Version classiqueVersion mobile

Machines à instruire, machines à guérir

 | 
Isabelle von Bueltzingsloewen

Troisième partie : Mutations

Mutations

Texte intégral

  • 1 Le choléra a également révélé le manque de cohésion de la classe médicale. Comme en France, les mé (...)

1La demande médicale des couches inférieures de la population ne peut expliquer à elle seule les mutations que connaît la clinique allemande dans les années 1840. Stimulant la politique de santé publique en particulier dans le domaine hospitalier, la grande épidémie de choléra de 1831-1832 a également révélé l’impuissance de la médecine académique qui fait l’objet de critiques parfois très dures. Nombre de médecins et de malades se tournent vers l’homéopathie qui, grâce à l’utilisation du camphre préconisée par Samuel Hahnemann, obtient des résultats signicativement meilleurs que l’allopathie, demeurée fidèle à la saignée1. L’évolution du contexte scientifique, porté par une nouvelle génération de médecins qui soumet le caractère spéculatif de la science médicale à des attaques de plus en plus audacieuses, est un autre facteur à prendre en compte. Rejetant l’héritage de la période romantique et rompant avec le refus ou la méfiance de leurs prédécesseurs, des professeurs de clinique se laissent séduire par les méthodes et les acquis de l’école anatomo-clinique française. Pour autant, les transformations de la clinique allemande ne peuvent être assimilées à une simple transposition du concept anatomo-pathologique. Ce serait nier la distance critique que les médecins allemands ont toujours manifestée vis-à-vis d’une médecine française dont le prestige commence d’ailleurs à être remis en question, en France comme à l’étranger, mais aussi le potentiel d’innovation de la médecine allemande. Depuis la fin des années 1820, le développement de l’école naturohistorique a en effet entraîné la diffusion d’approches et de pratiques diagnostiques qui contredisent le modèle boerhaavien et favorisent l’extension de la clinique.

2De fait, les années 1840 sont marquées par un changement d’échelle. Avec le soutien des étudiants, de plus en plus attirés par les grands hôpitaux qui ont d’ailleurs beaucoup contribué aux nouvelles orientations de la clinique, les cliniciens parviennent à accroître le nombre des malades destinés à l’enseignement médical non sans renoncer à une partie de ce qui fondait leur pouvoir dans les décennies précédentes : leur droit à sélectionner les malades. S’ils continuent de mettre en avant leur vocation pédagogique, les hôpitaux académiques deviennent dès lors des établissements de santé publique à part entière, ce dont témoigne leur intégration progressive au système d’assurance maladie. Cette ouverture va dans le sens du projet médicalisateur développé par les médecins impliqués dans les mouvements de 1848. Expression d’une revendication corporatiste mais aussi d’une préoccupation sociale qui dépasse l’exercice médical, le mouvement de réforme médicale (Medizinische Reform) affirme en effet le droit à la santé pour tous.

Notes

1 Le choléra a également révélé le manque de cohésion de la classe médicale. Comme en France, les médecins se séparent entre contagionistes et non-contagionistes et sont divisés sur les traitements à appliquer. Renate Wittern, « Le développement de l’homéopathie en Allemagne au xixe siècle », in O. Faure (dir.), Praticiens, patients et militants de l’homéopathie 1800-1940, Lyon, 1992, pp. 33-58.

© Presses universitaires de Lyon, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search