Version classiqueVersion mobile

Machines à instruire, machines à guérir

 | 
Isabelle von Bueltzingsloewen

Troisième partie : Mutations

Chapitre I. Le renouvellement de la méthode clinique

Texte intégral

1Il est difficile de déterminer à quel moment s’achève ce que les historiens ont coutume d’appeler la période romantique ou philosophique de la médecine allemande. D’une part parce que nombre de médecins ne renoncent pas avant le milieu du xixe siècle à fonder la science médicale sur des bases philosophiques universelles et que la terminologie spéculative continue de fleurir dans les ouvrages médicaux. D’autre part parce que la rupture est moins brutale que ne le laissent penser les manuels d’histoire de la médecine. Comme en France, les concepts néo-hippocratiques et vitalistes ne s’effacent que lentement et coexistent longtemps, parfois chez un même individu, avec des principes qui leur sont apparemment opposés.

  • 1 Il faut attendre le début des années 1980 pour que Johanna Bleker souligne son importance et lui r (...)
  • 2 Le terme de Biedermeier évoque la médiocrité et l’ennui. Voir Karl-Eduard Rothschuh, « Deutsche Bi (...)
  • 3 La Naturhistorische Schule ayant comporté plusieurs courants, son approche est d’autant plus compl (...)

2Dans ce renouvellement progressif de la science médicale allemande, l’école naturo-historique dominée par la personnalité de Johann Lukas Schönlein joue un rôle fondamental. Parce qu’elle ne correspondait à aucune des catégories taxinomiques créées par les historiens de la médecine, cette école médicale, qui marque la médecine allemande de la seconde moitié des années 1820 jusqu’au milieu des années 1840, a longtemps été occultée dans l’historiographie1. Elle a également suscité des interprétations contradictoires parmi les contemporains comme parmi les historiens : certains la réduisent à une simple composante de la médecine romantique ou la qualifient péjorativement de Biedermeiermedizin2 alors que d’autres lui reconnaissent un rôle de précurseur dans le processus de « scientifisation » de la médecine3. Sans entrer dans ce débat, déterminé pour une grande part par une conception positiviste de l’histoire médicale, on retiendra que la Naturhistorische Schule a contribué à la naissance d’une nouvelle méthode clinique qui, à partir des années 1830, s’impose peu à peu à l’ensemble des universités.

La nouvelle approche diagnostique de l’école naturo-historique

  • 4 Les écrits de Schonlein sont étonnament rares à une époque où les carrières se construisent sur le (...)
  • 5 Johann L. Schönlein, « Ansprache gehalten am 4. November 1819 bei der Übernahme der Medizinischen (...)
  • 6 Ce qui ne signifie pas qu’il faille réduire l’école naturo-historique à une simple méthode d’obser (...)
  • 7 En particulier par Thomas Sydenham.

3La renommée de Johann Lukas Schonlein ne se fonde pas sur un ouvrage important ou sur une découverte décisive4 mais sur sa méthode d’approche des maladies, explicitée dans un discours prononcé le 4 novembre 18195, lorsque lui est confiée, à l’âge de 26 ans, la direction de la clinique médicale de l’université de Wurtzbourg. Cette méthode rompt résolument avec l’héritage boerhaavien qui fonde les pratiques de ses collègues6. S’inscrivant contre la dérive spéculative de la science médicale, le jeune clinicien prétend, sur le modèle élaboré par les minéralogistes, les zoologistes et les botanistes7, fonder la médecine sur des bases empiriques grâce à une série d’observations soigneusement répertoriées et classées. Cette approche empirique de la maladie devait permettre d’identifier chaque pathologie en la distinguant formellement de toutes les autres et, à terme, de fonder un système nosologique véritablement scientifique.

4Ce postulat a des implications radicales sur l’enseignement clinique. Celui-ci n’a plus pour seul but d’assurer la formation pratique des futurs médecins, il ne sert plus seulement à illustrer un savoir théorique déjà acquis mais participe de façon décisive à l’élaboration d’un nouveau savoir médical. La conception de Schönlein répond donc parfaitement aux impératifs définis par les réformateurs de l’université, en particulier par Humboldt : la théorie et la pratique ne forment plus deux champs séparés voire antagonistes de la connaissance mais se fondent l’une dans l’autre. Pédagogue certes, le professeur de clinique est en même temps chercheur. Quant à l’étudiant, moins préoccupé d’acquérir une compétence pratique que de participer activement à la découverte de vérités nouvelles, il est pleinement associé à une entreprise qui requiert toutes ses facultés et toute son intelligence. Longtemps relégué au rang de discipline pratique et marqué du sceau dégradant de l’utilitarisme, l’enseignement clinique peut désormais revendiquer, de par sa participation à l’avancement de la science (Förderung der Wissenschaft), une place de premier rang dans les facultés de médecine.

  • 8 Menacé d’emprisonnement par le gouvernement bavarois à la suite de la révolution de 1830, Schönlei (...)
  • 9 Johanna Bleker et alii, Kranke und Krankheiten im Juliusspital zu Würtzburg 1819-1829, op. cit.

5Le concept naturo-historique développé par Johann Lukas Schönlein à Wurtzbourg, à Zurich puis à Berlin8 se traduit par une remise en cause du malthusianisme de la clinique allemande. Schönlein étend considérablement son champ d’activité, observant plus de 10 000 malades de 1819 à 182 99. Ce choix est dicté par l’expérience. Bien qu’il n’ait pas, semble-t-il, visité les grands hôpitaux étrangers, en particulier ceux de Paris, Schönlein s’est en effet formé dans de grands hôpitaux modernes du sud de l’Allemagne : à l’hôpital de Wurtzbourg puis dans les hôpitaux de Bamberg et de Munich où il a effectué son biennum practicum. À Wurtzbourg, la confusion des fonctions de professeur de clinique et de directeur de l’hôpital favorise ses projets, également servis par l’augmentation rapide du nombre des étudiants attirés de toute part par sa réputation.

  • 10 Schonlein estime en particulier qu’il n’existe pas de fièvre essentielle mais que la fièvre est le (...)

6Mais l’innovation vient également des moyens mobilisés dans l’observation des maladies. Schonlein adhère en partie à la conception organiciste de l’école anatomo-clinique française10 et adopte, sans doute dès 1826, les nouvelles techniques d’investigation découvertes ou systématisées par les cliniciens parisiens, en particulier la percussion et l’auscultation médiate. À partir de 1827, il propose à ses étudiants un cours spécialement destiné à les y initier. Il développe également la pratique de l’examen chimique et microscopique du sang, des urines et des autres sécrétions du corps humain, généralise la prise de pouls et l’usage du thermomètre. Il systématise enfin la pratique de l’autopsie négligée par nombre de ses collègues. Sans renoncer à la tradition « conversatoire » de l’examen médical et à la prise en compte, dans l’analyse étiologique de la maladie, de facteurs extra-corporels liés à l’environnement géographique, climatique ou social du malade, sa méthode permet ainsi d’enrichir considérablement la panoplie diagnostique dont dispose le médecin. Mais Schonlein abandonne aussi en partie le modèle pédagogique issu de la tradition socratique pour renouer avec un mode plus magistral et plus démonstratif d’enseignement mieux adapté au grand nombre de ses élèves. C’est pourquoi nombre de ses contemporains considèrent sa clinique comme une clinique de perfectionnement peu conseillée aux étudiants débutants bien que soit conservée la répartition entre auscultants et pratiquants.

  • 11 De 1825 à 1829, Conrad Heinrich Fuchs a été l’assistant de Johann Lukas Schonlein à Wurtzbourg.
  • 12 Des cours destinés à initier les étudiants aux techniques de la percussion et de l’auscultation ap (...)
  • 13 UB Göttingen Handschriftenabteilung Hist Nat 60.
  • 14 Johann H. Conradi, Ueber Schönleins klinische Vorträge, Göttingen, 1843.
  • 15 Conradi est né en 1780, Fuchs en 1803. Ce conflit témoigne de l’extrême hétérogénéité de l’enseign (...)

7L’entreprise de Schonlein ne reste pas isolée. Schonlein forme en effet de nombreux disciples convaincus du bien-fondé d’un empirisme qui fait de l’institution clinique le centre de l’enseignement et de la recherche médicale. Sa méthode clinique se diffuse ainsi dans un certain nombre d’universités : Friedrich Nasse à Bonn, Friedrich Puchelt à Heidelberg, Peter Krugenberg à Halle, Johann Clarus puis Johann Oppolzer à Leipzig ou Karl Heinrich Baumgärtner à Fribourg appliquent tous ses préceptes dans leur clinique. À Göttingen, les pratiques de Schonlein ne s’imposent qu’à la fin des années 1830 sous l’impulsion de Conrad Heinrich Fuchs11. Ici comme à Halle, c’est par la policlinique et non par l’hôpital que les idées nouvelles pénètrent dans la faculté de médecine. Dès son arrivée à Göttingen en 1837, Fuchs introduit l’utilisation du stéthoscope dans ses cours12 et, comme il l’avait fait à Wurtzbourg, multiplie les ouvertures de cadavres : 305 autopsies sont ainsi pratiquées entre 1838 et 184313. Ces innovations suscitent la réprobation de son collègue Johann Conradi, directeur de l’hôpital académique, qui compte parmi les plus farouches opposants de la Naturhistorische Schule14. Au delà du conflit de génération15, doublé d’une rivalité institutionnelle qui oppose désormais l’hôpital académique à la policlinique, les difficultés rencontrées par Fuchs à Göttingen permettent de mesurer l’hostilité de la plupart des professeurs de médecine à une méthode qui contredit la tradition de la clinique allemande.

Obstacles et blocages

  • 16 On peut se demander jusqu’à quel point ce rejet peut s’expliquer par le ressentiment anti-français (...)
  • 17 Georg von Cless, « Reisebemerkungen aus Frankreich und England als Beitrag zur Beurtheilung des ge (...)

8La très lente diffusion du stéthoscope dans le monde médical allemand est l’un des exemples les plus significatifs de cette difficulté à intégrer des pratiques et des idées nouvelles dans un système encore essentiellement fondé sur une approche symptomatologique de la maladie. Bien qu’édité dans sa version allemande dès 1822, le Traité de l’auscultation médiate publié par Laennec en 1819 ne rencontre guère de succès parmi les médecins allemands, partagés entre l’indifférence, la méfiance et le rejet16. L’afflux d’étudiants et de jeunes docteurs allemands dans le Paris des années 1820 et 1830 ne modifie pas fondamentalement cette attitude de refus. En 1839, de retour d’un séjour prolongé dans la capitale française, Georg von Cless déplore en ces termes la réticence de ses collègues à accueillir une invention qui a depuis longtemps convaincu l’Angleterre : « Le stéthoscope bénéficie toujours de la plus grande considération dans sa patrie d’origine (...) Après la France, il a été adopté principalement en Angleterre où il a rencontré un assentiment quasi unanime et a trouvé des applications heureuses. Seule l’Allemagne est restée en retrait dans ce domaine : même si, ici ou là, le stéthoscope est pleinement reconnu et utilisé, en particulier parmi les cliniciens (je ne citerai que Krugenberg et Schönlein), il est loin de faire l’unanimité comme dans les deux pays sus-cités. Il n’y a qu’en Allemagne que l’on puisse encore fréquemment entendre s’exprimer, publiquement ou en privé, des doutes quant à la scientificité et à l’utilité pratique d’une telle méthode ; il n’y a guère qu’en Allemagne qu’il faille encore prendre sa défense. Il est vraiment surprenant que les Allemands, habituellement si empressés à accueillir et à approfondir les découvertes étrangères, soient demeurés à l’écart en cette occasion et aient choisi de négliger et même de condamner une technique qu’ils n’ont même pas pris la peine d’examiner de près17 ». Alors que les médecins hospitaliers français l’arborent tel un emblème, le stéthoscope reste donc une curiosité dans les cliniques allemandes jusque dans les années 1840.

  • 18 Voir Johannes Pantel et Axel Bauer, « Die Institutionalisierung der pathologischen Anatomie im 19. (...)
  • 19 Carl E. Hasse, Erinnerungen aus meinem Leben, op. cit., p. 26. L’épisode relaté date de 1829.

9Pas plus que l’auscultation, l’anatomie pathologique n’a véritablement sa place dans les cliniques. Le tournant du xviiie siècle a pourtant marqué de grands progrès dans les conditions d’enseignement de l’anatomie. Cinq nouveaux théâtres anatomiques ont été construits dans les années 1820, à Bonn en 1824, à Breslau et à Munich en 1825, à Erlangen en 1826 enfin à Göttingen en 1829. Pour des raisons autant institutionnelles que scientifiques, le lien entre anatomie et clinique n’est pas pour autant établi même si l’enseignement de l’anatomie et de la chirurgie est parfois dispensé par un même professeur. Jusque dans les années 1840-1850, les cours d’anatomie pathologique sont souvent assurés dans des conditions matérielles précaires et sans aucun contact avec les instituts cliniques18 comme en témoignent les souvenirs de Carl E. Hasse : « Le cours d’anatomie pathologique du professeur Cerutti me fit l’effet d’un bain de science positive. Il ne faudrait pourtant pas croire que ces cours avaient lieu, comme c’est le cas aujourd’hui, dans un institut de recherche anatomo-pathologique bien équipé ou qu’il s’appuyait sur de nombreuses préparations et sur les résultats récents d’autopsies pratiquées en grand nombre, que l’on aurait analysés à l’aide du microscope, de la microchimie ou d’autres appareils modernes. Nous ne disposions alors que de très peu d’objets pathologiques, quelques os que l’on conservait surtout à titre de curiosités, quelques cœurs et vaisseaux mal-formés entièrement désséchés et quelques autres préparations du même type. Le pauvre Cerutti, qui n’avait pas d’hôpital à sa disposition, devait se contenter des illustrations tirées des ouvrages de Meckel, du grand atlas de Cruweiler et des ouvrages d’Abercrombie. Si l’apport de ses cours pouvait de ce fait apparaître bien mince, Cerutti eut néanmoins le grand mérite d’être le seul à l’université de Leipzig à avoir encouragé ses élèves à construire sur le terrain solide de l’anatomie pathologique19 ».

  • 20 Voir en particulier Ludwig J. Schmidtmann, « Etwas über den grossen Nutzen und die Wichtigkeit der (...)
  • 21 Johann D. Metzger, Skizze einer medicinischen Encyklopädie für den Anfang des 19. Jabrhunderts, Kö (...)
  • 22 Philipp J. Horsch, Einleitung in die Klinik, Wurtzbourg, 1817, p. 70.

10Depuis la fin du xviiie siècle, les médecins ont il est vrai affirmé l’importance de l’autopsie dans la confirmation et l’affinement des diagnostics20 et l’ouverture des corps fait en principe partie des apprentissages prévus par le règlement des instituts cliniques. À Vienne, la tradition autopsique est solidement établie depuis la seconde moitié du xviiie siècle. Cependant, les professeurs de clinique ne manifestent souvent que peu d’intérêt pour une pratique dangereuse dont les résultats sont jugés peu fiables : « Grâce à l’autopsie des malades, l’anatomie pathologique permet d’éclaircir la nature et le siège de maladies mal connues. Son utilité pour la médecine pratique est donc immense. Encore faut-il rester particulièrement prudent dans l’interprétation des manifestations observées sur le cadavre car celles-ci peuvent s’avérer illusoires », déclare ainsi Johann Metzger en 180421. Ces propos illustrent la réserve de la plupart des cliniciens, persuadés que nombre des lésions constatées lors de l’autopsie sont imputables non à la maladie qui a entraîné la mort mais à la mort elle-même22. Les autopsies sont donc souvent réalisées à des fins conservatoires, la collection de préparations anatomo-pathologiques contribuant à la renommée des instituts cliniques sans que l’anatomopathologie joue un rôle déterminant dans l’interprétation des maladies. En 1841, la collection de l’université de Göttingen, constituée par Conrad Fuchs depuis son arrivée à la tête de la policlinique, ne comporte que 63 pièces entreposées dans quatre placards vitrés alors que celle de l’université de Wurtzbourg se monte à 3000 pièces et celle de l’université de Breslau à 6160 pièces.

  • 23 Ce sont souvent les assistants de la clinique ou les étudiants les plus avancés qui effectuent les (...)
  • 24 StAGö AA Univ Allg n° 20 et Univ. Arch. Cur. 4 IV f 12.
  • 25 Les cadavres des personnes prises en charge par le bureau de bienfaisance reviennent de droit à l’ (...)

11Reste que le désintérêt des cliniciens, qui préfèrent souvent déléguer à un personnel subalterne une tâche jugée ingrate23, ne suffit pas à expliquer le faible nombre des autopsies pratiquées dans les instituts cliniques. L’accès au corps mort se heurte partout à des obstacles que les disciples de Schönlein, de plus en plus nombreux à partir des années 1830, ont le plus grand mal à lever. Le monopole des instituts anatomiques sur les cadavres est sans doute l’une des entraves les plus importantes à la généralisation de l’autopsie. Confrontés à une situation de pénurie permanente, les professeurs d’anatomie prétendent en effet récupérer à leur profit les corps des malades morts dans les cliniques stationnaires. Cette concurrence suscite d’innombrables conflits. À Halle, des querelles sans fin opposent Hans Krugenberg au directeur du théâtre anatomique et au directeur de la clinique chirurgicale qui réclame son lot de cadavres afin d’initier les étudiants aux techniques opératoires. Cette situation est loin d’être exceptionnelle. Disputés entre les professeurs d’anatomie, de chirurgie et de médecine pratique, les cadavres sont parfois l’enjeu de négociations très serrées. Ainsi, pour mettre un terme au désaccord qui oppose le directeur du théâtre anatomique de Göttingen au directeur de l’hôpital chirurgical, les autorités universitaires décident, le 15 avril 1850, d’opérer un partage saisonnier dans l’attribution des cadavres : à l’hôpital chirurgical reviendront les cadavres livrés par la municipalité et les communes environnantes entre le 15 avril et le 15 décembre, le professeur d’anatomie pouvant disposer de ceux livrés pendant le reste de l’année24. En 1841, Conrad Heinrich Fuchs doit également insister pour que les corps des malades de l’hospice pris en charge par la policlinique ne soient pas livrés à l’anatomie avant d’avoir été autopsiés25. La systématisation des autopsies dans les instituts cliniques suscite également des conflits de compétence, les professeurs d’anatomie estimant qu’il est de leur ressort ou de celui du prosecteur attaché au théâtre anatomique de procéder à l’ouverture des corps. Le cloisonnement des facultés de médecine en instituts concurrents et la rivalité entre professeurs jaloux de leurs prérogatives ont donc rendu difficile la synthèse entre anatomie et clinique.

  • 26 En 1856, 3222 malades morts à l’hôpital général de Vienne sont autopsiés. Ärztlicher Bericht aus d (...)
  • 27 Göttinger Gelehrte Anzetgen, 5 avril 1810.
  • 28 Göttinger Gelehrte Anzeigen, 13 janvier 1840 et Werner Kohlhagen, Die pathologische Anatomie in Go (...)
  • 29 Dans les années 1840/50 apparaissent les premières chaires ordinaires d’anatomie pathologique, d’a (...)
  • 30 Conrad H. Fuchs, Bericht üher die medicinische Klinik zu Göttingen im Jahre 1853/54, Göttingen, 18 (...)

12La petite taille des instituts cliniques constitue un autre frein au développement de l’anatomie pathologique, en particulier lorsque la clinique n’est pas liée à un établissement hospitalier. Quelle que soit leur importance, les collections d’anatomie pathologique ne peuvent en effet remplacer les autopsies que seuls les grands hôpitaux donnent l’occasion de pratiquer en grand nombre26. Dans les instituts cliniques indépendants, les professeurs de clinique cherchent parfois à augmenter le nombre des autopsies en accueillant, contrairement à leurs principes, des malades incurables ou mourants : « Les cliniciens savent qu’il n’est en aucun cas contre-indiqué d’admettre des malades souffrant d’une affection à l’issue mortelle mais que l’admission de ce type de malade doit au contraire être favorisée du fait de l’autopsie », déclare ainsi Carl Gustav Himly dès 181027. Les effets d’une telle pratique sont cependant limités et sur ce plan la policlinique ne peut corriger le malthusianisme des cliniques stationnaires. Si le règlement de la policlinique de Berlin prévoit que les malades morts au cours de leur traitement peuvent être autopsiés sans l’accord des familles, comme il est de mise dans les hôpitaux, cette disposition est peu fréquente et les professeurs de clinique doivent user de toute leurs facultés de persuasion pour combattre l’opposition des familles, qu’ils considèrent comme une superstition ridicule. À Göttingen, Conrad Fuchs se voit ainsi refuser, entre 1838/39 et 1842/43, le droit à l’autopsie dans plus d’un tiers des cas28. Onze ans plus tard, en 1853/54, alors que l’anatomie pathologique a gagné beaucoup de terrain au sein des facultés de médecine29, il déplore non sans amertume l’ingratitude des proches qui, dans plus de 60 % des cas, mettent leur veto à l’autopsie d’un des leurs, qui a pourtant bénéficié de soins et de médicaments gratuits, parfois pendant plusieurs mois30.

  • 31 StAGö AA Univ Allg n° 20.
  • 32 Dans deux décrets datés de mars et de décembre 1814 qui sont rappelés à de multiples reprises dans (...)
  • 33 StAGö AA Univ Allg n° 20.

13La faible diffusion des pratiques autopsiques dans les instituts cliniques s’inscrit donc dans un contexte de résistance généralisée à l’utilisation scientifique des corps. Un obstacle que la législation s’avère incapable de surmonter, comme en témoigne le cas du Hanovre31. Dans un décret daté du 28 février 1809, les autorités françaises avaient en effet tenté de garantir à la faculté de médecine un approvisionnement suffisant en cadavres en obligeant tous les hospices, hôpitaux, prisons et autres institutions de répression ou de bienfaisance situés dans un rayon de trois miles autour de Göttingen à livrer leurs morts à l’institut anatomique. Les maires des communes environnantes étaient également tenus de signaler le décès de toute personne sans famille ou sans revenus dont l’enterrement incombait au bureau de bienfaisance. En échange, l’université s’engageait à prendre en charge les frais de transport du corps et à verser un dédommagement à la famille ou à ceux qui avaient soigné le malade avant sa mort. Rappelées avec insistance en 1810, 1811 et 1812 puis reconduites par le gouvernement après la période d’occupation française32, les mesures prises en 1809 n’ont pas les résultats escomptés. Partout les communes rechigent à vendre à la science les corps de leurs « exclus sociaux », criminels, inconnus, suicidés, femmes de mauvaise vie, enfants illégitimes ou vagabonds et proclament le droit à une sépulture décente pour tous. À Göttingen, le pasteur Wagemann se montre particulièrement peu disposé à voir ses ouailles, fussent-elles indignes ou dénuées de tout bien, privées d’enterrement et de sépulture pour être soumises aux barbaries profanatrices des anatomistes. Bravant les consignes des autorités françaises malgré sa fonction de directeur du bureau de bienfaisance, il continue donc d’inscrire à son budget les frais occasionnés par l’enterrement des membres les plus démunis de la communauté. En août 181133, il est rappelé à l’ordre par le maire de « Goettingue » qui l’engage à respecter les dispositions du décret et, au cours du dernier trimestre de l’année, accepte de livrer cinq cadavres à l’anatomie.

  • 34 On peut en revanche supposer, même si le poids des mentalités joue sans aucun doute le rôle essent (...)
  • 35 StAGö AA Univ Allg n° 20. Les choses s’améliorent par la suite puisqu’en 1850, l’anatomie déclare (...)
  • 36 StAGö AA Univ Allg n° 20.

14L’attitude de Wagemann ne doit pas être interprétée en termes de résistance à l’occupant34. Alors que, sous la pression des autorités, le bureau de bienfaisance livre 17 cadavres à l’institut anatomique durant l’année 1812, ce chiffre tombe à 9 en 1820 et à une moyenne inférieure à cinq entre 1825 et 1829. Malgré les plaintes de l’université et les efforts déployés par le gouvernement35, Wagemann tente toujours de tourner la loi avec la complicité de la population. Dans une lettre datée du 16 décembre 181636, il sollicite ainsi de la municipalité le droit de rendre à la guilde des tailleurs le corps d’un de ses maîtres, Gottfried Bauer, dont le corps revenait en principe à l’anatomie puisqu’il avait été hébergé au Werkhaus durant les deux dernières années de sa vie. Dans la même lettre, il signale le cas d’une vieille femme prise en charge pendant plus de 20 ans par la caisse des pauvres, dont le corps aurait été réclamé par les membres de la fabrique de Grätzel qui se déclarent prêts à payer les frais d’enterrement. Les autorités ayant refusé de céder à ces pressions, les deux corps sont finalement livrés à la faculté de médecine.

  • 37 Les dispositions adoptées sont les mêmes qu’en Hanovre : les corps de tous ceux dont les frais d’e (...)
  • 38 En 1840, le bureau de bienfaisance ne livre que sept corps à la faculté de médecine.
  • 39 La caisse de l’hôpital prend donc en charge les frais d’enterrement. Cette mesure contraste avec l (...)
  • 40 Univ. Arch. Kur. 4 IV e 23.

15Le conflit qui oppose la municipalité et l’université à propos de l’usage des cadavres n’est pas spécifique à Göttingen. En 1717, les autorités municipales de la ville de Halle étaient allées jusqu’à interdire les exercices d’anatomie sur le cadavre, prenant le contre-pied des dispositions adoptées en 1691 par le prince électeur Frédéric III. En 1781, confrontée à une situation de pénurie permanente, la faculté de médecine propose alors à la municipalité, dans un contexte marqué par l’intensification de la lutte contre la mendicité, de livrer pour autopsie le corps des mendiants morts dans la ville, arguant du fait que cette mesure aurait un effet dissuasif et permettrait de résoudre le problème du vagabondage. Cependant, malgré le soutien du pouvoir central37, l’université ne parvient pas à empêcher les collectes destinées à couvrir les frais d’enterrement des plus pauvres et la question des cadavres reste, comme à Göttingen, un objet de litige permanent avec la municipalité38. On comprend dès lors que les directeurs d’hôpitaux académiques se soit montrés particulièrement prudents dans l’utilisation des cadavres, cherchant à ménager la sensibilité du public afin de ne pas tarir le recrutement de leur institut. Les statuts de l’hôpital académique de Göttingen prévoient ainsi qu’une fois autopsiés les corps des malades morts dans l’établissement ne pourront être livrés à l’institut anatomique mais devront bénéficier rapidement d’une sépulture décente39. En 1804, un contrat signé avec les compagnons tailleurs de la ville stipule également que la guilde pourra récupérer les corps des siens afin de procéder à leur enterrement à ses frais et selon ses traditions40. De même, craignant de compromettre la bonne réputation de l’institut, les autorités centrales n’osent pas imposer l’autopsie des malades morts pendant leur traitement à la policlinique. Cette mesure contribue-t-elle au succès de l’institution policlinique ? Elle participe en tout cas d’une stratégie de séduction qui vise à attirer et fidéliser la clientèle des classes populaires. Sur un plan scientifique, elle marque cependant les limites de la policlinique par rapport aux cliniques stationnaires.

  • 41 Professeur de médecine à la faculté de Munich, l’ultra-conservateur Johann Nepomuk von Ringseis re (...)
  • 42 Deux autres revues sont également importantes pour le renouvellement de la médecine allemande : la(...)
  • 43 Carl A. Wunderlich, Wien und Paris, Stuttgart, 1841, p. 25.
  • 44 Carl A. Wunderlich et Wilhelm Roser, « Über die Mängel der heutigen deutschen Medicin und über die (...)
  • 45 Ibidem.

16Dans leur combat en faveur de l’autopsie, les disciples de Schönlein se heurtent donc à la rigidité des structures institutionnelles et à l’hostilité des partisans de la tradition, encore très nombreux au milieu du siècle41. À partir du début des années 1840, ils subissent également la critique virulente d’une nouvelle génération de médecins décidés à faire de la médecine une science exacte. Principalement regroupés au sein de la revue Archiv für physiologische Heilkunde, fondée en 1842 par Carl August Wunderlich et Wilhelm Roser42, ces jeunes docteurs, parmi lesquels Rudolf Virchow, Wilhelm Griesinger, Emil Du Bois-Reymond et Jacob Henle, stigmatisent en des termes très durs la dérive spéculative de la médecine allemande. « Comment faut-il qualifier notre passé le plus récent ? Alors que Bichat était en train d’écrire son Anatomie Générale, Röschlaub élaborait une pathogénie inspirée du brownisme. Alors que Dupuytren et Laennec fondaient l’anatomie pathologique et accumulaient les découvertes, nos médecins parlaient de pôles vitaux positifs et négatifs (...) et pendant que Broussais tentait une expérience d’émancipation certes prématurée, Hufeland tentait de concilier principes anciens et nouveaux rêves en rassemblant au sein d’un système, qui permettait de rendre justice à toutes les écoles et à toutes les sectes qui avaient dominé la médecine allemande, les erreurs les plus hétérogènes » constate amèrement Cari August Wunderlich en 184143. Mais les physiologistes s’en prennent également à l’école de Schonlein, à qui ils reprochent son rejet de la théorie, sa conception ontologique de la maladie et sa persistance à utiliser la terminologie romantique. Ils réclament une nouvelle médecine « qui enseigne les lois, selon lesquelles l’organisme vit, tombe malade, guérit et meurt44 ». Sans renouer avec les illusions de la période romantique, celle-ci ne doit plus se contenter de décrire et de comparer les phénomènes pathologiques mais doit les comprendre et les expliquer en fonction d’un principe scientifique supérieur, la physiologie. « Nous croyons que le temps est venu d’organiser le scepticisme ambiant en système ; il faut que toutes les observations présentées jusqu’ici comme des faits établis soient soumises à une critique opiniâtre et conséquente et que l’on éprouve cette logique qui a servi de fondement à toutes les incursions théoriques dans le domaine médical. Nous croyons que le temps est venu d’essayer de fonder une science positive à partir du matériel fait d’expériences prudemment accumulées, une science qui ne s’appuie pas sur des autorités mais sur des fondements et des preuves empiriques, qui permette de comprendre les phénomènes et évite les illusions de la pratique tout en construisant une thérapie consciente et solide (...) Même le praticien, même le médecin enfermé dans la routine la plus monotone ne peuvent se passer de théorie. Instinctivement et inconsciemment, le praticien forge des abstractions à partir de ce qu’il voit et suit une ligne directrice dans ses actes. La différence qui existe entre lui et le médecin scientifique réside simplement dans le fait que la théorie du premier se fonde sur une petite collection d’observations individuelles et sur un chaos de réminiscences obscures tandis que celle du second s’appuie sur l’expérience accumulée tout au long des siècles et dans le monde entier », peut-on lire dans la préface du premier numéro de l’Archiv für physiologische Heilkunde45.

17Ce postulat revient à dénier à l’enseignement clinique le rôle de premier plan que lui confèrent les membres de l’école naturo-historique : la médecine clinique ne peut plus s’identifier avec la science elle-même. Cependant, si elle en conteste les fondements et les objectifs, cette polémique ne remet pas en cause la méthode instaurée par Schönlein. L’engagement de Roser, de Wunderlich et de Virchow en faveur de l’anatomie pathologique, de la percussion et de l’auscultation médiate en est la preuve la plus éclatante et montre que les physiologistes continuent d’accorder une importance fondamentale à l’observation. Depuis la fin des années 1830, le succès grandissant de la seconde école viennoise groupée autour de Joseph Skoda et de Karl von Rokitansky atteste également du dynamisme de la clinique allemande. Les progrès de l’école physiologiste ne diminuent pas non plus l’attention portée par les étudiants à la qualité de l’enseignement clinique : le destin des facultés de médecine reste d’autant plus étroitement lié à celui de leurs instituts cliniques que, dans le cadre du mouvement de réforme médicale, la question de la formation pratique des médecins est une nouvelle fois posée.

Notes

1 Il faut attendre le début des années 1980 pour que Johanna Bleker souligne son importance et lui restitue sa spécificité. Johanna Bleker, Die Naturhistorische Schule, 1825-1845. Ein Beitrag zur Geschichte der klinischen Medizin in Deutschland, Stuttgart, 1981. Voir également : Volker Hess, Von der semiotischen zur diagnostischen Medizin. Die Entstehung der klinischen Methode zwischen 1750 und 1850, Husum, 1993.

2 Le terme de Biedermeier évoque la médiocrité et l’ennui. Voir Karl-Eduard Rothschuh, « Deutsche Biedermeiermedizin. Epoche zwischen Romantik und Naturalismus (1830-(1830-1850) », Gesnerus, 25, 1968, pp. 167-187 et Johanna Bleker, « Biedermeiermedizin – Medizin der Biedermeier ? Tendenzen, Probleme, Widersprüche 1830-1850 », Medizinhistorisches Journal, 23, 1988, pp. 5-22.

3 La Naturhistorische Schule ayant comporté plusieurs courants, son approche est d’autant plus complexe.

4 Les écrits de Schonlein sont étonnament rares à une époque où les carrières se construisent sur les publications. Sur Schonlein : Johanna Bleker, « Johann Lukas Schonlein (1793-1864) », in D. von Engelhardt et F. Hartmann (dir.), Klassiker der Medizin, t. 2, op. cit. pp. 81-94.

5 Johann L. Schönlein, « Ansprache gehalten am 4. November 1819 bei der Übernahme der Medizinischen Klinik in Würzburg », in E. Ebstein (dir.), Deutsche Ärztereden aus dem 19. Jahrhundert, Berlin, 1926, pp. 6-12. Johanna Bleker, « Johann Lukas Schonlein, die Naturhistorische Schule und die Methode der klinischen Medizin », Zeitschrift für ärztliche Fortbildung, 83, 1989, pp. 102-106.

6 Ce qui ne signifie pas qu’il faille réduire l’école naturo-historique à une simple méthode d’observation sans tenir compte des conceptions du corps et de la maladie qu’elle véhicule.

7 En particulier par Thomas Sydenham.

8 Menacé d’emprisonnement par le gouvernement bavarois à la suite de la révolution de 1830, Schönlein quitte précipitamment Wurtzbourg pour la Suisse en 1832. Il occupe pendant six ans la chaire de clinique médicale de la nouvelle université de Zurich avant d’accepter, en 1840, la direction de la clinique médicale de Berlin sur proposition du roi de Prusse Frédéric Guillaume IV et contre l’avis des membres de la faculté de médecine. Schönlein enseigne à Berlin jusqu’en 1859.

9 Johanna Bleker et alii, Kranke und Krankheiten im Juliusspital zu Würtzburg 1819-1829, op. cit.

10 Schonlein estime en particulier qu’il n’existe pas de fièvre essentielle mais que la fièvre est le symptôme d’une lésion organique.

11 De 1825 à 1829, Conrad Heinrich Fuchs a été l’assistant de Johann Lukas Schonlein à Wurtzbourg.

12 Des cours destinés à initier les étudiants aux techniques de la percussion et de l’auscultation apparaissent dans le répertoire des cours à partir de 1843.

13 UB Göttingen Handschriftenabteilung Hist Nat 60.

14 Johann H. Conradi, Ueber Schönleins klinische Vorträge, Göttingen, 1843.

15 Conradi est né en 1780, Fuchs en 1803. Ce conflit témoigne de l’extrême hétérogénéité de l’enseignement universitaire de la médecine à partir des années 1830. Alors que la jeune génération enseigne selon les méthodes de l’école de Schönlein, l’ancienne génération reste attachée aux vieilles idées.

16 On peut se demander jusqu’à quel point ce rejet peut s’expliquer par le ressentiment anti-français lié aux guerres de libération et dans quelle mesure ce ressentiment a pu freiner, au moins temporairement, la circulation des idées scientifiques entre la France et l’Allemagne.

17 Georg von Cless, « Reisebemerkungen aus Frankreich und England als Beitrag zur Beurtheilung des gegenwärtigen Standpunkts der Medicin in den genannten Ländern », op. cit., pp. 29-30.

18 Voir Johannes Pantel et Axel Bauer, « Die Institutionalisierung der pathologischen Anatomie im 19. Jahrhundert an den Universitäten in Deutschland, der deutschen Schweiz und Österreichs », Gesnerus, 47, 1990, pp. 303-327 et Hans-Heinz Eulner, Die Entwicklung der medizinischen Spezialfacher an den Universitäten des deutschen Sprachgebiets, op. cit.

19 Carl E. Hasse, Erinnerungen aus meinem Leben, op. cit., p. 26. L’épisode relaté date de 1829.

20 Voir en particulier Ludwig J. Schmidtmann, « Etwas über den grossen Nutzen und die Wichtigkeit der Eröffnung der Leichen für die Vervollkommung und Bereicherung der Heilkunde und die Hindernisse die mann ihnen entgegenstellt », Neues Hannoverisches Magazin, 1796, 48 et 49, pp. 753-774. Outre les bienfaits qu’elle apporte à la science, Schmidtmann voit dans la pratique systématique de l’autopsie le moyen de confondre les charlatans, de distinguer les bons des mauvais médecins mais aussi d’éviter que des personnes encore vivantes ne soient à tort considérées comme mortes.

21 Johann D. Metzger, Skizze einer medicinischen Encyklopädie für den Anfang des 19. Jabrhunderts, Königsberg, 1804, pp. 78-79.

22 Philipp J. Horsch, Einleitung in die Klinik, Wurtzbourg, 1817, p. 70.

23 Ce sont souvent les assistants de la clinique ou les étudiants les plus avancés qui effectuent les autopsies. À Vienne, un prosecteur est nommé dès 1796 mais cette fonction ne se répand que très lentement dans les autres facultés de médecine allemandes.

24 StAGö AA Univ Allg n° 20 et Univ. Arch. Cur. 4 IV f 12.

25 Les cadavres des personnes prises en charge par le bureau de bienfaisance reviennent de droit à l’anatomie. StAGö AA Univ Allg n° 22.

26 En 1856, 3222 malades morts à l’hôpital général de Vienne sont autopsiés. Ärztlicher Bericht aus dem k. k. allg. Krankenhause zu Wien, op. cit.

27 Göttinger Gelehrte Anzetgen, 5 avril 1810.

28 Göttinger Gelehrte Anzeigen, 13 janvier 1840 et Werner Kohlhagen, Die pathologische Anatomie in Gottingen während des ersten Hälfte des 19. Jahrhunderts, Gottingen, 1935, p. 28.

29 Dans les années 1840/50 apparaissent les premières chaires ordinaires d’anatomie pathologique, d’abord à Vienne en 1844 puis à Wurtzbourg en 1845, à Berlin en 1856 et à Munich en 1859. À Göttingen la première chaire extraordinaire d’anatomie pathologique est créée en 1852, la première chaire ordinaire en 1876.

30 Conrad H. Fuchs, Bericht üher die medicinische Klinik zu Göttingen im Jahre 1853/54, Göttingen, 1855, p. 203.

31 StAGö AA Univ Allg n° 20.

32 Dans deux décrets datés de mars et de décembre 1814 qui sont rappelés à de multiples reprises dans des circulaires envoyées aux municipalités.

33 StAGö AA Univ Allg n° 20.

34 On peut en revanche supposer, même si le poids des mentalités joue sans aucun doute le rôle essentiel, que les relations souvent tendues qu’entretiennent une université privilégiée et une municipalité soucieuse de se prémunir contre les prérogatives d’une institution étatique, contribuent à expliquer cette attitude de rejet.

35 StAGö AA Univ Allg n° 20. Les choses s’améliorent par la suite puisqu’en 1850, l’anatomie déclare recevoir 150 cadavres par an en moyenne. Univ. Arch. Kur. 4 IV f 12.

36 StAGö AA Univ Allg n° 20.

37 Les dispositions adoptées sont les mêmes qu’en Hanovre : les corps de tous ceux dont les frais d’enterrement ne peuvent être pris en charge par la famille doivent être livrés à l’anatomie.

38 En 1840, le bureau de bienfaisance ne livre que sept corps à la faculté de médecine.

39 La caisse de l’hôpital prend donc en charge les frais d’enterrement. Cette mesure contraste avec les dispositions adoptées par l’administration des hôpitaux parisiens moins sensibles aux réticences des malades. Si 24 heures après la mort du malade, les proches n’ont pas versé six francs pour couvrir les frais d’enterrement, le corps du défunt est livré à l’anatomie après avoir été soumis à autopsie.

40 Univ. Arch. Kur. 4 IV e 23.

41 Professeur de médecine à la faculté de Munich, l’ultra-conservateur Johann Nepomuk von Ringseis reproche à Schônlein son libéralisme et sa vision matérialiste du monde. Il appelle de ses voeux une médecine conforme aux enseignements de l’église catholique. Johann N. von Ringseis, System der Medizin, Ratisbonne, 1841.

42 Deux autres revues sont également importantes pour le renouvellement de la médecine allemande : la Zeitschrift für rationelle Medizin fondée en 1844 et le Archiv für pathologische Anatomie, Physiologie und klinische Medizin fondé en 1847 par Rudolf Virchow.

43 Carl A. Wunderlich, Wien und Paris, Stuttgart, 1841, p. 25.

44 Carl A. Wunderlich et Wilhelm Roser, « Über die Mängel der heutigen deutschen Medicin und über die Nothwendigkeit einer entschieden wissenschaftlichen Richtung in derselben », Archiv für physiologische Heilkunde, 1, 1842, pp. i-xxx.

45 Ibidem.

© Presses universitaires de Lyon, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search