Version classiqueVersion mobile

Élites et pouvoirs locaux

 | 
Bruno Dumons
, 
Gilles Pollet

I. Autorités religieuses

Introduction

Étienne Fouilloux

Texte intégral

  • 1 Prosopographie des élites françaises (XVI°-XX° siècles). Guide de recherche, Paris, IHMC, CNRS, 198 (...)
  • 2 Respectivement tomes 6 et 8, Paris, Beauchesne, 1994 et 1996.

1Faut-il encore démontrer la légitimité (et l’intérêt) d’une approche des élites françaises par le biais du religieux ? D’emblée, celui-ci s’est trouvé partie prenante du regain d’attention de notre histoire sociale à leur égard, voici une petite vingtaine d’années1. Le résultat le plus visible d’une telle intégration n’est autre que le Dictionnaire du monde religieux de la France contemporaine, publié sous la direction de Jean-Marie Mayeur et d’Yves-Marie Hilaire. Certes, il ne retient pas que des élites, au sens social du terme, mais aussi des humbles... dont le rôle proprement religieux fut éminent de la signature du concordat de 1801 au concile Vatican II. Elites religieuses et élites sociales ne se recouvrent donc pas complètement mais il suffit de feuilleter les huit volumes parus pour constater l’ampleur des recoupements entre les deux registres. Or, deux de ces volumes concernent la France du Sud-Est : Lyon, le Lyonnais et le Beaujolais dû pour l’essentiel à Xavier de Montclos ; La Savoie, dû pour l'essentiel à Christian Sorrel qui en exploite ici même certaines données2. Reste à prouver que les élites religieuses, ou partie d’entre elles, ont eu quelque rapport avec les pouvoirs locaux sous la République troisième du nom. Les études qui suivent s’y emploient de manière convergente, bien qu’avec des méthodes sensiblement différentes.

2On est tenté de les rapprocher deux à deux : Florence Berceot et Patrick Cabanel analysent le cas des confessions minoritaires ; Christian Sorrel et Patrick Cabanel celui des responsables ecclésiastiques, pasteurs ou évêques. Le premier couple met une fois de plus en évidence l’influence des minorités religieuses, très supérieure à leur nombre. D’abord négociants puis banquiers ou industriels, médecins et fonctionnaires enfin, les juifs du Midi connaissent dans la France républicaine une ascension sociale qui se concrétise précocement en responsabilités politiques locales, régionales, voire nationales. Le cadre privilégié d’une telle ascension est la famille : conservatoire des traditions juives, elle n’assure toutefois pas le renouvellement du corps des rabbins.

3De leur côté, les pasteurs libéraux, cévenols ou non, n’hésitent pas à s’engager dans la mêlée politique, mais ils abandonnent alors toute charge religieuse. Leurs confrères restés en poste ne s’abstiennent pas pour autant d’intervenir dans les affaires publiques, bien au contraire. Républicains convaincus et parfois avancés, ils s’opposent fermement à toute menace réactionnaire, au sens précis du terme, en 1940 comme en 1900 ou en 1875. A tel point qu’il ne semble pas trop provocateur à Patrick Cabanel d’évoquer un cléricalisme protestant, républicain bien sûr.

4A la différence des pasteurs cévenols, les évêques de Savoie ne sont pas toujours issus de la région. Avant la Séparation de 1905, la République y a même nommé de préférence des prélats venus d’ailleurs pour se prémunir d’un sursaut particulariste dans une province récemment unie à la France. Après 1905, Rome veille surtout à s’attacher les services de personnalités qui ne discutent pas ses orientations. Et Christian Sorrel de décrire avec finesse les rapports complexes entre ces grands notables, profondément imbus de leur autorité mais passablement dépaysés parfois, et de rugueuses chrétientés montagnardes ou de grandes familles locales qui ne sont pas sans rappeler, mutatis mutandis, leurs homologues juives du Comtat venaissin. Bien qu’elles n’aiment guère la République et qu’elles produisent en abondance prêtres, religieux ou religieuses, elles fonctionnent de la même manière, sur le mode de la parentèle. D’une façon qui n’est paradoxale qu’en apparence, ces frictions intra-diocésaines sont moins vives en régime de séparation qu’en régime concordataire. Les préfets violets ont cédé la place aux hommes de Rome et ceux-ci ont regagné en influence religieuse ce qu’ils ont perdu en rôle politique.

5D’autres études de cas seraient nécessaires pour bâtir une synthèse. Mais l’éventail des situations ici produit en fournit déjà quelques linéaments : imbrication méridionale entre élites religieuses et pouvoirs locaux, quelle que soit la confession ; engagement minoritaire dans le camp républicain ; échec de la République dans son effort de soumission des cadres catholiques.

Notes

1 Prosopographie des élites françaises (XVI°-XX° siècles). Guide de recherche, Paris, IHMC, CNRS, 1980, p. 137-146.

2 Respectivement tomes 6 et 8, Paris, Beauchesne, 1994 et 1996.

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search