Version classiqueVersion mobile

Machines à instruire, machines à guérir

 | 
Isabelle von Bueltzingsloewen

Troisième partie : Mutations

Conclusion

Texte intégral

  • 1 À Berlin, c’est à partir de 1859 que le successeur de Johann Lukas Schönlein, Theodor Frerichs, dé (...)
  • 2 Son utilité dans un cursus de plus en plus chargé n’est remise en cause qu’à la fin des années 188 (...)

1À partir des années 1840-1850, les directeurs de cliniques tendent donc à aligner leurs pratiques de recrutement et de financement sur celle des hôpitaux « classiques » sans pour autant renoncer à la vocation de « machine à instruire » de leur établissement. Sur le plan pédagogique, la rupture du milieu du siècle est d’ailleurs peu marquée. Par de nombreux aspects, c’est la continuité qui prévaut. Sans doute les professeurs de clinique utilisent désormais dans leur grande majorité la percussion et l’auscultation médiate. Les cadavres font également l’objet d’autopsies plus fréquentes sinon systématiques qui permettent de confirmer ou d’infirmer les diagnostics. Mais l’enseignement clinique reste organisé sur des bases analogues à celles qui avaient été définies à la fin du xviiie siècle et les professeurs de clinique continuent de proclamer leur attachement à une tradition qui fonde selon eux la supériorité inégalée du modèle allemand. Ni la place, toujours relativement marginale, de l’enseignement clinique dans le cursus médical, ni le mode « dialoguai » d’un enseignement qui dans la plupart des cas continue d’être dispensé au lit du malade1, ni les principes de participation et de responsabilisation des étudiants ne sont remis en cause. De même l’institution policlinique demeure un lieu essentiel de la formation pratique des jeunes médecins dans les petites comme dans les grandes villes universitaires2.

  • 3 Johann C. F. Hoeffer, Rapport adressé à son Excellence Monsieur le Ministre de l’Instruction Publi (...)

2Ce modèle allemand attire désormais l’attention des observateurs français. Bien avant le traumatisme de 1870, qui conduit l’ensemble de la classe politique et intellectuelle à se pencher sur le fonctionnement du système universitaire allemand, des émissaires sont dépêchés en Allemagne afin d’y étudier la spécificité de la formation médicale. Les docteurs Hoeffer en 1844, Gallavardin en 1858, Jaccoud en 1864 et Wurtz en 18693 viennent ainsi s’enquérir des conditions particulières dans lesquelles est enseignée la médecine. Ce regard hors des frontières est révélateur de la crise d’identité que traverse alors la clinique française. Car ce qui, une ou deux décennies auparavant, aurait été interprété en termes de faiblesse ou de retard est désormais considéré avec admiration. L’accès plus tardif à la clinique et le petit nombre des malades destinés à l’enseignement sont ainsi rangés au nombre des succès de la formation médicale allemande.

  • 4 Johanna Bleker, « Medical Students – to the Bed-side or to the Laboratory ? The Emergence of Labor (...)
  • 5 2626 étudiants sont inscrits dans les facultés de médecine du futur Reich en 1861/62-1871, 3612 en (...)
  • 6 Les deux cliniques médicales de Berlin accueillent à elles seules 328 étudiants dont 226 pratiquan (...)

3Cette pédagogie n’est remise en cause que dans les années 1870-1880. Le développement de la médecine de laboratoire retire alors à l’examen clinique son rôle central dans l’approche de la maladie, le recours à la chimie, à l’histologie puis à la bactériologie inaugurant de nouvelles méthodes diagnostiques qui ne s’élaborent plus au chevet du malade4. En outre, malgré la multiplication des cliniques spécialisées, l’augmentation spectaculaire du nombre des étudiants en médecine rend impossible la mise en œuvre de principes pédagogiques adaptés à de faibles effectifs5. Au semestre d’été de 1887, sept des 10 cliniques médicales prussiennes sont fréquentées par plus de 100 étudiants6. La situation est à peine meilleure dans les cliniques chirurgicales puisque six d’entre elles dépassent également les 100 étudiants avec un effectif record de 174 étudiants à la clinique chirurgicale de Bonn. Dès lors, les universités ne sont plus en mesure de délivrer une véritable formation clinique aux étudiants. L’obligation de l’année pratique (praktisches Jahr) instaurée en 1901 consacre cette évolution : alors que la formation clinique des jeunes médecins était jusqu’alors l’attribut exclusif des universités, celles-ci délèguent aux hôpitaux une partie de cette fonction.

Notes

1 À Berlin, c’est à partir de 1859 que le successeur de Johann Lukas Schönlein, Theodor Frerichs, décide de réunir les étudiants de la clinique médicale dans un amphithéâtre.

2 Son utilité dans un cursus de plus en plus chargé n’est remise en cause qu’à la fin des années 1880.

3 Johann C. F. Hoeffer, Rapport adressé à son Excellence Monsieur le Ministre de l’Instruction Publique sur l’organisation de l’enseignement et de la pratique de la médecine en Prusse et dans les États secondaires de la confédération germanique, op. cit., Dr. Gallavardin, L’enseignement clinique en Allemagne, particulièrement à Vienne. Projet de réforme pour l'enseignement clinique en France, op. cit., Dr. Jaccoud, De l’organisation des facultés de médecine en Allemagne. Rapport présenté à son Excellence le Ministre de l'Instruction publique le 6 octobre 1863, Paris, 1864 et Charles-Adolphe Wurtz, « L’enseignement clinique dans les universités allemandes. Rapport adressé au Ministre de l’Instruction publique », Gazette des Hôpitaux, 1869, pp. 197-198, 201-202, 205-207, 209-210, 213-214, 217-218.

4 Johanna Bleker, « Medical Students – to the Bed-side or to the Laboratory ? The Emergence of Laboratory-training in German Medical Education 1870-1900 », op. cit.

5 2626 étudiants sont inscrits dans les facultés de médecine du futur Reich en 1861/62-1871, 3612 en 1871/72-1881, 6869 en 1881/82-1886 et 8766 en 1886/87-1891.

6 Les deux cliniques médicales de Berlin accueillent à elles seules 328 étudiants dont 226 pratiquants. Les conditions sont meilleures dans la clinique médicale de Kiel, dans celle de Marbourg et dans celle de Göttingen qui ne compte alors que 74 étudiants, dont 57 pratiquants.

© Presses universitaires de Lyon, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search