Version classiqueVersion mobile

Élites et pouvoirs locaux

 | 
Bruno Dumons
, 
Gilles Pollet

II. Notabilités culturelles

Les élites “savantes” de la Loire (1860-1880)

Didier Nourrisson

Texte intégral

  • 1 Parmi les travaux sur ce sujet : André-Jean TUDESQ, Les Grands notables en France (1840-1849), Par (...)
  • 2 Daniel MANDON, Les Barbelés de la culture : Saint-Étienne, une ville ouvrière, Lyon, Fédérop, 1976 (...)
  • 3 La Bibliothèque Municipale de Saint-Étienne (BMSE) dispose des Annales de la Société d’Agriculture(...)

1“L’élite” est traditionnellement perçue comme détentrice d’un certain pouvoir d’abord économique, souvent politique et finalement social1. La notion n’a guère été analysée dans le champ culturel. Notre étude ici porte sur le patriciat forézien dans ses implications dans les sociétés savantes. La tranche chronologique adoptée couvre la vingtaine d’années qui va de la phase libérale du Second Empire à l’affirmation de la République au début des années 1880. Cette période représente en effet un temps d’activités économiques, mais aussi culturelles, intenses dans le département ainsi que des difficultés sérieuses en matière politique et sociale. Pourtant l’histoire des sociétés savantes de la Loire reste encore à écrire. Daniel Mandon, dans Les Barbelés de la culture, ouvrage qui traite des cultures ouvrière et bourgeoise à Saint-Étienne, ne s’y attarde guère et la dernière histoire de Saint-Étienne ne consacre au sujet que quelques lignes2. Les sources dont nous disposons consistent essentiellement dans les bulletins annuels qu’émettent les diverses sociétés, volumes souvent copieux entre trois et quatre cents pages chacun, pleins de renseignements sur les travaux mais aussi la composition, les ressources, les débats des diverses sociétés3.

Des sociétés “impériales”

  • 4 Jean-Pierre CHALINE, Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France, Paris, CTHS, 1995, (...)

2Le Second Empire connaît un formidable essor des sociétés savantes en France, en particulier dans sa phase libérale : de 390 en 1862, leur nombre atteint 470 en 1870. Jean-Pierre Chaline a raison de noter que le régime « a su parfaitement jouer la carte des sociétés savantes, laissant se développer quand il ne l’encourageait pas une forme de sociabilité où, peut-être, il voyait un dérivatif opportun à des associations plus dangereuses »4. Le département de la Loire répond parfaitement aux préoccupations du pouvoir en la matière.

3Certes le département ne peut rivaliser avec son rival oriental pour le nombre et l’audience de ses sociétés savantes : Lyon compte alors une vingtaine de sociétés savantes. Pourtant la Loire supporte à son honneur, et durant tout le XIX° siècle, la comparaison avec ses autres voisins, Puy-de-Dôme, Haute-Loire, Allier ou Ardèche. Pour le Second Empire, nous oserons même parler d’efflorescence des sociétés savantes.

  • 5 M. Grüner, Saint-Étienne, Théolier, 1883.

4La Société de l’Industrie Minérale, fondée en 1855, recrute des ingénieurs des mines et même des directeurs de houillères, des maîtres de forge, des dirigeants de grandes entreprises sidérurgiques. Elle conforte la solide réputation de l'École des Mines de Saint-Étienne et de son directeur Louis Grimer, ingénieur des mines de Roche-la-Molière et Firminy, qui est en même temps président de la sociétés5. La société publie chaque trimestre un bulletin de quinze pages portant sur des sujets très techniques de connaissance du sous-sol et d’exploitation houillère.

  • 6 Statuts et règlement de la Société de Médecine, Bulletin de la Diana, tome 1, 1857-1860, p. 17.

5La Société de Médecine de Saint-Étienne et de la Loire est fondée en 1856. Elle n’est accessible qu’aux membres du corps médical, pharmaciens et vétérinaires. Elle se fixe pour but « de contribuer aux progrès de l’art et des sciences médical en général, mais plus spécialement aux progrès de la médecine locale »6. Aussi le nombre de ses membres reste très modeste : 21 à la création, 30 en 1873.

6Deux sociétés savantes retiendront tout particulièrement notre attention parce qu’elles n’entendent pas limiter leur recrutement ni à une aire géographique, ni à une catégorie professionnelle : la Société Historique et Archéologique du Forez dite la Diana et la Société d'Agriculture, Industrie, Sciences et Belles Lettres de la Loire. Toutes deux jouissent d’un grand prestige sous le Second Empire.

  • 7 Sans remonter au bureau d’agriculture qui a fonctionné de 1761 à 1792, rappelons qu’elle a été cré (...)
  • 8 Le président en est le notaire catholique Buhet. On y trouve nombre de membres du patriciat rubani (...)
  • 9 En 1847, une Société des Sciences Naturelles est chargée de la direction scientifique du musée de (...)
  • 10 Le préfet Thuillier et le maire bonapartiste Faure-Belon venaient à peine de créer une Société des (...)

7La seconde de ces sociétés savantes a plusieurs fois changé de nom7. En 1856, elle prend un nouvel essor8. Cette année-là, Saint-Étienne devient, enfin peut-on dire, une grande ville, la neuvième de France : elle absorbe les quatre communes alentour et obtient la préfecture du département au détriment de Montbrison. La montée en puissance passe par le regroupement des forces. La déjà vieille Société Agricole et Industrielle décide de fusionner avec la Société des Sciences Naturelles9 et les Amis des Arts10. La nouvelle association prend le nom de Société impériale d Agriculture, Industrie, Sciences, Arts et belles-lettres du département de la Loire. Son champ d’activités est large ainsi que ses objectifs. La société est divisée en quatre sections thématiques et non plus géographiques : Agriculture, Industrie, Sciences, Arts, Belles-Lettres et Sciences Morales. Les membres titulaires doivent acquitter une cotisation de douze francs et assister, du moins pour ceux de l’arrondissement de Saint-Étienne, à douze séances ordinaires par an, sans compter les réunions de sections. Les membres correspondants sont domiciliés hors du département.

  • 11 Selon le secrétaire général : Bulletin de la Diana, 1881, p. 386.
  • 12 Dès sa renaissance (1822), la Société d’Agriculture est prise en main par des présidents classés p (...)

8La nécessité d’une unification des sociétés savantes de la Loire semble être à nouveau à l’ordre du jour. Le notaire honoraire Testenoire-Lafayette tente de constituer en 1865 une Association fédérale des trois sociétés d’agriculture. Mais le projet avorte rapidement : après deux ans d’exercice, la fédération est dissoute car « l’Empire en prend ombrage »11. La tradition de centre-gauche de la société a pu inquiéter12. De plus, à cette date, la société montbrisonnaise de La Diana entend seule regrouper toutes les notabilités du département autour de son ministre-duc de Persigny.

  • 13 BMSE, Correspondance générale d’Auguste Bernard, tome VII bis : Claude LATTA, Auguste Bernard (181 (...)
  • 14 Né et inhumé à Saint-Germain-Lespinasse : Honoré FARAT, Persigny, un ministre de Napoléon III, Par (...)
  • 15 Philippe SENTIS, Enquête sur une communauté intellectuelle : la Diana du Forez (1862-1965), maîtri (...)

9En fait, l’idée d’une société savante qui associerait à Montbrison les historiens du Forez, les “antiquaires” comme on aimait à dire alors, a germé dès les années 1840. Un lettre d’Auguste Bernard à son frère Michel en février 1844 en porte témoignage13. Les idées politiquement trop avancées des instigateurs ou tout simplement leur manque de persévérance empêchent finalement l’éclosion. Victor Fialin, duc de Persigny, par ailleurs ministre de l’Intérieur, ami personnel de Napoléon III..., et forézien, reprend le projet et le mène à bien14. Le 29 août 1862 a lieu la solennelle séance d’inauguration de la Société Historique et Archéologique dont le siège se situe dans la salle de la Diana nouvellement acquise par la ville de Montbrison grâce à un don du ministre. Toute l’élite politique, économique et sociale de la Loire se trouve alors réunie et adhère à la nouvelle société15.

Les hommes des sociétés savantes

  • 16 Voir la structuration par catégories socio-professionnelles en annexe.

10On ne tiendra compte ici que des membres titulaires. L’inscription de membres correspondants, si elle apporte un surcroît de prestige à la société, n’engage guère ses signataires. Les membres titulaires ont été observés en trois moments particuliers : lors de l’inauguration de la société La Diana afin de savoir si les élites montbrisonnaises et les élites stéphanoises se croisent ; au lendemain, difficile, de la chute de l’Empire et de l’installation de la République ; au début des années 1880, quand le nouveau régime atteint sa vitesse de croisière et les vieilles sociétés connaissent un regain de jeunesse16.

11Remarquons d’abord que les deux sociétés s’ignorent assez largement. En 1863, ils ne sont que 23, soit moins de 10 % des effectifs dianistes, moins de 20 % des effectifs de la Société d’Agriculture, à adhérer simultanément aux deux. En 1880, le fossé s’est encore élargi : seulement 15 personnes adhérent simultanément aux deux sociétés, soit 4,6 % des effectifs de la Société d’Agriculture et 8,7 % des membres de La Diana. On ne saurait incriminer le problème de la distance (35 kms). Il s’agit plutôt d’un obstacle mental. Montbrison garde rancune à Saint-Étienne de sa dépossession de 1856 ; d’ailleurs pratiquement tous les doubles apparentés viennent du bassin stéphanois, accessoirement ripagérien tandis que le Montbrisonnais ne laisse partir aucun des siens. Les deux sociétés s’opposent d’abord sur la qualité de leurs membres : nobiliaire pour la Diana, roturière pour la Société d Agriculture.

  • 17 J. DELAORA, Foréziens dignes de mémoire, Lyon, Waltener, 1889. Cet ouvrage prend un indiscutable p (...)
  • 18 Nicole VERNEY-CARON, Le Ruban et le métal..., op. cit., p. 75.

12En 1863, La Diana s’honore de 66 patronymes d’apparence nobiliaire, soit 28 % des membres. Ils atteignent la proportion maximale de 40 % en 1873 et encore 26,3 % en 1885. Nobles de vieille souche comme les Courtin de Neufbourg qui prétendent remonter aux croisades ou la famille de Cadore, les Bernou de Rochetaillé qui se réclament d’alliances prestigieuses, ou familles anoblies par l’achat de quelque charge sous l’Ancien Régime comme ce Neyron qui achète une charge de conseiller secrétaire du roi en 1767 et se fait appeler ensuite Neyron de la Roche, quand ce n’est pas la possession d’un château et la pose d’un blason qui vaut lettre de noblesse. « D’azur à la fasce d’or chargée de trois étoiles de gueules, compliquée de quatre croissants d’argent, posés 3 et 1 », clame l’armorial des Courbon de Saint-Genest17. Comme le constate malicieusement Nicole Verney-Caron, « pour être considéré comme noble au XIX° siècle, il faut non seulement être riche mais avoir le sens de la métaphore. Ce sont les apparences qui comptent : ancienneté, particule, train de vie. Le consensus autour des signes prime sur l’authenticité des titres »18.

13En revanche, à la Société d’Agriculture, le titre se porte moins. La seule aristocratie reconnue, c’est celle de la fonction. Sans doute Textor de Ravisi n’oublie-t-il pas de se faire appeler baron ; mais ce percepteur, ancien gouverneur de la colonie indienne de Karical, passe pour un original ; d’ailleurs, il n’est pas stéphanois d’origine. Qui sait que Claude-Philippe Testenoire-Lafayette est descendant de notaires et officiers anoblis au XVI° siècle ? Le nombre des nobles “déclarés” est singulièrement bas : 7 en 1863, 8 en 1875, 6 en 1883. Ils sont fonctionnaires : le comte de Callac, secrétaire général de la préfecture, le vicomte de Martel, sous-inspecteur des Eaux et Forêts, ou propriétaires foréziens comme, à nouveau, le baron de Rochetaillé ou celui de Saint-Genest.

  • 19 Philippe SENTIS, Enquête..., op. cit., p. 11 bis.

14On constate une semblable disparité au point de vue de la domiciliation. La Société d’Agriculture prétend représenter l’ensemble du département de la Loire. En fait, les deux tiers de ses membres sont stéphanois en 1863. Les 78 autres viennent de l’arrondissement de Saint-Étienne. Les seules exceptions sont un sculpteur de Montbrison, un médecin de Saint-Haon-le-Chatel (arrondissement de Roanne) et trois autres membres hors la Loire. Il est caractéristique de constater l’extrême concentration des membres résidant hors de Saint-Étienne : 25 communes seulement sont représentées, parfois très bien même : 6 de Saint-Chamond, 8 de Rive-de-Gier et autant de Firminy, 4 membres viennent de la modeste bourgade de Pélussin ou de celle de Saint-Jean-Bonnefonds ; 14 du seul Chambon-Feugerolles : ils sont maîtres de forge, propriétaires, négociants et font à l’évidence partie du bassin d’activité stéphanois. Ils se détournent nettement de la plaine du Forez. La Diana draine beaucoup plus large : 28 des 235 membres fondateurs (12 %) n’habitent pas dans le département19. A l’exception de celui de Néronde, tous les cantons sont peu ou prou représentés. Les cantons urbains — Saint-Étienne, Montbrison (22 %), Roanne (8 %) — le sont simplement davantage. En 1885, les proportions ne sont guère différentes : 19,6 % ne sont pas domiciliés dans le département, signe d’une grande ouverture de la société (la moitié vivent à Lyon). Montbrison avec 15,8 % et Saint-Étienne avec 17,2 % fournissent les principales cohortes mais l’ensemble des cantons, y compris ceux du Roannais sont représentés.

  • 20 9 paroisses, 28 prêtres séculiers en 1846 ; 14 paroisses, 53 desservants en 1890. Selon Daniel MAN (...)

15La Société d’Agriculture mais aussi des Belles Lettres, ne l’oublions pas, se singularise aussi par la sous-représentation des milieux d'Église dans une ville pourtant où l’activité religieuse est intense : aucun membre du clergé en 1863 ; trois seulement en 1870 mais tous extérieurs : l’abbé Magaud, curé à Fontanés, Trinquet, vicaire à La Fouillouse, Eustache, directeur de l’orphelinat de Rive-de-Gier 20. Il faut ajouter le pasteur de la petite communauté protestante de Saint-Étienne, Enjalbert qui ne renouvellera pas sa cotisation et le rabbin Schull qui ne reste qu’un an. En 1883, on ne trouve que le curé de Firminy.

  • 21 Suivant le souhait de l’influent Vincent Durand (1831-1902), fils de notaire, propriétaire à Aille (...)

16A l’inverse, La Diana apparaît comme un refuge clérical. A la création, la société compte seulement 7 hommes d'Église mais deux archevêques : Mgr de Bonald, archevêque de Lyon et Mgr Donnet, archevêque de Bordeaux. Avec la République, les membres du clergé viennent plus nombreux : le seul curé de Notre-Dame de Montbrison en 1873 est rejoint par 46 autres collègues en 1885 ; le clergé constitue, et pour longtemps, une solide cohorte du cinquième des dianistes. Le haut clergé n’est plus représenté que par l’archevêque de Lyon (Mgr Caverot) mais les curés et vicaires, les enseignants des collèges montbrisonnais, sont venus, attirés certainement par la réduction de 50 % de la cotisation qui leur est consenti (15 francs au lieu de 30 à partir de 1876) et par les activités de la société qui s’intéresse beaucoup aux bâtiments religieux. Peut-être aussi ces clercs entendent-ils faire de la société un levier pour obtenir enfin l’érection de Montbrison au titre d'évêché ainsi qu’il en avait été question en 1856 et à nouveau en 187321.

  • 22 Nicole VERNEY-CARON, Le Ruban et le métal..., op. cit., p. 140-142 montre bien les liens, y compri (...)
  • 23 Biographie constituée à partir de la nécrologie de J. Biron, Annales de la Société d’Agriculture, (...)

17En matière de professions de justice, les effectifs des deux sociétés paraissent inversement proportionnels. La Diana recrute de nombreux juristes. Le maintien de la Cour d’Assise dans la sous-préfecture de Montbrison explique certainement la présence d’avocats, d’avoués, de juges et de procureurs ainsi que du personnel plus modeste huissiers et greffiers. La chambre des notaires de l’arrondissement de Montbrison prend même, c’est un cas unique, une adhésion collective. Dans la Société d’Agriculture, beaucoup plus démunie en la matière, les principaux représentants du monde de la loi sont les notaires : 6 sur 11 en 1863, 9 sur 14 en 1875, encore sur 9 sur 18 en 1885, soit la moitié des notaires de la ville. Il faut dire que cette profession est très impliquée dans le milieu de la passementerie22. Claude-Philippe Testenoire-Lafayette (1810-1903) dont nous apprécierons le rôle dans les deux sociétés, est particulièrement représentatif de ce milieu des notaires influents23. Issu d’une lignée beaujolaise, son grand père vient s’installer à Saint-Étienne en 1781 ; il y épouse une Poidebard, famille qui possède un important moulinage de la soie. Son père Philippe exerce la profession de moulinier et renforce ses liens avec la famille Poidebard en épousant une de ses cousines. Claude-Philippe s’installe comme notaire à Rive-de-Gier puis à Saint-Étienne. Il épouse Antoinette Desjoyaux, membre d’une famille éminente de la Fabrique stéphanoise et, fortune faite, il se retire sur ses terres en 1860.

  • 24 Philippe SENTIS, Enquête..., op. cit., p. 19.
  • 25 S’agit-il de Thérèse Martin-Philip, une femme émancipée qui ose écrire : « on s’émancipait : le do (...)

18Si les deux principales sociétés savantes du département connaissent bien des oppositions, elles présentent néanmoins des similitudes qui méritent d’être relevées. Les deux sociétés ignorent la moitié du monde. Aucune n’enregistre de présence féminine durant ces vingt années. On sait la misogynie du XIX° siècle. Il semble que le genre société savante éconduise tout particulièrement les éventuelles prétendantes, surtout en province. La première femme admise à la Société d’Agriculture, et encore au titre de veuve d’un illustre industriel, sera Mme Alexandre Colcombet à la fin du siècle. De même, la Diana n’enregistre ses premières adhérentes que tardivement : en 1897, elles ne sont que 4 sur 269 noms24. Une certaine Mme Martin semble avoir été la première femme admise à entrer dans l’auguste Diana en 188525.

  • 26 A remarquer que Testenoire-Lafayette, qui adhère en 1862 à l’âge honorable de 52 ans à La Diana et (...)

19L’âge des membres dans l’une ou l’autre société semble être celui de la maturité. Les membres de la Société d’Agriculture en 1883 accusent un âge moyen de 52 ans, entre 28 ans pour le plus jeune et 78 ans pour le plus âgé, du moins pour les 48 que nous avons pu identifier. La Diana donne la liste de ses membres avec la date d’entrée dans la société. Il apparaît que leur moyenne d’âge se situe à 56 ans en 1885 mais l’adhésion a été prise à l’âge de 45 ans sur 209, 65 membres repérés. Hormis des cas particuliers comme Vincent Durand qui rentre à la Diana à 31 ans, Joseph Déchelette à 22 ans ou le baron Max de Saint-Genest à 20 ans, les membres des sociétés savantes adhèrent plutôt tardivement mais restent jusqu’à leur mort26.

  • 27 Ces propos dithyrambiques sont dus cette fois au docteur Maurice, lors de l’éloge funèbre : Annale (...)

20En ce qui concerne leurs activités, il faut relever l’importance des “propriétaires”. Ils se signalent comme tels à la Société d’Agriculture qui n’indique par ailleurs que trois “cultivateurs”. Les propriétaires ne se désignent pas autrement que par leur titre de noblesse ou/et par leur fonction politique à La Diana. On les a alors catégorisés dans les “professions indéfinies”. Il forment couramment entre un quart et la moitié des membres. Beaucoup sont identifiés dans l'Histoire des sciences naturelles et agricoles en Forez de Claudius Roux (1897) qui joue le rôle d’un dictionnaire biographique des grands propriétaires. Jean de Neufbourg (1835-1902), près de Boën, et Francisque Balaÿ (1821-1871), près de Montrond sont considérés comme des exemples de « l’organisation en grand des embouches pour bestiaux de race dans la plaine du Forez ». Le marquis de Poncins (1830-1902) gère un domaine de 793 hectares près de Feurs ; il serait « le premier importateur (1861) de la culture à vapeur en France, promoteur de l’élevage du cheval dans la plaine du Forez, de l’amélioration des races bovines, du perfectionnement de la culture et de l’assainissement du pays ». Ainsi encore le baron Étienne de Vazehles, membre de La Diana à partir de 1878, propriétaire d’un château dans la plaine du Forez, est qualifié « d’agronome émérite, emboucheur et éleveur » ; de plus, en tant que propriétaire de vignes près de Montbrison, il « a donné la plus vive impulsion à la reconstitution des vignobles de la région en plants greffés ». Courbon de Saint-Genest (1824-1875), propriétaire du château de la Faye, vice-président de la Société d’Agriculture, a transformé des « terrains de tourbe infertile » et des « pacages de bruyère » en « prairies verdoyantes et productives » ou en « terres arables soigneusement cultivées »27.

21De fait, ces deux sociétés regroupent les élites économiques du département. Elles constituent même un des rares endroits où se côtoient les propriétaires fonciers, souvent de vieille famille nobiliaire, le patriciat traditionnel du ruban, de l’arme, de la quincaillerie, les couches montantes des maîtres de forge, des ingénieurs de la mine ou de l’usine et les banquiers.

  • 28 Nicole VERNEY-CARON, Le Ruban et le métal..., op. cit., p. 86 et 90. La taxe foncière de Francisqu (...)

22Les milieux du grand commerce sont bien représentés. Ils s’intitulent “négociants” en grains, en vins, en fer, en charbon (Charvey) mais surtout en rubans. A la Société d’Agriculture, le nombre des fabricants de rubans s’élève à 35 sur 46 négociants en 1883. Toutes les familles “qui comptent” sont représentées dans l’une ou l’autre société, parfois les deux, par un ou plusieurs membres. Les rubaniers se regroupent dans les rues de Saint-Étienne : dans la rue Mi-Carême, les Balaÿ, Duplay, Epitalon, dans la rue de la Bourse, les Philip-Thiolière, Devoucoux, Courally, Testenoire-Lafayette, dans la me de la paix, les Tézenas du Montcel, et Robichon-Lamothe, dans la me Brossard, les Peyret-Velay et autre Gérin. Les plus considérables appartiennent à la lignée des Balaÿ, une famille qui a fait fortune avec l’achat de biens nationaux durant la Révolution et avec les revenus des concessions minières après la loi de 181028. On voit jusqu’à cinq Balaÿ à la Société d’Agriculture en 1870. Ils y retrouvent Jean-Marie Epitalon, négociant en soie, héritier de la maison Epitalon frères, gendre de Francisque Balaÿ, et tous les autres représentants des familles de soyeux apparentés : Duplay, Neyron des Granges, Lyonnet, David, Dufour, Gérin, Thiollière.

23Le monde de la grande industrie est également bien représenté dans les deux sociétés. On note la présence de nombreux ingénieurs et plusieurs directeurs des mines de Montaud, de la Chazotte, de Beaubrun, de la Loire. Félix Devillaine, par exemple, étudie à l'École des Mines de Saint-Étienne entre 1844 et 1847 ; puis il entre comme ingénieur dans la célèbre Société des Mines de la Loire (1847-1854). Après la dislocation de l’entreprise, il fait toute sa carrière aux Mines de Montrambert et La Béraudière (1854-1895). De gros patrons de l’industrie métallurgique émargent également : Jules Holtzer et son beau-frère Frédéric Dorian pour les établissements Jacob Holtzer, Jean-Marie Gaudet et Hippolyte Pétin pour les Forges de la Marine, Félix Verdié pour les Aciéries de Firminy, les maîtres de forge du Chambon-Feugerolles (Chacot, Claudinon, Demans, Limouzin). Et encore le directeur des verreries de la Loire, Raabe, des fabricants d’armes comme Jérome Flachat ou Félix Escoffier, entrepreneur de la manufacture d’armes de 1853 à 1874. Le monde de l’industrie est représenté dans toutes ses activités. Les sociétés savantes valorisent ainsi une position sociale en même temps qu’elles contribuent au développement économique.

Deux sociétés savantes compromises dans la politique

  • 29 Mais il se ralliera en 1869 au tiers parti.
  • 30 Jean-Baptiste GALLEY, « Le 2 décembre 1851 dans l’arrondissement de Saint-Étienne », Bulletin du V (...)

24Les deux sociétés savantes s’interdisent soigneusement dans leurs statuts respectifs toute discussion politique et religieuse. Avec le Second Empire, la Société d’Agriculture est nettement reprise en main par le pouvoir. Ses présidents successifs, le juge Bayon (1853-1859), Briant (1859-1862), Francisque Balaÿ (1862-1871), manifestent une grande loyauté au nouveau régime. Balaÿ, “candidat officiel”, est élu au Corps Législatif en 1863 et place la société sous le patronage honoraire du duc de Persigny. La société adopte dans sa raison sociale le qualificatif “impériale”, attribué habituellement avec parcimonie. Cependant, la Société d Agriculture n’intéresse guère les hommes politiques. En 1863, seulement 7 maires, et même pas celui de Saint-Étienne, figurent sur ses listes. On remarque bien quelques noms d’opposants à l’Empire : le très légitimiste baron de Saint-Genest29, celui qui va devenir dès 1863 la figure emblématique du républicanisme, Frédéric Dorian, élu député cette année-là, puis, en 1865, maire de Saint-Étienne, sur une liste “démocrate et anti-cléricale” ou encore Blancsubé, médecin quarante-huitard, inquiété lors du coup d'État30 et installé depuis (exilé ?) à Mostaganem en Algérie. Mais au total, la position politique de la Société d’Agriculture paraît peu affirmée ; les élites économiques qui la composent s’accommodent surtout d’un régime d’ordre.

  • 31 BMSE, c. 72 (30), Questions locales. Collections et cours publics à Saint-Étienne, anonyme, 1875, (...)
  • 32 Ibid, p. 65.

25Sous la présidence de Francisque Balaÿ (1862-1871), la Société Impériale se porte plutôt bien avec une nette croissance des effectifs (+ 92 % entre 1863 et 1870). Elle manifeste une belle vitalité. En 1862, se tient à Saint-Étienne, grâce à la Société d’Agriculture, la dix-neuvième session du très renommé Congrès Scientifique de France. Par ailleurs, chaque année, est désormais organisé un comice agricole dans un des cantons de l’arrondissement. Des récompenses sont remises à ceux qui manifestent par la bonne exploitation de leur propriété, leur intérêt pour le progrès agricole. Testenoire-Lafayette, président de la section des Arts et Belles Lettres de la société, reçoit ainsi deux médailles d’or en 1865 et 1866 pour l’administration de son domaine de Fontaillis, près de la Tour en Jarez. La Société d’Agriculture fonde aussi des cours d’enseignement professionnel. En cela, elle répond parfaitement à ses objectifs statutaires « consolider et propager dans les classes ouvrières l’amour pour le travail, pour l’économie et pour l’instruction ». Les élèves étaient, paraît-il, nombreux31 ; mais la mauvaise situation financière explique la dissolution prématurée de cette oeuvre privée. « Elle avait pourtant entrepris une oeuvre louable ; nous regrettons de n’avoir pas rencontré dans cette tentative un plan bien arrêté, résultant d’une idée bien nette de ce qui avait été fait ailleurs. Il y a eu un bon mouvement, impuissant à donner même une pâle copie des tentatives de nos voisins de Lyon »32.

  • 33 Abrial, secrétaire de la section des Arts et des Lettres, Annales..., 1863, p. 61.

26Active dans le domaine agricole et industriel, la Société manifeste par contre, une grosse faiblesse dans celui des Lettres et des Arts : « Le département de la Loire prend une part plus considérable qu’on ne le suppose au mouvement intellectuel de la France... Il lui est permis toutefois de regretter, du moins en ce qui concerne les Lettres et les Arts, que leur culture à laquelle quelques-uns de nos concitoyens ont acquis loin de là tant de renom, n’aît pas reçu plus de développement dans nos contrées »33. La médiocre représentation des milieux intellectuels et artistiques explique sans doute cette léthargie. Si Chaverondier, l’archiviste départemental, Jalabert, le conservateur du musée d’artillerie et Mourguet-Rorin, le conservateur du musée, sont naturellement présents, la disparition de La Tour Varan en 1864, l’actif bibliothécaire de la ville depuis 1842, n’a pas été compensée.

27La Diana est née beaucoup plus expressément d’une volonté politique : celle du duc de Persigny, ministre de l’Intérieur et ami personnel de l’empereur, qui cherche à implanter l’idéologie impériale dans le département et à constituer une assise locale à sa propre carrière. Elle comprend à sa création 38 maires auxquels il faudrait ajouter les adjoints ou les membres des conseils municipaux. Certains viennent de communes rurales ; d’autres représentent les principales villes du département : Majoux, maire de Montbrison, Faure-Bellon, maire de Saint-Étienne, Bouiller, premier magistrat de Roanne, et encore Broutin de Feurs, Duclos de Saint-Chamond ou Chambarlhac, maire de Firminy. A l’évidence, Persigny, le président-fondateur de la Diana a su trouver les arguments pour attirer les édiles, qui, rappelons-le, sont alors nommés. D’ailleurs, deux préfets (Loire et Ain), 5 sous-préfets, le général commandant le département, 23 conseillers généraux (Persigny est aussi président du Conseil Général depuis 1858) adhèrent à la Société. Remarquons encore la présence des quatre députés “officiels” : Balaÿ de la Bertrandière, Bouchetal-Laroche, le comte de Charpin-Feugerolles et le comte du Hamel.

Deux sociétés qui deviennent savantes

  • 34 « Les deux années qui avaient précédé les malheurs de la France avaient été à peu près stériles », (...)

28Inégalement compromises avec le régime impérial, les deux sociétés vivent différemment sa chute. La Diana manque de disparaître. Elle a fait le plein des membres, semble-t-il dès sa création et ne manifeste guère d’activité dans les années suivantes : pas d’assemblée générale, pas de publication, le duc de Persigny s’y opposant.34 Les effectifs atteignent seulement 240 en 1868 (235 en 1862). Les droits élevés (droit d'entrée fixé à 100 francs, cotisation annuelle à 30 francs) peuvent en dissuader plus d’un. La Société s’engourdit dans le mol cocon de la protection officielle : elle reçoit le titre d’établissement d’intérêt public par le décret du 13 février 1869.

  • 35 Il meurt à Nice le 12 janvier 1872.
  • 36 Selon Buhet : Bulletin de la Diana, assemblée générale du 12 décembre 1881.
  • 37 Discours du président Chassan de la Plasse, La Diana, fête du cinquantenaire de sa fondation 1862- (...)

29Avec la chute de l’Empire, c’est le sauve-qui-peut : 48 membres seulement en 1871, 18 en 1872. Le président Persigny disparaît : la société a perdu son mentor et son mécène35. La Diana survit cependant à la chute du Second Empire. Elle le doit à la volonté de quelques-uns, Vincent-Durand, le comte de Charpin-Feugerolles, le marquis de Poncins et surtout, semble-t-il au stéphanois Testenoire-Lafayette. Comme l’assure son collègue notaire et dianiste Buhet en 1881, « un homme dévoué, notre collègue Testenoire-Lafayette, a repris, avec la seule autorité de son amour pour notre chère province, l’oeuvre à demi brisée de notre fondateur, M. de Persigny. Avec le concours de quelques amis qui n’avaient pas désespéré, il a rallumé le feu qui couvait sous les cendres »36. Bien plus tard, lors des fêtes du cinquantenaire de la Société, le thème du sauveur revient de manière similaire : « Au moment même où disparaissait le fondateur de cette pauvre société, dont personne ne parlait plus, M. Testenoire-Lafayette eut le courage de convoquer ce qui restait des anciens membres pour aviser aux moyens de ne pas laisser périr une institution créée dans l’intérêt de l’histoire et des souvenirs de notre province »37.

  • 38 Mémoires et Documents, 1880, p. 10.

30Avec la fin du régime qui l’a promu, le personnel politique diminue : en 1873, ils ne sont plus que deux conseillers généraux et six parlementaires. Bouiller est devenu député de Roanne ; Bouchetal-Laroche figure comme ancien député ; les comtes Camille de Meaux, de Montgolfier, de Sugny et Alexandre Jullien assurent seuls la continuité parlementaire. En 1885, tous, hormis le nouveau député républicain Georges Levet, émargent encore sur les listes au titre d’ancien parlementaire. La Diana cesse, après l’épisode MacMahon, d'être inféodée au gouvernement. L’impossible restauration monarchique l’amène à cesser d’être un simple cercle de notables conservateurs et à se transformer réellement en société savante. Désormais, la Société publie des Mémoires et Documents ; à partir de 1877, elle y ajoute un Bulletin. Une excursion annuelle emmène à partir de 1873 les dianistes sur un site archéologique et historique dans le Forez. « Tout y gagne, assure le président Testenoire-Lafayette, la science, les rapports affectueux, la franche cordialité »38. Le nombre des sociétés savantes correspondantes augmente lentement (16 en 1876, 20 en 1881). Le nombre des adhérents croit sensiblement : si l’on se place en 1880, au moment où s’achève la présidence de Testenoire-Lafayette, 68,8 % des membres (soit 106) ont adhéré depuis 1871. L’assistance moyenne aux trois assemblées annuelles progresse : 20 à la fin des années 1870, 35 au milieu des années 1880. Des jeunes, souvent membres de la Société Française d’Archéologie, Révérend du Mesnil, Eleuthère Brassart, Joseph Déchelette, apportent désormais un enthousiasme au labeur et une authentique culture savante qui permet à La Diana d’accomplir sa vocation.

  • 39 Annales de la Société d’Agriculture, 1870, p. 133.

31En ce qui concerne la Société Impériale d’Agriculture, la guerre franco-prussienne, la chute de l’Empire et la Commune de Saint-Étienne provoquent aussi de fortes turbulences. Elle suspend ses activités après la séance du 11 août 1870 qui n’avait réuni que sept membres et décide d’effacer aussitôt le qualificatif “impérial” de son titre. L’un des ses membres, Frédéric Dorian, devient ministre des Travaux Publics du gouvernement de la Défense Nationale. « En conséquences des graves événements politiques survenus dans le courant du mois d’août et au commencement du mois de septembre : invasion de la France par les armées allemandes, désastre inouï de Sedan, chute de l’Empire, avènement de la République, le conseil d’administration de la Société a décidé que les travaux et les réunions de la Société seraient suspendus jusqu’à des temps plus propices, et que, en attendant la décision de la prochaine assemblée générale qui sera consultée à cet égard, la Société prendrait à l’avenir dans ses publications, et dans ses actes, le titre de Société d’Agriculture, Industrie, Sciences, Arts et Belles Lettres du département de la Loire »39.

  • 40 Annales de la Société d’Agriculture, 1871, p. 16.

32Les activités reprennent avec la séance du 13 avril 1871, soit quinze jours après la Commune de Saint-Étienne et son écrasement par l’un des membres de la Société, le baron de Rochetaillée (25-28 mars). Mais le coeur n’y est à l’évidence plus : « La Société a ressenti, comme cela devait être, l’inévitable contrecoup des catastrophes politiques qui sont venues fondre depuis dix mois sur notre malheureuse France... »40. La seule discussion porte sur un secours à envoyer aux agriculteurs des départements envahis. Mais aux séances suivantes, les effectifs ont singulièrement fondu, six membres en moyenne. Francisque Balaÿ, si compromis avec le précédent régime, meurt. La Société cherche un second souffle. Pour le renouvellement du bureau, 28 membres seulement sont présents (16 % des effectifs totaux). L’ère Balaÿ (1863-1871) s’achève. A la fin de l’année, pour la première fois, les cotisations ne couvrent plus les dépenses. Les effectifs connaissent une chute rapide entre 1870 et 1871 : 49 membres, 22,7 %. 13 négociants quittent la société, 2 nouveaux seulement la rejoignent.

  • 41 Le docteur Maurice (1815-1886) reste secrétaire général (de 1863 à 1884) et le comptable Favarcq ( (...)

33L’élection de l’ingénieur Jules Euverte, l’un des fondateurs du Creusot, le directeur des usines de Terrenoire, symbolise la passation de pouvoir du ruban au métal, du bonapartisme au républicanisme. Il restera président de 1871 à 188941. Les équipes sont renouvelées. Les professions “intellectuelles” qui avaient bien peu participé aux activités jusqu’alors, arrivent au sommet. Un professeur de physique devient président de la section des Sciences en 1880, un pharmacien vice-président de celle de l’Agriculture, un fonctionnaire de préfecture secrétaire de celle des Lettres.

34Les ingénieurs investissent les sections Industrie et Sciences. Maximilien Evrard (1821-1905) en est un bon représentant. Il est sorti de l'École des Mines dans la promotion de 1840. Il devient vite le directeur de Houillères de la Chazotte. Membre de la Société des Sciences Naturelles, section minéralogie, il adhère dès sa formation à la Société d’Agriculture. Il préside enfin la section de l’Industrie à partir de 1874. L’ingénieur Maussier (1830-1910), de la Compagnie Badoit, travaille dans la section des Sciences ; il se fera connaître particulièrement pour ses études géologiques et hydrologiques sur la plaine du Forez qui lui vaudront les félicitations de la Société.

  • 42 Nicole VERNEY-CARON, Le Ruban et le métal..., op. cit., p. 142-146.
  • 43 Françoise BERCE, « Arcisse de Caumont et les sociétés savantes », Pierre NORA (dir.), Lieux de mém (...)
  • 44 Claudius ROUX, Histoire des sciences naturelles et agricoles en Forez, Lyon, Rey, 1911, p. 255.

35Plus caractéristique encore de l’orientation savante nouvelle de la Société est l’importance nouvelle prise par les médecins, ces mal aimés de l’élite stéphanoise42. Le milieu médical a toujours été modestement représenté tant à la Diana qu’à la Société d’Agriculture. En 1863, on relève les noms de 8 médecins dans la société montbrisonnaise et de 10 dans celle de Saint-Étienne ; en 1874, ils sont respectivement 4 et 10, 6 et 8, dix ans plus tard. Mais la qualité des participants corrige cette première impression. Victor de La Prade “junior”, entre à la Diana, ainsi que ses deux frères, en 1884, un an après la mort de leur père académicien et lui-même dianiste depuis 1875. Le docteur Noélas (1830-1888) est connu comme un érudit archéologue, géologue et préhistorien. Membre de nos deux sociétés, il appartient aussi à la vénérable Société Française d’Archéologie et à l’Institut des Provinces, mis en place en son temps par Arcisse de Caumont43. Le docteur Rimaud (1808-1889) participe à la fondation de la Société des Sciences Naturelles et est reconnu comme un « archéologue érudit et lettré » ainsi qu’un « naturaliste de valeur »44 ; à partir de 1874, il prend la présidence de la section des Arts et Belles Lettres. Jusqu’à son départ en retraite en 1876, Félix Michalowski (1813-1893), spécialiste de philologie, anime par ses comptes-rendus du mouvement scientifique la section des Sciences. Quant au docteur Maurice (1815-1886), il assume le secrétariat général de la Société sous la présidence Euverte.

  • 45 « Il semble a priori que dans une ville industrielle comme Saint-Étienne, cette section (Industrie (...)

36L’agriculture reste “le pivot” des activités de la Société selon le docteur Maurice. Les comices agricoles continuent de dévorer chaque année l’essentiel du budget. Des cours publics et gratuits de cultures fruitières et maraîchères sont aussi dispensés. La marche du phylloxera dans les vignes peut être suivie au travers des nombreux articles qui lui sont consacrés. Cependant, les autres sections connaissent un éveil certain. Chaque année est désormais publié un catalogue des brevets d’invention. D’importants articles sont publiés qui traitent de l’armurerie stéphanoise, de la question du libre-échange ou de l’exploitation de la houille. Un fonds spécial d’encouragement à l’industrie est constitué45. Même la section des Lettres connaît une embellie. Son nouveau président, le docteur Rimaud, donne le compte-rendu détaillé d’excursions dans le Forez. Des délégués participent aux colloques des sociétés savantes à la Sorbonne. Des conférences sur les explorateurs locaux de l’Indochine, Francis Garnier et Jean Dupuis, sont données. En 1875 surtout, a lieu à Saint-Étienne le premier congrès provincial des orientalistes ; il se tient sous le patronage “académique” de la Société d’Agriculture après les sessions internationales de Paris (1873), de Londres (1874) et avant la deuxième session provinciale (Marseille, 1876) et la troisième (Lyon, 1878).

  • 46 « Quelques zélés de l’horticulture ont essayé de constituer un société particulière d’horticulture (...)
  • 47 Les activités de la Société d'Économie Politique paraissent avoir été des plus discrètes ; aucune (...)

37La Société d’Agriculture paraît suffisamment solide désormais pour affronter sans problème la concurrence des autres sociétés savantes (La Diana) ou les compétitions internes. L’essai de création d’une société d’horticulture en 1883 fait long feu46. La création d’une Société d'Économie Politique en 1878 par un dissident, Tézenas du Montcel, n’entrave pas l’activité de la vieille dame47. Le nombre des sociétés correspondantes augmente : 89 dans 64 villes en 1876 ; 106 dans 73 villes en 1881. Les séances mensuelles sont désormais relativement mieux suivies : 13 membres en moyenne en 1874, soit 44 participants sur 182 inscrits (24,1 %) ; 31 membres par séance en 1880, soit 90 participants à la vie de la société (27,8 %). Notre travail veut ainsi montrer la révolution culturelle qui s’empare des élites foréziennes dès le début de la Troisième République. Issues du Second Empire mais compromises de ce fait même avec le régime déchu, fondées sur une opposition d’intérêts et des rivalités locales (Montbrison-Saint-Étienne), les sociétés savantes de la Loire ont su trouver les ressources humaines nécessaires pour réaliser une véritable mue. Sans que disparaisse le patriciat traditionnel des grands propriétaires fonciers, des négociants du ruban et des patrons de la grande industrie métallurgique, on assiste à une montée sociale et culturelle des professions intellectuelles. Sans doute, les architectes, les écrivains, les enseignants, les hommes de culture au sens habituel du terme, paraissent en nombre bien limité dans les effectifs. Mais les ingénieurs et les médecins prennent en main le devenir de ces sociétés qui commencent réellement à devenir savantes. La production culturelle de ces nouvelles “élites” ne pourra plus désormais être négligée.

Notes

1 Parmi les travaux sur ce sujet : André-Jean TUDESQ, Les Grands notables en France (1840-1849), Paris, PUF, 1964 ; Nicole VERNEY-CARON, Le Ruban et le métal. Recherches sur les élites économiques de la région stéphanoise au XIX° siècle, thèse de doctorat, Université Lyon II, 1995 ; Joseph JACQUEMOND, La Révolution industrielle dans la vallée de l'Ondaine (1815-1914), Saint-Étienne, PUSE, 1995.

2 Daniel MANDON, Les Barbelés de la culture : Saint-Étienne, une ville ouvrière, Lyon, Fédérop, 1976 ; Histoire de Saint-Étienne, Toulouse, Privat, 1990.

3 La Bibliothèque Municipale de Saint-Étienne (BMSE) dispose des Annales de la Société d’Agriculture de 1857 à 1933. La société de La Diana de Montbrison a commencé à publier ses Recueils de mémoires et documents sur le Forez à partir de 1874 et un Bulletin annuel à dater de 1877.

4 Jean-Pierre CHALINE, Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France, Paris, CTHS, 1995, p. 37.

5 M. Grüner, Saint-Étienne, Théolier, 1883.

6 Statuts et règlement de la Société de Médecine, Bulletin de la Diana, tome 1, 1857-1860, p. 17.

7 Sans remonter au bureau d’agriculture qui a fonctionné de 1761 à 1792, rappelons qu’elle a été créée en 1803 (3 vendémiaire an XI) par le préfet Imbert sous le nom de Société d’Agriculture, de Commerce et des Arts du département de la Loire. Cette société se composait de 24 membres partagés en trois sections de huit membres, une par arrondissement. Les séances mensuelles devaient se tenir au chef-lieu du département. On ne tarda pas à reconnaître les vices de ce mode d’organisation. Aussi, en 1822, les huit associés de Saint-Étienne firent décider que les trois sections auraient désormais une existence séparée quant à leurs travaux ordinaires mais qu'elles se réuniraient une fois par an pour rattacher leurs travaux à un centre commun. Seule la première partie du programme, l’éclatement des activités, fut accomplie ; la seconde, qui devait rattacher les travaux à un centre commun, fut négligée. Le 1er mai 1822 naît donc officiellement la Société d’Agriculture, Arts et Commerce de l’arrondissement de Saint-Étienne. En 1845, tandis que le bassin stéphanois connaît un formidable essor économique fondé essentiellement sur l’exploitation de la houille, le travail du métal et la fabrication du ruban, la Société d'Agriculture adopte un nom plus représentatif de son nouveau recrutement : elle devient la Société agricole et industrielle. Dès lors, chaque année, la Société publie les Annales de ses travaux.

8 Le président en est le notaire catholique Buhet. On y trouve nombre de membres du patriciat rubanier local : Testenoire-Lafayette, Balaÿ, Thiollière, Avril, David, Gérentet, Neyron des Granges : Archives Départementales de la Loire : 28 M 1 et 4.

9 En 1847, une Société des Sciences Naturelles est chargée de la direction scientifique du musée de la ville, de la direction du Jardin des Plantes qui vient d'être créé et de la fondation d'un musée de l'artillerie.

10 Le préfet Thuillier et le maire bonapartiste Faure-Belon venaient à peine de créer une Société des Amis des Arts de Saint-Étienne.

11 Selon le secrétaire général : Bulletin de la Diana, 1881, p. 386.

12 Dès sa renaissance (1822), la Société d’Agriculture est prise en main par des présidents classés plutôt à gauche : le richissime Jovin-Bouchard (1780-1835), entrepreneur d’armes à la Manufacture d’armes et maître de poste, passe pour aveuglément dévoué au parti libéral. Son successeur pendant vingt ans (1832-52), Étienne Peyret-Lallier (1780-1871), avocat, a une carrière politique fournie et se place au centre-gauche : conseiller municipal dès 1817, maire de Saint-Étienne en 1831-1832 et 1835-1837, député en 1834 ; au conseil municipal de 1843 à 1851 et au Conseil Général de 1843-1846, il se fait le champion de la bataille contre la Compagnie des Mines de la Loire et organise une caisse de secours pour les mineurs. Il cesse toute activité politique à l’arrivée du Second Empire.

13 BMSE, Correspondance générale d’Auguste Bernard, tome VII bis : Claude LATTA, Auguste Bernard (1811-1868), Colloque international Aspects de l’archéologie française au XIX° siècle, Montbrison, 14-15 octobre 1995. Ce projet serait né à l’instigation « d’un jeune homme plein de science nommé Jalabert » (le fils du célèbre arquebusier stéphanois ?), du curé de la collégiale Notre-Dame, l’abbé Renon, du noble Octave de la Bâtie, d’Henri Levet, conseiller de préfecture, de l’imprimeur Michel Bernard. Son frère Auguste, correcteur à l’Imprimerie Royale, membre de la célèbre Société des Antiquaires de France, était déjà connu pour son ouvrage Histoire du Forez (1835-1836).

14 Né et inhumé à Saint-Germain-Lespinasse : Honoré FARAT, Persigny, un ministre de Napoléon III, Paris, Hachette, 1957.

15 Philippe SENTIS, Enquête sur une communauté intellectuelle : la Diana du Forez (1862-1965), maîtrise d’histoire, Université Lyon III, 1994.

16 Voir la structuration par catégories socio-professionnelles en annexe.

17 J. DELAORA, Foréziens dignes de mémoire, Lyon, Waltener, 1889. Cet ouvrage prend un indiscutable plaisir à développer la litanie précieuse des termes de l’héraldique : André STEYERT, Armorial général du Lyonnais, Forez et Beaujolais, Lyon, Brun, 1860.

18 Nicole VERNEY-CARON, Le Ruban et le métal..., op. cit., p. 75.

19 Philippe SENTIS, Enquête..., op. cit., p. 11 bis.

20 9 paroisses, 28 prêtres séculiers en 1846 ; 14 paroisses, 53 desservants en 1890. Selon Daniel MANDON, Les Barbelés..., op. cit. ; Histoire de Saint-Étienne..., op. cit., Nicole VERNEY-CARON, Le Ruban et le métal..., op. cit., p. 299-301 montre aussi une réelle complicité entre le clergé et le patriciat rubanier. Il est vrai que les maîtres de forge, plus volontiers protestants, francs-maçons ou indifférents, ne manifestent pas toujours une attitude aussi cléricale.

21 Suivant le souhait de l’influent Vincent Durand (1831-1902), fils de notaire, propriétaire à Ailleux, près de Boën, et secrétaire de La Diana de 1873 à 1902.

22 Nicole VERNEY-CARON, Le Ruban et le métal..., op. cit., p. 140-142 montre bien les liens, y compris familiaux, qui se sont établis, souvent depuis le XVIII0 siècle, entre les notaires qui jouent souvent le rôle de collecteurs d’argent et les négociants de rubanerie.

23 Biographie constituée à partir de la nécrologie de J. Biron, Annales de la Société d’Agriculture, 1903, du vicomte de Meaux, Bulletin de la Diana, 1903, de Maurice de Boissieu (C.P. Testenoire-Lafayette (1810-1903), sa vie, ses travaux, Saint-Étienne, Théolier, 1919) et de M. Testenoire-Lafayette et la Société d’Agriculture, Industrie, Sciences, Arts et Belles Lettres du département de la Loire. Notes et souvenirs, Saint-Étienne, Théolier, 1903.

24 Philippe SENTIS, Enquête..., op. cit., p. 19.

25 S’agit-il de Thérèse Martin-Philip, une femme émancipée qui ose écrire : « on s’émancipait : le doute n’était plus possible. A la consternation des mères de famille, leurs filles pas toutes, il est vrai se révoltaient contre l’accompagnement forcé, et prétendaient “sortir seules”... Le crochet perdait de sa vogue. Le tennis, voilà qui était bien “fin de siècle" » : Heureux temps ! Enfance forézienne, Rodez, 1958, p. 32. L’entrée dans le cercle masculin de la sociabilité savante représenterait donc une autre voie de l'émancipation.

26 A remarquer que Testenoire-Lafayette, qui adhère en 1862 à l’âge honorable de 52 ans à La Diana et à la Société d’Agriculture en restera membre pendant 40 ans.

27 Ces propos dithyrambiques sont dus cette fois au docteur Maurice, lors de l’éloge funèbre : Annales de la Société d’Agriculture, 1875.

28 Nicole VERNEY-CARON, Le Ruban et le métal..., op. cit., p. 86 et 90. La taxe foncière de Francisque Balaÿ s’élève en 1865 à 2.658 francs.

29 Mais il se ralliera en 1869 au tiers parti.

30 Jean-Baptiste GALLEY, « Le 2 décembre 1851 dans l’arrondissement de Saint-Étienne », Bulletin du Vieux Saint-Étienne, 1972, no 88, p. 92-95.

31 BMSE, c. 72 (30), Questions locales. Collections et cours publics à Saint-Étienne, anonyme, 1875, p. 57-75.

32 Ibid, p. 65.

33 Abrial, secrétaire de la section des Arts et des Lettres, Annales..., 1863, p. 61.

34 « Les deux années qui avaient précédé les malheurs de la France avaient été à peu près stériles », écrira plus tard Testenoire-Lafayette, Assemblée Générale du 7 juillet 1879, Mémoires et Documents, tome V, p. 2.

35 Il meurt à Nice le 12 janvier 1872.

36 Selon Buhet : Bulletin de la Diana, assemblée générale du 12 décembre 1881.

37 Discours du président Chassan de la Plasse, La Diana, fête du cinquantenaire de sa fondation 1862-1912, Montbrison, Eleuthère, 1913, p. 34.

38 Mémoires et Documents, 1880, p. 10.

39 Annales de la Société d’Agriculture, 1870, p. 133.

40 Annales de la Société d’Agriculture, 1871, p. 16.

41 Le docteur Maurice (1815-1886) reste secrétaire général (de 1863 à 1884) et le comptable Favarcq (1832-1900), par ailleurs remarquable entomologiste, prend le poste de trésorier de 1871 à 1880.

42 Nicole VERNEY-CARON, Le Ruban et le métal..., op. cit., p. 142-146.

43 Françoise BERCE, « Arcisse de Caumont et les sociétés savantes », Pierre NORA (dir.), Lieux de mémoire, tome 2 : la Nation, Paris, Gallimard, 1986, p. 533-567.

44 Claudius ROUX, Histoire des sciences naturelles et agricoles en Forez, Lyon, Rey, 1911, p. 255.

45 « Il semble a priori que dans une ville industrielle comme Saint-Étienne, cette section (Industrie) devrait, par ses travaux, grandement éclipser toutes les autres. Malheureusement, et je ne saurai dire pourquoi, il n’en a pas été ainsi dans le passé. Cependant, depuis quelques années, grâce à l’institution d’un fonds d’encouragement pour l’industrie et d’une commission spéciale destinée à le faire fonctionner, la section d’industrie semble vouloir sortir de son inertie » : Bulletin de la Diana, 1882, p. 472.

46 « Quelques zélés de l’horticulture ont essayé de constituer un société particulière d’horticulture, distincte de la nôtre. L’insuccès de leur tentative les aura-t-il convaincus qu’ils étaient dans une mauvaise voie ? J’aime à l’espérer sans être certain » : Annales..., 1884, p. 468.

47 Les activités de la Société d'Économie Politique paraissent avoir été des plus discrètes ; aucune publication n’en fait mention et la société disparaît en 1884.

Auteur

Professeur à l’IUFM de Saint-Étienne.

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search