Version classiqueVersion mobile

Élites et pouvoirs locaux

 | 
Bruno Dumons
, 
Gilles Pollet

Introduction générale

Bruno Dumons et Gilles Pollet

Texte intégral

  • 1 Albert MABILEAU (dir.), A la recherche du “local”, Paris, L’Harmattan, 1993.
  • 2 Parmi les recherches des historiens français du droit : Jean-Pierre MACHELON, La République contre (...)

1Au cours de ces dernières années, plusieurs événements majeurs sont venus modifier à la fois l’architecture des rapports entre les différents niveaux territoriaux de pouvoir et l’intérêt que les sciences sociales ont porté sur ces derniers : les lois de décentralisation, l’élection au suffrage universel des conseils régionaux, l’intégration dans la construction européenne, la remise en cause de l’État-Nation et l’émergence de la ville, du département et de la région comme acteurs de plus en plus centraux du nouveau jeu institutionnel. De ce fait, la réflexion menée sur les pouvoirs locaux et sur les différents niveaux territoriaux d’intervention publique en a été fortement stimulée1. Mais ce renouveau s’appuie également sur un courant inscrit dans l’historiographie des sciences sociales, questionnant le rôle et le poids des pouvoirs locaux ou encore les caractéristiques du “système local”2.

  • 3 Pierre BARRAL, Le Département de l’Isère (1870-1940), Paris, Colin, 1962 ; Georges DUPEUX, Aspects (...)
  • 4 Maurice AGULHON, La République au village. Les populations du Var de la Révolution à la Seconde Ré (...)
  • 5 Sur l’approche régionale en histoire : Michel DENIS, « L’approche régionale », François BEDARIDA ( (...)
  • 6 Maurice GARDEN, Lyon et les Lyonnais au XVIII° siècle, Paris, Les Belles Lettres, 1970 ; Gilbert G (...)

2De leur côté, les historiens avaient plutôt jusqu’alors développé des monographies visant à saisir l’ensemble des interactions politiques, sociales et culturelles circonscrites à un espace territorial délimité comme la région, le département ou la municipalité, en particulier avec les thèses de Pierre Barrai, Alain Corbin, Georges Dupeux, Pierre Lévêque et Philippe Vigier3. Ici, l’étude du processus de politisation de la nation est largement envisagée autour du rôle des élections même si Maurice Agulhon a en particulier introduit la notion de sociabilité et développé des analyses d’anthropologie politique pour exprimer d’autres formes d’accès au politique4. Par ailleurs et face à la suprématie de la Sorbonne, l’émergence des universités de province va permettre la constitution de pôles de recherches particulièrement actifs dans le domaine de l’histoire régionale5. Ainsi est créé, sous la houlette de Pierre Léon, le Centre d’Histoire Économique et Sociale de la Région Lyonnaise à partir duquel s’affirmera une “école lyonnaise”, en particulier autour des travaux de Maurice Garden, Yves Lequin et Gilbert Garrier portant sur un ensemble régional6 ».

  • 7 Claude MESLIAND, « Gauche et droite dans les campagnes provençales sous la Troisième République »,(...)
  • 8 Jean-François SOULET, Les Pyrénées au XIX° siècle, Toulouse Eché, 1987 ; Christian THIBON, Le Pays (...)
  • 9 Jean-Pierre CHALINE, Les Bourgeois de Rouen, une élite urbaine au XIX° siècle, Paris, FNSP, 1982 ; (...)
  • 10 Roland CATY et Éliane RICHARD, Armateurs marseillais au XIX° siècle, Marseille, Chambre de Commerc (...)
  • 11 Sur les banques : André GUESLIN, Histoire des crédits agricoles, Paris, Economica, 1984 ; Hubert B (...)
  • 12 Bernard LEPETIT, Les Villes dans la France moderne (1740-1840), Paris, Albin Michel, 1984 ; Jean-L (...)
  • 13 Jean-Paul BRUNET, Saint-Denis, la ville rouge, 1890-1939, Paris, Hachette, 1980 ; Annie FOURCAUT, (...)
  • 14 Jean-Pierre CHALINE, Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France XIX°-XX° siècles, P (...)
  • 15 Michel LAGREE, Religion et cultures en Bretagne (1850-1950), Paris, Fayard, 1992 ; Christian SORRE (...)
  • 16 Sur les figures d’élus locaux : Louis GIRARD, Antoine PROST et Rémi GOSSEZ, Les Conseillers généra (...)

3Par la suite, l’analyse du pouvoir local n’a été abordée que de manière partielle, notamment au détour de recherches monographiques articulant histoire rurale et histoire politique7. L’apport de quelques travaux anglo-saxons mais aussi français est néanmoins venu dynamiser ce territoire historiographique au point que l’on a pu même parler d’une “école pyrénéenne”, chacun insistant sur l’autonomie du local dans les processus de politisation8 ». C’est le cas également pour certains travaux d’histoire sociale relatifs aux notables, à la bourgeoisie et à la noblesse9. Le constat est similaire à propos des élites économiques, qu'il s’agisse d’entrepreneurs ou d’industriels même si certaines recherches abordent quelque peu leur influence et pouvoir politique à l’échelle régionale10 ». Cependant, l’exercice du pouvoir local est davantage pris en compte avec les travaux récents sur les dynasties de la banque et de l’électricité11. Sur le chantier de l’histoire urbaine, le poids des pouvoirs locaux n’est là aussi que partiellement envisagé, même avec le concours de la collection “Histoire des villes” des éditions Privat de Toulouse12 ?. Seules quelques recherches récentes l’ont abordé à partir de l’étude des politiques municipales et en particulier du “socialisme municipal”13. Sous l’angle culturel, un intérêt croissant semblerait se dessiner autour de l’étude du rôle joué par les élites et les institutions qui ont participé à la construction d’une identité locale14. D’autre part, l’espace confessionnel est devenu lui aussi un outil pertinent pour percevoir certaines formes d’exercice du pouvoir local15. Enfin, l’histoire politique a régulièrement contribué à fournir des connaissances importantes sur l’influence des élus (maires et conseillers généraux) dans la localité et sur le rôle des forces politiques dans le jeu de la société locale16.

  • 17 Christian GRAS et Georges LIVET (dir.), Régions et régionalisme en France du XVIIIo siècle à nos j (...)
  • 18 Maurice BORDES, L’Administration provinciale et municipale en France au XVIII° siècle, Paris, SEDE (...)
  • 19 Bruno BENOIT (dir.), Ville et Révolution française, Lyon, PUL, 1994 ; Roger DUPUY (dir.), Pouvoir (...)
  • 20 Christiane MORA, Les Chambres d’agriculture : représentation et défense des intérêts agricoles (19 (...)
  • 21 Sur les nouvelles recherches prosopographiques du personnel parlementaire : « Le personnel politiq (...)

4Depuis l’achèvement de ces nombreuses recherches à caractère souvent monographique, l’historiographie contemporaine a intégré le pouvoir local comme objet scientifique à part entière17. Ce sont d’ailleurs les historiens modernistes qui ont montré l’exemple avec des travaux sur l’exercice du pouvoir dans la ville ou au village18. Ils ont été imités en cela par les historiens de la Révolution qui ont consacré récemment deux colloques à envisager le pouvoir local comme un champ de recherche particulier19. Désormais, l’analyse des institutions et des corps professionnels aux XIX° et XX° siècles offre davantage d’éclaircissements sur les diverses facettes du pouvoir local20 ». Cependant, ce sont les historiens du politique et les politologues qui ont le plus renouvelé l’approche du pouvoir local en poursuivant les recherches prosopographiques sur le personnel politique mais aussi en empruntant les méthodes de l’anthropologie ainsi qu’en ayant recours aux analyses en terme de réseaux et de groupes d’intérêt21.

  • 22 Jean LOJKINE, La Politique urbaine dans la région parisienne (1945-1971), Paris-La Haye, Mouton, 1 (...)
  • 23 Les recherches concernant les municipalismes et la place des pouvoirs locaux dans les systèmes ins (...)
  • 24 Patrick LE GALES, « Du gouvernement local à la gouvernance urbaine », Revue Française de Science P (...)
  • 25 Ibid.
  • 26 Ibid.
  • 27 Selon Max Weber, les notables sont « les personnes qui, de par leur situation économique, sont en (...)
  • 28 Robert DAHL, Qui gouverne ?, Paris, Colin, 1971.

5Parallèlement, politologues et sociologues ont en effet produit des travaux qui décrivent les autorités, les institutions et les politiques locales, les réseaux politiques et clientélaires ainsi que les rapports entre centre et périphérie22. Ce dernier point constitue par exemple un courant important et novateur de l’histoire politique et sociale italienne à partir duquel on appréhende la construction de la nation et de la citoyenneté23. Certaines problématiques actuelles s’orientent également vers le concept de “gouvernance urbaine” entendue comme la « capacité à intégrer, à donner forme aux intérêts locaux, aux organisations, groupes sociaux, et, d’autre part, comme... la capacité à les représenter à l’extérieur, à développer des stratégies plus ou moins unifiées en relation avec le marché, l'Etat, les autres villes et autres niveaux de gouvernement... »24. Cette notion part du constat d’une complexification croissante des sociétés démocratiques occidentales rendant leur mode de gouvernement plus difficile. D’autres recherches privilégient plutôt le « terme de gouvernabilité qui renvoie à un problème de gouvernement, c’est-à-dire de gestion d’intérêts contradictoires et fondamentalement irréconciliables »25. A une problématique en terme d’intégration ou d’autorégulation des différents sous-systèmes sociaux est alors préférée une analyse des processus complexes de régulation « qui privilégie l’ancrage local et organisationnel des modalités d’intervention des autorités locales »26. De notre point de vue, il semblerait qu’il s'agisse peut-être autant d’un changement dans l’outillage conceptuel et méthodologique des chercheurs que d’un accroissement du niveau de complexité et de différenciation des gouvernements locaux. Quoi qu’il en soit, le recours à l’histoire paraît incontournable pour saisir l’évolution des pouvoirs locaux sur le temps long et pour juger des processus à l’œuvre dans ces domaines. On peut ainsi se poser la question de l’évolution des modes de régulation des sociétés locales en fonction des types de régimes politiques. En particulier, si le XIX° siècle se caractérise localement par le pouvoir des notables traditionnels, qu’en est-il à la fin du siècle et du début du XX° avec l’installation définitive d’un pouvoir républicain accompagnée d’une spécialisation et une professionnalisation du champ et du métier politique ?27 Si le notable traditionnel se caractérise par le confusion dans les mêmes mains du pouvoir économique, social et politique, la Troisième République semble se caractériser par une complexité croissante des instances de régulation et un certain éclatement des lieux et acteurs du pouvoir local. Il reste donc à saisir ce processus et à tenter de cerner les configurations et réseaux qui fondent la gouvernabilité des sociétés locales. Assiste-t-on dans une certaine mesure à une perpétuation et à une transmission du pouvoir des notables traditionnels ? Voit-on émerger de nouvelles notabilités ou des processus de notabilisation touchant les couches nouvelles au pouvoir ? Ne faut-il pas plutôt parler d’élites polyarchiques en interactions mais ne concentrant qu’une partie du pouvoir28 » ? Dans ce schéma, le niveau politique n’assure-t-il pas dorénavant un mécanisme de régulation des différents sous-systèmes et configurations du pouvoir local ? L’interrogation portera donc sur le rôle et les relations des acteurs en présence ainsi que sur l’ensemble des normes, règles, conventions et représentations déterminant l’exercice du pouvoir local dans le cadre républicain.

  • 29 Complémentaire à la notion de “réseau” qui vise à reconstituer un ensemble de relations entre indi (...)

6Dans le cadre de ce colloque, l’approche se veut toutefois d’une ambition modeste puisqu’il s’agit de tenter de reconstituer, de manière empirique, un certain nombre de “configurations” de pouvoir à partir d’une chronologie et d’un espace limités : la France du Sud-Est sous la Troisième République29. L’ensemble des interventions devrait donc permettre de mieux saisir l’armature du contrôle politique et social, et par conséquent, les figures concrètes de la gouvernance ou plutôt de la gouvernabilité locales. Pour ce faire, une des méthodes préconisées consiste à mêler une analyse en termes de réseaux avec les apports de la prosopographie. En effet, on formule ici l’hypothèse que les acteurs locaux mettent en œuvre des stratégies ayant pour objectif de constituer et d’accéder à des réseaux et configurations dont les relations constituent le cœur même du pouvoir local.

  • 30 On considérera les élites comme les acteurs des réseaux et des configurations d’un pouvoir local h (...)

7D'autre part, ces élites s’appuient sur des relais extérieurs, souvent d’envergure nationale30. Ainsi, le régime politique de la Troisième République révèle une profonde complémentarité entre, d’un côté, un État central puissant et une haute fonction publique républicaine en voie de constitution et de, l’autre, des pouvoirs locaux dynamiques et relativement autonomes dans leurs modes d’action publique et leurs dispositifs institutionnels.

8En se fiant à la description donnée par les annuaires départementaux, on peut voir apparaître les lieux et les figures du pouvoir local tels qu’ils sont perçus par les contemporains : élus nationaux (sénateurs et députés) et représentants de l'Etat (préfets et fonctionnaires de la préfecture), élus et fonctionnaires locaux (conseillers généraux et municipaux, secrétaires de mairie, chefs de service), autorités militaires et religieuses (officiers, évêques, pasteurs, rabbins), hauts fonctionnaires de l’administration des finances (trésoriers et receveurs généraux), de la justice (procureurs, magistrats et avocats), de l’instruction publique (recteurs, universitaires et scientifiques), représentants et dirigeants de l’agriculture, de l’industrie et du commerce, notabilités culturelles... Tous n’ont-ils pas en commun cet exercice du pouvoir qui consiste à participer aux tentatives de régulation des sociétés locales ?

9Ces acteurs et leurs réseaux restent largement méconnus sous la Troisième République. L’ambition des actes de ces deux journées d’études est donc de contribuer à une histoire et à une sociologie de ces élites et pouvoirs locaux à partir de travaux portant sur leurs profils, leurs représentations, leur permanence et leur renouvellement, leurs réseaux, configurations et relations ainsi que leurs attitudes dans le conflit traditionnel entre Paris et la province. Les champs d’investigation englobent ici la dimension communale, départementale et régionale sur l’ensemble du territoire de la France du Sud-Est. Une première partie est alors consacrée aux réseaux et aux figures des élites politiques et administratives ainsi que des autorités religieuses et des notabilités culturelles. Un second volet envisage l’exercice du pouvoir local sous l’angle économique et industriel mais également à partir du cadre rural puis aborde les rapports des élites et des corps traditionnels avec la localité. Malgré l’absence remarquée de certaines figures comme les militaires, les magistrats, les hauts-fonctionnaires, les artistes et celle des femmes, il aura été ainsi esquissé un ensemble complexe de réseaux structurés ou plus informels, fondant le pouvoir local mais illustrant également les rapports avec le centre et les institutions nationales. Une telle approche a pour ambition de contribuer à une meilleure connaissance de l’histoire des élites et des figures concrètes de l'État républicain.

Notes

1 Albert MABILEAU (dir.), A la recherche du “local”, Paris, L’Harmattan, 1993.

2 Parmi les recherches des historiens français du droit : Jean-Pierre MACHELON, La République contre les libertés ?, Paris, FNSP, 1976 ; François BURDEAU, Liberté. Libertés locales chéries !, Paris, Cujas, 1983. Parmi les politologues et historiens français et anglo-saxons : Mark KESSELMANN, Le Consensus ambigu : étude sur le gouvernement local, Paris, Cujas, 1972 ; Bernard LE CLERE et Vincent WRIGHT, Les Préfets du Second Empire, Paris, Colin, 1973 ; Jeanne BECQUART-LECLERCQ, Paradoxe du pouvoir local, Paris, FNSP, 1976 ; Jean-Claude THOENIG, L’Administration des routes et le pouvoir départemental. Vie et mort de la vicinalité, Paris, Cujas, 1980 ; Douglas ASHFORD et Jean-Claude THOENIG (dir.), Les Aides financières de l'État aux collectivités locales en France et à l’étranger, Paris, LITEC, 1981 ; Douglas ASHFORD, British Dogmatism and French Pragmatism. Central-Local Policy Making in the Modem Welfare State, London, Allen and Unwin, 1982.

3 Pierre BARRAL, Le Département de l’Isère (1870-1940), Paris, Colin, 1962 ; Georges DUPEUX, Aspects de l’histoire sociale et politique du Loir-et-Cher (1848-1914), Paris-La Haye, Mouton, 1962 ; Philippe VIGIER, La Seconde République dans la région alpine. Étude politique et sociale, Paris, PUF, 1963 ; Alain CORBIN, Archaïsme et modernité en Limousin au XIX° siècle (1845-1880), Paris, Rivière, 1975 ; Pierre LEVEQUE, Une Société provinciale. La Bourgogne sous la Monarchie de Juillet, Paris, EHESS, 1983 ; Pierre LEVEQUE, Une Société en crise : La Bourgogne au milieu du XIX° siècle (1846-1852), Paris, Touzot, 1983 ; Justinien RAYMOND, La Haute-Savoie sous la Troisième République, Seyssel, Champ Vallon, 1983. Pour un premier bilan historiographique critique de la recherche historique régionale : Jacques ROUGERIE, « Faut-il départementaliser l’histoire de France ? », Annales ESC, janvier-février 1966, p. 178-193 ; Philippe VIGIER, « Un quart de siècle de recherches historiques de la province », Annales Historiques de la Révolution Française, octobre-décembre 1975, p. 622-645.

4 Maurice AGULHON, La République au village. Les populations du Var de la Révolution à la Seconde République, Paris, Plon, 1970 ; Maurice AGULHON, Une Ville au temps du socialisme utopique : Toulon de 1815 à 1851, Paris-La Haye, Mouton, 1970.

5 Sur l’approche régionale en histoire : Michel DENIS, « L’approche régionale », François BEDARIDA (dir.), L’Histoire et le métier d’historien en France (1945-1995), Paris, MSH, 1995, p. 187-200.

6 Maurice GARDEN, Lyon et les Lyonnais au XVIII° siècle, Paris, Les Belles Lettres, 1970 ; Gilbert GARRIER, Paysans du Beaujolais et du Lyonnais (1800-1970), Grenoble, PUG, 1973 ; Yves LEQUIN, Les Ouvriers de la région lyonnaise (1848-1914), Lyon, PUL, 1977.

7 Claude MESLIAND, « Gauche et droite dans les campagnes provençales sous la Troisième République », Études Rurales, juillet-décembre 1976, p. 207-234 ; Pierre VALLIN, Paysans rouges du Limousin (1871-1914), Paris, L’Harmattan, 1985 ; Jean-Luc MAYAUD, Les Secondes Républiques du Doubs, Besançon, Les Belles Lettres, 1986 ; Yves RINAUDO, « Un équilibre méditerranéen : le pouvoir local entre l'État et le territoire », Études Rurales, janvier-juin 1986, p. 203-217 ; Marcel VIGREUX, Paysans et notables du Morvan au XIX° siècle jusqu’en 1914, Château-Chinon, Académie du Morvan, 1987 ; Jean-Claude FARCY, Les Paysans beaucerons au XIX° siècle, Chartres, Société Archéologique d’Eure-et-Loir, 1990 ; Nadine VIVIER, Le Briançonnais rural aux XVIII° et XIX° siècles, Paris, L’Harmattan, 1992 ; Pierre GOUJON, Le Vigneron citoyen. Mâconnais et Chalonnais (1848-1914), Paris, CTHS, 1993.

8 Jean-François SOULET, Les Pyrénées au XIX° siècle, Toulouse Eché, 1987 ; Christian THIBON, Le Pays de Sault - Pyrénées audoises au XIX° siècle : les villages et l'État, Paris, CNRS, 1988 ; Édouard LYNCH, Entre la commune et la nation. Identité communautaire et pratique politique en vallée de Campan (Hautes-Pyrénées) au XIX° siècle, Toulouse, Association Guillaume Mauran, 1992 ; Peter MAC PHEE, Les Semailles de la République dans les Pyrénées-Orientales (1846-1852). Classes sociales, culture et politique, Perpignan, L’Olivier, 1992 ; Peter SAHLINS, Forest Rites. The Warofthe Demoiselles in Nineteenth-Century France, Cambridge, Harvard University Press, 1994.

9 Jean-Pierre CHALINE, Les Bourgeois de Rouen, une élite urbaine au XIX° siècle, Paris, FNSP, 1982 ; Yves POURCHER, Les Maîtres de granit. Les notables de Lozère du XVIII° à nos jours, Paris, Orban, 1987 ; ClaudeIsabelle BRELOT, La Noblesse réinventée. Nobles de Franche-Comté de 1814 à 1870, Paris, Les Belles Lettres, 1992 ; François IGERSHEIM, Politique et administration dans le Bas-Rhin (1848-1870), Strasbourg, PUS, 1993.

10 Roland CATY et Éliane RICHARD, Armateurs marseillais au XIX° siècle, Marseille, Chambre de Commerce, 1986 ; Michel HAU, L’Industrialisation de l'Alsace (1803-1939), Strasbourg, PUS, 1987 ; Jean-Marie MOINE, Les Barons du fer. Les maîtres de forge en Lorraine du milieu du XIX° siècle aux années trente, histoire sociale d'un patronat sidérurgique, Nancy, PUN, 1989 ; Dominique BARJOT, Le Patronat de la Normandie, du Maine et de l'Anjou sous le Second Empire, Paris, Picard, 1991.

11 Sur les banques : André GUESLIN, Histoire des crédits agricoles, Paris, Economica, 1984 ; Hubert BONIN, Les Banques françaises de l’entre-deux-guerres (1919-1935). Innovation et puissance, thèse de doctorat d'État, Université Paris X, 1995. Sur les milieux de l’électricité : Histoire de l’électricité en France, tomes 1 et 2, Paris, Fayard, 1991 et 1994 ; Alexandre FERNANDEZ, Électricité et politique locale à Bordeaux 1887-1956, thèse de doctorat, Université Bordeaux III, 1994 ; Christophe BOUNEAU, L'Électrification du grand Sud-Ouest de la fin du XIX° siècle à 1946 : naissance d’un complexe énergétique, thèse de doctorat, Université Paris IV, 1995.

12 Bernard LEPETIT, Les Villes dans la France moderne (1740-1840), Paris, Albin Michel, 1984 ; Jean-Luc PINOL, « L’histoire urbaine contemporaine en France », Panoramas urbains. Situation de l’histoire des villes, Fontenay-Saint-Cloud, ENS, 1995, p. 209-232.

13 Jean-Paul BRUNET, Saint-Denis, la ville rouge, 1890-1939, Paris, Hachette, 1980 ; Annie FOURCAUT, Bobigny, banlieue rouge, Paris, FNSP, 1986 ; François CARON (dir.), Paris et ses réseaux : naissance d'un mode de vie urbain XIX°-XX° siècles, Paris, BHVP, 1990.

14 Jean-Pierre CHALINE, Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France XIX°-XX° siècles, Paris, CTHS, 1995 ; Pierre-Yves SAUNIER, L’Esprit lyonnais XIX°-XX° siècles, Paris, CNRS, 1995.

15 Michel LAGREE, Religion et cultures en Bretagne (1850-1950), Paris, Fayard, 1992 ; Christian SORREL, Les Catholiques savoyards. Histoire du diocèse de Chambéry (1890-1940), Les Marches, La Fontaine de Siloé, 1995 ; Patrick CABANEL, Cadets de Dieu. Vocations et migrations religieuses en Gévaudan (XVIII°-XX° siècle), Paris, CNRS Éditions, 1997.

16 Sur les figures d’élus locaux : Louis GIRARD, Antoine PROST et Rémi GOSSEZ, Les Conseillers généraux en 1870, Paris, PUF, 1967 ; Maurice AGULHON (dir.), Les Maires en France du Consulat à nos jours, Paris, Publications de la Sorbonne, 1986 ; Jocelyne GEORGE, Histoire des maires de 1789 à 1939, Paris, Plon, 1989. Sur les implantations locales des forces politiques : Michel DENIS, Les Royalistes de la Mayenne et le monde moderne. XIX°-XX° siècles, Paris, Klincksieck, 1977 ; Christian BAECHLER, Le Parti catholique alsacien (1890-1939), Paris, Ophrys, 1982 ; Jacques GIRAULT, Le Var rouge : les Varois et le socialisme de la Première Guerre mondiale au milieu des années 1930, Paris, Publications de la Sorbonne, 1995.

17 Christian GRAS et Georges LIVET (dir.), Régions et régionalisme en France du XVIIIo siècle à nos jours, Paris, PUF, 1977 ; Christophe CHARLE, « Région et conscience régionale en France. Questions à propos d’un colloque », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 1980, no 35, p. 37-43 ; Thierry GASNIER, « Le local », Pierre NORA (dir.), Les Lieux de mémoire, tome 3 : Les France, vol. 2, Traditions, Paris, Gallimard, 1992 ; Pierre DEYON, Paris et ses provinces. Le défï de la décentralisation (1770-1992), Paris, Colin, 1992 ; Alain CORBIN, « Paris-province », Pierre NORA (dir.), Les Lieux de mémoire, tome 3 : les France, vol. 1, Conflits et partages, Paris, Gallimard, 1993 ; Philippe VIGIER, « La prise en compte du “local” par les historiens actuels », Albert MABILEAU (dir.), A la recherche du local,... op. cit., p. 43-51 ; Pierre DEYON, L'État face au pouvoir local, Paris, Éditions Locales de France, 1996 ; Denis MENJOT et Jean-Luc PINOL (éd.), Enjeux et expressions de la politique municipale (XII°-XX° siècles), Paris, L’Harmattan, 1997.

18 Maurice BORDES, L’Administration provinciale et municipale en France au XVIII° siècle, Paris, SEDES, 1972 ; Jacques MAILLARD, Le Pouvoir municipal à Angers de 1657 à 1789, Angers, PUA, 1984 ; Jean-Pierre JESSENNE, Pouvoir au village et Révolution. Artois (1760-1848), Lille, PUL, 1987 ; Philippe GUIGNET, Le Pouvoir dans la ville du XVIII° siècle : pratiques politiques, notabilité et éthique sociale de part et d'autre de la frontière franco-belge, Paris, EHESS, 1990 ; Benoît GARNOT, Un Déclin : Chartres au XVIII° siècle, Paris, CTHS, 1991 ; Georges FOURNIER, Démocratie et vie municipale en Languedoc du milieu du XVIII° siècle au début du XIX° siècle, Toulouse, Association des Amis de la Haute-Garonne, 1994.

19 Bruno BENOIT (dir.), Ville et Révolution française, Lyon, PUL, 1994 ; Roger DUPUY (dir.), Pouvoir local et Révolution. La frontière intérieure, Rennes, PUR, 1995.

20 Christiane MORA, Les Chambres d’agriculture : représentation et défense des intérêts agricoles (1927-1940), thèse de 3ème cycle, Université de Bordeaux, 1967 ; Jeanne SIWEK-POUYDESSEAU, Le Corps préfectoral sous la Troisième et la Quatrième République, Paris, Colin, 1969 ; Marie-Hélène MARCHAND, Les Conseillers généraux en France depuis 1945, Paris, Colin, 1970 ; Bernard LE CLERE et Vincent WRIGHT, Les Préfets du Second Empire,... op. cit. ; Jacques LEONARD, Les Médecins de l'Ouest au XIX° siècle, Lille, Atelier des thèses, 1978 ; Jean-Pierre HIRSCH, Les Deux rêves du commerce : entreprise et institution dans la région lilloise (1780-1860), Paris, EHESS, 1991 ; Gilles LE BEGUEC (dir.), Avocats et barreaux en France (1910-1930), Nancy, PUN, 1994 ; Catherine FILLON, Histoire du barreau de Lyon sous la Troisième République, Lyon, Aléas, 1995.

21 Sur les nouvelles recherches prosopographiques du personnel parlementaire : « Le personnel politique », Revue du Nord, juillet-septembre 1993 ; Députés et sénateurs de l’Aquitaine sous la Troisième République (1870-1940), Bordeaux, MSHA, 1995 ; Jean-Marie MAYEUR et Alain CORBIN (dir.), Les Immortels du Sénat (1875-1918), Paris, Publications de la Sorbonne, 1995. Pour une utilisation en histoire politique de l'anthropologie : Alain CORBIN, Le Village des cannibales, Paris, Aubier, 1990 ; Michel HASTINGS, Halluin la rouge (1919-1939) : aspects d’un communisme identitaire, Lille, PUL, 1991. Sur l’influence de la localité dans les conflits politiques : Alain CORBIN, Les Cloches de la terre, Paris, Albin Michel, 1994. Sur l’étude des réseaux d’accès aux métiers politiques : Gilles LE BEGUEC, L’Entrée au Palais Bourbon : les filières privilégiées d’accès à la fonction parlementaire (1919-1939), thèse de doctorat d'État, Université Paris X, 1989 ; Renaud DORANDEU, Faire de la politique : contribution à l’étude des processus de politisation. L’exemple de l’Hérault de 1848 à 1914, thèse de doctorat, Université Montpellier I, 1992. Pour un bilan historiographique plaidant en faveur d’une histoire sociale du politique, fondée sur une analyse articulée entre les communautés locales, le territoire et la nation : Gilles PECOUT, « La politisation des paysans au XIX° siècle. Réflexions sur l’histoire politique des campagnes françaises », Histoire et Sociétés Rurales, 1994, no 2, p. 91-125. Des recherches récentes de sociologie historique du politique abordent le poids et l’autonomie du local dans les processus de politisation : Olivier IHL, La Fête républicaine, Paris, Gallimard, 1996 ; Christine GUIONNET, L’Apprentissage de la politique moderne. Les élections municipales sous la Monarchie de Juillet, Paris, L’Harmattan, 1997.

22 Jean LOJKINE, La Politique urbaine dans la région parisienne (1945-1971), Paris-La Haye, Mouton, 1972 ; Jacques LAGROYE, Politique et société, Jacques Chaban-Delmas à Bordeaux, Paris, Pedone, 1973 ; Pierre GREMION, Le Pouvoir périphérique, Paris, Seuil, 1976 ; Yves MENY, Dix ans de régionalisation en Europe : bilan et perspectives (1970-1980), Paris, Cujas, 1982 ; Philippe VEITL, Les Régions économiques Clémentel et l’invention de la région des Alpes françaises, thèse de doctorat, IEP Grenoble, 1992 ; Sylvie BIAREZ et Jean-Yves NEVERS (éd.), Gouvernement local et politiques urbaines, Grenoble, CERAT, 1994 ; Frédéric SAWICKI, Les Réseaux du parti socialiste. Sociologie d’un milieu partisan, Paris, Belin, 1997 ; Jean-Louis BRIQUET, La Tradition en mouvement. Clientélisme et politique en Corse, Paris, Belin, 1997.

23 Les recherches concernant les municipalismes et la place des pouvoirs locaux dans les systèmes institutionnels nationaux ont fait l’objet de travaux récents, en particulier sur l’Italie : Raffaele ROMANELLI, « La nazionalizzazione délia periferia », Meridiana, 1988, no 4 ; Raffaele ROMANELLI, Suite carte interminate. Un ceto di impiegati tra privato e pubblico : i segretari communali in Italia (1860-1915), Bologne, Il Mulino, 1989 ; Mariuccia SALVATI, Il régime e gli impiegati : la nazionalizzazione piccolo borghese nel ventennio fascista, Roma, Laterza, 1992 ; Mariuccia SALVATI (dir.), Per una storia comparata del municipalismo e delle scienze sociali, Bologne, Quaderni di Discipline Storiche, 1993 ; Genèses, “Municipalismes”, no 10, janvier 1993 ; Carlotta SORBA, L’Eredità delle mura. Un caso di municipalismo democratico (Parma 1889-1914), Venise, Marsilio, 1993 ; Raffaele ROMANELLI (dir.), Storia dello Stato italiano, Rome, Donzelli, 1995.

24 Patrick LE GALES, « Du gouvernement local à la gouvernance urbaine », Revue Française de Science Politique, février 1995, vol. 45, no 1, p. 59. Cet article constitue une mise au point récente des approches théoriques et méthodologiques. François RANGEON, « Le gouvernement local », Jacques CHEVALLIER (dir.), La Gouvernabilité, Paris, CURAPP-PUF, 1996, p. 166-173 ; Olivier BORRAZ, « La gouvernabilité des villes. L’échelle urbaine est-elle un lieu de régulation pertinent ? », Cinquième Congrès de l’Association Française de Science Politique, Aix-en-Provence, 23-26 avril 1996, p. 5.

25 Ibid.

26 Ibid.

27 Selon Max Weber, les notables sont « les personnes qui, de par leur situation économique, sont en mesure, à titre de profession secondaire, de diriger et d’administrer effectivement de façon continue un groupement quelconque, sans salaire ou contre un salaire nominal ou honorifique, jouissent d’une estime sociale, peu importe sur quoi celle-ci repose, de sorte qu’ils ont la chance d’occuper des fonctions dans une démocratie directe formelle, en vertu de la confiance de ses membres, d’abord par acte volontaire puis à la longue par tradition » : Max WEBER, Économie et société, Paris, Plon, 1971 (première édition allemande en 1921), p. 298. Sur les notables traditionnels : André JARDIN et André-Jean TUDESQ, La France des notables, Paris, Seuil, 1973.

28 Robert DAHL, Qui gouverne ?, Paris, Colin, 1971.

29 Complémentaire à la notion de “réseau” qui vise à reconstituer un ensemble de relations entre individus, le concept de “configuration” est défini en référence aux travaux de Norbert Elias. Il représente la figure concrète que forment des acteurs en incluant toute leur personne mais également les actions et les relations réciproques qui caractérisent ce(s) groupe(s) d’individus interdépendants : Norbert ELIAS, Qu'est-ce que la sociologie ?, La Tour d’Aigues, L’Aube, 1991, p. 157 et s. Dans une perspective similaire : Jacques REVEL, « L’institution et le social », Bernard LEPETIT (dir.), Les Formes de l’expérience. Une autre histoire sociale, Paris, Albin Michel, 1995, p. 63-84.

30 On considérera les élites comme les acteurs des réseaux et des configurations d’un pouvoir local hiérarchisé. Sur les théories des élites : Giovanni BUSINO, Élites et élitisme, Paris, PUF, 1992. Une première tentative de présentation des différents niveaux d’influence des élites : Sylvie GUILLAUME (dir.), Les Élites fin de siècle (XIX°-XX° siècles), Bordeaux, MSHA, 1992. Sur le processus de nationalisation des élites françaises au tournant du siècle : Christophe CHARLE, Les Élites de la République (1880-1900), Paris, Fayard, 1987.

© Presses universitaires de Lyon, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search