Version classiqueVersion mobile

Élites et pouvoirs locaux

 | 
Bruno Dumons
, 
Gilles Pollet

Première partie. Élites politiques et administratives

Les élites lyonnaises et la République (1870-1894)

Bruno Benoit

Texte intégral

  • 1 Louis Andrieux, un républicain modéré en 1870, rapporte que le 24 février 1848, il a alors huit an (...)

1Avant 1870, la République traîne à Lyon, depuis la répression menée par la Convention républicaine entre Saône et Rhône en 1793, une mauvaise réputation, celle d’être associée à la Révolution. Pour les Lyonnais, la république et la terreur ne font qu’un1. L’image de la République est donc lourde de représentations, particulièrement pour tous ceux qui se veulent les gardiens de la mémoire de la ville, c’est-à-dire ceux qui détiennent un pouvoir qu’il soit lié au négoce, au savoir ou à la gestion des affaires de la cité. Pour ces élites qui puisent dans la longue durée leur puissance et que l’on peut désigner sous le terme d’élites traditionnelles, la République ne serait donc qu’un régime favorisant le peuple anarchique aux dépens des citoyens responsables, un régime de violence qui remet en cause l’ordre économique et social sur lequel repose le consensus local qui a assuré à la cité sa prospérité, un régime persécuteur de la religion dans une ville qui tient, au-delà de toutes les déviances qui ont pu s’y développer, à sa dimension de capitale du catholicisme, un régime qui nie l’autonomie municipale au profit d’une centralisation préjudiciable aux intérêts lyonnais.

  • 2 Ce terme générique désigne les partisans de Joseph Chalier (1747-1793) apparus sur la scène politi (...)
  • 3 En 1848, les Voraces, partisans d’une république sociale, animent politiquement les débuts de la R (...)

2C’est pour toutes ces raisons que les élites traditionnelles lyonnaises, à chaque fois que la République s’est présentée, lui ont préféré un régime d’ordre, qu’il soit bonapartiste ou royaliste, seul capable à leurs yeux de préserver la paix sociale. En effet, en 1792-1793 les “Chalier”2, en 1834 les “canuts” républicains et en 1848 les “Voraces”3 n’ont-ils pas réclamé une république sociale et égalitaire ? De ce fait, la prégnance du syndrome Chalier est telle chez les élites qu’elles se souviennent qu’il faut refuser la République, synonyme de mort, de destruction et de répression pour elles et pour leur ville. Jusqu’en 1870, toutes les fois que Lyon a retrouvé la République, le divorce l’a emporté sur l’union.

3Or le 4 septembre 1870, Lyon proclame, depuis le balcon de l’Hôtel de Ville, place des Terreaux, la République avant Paris. Que s’est-il passé ? Face au chaos de la défaite et au désarroi des élites traditionnelles, les héritiers politiques des acteurs de 1793 et de 1848 en ont-ils profité pour occuper le devant de la scène ? La réponse est curieusement normande ! Oui, les héritiers des “Chalier”, nommés internationalistes voire socialistes, sont présents pour tenter d’instaurer une république sociale avec drapeau rouge et faire la révolution ; non, car cette fois, une partie des élites traditionnelles, critiques à l’égard de l’Empire et à l’égard d’un certain royalisme, va se rallier au courant républicain, représenté par des petits bourgeois, élites en devenir, qui refusent que la République soit synonyme d’anarchie et de violence. Il y a donc, en 1870-1871, une véritable scission au sein des élites traditionnelles lyonnaises, scission que 1793 avait révélée, que le Premier Empire avait effacée, que le soulèvement de 1830 avait à nouveau soulignée, que 1848 avait faite oublier, que la défaite et la chute de l’Empire mettent en pleine lumière.

  • 4 Le décret de la Convention du 12 octobre 1793 “Lyon n'est plus” débaptise Lyon en “commune affranc (...)
  • 5 Date du soulèvement des Lyonnais contre les “Chalier” et début de la crise communément appelée “fé (...)
  • 6 Amédée GASQUET, Biographie d’Auguste Burdeau, discours prononcés à ses funérailles, Lyon, Storck, (...)

4Quant à 1894, cette date a une signification plus symbolique qu’historique. Cent ans après que Lyon ait subi la répression républicaine et retrouvé son nom, cette ville s’affiche comme républicaine4. N’est-ce pas le 24 juin 1894 que doit être inaugurée sur la place Perrache la statue de la République par le président Sadi Carnot à l’occasion de sa venue à Lyon pour le lancement officiel de l’Exposition Internationale et Coloniale ? La greffe républicaine modérée, tentée le 29 mai 17935 et renouvelée en 1870-1871, aurait-elle enfin réussi et les élites auraient-elles rallié la République ? 1894 est aussi l’année où meurt Auguste Burdeau, représentant de ces nouvelles élites engendrées par la Troisième République6.

5Les relations entre les élites lyonnaises et la République, de 1870 à 1894, ne sont donc plus de plomb. Une partie des élites traditionnelles a évolué vers la République qui, à son tour, a adopté un profil plus consensuel et a engendré ses propres élites. Un renouvellement des élites est en cours. Malgré le ralliement d’une partie des élites traditionnelles à la République, la méfiance lyonnaise à l’égard de la République demeure. Au travers des relations entre les élites lyonnaises et la Troisième République, c'est l’histoire de l’identité politique de Lyon qui est ainsi un peu mieux éclairée. Mon propos s’articule donc autour de trois coupes chronologiques : le grand tournant de 1870-1871, les dynamiques des années 1880 et le soupçon qui demeure en 1894.

Le grand tournant de 1870-1871

  • 7 Le récit en a été fait par Julian ARCHER, « La naissance de la Troisième République à Lyon », Cahi (...)
  • 8 Louis ANDRIEUX, A travers la République,... op. cit., p. 31.

6Qui sont ces républicains lyonnais, présents le dimanche 4 septembre 1870 au matin, proclamant la République depuis l’Hôtel de Ville de Lyon, à la fois résidence du préfet, représentant du gouvernement et maire de la ville depuis la suppression de la municipalité en 1852, et siège de la Commission Municipale, instance qui administre la ville sous l'Empire7 ? Ceux qui prennent la parole devant une foule dense chantant la Marseillaise, depuis 1851 beaucoup attendent ce moment, appartiennent à deux groupes de républicains que plusieurs choses opposent mais qui ont en commun la volonté de continuer la guerre, de diminuer l’influence de l'Église entre Saône et Rhône et d’affirmer l’autonomie lyonnaise par rapport à la centralité parisienne. L’épisode relatif au télégramme de Gambetta du 5 septembre qui annonce que Challemel-Lacour est nommé préfet du Rhône, est révélateur de l’état d’esprit républicain qui règne alors à Lyon. Cette ville qui a proclamé la première la République et qui a souffert sous l’Empire de la “dictature préfectorale”, aurait à supporter à nouveau un préfet. Après discussions, Challemel-Lacour, ami personnel de Gambetta, est accepté en tant que délégué du gouvernement de Paris auprès du gouvernement de Lyon8.

  • 9 Les témoins rapportent que c’est le citoyen Charles Beauvoir, un ancien internationaliste qui fut (...)

7Il y a d’abord le groupe des républicains qui ont planté le drapeau rouge au faîte de l’Hôtel de Ville, qui ont cassé les bustes de l’Empereur et de l’Impératrice, qui ont montré à la foule une Marianne coiffée du bonnet phrygien datant de 1793, qui ont crié avant tous les autres “Vive la République”, qui contrôlent le Comité de Sûreté Générale créé le 4 septembre, qui décrètent d’arrestation les fonctionnaires de l’Empire et libère les prisonniers politiques9. Ils espèrent recueillir le soutien populaire suscité par un mécontentement social fort à Lyon depuis la grève des ovalistes de l’été 1869. Ce groupe, assez hétérogène, est animé par les internationalistes, les amis d’Albert Richard qui militent au sein de la section lyonnaise de l’Internationale mais aussi par d’anciens internationalistes en rupture de ban comme le mécanicien Adrien Schettel, animateur du Comité de Sûreté Générale, ou s’étant éloignés du mouvement pour de multiples raisons, voire par des personnages hauts en couleur tel le docteur Lentillon qui avait tenté, le 13 août, de proclamer une révolution républicaine à la Croix-Rousse. Tous veulent une république sociale et n’hésiteraient pas à rompre avec la République, considérée comme bourgeoise, pour faire ou terminer la Révolution. Ce sont bien les fils spirituels de Chalier.

  • 10 Le nombre exact d’internationalistes varie selon les sources. Il y aurait entre 7 et 9 internation (...)
  • 11 Ces républicains qui se réunissaient durant l’été 1870, suite à l’annonce des défaites militaires, (...)
  • 12 Cette expression est due à François DELPECH, « La presse et les partis à Lyon à l’avènement des ré (...)
  • 13 Louis Andrieux, né à Trévoux en 1840, est un avocat qui, pour ses critiques contre l’Empire, est c (...)

8L’autre groupe est formé par les républicains qui annoncent, dès le 4 septembre, la création d’un Comité de Salut Public, formé de 67 membres dont des internationalistes10, prouvant ainsi que la chute de l’Empire ne les a pas surpris11. En l’absence de toute autorité légale, ils assument le pouvoir. Ces républicains sont principalement des représentants de la petite bourgeoisie urbaine des professions artisanales, chefs d’atelier en tête. Ils croient en la valeur du travail, sont membres de loges maçonniques, sont attachés au drapeau tricolore et refusent toute aventure socio-politique. Cet ancrage modéré les a fait suivre, depuis la Révolution, les élites traditionnelles car la République, exceptée l’expérience de république lyonnaise en 1793, n’avait pas su, jusque-là, les séduire. Or, en ce 4 septembre 1870, ceux qui proclament le Comité de Salut Public défendent, bien que l'unanimité ne règne pas dans leur groupe, une République qui respecte la propriété privée, qui préfère le tricolore au rouge, qui parle de libertés politiques et d’autonomie municipale et non de révolution. Parmi ceux qui animent majoritairement cette première journée, il y a des républicains dits “radicaux opportunistes”12 derrière le comptable Désiré Barodet et l’avocat Louis Andrieux13 et des républicains modérés avec le docteur Jacques Hénon.

  • 14 Bruno BENOIT (dir.), Ville et Révolution française, Lyon, PUL, 1994. Nous renvoyons surtout à la p (...)

9Où sont alors passées les élites traditionnelles ? Elles se taisent ayant perdu tous leurs repères et n’ayant plus que leur mémoire contre-révolutionnaire pour guide, et, par peur, se terrent. Les “rouges” ne sont-ils pas de retour ! Elles désertent donc politiquement la scène lyonnaise et vont même jusqu’à la quitter physiquement pour se réfugier dans leurs domaines. La vacuité de l’espace politique donne aux républicains la possibilité de gérer les affaires municipales lyonnaises. L’avènement de la Troisième République voit donc l’émergence, comme déjà la chute de l’Ancien Régime l’avait permis14, de nouvelles élites politiques.

  • 15 Le Salut Public, 9 septembre 1870.
  • 16 Bruno BENOIT, « Antoine-Marie Bertrand », 24 maires de Lyon, Lyon, LUGD, 1994, p. 28-34.
  • 17 Archives Départementales du Rhône (ADR), 4 M 288, Comité Révolutionnaire.
  • 18 Je m’appuie sur l’excellent travail de Stéphane BEROUD et Cyrille MICHAUD, Bakounine à Lyon le 28 (...)
  • 19 ADR, 2 RH, Envahissement de l’Hôtel de Ville, dossier Blanc.

10Dès le 8 septembre 1870, les élites traditionnelles assistent, sûrement avec satisfaction, au conflit qui oppose rapidement les deux camps républicains. Ce jour-là, un incident éclate place Bellecour à propos d’un drapeau tricolore hissé par les gardes nationaux de ce quartier qui doivent se résoudre à l’enlever devant les sommations faites par la garde de l’Hôtel de Ville15. Le 15 septembre, c’est au tour des internationalistes de s’incliner. Ils viennent d’être écartés de la municipalité, élue le 15 septembre, au profit des républicains modérés et radicaux, Hénon devenant maire. Ces élections qui se déroulent dans le calme sont la répétition des élections municipales de février 1793 lorsque les “Chalier” tentaient vainement de faire élire Bertrand maire de Lyon faute d’obtenir auprès des Lyonnais la majorité16. En 1870, les Lyonnais, privés de leurs élites traditionnelles qui d’habitude les encadrent et les guident, choisissent la République mais la République modérée, témoignant ainsi de leur refus d’accorder leur confiance aux tenants du discours exagéré et violent. Le 17 septembre, les internationalistes réagissent lors d’une réunion publique à la salle de la Rotonde aux Brotteaux devant 6.000 personnes17 en créant un Comité Central de Salut de la France avec Bakounine18, Richard et ses amis de T A.I.T. Ce comité décide, le 28 septembre, de donner le coup d’envoi de la Révolution nationale, voire internationale, en s’emparant de l’Hôtel de Ville de Lyon. Leur programme repose sur l’imposition des riches et la confiscation des biens du clergé19 ». Pour les élites traditionnelles qui assistent impuissantes et terrorisées à cette révolution, le seul constat qu’elles font est que soixante-dix-sept ans après les “Chalier”, leur fantôme rôde encore et que la République est toujours aussi incapable d’empêcher les débordements populaires. Le soulèvement du 28 septembre où l’on rejoue à l’envers la journée du 29 mai 1793, tourne, après la confusion des premières heures, à l’avantage de Hénon et de la municipalité qui, s’appuyant sur la Garde Nationale représentant les Lyonnais en armes, renversent la situation et affirment l’existence d’une République qui se veut non révolutionnaire mais réformiste.

  • 20 Le drapeau rouge flotte jusqu’au 3 mars 1871.

11A partir de cette date, si le drapeau rouge flotte encore pour quelques mois sur l’Hôtel de Ville et si les républicains sociaux gardent des fidèles à Lyon comme le prouvent l’assassinat du commandant Arnaud en décembre et la Commune insurrectionnelle en avril, la République a su faire preuve de fermeté à l’égard des extrémistes de gauche et sa version modérée l’a emporté20. Le spectre de la guerre civile semblant avoir été écarté, les élites traditionnelles relèvent la tête. Les élections à l’Assemblée Nationale, le 8 février 1871, confirment leur retour puisque les treize députés du Rhône sont des royalistes. La nomination de Thiers comme chef du pouvoir exécutif de la République française les rassure. L’écrasement de la Commune lyonnaise le 30 avril 1871 et parisienne le 28 mai leur redonne espoir. Tout n’est pas perdu pour elles, la République est en sursis.

  • 21 Jacques Imbert-Colomès (1729-1808), premier échevin en 1789, devient, à partir de la Révolution, l (...)
  • 22 Il y a en 1793-1794, après la prise de Lyon, près de 1.900 exécutions, tous ayant défendu Lyon mai (...)
  • 23 La source mémorielle à laquelle ils s’abreuvent, est les écrits de Guillon de Montléon, contempora (...)

12C’est à ce moment-là que va s’opérer la scission au sein des élites traditionnelles. Les fractures parcourant les élites lyonnaises, soudées en surface par leur refus commun de la république sociale et sans Dieu et par les événements récents mais fondamentalement hétérogènes comme l’avait déjà révélées l’analyse complexe du soulèvement lyonnais en 1793 et les journées lyonnaises de juillet 1830, éclatent en plein jour quand les partisans d’un retour à la monarchie reprennent la parole et revendiquent à nouveau la direction de la cité. Cette droite lyonnaise qui veut remettre l'Église au centre de la société, qui critique le libéralisme en tant que fils des Lumières, est formée de familles anciennement implantées à Lyon, gravitant autour d’Ainay, héritiers spirituels d’Imbert-Colomès, véritables contre-révolutionnaires devenus nostalgiques et légitimistes depuis 1830 et qui ont pour la République une véritable aversion21. Ces élites n’ont pas hésité à ériger à la Restauration un monument aux Lyonnais morts lors de la répression de 1793-1794 en les transformant tous en martyrs de la foi et du roi et à réinstaller une statue de Louis XIV comme symbole fort de l’ancrage monarchiste lyonnais, place Bellecour, au centre du seul espace festif, récréatif et de rassemblement de la ville22. Pour reprendre une formule célèbre, ils n’ont rien appris, rien oublié. Pour eux, tous les malheurs de Lyon sont imputables à la République qu’il faut donc remplacer par une monarchie23.

  • 24 Ces deux hommes, surtout le lyonnais Louis Vitet, médecin, maire en 1791 et député à la Convention (...)
  • 25 Bruno BENOIT, « Lyon en 1795 ou le refus de l’extrémisme de droite », Cahiers de Rhône 89, 1995, n(...)

13A côté de ces partisans du refus républicain, une partie des élites traditionnelles, celle qui est acquise aux libertés conquises en 1789, celle qui pense que la religion est nécessaire pour fournir une réponse aux situations sociales et individuelles difficiles mais qu’elle est une affaire privée et non publique, celle qui défend le libéralisme au nom du bon fonctionnement des affaires, seul moyen de fournir du travail à la population et de faire prospérer leur ville, est en train de se rapprocher de la République. Certes, la République de Monsieur Thiers et de Jules Favre, autoritaire et répressive, leur convient parfaitement. Héritiers de Vitet et de Roland24, hier girondins et fédéralistes, aujourd’hui républicains du lendemain, ces élites libérales sont hostiles, depuis la période charnière 1793-1795 à tout extrémisme qu’il soit royaliste25 ou populaire. Leur devise est : ni gauche, ni droite, ni rouge, ni blanc, la barre au centre ! Si la République se trouve au centre, alors pourquoi pas ! Leur chef de file est le banquier Édouard Aynard, qui par alliance familiale ou amicale, est au cœur d’un puissant réseau de notabilités lyonnaises. Ce représentant des élites traditionnelles devient conseiller municipal en 1871 et son ralliement apporte à la République une légitimité, ce dont elle manque le plus entre Saône et Rhône depuis ses origines.

Les dynamiques élitaires des années 1880

  • 26 Jean-François MARTIN et Marc du POUGET, Les Élections législatives dans le département du Rhône so (...)
  • 27 André-Jean TUDESQ, « Le maire, petit ou grand notable », Pouvoirs, 1984, no 23, p. 16.

14A partir de 1879, la République devenue républicaine semble s’enraciner à Lyon. Les républicains ne raflent-ils pas tous les sièges de députés aux élections législatives de 1876, 1877, 1881 et 188526 ? Outre les événements nationaux qui confortent les républicains, leur succès est dû localement à l’efficacité du comité central des républicains radicaux, créé après la défaite de 1871, ou Comité de la Rue Grôlée, lieu d’implantation initiale de leur siège qui ratisse méthodiquement chaque arrondissement par le biais d’un comité d’arrondissement et d’une propagande active et de proximité. On y retrouve les hommes du Comité de Salut Public du 4 septembre 1870, ceux qui, après avoir éliminé la tendance extrémiste des républicains, ont repris à leur compte la défense des plus déshérités. Leur credo modéré plaît au plus grand nombre et le vide à gauche leur permet d’être les représentants naturels des plus démunis. Eux qui ont grandi en politique sous le Second Empire, se veulent les défenseurs de toutes les libertés. Ils s’appuient sur des journaux à gros tirage Le Lyon Républicain qui tire à 100.000 exemplaires et Le Progrès qui dépasse, lui, le cap des 100.000 exemplaires. Après une traversée du désert municipal, le gouvernement ayant supprimé la mairie centrale le 4 avril 1873 entraînant la démission de Barodet, successeur de Hénon à sa mort en 1872, et rétablissant la main-mise préfectorale, les républicains réinvestissent la mairie à l’occasion de la loi du 21 avril 1881 qui restaure la mairie centrale, le maire continuant à être nommé par le gouvernement. C’est à cette occasion qu’Antoine Gailleton, pur produit du républicanisme lyonnais, est désigné comme maire. Il faut attendre la loi du 4 mars 1882, consacrée par la loi du 5 avril 1884, pour que le maire puisse être élu par le conseil municipal27. A partir de cette date, la municipalité devient un lieu de pouvoir important, détenu sans discontinuité par ces nouvelles élites républicaines apparues en 1870. Dans les années 1880, s’instaure un véritable républicanisme municipal, creuset des nouvelles élites locales, revendiquant une certaine autonomie et cherchant à s’émanciper par rapport à Paris. Cette émancipation lyonnaise et le calme qui règne dans la ville permettent de crédibiliser la République aux yeux des élites traditionnelles modérées et de pouvoir commémorer, sans arrière pensée, le centenaire de la Révolution, ce qui satisfait les républicains les plus radicaux et désole les élites et les catholiques conservateurs.

  • 28 J’emprunte cette formule à Guy CHAUSSINAND-NOGARET (dir.), Histoire des élites en France du XVI° a (...)
  • 29 « ...Sorte d’aristocratie ouvrière,...travailleur ingénieux, actif et probe... », Édouard AYNARD, (...)
  • 30 Bruno BENOIT, « Violences et répression urbaines : l’exemple lyonnais (1786-1849) », Jean-Clément (...)
  • 31 Yves GRAFMEYER, Quand le tout Lyon se compte, Lyon, PUL, 1992, p. 9.
  • 32 Louis ANDRIEUX, A travers la République,... op. cit., p. 31.

15Les élites traditionnelles modérées lyonnaises ont toujours puisé “leur inspiration et leur substance dans le peuple”28, Édouard Aynard, leur chef de file, n’a-t-il pas fait un stage dans sa jeunesse chez un canut pour lequel il garde une grande admirations29. Ces élites ont réussi jusqu’en 1870 à rassembler autour d’elles la plus grande partie de la population, ce qui a été démontré lors des crises politiques de 1793, 1834, 1848-184930 qui n’ont jamais tourné à l’avantage des républicains sociaux. Certes, cette réussite peut être attribuée au fait que Lyon, étant une ville moins cosmopolite que d’autres grandes cités31, le brassage humain y est moins grand et les élites plus permanentes mais aussi cette réussite tient au fait que ces élites ont œuvré, par intérêt et par devoir, pour maintenir ce rassemblement, grande originalité de Lyon sur le plan social et politique. Demeure néanmoins la question de savoir autour de quoi ces élites modérées lyonnaises ont-elles pu réussir à construire ce syncrétisme ? Les chefs d’ateliers, rouages essentiels de la Fabrique et donc de l’économie lyonnaise jusqu’aux années 1870, respectent le système de production auquel ils sont associés et dont ils attendent des revenus suffisants pour mener une vie décente. Leur contestation porte donc sur le tarif de façon quand celui-ci est considéré comme insuffisant pour vivre, d’où des conflits tarifaires, parfois violents, qui les opposent aux marchands-fabricants comme l’ont prouvé les révoltes de 1744, 1786, 183132. Au-delà d’un contentieux tarifaire latent sur toute la période, lié aux fluctuations de la conjoncture économique et aux bas salaires, la majorité des travailleurs de la Fabrique respecte le système de production lyonnais, ce respect débouchant ainsi sur une alchimie socioprofessionnelle qui perdure jusqu’en 1870. Jusque-là, tous ceux qui ont méconnu, ignoré ou contesté cette alliance, socialement “contre-nature” mais localement fondatrice d’identité, ont échoué dans leurs tentatives de déstabilisation de l’ordre socio-politique lyonnais et ont plus renforcé le syncrétisme qu’ils ne l’ont ébranlé.

  • 33 C’est à cette date que les trois faubourgs de la Guillotière, de Vaise et de la Croix-Rousse sont (...)
  • 34 Catherine ARLAUD et Dominique BERTIN (dir.), De la rue Impériale à la rue de la République. Archéo (...)
  • 35 Rappelons que les élites traditionnelles se sont compromises avec le pouvoir sous le Second Empire (...)

16De plus, l’alchimie lyonnaise est animée par une ferveur religieuse populaire à laquelle participe ces élites et que la fête du 8 décembre, apparue en 1852, ne fait que publiquement attester. Si la même année, l’absorption des faubourgs populaires33, parce qu’ils sont depuis longtemps associés à l’histoire lyonnaise, ne modifient pas le territoire socio-culturel lyonnais, les transformations urbanistiques du Second Empire34 bouleversent la géographie sociale lyonnaise et sont une des causes35 qui expliquent pourquoi en 1870 ces élites traditionnelles modérées ne sont pas arrivées à conserver le contrôle politique de la population lyonnaise. Pour retrouver leur influence, ces élites vont s’éloigner de leurs consoeurs trop réactionnaires et opter, bien que l’anticléricalisme de celle-ci les choque, pour un rapprochement avec la République car elles sont séduites par l’émancipation municipale qui correspond à leurs voeux de “République locale”. Les affaires lyonnaises ne peuvent leur permettre, même si la physionomie économique lyonnaise est en train de changer, d’être coupée de la population locale et du pouvoir municipal. Leur rapprochement avec la République municipale procède d’un échange : elles apportent les compétences et les réseaux économiques et bancaires de la Chambre de Commerce, Henri Germain et Auguste Isaac font partie de ce groupe, et les républicains fournissent les appuis politiques nécessaires. Cette stratégie suivie par les élites traditionnelles libérales et modérées leur permet de conserver, voire d’augmenter, leur influence.

  • 36 François DELPECH, « La presse et les partis à Lyon à l’avènement des républicains »,... art. cit., (...)
  • 37 Louis de VAUCELLES, Le Nouvelliste de Lyon et la défense religieuse 1879-1889, Lyon, Les Belles Le (...)
  • 38 Jean Vermorel, né à Lyon en 1875, rapporte dans ses souvenirs l’anecdote suivante pour les années  (...)

17Il n’en va pas de même dans cette France qui se républicanise, des royalistes qui ont perdu la partie et l’espoir des “henriquinquistes” de voir un Bourbon diriger la France est désormais fort compromis. Les élites traditionnelles lyonnaises, celles qui boudent la République, se replient sur la critique du gouvernement républicain, sur la gestion de leur patrimoine et sur la défense de l'Église catholique face à l’anticléricalisme et à un monde sans Dieu que favorise la République. Pour faire entendre leur message et pour tenter une éventuelle reconquête de l’opinion, ces élites qui ont découvert à travers la pratique du suffrage universel qu’il faut être majoritaire pour accéder au pouvoir, vont utiliser, outre les inévitables oeuvres pieuses, la presse qui connaît à cette époque, grâce à de nouvelles techniques, un développement foudroyants36. Le projet de Joseph Rambaud (1849-1919), issu des milieux catholiques lyonnais et allié aux bonnes familles locales, professeur de droit puis d’économie politique à la Faculté Catholique de Lyon, consiste à lancer un journal qui ne s’adresserait pas aux lecteurs pervertis, c’est-à-dire les républicains, mais à tous ceux qui cherchent d’honnêtes lectures respectant les principes de la morale et de la religion.. Certes, un journal conservateur existe déjà, Le Salut Public, mais ce quotidien du soir, datant du Second Empire, a un faible tirage, 7.000 exemplaires, et sa diffusion ne peut être que limitée. C’est pour cette raison qu’en 1879 l’Association des Patrons Catholiques de Lyon, comprenant des fabricants de soieries dont Cyrille Cottin, des banquiers dont Charles Guérin, des industriels dont Gillet père, un avocat Victor Duquaire, et la Congrégation des Messieurs, le “gratin” des élites traditionnelles, soutiennent ce projet de création de journal. Le Nouvelliste est né et la direction est tout naturellement confiée à Joseph Rambaud, véritable “croisé” contre l’infidèle République37. Tirant autour de 40.000 exemplaires, ce journal, plus orléaniste que légitimiste, tente de rassembler les catholiques qui s’opposent à la République38. Ces élites traditionnelles conservent des positions économiques fortes, sans arriver à contrôler la Chambre de Commerce, continuent à dominer les lieux de culture comme l’Académie mais pas les nouvelles sociétés savantes comme la Société de Géographie de Lyon fondée en 1873 incarnant le nouveau savoir mais se situent loin du pouvoir municipal, voire préfectoral qui détiennent le vrai pouvoir. Ces élites sont donc en perte de vitesse et leur influence est de plus en plus réduite.

Le soupçon demeure en 1894

  • 39 Victor Augagneur sera élu maire de Lyon, sous l’étiquette socialiste, en 1900.
  • 40 Catherine PELLISSIER, La Vie privée des notables lyonnais, Lyon, ELAH, 1996. Il est intéressant de (...)
  • 41 Bruno BENOIT, « A propos du républicanisme lyonnais en 1793 », Cahiers d’Histoire, 1993, no 3-4, p (...)
  • 42 Alan Forrest parle du fédéralisme comme d’un républicanisme de province, formule qui correspond pa (...)

18Si en 1894, à Lyon, les républicains radicaux-opportunistes campent à l’Hôtel de Ville, ils ont du mal à en sortir ou du moins, ils ont du mal à élargir leurs sphères d’influence. En effet, ils sont attaqués sur leur gauche par les socialistes qui reprennent l’héritage des républicains sociaux et sont en train, via la voie syndicale et groupusculaire, de saper l’assise populaire des républicains. Le médecin Victor Augagneur, pourtant issu des milieux catholiques lyonnais, recherche en ces années 1890, pour faire une carrière politique, non pas le soutien de son milieu qui n’est plus capable de vous faire élire maire mais celui des courants socialistes qui apparaissent comme les seuls pouvant offrir une opportunité électorale face à la forteresse Gailleton39. Sur leur droite, les modérés-centristes grignotent, plutôt hors de Lyon qu’à Lyon, les circonscriptions électorales des radicaux-opportunistes, en dénonçant les thèses anticléricales des républicains. Cependant, l’intérêt de ces derniers, et ils l’ont compris, est d’éviter tout retour au pouvoir des “Chalier”, version fin dix-neuvième, ce qui est pourtant en train de se passer avec les socialistes. De plus, la réussite de Lyon concerne aussi bien les élites économiques que politiques de la ville comme le prouve l’Exposition Internationale et Coloniale de Lyon de 1894 où les discours d’Antoine Gailleton et d'Édouard Aynard se rendent mutuellement hommage et vont dans le même sens, celui d’évoquer la grandeur lyonnaise. En 1894, la recomposition des élites lyonnaises est donc due à la République. Les élites traditionnelles d’avant 1870 ont implosé, même si elles ont pu conserver des lieux de sociabilité communs et des modes de vie identiques et continuer à avoir des alliances familiales40. Pour le partage du pouvoir, les libéraux-modérés-centristes ont rejoint les républicains et délaissé les conservateurs. La synthèse de 1793 a enfin réussi41 et a permis l’instauration d’un républicanisme municipal qui correspond parfaitement à l’expérience tentée lors du soulèvement fédéraliste de 179342. Lyon, ville trop longtemps perçue comme blanche ou rouge, est enfin devenue tricolore.

  • 43 Bruno BENOIT, « Histoire, mémoire et identité politique : l’exemple de la Révolution à Lyon », Ann (...)
  • 44 Bruno BENOIT, « Du fédéralisme à l’antiparisianisme : le cas lyonnais (1789-fin XIX° siècle) », Co (...)
  • 45 C’est l’année suivante que les frères Lumière mettent au point leur cinématographe et que Marius B (...)
  • 46 Bruno BENOIT, « Les Élites lyonnaises et l’Asie orientale (XVIII°-XIX° siècles) », Cahiers d’Histo (...)

19Cependant, les élites qui détiennent le pouvoir économique et politique n’ont pas abandonné leur réserve à l’égard de la République centralisatrice, une et indivisible, surtout qu’au même moment les mouvements unitaires l’emportent partout en Europe. La mémoire d’avoir été une ville affranchie en 1793 mais aussi celle d’une ville libre est cultivée par ces élites43. Or, la République étant désormais fréquentable et la Révolution ayant été commémorée, ces élites sont à la recherche d’un responsable vers lequel elles pourraient orienter le rugissement de Lyon quand celui-ci se sent attaqué ou blessé. En tant que purs produits du terroir culturel lyonnais, ces élites, aussi bien celles d’hier que celles d’aujourd'hui, vont désigner désormais Paris comme responsable des malheurs de Lyon. Si depuis longtemps des griefs contre Paris sont recensés, la stratégie des élites fait naître officiellement l’antiparisianisme44. Dans cette optique, les élites économiques se lancent dans une grande compétition technico-scientifique avec Paris — quelle est la ville capitale des sciences ? —, compétition ouverte par l’Exposition Internationale et Coloniale de 189445. De plus, dans une France dont l’espace est centralisé et dominé par Paris, les élites locales n’hésitent pas à aller exprimer leur identité libérale et leur envie d’autonomie en se lançant dans la colonisation, particulièrement celle du Tonkin et de Madagascar46. La méfiance des élites traditionnelles modérément républicaines, à l’égard de la République centralisatrice et parisienne, est partagée par les élites républicaines. La République, oui, à condition qu’elle soit lyonnaise !

  • 47 Cet événement est rapporté par Jean VERMOREL, Souvenirs-Contes et nouvelles,... op. cit., p. 60-61 (...)
  • 48 L’inauguration aura lieu en 1896.
  • 49 Le Nouvelliste, 22 mai 1886.
  • 50 Est-ce sa monumentalité qui a retardé sa réalisation ? Cette statue pèse, en effet, 900 tonnes, s’ (...)

20Enfin, à Lyon, le catholicisme reste très actif et l’archevêque est une personnalité de premier plan. En 1893, Monseigneur Coullié est nommé à la tête du diocèse de Lyon un an après l’encyclique Au milieu des sollicitudes de Léon XIII du 20 février 1892 qui affirme que l'Église n’est liée à aucune forme de gouvernement et autorise ainsi les catholiques à se rallier à la République. Si ce texte conforte les catholiques libéraux, il est mal reçu par les catholiques conservateurs qui voient l'Église, leur dernier lieu de pouvoir, se dérober et qui continuent à voir dans la République une doctrine contraire au christianisme. Pourtant, peu de temps après son arrivée, le Primat des Gaules est reçu à l’Hôtel de Ville par Gailleton, geste témoignant dans les deux camps d’un nouvel esprit même si la question scolaire demeure un objet de discorde47. En 1894, au moment où s’ouvre l’Exposition Internationale et Coloniale de Lyon, la basilique de Fourvière dont les travaux ont commencé en 1872, est presque achevée et sa masse imposante domine Lyon rappelant ainsi que Lyon appartient bien à Marie48 ! Pour tenter de contrer cette tradition mariale et donner à voir la République à l’approche du centenaire de la Révolution, la municipalité décide, le 29 septembre 1885, de construire une statue de Marianne. Cette statue doit s’élever à l’entrée de la ville, en face de la gare, tournant le dos à Ainay, à Marie et à Louis. Ce projet va traîner. Les oppositions sont fortes du côté du Nouvelliste qui écrit : « Le Conseil qui était décidément en veine de dire et surtout de faire des bêtises a adopté le projet concernant l’érection d’un monument à Marianne, à l’occasion du centenaire de 89. Cette conception de nos édiles nous fait sourire : 1889 ! Il faut espérer qu’à cette époque-là, la République, troisième du nom, aura été rejoindre ses devancières, cette fois-ci pour ne plus revenir »49. La première pierre n’est posée que le 8 octobre 1888. La statue de Marianne n’est donc pas prête pour juillet 188950. Elle rate ainsi son premier rendez-vous avec l’Histoire. Les malheurs de Marianne commencent. Il faut dire que la statue représente un lion dompté par Marianne, ce qui ne peut que déplaire aux Lyonnais qui le préfère rugissant. Au-delà de cette symbolique un peu provocatrice mais dans le droit fil de la volonté des élites qui jouent présentement l’intégration à la République par rapport à une mémoire qui cultive la contestation, Marianne ne recevra jamais la bénédiction républicaine puisque Sadi Carnot est assassiné quelques heures avant l’inauguration prévue. La double tragédie du 24 juin révèle qu’à Lyon la République n'est pas, en 1894, encore devenue totalement lyonnaise.

21Du 4 septembre 1870 au 24 juin 1894, la République s'est imposée à Lyon comme en France. Une partie des élites traditionnelles l’ont rejointe et de nouvelles élites sont apparues, seules sont restées à l’écart les élites refusant par royalisme et catholicisme la modernité et le consensus républicains. Ces élites ne contrôlent plus la ville politiquement, économiquement et culturellement, même si elles conservent quelques territoires. Leur ancrage dans le 2ème arrondissement est révélateur de leur immobilisme quand on considère la dynamique urbaine lyonnaise qui est tout à la conquête de la rive gauche du Rhône. Pour ces élites, la République n'est pas fréquentable car elle a renversé l’ordre divin. En cela, leur analyse n'a pas varié depuis Burke. Elles conservent un rôle éminent, celui de conservatoire de la mémoire, certes d’une mémoire particulière et solidement construite et entretenue depuis la Révolution.

  • 51 Selon l’expression de Serge Berstein, Herriot n’est-il pas la République en personne : Serge BERST (...)

22Quant aux élites républicaines, de fraîche ou de longue date, elles demeurent divisées sur la question religieuse et se répartissent les pouvoirs. Cependant, elles partagent, depuis le moment fondateur de l’identité politique lyonnaise, 1793, un goût commun pour le modérantisme et pour le refus des extrémismes. Il leur manque encore un fédérateur, il va s’appeler Édouard Herriot. La synthèse herriotiste du début du XX° siècle réconciliera les élites modérées et renouvellera le pacte unitaire lyonnais fondé sur un triple héritage : celui du christianisme, celui des Lumières et celui d’une ville où l’on respecte le travail51.

Notes

1 Louis Andrieux, un républicain modéré en 1870, rapporte que le 24 février 1848, il a alors huit ans, sa mère lui lit dans l’Histoire des Girondins de Lamartine l’épisode du procès et de l'exécution des Girondins. Son père entre alors en annonçant que la République vient d’être proclamée. Il aurait eu cette réaction : « J’eus un sursaut de terreur ; je tremblais de tous mes membres ; je voyais déjà la prison, la charrette, le bourreau, le couteau et ceux que j’aimais victimes de la Révolution » : Louis ANDRIEUX, A travers la République, Paris, Payot, 1926, p. 11.

2 Ce terme générique désigne les partisans de Joseph Chalier (1747-1793) apparus sur la scène politique lyonnaise en 1792 et rendus responsables, par la majorité de la population, de la jacobinisation de la ville à partir du printemps 1793, ouvrant ainsi la porte au soulèvement sectionnaire et anticlubiste du 29 mai 1793, lui-même responsable du siège et de la répression qui s’en sont suivis, bref responsables des malheurs de Lyon. Pour les “Chalier” : Takashi KOI, Chalier et les sans-culottes lyonnais, thèse de 3ème cycle, Université Lyon II, 1974. Pour bien comprendre la trame événementielle révolutionnaire lyonnaise : Bruno BENOIT et Roland SAUSSAC, Guide historique de la Révolution à Lyon (1789-1799), Trévoux, Éditions de Trévoux, 1988.

3 En 1848, les Voraces, partisans d’une république sociale, animent politiquement les débuts de la République à Lyon, inspirant crainte et rappelant des souvenirs fâcheux aux élites locales qui refusent de voir se renouveler le syndrome Chalier : Bruno BENOIT, « La croisade républicaine des Savoyards de Lyon en 1848 », Études Savoisiennes, 1994, no 3, p. 93 105.

4 Le décret de la Convention du 12 octobre 1793 “Lyon n'est plus” débaptise Lyon en “commune affranchie”. Ce n’est que le 7 octobre 1794 que Lyon retrouve son nom.

5 Date du soulèvement des Lyonnais contre les “Chalier” et début de la crise communément appelée “fédéraliste”. Cette date peut être considérée comme le point de départ de l’émancipation lyonnaise.

6 Amédée GASQUET, Biographie d’Auguste Burdeau, discours prononcés à ses funérailles, Lyon, Storck, 1895.

7 Le récit en a été fait par Julian ARCHER, « La naissance de la Troisième République à Lyon », Cahiers d'Histoire, 1971, no 1, p. 5-25.

8 Louis ANDRIEUX, A travers la République,... op. cit., p. 31.

9 Les témoins rapportent que c’est le citoyen Charles Beauvoir, un ancien internationaliste qui fut le premier à proclamer la République.

10 Le nombre exact d’internationalistes varie selon les sources. Il y aurait entre 7 et 9 internationalistes au Comité de Salut Public : Julian ARCHER, « La naissance de la Troisième République... »,... art. cit., p. 13.

11 Ces républicains qui se réunissaient durant l’été 1870, suite à l’annonce des défaites militaires, portaient le nom de Comité des Neuf.

12 Cette expression est due à François DELPECH, « La presse et les partis à Lyon à l’avènement des républicains », Cahiers d’Histoire, 1971, no 1, p. 30.

13 Louis Andrieux, né à Trévoux en 1840, est un avocat qui, pour ses critiques contre l’Empire, est condamné à trois mois de prison en 1870 et est libéré le 4 septembre par la foule. Il joue un rôle de premier plan. Il a laissé deux volumes de témoignages : La Commune de Lyon de 1870 à 1871, Paris, Perrin, 1906 ; Louis ANDRIEUX, A travers la République,... op. cit.

14 Bruno BENOIT (dir.), Ville et Révolution française, Lyon, PUL, 1994. Nous renvoyons surtout à la partie intitulée “Municipalité et personnel politique”.

15 Le Salut Public, 9 septembre 1870.

16 Bruno BENOIT, « Antoine-Marie Bertrand », 24 maires de Lyon, Lyon, LUGD, 1994, p. 28-34.

17 Archives Départementales du Rhône (ADR), 4 M 288, Comité Révolutionnaire.

18 Je m’appuie sur l’excellent travail de Stéphane BEROUD et Cyrille MICHAUD, Bakounine à Lyon le 28 septembre 1870, mémoire IEP Lyon, 1994. Bakounine arrive à Lyon autour du 15 septembre.

19 ADR, 2 RH, Envahissement de l’Hôtel de Ville, dossier Blanc.

20 Le drapeau rouge flotte jusqu’au 3 mars 1871.

21 Jacques Imbert-Colomès (1729-1808), premier échevin en 1789, devient, à partir de la Révolution, le principal agent de la contre-révolution pour tout le Sud-Est de la France. Par son action clandestine, il est le responsable de l’image de ville blanche qui colle à Lyon dès 1790.

22 Il y a en 1793-1794, après la prise de Lyon, près de 1.900 exécutions, tous ayant défendu Lyon mais pas tous, et loin s’en faut, au nom du roi. Le monument en forme de pyramide qui abrite le tombeau du général Précy, “héros” du siège de Lyon mort en 1820, et les ossements des fusillés de la plaine des Brotteaux, est un lieu de recueillement pour ces notables lyonnais : Le Monument religieux des Brotteaux, Lyon, Audin, 1925.

23 La source mémorielle à laquelle ils s’abreuvent, est les écrits de Guillon de Montléon, contemporain de la Révolution et écrivain abondant dont les écrits vont être repris par tous les érudits du XIX° siècle en tête desquels figure Alphonse BALLEYDIER, Histoire politique et militaire du peuple de Lyon pendant la Révolution française, Paris, Curmer, 1845.

24 Ces deux hommes, surtout le lyonnais Louis Vitet, médecin, maire en 1791 et député à la Convention, sont les représentants les plus typiques des élites modérées lyonnaises formatrices de l’identité libérale et centriste de Lyon et qui attendent, depuis 1793, l’occasion de prendre en charge les destinées de la cité.

25 Bruno BENOIT, « Lyon en 1795 ou le refus de l’extrémisme de droite », Cahiers de Rhône 89, 1995, no 17, p. 76-80.

26 Jean-François MARTIN et Marc du POUGET, Les Élections législatives dans le département du Rhône sous la Troisième République, Lyon, ADR, 1991, p. 13.

27 André-Jean TUDESQ, « Le maire, petit ou grand notable », Pouvoirs, 1984, no 23, p. 16.

28 J’emprunte cette formule à Guy CHAUSSINAND-NOGARET (dir.), Histoire des élites en France du XVI° au XX° siècle, Paris, Tallandier, 1991, p. 13.

29 « ...Sorte d’aristocratie ouvrière,...travailleur ingénieux, actif et probe... », Édouard AYNARD, Lyon en 1889. Introduction à Lyon à l’Exposition Universelle de 1889, Lyon, Storck et Martin, 1889.

30 Bruno BENOIT, « Violences et répression urbaines : l’exemple lyonnais (1786-1849) », Jean-Clément MARTIN (dir.), Guerre et répression. La Vendée et le monde, Rennes, Ouest Éditions, 1993, p. 101-110.

31 Yves GRAFMEYER, Quand le tout Lyon se compte, Lyon, PUL, 1992, p. 9.

32 Louis ANDRIEUX, A travers la République,... op. cit., p. 31.

33 C’est à cette date que les trois faubourgs de la Guillotière, de Vaise et de la Croix-Rousse sont rattachés, malgré leur peu d’enthousiasme, à Lyon : François DUTACQ, L’Extension du cadre administratif et territorial de la cité lyonnaise de 1789 à 1852, Lyon, Audin, 1923.

34 Catherine ARLAUD et Dominique BERTIN (dir.), De la rue Impériale à la rue de la République. Archéologie, création et rénovation urbaines, Lyon, Archives Municipales, 1991.

35 Rappelons que les élites traditionnelles se sont compromises avec le pouvoir sous le Second Empire qui a été une période de croissance économique soutenue, donc des affaires prospères, et une période où les catholiques ont exercé un magistère moral, ce qui ne pouvait que satisfaire les élites traditionnelles lyonnaises. Les républicains de 1848 ont profité de cette situation pour étendre leur influence sur la population.

36 François DELPECH, « La presse et les partis à Lyon à l’avènement des républicains »,... art. cit., note 11.

37 Louis de VAUCELLES, Le Nouvelliste de Lyon et la défense religieuse 1879-1889, Lyon, Les Belles Lettres, 1971.

38 Jean Vermorel, né à Lyon en 1875, rapporte dans ses souvenirs l’anecdote suivante pour les années 1880 : « Je revois l’humble intérieur de Mlle Marguerite, avec ses images pieuses sur les murs, son prie-Dieu de velours, sa petite vierge d’ivoire sous un globe et, sur la table, étalé Le Nouvelliste de Lyon encadré de noir » : Souvenirs-Contes et nouvelles, Villefranche, Cuvier, 1942, p. 54.

39 Victor Augagneur sera élu maire de Lyon, sous l’étiquette socialiste, en 1900.

40 Catherine PELLISSIER, La Vie privée des notables lyonnais, Lyon, ELAH, 1996. Il est intéressant de relever dans l’index que rares sont les noms désignant les nouvelles élites républicaines. Elles n’occupent le devant de la scène que depuis trop peu de temps et n’auront jamais pour elles la permanence.

41 Bruno BENOIT, « A propos du républicanisme lyonnais en 1793 », Cahiers d’Histoire, 1993, no 3-4, p. 253-271.

42 Alan Forrest parle du fédéralisme comme d’un républicanisme de province, formule qui correspond parfaitement à la situation lyonnaise : Bruno BENOIT, « A propos du républicanisme lyonnais... »,... art. cit. ; Alan FORREST, « Le fédéralisme de 1793, un fédéralisme de province », Les Fédéralismes : réalités et représentations (1789-1874), Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1995, p. 303-311.

43 Bruno BENOIT, « Histoire, mémoire et identité politique : l’exemple de la Révolution à Lyon », Annales Historiques de la Révolution française, 1996, no 3, p. 491-509.

44 Bruno BENOIT, « Du fédéralisme à l’antiparisianisme : le cas lyonnais (1789-fin XIX° siècle) », Colloque “La ville en Occident du Moyen Age à nos jours”, Bourges, 5 au 7 octobre 1995, (à paraître).

45 C’est l’année suivante que les frères Lumière mettent au point leur cinématographe et que Marius Berliet construit sa première automobile.

46 Bruno BENOIT, « Les Élites lyonnaises et l’Asie orientale (XVIII°-XIX° siècles) », Cahiers d’Histoire, 1995, no 3-4, p. 255-269.

47 Cet événement est rapporté par Jean VERMOREL, Souvenirs-Contes et nouvelles,... op. cit., p. 60-61. Le Conseil Municipal demandant à Gailleton, de façon un peu sèche, ce que lui a dit Mgr Coullié, Gailleton aurait répondu : « Il vous donne sa bénédiction ».

48 L’inauguration aura lieu en 1896.

49 Le Nouvelliste, 22 mai 1886.

50 Est-ce sa monumentalité qui a retardé sa réalisation ? Cette statue pèse, en effet, 900 tonnes, s’élève à 6,80 mètres de hauteur et se trouve posée sur un fût de 11 mètres.

51 Selon l’expression de Serge Berstein, Herriot n’est-il pas la République en personne : Serge BERSTEIN, Édouard Herriot ou la République en personne, Paris, FNSP, 1985.

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search