Version classiqueVersion mobile

Rimbaud et la ménagerie impériale

 | 
Steve Murphy

XIV. Rimbaud journaliste

Texte intégral

1Revenons en arrière, pour lire le compte rendu, de la plume de Rimbaud, d'une réunion politique douaisienne :

Réunion publique, rue d'Esquerchin.
Vendredi soir, 23 septembre.

  • 1 Le texte porte accesseurs, qu'il faut vraisemblablement corriger.
  • 2 L'édition de la Pléiade d'Antoine Adam reproduit le texte donné par l'ancienne édition de la Pléia (...)

La séance est ouverte à 7 heures.
L'ordre du jour est la formation d'une liste électorale. Le citoyen-président donne lecture de deux listes électorales, puis d’une troisième dite de conciliation.
Le citoyen Jeanin trouve charmante l'idée de cette liste de conciliation, qu'il appelle liste des malins : il fait ressortir que certains candidats connus pour leurs opinions réactionnaires ou pour leur nullité, ont l'immense avantage d'être portés sur deux, même sur trois listes : naturellement, les candidats sérieux et convaincus ne figurent que sur une seule liste.
Cette remarque faite d'une façon vive et nette, acquiert l'assentiment de tout l'auditoire.
Le citoyen président propose, pour composer une nouvelle liste électorale, de voter, et d'accepter ou de rejeter chacun des candidats nommés sur les trois premières listes.
Un des citoyens-assesseurs1 égrène le chapelet des conciliables : presque tous sont rejetés avec un entrain splendide.
On propose des noms nouveaux.
Les citoyens Jeanin, Petit, et quelques autres, déclinent l'honneur de figurer sur la liste.
Une petite Lanterne assez agréablement bouffonne, est faite par le citoyen de Silva : il dresse un jugement d'outre-tombe à l'ancien conseil municipal, et conte les aventures de certain carillon.
La séance se termine avec la composition de la nouvelle liste : elle est intitulée liste recommandée aux républicains démocrates.
Un citoyen fait remarquer que tout Français, aujourd'hui, doit être républicain démocrate, qu'en conséquence le titre de cette liste la recommande à tous les citoyens.
La réunion se dissout à dix heures2.

2Jeannin était, selon Izambard, « codirecteur d'une importante usine, ingénieur, homme rassis, au verbe mordant ; et un artiste peintre, réputé dans la ville pour son bagou facile et amusant ».

3Le professeur apprécia médiocrement ce compte rendu :

Ça, du Rimbaud ? direz-vous... Ça suinte l'ennui, la suffisance mesquine et guindée, la platitude professionnelle du sous-reporter illettré qui se mire dans ses âneries !... Et lui, ce fin connaisseur, et qui savait sa langue... Non ! Il ne sait plus rien ! Pour l'instant, il attend des compliments, rouge de pudeur comme une jeune vierge à son premier baiser, le premier baiser de la muse... journalistique /Izambard, 124-126/.

4Izambard fut surtout choqué par la manière dont Jeannin avait été traité. Il aurait reproché ce détail à son élève :

C'est un personnage grave, nullement prudhommesque, mais posé dans la ville, bref « un monsieur », et vous lui baillez du « citoyen », comme s'il s'appelait Marat ou... Carrier, l'homme des noyades de Nantes /Izambard, 126/.

5Rimbaud répondit que « c'est un titre qu'on donnait à tout le monde, sous la république ; en 93, en 48, on faisait ainsi ». Izambard rétorqua :

Ne nous grisons pas de mots : le passé est le passé : cette république-ci a mieux à faire que de singer ses devancières, que d’effrayer les timides par des formules démodées. L'opposition nous appelle « des rouges », ne donnons pas de prétextes à cette comédie de la peur. Ce monsieur J... est à la tête d'un personnel important, des ouvriers, des employés, partisans comme lui de nos idées. Supposez que, dans leurs rapports journaliers avec lui, ils veuillent user de votre formule, les uns croyant bien faire, les autres par rigolade ; son usine ira de travers, il aura des tracas dont nous serons la cause première. Je doute qu'il nous en sache gré /Izambard, 126/.

6Rimbaud est cependant moins naïf que ne le croit son professeur. Comme dans sa lettre d'août 1870, il lâche des notations narquoises, qui révèlent sa conscience de l'aspect héroïque de la vie politique en province : « Il dresse un jugement d'outre-tombe, à l'ancien conseil municipal et conte les aventures de certain carillon » ! Surtout, il se permet certaines insinuations désobligeantes — et qu'il sait telles. Il se complaît ainsi, selon une inspiration socialiste, à traiter de « citoyen » un capitaliste qui, pour ses propres intérêts, voudrait forcément infléchir le mouvement de la République dans un sens bourgeois et... conservateur. Rimbaud — faut-il le préciser ? — ne se croit nullement tenu à ménager les sensibilités de ce brave industriel. Le boucher Legendre, symbole dans l'histoire de la Première République, a pu tutoyer le roi Louis XVI — pourquoi Rimbaud, chantre de la Troisième, ne pourrait-il pas en faire autant avec le capitaliste Jeannin ? Que les ouvriers de son usine se mettent en grève, tant mieux. Certes, on n'hésite pas à qualifier les « Républicains » de « rouges ». En fait, le spectre rouge n'est qu'un épouvantail, puisque même les capitalistes peuvent trouver leur compte dans le nouveau républicanisme...

7Ce compte rendu si rarement mentionné est précieux, car il démontre que Rimbaud est d'ores et déjà un « rouge », à l'encontre de son professeur « libéral ». Les revendications du mouvement ouvrier se radicalisent à vue d'œil et c'est la Commune qui se prépare. La lutte pour la République, si elle doit avoir un sens, ne peut qu'aiguiser et développer la lutte des classes. Cette lutte — anti-bourgeoise — n'est pas comme le croit Izambard une simple tentative de « singer » les républiques précédentes. La Troisième République devrait selon Rimbaud dépasser le modèle de la Première République aussi bien que celui de la Deuxième, en faisant de la classe ouvrière le fer de lance de la révolution. La lutte des classes n'est plus, comme le croyait Lamartine en 1848-1851 et comme l'imagine Izambard en 1870, un « malentendu ». Le malentendu consiste à penser qu'une conciliation est possible entre les classes en présence.

Notes

1 Le texte porte accesseurs, qu'il faut vraisemblablement corriger.

2 L'édition de la Pléiade d'Antoine Adam reproduit le texte donné par l'ancienne édition de la Pléiade de Jules Mouquet et Rolland de Renéville, qui reprennent à leur tour le texte fourni par Georges Izambard. Cependant, ce texte fourmille d'erreur énormes et rend tout à fait illogique le déroulement du texte, que nous avons donc corrigé en utilisant le facsimilé du compte rendu publié dans l’Album Rimbaud par Henri Matarasso et Pierre Petitfils /1967, 53/.

© Presses universitaires de Lyon, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search