Version classiqueVersion mobile

Élites et pouvoirs locaux

 | 
Bruno Dumons
, 
Gilles Pollet

Troisième partie. Pouvoirs industriels et notables ruraux

Les élites locales face à la déprise en Cévennes, Haut-Vivarais et Margeride

Pierre Cornu

Texte intégral

1En matière de recherche historique, les rapprochements les plus fructueux naissent souvent du hasard. Si l’on se contente, en effet, de jeter toujours le même filet, on risque de n’attraper jamais que les mêmes poissons et d’ignorer ceux qui passent entre les mailles. A l’inverse, vouloir tout attraper ou, pour changer de métaphore, calculer toutes les combinaisons — probables ou absurdes — d’une partie d’échecs et les soumettre à l’expérience, cela est impossible : ce qu’un logiciel de jeu peut se permettre, l’historien qui est encore un être de chair, économe de son travail, le refuse.

2Travaillant sur le phénomène de déprise qui touche les hauts pays du Massif Central depuis le milieu du XIX° siècle, et portant mon regard non pas sur ceux qui partent, objets de toutes les études jusqu’à ce jour, mais sur ceux qui restent, je me suis interrogé sur les influences positives ou négatives qui ont pu réguler l’exode, pour qu’il s’étale à ce point dans le temps. En d’autres mots, pourquoi les hautes terres ne se sont-elles pas vidées rapidement de leurs habitants dès lors que les structures de leurs économies rurales s’étaient révélées caduques, que la circulation des hommes et des idées avaient révélé l’injustice relative de leur condition, et que les villes leur ouvraient grand les portes des usines et des bureaux ?

3Les cantons de hauts pays, loin de toute ville et dépourvus d’industrie, de climat rude et de sol maigre, ne permettent à l’évidence pas l’éclosion de fortunes, de talents ou de carrières remarquables. En comparaison de l’amplitude de l’échelle sociale du monde urbain, peut-on seulement parler d’élites pour ceux qui, au lieu d’un toit de chaume, vivent sous un toit de lauzes dans les hautes terres déshéritées de la Margeride ou du plateau ardéchois ? Les étudier dans le cadre d’un travail de démographie historique ne paraissait donc a priori ni nécessaire ni pertinent.

4Le thème du présent colloque m’incitait pourtant à essayer de définir ce que pouvaient être les élites de ces contrées et à opérer un rapprochement entre leur attitude et le mouvement de déprise. L’objet de ce travail est de présenter les prémices, étonnamment intéressants et encourageants, de cette analyse du rapport entre mécanismes démographiques et attitude des élites, en montrant ce qu’elle peut apporter à la compréhension des uns, et à la connaissance des autres — contribution à la réflexion commune de ces journées d’études.

5La Troisième République, malgré son image de période stable, prudente, conservatrice, constitue pour la France, bien en retard sur ses voisins, le temps crucial du passage d’une civilisation de l’ancrage géographique qui concernait autant les hommes, que les institutions, et même les idées, à une civilisation de la mobilité, voire de l’occultation de la dimension spatiale dont on voit les effets se produire aujourd’hui. D’un état à l’autre, c’est un phénomène de déracinement, qu’il faut chercher à comprendre. Les élites qui, elles aussi, étaient enracinées et dont le pouvoir s’exerçait sur une zone déterminée, ne peuvent qu’être directement remises en cause par ce mouvement. Or, le destin des hautes terres est singulier à cet égard : il n’y a en effet pas, comme ailleurs, saut d’un système vers un autre. Tout simplement parce que ce saut est manqué.

6La nouvelle géographie des échanges contourne ces sommets rébarbatifs et archaïques, et rompt leurs complémentarités traditionnelles avec les bas pays. Régions sans plus d’avenir, et communautés humaines sans plus de place en tant que telles — appelées à être déstructurées, refondues dans la société globale, notamment dans le creuset des villes —, les hautes terres s’étiolent au lieu de muer.

7Et les élites occupent une position ambiguë, à la fois dans et hors du mouvement, conscientes ou non de sa gravité pour leur pays et pour leur propre situation, agissant de manière positive ou négative, parfois victimes elles-mêmes de la déprise. Évoquer leur attitude et leur devenir exige donc à la fois un travail de mesure — quelle est leur influence sur l’intensité de la dépopulation, et quel tribut lui ont-elles versé ? — et d’analyse — par quel biais agissent-elles, et dans quel but ?

8Les sources nécessaires à une telle étude sont relativement accessibles mais très variées et dispersées. Les annuaires départementaux sont fondamentaux pour le chercheur. Néanmoins, ils ne sont pas exempts d’erreurs et de lacunes, et manquent de précision pour l’identification des personnes : les prénoms sont rarement indiqués, rendant les recoupements hasardeux, surtout pour les communes de montagnes où l’endogamie réduit beaucoup la diversité des patronymes.

9Pour le reste, la Troisième République est, si l’on ose dire, trop démocratique : manquent les documents de surveillance policière, de suffrage censitaire..., des régimes précédents qui permettent à l’historien d’atteindre une connaissance précise des notabilités de tous ordres. On s’autorisera tout de même à les employer pour définir les élites au début de la période considérée.

10Compter les élites, établir des chronologies, des typologies, est certes un préalable indispensable. Mais l’important est ailleurs. Les institutions locales ne répondent pas aux variations de la conjoncture ; elles mettent un temps considérable à s’adapter. Compter le nombre de notaires, ce n’est pas mesurer la pratique mais la stratégie de la chambre des notaires en matière d’implantation. Dénombrer les prêtres ne dit rien de leur influence.

11Il convient donc de joindre à cette approche comptable celle, qualitative, des sources narratives : soit en les suscitant, par la pratique des enquêtes orales, soit en se contentant de ce qui est resté : presse, opuscules, romans. L’écrit, heureusement, ne manque pas dans cette période et la dépopulation est un thème récurrent des publications d’intérêt local de tous types.

12Bien qu’elle permette d’aller au fond des choses, la monographie n’est pas adaptée à une telle problématique. Afin de repérer les variants et invariants du rapport entre élites et déprise, je propose donc de mener de front l’analyse de trois exemples bien différenciés, tant par la personnalité de leurs élites que par la nature et le calendrier de la déprise qui les affecte : le canton de Valgorge pour les Cévennes, celui de Saint-Agrève pour le Haut-Vivarais et celui de Saugues pour la Margeride.

13La Cévenne vivaraise, éventail de vallées étroites, cloisonnées, soumises à un régime de précipitations particulièrement violent, constitue la zone de contact entre le Languedoc et les hauts pays d’élevage. Elle est le domaine du châtaignier et du mûrier, occupant une population extrêmement dense sur les terrasses de culture. Cette économie rurale originale mais fragile est traversée par un crise fatale à l’époque où s’impose la République. Le Haut-Vivarais, quant à lui, région parmi les plus hautes et les plus froides du Massif Central mais non les plus isolées (il surplombe la vallée du Rhône et constitue la ligne de partage des eaux entre bassin ligérien et bassin rhodanien), est alors à son maximum démographique, apogée d’un monde rural gagne-petit mais dynamique. La Margeride enfin, éloignée de tout, incomplètement domestiquée par l’homme, austère et rude telle qu’au début du siècle, semble hors du temps, pour quelques années encore.

14Régions proches, semblables par la rudesse de leurs conditions naturelles et l’archaïsme de leurs conditions socioéconomiques, ces trois exemples ne présentent toutefois aucun lien entre eux, offrant des scénarios d’évolution autonomes.

15Pour mesurer le rôle des élites sur la déprise qui touche ces trois hauts pays, il est tout d’abord nécessaire de les identifier et de les définir ; puis de confronter au fil de la chronologie leur comportement et le rythme de la déprise ; enfin de faire un bilan de leur influence et de leur sort à la veille des bouleversements de 1940, dans l’espoir non pas de conclure sur ce sujet mais simplement d’en évaluer la pertinence.

Trois portraits d’élites de hauts pays à la veille du déclin

16Les élites des hautes terres, aux débuts de la Troisième République, ne présentent que peu de changement avec celles de la période précédente. Les soubresauts politiques arrivent considérablement amortis dans ces bouts-du-monde, de même que les pires inondations n’atteignent jamais les maisons les plus élevées. Les noms importants de la période de la République sont souvent déjà présents sous le Second Empire et une partie du personnel politique passe sans encombre le cap du changement de régime.

  • 1 François FABRE, Notes historiques sur Saugues, Saint-Flour, Boubounelle, 1899.

17La noblesse apparaît déjà très diminuée. L’abbé Fabre, de Saugues, note en 1899 : « Les familles nobles, autrefois nombreuses, sont en majeure partie disparues, les unes éteintes, les autres émigrées sous des deux étrangers »1. Cette phrase n’évoque sans doute pas seulement l’émigration due aux événements révolutionnaires mais aussi l’abandon de seigneuries miséreuses pour des carrières citadines plus attrayantes. Parmi les principales familles encore présentes aux débuts de la République, il faut citer les marquis de Chanaleilles qui ont château dans la commune du même nom. La famille n’est pas sans prestige mais plutôt pour ses branches lointaines ; le chef local acquitte moins de 100 francs d’impôts sous le Second Empire. Mais son fils occupe la mairie et le poste de conseiller général avant 1914. Les Labretoigne, petite noblesse de Gévaudan, fournissent beaucoup de notaires et de professions juridiques, mais n’exercent plus guère d’influence sous la République, de même que les La Bilherie, famille dominante de Grèzes. Pour le Haut-Vivarais, la présence du comte Boissy d’Anglas à Saint-Agrève fait figure d’exception ; la noblesse n’y compte plus guère. Quant à la famille de Valgorge, si elle donne un poète et historien local (Ovide de Valgorge), elle n’exerce plus d’influence sur les affaires du pays.

18Les archives des élections des conseils municipaux indiquent le revenu des élus : en Margeride, même le bourg de Saugues ne présente pas de revenu au-dessus de 5.000 francs. Les listes des plus imposés, disponibles parfois jusqu’aux années 1880, font état de fortunes des plus modestes, n’acquittant qu’exceptionnellement quelques centaines de francs d’impôt - la plupart du temps quelques dizaines de francs seulement pour le gros propriétaire de l’endroit.

  • 2 Archives Départementales de la Haute-Loire (ADHL), 4 M 74.

19A propos de Cubelles, l’abbé Fabre écrit ainsi en 1901 : « Il n’y a point de grosses fortunes dans cette commune où chacun est propriétaire et où chacun demande au sol le pain de chaque jour ». Et la situation est semblable dans toutes les simples communes du canton, le bourg de Saugues concentrant toutes les fonctions de pouvoir et de service. Illustration en est donnée par cette lettre, datée du 5 janvier 1866 et adressée par le juge de paix Labretoigne au préfet de la Haute-Loire : « Cette commune (Chanaleilles) comme beaucoup d’autres du canton de Saugues, est dépourvue d’hommes intelligents et capables, elle est peuplée d’agriculteurs qui ne savent que signer et elle possède peu d’hommes pourvus d’un caractère droit et ferme et d’une position de fortune qui les mette dans une position à dominer et diriger les autres »2.

20Le Haut-Vivarais, marqué par la culture protestante, offre plus d’élites de capacité. Les propriétaires aisés se trouvent plutôt du côté catholique. En Cévennes, « pépinière de petits propriétaires » selon l’expression du sous-préfet en poste sous le Second Empire, l’échelle sociale est des plus restreintes. Les élites sont à l’extérieur, à la lisière de l’inextricable dédale des vallées : à Largentière, Joyeuse, les Vans où se situent les fabriques et moulinages, se tiennent les foires, se trouvent notaires et fonctionnaires.

  • 3 ADHL, V dépôt 3 Grèzes, compte-rendu de visite pastorale.

21Il faut en revanche insister sur la grande importance des élites religieuses tant en Haut-Vivarais qu’en Margeride. Hippolyte Malègue, dans sa Statistique Générale de la Haute-Loire (1872), recense pour la seule commune de Saugues (3.738 habitants) un établissement des Frères des Écoles chrétiennes, une école des Soeurs de la Présentation, un hospice tenu par les religieuses trinitaires de Valence, faisant office de pharmacie, un couvent du tiers-ordre des carmélites, un curé assisté de trois vicaires, soit un total de 43 membres du clergé au recensement de 1886 et un nombre indéterminé de béates, chargées notamment de l’instruction élémentaire dans les hameaux. Elles sont six encore en 1896 dans la commune de Grèzes pour 801 habitants3.

22Les pasteurs du Haut-Vivarais protestant sont le plus souvent d’origine extérieure, parfois lointaine : beaucoup de pasteurs suisses pour l'Église réformée, anglais pour les diverses sectes. Parmi elles, les darbystes offrent la particularité de revendiquer un véritable “communisme chrétien”, sans structures d’encadrement, ni autorité institutionnelle. Mais c’est un pouvoir totalitaire qui est exercé par le pasteur charismatique de chaque chapelle.

  • 4 Christian MAILLEBOUIS, « Les Momiers », Les Cahiers du Mézenc, 1993, no 5, p. 15-24.

23Les consistoires sont des lieux de pouvoir majeurs dans la communauté protestante. Quelques familles les tiennent, parfois sur plusieurs générations, comme la famille Laroue à Saint-Voy : elle fournit conseillers, maires, membres du conseil des anciens, et s’avère présente à la loge maçonnique locale. Elle est considérée par les autorités, et notamment le sous-préfet membre de la même loge, comme un garant d’ordre chez les réformés et un représentant reconnu de cette importante communauté4.

  • 5 ADHL, 5 Mbis 5.

24La Cévenne vivaraise est moins religieuse même si Valgorge abrite une communauté d’une vingtaine de soeurs encore à la fin du XIX° siècle. Un rapport de police de 1857 fait le tableau de la situation politique du canton de Saugues. A Chanaleilles, Brajon occupe les fonctions de maire : « Ses administrés le considèrent comme un père car il a une grande influence sur eux »5. Les notables ne sont pas contestés. A Saint-Vénérand et dans bien d’autres communes où le sentiment politique est considéré comme nul, on ne compte “aucune personne influente”. Il faut insister sur l’étroitesse de ce groupe des élites, les mêmes noms revenant sans cesse. Les Limozin, importants propriétaires, déjà présents à la mairie de Saugues sous le Second Empire, la dirigent pendant les trente premières années de la République, s’adjugeant également la fonction de conseiller d’arrondissement puis de conseiller général ; ils tiennent jusqu’aux années trente la charge de suppléant du juge de paix. Parmi les quatorze communes du canton de Saugues, trois seulement fournissent élus et responsables cantonaux dont la plus grande part de Saugues même. Les élites locales de ce canton n’apparaissent toutefois que très rarement dans les instances départementales et comités divers : région excentrée, détachée du Gévaudan à la Révolution, sans véritable lien avec Le Puy.

25La particularité des élites politiques du Haut-Vivarais est d’être très souvent “foraines”, signe de liens importants avec l’extérieur — le plateau n’est pas isolé et tient à ne l’être pas. L’exemple le plus prestigieux est le comte Siméon Boissy d’Anglas, petit-fils du révolutionnaire, conseiller général du canton de 1870 à 1883. Son successeur est encore plus éloigné de la vie quotidienne du plateau : Emmanuel Mallet, conseiller jusqu’en 1898, exerce les fonctions de juge à Marseille. Ce n’est qu’en 1928 qu’un résident est élu au Conseil général, Elie Cheynel, docteur en médecine et maire de Saint-Agrève, en place jusqu’à la défaite de 1940. On note également une prédominance des métiers du droit dans le personnel politique de ce canton : notaires, juges, avocats se succèdent comme représentants du canton au Conseil général. Des médecins également mais, curieusement, peu de propriétaires fonciers aux premières places, signe du caractère urbain affirmé de Saint-Agrève malgré la modestie de sa population.

  • 6 Auguste ROUVIER, Sablières. Dix ans de gestion municipale, 1925-1935, Lyon, Le Nouvelliste, 1935.

26On constate une aussi grande stabilité dans le groupe des élus cévenols. Deligans, notaire et maire de Valgorge, est conseiller général du canton de 1877 à 1907. Lui succède un industriel, maire d’une commune extérieure au canton, preuve, déjà, du manque de candidats valables. Un autre maire de Valgorge, propriétaire, occupe la fonction de conseiller pendant les quinze dernières années de la République. L’archaïsme des rapports politiques dans ces vallées est d’ailleurs bien illustré par cette profession de foi du maire de Sablière, à qui son opposition reproche de n’être pas vraiment du pays et surtout de ne pas y résider, qui se vante ainsi en 1935 : « Aucun administrateur de la commune ne vous a traité aussi paternellement que moi »6.

27Au total, ce ne sont partout que de bien petites élites, sans influence hors de leurs terres ; elles sont néanmoins de grand pouvoir car sans concurrence possible. Ces élites sont attachées à la terre, en ce qu’elles en tirent revenu et légitimité, et par cet enracinement elles donnent cohésion à la société locale. En Margeride surtout, très isolée, les élites traditionnelles pèsent d’un grand poids. Mais elles sont des maillons faibles, transmettant imparfaitement les voeux des populations aux autorités et incomplètement la volonté des autorités dans leurs terres, d’où sans doute le conservatisme qui les caractérise et leur profite. La déprise va remettre en cause cette position.

Prise de conscience et stratégies des élites

28Il convient de distinguer les situations de départ de nos trois régions. En 1870, les Cévennes sont manifestement surpeuplées malgré une décongestion déjà entamée ; la Margeride est plutôt sous-peuplée avec des problèmes de main-d’oeuvre, et le Haut-Vivarais se situe dans une bonne moyenne.

29Le mode de déclenchement de la déprise est également différent. En Cévennes, c’est une crise violente et spectaculaire dès 1850. En Margeride en revanche, le glissement est insensible à partir des années 1900. Cette dernière est une région traditionnelle d’émigration aussi bien temporaire que définitive, considérée comme un régulateur démographique indispensable pour une terre aux possibilités limitées. Dans ce contexte, la prise de conscience de la dépopulation ne peut qu’être difficile et tardive. En Haut-Vivarais, la population augmente jusqu’en 1891 en raison d’une très forte vitalité démographique et ne commence à baisser mais de manière accentuée, qu’à la veille de la Grande Guerre. L’agriculture vivrière du Haut se montre peu sensible aux crises. La déprise du XX° siècle n’est donc pas véritablement motivée par des causes économiques internes.

  • 7 François FABRE, Notes historiques..., op. cit.

30Même si les actions des élites locales ne sont pas forcément conscientes et réfléchies, leur prise de conscience du déclin démographique ne peut que modifier leur comportement. Il faut cependant bien distinguer exode et dépopulation. Il est en effet différent de prendre conscience de l’importance des flux migratoires et de s’alarmer d’une dépopulation en chiffres absolus. L’abbé Fabre, érudit sauguain, peut ainsi écrire sereinement en 1899 : « L’émigration se produit sur une échelle relativement restreinte et le plus souvent par personnes isolées. Quelques jeunes gens mais plus encore les jeunes filles, vont dans les villes se mettre en condition et trouvent là un salaire rémunérateur qu’à Saugues même elles n’obtiendraient jamais »7. L’auteur s’inquiète bien tout de même du déclin des activités annexes de l’agriculture : dentelle, bois..., mais dans l’ensemble, son analyse ne trahit aucun doute sur l’avenir du pays. L’émigration, régulatrice, est jugée bénéfique.

  • 8 René LAMORISSE, La Population de la Cévenne languedocienne, Montpellier, 1975.

31Pour les Cévennes, la prise de conscience du danger de la dépopulation intervient cependant dès les années 1870 face à la véritable débâcle causée par le phylloxéra. Le mouvement est, il est vrai, spectaculaire, concernant des familles entières. Comme le souligne René Lamorisse dans son étude sur la population cévenole, la Grande Guerre survient dans un contexte déjà très défavorables8. Et dans ces vallées à la limite de l’anémie démographique, les pertes causent une désorganisation et un traumatisme bien au-delà de leur seule valeur statistique. Selon ses estimations, entre le recensement de 1911 et celui de 1921, disparaissent 50 % des agriculteurs de moins de 40 ans — coup fatal porté à l’avenir agricole du pays.

  • 9 Archives Départementales de l’Ardèche (ADA), R 119-120.

32Pour le canton de Saint-Agrève, on dénombre 429 morts et disparus, soit 4,3 % de la population présente en 191199. Ce pourcentage s’élève à 5,4 % pour le canton de Valgorge. Paradoxalement, ces pertes importantes ne comptent que pour respectivement 32 % et 30 % de la dépopulation totale pour cette décennie. La guerre, fragilisant les exploitations et désorganisant les circuits de commercialisation, joue bien un rôle d’accélérateur de l’exode. En Haut-Vivarais, c’est à son lendemain que l’on prend conscience du danger de la dépopulation.

  • 10 Serge ARNAUD, Aspects du protestantisme vivarois de 1840 à 1914, Maîtrise d’histoire, Université M (...)

33Le pasteur Soulier, dans la feuille paroissiale Le Lien de Vernoux analysant les données de ses registres paroissiaux, écrit toutefois dès 1909 : « De ces chiffres il résulte que les baptêmes et les naissances n’augmentent pas, que l’on se marie très peu et qu’en revanche on meurt ferme. Résultat évident : une dépopulation croissante de nos campagnes, sensible à qui veut y voir clair et remonter quelques années seulement dans ses souvenirs. Pourtant le pays est sain et pourrait fournir du travail à beaucoup plus de monde »10.

34L’importance des données statistiques apparaît bien dans cette analyse ; c’est un souci d’exactitude, de démonstration par les chiffres qui se généralise sous le Second Empire d’abord, puis véritablement sous la Troisième République, avec l’oeuvre de la Statistique Générale de la France. La dépopulation devient alors sujet récurrent de plainte, d'inquiétude, fonds de commerce politique ou idéologique.

  • 11 Alfred GLEYZE, « Une communauté qui meurt : Loubaresse », Économie et Humanisme, septembre-octobre (...)

35Au-delà de la dépopulation, c’est de la mort du pays que l’on finit par prendre conscience. Sur un ton alarmiste, l’auteur d’un opuscule sur la commune de Loubaresse écrit : « Bien mieux que des chiffres, l’aspect lamentable du village, avec ses maisons en ruine, accuse cette décadence peut-être mortelle : 31 habitations sont abandonnées, toitures crevées ou effondrées, réduites à quelques pans de murs croulants »11. Et l’auteur de dénoncer l'État spoliateur et les reboisements autoritaires. Il est vrai que Loubaresse est un des cas d’exode les plus spectaculaires : pour une base 100 en 1872, la population tombe à 29 en 1936. Ce triste village, accroché à un col venté au-dessus de la vallée de la Baume, à la limite du pays du châtaignier et de celui des herbages, ne s’est pas remis du déclin de la voie muletière.

36Henri Pourrat écrit en 1939 : « Ce qui tue la paysannerie, c’est le sentiment qu’elle a d’être une chose aujourd’hui révolue, un très vieux bateau qui ne prendra plus la mer et d’où les rats s’en vont ». Or, ce sont les élites qui, par leurs discours et leurs écrits, définissent l’image d’une région. Essais, articles dans la presse locale ou régionale, romans régionalistes, s’efforcent alors d’inverser le jugement porté sur la vie montagnarde.

  • 12 Marie MANEN, Pays sacré de nos aïeux, “La Cause”, 1937.

37Les Cévennes offrent l’exemple du retournement le plus spectaculaire, passant du rejet à l’idéalisation nostalgique, forgeant un sentiment identitaire très fort, impuissant toutefois à freiner l’exode : c’est bien plutôt la force de celui-ci qui exacerbe le sentiment identitaire. Une institutrice cévenole, fille de pasteur, met en scène, dans un récit de 1937, un vieux berger qui jette l’anathème sur ses fils émigrés, oublieux des tombes des ancêtres : exemple type de tout un courant qui cherche à faire du maintien au pays des nouvelles générations un devoir sacré — rester « là où le Seigneur les a placés »12.

  • 13 François FABRE, Notes historiques sur la paroisse Saint-Jean Baptiste de Venteuges, Le Puy, Prades (...)

38L’idéal prôné par le clergé catholique est non pas la recherche d’une amélioration de la condition de montagnard mais l’exaltation d’une frugalité sanctifiante. L’abbé Fabre écrit ainsi : « Le paysan, sur ce sol qui est le sien, et à qui il s’attache, vit sobrement, simplement, sans envie, comme vivaient ses pères, et comme vivront ses petits enfants »13. Plus qu’une certitude de la pérennité de ce mode de vie, c’est là un acte de foi, un voeu.

39Dans l’entre-deux-guerres, le clergé catholique du Haut-Vivarais exerce un pouvoir très important encore. Le comportement des habitants est largement modelé par les prêches et les conseils donnés en confession. Les montagnards sont la “réserve” de l'Église, son troupeau le plus obéissant. Mais les sermons sur la dépravation des villes ouvrières, s’ils peuvent inciter à la prudence, ne retiennent sans doute pas les départs : des motivations plus impérieuses dominent.

40Cette culture de frugalité est plus prégnante encore dans le Haut-Vivarais protestant. On respecte à la lettre les paroles des Évangiles et notamment l’enseignement de la Parabole du jeune homme riche : « Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume de Dieu ». Stendhal écrivait dans ses Mémoires d’un touriste que les momistes du Haut-Vivarais étaient les “jansénistes du protestantisme”. Redoutable extrémisme ! Mais on voit bien là se dessiner dans une recherche d’harmonie du paysage et de la pensée, un refus de la modernité matérialiste dans lequel le mode de vie montagnard ne vaut rien, par la mise en place de cultures conservatrices, liées justement à l’impératif de conservation du pays.

  • 14 Pierre CORNU, Une Économie rurale dans la débâcle : Cévenne vivaraise, 1852-1892, Paris, Larousse, (...)

41Le rôle des élites n’est cependant pas que moral ou symbolique14 Dans la conjonction de crises qui frappe les Cévennes dans la deuxième moitié du XIX° siècle, les petits propriétaires se trouvent complètement désemparés, sans moyens financiers ni techniques pour lutter contre les maux qui les assaillent. Dans l’intérieur même des vallées, il n’y a pas de propriétaires assez importants pour mettre en oeuvre des stratégies de lutte ou de reconversion et l’exode se présente comme le seul recours pour les ouvriers sans travail et les cultivateurs ruinés. Les maires eux-mêmes ne peuvent que transmettre au préfet les plaintes de leurs administrés et demander des allégements d’impôts. Ce sont donc des élites extérieures qui vont prendre en main la lutte contre la pébrine ou le phylloxéra. Soit de gros propriétaires possessionnés à la lisière cévenole comme le juge de paix de Joyeuse, Gagnat, sériciculteur lui-même, Léonce Destremx de Saint-Christol, physiocrate passionné et membre du corps législatif, ou encore le frère Serdieu, recteur des Frères de Laurac, pépiniériste avisé et promoteur des vignes américaines ; soit même les autorités de l'État qui dépêchent Louis Pasteur dans la région pour trouver un remède au mal de la pébrine.

42L’écrivain Albin Mazon fait campagne pour que les “propriétaires aisés et instruits” résident dans leurs domaines et conduisent la bataille, montrant le bon exemple aux paysans. Le manque d’encadrement de cette société rurale est dénoncé comme cause de ses maux. Juges de paix, gendarmes et maires sont pourtant constamment utilisés comme relais par les autorités pour diffuser l’information et la faire remonter et même pour distribuer les graines en provenance du Japon afin de combattre la pébrine du ver à soie...

43Au total, l’action des pouvoirs extérieurs à la Cévenne se révèle bien peu efficace pour combattre une crise plus structurelle que conjoncturelle. Il faut noter en outre que la région est considérée comme surpeuplée et que les mesures n’ont pas pour objet d’empêcher une décongestion démographique jugée utile. L’ordre est le souci principal des autorités administratives.

  • 15 Pierre ESTIENNE, Terres d'abandon ? La population des montagnes françaises : hier, aujourd’hui, de (...)

44Un exemple moins dramatique d’action des élites contre la dépopulation est le conflit sur le reboisement et les communaux, enjeu vital pour les micro-propriétaires des pays d’élevage. Le géographe Pierre Estienne écrit : « Il semble bien qu’ils (les forestiers) aient indirectement poussé bien des “brassiers” à l’exode ; mais les grands travaux de restauration qu’ils entreprennent, en bloquant de vastes surfaces, sont presque toujours postérieurs à l’exode rural, les forestiers profitant de l’abandon des terres ou des pacages pour les racheter ou les soumettre au régime forestier. L’antagonisme entre l’administration forestière et la population paysanne est surtout le fait des montagnes sèches où le sort des bois est précaire »15.

45Dans le canton de Saugues, le conflit pour le reboisement et la mise en défens des communaux prend la forme d’une lutte entre gros et petits propriétaires, ces derniers protestant de l’impossibilité qui leur est faite de continuer à vivre de leur petit bétail. Les archives communales et les dossiers des services forestiers révèlent une attitude complexe et ambiguë des élites politiques face à ces projets dans les années 1880 : tantôt porte-parole des paysans, tantôt conciliateurs soucieux de l’intérêt général. A Saugues, on assiste à un jeu subtil fait d’antagonismes réversibles entre petits et gros propriétaires, conseiller général et maires, élus locaux et pouvoirs publics. Lors des élections, on voit naturellement les camps se définir par rapport à cette pomme de discorde. En réalité, ce sont deux modèles socio-économiques qui s’affrontent, l’un fondé sur l’exclusion des petits dont l’Aubrac constitue un bon exemple, l’autre sur leur intégration. C’est une voie moyenne qui est trouvée en Margeride. Mais ce conflit est étendu à toutes les montagnes et implique partout les élus.

  • 16 ADA, 52 J 199, fonds Mazon.

46Un rapport du conservateur des services forestiers au Conseil général de l’Ardèche, daté de 1872, accuse par exemple les maires des communes de la montagne cévenole de faire des certificats de complaisance aux contrevenants en matière de droit forestier, attestant de leur insolvabilité pour éviter les amendes16. On est alors en pleine guerre du reboisement, elle fait un mort à Loubaresse, les éleveurs de moutons et de chèvres refusant de se plier aux limitations draconiennes du droit de pacage fixées par l’administration. Les maires, bien souvent propriétaires modestes et éleveurs eux-mêmes, ne peuvent que défendre le point de vue de leurs administrés. C’est peut-être pourquoi les autorités départementales ne leur font pas une grande confiance, les excluant des jurys de répartition des indemnités par exemple.

47Au total, pour la Margeride, la résistance se révèle en partie efficace ; l’administration des forêts se voit considérablement retardée dans ses projets par des chicanes sans fin et les communaux subsistent avec leurs droits coutumiers bien plus longtemps que partout ailleurs, permettant aux plus humbles de se maintenir encore. Mais les Cévennes souffrent encore une fois du peu de poids de leurs représentants et doivent renoncer aux pâtures d’altitude.

48Il est encore une foule d’actions qui sont menées par les élus ou notables locaux pour lutter contre le dépérissement que l’on ne peut que citer ici. Par exemple, le développement du tourisme. Saint-Agrève profite du développement des “cures d’air” à la mode au début du siècle : l'Annuaire de 1912 recense 8 hôtels et 14 villas pour l’accueil des curistes. Les auteurs locaux font la promotion du pays, le docteur Francus, alias Albin Mazon, pour le Vivarais d’avant 1914 étant sans conteste le plus prolifique.

49Citons encore une initiative particulière, la fondation en 1891 de la “Société de Sauvetage” par le pasteur Rey d’Annonay pour le placement de pupilles dans les familles protestantes de la montagne qui trouvent là un appoint financier non négligeable et faisant ainsi du haut pays une pépinière de petits protestants, élevés par des nourrices mystiques et néanmoins mercenaires...

  • 17 François FABRE, Notes historiques sur la paroisse de Cubelles près Saugues, Le Puy, Prades-Freydie (...)

50Les élites n’agissent toutefois pas seulement dans un sens de restriction de l’exode. Il leur arrive aussi de le susciter ou de l’orienter. Tout en mettant en garde leurs ouailles contre les migrations ouvrières, les membres du clergé catholique font la promotion d’un autre type de migration : la carrière religieuse. L’abbé Fabre note avec contentement à propos de la paroisse de Cubelles qu’« on y remarque de patriarcales familles où la piété et les vocations religieuses et sacerdotales y sont de tradition. Cette modeste paroisse, 395 habitants au recensement de 1901, s’honore en effet de compter aujourd’hui parmi ses enfants huit prêtres, cinq ou six frères et un nombre encore plus grand de religieuses de tous ordres »17. C’est là une politique constante de l'Église catholique que de recruter ses “cadres de base” dans les bastions montagnards, non pollués par l’esprit raisonneur du siècle — c’est avec la foi du charbonnier que l’on fait les missionnaires les plus résolus.

  • 18 François FABRE, Monographie de la paroisse de Saint Préjet, Le Puy, L’Avenir de la Haute-Loire, 19 (...)

51L’auteur de l’ouvrage cité sur la commune de Loubaresse révèle bien les mécanismes concrets de cette “migration religieuse” : « Vers 1890-1895, les Frères recrutèrent dans la commune une vingtaine de jeunes garçons de douze à quatorze ans. Presque chaque famille en fournissait un, quelquefois deux, un peu par conviction, un peu par intérêt : l’enfant, disaient-ils, portera la sainte robe... et s’il quitte les Frères, il partira instruit, et cela n’aura rien coûté ». Plus largement, les maristes notamment recrutent dans toute la montagne ardéchoise, proposant aux cadets déshérités une carrière dans l'Église, comme instituteur principalement, après une formation au séminaire de Viviers. Très souvent, on fait jouer les liens de famille : tel oncle entré chez les Frères revient débaucher ses neveux, faisant apparaître ainsi des familles spécialisées dans les vocations sacerdotales. Mais les lois de 1905 portent un coup au système. L’auteur note que l’établissement dans les ordres est aussi une solution pour les filles, en concurrence cependant avec la fonction d’institutrice laïque. L’abbé Fabre pense du reste avoir motif à se plaindre de l’influence de l’école laïque qui selon lui réduit les vocations religieuses — preuve que l’enseignement est la clé de l’influence des élites religieuses sur les populations18. Ce système se maintiendra cependant longtemps encore : Pierre Estienne, dans une étude de 1958, estime les vocations religieuses à près de 10 % du total des migrants du pays de Saugues.

  • 19 ADA, 52 J 199, fonds Mazon, monographie de l’usine de Lafarge, 1878.

52Lorsque la migration s’avère inévitable et que le candidat n’a vraiment pas la vocation sacerdotale, l'Église a également le souci de l’orienter. Les curés des paroisses du plateau ardéchois jouent ainsi, dans l’entre-deux-guerres, le rôle de “rabatteurs d’ouvriers” pour les entreprises du patronat catholique : les montagnards sont recherchés, comme jadis sur les marchés d’embauche des journaliers car ils sont travailleurs et nullement revendicatifs ; l’exemple-type étant les usines Lafarge, installées dans la vallée du Rhône. En 1878, l’entreprise édite une véritable profession de foi, vantant ses usines où l’on fait obligatoirement maigre à la cantine le vendredi, où les dortoirs sont surveillés et où se trouvent toujours une chapelle et un desservant. Et comme il est précisé dans une phrase délicieuse, « dans ces établissements, l’ouvrier jouit d’une grande liberté ; tout lui est permis, sauf le mal »19.

53Ce long développement sur le rôle des élites religieuses dans l’encadrement de la migration ne doit pas faire oublier que les élites politiques, et particulièrement les élites “foraines”, jouent également un rôle important dans la mise en place de réseaux d’émigration. A la manière des Auvergnats de Paris, les Ardéchois de Lyon ou les Sauguains de Clermont accueillent les nouveaux migrants issus de leurs parentés ou recommandés par les élus locaux. Tradition maintenue si l’on considère l’action de Jacques Dondoux, actuel conseiller général de Saint-Agrève, président de la Caisse Nationale des Télécommunications, professeur à Paris IX-Dauphine, pour aider les jeunes migrants souhaitant s’installer dans la capitale — même les darbystes qui ne votent pas !.

  • 20 ADA, 10 M 225.

54On pourrait citer, plus marginalement, l’aide apportée par les autorités municipales pour faciliter l’émigration vers l’Algérie — ainsi le maire de Casteljau, commune de la lisière cévenole, qui appuie la demande des candidats à la migration, argumentant sur les destructions liées au phylloxéra et à la pébrine qui réduisent les cultivateurs à l’ultime nécessité20.

55Il faudrait enfin mentionner le rôle indirect et cette fois négatif des élites du protestantisme dissident : les divisions et excommunications mutuelles entre pasteurs sont telles que la société rurale tout entière en est fragilisée, incapable de supporter l’éclatement des solidarités et le cloisonnement d’un groupe déjà trop étroit. Les tièdes et les exclus sont contraints à migrer, quittant l’atmosphère oppressante induite par ces querelles de chapelle, et l’endogamie atteint un stade critique.

56Il n’apparaît cependant pas que ces actions aient jamais pu augmenter le flux d’un exode qui se nourrissait d’autres causes. Elles avaient davantage pour objet de maintenir le migrant dans le fil des valeurs défendues par les autorités morales de son pays natal, et si possible de le contrôler encore à distance. Car les élites sont effectivement menacées directement par la dispersion de leurs obligés.

Montagnes forteresses et montagnes déserts

57Faire le bilan comptable de l’action des élites sur la déprise est chose impossible : trop de paramètres entrent en ligne de compte. On peut cependant observer les chiffres de la dépopulation et tenter de dégager quelques hypothèses. Pour une base 100 en 1872, l’indice pour 1936 se situe à 78 pour Saugues, 67 pour Saint-Agrève et 43 seulement pour Valgorge alors que l’exode était déjà bien entamé en 1872.

  • 21 Robert SABATIER, Les Noisettes sauvages, Paris, Albin Michel, 1974.

58On ne peut que constater la grande force d’inertie des “démocraties de petits propriétaires”, capables d’encaisser les dépressions les plus graves en se serrant la ceinture et en se repliant sur les activités vivrières — sauf dans le cas des Cévennes, trop engagées dans l’économie d’échanges et fragilisées par un endettement généralisé. Il semble qu’en Margeride surtout, 1’évolution démographique ne suit pas le réel déclin économique. Le bourg de Saugues résiste étonnamment bien, tant pour le nombre d’habitants (indice 88 en 1936 pour une base 100 en 1872) que pour celui, proprement incroyable, des boutiques, débits de boisson et ateliers divers (243 adresses au total dans l'Annuaire de 1939). Robert Sabatier peut ainsi présenter dans son roman Les Noisettes sauvages, situé dans les années trente, un bourg de Saugues animé, sans indice de déclin, stéréotype d’une France rurale immuable21. Sans doute, ne se révèle-t-il pas un observateur très lucide : la dépopulation a commencé à prendre une pente inquiétante, les paysans alentours sont de moins en moins nombreux à tenir leur étal sur le marché hebdomadaire et bien des boutiquiers doivent s’ennuyer ferme derrière leur comptoir.

  • 22 Pierre ESTIENNE, Terres d’abandon ?..., op. cit.

59Pierre Estienne, autrement mieux documenté, note cependant que c’est une règle générale pour toutes les montagnes françaises menacées par l’exode rural, que les cantons centrés sur un bourg important déclinent moins vite que les autres et que le bourg lui-même se maintienne plus longtemps que les communes alentour22. Il attribue cette meilleure résistance à la multiplication des emplois de service : percepteurs, instituteurs voire professeurs de collège, médecins, commerçants..., et donc au maintien d’une certaine catégorie d’élites. Le canton de Valgorge, cloisonné et, qui plus est, mal découpé dont le chef-lieu n’est qu’une constellation de hameaux, en apporte la preuve a contrario.

60Dans le canton de Saint-Agrève, les communes protestantes résistent mieux à l’exode que les communes catholiques, notamment le cas emblématique de la commune de Mars : la paroisse catholique de Saint-Romain-le-Désert décline tandis que la paroisse protestante du chef-lieu se maintient. Au total, seules les communes à forte implantation protestante conservent en 1936 75 % et plus de leur population de 1872.

61La présence des élites institutionnelles est normalement peu sensible à la conjoncture, même aux mouvements démographiques. Mais la dépopulation est telle dans le canton de Valgorge qu’elles sont elles aussi touchées. Le poste de juge de paix est vacant au lendemain de la Grande Guerre et ne sera finalement pas pourvu : le canton est rattaché à la justice de paix de Largentière. De deux études notariales dans les années 1880, on passe à une à la veille de la guerre ; et l'Annuaire départemental de 1931 ne donne plus de nom... Le canton, à l’évidence, ne dispose plus des élites nécessaires à sa bonne administration ; il est donc géré de l’extérieur. Or, tomber dans l’orbite d’un centre éloigné, c’est se condamner à n’être que périphérie délaissée et à décliner encore.

62En élargissant un peu l’horizon, on constate que la Margeride et le Haut-Vivarais sont parmi les régions du Massif Central qui ont le mieux et le plus longtemps résisté à la déprise et qu’elles sont aussi les régions les plus conservatrices sur le plan économique, social, religieux, politique... Il existe donc à l’évidence une corrélation entre ces deux variables, bien qu’elle soit difficile à saisir et davantage encore à démontrer. Et si elle ne tient pas à un quelconque déterminisme du sous-sol, il faut bien alors qu’elle soit le résultat d’un choix humain : celui de la mise en place de mécanismes conservatoires, de l’invention d’un conservatisme salvateur.

63C’est là le paradoxe des montagnes : on y observe une faiblesse numérique et une médiocrité économique et culturelle du groupe des élites mais une prolongation du “temps des notables” bien au-delà du reste du pays. Les montagnes se figent dans leur organisation traditionnelle faute de pouvoir l’adapter. Elles se voient assigner un rôle sans plus de fondement économique : tenir le pays pour ceux qui reviennent, être un refuge, un conservatoire des valeurs pour vivifier régulièrement les rameaux poussés au loin à l’image des rassemblements annuels des darbystes au Brus ou des réformés au Musée du Désert. Ce qui rejoint l’idéologie réactionnaire d’Henri Pourrat selon laquelle les paysans et mieux encore les Auvergnats, sont à l’origine de toute chose, fournissant des enfants sains à la nation et gardant son âme...

64A la fin du processus de déracinement, on constate une dissociation de l’ancrage symbolique et de la localisation réelle, permettant aux élites de garder une part de leur emprise et aux migrants de préserver leur identité : un Ardéchois de Lyon n’est pas un Lyonnais. La Deuxième Guerre mondiale, avec l’afflux des réfugiés, est l’occasion de vérifier l’importance de ces liens entre haut pays et diaspora.

65Il devient cependant difficile de garder l’adjectif local : les élites de telle ou telle communauté montagnarde, celles qui ont véritablement un rôle d’encadrement, de direction, de modèle, sont ailleurs, présentes selon d’autres modalités que la simple résidence.

66Dans L’Homme à la bêche publié en 1941, Henri Pourrat écrit : « Quelquefois..., c’a été dommage que tel domaine disparaisse. La vie des campagnes autour a pu en paraître plus sordide. Un domaine, c’était la maison où la dame montrait à ravauder et à entretenir les hardes, à faire une soupe de raves bien blanchie au lait, à mettre le salé dans les jarres : cent recettes qui ne demandent que du soin. Aux servantes, aux enfants, elles apprenaient quelques prières, des contes, des chansons pieuses, et ce qui forme le coeur ». On pourrait sourire ou s’offusquer de ce regret du temps des maîtres mais c’est une réalité profonde qui est évoquée là — une société sans élite est une société malade. En témoigne la misère morale des personnages de L'Épervier de Maheux de Jean Carrière. Les élites ne sont pas seulement comme dans une vision marxiste étriquée, les parasites du travail. Elles assument, dans un contrat tacite et sans cesse amendé au gré des rapports de force et des nécessités du moment, un rôle essentiel de médiation, de coordination, d’incarnation de valeurs également — ce qui explique que la fortune ou le poids économique, pour être des conditions nécessaires à l’appartenance au cercle des élites, ne sont pas suffisantes. Il ne suffit pas d’être le plus riche propriétaire pour dominer la communauté, il faut encore tisser des liens, se créer des obligés comme les notaires savent si bien le faire, se rendre nécessaire en fait pour assumer réellement et valablement cette charge.

67La disparition des élites du milieu “rural profond” paraît résulter autant de leur propre démission que de leur déchéance imposée par la révolution des rapports sociaux induite par l’ouverture intérieure du pays où tout se fluidifie, dans une circulation universelle et accélérée des hommes, des choses, des idées. Mais là où les élites étaient solidement implantées et où elles ont conduit un véritable travail de résistance, élaborant, sur un socle religieux le plus souvent, une culture du maintien au pays, donnant un sens à ce maintien, elles ont pu préserver jusqu’à la fin de la Troisième République au moins, une partie de leur emprise, même si elle n’ont pas pu empêcher le déclin démographique.

68L’étude de ces trois cas de déprise et du rôle des élites dans leur déroulement n’a certes pas permis de mesurer précisément leur influence mais elle a assez nettement démontré que cette influence n’était pas du tout négligeable, la preuve a contrario étant fournie par le cas de la Cévenne vivaraise. L’hypothèse d’une mise en place d’un conservatisme montagnard par des élites locales menacées dans leur assise par l’érosion démographique, mérite donc pour le moins d’être approfondie.

Notes

1 François FABRE, Notes historiques sur Saugues, Saint-Flour, Boubounelle, 1899.

2 Archives Départementales de la Haute-Loire (ADHL), 4 M 74.

3 ADHL, V dépôt 3 Grèzes, compte-rendu de visite pastorale.

4 Christian MAILLEBOUIS, « Les Momiers », Les Cahiers du Mézenc, 1993, no 5, p. 15-24.

5 ADHL, 5 Mbis 5.

6 Auguste ROUVIER, Sablières. Dix ans de gestion municipale, 1925-1935, Lyon, Le Nouvelliste, 1935.

7 François FABRE, Notes historiques..., op. cit.

8 René LAMORISSE, La Population de la Cévenne languedocienne, Montpellier, 1975.

9 Archives Départementales de l’Ardèche (ADA), R 119-120.

10 Serge ARNAUD, Aspects du protestantisme vivarois de 1840 à 1914, Maîtrise d’histoire, Université Montpellier III, 1985.

11 Alfred GLEYZE, « Une communauté qui meurt : Loubaresse », Économie et Humanisme, septembre-octobre 1943.

12 Marie MANEN, Pays sacré de nos aïeux, “La Cause”, 1937.

13 François FABRE, Notes historiques sur la paroisse Saint-Jean Baptiste de Venteuges, Le Puy, Prades-Freydier, 1899.

14 Pierre CORNU, Une Économie rurale dans la débâcle : Cévenne vivaraise, 1852-1892, Paris, Larousse, 1993.

15 Pierre ESTIENNE, Terres d'abandon ? La population des montagnes françaises : hier, aujourd’hui, demain, Clermont-Ferrand, IEMC, 1988.

16 ADA, 52 J 199, fonds Mazon.

17 François FABRE, Notes historiques sur la paroisse de Cubelles près Saugues, Le Puy, Prades-Freydier, 1901.

18 François FABRE, Monographie de la paroisse de Saint Préjet, Le Puy, L’Avenir de la Haute-Loire, 1904.

19 ADA, 52 J 199, fonds Mazon, monographie de l’usine de Lafarge, 1878.

20 ADA, 10 M 225.

21 Robert SABATIER, Les Noisettes sauvages, Paris, Albin Michel, 1974.

22 Pierre ESTIENNE, Terres d’abandon ?..., op. cit.

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search