Version classiqueVersion mobile

Élites et pouvoirs locaux

 | 
Bruno Dumons
, 
Gilles Pollet

Troisième partie. Pouvoirs industriels et notables ruraux

Élites locales et réseaux migratoires : l’exemple du Queyras au xix° siècle

Anne-Marie Granet-Abisset

Texte intégral

  • 1 Philippe VIGIER, La Seconde République dans la région alpine, Paris, PUF, 1963 ; Philippe VIGIER, E (...)
  • 2 Habitant un pays pauvre dans un département pauvre !

1Lorsque dans ses deux ouvrages sur la région alpine1 Philippe Vigier dépeint les Hauts-Alpins, et parmi eux les Briançonnais2, il nous renvoie l’image d’habitants nécessiteux, majoritairement inscrits dans le cadre de la micro ou de la petite propriété où émergent quelques rares et très médiocres notables. Selon lui, l’émigration est le seul recours trouvé par cette population pour faire face à la situation de précarité qui la caractérise.

  • 3 Puisque nous centrons notre étude sur le XIX° siècle, nous retenons la définition du Queyras histor (...)

2Doit-on s’étonner alors du titre proposé ? Il peut sembler audacieux de vouloir parler d’élites locales à propos du Queyras, ce modeste territoire de 437 km2, véritable bout du monde, coincé à la frontière italienne entre l’Ubaye et le Briançonnais dont les sept villages3 s’étagent entre 1.400 et 2.000 mètres d’altitude. Audacieux aussi notre choix de relier la notion d’élites locales à celle de réseaux migratoires. En effet, cette expression, loin de renvoyer à la vision d’un flux inexorable de migrants de la nécessité qui a fait les beaux jours de l’exode rural, pose au contraire une conception dynamique des migrations et sous-entend une réelle gestion de ces dernières. La contradiction n’est qu’apparente. En associant ces deux expressions, nous voulons contribuer à relire la nature des migrations en Queyras et celle de ces sociétés rurales de montagne.

3Deux axes conduisent cette réflexion. Définir ces élites est notre première piste. Il faut toutefois en relativiser la dimension puisque nous nous situons dans le cadre d’un territoire de montagne et d’une société définie comme paysanne. C’est autour du thème de la gestion des migrations par les familles aisées que s’organise notre deuxième point. Son corollaire indissociable réside dans l’interrogation à propos de la gestion du pays par ces mêmes familles et du maintien, par delà le départ, de leur emprise sociale. Notre approche ne s’inscrit pas dans ce que l’on a coutume d’appeler la démarche proposographique. Cependant pour tenter de mesurer cette réalité sociale, nous étayons nos propos par des exemples issus de recherches menées sur des généalogies familiales, mêlant les mémoires écrites et orales aux archives plus classiques.

  • 4 Nous nous appuyons pour ce faire sur les résultats de nos recherches : Anne-Marie GRANET-ABISSET, L (...)
  • 5 Anne-Marie GRANET-ABISSET, « La mobilité des sociétés alpines : images et réalités d’une occultatio (...)
  • 6 Laurence FONTAINE, Histoire du colportage en Europe, Paris, Albin Michel, 1993 ; Jon MATHIEU, « Mig (...)

4Pour bien comprendre les éléments qui vont suivre, il est nécessaire de rappeler brièvement trois éléments, caractérisant à la fois les migrations et les Queyrassins qui vivent ces migrations4. Avec le Queyras, nous nous situons dans le cadre d’une société de la mobilités5. Loin des images d’immobilisme voire d’immobilité, de renfermement et de manque d’ouverture vers l’extérieur, battues fort heureusement en brèche par les recherches récentes6, les sociétés alpines inscrivent au contraire la mobilité au centre de leur mode de vie. Les migrations appartiennent à un phénomène de la très longue durée dont on trouve les racines dès la fin du Moyen-âge même si, bien évidemment, les rythmes, la nature des migrations comme leur intensité ont beaucoup varié. Intégrées dans le mode de vie, ces migrations sont véritablement constitutives de la mémoire et de l’histoire des Queyrassins. N’y voyons pas une spécificité remarquable mais le rapprochement avec une réalité commune aux hautes vallées alpines. Les différentes recherches en micro-histoire de part et d’autre des frontières confirment cette tendance lourde.

5La deuxième caractéristique intéresse la nature des migrations. Contrairement aux traditions orale et écrite qui ont ancré pour des générations l’image du migrant de la désespérance, les migrations en Queyras sont, pour la période retenue, des migrations de la réussite. Ce ne sont pas les familles les plus nécessiteuses qui prennent la route pour constituer ces flots de migrants descendus de la montagne à la recherche d’un pain quotidien plus accessible mais bien les familles les plus préparées, celles dont les assises sociales sont les plus affirmées. Loin d’être un homme seul et nécessiteux, le candidat migrant dispose au contraire d’un capital familial, culturel et économique et il s’insère dans des réseaux non officiels mais tout à fait solides.

  • 7 Les Escartons (sens premier : écart et répartition) correspondent à cette organisation issue d’une (...)

6Une dernière remarque enfin. Elle concerne une autre image popularisée par la littérature, les érudits mais aussi les historiens. C’est la vision idéalisée et nostalgique des républiques égalitaires, ou celle plus noire de démocratie de la misère. Derrière l’apparente uniformité des modes de vie et le faible écart des ressources, derrière la médiocrité partagée, c’est au contraire une société parfaitement hiérarchisée à laquelle nous avons à faire, que la tradition des Escartons7, ou la lecture ciblée de certaines archives a pu masquer.

Faire partie de l’élite ?... une réalité à découvrir

7Le principe de l’existence d’une élite au sein de ces communautés alpines étant posé, quelques traits nous font mieux cerner l’allure ces notables. Sont-ils ces médiocres personnages de peu d’envergure dont parle Philippe Vigier ? Quelle définition et quels critères d’appartenance pouvons-nous établir, tout en sachant que nous nous situons dans un autre registre que celui des notabilités urbaines ou industrielles évoquées par les autres communications ? Une première interrogation porte sur leur situation. S’agit-il des notables vivant dans le Queyras ou doit-on prendre en compte seulement ceux issus de la migration réussie ? En réalité cette question n’a guère d’objet dans la mesure où plus que les individus pris isolément, nous raisonnons sur des familles. Suivre les familles sur plusieurs générations, c’est-à-dire sur un XIX° élargi, a davantage de sens. En effet, cela correspond à la réalité sociale du Queyras où les familles sont inscrites très anciennement dans un système migratoire.

Des professions attendues, fonctionnaires, professions libérales mais aussi des commerçants

  • 8 Nadine VIVIER, Le Briançonnais rural aux XVIII° et XIX° siècles, Paris, L’Harmattan, 1992.
  • 9 Si l’on suit les critères retenus, c’est-à-dire la participation aux assemblées politiques départem (...)
  • 10 Archives Départementales des Hautes-Alpes (ADHA), 3M 67-81 (1831-1848).

8Si l’on reprend les propos de Philippe Vigier et après lui de Nadine Vivier8, les élites locales qu’ils recensent à travers les listes électorales de la Monarchie de Juillet, sont à la fois peu nombreuses et très médiocres. Ils se regroupent tous dans le corps des professions libérales et de certaines fonctions publiques comme juge de paix ou percepteur9. C’est le cas d’Antoine Puy, l’unique notable répertorié par Philippe Vigier. Il est en effet le seul électeur répertorié pour les élections départementales en 183110. S’arrêter sur cet exemple est d’autant plus pertinent que nous avons travaillé sur la longue durée sur cette même famille Puy. Elle servira de référent à la plupart de nos propos. Antoine Puy, posant ici dans sa tenue de juge de paix, a été fixé par un photographe de Tours selon les normes de l’époque. Le cliché date vraisemblablement des années 1870. Comme sur les portraits que se faisaient dresser les membres de la bourgeoisie, la personne photographiée l’est ici en pied, revêtue de ses attributs identificateurs (le costume, la coiffe, les livres de la loi). Né en 1816 à Château-Queyras, il est comme son père Simon Puy, notaire et juge de paix dans ce village. Sa tenue comme son allure veulent en imposer. La surprise vient de la signature du cliché par un photographe de Tours. S’agit-il d’un de ces photographes ambulants qui parcourent les villes et les villages pour ancrer sur la pellicule les moments de la vie familiale et collective ? La date du cliché semble pourtant trop précoce. En réalité, Antoine Puy s’est vraisemblablement fait tirer le portrait lors d’un séjour chez des membres de sa famille, installés comme commerçants dans la région de Tours (sa soeur à Saumur et sa fille à Tours).

  • 11 ADHA, Archives du notaire Puy, 1E 6759-6778 et 1E 7375-7381.
  • 12 ADHA, 1M 24. A plusieurs reprises, le préfet le signale comme un prêteur aux tarifs “élevés”. Le ta (...)
  • 13 ADHA, Archives de l’Enregistrement, II Q 4.30, Aiguilles (1836-1847).
  • 14 Deux consuls sont élus annuellement et doivent assumer la gestion de l’escarton. Une lourde respons (...)

9Le cumul des fonctions de juge et de notaire en fait un pivot du règlement des affaires privées de son village comme des villages environnants. La lecture attentive des actes qu’il dresse11, montre qu’il joue aussi le rôle de banquier auprès d’un certain nombre de familles12. Celles-ci gagent sur leur patrimoine foncier les emprunts faits pour le règlement des successions ou les avances consenties en matière de rachat du mauvais numéro lors de la conscription. La pratique est courante pour quelques chefs de famille rapidement identifiables, parmi les plus dotés en terres, qui trouvent dans cet usage le moyen d’arrondir leur patrimoine foncier13. Comme les autres, Antoine Puy ne réduit pas ses investissements à son village ou à sa vallée. Il effectue un certain nombre de transactions mobilières et immobilières dans les villes des avant-pays, notamment à Marseille. Il assoit enfin sa position en occupant des responsabilités officielles. Conseiller d’arrondissement entre 1871 et 1889, il régit plusieurs années durant, la magistrature communale. Son fils aîné, Simon, lui succède sur l’ensemble de ses charges publiques et privées. Occuper des fonctions officielles fait partie de la tradition familiale, puisque les membres de cette famille acceptaient aussi souvent que possible les fonctions de consuls dans le cadre des Escartons14. En outre, observer le parcours professionnel des différents membres de la lignée est fécond. La transmission de la fonction principale, celle de notaire, est réservée comme il se doit au fils aîné. Les autres fils embrassent d’autres activités, professions libérales ou commerce. L’exemple de la génération d’Antoine Puy rendra nos propos plus explicites.

  • 15 ADHA, Passeports et visas de sortie, 4M 81 (1822-1944).

10Antoine Puy (1816-1903) se marie à Suzanne Eymeoud, issue d’une famille de Molines, bien dotée foncièrement, qui occupe de manière récurrente les fonctions de consuls. Il est l’aîné d’une nombreuse fratrie (10 enfants dont 4 morts en bas âge). Son premier frère cadet, Jean-Nicolas (1818-1891), épouse Marguerite Eymeoud, la soeur de Suzanne. Percepteur à Château pour l’ensemble du Queyras, il s’installe au bout de quelques années à Toulon. Selon les recensements ou les actes de l’état-civil où il intervient comme témoin, le deuxième frère, Simon Mathieu (1824-1875) est praticien, légiste ou négociant. En 1854, son passeport indique qu’il émigre vers le Pérou avec deux associés queyrassins15. Les deux soeurs cadettes, Marie-Marguerite (née en 1834) et Marguerite-Antoinette (1836-1910), se marient avec des commerçants, originaires de Château-Queyras, installés en Touraine : Saumur puis Tours. Les alliances matrimoniales avec les familles Eymeoud, Pellissier puis Bourcier se perpétuent au cours des générations suivantes.

  • 16 Inventaire des Archives de la vallée du Queyras (1343-1814), série E 355 à 529.
  • 17 Souvent inférieures à 100 francs et la plupart de l’ordre de 30 à 50 francs et remboursables dans u (...)
  • 18 Anne-Marie GRANET-ABISSET, « Entre scolarisation et autodidaxie, les Alpes briançonnaises », Histoi (...)

11D’autres familles partagent avec les Puy les mêmes professions, le même niveau de revenus, les mêmes modes de vie. Apparaissent ainsi par villages une série de lignées qui monopolisent les charges de notaires. Il faut souligner la vitalité de l’activité notariale jusqu’au XIX° siècle dans ces villages16. Les principaux ont régulièrement un à deux notaires déclarés sans compter les familles qui temporairement assurent cette fonction. S’adresser au notaire fait partie des habitudes, même pour des successions très modestes ou des engagements minimes d’argent17. Le Queyrassin, comme son homologue briançonnais, est procédurier. Les érudits locaux comme les administrateurs qui ont à faire à lui, lui reconnaissent en général cette qualité ! Si dans les sociétés traditionnelles, le poids de l’oral est prégnant et les transactions souvent conclues verbalement, les sociétés briançonnaises et queyrassines recourent à l’écrit de manière extrêmement régulière. C’est, à notre sens, le fait de la très ancienne maîtrise de l’écrit18.

  • 19 Camille BLANCHARD, Une Famille queyrassine. Notes sur les Berthelot. Contribution à l’histoire du B (...)
  • 20 Philippe VIGIER, Essai sur la répartition de la propriété foncière..., op. cit.
  • 21 ADHA, F 2293, Papiers Richard-Calvé. Il détient, entre autres, auprès de ses concitoyens, 39.000 fr (...)

12Parmi ces lignées de notaires, citons la famille Vasserot d’Aiguilles, les familles Martin ou Berthelot d’Abriès. Camille Blanchard, un descendant des Berthelot, a fait une étude généalogique et suivi le parcours professionnel des différentes branches19. Cette famille qui assume sous l’Ancien régime les charges de châtelain et plus durablement celle de notaire, est également bien implantée à Briançon. Elle ne figure pourtant pas parmi les notables « encore plus tarés que ceux de Séderon » que relève Philippe Vigier20. Alliée aux Berthelot, la famille Richard-Calvé n’apparaît pas davantage. Cette famille qui doit ses revenus essentiellement au négoce, occupe pourtant des fonctions politiques départementales au début du XIX° siècle. Le livre de raison de Biaise Richard-Calvé, notaire et surtout marchand, permet d’en mesurer sa fortune21. D’autres archives, comme ces requêtes effectuées par des membres du village pour des recommandations professionnelles, montrent comment cette famille se réserve durablement les fonctions politiques municipales (au moins) au cours du XIX° siècle.

  • 22 Lors des recensements de la première moitié du XIX° siècle, il se déclare le plus souvent propriéta (...)
  • 23 ADHA, 3M 4-14 (1802-1811) et 3M67-81 (1831-1848). Encore n’est-il pas toujours recensé sur les list (...)
  • 24 Philippe VIGIER, Essai sur la répartition de la propriété foncière..., op. cit.
  • 25 Aristide ALBERT, « Les Queyrassins négociants », Bulletin de la Société d'Études des Hautes-Alpes, (...)
  • 26 Dans ce canton, les plaintes concernant l’usure sont faibles. Si ce phénomène existe incontestablem (...)
  • 27 Originaires d’Aiguilles. La pratique usuraire des prêts d’argent entre associés est connue à traver (...)
  • 28 Siège de l’Archevêché, cette bourgade est située à mi distance entre Briançon et Gap.

13On peut se déclarer uniquement propriétaire foncier et néanmoins ne pas être un paysan besogneux et précaire. Étienne Falque, de Ville-Vieille, est un des clients les plus assidus d’Antoine Puy22. Il joue, lui aussi, le rôle de banquier et agrandit régulièrement son patrimoine foncier par le jeu des avances et des créances. Il investit hors du Queyras et diversifie ses revenus mobiliers. Toutefois, il n’est qu’un de ces électeurs23 dont Philippe Vigier déclare qu'il « montre dans le domaine politique comme dans tous les autres me indolence et une apathie, un manque d’esprit novateur qui resteront jusqu’à nos jours caractéristiques de cette région »24. Pourtant une branche de la famille est, d’après Aristide Albert, à l’origine du vaste mouvement des américains d’Aiguilles25. Plus directement, un descendant d'Étienne Falque crée, à la fin du XIX° siècle, les magasins à succursales multiples en épicerie, à l’enseigne du Lion d’Arles. La fonction de prêteur d’argent, finalement très courante, n’est essentiellement perceptible qu’à l’aide des registres notariés26. Une famille, les Bonniard27, en fera officiellement son métier après avoir successivement et parfois de manière concomitante, monté des maisons de commerce à Cannes, des fabriques (féculerie, textile) à Briançon et enfin une de ces banques locales dans la deuxième moitié du siècle, à Embrun28. Elle ne faisait alors qu’appliquer sur une échelle plus vaste des pratiques de prêts d’argent à des particuliers voisins ou à des associés.

  • 29 Il se déclare parfois rentier lors des recensements. Il n’est pas inscrit sur les listes électorale (...)
  • 30 ADHA, 1J 255, lettre du 14 décembre 1814.

14Un dernier exemple significatif émane de la famille Carilhian de Château-Queyras. Grâce à une série d’archives privées, notamment une correspondance couvrant les années 1809-1830, on suit très précisément les relations entre Antoine Carilhian, étudiant en médecine à Paris, et son père Victor-Antoine, propriétaire foncier, demeurant à Château-Queyras29. Lettres-récit, lettres d’entretien mais aussi lettres d’affaires, tels sont traits de cette correspondance riche et détaillée. Ce corpus fournit uniquement les lettres d’Antoine mais à travers la teneur de ses propos, on devine ceux de son père. A Paris, Antoine Carihlian rencontre régulièrement un certain nombre de compatriotes du Briançonnais et du Queyras, notamment son cousin libraire, avec lequel d’ailleurs il a quelques déboires pour obtenir les livres qui lui sont nécessaires pour ses études. Il écrit souvent à son père pour qu’il intervienne auprès de ce cousin. Ainsi apprend-on que Victor-Antoine, le père, est un des créanciers du libraire. Antoine Carilhian requiert aussi l’aide de son père pour se faire introduire auprès de personnalités susceptibles de l’aider dans ses études et sa future carrière. « M. Ferrus est la meilleure protection que j’ai ici à Paris. Il s’intéresse beaucoup à moi et a promis de me diriger dans mes études (...) M. Bertrand d’Embrun est beaucoup estimé du docteur Ferrus. Aussi je te prie de me faire recommander à lui par ce premier. Tu es assez bien avec lui pour obtenir une lettre de sa part pour M. Ferrus. J’ai remis la lettre de M. Allard à M. Bayle. Ce M. est à peu près de l’humeur de M. Fournier de Grenoble ; il m’a bien accueilli et m’a dit que lorsqu’il pourrait m’être utile, il ne s’épargnerait pas »30. A travers cet extrait ainsi que lors des différents courriers où le jeune Carilhian rend compte à son père des différentes personnes auxquelles il est allé présenter ses civilités, on s’aperçoit que Victor-Antoine est loin d’être un homme passif et sédentaire dans son village. Il est en relations d’amitié ou d’affaires avec un certain nombre de notables, économiques ou politiques, du Dauphiné (Grenoble, Briançon) mais aussi de Lyon et Paris.

15On pourrait accumuler les exemples successifs mais ce catalogue n’apporterait qu’une confirmation des éléments ressortant de ces quelques exemples. Voilà donc posés les grands axes caractérisant ces élites locales. Toujours propriétaires fonciers, ils occupent des offices, des professions libérales et surtout se créent avec les activités commerciales des revenus avantageux. On s’éloigne alors de l’image du paysan médiocre. Partant, la famille Puy loin d’être l’exception, est au contraire l’archétype de ces familles de notables dont l’existence a été jusqu’à présent ignorée.

Une règle générale : la pluriactivité

16La famille Puy est représentative de ces élites locales. Elle l’est, nous l’avons vu, par le type de professions qui caractérise habituellement les élites locales. Même si on peut imaginer que le volant d’activités est en relation avec les villages, c’est à dire modeste, il faut rappeler qu’au cours du XVIII° et du XIX° siècles, ces villages, malgré une décrue engagée, ont une population moyenne de l’ordre de 600 à 1.000 habitants recensés. Pour ces communes de montagne, le chiffre est d’importance.

  • 31 Commune des Hautes-Alpes, située en Oisans, au pied du col du Lautaret, versant isérois.
  • 32 Pratiquée directement ou par l’intermédiaire de domestiques.
  • 33 La période des travaux agricoles dure au maximum cinq mois. S’y ajoutent d’autres activités hiverna (...)
  • 34 Dans le cas des Guérin comme pour bien d’autres de ces familles constituant ce que nous appelons le (...)

17En second lieu, l’exemple des Puy reflète l’organisation économique et sociale des familles qui permet justement à ces villages, apparemment déshérités, d’entretenir une population importante. La caractéristique essentielle à retenir est la généralisation de la pluriactivité. Il n’y a rien d’original dans cette affirmation. Ce qui est remarquable en revanche, c’est la gestion familiale de cette pluriactivité. Encore une fois, l’exemple des Puy permet de modéliser cette description. Propriétaires fonciers substantiels, Simon Puy et après lui son fils Antoine cumulent les charges de juge de paix et de notaire. Avant de lui succéder, Antoine débute à la Grave31. Sans nul doute, dans ces pays de montagne, les fonctions même de notaire ou de juge ne sont guère lucratives, d’où cette double activité. Simon, le fils d’Antoine est seulement notaire. Il occupe son temps avec la mairie de son village. Un des frère d’Antoine alterne les métiers de praticien et de commerçant. On touche là véritablement au système d’organisation que nous évoquions. Chaque individu complète sa fonction de base, l’agriculture32, par une ou deux activités, nécessaires ou lucratives. La pluriactivité est liée au faible rendement de chacune des fonctions, en particulier de l’agriculture et à son caractère singulièrement saisonnier33. La lecture des recensements ne doit pas nous abuser. La déclaration des professions est aussi symbolique. L’essentiel se déclare propriétaire ou cultivateur, alors que d’autres sources, les passeports intérieurs par exemple, apportent des correctifs intéressants. Ainsi Antoine Guérin, d’Aiguilles, se déclare alternativement propriétaire, cultivateur, mais aussi marchand de drap, avant de s’expatrier en Amérique, devenant le “pionnier”, fondateur d’une branche américaine tout à fait reconnue de négociants. Son père pratiquait déjà le même genre de déclaration34.

18La pluriactivité est individuelle ou lignagère, c’est-à-dire que selon le cas, elle est effective soit au niveau d’un même individu, soit au niveau de la fratrie. Elle peut se réaliser sur place comme pour Antoine Puy mais, dans la majorité des cas, elle met en jeu des relations entre le Queyras et les avant-pays. Ce phénomène est général à l’ensemble de familles. La différence entre les familles les plus modestes et celles constituant les élites réside dans le type d’activité choisie et dans les destinations.

Des éleveurs commerçants

  • 35 93 % des propriétaires possèdent moins de 10 ha et pratiquement la moitié (44 %) ont moins de 5 ha  (...)
  • 36 Allusion à la république des Escartons.
  • 37 Archives privées Garcin. en 1878, J. Garcin inscrit que le bien échu à sa soeur, évalué 3.333 franc (...)
  • 38 Propriété construite par la famille Challe en 1901. Il aurait coûté la somme d’un million de francs (...)

19Pourquoi une telle disparité entre la présentation habituelle de ces élites et ce que nous en disons. Pour appréhender les élites, ou ce que nous considérons comme telles, et plus largement la réalité sociale, le seul examen des recensements, des cadastres et des listes électorales du suffrage censitaire n’est pas opératoire. Ce type d’archives administratives est du moins insuffisant pour les populations rurales de la montagne briançonnaise car il n’offre qu’un regard biaisé en raison de la nature de cette société. Certes, dans ces villages, toutes les familles possèdent une propriété, d’envergure majoritairement médiocre en raison du reliefs35, mais surtout de l’organisation économique. Tant que l’on reste propriétaire foncier et en partie exploitant, bref habitant permanent, on a des revenus déclarés faibles, ce que corrobore l’ensemble des enquêtes sur la pauvreté de ces pays. L’on garde aussi une manière de vivre qui, en apparence, diffère très peu des familles les plus modestes. Cela a longtemps laissé accroire en une “République” égalitaire de la pauvretés36. La lecture attentive d’autres archives ne laisse pourtant aucun doute sur la réalité d’une hiérarchie sociale très affirmée. Étant donné ce que nous avons dit du rôle des notaires et des pratiques d’enregistrement, il suffit de consulter en premier lieu les registres notariés, source dont on ne soulignera jamais assez l’intérêt. Les archives privées (correspondances et papiers commerciaux, livres de compte, actes notariés, cahiers personnels et actes privés...) se révèlent aussi d’une grande fécondité pour comprendre le fonctionnement des mentalités, des pratiques familiales et plus largement sociales. Ainsi, les livres généalogiques, sorte de journal de famille, tenus par un certain nombre de familles, lient la présentation des membres de la famille au devenir du patrimoine. On peut y lire des propos intéressants sur l’estimation officialisée des terres et leur réelle valeur, sur la manière de coter à la baisse les biens, un bon moyen pour éviter des actes notariés trop onéreux et surtout, une évaluation fiscale toujours considérée comme trop lourdes37. Il faut aussi observer, surtout dans les villages de la vallée du Guil, la taille et l’ordonnancement des maisons. Sans même parler de certaines constructions de la fin du XIX° siècle, postérieures aux migrations américaines, symbolisant la réussite comme le Château de l’Auche38 ou la Maison de Fer, imputée à Eiffel, l’habitat est constitué de grosses bâtisses, à l’allure précocement urbaine.

  • 39 Antoine ALBERT, Histoire géographique et ecclésiastique du diocèse d’Embrun, Gap, Allier, 1783, p.  (...)

20Déjà à la fin du siècle précédent, un observateur attentif en la personne du curé Albert note « qu’il y a dans ce village (à Aiguilles), un grand nombre de maisons bien construites et très belles pour un pays de montagne, ce qui traduit l’aisance et les facultés des particuliers. Il y en a aussi quelques-uns qui ont fait des fortunes considérables dans le commerce comme les Sieurs Vasserot et autres »39.

  • 40 En cas de récoltes insuffisantes, il faut acheter du blé venant soit de Provence, soit du Piémont. (...)
  • 41 Nadine VIVIER, Le Briançonnais..., op. cit., p. 108.
  • 42 Pierre-Antoine FARNAUD, Exposé des améliorations introduites depuis 50 ans dans les diverses branch (...)
  • 43 Que ce soient les enquêtes des préfets Bonnaire, Chaix ou Ladoucette, au début du XIX° siècle mais (...)
  • 44 Raoul BLANCHARD, Les Alpes occidentales, tome 5, Grenoble, Arthaud, 1950, p. 918.
  • 45 Nadine VIVIER, « Le débat autour des communaux durant la crise du milieu du XIX° siècle », Alain FA (...)
  • 46 Mais cette manière de procéder n’apparaît nullement dans les comptes et les archives fiscales.
  • 47 Anne-Marie GRANET-ABISSET, « La mobilité des sociétés alpines... », art. cit.

21Il faut redire avec force que si différence il y a, c’est en raison de la compréhension fallacieuse de l’activité principale de ces pays. Contrairement aux descriptions des enquêtes administratives ou des voyageurs, le Queyras n’est pas un pays d’agriculture mais d’élevage. Voilà la source de richesses ou tout au moins de ressources. Le fruit des cultures agricoles est destiné avant tout à la consommation vivrière. Rien d’étonnant, étant donné les conditions de relief et de climat. Certes, les récoltes de céréales, complétées ensuite par celles des pommes de terre, sont primordiales pour assurer la survie des hommes40. Mais le rendement des prés, cultivés ou non, est encore plus essentiel. Ne soyons pas surpris si les notables, pourtant cultivés de ce département agricole, n’investissent pas les sociétés d’agriculture et se montrent si peu empressés pour appliquer, dans leurs propriétés, les découvertes récentes de l’agronomie. Nadine Vivier note que « les cantons d’Abriès et de Château-Queyras déclarent ne pas vouloir participer au mouvement de modernisation agricole qui se manifeste en l’an VII par la création d’une société d’agriculture »41. En revanche, les agronomes locaux comme Farnaud et Faure vantent dans leurs publications les soins attentifs et les initiatives heureuses consacrés à l’élevage (l’implantation du mérinos par exemple)42. C’est aussi l’avis qui ressort de l’ensemble des enquêtes agricoles ou générales43. L’élevage y apparaît comme le seul secteur générant des progrès sensibles en quantité et en qualité. Quelques décennies plus tard, Raoul Blanchard se permet d’écrire : « Le Queyras dans la première moitié du XIX ° siècle possédait un troupeau fort respectable d’ovins (23.000 têtes) et, pour un district des Alpes méridionales, un coefficient bovin remarquable : c’était un vrai paradis pour le bétail ! Il trône au zénith pastoral de la zone intra-alpine »44. Dans le même ordre d’idées, si les différentes enquêtes s’insurgent contre « l’apathie, la pauvreté, l’ignorance et le climat des habitants de ces contrées... et le coût des innovations », elles mettent en exergue avec intérêt voire admiration les canaux d’irrigation. Depuis la création des escartons, ceux-ci sont avant tout destinés à l’augmentation des rendements et de la qualité des pâturages. Ils sont extrêmement soignés et donnent lieu à une véritable organisation communautaire pour leur entretien et leur gestion. Comment expliquer alors la méfiance vis-à-vis des innovations ? Il faut plus exactement parler de méfiance sélective. L’attachement aux communaux en est la raison majeure. Nadine Vivier qui s’est particulièrement intéressée à ce grand débat du XIX° siècle, a montré combien les luttes pour le statut quo ont été fortes dans ces régions45. En effet, sur les communaux repose une partie de la gestion économique des familles et des villages. La propriété privée foncière ressort, en général, aux terres les meilleures et les plus proches du village. Les communaux qui occupent l’essentiel du terroir du village, sont paradoxalement gérés de manière égalitaire et hiérarchique. Tous les propriétaires ont accès à ces communaux pour un certain nombre de têtes de bétail. Les plus riches d’entre eux, ceux qui ont les troupeaux les plus importants, payent une redevance d’exploitation en fonction du nombre de bovins supplémentaires. Ainsi, peuvent-ils, selon leur richesse, entretenir un troupeau plus abondant, générant en retour des ressources substantielles : produits laitiers, laines, cuirs et peaux et vente des bêtes aux foires d’automne46. Ainsi, non content de fournir des ressources nutritives et monétaires, l’élevage développe-t-il une vraie incitation à la mobilité et génère-t-il une nécessaire formation comme une réelle familiarisation avec les pratiques commerciales47.

  • 48 Le montant des impôts était avancé par les consuls qui ensuite répartissaient proportionnellement p (...)

22Les alpages, eux, sont réservés aux troupeaux ovins. Certains villages les louent à des transhumants du Piémont ou de Provence. Dans la répartition fiscale, cette organisation est particulièrement avantageuse et explique en partie les impositions très modestes réglées par les propriétaires. In fine, l’essentiel de la fiscalité porte sur la production céréalière, généralement médiocre. Quand aux impositions sur les communaux, elles sont toujours déclarées trop lourdes pour ces terrains décrits comme “peu rentables”. Une grande continuité des plaintes... et de résistance à la pression fiscale, issue de la gestion commune engendrée par le système des Escartons48.

  • 49 Et le titre de “sieur” qui lui est associé.

23Ce système, s'il a été aboli officiellement au moment de la centralisation et de l’uniformisation administrative de la France révolutionnaire et impériale, continue de perdurer dans les faits, dans les pratiques et les mentalités. Les délibérations communales et la gestion communautaire de la fiscalité au XIX° siècle en sont une trace. Les élites locales portent aussi la marque de ce système. Les charges annuelles de consuls étaient normalement électives et chaque consul ne pouvait théoriquement retrouver cette responsabilité avant cinq ans. Or, en raison du coût imputable à cette fonction, ce sont les mêmes familles et surtout les mêmes lignées qui s’attribuaient cette mission49, créant de fait un corps de notables reconnus comme tels, avant même le XIX° siècle.

Pour gérer le pays, les élites organisent le système migratoire

  • 50 L’image du “crétin des Alpes” est parfois sous-jacente dans certaine publications.
  • 51 Pierre LÉON, Marchands et spéculateurs dauphinois dans le monde antillais au XVIII° siècle, Les Dol (...)

24Montrer l’existence d’élites locales au sein des villages alpins, c’est s’inscrire en contrepoint de la majorité des études menées jusque là. Ces ouvrages d’historiens ou d’érudits ont au contraire créé le paradigme de la démocratie de la pauvreté et du retard, niant l’existence d’une hiérarchie sociale et la possibilité d’élites locales dignes de ce nom. Quant aux jugements de valeur comme l’apathie, la routine et son corollaire le manque d’esprit d’entreprise, l’ignorance, voire les tares de ces populations50, que l’on peut retrouver régulièrement dans certaines enquêtes ou publications, ils prêtent à sourire lorsque l’on connaît la réalité du devenir de certaines familles en particulier, et celle du mouvement migratoire en général. Encore une fois, la connaissance des sociétés est tributaire du type d’archives consultées. Ainsi, le rôle essentiel du commerce échappe largement aux archives administratives habituelles. Certes, Nadine Vivier consigne dans son étude sur la société briançonnaise l’existence de commerçants mais toujours pour en souligner la modestie. Elle ne retient que quelques noms sporadiques, toujours de Briançon. Quant aux Dolle et Raby, étudiés part Pierre Léon, ils apparaissent vraiment comme des exceptions51.

  • 52 Aristide ALBERT, « Les Queyrassins négociants »..., art. cit ; Aristide ALBERT, Biographie-bibliogr (...)

25Les études circonscrites, territorialement ou thématiquement, permettent une approche à la fois plus globale et plus précise. La recherche d’Harriet G. Rosenberg en est un bel exemple. Elle a étudié l’évolution de la bourgade d’Abriès dans ses aspects économiques et sociaux au cours de trois siècles. Elle a particulièrement bien décrit le rôle conjoint de l’élevage et du commerce suscitant la création d’une véritable élite locale issue du négoce local, régional et surtout transnational. Il ne faut pas négliger les travaux d’érudits locaux de la fin du siècle dernier, thématiques et détaillés, tout à fait précieux52. C’est aussi en envisageant l’étude de ces sociétés à travers le prisme de la mobilité que nous avons pu mettre en évidence à la fois l’existence de ces élites et la réalité du système migratoire ainsi que le rôle moteur joué par ces élites dans les migrations au cours d’un XIX° siècle élargi.

  • 53 Tours, Le Havre mais aussi le Poitou...
  • 54 Nous nous contentons d'évoquer les directions majoritaires. Pour le détail de tous ces mouvements : (...)
  • 55 Laurence FONTAINE, Histoire du colportage en Europe,... op. cit.
  • 56 Antoine ALBERT, Histoire géographique..., op. cit., p. 335.

26A cette même époque, un nombre très important d’individus, des hommes mais aussi des femmes quittent, saisonnièrement, temporairement ou définitivement leur village pour des destinations souvent lointaines, au regard des moyens de transport contemporains. Dépassée l’image d’autarcie et d’immobilisme longtemps associée à ces villages de montagne. L’étude des directions montre ces migrants parcourir montagnes et plaines vers les villes et les bourgades des provinces proches : la Provence, le Dauphiné, le Languedoc, sans exclusif toutefois. Lyon, Paris, mais aussi des directions plus surprenantes en apparence sont concernées53. Il n’y a pas d’impératif national, au contraire. Le Piémont, la Savoie et les royaumes d’Italie en général, mais aussi l’Espagne attirent les migrants54. Ceux-ci n’hésitent pas à traverser les mers et les océans, bravant un milieu peu familier, pour tenter l’aventure en Amérique. Laurence Fontaine a montré dans sa belle synthèse sur l’histoire du colportage en Europe que les populations de montagne ont été, durant toute l’époque moderne, des voyageurs au long cours sillonnant l’Europe55. Les Queyrassins ne font pas exception. Le curé Albert disait des habitants d’Aiguilles mais plus largement des habitants du Queyras, « in omnen terram, exivit sonnus eorum. Ils doivent être proposés comme modèle à tant de gens oisifs de nos montagnes qui aiment mieux souffrir la faim dans leurs chaumières que d’en sortir pendant l’hiver et perdre de vue le clocher de leur paroisse »56.

27Notre propos n’est pas de détailler ici ces migrations mais d’insister sur la manière dont ces élites organisent un réel système migratoire. En effet, il faut relire les images déformées présentant le migrant montagnard uniquement solitaire, le colporteur toujours besogneux et famélique, n’obéissant qu'à l’impérieuse nécessité climatique et économique, allant chercher à la ville les moyens d’une existence meilleure ; un indiscutable corollaire de la présentation classique des sociétés de montagne. En réalité, pour la majorité des migrants, la migration n’est ni hasardeuse, ni désespérée. Le départ s’inscrit dans une véritable organisation, dans une stratégie familiale et villageoise de conservation du patrimoine. On part pour permettre à la maison de fonctionner et d’exister. Au-delà du seul bâtiment, il faut considérer le terme de maison comme désignant la cellule économique. Comme le dit un de nos informateurs, c’est la ruche qui, dans la logique de l’exploitation rurale, « l’été, a besoin de nombreux bras car il y a énormément de travail à faire ; mais l’hiver, il faut vivre au ralenti, les bêtes comme les gens et résister sur les provisions engrangées durant les mois d’été. Il faut donc partir pour éviter d’avoir trop de bouches à nourrir ». Cette logique peut perdre de sa force si l’activité agricole est secondaire ou arrêtée. Elle n’en reste pas moins le socle, la maison-maisonnée, pour reprendre le concept cher aux ethnologues. Avant d’envisager ce dernier aspect, il faut parcourir cette gestion des migrations par les familles dirigeantes.

Élaborer les réseaux migratoires : une tâche prioritaire et discrète

28Un premier élément est essentiel pour comprendre cette organisation des migrations. C’est le poids capital des réseaux familiaux qui structurent les directions et les activités des migrants. Il serait sans doute excessif d’employer le terme de clan, réservé à certains territoires, mais il faut bien reconnaître une certaine similitude dans la logique opératoire.

  • 57 Sans oublier les procès, parfois imprimés, tout à fait éclairants sur les pratiques d’associations (...)
  • 58 Archives privées Sourd, lettre S. Puy (1854).

29Ce que Laurence Fontaine a bien montré pour l’Oisans se rencontre également en Queyras. Les directions, les activités et même les résultats des migrations sont loin d’être aléatoires. Ils s’inscrivent dans un système, à la tête duquel on retrouve toujours les noms des familles de notables. Celles-ci sont, en règle générale, les initiateurs, les modèles voire les gestionnaires des départs et des parcours individuels. Pour arriver à démonter cette organisation et ces réseaux, il faut se référer principalement aux archives privées, aux mémoires familiales, orales et écrites, en les croisant avec les inépuisables archives notariales et avec les registres de passeports ou autres recensements57. La mémoire orale familiale retient souvent pour le père fondateur, un départ aventurier, solitaire et pionnier. La mémoire collective, elle, valorise le rôle des modèles dont la réussite incite aux départs. Une manière de s’inscrire dans une logique de réussite. La réalité est plus complexe. « J'en ai rencontré qui ont ici quarante ans d’Amérique et ne sont pas plus riches pour cela. Quand on arrive ici, sans le sou, presque sans savoir qu’entreprendre, il y a encore bien des misères. (...) En ce qui concerne le cousin Thier, je ne lui conseille pas de venir en Amérique s’il ne fait pas partie de quelque société, s’il n’a pas le maniement de quelques marchandises »58. Ces extraits insistent sur le fait qu’une migration doit toujours être préparée. Pour Simon Puy, l’aventure individuelle est vouée à l’échec. En dépit des apparences, il ne part pas directement en Amérique mais a déjà acquis l’expérience du commerce, de précieuses adresses, des liens avec des fournisseurs, sans oublier les capitaux familiaux lui permettant de voyager en première classe à bord du Commerce de Paris, un bateau qui fait la liaison régulière Le Havre-Lima.

  • 59 ADHA, 4M 81, registre 2. Surnommé “le juge” en raison de ses études de droit, il déclare cependant (...)

30Par le jeu des associations commerciales, on voit émerger les réseaux familiaux. Ceux-ci ne se réduisent pas au village mais lient durablement des familles de villages voisins, aux positions équivalentes. Ces alliances sont véritablement la collusion de liens économiques cimentées par les unions matrimoniales. Nous avions évoqué les alliances des fils Puy avec des filles Eymeoud de Molines. Au début du XX° siècle, renouant avec la tradition familiale, un descendant des Eymeoud de Molines, déjà propriétaires à Château, succède aux Puy comme notaire. A la génération d’Antoine Puy, cette famille Eymeoud, dans laquelle on trouve depuis l’époque moderne, aux différentes générations, des médecins, des juges et des notaires, s’allie à une autre famille de notables, les Jouve d’Aiguilles. Pierre Eymeoud se marie en 1861 à Jeanne Jouve. Au printemps 1862, ils partent au Chili, au sein de l’association commerciale Jouve-Gorlier, dirigée par les frères de Jeanne59. La correspondance de Pierre Eymeoud permet de comprendre le fonctionnement d’une association familiale élargie. De part et d’autre du noyau principal se rallient les branches alliées, les Gorlier d’une part, les Eymeoud d’autre part. « Vous pensiez peut-être qu’étant entré dans une maison de commerce où je ne trouvais que des parents, je devais être sans souci pour mon avenir. Ne le croyez pas ; on ne donne rien pour rien. Il m’a fallu peu à peu modifier l’administration de la maison, corriger les idées anciennes, élaguer un associé qui ne faisait pas son travail, ne pas provoquer dans la famille ni susceptibilités, ni jalousies, en même temps me faire apprécier et estimer et me rendre indispensable... A mon retour en France, deux anciens devront se retirer avec certains capitaux pour fonder une autre maison soit à Paris, soit ailleurs où nous entrerons à notre tour... Nous avons déjà pensé à Valentin Gorlier (frère de ceux qui sont à avec moi ; ce sont des cousins germains de ma femme)... Comme à présent je suis bien casé ici, je dois penser aussi aux miens, à mes parents, à mes neveux. Je sais que mon neveu Jean ne manquait pas d’intelligence... Si contre toutes probabilités je ne pouvais pas le faire rentrer dans notre maison, je l’aiderais par tous les moyens même avec mes propres fonds. A la condition qu’il soit sage et qu’il ait du goût pour les affaires commerciales. Plus tard il sera aidé par son cousin le petit Jean Eymeoud et ensuite par mon propre fils ».

31Ainsi, le système fonctionne en réseaux concentriques et juxtaposés. Parfois, au gré des affaires ou des alliances, adviennent des interférences mais les organisations restent la plupart du temps distinctes. Lorsque l’on observe les structures commerciales et la nature des affaires réalisées en Amérique, on s’aperçoit que la dispersion géographique permet d’éviter la concurrence avec les autres maisons de commerce d’origine queyrassine. D’où cette implantation par noyaux, relativement peu importants, répartis dans l’ensemble des pays d’Amérique du sud.

  • 60 D’où la difficulté pour les connaître et démêler les écheveaux des relations.

32Même si leur existence officielle est occultée, ces réseaux ne sont informels qu’en apparence60. Au contraire, ils organisent le devenir individuel d’un membre reconnu par le groupe. Cette rigidité procure au candidat migrant des contraintes parfois difficiles à supporter mais surtout beaucoup d’avantages, notamment pour débuter. Cette insertion dans le groupe se fait selon différentes étapes. Tout d’abord, on accorde une grande priorité à la formation scolaire. La maîtrise des savoirs élémentaires est acquise de manière générale et de fort longue date par l’ensemble des habitants du Queyras. En revanche, les fils et filles des élites locales complètent leur formation dans les collèges d’Embrun ou de Briançon, et souvent dans d’autres villes comme Grenoble ou Avignon. Au XIX° siècle, le séjour en Allemagne ou en Angleterre fait généralement partie du cursus. S’y adjoint une formation pratique acquise sur le tas. Même lorsque l’on est le fils héritier, on commence par être commis, envoyé dans différents postes, avant d’obtenir, si l’on fait ses preuves, des responsabilités. On n’hésite pas à favoriser un cousin qui montre davantage de compétences. Léon Gorlier en fait la triste expérience, si l’on en juge par le contenu de sa correspondance.

  • 61 En 1885 pour celle de Paris. Sensiblement aux mêmes dates pour celles de Marseille et Lyon.

33Contrairement à l’image d'Épinal énoncée par les mémoires familiales, contredite toutefois par le récit des différentes expériences, le migrant ne part pas “la paille dans les sabots”. Être inscrit dans un réseau, c’est encore la meilleure manière d’être dans un système où l’on peut disposer de capitaux, même si les avances ne sont jamais gratuites. Enfin, c’est surtout le gage d’être mis en rapport avec des parrainages précieux, de bénéficier d’un ensemble de relations variées pour la conduite future de ses affaires. A la fin du siècle, la création de “Fraternelles” dans les villes où sont établis les Queyrassins migrants, formalise ce système d'entraide61. L’appartenance à ces Fraternelles n’est pas neutre et la consultation de leurs archives privées, tout à fait intéressante. Si, comme le dit Marie-Madeleine Martin-Guérin, la vice-présidente de la Fraternelle des Hauts-Alpins de Paris, « ces fraternelles ont été créées pour aider les Queyrassins qui avaient le toupet de se lancer à Paris », il est clair que les listes d’adhérents, spécialement celles de leurs dirigeants, montrent la monopolisation des responsabilités et des fonctions honorifiques par les familles de notables. Les branches “américaines” sont particulièrement représentées. Prenons l’exemple de Philippe Puy, le premier président de la Fraternelle des Hauts-Alpins de Paris. Même s’il réside tour à tour sur la côte d’Azur et dans le Queyras, il appartient à la Fraternelle de Paris où se regroupent les familles dont la réussite est la plus manifeste. A l’égard des membres de familles queyrassines plus modestes, on réserve une entraide liée au sentiment d’appartenance au même pays : l’embauche comme domestique voire parfois comme employé. Se regrouper par pays d’origine est un lien fort pour le maintien des relations d’entraide mais on ne dédaigne pas d’adhérer à d’autres formes de réseaux, la franc-maçonnerie, par exemple. Les faire-part de décès, comme celui de Philippe Puy, sont tout à faits explicites sur ce point.

Savoir s’adapter : un atout et une nécessité dans l’organisation des migrations

  • 62 Qui se transmet à une échelle beaucoup plus limitée aux familles plus modestes.
  • 63 Archives privées Eymeoud-Gravereaux. Par exemple, la branche Eymeoud fondera une biscuiterie en Nor (...)

34La conduite familiale du mécanisme migratoire transparaît également à travers deux attitudes constantes, la complémentarité et l'adaptabilité62. D’une manière générale, il faut signaler l’indiscutable complexité des migrations, à la fois dans les rythmes et plus largement dans l’ensemble de leurs modalités. Il faut sortir du schéma commode des migrations saisonnières, suivies d’un établissement définitif en ville. L’évolution se fait au gré des circonstances mais surtout en fonction des intérêts respectifs. Quelques exemples seulement pour éclairer cette idée. Lorsque la piste espagnole ou les destinations italiennes deviennent moins lucratives ou plus difficiles, les familles, bénéficiant d’une expérience “internationale” et surtout de réseaux, investissent pendant un siècle les pays d’Amérique du sud. Lorsque au début du XX° siècle à son tour, l’Amérique latine devient moins attractive en raison d’une sérieuse concurrence, la plupart des familles rentrent en France, font évoluer leurs affaires vers d’autres activités, l’immobilier ou la gestion de patrimoine, la production industrielle63 et bien sûr les professions libérales.

35Une autre forme de souplesse s’exprime dans la manière dont on conçoit les migrations. Ce fonctionnement est inhérent au choix de la pluriactivité, conçue comme le moyen de lier la montagne aux avant-pays et surtout d’utiliser les contraintes négatives du climat. La complémentarité montagne-vallée n’existe que lorsqu’elle s’avère intéressante. Nous l’avons vu, on peut parfois réaliser sur place cette double activité. Pour les autres, le retour régulier pour les travaux saisonniers s'efface chaque fois que l’on a une activité bien établie en ville, a fortiori dans des villes lointaines. Encore une fois, ce phénomène est particulièrement visible auprès des familles dirigeantes, modélisant pour les autres familles l’organisation du système migratoire familial. Les propriétaires fonciers substantiels embauchent de manière précoce des domestiques italiens pour exploiter leurs terres. Ils préfèrent ce mode d’exploitation au fermage. Le système n’apparaîtra que tardivement au début du XX° siècle, essentiellement dans le village d’Aiguilles, où la grande majorité des familles a abandonné l’exploitation directe des terres en raison des migrations les plus achevées. Ainsi, les migrations génèrent-elles ces rythmes complexes car à chaque génération se répartit la fratrie. Il y a ceux qui peuvent cumuler une profession dans le Queyras avec la gestion de la propriété et ceux qui doivent partir. Bien entendu, la définition du terme “devoir” prend un sens différent et correspond à un type de profession selon la situation familiale. Cette adaptabilité et cette souplesse n’existent qu’en raison de la nature même des migrations. Il ne s’agit pas de migrations de la désespérance mais d’un système extrêmement structuré et organisé dont l’objectif est aussi de permettre la continuité des familles et plus existentiellement du pays.

Maintenir les liens avec le pays : le souci de garder sa position

36En gérant le devenir individuel de ses membres, les élites locales gèrent surtout le devenir de chacune des familles. Ce devenir est indissociable de la manière dont on pense le sort de la maison familiale. Préserver le patrimoine foncier et immobilier est une des tâches indispensables que les règlements de succession cherchent à entériner. Mesure conservatoire pour les hommes et les biens. Mais souvent, il s’agit de dépasser la simple sauvegarde. On rebâtit en améliorant et en agrandissant. L’argent issu de la migration a aussi cette fonction. Cela explique sans doute que les villages, notamment ceux de la vallée centrale, aient eu très tôt une allure urbaine.

  • 64 Archives paroissiales de Molines, Abriès, Aiguilles.
  • 65 Alain CORBIN, Les Cloches de la terre, Paris, Albin Michel, 1994, p.139-154.

37Cependant les élites locales, qu’elles soient partie prenante directe de la migration ou qu’elles appartiennent aux branches restées durablement installées dans le pays, ont généralement à coeur, non seulement d’améliorer la maison familiale mais aussi de contribuer à dynamiser le village. Une autre façon de témoigner de sa réussite ou de son rang. L’exemple le plus classique ressort aux dons et legs attribués à la paroisse pour l’embellissement de l’église et du culte64. Le don et le parrainage des cloches sont toujours cités dans la mémoire des informateurs comme un signe de la position sociale de la famille65.

  • 66 Un fromage dont on dit qu'il s’agissait de Roquefort. Plus raisonnablement, il se rapproche du “ble (...)
  • 67 Jean TIVOLLIER et Pierre ISNEL, Le Queyras, Gap, Jean, 1938.
  • 68 Il n’est pas indifférent de signaler que cette chapelle se situe sur le trajet d’un pélerinage du v (...)

38Au delà des gestes symboliques ou ostentatoires, les choix d’implanter des activités économiques entrent davantage dans la logique générale. Prenons quelques exemples, à des époques différentes. En 1840, d’après le baron Ladoucette, repris par Aristide Albert, des migrants d’Aiguilles créent la première fabrique artisanale de fromages dans le Queyras66. Elle sera plus tard remplacée par la structure des fruitières. A la fin du XIX° siècle, toujours à l’initiative des migrants de la réussite, sont fondés les grands hôtels d’Abriès puis d’Aiguilles, sous la forme de sociétés par actions investies par les principales familles de notables. Prolongeant cette volonté de développer l’activité touristique, à l'image de ce qu’ils voyaient réaliser dans les stations de la Côte d’Azur où la plupart s’étaient installés, deux Aiguillons lancent un prospectus sur le Queyras et créent le premier syndicat d’initiative. C’est aussi un des notables de Saint-Véran, Pierre Isnel, qui lance l’exploitation de la mine de cuivre, développant une activité locale au début du XX° siècle et une nouvelle forme de pluriactivité. Ce même Pierre Isnel participera à la rédaction d’un ouvrage considéré à juste titre par tous les érudits comme le livre essentiel sur le Queyras67. Il élèvera à proximité de la mine une chapelle où il se fera enterrer. Une plaque commémorative rappelle son action en faveur de l’économie de son village68.

39Plus classiquement, les archives des délibérations communales attestent du rôle de ces maires, absents une partie de l’année, mais qui continuent à s’investir dans la vie de la commune, tenant à garder leur position au sein de la communauté villageoise. Une réelle continuité se dessine dans le personnel politique mais la spécialisation est surtout marquée dans les fonctions de sénateur et dans celles de conseiller général. La famille Toy-Riont, par exemple, occupera longtemps des responsabilités politiques pour le Queyras à la fin du XIX° et au début du XX° siècle. Au contraire, au début du XIX° siècle, l’alternance rapide et la rotation des mêmes maires n’est pas sans rappeler le système de l’élection annuelle des consuls.

40Nous commencions avec la considération un peu sévère d’un Philippe Vigier sur ces élites de la montagne sud-alpine. Au terme de ce rapide et sélectif parcours, il reste à conclure sur ces approches différentes. Ce travail a parfaitement conscience de n’être qu’un exemple localisé géographiquement et temporellement, et d’avoir abordé le cas d’élites locales d’un niveau modeste dans leur puissance économique et leur pouvoir de commandement. Mais notre ambition est à terme de permettre des comparaisons avec d’autres sociétés rurales.

  • 69 Un adage des hommes politiques actuels est particulièrement éclairant : « Nous sommes trop pauvres (...)

41Si, comme s’en étonnait Philippe Vigier, l’implication politique semble faire particulièrement défaut à ces élites locales, c’est en raison d’un comportement collectif que l’on peut suivre sur la longue durée. En schématisant, donc en simplifiant, plus que conservateurs, ces communautés et les notables qui les dirigent sont des opportunistes. A notre sens, deux explications à ce comportement collectif. D’abord, leurs préoccupations majeures portent sur leur activité économique dominante, le commerce. La deuxième remarque est en étroite relation avec la précédente. Ils sont durablement et profondément attachés à leur autonomie69.

42Il reste qu’en s’interrogeant ainsi sur la manière dont certaines familles gèrent le système migratoire, c’est non seulement la mise en évidence d’élites locales au sein des sociétés rurales de montagne mais également la relecture de la nature même de ces sociétés qui est ainsi autorisée.

Notes

1 Philippe VIGIER, La Seconde République dans la région alpine, Paris, PUF, 1963 ; Philippe VIGIER, Essai sur la répartition de la propriété foncière dans la région alpine. Son évolution des origines du cadastre à la fin du Second Empire, Paris, SEVPEN, 1963.

2 Habitant un pays pauvre dans un département pauvre !

3 Puisque nous centrons notre étude sur le XIX° siècle, nous retenons la définition du Queyras historique correspondant au canton d’Aiguilles.

4 Nous nous appuyons pour ce faire sur les résultats de nos recherches : Anne-Marie GRANET-ABISSET, La Route réinventée. Les migrations des Queyrassins aux XIX° et XX° siècles, Grenoble, PUG, 1994.

5 Anne-Marie GRANET-ABISSET, « La mobilité des sociétés alpines : images et réalités d’une occultation », Villages d'altitudes, Actes du colloque, Arvieux, décembre 1995 (à paraître).

6 Laurence FONTAINE, Histoire du colportage en Europe, Paris, Albin Michel, 1993 ; Jon MATHIEU, « Migrationen im mittleren Alpenraum, 15°-19° Jahrhundert. Ein Literaturbericht », Bündner Monatsblatt, 1994, no 5, p. 347-362.

7 Les Escartons (sens premier : écart et répartition) correspondent à cette organisation issue d’une charte (1343) donnant aux communautés du Briançonnais et du Queyras une autonomie en matière de gestion économique, politique et financière dans le cadre du royaume. André FAUCHE-PRUNELLE, Essai sur les anciennes institutions, autonomes ou populaires, des Alpes Cottiennes briançonnaises, Grenoble, Vellot, 1856-1857, 2 vol.

8 Nadine VIVIER, Le Briançonnais rural aux XVIII° et XIX° siècles, Paris, L’Harmattan, 1992.

9 Si l’on suit les critères retenus, c’est-à-dire la participation aux assemblées politiques départementales, en fonction du cens payé, sur 30 membres participant à l’assemblée en 1840, 5 sont propriétaires fonciers, les autres possèdent un office public ou ont une profession libérale. Autre indication donnée par Philippe Vigier, en 1842, dans le département, 6 cotes seulement dépassent mille francs.

10 Archives Départementales des Hautes-Alpes (ADHA), 3M 67-81 (1831-1848).

11 ADHA, Archives du notaire Puy, 1E 6759-6778 et 1E 7375-7381.

12 ADHA, 1M 24. A plusieurs reprises, le préfet le signale comme un prêteur aux tarifs “élevés”. Le taux de 5 % est couramment employé dans les transactions, par l’ensemble des prêteurs, comme l’attestent les archives familiales et les cahiers de compte.

13 ADHA, Archives de l’Enregistrement, II Q 4.30, Aiguilles (1836-1847).

14 Deux consuls sont élus annuellement et doivent assumer la gestion de l’escarton. Une lourde responsabilité morale et financière.

15 ADHA, Passeports et visas de sortie, 4M 81 (1822-1944).

16 Inventaire des Archives de la vallée du Queyras (1343-1814), série E 355 à 529.

17 Souvent inférieures à 100 francs et la plupart de l’ordre de 30 à 50 francs et remboursables dans un délai très court.

18 Anne-Marie GRANET-ABISSET, « Entre scolarisation et autodidaxie, les Alpes briançonnaises », Histoire de l'Éducation, mai 1996, no 70, p. 111-141.

19 Camille BLANCHARD, Une Famille queyrassine. Notes sur les Berthelot. Contribution à l’histoire du Briançonnais aux XVII° et XVIII° siècles, Bergerac, Imprimerie du Sud-Ouest, 1933. Dans les familles établies, existe une réelle tradition d’histoire généalogique.

20 Philippe VIGIER, Essai sur la répartition de la propriété foncière..., op. cit.

21 ADHA, F 2293, Papiers Richard-Calvé. Il détient, entre autres, auprès de ses concitoyens, 39.000 francs de créances au début du XIX° siècle. Un de ses descendants deviendra le vice-président de la chambre de commerce de Bogota.

22 Lors des recensements de la première moitié du XIX° siècle, il se déclare le plus souvent propriétaire foncier mais parfois s’intitule rentier.

23 ADHA, 3M 4-14 (1802-1811) et 3M67-81 (1831-1848). Encore n’est-il pas toujours recensé sur les listes électorales.

24 Philippe VIGIER, Essai sur la répartition de la propriété foncière..., op. cit.

25 Aristide ALBERT, « Les Queyrassins négociants », Bulletin de la Société d'Études des Hautes-Alpes, 1889, tome 8, p. 313-331. Il établit la légende des premiers migrants américains à l'image des frères Arnaud de Barcelonnette.

26 Dans ce canton, les plaintes concernant l’usure sont faibles. Si ce phénomène existe incontestablement car il est mesurable par des archives indirectes, cette occultation collective ressort du mode de gestion du groupe.

27 Originaires d’Aiguilles. La pratique usuraire des prêts d’argent entre associés est connue à travers un procès : Mémoire en réponse pour M. Bonniard intimé contre M-C Collomb et consorts, Grenoble, 1872.

28 Siège de l’Archevêché, cette bourgade est située à mi distance entre Briançon et Gap.

29 Il se déclare parfois rentier lors des recensements. Il n’est pas inscrit sur les listes électorales.

30 ADHA, 1J 255, lettre du 14 décembre 1814.

31 Commune des Hautes-Alpes, située en Oisans, au pied du col du Lautaret, versant isérois.

32 Pratiquée directement ou par l’intermédiaire de domestiques.

33 La période des travaux agricoles dure au maximum cinq mois. S’y ajoutent d’autres activités hivernales comme celle liée à la traite et à la fabrication des fromages mais c’est là un travail essentiellement féminin.

34 Dans le cas des Guérin comme pour bien d’autres de ces familles constituant ce que nous appelons les élites locales, ces propriétaires se déclarent aussi rentiers dès le début du XIX° siècle.

35 93 % des propriétaires possèdent moins de 10 ha et pratiquement la moitié (44 %) ont moins de 5 ha : Nadine VIVIER, Le Briançonnais..., op. cit., p. 103.

36 Allusion à la république des Escartons.

37 Archives privées Garcin. en 1878, J. Garcin inscrit que le bien échu à sa soeur, évalué 3.333 francs, avait une valeur de 12 à 15.000 francs.

38 Propriété construite par la famille Challe en 1901. Il aurait coûté la somme d’un million de francs-or.

39 Antoine ALBERT, Histoire géographique et ecclésiastique du diocèse d’Embrun, Gap, Allier, 1783, p. 334.

40 En cas de récoltes insuffisantes, il faut acheter du blé venant soit de Provence, soit du Piémont. Le marché d’Abriès joue un rôle important.

41 Nadine VIVIER, Le Briançonnais..., op. cit., p. 108.

42 Pierre-Antoine FARNAUD, Exposé des améliorations introduites depuis 50 ans dans les diverses branches de l’économie rurale du département des Hautes-Alpes, Gap, Allier, 1811 ; Louis-Étienne FAURE, Statistique rurale et industrielle de l’arrondissement de Briançon (1820-1821), Gap, Allier, 1823.

43 Que ce soient les enquêtes des préfets Bonnaire, Chaix ou Ladoucette, au début du XIX° siècle mais aussi les enquêtes agricoles de 1852 et 1866.

44 Raoul BLANCHARD, Les Alpes occidentales, tome 5, Grenoble, Arthaud, 1950, p. 918.

45 Nadine VIVIER, « Le débat autour des communaux durant la crise du milieu du XIX° siècle », Alain FAURE... (dir.), La Terre et la cité, Mélanges offerts à Philippe Vigier, Paris, Créaphis, 1994, p. 67-83.

46 Mais cette manière de procéder n’apparaît nullement dans les comptes et les archives fiscales.

47 Anne-Marie GRANET-ABISSET, « La mobilité des sociétés alpines... », art. cit.

48 Le montant des impôts était avancé par les consuls qui ensuite répartissaient proportionnellement par foyer la somme à régler.

49 Et le titre de “sieur” qui lui est associé.

50 L’image du “crétin des Alpes” est parfois sous-jacente dans certaine publications.

51 Pierre LÉON, Marchands et spéculateurs dauphinois dans le monde antillais au XVIII° siècle, Les Dolle et Raby, Paris, Les Belles Lettres, 1963.

52 Aristide ALBERT, « Les Queyrassins négociants »..., art. cit ; Aristide ALBERT, Biographie-bibliographie du Briançonnais, vallée du Queyras, Grenoble, 1889. Voir aussi les nombreux articles de Jean-Armand Chabrand.

53 Tours, Le Havre mais aussi le Poitou...

54 Nous nous contentons d'évoquer les directions majoritaires. Pour le détail de tous ces mouvements : Anne-Marie GRANET ABISSET, La Route réinventée..., op. cit., p. 107-126.

55 Laurence FONTAINE, Histoire du colportage en Europe,... op. cit.

56 Antoine ALBERT, Histoire géographique..., op. cit., p. 335.

57 Sans oublier les procès, parfois imprimés, tout à fait éclairants sur les pratiques d’associations commerciales qui tournent mal.

58 Archives privées Sourd, lettre S. Puy (1854).

59 ADHA, 4M 81, registre 2. Surnommé “le juge” en raison de ses études de droit, il déclare cependant sur son passeport le métier de notaire.

60 D’où la difficulté pour les connaître et démêler les écheveaux des relations.

61 En 1885 pour celle de Paris. Sensiblement aux mêmes dates pour celles de Marseille et Lyon.

62 Qui se transmet à une échelle beaucoup plus limitée aux familles plus modestes.

63 Archives privées Eymeoud-Gravereaux. Par exemple, la branche Eymeoud fondera une biscuiterie en Normandie : la biscuiterie Messidor.

64 Archives paroissiales de Molines, Abriès, Aiguilles.

65 Alain CORBIN, Les Cloches de la terre, Paris, Albin Michel, 1994, p.139-154.

66 Un fromage dont on dit qu'il s’agissait de Roquefort. Plus raisonnablement, il se rapproche du “bleu du Queyras”.

67 Jean TIVOLLIER et Pierre ISNEL, Le Queyras, Gap, Jean, 1938.

68 Il n’est pas indifférent de signaler que cette chapelle se situe sur le trajet d’un pélerinage du village, celui de la chapelle de Clausis.

69 Un adage des hommes politiques actuels est particulièrement éclairant : « Nous sommes trop pauvres pour être dans l’opposition ».

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search