Version classiqueVersion mobile

Élites et pouvoirs locaux

 | 
Bruno Dumons
, 
Gilles Pollet

Troisième partie. Pouvoirs industriels et notables ruraux

Introduction

Jean-Luc Mayaud

Texte intégral

1Les élites de la modernité agricole, du progrès économique et de la croissance industrielle sont-elles rivales du pouvoir local formalisé dans la ville, dans l’arrondissement ou au chef-lieu du département ? Dans les sociétés urbaines, au tournant du siècle, la fluidité des hiérarchies demeure assez grande pour ouvrir aux hommes nouveaux et aux étrangers mondanités notabilitaires et alliances avec les dynasties entrepreneuriales. La ville est bien le creuset de la fusion de ces élites dont la diversification assure le relais des notables traditionnels et dont la rivalité s’émousse dans la visibilité sociale et dans la technicité croissante des compétences. Reste que les élites entrepreneuriales ne se montrent pas toujours soucieuses du pouvoir politique et administratif.

2L'opposition villes/campagnes est cependant récusée par les études qui portent sur des sociétés rurales et montagnardes. Celles-ci soulignent le désenclavement des économies de montagne en quête d’insertion dans l’économie nationale, voire dans le marché mondial. Rude contestation des notions fondatrices de la sociologie rurale et de l’anthropologie historique que sont société englobante et isolat. Mais ne convient-il pas de prendre en compte plus qu’on ne l’a fait jusqu’ici l’âge historique des peuplements ? Cette donnée semble aussi importante pour la compréhension des sociétés rurales que pour celle des familles.

3Toujours est-il qu’à la campagne comme à la ville, les études de cas qui suivent se rejoignent dans une commune réflexion sur la légitimité du pouvoir local et des notables qui l’exercent ou le conquièrent. Trois constatations méritent d’être retenues. L’absence de spécialisation des élites de la France provinciale, tout d’abord, se révèle frappante du Lyon de l’entre-deux-guerres au Queyras du milieu du XIX° siècle et au Jura des années 1880 : c’est une logique de cumul des fonctions que mettent en oeuvre les élites locales, de la mairie à la présidence d’une fromagerie et du notariat à la maîtrise des filières d’émigration ou des réseaux négociants. Certes, ils font figure de piètres notables, ces coqs de village du Doubs, entre paysannerie et bourgeoisie rurale, ces châtelains de Margeride déclassés par la médiocrité agricole de leurs terres.

4Mais ces figures auxquelles l’historien ne reconnaît qu’une petite notabilité n’en sont pas moins puissantes, localement, du fait même de la multiplicité des appartenance institutionnelles. Et, d’ailleurs — seconde remarque —, leur mode de présence ne saurait être analysé exclusivement en termes de résidence : la multiplicité des fonctions se complète parfois par la multiplicité des ancrages. Le lignage Gillet, à Lyon, dans l’entre-deux-guerres, conjugue appartenance lyonnaise, patronage châtelain, mandat électoral dans les campagnes proches et adresse parisienne. En Queyras, l’activité commerçante lointaine confirme l’autorité locale et, en Vivarais, une résidence lointaine offre une chance supplémentaire dans la lutte contre le dépeuplement et la déprise rurale. Est notable, en définitive, celui dont les horizons ne se limitent pas au clocher local mais qui incarne la réussite du désenclavement, la potentialité ou l’esquisse d’une insertion nationale.

5Reste que cette médiation entre le local et le national, entre le village et la société englobante, ne s’acquiert qu’avec le temps. La durée séculaire des trois générations est constitutive d’une notabilité et elle est indispensable à sa visibilité. Le pouvoir requiert, somme toute, cette forme de pouvoir social qu’est l’ancienneté assimilée à une domination du temps. Et ce constat s’impose aux élites du progrès agricole comme à celles du progrès industriel.

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search