Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Élites et pouvoirs locaux

 | 
Bruno Dumons
, 
Gilles Pollet

Première partie. Élites politiques et administratives

Le travail notabiliaire

Production et reproduction de la notabilité en Corse sous la Troisième République

Jean-Louis Briquet

Texte intégral

Le pouvoir des notables

1La question des élites politiques dans la Corse de la Troisième République se confond presque totalement avec celle du pouvoir notabiliaire et de la gestion clientélaire des rapports politiques. Il n’est pas de témoignages de l’époque qui ne trace de la Corse l’image d’une société dominée par des “chefs de clan”, ces grands notables le plus souvent parlementaires qui, par l’intermédiaire des réseaux pyramidaux de leaders locaux qui leur sont affiliés, maires, conseillers généraux, “personnalités influentes” dans des secteurs aussi divers que l’administration, la justice ou la vie économique départementale, contrôlent une clientèle électorale qui leur est attachée autant par le poids des traditions familiales que par l’étendue des services rendus. Les ressemblances sont frappantes à ce propos entre les descriptions que proposent de nombreux observateurs de la vie politique en Corse durant toute la durée de la Troisième République accréditant l’idée d’un immobilisme “naturel” de la société insulaire que caractériseraient l’invariabilité de relations politiques marquées par le poids des dominations sociales traditionnelles, le clientélisme et l’absence conséquente de toute forme idéologique de politisation.

  • 1 Francis POMPONI, « A la recherche d’un invariant historique : la structure clanique de la société c (...)
  • 2 Pour une telle conception de la modernisation politique dans la France de la Troisième République : (...)

2A cet “invariant historique” de la société corse qu’est la structure clanique1, correspondrait donc la permanence d’un mode de domination politique notabiliaire, expression de rapports sociaux traditionnels qui se maintiennent pendant toute période qui nous intéresse ici, et même au-delà, du fait de l’extériorité de la Corse au processus de modernisation politique que connaissent la plupart des autres régions françaises. On sait comment l’historiographie de la Troisième République a pu envisager une tel processus : comme un phénomène progressif d’effondrement des autarcies et des archaïsmes communautaires, substituant à l’intérêt exclusif portés aux enjeux locaux, à l’indifférence vis-à-vis des revendications partisanes et à l’attachement aux autorités traditionnelles, la conscience de l’importance des choix politiques nationaux, un intérêt conséquent pour les options abstraites des idéologies et des affiliations politiques que gouvernent non plus les dépendances personnelles mais la similitude des opinions. La permanence du clientélisme et de la domination notabiliaire dans certaines parties du territoire a ainsi été interprétée comme la persistance d’un “stade primitif de la vie politique”, la manifestation d'un archaïsme voué à s’effacer au fur et à mesure de l’intégration des régions périphériques à l’ensemble national français2. Il semble pourtant, au moins dans le cas de la Corse, que la permanence du pouvoir des notables ne résulte pas de la simple reproduction à l’identique de structures de domination sociale et politique caractéristiques d’une organisation “traditionnelle” de la société. L’étude des élites politiques insulaires montre au contraire que la reproduction de ce pouvoir ne peut s’opérer qu’au prix d’une adaptation constante des stratégies notabiliaires aux conditions évolutives de l’activité politique. En ce sens, les processus de modernisation (apparition des partis de masse, bureaucratisation et extension du champ de l’action publique, professionnalisation des élus), loin d’impliquer nécessairement la “fin des notables” et leur substitution par un nouveau personnel politique, plus dépendant des entreprises partisanes et des capitaux collectifs qu’elles lui délèguent, d’autant moins contraint de disposer de ressources personnelles pour accéder à des positions électives que l’évolution des mobilisations électorales tend à valoriser les ressources symboliques abstraites au détriment des ressources clientélaires personnelles, peuvent participer à la reproduction d’un modèle notabiliaire souvent présenté pourtant comme antagoniste à l’avènement de la “politique moderne”.

  • 3 Pierre GREMION, Le Pouvoir périphérique, Paris, Seuil, 1976, p. 261.

3Certes, un tel processus demeure limité à des régions françaises spécifiques dont la Corse paraît un exemple typique. Il n’en permet pas moins de reconsidérer la notabilité non pas simplement au regard du système de domination sociale dont elle est l’expression mais aussi en référence au fonctionnement périphérique de l'État qui en explique certaines des principales propriétés. Sans aller jusqu’à dire, avec Pierre Grémion, que « le pouvoir notabiliaire est lié non à une structure de classe à une époque donnée mais à une structure de l'État qui, elle, est permanente »3, force est cependant de constater que, si la notabilité doit beaucoup à la détention de ressources matérielles et symboliques rares et dépend par là de la situation de classe des notables, elle procède également de la capacité de ceux-ci à s’insérer dans les réseaux du pouvoir territorial et à contrôler les circuits de médiation entre l’espace local et les institutions étatiques. On comprend par là que le mode d’exercice notabiliaire du pouvoir ne puisse se reproduire qu’en s’adaptant aux évolutions des formes de l’action publique et aux transformations des conditions de la compétition politique. En résulte une image des élites politiques dans la Corse de la Troisième République dont le simple constat de l’immuabilité du clan ou de la permanence de dominations sociales et politiques archaïques ne saurait suffire à rendre compte : l’image d’un groupe hétérogène traversé par des conflits et sujet à d’importants changements, tant en ce qui concerne l’origine sociale et professionnelle des élus que les représentations du politique que ceux-ci tentent d’entretenir et de promouvoir.

Les chemins de la notabilité

La politique en héritage

  • 4 Marc ABELES, Jours tranquilles en 89. Ethnologie politique d'un département français, Paris, Odile (...)
  • 5 Pour une analyse détaillée du cas de la famille Gavini : Jean-Louis BRIQUET, « Une histoire de fami (...)

4Le droit à représenter ne se distribue pas au hasard entre les individus et les groupes. L’accès à un mandat électif suppose la détention de ressources sociales spécifiques à partir desquelles se constitue une position d’éligible, c’est-à-dire, pour reprendre l’acception qu’en retient Marc Abélès, le droit localement reconnu à un individu de prétendre légitimement, que cette prétention soit ou non réalisée, à un rôle de représentation politique4. L’appartenance familiale constitue l’une de ces ressources que l’existence en Corse de lignées notabiliaires politiquement très influentes sous la Troisième République manifeste avec peut-être plus de visibilité qu’ailleurs. C’est le cas, pour les plus anciennes d’entre elles, de la famille de Casablanca jusqu’à la fin du XIX° siècle ou de celle des Gavini5, qui compte presque constamment l’un de ses représentants parmi la députation insulaire entre 1871 et 1940. C’est en outre durant la Troisième République que se forment des lignées notabiliaires qui, comme celles des Rocca-Serra ou des Giacobbi, domineront la vie politique de la Corse jusqu’à l’époque contemporaine. Il s’agit dans ce cas de familles de notables ruraux dont l’influence est d’abord très localisée, mais pour les descendants desquelles les investissements scolaires et l’accès aux professions libérales ainsi que la structuration territoriale des entreprises partisanes, permet l’accumulation de ressources notabiliaires et la constitution d’un patrimoine politique d’importance à l’échelle départementale.

  • 6 Max WEBER, Économie et société, Paris, Plon, 1971, vol. 1, p. 298.
  • 7 Pierre BOURDIEU, « La représentation politique. Éléments pour une théorie du champ politique », Act (...)

5L’appartenance familiale apparaît donc comme l’une des conditions de constitution de cette “estime sociale” que Max Weber considère être au fondement de la notabilité quand elle est « convertie en chance d’occuper des fonctions dans une démocratie directe formelle en vertu de la confiance de ses membres »6. A l’origine de la notabilité se trouve en effet la détention d’un capital symbolique, fait de reconnaissance d’un droit statutaire à exercer l’autorité, de renommée et de prestige social que l’élection vient en quelque sorte sanctionner7. La transmission héréditaire des mandats électifs en est une preuve déterminante : l’appartenance à un groupe déjà reconnu comme socialement et politiquement influent permet à l’héritier de disposer d’un patrimoine politique préalablement élaboré, que composent la mémoire des services rendus par les membres du groupe de parenté, les réseaux politiques alliés à ce groupe et prêts à se mobiliser en faveur de celui qui est désigné comme son représentant. On ne s’étonnera donc pas de trouver parmi les quarante-trois parlementaires qui ont représentés la Corse pendant l’entière période de la Troisième République, quinze députés ou sénateurs ayant compté dans leur famille proche un élu local, dans onze des cas lui aussi parlementaire.

  • 8 Georges RAVIS-GIORDANI, Bergers corses. Les communautés villageoises du Niolu, Aix-en-Provence, Edi (...)

6Ce qui vient d’être dit des parlementaires vaut certainement aussi pour les maires et conseillers généraux. Des indications statistiques précises sont malheureusement indisponibles mais tout laisse à penser que les mandats locaux sont pour beaucoup transmis au sein de groupes restreints et notamment le groupe de parenté. Les observateurs sont nombreux à noter le “caractère familial” des luttes politiques en Corse, une opinion que corroborent les analyses anthropologiques du “clan” qui le décrivent comme une coalition de réseaux familiaux à la tête desquels se trouve généralement les membres d’une parentèle localement prédominante8. Il est en effet patent que les engagements clientélaires et les fidélités politiques qu’ils instituent, lient plus les groupes de parenté et les coalitions d’alliés que les individus en propre. Il reste que l’appartenance familiale n’offre à l’héritier politique qu’une présomption de statut qui demande à être validée dans la pratique. La logique des obligations clientélaires est au coeur de cette validation qui implique de la part du notable la capacité à agir conformément aux règles qui valent localement pour instituer et justifier les soutiens et les fidélités politiques, le contraignant pour ce faire à disposer des ressources matérielles et symboliques grâce auxquelles il pourra assurer le rôle qui lui est assigné.

Le travail notabiliaire

  • 9 Sur le rôle des échanges “désintéressés” dans les processus d’accumulation du capital symbolique et (...)

7Les échanges clientélaires sont au coeur de la dialectique des droits et des devoirs qui s’imposent au notable pour que lui soit reconnu le statut auquel il prétend. Le soutien politique consiste pour une large part en la contrepartie des services que ce notable mais aussi des membres de sa parenté ou certains de ses alliés, rend ou a rendu à sa clientèle : prêts d’argent, droit de disposer de ses terres pour y faire paître un troupeau, fermage dont le loyer est volontairement maintenu peu élevé ou dont le paiement n’est pas régulièrement réclamé, aide médicale ou juridique gratuite, recommandations pour un emploi, intermédiation avec les réseaux administratif locaux et nationaux,... L’essentiel cependant est que cet échange soit perçu comme un échange réciproque de faveurs, le vote ou le soutien politique s’exprimant à travers les registres de la fidélité, de l’estime et de la reconnaissance, l’exercice du pouvoir politique prenant la forme du dévouement ou de l’impératif moral guidé par l’excellence statutaire. Le prestige du notable, en ce sens, est d’abord la contrepartie en terme de reconnaissance symbolique de la distribution de ressources matérielles dont les idiomes de la réciprocité et du désintéressement permettent de masquer la nature essentiellement pragmatique et les intérêts pratiques qu’elle satisfait9. Les stratégies notabiliaires visent ainsi principalement à contrôler de telles ressources clientélaires dont la nature et la valeur relative subissent d’importants changements au cours de la Troisième République.

  • 10 Francis POMPONI, « Pouvoir et abus de pouvoir des maires corses au XIX° siècle », Études Rurales, j (...)

8Tant que prédominent dans les communautés villageoises les activités agricoles, c’est-à-dire jusqu’aux premières années du XX° siècle, la propriété terrienne est l’une des ressources principales de la notabilité, quand bien même son importance relative par rapport aux autres ressources clientélaires tend rapidement à se réduire. Les Gavini et les Casablanca sont de gros propriétaire fonciers, dans la région d’Ile-Rousse pour les premiers, dans celle de Bastia pour les seconds dont un préfet note en 1852 « la fortune indépendante et l’excellente réputation » ; il en est de même pour les Rocca-Serra dans la région de Porto-Vecchio. Le contrôle du foncier, s’il s’effectue de manière directe dans le cas des propriétaires terriens, peut encore s’exercer indirectement à travers la gestion, dévolue aux maires, des biens communaux. Il s’agit certainement là, beaucoup plus qu’une hypothétique “passion naturelle” des Corses pour la politique, d’une des raisons de l’âpreté des luttes électorales municipales, remarquée et déplorée par les autorités administratives locales et de nombreux commentateurs de la société insulaire pendant la Troisième République. Le caractère discrétionnaire et politisé de la gestion des biens communaux dans une région où ceux-ci constituent une part considérable des terres disponibles, permet aux détenteurs de mandats municipaux de les utiliser à des fins électorales comme ils sont d’ailleurs souvent accusés de le faire dans l’exercice des autres fonctions liées à leur charge10.

9A mesure que les activités agricoles et pastorales perdent de leur poids dans l’économie traditionnelle des communautés villageoises, les enjeux liés à la maîtrise du foncier sont de moins en moins déterminants. La pression démographique trouvant un exutoire dans l’émigration et les revenus étant de plus en plus liés aux transferts publics, les notables doivent disposer de ressources nouvelles : celles que leur procure le contrôle des institutions administratives locales (Conseil Général, services du Département...), des multiples organismes autour desquels se structure le pouvoir local (chambres de commerce et d’agriculture, caisse locale du crédit agricole...) ou l’intégration dans les réseaux formels et informels de l’appareil d'État (administrations centrales, cabinets ministériels, groupes parlementaires, structures partisanes nationales...) qui permet la distribution des emplois publics et détermine l’efficacité des recommandations. Les “héritiers” des grandes familles notabiliaires ne peuvent d’ailleurs conserver leur influence que s’ils s’adaptent à ces contraintes nouvelles, en multipliant les relations avec l’appareil d'État tout en conservant le contrôle des réseaux du pouvoir départemental par l’intermédiaire de leurs alliés politiques locaux. Ces transformations des activités politiques ont deux conséquences majeures : elles obligent d’abord les notables à des investissements scolaires et professionnels nouveaux qui, tout en légitimant leur prestige social, leur permettent d’intégrer le pouvoir d'État ou de disposer de moyens d’influence sur celui-ci ; elles imposent en outre la formation de réseaux partisans plus structurés, à l’intérieur desquels sont stabilisés les rapports entre “grands” et “petits” élus, entre ceux à qui est dévolue la gestion des rapports avec les clientèles locales et ceux plus spécialement chargés des relations avec le champ du pouvoir d'État.

  • 11 C’est à partir de la notion centrale de “médiation” entre l’espace périphérique et le centre étatiq (...)
  • 12 Ce processus caractérise la disparition du “régime des notables” : Paul VEYNE, Le Pain et le cirque (...)

10La continuité du modèle de domination notabiliaire ne répond donc pas à un modèle de reproduction simple. Le contrôle des ressources clientélaires ne peut s’opérer qu’au prix d’un travail constant d’adaptation aux évolutions des conditions d’exercice de l’activité politique, déterminées d’un côté par les transformations des formes de l’action publique, de l’autre par celles des structures socio-économiques de la société corse. Les ressources politiques pertinentes se transforment rapidement pour n’être plus celles qui valaient dans une économie agricole mais avant tout celles que procurent les transferts de l'État et les possibilités de mobilité sociale et professionnelle qu’offre la fonction publique. Le rôle des grands notables en est profondément transformé, ces derniers devant désormais gérer les médiations entre la société locale et l'État central, à travers notamment les procédures d’allocation des ressources publiques11. Avec la transformation de la nature des ressources clientélaires et les modifications de leur mode d’allocation, ce sont aussi de nouvelles possibilités stratégiques qui sont offertes aux acteurs politiques insulaires pour parvenir à la notabilité. L’accès facilité au système scolaire, les effets de l’émigration qui permet parfois de faire des carrières rapides en dehors de la Corse, le développement de partis politiques organisés qui tissent des relations nouvelles avec les institutions de l'État, l’accroissement de l’interventionnisme public qui multiplie les positions de médiation entre l’espace local et le pouvoir central, tout cela permet de diversifier les ressources constitutives de l’autorité politique comme les stratégies possibles de captation de ces ressources. On assiste ainsi à la “fin des cumuls” dans un groupe social circonscrit, des “supériorités sociales”, moins liée à la “multiplication des échelles de prestige” et à la “spécialisation des tâches professionnelles” qu’à la possibilité offerte à de nouveaux acteurs sociaux d’entrer en possession de ces “supériorités”12.

La fin des cumuls

Les hommes nouveaux

  • 13 Le cas d’Emmanuel Arène (1856-1908), représentant de la Corse de 1881 à sa mort, est à cet égard un (...)

11Dès les débuts de la Troisième République, apparaissent sur la scène électorale insulaire des acteurs politiques étrangers au milieu des “grandes familles”, issus pour la plupart de la moyenne bourgeoisie urbaine, notamment les commerçants et les professions libérales. Les réussites scolaires leur ont permis de prétendre à la légitimité politique et les carrières professionnelles de disposer des ressources clientélaires que procurent l’investissement de l’appareil d'État, l’appartenance à la magistrature ou tout simplement la capacité de mobiliser des réseaux de relations dans les sphères du pouvoir politique ou économique. Ce phénomène est d’autant plus marqué que, la plupart des familles de grands notables corses, notamment les Gavini et les de Casablanca, étant très liées à l’Empire, les opportunistes doivent soutenir leurs concurrents directs pour s’implanter dans l’île. C’est peut-être pour cela que les nouveaux acteurs politiques insulaires se reconnaissent d’abord dans l’opportunisme ou, plus tard, après le ralliement des notables impérialistes à la République, dans la gauche républicaine puis le radicalisme13. La Troisième République permet de ce fait à de nouveaux acteurs politiques de concurrencer les familles notabiliaires sur leur propre terrain, c’est-à-dire selon des stratégies similaires à celles que développent ces familles pour asseoir leur domination. L’accumulation du capital politique s’opère par la distribution des ressources clientélaires nouvelles permises par le contrôle de l'appareil administratif départemental et la proximité au pouvoir d'État. L’excellence scolaire comme la réussite professionnelle sont autant de signes de prestige validant une prétention à la notabilité qui n’appartient plus en propre aux membres des grandes familles notabiliaires. Les réseaux d’élus et d’alliés au sein des structures partisanes en formation viennent enfin suppléer les interrelations pour ainsi dire “naturelles” que les alliances familiales permettaient de créer et de consolider au sein des familles notabiliaires anciennement établies. Les processus d’accès à la notabilité se diversifient donc. Ils autorisent des individus issus de groupes sociaux nouveaux à accéder au marché politique local sans disposer pour autant d’un patrimoine politique familial antérieurement constitué.

  • 14 Voir les tableaux récapitulatifs de ces données en fin de texte.

12Parmi les 43 parlementaires ayant représenté la Corse entre 1880 et 1940, la majorité (28) n’a aucune ascendance politique familiale. Ce sont essentiellement les investissements scolaires qui semblent permettre l’accès à la notabilité. Seuls 5 de ces parlementaires n’ont aucun diplôme ou un simple diplôme d’enseignement primaire alors qu’ils sont 30 à détenir un titre égal ou supérieur à la licence, 6 ont un baccalauréat. Parmi ceux qui ont effectué des études supérieures, la grande majorité a fréquenté la faculté de droit (20), le reste ayant été diplômé de la faculté de médecine (6) et de celle de lettres (3) ; un seul des parlementaires de la Corse a obtenu un titre de la faculté de sciences. Les investissements scolaires expliquent que ces parlementaires exercent, dans leur quasi-totalité, des professions valorisées, source de prestige et d’influence. On compte ainsi 11 avocats, 7 professions intellectuelles, essentiellement des enseignants du supérieur ou des journalistes, 6 médecins, 6 industriels ou gros commerçants, 4 magistrats et 4 hauts fonctionnaires, 4 rentiers et un agriculteur, il s’agit d’un gros propriétaire terrien issu d’une importante famille de la région d’Ajaccio anoblie sous l’Empire. Il faut remarquer enfin que le lieu d’exercice de la profession n’est pas, dans un grand nombre de cas, le lieu d’élection : 21 des parlementaires insulaires exercent en Corse mais ils sont 22 à travailler hors de l’île. Si nous ne disposons pas, pour les conseillers généraux, d’indications précises quant à leur héritage politique familial, l’examen des professions qu’ils exercent permet cependant de remarquer que l’accession à un mandat cantonal paraît fortement liée à la détention d’un statut professionnel valorisé, lui-même étroitement dépendant des réussites scolaires. Les médecins sont largement majoritaires dans le groupe des conseillers généraux dont ils composent entre le tiers en 1913 et 1924 et le quart en 1905 et 1938. Moins remarquable, la proportion des avocats est cependant importante comme l’est celle des magistrats et hauts fonctionnaires, l’ensemble des professions juridiques et administratives étant représenté de manière à peu près équivalente à celle des médecins avec un maximum de plus d’un tiers en 1905 et un minimum d’un quart en 193814.

13C’est donc surtout par l’importance de leurs investissements scolaires que les membres de la bourgeoisie capacitaire peuvent accéder à la notabilité. Les signes du prestige, excellence scolaire, maîtrise de la culture, autorité morale que confère un statut professionnel valorisé,... ne sont plus seulement réservés aux membres des grandes familles corses mais aussi à ceux des individus issus de la moyenne bourgeoisie insulaire en mobilité sociale ascendante. Dans le même sens, les possibilités d’accès au pouvoir d'État se diversifient par l’intermédiaire principal des réseaux partisans. Pour nombre de parlementaires, l’insertion dans les structures dirigeantes d’un parti politique national devient une condition nécessaire au déroulement de la carrière, non pas tant qu’elle permette de disposer de ressources collectives abstraites dont ces parlementaires seraient les dépositaires temporaires et dont la détention leur assurerait un capital électoral pour ainsi dire délégué mais parce qu’elle est indispensable à leur insertion dans l’appareil d'État, dans les commissions parlementaires ou à des postes ministériels.

Partis et réseaux partisans

14Les “chefs de parti” sont donc de plus en plus amenés à privilégier leur carrière nationale, réservant la gestion du capital électoral local à leurs représentants régionaux, notables intermédiaires qui, s’ils bénéficient de leurs alliances avec les parlementaires pour assurer leur domination territoriale, sont indispensables à ceux-ci pour conserver leurs mandats. Au niveau régional, les affiliations partisanes remplissent ainsi des fonctions similaires à celles que pouvaient assurer les alliances familiales dans le cas des grandes familles notabiliaires. Les entreprises politiques locales, sous la forme d’agencements pyramidaux de réseaux territoriaux contrôlés par des notabilités locales, permettent une nouvelle forme de division du travail de gestion d’un patrimoine politique qui n’est plus spécifiquement familial mais détenu par des organisations politiques spécialisées et les leaders qui les incarnent. L’espace des stratégies politiques possibles s'en trouve élargi, quand l’adhésion à un parti politique permet de disposer de ressources nouvelles, celles notamment que procure une position de médiation entre les populations locales et les parlementaires régionaux, introduits et influents dans les réseaux de l’appareil d'État.

15Le cas du “parti landryste” est à cet égard symptomatique. A ses dirigeants les plus importants, Adolphe Landry et César Campinchi, sont réservées pour l’essentiel les fonctions nationales et le contrôle des réseaux de l’appareil d’État qui permettent la maîtrise des ressources clientélaires, les emplois dans la marine par exemple dont ils dirigent tous deux l’administration en tant que ministres à des périodes différentes et l’influence sur les décisions publiques affectant la Corse. Adolphe Landry préside à partir de 1924 la commission parlementaire « chargée d’examiner les projets ou propositions relatifs à la mise en valeur du département de la Corse ». Pouvant bénéficier à certains de ses habitants, l’action du même Landry en faveur de l’aide aux familles, des assurances sociales et des retraites ouvrières est largement publicisée en Corse comme l’est celle de son gendre en faveur de l’amélioration des pensions civiles et militaires dans le milieu des années trente. Ces “chefs de parti” sont souvent absents de Corse où ils ne résident pas et n’exercent pas leur activité professionnelle. Un informateur, racontant en ces termes une visite d’Adolphe Landry dans un village proche d’Ajaccio à la veille d’élections législatives en 1936, fait clairement percevoir la distance qui existait alors entre nombre des parlementaires et leurs électeurs : « Landry est arrivé chez nous, à Sainte-Marie-Sicché, avec sa fille ; une fille très distinguée... Il était très froid, très distant ; peu de gens le connaissaient dans le village ; on ne le voyait que très rarement, avant les élections importantes ou quand c’étaient des élections locales très disputées (...). (Landry) n’apparaissait qu’au moment des élections, c’était un personnage lointain pour les villageois. Il faisait le tour du village avec le maire, parfois quelques amis... C’est avec eux qu’il faisait les transactions ; avec les habitants, il ne disait jamais rien, ils devaient passer par le chef de parti du village ou du canton qui était allié à Landry. A cette époque en Corse, on atteignait les chefs de clan par leurs lieutenants locaux (les maires, les conseillers généraux ou tout simplement leurs amis politiques) qui étaient les véritables potentats locaux, l'ossature du clan... ».

  • 15 Frederick George BAILEY, Les Règles du jeu politique, Paris, PUF, 1971, chapitre 8.

16Ce sont donc les notables intermédiaires qui assurent la gestion territoriale de l’électorat et orientent les mobilisations politiques en relation avec leurs leaders. Les affiliations partisanes modèlent de telles relations, consolidant les réseaux autour desquels se structurent les entreprises politiques, assurant leur permanence et leur possible identification par le biais d’une étiquette partisane qui fonctionne comme marque distinctive de réseaux politiques locaux. Les réseaux partisans se forment ainsi à partir de la structure pyramidale du “clan” qui intègre les groupements politiques au niveau municipal, cantonal et départemental, selon un mécanisme proche de celui que Frederick G. Bailey nomme “l’emboîtement” par le moyen des “intermédiaires”15 : les leaders locaux, chacun à son échelon territorial, opèrent la médiation entre les réseaux qu’ils contrôlent et les réseaux partisans plus vastes à la tête desquels se trouvent les “grands” notables. Les échanges clientélaires opère la stabilisation et la reproduction d’une telle structure entre les différents niveaux territoriaux et à l’intérieur de chacun d’entre eux pris séparément.

  • 16 Max WEBER, Économie et Société,... op. cit., p. 299.

17Contrairement à ce que laisse entendre Max Weber, la domination des notables peut donc subsister alors même que l’activité politique devient plus “technique” en se basant principalement sur « des tâches administratives exigeant et une formation spécialisée et une continuité de direction »16. L’acquisition d’une compétence technique ainsi que la spécialisation professionnelle peuvent en effet être envisagées comme des ressources de prestige à partir desquelles les notables fondent leur influence : d’abord, parce qu’en permettant la distribution clientélaire de biens publics, elles contribuent à accroître l’estime qui leur est portée par ceux qui en bénéficient ; ensuite parce que la réussite scolaire et professionnelle qui permet d’accréditer l’idée de compétence participe de l’accumulation des signes de prestige à l’aide desquels ils valident leur prétention à un statut et légitiment leur droit à la domination.

18Il reste que ces mêmes processus laissent la possibilité à des acteurs politiques nouveaux de se réclamer d’une légitimité formellement identique à celle que revendiquent les notables traditionnels pour prétendre à l’exercice du pouvoir. La nature de la notabilité s’en trouve ainsi profondément transformée : les voix d’accès à cette notabilité se diversifient et l’appartenance à une dynastie notabiliaire, si elle demeure une ressource majeure dans la compétition électorale, n’est plus une condition nécessaire pour s’y affirmer. Il demeure toutefois impossible de parler à ce propos de “fin des notables”. Car la domination notabiliaire n’est pas une forme politique stable dont les caractéristiques seraient immuables. Elle est plutôt le résultat d’un processus : celui qui permet à des membres de groupes sociaux et familiaux particuliers de conserver des positions de pouvoir et de reproduire les conditions de leur domination en s’adaptant aux évolutions de la compétition politique. L’échec de cette adaptation explique la disparition de la scène politique de certaines familles notabiliaires : soit que, peu sujettes à valoriser les investissements scolaires comme moyen de reproduction de leur statut, elles aient été victimes de l’ascension des groupes sociaux concurrents, soit qu’elles aient, par un effet classique “d’hystérésis”, privilégié parmi leurs ressources celles dont la valeur s’est considérablement détériorée à partir des débuts du XX° siècle, la terre notamment, et n’aient plus été, par là, en mesure de valider leurs prétentions statutaires.

Les formes clientélaires de la politisation

La politique au concret

  • 17 Pierre GREMION, Le Pouvoir périphérique,... op. cit. ; François DUPUY et Jean-Claude THOENIG, L’Adm (...)
  • 18 Émile DURKHEIM, Leçons de sociologie, Paris, PUF, 1950, p. 86 et s.
  • 19 Bernard LACROIX, « Ordre politique et ordre social », Madeleine GRAWITZ et Jean LECA (dir.), Traité (...)

19Du tableau qui vient d'être tracé dans ses traits principaux, il serait tentant de déduire le caractère “primitif” de politique insulaire, la nature “traditionnelle” des formes de politisation induites par la domination notabiliaire. Un tel jugement cependant ne pourrait être tenu qu’en référence, implicite ou explicite, à une conception de la modernisation politique qui confond les modèles de justification idéalisés que les institutions auxquelles est identifiée la modernité (partis politiques, bureaucraties publiques, organes de l'État,...) tendent à donner d’elles-mêmes et les modalités effectives de l’activité de ces institutions, un modèle qui identifie donc la modernisation à la réalisation progressive de l’idéal bureaucratique de neutralité et d’efficacité ainsi qu’à celle de l’idéal républicain qui fait de l’expression de la conscience civique libérée des contraintes de la tradition et guidée par la raison éclairée la seule manifestation légitime de l’opinion politique. Les processus d’étatisation et les formes de politisation qu’ils génèrent ne peuvent cependant pas être assimilés à la réalisation des idéaux que mettent publiquement en avant les institutions et les agents qui prennent une part active à ces processus. Comme le montre par exemple la sociologie des administrations, il y a loin en effet entre les logiques explicitement affirmées pour justifier la conduite des activités publiques et celles, en général implicites, qui en gouvernent effectivement la mise en pratique17. Il y a loin également entre les modèles de légitimation des activités politiques tels que les énoncent les discours publics des élus ou que les décrivent les mesures officielles des “opinions” et les investissements pratiques qui guident ces activités. Car la politique n’apparaît pas dans un territoire donné et pour des agents particuliers sous la forme exclusive de visions du monde et d’idéologies, de catégories morales et de principes autonomes de classification du monde social (droite et gauche, réaction et progrès, tradition et modernité,...), mais sous l’aspect des activités concrètes des institutions et par l’intermédiaire des détenteurs de rôles qui se donnent à voir comme proprement politiques, les administrations publiques ou les collectivités locales d’un côté, les élus et les agents de l'État de l’autre. En cela l’analyse de la politisation est inséparable de celle de l’activité concrète de l'État, appréhendé non comme le lieu d’énonciation et de réalisation d’une “conscience collective supérieure”18 mais à partir de « la forme pratique des entreprises (...) à travers lesquelles se manifeste son existence concrète »19.

20Si l'État se présente d’abord aux citoyens par le moyen de ses entreprises concrètes, il se donne avant tout à voir, dans le cas de la Corse, comme un donneur d’emploi (fonction publique, armée), un pourvoyeur de prestations financières (pensions, aides sociales, subventions) ou un acteur de l’intervention économique par le biais des entreprises de modernisation qu’il prend en charge. C’est dans la manière dont s’établissent les conduites des individus face aux ressources que procurent les activités de l'État, aux systèmes d’action inédits qui s’instituent à la faveur des transformations de ces activités, que s’opèrent les processus de politisation. Cherchant à accéder aux biens publics, confrontés à des règles changeantes pour l’attribution de ces biens, s’initiant à des technologies politiques nouvelles, notamment le vote ou la protestation, les acteurs sociaux font ainsi l’apprentissage de la politique comme l’une des dimensions constitutives de leurs expériences quotidiennes. Dans le même temps, les catégories normatives abstraites qui soutiennent les activités de l'État et celles de ses représentants étant au principe des réalisations concrètes de la puissance publique, ces catégories prennent forme et sens pour les acteurs sociaux, quand bien même elles sont réévaluées en fonction des usages effectifs dont elles font l’objet. Le travail notabiliaire peut à ce titre participer au processus de politisation, quand la médiation qu’effectuent les notables entre le centre étatique et la société locale porte à réinterpréter les enjeux locaux et les formes de leur traitement à la lumière des nouvelles catégories cognitives et des nouveaux modes de justification qui valent dans le champ politique.

21L’apprentissage de la politique passe donc, durant la Troisième République, par celui des conséquences concrètes de l’action publique et de celle des élus sur la quotidienneté des populations et les enjeux qui la structurent. L’exemple corse semble ici ne pas être exceptionnel. Il se caractérise cependant par la constitution d’un intérêt pour la politique à partir de la médiation clientélaire, celle-ci n’étant pas simplement le reliquat d’un “archaïsme” qui s’opposerait aux formes modernes de l’activité politique mais un mode particulier d’introduction de cette “modernité” dans un territoire marqué par un très faible développement économique, une forte émigration et l’absence corrélative de formes organisationnelles de la mobilisation politique qui, comme les syndicats ou les partis ouvriers, imposent des nouveaux registres pour l’action et de nouvelles légitimités pour le lien politique. C’est ainsi que des systèmes de représentation proprement politiques s’inscrivent dans la vie quotidienne des populations insulaires et deviennent des catégories d’interprétation pour cette quotidienneté.

Les expressions de l’identité

22C’est enfin à travers les relations clientélaires avec les notables que peuvent s’élaborer les identités partisanes. Certes, la totalité des observateurs de Corse de la Troisième République font remarquer que la politique y est avant tout une “affaire personnelle”, par là étrangère aux considérations idéologiques et programmatiques qui conduisent les opinions “véritables”. Quand certains de ces observateurs nient l’existence en Corse des “combats d’idées” ou des “luttes d’opinion”, la négation ne vise cependant pas l’existence de ces idées et opinions mais leur mode d’appropriation présenté comme illégitime. L’expression politique est désapprouvée non pas en tant que telle mais comme résultat des relations de patronage qui la génèrent. C’est en ce sens qu’il faut entendre les condamnations des manières de faire de la politique en Corse, celles des préfets comme celles qui opposent la “bonne” à la “mauvaise” politique, les idées librement émises aux obligations claniques et aux fidélités notabiliaires.

23Il reste que les catégories idéologiques et les marques partisanes ne sont pas, loin de là, étrangères à la vie politique insulaire. Elles transparaissent dans les discours des élus et dans les symboles qu’ils mobilisent pour signifier leurs positions dans l’espace politique national, se démarquer de leurs adversaires ou exprimer une continuité par rapport à des réseaux politiques locaux dont les populations gardent la mémoire. Les supports expressifs qu’elles utilisent (marques partisanes, slogans, références historiques, lieux symboliques,...) sont partie prenante des rituels politiques. A travers l’affirmation de son appartenance à un parti, ne serait-il qu’un parti local, son attachement aux marques qu’il utilise pour se désigner, c’est l’ensemble hétérogène des motivations du lien politique qui trouve à s’exprimer, qui se transforme en sentiment cohérent d’identité politique. La médiation notabiliaire joue à ce propos un rôle majeur. L’attachement ou la dépendance à un “chef de parti” détermine pour une large part les identifications partisanes ainsi que l’appartenance aux réseaux locaux qui se sont politisés. Mais les relations et les continuités qui s’établissent entre ces réseaux sont identifiées par la permanence d’un sigle partisan et de symboles expressifs qui lui sont liés. Le sentiment politique en arrive par là à recouvrir des relations qui devraient, en théorie, lui être étrangères : les conflits entre familles, les dépendances matérielles, les solidarités locales, les amitiés et les inimitiés, bref, un ensemble de rapports sociaux localisés qui peuvent ainsi s’ordonner politiquement.

24La permanence de la domination notabiliaire ne peut donc pas être considérée comme le résultat de la simple résistance d’une société périphérique traditionnelle à des impulsions modemisatrices imposées par le centre étatique. Outre que le pouvoir des notables se nourrit pour ainsi dire de cette modernisation, ces derniers utilisant les ressources dégagées par l’action publique pour accroître leur influence, il participe en même temps à l’imposition, sur un territoire déterminé, des catégories symboliques qui font la “politique moderne”, qu’il s’agisse de celles qui légitiment l’action publique ou de celles qui gouvernent les choix partisans et permettent l’expression des opinions. Loin d’être la manifestation de la persistance de la tradition ou de la résistance au changement de sociétés “archaïques”, la domination notabiliaire apparaît ainsi comme le résultat de la forme particulière que peut prendre le processus de modernisation dans des territoires déterminés, quand bien même cette forme s’éloigne considérablement des modèles auxquels, selon les idéalisations et les légitimations qui la soutiennent, la modernité politique devrait répondre.

Tableau 1. Les parlementaires corses sous la Troisième République (Données sociographiques)

Tableau 1. Les parlementaires corses sous la Troisième République (Données sociographiques)

Sources : Edgar BOURLOTON, Gaston COUGNY et Adolphe ROBERT, Dictionnaire des parlementaires français (1789-1889), Paris, Bourloton, 1889-1891 ; Jean JOLLY (dir.), Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), Paris, PUF, 1960-1977.

Tableau 2. Les professions des conseillers généraux de la Corse (1905-1938)

1905

1913

1929

1938

Médecins

19

15

16

21

Avocats

11

14

11

7

Magistrats, hauts fonctionnaires

11

7

9

9

Enseignants, professions intellectuelles

1

5

6

5

Industriels, commerçants

6

6

5

4

Militaires (officiers)

2

0

1

1

Propriétaires

8

9

9

9

Rentiers

1

2

2

2

Profession inconnue

3

4

3

4

Source : Procès-verbaux du Conseil Général de la Corse.

Notes

1 Francis POMPONI, « A la recherche d’un invariant historique : la structure clanique de la société corse », Pieve e Paese. Communautés rurales corses, Marseille, CNRS, 1978, p. 7-30.

2 Pour une telle conception de la modernisation politique dans la France de la Troisième République : Eugen WEBER, La Fin des terroirs. La modernisation de la France rurale, Paris, Fayard, 1983, chapitre 15.

3 Pierre GREMION, Le Pouvoir périphérique, Paris, Seuil, 1976, p. 261.

4 Marc ABELES, Jours tranquilles en 89. Ethnologie politique d'un département français, Paris, Odile Jacob, 1989.

5 Pour une analyse détaillée du cas de la famille Gavini : Jean-Louis BRIQUET, « Une histoire de famille. La gestion familiale d’un patrimoine politique (le cas d’une famille de grands notables corses : les Gavini) », Claude PATRIAT et Jean-Luc PARODI (dir.), L’Hérédité en politique, Paris, Economica, 1992, p. 155-169.

6 Max WEBER, Économie et société, Paris, Plon, 1971, vol. 1, p. 298.

7 Pierre BOURDIEU, « La représentation politique. Éléments pour une théorie du champ politique », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, février-mars 1981, no 36-37, p. 18 et s.

8 Georges RAVIS-GIORDANI, Bergers corses. Les communautés villageoises du Niolu, Aix-en-Provence, Edisud, 1983, p. 112 et s. et p. 398 et s. Pour l’analyse anthropologique du “clan” : Gérard LENCLUD, « Des idées et des hommes. Patronage électoral et clientélisme politique en Corse », Revue Française de Science Politique, octobre 1988, p. 770-782.

9 Sur le rôle des échanges “désintéressés” dans les processus d’accumulation du capital symbolique et dans la légitimation des rapports de domination : Pierre BOURDIEU, Le Sens pratique, Paris, Minuit, 1981.

10 Francis POMPONI, « Pouvoir et abus de pouvoir des maires corses au XIX° siècle », Études Rurales, juillet-décembre 1976, no 63-64, p. 153-169.

11 C’est à partir de la notion centrale de “médiation” entre l’espace périphérique et le centre étatique que la littérature anthropologique analyse le rôle des notables ou des “patrons” dans les phases de construction et de développement des états modernes : Jeremy BOISSEVAIN, Friends of Friends. Networks, Manipulators and Coalitions, Oxford, Basil Blackwell, 1974.

12 Ce processus caractérise la disparition du “régime des notables” : Paul VEYNE, Le Pain et le cirque, Paris, Seuil, 1976, p. 117-118.

13 Le cas d’Emmanuel Arène (1856-1908), représentant de la Corse de 1881 à sa mort, est à cet égard un cas exemplaire : Xavier VERSINI, Emmanuel Arène, roi de la Corse sous la Troisième République, Ajaccio, La Marge, 1983.

14 Voir les tableaux récapitulatifs de ces données en fin de texte.

15 Frederick George BAILEY, Les Règles du jeu politique, Paris, PUF, 1971, chapitre 8.

16 Max WEBER, Économie et Société,... op. cit., p. 299.

17 Pierre GREMION, Le Pouvoir périphérique,... op. cit. ; François DUPUY et Jean-Claude THOENIG, L’Administration en miettes, Paris, Fayard, 1985.

18 Émile DURKHEIM, Leçons de sociologie, Paris, PUF, 1950, p. 86 et s.

19 Bernard LACROIX, « Ordre politique et ordre social », Madeleine GRAWITZ et Jean LECA (dir.), Traité de Science Politique, Paris, PUF, 1982, p. 481.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Les parlementaires corses sous la Troisième République (Données sociographiques)
Légende Sources : Edgar BOURLOTON, Gaston COUGNY et Adolphe ROBERT, Dictionnaire des parlementaires français (1789-1889), Paris, Bourloton, 1889-1891 ; Jean JOLLY (dir.), Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), Paris, PUF, 1960-1977.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/17377/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 218k

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.