alpes 500 années-lumière, Paris, Plon, 1991, p. 302-331.

13 « Un grand chef d’industrie : Étienne Mimard », La Région Industrielle Illustrée, mai 1930.

14 Archives Départementales de la Loire (ADL), I3 J3, notices biographiques de la Chambre de Commerce de Saint-Étienne.

15 Ibid.

16 François CARON, Histoire économique de la France XIX°-XX° siècle, Paris, Colin, 1981. Sur ce nouveau type de dirigeants : André THEPOT, « Les ingénieurs des mines, le patronat et la seconde industrialisation », Maurice LEVY-LEBOYER, Le Patronat de la seconde industrialisation..., op. cit.

17 Un grand métallurgiste, Alexandre Pourcel..., op. cit.

18 Voir les portraits du Dictionnaire Biographique de la Loire.., op. cit.

19 ADL, I3 J3, notices biographiques...

20 Ibid.

21 Archives Municipales de Saint-Étienne (AMSE), 3 D 12, notice biographique François Gillet (1813-1895). Il était teinturier à Izieux et fondateur de la Compagnie Électrique de la Loire.

22 AMSE, 3 D 12 ; ADL, I3 J3.

23 Ibid., réception de Félix Faure en 1898.

24 Ibid.

25 Christophe Charte trouve dans son étude le chiffre de 23,3 %, soit le pourcentage le plus élevé de toutes les catégories représentées dans l’annuaire qu’il étudie : Christophe CHARLE, « L’image sociale des milieux d’affaires... »..., art. cit.

26 AMSE, 3 D 12.

27 David GORDON, Merchants and Capitalistes : Industrialisation and Provincial Policy in mid XIX° France, Alabama, University Press, 1985.

Auteur

Maître de conférences à l’Université de Saint-Étienne.

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search