Version classiqueVersion mobile

Élites et pouvoirs locaux

 | 
Bruno Dumons
, 
Gilles Pollet

Première partie. Élites politiques et administratives

Les avocats lyonnais et la République (1870-1914) : la tentation du pouvoir et du contre-pouvoir

Catherine Fillon

Texte intégral

  • 1 Alexis de TOCQUEVILLE, De la démocratie en Amérique, Paris, Ponteil, s.d., p. 28.

1Divers facteurs ont été mis en avant afin d’expliquer le rôle clef dans l’histoire de la Troisième République tenu par les avocats. Tocqueville lui-même, dans De la démocratie en Amérique avait fourni une explication fort séduisante dans sa forme littéraire mais bien peu scientifique au demeurant pour justifier la montée des avocats en politique au cours du XIX° siècle : « Depuis l’écroulement de la monarchie, la France est veuve ; le Code Napoléon a fait les Français orphelins ; les défenseurs de la veuve et de l’orphelin deviennent naturellement les défenseurs de la Cité »1.

  • 2 Pierre BIRNBAUM, Les Sommets de l'État, Paris, Seuil, 1977, p. 40.

2Plus mauvaises langues, les pamphlétaires, journalistes et romanciers ont pu voir dans les habitudes professionnelles de l'auxiliaire de justice les raisons de son excellente implantation à la tête de l'État. Parce qu’ils vivent de l’art de la parole, parce que le prétoire leur a enseigné celui de la controverse, les avocats seraient dans un régime démocratique et parlementaire tout naturellement à même de séduire l’électorat. Les politologues ont pour leur part avancé des raisons beaucoup plus prosaïques mais qui paraissent beaucoup plus convaincantes. D’aucuns ont, en effet, souligné l’importance que peut revêtir le mode de scrutin dans la constitution des élites de la nation. Le système retenu sous la Troisième République, à savoir le scrutin d’arrondissement, suppose chez le candidat à l’élection une forte assise dans sa circonscription. Les professions libérales, notamment les médecins et les avocats, disposent en général de cette assise, dans la mesure où ils sont obligés de constituer à leur profit, pour des raisons strictement professionnelles, des réseaux de clientèle. Pierre Bimbaum, à qui l’on doit cette analyse, notait en outre que l’une des caractéristiques de ce nouveau personnel issu du suffrage universel résidait dans le fait qu’avant de briguer les fonctions de représentants de la nation ces hommes avaient préalablement occupé des fonctions électives locales : « ...plus des deux tiers des députés élus entre 1900 et 1940 détenaient, avant même leur élection, des sièges de conseillers municipaux ou généraux. Un cursus spécifique se met dès lors en place sous la Troisième République, qui accentue le caractère localiste du Parlement : le représentant de la nation est d’abord l’élu des conseillers municipaux ou départementaux »2.

3L’étude qui sera ici succincte, des itinéraires des différents représentants du département du Rhône issus du barreau ou des aspirants malheureux à cette fonction entre 1870 et 1914 confirme bien que les mandats locaux peuvent jouer le rôle de tremplin aux ambitions nationales des avocats mais également de refuge en cas de désaveu aux élections législatives. Cependant, compte tenu de la complexion politique particulière du département du Rhône, on ne pouvait laisser de côté les nombreux avocats qui, condamnés à l'échec électoral en raison de leurs opinions très catégoriquement antirépublicaines, ont développé des stratégies locales visant à lutter contre la républicanisation qu’une administration départementale et plus encore une municipalité lyonnaise fortement ancrée à gauche défendaient pour leur part.

La participation des avocats lyonnais aux pouvoirs publics locaux

  • 3 Archives du Barreau de Lyon (ABL), Registre des délibérations du Conseil de l’Ordre, septembre-oct (...)

4Dès les premières semaines d’existence du gouvernement de défense nationale, le barreau de Lyon remplit parfaitement son rôle de vivier du nouveau régime. Une vingtaine d’avocats désertent la profession pour accéder à des fonctions administratives ou judiciaires de première importances3. Parmi eux, quatre hommes, Édouard Millaud, François Varambon, Louis Andrieux et Philippe Le Royer sont nommés à des postes stratégiques au parquet de la cour d’appel de Lyon et à celui de la cour d’appel de Besançon.

  • 4 Laurent BONNEVAY, Histoire politique et administrative du Conseil Général du Rhône, 1790-1940, Lyo (...)

5S’ils n’exerceront que de façon fort brève les attributions auxquelles le gouvernement de défense nationale les a appelés, ils vont entamer de longues carrières politiques qui les conduiront, via la représentation parlementaire, jusque dans les sphères gouvernementales. Élus le 8 février 1871 à l’Assemblée Nationale, Le Royer et Andrieux n'avaient pas négligé, pour les deux derniers dès le mois de septembre 1870, leur implantation locale. Louis Andrieux et Philippe Le Royer avaient fait leur entrée au Conseil Municipal de Lyon dès le 15 septembre 1870. Édouard Millaud portera pour sa part sa faveur sur le Conseil Général du Rhône où il est élu représentant du canton de Thizy en octobre 18714. Quant à François Varambon, appelé à devenir en 1876 député de la 5ème circonscription, il avait depuis longtemps devancé ses confrères dans cette voie : il était depuis 1861 conseiller général du 8ème canton de Lyon.

6Pour ces personnages qui s’étaient fait connaître depuis plusieurs années à l’attention de leurs concitoyens en raison de leurs opinions très ouvertement hostiles à l’Empire, l’intégration aux pouvoirs publics locaux visait certainement plus à leur assurer un refuge politique dans le trouble contexte des débuts du régime qu’à être un moyen d’apprentissage politique. Il n’en demeure pas moins que dès 1870 le pli est pris : leurs confrères qui obtiendront régulièrement les suffrages des électeurs du département du Rhône dans le but de les représenter à la Chambre ou au Sénat auront au préalable siégé dans les instances locales avant d’accéder au statut parlementaire. La règle est invariable, quelle que soit par ailleurs la couleur politique du candidat. Les radicaux Marius Thévenet, Émile Bender, Justin Godart feront leurs premières armes politiques dans la gestion municipale puis, pour les deux premiers, au Conseil Général. Le schéma est identique pour les libéraux et progressistes Alphonse Gourd, Antonin Gourju et Laurent Bonnevay. Les socialistes Marius Moutet, Henri Palix et Joannès Marietton ne dérogent pas davantage à la règle.

7Bien plus que le Conseil Municipal de Lyon, le Conseil Général du Rhône paraît avoir offert, plus particulièrement aux avocats représentant la droite modérée, des opportunités de détenir durablement un mandat local. Ainsi, Alphonse Gourd qui entre au Conseil départemental en 1894, y siégera jusqu’à la veille de sa mort survenue en 1925. Antonin Gouiju, entré au même conseil en 1898, s’y maintient plus de vingt années consécutives. Le détenteur du record absolu de longévité dans les fonctions de conseiller général du Rhône demeure Laurent Bonnevay : élu pour la première fois en 1904, il conserve ses fonctions jusqu’à son décès qui survient en 1951. Il n’y a guère pour les radicaux qu'Émile Bender qui puisse rivaliser avec ses confrères : l’avocat, maire d’Odenas, élu à la députation en 1907 entre au Conseil Général en 1913. Il en conservera la présidence durant quinze ans pendant l’entre-deux-guerres.

  • 5 Claudette GOYET, Robert MARTIN et Gérard SOULIER, Les Conseillers municipaux de Lyon, 1884-1953, L (...)
  • 6 Archives Départementales du Rhône (ADR), série 3 M.

8Le Conseil Municipal d’une cité de l’importance de Lyon n’offre à l’évidence pas les mêmes avantages de stabilité politique : le renouvellement du personnel municipal est important d’une élection à l’autre. De plus, si les électeurs de Lyon ont dès le début de la Troisième République placé leur confiance dans des avocats pour les représenter à l’échelon national, ils semblent avoir été plus réticents à leur confier massivement des fonctions municipales. De 1884 à 1896, le nombre d’avocats conseillers municipaux oscille entre 2 et 4 sur un total de 54 conseillers5. Il n’augmente sensiblement qu’à partir de 1900 (il passe alors à 7) pour culminer en 1908 à 9. Pourtant les candidatures n’avaient pas manqué. L’analyse de celles-ci entre 1900 et 1912 révèle qu’une trentaine d’avocats, à raison de 12 à 15 par scrutin, ont pu briguer les suffrages de leurs concitoyens6. Sachant que le barreau de Lyon compte entre 200 et 230 avocats dans la première décennie du XX° siècle, voilà qui permet de conclure qu’environ 15 % d’entre eux ont pu ressentir à un moment ou à un autre des aspirations à la carrière politique locale.

9L’analyse des candidatures aux élections locales ou nationales atteste encore que la condition sine qua non pour rallier les suffrages des électeurs du Rhône était la profession de foi républicaine du candidat, quelle que soit par ailleurs la coloration de ce républicanisme. Toute condamnation explicite des institutions ou de l’esprit républicain offrait de fortes chances de conduire à l’échec électoral. Certains avocats catholiques et viscéralement antirépublicains en firent l’amère expérience dans les années qui suivirent la fin de l’Ordre Moral. La quasi-impossibilité dans laquelle ces avocats se trouvaient d’accéder à des mandats locaux et/ou nationaux les incita à chercher d’autres voies pour exercer à l’échelle de la cité une sorte de contre-pouvoir.

Le parti du refus de la république et ses stratégies d’action locale

10Ce parti du refus de la République n’est certes pas exclusivement composé d’avocats ; il intéresse également des industriels, des grands propriétaires fonciers mais les avocats sont nombreux à lui appartenir. De surcroît, c’est autour de deux grands noms du barreau lyonnais que ces catholiques intransigeants se regroupent spontanément. Le premier chef de file du mouvement est en effet le bâtonnier Lucien-Brun. Lorsqu’il décède en 1898, c’est un autre avocat, appelé à devenir à son tour bâtonnier en 1900, Charles Jacquier qui lui succède à la tête du mouvement.

  • 7 ADR, série V 14 (2).

11Lucien-Brun, né en 1822 à Gex, ancien élève du collège des Jésuites de Fribourg, légitimiste convaincu, devient en 1860 le conseiller politique du prétendant au trône. Ses confrères le portent à la tête de l’Ordre des avocats de Lyon en 1870 et, à l’issue des élections du 8 février 1871, il est élu dans l’Ain à l’Assemblée Nationale. Il siégera ensuite au Sénat, à partir de 1877, en qualité de sénateur inamovible jusqu’à son décès. Son successeur à la tête du mouvement catholique lyonnais, Charles Jacquier, n’est pas davantage un lyonnais de pure extraction. Né en 1845 à la Clayette, cet ancien élève du collège des Jésuites de Mongré appartient lui aussi à une famille de royalistes convaincus, apparentée à la famille Déchelette, son cousin, Eugène Déchelette, sera évêque auxiliaire de Lyon puis d’Évreux. Charles Jacquier arrive à Lyon en 1869, après avoir commencé sa carrière au barreau de Paris où il avait été le secrétaire du brillant défenseur de la monarchie, Berryer. Cet illustre patronage lui ouvrit probablement toutes grandes les portes du barreau de Lyon comme celles des grandes familles catholiques lyonnaises. Contrairement à Lucien-Brun, Charles Jacquier n’a jamais cherché à s’exposer à la sanction du suffrage universel. Cependant, dès son arrivée dans la capitale des Gaules, il assume un grand nombre de responsabilités aux côtés de son confrère dont il apparaît ultérieurement comme le successeur désigné. Le rapport de police du 16 juin 1896, relatif à la consécration de la nouvelle basilique de Fourvière, notait de manière significative que l’on pouvait voir, menant le cortège, « M. Lucien-Brun, sénateur avec le cordon de Saint Grégoire en sautoir, Jacquier, commandeur de Saint Grégoire »7.

  • 8 Léopold NIEPCE, La Magistrature lyonnaise de 1771 à 1883, Paris, Larose et Forcel, 1885, p. 150.

12Lucien-Brun et Charles Jacquier sont suivis dans leur action par bon nombre de leurs confrères. Entre vingt et trente avocats lyonnais sont concernés pour la période qui nous intéresse. Cette stabilité numérique sur presque un demi-siècle tient au fait que le groupe se renouvelle notamment en raison des transferts qui s’effectuent à partir de 1880 de la magistrature locale en direction du barreau. En effet, la républicanisation de la magistrature, entamée à partir de 1880 et placée sous le signe de l’anticléricalisme, a poussé de nombreux magistrats à démissionner. Les démissionnaires trouvèrent tout naturellement un gagne-pain au barreau, en même temps qu’un accueil souvent très chaleureux8. Le renouvellement de ce groupe d’avocats catholiques est encore facilité, jusqu’en 1914, du fait d’une tendance assez forte à une double hérédité. L’hérédité professionnelle — il existe de véritables dynasties d’avocats — s’accompagne presque automatiquement d’une hérédité de convictions politiques et religieuses. Bien des fils reprennent donc la robe portée par leur père en même temps que le flambeau de la cause catholique : c’est le cas, entre autre exemple, des trois fils du bâtonnier Lucien-Brun. Il arrive même, lorsque les fils se dérobent, que l’on confie à ses gendres le soin de perpétuer la double tradition de la robe noire et du catholicisme conservateur. Ainsi, le bâtonnier Brac de la Perrière maria-t-il deux de ses filles à de jeunes confrères qui partageaient à l’évidence l’essentiel de ses convictions et furent appelés à succéder à leur beau-père à la tête de bien des oeuvres qu’il animait. Même si les deux chefs de file du mouvement sont des légitimistes notoires, il ne faut pas pour autant conclure que tous leurs confrères partageaient exactement les mêmes opinions politiques. Le ciment qui unit entre eux ces adversaires farouches de la République, n’est pas à strictement parler politique, il est essentiellement religieux et il se confond avec une certaine conception du catholicisme.

  • 9 Pierre RAVIER du MAGNY, Charles Jacquier, L'éloquence faite homme, Lyon, Vitte, 1930, p. 29.
  • 10 Revue Catholique des Institutions et du Droit, 1875, p. 303.

13Les horizons politiques dont proviennent ces avocats, sont en effet fort divers. Venus pour les uns du monarchisme légitimiste, c’est le cas de Lucien-Brun, de Charles Jacquier et de Laurent-Paul Brac de la Perrière, pour d’autres de l’orléanisme, c’est le cas de Paul Arcis ou de Régis Flachaire de Roustan, voire du bonapartisme, Victor Duquaire par exemple, ces hommes auraient eu bien des raisons partisanes de ne pas unir leurs efforts. La cohésion politique, faible dans les premières années de la Troisième République, ne sera pas spécialement renforcée dans les années qui suivront. Certains avocats s’engageront ostensiblement dans le camp de l’Action Française, c’est le cas de Régis Flachaire de Roustan et de Henry Moinecourt alors que certains de leurs confrères, à l’image de Charles Jacquier, se bornent à soutenir occasionnellement l’action de Maurras. Cependant, les éventuelles divergences partisanes des uns et des autres sont dépassées parce qu’ils ont en commun une profonde exécration de la République dont ils redoutent les menées désacralisatrices, la politique laïque, sinon athée, et plus encore le programme social. Certes, les personnages les plus en vue de ce mouvement revendiquent une filiation à la pensée d’un autre catholique lyonnais, de surcroît éphémère avocat au barreau de la capitale des Gaules, Frédéric Ozanam9. Mais ils ont à l’évidence accepté l’héritage sous bénéfice d’inventaire : s’ils perpétuent l’intérêt manifesté par le fondateur de la Société de Saint-Vincent-de-Paul pour les questions sociales, ils répudient en revanche les aspects démocratiques de la pensée de ce dernier. Ainsi, en matière institutionnelle, la souveraineté populaire peut être qualifiée par Charles Jacquier « d’odieux blasphème » et « d’orgueilleuse folie »10.

  • 11 Bien des mesures attestent du penchant très accusé de la municipalité lyonnaise en faveur de l’ant (...)

14En somme, le programme républicain apparaît à leurs yeux comme la perpétuation du programme révolutionnaire de 1789 et, en définitive, comme la négation de l’ordre social voulu par Dieu. Il y a tout lieu de penser que les événements dont Paris, mais également Lyon, furent le théâtre entre septembre 1870 et mai 1871, ne risquaient pas de calmer leurs appréhensions : les violentes manifestations d’anticléricalisme ajoutées aux tentatives communalistes n’avaient rien qui puissent rassurer. Quant à la coloration nettement radicale-socialiste d’une municipalité lyonnaise volontiers anticléricale, elle représentait une menace directe et un défi permanent11.

  • 12 C’est le cas notamment des avocats Augustin Crétinon, Jean Terrel et, dans une moindre mesure, cel (...)

15La dernière spécificité de ce groupe d'avocats est l’attitude qu’ils observeront au-delà du tournant que représente Rerum Novarum. En effet, quand bien même les encycliques de Léon XIII à partir de 1891 avec Rerum Novarum, puis en février 1892 avec Au milieu des sollicitudes permettront à de nombreux catholiques français d’entamer un processus de ralliement à la République, l’immense majorité du groupe des avocats catholiques lyonnais choisira de persévérer dans une opposition sans merci à la République. Ils continueront en conséquence à cultiver la nostalgie d’une société organisée, communautaire, hiérarchique et paternelle. Seuls quelques-uns, parmi la jeune génération, s’éloigneront pour gagner notamment les rivages de la Chronique Sociale12.

  • 13 Gilles LE BEGUEC, « Prélude à la République des avocats », Jean-Marie MAYEUR et Alain CORBIN (dir. (...)

16Comment ce groupe soudé autour de deux bâtonniers lyonnais pouvait-il espérer concrètement défendre la cause catholique et lutter contre l’établissement durable de la République ? Les moyens d’action mis en oeuvre se déploient dans plusieurs directions. Sans doute, les catholiques lyonnais ne négligent pas une action à l’échelle nationale. Autour de Lucien-Brun se constitue en 1872 l’Association des Jurisconsultes Catholiques. Ouverte aux représentants des professions juridiques et judiciaires, l’Association cherche à placer la défense des intérêts catholiques sur le terrain juridique. Elle fait connaître ses travaux, analyses et réflexions par le biais d’une revue qui sera éditée sans interruption de 1872 à 1939 : la Revue Catholique des Institutions et du Droit. L’entreprise avait certes reçu la bénédiction apostolique du pape Pie IX mais les encouragements pontificaux ne semblent pas pour autant avoir accru son audience et l’Association paraît en définitive n’avoir pesé que « d’un poids politique bien léger »13.

17Cette volonté de constituer à l’échelle nationale un réseau efficace de juristes décidés à porter les couleurs de la cause catholique n’a pas effacé la volonté de Lucien-Brun et de ses nombreux confrères en harmonie de convictions de développer une action au niveau local. Orientée autour d’axes divers mais néanmoins complémentaires, cette action passe d’abord par la mise au service des évêques et des congrégations des connaissances juridiques dont disposent ces avocats. Cette action ne s’arrête pas là, elle suppose encore une implication dans différentes oeuvres catholiques afin de lutter contre la pénétration des idées républicaines dans le monde ouvrier. Elle prétend ensuite préparer la relève, autrement dit former des juristes acquis à la cause catholique conservatrice. La création en 1875 de la Faculté Catholique de Droit illustre cette volonté. Affirmer la présence catholique à Lyon supposait enfin d’essayer de diffuser et de vulgariser auprès d’un large public les idées chères aux catholiques conservateurs : le lancement réussi du quotidien Le Nouvelliste cherchait ainsi à rétablir la balance auprès d’une opinion lyonnaise sur laquelle régnaient des journaux acquis à la défense de la République : Le Progrès de Lyon et Le Lyon Républicain.

  • 14 ADR, série V 14 (2).

18Indubitablement marqués, pour ne pas dire traumatisés, par les souvenirs de la Commune de Paris et ses prolongements lyonnais, les catholiques conservateurs se sont attaqués très rapidement à une tâche d’envergure puisqu’il s’agissait ni plus, ni moins de réconcilier le monde ouvrier avec la pensée catholique. Les efforts faits pour ramener la classe ouvrière dans le giron de l'Église avaient pour objet de désamorcer tout risque de révolution sociale dont la Commune avait été le spectre menaçant. Divers moyens furent mis en oeuvre. Le premier est, par exemple, celui des pèlerinages ouvriers. Le 24 septembre 1891, l’un de ces pélerinages partait ainsi de la gare de Perrache ; il avait été organisé sous l’égide du comité lyonnais pour le pèlerinage du travail présidé par Charles Jacquier14. Cependant, ce type d’initiative ne pouvait s’adresser qu’à ceux des ouvriers qui n’avaient pas déjà déserté la foi catholique et, de ce fait, on peut douter de son efficacité.

19Soucieux de préserver les ouvriers de l’influence jugée par eux pernicieuse des idées républicaines et celle, plus funeste encore, des idées socialistes, les avocats catholiques conservateurs ont tenté de développer un puissant réseau local d’oeuvres sociales afin de tenter de les détourner de ce qu’ils considèrent comme des chimères impies et dangereuses. L’implication des avocats lyonnais dans les oeuvres n’est pas neuve ; elle était en effet largement pratiquée dès le XIX° siècle. Elle avait même connu une réelle intensification lorsque fut créée dans les années 1830, grâce à l’impulsion décisive du lyonnais Frédéric Ozanam, la Société de Saint-Vincent-de-Paul. Déjà les hommes du barreau avaient apporté leur concours à cette création, notamment en la personne de Laurent-Paul Brac de la Perrière. Ce dernier, futur bâtonnier de l’ordre des avocats, ami de jeunesse d’Ozanam, devait devenir en 1849 le président lyonnais des conférences de Saint-Vincent-de-Paul et le demeurer jusqu’à sa mort en 1894. A cette date, la présidence des conférences échoit à son gendre, Gabriel Perrin, qui la conservera jusqu’en 1914.

  • 15 Christian PONSON, Les Catholiques lyonnais et la Chronique Sociale, (1892-1914), Lyon, PUL, 1979, (...)

20Cependant, l’ambiance de cette fin de XIX° siècle n’a plus rien de commun avec celle du milieu du siècle : il ne s’agit plus dans les années 1880 de propager la foi catholique, il s’agit bien plus désormais de préserver actifs les éléments d’une contre-société catholique. Le monde ouvrier, particulièrement exposé aux idées socialisantes, devait être reconquis de l’intérieur afin que l’autorité du patron sur l’ouvrier, l’acceptation de la diversité hiérarchique des tâches, le respect de la propriété privée, ingrédients de la contresociété catholique, ne soient pas voués à une pure et simple disparition. L’idée des cercles catholiques d’ouvriers lancée par le député monarchiste Albert de Mun ne fut pas sans écho à Lyon. Les principaux artisans de l’Oeuvre des Cercles furent pour l’essentiel des juristes et des avocats au premier rang desquels on trouve Scipion Debanne et Fernand de Parseval. Scipion Debanne, avocat général au parquet de la cour d’appel de Lyon, avait préféré comme nombre de magistrats donner sa démission en 1880 plutôt que de participer à la mise en oeuvre des décrets des 29 et 30 mars qui ordonnaient la dissolution immédiate des congrégations de jésuites. Il avait alors trouvé refuge au barreau de Lyon. Apparemment l’entreprise à laquelle Scipion Debanne attacha son nom fut vouée à la réussite puisqu’elle comptait à la veille de 1914 près de 600 membres. Cependant, cette excellente implantation ne doit pas dissimuler le glissement qui s’est opéré dans les activités des cercles catholiques d’ouvriers. Lorsque l’un des fils de Lucien-Brun, Joseph, devient le président du comité lyonnais de l’Oeuvre des Cercles, leurs activités sont définies de la manière suivante : « Oeuvres de piété, défense de la liberté de culte, messes paroissiales d’hommes, concours donnés aux patronages d’enfants, conférences populaires, assistance des pauvres, société de gymnastique15.

21L’ambitieux objectif initial des cercles catholiques d’ouvriers, à savoir la rechristianisation du monde ouvrier, paraît avoir été oublié au fil du temps, à moins qu’il n’ait été tout simplement irréalisable. Mais il n’en demeure pas moins que ces laïcs engagés ont su parfaitement emprunter à la République, pour la mettre au profit de l'Église catholique, l’idée qu’il fallait créer des réseaux de sociabilité très variés et présentant même dans certains cas un caractère ludique. En organisant et en encadrant les loisirs de leurs concitoyens, les catholiques conservateurs luttaient au pied à pied avec les initiatives émanées des instances politiques locales.

  • 16 Pierre RAVIER du MAGNY, Charles Jacquier, L’éloquence faite homme,... op. cit., p. 184.
  • 17 Christian PONSON, Les Catholiques lyonnais..., op. cit., p. 30 et 31.

22La création à Lyon en 1875 de la Faculté Catholique correspond pour sa part à la volonté de former de jeunes élites ayant reçu « le bienfait d’un enseignement entièrement chrétien » pour reprendre la formule du préambule du règlement intérieur de la faculté catholique lyonnaise16. Sa création doit beaucoup aux avocats Lucien-Brun et Charles Jacquier. Le premier s’était fait, à l’occasion de son élection à l’Assemblée Nationale, le champion de la liberté de l’enseignement supérieur. Le second, à en croire Christian Ponson, devait tout mettre en oeuvre pour que la fondation d’un centre d’enseignement catholique trouve rapidement une concrétisation à Lyon comme cela avait été le cas à Lille et à Angers17. De plus, dans une capitale des Gaules sans grande tradition universitaire, l’enjeu était également pour les catholiques conservateurs de parvenir à battre l'État dans la course à l’ouverture d’un établissement d’enseignement supérieur.

  • 18 Archives de la Faculté Catholique de Lyon (AFCL), Procès-verbaux de la commission exécutive et du (...)
  • 19 Christian PONSON, Les Catholiques lyonnais..., op. cit. ; AFCL, Procès-verbaux de la commission ex (...)
  • 20 Ainsi, Charles Jacquier, Gilbert Boucaud, André Gairal, Alexandre Poidebard, René Mouterde, August (...)
  • 21 AFCL, Procès-verbaux de la commission exécutive..., 28 décembre 1875.

23L’objectif sera atteint en novembre 1875. L’article premier des statuts provisoires de l’Université Catholique de Lyon déclare, certes, que celle-ci a été fondée par divers archevêques et évêques18. Il est cependant avéré que l’initiative est venue d’abord des laïcs qui sont pour l’essentiel les avocats membres de l’Association des Jurisconsultes Catholiques, lesquels n’avaient à l’origine rencontré que peu de soutien de la part des autorités ecclésiastiques lyonnaises19. Non seulement instigateurs, les avocats seront encore les animateurs de la toute jeune Faculté Catholique. Son premier doyen sera le bâtonnier Laurent-Paul Brac de la Perrière. Le corps enseignant dispensant les enseignements juridiques est presque entièrement recruté parmi les avocats du barreau de Lyon qui se signalent par leur revendications monarchistes20. Ce cumul ne va pas sans poser quelques difficultés. En 1879, l’assemblée générale des évêques fondateurs de l’Université Catholique de Lyon devra rappeler à l’Ordre les professeurs qui ont tendance à se livrer à une publicité un peu hors de propos en faveur d’écrits touchant à la politique. Mais confier des enseignements à des professionnels de la parole engendre également le risque, pour les étudiants, de se voir infliger des cours qui débordent largement sur l’horaire prévu initialement...21.

  • 22 AFCL, Procès-verbaux de la commission exécutive..., année scolaire 1876-1877.
  • 23 Christian PONSON, Les Catholiques lyonnais..., op. cit.

24Deux années après la fondation de la Faculté Catholique, une société civile est constituée afin d’en assurer le financement. La décision, prise en octobre 1876, de créer en plus de la faculté de droit, une faculté de lettres, une faculté de sciences, une autre de médecine, une autre enfin de théologie, nécessitait la mise sur pied d’une solide organisation financière. La première souscription rapportera 1.700.000 francs22. La liste des premiers souscripteurs fait certes apparaître des noms d’avocats mais également ceux des grandes familles de propriétaires terriens (Charvériat, Guinand, Saint-Victor), d’industriels (Déchelette, Gindre, Neyrand, Cottin), d’agents de change, d’avoués, de banquiers (Saint-Olive, Thomasset). L’important soutien matériel rencontré par l’entreprise auprès des notables lyonnais ne peut toutefois dissimuler le relatif échec de l’Université Catholique à attirer vers elle la jeunesse de la ville et de la région. Ses effectifs, alors même que le nombre de facultés créées en son sein augmente, ne semblent pas avoir dépassé les deux cents étudiants pour la période qui nous intéresse23.

  • 24 Louis de VAUCELLES, Le Nouvelliste de Lyon et la défense religieuse (1879-1889), Paris, Les Belles (...)

25Les efforts des catholiques lyonnais ont également porté en direction de la presse afin de diffuser le plus largement possible les échos de leur combat et de contre-attaquer Le Lyon Républicain et Le Progrès de Lyon, tous deux extrêmement favorables à la politique anticléricale du gouvernement. Diverses tentatives en ce sens avaient été faites avant 1879 sans qu’aucune ne parvienne à aboutir. L’impulsion, en 1879, vient des anciens élèves du collège de Mongré et des membres de l’Association Catholique des Patrons de Lyon. L’essai sera cette fois-ci transformé grâce notamment à l’action d’un homme, Joseph Rambaud. Né en 1849, ce fervent militant de la cause catholique est un brillant sujet : licencié en lettres, docteur en droit, il passe brièvement par le barreau de Lyon pour ensuite accepter la chaire de droit romain de la toute nouvelle Université Catholique. Il finira par lui préférer celle d’économie politique, discipline dans laquelle il se spécialisera. Par ailleurs homme d’affaires avisé, Joseph Rambaud, propriétaire d’une exploitation agricole à Vaugneray, commune dont il est maire, a noué de nombreux liens avec le patronat lyonnais. Ces liens se révéleront fort utiles lors du lancement du Nouvelliste. L’opération devait réussir, probablement au-delà des espérances de ses instigateurs. En 1891, le journal tire à plus de 40.000 exemplaires ; il est lu dans tout le Sud-Est. Journal catholique avant tout, « le Nouvelliste n’est pas un organe de presse au service des royalistes, des bonapartistes ou des républicains libéraux : c’est d’abord une oeuvre au service de l'Église qui ne peut s’inféoder à aucun mouvement, à aucun cercle »24. Sans doute, le journal n’était-il pas au service de l’une ou l’autre des tendances politiques énumérées ci-dessus ; c’est probablement pourquoi Joseph Rambaud avait estimé utile d’appeler en qualité de collaborateurs trois avocats qui, notables catholiques bien en vue à Lyon, n’en avaient pas moins des opinions politiques différentes. Il s’assure en effet dès 1882 la collaboration de maître Repiquet ; il s’adjoindra encore celle de Régis de Flachaire de Roustan, chargé de la Gazette du Palais, et enfin celle de Paul Arcis promu aux fonctions de rédacteur en chef.

26La présence des avocats catholiques conservateurs sur le théâtre local est, à l’énoncé de ces quelques données, un fait irréfutable. Faute de détenir des mandats dans les instances locales ou nationales qui leur permettrait la prise de décision et une action concrète, leur stratégie passe par le magistère d’influence. Apprécier concrètement l’impact de cette influence est, on s’en doute, chose plus que délicate. Il n’en demeure pas moins que les batailles anticléricales menées par la République et progressivement remportées par elle entre 1880 et 1905 pouvaient donner à ces hommes le sentiment de mener avec des armes dérisoires un combat désespéré. Le goût des causes impossibles, dit-on, caractérise les avocats ; mais à perdre trop souvent la bataille ils finissent par s’exaspérer. Aussi seront-ils amenés à faire usage du seul pouvoir dont ils disposaient pleinement : le pouvoir disciplinaire qu’ils détenaient dans leur sphère professionnelle.

  • 25 La liste des bâtonniers lyonnais de 1870 à 1914 fait apparaître, entre autres, les noms de nombreu (...)

27L’analyse des noms des membres du Conseil de l’Ordre des avocats lyonnais de 1870 à 1914 montre en effet que les grands noms du catholicisme conservateur furent avec constance portés par leurs confrères à la tête de l’Ordre ou au Conseil25. Cela ne signifie pas nécessairement que l’ensemble des avocats lyonnais partageait leurs convictions, même s’ils étaient certainement nombreux à éprouver des sympathies à l’endroit de celles-ci. Cette permanence des éléments catholiques dans les instances professionnelles s’explique surtout par la coutume qui voulait que l’on élise les membres du Conseil de l’Ordre en fonction de leur rang d’ancienneté. Or, il apparaît que les avocats les plus anciens dans la profession sont justement, pour une écrasante majorité d’entre-eux, ceux qui s’investissent dans la militance catholique. Leur suprématie professionnelle est d’autant plus renforcée que leurs confrères républicains les plus actifs ont déserté le barreau pour se consacrer exclusivement à leur carrière politique. Le terrain professionnel se trouvait ainsi abandonné aux éléments conservateurs ; ils vont y régner sans partage et ils ne sauront pas toujours résister à la tentation, notamment dans les moments de crise, d’utiliser le pouvoir disciplinaire comme une arme pointée en direction de leurs confrères républicains, conseillers municipaux ou proches des pouvoirs publics locaux.

  • 26 ABL, Registre des délibérations du Conseil de l’Ordre, 15 novembre 1900.

28En 1900, alors que la crise dreyfusarde bat son plein, Charles Jacquier accède aux fonctions de bâtonnier dans lesquelles il sera reconduit l’année suivante, en vertu de la règle tacite selon laquelle le mandat du chef de l’Ordre est de deux ans. A l’instar de ses confrères membres de l’Association des Jurisconsultes Catholiques, motivés tant par une certaine idée du patriotisme que par un antisémitisme viscéral, Charles Jacquier s’est engagé dans le camp antidreyfusard. Son premier bâtonnat est marqué par la délibération prise le 15 novembre 1900 à l’encontre d’un jeune avocat stagiaire, François Boulud. Celui-ci avait accepté de remplir les fonctions de secrétaire du maire socialiste de Lyon, Victor Augagneur. Sans doute l’exercice de la profession d’avocat était-il statutairement incompatible avec tout emploi impliquant la dépendance de l’avocat, la rémunération salariée étant habituellement perçue comme une marque de dépendance. Pour ne pas avoir à affronter ce reproche, le jeune avocat avait pris la précaution d’accepter la fonction de secrétaire du maire à titre gratuit. Le Conseil de l’Ordre ne désarma pas pour autant. Il déclara « qu’il y a incompatibilité entre la profession d’avocat et l’emploi rétribué d’un maire, que la même incompatibilité subsiste alors même que l’emploi ne serait l’objet d’aucune rétribution »26.

  • 27 ABL, Registre des délibérations du Conseil de l’Ordre, 11 mai 1901.
  • 28 Archives Départementales de l’Ain, Fonds Appleton, Lyon, 12 juillet 1901.
    L’arrêt concernant Jean A (...)

29Par l’effet de cette délibération, le jeune avocat était donc contraint à la démission. Ce premier incident fait figure d’escarmouche si on le compare aux poursuites dont sera victime, l’année suivante, un avocat très ostensiblement engagé en faveur du capitaine Dreyfus. Jean Appleton, avocat au barreau de Lyon, secrétaire de la Ligue des Droits de l’Homme, avait été élu en 1900 conseiller municipal de Lyon sous l’étiquette radicale. Pour avoir pris part à une manifestation organisée par la Ligue et soutenue, semble-t-il, par la municipalité afin de protester contre la venue de l’académicien antidreyfusard Jules Lemaître, l’avocat est traduit disciplinairement devant le Conseil de l’Ordre. Le juge disciplinaire invoquait que la conduite véhémente de l’avocat à l’occasion de cette manifestation constituait une véritable scandale public. Arguant que l’avocat ne saurait se prévaloir de l’inviolabilité de la vie privée et que le déshonneur d’un seul rejaillit sur l’Ordre tout entier, le Conseil condamnait le 11 mai 1901 Jean Appleton à la peine de la suspension professionnelle pour une durée d’un mois27. Dans ces deux cas, la cour d’appel devant laquelle les avocats avaient porté leurs différends professionnels, fera comprendre sans ménagements au Conseil et au bâtonnier que l’on ne peut impunément utiliser le pouvoir disciplinaire afin de régler des comptes politiques : les deux délibérations seront en effet invalidées28.

  • 29 Le Progrès de Lyon, 15 mai 1900.

30Il y a fort à parier que le cuisant souvenir des deux arrêts rendus en 1902 a su dissuader le Conseil de l’Ordre de persévérer dans la voie de la répression des comportements politiques, quand bien même la tentation était grande de s’y engager à nouveau. C’est ainsi que le jeune maître Guilhot, adjoint au maire de Lyon, impliqué en 1910 dans l’affaire dite du presbytère d’Ainay, échappera de justesse à des poursuites disciplinaires. L’affaire du presbytère d'Ainay, sombre affaire locale, est l’un des prolongements de la séparation de l'Église et de l’État. « Lyon, la ville la plus catholique de France » selon les uns, « la vieille cité républicaine, la sentinelle avancée de la démocratie française » pour les autres avait traversé moins dramatiquement que l’on aurait pu l’imaginer l’épreuve de la Séparations29. Les affrontements entre cléricaux et anticléricaux n’avaient pu être évités et ils s’étaient soldés en 1903 par la mort d’un fabricant en soieries, Étienne Boisson. Les avocats catholiques conservateurs, rejoints dans ce combat par les éléments progressistes, s’étaient fortement mobilisés, multipliant les réunions publiques, les manifestations d’envergure, pour lutter contre l’adoption de la loi portant séparation de l’Église et de l’État. La municipalité n’avait pas craint, en retour, de leur faire payer, au premier sens du terme, le prix fort de leur engagement : en 1903, ce sont les notables catholiques, au premier chef la famille Lucien-Brun, qui doivent payer, à l’occasion des processions mariales du 8 décembre, des taxes de voirie pour l’installation des rampes d’illumination en saillie sur la voie publique. Mais à la surprise générale et au grand soulagement de l’administration préfectorale, les inventaires nécessités par l’adoption de la loi de 1905 se sont déroulés à Lyon sans incidents graves. Ce calme relatif ne doit toutefois pas faire illusion. Trop de frustrations, d’aigreurs, de vexations avaient été accumulées pendant ces années de combat. Elles se déversent à l’occasion de l’affaire du presbytère d’Ainay.

31En 1906, en application de la loi portant séparation de l’Église et de l’État, le presbytère de l’église d’Ainay avait été mis sous séquestre. Trois années plus tard, la municipalité souhaitant transformer l’ancien logis des curés d’Ainay en une école de garçons, elle entame des négociations avec l’administration du séquestre. Les locaux se révèlent à cette occasion avoir subi des dépravations considérables. On ne manque pas, dans les deux camps politiques, de dénoncer les responsables. Pour maître Guilhot, jeune adjoint au maire, avocat stagiaire au barreau de Lyon, il ne fait nul doute que les anciens occupants du presbytère sont les coupables désignés. Il le déclare le 1er juin 1909 devant le Conseil Municipal, ce qui a pour effet de rallumer pour quelques mois la querelle religieuse mal vidée. La police puis la justice, ayant renoncé à établir avec certitude la culpabilité des auteurs présumés des dépravations, l’affaire pouvait rebondir à loisir. En mars 1910, le parti clérical, par la voix du Nouvelliste et du journal légitimiste La Dépêche de Lyon, dénonce dans l’affaire du presbytère d’Ainay une machination dont maître Guilhot serait l’auteur avec la complicité de l’un de ses confrères du barreau. L’affaire se solde par une voie de fait perpétrée par un jeune avocat catholique, maître Stéphane Gayet, sur son confrère adjoint au maire. Le duel entre les deux avocats, un moment envisagé, n’aura cependant pas lieu. Le Conseil de l’Ordre eut bien des difficultés à résister à la tentation de faire usage à nouveau du pouvoir disciplinaire. Il songea un temps à traduire maître Gayet devant lui. Mais l’instruction disciplinaire n’ayant pu établir avec certitude la culpabilité de maître Guilhot, le Conseil de l’Ordre, sans doute échaudé par les affaires Boulud et Appleton, aura la sagesse d’arrêter une procédure disciplinaire qui risquait fort, une nouvelle fois, d’être entachée d’excès de pouvoir. Il marquera cependant son parti-pris favorable à la cause catholique en faisant preuve de clémence à l’égard de Stéphane Gayet. La peine légère de l’avertissement fut prononcée contre le jeune avocat catholique qui se faisait du devoir de confraternité une idée très personnelle.

32Avec la Première Guerre mondiale, se clôt l’ère des affrontements entre avocats autour de l’idée républicaine. Certes, l’attirance des avocats lyonnais pour la chose publique demeurera vive au-delà du premier conflit mondial comme l’attestent d’une part, les multiples candidatures émanées du barreau durant l’entre-deux-guerres et d’autre part, la pérennité de l’Association des Jurisconsultes Catholiques. Cependant, la passion politique ne conduira plus les détenteurs du pouvoir disciplinaire à en faire un usage abusif. Il est vrai que la composition du Conseil de l’Ordre entre 1920 et 1939 témoigne d’une plus grande faveur à l’égard du régime républicain dont l’élection du premier bâtonnier de l’entre-deux-guerres est un signe avant-coureur. Le choix de porter en 1920 à la tête de l’Ordre un représentant de la Chronique Sociale en la personne d’Augustin Crétinon inaugurait une nouvelle page de l’histoire des liens du barreau lyonnais avec la Troisième République.

Notes

1 Alexis de TOCQUEVILLE, De la démocratie en Amérique, Paris, Ponteil, s.d., p. 28.

2 Pierre BIRNBAUM, Les Sommets de l'État, Paris, Seuil, 1977, p. 40.

3 Archives du Barreau de Lyon (ABL), Registre des délibérations du Conseil de l’Ordre, septembre-octobre 1870.

4 Laurent BONNEVAY, Histoire politique et administrative du Conseil Général du Rhône, 1790-1940, Lyon, Desvigne, 1946.

5 Claudette GOYET, Robert MARTIN et Gérard SOULIER, Les Conseillers municipaux de Lyon, 1884-1953, Lyon, Bosc, 1958.

6 Archives Départementales du Rhône (ADR), série 3 M.

7 ADR, série V 14 (2).

8 Léopold NIEPCE, La Magistrature lyonnaise de 1771 à 1883, Paris, Larose et Forcel, 1885, p. 150.

9 Pierre RAVIER du MAGNY, Charles Jacquier, L'éloquence faite homme, Lyon, Vitte, 1930, p. 29.

10 Revue Catholique des Institutions et du Droit, 1875, p. 303.

11 Bien des mesures attestent du penchant très accusé de la municipalité lyonnaise en faveur de l’anticléricalisme. En guise d’exemples, on peut citer le projet du Conseil Municipal, visant en 1883 à supprimer les croix monumentales des cimetières ; un arrêté municipal du 21 juin 1896 réactivant l’interdiction préfectorale de 1879 frappant les processions religieuses, à l’exception de celles célébrant le culte marial du 8 septembre et du 8 décembre. Dans le contexte des affrontements autour de la séparation de l'Église et de l'État, on peut encore citer le projet lancé en 1901 mais resté sans suite d’interdire le port du costume religieux à tous les ecclésiastiques n’exerçant pas des fonctions reconnues par l'État.

12 C’est le cas notamment des avocats Augustin Crétinon, Jean Terrel et, dans une moindre mesure, celui de François Mouthon.

13 Gilles LE BEGUEC, « Prélude à la République des avocats », Jean-Marie MAYEUR et Alain CORBIN (dir.), Les Immortels du Sénat, Paris, Publications de la Sorbonne, 1996, p. 96.

14 ADR, série V 14 (2).

15 Christian PONSON, Les Catholiques lyonnais et la Chronique Sociale, (1892-1914), Lyon, PUL, 1979, p. 42 et 43.

16 Pierre RAVIER du MAGNY, Charles Jacquier, L’éloquence faite homme,... op. cit., p. 184.

17 Christian PONSON, Les Catholiques lyonnais..., op. cit., p. 30 et 31.

18 Archives de la Faculté Catholique de Lyon (AFCL), Procès-verbaux de la commission exécutive et du Conseil rectoral, année scolaire 1876-1877, statuts provisoires de l’Université Catholique.

19 Christian PONSON, Les Catholiques lyonnais..., op. cit. ; AFCL, Procès-verbaux de la commission exécutive..., 26 août 1875. Cette séance fait allusion « aux circonstances particulières qui ont obligé le Conseil à précipiter son action avant tout concert préalable avec l’épiscopat ». Selon le même procès-verbal, cinq avocats — Lucien-Brun, le baron Chaurand, Laurent-Paul Brac de la Perrière, Charles Jacquier, André Gairal — sont membres du bureau de ce comité.

20 Ainsi, Charles Jacquier, Gilbert Boucaud, André Gairal, Alexandre Poidebard, René Mouterde, Auguste Rivet. Deux décennies plus tard, lors de l’année scolaire 1897-1898, les enseignements sont assumés par les avocats ou anciens avocats suivants : Lucien-Brun, Henri Beaune, Emmanuel Perrin, Charles Jacquier, André Gairal, Jean Hostache, Alexandre Poidebard, Gabriel Boucaud, Emmanuel Voron : Revue Catholique des Institutions et du Droit, 1897, p. 397 et s.

21 AFCL, Procès-verbaux de la commission exécutive..., 28 décembre 1875.

22 AFCL, Procès-verbaux de la commission exécutive..., année scolaire 1876-1877.

23 Christian PONSON, Les Catholiques lyonnais..., op. cit.

24 Louis de VAUCELLES, Le Nouvelliste de Lyon et la défense religieuse (1879-1889), Paris, Les Belles Lettres, 1971, p. 117.

25 La liste des bâtonniers lyonnais de 1870 à 1914 fait apparaître, entre autres, les noms de nombreux partisans de la cause catholique ou de sympathisants de cette dernière : Lucien-Brun (1870-1871), Mathevon (1876-1877), Guerrier (1878-1879), de Villeneuve (1894-1895), Gabriel Perrin (1896-1897), Charles Jacquier (1900-1901), Paul Arcis (1906-1907), Jules Millevoye (1908-1909), Régis Flachaire de Roustan (1911-1912).

26 ABL, Registre des délibérations du Conseil de l’Ordre, 15 novembre 1900.

27 ABL, Registre des délibérations du Conseil de l’Ordre, 11 mai 1901.

28 Archives Départementales de l’Ain, Fonds Appleton, Lyon, 12 juillet 1901.
L’arrêt concernant Jean Appleton n’a pas été publié.

29 Le Progrès de Lyon, 15 mai 1900.

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search