Version classiqueVersion mobile

Élites et pouvoirs locaux

 | 
Bruno Dumons
, 
Gilles Pollet

Première partie. Élites politiques et administratives

La division du travail politique : publicistes, journalistes et “professionnels” de la presse dans l’Hérault de 1848 à 1914

Renaud Dorandeu

Texte intégral

1La notion de “division du travail politique” recouvre davantage qu’une commodité de langage. L’apparition d’une catégorie bien particulière qui fait profession d’écrire, selon des modalités très variées, dans le domaine politique, montre que le champ politique local abrite aussi des acteurs qui tirent profit de leur participation sans pour autant se trouver nécessairement en position de domination. Les “publicistes”, journalistes et autres “hommes de lettres” s’investissent personnellement d’un pouvoir fort de représentation qui, pour n’être pas électoralement objectivé, fait l’objet de disputes d’autant plus violentes que le capital symbolique dont ils se réclament, est fluctuant dans ses manifestations. Il convient donc avant tout de s’interroger sur les taxinomies reconnues pour essayer d’y saisir moins l’histoire de la “presse de province” que les trajectoires des acteurs qui la fondent.

  • 1 Claude BELLANGER, Jacques GODECHOT, Pierre GUIRAL et Fernand TERROU (dir.), Histoire générale de l (...)

2Si les grands journaux, quotidiens ou hebdomadaires, d’importance nationale ont fait l’objet d’études approfondies de la part des historiens du XIX° siècle1, les “feuilles de province” à la périodicité irrégulière et à la diffusion restreinte constituent un matériau beaucoup plus difficile à appréhender. Le premier grand siècle de la presse écrite a vu, sous les Deuxième et Troisième Républiques, l’apparition d’un très grand nombre de journaux dont l’importance ne dépassait pas le cadre de la commune, de l’arrondissement ou du département. Écrits de campagne électorale, journaux de militants, de très nombreuses composantes s’assemblent pour former une presse politique dont les contours sont encore mal cernés aussi bien dans ses aspects financiers et techniques — les modalités de constitution d’un journal — qu’humains — le type de personnel qui est mobilisé à l’échelle locale pour rédiger ou diriger ces organes —. Ces questions présentent pourtant un intérêt certain si l’on admet l’hypothèse de l’existence d’une division du travail politique qui s’établirait progressivement à partir de la Deuxième République et qui mettrait en place une répartition des tâches à l’intérieur de formes diverses d’organisation politique. La presse joue un rôle fondamental dans la formation des opinions et les élites politiques locales, selon des formes variées que l’on examinera, lui assignent plus particulièrement une importance politique.

  • 2 Archives Nationales (AN), F 18 ; Archives Départementales de l’Hérault (ADH), 39 M.
  • 3 Marc MARTIN, « Journalistes parisiens et notoriété (1830-1870). Pour une histoire sociale du journ (...)
  • 4 Alain VIALA, Naissance de l’écrivain, Paris, Minuit, 1985. Le journalisme politique ne peut se con (...)

3A partir de ces constats de base, l’exploration historienne des sources imprimées et des archives2 nous renvoie à une première déception3. Derrière les grands noms, ceux des fondateurs aux destins exceptionnels, disparaissent souvent ceux qui ont formé de manière plus anonyme les gros bataillons d’une profession en voie de constitution. C’est donc dire que l’on s’intéressera avant tout à l’univers des “publicistes” politiques, des journalistes locaux dont les noms reviennent sans pour autant que ceux-ci constituent l’indice d’une véritable reconnaissance sociale ou politique. Ce n’est qu’à travers l’examen des trajectoires individuelles — sous réserves de régularités statistiques — que l’on pourra déterminer les limites de la définition sociale d’une partie de la profession qui se développe en même temps que les élites politiques proprement dites4.

  • 5 Marc MARTIN, « Journalistes parisiens et notoriété... », art. cit., p. 32.

4La première question qui se pose, concerne le mode d’appréhension d’un groupe social restreint et les méthodes de classification qu’il faudra éventuellement employer pour rendre compte des différences professionnelles. Sur la base des informations dont on dispose à l’échelon local, il paraît difficile de distinguer a priori des journalistes républicains ou monarchistes, radicaux ou boulangistes, en reprenant sans la discuter une taxinomie politique revendiquée par les acteurs eux-mêmes. Plutôt que de mettre en place d’emblée une biographie collective du groupe ou des groupes, il semble nécessaire de s’interroger sur des trajectoires individuelles à travers les renseignements que l’on a pu rassembler. Ce mode de saisie offre l’avantage de rencontrer dans un premier temps les représentations des acteurs eux-mêmes pour qui « le journalisme apparaît comme une grande aventure où chaque Robinson du porte-plume construit sa destinée, indépendante des autres »5. Cette absence de solidarité s’impose en effet, y compris dans le domaine politique, comme une des marques distinctives de la profession qui se définit progressivement.

Du publiciste au journaliste

L’adaptation au modèle révolutionnaire

  • 6 « Marat », François FURET et Mona OZOUF (dir.), Dictionnaire critique de la Révolution Française, (...)

5L’hétérogénéité du groupe de ceux qui font profession d’écrire dans le domaine politique, est énorme et l’on ne peut que remarquer la différence de nature qui existe entre le journaliste de province, peu connu en dehors de sa localité, et le publiciste de renom qui collabore à différents journaux et revues d’importance nationale. Les noms que revendiquent ces individus jouant un rôle dans la presse politique, sont eux-mêmes significatifs. Les définitions admises du publiciste et du “journaliste” sont loin de se recouper d’après les éléments fragmentaires que l’on peut retirer des écrits produits dans le cadre local. Chronologiquement, dans l’espace politique, le “publiciste” précède le journaliste. Dans la continuité de la période révolutionnaire, s’est bâtie la figure sociale du publiciste, écrivain « redresseur et formateur de l’opinion » selon la formule de Mona Ozouf à propos de Marat6. Comme l’écrit Pierre Rétat, « la figure du journaliste moderne se dessine... Il est à l’affût de l'événement, de la nouvelle sensationnelle, colporteur et amplificateur de rumeurs, apôtre, vengeur : car il se donne toutes les fonctions et d’abord celle de “sentinelle”, “d’oeil du peuple”, de “tribun qui dit au peuple l’urgence de la situation, lui rappelle ses droits et l’incite à l’action ».

  • 7 Michael B. PALMER, Des petits journaux aux grandes agences. Naissance du journalisme moderne (1863 (...)

6Dans la tradition révolutionnaire, le publiciste se définit avant tout comme un acteur politique à part entière susceptible d’intervenir par des écrits assez divers puisqu’il peut s’agir d’articles de journaux mais aussi d’ouvrages autonomes. Dans tous les cas, la compétence qu’il revendique, ne se limite pas au seul domaine de l’écriture et il n’existe pas de spécialisation qui écarterait les rédacteurs politiques qui se dérouleraient en dehors de leur journal. Ce “modèle” est essentiellement parisien et il persiste pendant une bonne partie du XIX0 siècle jusqu’à ce que se dessinent des règles d’organisation propres à la profession envisagée comme activité autonome. Comme le démontre Michael Beaussenat Palmer7, « dans l’agitation politique de l’Empire libéral, le journaliste politique est un militant d’abord et un reporter ensuite ». Les conclusions auxquelles arrive cet auteur serviront de point de départ aux remarques concernant les liens entre presse et activités politiques. Il faut tout d’abord évoquer le mouvement de “dépolitisation” qui touche les journalistes dans la conception de leur activité à partir des débuts de la Troisième République. Si l’on suit cet auteur qui s’intéresse avant tout à la presse parisienne de diffusion nationale, les journalistes définissent à ce moment-là une plus grande distance à l’égard de leur projet d’investigation, l’investissement personnel cède le pas au respect des règles du “reportage” dans le cadre d’une redéfinition concurrentielle des entreprises de presse.

7Ce n’est véritablement qu’au début de la Troisième République que se mettent en place, tout au moins à l’échelon départemental, les séparations formelles qui permettront de distinguer les journalistes, définis avant tout professionnellement, des publicistes, collaborateurs occasionnels de journaux ou de revues. Sans qu’il existe véritablement de démarcation établie clairement entre eux, on peut cependant distinguer quelques sous-groupes qui se différencient par leur mode de participation au champ politique et leur utilisation de l’écriture. A travers l’examen des cas qui offrent une “visibilité” suffisante, une différence assez nette commence à se dessiner entre les journalistes et les publicistes associés aux “hommes de lettres”. La figure du publiciste polyvalent, à la fois rédacteur, gestionnaire et militant politique constitue une modèle original à partir duquel l’évolution va se faire.

  • 8 Maurice AGULHON, Histoire vagabonde. Idéologie et politique dans la France du XIX° siècle, Paris, (...)
  • 9 Émile OLLIVIER, Écrits intimes et correspondance, Paris, Seuil, 1957.

8De 1848 à 1871, c’est le “parti républicain” défini au sens large qui met en place ce type d’organisation dont des exemples dans l’Hérault peuvent être donnés avec Le Suffrage Universel et La Liberté. Le premier journal est fondé au début de l’année 1850 et il est dirigé par Aristide Ollivier, fils du constituant Démosthène Ollivier et frère cadet d'Émile Ollivier. Le parcours de ce jeune “publiciste” est révélateur à plusieurs titres. Issu d’une famille d’origine méridionale, il a fait ses études à Paris et a vécu de près les événements de février 1848 qui ont marqué le début de son engagement politique direct. Son père et son frère aîné, personnalités en vue du “parti républicain”8, “parrainent” activement son début d’action politique qui va tout d’abord prendre la forme d’une collaboration intermittente auprès de quelques journaux parisiens. A partir de là, celui qui prend pour modèle Armand Carrel, cherche au cours de l’année 1849 à obtenir des responsabilités plus importantes. Mais de son propre aveu9, il est difficile de se faire un nom dans un milieu actif certes mais aussi saturé puisqu’un nombre relativement important de publicistes de renom y occupent des fonctions de direction dans les journaux les plus connus avec les avantages politiques qu’elles procurent. Dans ces conditions, la province peut permettre d’obtenir plus facilement une reconnaissance politique d’abord locale puis éventuellement parisienne. C’est grâce à son père et à Jacques Brives, représentant de l’Hérault à l’Assemblée Constituante de 1848, qu’Aristide Ollivier apprend l’existence d’un poste de rédacteur en chef à pourvoir à Montpellier. Il s’y rend et obtient le poste grâce à la recommandation de Jacques Brives. Pendant près de six mois, il va occuper des fonctions de “direction politique” qui vont lui permettre d’écrire des articles sur la vie politique locale, nationale mais aussi des articles de doctrine dans lesquels il s’efforce de définir le socialisme et ses principales modalités de mise en oeuvre.

9Son activité déborde très largement de la définition que l’on donnera plus tard du journaliste et il se pose très nettement en représentant de fait du “parti républicain” comme le montre son attitude lors du duel qui l’oppose à un membre éminent du “parti légitimiste”. Il importe de signaler qu’à cette occasion un débat a lieu au sein du journal pour savoir qui est le mieux qualifié pour assurer ce genre de représentation. La question est tranchée au profit d’Aristide Ollivier qui se trouve être à l’origine de la polémique. Le débat porte également sur l’adversaire que doit rencontrer le jeune publiciste. Il est alors reconnu qu’Escande qui assure la direction du journal légitimiste, en tant que simple employé, ne saurait être tenu pour un véritable représentant. De fait, alors que les “publicistes” républicains, même dans un cadre local, sont en situation de revendiquer un rôle proprement politique, aucun rédacteur régulier de l’organe légitimiste ne joue de rôle politique en dehors de ses attributions au journal. La légitimité de la représentation politique est dans ce cadre là clairement et strictement établie au point d’être reconnue par les adversaires eux-mêmes.

  • 10 Cette modestie des moyens est d’ailleurs mise en valeur dans les témoignages donnés lors de sa mor (...)
  • 11 Raymond HUARD, Le Mouvement républicain en Bas-Languedoc (1848-1881), Paris, FNSP, 1982.
  • 12 A. M. SAGNES, Milieux d’affaires à Montpellier de 1800 à 1880, thèse de doctorat, Université Montp (...)

10Ce premier exemple permet d’apercevoir — à défaut de le démontrer — la mise en place de stratégies individuelles dans le milieu de la presse républicaine, stratégies de “provincialisation” dans le but d’acquérir une reconnaissance politique plus large que la seule compétence professionnelle. L’exercice du métier de “publiciste” constitue visiblement une des filières d’accès à la notabilité politique avec des chances de réussite diverses selon son lieu d’exercice. Pour Aristide Ollivier, dépourvu de ressources familiales importantes10 et peu satisfait des possibilités restreintes qui lui sont ouvertes à Paris, l’installation en province représente une étape dans ce qui n’est sans doute pas une véritable stratégie mais bien plutôt un parcours obligé en liaison avec un système de croyances qui lie très fortement la certitude quasi-religieuse de servir une juste cause et celle de l’incarner personnellement en se constituant spontanément comme représentant et en cherchant à acquérir une notoriété qui est avant tout personnelle. Il est alors possible d’envisager l’accès à la députation comme le montrent plusieurs exemples dont celui d’Eugène Véron. Né en 1840, cet ancien normalien, professeur de philosophie, après plusieurs tentatives à Paris, est nommé directeur d’un journal républicain à Lyon en 1868. En janvier 1869, il prend la direction de La Liberté de l’Hérault, nouvellement fondée sur recommandation d’Ernest Picard à qui les fondateurs du journal avaient demandé conseil. Il reste à la tête du journal jusqu’en novembre 1869, date à laquelle il est remplacé par Arthur Ballue11, avant de partir pour Marseille, toujours en tant que rédacteur en chef d’un journal républicain modéré. Lors des élections de février 1871, il tente de faire accepter sa candidature dans le département de l’Hérault. Il échoue et ne réussit pas à prendre place sur la liste républicaine à l’issue d’une désignation faite très largement au bénéfice des principaux actionnaires du journal qu’il dirigeait, en particulier Eugène Lisbonne, l’avocat montpelliérain, et Élisée Déandris, le banquier qui exerce des responsabilités à la Chambre de Commerce12. Eugène Véron doit en effet assumer un double handicap, celui d’être étranger à la ville et de ne pouvoir mobiliser sur sa personne qu’une notoriété toute relative. Cet échec entraîne son départ de Montpellier et son retour à Paris. Il se consacre désormais à la critique littéraire et plus largement à la critique d’art, à la tête de L’Art dont il devient rédacteur en chef. Il acquerra dans ce domaine une certaine renommée, sanctionnée par la publication de plusieurs ouvrages consacrés à la philosophie de l’esthétique. Il se reconvertit ainsi dans une activité qui, pour être novatrice, n’en est pas moins plus proche de sa formation initiale. Dans les années qui suivent, d’autres exemples viennent témoigner des difficultés qu’ont les publicistes à se forger une identité sociale qui lui permette de revendiquer un véritable pouvoir de représentation. Le cas de Louis-Xavier de Ricard est particulièrement significatif de l’indétermination qui caractérise ce type de trajectoire professionnelle.

Un publiciste politique

  • 13 Jean-Marie CARBASSE, De Ricard, Félibre rouge, Montpellier, Lacave, 1977. Pour tous les éléments d (...)

11Né en 1843 et fils de général de corps d’armée, Louis-Xavier de Ricard se lance assez tôt dans la littérature en publiant dès 1862 des poèmes en collaborant à diverses revues parisiennes13. Emprisonné quelques mois en 1864 pour avoir fait « entendre la voix des libertaires et des anarchistes » dans La Revue du Progrès, il prend parti de plus en plus nettement contre l’Empire et écrit dans des journaux d’opposition politique. En 1870, il s’enfuit en Suisse après avoir fait paraître un violent pamphlet contre la guerre. Rentré à Paris pendant la Commune, il écrit dans le Journal Officiel des insurgés avant de s’exiler à nouveau en Suisse après la reprise de la ville par les “Versaillais”. Trois ans plus tard, il s’installe à Montpellier et entame à la fois son “combat pour le Midi” et une carrière politique plus régulière.

12Hostile à la République des opportunistes, il se présente aux élections municipales de 1881 à Montpellier sur la liste radicale. Battu, il est à nouveau candidat sous l’étiquette radicale aux élections législatives dans la seconde circonscription de Béziers. Il importe de signaler que son investiture n’est adoptée qu’après de longues hésitations du comité radical qui voit en lui « un littérateur peu au fait des règles du combat politique ». Devancé à l’issue du premier tour par le candidat opportuniste, il se retire conformément à la discipline républicaine. Aussitôt après, il devient rédacteur en chef du journal Le Midi Républicain. L’année suivante, après le décès de sa femme et pour des raisons à la fois financières, il décide de quitter la France et il s’embarque pour l’Amérique du Sud. Il revient à Montpellier en août 1886 et entre peu après comme rédacteur au Petit Méridional cependant qu’il intensifie son engagement à l’intérieur du “Félibrige”. Dans les années qui suivent, il conduit en même temps une activité de publiciste uniquement consacrée à la “cause du Midi” et l’animation de différents mouvements régionalistes.

13La biographie de Louis-Xavier de Ricard, rapidement retracée ici, permet de relever quelques traits caractéristiques de la division du travail politique qui se met progressivement en place sous la Troisième République. L’engagement politique du publiciste se manifeste à la fin du Second Empire dans la participation à la Commune, dans l’exil enfin, tous ces épisodes confèrent à Louis-Xavier de Ricard une forte légitimité initiale dans les milieux radicaux montpelliérains lorsqu’il s’installe dans le Midi. On observe cependant que, lorsqu’il s’agit de transformer ce crédit symbolique en investiture législative, la procédure est loin d’être automatique. De Ricard ne rassemble pas sur sa personne les caractéristiques attendues d’un candidat, il ne possède aucune implantation locale et il n’a entrepris auprès des dirigeants radicaux aucune tentative pour démontrer son obéissance aux consignes “partisanes”. La campagne électorale elle-même se déroule de manière peu efficace au regard des méthodes utilisées par les autres candidats. Louis-Xavier de Ricard tient des réunions au cours desquelles il lit à l’assistance “des passages de l’histoire de 1793” pour étayer ses thèses en matière de décentralisation. Selon les rapports de police de l’époque, ses auditeurs s’ennuient, des incidents éclatent et “la prestation est très peu favorable au candidat”.

14Les difficultés qui entourèrent cet échec, révèlent les ambiguïtés de la participation d’un publiciste à la compétition politique sous la République opportuniste. Détenteur d’un capital symbolique qui lui permet d’obtenir une reconnaissance locale, il éprouve visiblement beaucoup de répugnance à inscrire celui-ci dans les mécanismes de sélection des milieux radicaux, ses différents biographes soulignent nettement l’inadaptation du publiciste à se couler dans les mécanismes collectifs de délibération propres aux comités locaux du mouvement radical. Chez Louis-Xavier de Ricard, la certitude de détenir un important talent littéraire et une force d’entraînement par l’écriture fonde la possibilité d’une action individuelle et fait considérer le “parti” et sa discipline comme secondaires, ce qui provoque localement la méfiance des principaux dirigeants. Contradiction entre une éthique personnelle et critères de légitimité tels qu’ils apparaissent dans les groupements politiques labellisés. Ce type d’échec, pour n’être pas isolé, n’est pas le lot de tous ceux qui se lancent dans le journalisme et font plus largement de “l’écriture politique” leur métier. Certains individus arrivent ainsi à ajuster leur position sociale d’origine à la définition professionnelle qui leur est la plus favorable possible.

Positions sociales et reconversions

Des intellectuels pauvres

  • 14 La pauvreté des écrivains et autres propagandistes a sans doute à voir avec l’ascèse comme élément (...)

15Les publicistes et les journalistes qui n’exercent qu’une activité d’écriture disposent de ressources réduites. En témoignent les indications relatives à leur salaire que l’on retrouve dans des mémoires ou des rapports de police. Aristide Ollivier n’a pour vivre qu’un salaire de 100 francs par mois qui lui permet tout juste de se loger modestement. La modicité de ses ressources est d’ailleurs revendiquée et mise en évidence dans plusieurs de ses articles et dans les hommages qui lui seront rendus après sa mort. Elle constitue visiblement dans le discours républicain un gage important de pureté et de désintéressement14. A titre de comparaison, on peut signaler qu’un directeur de journal parisien touche 2.000 francs par mois et un journaliste renommé 1.000 francs.

  • 15 Marc MARTIN, « Journalistes parisiens et notoriété... », art. cit.

16Louis-Xavier de Ricard, tout au long de sa carrière d’homme de lettres, dans tous ses prolongements, sera confronté à des difficultés matérielles importantes. Si son sort n’est pas le lot de tous les journalistes qui exercent pendant la période considérée, la plupart de ceux-ci ne bénéficient que d’appointements peu élevés comme en témoigne par exemple le rapport fait par le commissaire central de police à Montpellier en 1896. Il signale l’arrivée d’un nouveau rédacteur au journal La Dépêche qui sera payé 350 francs par mois. Louis Guiraud, directeur d’un journal “impérialiste”, ne perçoit que 400 francs par mois. Encore s’agit-il de cas relativement privilégiés. Comme l’écrit Marc Martin15, seuls les feuilletonistes des grands journaux étaient bien rémunérés alors que la moyenne de leurs collègues ne perçoit, au début de la Troisième République, qu’environ 3.000 francs par an, ce qui situe leur revenu en dessous de celui-ci des officiers de santé et à plus forte raison de celui des médecins. La situation dans une ville de province comme Montpellier est encore plus délicate dans la mesure où la faible importance du lectorat contraint ceux qui s’intitulent journalistes à n’exercer cette activité qu’à temps partiel ou dans le meilleur des cas à dépendre des investissements consentis par ceux qui sont à l’origine du journal. La précarité des revenus ne s’atténue qu’avec l’implantation des quotidiens à grands tirages dont la diffusion dépasse le cadre départemental. Mais ceci ne concerne qu’une minorité professionnalisée qui laisse subsister à côté d’elle nombre de rédacteurs au statut instable.

  • 16 ADH, 54 M 7.

17Le milieu des journalistes locaux est difficile à cerner. En l’absence d’archives véritables, les trajectoires personnelles et les caractéristiques sociales n’émergent qu’au hasard d’un rapport de police ou d’une polémique avec un “confrère”. Avocat effectivement sans clientèle, Louis Guiraud s’est “reconverti” dans le journalisme à un moment où la presse est considérée comme un secteur en pleine expansion16. En rupture d’appartenance sociale nette, il peut, grâce à cette activité, “mettre en forme” son déclassement professionnel par le biais de véritables dénonciations politiques et sociales. Cette rhétorique particulière qui s’exerce dans un registre souvent polémique et violent, correspond au même type de trajectoire sociale, en partant d’une position inférieure, que celle qui était caractéristique des candidats boulangistes. De nombreux rapports de police contiennent des références, à partir des dernières années du XIX° siècle, à des journalistes professionnellement instables qui ne tirent de leur plume que des revenus précaires et dont la dernière caractéristique commune est de pratiquer cette rhétorique de la “revanche” sociale et politique. On ne peut ici proposer d’interprétation d’ensemble des mutations qui affectent une profession encore mal définie mais il apparaît assez clairement que le déclassement social exerce là aussi des effets qui sont sensibles dans la définition d’un registre particulier d’écriture. Tous les journalistes ne sont pas dans ce cas, il arrive en effet qu’un “reclassement professionnel” — qui est aussi perçu comme un engagement politique — vienne compenser une infortune sociale.

Une professionnalisation revendiquée

  • 17 Bernard VATON, L'Éclair, journal quotidien du Midi, thèse de doctorat, Université de Montpellier, (...)

18Alexandre de Vichet qui figure parmi les fondateurs du journal royaliste L'Éclair, constitue un exemple particulièrement significatif des mutations qui affectent la profession à l’échelle départementale. Né en 1850, ce jeune avocat est issu d’une famille ruinée par la Révolution. Il abandonne sa profession à la suite des décrets de 1880 sur la magistrature. Peu de temps après, il est arrêté et jugé pour avoir pris violemment parti sur le problème de l’expulsion des couvents et des séminaires. Acquitté, il part pour l’Espagne où il ne réussit pas à trouver une situation stable, ce qui l’amène à rentrer en France au début de l’année 1881. Il intègre à ce moment-là l’équipe de L’Union Nationale qui est le journal légitimiste du département. Sa situation n’est pas alors celle du journaliste professionnel comme en témoigne sa déclaration lors d’un procès : « ... Je ne suis ni rédacteur en chef, ni rédacteur ordinaire du journal ; il n’y a à L’Union Nationale ni rédacteur en chef ni rédacteur salarié. L’Union Nationale est rédigée par un groupe de dix ou douze royalistes dont je fais parti qui accomplissent cette tâche par dévouement pour leur parti »17. C’est sur le modèle du dévouement à la cause — en dehors de toute professionnalisation — que se fait la participation d’Alexandre de Vichet au journal. Celui-ci se trouve dans une situation difficile, relativement cher — il coûte trois sous contre un seul pour la presse républicaine — il perd de l’audience et ne peut plus compter que sur six cents abonnés.

  • 18 Ibid.

19Les problèmes sont donc importants et suscitent de l’inquiétude au sein du conseil d’administration qui rassemble les représentants des familles légitimistes montpelliéraines, nobles ou non. Les effets de la concurrence se font sentir aussi bien en ce qui concerne le prix de vente que la rapidité de transmission des informations. Pour tout cela, L’Union Nationale apparaît en retard sur les journaux républicains, ce qui l’amène à perdre la frange la moins convaincue de son lectorat au début des années 1880. L’intervention d’Alexandre de Vichet va modifier considérablement les conditions de fonctionnement de l’entreprise et amener à une nouvelle appréhension de celle-ci18.

20Parmi tous les “rédacteurs-militants” de L’Union Nationale, c’est précisément celui qui présente des propriétés sociales caractéristiques qui se trouve en situation de précurseur, doté d’une plus grande ouverture à la nécessité de transformer les conditions techniques mais aussi sociales d’exercice du journalisme. Il se trouve en position d’inclusion forte par rapport à son groupe social d’origine — militantisme politique important — mais aussi de relative “marginalité” avec une situation de fortune qui le situe très en deçà de ce qu’il pourrait souhaiter pour “tenir un rang” équivalent à celui de ses compagnons. Son statut social intermédiaire permet sans doute d’expliquer non seulement l’ardeur de son militantisme mais pour quelle raison il se trouve à l’origine de l’initiative de modernisation et dans quelles conditions il va assurer par la suite des tâches professionnelles de rédaction et de direction du journal sous la surveillance du conseil d’administration. Dans le camp légitimiste, la division du travail politique se trouve modifiée par ces mutations et l’activité de journaliste, dans un mouvement de différenciation professionnelle subi plus que provoqué, se trouve reconnue. Parmi tous ceux qui composaient le groupe initial des rédacteurs de L’Union Nationale, Alexandre de Vichet est sans aucun doute celui qui, socialement, est le mieux en position d’accepter — voire de solliciter — une activité à caractère professionnel qui tranche avec ce qui était auparavant défini en termes de dévouement à une cause sur le modèle de l’engagement idéalisé. Il faut insister sur le fait que cette accommodation touche un individu que sa situation de fortune précaire distingue de son groupe social. A l’origine de la modernisation de l’entreprise — il est le seul à s’intéresser aux aspects techniques qui “rebutent ses collègues” —, il va rapidement remplacer les premiers directeurs qui ne donnent pas satisfaction à la tête du journal et assumer tous les aspects de la définition et de la fabrication du journal dans un partage des tâches qui ouvre les fonctions les plus honorifiques du conseil d’administration à ceux qui bénéficient d’une reconnaissance initiale plus importante. Sans doute est-il possible de discerner dans cette adaptation personnelle au journalisme la volonté de compenser le décalage souligné plus haut par une activité plus importante, constitutive d’une identité atypique.

  • 19 Dictionnaire Départemental de l’Hérault, Paris, Flammarion, 1904 ; Jean JOLLY (dir.), Dictionnaire (...)

21D’autres exemples existent qui mettent en valeur la difficulté qui existe à faire valoir dans le cadre local un capital “politique” d’un nouveau genre. Le cas de Charles Gras est à cet égard assez exemplaire19. Né à Montpellier en 1850 dans une famille d’artisans aisés qui lui permettent de faire des études secondaires, il collabore dès l’âge de dix-neuf ans au journal républicain La Liberté et dirige même Le Babillard, journal politique satirique fondé en 1869 par un propriétaire montpelliérain. Dans le cadre de ses fonctions, il aura à subir des poursuites pour “excitation à la haine” et d’assez fortes amendes. Engagé volontaire en 1870, il revient à Montpellier en 1871 et poursuit ses collaborations dans différents journaux locaux sans toutefois acquérir une notoriété importante. Après avoir vainement tenté de se faire élire au Conseil Municipal jusqu’en 1885, il quitte la ville pour Lyon où il collabore à plusieurs journaux comme La Dépêche de Toulouse avant de s’installer définitivement à Paris dans le 5ème arrondissement. Établi comme artisan lithographe, il acquiert une certaine renommée dans le domaine de la gravure où il vulgarise un nouveau procédé de reproduction en couleur. Il dirige en même temps plusieurs publications comme La République Illustrée et Paris-Revue. En 1896, il entre au conseil d’administration du Bureau de Bienfaisance du 5ème arrondissement et devient la même année conseiller municipal. Deux ans plus tard, il est élu député sous l’étiquette socialiste dans la seconde circonscription du 5ème, mandat qu’il détiendra jusqu’en 1902, il est battu par Gustave Flourens et cette défaite marque la fin de sa carrière politique. Il se consacre alors entièrement à la littérature dans des genres assez divers comme le théâtre avec L’Auberge du Cheval Blanc, la poésie et les Poèmes habituels ou la satire dans La Bonne Franquette.

22Ce journaliste polygraphe n’a pas marqué, très loin s’en faut, l’histoire de la littérature. De renommée modeste, il n’en est pas moins un représentant intéressant de ces individus qui se situent aux marges de leur activité d’origine et entrent progressivement en journalisme. L’examen de la trajectoire de Charles Gras permet de situer les difficultés qui se posent à lui alors qu’il n’est qu’un débutant en province, tenté de transformer son activité militante en mandat électif. Il n’apparaît pas doté d’une légitimité suffisante pour pouvoir obtenir une investiture même locale comme en témoignent ses échecs pour obtenir un poste municipal. Au moment où il commence à postuler, le champ politique local est déjà contrôlé dans les zones urbaines par des individus détenteurs de propriétés sociales qui leur permettent de veiller à ce que les mécanismes de sélection des candidatures jouent en leur faveur et au détriment de “challengers”, fussent-ils capables de faire valoir des activités militantes au moment de l’Empire. Celles-ci ne sont constituées en “capital politique” qu’au prix d’opérations de réactivation (célébrations, commémorations...) dont l’organisation échappe aux “isolés” comme Charles Gras. Celui-ci semble donc choisir une stratégie d’émigration politique pour tenter de faire reconnaître sa légitimité dans un autre type de champ politique. De manière très évidente — même si la maigreur des individus repérés dans notre cadre géographique et temporel ne permet pas de faire apparaître des régularités statistiques — les journalistes provinciaux constituent une population socialement spécifique qui apparaît souvent en situation de déclassement social ou de frustration au regard des “espérances” que son capital scolaire lui permettrait d’entretenir. Participant de plusieurs univers sociaux, il leur est souvent difficile de faire valoir une légitimité qui n’épouse pas exactement les critères qui se mettent rapidement en place au début de la Troisième République. Ceux qui tentent leur chance en politique dans le cadre local ne se présentent jamais comme des journalistes à part entière mais bien plutôt sous une “raison sociale” qui leur permet de mettre en avant la qualité “d’homme de lettres” ou de “publiciste” selon le conjoncture ou les centres d’intérêts.

  • 20 Roger CHARTIER, Les Origines culturelles de la Révolution Française, Paris, Seuil, 1990.

23Dès lors, il devient possible d’évoquer à leur propos certaines des hypothèses formulées par Roger Chartier pour les “intellectuels frustrés” au XVII° siècle20. L’auteur met ici en évidence les conséquences du décalage qui existe entre la perception de l’espace social par des individus scolairement titrés et les possibilités réelles qui s’offrent à eux dans une conjoncture de saturation professionnelle. L’exemple de Félix Danjou permet de situer la portée d’une adaptation de ces hypothèses. Parisien, né en 1802, il entre en 1830 comme simple attaché à la Bibliothèque de l’Arsenal. Sous ce titre, il publie de 1834 à 1840 sous le titre d’Archives curieuses de l’Histoire de France une collection de vingt-sept volumes de documents. Il est en même temps organiste à l’église des Blancs Manteaux, à Saint-Eustache puis à Notre-Dame, ce qui lui permet de composer en tentant de réformer le chant d’église et la musique religieuse. Il écrit des messes, des motets et travaille même au perfectionnement technique des orgues en collaboration avec de grands facteurs parisiens. Ces dernières fonctions lui permettent d’acquérir une certaine aisance et d’entreprendre plusieurs voyages d’étude en Italie. Au cours de l’un de ceux-ci, il découvre parmi d’anciens livres liturgiques un manuscrit du XI° siècle contenant la liturgie romaine en notation double. Persuadé de l’importance du texte, il entreprend aussitôt sa publication mais se heurte à des contestations qui touchent à la fois la réalité de sa découverte et sa valeur scientifique et qui ne lui permettent pas de mener à bien cette entreprise. A cet échec, viennent s’ajouter de graves problèmes financiers nés de la faillite des facteurs d’orgue avec lesquels il s’était associé.

24Au début de l’année 1848, il quitte Paris pour devenir journaliste à Marseille puis quelques mois plus tard à Montpellier où il rejoint Le Messager du Midi. Ce journal devient le représentant du courant bonapartiste après son rachat par l’imprimeur Charles Gras, appuyé par la préfecture. C’est dans ce cadre que Félix Danjou, archiviste érudit et organiste-compositeur à la célébrité naissante effectue son entrée dans le journalisme au terme d’un parcours social marqué là aussi, sinon par le déclassement, du moins par des échecs et une inadéquation constante entre ses aspirations intellectuelles et leur réalisation matérielle. Il appartient encore à la génération des publicistes comme en témoigne ses prises de position religieuses réunies dans un ouvrage où il s’oppose à la hiérarchie catholique et en particulier à Mgr Dupanloup sur le problème des références chrétiennes et païennes dans l’enseignement. Cet épisode permet d’apercevoir de quelle manière se met en place une semi-opposition de la part d’un auteur visiblement déçu par la faiblesse du soutien rencontré lors du début de sa carrière et qui voit dans l’adhésion au bonapartisme — même sur des bases catholiques — un moyen de prendre en charge ses distances avec le légitimisme qui constitue l’opinion dominante du haut clergé. Il semble qu’il y ait une logique de la prise de position politique qui se dégage en liaison étroite avec la trajectoire personnelle.

25Cette “revanche sociale” peut participer des effets de la frustration mise en avant par Roger Chartier. Ceux-ci se manifestent différemment selon les positions de départ des intéressés et leurs convictions religieuses mais il n’est pas douteux que dans le cadre local l’adhésion ouverte au bonapartisme a souvent pris ce caractère pour des “intellectuels” en position périphérique, de sanction consécutive à une marginalisation ou à un déclassement. Les formes de ceux-ci ont évidemment varié et une grande distance sépare le radicalisme politique de certains comme Louis-Xavier de Ricard, de la modération des autres mais il semble qu’il se dégage là un trait commun qui affecte une bonne partie de ce personnel atypique à la définition professionnelle encore hésitante et qui, tout en participant au travail politique, n’est pas en situation de concourir directement. De manière plus générale, la rhétorique de la dénonciation est à développer.

L’univers du journalisme

Les métiers de l’écriture

26De 1848 à la fin du siècle, peuvent se distinguer, en même temps que la différenciation des “journalistes” face aux “politiques”, quelques catégories qui suggèrent l’existence d’une hiérarchie journalistique. A la base de celle-ci, on voit ressortir localement toute une population d’imprimeurs, typographes spécialisés, artisans aux convictions politiques variées qui, avec les installations dont ils disposent, tentent de diffuser leurs publications.

  • 21 AN, F 18-461 B.

27A Béziers, Jean-Baptiste Perdraut, ancien ouvrier, compositeur devenu imprimeur, est à l’origine de la création en 1877 du bi-hebdomadaire L’Union Républicaine21. Né en 1849 à Clermont-Ferrand, « enrôlé en 1870 dans le corps des mobiles du Rhône, prisonnier pendant six mois en Allemagne, c’est uniquement par son travail qu’il a pu s’élever dans la position modeste qui est la sienne ». L’imprimerie qu’il fonde à Béziers en 1876, est avant tout destinée à la confection des documents électoraux du parti radical. Ceux-ci ne suffisant pas à alimenter une activité régulière, la création d’un journal semble se situer dans une logique aussi bien financière que politique comme en témoigne l’organisation de L’Union Républicaine. Jean-Baptiste Perdraut en est à la fois l’imprimeur et le directeur-gérant. Il écrit aussi régulièrement quelques articles politiques et n’a pas les moyens de s’assurer de collaborations extérieures autres que bénévoles. Son premier et éphémère associé, Heyle, un ancien sous-officier aux opinions légitimistes « que le besoin seul a jeté dans le parti radical où il comptait trouver quelques ressources », abandonnera l’entreprise dès la fin de l’année 1877, « lassé par les difficultés financières ». Dans les années qui suivent, il abandonne la rédaction d’articles pour se consacrer uniquement à l’imprimerie des feuilles radicales et anticléricales du département comme Le Cléricalisme au Pilori (1880), rédigé à Montpellier et imprimé à Béziers. Cette situation de relative indétermination professionnelle est de plus en plus rare au fur et à mesure que les contours du métier se mettent en place. Ses activités sont aussi celles de bon nombre d’imprimeurs républicains jusque dans les années 1880, préoccupés à la fois des aspects techniques de la profession et de la propagande politique à laquelle ils contribuent par des articles de politique locale. Placé en première ligne lors des procès sous la Deuxième République et à la fin de l’Empire, ce personnel va progressivement s’amoindrir et céder la place à d’autres rédacteurs. C’est uniquement dans les villes de moyenne importance du département que l’on verra quelques représentants de la catégorie. L'Écho de Lodève est ainsi dirigé par la famille Corbière, le fils prenant le relais du père en 1885 dans la lutte contre la famille Leroy-Beaulieu.

  • 22 Daniel ROCHE, Les Républicains des Lettres. Gens de culture et Lumières au XVIII° siècle, Paris, F (...)
  • 23 ADH, 39 M 125.

28Caractérisés également par une situation de relative indétermination professionnelle, ceux qui revendiquent l’appellation “d’homme de lettres” se situent aux confins de l’univers du journalisme en formation. Pour cette catégorie bien particulière, les éléments saisis au hasard de biographies dispersées permettent davantage de suggérer que d’affirmer. Pour un individu dont il est possible de reconstituer assez précisément la trajectoire, de nombreux fragments d’identité subsistent pour d’autres qui ne permettent d’évoquer les caractéristiques de cette population. Il semble assez net que, pour toute la période considérée, les ambitions de ces “hommes de lettres” soient avant tout littéraires dans le but d’obtenir une reconnaissance publique de leurs mérites en matière de théâtre ou de roman22. Peinant pour obtenir ce qu’accordaient auparavant des sociabilités culturelles qui se sont considérablement transformées, ces écrivains de province sont confrontés à de multiples difficultés. L’examen de quelques cas permet d’entrevoir le décalage qui existe entre la situation sociale des individus et les stratégies de distinction qu’ils tentent de faire valoir23.

  • 24 On rejoint sur ce point la définition donnée de “l’intellectuel prolétaroïde” : Max WEBER, Économi (...)

29Avoués, instituteurs, membres de professions intellectuelles “dominées”, ils sont assez nombreux à essayer de publier leurs écrits dans des genres littéraires variés24. L’insuccès est le sort commun de ces “hommes de lettres” qui tentent régulièrement d’acquérir une renommée locale en fondant des journaux de critique théâtrale. A partir de là, il arrive que ces feuilles contiennent des prises de position à caractère politique dans le cadre municipal. Ainsi, L’Ami des Salons est-il condamné pour pouvoir commenter en juin 1852 une sanction adressée à un des légitimistes les plus connus de Montpellier qui avait enfreint l’interdiction de pénétrer dans les coulisses du théâtre. Réglementés étroitement sous le Second Empire, ces journaux se multiplient après 1870, de façon souvent éphémère, à l’initiative d’individus dont l’identité sociale est floue, à l’image de Louis-Xavier de Ricard. Très souvent, ces “feuilles purement littéraires” insèrent progressivement des échos à caractère local qui peuvent prendre la forme de critiques contre la municipalité ou ses adversaires. On peut considérer que leurs auteurs forment une population de rédacteurs dont les prétentions littéraires cèdent occasionnellement le pas — en période de campagne électorale — à des prises de position politiques. Ni véritables journalistes, ni publicistes au sens plein du terme, ces “hommes de lettres” participent cependant, même de manière secondaire et non spécialisée, à la définition d’une “écriture politique” et d’un groupe hétérogène de rédacteurs. Dans le domaine politique, leur rôle “d’intermédiaires culturels” n’est pas niable puisqu’ils peuvent relayer vers leur lectorat une redéfinition politisée de l’espace communal, appliquée aux objets les plus connotés symboliquement : théâtre, projets architecturaux... Leurs prises de position politiques résultent d’une revendication globale de compétence, d’autant plus fortement formulée qu’elle est socialement peu fondée et qu’elle prend place dans une rhétorique de la dénonciation. Cette dernière apparaît très clairement comme la transcription professionnelle, la “mise en forme” de trajectoire sociales bridées dans leur développement.

30Tout au long des dossiers, des noms reviennent régulièrement, ceux de personnages qui sont à l’origine d’entreprise de modeste envergure mais qui tentent de gagner leur vie grâce à la presse. Émile Navas et Louis Ware, entre 1875 et 1885, sont dans ce cas. Le premier est fils d’un cafetier de Montpellier, le second d’un tailleur. En 1878, connus comme républicains de tendance radicale, ils fondent tous les deux La Chronique du Midi, journal de nouvelles locales qui est publié pendant six mois, ils s’associent ensuite avec Théodore Serre pour animer L’Idée Moderne, “revue républicaine politique, littéraire, agricole et scientifique”. Cet hebdomadaire a pour but de « fournir une éducation républicaine aux classes laborieuses » ; il a été crée à l’initiative de Serre, propriétaire à Montpellier et possédant une petite fortune personnelle, opposant républicain à l’Empire dès 1851 et qui, à ce titre, fait figure de “vétéran du parti républicain”. Il fournit visiblement une caution politique à Navas et Ware, de même que des fonds pour le journal qui paraît jusqu’au milieu de l’année 1879. A cette date, les deux associés ont amassé suffisamment d’argent, au détriment de Serre d’après les rapports de police, pour acheter une petite imprimerie à Montpellier après la faillite du propriétaire. En février 1880, Serre vieillissant - il a alors 67 ans - leur accorde assez de confiance pour fonder avec eux Le Travailleur, “organe des intérêts démocratiques et de la Ligue du Bien Public” qui vient remplacer le précédent qui ne tirait plus qu’à 300 exemplaires. Serre qui jusqu’alors contrôlait la teneur des articles, s’efface plus complètement, ce qui leur permet de publier des articles diffamatoires à l’égard de la municipalité de Montpellier et tout spécialement du maire, Alexandre Laissac. La condamnation qui suit, les brouille avec Serre et les laisse à la tête du journal où ils vont continuer à polémiquer « dans un but purement personnel, à seule fin de mieux vendre leur journal ». Pour rentabiliser leur imprimerie, ils l’utilisent aussi pour l’édition de journaux qu’ils ne dirigent pas comme L’Anticlérical, fondé en juin 1879, par le célèbre Léo Taxil, alias Géraud, connu aussi sous le nom de Jogand. Ce dernier, connu pour ses publications hostiles au clergé catholique, dirige à partir de Montpellier une véritable “bibliothèque anticléricale” qui paraît environ trois fois par semaine et qui publie nombre d’articles édifiants sur le modèle de celui qui est contenu dans le premier numéro : « Pourquoi sous la République, les attentats à la pudeur sont plus fréquents chez les prêtres que sous les autres gouvernements ?... ». Pour des raisons avant tout financières, Navas et Ware interviennent de plus en plus directement dans la petite équipe qui entoure Léo Taxil. Républicains à tendance radicale, ils se sont progressivement mués en spécialistes de l’écriture et de la publication polémiques, tenus en relative suspicion par les milieux radicaux, selon une trajectoire où les impératifs commerciaux l’emportent de plus en plus nettement sur la cohérence politique.

31Les “groupes” précédents, hommes de lettres et “entrepreneurs” en journalisme, dotés d’une homogénéité toute relative, ont en commun l’intermittence de leur intérêt pour l’écriture politique. Loin d’en faire une activité à part entière, ils considèrent cette dernière comme une simple extension de leur occupation principale qu’ils ne cessent jamais d’exercer. Il en va autrement pour ceux que l’on peut présenter comme de véritables professionnels du journalisme politique et dont on a relevé des exemples plus haut. Publicistes et journalistes évoluent de plain pied dans le champ politique selon des logiques sociales différentes. Comme on l’a signalé précédemment, les premiers se distinguent souvent par leur origine universitaire qui leur confère une légitimité à traiter des problèmes généraux à caractère politique. Les modalités de construction de leur compétence personnelle diffèrent radicalement.

Fonder un journal

  • 25 Robert DARNTON, Édition et sédition. L’univers de la littérature clandestine au XVIII° siècle, Par (...)

32De 1848 au début de “l’Empire libéral”, les journaux politiques ne sont pas loin de représenter l’équivalent de ce qu’était un siècle plus tôt la “littérature clandestine25. Les questions posées par Robert Darnton à propos des écrits interdits — érotiques, philosophiques ou satiriques — fournissent un point de départ “analogique”. Que lit-on ? Qui imprime et diffuse cette littérature pourchassée par la censure ? Quels en sont les acteurs et les acheteurs ? Autant d’interrogations qui valent toujours près d’un siècle plus tard. Dans des conditions de surveillance encore plus pesantes, les libraires audacieux de l’Ancien Régime, commerçants plus ou moins avisés, ont fait place à des cafetiers, des abonnés, des propagandistes quelquefois, qui font circuler les produits du colportage, les écrits autorisés mais aussi souvent interdits, qu’il s’agisse de journaux ou de brochures.

  • 26 ADH, 39 M 122.

33Dès la Deuxième République à Montpellier, on peut relever quelques exemples de ces créations, la dénomination politique est la plupart du temps incertaine mais les noms des animateurs réapparaissent régulièrement parmi les membres des chambrées politiques. Ainsi, Laurent Jacob, imprimeur rue du Plan de l’Ollivier, qui fonde en août 1850 L’Ami des Salons est-il décrit par Jules Pagézy, maire de la ville, comme « connu pour ses opinions légitimistes, sachant à peine lire et écrire et ne paraissant pas apte à gérer un journal »26. Il est condamné quelques années plus tard pour avoir ouvertement offensé ce magistrat à propos de l’organisation du théâtre de la ville. Les activités d’artisans comme Laurent Jacob témoignent sans aucun doute de l’existence d’une frange urbaine, traditionnellement intégrée dans des sociabilités de quartier, de plus en plus sensible aux moyens modernes de diffusion.

34A partir des années 1860, fonder un journal devient une activité suffisamment accessible pour tenter de nombreux individus qui sont loin de tous posséder une qualification particulière. Il est simplement devenu clair que le “journalisme”, entendu au sens large comme une profession non codifiée, offrait des possibilités nombreuses, en particulier à ceux dont le capital social est en décalage net avec un capital scolaire qui, même s’il est faible au regard des hiérarchies en vigueur, est suffisamment important pour donner une conscience diffuse du déclassement. Entre 1860 et 1890, ce ne sont pas moins de 163 créations de journaux qui sont enregistrées pour tout le département. Plusieurs centaines d’individus sont ainsi sollicités pour des tâches diverses de rédaction, tirage et vente. Tous ces périodiques ne présentent pas un caractère politique mais bon nombre d’entre eux sont répertoriés comme intégrant occasionnellement des “matières politiques”. C’est le cas par exemple des “feuilles littéraires” qui peuvent contenir des articles mettant en cause des élites locales.

35Le trait caractéristique de la période semble donc être l’engouement pour une activité qui est de ce fait ouverte à de nombreuses initiatives pour imposer une définition légitime de la “valeur sociale” qui doit lui être reconnue ainsi que de la manière de l’exercer. Ces controverses, ces “disputes”, ne prennent leur sens que confrontées à l’instance de consécration que représente le “public”. Les chiffres de tirage de ces journaux donnent des indications sur leur importance réelle dans le département et sur les ressources qu’ils assurent à leurs organisateurs. Sous la Deuxième République, les journaux les plus importants diffusent à peine à plus de 1.000 exemplaires dans le département, 1.200 par exemple pour le Messager du Midi, qui devient en 1851 l’organe “gouvernemental”. Dix ans plus tard en 1862, le tirage de ce journal est passé à 6.000 exemplaires pour atteindre en 1870 le chiffre de 16.000. Les feuilles locales tirent elles, à moins de 500 exemplaires. L'Écho de Lodève diffuse à peine à 165 exemplaires hebdomadaires en 1860 pour culminer à 325 en 1870. Il faut attendre l’apparition des entreprises de presse construites sur le modèle parisien dans la perspective de ce qu’a mis en place Émile de Girardin pour entrer dans l’ère des gros tirages qui est aussi celle de la spécialisation professionnelle des journalistes. Ainsi, Le Petit Méridional qui couvre quatre départements du Sud de la France dont l’Hérault, est distribué à 70.000 exemplaires en 1885. Son concurrent royaliste L'Éclair monte rapidement après sa création en 1881 à 12.000 sur le département héraultais. En dépit de ces réussites commerciales, de nombreux journaux, quotidiens ou hebdomadaires, se maintiennent avec des tirages assez faibles qui ne dépassent pas les 2.000 exemplaires. Ainsi, créée en 1884, La Tribune du Midi dépend en grande partie du soutien que lui apporte la grande fortune du conseiller général de Montpellier Allieu qui a fondé son propre journal pour s’opposer à celui d’Eugène Lisbonne. Ce dernier est lui-même obligé à plusieurs reprises de soutenir son journal en y investissant personnellement. A partir de 1860, les entreprises sont moins souvent individuelles que collectives au fur et à mesure que progresse la conscience que des fonds importants sont nécessaires pour assurer le succès. Les contrats d’association devant notaire et le découpage du capital en parts sociales prennent le pas sur les initiatives des individus isolés qui n’engagent bien souvent que leur propre personne et un matériel ancien. Cette précarité contribue d’ailleurs à perpétuer les situations sociales instables.

36Les véritables réussites commerciales sont rares et la presse ouvertement politique reste limitée dans son expansion. Rares sont en effet les exemples de journaux locaux qui réussissent à subsister au-delà de quelques mois et de quelques dizaines de numéros. Il demeure que ce fort taux d’échec n’empêche pas comme les exemples précédents l’ont montré, toute une catégorie d’acteurs de se spécialiser progressivement dans une activité aux règles et aux frontières peu explicites et susceptible de s’ouvrir à des aspirations de “revanche sociale”. Se définit ainsi progressivement et en dehors de toute codification autre que celle qui touche les modalités de parution de leurs écrits, une population “d’intellectuels prolétaroïdes” au sens que Max Weber donne à ce terme, caractérisés à la fois par l’instabilité de leur situation sociale et professionnelle et le pouvoir de représentation qu’ils s’attribuent.

37Si l’on considère que l’expression de “champ politique” permet de rassembler tous ceux qui ont un intérêt commun, même s’il emprunte des formes concurrentielles, à l’appropriation des avantages matériels et symboliques mis en compétition dans un espace donné, l’accroissement des intérêts à participer ne dépend pas seulement, loin s’en faut, des décisions rationnelles en finalité prises par les individus. La spécialisation interne au travail politique, de ce fait, résulte moins de nécessités “fonctionnelles” qui tiendraient à un partage concerté dans le but d’améliorer l’efficacité de l’entreprise que de la délimitation effectuée selon les modalités de prise en compte des différentes espèces de capitaux détenues par les acteurs. A un moment où le rôle des organisations partisanes reste limité, les frontières “pragmatiques” résultent ainsi de combinaisons qui mettent en jeu les poids spécifiques des individus, obtenus au terme d’opérations d’évaluation et de promotion individuelles ou collectives dont la partie la plus visible demeure le capital symbolique. De ce point de vue, la notion de “division du travail politique” permet qu’à l’intérieur du champ politique local et aussi national se mettent en place des logiques d’accès ou de cantonnement à des activités spécifiques. Les publicistes et surtout les journalistes participent de régions de l’espace social différentes de celles dont relèvent les “élites élues”. Le développement du champ politique obéit en conséquence à une forme d’évolution vers la complexité qui, pour être comprise, impose de restituer le sens que les acteurs attachent à leurs actions lorsqu’ils mettent en forme leurs spécificités dont ils ont une conscience intime et stratégique. Parce que “faire de la politique” est largement perçu comme une activité distinctive qui génère progressivement des profits symboliques, l’intérêt à en faire au coeur même du processus de politisation, doit être compris même chez ceux qui ne concourent pas pour des mandats électifs.

Notes

1 Claude BELLANGER, Jacques GODECHOT, Pierre GUIRAL et Fernand TERROU (dir.), Histoire générale de la presse française, Paris, PUF, 1969-1976 ; Pierre ALBERT, Documents pour servir à l’histoire de la presse de province dans la seconde moitié du XIX° siècle, Paris, CNRS, 1974.

2 Archives Nationales (AN), F 18 ; Archives Départementales de l’Hérault (ADH), 39 M.

3 Marc MARTIN, « Journalistes parisiens et notoriété (1830-1870). Pour une histoire sociale du journalisme », Revue Historique, juillet-septembre 1982, no 539, p. 31-74.

4 Alain VIALA, Naissance de l’écrivain, Paris, Minuit, 1985. Le journalisme politique ne peut se constituer en espace professionnel spécifique que dans la mesure où l’ensemble des activités politiques accèdent elles-mêmes à une certaine autonomie.

5 Marc MARTIN, « Journalistes parisiens et notoriété... », art. cit., p. 32.

6 « Marat », François FURET et Mona OZOUF (dir.), Dictionnaire critique de la Révolution Française, Paris, Flammarion, 1988 ; « La presse », Michelle VOVELLE (dir.), L'État de la France pendant la Révolution (1789-1799), Paris, La Découverte, 1989.

7 Michael B. PALMER, Des petits journaux aux grandes agences. Naissance du journalisme moderne (1863-1914), Paris, Aubier, 1983.

8 Maurice AGULHON, Histoire vagabonde. Idéologie et politique dans la France du XIX° siècle, Paris, Gallimard, 1988.

9 Émile OLLIVIER, Écrits intimes et correspondance, Paris, Seuil, 1957.

10 Cette modestie des moyens est d’ailleurs mise en valeur dans les témoignages donnés lors de sa mort : « Ses moyens ne lui permettraient qu’une chambre mal meublée... Indifférent aux privations, il se consacrait tout entier à la lutte républicaine », Le Suffrage Universel, juillet 1851. Dans ce cas précis, la célébration de l’indifférence aux questions matérielles apparaît comme une composante au culte “républicain” qui sera rendu plus tard.

11 Raymond HUARD, Le Mouvement républicain en Bas-Languedoc (1848-1881), Paris, FNSP, 1982.

12 A. M. SAGNES, Milieux d’affaires à Montpellier de 1800 à 1880, thèse de doctorat, Université Montpellier I, 1984.

13 Jean-Marie CARBASSE, De Ricard, Félibre rouge, Montpellier, Lacave, 1977. Pour tous les éléments de bibliographie complémentaire et les références des fonds d’archives : Renaud DORANDEU, “Faire de la politique” : contribution à l’étude des processus de politisation. L’exemple de l’Hérault de 1848 à 1914, thèse de doctorat, Université Montpellier I, 1992.

14 La pauvreté des écrivains et autres propagandistes a sans doute à voir avec l’ascèse comme élément fondateur du charisme comme le présente l’analyse classique de Max Weber.

15 Marc MARTIN, « Journalistes parisiens et notoriété... », art. cit.

16 ADH, 54 M 7.

17 Bernard VATON, L'Éclair, journal quotidien du Midi, thèse de doctorat, Université de Montpellier, 1967.

18 Ibid.

19 Dictionnaire Départemental de l’Hérault, Paris, Flammarion, 1904 ; Jean JOLLY (dir.), Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), Paris, PUF, 1960-1977.

20 Roger CHARTIER, Les Origines culturelles de la Révolution Française, Paris, Seuil, 1990.

21 AN, F 18-461 B.

22 Daniel ROCHE, Les Républicains des Lettres. Gens de culture et Lumières au XVIII° siècle, Paris, Fayard, 1988.

23 ADH, 39 M 125.

24 On rejoint sur ce point la définition donnée de “l’intellectuel prolétaroïde” : Max WEBER, Économie et société, Paris, Plon, 1971.

25 Robert DARNTON, Édition et sédition. L’univers de la littérature clandestine au XVIII° siècle, Paris, Gallimard, 1991.

26 ADH, 39 M 122.

Auteur

Professeur à l’Institut d’Études Politiques de Strasbourg

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search