Version classiqueVersion mobile

Rimbaud et la ménagerie impériale

 | 
Steve Murphy

X. Fragments et fantasmes : Hypotyposes saturniennes, ex Belmontet

Texte intégral

1La ponctuation d'Exil est décidément fort conventionnelle à côté de celle des Hypotyposes. D'ailleurs, aucune édition ne la donne fidèlement, alors qu'elle est de toute évidence significative, et même, de nouveau, symptomatique. Ce poème apparaît, au premier regard, comme une série d'unités discrètes, répondant toutes à un impératif rhétorique. Mais l'étrange ponctuation et la disposition des vers tendent à suggérer quelque organisation excentrique interne :

Hypotyposes saturniennes, ex Belmontet

*

Quel est donc ce mystère impénétrable et sombre ?
Pourquoi, sans projeter leur voile blanche, sombre
Tout jeune esquif royal gréé ?

*

Renversons la douleur de nos lacrymatoires.—

................................................................
L'amour veut vivre aux dépens de sa sœur,
L'amitié vit aux dépens de son frère.

................................................................
Le sceptre, qu'à peine on révère,
N’est que la croix d'un grand calvaire —
Sur le volcan des nations !

................................................................

Oh ! l'honneur ruisselait sur ta mâle moustache. Belmontet.
— archétype Parnassien.

2L'émetteur de ces « hypotyposes », Louis Belmontet, était un poète bien connu comme un ultra du bonapartisme. Ses vers étaient souvent caractérisés par une incohérence métaphorique qui les rendait pour le moins saugrenus. Pour cette raison, il suscita beaucoup de parodies, de la part surtout des poètes républicains. Il n'est d'ailleurs pas certain que l'Empire ait beaucoup profité de ces panégyriques bizarres :

  • 1 Les Grappillons d'un Bourguignon salé, Arnaud et Labat, Paris, 1879, p. 160.

C'est que si fort il agitait
Les boyaux graisseux de sa lyre,
Ce bon Monsieur de Belmontet,
Qu'il a fait détester l'Empire !1

3Ailleurs, comme dans La Complainte de Badinguet, on l'accuse d'être complice, par ses vers, des crimes du Second Empire :

  • 2 Musée Carnavalet

Dans mon palais de garçon
On s'égorgea sans façon.
Belmontet nous fait des stances.2

4Une hypotypose est selon la définition de Pierre Fontanier, dans Les Figures du discours (1821), une figure qui

peint les choses d'une manière si vive et si énergique qu’elle les met en quelque sorte sous les yeux, et fait d'un récit ou d'une description, une image, un tableau, ou même une scène vivante /cité par Brunei 1983b, 121/.

5Le texte de Rimbaud se présente donc comme une anthologie donnant en quelque sorte la quintessence de l'hypotypose sous la forme offerte par l'œuvre de Belmontet.

1. La première hypotypose et la « lettre à Loulou »

6La première hypotypose est composée de deux questions. La première, en parlant de « ce mystère impénétrable et sombre », tend à indiquer le statut énigmatique du poème lui-même. Si la première hypotypose est au moins sémantiquement claire, elle est référentielle-ment opaque, alors que la seconde hypotypose est énigmatique par sa syntaxe même.

7Il faut d'abord relever l'opposition entre deux adjectifs, sombre (v. 1) et blanche (v. 2), d'autant que le premier s'applique à quelque chose qui est présent, le second à quelque chose qui ne l'est pas. Cet esquif royal qui sombre, sans projeter une voile blanche, est une référence au mythe de Thésée. Thésée avait promis à son père que, lors de son retour, on donnerait un signe pour indiquer s'il avait réussi à tuer le Minotaure, ou si au contraire il avait péri dans sa tentative. Dans le cas où il réussirait, les voiles noires de son navire seraient remplacées par des voiles blanches. Lors de son retour, Thésée oublia cette promesse et son père désespéré se jeta d'une falaise. Déjà, dans Soleil et chair, Rimbaud proposait clandestinement une parodie de cette image, puisqu'on voit « Blanche sous le soleil, la voile de Thésée ». Personne n'a fait remarquer, à notre connaissance, la bizarrerie de cette allusion. En effet, dans la mesure où la couleur de la voile de Thésée est la raison de son importance mythologique, il serait tout à fait illogique de penser que Rimbaud a commis une erreur.

8Mais quel est le sens de cet absurde jeune esquif royal gréé qui sombre si tragiquement ? De toute évidence, ce jeune esquif royal serait, en 1871-1872, sous la plume de Belmontet, une nouvelle périphrase cachant le Petit Ramponneau, c'est-à-dire le Prince impérial, exilé sans avoir remporté le succès héroïque espéré. Napoléon IV est mort.

9Or, on trouve une confirmation de cette identification dans un texte assez peu connu de Rimbaud, la « Lettre à Loulou », qui attribue aussi au Prince impérial un petit bateau parodique. Daniel Mouret a découvert une lettre de Delahaye à Marcel Coulon du 25 juillet 1924, contenant une citation d'un poème perdu de Rimbaud /63-64/. Coulon lui ayant parlé d'un poème de Rimbaud qui parodie Banville — il s'agissait en fait de Ce qu'on dit au Poète à propos de fleurs — Delahaye lui répond :

Je savais, pour l'avoir lu dernièrement, que Rimbaud avait envoyé à Banville « Credo in unam » (« Soleil et chair »). Je suis vivement curieux de lire — et nous la lirons grâce à vous — l’ode funambulesque adressée au même Banville. L'ai-je connu ?... Je ne pense pas que ce soit la « Lettre à Loulou », une chose amusante que Verlaine a eue, car il en rappelle les rimes dans le Coppée que je cite en mon volume, p. 229 : « Je renonce à Satan », etc... De cette lettre (une moquerie contre l'impératrice Eugénie), j'ai retenu quelques vers :

Mon pauvre vieux Louis, va-t-en.
Adieu, cherche une barcarolle...
Faisons comme à la Périchole...
Et tu t'envoles, et je m'envole,
Et nous avons chacun nos nids...

C'est de fin 70, un peu postérieur, probablement, à l'ode funambulesque.

10La datation que Delahaye propose pour Ce qu'on dit au Poète..., qu'il ne connaît pas encore, est erronée, mais certains indices poussent à faire confiance à Delahaye pour le contenu de ce poème.

11La Périchole de ces vers trouve ses origines dans le conte de Mérimée, Le Carrosse du saint sacrement, mais Rimbaud l'a peut-être connue par l'intermédiaire de l'opérette d'Offenbach La Périchole dont le livret est de Meilhac et Halévy. La Périchole est une chanteuse espagnole et la « blague » porte évidemment sur les origines andalouses de l'Impératrice. Les caricaturistes républicains se sont souvent amusés à imaginer comment les membres de la famille impériale parviendraient, en exil, à éviter la misère. Dans plusieurs gravures, notamment dans des charges de Klenck dans la série d'« Actualités » publiée chez Grognet et dans Les Saltimbanques de H. Dumontel, la famille impériale monte un cirque forain ou un spectacle de foire. L'Empereur n'avait-il pas révélé dans sa vie politique les talents d'un histrion et d'un escamoteur ? L'Impératrice n'avait-elle pas un penchant pour la danse ?

12Le petit Loulou doit chercher une « barcarolle » pour les représentations musicales de l'exil. En même temps, il s'agit d'un jeu de mots qui repose sur un intertexte célèbre. Michael Riffaterre rappelle que l'on

s'est beaucoup amusé aux dépens de Hugo parce qu'il a pris une chanson (barcarolle) pour un bateau. Il nous suffit que le nom ait l'air exact. Or, cette exactitude n'est pas au niveau des signifiés, mais à celui des signifiants ; pour que barcarolle soit convaincant, c'est assez que nous puissions y voir une variété de barque /1979,25/.

  • 3 Comme nous l'avons montré ailleurs, Les Assis propose une allusion non moins acerbe à cette erreur (...)

13Pour un lecteur aussi exigeant que Rimbaud, ce genre de méprise serait le symptôme d'une vision imprécise, dont les défauts ne témoigneraient pas uniquement d'une méconnaissance lexicale ponctuelle. « Adieu, la barcarolle » s'exclamait donc Hugo dans Navarin (Les Orientales). Et cette barcarolle, qui peut être, certes, un « effet de réel » pour un lecteur non prévenu, comme le soutient Michael Riffaterre, est plutôt pour Rimbaud un « effet de faux ». Il s'amuse donc à monter en épingle un moment où le mage s'embrouille dans l'étalement si ostentatoire de son érudition3.

14Ainsi, Rimbaud sous-entend que Louis a besoin d'un bateau pour fuir la France et partir en exil. Il va s'envoler à la recherche d'un nouveau nid. Ces métaphores rappellent évidemment le symbole privilégié de l'Empire, l'aigle. Mais le petit prince, comme le rappellent les caricaturistes, est plutôt un serin.

2. La deuxième hypotypose

15« Renversons la douleur de nos lacrymatoires » serait, en partie au moins, une réaction de Belmontet à l'événement mis en scène dans la première hypotypose. Or, un lacrymatoire est un petit vase rempli de larmes que l'on mettait dans des sépultures romaines et pour Belmontet, Napoléon III est bien un César, et son fils aussi. L'impératif de Belmontet peut être interprété d'une part comme la conversion complexe d’une matrice plus simple, sous-entendue : « Pleurons ». Dans Chant de guerre Parisien, le Sonnet du Trou du Cul et Mes petites amoureuses, on trouve d'autres périphrases comiques du même genre, où le cillement aqueduc de Favre est sa production de larmes de crocodile, où le larmier fauve est l’endroit où s'accumulent des larmes séminales, où l'hydrolat lacrymal est la pluie. Michael Riffaterre a cité deux exemples éloquents, respectivement lyrique et comique, de ce genre de conversion sémantique : chez Lamartine, « Tu chantais au berceau l'amoureuse complainte / Qui le force au sommeil » (*tu chantais une berceuse) et chez Lautréamont, « Inclinez la binarité de vos rotules vers la terre et entonnez un chant d'outre-tombe » (*fléchissez vos deux genoux et priez pour les morts) / 1979, 53 et 55/. Comme Lautréamont, Rimbaud profite de l'humour de conversions qui ne parviennent pas à rendre sublime le contenu ainsi transformé. La périphrase est si facilement décodée, que l'on voit toujours clairement, dans toute sa banalité, son point de départ littéral.

  • 4 Nous remercions Jean-Pierre Chambon de ses remarques sur ce renversement.

16Belmontet pleure donc la mort du Second Empire et surtout, dans le contexte de la première hypotypose, l'échec du Prince impérial, qui était préparé pour l'accession au pouvoir (gréé), mais qui est désormais exilé. L'impératif « Renversons » indique que Belmontet espère trouver en son lecteur un écho de cette tendresse. Or, si la douleur des lacrymatoires peut être interprétée comme une métonymie, la douleur signifiant les larmes qui en résultent, il faut observer que le verbe renverser contient le verbe verser communément utiliser pour décrire l'écoulement de larmes. Mais si les lacrymatoires sont en premier lieu les glandes lacrymales, qui doivent verser leur contenu pour signifier visiblement le deuil, on peut aussi relire cette hypotypose pour supposer que Belmontet ne s'en tient pas à une réaction mélancolique, et qu'il cherche au contraire à dépasser le deuil. Ainsi, renverser la douleur des lacrymatoires, qui pourrait passer pour un acte maladroit, renversant littéralement ces petits vases, serait en quelque sorte un renversement de la situation dans laquelle se trouvait le bonapartisme à cette époque. Renverser cette douleur signifierait : la transformer en joie en mettant le Prince impérial au pouvoir. Par une admirable dialectique, la phrase contiendrait donc, son propre renversement4.

3. La troisième hypotypose

17La troisième hypotypose paraît constituer comme une parenthèse à l'intérieur du texte, dans la mesure où elle se trouve encadrée symétriquement de deux hypotyposes qui la précèdent et de deux autres qui la suivent, et où elle est très nettement décalée de la marge. Formellement, d'ailleurs, ces deux décasyllabes s'écartent des alexandrins et octosyllabes des autres vers. Il s'agit du reste du fragment qui correspond le moins à la définition traditionnelle de l'hypotypose, puisqu'il prend une forme très mollement imagée.

18On a rappelé la tendance de Belmontet à rechercher l'aphorisme et la maxime cocasse, du genre : « L'art scénique, aujourd'hui c'est l'an arsénical » ou : « Le vrai feu d'artifice est d'être magnanime » /Mouquet et Renéville, 761/. Dans L'Eclipse du 15 mars 1868, d'Hervilly cite ce joyau : « Le chapeau de l'Empereur, c'est le triangle de la gloire » ! Se présentant comme une manière d'apophtegme ou de maxime, la troisième hypotypose paraît jouer d'abord sur le genre d'amour et d'amitié pour constituer un petit roman familial allégorique. Cette hypotypose constituerait une réflexion portant sur les rapports entre l'amitié et l'amour et sur la probabilité de leur incompatibilité. La conclusion de Belmontet serait que l'amour cherche à profiter de l'amitié pour le remplacer, mais que c'est l'amitié qui en fait réussit ce tour, en remplaçant l'amour. Le rapport entre ce jugement prudhommesque et les autres hypotyposes n'est guère évident et il peut en effet, comme le suggère assez sa position dans le manuscrit, indiquer une idée tout à fait accessoire qui frappe Belmontet au milieu de son évocation. Le zutiste aurait sans aucun doute essayé, dans la logique d'autres textes de l'album et d'autres vers du poème, de trouver dans le mot sœur une allusion au sens moins orthodoxe de « prostituée » et de trouver dans le verbe vit un substantif. Mais il s'agissait en tout état de cause d'un attrape-nigaud, mis là exprès pour piéger les esprits mal tournés. Le piège indique lui-même, il va sans dire, un esprit zutique mal tourné par système.

4. La quatrième hypotypose

19Or, ce n'est pas la première fois que Rimbaud parle de Belmontet. En effet, dans sa lettre à Demeny du 15 mai 1871, il avait reproché à Hugo et à Belmontet de remplir leurs poèmes de trop de « colonnes, vieilles énormités crevées ». Cette apposition constituait une allusion très nette à la colonne Vendôme, à ce symbole de la gloire bonapartiste qui venait d'être « déboulonné » par la Commune. Hugo avait vilipendé cet acte dans un poème publié le 7 mai 1871, Deux Trophées. Comme l'avait compris Georges Izambard, Rimbaud utilisera dans trois lettres de cette époque, celles du 15 mai, du 10 juin et du 12 juillet, les expressions rond de bronze et ronds de colonne comme périphrase de « pièce de monnaie », comme si les morceaux de cette colonne avaient été transformés en argent /v. Ascione 1984b et Parade sauvage, 2, 99-101/. Mais au-delà de ces références satiriques, selon lesquelles Hugo est revenu à son ancienne complicité avec le bonapartisme, en défendant la colonne Vendôme, il y a une critique plus spécifiquement littéraire. Ces « vieilles énormités crevées » seraient un symptôme d'une poétique de la démesure, d'une tendance, chez Hugo comme chez Belmontet, à croire que certains signifiants sont intrinsèquement poétiques. Telle est précisément la polémique à laquelle Rimbaud revient dans ce poème.

20C'est dans la quatrième hypotypose que cette critique trouve sa meilleure illustration :

Le sceptre, qu'à peine on révère,
N'est que la croix d'un grand calvaire
Sur le volcan des nations !

21On a pu penser que cette hypotypose trouve sa source dans une formule célèbre du personnage de Monnier, Monsieur Prudhomme : « le char de l'Etat navigue sur un volcan » /Ascione 1984c/, mais la répétition du nom de Belmontet dans le titre et en bas du poème incite à penser que Rimbaud reprend des techniques de Belmontet. La signature serait-elle toutefois un leurre, comme dans le cas de la signature d'Armand Silvestre dans Lys ? Nous ne le croyons pas. Il faut d'abord noter que Belmontet produit lui-même des enchaînements de clichés fort curieux, comme dans ce passage de Waterloo Ode :

  • 5 Louis Belmontet, Poésies lyriques, chez Al. Binard, Paris, 1870, p. 30.

Ceux par qui le veau d'or est toujours adoré
Glissèrent dans ses mains un sceptre redoré.
Ainsi, Louis-Philippe, heureux avant l'orage,
Reprit le joug royal pour un nouveau naufrage5.

22Mais c'est dans Le Bonapartiste de 1815 que l'on trouve, selon nous, la « source » de la quatrième hypotypose rimbaldienne :

  • 6 Ibid., p. 29.

C'est ainsi qu'inspirés, nous autres jeunes gens,
Des résurrections intrépides agents,
Nous allions vers le but armés d'une foi sainte  :
Car d’un volcan mortel la Charte était enceinte  ;
Et lorsque l'Empereur sur son calvaire en feu
Mourut... c'est vers son fils que nous suivîmes Dieu6

23C'est surtout ici que l'on peut comprendre la signification, dans ce texte, du mot hypotyposes. Comme l'a écrit Roland Barthes :

  • 7 Roland Barthes, « L'effet de réel », in R. Barthes, L. Bersani, Ph. Hamon, M. Riffaterre, I. Watt, (...)

[...] la rhétorique classique avait en quelque sorte institutionnalisé le fantasme sous le nom d'une figure particulière, l'hypotypose, chargée de « mettre les choses sous les yeux de l'auditeur », non point d'une façon neutre, constative, mais en laissant à la représentation tout l'éclat du désir (cela faisait partie du discours vivement éclairé, aux cernes colorés : l'illustris oratio)7.

24Belmontet adorait les hypotyposes, et dans l'exubérance de ses envolées métaphoriques, ne manquait pas de s'embrouiller. Selon Rimbaud, la stratégie systématique de l'hypotypose rend incohérent le texte de Belmontet, qui titube d'hypotypose en hypotypose dans un mouvement hallucinatoire et cocasse. Le fantasme et le désir se représentent ainsi, et expriment très clairement l'inconscient de l'émetteur de l'hypotypose. Le titre de ce texte de Rimbaud, Hypotyposes saturniennes, ex Belmontet, suggère que l'on est en présence d'une sorte d'anthologie des perles de Belmontet, d'où en partie la ponctuation du texte. Mais cette ponctuation aurait également une autre logique, relevant des effets des hypotyposes dans le texte. Les hypotyposes ont chez Belmontet l'effet de donner des taches de couleur dans un texte d'une extrême platitude. L'effet est d'isoler ces hypotyposes à l'intérieur de chaque poème.

25Ces métaphores enchevêtrées et incohérentes sont, depuis les satires de Monnier, le sceau de la bêtise prétentieuse de la bourgeoisie arriviste. Monsieur Prudhomme trouvera un digne successeur, par exemple, dans Madame Bovary, où Homais se verra accordé des phrases incohérentes parfois calquées très visiblement sur celles de son prédécesseur. La prétention du bourgeois consistera à affectionner des métaphores banales, des clichés, qu'il prendra pour l'essence de la Poésie. Grâce à un effet de surenchère et de compression, la banalité disparaît au profit d'une textualité involontairement surréelle.

26En pratiquant cette méthode de l'hypotypose débridée, le poète risque de pervertir la signification de son propre message. Et dans le passage cité de Belmontet, le poète semble justement pervertir l'Evangile. Dans sa recherche de métaphores vives, il perd de vue leur enchaînement, donnant un relief saugrenu à des éléments de culture biblique que, dans sa volonté de déifier son empereur, il omet d'organiser de manière cohérente.

27Rimbaud s'amuse ici à faire sortir d'un texte à intentions bonapartistes un message qui ne l'est guère. Plus précisément, le volcan mortel de Belmontet est ici remplacé par le volcan des nations. Le volcan mortel était mortel, selon Belmontet, puisqu'il a entraîné la mort de la Charte qui en était enceinte ; on conviendra qu'il est difficile de traduire en images visuelles ce scénario, ce qui est pourtant, nous l'avons vu, l'objectif primordial de l'hypotypose. Belmontet veut dire que la Charte qui a permis la Restauration de Louis XVIII après la défaite de Napoléon, en 1814, loin de pouvoir neutraliser la menace d'une révolution, en accordant au Peuple un petit rôle constitutionnel, a servi de détonateur à l'explosion populaire (ou volcan) qui lui sera mortelle. Pour reformuler en terme marxiens cette idée, la Charte fut le résultat d'un compromis et contenait ainsi des contradictions qui, un jour, devaient mettre fin au régime. Le volcan figure ainsi, dans l'idée de Belmontet, les Cent Jours de Napoléon. Cependant, il serait tout aussi logique de penser que le véritable volcan est celui qui met fin au régime de Charles X et donc à la Restauration, c'est-à-dire la Révolution de 1830, qui eut lieu précisément lorsque Charles X voulut se débarrasser de la Charte... Il est inutile en tout cas d'insister sur la cocasserie des métaphores, où une Charte est enceinte d'un volcan, ou sur l'imbrication de Napoléon Ier, de Napoléon II, de Jésus Christ et de Dieu, voire sur le rapport entre le volcan et le calvaire en feu.

28Le volcan des nations, chez Rimbaud, est une représentation symbolique de la Révolution, de l'irrésistible déchaînement de forces réprimées (cf. « Qu'est-ce pour nous, mon cœur... », Barbare, Soir historique). Plus précisément, il s'agit de la Commune. Non moins que le déluge (cf. Le Déluge de Béranger et Après le Déluge de Rimbaud, brillamment analysé par Yves Denis), le volcan est une métaphore populaire traditionnelle, utilisée par Béranger dans son poème Lyon :

Mon volcan tant prédit a déchaîné ses laves ;
La voilà devant nous, la guerre des esclaves !

29comme par Pottier dans L'Internationale :

La raison tonne en son cratère,
C'est l'éruption de la fin.

30Dans la logique dynastique de Belmontet, le sceptre-croix napoléonien qui s'érige sur Paris, ce volcan des nations, serait la colonne Vendôme. Ce qui nous ramène aux « vieilles énormités crevées ». Ainsi, Rimbaud reprend la technique symbolique de Belmontet, pour retourner le message bonapartiste comme un gant.

5. La cinquième hypotypose

31La faute du déboulonnement revenait, selon les caricaturistes communards, au neveu de « l’Oncle Vainqueur », Napoléon-le-Petit. Ce n'est donc pas par hasard que dans la cinquième hypotypose, Belmontet donne, comme l'ont bien compris Henri Matarasso et Pierre Petitfils /1962, 102/, ce portrait cursif et caricatural de l'Empereur : « Oh ! l'honneur ruisselait sur ta mâle moustache ». Le verbe ruisseler indique certainement des écoulements de morve. Loin, déjà, est cette époque de gloire où la moustache de l'Empereur était hyperboliquement cirée et où les chefs bonapartistes portaient presque tous une moustache calquée sur celle de leur Empereur (cf. l'image d’Epinal de la bataille de Sarrebruck). Il s’agit du symbole de son héroïsme guerrier, comme dans Le Sire de Fisch-Ton-Kan :

Il avait un' moustache énorme,
Un grand sabre et des croix partout,
Partout, partout !
Mais tout ça c'était pour la forme,
Et ça n'servait à rien du tout,
Rien du tout.

32Dans une logique zutique, la « mâle moustache » ne serait pas un simple pléonasme ridicule. Il y aurait dans cette image une fonction presque psychanalytique, révélant dans l'hypotypose ce caractère fantasmatique, cette expression du désir, relevés par Barthes. L'image serait soumise à un déplacement carnavalesque du haut vers le bas ; le mot mâle en perd son caractère redondant (le ruissellement ne serait pas uniquement de morve). La combinaison incongrue d'honneur (immatériel) et de ruisselait (platement physiologique) est typiquement rimbaldienne dans son dégonflement de l'idéal par l'irruption du matériel.

33Comme l'a écrit Barthes, dans l'hypotypose il en va de « l’éclat du désir ». Il s'agit, ici, de diatyposes, ou d'hypotyposes réduites à peu de mots. Du reste, le substantif même a peut-être quelque chose de comique. Or, si la figure peut avoir une fonction rhétorique intentionnelle, elle peut aussi posséder une valeur expressive moins consciente. Comme l'écrit Bernard Dupriez :

  • 8 Bernard Dupriez, Gradus. Les procédés littéraires, 10/18, 1980, pp. 156 et 241.

L'essentiel est-il, dans l'hypotypose, d'« orner », de « peindre », comme l'ont pensé les théoriciens du classicisme ? Cette figure n'est-elle là que pour le lecteur ? Des expériences-limites comme celles de Michaux lui désignent une autre origine, d'ordre hallucinatoire. Situations, personnages, actions peuvent jaillir d’une conscience qui ne se contrôle plus et fournir une illustration, sentie comme réelle et vécue, du sentiment initial8.

34En effet, Belmontet subit son inspiration bonapartiste comme un jaillissement de pulsions, d'élans de la libido. C'est ce jaillissement qui fait de ce texte un « mystère impénétrable et sombre », que le lecteur sera obligé de décoder en sachant son caractère inéluctablement bonapartiste. Au fond, Belmontet n'est pas très différent du narrateur (Coppée) des Remembrances du vieillard idiot. Comme lui, il s'embrouille en essayant de représenter de manière visuelle et claire des souvenirs obsédants, des images plus ou moins libidineuses.

6. Titre et signature

35Il faut maintenant observer comment Rimbaud élargit la perspective de sa critique, qualifiant ces hypotyposes de « saturniennes » et le poème entier — ou Belmontet — d'« archétype parnassien ». Ainsi, ce sont la première poétique de Verlaine et le mouvement parnassien tout entier qui se trouvent l'objet de la parodie, et non seulement Belmontet. Belmontet serait le modèle et le premier exemple de la Poésie parnassienne : étrange comparaison entre un poète engagé et une poésie qui prétendait servir l’Art pour l'Art. Nous avons déjà vu comment, dans la lettre dite « du Voyant », la figure de Belmontet aide Rimbaud à mettre en évidence des défauts de Hugo. Ici, Rimbaud met en doute, en particulier, le caractère sententieux de certaines productions de Verlaine et du Parnasse, l'utilisation de l'hypotypose et d'un système de conversions rhétoriques.

  • 9 Citons par exemple Signe d'argent, d'Amédée Rolland et J. Duboys : « Oh ! les femmes enceintes !... (...)

36La planète Saturne n'avait pas bonne presse dans la poésie du dix-neuvième siècle. 11 faudrait citer intégralement la préface aux Poèmes saturniens de Verlaine, où celui-ci évoque « ceux-là qui sont nés sous le signe de SATURNE, / Fauve planète, chère aux nécromanciens ». « L'Imagination, inquiète et débile, / Vient rendre nul en eux l’effort de la Raison. » ; « leur triste Idéal [...] s'écroule », « Leur plan de vie étant dessiné ligne à ligne / Par la logique d'une Influence maligne ». Dans Saturne, de Hugo, la planète est de nouveau une influence maléfique. Ailleurs, et Rimbaud le sait certainement, des références à Saturne comportent une signification obscène, puisque Saturne, selon la mythologie, a mangé ses propres enfants. Or, dans l'argot contemporain, manger ses fils signifiait « avaler son propre sperme », et on trouve cette expression dans bien des textes grivois de l'époque9.

37Ce n'est pas un hasard sans doute si, au recto du feuillet suivant de l'Album zutique, on trouve un poème de Léon Valade qui profite des connotations obscènes de cet acte :

Samedi 9 novembre 71.

2 h 1/2

Jamais personne dans la turne !
Rien qu'un miasme peu subtil...
Le divin Cabaner a-t-il
Mangé ses fils, comme Saturne ?

X.

38Le poème trouve une glose limpide dans un dessin qui l'accompagne dans l'album. Mais Saturne représente, avant tout, comme le montre le poème de Verlaine, le destin, et un destin malheureux. L'idée du destin jouait un grand rôle dans la mythologie bonapartiste et on peut se demander si ce texte tout entier ne constitue pas, avec ses interrogations et ses regrets, un monologue examinant cette idée du destin, à travers des moments décisifs de l'histoire de la dynastie de Napoléon.

39En ce qui concerne toutefois l'allusion obscène hypothétique, il faut observer qu'elle rentre dans la même catégorie que l'attrape-nigaud de la troisième hypotypose, pour se situer dans une série d'allusions obscènes possibles, que l'on ne pourra jamais vérifier. Il en va de même pour le ruissellement du vers 10 et pour le sceptre de la quatrième hypotypose qui possède si souvent une signification phallique dans la littérature satirique (Gautier, dans Etudes de mains, parlera du « sceptre des voluptés » tenu par la courtisane Impéria...). Il est tentant de penser que le poème constitue une interprétation des rapports libidinaux qui existaient dans cette œuvre idolâtre.

40En définitive, on peut détecter une structure d'ensemble dans ces extraits « ex Belmontet ». Ces morceaux choisis, malgré leur nature disparate (questions tragiques, impératif ambigu, maxime, affirmation allégorique, évocation nostalgique), ont une signification globale : comme toujours chez Belmontet, il s’agit d'un hommage aux Bonaparte, de regrets concernant la chute de l’Empire, sans perdre toutefois l'espoir d'un futur renouveau grâce au Prince impérial. Si la quatrième hypotypose montre l'incohérence au niveau d'une unité discrète du texte, l'agencement des hypotyposes paraît correspondre non seulement à une volonté anthologique de la part de Rimbaud, mais aussi à une forme de mimétisme relevant de la structure d'exposition des phrases. La troisième hypotypose, médiane, ne paraît pas s'articuler avec les autres hypotyposes et constituerait en effet une courte digression, relevant du monologue intérieur et du radotage de l'auteur.

41Le bonapartisme, moribond comme le discours de Belmontet, ne se relèvera pas.

Notes

1 Les Grappillons d'un Bourguignon salé, Arnaud et Labat, Paris, 1879, p. 160.

2 Musée Carnavalet

3 Comme nous l'avons montré ailleurs, Les Assis propose une allusion non moins acerbe à cette erreur de Navarin, en mettant en scène des barcarolles dans lesquelles vont se naufrager des bibliothécaires. Les yoles de Chant de guerre Parisien, non moins instables, subiront le même sort et proviennent du même intertexte /v. Murphy 1991b/.

4 Nous remercions Jean-Pierre Chambon de ses remarques sur ce renversement.

5 Louis Belmontet, Poésies lyriques, chez Al. Binard, Paris, 1870, p. 30.

6 Ibid., p. 29.

7 Roland Barthes, « L'effet de réel », in R. Barthes, L. Bersani, Ph. Hamon, M. Riffaterre, I. Watt, Littérature et réalité. Editions du Seuil, Coll. « Points », 1982, p. 86.

8 Bernard Dupriez, Gradus. Les procédés littéraires, 10/18, 1980, pp. 156 et 241.

9 Citons par exemple Signe d'argent, d'Amédée Rolland et J. Duboys : « Oh ! les femmes enceintes !... Si j'avais su, j'aurais fait comme Saturne : j'aurais mangé mon enfant. » (Le Théâtre érotique du XIXe siècle, préface de Gilbert Sigaux, Jean-Claude Lattès, « Les Classiques interdits », 1979, p. 176) et Le Coup tiré de Glatigny : « Il avait dévoré ses fils, comme Saturne, / Et mis sa lèvre aux bords chauds de cette urne / D'où l'amour lance ses harpons. » (Joyeusetés galantes..., éd. Jean-Paul Corsetti pp 247-248).

© Presses universitaires de Lyon, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search