Version classiqueVersion mobile

Élites et pouvoirs locaux

 | 
Bruno Dumons
, 
Gilles Pollet

Troisième partie. Pouvoirs industriels et notables ruraux

Réseaux de pouvoirs locaux, légitimités d’experts et production sociale des “solutions” techniques

Autour de l’éclairage public à Lyon (1878-1914)

Simon Caen

Texte intégral

1Parler de l’éclairage public sous la Troisième République permet de s’interroger sur les implications de la technique en termes de pouvoir, d’affirmation et de recompositions de certaines élites locales. La période 1878-1914 constitue de ce point de vue un moment-charnière, marqué par le rythme accéléré de diversification des procédés et par l’entrée en scène, face au gaz, de la lumière électrique.

2Comment les réseaux d’acteurs existants dans ce domaine — patrons, ingénieurs, savants, agents de la voirie municipale — prennent-ils acte de cette offre en constante évolution, quelles expertises et tactiques d’appropriation développent-ils en conséquence ? Ce changement technique délimite-t-il de nouvelles zones de savoir et d’action dans lesquelles puissent s’engouffrer, au tournant des XIX° et XX° siècles, des fractions sociales s’affirmant comme de nouvelles élites intermédiaires et spécialisées ?

  • 1 Yves MENY et Jean-Claude THOENIG, Politiques publiques, Paris, PUF, 1989, p. 442.

3Il importe à ce titre d’éviter l’écueil d’une vision dichotomiste pour qui les enjeux et les rapports de pouvoir travaillant la société locale seraient “essentiellement” distincts du changement des technologies, et de s’interroger sur la production sociale de ces innovations ; la concurrence du gaz et de l’électricité, surdéterminée par un certain nombre de représentations collectives, ne se joue pas sur le seul terrain économique et sectoriel où le pouvoir est originairement concentré par certaines élites traditionnelles lyonnaises. Elle interfère aussi avec les mouvements d’une hiérarchie des compétences et des dignités locales, concourant à y introduire de nouveaux venus et à légitimer de nouveaux attributs. Inversement, les questions relatives à l’éclairage public lyonnais et au pouvoir des compagnies concessionnaires sont incontestablement inscrites, à partir des années 1890, sur “l’agenda systémique”1 des attentes et des revendications locales envers la municipalité.

Assises du pouvoir gazier et progrès des techniques

4Ceux que l’on désigne comme “gaziers” ne constituent pas un groupe homogène à Lyon ; le terme accrédite d’ailleurs l’idée d’une identité collective assise sur des références professionnelles communes, ce qui est plus que discutable avant la fin du siècle.

L’implantation notabiliaire des maîtres du gaz lyonnais

  • 2 Jean-Luc PINOL, Le Monde des villes au XIX° siècle, Paris, Hachette, 1991, p. 184.
  • 3 Philippe DUJARDIN, « Processus et propriétés de la mise en réseau », Philippe DUJARDIN (dir.), Du g (...)
  • 4 Pierre CAYEZ, Crises et croissance de l’industrie lyonnaise (1850-1900), Paris, CNRS, 1980, p. 257.

5La création des trois grandes entreprises lyonnaises de ce secteur intervient précocement, suivant en cela de peu la capitale : les compagnies dites “du gaz de Perrache”, “de la Guillotière” et “de Vaise” voient le jour entre 1834 et 1851 — les deux premières se regrouperont en 1880 pour former la compagnie du gaz de Lyon. Mais l’implantation notabiliaire de leurs dirigeants respectifs et la prise de conscience croissante d’une communauté d’intérêts interviennent plutôt sous l’Empire, après que des traités de concession aient été signés avec le préfet-sénateur Vaïsse, nommé maire de Lyon et administrateur du Rhône en 1853. L’autorité municipale encourage de manière générale la structuration d’un puissant secteur financier lyonnais, reçoit l’appui de coalitions sociales rassemblant élites économiques, hommes de loi et propriétaires-rentiers. L’imbrication des divers actionnariats constitue l’un des éléments agrégateurs de ces réseaux. De ce point de vue, la structuration de pôles de pouvoir autour des entreprises gazières lyonnaises s’apparente plus à l’investissement de ce secteur prometteur par un “patriciat urbain2” relativement hétérogène qu’à la codification et à l’affirmation d’une identité sociale positive. En d'autres termes, les réseaux du gaz relèvent d’une forme “conglomérale” plus que “succursaliste”3. Concernant les firmes concessionnaires de l’éclairage public, la composition sociale des administrateurs est significative : outre une forte minorité d’ingénieurs parvenue à se doter d’un vaste portefeuille d’actions, ceux-ci présentent largement le visage d’élites urbaines traditionnelles ; Pierre Cayez écrit qu’« un certain nombre de rentiers faisaient véritablement collection de valeurs gazières »4.

  • 5 Nous sommes largement redevables, pour cette partie de notre travail, aux informations biographique (...)
  • 6 Pierre CAYEZ, Crises et croissance..., op. cit., p. 258.

6Parmi eux se trouvent des “spécialistes”, détenteurs d’une connaissance technique. Mais rien ne permet d’affirmer que cette légitimité suffise à caractériser leur position sociale. Ainsi en est-il de Joseph-Alfred Ancel5, administrateur du Gaz de Perrache en avril 1868 et directeur de l’entreprise de 1870 à 1894. Diplômé en 1855 de l'École Centrale de Paris, Ancel est issu du milieu élitaire traditionnel, celui de la grande bourgeoisie catholique de Lyon. D’autres itinéraires ascensionnels semblent en revanche explicitement corrélés à la détention de cette compétence technique : Emmanuel Vautier, ingénieur des Arts et Métiers en 1839, construit à partir de 1842 plus de 35 usines à gaz dont il devient progressivement actionnaire. En 1887, il détient des paquets d’action dans 24 sociétés6.

  • 7 Secrétaire de la Société d’Enseignement Professionnel du Rhône, président de la commission administ (...)

7La seconde composante de ces réseaux est celle de puissants hommes d’affaires et de banquiers, originaires de Lyon ou installés de longue date. Il faut ici citer Jean-Marie Bonnardel, fondateur en 1855 de la Compagnie Générale de Navigation — une entreprise centrale dans le jeu économique régional dont Ancel occupera la vice-présidence en 1889 —. Enfin remarque-t-on la présence dans les conseils d’administration d’hommes de loi lyonnais dont l’atout principal semble être une forte implantation locale ; pour ces hommes, le rachat d’une charge importante de notaire était, à terme, synonyme de positionnement stratégique et nodal dans les réseaux des élites de la ville. Deux cas sont de ce point de vue comparables : Jean Ernest Damour qui à défaut d’être administrateur du Gaz de Perrache, en sera le conseiller juridique, titulaire depuis 1853 d’une des charges majeures de la ville ; Pierre Piaton d’autre part, qui exerce comme notaire à Lyon pendant treize ans, avant de prendre sa retraite et de cumuler les participations dans les sociétés gazières. La multiplicité des fonctions qu’il assume dans les institutions savantes et philantropiques locales permet de se faire une idée de son considérable entregent : membre des sociétés d'Économie Politique et de Géographie lyonnaises, membre puis président du Conseil des Hospices, il s’investit considérablement dans la promotion de l’enseignement technique et professionnel7.

  • 8 Archives Municipales de Lyon (AML), Maurice Piaton, 1853-1917.

8Ces deux figures de notables locaux nous éclairent sur la forte reproduction sociale qui structure et perpétue ce “milieu” gazier ; les fils de MM. Damour et Piaton récupèrent le capital social de leur père pour accéder à une position éminente dans l’industrie lyonnaise. Il faut cependant spécifier deux variantes de cette reproduction : la trajectoire de Henri Damour, né en 1863, semble particulièrement mimétique. Licencié en droit lui aussi, avoué, il ne deviendra administrateur du Gaz de Lyon en 1895 qu’en raison des réseaux relationnels de son père qui lui assurent le parrainage de Bonnardel et Ancel. Maurice Piaton, né en 1853, poursuit quant à lui des études d’ingénieur à l'École Polytechnique et à l'École Supérieure des Mines. Sa nécrologie le présente sous les traits, plus “modernes” en apparence, d’un « spécialiste émérite dans la création et l’administration des Compagnies d'Éclairage »8. Cette compétence spécialisée se combine avec la surface sociale et relationnelle héritée de son père ; il n’est pas neutre que Maurice Piaton s’engage lui aussi dans des associations et des institutions locales, assurant un temps la fonction de juge consulaire et de conseiller municipal, présidant la Société d'Économie Politique. L’édition des oraisons prononcées par ses “collègues” à sa mort, le 4 juin 1917, atteste et conclut ce parcours de construction d’une audience notabiliaire.

  • 9 Tout-Lyon Annuaire, 1911.
  • 10 Ibid.
  • 11 Ibid.

9A ce titre, on peut dire un mot des circuits de sociabilité, de distinction et de visibilité fréquentés par cette nébuleuse de gaziers, soit les quatre “grands cercles” bourgeois existant à Lyon. Passons vite sur le Jockey Club, créé en 1836 à la suite de celui de Paris et réorganisé en 1856 : recrutant dans les milieux de la bourgeoisie d’affaires, il se caractérise avant tout par la passion commune de ses membres pour les courses de chevaux et pour l’affectation d’un certain raffinement à l’anglaise. Henry Damour y côtoie certaines personnalité-phares de Lyon comme Édouard Aynard9. S’en rapproche, en termes de composition sociologique, le Club du Commerce qui reprend les locaux de l’Union Générale après le krach de 1882. Les fortunes, relativement récentes, y sont celles de la finance, du commerce et de l’industrie, rarement celle de la rente foncière. En 1911, le cercle est d’ailleurs présidé par Joseph-Alphonse Henry, président du conseil d’administration de la Société des Forces Motrices du Rhône qui exploite une usine hydroélectrique sur le canal de Jonage. Parmi ses membres se côtoient des banquiers, des ingénieurs et des industriels en vue dont, naturellement, des administrateurs du gaz de Lyon. Citons parmi eux Jean Coignet, vice-président de la Chambre de Commerce, et Prosper de la Chomette, brillant ingénieur né à la Nouvelle-Orléans10. Enfin le Cercle du Divan et le Cercle de Lyon puisent leur public dans les couches de la bourgeoisie catholique et traditionnelle de Lyon — même si l’aristocratie est mieux représentée dans le second. On trouve relativement peu de gaziers parmi les membres de ces cercles. Citons néanmoins Édouard Prenat et Paul Gensoul, tous deux membres du Cercle du Divan et administrateurs du Gaz de Lyon11. Le premier, maître de forges de Givors farouchement conservateur et catholique, est député du Rhône de 1889 à 1893, avant de militer et d’accorder ses sympathies à l’Action Française.

10On verra la position que prendront Prenat et Gensoul vis-à-vis des débats stratégiques qui agitent la Compagnie du Gaz de Lyon à la fin du XIX° siècle. La question, périodiquement attisée par les expositions ou les échos des réalisations à l’étranger, concerne l’attitude globale à adopter à l’égard d'un “péril électrique” qui ne cesse de se préciser. Mais avant l’intégration de compétences nouvelles, l’attitude des firmes concessionnaires à l’égard de l’évolution des techniques s’est avant tout traduite par la défense acharnée de leurs prérogatives et par la conjuration de toute menace de concurrence.

Innovations techniques et défense des prérogatives concédées

  • 12 François BURDEAU, Histoire de l’Administration française, Paris, Montchrestien, 1989, p. 199.
  • 13 Pierre-Yves SAUNIER, « La territorialisation des terroirs : identité locale, pensée politique et ac (...)
  • 14 Jean-Pierre GAUDIN, Technopolis : crises urbaines et innovations municipales, Paris, PUF, 1989, p.  (...)

11Il est fréquent, à la fin du XIX° siècle, que la concession de services d’intérêt public à des firmes privées aboutisse dans les villes à des situations conflictuelles et enchevêtrées. Le cas de l’éclairage public lyonnais nous invite à tenir compte de deux aspects spécifiques : le premier concerne le long et difficile retour des institutions municipales à un fonctionnement régulier12. Déjà solidifiée par une histoire récente où Lyon apparaissait aux représentants du pouvoir central comme une ville à surveiller de près, la tendance des élus municipaux à se défier de tout empiètement centraliste sur leurs attributions et à affirmer l’existence d’une “culture spécifique de self-government”, perdure et s’amplifie sous les municipalités radicales13. Le second aspect spécifique renvoie au rythme de diversification particulièrement rapide que connaissent les techniques d’éclairage en cette fin de siècle. Cette palette mouvante et variée de solutions techniques ramène certes à des choix d’optimisation, ce qui conduit les firmes concessionnaires mais aussi les services municipaux à affiner leur expertise propre. Mais elle constitue aussi une matrice qui calibre et délimite le domaine des ajustements à rechercher dans le cadre d’un régime de concession. Confronté à l’imminence d’une extension de l’électricité, le pouvoir des gaziers locaux est aussi celui d’un “verrouillage des mutations technologiques”14.

  • 15 AML, traité du 8 août 1853, article 19.
  • 16 Fabienne CARDOT et François CARON (dir.), Histoire générale de l’électricité en France, tome 1, Par (...)

12Les termes dans lesquels se posent les questions d’éclairage sous les municipalités républicaines lyonnaises sont en grande partie configurés par l’héritage des traités signés entre les trois compagnies gazières et le préfet-sénateur Vaïsse. Les dispositions en sont similaires, stipulant notamment que si un nouveau système d’éclairage, « autre que celui du gaz hydrogène courant, venait à prévaloir et à être généralement adopté à Paris en remplacement du système actuel... », la compagnie concessionnaire aurait « la faculté exclusive de l’appliquer dans Lyon, jusqu’à la fin de son traité aux prix et conditions adoptés à Paris... »15. Ce type de concession avec privilège n’a pas valeur de cas général. D’autres villes comme Saint-Étienne signent des traités à la même époque mais y introduisent, pour se prémunir contre tout risque de “gel” du progrès technologique, une clause attribuant à la municipalité concédante le droit d’imposer à sa compagnie toute innovation qui serait adoptée à Paris ou à Lyon. Cependant, au fil des procès que soulèveront sous la République l’ambiguïté de tels compromis institutionnalisés locaux, va se dégager une interprétation jurisprudentielle qui, de l’obligation pour le gazier d’appliquer les techniques nouvellement éprouvées, concluera à l’extension de son privilège à l’ensemble de ces solutions — existantes ou à venir16.

  • 17 Pierre-Yves SAUNIER, Lyon au XIX° siècle : les espaces d’une cité, thèse de doctorat, Université Ly (...)

13Quelles sont les traductions d’un tel dispositif sur notre configuration d’acteurs et d’enjeux locaux ? Indiscutablement, le champ des possibilités offertes s’en trouve sévèrement borné ; la lumière électrique n’investit que très marginalement l’espace public lyonnais avant le nouveau traité de concession signé en 1897. Lorsqu’elle le fait, elle se conforme à un usage ornemental et “prestigieux” que lui assignent prioritairement les vulgarisateurs au début des années 1880. L’état des connaissances sur la divisibilité de la lumière et le sens commun se renforcent pour en faire l’instrument emblématique des 14 juillet, des grandes expositions ou de l’éclairage des seuls bâtiments municipaux. Significativement, ces usages relèvent d’ailleurs de la compétence de l’architecte de la ville et non des services de la voirie municipale — alors même qu’en continuité avec l’oeuvre d’aménagement du préfet Vaïsse et de son ingénieur en chef Bonnet, ces services verront les municipalités républicaines élargir leurs attributions et confirmer leur prééminence17. La lumière électrique représente pour les acteurs lyonnais une sorte d’horizon théorique, une variable nouvelle introduite dans leur champ par les échos des premiers essais parisiens de 1878 et l’Exposition Internationale de 1881. Pour autant, elle n’apparaîtra aux gaziers comme une menace et un enjeu stratégique crucial qu’à l’orée des années 1890.

  • 18 Michel CALLON, « Sociologie des sciences et économie du changement technique : l’irrésistible monté (...)
  • 19 AML, Procès-verbaux du Conseil Municipal, 31 octobre 1889, p. 245.

14Avant cette sorte de “mise sur agenda” de l’électricité par les réseaux gaziers, leur stratégie d’ensemble peut s’analyser en termes de “fabrication d’irréversibilités”18. L’aspect le plus évident en est l’attention déployée par les dirigeants des compagnies concessionnaires pour détecter toute menace de concurrence et mettre l’autorité concédante face à ses responsabilités. La peur d’indemnités compensatoires à verser explique largement le jeu de défausse mutuelle intervenant après 1884 entre la préfecture du Rhône et la municipalité d’Antoine Gailleton. Essentiellement préoccupé par la maîtrise des coûts en matière d’éclairage, celui-ci adopte une position ferme face à la compagnie quant au respect des dispositions du traité mais légitime le compromis d’ensemble qui fait peser la plus grande charge financière sur les consommateurs privés. Réuni en octobre 1889, le conseil municipal examine ainsi la demande d’un syndicat concurrent se proposant d’établir sous une partie des voies nationales de la ville une canalisation “pour la distribution du gaz à prix réduit”. Le dossier, ayant été transmis par la préfecture dont la compétence inclut normalement la grande voirie, inquiète les édiles et se perd dans les abysses de la non-décision. La réponse du maire à un conseiller socialiste qui l’adjure de répondre à la pression de l’opinion publique est significative, convertissant la peur d’un procès intenté par les compagnies en refus d’un second monopole qui, institué sous un régime de concession d'État, signifierait une nouvelle atteinte à l’autonomie et au “patriotisme communal” : « Nous devons protester et ne rien laisser à l'État ; il n’a rien à faire dans nos affaires communales »19.

15Concernant le service de l’éclairage public proprement dit, les procès opposant la municipalité lyonnaise aux deux compagnies se multiplient jusqu’à la signature du nouveau traité de concession. Bien souvent, ceux-ci sont favorables aux gaziers. Outre son opposition aux expériences de régie directe, le Conseil d'État reprend à son compte l’idée que de telles entreprises doivent être protégées, pour être viables, contre l’éventuelle versatilité des municipalités et contre la rapidité des mutations technologiques.

Les enjeux d’une expertise sur les techniques intermédiaires

16Précisément, c’est par leur expertise technique que les dirigeants du Gaz de Lyon entendent parachever la solidité de leur bastion. L’expérimentation de procédés plus performants et moins coûteux constitue pour eux le moyen de parer, à terme, à l’émergence de l’électricité concurrente. Elle répond aussi à l’importance d’une demande sociale d’éclairage qui s'accroît régulièrement à partir de la fin des années 1880. Les becs de gaz “intensifs” dont les premiers essais ont lieu en 1878 à Paris, représentent de ce point de vue une solution intermédiaire entre les techniques éprouvées et le futur électrique. Les résultats de ces expériences sont largement répercutés localement : aux becs de gaz de la rue du Quatre Septembre s’opposent, dans le cadre de l’Exposition Universelle, les premiers essais d’illumination électrique sur l’avenue de l’Opéra et la façade du Corps Législatif, ce qui est d’ailleurs significatif du travail de caractérisation sociale et d’emblématisation spécifique dont fait l’objet la lumière électrique.

  • 20 AML, 923 WP 0125, sous-dossier “Compagnie du Gaz de Perrache. Essai de nouveaux brûleurs à gaz des (...)

17Les directeurs des firmes lyonnaises constatent avec soulagement le succès technique mitigé de ces derniers essais et en tirent la leçon stratégique : développer une expertise sur les becs de gaz intensifs en multipliant les voyages d’études et valoriser ces progrès auprès des responsables de la voirie. « Ainsi que je vous l’avais promis », écrit Ancel dès 1879 à l’ingénieur en chef Domenget, « j’ai étudié soit à Paris, soit à Londres, les derniers perfectionnements apportés à l’éclairage public. Il résulte de cette étude que la Ville de Lyon est bien en retard sous ce rapport »20, conclut-il en proposant d’essayer ces deux systèmes place Bellecour et rue de la République. Vis-à-vis de l’institution municipale, cet apport présente pour les gaziers l’avantage de les poser autrement qu’en confiscateurs purs de l’intérêt public.

  • 21 Fabienne CARDOT et François CARON (dir.), Histoire générale de l’électricité..., op. cit., p. 761.
  • 22 Ibid.

18Le développement de cette expertise gazière pousse simultanément à la structuration verticale du secteur. La création d’un Syndicat Professionnel de l’Industrie du Gaz, à la fin du siècle, s’inscrit de ce point de vue dans une dynamique plus large et s’explique par l’homologie des configurations conflictuelles localement créés par les régimes de concession. En 1910, ce syndicat est présidé par Maurice Piaton et compte parmi ses membres plus d’un tiers de lyonnais21. L’autre type de structures créées sur une base sectorielle répond explicitement à un impératif de circulation horizontale des informations : la défense des positions des concessionnaires est aussi celle d’un magistère technologique qu’il convient d’actualiser sans cesse. A la veille de la guerre de 1870 voit officiellement le jour une Société Française de l’Industrie du Gaz — en fait structurée sur une base régionale — comprenant Emmanuel Vautier ainsi qu’un représentant des trois compagnies lyonnaises. L’organisation fusionne avec un réseau parisien pour aboutir le 5 mars 1873 à la création de la Société Technique de l’Industrie du Gaz que Vautier préside dès la fin de l'année. Lui succéderont à la présidence Maurice Piaton en 1901 puis l’ingénieur Auguste Godinet, lui aussi lyonnais. Les raisons d’une telle surreprésentation sont sans doute plurielles : prime d’antériorité dans la création de ces filières, puissance des compagnies et rayonnement extra-local du pouvoir économique des patrons lyonnais, existence aussi d’intercesseurs privilégiés comme Henri Damour, “à la fois lyonnais et parisien”22 par l’importance de ses réseaux de connaissance et la variété des sièges d’administrateur qu’il détient. Toujours est-il que l’existence de cette société constitue le lieu d’une dissémination des informations, d’une évaluation collective des risques et des échéances à négocier. Sigaud, directeur du gaz de la Guillotière, se rend ainsi à Lille en 1879 pour s’enquérir précisément des résultats des essais parisiens ; inversement, Piaton, aux congrès de 1902 et 1903, s’emploiera à justifier auprès de ses pairs la nécessité d’étendre leur sphère de compétence à l’électricité.

19C’est maintenant l’intégration et l’appropriation de l’éclairage électrique par la société locale qu’il s'agit d’évoquer, en recherchant la manière dont s’en trouvent modifiées certaines hiérarchies de pouvoir et de prestige.

Socialisation de l’électricité et recomposition des élites locales

20Les années 1878-1881 voient donc cette innovation apparaître et modifier la configuration localement constituée autour de l’éclairage public, contraignant les gaziers lyonnais à élargir leur stratégie au delà d’une pure défense des acquis. En mai 1887, après l’incendie de l’Opéra Comique parisien dû au système d’éclairage au gaz, Gailleton édicte deux arrêtés par lequel il oblige les théâtres municipaux à adopter la lumière électrique. Ce premier réseau, auquel est adjointe la salle de réunion du Conseil Municipal, est attribué par contrat au gaz de Lyon le 12 août 1887. La compagnie, alors même qu’elle n’a pas encore fait le choix stratégique de se diversifier vers l’éclairage public à l’électricité, y trouve le moyen d’occuper préventivement ce marché et de démontrer sa maîtrise technique à l’autorité municipale.

  • 23 Pierre CAYEZ, Crises et croissance..., op. cit., p. 353.

21Conditionnant la pérennisation de leur position dominante sur ce terrain, cette adaptation les amène à recruter et promouvoir des ingénieurs dont la compétence s’avère indispensable à un tel saut technologique et parfois presque culturel ; inversement, ces nouveaux venus, souvent étrangers à la localité lyonnaise, prennent pied parmi la frange médiane des élites locales. Leur qualification constitue leur ressource première et le trait saillant de leur caractérisation sociale. Cette valorisation de la figure de l’ingénieur est en partie liée avec un mouvement de restructuration de l’économie régionale qui consacre l’ascension de « nouveaux riches, artisans ou petits entrepreneurs accédant à la haute bourgeoisie »23 ; en symétrique de ce mouvement, certains très grands bourgeois lyonnais, rayonnant sur l’ensemble de l’économie locale, quittent Lyon pour établir leur siège à Paris. C’est le cas, en 1894, de Jean-Marie Bonnardel qui abandonne à l’occasion la présidence de la Compagnie du Gaz de Lyon.

Pérennisation des positions gazières et recomposition des hiérarchies

22Comme on l’a vu précédemment, le secteur du gaz lyonnais comprend originairement une majorité “d’héritiers” et obéit largement à un modèle de reproduction sociale notabiliaire. Savoir et savoir-faire, capital intellectuel et sanction méritocratique constituent des ressources périphériques par rapport à l’ensemble de ces transmissions.

  • 24 Christophe CHARLE, Les Élites de la République (1880-1900), Paris, Fayard, 1987, p. 165.
  • 25 Ibid., p. 167.
  • 26 AML, Maurice Piaton..., op. cit.

23Or, entre 1880 et 1914, les mécanismes de sélection et les profils sociaux de ces élites sectorielles se modifient notablement. Le rythme effréné des mutations technologiques tient évidemment une place importante dans la valorisation de la compétence technique et la montée en puissance effective des ingénieurs. Christophe Charle parle de “vrais ingénieurs” pour marquer la spécificité de leurs parcours ascensionnels et de leurs origines sociales moyennes24. Cette recomposition prend aussi sa source, en termes d’accès au prestige, dans le déploiement d’une morale républicaine qui valorise les critères méritocratiques en même temps qu’elle vante les bienfaits de la science appliquée. Non pas qu’il s’agisse de décréter l’existence d’une césure historique au delà de laquelle, la République étant localement consolidée, les modèles d’excellence et les itinéraires stéréotypiques de ces élites changeraient comme par transmutation. Localement, on constate avant tout une transformation partielle des mécanismes de reproduction qui perdurent mais en inversant graduellement l’importance relative des différentes ressources. Le même Christophe Charle précise d’ailleurs que pour ces couches montantes d’ingénieurs-spécialistes, « le capital intellectuel ou la compétence technique n’existent jamais à l’état pur. Tout un environnement familial facilite la posture sociale de l’entrepreneur en conférant une certaine assurance, celle liée aux relations préalables ou à la sécurité d’avoir des arrières assurées »25. Déjà cité, l’exemple de Maurice Piaton est significatif d’une telle hybridation ; le discours prononcé à ses obsèques, en 1917, par le vice-président de la Société Technique de l’Industrie du Gaz s’attache ainsi à rappeler plus particulièrement ses titres à la reconnaissance du monde gazier : brillantes études (X-Mines), fonctions assumées dans les organisations sectorielles, acuité et rigueur de son expertise technique, tels sont les critères consacrés de cette légitimité26.

24De 1893 à fin 1896, les controverses deviennent âpres, à la Compagnie du Gaz de Lyon, entre les administrateurs favorables à l’électricité et les réfractaires. Parmi ces derniers, encore majoritaires en 1893, on trouve Prenat et Gensoul mais aussi de riches rentiers comme Amédée Gonin, lui aussi issu d’une pieuse famille lyonnaise. L'arbitrage final leur est défavorable : l’éviction de ces administrateurs “traditionnels”, compensée en 1895-1896 par l’entrée au conseil de deux ingénieurs de formation — Prosper de la Chomette et Félix Marchegay —, figure ainsi de plus vastes recompositions.

  • 27 Jean-Michel GIRAUD, Gaz et électricité à Lyon..., op. cit., p. 1105.
  • 28 Le Livre d’or de l’Exposition Universelle, Internationale et Coloniale de Lyon en 1894, Lyon, Agenc (...)

25Marchegay, vendéen d’origine et diplômé de la filière X-Mines, ne se fixe à Lyon que pour des raisons d’opportunités professionnelles ; la Compagnie qui vient d’obtenir le contrat pour l’éclairage électrique des théâtres municipaux (1887), fait appel à lui pour concevoir le réseau. Comme le centralien Charles d’Aubenton Carafa, recruté par la compagnie en 1897 et qui en deviendra directeur, Marchegay est le détenteur certifié d’une compétence technique qui fait alors défaut. La rapidité avec laquelle il se multiplie et se visibilise ensuite dans la vie lyonnaise, laisse penser que le personnage, sans doute fervent républicain, complète l’assise professionnelle de son identité sociale par ses participations à de multiples cercles locaux : membre du Conseil d’Hygiène et de Salubrité de Lyon depuis 1888, il appartient aussi aux Sociétés d'Économie Politique, des Sciences industrielles, des Sciences et Arts utiles de Lyon, ainsi qu’à la Société des Touristes Lyonnais27. On le retrouve aussi, en 1894, au sein d’une commission permanente en charge de superviser la préparation de l’Exposition de Lyon28.

  • 29 Tout-Lyon Annuaire, 1905.
  • 30 Jean-Luc PINOL, Le Monde des villes..., op. cit., p. 185.
  • 31 Tout-Lyon Annuaire, 1905.

26Né à la Nouvelle-Orléans, Prosper de La Chomette n’arrive à Lyon qu’en 1873 pour prendre la suite de l’un de ses oncles à la tête de l’usine à gaz de Vaise. Assise initialement sur ce capital familial, son ascension semble ensuite comparable à celle de Maurice Piaton, du fait de sa haute compétence technique. La manière dont il pénètre la bonne société lyonnaise, ne s’apparente en rien à celle de Marchegay puisqu’il fréquente le Club du Commerce29. Ce type de sociabilité favorise le tissage de réseaux d’interconnaissance et d’alliances au sein d’un milieu qui se veut homogène. Intéressons-nous de ce point de vue aux stratégies matrimoniales de ces élites émergentes que sont les ingénieurs dont la famille La Chomette présente plusieurs cas de figures : le premier consiste, pour un spécialiste à fort capital intellectuel — parfois financier — et à faible implantation locale, à se raccorder par le biais du mariage à des familles plus anciennes de notables30. C’est le cas de Georges Villiers, neveu de La Chomette, ingénieur des Mines et administrateur du Gaz de Lyon depuis 1911 qui épouse en 1926 la seconde fille d'Édouard Aynard. L’autre tendance observable est une endogamie contrôlée, l’identité de milieu professionnel signifiant aussi le maintien d’un certain standing social. Fille de son père, Laure de La Chomette épouse ainsi « Georges Mulsant, ingénieur des Arts et Manufactures, fils de Benoît Mulsant..., vice-président de la Chambre de Commerce de Villefranche-sur-Saône »31 ; l’exemple de Marchegay confirme cette tendance puisqu’une femme de sa famille deviendra Madame d’Aubenton Carafa.

  • 32 Christophe CHARLE, Les Élites de la République..., op. cit., p. 15.
  • 33 Jean-Luc PINOL, Le Monde des villes..., op. cit., p. 185.

27Comment interpréter cette montée en puissance des ingénieurs, qui s’amorce à partir des années 1880-1890, au regard de la structuration globale des élites lyonnaises et de leurs modes de différenciation ? Incontestablement, un certain nombre d’évolutions générales concourent dans le dernier quart du siècle à rendre plus habiles et mouvants les partages d’une telle stratification élitaire : apparition de secteurs technico-économiques récents, mobilité géographique et sociale accrue, dilution de l’emprise d’une oligarchie locale sur l’économie régionale, déploiement d’une raison morale républicaine qui, par l’égalité civique, les filières méritocratiques et les vertus de l’instruction, propose et valorise de nouvelles assises du prestige social. A « L’égalisation des dignités au profit des élites actives et au détriment de la classe de loisir »32, il faut ajouter la valorisation de la compétence technique spécialisée, support d’un partage redéfini du pouvoir économique et des attributs symboliques. De ce point de vue, l’apparition des annuaires recensant les élites locales constitue bien « une preuve indirecte de la fluidité des hiérarchies »33.

  • 34 Tout-Lyon Annuaire, 1905.

28Créé en 1902, le Tout-Lyon fait ainsi figurer dans ses colonnes les dirigeants gaziers mais aussi les ingénieurs impliqués à divers titres dans le service de l’éclairage public. Cette inscription consacre et officialise leur incorporation à la fine fleur de la société locale. On trouve entre autres, dans l’édition de 1911, des personnalités comme Charles d’Aubenton-Carafa, Adam Craponne (ingénieur principal de la Compagnie du Gaz depuis 1880, recruté dix ans plus tôt), Auguste Boutan (ingénieur centralien, directeur de la Compagnie depuis 1898) mais aussi Raymond Busquet, responsable de l’éclairage public à la voirie municipale. Le patronyme est à chaque fois suivi du ou des titres professionnels, ce que l’on retrouve dans la relation par le Tout-Lyon des événements mondains. Ainsi Prosper de La Chomette est qualifié d’« ingénieur estimé de notre ville »34. Progressivement, cette qualité d’ingénieur devient la base d’un itinéraire socioprofessionnel ascendant en même temps, si l’on peut dire, qu’une sorte de “raison sociale” de l’individu, le support possible d’un statut au sens wébérien du terme.

Les hommes de science, vulgarisation et intermédiation

  • 35 Robert FOX, « L’attitude des professeurs des facultés des sciences face à l’industrialisation en Fr (...)
  • 36 Christophe CHARLE, Les Élites de la République..., op. cit., p. 252.
  • 37 Exposition Internationale Urbaine de Lyon. Catalogue général officiel, Lyon, Imprimeries Réunies, 1 (...)

29Se pose à ce propos, dans la configuration induite par l’émergence de la lumière électrique, la question du rôle et du positionnement des élites intellectuelles lyonnaises, c’est-à-dire essentiellement des universitaires. Se saisissent-ils de cet objet nouveau pour affirmer la prééminence de leur expertise, se poser en médiateurs, tenter d’intégrer l’industrie ? Cette question met en jeu la thèse selon laquelle la Troisième République se serait caractérisée par une tendance à la professionnalisation et à la différenciation des différentes élites. Des auteurs comme Christophe Charle ou, à un moindre degré, Robert Fox35 y souscrivent au sujet des élites universitaires dont la relative claustration se vérifierait même pour les spécialistes de branches novatrices de la science appliquée. « Les mariages réussis entre la science et l’industrie se limitent à des expertises ou à des institutions de formation, et ne donnent pas naissance à un courant de circulation d’hommes... »36. Une réponse est possible, toutefois prudente au vu des informations fragmentaires dont nous disposons sur cette question. Le seul “savant” lyonnais qui occupe alors une position de pouvoir dans le secteur des compagnies d’éclairage, s’apparente à un cas exceptionnel : maître de conférences en physique à la faculté des sciences de Lyon, Théodore Vautier hérite de son père les rênes du groupe familial, ce qui ne l’empêchera pas de construire et d’affirmer sa légitimité de spécialiste éminent. Notons qu’à l'instar de son père, Théodore Vautier préside des organismes sectoriels voués à la confrontation des solutions techniques et à la propagation des innovations ; la commission internationale de photométrie et la commission internationale de l’éclairage seront d’ailleurs représentées à l’Exposition Internationale de Lyon de 191437.

  • 38 Philippe DUJARDIN, « Processus et propriétés... »..., art. cit., p. 21.
  • 39 Voir les écrits de Georges Dary, Gaston Bonnefont ou encore Henri de Graffigny, auteur de Tout le m (...)

30De manière générale, les universitaires lyonnais qui interviennent, à partir de 1894, pour promouvoir et socialiser les nouvelles techniques d’éclairage le font en investissant des “aires transitionnelles”38 : outre les activités de vulgarisation, les expositions de 1894 et 1914 visent à montrer les multiples conquêtes de la science appliquée ; elles répondent aux impératifs promotionnels des entrepreneurs locaux, tout en mettant en scène l’image emblématique d’un certain projet municipal de “cité moderne”. Les hommes de science se placent de ce point de vue en position charnière, contribuant à l’articulation de ces différentes logiques. Qu’en est-il pour eux en termes de stratégie de pouvoir ? A l’évidence, ceux-ci n’occupent pas de places de choix dans la hiérarchie du prestige universitaire ; pour autant, il n’est pas sûr que ces activités, externes aux institutions d’enseignement et de recherche, soient l’aveu implicite et palliatif d’opportunités de carrière médiocres. D’une part en raison du caractère neuf et survalorisé par l’imaginaire républicain de la science électrique et de ses applications39, d’autre part en raison des bénéfices symboliques et des gains de notoriété locale que ces hommes s’estiment susceptibles d’en retirer.

  • 40 AML, Procès-verbaux du Conseil Municipal, 8 août 1899.

31Louis Houllevigue, maître de conférences en physique à la faculté des sciences de Lyon, développe ainsi en parallèle de sa carrière des activités de vulgarisation classique ; l’ouvrage qu’il publie en 1904 Du Laboratoire à l’Usine. est significatif du rôle d’intermédiation assigné à cette pédagogie. Par ailleurs, la municipalité qui apporte des financements complémentaires aux institutions d’enseignement technique, s’implique plus directement lorsque la nécessite s’en fait sentir, du fait notamment de l’ampleur des demandes ; en 1897 est ainsi créé un cours municipal d’électricité appliquée qui se tient au Palais des Arts, soit les locaux affectés au service de la Voirie. Deux ans plus tard, le maire Antoine Gailleton se félicite de l’adhésion qu’il suscite « qui s’explique par l’actualité des matières enseignées et l’attrait toujours croissant que M. Houllevigue, le professeur du cours, a su mettre dans ses démonstrations »40.

  • 41 Le Livre d'or de l’Exposition Universelle..., op. cit., p. 34.

32La tenue des deux expositions lyonnaises confirme d’autre part que l’interdit longtemps jeté sur l’éclairage publique électrique et sa faible implantation dans les rues lyonnaises jusqu’à la guerre sont loin d’être contradictoires avec les mises en scène et les processus d’emblématisation auxquels il se prête. Le livre d’or de l’Exposition de 1894 reproduit les accents des premiers vulgarisateurs parisiens, affirmant que « l’Exposition de Lyon devait être et a surtout été l’Exposition de l'Électricité »41. Parallèlement à ce cérémonial festif, la présentation des produits obéit à une classification qui reproduit largement le contexte stratégique de l’éclairage public lyonnais en 1894 ; la classe XXXIV rassemble sans distinction les applications électriques tandis que l’intitulé de la classe XXV spécifie : “Appareils et procédés de chauffage et d’éclairage, électricité non comprise”. Le jury en est logiquement présidé par Joseph-Alfred Ancel, administrateur de la Compagnie du Gaz. Le même Ancel, accompagné de Joannès Raclet, président de la Société des Forces Motrices du Rhône, préside encore, à l’Exposition Internationale de 1914, la section XVIII intitulée “Lumière et Éclairage”. Mais outre la classe consacrée à l’éclairage au gaz et toujours présidée par un administrateur de la Compagnie, la taxinomie plus fine et la redistribution des postes honorifiques témoignent des changements intervenus depuis 1894, en termes stratégiques et technologiques. On remarque la visibilité nouvelle des hommes de science : Henri Rigollot, directeur de l'École Centrale Lyonnaise, préside la classe 89 relative à l’éclairage électrique, Théodore Vautier la classe 88 consacrée à sa spécialité universitaire. Le catalogue général le présente d’ailleurs comme “directeur du laboratoire de photométrie”.

  • 42 Pierre GREMION, Le Pouvoir périphérique, Paris, Seuil, 1976, p. 341.
  • 43 Lyon 1906-1926, Lyon, Rey, 1926, p. V.
  • 44 Ibid., p. X.

33Tout se passe donc comme si un mécanisme de réciprocité implicite associait ces élites scientifiques à la municipalité lyonnaise : la reconnaissance institutionnelle et honorifique de leur position “éminente” et de leur haute compétence dans leur champ contre la promotion de perspectives techniques inédites et de l’image de Lyon comme ville de science et de progrès. Sans oublier les maîtres du gaz lyonnais qui réaffirment à l’occasion et sur scène la solidité de leur position dans le secteur. Cette forme euphémisée de “légitimation croisée”42 entre élites lyonnaises semble confirmée par leur engagement concordant dans les structures locales de l’Association Française pour l’Avancement des Sciences. Le congrès du cinquantenaire, tenu en 1926, se donne pour thème l’élaboration d’un large tableau de la vie intellectuelle, sociale, artistique et industrielle lyonnaise, le tout devant communiquer au lecteur « l’impression d’une accumulation d’énergies qui... ont poussé notre ville au premier rang des cités d’avant-garde »43. De fait, la liste des membres du comité local d’organisation est impressionnante, florilège quasi exhaustif des notabilités locales. Il n'est pas surprenant, à ce titre, d’y voir figurer la Chambre de Commerce et la Compagnie du Gaz de Lyon qui sont membres fondateurs de l’association. Quant au bureau du comité local, plus directement impliqué dans l’organisation du congrès, il compte parmi ses vice-présidents deux administrateurs du Gaz de Lyon, Boutan et Damour, mais aussi Théodore Vautier, désormais professeur honoraire et membre à vie de l’association44.

34Reste, en guise de conclusion, à interroger la manière dont la diversification des solutions techniques, filtrée par le faisceau de contraintes bridant l’action de l’administration municipale, influe sur ses modes d’expertise et sur les trajectoires de ses agents. On s’intéressera pour cela principalement au cas de l’ingénieur Raymond Busquet qui fait carrière au service de la voirie de 1880 à 1917. Son inscription au Tout-Lyon ou sa place de président de la classe 93 “Éclairage des rues” à l’Exposition de 1914 accréditent l’hypothèse d’une trajectoire promotionnelle débordant le strict cadre administratif.

Progrès technique, expertise de l’ingénieur et légitimité administrative

  • 45 Gabriel DUPUY, L’Urbanisme des réseaux, Paris, Colin, 1991, p. 35.
  • 46 Ainsi le maire prend, le 20 octobre 1888, sur proposition de l’ingénieur en chef de la Voirie, un a (...)

35A partir des années 1880, le jeu des demandes sociales, attisé par le retour au régime électif pour le maire et les conseillers municipaux, pousse au développement d’une “régulation”45 qui encadre les prérogatives des firmes concessionnaires. Sous les mandats de Gailleton et d’Augagneur, l’accélération des mutations technologiques se conjugue avec une logique plus vaste de spécialisation et de rationalisation administrative, poussant au développement d’une expertise technique affinée au sein du service de la voirie. Celui-ci élargit et actualise ses compétences46, développe ses moyens de contrôle et d’expérimentation ; en 1897 est décidée, sur proposition de Busquet, l’installation d’un troisième laboratoire municipal dans les locaux même du service.

  • 47 AML, dossier personnel Raymond Busquet.
  • 48 Bruno DUMONS et Gilles POLLET, « Fonctionnaires municipaux et employés de la ville de Lyon (1870-19 (...)

36En parallèle de ces tendances, on peut s’intéresser à la manière dont s’imbriquent, dans le cas de Raymond Busquet, une certaine légitimité administrative en voie de construction et la compétence spécifique du spécialiste de “contrôleur spécial”, son titre passe d’ailleurs en 1891 à celui “d’ingénieur de l’éclairage”. Deux types de critères semblent essentiellement justifier son recrutement en 1880 : sa compétence qu’attestent ses diplômes — bachelier es lettres et es sciences, ingénieur des Arts et Manufactures de l'École Centrale de Paris — et ses services antérieurs à la Société des Chemins de fer Mangini ; d’autre part les renseignements recueillis sur son compte et transmis au préfet qui insistent sur sa conduite et sa moralité “excellentes”, sur ses “opinions franchement républicaines mais modérées”47. Busquet présente une figure caractéristique des élites administratives moyennes, personnels politiquement sûrs et techniquement capables, recrutées par des mairies radicales désireuses d’asseoir leur pouvoir et leur légitimité sur des appareils administratifs de plus en plus rationalisés48.

  • 49 Jean-Yves NEVERS, « Quelques aspects de l’évolution de la démocratie communale en France », XII° Co (...)
  • 50 AML, dossier personnel Raymond Busquet.

37De ce point de vue, le contexte des tensions localement liées à l’emprise des concessionnaires contribue aussi à arrimer l’action quotidienne d’un Raymond Busquet à l’intérêt de la collectivité : sa mission de contrôle et de vérification s’oppose tendanciellement à la logique de profit des gaziers, en une fin de siècle où les expériences de régie directe et la jurisprudence du Conseil d'État mettent en jeu la question des frontières de l’action municipale et de sa compatibilité avec les intérêts privés préexistants49 ; quant à ses activités de prospection, c’est-à-dire essentiellement les voyages d’études, elles s'apparentent, au moment de la renégociation des traités, à l’inventaire de formes du progrès longtemps exclues du champ des possibilités locales. Busquet est ainsi mandaté, en 1897, pour se rendre à Valence et Grenoble afin d’étudier les résultats des systèmes de régies directes mis en place par les municipalités. En 1900, il sollicite de sa hiérarchie la mission de se rendre à Paris pour étudier les techniques expérimentées sur les voies publiques et à l’Exposition, « les avenues extérieures (ayant) été pourvues à cet effet des appareils de gaz et d’électricité répondant aux derniers progrès réalisés dans ces deux branches de l’éclairage »50. L’acuité et l’actualisation de son expertise en matière de nouvelles techniques font partie intégrante de son activité professionnelle et, semble-t-il, de sa légitimité de “fonctionnaire” au service de la collectivité.

  • 51 Ibid.
  • 52 Ibid.
  • 53 Ibid.
  • 54 Ibid.

38Elles constituent et valident d’autre part son identité d’ingénieur, telle que l’entérine la société locale — en 1897, Busquet est chargé à l'École Centrale d’un enseignement portant sur l’électricité industrielle. Il est intéressant de constater qu’il mène aussi des recherches personnelles grâce aux moyens techniques de la voirie, brevetant un nouveau procédé dont il cède la licence d’exploitation à une société privée. De ce point de vue, les liens d’interconnaissance avec ses pairs ont leur importance et nous renseignent sur la relative homogénéité d’un milieu lyonnais d’élites techniciennes : centralien, Busquet est l’ancien camarade de classe de Charles d’Aubenton Carafa — alors sous-directeur de la Compagnie du Gaz — et de Henri Richard, créateur d’une société locale qui propose son propre bec de gaz aux municipalités. Le litige qui intervient à ce propos entre anciens condisciples met précisément en jeu les limites et les recouvrements du savoir de l’ingénieur et des astreintes du fonctionnaires51. En 1905, s’estimant indûment évincé d’un marché au profit du Gaz de Lyon, Henri Richard écrit à Édouard Herriot pour se plaindre des agents du service de l’éclairage et de Busquet qu’il accuse d’avoir réutilisé le prototype fourni au laboratoire municipal pour plagier son procédé ; aussi adjure-t-il un adjoint au maire, au nom de son “dévouement aux intérêts de la ville”52, de réprimer ces errements. La polémique met en jeu la définition normative du rôle d’un ingénieur municipal. Busquet se défend d’ailleurs prioritairement sur ce terrain, prenant soin de différencier son invention, autorisée par sa compétence et sa simple qualité de citoyen républicain, des contours de sa mission au service de la collectivité. C’est dans ce souci de respect des normes légitimes qu’il a cédé la licence de son procédé, s’interdisant toute exploitation personnelle et poussant même le scrupule, dit-il complaisamment, « jusqu’à faire le sacrifice de (son) nom »53. Comme si la définition normative et morale de son rôle de “fonctionnaire” primait sur son identité particulière d’ingénieur inséré dans un champ de connaissance et d’opportunités économiques spécifiques. Une fois posée cette subordination, le discours de Busquet insiste sur sa qualité de spécialiste. L’accusation de plagiat tend implicitement à dévaloriser la qualité de son expertise sur les nouvelles technologies de l’éclairage à incandescence : « On ne fera croire à personne qu’un ingénieur de l'éclairage avait besoin des explications de M. Richard pour en comprendre le fonctionnement »54 ; la spécialisation de sa fonction, le suivi des relations entretenues avec ses homologues, sa fréquentation des expositions et des essais publics le rendent à même de maîtriser la diversité et les mutations techniques d’un secteur où la majorité des ingénieurs diplômés entament des carrières privées.

39A Lyon, les années 1890-1900 semblent donc caractérisées par trois tendances. La première concerne la mise sur agenda municipal de la modernisation de l’éclairage public. La deuxième est l’indexation d’une telle priorité sur un ensemble de comparaisons horizontales : comment s’éclairent les communes voisines, rivales et satellites ? La troisième tendance émerge entre l’élection d'Édouard Herriot et la guerre. Elle concerne l’intégration des outils et des élites techniciennes municipales à un discours politique sur la production de la ville qui se veut à la fois plus global et plus rationnel. La densité des connotations portées par la lumière électrique — hygiène, modernité, valorisation du bâti monumental, clarté — la désigne prioritairement pour être l’un des supports d’une telle visée.

  • 55 Lyon 1906-1926.., op. cit., p. 354.

40Placer l’éclairage public au coeur de cette problématisation serait à coup sûr excessif ; on peut en revanche lui reconnaître une place notable dans les dispositifs qui visent à promouvoir l’idée d’un pouvoir municipal. L’Exposition de 1914 s’inscrit dans ce travail de légitimation d’expertise. A cette occasion, Édouard Herriot écrivait : « Pour gouverner la Cité, il faut maintenant une administration fondée, avant tout sur la science et ses découvertes qui, jour après jour, modifient et éclairent les lois de la vie collective... »55.

Notes

1 Yves MENY et Jean-Claude THOENIG, Politiques publiques, Paris, PUF, 1989, p. 442.

2 Jean-Luc PINOL, Le Monde des villes au XIX° siècle, Paris, Hachette, 1991, p. 184.

3 Philippe DUJARDIN, « Processus et propriétés de la mise en réseau », Philippe DUJARDIN (dir.), Du groupe au réseau : réseaux religieux, politiques, professionnels, Paris, CNRS, 1988, p. 12.

4 Pierre CAYEZ, Crises et croissance de l’industrie lyonnaise (1850-1900), Paris, CNRS, 1980, p. 257.

5 Nous sommes largement redevables, pour cette partie de notre travail, aux informations biographiques collectées par Jean-Michel GIRAUD, Gaz et électricité à Lyon (1820-1946) : des origines à la nationalisation, thèse de doctorat, Université Lyon II, 1992.

6 Pierre CAYEZ, Crises et croissance..., op. cit., p. 258.

7 Secrétaire de la Société d’Enseignement Professionnel du Rhône, président de la commission administrative du lycée de la Martinière, Piaton est aussi président et cofondateur de l'École Centrale de Lyon en 1857 aux côtés de personnnalités comme Joseph Ancel ou Édouard Aynard.

8 Archives Municipales de Lyon (AML), Maurice Piaton, 1853-1917.

9 Tout-Lyon Annuaire, 1911.

10 Ibid.

11 Ibid.

12 François BURDEAU, Histoire de l’Administration française, Paris, Montchrestien, 1989, p. 199.

13 Pierre-Yves SAUNIER, « La territorialisation des terroirs : identité locale, pensée politique et action municipale à Lyon entre XIX° et XX° siècles », Gouvernement local et politiques urbaines, Grenoble, CERAT, 1993, p. 288.

14 Jean-Pierre GAUDIN, Technopolis : crises urbaines et innovations municipales, Paris, PUF, 1989, p. 100.

15 AML, traité du 8 août 1853, article 19.

16 Fabienne CARDOT et François CARON (dir.), Histoire générale de l’électricité en France, tome 1, Paris, Fayard, 1991, p. 400.

17 Pierre-Yves SAUNIER, Lyon au XIX° siècle : les espaces d’une cité, thèse de doctorat, Université Lyon II, 1992, p. 723.

18 Michel CALLON, « Sociologie des sciences et économie du changement technique : l’irrésistible montée des réseaux technico-économiques », Ces réseaux que la raison ignore, Paris, L’Harmattan, 1992, p. 61.

19 AML, Procès-verbaux du Conseil Municipal, 31 octobre 1889, p. 245.

20 AML, 923 WP 0125, sous-dossier “Compagnie du Gaz de Perrache. Essai de nouveaux brûleurs à gaz des systèmes de Paris et de Londres”, pièce no 1.

21 Fabienne CARDOT et François CARON (dir.), Histoire générale de l’électricité..., op. cit., p. 761.

22 Ibid.

23 Pierre CAYEZ, Crises et croissance..., op. cit., p. 353.

24 Christophe CHARLE, Les Élites de la République (1880-1900), Paris, Fayard, 1987, p. 165.

25 Ibid., p. 167.

26 AML, Maurice Piaton..., op. cit.

27 Jean-Michel GIRAUD, Gaz et électricité à Lyon..., op. cit., p. 1105.

28 Le Livre d’or de l’Exposition Universelle, Internationale et Coloniale de Lyon en 1894, Lyon, Agence Fournier, 1894.

29 Tout-Lyon Annuaire, 1905.

30 Jean-Luc PINOL, Le Monde des villes..., op. cit., p. 185.

31 Tout-Lyon Annuaire, 1905.

32 Christophe CHARLE, Les Élites de la République..., op. cit., p. 15.

33 Jean-Luc PINOL, Le Monde des villes..., op. cit., p. 185.

34 Tout-Lyon Annuaire, 1905.

35 Robert FOX, « L’attitude des professeurs des facultés des sciences face à l’industrialisation en France entre 1850 et 1914 », Christophe CHARLE, Régine FERRE (éd.), Le Personnel de l’enseignement supérieur en France aux XIX° et XX° siècles, Paris, CNRS, 1985, p. 142-143.

36 Christophe CHARLE, Les Élites de la République..., op. cit., p. 252.

37 Exposition Internationale Urbaine de Lyon. Catalogue général officiel, Lyon, Imprimeries Réunies, 1914, p. 171-172.

38 Philippe DUJARDIN, « Processus et propriétés... »..., art. cit., p. 21.

39 Voir les écrits de Georges Dary, Gaston Bonnefont ou encore Henri de Graffigny, auteur de Tout le monde électricien.

40 AML, Procès-verbaux du Conseil Municipal, 8 août 1899.

41 Le Livre d'or de l’Exposition Universelle..., op. cit., p. 34.

42 Pierre GREMION, Le Pouvoir périphérique, Paris, Seuil, 1976, p. 341.

43 Lyon 1906-1926, Lyon, Rey, 1926, p. V.

44 Ibid., p. X.

45 Gabriel DUPUY, L’Urbanisme des réseaux, Paris, Colin, 1991, p. 35.

46 Ainsi le maire prend, le 20 octobre 1888, sur proposition de l’ingénieur en chef de la Voirie, un arrêté qui réglemente et soumet toute installation d’éclairage électrique à l’aval de l’administration.

47 AML, dossier personnel Raymond Busquet.

48 Bruno DUMONS et Gilles POLLET, « Fonctionnaires municipaux et employés de la ville de Lyon (1870-1914) : légitimité d’un modèle administratif décentralisé », Revue Historique, septembre-octobre 1992, p. 115.

49 Jean-Yves NEVERS, « Quelques aspects de l’évolution de la démocratie communale en France », XII° Congrès Mondial de l’Association Internationale de Sociologie, juillet 1990, p. 15.

50 AML, dossier personnel Raymond Busquet.

51 Ibid.

52 Ibid.

53 Ibid.

54 Ibid.

55 Lyon 1906-1926.., op. cit., p. 354.

Auteur

Doctorant à l’Institut d'Études Politiques de Grenoble.

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search