Version classiqueVersion mobile

Élites et pouvoirs locaux

 | 
Bruno Dumons
, 
Gilles Pollet

I. Autorités religieuses

Les élites juives du Sud-Est de la France au début de la Troisième République 1870-1905) : une affaire de familles

Florence Berceot

Texte intégral

  • 1 Ce travail présente les premiers résultats d’une recherche qui porte sur l’ensemble des communautés (...)
  • 2 Jacob KATZ, Hors du ghetto, l'Émancipation des juifs en Europe (1770-1870), Paris Hachette, 1984.
  • 3 Pierre BIRNBAUM, Les Fous de la République. Histoire politique des juifs d'État de Gambetta à Vichy (...)

1La Troisième République représente une phase importante dans le processus d’intégration que les Juifs du Sud-Est ont entamé avec l'Émancipation1. Si, forts de leur présence séculaire dans cette région, ils sortent rapidement “hors du ghetto”2 pour entrer dans la société moderne, le régime républicain leur ouvre largement l’accès à la vie publique. Intéressés à participer aux rouages d’une république universaliste et égalitaire, ils vont très vite s’y distinguer. Leur entrée dans les plus hautes instances de l'État a déjà été analysée mais l’étude approfondie de leur participation à la vie publique locale reste à entreprendre3. Pourtant, on ne peut plus proposer une sociologie et une histoire des élites du Sud-Est à partir de 1870 sans prendre en compte l’élément juif.

2La pénétration progressive des juifs méridionaux dans les institutions locales s’inscrit d’abord dans la sphère socioéconomique, première étape de leur promotion sociale. Ils accèdent ensuite aux responsabilités politiques achevant ainsi leur intégration dans la vie publique locale. Mais c’est à travers l’espace privé qu’il faut appréhender les réseaux existants, les liens qui rattachent entre elles ces élites juives du Sud-Est.

  • 4 Archives Nationales (AN), F 19 11069 ; Guy HAZZAN, Les Juifs de Marseille de 1815 à 1870, maîtrise (...)

3Au cours des trente premières années du XIX° siècle, l’admission des juifs locaux parmi les élites professionnelles de la région reste incomplète et est surtout le fait, notamment à Marseille, de négociants étrangers, principalement méditerranéens. Grâce à leurs réseaux familiaux et internationaux du négoce, ils sont les intermédiaires privilégiés du commerce avec l’Afrique du Nord, le Proche-Orient et même transocéanique. On peut citer les familles Bacri, Picciotto, Marini et surtout les Altaras dont le chef, Isaac Jacques, négociant et armateur, naturalisé sous le Premier Empire, membre du Tribunal de Commerce de Marseille et de l’administration de la Caisse d'Épargne, est décoré de la Légion d’Honneur. Les originaires du Sud-Est s’investissent surtout dans le petit commerce local (66 % des juifs marseillais en 1824). Toutefois, en 1829, sur la liste des 50 familles israélites les plus imposées établie par le préfet des Bouches-du-Rhône, figurent les noms de deux méridionaux : l’armateur Jacob Alphandéry et le propriétaire agriculteur Jacob Mossé4.

  • 5 Ibid, p. 30 ; AN, F 19 11069 ; Famille de Jacob, 1877-1878, p. 149 et 1869-1870, p. 283.

4La présence des juifs du Midi au sein des rouages économiques de la région se renforce au cours du Second Empire. A Marseille, la classe intermédiaire des courtiers et petits propriétaires regroupe désormais 46 % de la population juive et la classe fortunée des riches négociants et propriétaires près de 4 %. Parmi eux citons Adolphe Delpuget, négociant en oléagineux, vice-président de la Caisse d'Épargne, administrateur du Comptoir National d’Escompte et de la Commission de subsistance, juge au Tribunal de Commerce, décoré de la Légion d’Honneur en 1852. Un peu plus tard, le marseillais David Carcassonne, négociant, administrateur de la Caisse d'Épargne, et le commerçant aixois Hananel Crémieu siègent à leur tour au Tribunal de Commerce. Le négociant niçois Abraham Colombo est nommé administrateur de la Banque de France et président du Tribunal de Commerce5.

5A partir de la Troisième République, la promotion socioprofessionnelle des juifs du Sud-Est est indéniable ; ils font désormais partie des notabilités socio-économiques de la région. En 1872, les classes les plus élevées regroupent 25 % de la population active juive de Nîmes et 29 % de celle de Marseille. Tout en restant encore pour une part spécialisées, leurs structures professionnelles se diversifient.

  • 6 Famille de Jacob, 1890, p. 186 ; Archives Israélites, 1894, no 1, p. 7 ; Dictionnaire biographique (...)

6Certains d’entre eux demeurent traditionnellement négociants, en charbons comme Gustave Naquet, président du Tribunal de Commerce d’Avignon, en amandes comme les frères Gabriel et David Milhaud à Aix-en-Provence, le premier, membre de la Chambre de Commerce, le second, président du syndicat des négociants en amandes, ou en tissus comme Emmanuel Valabrègue à Carpentras dont le fils Adrien est membre de la Chambre de Commerce du Vaucluse6.

  • 7 Ibid, 1870-1871, p. 295 ; 1871-1872, p. 58, 317, 374 ; 1874-1875, p. 246-248, 284, 375-376 ; 1875-1 (...)

7Investis dans le commerce de la soie, Jonathan et Amédée Valabrègue d’Avignon sont emblématiques de cette ascension économique. Le père Jonathan, président de la Chambre de Commerce d’Avignon de 1872 à 1883, est chargé de plusieurs missions de défense des intérêts du commerce du Vaucluse. En 1871, les notables vauclusiens le nomment leur représentant auprès du gouvernement pour négocier le problème de la garance et auprès des chambres de commerce de Marseille et de Lyon pour discuter de la crise monétaire et de l’impôt sur la soie. En 1872, le ministère de l’Agriculture et du Commerce lui accorde la création d’une station agronomique en Avignon. En 1876, il est délégué par le Vaucluse auprès de la Chambre de Commerce de Paris pour participer aux négociations sur les améliorations à apporter aux voies fluviales. Défenseur des intérêts économiques de son département et administrateur des hospices d’Avignon, il pose sans succès sa candidature aux élections sénatoriales de 18757.

  • 8 Ibid, 1871, p. 25 ; 1875-1876, p. 124 ; 1876-1877, p.82 ; 1878-1879, p. 65-67 ; 1886, p. 130 ; 1888 (...)

8Sa succession est assurée par son fils Amédée, élu trois fois président du Tribunal de Commerce d’Avignon (1876 à 1888), sept fois président du Cercle de l’Agriculture et du Commerce d’Avignon (1883-1888), président de la commission départementale des prisons et du bureau de bienfaisance d’Avignon. En récompense de ses “services exceptionnels rendus comme magistrat consulaire”, ce dernier est décoré de la Légion d’Honneur en 18888.

  • 9 Les Dictionnaires départementaux. Les Bouches-du-Rhône, Paris, Flammarion, 1901 ; Famille de Jacob,(...)

9Cependant, les nouveaux métiers de la finance les attirent aussi comme les frères Milhaud d’Aix à la fois négociants et banquiers, David Alphandéry, président pendant 17 ans de la Caisse d'Épargne de Salon, Joseph Crémieux, directeur de la Banque Populaire de Nice, ou Georges Montel et Albert Mossé, tous deux membres de la chambre syndicale des agents de change à Marseille9.

  • 10 Famille de Jacob, 1880-1881, p. 197 ; Les Dictionnaires départementaux. Les Bouches-du-Rhône,... op (...)

10Félix Abram est parmi les plus illustres représentants du milieu financier juif de la région. Il fonde à Marseille, sous son nom, au milieu du XIX° siècle, une banque d’affaires qu’il dirige jusqu’en 1910, et devient administrateur de la Caisse d'Epargne et de Prévoyance des Bouches-du-Rhône. Diversifiant ses activités, il siège aux conseils d’administration de la Compagnie nationale de navigation et des brasseries Velten. Il assume des responsabilités consulaires en tant que membre de la Chambre de Commerce de 1889 à 1895, et préside la Société pour la Défense du Commerce de Marseille, la Chambre d’Agriculture et la Société d’Agriculture du département. Ne négligeant pas les activités sociales, il accepte par ailleurs la présidence du bureau de bienfaisance, de l’administration de l’asile d’aliénés et du mont-de-piété de Marseille. Officier d’académie, il est nommé chevalier de la Légion d’Honneur en 188110.

  • 11 Famille de Jacob, 1881-1882, p. 149 ; 1890, p. 12-125 ; Dictionnaire illustré des Bouches-du-Rhône, (...)
  • 12 AN, F 19 11070.

11Outre le négoce et la finance, les nouvelles activités industrielles méditerranéennes les séduisent aussi : la minoterie comme Octave Baze un des plus grands industriels d’Avignon, les oléagineux comme Adolphe et Théophile Puget à Marseille, propriétaires d’une des plus importantes huileries du Midi, le savon à froid comme Joseph Alexandre Valabrègue à Avignon11. L’industriel niçois Benoît Mayrargue est exemplaire de l’intégration des juifs méridionaux dans l’économie régionale. Vice-président de la Chambre de Commerce de Nice, il prend une part prépondérante dans les démarches qui aboutissent aux agrandissements successifs des ports de Nice, Cannes, Menton et Golfe-Juan et à la création de la gare internationale et de transit de Nice. Soucieux de la prospérité de sa région, il préside aussi le conseil d’administration de la Caisse d'Épargne de Nice et est administrateur de la Banque de France et de la Société d’Agriculture. Il est de plus membre fondateur du mont-de-piété de sa ville. Assistent à ses obsèques en novembre 1900, tous les notables de la région tels le préfet, le maire de Nice, le président de la chambre de commerce...12.

12Signe probant de leur intégration socio-économique, la proportion des juifs du Sud-Est qui se distinguent dans les professions libérales et la fonction publique détachées du négoce et de l’échange devient particulièrement significative à partir de la Troisième République (10 % de la population juive active de Nîmes en 1872).

  • 13 Famille de Jacob, 1879-1880, p. 226 ; 1884-1885, p. 157 ; 1890, p. 179-180.

13Certains s’illustrent dans les professions médicales comme Léon Carcassonne, médecin en chef des hospices civils et militaires de Nîmes, ou Aaron Mossé professeur à la faculté de Montpellier et médecin à l’hôpital général. Les services que ce dernier rend lors de l’épidémie de choléra de 1884 sont récompensés l’année d’après par sa nomination à la Légion d’Honneur. En 1890, il reçoit, ainsi que son confrère Adolphe Cavaillon, membre du Conseil d’Hygiène de Carpentras, les palmes d’officier d’académie des mains du président de la République Sadi Carnot13.

  • 14 Ibid, 1878-1879, p. 28 ; AN F 19 11070 ; Famille de Jacob, 1887, p. 178 ; 1876-1877, p. 54 ; 1891, (...)

14Mais c’est vers les professions juridiques que les juifs méridionaux se dirigent le plus volontiers. Le nombre d’avoués et surtout d’avocats est impressionnant et beaucoup choisissent d’entrer dans la haute fonction publique. Sans pouvoir les citer tous, on peut retenir parmi les avoués les noms de Moïse Beaucaire à Carpentras ou d’Aristide Vidal-Naquet à Marseille, présidents de leur chambre professionnelle ; parmi les avocats ceux de Benjamin Abram et de Jules Crémieux à Aix-en-Provence, d’Edgar Carcassonne à Nîmes ou d’Émile Muscat à Nice, tous quatre élus bâtonnier de leur ordre14.

15C’est en grande partie de cette élite professionnelle, et notamment de ces juristes, que proviennent les hommes qui vont jouer un rôle sur la scène politique locale et nationale. Ayant tout à gagner d’un régime qui se veut ouvert à chacun selon ses mérites et dont l’un des combats sera la laïcité, ils participent de cette “République des avocats” qui se met en place dès les premières heures avec Léon Gambetta et Adolphe Crémieux.

  • 15 Laurent RAVINAL, Des Carrières à l'Émancipation : les juifs du Vaucluse (1800-1870), maîtrise d’His (...)
  • 16 Nous nous attacherons plus particulièrement aux figures des hommes politiques locaux avec seulement (...)

16Avant cette date, la région, pluraliste et tolérante, avait compté, de façon ponctuelle, quelques conseillers municipaux comme par exemple Benjamin de Monteux à Avignon sous le Premier Empire, Isaac Crémieux à Carpentras ou Samuel Abraham à l’Isle en 1851, et même un maire juif, Jassuda Bédarrides à Aix-en-Provence en 184815. Mais ce phénomène prend vraiment de l’ampleur dès la chute du Second Empire. Entre 1870 et 1905, 85 juifs méridionaux appartiennent au monde politique : 5 députés et sénateurs, 36 hauts fonctionnaires, 44 hommes politiques locaux, conseillers municipaux, généraux et d’arrondissements16.

  • 17 Laurent RAVINAL, Des Carrières..., op. cit., p. 126 ; David COHEN, La Promotion des juifs en France (...)

17L’entrée des juifs dans les élites politiques locales, particulièrement précoce dans le Sud-Est de la France, se fait presque toujours dans le camp de la démocratie. Si certains commencent leur carrière politique avant 1870 comme Jonathan Valabrègue à Avignon ou Désiré Pollonais à Nice, plus d’un tiers de ces hommes accèdent à la fonction politique durant cette “année terrible” qui dure neuf mois, de la chute du Second Empire à l’écrasement de la Commune. Aux premières heures de la République si, au niveau national se constitue un milieu de juifs d'Etat que Pierre Birnbaum appelle “les hommes de Gambetta”, au niveau local, on assiste à la mise en place d’un personnel politique juif républicain. En 1870, Félix Abram est élu conseiller municipal à Marseille, adjoint au Maire ; Moïse Astruc, conseiller municipal à Orange, “premier israélite appelé à cette fonction dans cette cité” ; Élie Milhaud, conseiller municipal à Saint-Rémy, Justin Abran, premier adjoint au maire de Tarascon17.

  • 18 Famille de Jacob, 1868-1869, p. 19, 1869-1870, p. 277 et 396, 1870-1871, p. 12 ; AN, BB 6 II 1 ; Le (...)

18Certains de ces hommes ont participé activement à l’avènement du nouveau régime démocratique. Sans parler de Gaston Crémieux, un des principaux lieutenants de Gambetta à Marseille, fusillé le 30 novembre 1871 pour sa participation à la Commune, quelques personnalités juives sont emblématiques de cet attachement républicain de la première heure. Israël Abram, “homme dont les opinions libérales sont connues depuis longtemps”, est proclamé maire de l’Isle-sur-Sorgue en septembre 1870. Benjamin Abram, partisan déclaré de la révolution du 4 septembre, fait partie de la commission municipale qui s’installe elle-même à l’hôtel de Ville d’Aix-en-Provence. Dans cette même ville, le frère de Jassuda Bédarrides, Salomon Bessalel Bédarrides, qui joua un rôle actif dans le groupe hostile à la Monarchie et à l’Empire, est élu en septembre 1870 conseiller municipal. Au même moment, Abraham Lisbonne est acclamé membre du conseil municipal de Cavaillon. Ses neveux, Jules et Émile Lisbonne de Nyons, les agents les plus actifs de la candidature d’Adolphe Crémieux dans la Drôme, proclament la République dans leur ville. En Avignon, Aristippe Alphandéry, déjà élu comme candidat de l’opposition dès 1868, est acclamé le 4 septembre membre du comité provisoire de la Défense Nationale, adjoint au maire en novembre 1870. A Marseille, Adolphe Carcassonne, adversaire déclaré de l’Empire, est élu conseiller municipal en août 1870, commissaire général pour les Bouches-du-Rhône du comité central de la Ligue du Midi, acclamé en septembre membre du comité provisoire de la Défense Nationale, et moins d’un mois plus tard président de la commune révolutionnaire de Marseille18.

19Mais à la fin du printemps 1871, après la victoire d’Adolphe Thiers, alors que s’installe une longue période d’incertitudes pour le régime républicain, certaines de ces personnalités voient leur carrière publique modifiée, voire interrompue du fait même de leur engagement dans l’avènement du nouveau régime.

  • 19 Ibid ; Les Bouches-du-Rhône. Encyclopédie départementale, tome V, p. 205-220 et 227-230 ; AN, F 1 b (...)

20Adolphe Carcassonne est obligé de fuir en Suisse, avant de revenir à Marseille en 1873. Son activité politique s’arrête là malgré une tentative infructueuse en 1878 aux élections législatives. Son ami, Gustave Naquet, directeur du journal de la démocratie radicale de Marseille Le Peuple (1868), qui prit une part importante au succès électoral de Gambetta, membre du comité de salut public formé le 4 septembre, puis de la commission départementale qui s’installe à la préfecture, est nommé le 7 janvier 1871 préfet de la Corse. “Plus révolutionnaire que gambettiste”, il démissionne le 20 février suivant mais continue son combat politique à Marseille notamment contre les républicains modérés lors des élections législatives de 1876. Émile Lisbonne, chef de la Garde Nationale à Nyons, élu conseiller municipal en 1871, abandonne les responsabilités locales pour se consacrer à la rédaction du journal de Valence l’Union Républicaine19.

  • 20 AN, BB 6 II 542 ; Archives Israélites, 1892, no 31 ; AN, BB 6 II 105 ; Famille de Jacob, 1874-1875, (...)

21Parmi les hauts fonctionnaires évincés provisoirement de la fonction publique, certains poursuivent leur idéal politique : ils participent à l’implantation de la “République au village”, représentant leur concitoyens dans les instances politiques locales et défendant leurs convictions démocratiques. Jules Lisbonne, nommé procureur de la République à Nyons en septembre 1870, remplacé en mai 1871, poursuit sa carrière en tant que conseiller municipal de sa ville, conseiller général de la Drôme en 1892 avant de réintégrer la magistrature en 1896. Il en est de même pour Joseph Crémieux, nommé substitut du procureur de la République à Rochefort en décembre 1870, remplacé en août 1871. H entre au conseil municipal de Nice puis intègre le corps préfectoral dans le Var en 1888. Suivent un parcours identique à Aix-en-Provence Benjamin Abram et Éliacin Naquet, magistrats révoqués, élus locaux, renommés dans la fonction publique. D’autres enfin, acclamés en septembre 1870 conseillers municipaux, retrouvent le soutien de leurs électeurs aux cantonales de 1871 tels Félix Abram ou Salomon Bédarrides dans les Bouches-du-Rhône, Aristippe Alphandéry dans le Vaucluse20.

  • 21 Pierre BIRNBAUM, Les Fous de la République..., op. cit., p. 293.
  • 22 Famille de Jacob, 1877-1878, p. 62 et 124 ; 1878-1879, p. 28 et 157 ; 1880-1881, p. 67-68 ; Archive (...)

22Cette première entrée dans l’espace public des juifs méridionaux parfois qualifiée de “République des sudistes” se renforce à partir de 187721. Au moment où le régime républicain s’établit enfin sur des bases solides et durables, arrive une nouvelle “vague” d’élus locaux, nationaux et de hauts fonctionnaires. En 1877, Edgar Carcassonne est élu au Conseil Général du Gard puis en 1881, conseiller municipal de Nîmes. En 1878, sont élus conseillers municipaux Théophile Abran, adjoint au maire de Tarascon ; Casimir Carcassonne, adjoint au maire de Marseille ; Léon Carcassonne à Nîmes ; Montélis fils à Bollène ; Eugène Mossé à Orange. En 1881, font leur entrée sur la scène politique Gratien Cassin à Nice, Félix Lisbonne adjoint au maire de Carpentras, David Mossé maire d’Uzès22.

  • 23 Les Bouches-du-Rhône. Encyclopédie départementale, tome XI,... op. cit. ; Les Dictionnaires départe (...)

23Leurs carrières politiques se stabilisent en même temps que les institutions républicaines et certains s’installent durablement aux commandes de la vie publique locale. C’est le cas par exemple dans les Bouches-du-Rhône des conseillers généraux Félix Abram et Salomon Bédarrides, ce dernier étant également maire d’Aix-en-Provence de 1876 à 1886. Lui succède à cette fonction de 1888 à 1896, Benjamin Abram, conseiller général de 1880 à 1898. Autres exemples, à partir de 1876, David Alphandéry est conseiller municipal de Salon pendant 12 ans et premier adjoint au maire pendant 8 ans ; Edmond Monteux est quant à lui adjoint au maire de Marseille de 1887 à 189223.

  • 24 Ibid ; Jean MAITRON (dir.), Dictionnaire biographique..., op. cit., 3ème partie : 1871-1914 et 4ème (...)

24Républicains de la première heure, modérés comme Edmond Monteux, ou radicaux comme Casimir Carcassonne, certains d’entre eux s’engagent aussi dans la voie du socialisme. Clément David Lévy, pionnier avec Jules Guesde du socialisme militant révolutionnaire, fonde en 1894 le journal L’Avenir Social et en 1895 la fédération socialiste des Bouches-du-Rhône. Il est élu conseiller d’arrondissement pour le canton d’Aubagne de 1889 à 1895. Adjoint au maire de Marseille, il est révoqué en 1893 et condamné à 15 jours de prison pour sa participation aux manifestations du 1er mai, puis réélu. Autre propagandiste du socialisme dans la région, Josué Milhaud, ancien conseiller municipal d’Arles, fonde à Toulon la fédération des groupes socialistes du Var dont il est le secrétaire général en 1901, collaborateur au Var Républicain et au Socialiste du Var24.

  • 25 Phyllis COHEN ALBERT, « L’intégration et la persistance de l’ethnicité chez les juifs dans la Franc (...)

25Si les juifs du Sud-Est s’intègrent parfaitement à la vie locale, soucieux de défendre les intérêts économiques et politiques de leur ville ou région dans une perspective très universaliste, ils n’en tiennent pas moins à préserver leur fidélité au judaïsme. C’est à travers cette “persistance de l’ethnicité” que l’on peut appréhender l’existence et la structure des réseaux d’interconnaissance qu’ils ont mis en place, les multiples liens qui les rattachent les uns aux autres de mille manières25.

26A commencer par la parenté. En effet, c’est par le mariage que la majorité de ces juifs méridionaux restent solidement ancrés dans cette région du Sud-Est et profondément attachés à leur ancienne communauté juive provençale. L’endogamie, et plus particulièrement l’homogamie géographique y est très forte : plus de 64 % des mariages juifs de Marseille et plus de 86 % de ceux de Nîmes en 1872. Ainsi Israël Abram épouse Louise Vidal-Naquet, Benjamin Abram se marie avec Esther Baze, Moïse Astruc avec Benguide Mossé, Salomon Bédarrides avec Julie Naquet,... Par les alliances familiales, ils tissent de vastes réseaux qui s’étendent sur toute la région facilitant à leurs membres l’accès aux élites économiques et politiques locales.

27L’exemple de la famille Valabrègue de Carpentras est particulièrement édifiant sur ce point. Emmanuel Valabrègue, négociant en textile, conseiller municipal de 1870 à 1878, a épousé Gentille Milhaud, belle soeur d’Éliacin Naquet, conseiller municipal d’Aix-en-Provence en 1878, conseiller général du Vaucluse à partir de 1881 et procureur général à la Cour d’Appel d’Aix, frère du député et sénateur du Vaucluse Alfred Naquet. De cette union sont nés quatre fils et deux filles. L’une épouse le militaire Phinée Bédarrides dont le neveu Georges Bédarrides est fonctionnaire des finances dans le Vaucluse. L’autre fille est la mère de Lucien Aaron, conseiller à la préfecture. Deux des fils d’Emmanuel Valabrègue, Adrien et Joseph Édouard, restent négociants et entrent à la Chambre de Commerce d’Avignon. Les deux autres embrassent une carrière juridique : Edmond est professeur de droit à la faculté de Montpellier, et Jules parvient au Conseil d'État.

28Ces Valabrègue de Carpentras sont liés à une autre famille Valabrègue dont l’un des membres, le négociant Adolphe Valabrègue, conseiller municipal de Carpentras en 1870, a épousé une fille Naquet. Le frère d’Adolphe, Joseph Alexandre Valabrègue, membre de la chambre de commerce, est le père du sous-préfet Isaïe Gabriel et de l’écrivain Albin Valabrègue. Ils ont pour cousin germain, le négociant en soie Jonathan Valabrègue d’Avignon allié à la famille Rothschild. Marie, petite fille de Jonathan, épouse Octave Baze, minotier d’Avignon, beau-frère de Benjamin Abram maire d’Aix-en-Provence. Ce dernier a pour cousins le magistrat Alexandre Abram et le banquier marseillais Félix Abram, conseiller général des Bouches-du-Rhône. Son oncle, le président à la Cour de Cassation Gustave Bédarrides, a lui-même pour cousin le ministre Adolphe Crémieux.

29Emmanuel Valabrègue est d’autre part allié par sa soeur aux Naquet de Carpentras, famille de négociants et de militaires, elle-même liée au député et sénateur de l’Hérault, Eugène Lisbonne, ainsi qu’au député du Rhône Édouard Millaud...

30On le voit, un enchevêtrement inextricable de relations lie ces juifs du Sud-Est entre eux et parmi la trentaine de familles qui dominent la scène économique et politique locale en ce début de Troisième République, on peut affirmer que la quasi-majorité d’entre elles font en fait partie d’une vaste et même parentèle. Des membres de ce grand réseau, largement mis en place par les stratégies matrimoniales, occupent ainsi non seulement des postes clefs au niveau local mais aussi au niveau national. Dès 1870, une partie de ces élites liées entre elles par des relations familiales est présente dans la vie publique française : Moïse Laroque, Amédée et Jonathan Valabrègue ont tous trois des responsabilités dans les instances économiques des Bouches-du-Rhône et du Vaucluse ; Benjamin Abram, Félix Abram, Israël Abram, Justin Abran, Gaston Crémieux, Adolphe, Emmanuel et Joseph Haïm Valabrègue sont conseillers municipaux des villes d’Aix-en-Provence, Avignon, Carpentras, Isle-sur-Sorgue, Marseille et Tarascon ; Alexandre Abram, Fernand Alphandéry, Joseph Ernest et Jules Valabrègue obtiennent des postes de magistrat dans les Hautes-Alpes, les Bouches-du-Rhône et le Gard ; Eugène Lisbonne est nommé préfet de l’Hérault ; Gustave Bédarrides est avocat général à la Cour de Cassation ; Alfred Naquet et Adolphe Crémieux font tous deux partie du gouvernement de la Défense Nationale. Dans les années qui suivent, le renouvellement de ces élites continue à se faire à l’intérieur de cette vaste parentèle.

  • 26 Pierre BIRNBAUM, Les Fous de la République..., op. cit., p. 130-134.

31De ce large réseau, émergent des personnalités juives d’envergure nationale sur lesquelles s’appuient les élites locales. A été établi, en particulier pour les hauts fonctionnaires, le rôle “d’homme-pivot” joué par Adolphe Crémieux, ainsi que par Gustave Bédarrides, Eugène Lisbonne, Édouard Millaud et Alfred Naquet26. Indéniablement, ces hommes ont dû influencer aussi la carrière publique de leurs parents restés dans leur région d’origine. Le prestige et l’influence que ces derniers pouvaient retirer de leur alliance avec d’éminentes personnalités membres des plus hautes instances de l'État ont pu faciliter leur accession aux responsabilités locales.

  • 27 AN, F 19 11002, 11003, 11017.

32L’attachement au judaïsme constitue une autre dimension du lien qui unit entre eux la majorité des élites juives du Sud-Est. Celui-ci se traduit de bien des manières, en particulier par leur participation à la direction des affaires cultuelles. En effet, s’ils sont à la tête de la vie politique, économique et sociale locale, ces hommes dirigent aussi l’administration de leur communauté ou participent à la gestion régionale du culte en tant que membres laïcs du consistoire israélite de Marseille qui a sous son autorité les 12 départements du Sud-Est. Font ainsi partie de cette instance administrative l’industriel Adolphe Puget, le bâtonnier Edgar Carcassonne, les hommes politiques Adolphe Carcassonne et Gaston Crémieux... Les frères Milhaud d’Aix, l’industriel niçois Benoît Mayrargue, les conseillers municipaux Théophile Abran, Gratien Cassin, Léon Carcassonne ont quant à eux des responsabilités au sein de leurs communautés respectives27.

33Cette forte présence des élites juives dans l’organisation consistoriale est aussi liée à la cohérence des réseaux familiaux. Souvent les fils succèdent aux pères, les neveux aux oncles, maintenant ainsi un lien durable avec le judaïsme tout en poursuivant leur intégration au sein de la société française.

34L’exemple de la famille Valabrègue de Carpentras est une nouvelle fois symptomatique de cet état de fait. Emmanuel Valabrègue, ancien membre du consistoire, fait partie de l’administration de la communauté de sa ville. Ses deux fils Adrien et Joseph-Édouard, membres du consistoire, sont tour à tour président de leur communauté. Sa fille, l’épouse de Phinée Bédarrides, est membre du comité local de l’Alliance Israélite Universelle (AIU). Sa femme et sa belle-fille, l’épouse d’Adrien, sont les fondatrices de la Société de Bienfaisance des Dames Israélite de Carpentras. Son parent Élie Valabrègue, membre du comité local de l’AIU, en charge des circoncisions, est le mohel de Carpentras. Lui succède dans cette tâche, son fils Joseph Alexandre, qui fait aussi office de ministre officiant dans sa communauté. Son autre fils, Adolphe, assume un certain temps la présidence de la communauté. Ses deux belles-filles font partie de cette société féminine de bienfaisance de Carpentras.

  • 28 Le grand pardon et la Pâque juive.
  • 29 AN, F 19 11002, 11003, 11017.

35Un autre exemple est celui de la famille Vidal-Naquet originaire de Montpellier et liée par les Naquet à la famille Valabrègue. Moïse Vidal-Naquet préside la communauté de Montpellier. Aux grandes solennités, notamment à celles de Kippour et de Pessah, il met sa maison à la disposition de ses coreligionnaires et dirige lui-même les cérémonies cultuelles28. A sa mort, son fils Gustave qui fournit toute la région en vins casher, prend le relais. Son gendre, le président du Conseil Général Eugène Lisbonne, assume des responsabilités au sein du consistoire, et son petit fils Georges Lisbonne dans l’administration communautaire. Son neveu, Aristide Vidal-Naquet, est pendant une longue période président du Consistoire ainsi que de la société de secours mutuel “Les enfants de Jacob” et du comité marseillais de l’AIU...29.

36Cependant, si les juifs du Sud-Est s’investissent volontiers dans la direction des affaires cultuelles, un très petit nombre d’entre eux s’engagent dans la carrière rabbinique. La majorité des rabbins est originaire des régions plus traditionnelles de l’Est de la France. Toutefois deux fonctionnaires du culte échappent à cette règle : Benjamin Mossé et Honel Meiss.

37Le premier, membre d’une famille originaire du Vaucluse, remplit les fonctions de rabbin d’Avignon de 1859 jusqu’à sa mort en 1892. Il est l’auteur d’un nombre impressionnant d’ouvrages d’instruction religieuse et civique, et le fondateur et directeur de la revue La Famille de Jacob (1859-1891). Cette féconde production littéraire lui vaut d’être nommé officier d’académie en 1877 et officier de l’Instruction Publique en 1888. Cependant, lorsqu’il demande à recevoir la croix de la Légion d’Honneur en 1890, aucune recommandation n’étaye son dossier qui comporte seulement un avis défavorable du préfet du Vaucluse.

  • 30 AN, F 19 11070.

38Ce n’est pas le cas du rabbin Honel Meiss. Né en Alsace et lié à la famille Cassin de Nice, il est nommé sur sa demande rabbin de la communauté niçoise en 1882, puis est élu grand rabbin du consistoire de Marseille en 1904. Décoré des palmes académiques par le président Sadi Carnot en 1890, sa demande de décoration à la Légion d’Honneur est soutenue par le préfet des Alpes-Maritimes, deux députés dont Raphaël Bischoffsheim, deux sénateurs, et par le grand rabbin et le représentant du consistoire de Marseille au consistoire central30.

39Les recommandations émanant de personnalités politiques juives envers un membre du culte sont toutefois fort rares. Les juifs du Sud-Est tiennent à préserver cette séparation entre le civique et le civil sur laquelle repose leur intégration à la société française et les rabbins demandent généralement l’appui de notables locaux non-juifs pour les aider à obtenir des honneurs de l'État républicain.

  • 31 Proportionnellement, la population juive ne représente en 1872 jamais plus de 0,57 % de la populati (...)
  • 32 Famille de Jacob, 1868-1869, p. 184 ; 1876-1877, p. 181 ; Christiane DEROBERT-RATEL, Les Arts et l’ (...)

40En définitive, c’est à partir de la Troisième République que, grâce à leur remarquable mobilité professionnelle ascensionnelle, des membres de la minorité juive du Midi accèdent à la vie publique locale31. Implantés depuis longtemps dans le Sud-Est, beaucoup parlent le provençal, leurs concitoyens n’hésitent pas à leur confier la défense de leurs intérêts, nommant leurs représentants au sein des institutions locales ou nationales. L’appartenance d’un certains nombre d’entre eux à la franc-maçonnerie, tels Aristippe Alphandéry, Salomon Bédarrides, Gaston Crémieux ou David Mossé frère du rabbin Benjamin Mossé, ne peut alors que consolider leur intégration dans le milieu républicain local32.

  • 33 Danièle et Carol IANCU, Les Juifs du Midi. Une histoire millénaire, Avignon, Barthélemy, 1995, p. 2 (...)

41Personnalités socio-économiques et politiques indéniables, leur renommée s’étend aussi aux domaines intellectuels et artistiques et mériterait d’être traitée plus longuement. On peut simplement citer ici les écrivains Adolphe Carcassonne, Amélie Cohen et Albin Valabrègue, le peintre Édouard Crémieux, le musicien Jules Émile David Cohen...33.

  • 34 Archives Israélites, 1892, no 19, p. 151 ; AN, BB 6II 542.

42A la fin du XIX° siècle, au moment où l’antisémitisme connaît une nouvelle flambée, ils continuent à bénéficier de la confiance de leurs administrés. Ainsi en est-il par exemple à Aix-en-Provence en 1892 et à Nyons en 1896 où, malgré des attaques mettant en cause leur judéité, Benjamin Abram et Jules Lisbonne sont réélus à la tête de leur municipalités34. C’est qu’effectivement ces ambitieux citoyens n’ont pas renoncé à leur particularisme juif et c’est à travers cette persistance que se révèlent les réseaux qui facilitent à leurs membres l’accession aux élites locales. Cette intégration qui n’implique pas l’abandon du judaïsme, mais qui permet le maintien d’une sociabilité juive régionale, confirme l’importance du fait religieux dans les configurations du pouvoir local.

Notes

1 Ce travail présente les premiers résultats d’une recherche qui porte sur l’ensemble des communautés juives du Sud-Est. Il s’appuie sur le dépouillement de journaux juifs nationaux les Archives Israélites et l’Univers Israélite, d’un mensuel local la Famille de Jacob, des dossiers administratifs des archives nationales et des archives départementales.

2 Jacob KATZ, Hors du ghetto, l'Émancipation des juifs en Europe (1770-1870), Paris Hachette, 1984.

3 Pierre BIRNBAUM, Les Fous de la République. Histoire politique des juifs d'État de Gambetta à Vichy, Paris, Seuil, 1994.

4 Archives Nationales (AN), F 19 11069 ; Guy HAZZAN, Les Juifs de Marseille de 1815 à 1870, maîtrise d’histoire, Université de Provence, 1969, p. 27-28.

5 Ibid, p. 30 ; AN, F 19 11069 ; Famille de Jacob, 1877-1878, p. 149 et 1869-1870, p. 283.

6 Famille de Jacob, 1890, p. 186 ; Archives Israélites, 1894, no 1, p. 7 ; Dictionnaire biographique illustré des Bouches-du-Rhône, Paris, Flammarion-Wagner, 1911 ; La Famille de Jacob, 1888, p. 60.

7 Ibid, 1870-1871, p. 295 ; 1871-1872, p. 58, 317, 374 ; 1874-1875, p. 246-248, 284, 375-376 ; 1875-1876, p. 256.

8 Ibid, 1871, p. 25 ; 1875-1876, p. 124 ; 1876-1877, p.82 ; 1878-1879, p. 65-67 ; 1886, p. 130 ; 1888, p. 217 et 245.

9 Les Dictionnaires départementaux. Les Bouches-du-Rhône, Paris, Flammarion, 1901 ; Famille de Jacob, 1884-1885, p. 159 ; Dictionnaire illustré des Bouches-du-Rhône..., op. cit.

10 Famille de Jacob, 1880-1881, p. 197 ; Les Dictionnaires départementaux. Les Bouches-du-Rhône,... op. cit.

11 Famille de Jacob, 1881-1882, p. 149 ; 1890, p. 12-125 ; Dictionnaire illustré des Bouches-du-Rhône,... op. cit.

12 AN, F 19 11070.

13 Famille de Jacob, 1879-1880, p. 226 ; 1884-1885, p. 157 ; 1890, p. 179-180.

14 Ibid, 1878-1879, p. 28 ; AN F 19 11070 ; Famille de Jacob, 1887, p. 178 ; 1876-1877, p. 54 ; 1891, p. 155 ; Archives Israélites, 1896, no 3, p. 21.

15 Laurent RAVINAL, Des Carrières à l'Émancipation : les juifs du Vaucluse (1800-1870), maîtrise d’Histoire, Université de Provence, 1994, p. 49 et 126.

16 Nous nous attacherons plus particulièrement aux figures des hommes politiques locaux avec seulement quelques références ponctuelles aux autres catégories du personnel politique.

17 Laurent RAVINAL, Des Carrières..., op. cit., p. 126 ; David COHEN, La Promotion des juifs en France à l’époque du Second Empire (1852-1870), Aix-en-Provence, PUP, 1980, tome 2, p. 495 ; Famille de Jacob, 1869-1870, p. 348 et 396 ; Les Dictionnaires départementaux. Les Bouches-du-Rhône,... op. cit. ; AN, BB 6 II 613.

18 Famille de Jacob, 1868-1869, p. 19, 1869-1870, p. 277 et 396, 1870-1871, p. 12 ; AN, BB 6 II 1 ; Les Bouches-du-Rhône. Encyclopédie départementale, tome XI : “Biographies”, Marseille, Archives Départementales, 1913 ; AN, BB 6 II 542 ; Justin BRUN-DURAND, Dictionnaire biographique et biblio-iconographique de la Drôme, tome 2, Grenoble, Librairie Dauphinoise, 1901 ; Archives Départementales des Bouches-du-Rhône : 113 V 1 ; Jean MAITRON (dir.), Dictionnaire biographique du Mouvement ouvrier français, 1ère partie : 1789-1894, Paris, Éditions Ouvrières, 1964-1971.

19 Ibid ; Les Bouches-du-Rhône. Encyclopédie départementale, tome V, p. 205-220 et 227-230 ; AN, F 1 bI 168/1 ; Pierre BIRNBAUM, Les Fous de la République..., op. cit., p. 304.

20 AN, BB 6 II 542 ; Archives Israélites, 1892, no 31 ; AN, BB 6 II 105 ; Famille de Jacob, 1874-1875, p. 60 ; AN, F 1 bI 608 ; AN, BB 6 II 1 ; Les Dictionnaires départementaux. Les Bouches-du-Rhône..., op. cit. ; AN, BB 6II 313 et 1095 ; Archives Israélites, 1878, no 8, p. 243 ; Famille de Jacob, 1871-1872, p. 25-26.

21 Pierre BIRNBAUM, Les Fous de la République..., op. cit., p. 293.

22 Famille de Jacob, 1877-1878, p. 62 et 124 ; 1878-1879, p. 28 et 157 ; 1880-1881, p. 67-68 ; Archives Israélites, 1878, no 4, p. 125.

23 Les Bouches-du-Rhône. Encyclopédie départementale, tome XI,... op. cit. ; Les Dictionnaires départementaux. Les Bouches-du-Rhône,... op. cit. ; Archives Israélites, 1891, no 29, p. 227.

24 Ibid ; Jean MAITRON (dir.), Dictionnaire biographique..., op. cit., 3ème partie : 1871-1914 et 4ème partie : 1914-1939 ; Archives Israélites, 1893, no 32, p. 254.

25 Phyllis COHEN ALBERT, « L’intégration et la persistance de l’ethnicité chez les juifs dans la France moderne », Pierre BIRNBAUM (dir.), Histoire politique des juifs de France, Paris, FNSP, 1990, p. 221-243.

26 Pierre BIRNBAUM, Les Fous de la République..., op. cit., p. 130-134.

27 AN, F 19 11002, 11003, 11017.

28 Le grand pardon et la Pâque juive.

29 AN, F 19 11002, 11003, 11017.

30 AN, F 19 11070.

31 Proportionnellement, la population juive ne représente en 1872 jamais plus de 0,57 % de la population générale des départements de la région.

32 Famille de Jacob, 1868-1869, p. 184 ; 1876-1877, p. 181 ; Christiane DEROBERT-RATEL, Les Arts et l’Amitié et le rayonnement maçonnique dans la société aixoise de 1848 à 1871, Aix-en-Provence, Édisud, 1987, p. 261 ; Jean MAITRON (dir.), Dictionnaire biographique..., op. cit., 2ème partie : 1864-1871.

33 Danièle et Carol IANCU, Les Juifs du Midi. Une histoire millénaire, Avignon, Barthélemy, 1995, p. 259.

34 Archives Israélites, 1892, no 19, p. 151 ; AN, BB 6II 542.

Auteur

Doctorante à l’Université Aix-Marseille I.

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search