Version classiqueVersion mobile

Élites et pouvoirs locaux

 | 
Bruno Dumons
, 
Gilles Pollet

I. Autorités religieuses

Figures et illusions du pouvoir : les évêques savoyards sous la Troisième république

Christian Sorrel

Texte intégral

  • 1 Marc MINIER, L'Épiscopat français du Ralliement à Vatican II, Padoue, 1982 ; Jacques-Olivier BOUDO (...)
  • 2 Michel LAGREE, « La monographie diocésaine et les acquis de l’historiographie religieuse française (...)
  • 3 Ils font l’objet d’une mise au point biographique et bibliographique : Christian SORREL (dir.), Di (...)
  • 4 Étienne FOUILLOUX, « Une ou deux élites religieuses ? La France 1939-1950 », Les Élites en France (...)

1L’épiscopat français de l’époque contemporaine a fait l’objet de recherches prosopographiques tendant à mettre en évidence les mécanismes de constitution d’une élite dans la vie ecclésiale et sociale et à discerner les courants théologiques ou pastoraux qui se dessinent en son sein1. Il demeure en revanche peu étudié comme figure du pouvoir local sinon par le détour de la biographie et de la monographie diocésaine2. Cette communication se propose en conséquence d’amorcer une réflexion sur l’exercice du pouvoir épiscopal dans la société provinciale de la Troisième République en considérant l’itinéraire des vingt prélats nommés sur les quatre sièges épiscopaux (Annecy, Chambéry, Maurienne, Tarentaise) des deux départements savoyards entre 1873 et 19383. Le cadre chronologique déterminé par une séquence politique peut sembler toutefois inadéquat pour cette observation. La permanence du régime concordataire relativise en effet la date de 1870 tandis que la mise en oeuvre du concile Vatican II est sans doute plus importante que la coupure de la Seconde Guerre mondiale4. Mais, en plaçant la question religieuse au coeur du débat politique puis en réalisant la séparation de l'Église et de l'État, la Troisième République impose au corps épiscopal des mutations. En Savoie, de plus, l’établissement du nouveau régime donne pleine signification aux changements apportés par l’annexion de 1860 et mis un temps entre parenthèses par l’alliance privilégiée des anciens notables et des autorités impériales. Il importe donc de considérer d’abord le type de relations qui s’établit entre le personnel épiscopal et le milieu provincial, avant d’analyser ses modalités d’action dans une terre de chrétienté très tôt rétive aux directives politiques du clergé.

Horizons provinciaux

  • 5 Jacques GADILLE, La Pensée et l’action politiques des évêques français au début de la Troisième Ré (...)
  • 6 Christian SORREL, « André Charvaz et l’épiscopat savoisien de la première moitié du XIX° siècle »,(...)
  • 7 Archives Nationales (AN), F 19-2544 (dossier de Mgr Turinaz) ; Jacques-Olivier BOUDON, L'Épiscopat (...)
  • 8 AN, F 19-2580/A et B (dossiers de NN. SS. Vibert et Rosset).

2Au moment où naît la Troisième République, il est « légitime de parler d’un haut clergé savoisien, uni dans un sentiment particulariste » autour du cardinal Billiet, archevêque de Chambéry de 1840 à 18735. Les Savoyards détiennent en effet le monopole des sièges épiscopaux depuis la Restauration sarde de 1815 et le gouvernement impérial n’a pas modifié cette situation afin de se concilier les faveurs des prêtres et des notables catholiques, acteurs de l’acceptation du transfert de souveraineté de 1860. Formés dans les séminaires de la province, en relations constantes entre eux, ces prélats constituent un ensemble cohérent, bien inséré dans la société locale6. Seul Mgr Vibert, évêque de Maurienne de 1841 à 1876, ultramontain rigide déconsidéré par ses dérives visionnaires, se situe à l’écart d’un cercle dont l’unité est encore renforcée au cours des années 1860 par une communauté d’idées à l’école de Mgr Dupanloup, soucieux d’orienter les nominations épiscopales dans son pays natal par l’intermédiaire de Mgr Billiet, élément central du dispositif de cooptation hiérarchique, cautionné par les notables : Mgr Magnin, évêque d’Annecy de 1860 à 1879, et Mgr Gros, évêque de Tarentaise de 1866 à 1872, fréquentent les rencontres des catholiques libéraux de Menthon-Saint-Bernard et la Combe. La première nomination effectuée sous la Troisième République, en janvier 1873 en Tarentaise, s’inscrit dans la même ligne : la désignation de Mgr Turinaz, difficilement acceptée par Rome qui le suspecte de libéralisme, consacre un jeune et brillant professeur du grand séminaire de Chambéry, proche de l’évêque d’Orléans et neveu de l’avant-dernier titulaire du siège7. Trois ans plus tard, c’est encore un Savoyard, Mgr Rosset qui est nommé administrateur apostolique puis évêque de Maurienne, sur la recommandation de son ancien collègue, Mgr Turinaz, renouvelant une proposition de l’archevêque de Chambéry en 1873. Mais l’intervention romaine qui prive Mgr Vibert de sa juridiction sur le diocèse crée des circonstances exceptionnelles et Mgr Rosset est effectivement le dernier Savoyard à être promu à l’épiscopat sous le régime concordataire8.

  • 9 Mgr Dupanloup le recommande au ministère des Cultes : Jacques-Olivier BOUDON, L'Episcopat..., op. (...)
  • 10 AN, F 19-2515 (lettre du 26 février 1873). Pour ne pas anticiper la succession, le gouvernement hé (...)
  • 11 Ibid, lettre du préfet de la Savoie au ministre des Cultes, 10 mai 1873. Selon le préfet, le clerg (...)
  • 12 Ibid, lettre de Nicolas Parent à Barthélémy Saint-Hilaire, 2 mai 1873.
  • 13 Ibid, rapport au ministre des Cultes après la mort du cardinal Billiet, s. d.

3La décision de prendre les évêques hors du clergé local remonte en fait à la succession du cardinal Billiet, décédé le 30 avril 1873. Le ministère des Cultes hésite cependant devant cette rupture comme en témoigne la réponse de Jules Simon au prélat vieillissant qui avait demandé pour coadjuteur, probablement sur la suggestion de Mgr Dupanloup, l’abbé Thibaudier, vicaire général de Lyon9 : « Je n’ai point oublié le nom indiqué par Votre Eminence, mais je ne voudrais pas me prononcer sans avoir signalé à son attention le vif désir qu’éprouvera le gouvernement de ne faire porter son choix que sur les ecclésiastiques sympathiques à la Savoie »10. L’enjeu de la “nationalité” n’est peut-être pas seul en cause dans cette mise en garde. Le patronage de Mgr Dupanloup peut en effet heurter un clergé désireux dans sa majorité de « voir nommer un évêque qui, avant tout, n’ait pas été engagé vivement dans les discussions du concile d’une manière hostile au Saint-Père »11. Quant au camp républicain, représenté par le député Nicolas Parent, il souhaite le transfert à Chambéry de Mgr Magnin et, à défaut, estime « prudent et politique de faire un choix dans le clergé des anciens départements » pour contrer les menées ultramontaines et freiner l’activisme politique des desservants12. Cette option permettrait aussi de donner un caractère plus policé à un clergé d’origine rurale, trop habitué à son isolement, comme le note le préfet de la Savoie : « Il est régulier, plus fort en théologie et en droit canonique qu’on ne l’est en France ; il est plus laborieux, plus instruit que notre clergé. Mais il pêche par la forme ; il a cette âpreté de moeurs qui est propre aux pays de montagnes »13. Dans ces conditions, le transfert de l’évêque de Tarbes, Mgr Pichenot, un des rares prélats ultramontains agréés par l’Empire après 1859, paraît la solution la plus opportune et les nominations suivantes, si l’on excepte celle de Mgr Rosset, confirment l’exclusion des candidats locaux.

  • 14 Le 27 novembre 1876, Paul Bert proteste contre la désignation de Mgr Rosset au siège de Maurienne (...)
  • 15 AN, F 19-2544, lettre au ministre des Cultes, 16 octobre 1880.
  • 16 Ibid, lettre au ministre des Cultes, 9 octobre 1880.
  • 17 AN, F 19-2515, lettre au ministre des Cultes, 27 juillet 1888, Christian SORREL, Les Catholiques s (...)
  • 18 Mgr Hautin est transféré à Chambéry le jour même où Mgr Coullié dont il fut le vicaire général, de (...)
  • 19 AN, F 19-2586, lettre de Mgr Bouvier à Mgr Ardin, 2 avril 1892.
  • 20 Rapport du nonce, 16 janvier 1901 : Jacques-Olivier BOUDON, L'Episcopat..., op. cit., p. 244.

4La seule survivance du particularisme ecclésiastique savoyard, désormais privé de son enracinement humain, réside dans le maintien des petits diocèses de Maurienne et Tarentaise, pourtant régulièrement menacés entre 1876 et 1882 par les manoeuvres de Paul Bert tendant à exclure la dotation de leurs évêques du budget de l'État14. Pour prévenir une modification des circonscriptions à l'occasion d’une vacance, la direction des Cultes procède à des nominations rapides, ainsi à Annecy en mai 1879 en faveur de Mgr Isoard, et ne retient pas en 1880 le projet de transfert de Mgr Turinaz à Chambéry suggéré par l’évêque d’Albi, Mgr Ramadié, pour mettre « un terme au règne, dans ce diocèse, de l’école exagérée »15. Nicolas Parent, tout-puissant dans le département depuis la victoire républicaine de 1877, s’oppose d’ailleurs à ce choix : « (Mgr Turinaz) a quarante ans, nous le garderions pendant trente à quarante ans et, pendant ce temps, habile, fin, souple comme il est, il arriverait à dominer le pays, par les femmes d’abord ; elles raffolent de lui »16. Comme tous les sièges métropolitains, Chambéry reçoit dès lors des évêques déjà en poste, réputés pour leur modération face au pouvoir et proches de la soixantaine. Le préfet de la Savoie décrit Mgr Leuillieux, ancien évêque de Carcassonne, nommé en 1880, comme un prélat « conciliant, étranger aux choses de la politique », du moins jusqu’à ce que la conjoncture laïque provoque une inflexion de son discours17. Son successeur, Mgr Hautin, ancien évêque d’Évreux qui doit sa carrière au cardinal Coullié, archevêque de Lyon, retrouve en 1893 les mêmes réflexes modérés18. Une attitude similaire caractérise les prêtres plus jeunes élevés à l’épiscopat en Tarentaise et appelés en principe à une promotion rapide comme Mgr Pagis, transféré à Verdun cinq ans plus tard, à moins que le ministère des Cultes ne les oublie dans ces hautes vallées, en dépit de ses engagements, comme Mgr Bouvier19. La modestie du poste sert également les intérêts du gouvernement de la Défense républicaine qui impose Mgr Lacroix au Vatican, à la faveur d’une nomination groupée en 1901 ; la sympathie de l’élu « pour les tendances malsaines qui se propagent dans le champ biblique et dogmatique » et sa réputation de servilité face au pouvoir inquiètent en effet la nonciature20.

  • 21 Archives des Assomptionnistes, Rome, HD 122 : lettre de Mgr Biolley au P. Bailly, 1er janvier 1908

5La disparition du régime concordataire modifie les conditions de nomination des évêques, sans pour autant bouleverser les schémas établis depuis le début de la Troisième République. Avant comme après la Séparation, les prélats appelés à exercer leur ministère en Savoie sont issus de milieux géographiques et sociaux divers avec toutefois une surreprésentation des terres de chrétienté et de la paysannerie. Leur carrière ecclésiastique associe enseignement, ministère paroissial et fonctions administratives, sans qu’on puisse mettre en évidence une règle précise. La désignation d’évêques en fonction demeure la norme pour le siège archiépiscopal et, à Chambéry comme à Annecy, les titulaires sont toujours choisis hors du clergé local. Le seul changement significatif est l’appel à des Savoyards pour diriger les diocèses de Maurienne et Tarentaise. La longue vacance du siège de Maurienne de 1902 à 1906 et la démission retentissante de Mgr Lacroix en Tarentaise en 1907 expliquent pour une large part la désignation de prêtres incardinés dans le diocèse qui leur est confié, d’un côté l’ancien vicaire capitulaire, Mgr Fodéré, de l’autre le curé d’Albertville, Mgr Biolley, élu des assomptionnistes en quête d’une revanche contre le prélat démissionnaire21. Le Vatican prend ensuite soin de choisir des prêtres de diocèses voisins : en 1923-1924, il préfère envoyer à Digne Mgr Jorcin, neveu et vicaire général de Mgr Fodéré, et remplacer ce dernier par un chambérien, Mgr Grumel ; dans le même temps, la Tarentaise accueille successivement un chambérien, Mgr Termier, et un annécien, Mgr Terrier.

  • 22 Jacques-Olivier BOUDON, L'Épiscopat..., op. cit., p. 244-245.
  • 23 Bibliothèque Nationale (BN), Papiers Lacroix, Naf 24 406, f. 544 (note rédigée après le décès de M (...)
  • 24 Ibid, ff. 418-419 (note rédigée après le décès de Mgr Biolley, octobre 1918).
  • 25 AN, F 19-2492, dossier de Mgr Campistron. Le père Ract, chargé du recrutement des alumnistes, affi (...)

6Rome semble ainsi mieux disposée que la République à prendre en compte la spécificité du milieu montagnard. Mais sa nouvelle liberté de choix permet surtout de recomposer un épiscopat en accord avec les options du centre romain tandis que le système concordataire perpétuait la désignation d’évêques transigeants en matière politique22. Telle est la signification première des nominations effectuées en 1906 et 1907 dans la province ecclésiastique de Chambéry, agitée par l’activisme médiatique de Mgr Lacroix qui sait jouer de son statut d’« évêque de quatre sous » pour confirmer une notoriété acquise à Paris23. Le transfert sur le siège archiépiscopal de l’évêque de Quimper, Mgr Dubillard, adversaire résolu de l’application de la loi de Séparation, ennemi des sillonnistes et des modernistes, apparaît comme un moyen de garantir la discipline et la doctrine, en accord avec Mgr Fodéré et Mgr Biolley. Ce dernier est présenté par Mgr Lacroix comme « un excellent homme, bon, affable et d’humeur pacifique » mais prêt à en découdre, même au prix « d’étranges écarts de langage », contre les « idées libérales » : « Il (est)plein de l'école de “L’Univers” » et « l’état de guerre lui (paraît) cent fois préférable aux habiletés et aux compromissions de la diplomatie »24. L’arrivée en Savoie de Mgr Dubillard prend également valeur d’avertissement pour l’évêque d’Annecy, Mgr Campistron, critiqué par une fraction de son clergé, qui n’oublie pas le rôle joué en 1902 dans sa promotion à l’épiscopat par le dominicain Vincent Maumus, prêtre rallié et dreyfusard25. En 1915 encore, en appelant Mgr Castellan à Chambéry, Benoît XV choisit un évêque proche de la sensibilité de celui que Pie X avait créé cardinal en 1911.

7En revanche, les premières nominations de l’entre-deux-guerres ne paraissent pas déterminées par une stratégie aussi précise, par exemple lorsque Mgr du Bois de la Villerabel est choisi pour occuper le siège d’Annecy en 1921 : Rome entend surtout résoudre le conflit créé par la désignation du prélat quelques mois plus tôt comme coadjuteur de l’archevêque de Tours qui n’avait exprimé aucun souhait en ce sens. Il faut attendre la veille de la Seconde Guerre mondiale pour assister à des choix dont la signification est plus nettement pastorale. La nonciature s’efforce en effet de renforcer le dispositif de l’Action Catholique révisé en 1931 par l’Assemblée des Cardinaux et Archevêques et orienté en 1938 vers la spécialisation. La réussite de Mgr Durieux à Viviers justifie son transfert en 1937 à Chambéry où il reçoit la difficile mission de rénover un diocèse paralysé par le conservatisme étroit de Mgr Castellan auquel le nonce Maglione n’avait pu imposer un coadjuteur en 1932. La dernière nomination effectuée sous la Troisième République, en septembre 1938, consacre un prêtre distingué par le cardinal Verdier à l’occasion de ses séjours haut-savoyards, Mgr Terrier, qui avait connu des difficultés face à Mgr du Bois de la Villerabel en raison des audaces de sa pensée sociale et de ses sympathies pour la démocratie chrétienne.

8En soixante-dix ans, le hasard des vacances de sièges et des disponibilités de personnel, conjugué à l’influence des “grands électeurs”, tient donc une place non négligeable dans le renouvellement du corps épiscopal, autant que les stratégies parisiennes ou romaines. Toutefois, la désignation dans le cadre concordataire d’une majorité de prélats extérieurs à la province (huit sur dix) apparaît comme un événement de réelle portée. Elle contribue à affaiblir la tentation savoyarde du “vivre entre soi”, née avec la Restauration sarde, confortée par la stratégie défensive de l’élite face au pouvoir turinois après 1840 et prolongée sous l’Empire, en dépit des coups de boutoir du centralisme bonapartiste : « Nous sommes encore affligés d’un particularisme exagéré qu’il faut réduire », assure Nicolas Parent en concluant son plaidoyer hostile à la désignation de Mgr Turinaz à Chambéry. L’appel à des évêques “français” consacre dans le domaine religieux le processus d’assimilation inauguré après l’annexion et qui débouche sur une marginalisation de l’ancien duché et de ses élites, disposées à accepter une évolution rendue inévitable par l’option irréversible de 1860, quelles que puissent être les déceptions de ses promoteurs catholiques.

  • 26 Lettre au ministre des Cultes, 10 avril 1880, reproduite par Le Courrier des Alpes, 24 avril 1880. (...)
  • 27 Le Patriote Savoisien, 12 mai 1880.
  • 28 Le désaccord porte également sur le statut ecclésial des congrégations et l’efficacité des protest (...)
  • 29 Lettre à Mgr Pichenot, 21 avril 1880, reproduite par Le Courrier des Alpes, 24 avril 1880.
  • 30 Le Courrier des Alpes, 27 avril 1880.
  • 31 Lettre du 1er juillet 1893, citée par Louis-Étienne PICCARD, « Le père Picus et son œuvre », Mémoi (...)
  • 32 La Semaine religieuse de la Savoie, 21 septembre 1893, p. 447.

9Les évêques-fonctionnaires qui arrivent en Savoie se sentent donc investis d’une tâche spécifique, qu’ils remplissent avec plus ou moins de bonheur, comme le révèle en 1880 un incident lié aux dérapages de la guerre religieuse. Mgr Pichenot, raidi dans un pessimisme croissant depuis l’échec de l'Ordre Moral, agite alors la menace de voir les décrets sur les congrégations « inspirer (à la Savoie) des regrets et... la détacher de la mère patrie »26. La presse républicaine dénie aussitôt à l’archevêque, “français d'origine”, le droit de parler au nom de la province et réagit avec d’autant plus de virulence qu’elle avait suggéré naguère le caractère conditionnel de l’appartenance nationale dans l’hypothèse d’une restauration monarchique27. Les deux évêques savoyards, mal à l'aise, adoptent une position différente. Mgr Rosset refuse son approbation et conteste dans une lettre au nonce les propos “compromettants” de son métropolitain28 tandis que Mgr Turinaz opte pour une adhésion publique, tout en prenant implicitement ses distances : « C’est au nom de la France elle-même, au nom de sa dignité, de sa prospérité et de sa grandeur que nous faisons parvenir au pouvoir nos protestations respectueuses »29. Quant à la presse catholique, elle atteste « la fidélité des... Savoyards pour la nationalité qu’ils ont librement adoptée »30. Treize ans plus tard, Mgr Hautin a encore le sentiment d’avoir « une mission délicate à remplir comme dans tout pays frontière et récemment annexé »31 mais, mieux informé que son prédécesseur, il salue dans sa première lettre pastorale un patriotisme qui, « pour avoir changé d’orientation, n'en est ni moins ardent, ni moins dévoué » : « Exprimer devant vous le moindre doute sur ce point serait vous blesser au vif et si, jadis, chacun de vous mettait avant tout son orgueil à être réputé bon Savoyard, tous aujourd’hui, sans dédaigner ce dernier titre, entendent ne le céder à personne quand il s’agit de se montrer bon Français »32.

  • 33 Michel LAGREE (dir.), Les Parlers de la foi. Religion et langues régionales, Rennes, PUR, 1995.

10Le thème de la Savoie française apparaît dès lors comme le patrimoine commun des élites de la République qui forgent, à partir des événements singuliers de 1792 et 1860, des mémoires contradictoires dans leur ancrage idéologique mais convergentes dans leur signification identitaire. L’inscription de la province dans l’espace francophone exclut par ailleurs un marquage linguistique de l’identité catholique tandis que le culte de la petite patrie s'arrête aux frontières du politique même si les conservateurs catholiques utilisent plus volontiers que la gauche jacobine l’argument des “droits acquis” lors du traité d’annexion, présenté comme un contrat moral33. En ce domaine, il n’y a donc pas de différence d’appréciation majeure entre les notables savoyards et les évêques venus de l'ancienne France qui demeurent toutefois handicapés par leur absence de relation intime avec une société montagnarde dotée d’une forte personnalité. Mais il serait trop réducteur de considérer leur action sous le seul angle d’un discriminant géographique en négligeant le contexte ecclésial, social et politique dans lequel ils évoluent.

Action et transaction

  • 34 Lettre pastorale de Mgr l’évêque de Tarentaise à l’occasion de son entrée dans son diocèse, La Cha (...)
  • 35 Lettre pastorale et mandement de Mgr l’évêque d’Annecy à l’occasion... de son entrée dans son dioc (...)
  • 36 Lettre pastorale de Mgr Pagis, évêque de Tarentaise, à l’occasion de son entrée dans son diocèse, (...)
  • 37 A. BOUZOUD, Mgr Isoard, évêque d’Annecy. Sa vie, ses écrits, son action, Paris, 1914, p. 181-182.
  • 38 Marius HUDRY, « Mgr Louis Termier et le recrutement sacerdotal en Tarentaise », Tarentasia christi (...)
  • 39 Jacques PALARD, Pouvoir religieux et espace social. Le diocèse de Bordeaux comme organisation, Par (...)
  • 40 A. BOUZOUD, Mgr Isoard..., op. cit., p. 231.
  • 41 Mgr Terrier remarque : « On exalte tellement la fonction. On oublie un peu l’homme qui en a été ch (...)

11L’évêque concordataire du XIX° siècle possède un pouvoir très étendu sur son diocèse et la Séparation ne modifie pas sensiblement un dispositif fortement hiérarchisé que sanctionne le code de droit canonique de 1917 : « L’évêque est avant tout un homme d’autorité et, s’il a reçu la garde d’un troupeau, c’est afin qu’il le gouverne », affirme Mgr Lacroix34. Comme lui, tous les évêques soulignent à l’occasion de leur entrée en fonction cette dimension essentielle de leur charge, qu’ils relient à l’économie du Salut : « L’évêque... est père, docteur, pasteur ; il est pontife... ; il donne la vérité, dispense la gloire, répand la vie »35. Tous notent également la distance entre « l’effrayante responsabilité » qui pèse sur leurs épaules et leur indignité36. Cette rhétorique est classique mais elle n’en donne pas moins une clé de lecture qu’explicitent les résolutions épiscopales de Mgr Isoard à la veille de son sacre : « L’évêque doit toujours être le même, même visage, même ton de voix, même regard... On m'écoutera avec déférence, on sera obligé de m’écouter ; raison de plus pour mettre une garde à ma langue, à ma pensée »37. Il n’est donc pas surprenant que l’expression “grand seigneur”38 revienne régulièrement pour qualifier ces prisonniers consentants d’un système de représentation peu modifié jusqu’aux années 196039 et ratifié par les populations d’une région où la pratique religieuse demeure élevée, même si le mouvement de la société brise l’unanimité et atténue les manifestations de respect qui étonnaient Mgr Isoard lors de sa première tournée pastorale : « On ne peut se représenter ces populations à genoux, soit dans les villages, soit dans les champs, du plus loin qu’elles aperçoivent la voiture »40. L’évêque savoyard de la Troisième République est d’abord un personnage, devant qui s’efface la personne41.

  • 42 BN, Papiers Lacroix, Naf 24 401, ff 175-176, lettre de Mgr Pagis à Mgr Lacroix, 14 juin 1901. Le d (...)
  • 43 Archives privées, manuscrit sur l’épiscopat de Mgr Lacroix rédigé par un notable de Moûtiers, Geor (...)
  • 44 A. BOUZOUD, Mgr Isoard..., op. cit., p. 192 et 195.

12Cette dualité ne facilite pas les relations entre les prélats et leur clergé, réputé “ingouvernable”, particulièrement en Tarentaise, où la haute et la basse vallée forment « deux partis en lutte... à peu près irréductibles »42 : « Il se recrute exclusivement dans des familles paysannes, en un pays âpre et resserré, où la vie est rude, où les moeurs sont simples... Un évêque leur arrive un beau jour de Paris ou d’ailleurs... Il reçoit un accueil correct et sans élan. Les prêtres-paysans ne se livrent pas dès l’abord, préférant ne pas courir le risque d’avoir à se reprendre... L’évêque n’obtenant pas la conquête foudroyante dont il croyait que son prestige personnel le rendait digne, la déception l’achemine trop vite à la mésestime. Rencontrant des rochers aux arêtes vives, il leur en veut de n’avoir pas la forme polie des cailloux que le fleuve a roulés. Il met la simplicité des manières au compte de l’indigence de l’esprit. Il souffre dans son pauvre évêché de voir sans emploi les belles manières, les hautes relations et la fine culture... L’évêque est bientôt l’objet de coups de boutoir touchant son administration, et il est blessé, de redressements vigoureux sur la doctrine, et il est humilié. Ses réactions pour maintenir son autorité provoquent de nouvelles protestations, jusqu’au jour où il voit la froideur du début se pétrifier en hostilité et faire place à la résistance passive »43. Sans prétendre généraliser, il est certain que nombre d’évêques arrivent, tel Mgr Isoard, prévenus contre les traditions de la sociabilité cléricale savoyarde et déterminés à être obéis « jusque dans les plus petites choses », sans évaluer le terrain local. De là découlent des rapports où « le respect tient plus de place que l’affection »44.

  • 45 AN, F 19-2544, lettre au ministre des Cultes, mars 1878.
  • 46 AN, F 19-2586, lettre au directeur des Cultes, 9 juillet 1882.
  • 47 Ibid, lettre au directeur des Cultes, 16 juin 1891. Mgr Pagis confirme la maladresse de son succes (...)
  • 48 Archives Départementales de la Savoie, Fonds Bernard Secret, 44 F 79, lettre à l'abbé Secret, octo (...)

13La tension entre les évêques et les prêtres est souvent aggravée par des divergences de sensibilité. Le cas extrême est représenté par Mgr Lacroix dont les prises de position conciliantes face au Bloc des Gauches lui aliènent nombre de desservants et conduisent certains d'entre eux à constituer un dossier d’accusation transmis à Rome. Mais des heurts sont perceptibles dès l’époque du concile du Vatican lorsque le bas clergé, largement acquis aux thèses ultramontaines, exerce une pression en faveur de l’infaillibilité sur les évêques attentifs aux objections de Mgr Dupanloup (Mgr Magnin, Mgr Gros). Peu après, c’est au tour de Mgr Turinaz d’être mis en difficulté : « La Tarentaise lui est extrêmement contraire », affirme même Mgr Pichenot en 187845. Mgr Pagis, pour sa part, prévoit dès avant son arrivée des problèmes liés à son désir « d’amener une réconciliation entre l'Église et la société moderne » : « Je sais bien... que (mes) premiers actes me rendront suspect. Je le suis déjà du reste et on répand le bruit en Tarentaise que l’évêque qui arrive est un évêque libéral et républicain »46. Quant à son successeur, Mgr Bouvier, il se trouve aussitôt confronté à la “guerre sourde” menée par les partisans du rédacteur ecclésiastique de l’hebdomadaire Le Défenseur, auquel il refuse de s’abonner47. Sur un autre versant, l’affirmation d’une sensibilité catholique sociale et démocrate chrétienne après 1890 et plus encore dans l’entre-deux-guerres nourrit des réticences face aux prélats influencés par le courant intégriste ou sympathisants de l’Action Française, comme Mgr Dubillard, proche du Sodalitium Pianum de Mgr Benigni, Mgr Castellan qui accepte mal la condamnation romaine de 1926, ou Mgr du Bois de la Villerabel, qui fulmine contre « les rêveries dangereuses, (les) oracles ex cathedra de L’Aube et autres feuilles du même genre »48.

  • 49 Dès son arrivée à Annecy, Mgr Isoard ouvre son salon aux notables catholiques une fois par semaine
  • 50 AN, F 19-2544, lettre de Mgr Gros au ministère des Cultes, 1er octobre 1872.
  • 51 Lettre à Mgr Dupanloup, 5 juin 1878 : Jacques GADILLE, La Pensée..., op. cit., tome 1, p. 163.
  • 52 L'Épiscopat dans l'Église et à l’heure présente dans les sociétés modernes, Chambéry, 1876.
  • 53 Lettre à Mgr Foulon, 26 janvier 1883 : Jacques GADILLE, La Pensée..., op. cit., tome 2, p. 223.

14La relation hiérarchique est toutefois compliquée par l’intervention des notables catholiques, nobles et bourgeois, qui constituent le milieu d’accueil naturel des prélats dans la société provinciale de la Troisième République49. De la réserve à T affrontement, de l’alliance à la complicité, la gamme des échanges est toutefois diverse, au gré d’un jeu où entrent en ligne de compte la personnalité des évêques et la conjoncture anticléricale. L’hostilité d'une grande partie des notables au nouveau régime et leur refus massif du Ralliement mettent en difficulté les évêques favorables à une démarche conciliatrice, par conviction personnelle ou évaluation réaliste du rapport de forces créé par le vote républicain précoce des pratiquants qui disqualifie l’intervention ouverte de la hiérarchie, tentée par Mgr Magnin et Mgr Pichenot en 1876-1877. Mgr Turinaz, regardé comme « un brillant sujet » par « la haute société »50, se trouve en butte aux « radicaux blancs de Chambéry »51, dès lors qu’il refuse d’asservir l'Église aux « partis humains et (aux) causes qui meurent »52. Quinze ans plus tard, Mgr Hautin n’apporte qu’un appui discret aux jeunes prêtres décidés à mettre en oeuvre les orientations de Léon XIII afin de ménager la sensibilité des notables chambériens, pivots des oeuvres. A l’inverse, Mgr Isoard n’hésite pas à affronter les notables annéciens en prenant vigoureusement le parti du cardinal Lavigerie après le Toast d’Alger, sans pour autant renoncer à sa guérilla contre le pouvoir, qu’il justifie par « les indications fournies par le tempérament du diocèse » mais qui procède tout autant de sa fougue mise au service d’une théologie politique excluant la soumission de l'Église au “droit commun”, sous peine d’enlever à l’acte de foi son caractère éminemment social53.

  • 54 AN, F 19-5610, rapport du préfet de la Savoie au ministre des Cultes, 17 juin 1879.
  • 55 Archives des Assomptionnistes, Rome, RI 137, lettre du père Ract au père Bailly, 12 août 1906.
  • 56 AN, F 19-2586, lettres à Mgr Ardin, 2 avril 1892, et au directeur des Cultes, 16 juin 1891.
  • 57 Manuscrit sur l’épiscopat de Mgr Lacroix cité supra.

15Dans ces conditions, l’évêque concordataire, doté d’un pouvoir en théorie très large, mais gêné par l’administration des Cultes et paralysé par le jeu local ou entraîné dans ses excès, apparaît souvent dépourvu d’une véritable influence sur la société, phénomène qui peut être encore aggravé par l’âge pour les titulaires du siège métropolitain. Le préfet de la Savoie estime par exemple que « Mgr Pichenot est l’effacement en personne..., l’absence complète de tout ascendant en dehors de la stricte sphère ecclésiastique »54. Mgr Isoard et Mgr Lacroix recherchent avant tout une audience nationale, sans enracinement dans le diocèse, même si ce dernier tente de séduire les jeunes prêtres, non sans quelque succès55. Quant à Mgr Bouvier dont l’action en faveur du Ralliement et de l’ouverture aux questions sociales du clergé tarin n’est pas négligeable, il s’évade fréquemment de son diocèse qui « lui donne peu de travail » et où il n’a « aucune relation », pour prêcher des carêmes et des retraites ecclésiastiques56 : « Un jour, un télégramme annonça qu’il était mort presque subitement à Londres au cours d’une série de prédications. Il ne pouvait pas, dit quelqu’un, mourir dans son diocèse, n’y vivant pas. A la surprise de tous, (il) exprimait dans son testament la volonté d’être inhumé dans sa cathédrale et léguait au diocèse une somme importante. Il n’avait sans doute pas de famille », commente, ironique, un notable de Moûtiers57.

16La Séparation amorce toutefois une évolution, rendue urgente par la dramatisation de la conjoncture. Libérés de la tutelle de l’administration des Cultes, confirmés dans leur autorité hiérarchique par les encycliques de Pie X, les évêques conduisent la mobilisation des diocèses en confiant les premiers rôles, dans le cadre des fédérations catholiques, aux nobles et bourgeois conservateurs, désireux de lever l’hypothèque du Ralliement alors même que la sphère militante des notables apparaît moins monolithique dans ses choix idéologiques qu’à la génération précédente. C’est le cas à Chambéry où Mgr Dubillard donne une forte impulsion à la première Action Catholique mais aussi à Moûtiers, où les notables accueillent favorablement Mgr Biolley, après avoir contribué à l’échec de la Société de Saint-Sigismond, créée par Mgr Lacroix sous le régime de la loi sur les associations de 1901 pour tenter de recueillir les biens de son diocèse, et participé au complot précédant sa démission. Ce blocage se perpétue à Chambéry durant l’épiscopat de Mgr Castellan, enfermé dans le cercle étroit des notables proches de l’Action Française qui dirigent l’Union catholique des hommes de Savoie, affiliée à la Fédération Nationale Catholique du général de Castelnau, et tentent de briser les initiatives pastorales et civiques des milieux de sensibilité démocrate chrétienne.

  • 58 Michel LAGREE, Religion et cultures en Bretagne (1850-1950), Paris, Fayard, 1992, p. 192.
  • 59 Témoignage de Mgr le cardinal Léon-Étienne Duval, 1987.
  • 60 Lettre pastorale de S.E. Mgr l’évêque de Tarentaise à l’occasion... de son entrée dans son diocèse (...)

17Cette permanence est cependant exceptionnelle. En effet, l’extension de l’Action Catholique vers des milieux sociaux plus modestes, jointe à la crise des anciens notables, affaiblis par la guerre et tentés de déserter la médiocrité provinciale au lendemain du conflit, conforte la nouvelle visibilité des évêques qui s’inscrit dans le “modèle multitudinaire” élaboré dans la perspective de la défense religieuse puis tourné vers la “conquête”58. Les plus actifs d’entre eux ne cessent en effet de présider pèlerinages, congrès ou journées d’études, à l’exemple de Mgr du Bois de la Villerabel, nommé à quarante-quatre ans à Annecy, qui « enthousiasme le diocèse par son zèle ardent et sa parole vibrante »59. C’est le cas aussi pour Mgr Durieux et plus encore pour Mgr Terrier, qui apparaît à la veille de la Seconde Guerre mondiale comme le modèle de l’évêque de l’Action Catholique, attentif aux recherches en cours sur une ecclésiologie de communion. Avec lui s’affirme une conception plus pastorale que juridique ou administrative de la charge épiscopale, dont témoigne sa première lettre, conçue comme un “programme d’action” orienté vers la constitution d’une « communauté travaillée intérieurement de l’Esprit de Dieu » : « C’est la pensée certaine (des) premières générations chrétiennes vers lesquelles il faut de plus en plus tourner nos regards pour chercher nos modèles que l’évêque est le signe de ralliement des fidèles, “l’image visible de leur union invisible”. Autour de lui s’organise la communauté des chrétiens. Par lui, les croyants s’unissent à l'Église universelle. “L'Église, dit saint Cyprien, c’est un peuple uni dans son évêque” »60.

  • 61 Étienne FOUILLOUX, « Courants de pensée, piété, apostolat. Le catholicisme », Histoire du christia (...)

18Dès qu’il prend possession de son diocèse, l’évêque est une figure du pouvoir, dotée d’une fonction normative, mais il lui appartient de mettre en œuvre les potentialités dont il dispose dans une conjoncture locale spécifique. Le pouvoir peut dès lors se révéler illusion pour nombre de prélats mal préparés à la rencontre des sociétés montagnardes et paralysés par l’affrontement des courants internes à la sphère catholique qu’ils refusent d'arbitrer ou, à l’inverse, partisans et en conséquence tout aussi impuissants. Les vingt prélats nommés de 1873 à 1938 présentent donc une grande diversité d’itinéraires. Toutefois, entre l’évêque savoyard de l’époque sarde et celui de la Troisième République, le changement est évident. Le premier, toujours issu de la communauté qu’il est appelé à conduire, établit avec elle une relation dynamique et apparaît habilité à en traduire les aspirations, en accord avec les élites laïques, dans une société de large consensus hiérarchique. Le second, originaire ou non de l’un des départements, reste un notable, parfois malmené par l’anticléricalisme, mais son champ d’influence se réduit sous le double effet de la contestation du particularisme provincial par le centralisme parisien ou romain et du déplacement des enjeux de pouvoir vers le suffrage universel qui confie à ses élus la représentation des intérêts locaux. Le “désétablissement” imposé par la loi de Séparation de 1905 et les développements de l’Action Catholique revalorisent en revanche la mission spécifiquement pastorale des évêques, invités par les théologiens novateurs de la fin des années 1930 à appréhender le mystère de l'Église en termes de “peuple de Dieu”61.

Les vingt évêques nommés dans les quatre diocèses savoyards entre 1873 et 1938

Les vingt évêques nommés dans les quatre diocèses savoyards entre 1873 et 1938

Siège : A =Annency ; C = Chambéry ; M = Maurienne ; T = Tarentaise.
Famille : 1 = naissance et décès ;2 = département de naissance ; 3 = profession du père.
Carrière avant l’épiscopat en Savoie : 1 = ministère paroissial ; 2 = enseignement ; 3 administration diocésaine ; 4 = fonctions diverses ; 5 = épiscopat.
Episcopat en Savoie : 1 = âge à la nomination ; 2 = durée de l’épiscopat ; 3 = terme de l’épiscopat († = décès ; D = démission ; T = Transfert sur un autre siège).

Notes

1 Marc MINIER, L'Épiscopat français du Ralliement à Vatican II, Padoue, 1982 ; Jacques-Olivier BOUDON, L'Épiscopat français de l'époque concordataire (1802-1905) : origines, formation, désignation, thèse de doctorat, Université Paris IV, 1991 ; L'Épiscopat français à l’époque concordataire (1802-1905), Paris, Cerf, 1996.

2 Michel LAGREE, « La monographie diocésaine et les acquis de l’historiographie religieuse française », Études d’histoire religieuse, Société canadienne d’histoire de l'Église catholique, 1995, no 61, p. 9-41.

3 Ils font l’objet d’une mise au point biographique et bibliographique : Christian SORREL (dir.), Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, tome 8 : La Savoie, Paris, Beauchesne, 1996.

4 Étienne FOUILLOUX, « Une ou deux élites religieuses ? La France 1939-1950 », Les Élites en France et en Italie dans les années quarante, Mélanges de l'École Française de Rome, 1983, tome 95, p. 101-115.

5 Jacques GADILLE, La Pensée et l’action politiques des évêques français au début de la Troisième République (1870-1883), tome 1, Paris, Hachette, 1967, p. 42.

6 Christian SORREL, « André Charvaz et l’épiscopat savoisien de la première moitié du XIX° siècle », Un Évêque entre la Savoie et l’Italie. Mgr André Charvaz (1793-1870), précepteur de Victor-Emmanuel II, évêque de Pignerol, archevêque de Gênes, Bibliothèque des Études Savoisiennes, tome 2, 1994, p. 61-72.

7 Archives Nationales (AN), F 19-2544 (dossier de Mgr Turinaz) ; Jacques-Olivier BOUDON, L'Épiscopat..., op. cit., p. 443-444 et 489-490.

8 AN, F 19-2580/A et B (dossiers de NN. SS. Vibert et Rosset).

9 Mgr Dupanloup le recommande au ministère des Cultes : Jacques-Olivier BOUDON, L'Episcopat..., op. cit., p. 422.

10 AN, F 19-2515 (lettre du 26 février 1873). Pour ne pas anticiper la succession, le gouvernement hésite à accorder un coadjuteur au cardinal Billiet qui demande cette faveur depuis 1868 au moins ; Jules Simon suggère plutôt la nomination d’un vicaire général pourvu d’un titre d’évêque in partibus.

11 Ibid, lettre du préfet de la Savoie au ministre des Cultes, 10 mai 1873. Selon le préfet, le clergé souhaite la promotion de Mgr Freppel (Angers) qui est aussi le candidat du député conservateur Albert Costa de Beauregard, ou, à défaut, de Mgr Caverot (Saint-Dié) ou de Mgr Chaulet d’Outremont (Agen).

12 Ibid, lettre de Nicolas Parent à Barthélémy Saint-Hilaire, 2 mai 1873.

13 Ibid, rapport au ministre des Cultes après la mort du cardinal Billiet, s. d.

14 Le 27 novembre 1876, Paul Bert proteste contre la désignation de Mgr Rosset au siège de Maurienne avant l’ouverture de la session parlementaire et dépose une proposition de loi prévoyant la suppression des deux petits diocèses le 1er janvier 1878 : AN, F 19-2580/B et Jacques GADILLE, La Pensée..., op. cit., tome 2, p. 42.

15 AN, F 19-2544, lettre au ministre des Cultes, 16 octobre 1880.

16 Ibid, lettre au ministre des Cultes, 9 octobre 1880.

17 AN, F 19-2515, lettre au ministre des Cultes, 27 juillet 1888, Christian SORREL, Les Catholiques savoyards. Histoire du diocèse de Chambéry (1890-1940), Les Marches, Fontaine de Siloé, 1995.

18 Mgr Hautin est transféré à Chambéry le jour même où Mgr Coullié dont il fut le vicaire général, devient primat des Gaules ; tous deux avaient été liés à Mgr Dupanloup.

19 AN, F 19-2586, lettre de Mgr Bouvier à Mgr Ardin, 2 avril 1892.

20 Rapport du nonce, 16 janvier 1901 : Jacques-Olivier BOUDON, L'Episcopat..., op. cit., p. 244.

21 Archives des Assomptionnistes, Rome, HD 122 : lettre de Mgr Biolley au P. Bailly, 1er janvier 1908.

22 Jacques-Olivier BOUDON, L'Épiscopat..., op. cit., p. 244-245.

23 Bibliothèque Nationale (BN), Papiers Lacroix, Naf 24 406, f. 544 (note rédigée après le décès de Mgr Turinaz, octobre 1918).

24 Ibid, ff. 418-419 (note rédigée après le décès de Mgr Biolley, octobre 1918).

25 AN, F 19-2492, dossier de Mgr Campistron. Le père Ract, chargé du recrutement des alumnistes, affirme que des prêtres l’accusent d’être francmaçon : Archives des Assomptionnistes, Rome, RI 49 : lettre au père Bailly, 5 octobre 1905.

26 Lettre au ministre des Cultes, 10 avril 1880, reproduite par Le Courrier des Alpes, 24 avril 1880. Mgr Pichenot avait fait preuve de maladresse dès son premier contact avec la Savoie qu’il présentait comme un « dédommagement providentiel » préparé par Dieu « en prévision de la perte au moins momentanée de l’Alsace et de la Lorraine » avant d’ajouter : « Jusqu’ici, (elle) nous était à peine connue. Nous avions seulement rencontré dans notre enfance cette noire tribu de petits montagnards qui avaient le privilège d’exciter partout les plus chaudes sympathies » : Lettre et mandement de Mgr Pichenot... à l'occasion... de son entrée dans le diocèse, Sens, 1873, p. 5 et 7.

27 Le Patriote Savoisien, 12 mai 1880.

28 Le désaccord porte également sur le statut ecclésial des congrégations et l’efficacité des protestations virulentes : Yves MARCHASSON, La Diplomatie romaine et la République française. A la recherche d’une conciliation (1879-1880), Paris, Beauchesne, 1974, p. 254-255 ; Jacques GADILLE, La Pensée..., op. cit., tome 2, p. 146.

29 Lettre à Mgr Pichenot, 21 avril 1880, reproduite par Le Courrier des Alpes, 24 avril 1880.

30 Le Courrier des Alpes, 27 avril 1880.

31 Lettre du 1er juillet 1893, citée par Louis-Étienne PICCARD, « Le père Picus et son œuvre », Mémoires et documents de l'Académie Chablaisienne, tome 37, 1928, p. 76.

32 La Semaine religieuse de la Savoie, 21 septembre 1893, p. 447.

33 Michel LAGREE (dir.), Les Parlers de la foi. Religion et langues régionales, Rennes, PUR, 1995.

34 Lettre pastorale de Mgr l’évêque de Tarentaise à l’occasion de son entrée dans son diocèse, La Chapelle-Montligeon, 1901, p. 4.

35 Lettre pastorale et mandement de Mgr l’évêque d’Annecy à l’occasion... de son entrée dans son diocèse, Paris, 1879, p. 9.

36 Lettre pastorale de Mgr Pagis, évêque de Tarentaise, à l’occasion de son entrée dans son diocèse, Aurillac, 1882, p. 4.

37 A. BOUZOUD, Mgr Isoard, évêque d’Annecy. Sa vie, ses écrits, son action, Paris, 1914, p. 181-182.

38 Marius HUDRY, « Mgr Louis Termier et le recrutement sacerdotal en Tarentaise », Tarentasia christiana, 1984, no 3, p. 3-11.

39 Jacques PALARD, Pouvoir religieux et espace social. Le diocèse de Bordeaux comme organisation, Paris, Cerf, 1985.

40 A. BOUZOUD, Mgr Isoard..., op. cit., p. 231.

41 Mgr Terrier remarque : « On exalte tellement la fonction. On oublie un peu l’homme qui en a été chargé, souvent surchargé. On accumule des textes et des exemples. Mais les personnalités humaines sont de divers calibres. On semble parfois oublier les différences d’époques et de civilisations » : Roger ETCHEGARAY, Un Vivant. Mgr Léon-Albert Terrier d’après ses écrits et ses notes, Paris, s. e., 1958, p. 75.

42 BN, Papiers Lacroix, Naf 24 401, ff 175-176, lettre de Mgr Pagis à Mgr Lacroix, 14 juin 1901. Le diocèse avait déjà connu dans les années 1830-1840 une lutte assez vive, aggravée par l’autoritarisme de Mgr Jean-François-Marcellin Turinaz, autour de la question de l’inamovibilité des curés.

43 Archives privées, manuscrit sur l’épiscopat de Mgr Lacroix rédigé par un notable de Moûtiers, Georges de Fonclare, en 1925.

44 A. BOUZOUD, Mgr Isoard..., op. cit., p. 192 et 195.

45 AN, F 19-2544, lettre au ministre des Cultes, mars 1878.

46 AN, F 19-2586, lettre au directeur des Cultes, 9 juillet 1882.

47 Ibid, lettre au directeur des Cultes, 16 juin 1891. Mgr Pagis confirme la maladresse de son successeur « qui ne gouvernait pas », « après avoir mis son administration en contradiction absolue avec la mienne », BN, Papiers Lacroix, Naf 24 401, ff 171-172 : lettres au vicaire général Lombard, 1er juin 1906, et à Mgr Lacroix, 16 juin 1906.

48 Archives Départementales de la Savoie, Fonds Bernard Secret, 44 F 79, lettre à l'abbé Secret, octobre 1935.

49 Dès son arrivée à Annecy, Mgr Isoard ouvre son salon aux notables catholiques une fois par semaine.

50 AN, F 19-2544, lettre de Mgr Gros au ministère des Cultes, 1er octobre 1872.

51 Lettre à Mgr Dupanloup, 5 juin 1878 : Jacques GADILLE, La Pensée..., op. cit., tome 1, p. 163.

52 L'Épiscopat dans l'Église et à l’heure présente dans les sociétés modernes, Chambéry, 1876.

53 Lettre à Mgr Foulon, 26 janvier 1883 : Jacques GADILLE, La Pensée..., op. cit., tome 2, p. 223.

54 AN, F 19-5610, rapport du préfet de la Savoie au ministre des Cultes, 17 juin 1879.

55 Archives des Assomptionnistes, Rome, RI 137, lettre du père Ract au père Bailly, 12 août 1906.

56 AN, F 19-2586, lettres à Mgr Ardin, 2 avril 1892, et au directeur des Cultes, 16 juin 1891.

57 Manuscrit sur l’épiscopat de Mgr Lacroix cité supra.

58 Michel LAGREE, Religion et cultures en Bretagne (1850-1950), Paris, Fayard, 1992, p. 192.

59 Témoignage de Mgr le cardinal Léon-Étienne Duval, 1987.

60 Lettre pastorale de S.E. Mgr l’évêque de Tarentaise à l’occasion... de son entrée dans son diocèse, Belley, 1938, p. 7-8. Tous les confrères du nouvel évêque de Tarentaise ne sont pas aussi novateurs que lui, tel Mgr Cesbron, évêque d’Annecy de 1940 à 1962 : « Grand seigneur, il était autoritaire et se livrait peu. Il en imposait par son sens du devoir, sa fidélité, sa piété, son dévouement... Il était (cependant) plus ouvert qu'il ne le paraissait (mais) il n’avait pas avec les prêtres la simplicité et la cordialité qu’on aurait souhaitées » (témoignage de Mgr Robert Coffy, 1987). La relation entre l’évêque et le clergé apparaît de fait comme une composante de la crise perceptible vers 1960 : Christian SORREL, « Prêtres et laïcs devant le concile Vatican II. L’enquête de Mgr Bontems dans les diocèses de Maurienne et de Tarentaise (1963) », Mélanges offerts à Bernard Grosperrin, Bibliothèque des Études Savoisiennes, tome 1, 1994, p. 301-330.

61 Étienne FOUILLOUX, « Courants de pensée, piété, apostolat. Le catholicisme », Histoire du christianisme, tome 12, Paris, Desclée-Fayard, 1990, p. 178.

Table des illustrations

Titre Les vingt évêques nommés dans les quatre diocèses savoyards entre 1873 et 1938
Légende Siège : A =Annency ; C = Chambéry ; M = Maurienne ; T = Tarentaise.Famille : 1 = naissance et décès ;2 = département de naissance ; 3 = profession du père.Carrière avant l’épiscopat en Savoie : 1 = ministère paroissial ; 2 = enseignement ; 3 administration diocésaine ; 4 = fonctions diverses ; 5 = épiscopat.Episcopat en Savoie : 1 = âge à la nomination ; 2 = durée de l’épiscopat ; 3 = terme de l’épiscopat († = décès ; D = démission ; T = Transfert sur un autre siège).
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/17413/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/17413/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 578k

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search