Desktop versionMobile version

Machines à instruire, machines à guérir

 | 
Isabelle von Bueltzingsloewen

Première partie : Genèse

Conclusion

Full text

1La genèse de l’institution clinique doit donc être comprise et analysée comme la convergence de trois demandes. À une demande universitaire, de nature pédagogique et scientifique, s’adjoint, à partir des années 1750-1770, une demande politique à caractère populationniste relayée et amplifiée par les médecins éclairés, conscients des avantages qu’ils pourront retirer de l’élargissement de leur sphère d’intervention. S’y ajoute enfin, à partir des années 1780, une demande municipale liée à la définition d’une nouvelle politique sociale et à la réorganisation des institutions charitables.

  • 1 Franklin Kopitzsch, « Esquisse d’une histoire sociale de l’Aufklärung en Allemagne », in H. Berdin (...)

2Si, en tant que réformateur de l’institution universitaire, l’État a joué un rôle non négligeable dans l’apparition et la stabilisation de l’institution clinique, le cas de Göttingen montre cependant que cette importance doit être relativisée au profit des autres acteurs mobilisés dans l’entreprise. En effet, alors qu’« au cours du siècle qui sépare Christian Thomasius et Gottfried Wilhelm Leibniz d’un côté, Emmanuel Kant et Georg Forster de l’autre », l’Aufklärung abandonne peu à peu « l’orientation spéculative de ses débuts pour devenir un large mouvement de réformes touchant presque tous les secteurs de la vie »1, le décalage entre le dynamisme de l’université et l’inertie du gouvernement central ne fait que s’accentuer. L’État semble incapable de répondre à une volonté de changement qui traverse des cercles de plus en plus larges de la société et la plupart des projets développés par les réformateurs ne peuvent se concrétiser. L’hypothèse d’un pacte signé entre l’État et un corps médical en voie de professionnalisation dans le but de soumettre les couches inférieures de la population aux normes de la société bourgeoise apparaît donc peu convaincante.

3Le Hanovre se trouve, il est vrai, dans une situation très particulière au sein de l’espace germanique. Durant son long règne, de 1760 à 1820, le roi d'Angleterre Georges III, qui ne domine que fort imparfaitement la langue de ses pères, ne visite jamais ses États germaniques. En l'absence du Prince, les huit États provinciaux, garants des privilèges et des particularismes locaux, accroissent considérablement leurs prérogatives. Hostiles à la centralisation, ils s’opposent, tant sur le plan politique, économique que social, à toute tentative d'uniformisation de la législation et à toute réforme structurelle. Le « retard » pris par le Hanovre dans le domaine de la santé publique ne fait donc qu’illustrer une carence qui s’étend à l’ensemble des champs potentiels de l’intervention étatique. Alors que la monarchie prussienne s’engage résolument, dès avant et surtout après l’invasion française, sur la voie de la centralisation et de la bureaucratisation, la marge d'action de l'électeur de Hanovre paraît de plus en plus réduite. Sur le plan intérieur, l’union dynastique entre l’électorat et le royaume d’Angleterre n’a donc pas apporté les « bienfaits » que l’on pouvait en attendre.

4L’exemple du Hanovre ne peut être généralisé. À Vienne, l’institution clinique apparaît au contraire comme une « commande » princiere, imposée d'en haut a une université qui n’a pas su trouver les forces nécessaires à sa rénovation. Mais surtout, ici comme en Prusse, le projet clinique s’insère dans un programme de réformes globales qui vise à soumettre l’ensemble de la société à l’emprise uniformisante de l'État. L'opposition entre un absolutisme prussien ou autrichien de plus en plus affirmé et un « libéralisme » welfe souvent perçu comme rétrograde ne doit pourtant pas être exagérée. L’échec des réformes de Joseph II témoigne des limites de l’action étatique face à une opposition particulariste et conservatrice très puissante. De même, le Allgemeines Landrecht promulgué par le roi de Prusse en 1794 et les reformes, souvent incomplètes, engagées dans la période suivante sont un compromis entre les forces de la tradition et celles du progrès. En outre, les multiples lois, règlements, ordonnances et autres textes normatifs édictés et promulgués par le pouvoir central, qui témoignent de l'existence d un projet médicalisateur plus ou moins cohérent selon les États, ne doivent pas faire illusion. Parce qu’il n’a pas les moyens de les faire appliquer directement, le Prince doit s’en remettre à la bonne volonté et à l’interprétation des autorités locales, dont les intérêts ne coïncident pas forcément avec les siens.

5Le rôle d’une élite éclairée décidée à œuvrer pour le bien public autant que pour ses intérêts propres apparaît autrement plus décisif dans la genèse de l’institution clinique. Bien qu’animés par des logiques souvent contradictoires, professeurs d’université, médecins et réformateurs de la politique de pauvreté parviennent à conjuguer leurs efforts pour imposer un projet qui sert à la fois les desseins de la science, ceux de la médecine académique et ceux de la santé publique. Cependant, les plus ardents défenseurs de l’enseignement de la médecine pratique sont très certainement ceux qui en sont les principaux bénéficiaires : les étudiants en médecine. Bien que difficile à évaluer, leur rôle dans le développement de l’enseignement clinique a sans aucun doute été fondamental même s’ils n’ont pas de représentants susceptibles de faire entendre leur voix auprès des professeurs ou des autorités universitaires. On ne sait rien des éventuelles critiques concernant la nature, le contenu ou la qualité de l’enseignement délivré mais on peut penser que, très présents dans les loges maçonniques et dans les autres cercles de sociabilité bourgeoise, les étudiants ont trouvé dans ce cadre extérieur à l’université un lieu d’expression et d’action. Le seul indicateur significatif de la demande étudiante est l’évolution du nombre des immatriculations, dont l’interprétation est cependant aléatoire. Mais, parce que le prestige d’une université se mesure en nombre d’inscriptions, il est permis de croire que le pouvoir central a tenu compte de cette pression venue des « utilisateurs » de l’institution universitaire.

  • 2 Voir Alfons Labisch, Homo Hygienicus. Gesundheit und Medizm in der Neuzeit, op. cit.

6Il faut enfin s’interroger sur le rôle de la demande médicale de la population. En réclamant de l’État une formation mieux adaptée aux impératifs pratiques de leur fonction, les médecins académiques et les étudiants en médecine n’ont-ils pas répondu à une pression venue du bas et réagi à l’apparition d’un marché médical nouveau, d’un marché « à prendre » ? Le développement, difficile à évaluer, de ce que les médecins du temps appellent le charlatanisme, ne traduit-il pas une demande accrue en prestations médicales qui témoignerait de cette lente évolution des mentalités vis-à-vis de la vie et de la mort et de cette apparition d’une culture sécularisée du corps décrites par les historiens2 ? Relayée par les étudiants, les médecins et les élites bourgeoises, cette demande venue du bas n’a-t-elle pas pour une bonne part déterminé la naissance de la clinique ? Bien qu’elles remettent en cause la vision foucaldienne de la médicalisation et supposent une réinterprétation au moins partielle de la Gesundheitsaufklärung, ces questions méritent d’être posées.

Notes

1 Franklin Kopitzsch, « Esquisse d’une histoire sociale de l’Aufklärung en Allemagne », in H. Berding, E. François et H-P. Ullmann (dir.), La Révolution, la France et l’Allemagne, op. cit., p. 352.

2 Voir Alfons Labisch, Homo Hygienicus. Gesundheit und Medizm in der Neuzeit, op. cit.

© Presses universitaires de Lyon, 1997

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search