Version classiqueVersion mobile

Élites et pouvoirs locaux

 | 
Bruno Dumons
, 
Gilles Pollet

Première partie. Élites politiques et administratives

Les députés et sénateurs-maires dans les villes du Sud-Est : pouvoir local et représentation nationale (1884-1940)

Bruno Dumons et Gilles Pollet

Texte intégral

  • 1 Édouard HERRIOT, Jadis, tome 2, Paris, Flammarion, 1952, p. 644.
  • 2 Serge BERSTEIN, Édouard Herriot ou la République en personne, Paris, FNSP, 1985.
  • 3 A la suite de l’explosion urbaine qui a suivi la Seconde Guerre mondiale, le nombre de députés-mai (...)
  • 4 Parmi les grandes municipalités qui ont vu s’affirmer des personnalités politiques nationales, on (...)

1« Dans ma longue vie publique, le problème qui m’a le plus constamment occupé est celui de l’administration de la ville de Lyon dont j’ai été élu maire pour la première fois en 1905... J’ai aimé la ville de Lyon comme on aime un être vivant. Je me suis proposé à la fois de ressusciter son passé, d’assurer son présent, de préparer son avenir »1. Cette confession est celle d'Édouard Herriot écrite à la fin de ses mémoires en 1952. Dans une vie publique exemplaire qui l’a porté aux sommets de l'État, de la présidence du Conseil à différents portefeuilles ministériels, de la Haute Assemblée au Palais Bourbon, cet homme politique d’envergure nationale semble pourtant privilégier l’exercice de son mandat municipal assuré entre 1905 et 19572. De telles trajectoires aussi fortement associées à une forme de pouvoir local sont de plus en plus nombreuses au sein de la classe politique française à mesure que l’on avance dans le XX° siècle3. Désormais, la ville peut devenir le théâtre d’un véritable principat qu’il s’agisse de grandes municipalités urbaines comme Lille, Rouen, Tours, Bordeaux, Marseille, Nice ou de villes moyennes telles que Perpignan ou Saint-Chamond4.

2Dans ce cadre, l’examen précis et détaillé du rapport local-national ainsi que des relations entre le centre et les périphéries peut permettre de saisir les fondements et l’originalité du régime politique élaboré par les républicains et dans lequel les gouvernements locaux occupent une place centrale. Ce système représente une tentative de compromis ou d’équilibre entre les partisans d’un pouvoir local fort et les tenants d’un État centralisé. L’hypothèse formulée ici consiste à considérer cette construction institutionnelle autour des rapports entre le local et le national comme une des expressions concrètes de la structuration du régime républicain. Ainsi, la France de la Troisième République n’aurait-elle pas procédé à “la fin des terroirs” mais plutôt à leur transformation et à leur lente intégration dans la nation républicaine en même temps qu’elle leur donnait une représentation et une légitimité renouvelées au sein de l'État central, en particulier grâce au choix d’un régime parlementaire.

  • 5 Sur cette originalité de la vie politique française : Mattéi DOGAN, « Les filières de la carrière (...)
  • 6 Selon l’ancien président du Conseil, le cumul des mandats s’apparente à une sorte de féodalisme qui (...)
  • 7 Daniel GAXIE, Les Professionnels de la politique, Paris, PUF, 1973 ; Bernard DENNI et Patrick LECO (...)

3Par conséquent, l’articulation entre l’exercice d’un mandat local et la représentation nationale s’affirme comme une caractéristique essentielle des nouvelles élites politiques françaises républicaines5. Cette complémentarité entre le local et le national constitue alors une des composantes de la pratique du “métier politique” telle que l’évoquait déjà André Tardieu en 1937 dans un ouvrage de critique véhémente sur la professionnalisation de l’activité parlementaire6. A ce propos, la figure du parlementaire-maire souligne bien cette ambivalence entre le professionnel de la politique qui perçoit une rémunération ou une indemnité constituant l’essentiel de ses revenus, et le notable traditionnel qui s'engage dans le métier politique pour acquérir des savoir-faire, disposer de clientèles et figurer dans un ensemble de réseaux diversifiés7.

  • 8 Ministre et chef de file de la droite républicaine entre les deux guerres, Louis Marin est resté l (...)
  • 9 Pierre LEVEQUE, « Les Français et le pouvoir politique », André BURGUIERE et Jacques REVEL (dir.),(...)
  • 10 Sur les maires : Maurice AGULHON... (dir.), Les Maires en France du Consulat à nos jours, Paris, P (...)
  • 11 « Incontestablement, c’est au travers du cumul des mandats et du maillage institutionnel de la coo (...)

4D’autre part, si le conseil général apparaît souvent comme l’antichambre d’une carrière parlementaire, voire d’un destin politique exceptionnel à l’image de Louis Marin ou de Charles Jonnart, la commune reste le lieu privilégié où une notabilité locale peut s’aguerrir au métier politique8. De plus, sous un régime parlementaire comme celui de la Troisième République, l’accession à un poste de sénateur ou de député constitue une excellente filière d’ascension sociale pour la bourgeoisie provinciale qui nécessite des ressources propres en l’absence de partis politiques modernes très structurés et en raison de l’existence d’un “cens caché”9. Parmi celles-ci, se distingue la détention d’un mandat de premier magistrat municipal. Le cumul autorisé de ces deux mandats, local et national, donne alors naissance à la figure du parlementaire-maire sur laquelle l’historiographie est restée encore lacunaire malgré les recherches abouties et les enquêtes systématiques qui ont été mises en chantier depuis une dizaine d’années sur ces deux représentants du personnel politique10. Remarquons qu’il s’agit là d’une spécificité française au regard des autres pays européens11. Notre approche se place donc sur ce terrain historiographique largement en friche et vise à questionner cette élite politique nouvelle qui partage son temps entre la capitale, sa circonscription et surtout sa municipalité dont il est l’un des ambassadeurs les plus autorisés. La figure du maire-parlementaire ne représenterait-elle pas un maillon central d’un régime politique où l'État tire sa force principale de la vitalité des espaces locaux dont il assure la régulation ?

Une pesée globale régionale

  • 12 Il s’agit des départements suivants : Ain (01), Ardèche (07), Drôme (26), Isère (38), Loire (42), (...)
  • 13 Grâce à la lecture des notices établies dans les différents dictionnaires des parlementaires, il a (...)

5L’enquête proposée ici porte sur onze départements situés dans la partie septentrionale de la France du Sud-Est présentant des caractères géographiques et sociaux très diversifiés12. La recherche des parlementaires-maires qui a nécessité une très longue collecte des données, recense tous les sénateurs et les députés en exercice qui ont eu en parallèle la charge d’un mandat de maire13. Les bornes chronologiques de l’enquête se situent entre 1884, date des premières élections des conseils municipaux au suffrage universel pour une durée quadriennale, et 1940, année durant laquelle a été instaurée l'État Français supprimant l’élection des maires et la remplaçant par la nomination préfectorale ou gouvernementale.

Le cumul du personnel parlementaire

6Un premier comptage d’ensemble donne le nombre de parlementaires ayant exercé simultanément un mandat de maire. Sur les 594 sénateurs et députés qui ont représenté les dix départements à l’Assemblée Nationale durant cette période de la Troisième République, ils sont 201 à cumuler ces deux fonctions, soit le tiers des parlementaires (34 %).

Tableau no 1. Les parlementaires-maires

Tableau no 1. Les parlementaires-maires
  • 14 Cette proportion se trouve confirmée par une recherche établie sur 77 parlementaires de Saône-et-L (...)
  • 15 Sur Eugène Pébellier : Auguste RIVET, « La vie politique en Haute-Loire de 1932 à 1936 », Cahiers (...)
  • 16 Claude MONT-SEVE, Sénateurs de la Loire d’hier et d’aujourd’hui, Saint-Étienne, s. e., 1990, p. 47 (...)

7Cette proportion est similaire qu’il s’agisse de représentants au Sénat ou à la Chambre. Parmi les départements où le taux de parlementaires-maires est le moins élevé, on recense la Lozère (15 %) et le Rhône (17 %). Si ces faibles pourcentages concernent davantage les députés lozériens avec Joseph Bonnet de Paillerets à Marvejols, Louis Jourdan à Mende et Charles Pomaret à Pont-de-Montvert, ils caractérisent surtout la présence des sénateurs rhodaniens avec comme chef de file Édouard Herriot à Lyon, Émile Bender à Odenas, Irénée Giraud à Cours et Victor Vermorel à Liergues. Par contre, les départements où cette proportion apparaît comme la plus importante, sont respectivement la Saône-et-Loire (53 %) et la Haute-Loire (51 %)14. Elle atteint même 61 % parmi les sénateurs de la Saône-et-Loire et 58 % au sein des députés de la Haute-Loire avec des figures comme Jean Bouveri à Montceau-les-Mines et Eugène Pébellier au Puy-en-Velay15. Dans les autres départements, la part des députés-maires s’avère plus conséquente dans l’Ain (42 %) et la Drôme (37,5 %) tandis que celle des sénateurs-maires paraît plus forte en Savoie (40 %) et Haute-Savoie (29 %). Pour le reste, l’équilibre est maintenu comme dans la Loire avec 41 % de députés-maires et 40 % de sénateurs-maires16.

L’émergence d’un cursus politique

8L’évolution chronologique souligne un accroissement constant de la pratique du cumul entre la fonction de sénateur ou de député et celle de maire. En effet, près du quart des parlementaires-maires de l’espace régional (23 %) ont exercé leurs fonctions à la fin du XIX° siècle et la proportion atteint presque le tiers (30 %) pour la Belle Époque. Le phénomène se développe surtout entre les deux guerres puisque presque la moitié des parlementaires-maires régionaux (47 %) ont pratiqué cette forme de cumul de mandats au cours de cette période.

Tableau no 2. Évolution chronologique (Chiffres absolus)

Tableau no 2. Évolution chronologique (Chiffres absolus)
  • 17 Maurice AGULHON... (dir.), Les Maires en France du Consulat à nos jours,... op. cit., p. 45, 66 et (...)

9A l’échelle départementale, la figure du sénateur et du député-maire devient familière surtout durant les années vingt et trente. En Isère, cette période concentre 61 % des parlementaires-maires élus dans le département depuis 1884. Cette proportion se monte à plus de la moitié en Saône-et-Loire (56 %) et dans le Rhône (53 %). Par contre, dans l’Ain et la Haute-Savoie, les parlementaires-maires sont majoritairement des hommes politiques de la Belle Époque. Bien que le phénomène soit repérable dès la fin du XIX° siècle, c’est donc bien au cours de la période de l’entre-deux-guerres que s’amplifie le cumul des fonctions parlementaire et municipale. Si l’image du maire prend avec le temps davantage de dignité et de d’influence, le parlementaire a donc tout intérêt, à mesure que l’on avance dans le XX° siècle, à exercer en parallèle le pouvoir de premier magistrat d’une commune, en particulier lorsqu’il s’agit d’une agglomération urbaine où sont concentrés les sièges des autorités locales17.

Un personnel politique plutôt rural

10De manière générale, le parlementaire-maire dans la France du Sud-Est exerce son mandat municipal en majorité (54 %) dans des communes de moins de 3.000 habitants. Les autres (46 %) sont à la tête de municipalités urbaines. Bien que minoritaires, ils occupent des positions de pouvoir privilégiées.

Tableau no 3. Les parlementaires-maires urbains et ruraux

Tableau no 3. Les parlementaires-maires urbains et ruraux

11L’ancrage rural constitue ainsi un aspect essentiel dans l’Ain (82 %) et la Haute-Loire (64 %) et, de manière plus modérée, pour les départements de la Saône-et-Loire (59 %), du Rhône (58 %) et des deux Savoie (57 et 56 %). A l’inverse, la Loire (59 %), la Drôme (67 %) et la Lozère (75 %) s’illustrent plutôt par des figures de parlementaires exerçant leur mandat de premier magistrat dans des agglomérations urbaines où se concentrent différentes formes de pouvoir local. Parmi les parlementaires ligériens, plusieurs se sont illustrés à la tête de la municipalité de Saint-Étienne comme les sénateurs Pierre Madignier et Louis Soulié ou les députés Antoine Durafour, Émile Girodet et Alfred Vernay. Les autres dirigent des sous-préfectures à l’image de Joanny Augé et Albert Sérol à Roanne ou Claude Chialvo et Louis Dupin à Montbrison. L’exercice du pouvoir municipal dans les cités industrielles est également déterminant pour plusieurs parlementaires de la Loire tels que Georges Claudinon et Pétrus Faure au Chambon-Feugerolles, François Delay et Antoine Pinay à Saint-Chamond ou Marcellin Souhet et Ernest Lafont à Firminy. Dans la Drôme, tous les sénateurs-maires entre 1884 et 1940 ont dirigé une municipalité urbaine qu’il s’agisse de Paul Laurens à Nyons, d'Émile Loubet à Montélimar, d’Henri Perdrix à Valence ou de Félix Rozier à Crest. Malgré la prédominance des communes rurales, la mairie, en particulier urbaine, s'avère donc un marchepied particulièrement efficace pour une carrière parlementaire.

De l’antériorité du mandat municipal au “parachutage”

12Sur l’ensemble de la Troisième République, la plupart des parlementaires-maires (87 %) accèdent en premier lieu au mandat municipal avant de devenir sénateur ou député. Cette situation concerne neuf parlementaires sur dix dans les départements de la Loire (95 %), du Rhône (95 %), de l’Isère (92 %), de la Saône-et-Loire (90 %) et même tous les parlementaires-maires de l’Ain.

Tableau no 4. Antériorité du mandat

Tableau no 4. Antériorité du mandat
  • 18 Sur l’activité municipale de Paul Mistral : Jean-François PARENT et Jean-Louis SCHWARTZBROD, Deux (...)
  • 19 En effet, Jean-Louis Chastanet, corrézien d’origine, est d’abord agent des postes à Paris avant d’ (...)
  • 20 Paul Faure est lui aussi un “professionnel de la politique”, militant du Parti Ouvrier Français pu (...)
  • 21 Originaire d’une modeste famille valentinoise, Jules Nadi devient fonctionnaire d’octroi à Romans, (...)
  • 22 Maurice Thiolas, avocat et journaliste, est élu en 1933 député de la Haute-Loire, dans la circonsc (...)

13Par contre, la conquête d’une municipalité durant l’exercice du mandat parlementaire se remarque davantage parmi les députés que les sénateurs. Ici, s’affirmerait une filière socialiste de professionnalisation de la politique. Ainsi, certaines personnalités socialistes de premier plan se distinguent dans de telles pratiques d’accès à une municipalité urbaine comme le député de la deuxième circonscription de Grenoble Paul Mistral, élu en 1910, qui devient maire de la ville en 191918. Deux autres députés socialistes isérois se font élire à la mairie d’une cité dauphinoise : Séraphin Buisset à Rives en 1919 et Jean-Louis Chastanet à la Tour du Pin en 1924. On peut même parler de “parachutage” pour ce dernier qui présente toutes les caractéristiques du “professionnel de la politique” avec des activités de militant et d’élu19. Même itinéraire pour deux députés socialistes de Saône-et-Loire, Paul Faure et Georges Nouelle qui deviendront respectivement en 1925 maires du Creusot et de Chalon-sur-Saône20. On retrouve un parcours quelque peu similaire avec le socialiste drômois Jules Nadi, élu à la mairie de Romans en 191921. Si ces pratiques concernent surtout des parlementaires-maires socialistes installés dans des agglomérations urbaines et industrielles où domine une population ouvrière, quelques-uns présentent un ancrage principalement rural à l’image des socialistes Maurice Thiolas et Charles Pomaret22. Dans ces deux cas, les mandats municipaux viennent compléter les réseaux politiques dans lesquels s’insèrent déjà les parlementaires.

  • 23 Jules Mercier et Paul Jacquier sont déjà fortement introduits dans les réseaux locaux du Chablais (...)
  • 24 Descendant d’un député de l’Assemblée Nationale de 1848 et fils du maire de Fraissinet de Lozère e (...)

14A la filière socialiste qu’incarnent plusieurs professionnels de la politique, s’ajoute celle de certains radicaux. Dans le département de la Loire, ils sont trois députés à avoir conquis une municipalité urbaine durant l’exercice de leur mandat parlementaire. L’avocat Antoine Durafour, entré au Palais Bourbon dès 1910, se fait élire à la mairie de Saint-Étienne en 1930. Lui succède deux ans plus tard le journaliste Alfred Vernay, ancien rédacteur en chef du grand quotidien départemental La Loire Républicaine. Dans la petite ville de Feurs, c’est un artiste venu de la Bresse louhanaise, Antoine Drivet qui va présider de 1912 à 1940 aux destinées de ce chef-lieu de canton après avoir été porté deux ans auparavant sur les bancs de la Chambre. En Savoie, un itinéraire semblable conduit l’avocat Pierre Cot, spécialiste de droit international, à la députation en 1928 et à une carrière ministérielle avec en parallèle l’administration depuis 1929 de la commune de Coise pendant près d’un demi-siècle. Dans le département voisin de la Haute-Savoie, ils sont deux députés radicaux, les avocats Jules Mercier et Paul Jacquier, à rechercher la consécration municipale dans la sous-préfecture de Thonon23. La conquête d’une mairie reste donc l’apanage des parlementaires de gauche même si l’exception existe avec le sénateur lozérien de droite catholique modérée Paulin Daudé, élu au Palais du Luxembourg en 1906. Cet avocat, passionné de journalisme, est aguerri au métier politique grâce à ses antécédents familiaux et à ses qualités de chef de clan de la droite lozérienne24. Malgré cela, l’antériorité du mandat municipal constitue la règle générale et l’exercice du cumul des mandats nécessite une durée minimale pour que l’élu puisse en retirer de véritables ressources dans sa carrière politique.

Un cumul durable pour des élus de toutes tendances

  • 25 La durée moyenne du mandat de maire représenterait entre 17 et 18 ans : Maurice AGULHON... (dir.),(...)
  • 26 Ainsi, en Haute-Loire, le républicain de gauche démocratique Paul Veysseyre, maire depuis 1908 de (...)
  • 27 Citons également parmi les parlementaires radicaux, le député-maire Germain Périer à Autun (18 ans (...)

15Globalement, la durée moyenne du cumul des mandats d’un parlementaire-maire dans la France du Sud-Est avoisine sept ans (6,9) avec une carrière nationale d’environ dix ans (10,2) et une longévité municipale de plus de seize ans (16,5). Ces chiffres ne diffèrent pas de ceux mentionnés dans les enquêtes systématiques d’envergure nationale ou régionale25. Si les parlementaires-maires ruraux ont une durée de carrières conjointes légèrement supérieure (7,4) à celle de leurs collègues urbains (6,7), les différences interviennent surtout entre départements. Parmi les durées moyennes de cumuls de mandats les plus courtes, il y a celles repérées en Haute-Loire (4,9) et en Haute-Savoie (5,2) en raison de la brièveté des mandats parlementaires des élus ou de la volonté de ne pas cumuler les fonctions26. Quant aux durées de cumuls les plus longues, elles se remarquent en Savoie (10,3) et dans le Rhône (6,9). Ainsi, le sénateur radical François Milan a cumulé son activité parlementaire avec celle de maire de la Rochette pendant vingt-six ans de 1914 à 1940 tandis que son collègue à la Haute Assemblée, François Gravin, également premier magistrat d’Albertville, a exercé durant dix-huit ans ce cumul. Dans le Rhône, Édouard Herriot détient le record avec vingt-et-un ans d’exercice commun de député et de maire. Dans d’autres départements, se distinguent parmi les longévités les plus importantes le sénateur-maire républicain Pierre Bourganel à Pommiers dans la Loire (25 ans), le député-maire socialiste Jean Bouveri à Montceau-les-Mines et son collègue Séraphin Buisset de Rives en Isère (21 ans) ainsi que les sénateurs-maires radicaux Charles Borgeot à Clux en Saône-et-Loire et Antoine Drivet à Feurs dans la Loire (20 ans)27. Enfin, parmi ceux qui figurent dans la durée moyenne de cumul de sept ans, peuvent être mentionnés des parlementaires radicaux de l’entre-deux-guerres comme Émile Bravet à Ambérieu-en-Bugey dans l’Ain, Joseph Serlin à Crachier en Isère, Jean Morel à Charlieu dans la Loire mais également un député socialiste tel que Lazare Goujon à Villeurbanne et un sénateur de droite modérée à l’image d’Eugène Bussy à Anse dans le Rhône. Cette énumération sommaire souligne également le fait que le cumul des mandats concerne toutes les familles politiques.

Un personnel politique classé à gauche

  • 28 Entre 1898 et 1940, la Chambre rassemblerait environ 65 % de députés appartenant à la gauche tandi (...)

16A une très grande majorité (88 %), les parlementaires-maires de la France du Sud-Est entre 1884 et 1940 sont des hommes politiques de gauche. Cela ne fait que refléter les orientations du corps électoral régional. En l’absence d’une recension des parlementaires de l’Ordre Moral, cette proportion dépasse largement celle des sénateurs et des députés classés à gauche qu’il s’agisse de l’ensemble national ou d’autres régions comme l’Aquitaine28.

Tableau no 5. Appartenance politique

Tableau no 5. Appartenance politique
  • 29 Pierre BARRAL, Les Fondateurs de la Troisième République, Paris, Colin, 1968 ; Serge BERSTEIN, His (...)
  • 30 Jean-Marc BERNARD, La Vie municipale à Aix-les-Bains (1900-1937), maîtrise d’histoire, Université (...)

17Un tel ancrage des parlementaires-maires parmi les forces de gauche souligne le souci prépondérant qu’elles attachent au mandat local. S’illustre ainsi le poids de “la République au village”. Derrière cette armée de sénateurs et de députés-maires de gauche, se profile pour l’essentiel la France républicaine et radicale des terroirs dont on connaît le processus rapide de républicanisation. Ici, triomphe le modèle provincial et localiste de la Troisième République tant véhiculé par l’idéologie de la gauche républicaine gambettiste et radicale29. Cette influence semble très marquée parmi les parlementaires-maires du Sud-Est puisqu’environ les trois quarts d’entre eux appartiennent à ces deux courants principaux que sont la gauche démocratique républicaine (32 %) et le radicalisme (39 %). Cette emprise est largement soulignée dans les deux Savoie et sur les terres de la Drôme (93 %), de l’Ain et de la Saône-et-Loire (77 %). On y retrouve des grandes figures politiques régionales ou nationales comme les républicains Émile Loubet à Montélimar, Lucien Guillemaut à Louhans ou Antoine Perrier à Chambéry et les radicaux Henri Perdrix à Valence, Jean Lavau à Mâcon ou Maurice Mollard à Aix-les-Bains30. Il faut également y ajouter chez les républicains des personnalités marquantes comme Amédée de Saint-Férréol à Brioude et Camille Jouffray à Vienne ainsi que parmi les ténors radicaux Édouard Herriot à Lyon et Louis Soulié à Saint-Étienne.

  • 31 Yves LEQUIN, Les Ouvriers de la région lyonnaise (1848-1914), Lyon, PUL, 1977 ; Pierre GOUJON, Le (...)

18Du côté des socialistes qui comptent pour 15 % de l’ensemble, leurs terres d’élection se trouvent dans le Rhône (32 %), en Isère (30 %) et en Saône-et-Loire (21 %). Parmi leurs représentants, se distinguent dans les villes du Sud-Est Victor Augagneur à Lyon, Armand Chouffet à Villefranche-sur-Saône et Louis Normand à Oullins, Joseph Brenier et Lucien Hussel à Vienne, François Ducarouge à Digoin, Jean Laville à Gueugnon et François Roux à Epinac. D’autres sont établis dans des localités ouvrières comme André Pringolliet à Ugine en Savoie, Ernest Lafont à Firminy dans la Loire et Irénée Giraud à Cours dans le Rhône ou sur des régions viticoles qui votent “rouge” à l’image d’Henri Boulay à Saint-Gengoux de Scissé dans le Maçonnais et de Jean-Pierre Breton à Pommiers dans le Beaujolais ou dans les bastions cévenols traditionnellement orientés à gauche comme Sully Eldin à Vallon-Pont d’Arc en Ardèche et Charles Pomaret à Pont de Montvert en Lozère31. Par contre, en dehors de la “vieille maison”, les députés communistes n’ont pas réussi à percer localement et durablement. Ils sont deux seulement à avoir cumulé les fonctions municipale et parlementaire. Le premier se nomme René Nicod, militant pétri par l’esprit révolutionnaire et anarchisant des artisans pipiers et horlogers des montagnes du Jura français et helvétique entre Saint-Claude et la Chaux de Fonds. Il est élu en 1919 député de l’Ain et maire d’Oyonnax. Le second, Pétrus Faure, né à la Ricamarie près de Saint-Étienne où persiste la mémoire de la fusillade de 1869 contre les mineurs, est porté à la mairie de la cité minière voisine du Chambon-Feugerolles en 1925 puis à la députation de la circonscription en 1932.

19A l’opposé, bien que largement minoritaires, les parlementaires-maires de droite sont surtout présents au cours des années vingt dans les départements de la Lozère (50 %), de la Haute-Loire (36 %) et de la Loire (23 %). Dans le Velay, se remarquent les membres de l’Entente Républicaine avec le sénateur Édouard Néron dans la petite ville de Monistrol-sur-Loire et les députés Joseph (père) et Paul (fils) Antier dans le village de Lausonne tandis que les députés conservateurs Joseph Durand et Henri de Kergolay régnent respectivement sur les communes rurales de Saint-Étienne du Vigan et de Saint-Maurice de Lignon. Au Puy, c’est une figure de la droite locale, Eugène Pébellier, adhérent au Parti Social Français, qui prend la direction de la municipalité en 1935. La droite républicaine est également représentée même à la Belle Époque dans certaines villes de la Loire avec les députés Claude Chialvo et Louis Dupin à Montbrison, leur collègue du Palais Bourbon Joseph Ory à Feurs et le sénateur Antoine Pinay à Saint-Chamond ainsi que dans plusieurs petites communes rurales à l’image du député de l’Action Libérale Populaire Joseph Déchelette à Montagny près de Roanne. Ailleurs, se distinguent quelques grands notables de la terre ou de l’industrie, marqués à droite, comme le député Pierre de Monicault à Versailleux dans l’Ain ou Auguste de Montgolfier à Saint-Marcel-les-Annonay en Ardèche mais également des notabilités locales à l’image du député de la Fédération Républicaine, Pierre Pays, entrepreneur de travaux publics à Collonges au Mont d’Or près de Lyon. Quant à certaines personnalités de droite d’envergure nationale comme Xavier Vallat, journaliste et député Croix de Feu, il a conquis en 1935 la municipalité de Pailharès, son petit village natal dans les montagnes ardéchoises.

  • 32 Albert MABILEAU, Le Système local en France..., op. cit., p. 83 et s.
  • 33 Pierre GREMION, Le Pouvoir périphérique, Paris, Seuil, 1976.

20Finalement, au regard de cette pesée globale régionale, le sénateur ou député-maire de la France du Sud-Est semble un personnage de plus en plus fréquent au sein du personnel parlementaire du premier XX° siècle qui s’incarne le plus souvent, malgré des diversités départementales, dans un homme politique de gauche aux assises municipales plutôt rurales et assez enracinées dans le temps. Par conséquent, il s’apparente au monde des élites locales appréciées en fonction de leur capacité à promouvoir des actions et produire des services publics. Notable traditionnel ou relevant des “nouvelles couches” ou bien encore “professionnel de la politique”, le parlementaire-maire détient une position particulière lui permettant de jouer un rôle de médiateur et d’intermédiaire entre les institutions locales et l'État central32. Par conséquent, il s’agit bien là d’une figure concrète du pouvoir local républicain pourvue de clientèles fidèles, parfois proches du népotisme, et située au coeur de multiples réseaux d’intérêt et d’influence très diversifiés. Ainsi, le sénateur ou le député-maire urbain constitue un véritable archétype de ces élites locales qui fondent leur légitimité sur l’exercice d’un pouvoir local fort et celui d’une représentation nationale largement au service des intérêts de la cité à laquelle il s’identifie. En administrant une ville, lieu privilégié de concentration des pouvoirs locaux, le parlementaire-maire se place donc à deux niveaux différents de la centralisation du pouvoir sans vraiment en connaître la véritable périphérie33. S’impose alors, à travers une recherche proposographique ultérieure, une meilleure connaissance de ces nouvelles élites et des réseaux du pouvoir local sous la Troisième République.

Les élus des villes du Sud-Est

  • 34 La limite de 3.000 habitants pour une commune permet de s’assurer d’un début de réalité urbaine : (...)

21On se proposera ici de ne présenter que les premiers éléments indispensables à toute prosopographie ultérieure en évoquant les lieux d’origine, les âges d’accès aux fonctions politiques, l’univers professionnel et le type de commune urbaine où s’exerce le mandat municipal. Pour cela, ont été retenus les 86 parlementaires-maires des agglomérations de 3.000 habitants et plus dans les onze départements qui composent cette étude34.

Des hommes politiques du cru

  • 35 Maurice AGULHON... (dir.), Les Maires en France du Consulat à nos jours,... op. cit., p. 74 ; Dépu (...)

22Près de la moitié d’entre eux (47 %) sont nés dans la ville qu’ils administrent. Un sur dix environ est originaire du même canton ou du même arrondissement que sa municipalité d’élection. Plus des trois quarts sont des enfants du pays nés dans le département où se situe leur ville d’adoption. Ainsi, pour la plupart, il s’agit d’individus dont l’enracinement est incontestable et même plus prononcé que pour les maires de France et les parlementaires aquitains35.

Tableau no 6. Lieux de naissance

Tableau no 6. Lieux de naissance
  • 36 Sur l’importance de l’enracinement local parmi les élus stéphanois : Christophe FRANÇOIS, Le Perso (...)

23En Ardèche, les trois députés-maires urbains sont tous nés dans la ville qu’ils administrent, à savoir Louis Antériou à la Voulte, Félix Chalamel à Bourg-Saint-Andéol et Paul Champetier à Vals-les-Bains. Dans la Loire, la moitié d’entre eux est originaire de la cité qui les a élus. Ainsi, les parlementaires-maires de Saint-Etienne sont majoritairement des stéphanois à l’image des sénateurs Pierre Madignier et Louis Soulié ou du député Antoine Durafour36. En Savoie, trois des six parlementaires-maires urbains sont des enfants de la cité comme Henri Falcoz de Saint-Jean de Maurienne, François Gravin d’Albertville ou André Pringolliet d’Ugine. Si ce n’est pas le cas, le parlementaire-maire a vu le jour dans une commune du canton ou de l’arrondissement comme le député Alphonse Dupont, maire de Bourg-en-Bresse, né dans le village voisin de Viriat ou le député Jean Laville, maire de Gueugnon, natif de Toulon-sur-Arroux dans le même arrondissement de Charolles. Quelques-uns viennent de localités proches mais situées dans un département limitrophe à l’image du député René Nicod, installé à Oyonnax et originaire de la ville voisine de Saint-Claude dans le Jura, ainsi que de son collègue François Ducarouge, maire de Digoin et né dans le chef-lieu de canton voisin à Molinet dans l’Ailier ou du député Louis Jourdan, premier magistrat de la ville de Mende et natif d’Uzès dans le Gard.

  • 37 Nommé à Lyon en 1896, le jeune professeur de rhétorique supérieure épouse trois ans plus tard Blan (...)

24Les élus extérieurs à la région restent donc très minoritaires avec des “parachutés” comme Paul Faure au Creusot et Jean-Louis Chastanet à la Tour du Pin ou des “forains” qui se sont installés durablement dans la société locale grâce à leur profession ou leur mariage tels que le vétérinaire René Pécherot à Valence et le professeur Édouard Herriot à Lyon37. Enfin, les seuls à être nés en dehors du territoire national, à Vera-Cruz au Mexique, sont le sénateur Édouard Néron et le député Émile Néron-Bancel, tous deux membres d’une famille bourgeoise installée depuis des générations dans la petite cité vellave de Monistrol-sur-Loire. L’ancrage local apparaît donc comme une caractéristique essentielle et nécessaire pour le parlementaire-maire urbain. Afin de pouvoir cumuler un mandat national et une fonction municipale, l’élu se doit également d’être un homme politique expérimenté que lui apporte souvent son âge.

Des élus d’âge mûr

25Pour accéder à la fonction de parlementaire-maire urbain, il semblerait qu’il faille un âge respectable autour de 49 ans pour un député et 56 ans pour un sénateur. La cinquantaine permet ainsi de posséder déjà une certaine expérience à laquelle l’électorat est toujours sensible.

Tableau no 7. Age moyen d’accès aux différents mandats

Tableau no 7. Age moyen d’accès aux différents mandats
  • 38 Maurice AGULHON... (dir.), Les Maires en France du Consulat à nos jours..., op. cit., p. 70 ; Dépu (...)

26Conformes aux âges moyens d’accès des maires de France et des parlementaires aquitains lors de leur première nomination, l’ancienneté requise pour les parlementaires-maires urbains du Sud-Est semble assez homogène dans l’ensemble des départements pour les députés mais plus disparate pour les sénateurs38. Ainsi, il faut généralement la cinquantaine bien passée pour prétendre au cumul dans la Drôme à l’image du député Joseph Ravisa (59 ans) à Montélimar, voire la soixantaine pour les sénateurs Félix Rozier (67 ans) à Crest et François Eynard (65 ans) à Bourg-de-Péage. Plus élevé encore est l’âge moyen d’accès au cumul des fonctions parlementaire et municipale en Haute-Savoie avec des septuagénaires tels que Joseph Blanc (73 ans) à Annecy et Jules Mercier à Thonon (74 ans).

27Quant aux parlementaires-maires urbains les plus jeunes, ils se distinguent comme députés avec Armand Chouffet à Villefranche-sur-Saône (33 ans), Louis Devins à Brioude et Joseph Brenier à Vienne (34 ans), Émile Girodet à Saint-Étienne (35 ans) et comme sénateurs avec Édouard Herriot à Lyon (40 ans), Robert Belmont à Bourgoin et Désiré Valette à Saint-Vallier (43 ans) ainsi que François Gravin à Albertville et Paul Laurens à Nyons (46 ans). Malgré ces jeunes élus, la tendance reste à l’âge mur pour les parlementaires-maires urbains dont l’expérience acquise en politique constitue un gage électoral important auquel il faut ajouter l’aura de la profession exercée antérieurement.

Le poids des professions libérales et des entrepreneurs

  • 39 Mattéi DOGAN, « La stabilité du personnel politique sous la Troisième République », Revue Français (...)

28Les mondes du barreau, de l’entreprise et de la médecine constituent l’essentiel des milieux professionnels dans lesquels se recrutent les sénateurs et députés-maires urbains de l’espace régional, une situation largement identique à celle qui prévaut pour le personnel parlementaire national39.

Tableau no 8. Professions

Tableau no 8. Professions
  • 40 Il nous faut mentionner dans la Loire les députés Louis Dupin à Montbrison, Antoine Durafour à Sai (...)
  • 41 Sur le poids des professions juridiques dans la vie politique locale et nationale : Yves-Henri GAU (...)

29Viennent largement en tête les avocats qui représentent environ le quart des parlementaires-maires urbains (23 %). Parmi eux, ils sont plusieurs à s’être illustrés comme membres du barreau dans les départements de la Loire (5) et de Saône-et-Loire (4)40. En Lozère, ce sont trois avocats qui cumulent les fonctions de parlementaire et de maire d’une municipalité urbaine tels que Joseph Bonnet de Paillerets à Marvejols, Paulin Daudé et Louis Jourdan à Mende. Ailleurs, ce sont d’anciens bâtonniers qui se sont distingués à Bourgoin avec Robert Belmont et à Villefranche-sur-Saône en la personne d’Armand Chouffet. Il faut également compléter ce tableau où s’affiche le poids des juristes par la forte influence exercée par certains notaires, d’abord maires de villes de moyenne importance, à l’image de Claude Chialvo à Montbrison ou Émile Bravet à Ambérieu-en-Bugey41.

  • 42 Pour les médecins, on pourra citer François Eynard à Bourg-de-Péage et Paul Laurens à Nyons, Victo (...)
  • 43 Christophe CHARLE, Histoire sociale de la France au XIX° siècle,... op. cit., p. 256-258 ; Députés (...)

30Ensuite, s’affirment les industriels notamment dans la Loire avec les députés Georges Claudinon, maître de forges au Chambon-Feugerolles, Jean-Baptiste Gapiand, directeur de tréfileries à Saint-Just sur Loire, Antoine Pinay, entrepreneur d’une usine de tannerie à Saint-Chamond, et Louis Vidon, soyeux à Bourg-Argental. Les médecins figurent également parmi les professions qui permettent un accès plus facile au cumul des mandats. Ce type de carrière politique a concerné entre autre des praticiens de la Drôme, du Rhône et de la Saône-et-Loire mais également des pharmaciens dont Jean Morel à Charlieu et André Roux à Langeac, et des vétérinaires comme René Pécherot à Valence et Joseph Ory à Feurs42. Tous, à leur manière, possèdent une réelle autorité auprès de la population de leur cité et la concrétisent dans l’obtention de mandats politiques locaux et nationaux. A l’inverse, peu nombreux sont les petits fonctionnaires, les employés, les ouvriers et les agriculteurs à échapper au “cens caché”. Il y a cependant l’instituteur Joseph Blanc à Annecy, l’employé d’usine Jean Froget à Tarare, les mineurs Pétrus Faure au Chambon-Feugerolles, Jean Bouveri à Montceau-les-Mines et François Roux à Epinac ainsi que le cultivateur François Ducarouge à Digoin. Par conséquent, peu de différences sembleraient intervenir avec les résultats d’ensemble sur le personnel parlementaire national ou aquitain si ce n’est la part plus importante prise par les industriels et les négociants dans le cumul des mandats en raison des fortes assises industrielles régionales43. Outre la profession, le lieu d’exercice du mandat municipal pour un parlementaire-maire urbain reste déterminant dans l’accession aux sphères du pouvoir national à laquelle il peut prétendre.

Les lieux du pouvoir local

31Environ une ville sur deux où exerce un parlementaire-maire de la région, est un chef-lieu de canton. Cette proportion atteint 60 % dans la Loire avec les cités de Bourg-Argental, Charlieu, Feurs, Firminy, le Chambon-Feugerolles, Saint-Chamond et Saint-Just-sur-Loire. Ailleurs, qu’il s'agisse de la Voulte, Crest, la Côte-Saint-André, Langeac, Marvejols, Tarare, Cluny ou Aix-les-Bains, chacune de ces localités concentre plusieurs représentants du pouvoir central comme le receveur des postes, le percepteur ou le chef de la brigade de gendarmerie avec lesquels un parlementaire-maire peut avoir des rapports privilégiés.

Tableau no 9. Lieux d’exercice du mandat municipal

Tableau no 9. Lieux d’exercice du mandat municipal
  • 44 Citons dans ce cas les sous-préfectures de Nyons, la Tour du Pin et Vienne, Montbrison et Roanne, (...)
  • 45 Il s’agit des sénateurs-maires Henri Perdrix à Valence, Pierre Madignier et Louis Soulié à Saint-É (...)
  • 46 Pierre GREMION, Le Pouvoir périphérique..., op. cit.

32La sous-préfecture est plus d’une fois sur quatre (28 %) le siège municipal d’un parlementaire-maire. On retrouve cette situation dans la plupart des chefs-lieux d’arrondissement de la région où s’affiche en plus la présence du pouvoir judiciaire et parfois religieux44. Enfin, la préfecture devient le lieu d’exercice du mandat municipal pour environ 20 % des parlementaires-maires urbains. Hormis Privas, l’ensemble des préfectures de la région ont connu la figure du sénateur ou du député-maire45. La concentration des représentants des pouvoirs administratifs et politiques constitue ici un atout essentiel pour le cumul des fonctions municipale et nationale permettant l’entrée dans les lieux et la société du pouvoir périphérique46 Ainsi, l’élu urbain peut se placer au coeur des réseaux de pouvoir et Jouer pleinement son rôle de médiateur et d’intermédiaire entre l'État central et les institutions locales.

33De manière générale, la figure du parlementaire-maire des villes du Sud-Est présente des hommes politiques enracinés localement, expérimentés au métier politique, exerçant surtout des professions juridiques, médicales et industrielles qui leur fournissent autorité, prestige et respectabilité, administrant enfin des municipalités où se distinguent les réseaux de pouvoir les plus influents. Finalement, saisir l’articulation des rapports entre le local et le national qui sont un fondement du régime de la Troisième République, nécessite surtout de s’interroger sur la structuration des réseaux et l’efficacité des ressources mobilisées par ces médiateurs politiques fondamentaux que sont les parlementaires-maires urbains.

Notes

1 Édouard HERRIOT, Jadis, tome 2, Paris, Flammarion, 1952, p. 644.

2 Serge BERSTEIN, Édouard Herriot ou la République en personne, Paris, FNSP, 1985.

3 A la suite de l’explosion urbaine qui a suivi la Seconde Guerre mondiale, le nombre de députés-maires s’est considérablement accru, notamment après 1958 au point que plus de la moitié des députés de 1981 ont cumulé un mandat de maire : Pouvoirs, “Le maire”, 1983 ; Pierre BIRNBAUM, Les Sommets de l'État, Paris, Seuil, 1977 ; Philippe GARRAUD, Profession : homme politique. La carrière politique des maires urbains, Paris, L’Harmattan, 1989 ; Albert MABILEAU, Le Système local en France, Paris, Montchrestien, 1994, p. 26.

4 Parmi les grandes municipalités qui ont vu s’affirmer des personnalités politiques nationales, on pourra citer Lille avec Roger Salengro et Pierre Mauroy, Rouen avec Édouard Lecanuet, Tours avec Jean Royer, Bordeaux avec Adrien Marquet et Jacques Chaban-Delmas, Marseille avec Gaston Deferre, Nice avec Jean Médecin et son fils Jacques. Certaines villes moyennes se sont parfois attachées le nom de leur maire comme Perpignan avec Paul Alduy et Saint-Chamond avec Antoine Pinay. Sur l’activité politique de quelques-unes de ces personnalités : Jacques LAGROYE, Société et politique : Jacques Chaban-Delmas à Bordeaux (1947-1965), Paris, Pedone, 1974 ; Sylvie GUILLAUME, Antoine Pinay ou la confiance en politique, Paris, FNSP, 1984.

5 Sur cette originalité de la vie politique française : Mattéi DOGAN, « Les filières de la carrière politique en France », Revue Française de Sociologie 1967, p. 480-482.’

6 Selon l’ancien président du Conseil, le cumul des mandats s’apparente à une sorte de féodalisme qui suscite de véritables souverains tels Henry Chéron à Caen et Joseph Caillaux au Mans ou qui transforme les élus en esclaves des intérêts locaux : André TARDIEU, La Révolution à refaire, tome 2 : la profession parlementaire, Paris, Flammarion, 1937, p. 27-28 et p. 274.

7 Daniel GAXIE, Les Professionnels de la politique, Paris, PUF, 1973 ; Bernard DENNI et Patrick LECOMTE, Sociologie politique, Grenoble, PUG, 1990, p. 217 et s. ; Jacques LAGROYE, Sociologie politique, Paris, FNSP, 1991, p. 226 ; “Le métier d’élu. Jeux de rôles”, Politix, 1994, no 28 ; Jacques FONTAINE et Christian LE BART (dir.), Le Métier d’élu local, Paris, L’Harmattan, 1994. Sur la notion de notable : Max WEBER, Économie et société, Paris, Plon, 1971 (première édition allemande en 1921), p. 298.

8 Ministre et chef de file de la droite républicaine entre les deux guerres, Louis Marin est resté le maître incontesté de la vie politique en Lorraine : Jean-François ECK, Louis Marin et la Lorraine : le pouvoir local d’un parlementaire sous la Troisième République, thèse de 3ème cycle, IEP Paris, 1981 ; Herman LEBOVICS, La “Vraie France”. Les enjeux de l’identité culturelle (1900-1945), Paris, Belin, 1995. Ministre lui aussi et grande figure de la gauche républicaine libérale, Charles Jonnart s’est d’abord doté d’un fief en Artois avant d’entreprendre une rapide ascension politique : Jean VAVASSEUR-DESPERRIERS, République et liberté. Charles Jonnart, une conscience républicaine (1857-1927), Lille, PUS, 1996.

9 Pierre LEVEQUE, « Les Français et le pouvoir politique », André BURGUIERE et Jacques REVEL (dir.), Histoire de la France, volume 2 : L'État et les pouvoirs, Paris, Seuil, 1989, p. 447 et s. ; Christophe CHARLE, Histoire sociale de la France au XIX° siècle, Paris, Seuil, 1991, p. 257 ; Daniel GAXIE, Le Cens caché, Paris, Seuil, 1978.

10 Sur les maires : Maurice AGULHON... (dir.), Les Maires en France du Consulat à nos jours, Paris, Publications de la Sorbonne, 1986 ; Jocelyn GEORGE, Les Maires dans le département du Var de 1800 à 1940, thèse de doctorat d'État, Université Paris I, 1987 ; Jocelyn GEORGE, Histoire des maires (1789-1939), Paris, Plon, 1989. Sur le personnel parlementaire : Gilles LE BEGUEC, L'Entrée au Palais-Bourbon : les filières privilégiées d’accès à la fonction parlementaire (1919-1939), thèse de doctorat d'État, Université Paris X, 1989 ; Revue du Nord, “Le personnel politique”, juillet-septembre 1993, no 302 ; François GREZES-RUEFF, La Culture des députés français (1910-1958), Toulouse, PUM, 1994 ; Députés et sénateurs de l’Aquitaine sous la Troisième République (1870-1940), Bordeaux, MSHA, 1995 ; Jean-Marie MAYEUR et Alain CORBIN (dir.), Les Immortels du Sénat (1875-1918), Paris, Publications de la Sorbonne, 1995.

11 « Incontestablement, c’est au travers du cumul des mandats et du maillage institutionnel de la coopération intercommunale que s’exerce en France le leadership des élus les plus dynamiques. Le maire de localité devient alors élu national (à moins que ce soit l’inverse, les “parachutés” tentant de s’enraciner) et souvent leader d’agglomération ou de zones rurales plus vaste que la commune... Le leadership mayoral s’exerce dans les autres systèmes politiques par des moyens souvent différents, le cumul des mandats et le morcellement communal constituant des phénomènes dont la France a quasiment l'exclusivité », Yves MENY, Politique comparée, Paris, Montchrestien, 1993, (4ème édition), p. 441-442.

12 Il s’agit des départements suivants : Ain (01), Ardèche (07), Drôme (26), Isère (38), Loire (42), Haute-Loire (43), Lozère (48), Rhône (69), Saône-et-Loire (71), Savoie (73), Haute-Savoie (74).

13 Grâce à la lecture des notices établies dans les différents dictionnaires des parlementaires, il a pu être décelé si un mandat municipal a été exercé par les sénateurs et députés de chaque département entre 1884 et 1940 : Edgar BOURLOTON, Gaston COUGNY et Adolphe ROBERT, Dictionnaire des parlementaires français (1789-1889), Paris, Bourloton, 1889-1891 ; Jean JOLLY (dir.), Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), Paris, PUF, 1960-1977 ; Jean MAITRON (dir.), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français de 1789 à 1940, Paris, Éditions Ouvrières, 1964-1993. Après cette phase de recensement, il a été recherché la durée du mandat municipal exercée par chaque parlementaire concerné. Pour cela, il nous a fallu obtenir ce renseignement en mairie ce qui a nécessité l’envoi de plus de deux cents lettres. Nous voudrions ici exprimer notre entière gratitude envers tous les maires qui ont été sollicités et qui ont eu la gentillesse de nous communiquer la durée du mandat municipal de leurs prédécesseurs. Cette information a pu être collectée de manière complète sur dix départements. Un seul, celui de l’Ardèche, ne figure pas dans les statistiques établies en raison de l'absence de réponse des maires d’Aubignas, de Largentière et de la Voulte-sur-Rhône.

14 Cette proportion se trouve confirmée par une recherche établie sur 77 parlementaires de Saône-et-Loire entre 1870 et 1940 dont 48 % cumulent un mandat de maire : Christophe LABORDE, Les Parlementaires de Saône-et-Loire sous la Troisième République, maîtrise d’histoire, Université Lyon II 1991, p. 48.

15 Sur Eugène Pébellier : Auguste RIVET, « La vie politique en Haute-Loire de 1932 à 1936 », Cahiers de la Haute-Loire, 1970, p. 139-175.

16 Claude MONT-SEVE, Sénateurs de la Loire d’hier et d’aujourd’hui, Saint-Étienne, s. e., 1990, p. 471.

17 Maurice AGULHON... (dir.), Les Maires en France du Consulat à nos jours,... op. cit., p. 45, 66 et 149-154 ; Députés et sénateurs de l’Aquitaine sous la Troisième République..., op. cit., p. 135.

18 Sur l’activité municipale de Paul Mistral : Jean-François PARENT et Jean-Louis SCHWARTZBROD, Deux hommes, une ville. Paul Mistral, Hubert Dubedout. Grenoble, Grenoble, La Pensée Sauvage, 1995. Sur la vie politique iséroise : Pierre BARRAL, Le Département de l’Isère (1870-1940), Paris, Colin, 1962.

19 En effet, Jean-Louis Chastanet, corrézien d’origine, est d’abord agent des postes à Paris avant d’être révoqué par le gouvernement Clémenceau en 1909. Avec cette auréole de “martyr”, il s’oriente dans la carrière politique au service des socialistes de la Seine jusqu’en 1919, date à laquelle la fédération de l’Isère lui offre la responsabilité d’une importante activité militante avec la direction de son journal Le Droit du Peuple tandis qu’il exerce la fonction de premier adjoint dans la municipalité Mistral. Devenu député en 1924 dans la première circonscription de la Tour du Pin, il conquiert l’année suivante la mairie de cette sous-préfecture.

20 Paul Faure est lui aussi un “professionnel de la politique”, militant du Parti Ouvrier Français puis secrétaire général de la SFIO, cherchant à se faire élire à la tribune du Palais Bourbon. Après un échec dans le département de la Seine en 1919 et malgré ses origines périgourdines, il débarque dans la principale cité ouvrière de Saône-et-Loire, le Creusot, où il conquiert le siège de député (1924) puis celui de maire (1925). Georges Nouelle est également un horsain de Corrèze que les hasards des nominations de professeurs de lycée envoient à Chalon-sur-Saône. Là, il devient en 1914 secrétaire de la fédération socialiste du département, position qui lui permet d’accéder à la députation en 1924 puis à la mairie de la ville l’année suivante.

21 Originaire d’une modeste famille valentinoise, Jules Nadi devient fonctionnaire d’octroi à Romans, poste dont il est révoqué en 1907. Son engagement dans la cause socialiste l’amène donc à s’affirmer comme délégué officiel de la fédération départementale dans les instances nationales du parti puis à solliciter successivement un mandat de député en 1914 et de maire de la petite cité ouvrière en 1919.

22 Maurice Thiolas, avocat et journaliste, est élu en 1933 député de la Haute-Loire, dans la circonscription de Brioude puis deux ans plus tard à la mairie de la petite commune de Saint-Eble près de Langeac : Auguste RIVET, La Vie politique dans le département de la Haute-Loire de 1815 à 1974, Le Puy, Cahiers de la Haute-Loire, 1979 ; Auguste RIVET, « La crise économique et la vie politique en Haute-Loire de 1928 à 1932 », Cahiers de la Haute-Loire, 1969, p. 151-152 ; Auguste RIVET, « La vie politique en Haute-Loire de 1932 à 1936 », Cahiers de la Haute-Loire, 1970, p. 157-158. Charles Pomaret, haut fonctionnaire et rédacteur en chef de la revue La Renaissance ainsi que de l’hebdomadaire Cévenne Républicaine, devient député de la Lozère dans l’arrondissement de Florac lors des élections législatives de 1928 avant de prendre l’année suivante la mairie de Pont-de-Montvert dans son berceau familial au coeur des Cevennes protestantes : Gilles LE BEGUEC, « Charles Pomaret et la jeunesse politique de son temps (1920-1931) », La Vie politique en Lozère entre 1815 et 1939, Mende, Conseil Général, 1992, p. 33-42 ; Patrick CABANEL, « Florac dans l’entre-deux-guerres ou les années Pomaret : un apogée ? », Causses et Cévennes, avril-juin 1994, p. 436-440 ; Patrick CABANEL et Gilles LE BEGUEC, « Charles Pomaret (1897-1984) », Félix BUFFIERE (dir.), Lozériens connus ou à connaître, Toulouse, s. e., 1992, p. 511-515.

23 Jules Mercier et Paul Jacquier sont déjà fortement introduits dans les réseaux locaux du Chablais lors de leur entrée respective au Palais Bourbon en 1894 et 1909. C’est seulement une dizaine d’années plus tard qu’intervient l’élection à la mairie venant parachever une carrière politique nationale bien remplie. Sur la vie politique départementale : Justinien RAYMOND, La Haute-Savoie sous la Troisième République, Seyssel, Champ Vallon, 1983.

24 Descendant d’un député de l’Assemblée Nationale de 1848 et fils du maire de Fraissinet de Lozère en poste pendant trente-sept ans, Paulin Daudé fonde en 1889 La Croix de la Lozère qui le place comme un acteur privilégié de la vie politique départementale : Privat BUFFIERE, « Paulin Daudé (1862-1928) », Félix BUFFIERE (dir.), Lozériens connus ou à connaître..., op. cit., p. 248-250 ; Yves POURCHER, Les Maîtres de granit. Les notables de la Lozère du XVIII° siècle à nos jours, Paris, Orban, 1987, p. 198 et s.

25 La durée moyenne du mandat de maire représenterait entre 17 et 18 ans : Maurice AGULHON... (dir.), Les Maires en France du Consulat à nos jours,... op. cit., p. 71. Pour les parlementaires aquitains, la durée moyenne de leur mandat est d’environ dix ans : Députés et sénateurs de l’Aquitaine sous la Troisième République..., op. cit., p. 55.

26 Ainsi, en Haute-Loire, le républicain de gauche démocratique Paul Veysseyre, maire depuis 1908 de la petite commune de Fontannes près de Brioude, est élu député en 1913 puis décède l’année suivante tandis que le maire de Monistrol-sur-Loire, Édouard Néron, quitte la mairie en 1925 après l’avoir dirigé pendant vingt-cinq ans et remporté un siège de député l’année précédente. De même, en Haute-Savoie, le député radical Paul Jacquier est d’abord élu dans la circonscription de Thonon de 1909 à 1919, date à laquelle il est battu. Il ne retrouve son siège qu’aux élections législatives de 1924. Entre temps, il accède à la mairie de Thonon pour un mandat de maire entre 1921 et 1925 qu’il ne renouvelle pas.

27 Citons également parmi les parlementaires radicaux, le député-maire Germain Périer à Autun (18 ans) et le sénateur-maire Albert Fouilloux à Prévessin dans l’Ain (17 ans) ainsi que le député-maire socialiste Albert Sérol à Roanne (16 ans).

28 Entre 1898 et 1940, la Chambre rassemblerait environ 65 % de députés appartenant à la gauche tandis que la part des parlementaires aquitains marqués à gauche sous la Troisième République atteindrait 60 % : Mattéi DOGAN, « Les filières de la carrière politique en France »..., op. cit., p. 473 ; Députés et sénateurs de l’Aquitaine sous la Troisième République..., op. cit., p. 18.

29 Pierre BARRAL, Les Fondateurs de la Troisième République, Paris, Colin, 1968 ; Serge BERSTEIN, Histoire du parti radical, Paris, FNSP, 1980 et 1982.

30 Jean-Marc BERNARD, La Vie municipale à Aix-les-Bains (1900-1937), maîtrise d’histoire, Université de Chambéry, 1994.

31 Yves LEQUIN, Les Ouvriers de la région lyonnaise (1848-1914), Lyon, PUL, 1977 ; Pierre GOUJON, Le Vigneron citoyen. Mâconnais et Chalonnais (1848-1914), Paris, CTHS, 1993 ; Gilbert GARRIER, Paysans du Beaujolais et du Lyonnais (1800-1970), Grenoble, PUG, 1973 ; André SIEGFRIED, Géographie électorale de l’Ardèche sous la Troisième République, Paris, FNSP, 1949 ; Patrick CABANEL, « André Siegfried et la Lozère », La Vie politique en Lozère..., op. cit., p. 199-205.

32 Albert MABILEAU, Le Système local en France..., op. cit., p. 83 et s.

33 Pierre GREMION, Le Pouvoir périphérique, Paris, Seuil, 1976.

34 La limite de 3.000 habitants pour une commune permet de s’assurer d’un début de réalité urbaine : Georges DUPEUX, Atlas de l’urbanisation de la France (1811-1975), Paris, CNRS, 1981.

35 Maurice AGULHON... (dir.), Les Maires en France du Consulat à nos jours,... op. cit., p. 74 ; Députés et sénateurs de l’Aquitaine sous la Troisième République..., op. cit., p. 123.

36 Sur l’importance de l’enracinement local parmi les élus stéphanois : Christophe FRANÇOIS, Le Personnel politique stéphanois dans l’entre-deux-guerres, maîtrise d’histoire, Université Lyon II, 1992.

37 Nommé à Lyon en 1896, le jeune professeur de rhétorique supérieure épouse trois ans plus tard Blanche Rebatel, la fille du docteur Fleury Rebatel, président du Conseil Général, juste avant d’être élu maire de Lyon en 1905 : Serge BERSTEIN, Édouard Herriot ou la République en personne,... op. cit.

38 Maurice AGULHON... (dir.), Les Maires en France du Consulat à nos jours..., op. cit., p. 70 ; Députés et sénateurs de l’Aquitaine sous la Troisième République..., op. cit., p. 41.

39 Mattéi DOGAN, « La stabilité du personnel politique sous la Troisième République », Revue Française de Science Politique, avril-juin 1953, p. 319-348 ; Pierre BIRNBAUM, Les Sommets de l'État,... op. cit., p. 50 ; Christophe CHARLE, « Les élites étatiques en France aux XIX° et XX° siècles », Bruno THERET (dir.), L'État, la finance et le social, Paris, La Découverte, 1995, p. 106-154 ; Gilles LE BEGUEC, « De l’avant-guerre à l’après-guerre : le personnel parlementaire français, continuité et renouvellement », Bulletin de la Société d’Histoire Moderne et Contemporaine, 1995, no 3-4, p. 7-14.

40 Il nous faut mentionner dans la Loire les députés Louis Dupin à Montbrison, Antoine Durafour à Saint-Étienne, Ernest Lafont à Firminy, Albert Sérol à Roanne et le sénateur Louis Soulié à Saint-Étienne ainsi qu’en Saône-et-Loire les députés Charles Bouissoud à Charolles, Jean Lavau à Mâcon, Germain Périer à Autun et le sénateur Jean Richard à Chalon-sur-Saône.

41 Sur le poids des professions juridiques dans la vie politique locale et nationale : Yves-Henri GAUDEMET, Les Juristes et la vie politique sous la Troisième République, Paris, PUF, 1970 ; Christophe CHARLE, « Pour une histoire sociale des professions juridiques à l’époque contemporaine. Notes pour une recherche », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 1989, no 76-77, p. 177-119 ; Gilles LE BEGUEC, « L’aristocratie du barreau, vivier pour la République. Les secrétaires de la Conférence du stage », Vingtième Siècle, avril-juin 1991, p. 22-31 ; Christophe CHARLE, « Les magistrats en France au XIX° siècle », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, mars 1993, no 96-97, p. 39-48 ; Renaud DORANDEU, « Les métiers avant le métier. Savoir éclatés et “modèle notabiliaire” », Politix, 1994, no 28, p. 27-34 ; Gilles LE BEGUEC, Avocats et barreaux en France (1910-1930), Nancy, PUN, 1994 ; Catherine FILLON, Histoire du barreau de Lyon sous la Troisième République, Lyon, Aléas, 1995.

42 Pour les médecins, on pourra citer François Eynard à Bourg-de-Péage et Paul Laurens à Nyons, Victor Augagneur à Lyon et Lazare Goujon à Villeurbanne, Lucien Guillemaut à Louhans et Julien Symian à Cluny.

43 Christophe CHARLE, Histoire sociale de la France au XIX° siècle,... op. cit., p. 256-258 ; Députés et sénateurs de l’Aquitaine sous la Troisième République..., op. cit., p. 112 et s.

44 Citons dans ce cas les sous-préfectures de Nyons, la Tour du Pin et Vienne, Montbrison et Roanne, Brioude, Villefranche-sur-Saône, Autun, Charolles, Louhans et Chalon-sur-Saône, Albertville et Saint-Jean de Maurienne, Thonon.

45 Il s’agit des sénateurs-maires Henri Perdrix à Valence, Pierre Madignier et Louis Soulié à Saint-Étienne, Paulin Daudé à Mende, Édouard Herriot à Lyon, Joseph Blanc à Annecy et des députés-maires Alphonse Dupont à Bourg-en-Bresse, René Pécherot à Valence, Paul Mistral à Grenoble, Antoine Durafour, Émile Girodet et Alfred Vernay à Saint-Étienne, Eugène Pébellier au Puy, Louis Jourdan à Mende, Victor Augagneur à Lyon, Étienne Boullay et Jean Lavau à Mâcon, Antoine Perrier à Chambéry.

46 Pierre GREMION, Le Pouvoir périphérique..., op. cit.

Table des illustrations

Titre Tableau no 1. Les parlementaires-maires
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/17389/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Tableau no 2. Évolution chronologique (Chiffres absolus)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/17389/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre Tableau no 3. Les parlementaires-maires urbains et ruraux
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/17389/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Titre Tableau no 4. Antériorité du mandat
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/17389/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Tableau no 5. Appartenance politique
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/17389/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Titre Tableau no 6. Lieux de naissance
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/17389/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Tableau no 7. Age moyen d’accès aux différents mandats
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/17389/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Tableau no 8. Professions
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/17389/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 353k
Titre Tableau no 9. Lieux d’exercice du mandat municipal
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/17389/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 107k

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search