Version classiqueVersion mobile

Machines à instruire, machines à guérir

 | 
Isabelle von Bueltzingsloewen

Première partie : Genèse

Chapitre V. La rénovation de l’université et la diffusion de l’enseignement clinique

Texte intégral

  • 1 Thomas Nipperdey, Deutsche Geschichte, 1800-1866. Bürgerwelt und starker Staat, Munich, 1985 (3e é (...)

1« Am Anfang war Napoleon ». « Au commencement il y eut Napoléon. L’histoire des Allemands, de leur vie et de leurs expériences durant le premier quart du xixe siècle, qui vit la mise en place des premiers fondements de l’Allemagne contemporaine, est toute entière marquée par son influence écrasante (...) Sans doute les principes fondamentaux du monde moderne sont-ils nés, y compris dans la conscience des contemporains, avec la Révolution française ; celle-ci fit date dans l’histoire du monde entier. Mais les Allemands ne vécurent véritablement le renversement de l’ordre ancien que sous Napoléon et sous la forme de la domination militaire », déclare Thomas Nipperdey, en guise d’introduction à son histoire de l’Allemagne au xixe siècle1, avant d’aborder l’analyse de ce que l’on a coutume d’appeler « l’ère des réformes » et de rappeler les bouleversements induits par l’occupation napoléonienne : l’annexion de la rive gauche du Rhin, soumise pendant près de 15 ans à l’influence directe de la France, la réorganisation territoriale de l’Allemagne, conservée pour l’essentiel à l’issue du Congrès de Vienne, la suppression du Saint Empire Romain Germanique, presque millénaire, et surtout la fin du modèle absolutiste éclairé ébranlé par les défaites prussiennes d’Iéna et d’Auerstedt.

2Rupture ou continuité ? La question se pose également pour l’étude de la clinique. Sans doute, à aucun moment, les réformateurs de l’ère napoléonienne n’ont-ils songé à mettre en cause les expériences menées depuis les années 1750-1760 à Göttingen, à Vienne, à Fribourg, à Erfurt ou à Wurtzbourg : celles-ci servent au contraire de modèle à de nombreuses universités. L’enseignement clinique n’est pas pour autant sans dette vis-à-vis de la période napoléonienne : il lui doit sa généralisation rapide et par là même sa nécessaire consolidation. Jusque-là, son développement s’était en effet heurté, dans la plupart des États, à l’archaïsme des structures universitaires et au manque de moyens et d’ambitions de nombreuses universités à vocation locale. Si quelques établissements nouveaux ou réformés avaient su faire preuve du dynamisme nécessaire pour adapter leur enseignement médical à la demande sociale, ce phénomène restait circonscrit. Seule l’apparition d’une concurrence plus vive pouvait, en stimulant l’innovation, garantir la pérennité d’une institution encore fragile. Cette fois encore la modernisation de l’institution universitaire apparaît donc comme la condition non suffisante mais nécessaire et première du développement de la clinique.

Néo-humanisme contre utilitarisme

  • 2 Par l’expression de « modernisation défensive », Hans-Ulrich Wehler entend une politique de réform (...)
  • 3 Karl E. Jeismann et Peter Lundgreen (dir.), Handbuch der deutschen Bildungsgeschichte, 1800-1870, (...)
  • 4 Dans les années 1790, les écoles spécialisées se multiplient en particulier en Prusse où sont créé (...)

3On ne peut étudier le processus de rénovation de l’institution universitaire sans l’intégrer au vaste mouvement de réformes qui, dans l’ensemble des États allemands, dans la Prusse de Stein et de Hardenberg, dans la Bavière de Montgelas ou dans le Bade de Reizenstein, accompagne et suit la période d’occupation française. La réforme de l’université n’est que l’un des éléments de cette stratégie de « modernisation défensive » décrite par Hans-Ulrich Wehler2, elle accompagne et traduit l’émergence de l’État moderne et de la société bourgeoise. Réforme agraire, réforme militaire, réforme constitutionnelle, administrative et municipale, réforme financière et fiscale... ; plus ou moins radicale selon les États, l’œuvre réformatrice touche tous les domaines de la vie politique, économique, sociale et culturelle. En outre, la réforme des universités ne constitue que l’un des aspects d’une volonté de restructuration, d’unification et d’étatisation qui touche l’ensemble du système éducatif, en particulier l’enseignement primaire et secondaire3. Elle répond à une revendication exprimée depuis plusieurs décennies par les couches éclairées de la population. En effet, dans le dernier quart du xviiie siècle, l’institution universitaire est, comme en France, l’objet de vives critiques. On dénonce pêle-mêle la rigidité de la structure corporative qui bloque toute velléité d’innovation, l’inadaptation du contenu des enseignements aux exigences de la société moderne, le poids de l’orthodoxie religieuse ou encore le népotisme et les abus dans la distribution des grades. Des réformes partielles tentées à Trèves, à Mayence, à Wurtzbourg et à Iéna ne donnent que des résultats limités et la création de la première université de Bonn en 1786 ne répond pas non plus aux attentes. Certains en viennent alors à mettre en cause l’existence de l’institution ; aux réformistes s’opposent les abolitionnistes, partisans de la dissolution des universités au profit d’écoles spécialisées qui s’inspireraient du modèle français, jugé mieux adapté aux besoins des États modernes4.

  • 5 Chiffres tirés de Hans-Ulrich Wehler, Deutsche Gesellschaftsgeschichte, t. 1, Munich, 1987, p. 297
  • 6 Karl E. Jeismann et Peter Lundgreen (dir.), Handbuch der deutschen Bildungsgeschichte, 1800-1870, (...)
  • 7 Sur les universités bavaroises : Wolfgang Leiser, « Die Stadt und der Verlust ihrer Universitat », (...)
  • 8 Les autres universités prussiennes résistent beaucoup mieux : d’après Hans-Ulrich Wehler, Halle co (...)

4Ce débat n’est pas sans rappeler celui qui avait précédé la création des universités de Halle et de Göttingen. Il s’inscrit dans un contexte de diminution très sensible du nombre des étudiants à un moment où la population augmente fortement. Déjà perceptible au milieu du siècle, le mouvement s’accélère à partir des années 1780/90 pour atteindre son apogée en 1815 : en 1751/55, les universités allemandes rassemblaient 8807 étudiants, en 1776/80 elles en accueillent encore 7483, en 1801/05 elles n’en comptent plus que 5765, en 1811/15 seulement 4900 soit un recul total de plus de 40 %5. Les petites universités à recrutement local, souvent qualifiées d’universités naines (Zwerguniversitäten), sont les plus touchées. Parmi la cinquantaine d’universités que compte l’espace allemand, beaucoup n’attirent que quelques étudiants dans chaque discipline alors que les universités de Halle, de Göttingen, d’Iéna et de Leipzig accueillent à elles seules 40 % de l’effectif total6. En 1799, l’université bavaroise d’Altdorf n’enregistre que 14 immatriculations ; en 1808, la situation s’est quelque peu redressée mais les étudiants ne sont toujours que 59. À Bamberg, les effectifs oscillent très modestement entre 52 et 70 étudiants entre 1799 et 18027. Ce phénomène de désertion n’est pas seulement lié à la crise des universités mais également aux désordres occasionnés par les guerres napoléoniennes. Il touche surtout les universités du sud mais n’épargne pas les universités des Etats et provinces du nord et de l’ouest : en 1805, l’université de Duisbourg n’accueille que 40 étudiants8, en 1815 celle de Greifswald n’en compte que 33 toutes matières confondues. Les facultés de médecine semblent mieux résister que les autres à l’érosion des effectifs mais certaines d’entre elles n’existent plus guère que sur le papier : cinq étudiants fréquentent la faculté de médecine de Heidelberg en 1800, 30 en 1813. À Tubingen, la situation se dégrade bien avant l’invasion française : un seul étudiant est inscrit en médecine en 1773, sept en 1791.

  • 9 Rudolf Vlerhaus, « Göttingen im Zeitalter Napoleons », Göttinger Jahrbuch, 1979, pp. 177-188.

5Dans les universités réformées, la situation est plus sereine. À Göttingen, le nombre des étudiants se maintient à un niveau élevé, entre 600 et 700, malgré un recrutement irrégulier. Signe d’une réputation demeurée intacte, l’université continue en outre d’attirer une forte majorité d’étudiants étrangers au Hanovre : pendant la période 1796/1800, 40 % seulement des étudiants sont originaires de l’électorat, en 1801/05 les étrangers forment 63,5 % du contingent, 58,6 % en 1806/10. En médecine, le plus mauvais chiffre enregistré est de 82 immatriculations mais celles-ci dépassent la plupart du temps les 100. L’université a il est vrai obtenu une protection spéciale de Napoléon et parvient à traverser sans trop de remous une période pourtant particulièrement troublée, qui la place successivement sous domination française après l’invasion du Hanovre le 5 juin 1803, sous domination prussienne pendant une partie de l’année 1806, puis à nouveau sous contrôle français dans le cadre du royaume de Westphalie créé après la paix de Tilsit9.

  • 10 Georg C. Lichtenberg, Schriften und Briefe, t. 3, op. cit., p. 508.

6Bien que toujours considérée comme l’un des maillons les plus solides du réseau universitaire allemand, l’université de Göttingen n’est cependant pas à l’abri des critiques. L’une des plus sévères émane de l’intérieur de l’établissement et traduit bien cette perte de confiance dans une institution qui, même réformée, ne parvient plus à remplir ses objectifs : « J’ai passé six années entières à enseigner dans une université renommée » explique le professeur de physique Georg Christoph Lichtenberg, « j’ai accompagné les premiers pas de plus de cent jeunes gens, et parmi cette centaine, je pouvais parier à l’avance à cent contre un que seuls deux ou peut-être aucun n’enrichiraient d’un groschen le substrat scientifique de notre patrie10 ». L’université parvient cependant à sortir de cette crise. Cette fois encore, les abolitionnistes doivent s’effacer devant les partisans de la réforme, souvent formés à Göttingen ou à Erlangen. Ceux-ci parviennent à imposer le maintien de l’institution, qui doit également être compris comme une réaction conservatrice face à la Révolution française et à la suppression des universités décidée par Napoléon.

Graphique 1. Évolution du nombre des étudiants inscrits à la faculté de médecine de Göttingen 1770-1865

Graphique 1. Évolution du nombre des étudiants inscrits à la faculté de médecine de Göttingen 1770-1865

chiffres tirés de 250 Jahre Georg August Universität. Studentenzahlen 1734/1987, Göttingen, 1987, pp. 29-31.

Carte no 1. LES UNIVERSITÉS ALLEMANDES EN 1826 (dans les frontières du Reich bismarckien)

Carte no 1. LES UNIVERSITÉS ALLEMANDES EN 1826 (dans les frontières du Reich bismarckien)
  • 11 Napoléon supprime à deux reprises l’université de Halle.
  • 12 Dans l’ordre alphabétique : Altdorf (1622-1809), Bamberg (1648-1803), Butzow (1760-1789), Dillinge (...)
  • 13 À cette date, il ne reste que 19 universités dans les limites du futur Reich.
  • 14 L’université de Berlin devait compenser la perte de l’université de Halle, celle de Bonn devait co (...)
  • 15 Dans le sud de l’Allemagne, le poids de la faculté de théologie avait empêché la modernisation d’u (...)

7Mais si l’université demeure le lieu de formation essentiel des élites, le paysage universitaire est profondément remanié. D’abord sur le plan quantitatif. Jugé inutilement dense et émietté, le réseau universitaire fait l’objet d’une purge drastique : 18 établissements sont fermés de façon définitive entre 1789 et 1819, soit par les autorités françaises11, soit plus souvent sur décision des États eux-mêmes12. Dans ce processus d’élimination des plus faibles, l’expansion territoriale de nombreux États, en particulier dans le sud de l’Allemagne, joue un rôle décisif. En 1815, la moitié des établissements a disparu : le problème chronique du surnombre des universités semble résolu13. Sur le plan qualitatif, le bouleversement est également considérable : il se traduit par la création de quelques universités nouvelles qui servent de référence aux autres établissements et par la réorganisation des universités maintenues. La création par la Prusse des universités de Berlin en 1810 et de Bonn en 181814 s’inscrit dans la continuité du mouvement de rénovation universitaire inauguré à Göttingen, à Erlangen et à Vienne qui sert surtout de modèle aux universités catholiques. Les principes mis en œuvre par un Humboldt, lui-même passé par Göttingen, ne diffèrent guère de ceux édictés par un Münchhausen : l’un comme l’autre proclament l’unité de l’enseignement et de la recherche par opposition au modèle français, la fin de l’autonomie et des privilèges de la corporation universitaire, la mise en œuvre d’un contrôle direct de l’État sur l’université, par le biais du financement, des nominations, des examens et de l’institution du curateur, la sécularisation de l’enseignement et l’affirmation de la tolérance15, enfin la liberté d’apprendre et d’enseigner (Lern- und Lehrfreiheit).

  • 16 Voir Fritz Ringer, Die Gelehrten. Der Niedergang der deutschen Mandarine 1890-1933, Stuttgart, 198 (...)
  • 17 À Göttingen également, le rationalisme pratique et l’utilitarisme hérités de Halle avaient cédé du (...)
  • 18 Les sciences appliquées et la technique sont d’ailleurs exclues de l'université.
  • 19 Konrad Jarausch, « Die neuhumanistische Universität und die bürgerliche Gesellschaft (1800-1870) » (...)
  • 20 Voir Karlfried Gründer, « Die Bedeutung der Philosophie in der Bildung des deutschen Bürgertums im (...)
  • 21 Les facultés de philosophie rassemblent en moyenne 18 % des étudiants en 1830, 26 % en 1850 et 40  (...)
  • 22 L’augmentation du nombre des étudiants inscrits en philosophie est cependant moins rapide que cell (...)

8La création de l’université de Berlin procède cependant d’une nouvelle idée de la science et de l’enseignement16. Ici, la conception utilitariste qui avait présidé à la création des universités des Lumières est en effet rejetée au profit d’une conception néo-humaniste, qui répond elle-même à la crise de l’Aufklärung17 : il ne s’agit plus de préparer les serviteurs de l’État à leur future fonction mais de dispenser un enseignement désintéressé, détaché de toute contingence matérielle et de toute préoccupation de carrière (Brotstudium), destiné plus noblement à révéler et à développer les potentialités et la personnalité de chaque individu. L’éducation ne doit plus se limiter à la transmission de connaissances déjà acquises mais contribuer au développement d’une réflexion indépendante et active, stimulée par la recherche d’une vérité encore à découvrir. Dans cette perspective, l’utilité pratique de la science est considérée comme secondaire18 : il n’est plus tant question de répondre aux besoins de la société bourgeoise que de régénérer celle-ci par la Bildung19. Pour les néo-humanistes, la réforme des universités implique donc une redéfinition du rôle de la faculté de philosophie très peu valorisée jusqu’alors. Dans la plupart des universités du sud de l’Allemagne, sa fonction correspondait encore à celle de la faculté d’art médiévale : les étudiants devaient y suivre un cursus général d’un ou deux ans avant de pouvoir s’inscrire dans les facultés dites supérieures. Dans les universités du nord, à Halle et à Göttingen en particulier, elle avait pour vocation l’enseignement des sciences auxiliaires telles que la botanique ou la minéralogie pour la médecine et comptait très peu d’étudiants propres. La réforme néo-humaniste lui confère désormais un rôle de premier plan : la faculté de philosophie devait servir de lien entre les disciplines et les enseignements et devenir le symbole vivant de l’unité du savoir20. De fait, son développement constitue sans doute le changement le plus significatif intervenu durant cette période et se répercute très rapidement à l’ensemble des universités21 : à Göttingen, le nombre moyen des étudiants inscrits en philosophie passe ainsi de 88 en 1806/10 à 190 en 1821/2522.

  • 23 Où l’on enseigne à la fois les disciplines littéraires, les langues et ce que nous appellerions auj (...)

9Pourtant, si elle y trouve un terrain d’élection, la nouvelle « idéologie » néo-humaniste ne s’exprime pas seulement dans la faculté de philosophie23 ; son impact sur les autres domaines de la connaissance est également immense, en particulier dans le domaine médical, profondément marqué par les idées de Schelling et de la Naturphilosophie. Elle détermine également une partie des choix scientifiques et pédagogiques de la clinique allemande.

L’enseignement clinique : un fait acquis

10Entre le discours des réformateurs de l’Université, utopique et élitiste s’il en est, et les réalisations concrètes existent bien des décalages. Dès le départ, les universités nouvelles – celle de Berlin, celle de Bonn mais aussi celle de Breslau, qui ouvre ses portes en 1811, ou celle de Munich, fondée en 1826, sont soumises à des influences diverses et contradictoires qui modifient considérablement les projets initiaux. Bien qu’acquis aux ambitions et aux idéaux d’un Fichte, d’un Humboldt ou d'un Schleiermacher, les néo-humanistes doivent composer, à Berlin comme ailleurs, avec la tendance utilitariste défendue par les facultés de droit et de médecine et les forces conservatrices ancrées dans les facultés de théologie. Tout en affichant ouvertement leur mépris pour les formations « artisanales » et « routinières », tout en refusant fermement de voir les universités se transformer en écoles d’application ou de formation professionnelle, ils ne peuvent ignorer les besoins d’une société dont l’évolution contredit l’idéal néo-humaniste de la science, de l’éducation et de la culture. Malgré leur volonté de redonner une place essentielle à la réflexion théorique, les universités continuent d’assumer la formation des serviteurs de l’État, y compris dans le domaine pratique : le développement de l’enseignement clinique en est sans doute la meilleure preuve ; loin d’être freiné par la nouvelle « idéologie » dominante, il s’accélère pendant la période.

  • 24 Depuis 1789, l'hôpital de la Charité accueille un institut clinique semblable à ceux de Vienne, de (...)
  • 25 Chiffres tirés de Charles E. McClelland, State, Society and University in Germany 1700-1914, op. c (...)
  • 26 Christian Probst, « Die Medizinalreform in Bayern am Beginn des 19. Jahrhunderts und der Bestand a (...)
  • 27 Voir graphique no 1.
  • 28 Ce chiffre est supérieur à la moyenne enregistrée dans l’ensemble des universités allemandes qui, (...)

11La pression étudiante joue un rôle déterminant dans l’infléchissement de la nouvelle doctrine universitaire, comme en témoigne le cas de Berlin. Alors que les fondateurs de l’université avaient mis l’accent sur la faculté de philosophie, ils voient affluer une forte majorité d'étudiants en médecine et en droit, souvent en fin de cursus et attirés par les immenses possibilités de formation pratique que leur offre la capitale prussienne : les jeunes médecins savent qu’ils trouveront dans l'hôpital de la Charité les malades et l’enseignement clinique dont ils ont besoin24, les jeunes juristes escomptent s’initier à leur futur métier dans la proximité des rouages gouvernementaux. Contrairement aux ambitions plus élevées, plus généralistes et plus « théorisantes » de ses fondateurs, l'université de Berlin se transforme de fait en un institut de formation hautement spécialisé. L’exemple de Berlin n’est pas isolé. Partout la progression des facultés de philosophie se fait, non au détriment des facultés de droit et de médecine, mais au détriment des facultés de théologie, catholiques et protestantes : à Erlangen, le nombre des étudiants inscrits en théologie passe de 32 % à 20 % entre 1770/80 et 1800/10, à Halle de 60 % à 45 %, à Tubingen de 72 % à 50 %25. À Göttingen, où la théologie n’a jamais occupé une place prépondérante, le recul est moins net : 21 % des étudiants sont inscrits en théologie en 1800/10 contre 26 % en 1770/80. Les facultés de médecine profitent généralement de la redistribution des étudiants. À Wurtzbourg, les étudiants inscrits à la faculté de médecine passent d’une moyenne de 98 en 1781/90 à une moyenne de 863 en 1821/3026. À Göttingen, ils passent d’une moyenne de 114 en 1810/14 à une moyenne de 271 en 1821/3027. Le poids de la faculté de médecine à l’intérieur de l’université se renforce : les étudiants immatriculés en médecine représentent 20,1 %28 des effectifs en 1826/30 contre 17,3 % en 1811/15.

  • 29 Cette période marque également la renaissance de l’enseignement clinique à Leyde. En 1787, la facu (...)
  • 30 La faculté de médecine de Leipzig avait réclamé la création d’un institut clinique en 1785 mais n’ (...)
  • 31 Des cliniques stationnaires ont également été créées à Kiel en 1802, à Tubingen en 1805 et à König (...)
  • 32 Karl E. Himly, Verfassung der öffentlichen medicinisch-chirurgischen Anstalt zu Göttingen, Götting (...)

12Si cette affirmation de la faculté de médecine, après un siècle de marginalisation relative, favorise le développement de l’enseignement clinique, sa généralisation à l’ensemble des universités ne peut cependant s’expliquer par la seule progression du nombre des étudiants. Plusieurs autres facteurs, difficiles à hiérarchiser, doivent être pris en considération. L’existence d’une tradition clinique désormais solidement établie est un premier élément décisif. Après la période pionnière, qui avait vu la création de cliniques « expérimentales » à Vienne, à Fribourg, à Wurtzbourg et à Gottingen, les instituts cliniques se sont en effet multipliés dans les années 1780-180029 même si, comme à Leipzig, le décalage chronologique entre les projets et leur réalisation a souvent été important30. La diffusion de l’enseignement clinique s’est traduite par la création de cliniques hospitalières ou d’hôpitaux académiques, à Halle en 1786, à Bamberg en 1789, à Iéna en 1791, à Leipzig en 179931 ou plus fréquemment par la mise en place de collèges cliniques, beaucoup moins onéreux. Lorsqu’est décidée la fondation de l’université de Berlin, la nécessité d’un enseignement clinique dispensé dans un institut spécifique est donc devenue une évidence, aux yeux de l’État comme à ceux des professeurs et des étudiants. Comme Berlin, les universités de Breslau et de Bonn disposent dès leur ouverture d’une clinique stationnaire. Mieux, l’enseignement clinique est désormais désigné comme le fer de lance de l’enseignement médical. En 1803, tout juste nommé professeur de médecine pratique à l’université de Göttingen, Karl Gustav Himly peut ainsi déclarer : « La nécessité de créer des instituts cliniques pour la formation des futurs médecins et chirurgiens est à ce jour tellement évidente et à ce point reconnue par tous qu’il n’est plus utile d’en apporter la preuve32 ». Dans bien des cas, l’ouverture d’un institut clinique est même préconisée comme le remède miracle qui doit permettre de sauver l’université du déclin. Ainsi en 1808, Christoph Wilhelm Hufeland conseille de créer un institut clinique à Konigsberg afin d’enrayer la perte de prestige de l’université, la seule dont dispose encore la Prusse après les défaites militaires face aux armées françaises. Toute faculté de médecine devait désormais, pour attirer des étudiants, proposer un enseignement de médecine pratique dans un hôpital correctement doté. La clinique naît donc en partie de la rivalité entre universités, une rivalité dont savent jouer les étudiants, qui ont d’ores et déjà fait de l’enseignement clinique un critère de sélection essentiel. Ainsi, en 1806, l’université de Fribourg, nouvellement intégrée au grand-duché de Bade, compte beaucoup moins d’étudiants que celle de Heidelberg. La faculté de médecine fait seule exception en raison des possibilités de formation pratique offertes dans le cadre des instituts cliniques hérités de la période autrichienne. La fermeture de nombreux établissements moribonds ou léthargiques se traduit par une accentuation notable du climat d’émulation, chaque université s’efforçant de répondre à la demande étudiante en alignant ses enseignements sur ceux des établissements les plus fréquentés. La compétition universitaire est renforcée par une plus grande mobilité des étudiants et des professeurs : les uns comme les autres sont davantage tentés de changer d’université si l'on ne satisfait pas à leurs exigences. Pour augmenter la dotation de leur institut, certains professeurs de médecine pratique se livrent d’ailleurs à un véritable marchandage avec les autorités centrales, menaçant de quitter l’établissement pour une université plus prestigieuse. L’accroissement de la rivalité universitaire se traduit donc par une uniformisation des institutions et des pratiques.

Figure no 1. LA CRÉATION DES CLINIQUES STATIONNAIRES 1751-1828

Figure no 1. LA CRÉATION DES CLINIQUES STATIONNAIRES 1751-1828
  • 33 Certaines universités, en particulier celles d’Iéna, de Rostock et de Marbourg, sont beaucoup moin (...)
  • 34 Avant sa dissolution, la loge lègue à l’hôpital le bâtiment qui l’abrite assorti d’un capital à fa (...)

13Le meilleur financement des universités contribue également à la stabilisation de la jeune institution clinique. Partout, la mainmise de l’État sur l’enseignement supérieur se traduit en effet par une augmentation significative des budgets. Celui de l’université de Berlin est ainsi multiplié par trois entre 1820 et 1870 alors que celui de Breslau progresse de 100 % pendant la même période. Refondée en 1804, l’université de Heidelberg voit sa dotation multipliée par 2,5. À Göttingen, les dépenses de l’université progressent de 17 % environ entre 1814/15 et 1824/2533. Or l’insuffisance des subventions étatiques avait considérablement freiné le développement d’une institution dont le coût de mise en place et de fonctionnement avait souvent été jugé exorbitant. Avant d’acquérir une reconnaissance officielle, bien des instituts avaient dû se contenter de maigres crédits, fournis par les professeurs, par les étudiants, par les municipalités ou par des mécènes et donateurs divers. Ainsi l’hôpital académique de Iéna, ouvert en 1782, n’est reconnu comme institut clinique ducal qu’en 1789. Friedrich Wendt doit quant à lui attendre la fin des guerres de libération et l’intégration d’Erlangen au royaume de Bavière pour voir son institut subventionné par l’université. À Tubingen, la clinique universitaire bénéficie d’une reconnaissance officielle dès sa création en 1805 mais doit se financer à partir d’un capital à faire valoir ; elle connaît aussitôt de graves difficultés financières qui ne sont surmontées qu’en 1810, lorsque l’État décide de lui accorder une subvention régulière. Le financement privé de l’hôpital académique de Göttingen prend également fin pendant cette période ; interdite en 1793 comme toutes les loges maçonniques de l’électorat, la loge Augusta zu den drey Flammen est définitivement dissoute en 179734. L’État décide alors de prendre en charge la totalité des frais de fonctionnement de l’établissement. À cette date, l’hôpital académique de Göttingen est donc complètement intégré à l’université. En décidant de restreindre l’autonomie des universités, l’État s’était engagé à soutenir plus efficacement les efforts de rénovation et d’innovation de l’institution. Après une longue période de restriction et d’instabilité, les instituts cliniques peuvent donc compter, au même titre que les séminaires créés par les autres facultés, sur un apport financier plus important et plus régulier, bien que très variable d’une université à l’autre.

  • 35 Les séminaires et instituts sont apparus dès le xviiie siècle mais de façon très informelle. Leur (...)

14La généralisation et la stabilisation de l’enseignement clinique ne peuvent en effet être comprises hors d’un contexte marqué par un essor sans précédent des instituts et des séminaires qui constituent bientôt la grande spécificité des universités allemandes. Le développement de ce cadre institutionnel original35, considéré dès la première moitié du xixe siècle comme le symbole du renouveau universitaire allemand, a sans aucun doute facilité et accéléré l’intégration universitaire de la clinique. Celle-ci n’est plus qu’un institut parmi d’autres, englobé dans un système commun à l’ensemble des disciplines et des facultés. Désormais ce n’est plus tant la renommée de tel ou tel professeur qui attire les étudiants dans une université mais la présence d’instituts bien dotés. Or l’institutionnalisation des instituts et des séminaires profite essentiellement aux facultés de médecine : en 1820, l’université de Berlin compte douze séminaires et instituts officiellement reconnus dont sept à vocation médicale ; entre 1820 et 1849 sont créés six nouveaux séminaires dont trois en médecine. L’université de Göttingen dispose en 1823/24 d’un séminaire de théologie, d’un séminaire de philologie, d’un laboratoire de chimie, d’un observatoire, d’un cabinet d’art et d’histoire naturelle, d’un institut vétérinaire, d’un jardin botanique, d’un théâtre anatomique et de quatre cliniques : soit six instituts sur douze destinés à l’enseignement pratique de la médecine.

  • 36 Wilhelm Dieterici, Geschichtliche und statistische Nachnchten über die Universitäten im preussisch (...)

15Ces séminaires, instituts et laboratoires bénéficient prioritairement de l’augmentation des budgets universitaires alors que les dépenses salariales et administratives et les crédits affectés à la construction de bâtiments connaissent une croissance plus modeste. À Berlin, les subventions destinées aux divers séminaires progressent de 1000 points entre 1820 et 1870 dans le cadre d’un budget global multiplié par trois. Même constat à l’université prussienne de Breslau, pourtant moins prestigieuse que celle de Berlin : entre 1821 et 1871, le budget des séminaires et instituts est multiplié par deux alors que les dépenses salariales ne progressent que de 50 % environ. Selon les chiffres publiés en 1836 par Wilhelm Dieterici, les universités prussiennes consacrent toutes, en 1834, plus du quart de leur budget à l’entretien de leurs instituts36.

  • 37 Il faut mettre à part le cas des quatre départements de la rive gauche du Rhin où les réformes son (...)
  • 38 En revanche, l’édit ne prévoit pas de réforme des hôpitaux.

16Tant par ses aspects financiers que structurels, la réforme des universités a donc joué un rôle prépondérant dans la généralisation et la consolidation de l’institution clinique. Un autre facteur, qui dépasse le cadre de la politique universitaire, doit cependant être pris en compte. Il s’agit de la nouvelle attitude des États vis-à-vis de la santé publique. Dans ce domaine, l’invasion napoléonienne marque une prise de conscience car elle confirme l’hypothèse défendue depuis longtemps par les Aufklärer : c’est bien la richesse en hommes sains qui fait la richesse d’un pays, c’est elle qui a permis à la France d’envahir la quasi-totalité du continent européen et d’écraser la puissante armée prussienne à Iéna et à Auerstedt. Face au renforcement des menaces extérieures, une meilleure organisation de la médecine et de la santé publique semble tout aussi indispensable que la réforme de l’armée. Aussi les réformes engagées pendant et après la période d’occupation française comportent-elles, dans la plupart des États, un important volet médical37. L’exemple le plus caractéristique est peut-être celui de la Bavière ; ici comme ailleurs, la réorganisation de la santé publique s’inscrit dans le cadre des réformes engagées, à partir de 1799, par le prince électeur Maximilien Ier Joseph et par son ministre Maximilien Joseph von Montgelas. Cette politique de réformes, menée dans l’esprit de l’absolutisme éclairé, coïncide avec une expansion territoriale sans précédent : entre 1799 et 1816, l’électorat de Bavière, devenu royaume en 1806, passe, grâce à l’alliance avec la France, de 1,3 à 3,6 millions d’habitants. Constitué d’entités aux traditions et aux droits très contrastés, il est confronté, à l’instar de la plupart des États d’Allemagne du sud, au problème aigu de l’unification de son territoire. Il y répond par une politique de centralisation qui se traduit par des tentatives de clarification, d’uniformisation et de remise à jour du droit et de la législation. Dans le domaine de la santé publique, on tente de lutter contre les particularismes locaux et les chevauchements de compétences en organisant en un ensemble cohérent les multiples édits et règlements antérieurement en vigueur dans les différentes parties du royaume. Cet effort aboutit en 1808 à la promulgation de l’Édit organique de réforme médicale (Organisches Edikt über das Medicinalwesen) qui fonde l’organisation de la médecine et de la santé publique bavaroises jusqu’au xxe siècle. Cet édit entérine la création d’un bureau médical au ministère de l’Intérieur, institutionnalise une administration médico-sanitaire soigneusement hiérarchisée et rend obligatoire la vaccination anti-variolique introduite en 180038. Mais l’essentiel des dispositions concerne l’amélioration et l’unification de la formation des personnels médicaux. La liberté de soigner (Kurierfreiheit) est supprimée, seules les personnes formées et reconnues par l’État sont autorisées à prodiguer des soins ; aucun chirurgien ne peut exercer son art sans avoir fréquenté une école de chirurgie, les pharmaciens se voient contraints de suivre pendant deux ans les enseignements d’une faculté de médecine, les sages-femmes doivent être obligatoirement instruites dans leur profession. Quant aux médecins, il leur faut étudier dans l’une des universités du royaume et passer leur doctorat puis un examen d’État après deux années de formation pratique hors de l’université.

  • 39 Annette Drees, Die Ärzte auf dem Weg zu Prestige und Wohlstand. Sozialgeschichte der württembergis (...)
  • 40 Heinrich Deichert, Geschichte des Medizinalwesens im Gebiet des ehemaligen Königreiches Hannover, (...)

17Cette volonté de rationaliser la législation et l’administration médicales n’est pas exclusive de la Bavière ; le Wurtemberg, qui a également profité du remaniement territorial décidé par les autorités françaises et a accédé comme la Bavière à la dignité de royaume, offre un exemple similaire avec la promulgation, en 1814, d’une ordonnance médicale valable sur l’ensemble du territoire39. Quatre ans plus tard, en 1818, un édit médical affirmant la mainmise de l’État sur la santé publique est également proclamé dans l’État de Nassau. En 1825, la Prusse manifeste elle aussi son souci d’améliorer l’encadrement médical des populations en adoptant de nouvelles dispositions règlementant la classification des personnels soignants. Une fois encore, le Hanovre reste en retrait : bien qu’une commission chargée de présenter un projet de révision de la législation médicale ait été constituée en 1817, cette décision n’aboutit à aucune réforme globale du système40. On se contente de mesures ponctuelles telles que l’obligation de la vaccination anti-variolique, instaurée en 1821, ou la création, en 1818, d’une commission chargée d’examiner les médecins souhaitant exercer dans le royaume.

  • 41 Il faut mettre à part le cas de l’Autriche, où en 1804, la durée minimale du cursus médical passe (...)
  • 42 À titre de comparaison, la loi française de 1794 fixe la durée des études médicales à trois ans ; (...)

18En Bavière, en Wurtemberg, en Hanovre ou en Prusse, les réformateurs ont donc choisi de mettre l’accent sur la qualité des personnels médicaux en préconisant un contrôle et une standardisation des formations. Cette préoccupation a une incidence directe sur l’enseignement de la médecine : la durée des études médicales est désormais impérativement fixée et dans de nombreux cas allongée d’un semestre voire d’un an. Ledit bavarois de 1808 préconise trois ans d’études pour les médecins, en Wurtemberg la durée des études médicales est fixée à quatre années minimum en 1811, en Bade, elle est de trois ans et demi à partir de 1803. Dans les États du nord, la barre est généralement plus élevée41 : dans le cadre des nouvelles dispositions de 1825, la Prusse décide ainsi de porter la durée du cursus de trois à quatre ans, le Hanovre fait de même en 182942.

19Cet allongement de la formation médicale a incontestablement profité au développement de l’enseignement clinique même si cette mesure ne s’accompagne pas forcément, comme en Prusse, de dispositions règlementant l’examen des connaissances médicales dans le domaine pratique. Dès 1798, un cursus clinico-pratique d’une durée de quatre semaines avait en effet été introduit dans l’examen d’État auquel devaient se soumettre, depuis 1725, tous les médecins du royaume. Organisé dans le cadre de l’hôpital berlinois de la Charité, cet examen pratique devient vite un modèle en Allemagne sans pour autant être adopté par l’ensemble des États ; ainsi l’examen d’État introduit en Hanovre en 1818 ne comporte-t-il aucune épreuve pratique. En augmentant la durée de formation des personnels médicaux –2000 le phénomène ne se limite pas aux médecins – l’État avait pourtant pour objectif essentiel l’amélioration des qualifications pratiques ; un objectif qui contredisait en partie la nouvelle idéologie universitaire mais traduisait les attentes de la société.

  • 43 Jusqu’en 1831, l’établissement est financé par des crédits privés. Les étudiants en médecine avaie (...)

20Autant que la réforme de l’université, la réforme de la santé publique a donc eu une influence décisive sur la diffusion de l’enseignement clinique. L’une comme l’autre sont cependant d’une ampleur et d’une portée très inégales selon les États, parfois à l’intérieur d’un même État. Il faut attendre 1828 pour que chacune des 19 universités allemandes soit dotée d’une clinique installée dans un cadre hospitalier43. Les derniers établissements concernés sont ceux de Marbourg en 1813, de Heidelberg en 1815, d’Erlangen en 1823, de Giessen en 1824, de Greifswald en 1825, enfin de Rostock en 1828. À cette date, le réseau allemand des cliniques universitaires est achevé : tout étudiant en médecine allemand a la possibilité, dans certains cas l’obligation, de suivre un enseignement clinique de type hospitalier avant de prétendre au statut de docteur.

Notes

1 Thomas Nipperdey, Deutsche Geschichte, 1800-1866. Bürgerwelt und starker Staat, Munich, 1985 (3e édition), p. 11.

2 Par l’expression de « modernisation défensive », Hans-Ulrich Wehler entend une politique de réformes menée dans le rejet du modèle français, en particulier de sa dimension révolutionnaire.

3 Karl E. Jeismann et Peter Lundgreen (dir.), Handbuch der deutschen Bildungsgeschichte, 1800-1870, t. III, Munich, 1987.

4 Dans les années 1790, les écoles spécialisées se multiplient en particulier en Prusse où sont créées une école vétérinaire en 1790, une école de formation des médecins de l’armée en 1795, l’Académie des arts en 1796, l’Académie d’architecture en 1799 et l’Académie militaire en 1804.

5 Chiffres tirés de Hans-Ulrich Wehler, Deutsche Gesellschaftsgeschichte, t. 1, Munich, 1987, p. 297.

6 Karl E. Jeismann et Peter Lundgreen (dir.), Handbuch der deutschen Bildungsgeschichte, 1800-1870, op. cit., p. 221. Ce chiffre ne tient pas compte des universités autrichiennes.

7 Sur les universités bavaroises : Wolfgang Leiser, « Die Stadt und der Verlust ihrer Universitat », in E. Maschke et J. Sydow (dir.), Stadt und Hochschule im 19, und 20. Jahrhundert, Sigmaringen, 1979, pp. 77-90.

8 Les autres universités prussiennes résistent beaucoup mieux : d’après Hans-Ulrich Wehler, Halle compte 944 étudiants, Königsberg 333, Francfort-sur-l’Oder 307 et Erlangen 216.

9 Rudolf Vlerhaus, « Göttingen im Zeitalter Napoleons », Göttinger Jahrbuch, 1979, pp. 177-188.

10 Georg C. Lichtenberg, Schriften und Briefe, t. 3, op. cit., p. 508.

11 Napoléon supprime à deux reprises l’université de Halle.

12 Dans l’ordre alphabétique : Altdorf (1622-1809), Bamberg (1648-1803), Butzow (1760-1789), Dillingen (1554-1804), Duisbourg (1655-1816), Erfurt (1392-1816), Francfort-sur l'Oder (1506-1811), Fulda (1734-1802), Helmstedt (1576-1810), Herborn (1584-1816), Cologne (1388-1796), Mayence (1477-1797), Munster (1780-1818), Paderborn (1614-1819), Rinteln (1621-1804), Stuttgart (1781-1794), Trèves (1473-1798) et Wittenberg (1502-1817).

13 À cette date, il ne reste que 19 universités dans les limites du futur Reich.

14 L’université de Berlin devait compenser la perte de l’université de Halle, celle de Bonn devait combler le vide occasionné par la fermeture des universités rhénanes de Cologne, de Mayence, de Stuttgart et de Trèves.

15 Dans le sud de l’Allemagne, le poids de la faculté de théologie avait empêché la modernisation d’universités telles qu’Ingolstadt ou Heildelberg.

16 Voir Fritz Ringer, Die Gelehrten. Der Niedergang der deutschen Mandarine 1890-1933, Stuttgart, 1983 et Helmut Schelsky, Einsamkeit und Freiheit. Idee und Gestalt der deutschen Universitäten und ihrer Reformer, Dusseldorf, 1971

17 À Göttingen également, le rationalisme pratique et l’utilitarisme hérités de Halle avaient cédé du terrain depuis le milieu du xviiie siècle face au développement d’un néo-humanisme qui s’appuyait sur la philologie et la culture grecque. Avant Berlin, l’université d’Iéna a également joué un grand rôle dans la diffusion des idées néo-humanistes.

18 Les sciences appliquées et la technique sont d’ailleurs exclues de l'université.

19 Konrad Jarausch, « Die neuhumanistische Universität und die bürgerliche Gesellschaft (1800-1870) », in C. Probst (dir.), Darstellung und Quellen zur Geschichte der deutschen Einheitsbewegung im 19. und 20. Jahrhundert, 11, Heidelberg, 1981, pp. 11-58.

20 Voir Karlfried Gründer, « Die Bedeutung der Philosophie in der Bildung des deutschen Bürgertums im 19. Jahrhundert », in R. Koselleck (dir.), Bildungsbürgertum im 19. Jahrhundert, Stuttgart, 1980, pp. 47-56 et Clemens Menze, « Die philosophische Idee der Universität und ihre Krise im Zeitalter der Wissenschaften », in C. Menze (dir.), Bildung und Bildungswesen, Hildesheim, 1980, pp. 117-129.

21 Les facultés de philosophie rassemblent en moyenne 18 % des étudiants en 1830, 26 % en 1850 et 40 % dans les années 1880.

22 L’augmentation du nombre des étudiants inscrits en philosophie est cependant moins rapide que celle de l’ensemble des effectifs.

23 Où l’on enseigne à la fois les disciplines littéraires, les langues et ce que nous appellerions aujourd’hui les sciences humaines mais aussi les mathématiques, les sciences physiques et naturelles et la science administrative (Kameralistik) lorsque celle-ci n’est pas absorbée par la faculté de droit.

24 Depuis 1789, l'hôpital de la Charité accueille un institut clinique semblable à ceux de Vienne, de Bamberg ou de Wurtzbourg. Peter Schneck et Hans-Uwe Lammel, Die Medizin an die Berliner Universität und an der Charité zwischen 1810 und 1850, op. cit.

25 Chiffres tirés de Charles E. McClelland, State, Society and University in Germany 1700-1914, op. cit., p. 117.

26 Christian Probst, « Die Medizinalreform in Bayern am Beginn des 19. Jahrhunderts und der Bestand an Krankenanstalten », op. cit.

27 Voir graphique no 1.

28 Ce chiffre est supérieur à la moyenne enregistrée dans l’ensemble des universités allemandes qui, d’après Mc Clelland, est inférieure à 16 %.

29 Cette période marque également la renaissance de l’enseignement clinique à Leyde. En 1787, la faculté de médecine signe un accord de dix ans avec l’hôpital Sainte-Cécile, qui s’engage à réserver 20 lits à l’enseignement de la médecine pratique.

30 La faculté de médecine de Leipzig avait réclamé la création d’un institut clinique en 1785 mais n’obtient satisfaction qu’en 1799-Dans l’intervalle, un enseignement clinique privé est dispensé dans le cadre du lazareth municipal.

31 Des cliniques stationnaires ont également été créées à Kiel en 1802, à Tubingen en 1805 et à Königsberg en 1809. Voir figure n°l et Michael Willems, Medizinische Universitätskliniken im deutschen Sprachgebiet, 1753-1914, Cologne, 1983.

32 Karl E. Himly, Verfassung der öffentlichen medicinisch-chirurgischen Anstalt zu Göttingen, Göttingen, 1803.

33 Certaines universités, en particulier celles d’Iéna, de Rostock et de Marbourg, sont beaucoup moins bien dotées que les universités prussiennes ; celles-ci ne bénéficient d’ailleurs pas d’un soutien égal de la part de l’État.

34 Avant sa dissolution, la loge lègue à l’hôpital le bâtiment qui l’abrite assorti d’un capital à faire valoir d’une valeur de 5000 thaler. Elle fait également un legs à l’école d’industrie et à la caisse des pauvres.

35 Les séminaires et instituts sont apparus dès le xviiie siècle mais de façon très informelle. Leur institutionnalisation dans le cadre des réformes universitaires s’inspire du modèle des séminaires de philologie classique.

36 Wilhelm Dieterici, Geschichtliche und statistische Nachnchten über die Universitäten im preussischen Staat, Berlin, 1836.

37 Il faut mettre à part le cas des quatre départements de la rive gauche du Rhin où les réformes sont engagées par les autorités françaises. À ce sujet : Calixte Hudemann, L’État et la santé. La politique de santé publique ou « police médicale » dans les quatre départements rhénans 1794-1814, Sigmaringen, 1995.

38 En revanche, l’édit ne prévoit pas de réforme des hôpitaux.

39 Annette Drees, Die Ärzte auf dem Weg zu Prestige und Wohlstand. Sozialgeschichte der württembergischen Arzte im 19. Jahrhundert, Munster, 1988. Un examen d’État est également introduit en Wurtemberg à partir de 1839.

40 Heinrich Deichert, Geschichte des Medizinalwesens im Gebiet des ehemaligen Königreiches Hannover, op. cit.

41 Il faut mettre à part le cas de l’Autriche, où en 1804, la durée minimale du cursus médical passe de quatre à cinq ans.

42 À titre de comparaison, la loi française de 1794 fixe la durée des études médicales à trois ans ; celle-ci est portée à quatre ans par Napoléon en 1803.

43 Jusqu’en 1831, l’établissement est financé par des crédits privés. Les étudiants en médecine avaient, depuis 1809, la possibilité de fréquenter l’hôpital militaire.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Évolution du nombre des étudiants inscrits à la faculté de médecine de Göttingen 1770-1865
Légende chiffres tirés de 250 Jahre Georg August Universität. Studentenzahlen 1734/1987, Göttingen, 1987, pp. 29-31.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/17214/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Carte no 1. LES UNIVERSITÉS ALLEMANDES EN 1826 (dans les frontières du Reich bismarckien)
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/17214/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Titre Figure no 1. LA CRÉATION DES CLINIQUES STATIONNAIRES 1751-1828
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/17214/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 87k

© Presses universitaires de Lyon, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search