Version classiqueVersion mobile

Machines à instruire, machines à guérir

 | 
Isabelle von Bueltzingsloewen

Deuxième partie : Modèle et pratiques

Conclusion

Texte intégral

1On pourrait être tenté de considérer les instituts cliniques comme les « têtes de pont » d’une vaste entreprise de médicalisation visant à soumettre les couches inférieures de la société à l’emprise uniformisante de la médecine académique. En tant qu’institution destinée à améliorer la formation pratique des futurs médecins, la clinique participe effectivement d’une stratégie médicalisatrice à long terme. Mais si les professeurs de clinique se montrent généralement prolixes lorsqu’il s’agit de démontrer les bienfaits de leur institut sur l’encadrement médical des plus démunis, si certains ont même pu signifier que le développement de leur établissement pourrait contribuer efficacement à détourner les « pauvres malades » des tentations de la « charlatannerie », les universités se sont toujours montrées réticentes à participer directement à la mise en œuvre d’un projet de santé publique. Revendiqué par les directeurs de cliniques désireux d’empêcher toute ingérence des bureaux de bienfaisance dans ce qu’ils considèrent comme leur fief mais aussi par l’Etat peu soucieux de subventionner, même indirectement, une médecine des pauvres dont la charge revient aux municipalités, le primat de la fonction pédagogique des instituts cliniques a sans aucun doute trahi l’attente des Aufklarer qui avaient pu concevoir l’institution clinique comme le fer de lance d’une politique de médicalisation orchestrée conjointement par les municipalités et les facultés de médecine.

2Dans les faits, la pédagogie est cependant bien souvent rattrapée par la médecine. Même s’ils accueillent peu de malades, les hôpitaux académiques deviennent parfois, comme à Göttingen, l’élément essentiel du dispositif de santé publique. Le développement des policliniques trahit également les principes malthusiens d’un enseignement clinique contraint malgré tout de répondre à la demande médicale. À partir des années 1840, ce malthusianisme se révèle d’ailleurs incompatible avec les nouvelles orientations de la science médicale.

© Presses universitaires de Lyon, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search