Version classiqueVersion mobile

Élites et pouvoirs locaux

 | 
Bruno Dumons
, 
Gilles Pollet

Première partie. Élites politiques et administratives

Introduction

Bruno Dumons et Gilles Pollet

Texte intégral

1Avec l’avènement puis la consolidation de la République, s’installent un nouveau régime politique et un nouvel ordre institutionnel. L’institution d’une démocratie parlementaire et pluraliste ainsi que l’exercice réel du suffrage universel aux différents échelons territoriaux de gouvernement modifient en effet profondément les rapports entre le centre et les périphéries et provoquent en particulier l’émergence d’un nouveau type de pouvoir politique propre : le pouvoir municipal. Comme le faisait remarquer Gambetta, la République doit d’abord gagner et s’affirmer dans les mairies, échelon de base de la vie politique. On va donc assister à une progressive et inexorable républicanisation de l’ensemble de la nation française, certains territoires étant plus réceptifs que d’autres au changement. Dans la France du Sud-Est, la République l’a très tôt emporté et les pouvoirs locaux se sont rapidement trouvés aux mains des “forces de progrès”. Les sept interventions rassemblées dans ce premier chapitre traitent donc de ces institutions ainsi que des élites politiques et administratives nouvelles qui apparaissent au cœur des processus et réseaux complexes permettant d’assurer la régulation et le gouvernement de sociétés locales républicanisées.

2La première thématique qui ressort de la lecture croisée de ces différentes contributions, porte sur la question du renouvellement et de la permanence des élites politico-administratives locales. Dans les villes, le remplacement des élites traditionnelles par des “couches nouvelles” ne s’est pas fait sans heurt, ni sans résistance de la part des premières. D’autre part, les nouvelles élites républicaines sont elles-mêmes loin d’être homogènes et les écarts sont grands entre les aspirations des tenants de la République sociale d’un côté, ceux de la République opportuniste et libérale de l’autre. Plusieurs auteurs insistent sur cette multiplicité des élites ainsi que sur les jeux complexes qui voient des réseaux concurrents s’affronter pour la conquête du pouvoir urbain légitime, entraînant la formation de contre-pouvoirs plus ou moins efficaces selon les cas (Benoit, Fillon, Renard). L’avènement progressif du nouveau régime induit l’émergence d’un républicanisme municipal, creuset de nouvelles élites politiques regroupées dans un camp républicain qui reste toutefois fractionné en plusieurs pôles et d’où émergent des élites et notables intermédiaires (Benoit, Renard, Vogel, Briquet, Dorandeu). Face à ce pouvoir républicain en voie de constitution, les élites traditionnelles ne baissent pas les bras et s’organisent en élaborant un véritable contre-pouvoir local soutenu également par certains réseaux nationaux (Fillon). Cette lutte concurrentielle entre acteurs du pouvoir local est particulièrement vive pour tout ce qui concerne le contrôle du social dans la ville et la laïcisation des pratiques d’assistance (Renard).

3La seconde problématique générale interroge les divers processus de légitimation de ces pouvoirs et contre-pouvoirs locaux. En effet, les dispositifs de gouvernement et d’administration des sociétés locales sont d’autant plus forts qu’ils apparaissent légitimes, non seulement pour ceux qui les mettent en place mais surtout vis-à-vis de ceux sur qui ils s’exercent. Un phénomène de légitimation du nouveau pouvoir local s’opère d’abord sur le plan politique. Le régime démocratique mis en place se construit simultanément, de manière pratique, sur le plan national et local (Renard, Vogel, Dumons et Pollet). On pourrait ainsi dire que la démocratie républicaine s’organise largement sous la forme d’une démocratie locale et communale. D’où, ce rôle de tremplin mais aussi de refuge, dévolus aux mandats locaux et particulièrement municipaux. Le rôle du conseil municipal et surtout du conseil général, comme passage obligé pour toute carrière politique nationale, est ainsi bien mis en évidence (Fillon, Dumons et Pollet). L’adaptation progressive et constante des élites et des formes de domination, y compris traditionnelles, à la modernité politique et à la professionnalisation du métier politique qui s’ensuit, constituent un élément marquant du processus de républicanisation, non seulement des espaces locaux mais de l’ensemble du système institutionnel (Dorandeu, Briquet, Dumons et Pollet). La pratique du cumul des mandats avec la figure du maire parlementaire finissent par représenter des archétypes de la réussite d’une carrière politique en même temps qu’elles constituent l’un des fondements de cette forme particulière de démocratie que représente la République (Briquet, Dumons et Pollet). Cette complémentarité des modes de régulation entre le centre et les périphéries apparaît également de manière emblématique dans le cas des commissaires de police urbaine, la nationalisation des référents de l’organisation policière se combinant avec le contrôle et l’organisation de la police par la municipalité jusqu’à un mythique équilibre des pouvoirs constitués (Vogel). Cette nouvelle capacité institutionnelle et professionnelle des pouvoirs communaux apparaît également dans le domaine extrêmement sensible de la gestion du social et de la distribution des secours (Renard).

4Mais le pouvoir municipal, dans le cadre républicain, se construit d’abord et avant tout grâce à un phénomène d’autonomisation par rapport aux autorités sociales représentées localement, en particulier l’Eglise catholique, en prenant même appui sur le centre, ainsi qu’à travers des processus de spécialisation des tâches et des fonctions ainsi que de division du travail politico-administratif aux différents niveaux territoriaux d’intervention publique (Vogel, Renard, Dorandeu, Briquet, Dumons et Pollet). Ainsi, la figure emblématique du chef de police, commissaire central, cumule à la fois les fonctions de professionnel du secteur policier, de chef d’un service municipal et d’agent de l’Etat central afin d’assurer la mise en administration de l’ordre urbain (Vogel). La légitimation du pouvoir local républicanisé passe ainsi largement par sa capacité à démontrer qu’il assume ses responsabilités de gestionnaire dans une forme légale-rationnelle et de plus en plus technicienne. Des stratégies similaires s’observent toutefois au sein des milieux les plus conservateurs qui tentent de se constituer en contre-pouvoir grâce à leurs réseaux sociaux, politiques et corporatistes (Fillon). Mais pour les franges les plus modérées des deux camps, c’est souvent le processus d’identification au local qui permet l’union derrière un régime républicain d’autant moins contesté qu’il assure l’ordre et la stabilité et qu’il a réussi à construire un système institutionnel basé sur un certain équilibre et une complémentarité entre pouvoirs locaux et pouvoir central (Benoit, Briquet, Dumons et Pollet).

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search