Version classiqueVersion mobile

Machines à instruire, machines à guérir

 | 
Isabelle von Bueltzingsloewen

Première partie : Genèse

Chapitre IV. Göttingen : les trois naissances de la clinique

Texte intégral

1Réactivée par le développement de la Gesundheitsaufklärung, dans un contexte d’effervescence réformatrice sans précédent, la nécessité d’un enseignement clinique qui, tout au moins à Göttingen, n’avait jamais été remise en cause dans son principe, s’impose progressivement dans les faits. À partir des années 1750 et surtout 1770-1780, les initiatives se multiplient dans les universités les plus ouvertes aux idées éclairées : à Göttingen, à Vienne qui prend la tête du mouvement de réforme de l’enseignement médical, à Erlangen, à Wurtzbourg, à Fribourg et bientôt à Halle qui renoue avec une tradition qu’elle avait elle-même contribué à créer. L’heure est aux réalisations et à l’expérimentation.

2Le cas de Vienne, sans doute le mieux connu, ne doit pas servir de matrice à l’analyse. Ici la volonté du Prince se manifeste sans ambiguïté et se traduit par une politique institutionnelle particulièrement cohérente. Il en est tout autrement ailleurs, à Göttingen en particulier. Si la création, dès 1751, d’une clinique d’accouchement universitaire financée par l’État semble annoncer le triomphe de l’enseignement clinique, celui-ci est moins le fait de la volonté princière que de l’initiative privée. Ce sont les professeurs de la faculté de médecine et les notables de la ville qui prennent bientôt le relais de l’État, réticent à poursuivre une politique jugée trop coûteuse. En l’espace de 30 ans, l’université de Göttingen voit ainsi naître trois modèles d’institut clinique qui, sous une forme quelque peu réaménagée, se maintiendront ensuite pendant tout le xixe siècle.

La maison d’accouchement : une clinique de prestige

  • 1 À ce sujet : Ulrich TRÔHLER et alii, « Zur Geschichte der ältesten deutschen Universitätsfrauenklin (...)
  • 2 En France, le règlement de 1782 interdit aux étudiants en médecine l’accès à la salle d’accouchemen (...)

3Le projet d’organisation de l’enseignement médical élaboré par Werlhof en 1733 ne faisait aucune mention de la nécessité d’une formation pratique des futurs médecins dans le domaine des accouchements. À cette date, la profession médicale ne manifestait guère d’intérêt pour un secteur d’intervention qui lui échappait à peu près totalement. Preuve en est le faible nombre d’ouvrages médicaux traitant de l'ars obstetricalis. C’est pourtant sous la forme d’une clinique d’obstétrique que se concrétise, à Göttingen, l’idée d’une médecine pratique enseignée au lit du malade1. La décision royale de 1751 semble introduire une véritable rupture. Pour la première fois en Allemagne, l’enseignement de ces gestes qui doivent accompagner l’enfantement, en particulier dans les cas difficiles, est dispensé dans le cadre d’une institution universitaire, sous l’égide d’un professeur de médecine auquel on a confié la charge de former des sages-femmes mais aussi des médecins. Pour la première fois, des médecins se voient donc officiellement encouragés à s’instruire au contact des parties les plus intimes du corps féminin et à s’initier aux mécanismes de la naissance2. Pour la première fois enfin, les accidents et les maladies qui frappent la mère et l’enfant font l’objet d’une observation systématique qui doit permettre de fonder l’obstétrique sur des bases scientifiques solides et lui donner rang de discipline indépendante.

  • 3 En 1718, Jean-Jacques Fried devient accoucheur de la ville et maître des sages-femmes (Hebammenmeis (...)
  • 4 Les cours de la faculté de médecine sont dispensés en allemand et les Allemands représentent près d (...)
  • 5 L’école d’accouchement de Strasbourg est un organisme municipal. Ce n’est qu’à la mort de Fried, en (...)
  • 6 Berlin n’est dotée d’une université qu’en 1810.
  • 7 Roederer est d’abord recruté comme professeur extraordinaire puis devient professeur ordinaire en 1 (...)

4Ces principes résolument novateurs, Göttingen ne les a pourtant pas « inventés » : le choix de Johann Georg Roederer comme représentant de la nouvelle discipline obstétricale souligne sans équivoque la filiation strasbourgeoise. Une fois de plus, on décide de reproduire et de systématiser ce qui a déjà été expérimenté avec succès ailleurs ; la capacité de la jeune université à accueillir l’innovation, quelle que soit sa provenance, continue de faire sa force. Or le modèle strasbourgeois, mis en place depuis 1728 par le chirurgien Jean-Jacques Fried dans le cadre de l’hôpital municipal, dit hôpital des bourgeois (Bürgerspita)3, avait déjà fait ses preuves auprès d’étudiants d’ailleurs majoritairement allemands4. Il restait à renforcer le lien qui unissait l’université et l’école d’accouchement, lien qui à Strasbourg était demeuré très lâche5 : à Göttingen, l’objectif premier n’est plus tant de former des sages-femmes que des accoucheurs. La clinique d’accouchement, qui porte alors le nom de maison d’accouchement (Accouchirhaus ou Entbindungsanstalt), s’installe dans un premier temps dans des locaux appartenant à la municipalité, ceux du vieil hospice Sainte-Croix, mais contrairement à l’école d’accouchement de Berlin fondée la même année6, elle acquiert dès l’origine le statut de clinique universitaire totalement indépendante de la municipalité7. Là réside toute sa spécificité.

  • 8 Dans la plupart des universités, la clinique d’accouchement ne se différentie pas de la clinique ch (...)
  • 9 Georg Burckhard, Die deutschen Hebammenordnungen von ihren ersten Anfängen bis auf die Neuzeit, Lei (...)
  • 10 Le phénomène est européen ; des cours destinés aux sages-femmes sont également organisés à l’Hôtel- (...)
  • 11 Voir Brigitte Mensen et Anna-Margarete Taube, « Hebammen und Hebammenwesen in Oldenburg in der zwei (...)

5On peut s’interroger sur les raisons qui ont poussé l’État à encourager la création d’un institut d’enseignement pratique dans un domaine que l’on peut qualifier de spécialisé, alors que le projet plus généraliste de Werlhof n’avait toujours pas abouti8. Bien qu’Albrecht von Haller, qui à cette date jouit d’une renommée et d’une autorité considérables, soit à l’origine du projet, l’assentiment immédiat venu de Hanovre peut paraître surprenant. Aussi novatrice soit-elle dans sa forme, cette initiative princière s’inscrit il est vrai dans la continuité d’une politique de la naissance amorcée depuis la fin du Moyen-Âge ; bien avant le xviiie siècle, la protection des femmes enceintes et la surveillance des sages-femmes font l’objet de règlements municipaux ou territoriaux9. En Hanovre, des dispositions datées de 1569 et de 1643 prévoient déjà d’engager des sages-femmes dans chaque localité. Le souci de mieux former celles qui assistent les femmes en couches n’est pas nouveau non plus. En 1542, la ville de Nuremberg décide ainsi d’organiser des cours pour les sages-femmes de la ville. Ailleurs, la charge d’initier les sages-femmes à leur art compte souvent parmi les attributions du physikus ou du chirurgus. Mais il ne s’agit que de cas isolés ; il faut attendre la première moitié du xviiie siècle pour que la formation des sages-femmes devienne un véritable objet de préoccupation et mobilise les médecins et les pouvoirs publics. Des cours destinés aux sages-femmes sont organisés par de nombreuses municipalités, au nord comme au sud de l’Allemagne : dans le cadre du collegium carolinum de Cassel à partir de 1709, à Berlin à partir de 1713, à Wurtzbourg à partir de 1724, à Augsbourg à partir de 1737, à Brunswick à partir de 1745, à Dresde et à Vienne à partir de 1748 ou encore à Munich à partir de 175510. Combien de sages-femmes bénéficièrent de cet enseignement ? Quelle était la teneur et la durée de celui-ci ? Quelle fut son influence sur les pratiques obstétricales ? Autant de questions à peine abordées à ce jour, les historiens allemands n’ayant que récemment manifesté leur intérêt pour le champ de la naissance et de l’accouchement11.

  • 12 En particulier à Dusseldorf, Cassel, Brunswick, Altona, Carlsruhe, Detmold, Dresde, Passau, Mannhei (...)
  • 13 Voir Johann E. Thebenius, Hebammenkunst, Liegnitz, 1759, M. G. Thilenius, Kurzer Unterricht für die (...)
  • 14 Dans le cas du Hanovre : Johann H. Jugler, Repertorium über das ganze Medicinalwesen in den Braunsc (...)
  • 15 Le procès des sages-femmes est une des constantes du discours médical éclairé jusqua la fin du sièc (...)

6La création précoce de la clinique d’accouchement de Göttingen ne doit donc pas seulement être interprétée comme une faveur accordée par le gouvernement à un personnage qu’il souhaite définitivement s’attacher : Haller. Elle s’inscrit dans la logique d’une politique populationniste qui a toujours donné priorité à la naissance. Bien que dotée de caractères spécifiques, cette fondation n’est d’ailleurs pas isolée ; la même année, une autre maison d’accouchement destinée à la formation des sages-femmes ouvre ses portes dans la capitale de l’électorat, témoignant d’une volonté de réforme qui dépasse le cadre universitaire. Partout en Allemagne, les maisons et les cours d’accouchement se multiplient12, les catéchismes et les manuels destinés à accompagner la formation prolifèrent13 alors que la législation médicale privilégie elle aussi le champ de l’enfantement14. Dans cette optique, l’objectif de la maison d’accouchement de Göttingen apparaît plus cohérent. Il s’agit de médicaliser l’« entrée dans la vie » en formant des spécialistes de l’accouchement et de protéger la naissance illégitime en soustrayant les filles perdues à la répression dont on avait toujours usé envers elles. Le mérite de Haller est donc d’avoir su « capter » une volonté politique en l’adaptant aux besoins de l’université et d’avoir habilement joué de la vieille rivalité qui opposait le Hanovre à la Prusse. Cette volonté politique répond à une pression sociale accrue. Depuis le début des années 1750, la surveillance des femmes en couches et des nourrissons, la lutte contre l’avortement et l’infanticide mobilisent en effet l’ensemble des Aufklärer. La protection de la naissance est même considérée par les réformateurs comme la pièce maîtresse de la police médicale. Décidés à investir une sphère de laquelle ils sont traditionnellement rejetés et à placer sous tutelle un personnel médical concurrent jugé trop indépendant, les médecins académiques dénoncent unanimement l’incompétence et l’immoralité des sages-femmes, pressant l’État de règlementer strictement leur statut et leur formation ; la réflexion sur la naissance participe donc également de cette dimension stratégique qui caractérise la médecine des Lumières15.

7À Göttingen, la clinique d’accouchement devient rapidement la vitrine de la faculté de médecine qui, grâce à elle, affirme sa position à l’intérieur de l’université. Ce succès se traduit sur le plan architectural. Au début des années 1780, le prince électeur décide en effet de doter la maison d’accouchement d’un nouveau bâtiment. Les travaux sont commencés en 1785 et s’achèvent en 1792. Moqué par certains, encensé par beaucoup, ce « palais de l’accouchement », imposant édifice de pierre dont l’escalier intérieur fait encore l’admiration des visiteurs, devait rivaliser avec les réalisations des États voisins, celles de Brunswick et de Cassel en particulier. Ce monument dédié à l’humanité, à la générosité et à la gloire du souverain marque l’apogée d’une politique de l’accouchement qui s’est déjà traduite par la construction d’établissements analogues, à Hanovre en 1782 et à Celle en 1784. Il devait surtout permettre aux étudiants venus de toutes les parties de l’Allemagne et de l’étranger de se convaincre de la toute puissance d’un État qui prétendait conserver un rôle de leader au sein de l’espace allemand. L’université continuait à servir la politique de prestige du prince.

La maison d’accouchement de Göttingen (gravure). Collection du musée municipal de Göttingen.

8La clinique d’accouchement attira effectivement de nombreux étudiants et médecins désireux de compléter leur formation pratique dans un secteur de pointe. Mais ceux-ci venaient également à Göttingen pour profiter d’un enseignement clinique plus généraliste, qui s’était développé dans l’ombre de l’enseignement obstétrical. Conscients que la clinique d’accouchement, trop spécialisée, ne pouvait suffire à l’enseignement pratique de la médecine, les professeurs de la faculté avaient en effet mis sur pied d’autres formes d’enseignement clinique. Si, grâce au soutien de l’État, la clinique d’accouchement demeura, pendant plusieurs décennies, le phare de l’enseignement clinique, le succès de ces initiatives montre que l’université pouvait développer un projet autonome, pour peu que celui-ci aille à l’encontre d’une demande sociale fortement structurée.

L’institut clinique royal : une solution de fortune

9Symbole de la volonté réformatrice du Prince, la fondation de la maison d’accouchement de Göttingen marque également les limites de l’action étatique. Dans les années qui suivent, tous les projets d’extension de l’enseignement clinique à l’ensemble de la médecine et de la chirurgie pratiques se heurtent en effet au refus obstiné des autorités centrales. Parce qu'elle ne s’intégre pas à un projet global de réforme médicale, parce qu'elle sert une volonté politique plus préoccupée d’apparence que de remaniements profonds, la création de la maison d’accouchement peut donc être considérée comme un obstacle plus que comme un progrès. Après un coup d’envoi prometteur, l’État refuse de s’engager davantage en dépit du départ de Haller et du succès du modèle autrichien.

  • 16 Le projet de Gerhard van Swieten s’inspire des propositions de réformes présentées par la faculté d (...)
  • 17 Une politique qu’Erna Lesky qualifie d'« absolutisme sanitaire ». Erna Lesky, Österreichisches Gesu (...)
  • 18 Les études médicales sont restructurées sur le modèle viennois à partir de 1773 ; en 1781, Samuel A (...)

10En 1745, l’impératrice Marie-Thérèse a en effet appelé auprès d’elle un élève de Boerhaave, Gerhard van Swieten, pour qu’il entreprenne la rénovation de l’enseignement dispensé par la faculté de médecine de Vienne. En 1751, Swieten parvient à imposer un enseignement clinique généraliste confié, en 1754, à un autre élève de Boerhaave, Anton de Haen et dispensé dans le cadre du Bürgerspital16 ; en 1772, la fréquentation de ce clinicum practicum devient obligatoire pour tout étudiant de la faculté de médecine. En 1784, la clinique est transférée dans le nouvel hôpital général (Allgemeines Krankenhaus) construit selon les vœux de Joseph II. À cette date, l’institution clinique est devenue le point de convergence d’une politique universitaire et d’une politique médico-sociale également ambitieuses17, qui participent aussi d’une volonté de sécularisation sans précédent en Autriche. C’est l’État qui prend désormais en charge les pauvres et les malades, c’est également lui qui assume la formation de ses futurs serviteurs. Le programme impérial ne se limite pas à la capitale, il est également appliqué dans des universités qui font figure d’avant-postes de la présence autrichienne, à Fribourg-en-Brisgau à la fin des années 1760 et à Pavie à partir de 177318.

  • 19 Eberhard Weis, « Der aufgeklärte Absolutismus in den mittleren und kleinen deutschen Staaten », Zei (...)
  • 20 Une ordonnance médicale est promulguée dans les duchés de Juliers-Clèves-Berg en 1773, dans l’évêch (...)

11Rien de tel en Hanovre ; sans cesse mis en avant, les exemples autrichien et prussien ne doivent pas faire figure de paradigme. Le Sanitäts-Normativ adopté en Autriche en 1770 et le Allgemeines Landrecht promulgué en Prusse en 1794, qui comprend de nombreuses dispositions concernant la pauvreté et la santé publique, constituent des exceptions. Peu étudiée par les historiens19, la politique de réformes mise en œuvre dans les autres États territoriaux de l’Allemagne, petits ou moyens, ne s’apparente guère à celle des deux grandes puissances rivales de l’espace germanique. Manque de moyens et/ou manque de volonté politique ? Ici, la politique réformatrice, moins globale et moins systématique, la force des particularismes locaux et l’absence d’une élite éclairée de fonctionnaires investis dans le service de l’État, se traduisent souvent par des semi mesures ou des projets sans lendemain. Les États prussien et autrichien ne sont cependant pas les seuls à s’engager dans une politique de promotion de la santé publique. L’activité réformatrice déployée par Johann Peter Frank dans la petite principauté de Spire, entre 1772 et 1784, est particulièrement significative ; avec l’accord, parfois réticent, du prince-évêque, Frank prétend expérimenter une politique de santé publique conforme aux idées de sa Police médicale, en cours de rédaction. L’activité infatigable d’un Franz Anton Mai aux côtés de l’électeur du Palatinat serait un autre exemple à développer : en tant que membre du conseil médical de l’électorat, Mai s’engage dans de nombreux projets de santé publique en particulier dans la création, à Mannheim puis à Carlsruhe, de deux écoles d’infirmières. Dans d’autres petites unités territoriales telles que l’évêché de Munster, la principauté-évêché de Hildesheim, le comté de Lippe-Detmold, les duchés de Juliers-Clèves-Berg ou même le landgraviat de Hesse-Cassel où l’influence des Lumières s’est pourtant peu fait sentir, les princes font également preuve d’une activité législative importante dans le domaine médical et sanitaire20.

  • 21 Franz A. Mai, Entwurf einer Gesetzgebung über die wichtigsten Gegenstände der medizinischen Polizey (...)
  • 22 À titre d’exemple : J. D. Schöpf, « Über den Einfluss des Medicinalwesens auf den Staat, und über d (...)

12Pourtant, quelle que soit l’ampleur des réformes entreprises, la volonté d’étatisation de la santé exprimée par les Gesundheitsaufklärer n’est nulle part satisfaite. Si certaines suggestions parviennent à trouver une issue législative ponctuelle, les projets ambitieux d’un Johann Peter Frank ou d’un Franz Anton Mai21 ne voient jamais le jour. En Prusse comme ailleurs, l’État se montre réservé dans ses directives et manifeste une résistance certaine au concept « totalitaire » développé par ceux qui se présentent désormais comme les seuls experts de la santé. L’ère des désillusions succède rapidement à celle de l’euphorie. Conscients du décalage immense qui existe entre l’ambition des premiers projets et la modestie des réalisations concrètes, les réformateurs de la santé publique multiplient les plaintes et les réquisitoires ; ils dénoncent avec amertume la timidité des mesures adoptées et l’insuffisance des moyens mis en œuvre pour leur application22. L’inertie des États, leur stratégie éminemment mesurée et libérale, leur réticence à empiéter sur l’autorité des familles, à démanteler les structures médicales traditionnelles et à faire échec au « charlatanisme » sont partout stigmatisées par les médecins ; dépouillés de leur rêve de grandeur, trop divisés pour faire entendre leur voix, ceux-ci n’ont pas obtenu la garantie d’un monopole sur le marché de la santé et de la maladie.

  • 23 Heinrich Deichert, Geschichte des Medizinalwesens im Gebiet des ehemaligen Königreichs Hannover, op (...)
  • 24 Ludwig J. Schmidtmann, Ausführliche praktische Anleitung zur Gründung einer vollkommen Medizmal-Ver (...)
  • 25 Bibliothek der praktischen Heilkunde, t. 7, 2, 1802, p. 60.

13Dans le palmarès des États les plus engagés dans la promotion de la santé publique, le Hanovre figure en très mauvaise position. Très incomplète, faite de dispositions prises à des dates différentes et parfois contradictoires, la législation médicale de l’électorat ne forme pas un ensemble cohérent et varie selon les parties du territoire23 ; contrairement aux vœux exprimés par la majorité des médecins, il n’existe d’ailleurs pas d’autorité médicale supérieure avant 1847. Quant aux réalisations concrètes, elles apparaissent bien minces, en particulier dans le domaine hospitalier, qui reste très négligé : jusqu’en 1832, la capitale de l’électorat ne dispose que d’un hôpital de fortune comprenant deux chambres et ne permettant d’accueillir que quelques malades. Comme dans de nombreux autres États, ce n’est qu’après les guerres de libération que l’on commence à se préoccuper d’organiser plus strictement la santé publique. Les médecins réformateurs ne manquent pas de déplorer ce retard et d’accuser l’indifférence et la négligence des pouvoirs publics : « Si la science médicale n’accomplit pas partout, pour le bienêtre des hommes, tout ce que l’on est en droit d’attendre d’elle, la faute ne lui en incombe pas, pas plus qu’aux véritables médecins qui s’efforcent depuis longtemps et sans relâche de porter la médecine au plus haut sommet de sa perfection et de la diffuser avec un succès incontestable dans tous les domaines de l’activité humaine ; c’est l’insuffisance des institutions et de la législation qu’il faut mettre en cause (...) ainsi que l’absence d’une règlementation et d’une police médicales appropriées », déclare Ludwig Schmidtmann en 1804, avant d’appeler de ses vœux une politique de réforme digne des promesses suscitées par la création d’une université qui sert de modèle à l’Europe entière et défend les idées les plus progressistes de l’Aufklärung24. La parcimonie des mesures adoptées et des moyens mis en œuvre par le Hanovre est également dénoncée par les réformateurs prussiens. En 1802, à l’occasion de la promulgation d’un nouveau tarif pharmaceutique, Wilhelm Christoph Hufeland exprime ainsi son indignation : « En quoi un tarif pharmaceutique peut-il être d’une quelconque utilité dans un État où la médecine publique est délaissée de façon aussi irresponsable ? (...) Il ne saurait avoir le moindre effet tant que le Hanovre ne se sera pas doté d’une règlementation et d’un collège médical adéquats (...)25 ».

  • 26 Jusqu’en 1785, il occupe les fonctions de médecin personnel du landgrave de Hesse-Cassel puis est c (...)
  • 27 Frank avait été nommé conseiller aulique par le roi d’Angleterre mais cette charge était honorifiqu (...)

14Ce contexte de bloquage explique pour une part le départ de Göttingen d’Aufklärer convaincus tels qu’Albrecht von Haller, Ernst Baldinger ou Johann Peter Frank. Renonçant à devenir les conseillers écoutés du Prince, ils partent chercher ailleurs un cadre politique propice à la mise en œuvre d’idées réformatrices qui dépassaient largement le cadre universitaire. En 1753, malgré les injonctions de Münchhausen, qui jusqu’à sa mort espéra toujours convaincre le savant de revenir en Hanovre, Haller quitte Göttingen pour retourner dans son pays, où il escompte pouvoir s’investir en faveur du bien public ; en 1782, Baldinger décide à son tour de quitter la faculté pour se mettre au service du landgrave de Hesse-Cassel26. Quant à Johann Peter Frank, appelé à Göttingen au printemps 1784, il repart dès 1785 pour répondre à la sollicitation de l’empereur Joseph II ; pour lui qui ambitionne de mettre en œuvre un programme de réforme médicale auquel il a beaucoup réfléchi, le Hanovre n’offre aucune perspective27. À Pavie l’attendent un poste de professeur à l’université et la charge prestigieuse de protophysikus de la province de Lombardie qui lui donnent, dix ans durant, l’occasion de réformer les études de médecine sur le modèle viennois mais aussi d’exercer ses talents de réformateur dans tous les domaines de la vie médicale et sanitaire.

  • 28 Renate Kumsteller, Die Anfänge der medizinischen Poliklinik zu Göttingen, Göttingen, 1958.

15De toute évidence, ces trois esprits progressistes n’étaient pas non plus parvenus à trouver dans le développement de l’enseignement clinique une issue à leurs velléités réformatrices. Entre le départ de Haller en 1753 et celui de Frank en 1785, la situation a pourtant beaucoup évolué en dépit du peu d’empressement manifesté par l’État. Plutôt que d’emmener leurs étudiants auprès de leur clientèle privée, comme l’avait fait Johann Brendel dès 1738, quelques professeurs de médecine ont en effet décidé d’aller au devant de la population pauvre, dont la municipalité ne se préoccupait guère, et ont fondé des collegia clinica privés28. En 1753, l’année même où s’ouvre la première clinique d’obstétrique, Rudolf Vogel prend ainsi l’initiative de convoquer, deux fois par semaine, des pauvres malades à son domicile afin de les examiner en présence de ses étudiants. Il organise également de petites excursions en ville et dans les environs pour visiter des malades incapables de se déplacer. La formule est reprise par Johann Roederer à la fin des années 1750 puis par Philipp Schröder de 1767 à 1772. Mais ce n’est qu’en 1773, 20 ans après la première expérience de Vogel, que Baldinger, qui a succédé à Schroder l’année précédente, obtient la reconnaissance officielle de son clinicum assortie d’une subvention, bien modeste, de 200 thaler par an. À cette date, l’enseignement clinique sort de la marginalité et se trouve intégré à l’institution universitaire. Le clinicum de Baldinger, qui prend le nom d’institut clinique royal en 1786, connaît un grand succès auprès des étudiants, des médecins et des malades.

16Institutionnalisée par le pouvoir central qui voit en elle une réponse peu onéreuse à la demande étudiante et pense ainsi renforcer à peu de frais la fréquentation de la faculté de médecine, cette forme d’enseignement clinique est pourtant loin de faire l’unanimité parmi les professeurs. Nombre d’entre eux, en particulier Baldinger et Frank qui prend la direction du clinicum en 1784, la considèrent comme un pis-aller, une solution de fortune destinée à pallier l’absence d’un enseignement hospitalier sur le modèle viennois. À leurs yeux, seule la création d’un hôpital pouvait répondre de façon satisfaisante aux impératifs de l’enseignement pratique de la médecine.

La fondation de l’hôpital académique : le relais de l’initiative bourgeoise

17Dans leur conception de l’enseignement clinique, les professeurs de médecine sont, à Göttingen comme ailleurs, très attachés au modèle boerhaavien. Le succès de la clinique d’Edimbourg, celui de l’expérience conduite par Gerhard van Swieten et Anton de Haen à l’hôpital de Vienne ne font que renforcer leur volonté d’ancrer l’enseignement clinique dans un cadre hospitalier, le seul jugé conforme aux exigences d’une pratique plus rationnelle et plus pédagogique de la médecine. Si, dans le débat qui oppose les partisans de la médecine à domicile aux défenseurs de l’institution hospitalière, les médecins académiques se révèlent étonnament partagés, les professeurs des facultés se prononcent pour le maintien et le développement de la solution hospitalière. Devant la poussée des Kranken-Besuch-Anstalten qui, dans les années 1780, semblent en passe d’emporter une majorité de suffrages auprès des municipalités du nord de l’Allemagne, ils mettent en avant le rôle que peut jouer l’hôpital dans la formation des jeunes médecins et dans le progrès de la science médicale. Le point de vue pédagogique et scientifique l’emporte ici sur le point de vue social et économique.

  • 29 Joseph N. Thomann, Über die klinische Anstalt an dem Julius Hospital zu Würzburg, Würtzbourg, 1798, (...)
  • 30 Ludwig J. Schmidtmann, Ausführliche praktische Anleitung zur Gründung einer vollkommen Medizinal-Ve (...)

18Dans l’optique des professeurs de médecine, l’hôpital est en effet le seul cadre dans lequel, coupée de l’influence trompeuse du milieu extérieur, la maladie se donne à voir dans sa pureté originelle, facilitant le travail d’identification auquel doivent s’initier les futurs médecins : « Dans un hôpital clinique soumis à la surveillance et à l’exactitude sévères d’un médecin-chef, il sera donné au jeune médecin de voir presque chaque maladie à l’état pur, sans qu’elle soit masquée par l’insinuation insidieuse d’éléments secondaires (...) Ces éléments secondaires mais aussi les préjugés, la désobéissance du malade, la charlatanerie et toutes ces influences néfastes liées à la misère et qu’il n’est pas toujours possible d’évacuer, dérangent bien souvent la nature, le cours et l’issue de la maladie », déclare le clinicien Joseph Thomann en 179829. Ce travail de description scrupuleuse de tous les symptômes d’une maladie doit permettre de donner des fondements scientifiques à la science médicale : « Seules des observations et des expériences attentives et exactes permettront de donner une base solide et durable à la médecine (...) », déclare Schmidtmann en 1804. « Si ces expériences et ces observations sont fréquemment répétées, dans des conditions et dans un cadre identiques ou semblables, on pourra, avec d’autant plus de certitude et grâce aux règles de l’induction et de l’analogie, tirer des conclusions et établir des lois générales. Or il n’existe nulle part dans le monde de terrain plus sûr et plus favorable à ces expériences et à ces observations que les hôpitaux, lorsqu’ils sont bien organisés. Là, tout est soumis à la direction attentive du médecin ; les gardes-malades comme les malades doivent se plier à ses volontés et les exécuter. Le médecin est toujours présent, il peut à tout moment voir et examiner les malades, observer l’évolution de la maladie dans sa phase de progression comme dans sa phase de recul, noter avec la plus belle et la plus grande exactitude les modifications intervenues, décrire les crises et leur issue, sans qu’un détail ou un symptôme ne lui échappent ou ne soient volontairement soustraits à son regard scrutateur ; il lui est ainsi aisé d’établir les histoires de cas (Krankeitsgeschichten) les plus fidèles, qui, selon le modèle du grand Hippocrate, seront les véritables empreintes de la nature (...) Les hôpitaux permettent également d’expérimenter de nouvelles méthodes et de nouvelles substances et d’en observer les résultats et les effets (...) Certain ici que ses ordres sont respectés avec exactitude, le médecin peut se fier aux résultats de ses expériences et conclure avec certitude à l’efficacité des médicaments utilisés ; à partir de ces résultats, il pourra établir des lois fécondes sur les propriétés et l’action des traitements et des médicaments (...) Quel degré de sûreté aurait pu atteindre la connaissance des médicaments, celle de leurs propriétés et de leur dosage, si l’on avait partout utilisé les hôpitaux, ces mines d’or de l’observation, ces armes de la médecine, ces temples de l’expérience, pour mener des expériences précises et objectives !30 ». Avec le lyrisme dont il est coutumier, Schmidtmann renoue ainsi avec le projet d’Albrecht von Haller : celui d’un hôpital observatoire des maladies et surtout laboratoire expérimental, en particulier dans le domaine pharmacologique. Soit une conception qui répond tout à fait à la définition de la clinique proposée par Foucault.

19Ces arguments exclusivement scientifiques ne parviennent pas à convaincre l’État d’investir dans une institution dont la nécessité est contestée par de nombreux réformateurs de la santé publique. Faut-il penser que la revendication hospitalière des professeurs de médecine de Göttingen allait, tout au moins dans les États du nord de l’Allemagne, à contre-courant des initiatives les plus novatrices en matière de police médicale ? Dans cette optique, l’Institut clinique royal de Baldinger, très proche dans son fonctionnement de la Kranken-Besuch-Anstalt de Hambourg, semble effectivement mieux correspondre aux nouvelles orientations de la médecine des pauvres que ne le serait un hôpital. Mais la question du financement a sans doute joué un rôle tout aussi décisif dans l’attitude des autorités centrales. En outre, les professeurs de Göttingen ne peuvent invoquer la nécessité de rivaliser avec les autres universités allemandes. Avec sa clinique d’obstétrique, Göttingen fait déjà figure de pionnière de l’enseignement clinique et les cliniques hospitalières créées dans trois universités du sud de l’Allemagne, à Vienne en 1751, à Fribourg en 1768 et à Wurtzbourg en 1769 ne menacent en aucune manière la fréquentation de la faculté de médecine de Göttingen. Du côté des universités prussiennes, en particulier à Halle, qui reste une référence essentielle pour le gouvernement de Hanovre, aucune évolution n’est perceptible.

  • 31 Les années 1770 correspondent aux créations les plus nombreuses. 450 loges composées de 27 000 memb (...)
  • 32 Il n’existe pas d’études portant sur l’influence des loges franc-maçonnes sur les universités allem (...)
  • 33 La loge compte 80 membres. Depuis 1774, il existe également une loge concurrente (Zum Goldenen Zirk (...)
  • 34 Parmi les professeurs membres de la loge se trouve le professeur de théologie et pasteur H. P. Sext (...)

20La fréquentation informelle de l’hôpital militaire installé à Göttingen durant la guerre de Sept Ans ne pouvant satisfaire que très provisoirement la demande des étudiants, seul le recours au financement privé permet de pallier la défaillance de l’État et de réaliser un projet vieux de près d’un demi-siècle. Ici comme à Hambourg, l’initiative bourgeoise est décisive ; elle témoigne de l’impuissance et/ou de la réticence de l’État à satisfaire la volonté de progrès et de réforme manifestée par des cercles de plus en plus larges de la population. En tant que membres de l’élite éclairée, les professeurs peuvent compter sur l’appui d’une association bourgeoise d’un genre particulier qui, à Göttingen comme dans la plupart des villes universitaires, trouve dans l’université un débouché naturel à son activité réformatrice : la franc-maçonnerie31. Cette société maçonnique témoigne de l’étroite imbrication entre une élite urbaine formée de fonctionnaires, de conseillers, d’officiers, de diplomates, de banquiers, de commerçants, de médecins, de juristes, de propriétaires fonciers mais aussi de nobles et de membres du clergé et une avant-garde universitaire animée par les mêmes idéaux progressistes32. En 1779, plus d’un tiers des membres de la loge maçonnique Augusta zu den drei Flammen, créée en 1765, ont un lien avec l’université33 ; on y trouve six professeurs, un Privat-Dozent, 21 étudiants, un secrétaire et le conservateur en chef de la bibliothèque. Le « maître de loge » est également membre de l’université : il s’agit du professeur de théologie Johann Koppe34. Cette symbiose entre les milieux universitaires et les milieux franc-maçons se renforce dans les années suivantes : en 1797, la loge Augusta zu den drei Flammen compte un tiers de professeurs de l’université parmi ses membres.

  • 35 Celui-ci s’ouvre aux hommes en 1804.
  • 36 Univ. Arch. Kur. 4 IV e 14.

21Si la composante sociale des loges maçonniques est assez bien connue, si l’on s’est beaucoup intéressé à la dimension rituelle, symbolique et secrète du phénomène et à l’influence de la pensée maçonnique sur le développement des idées démocratiques, leur œuvre philanthropique et scientifique n’a guère retenu l’attention. Les franc-maçons ont-ils manifesté un intérêt particulier pour les questions de santé publique ? Se sont-ils fermement engagés en faveur du progrès médical ? Ou faut-il considérer le cas de Göttingen comme une exception ? L’état de la recherche dans ce domaine ne permet pas d’apporter une réponse satisfaisante si ce n’est dans le cas de Hambourg où les francs-maçons soutiennent la création de l’institut de médecine à domicile et créent, en 1795, un hôpital de 18 lits destiné aux servantes malades35. Le soutien apporté par la franc-maçonnerie au développement de l’enseignement clinique correspond en tout cas parfaitement aux idéaux scientifico-humanitaires d’un cercle de sociabilité qui, malgré ses spécificités et sa longévité, est à plus d’un titre un produit de l'Aufklärung. C’est du moins ce que laisse entendre cette citation du comptable de l’hôpital académique, Friedrich Christoph Willich, franc-maçon et secrétaire de l’université, qui, au moment de la dissolution de la loge en 1797, résume ainsi les arguments qui avaient motivé l’intervention de la société maçonnique dans la création de l’hôpital : « Que le ciel veuille bien bénir les bonnes intentions de notre société qui, sous la protection gracieuse et bienveillante de Votre Majesté, visaient à soulager la misère humaine en même temps qu’à augmenter les connaissances utiles36 ».

  • 37 Interdite en principe, tolérée dans les faits, la loge ne négocie pas directement avec les autorité (...)
  • 38 Heike Winkelmann, Das akademische Hospital in Göttingen von 1781 bis 1850. Zur Geschichte der Gotti (...)
  • 39 Univ. Arch. Sekr. VI D 475.
  • 40 Ibidem.

22C’est d’ailleurs sous l’appellation de « société de bienfaisance » que la loge intervient dans la fondation de l’hôpital académique37. Les négociations avec le gouvernement sont particulièrement longues38 ; entamées en 1778, elles n’aboutissent qu’en 1780. À cette date, les franc-maçons s’engagent à acquérir un bâtiment destiné à abriter le futur hôpital, à prendre en charge les frais de réparation et d’entretien de l’édifice et à couvrir, par une subvention annuelle d’un montant de 250 thaler, une partie des frais de fonctionnement de l’établissement. Pour ce faire, chaque membre de la loge est soumis à une cotisation mensuelle obligatoire, fixée à un minimum de quatre thaler par an39. En échange de ce soutien financier, la loge obtient un droit de contrôle sur l’hôpital ; elle en surveille l’économie et la comptabilité par l’intermédiaire d’un administrateur nommé par elle, recommande certains malades et propose un candidat à la direction de l’institution40. La nomination du professeur de médecine August Gottlieb Richter à la tête de l’établissement n’a donc rien de fortuit ; Richter est franc-maçon et accède même en 1786 à la charge de « maître de loge ». De son côté, l’État s’engage à couvrir les frais de fonctionnement de l’hôpital qui excéderont la subvention franc-maçonne et à verser à la loge une somme de 80 thaler par an pour la location du bâtiment.

  • 41 94 inscrits au semestre d’été 1781, 99 au semestre d’hiver 1781-1782. 250 Jahre Georg-August-Univer (...)

23À l’issue des travaux effectués dans le bâtiment acquis par la loge, l’hôpital ouvre ses portes au mois de mai 1781. Quelques jours plus tôt, le 14 avril, August Richter avait fait publier dans les Göttingische Anzeigen von gelehrten Sachen l’annonce suivante : « L’aménagement de l’hôpital public de Göttingen devant s’achever aux alentours de la fin avril, nous faisons savoir qu’à compter du premier mai, on y accueillera non seulement les malades habitant dans la ville mais aussi ceux des environs ; on leur procurera tous les secours de la médecine et de la chirurgie, du linge, des vêtements et de la nourriture (...) ». À partir de 1781, la faculté de médecine de Göttingen peut donc se flatter d’offrir à ses étudiants un enseignement pratique complet. Outre le jardin botanique et le théâtre anatomique dont la réputation reste grande malgré la concurrence des autres universités, les futurs médecins peuvent fréquenter la clinique d’obstétrique pour se familiariser avec les pratiques de l’accouchement ; ils peuvent également s’initier à l’art de soigner et de guérir en utilisant les possibilités offertes par l’institut clinique de Baldinger et surtout par le nouvel hôpital académique. Le succès est immédiat : dès 1781 la faculté voit ses effectifs dépasser pour la première fois la barre des 90 inscrits41. Conçue par le Prince comme un foyer de progrès et de modernité, l’université de Göttingen avait donc su tenir ses promesses ; un demi-siècle après sa fondation, entretenue par une élite scientifique toujours soigneusement sélectionnée, sa suprématie était restée intacte et son prestige considérable. Mais elle continuait surtout de faire preuve d’une capacité de renouvellement et d’innovation qui excédait largement celle de l’État dont elle dépendait étroitement. En quelques années, elle devint ainsi une étape obligée du voyage médical (medizinische Studienreise) entrepris par de nombreux étudiants à l’issue de leurs études. C’est ainsi qu’en 1781, désireux de compléter sa formation dans le domaine pratique, le futur réformateur et doyen de la faculté de médecine de Berlin, Christoph Wilhelm Hufeland, quitte Iéna pour Göttingen, où il devient aussitôt membre de la loge maçonnique.

Le premier hôpital académique de Göttingen.
Reproduit dans A. Saathoff, Geschichte der Stadt Göttingen, Göttingen, 1937.

Notes

1 À ce sujet : Ulrich TRÔHLER et alii, « Zur Geschichte der ältesten deutschen Universitätsfrauenklinik », in U. Tröhler (dir.), Armamentarium obstetricium Göttingense. Eine historische Sammlung zur Geburtsmedizin, Göttingen, 1987, pp. 173-185 et Jürgen Schlumbohm, « Ledige Mutter als « lebendige Phantome » oder : Wie aus einer Weibersache eine Wissenschaft wurde. Die ehemalige Entbindungsanstalt der Universitat Göttingen am Geismar Tor », in K. Duwe et alii (dir.), Göttingen ohne Gänseliesel. Texte und Bilder zur Stadtgeschichte, Göttingen, 1988, pp. 150-163.

2 En France, le règlement de 1782 interdit aux étudiants en médecine l’accès à la salle d’accouchement de l’Hôtel-Dieu de Paris. En 1783, les étudiants en médecine de l'université de Montpellier se voient également interdire l’accès aux salles de femmes de l’Hôtel-Dieu Saint-Éloi qui leur était jusque là autorisé.

3 En 1718, Jean-Jacques Fried devient accoucheur de la ville et maître des sages-femmes (Hebammenmeister). Dix ans plus tard, le Conseil de la ville l’autorise à ouvrir une école de sages-femmes et à faire des cours d’accouchement aux élèves de médecine et de chirurgie. Lefftz Jean-Pierre, L’art des accouchements à Strasbourg de la Renaissance au siècle des Lumières, Strasbourg, 1985.

4 Les cours de la faculté de médecine sont dispensés en allemand et les Allemands représentent près des deux tiers (62,6 %) des effectifs étudiants durant tout le xviiie siècle.

5 L’école d’accouchement de Strasbourg est un organisme municipal. Ce n’est qu’à la mort de Fried, en 1769, que son directeur obtient le titre de professeur extraordinaire.

6 Berlin n’est dotée d’une université qu’en 1810.

7 Roederer est d’abord recruté comme professeur extraordinaire puis devient professeur ordinaire en 1754. Une chaire d’obstétrique est créée la même année à la faculté de médecine de Pavie et à celle de Vienne. Mais Vienne ne possède une clinique d’obstétrique qu’à partir de 1784.

8 Dans la plupart des universités, la clinique d’accouchement ne se différentie pas de la clinique chirurgicale avant la seconde moitié du xixe siècle.

9 Georg Burckhard, Die deutschen Hebammenordnungen von ihren ersten Anfängen bis auf die Neuzeit, Leipzig, 1912.

10 Le phénomène est européen ; des cours destinés aux sages-femmes sont également organisés à l’Hôtel-Dieu de Paris à partir de 1720 et à l’hôpital d’Edimbourg à partir de 1726. Gelis Jacques, « La collaboration internationale des accoucheurs et la formation des sages-femmes », in A. E. Imhof (dir.), Mensch und Gesundheit in der Geschichte, Husum, 1980, pp. 279-300.

11 Voir Brigitte Mensen et Anna-Margarete Taube, « Hebammen und Hebammenwesen in Oldenburg in der zweiten Halfte des 18. und zu Beginn des 19. Jahrhunderts », in E. Hinrichs et W. Norden (dir.), Regionalgeschichte : Probleme und Beispiele, Hildesheim, 1980, pp. 165-224 et Eva Labouvie, « Selbstverwaltete Geburt. Landhebammen zwischen Macht und Reglementierung (17.-19. Jahrhundert) », Geschichte und Gesellschaft, 18, 1992, pp. 477-506.

12 En particulier à Dusseldorf, Cassel, Brunswick, Altona, Carlsruhe, Detmold, Dresde, Passau, Mannheim, Fulda, Munster, Magdebourg, Iéna, Weimar et Wurtzbourg. A Bruchsal (évêché de Spire) c’est Johann P. Frank qui est à l’origine de l’école d’acouchement, créée en 1774.

13 Voir Johann E. Thebenius, Hebammenkunst, Liegnitz, 1759, M. G. Thilenius, Kurzer Unterricht für die Hebammen und Wöchnerinnen auf dem Lande, Cassel, 1769, J. Katzenberger, Hebammencatechismus, Munster, 1778, Johann P. Hagen, Vers uch eines allgemeinen Hebammenkatechismus oder Anweisung für Hebammen, Unterricht für Scbwangere, Gebährende und Wochnerinnen, Berlin, 1784 enfin Johann C. Starke, Hebammenunterricht in Gesprächen, Iéna, 1801.

14 Dans le cas du Hanovre : Johann H. Jugler, Repertorium über das ganze Medicinalwesen in den Braunschweig-Lüneburgischen Churlanden, Hanovre, 1790.

15 Le procès des sages-femmes est une des constantes du discours médical éclairé jusqua la fin du siècle. Bernard C. Faust, Gedanken über Hebammen und Hebammenanstalten auf dem Lande, Francfort, 1784.

16 Le projet de Gerhard van Swieten s’inspire des propositions de réformes présentées par la faculté de médecine en 1718 puis en 1726 qui étaient restées sans suite. Depuis 1741, les étudiants en médecine étaient néanmoins admis à fréquenter le nouvel hôpital de la Sainte-Trinité sans qu’aucun lien institutionnel ait été établi avec l’université. Voir Günter B. Risse, « Clinical Instruction in Hospitals : the Boerhaavian Tradition in Leyden, Edinburgh, Vienna and Pavia », Clio Medica, 21, op. cit., pp. 1-20 et Erna Lesky, « The development of Bedside Teaching at the Vienna Medical School from Scholastics Times to Special Clinics », in C. D. O’Malley (dir.), The History of Medical Education, Berkeley, 1970, pp. 217-234.

17 Une politique qu’Erna Lesky qualifie d'« absolutisme sanitaire ». Erna Lesky, Österreichisches Gesundheitswesen im Zeitalter des aufgeklärten Absolutismus, Vienne, 1959.

18 Les études médicales sont restructurées sur le modèle viennois à partir de 1773 ; en 1781, Samuel A. Tissot est chargé de réorganiser l’enseignement clinique.

19 Eberhard Weis, « Der aufgeklärte Absolutismus in den mittleren und kleinen deutschen Staaten », Zeitschrift für bayerische Landesgeschichte, 42, 1979, pp. 31-46.

20 Une ordonnance médicale est promulguée dans les duchés de Juliers-Clèves-Berg en 1773, dans l’évêché de Munster en 1777, dans le landgraviat de Hesse-Cassel en 1778, dans la principauté-évêché d’Hildesheim en 1782 et dans le comté de Lippe-Detmold en 1789.

21 Franz A. Mai, Entwurf einer Gesetzgebung über die wichtigsten Gegenstände der medizinischen Polizey als Beitrag zu einem neuen Landrecht in der Pfalz, Heidelberg, 1800.

22 À titre d’exemple : J. D. Schöpf, « Über den Einfluss des Medicinalwesens auf den Staat, und über die Vernachlässigung desselben in den meisten deutschen Staaten », Beiträge zum Archiv der medicinischen Polizei und der Volksarzneykunde, 8, 1799, pp. 1-42.

23 Heinrich Deichert, Geschichte des Medizinalwesens im Gebiet des ehemaligen Königreichs Hannover, op. cit.

24 Ludwig J. Schmidtmann, Ausführliche praktische Anleitung zur Gründung einer vollkommen Medizmal-Verfassung und Polizey, op. cit., p. 6 et p. 243.

25 Bibliothek der praktischen Heilkunde, t. 7, 2, 1802, p. 60.

26 Jusqu’en 1785, il occupe les fonctions de médecin personnel du landgrave de Hesse-Cassel puis est chargé de réorganiser l’enseignement médical de l’université de Marbourg.

27 Frank avait été nommé conseiller aulique par le roi d’Angleterre mais cette charge était honorifique.

28 Renate Kumsteller, Die Anfänge der medizinischen Poliklinik zu Göttingen, Göttingen, 1958.

29 Joseph N. Thomann, Über die klinische Anstalt an dem Julius Hospital zu Würzburg, Würtzbourg, 1798, p. 13.

30 Ludwig J. Schmidtmann, Ausführliche praktische Anleitung zur Gründung einer vollkommen Medizinal-Verfassung und Polizey, op. cit., pp. 318-319, p. 329 et pp. 331-332.

31 Les années 1770 correspondent aux créations les plus nombreuses. 450 loges composées de 27 000 membres ont pu être identifiées entre 1750 et 1790. Voir Winfried Dotzauer, « Zur Sozialstruktur der Freimaurerei in Deutschland », in H. Reinalter (dir.), Aufklärung und Geheimgesellschaften : zur politischen Funktion und Sozialstruktur der Freimaurerlogen im 18. Jahrhundert, Munich, 1989, pp. 109-149 et Helmut Reinalter, Freimaurerlogen und Gehetmbünde im 18. Jahrhundert in Mitteleuropa, Francfort, 1986.

32 Il n’existe pas d’études portant sur l’influence des loges franc-maçonnes sur les universités allemandes du xviiie siècle. À Göttingen, la franc-maçonnerie a dès l’origine été étroitement liée à l’université ; la fondation en 1747 de la première loge maçonnique est due à l’initiative des étudiants.

33 La loge compte 80 membres. Depuis 1774, il existe également une loge concurrente (Zum Goldenen Zirkel) constituée surtout d’étudiants et de jeunes docteurs qui protestent contre la stricte observance imposée par la loge Augusta.

34 Parmi les professeurs membres de la loge se trouve le professeur de théologie et pasteur H. P. Sextro qui fut à l’origine avant Wagemann de la nouvelle politique municipale de lutte contre la pauvreté.

35 Celui-ci s’ouvre aux hommes en 1804.

36 Univ. Arch. Kur. 4 IV e 14.

37 Interdite en principe, tolérée dans les faits, la loge ne négocie pas directement avec les autorités et n’apparaît jamais dans les textes.

38 Heike Winkelmann, Das akademische Hospital in Göttingen von 1781 bis 1850. Zur Geschichte der Gottinger Universitdtsklinik, Göttingen, 1981.

39 Univ. Arch. Sekr. VI D 475.

40 Ibidem.

41 94 inscrits au semestre d’été 1781, 99 au semestre d’hiver 1781-1782. 250 Jahre Georg-August-Universität Göttingen, Studentenzahlen, 1734/37-1987, op. cit., p. 29.

Table des illustrations

Légende La maison d’accouchement de Göttingen (gravure). Collection du musée municipal de Göttingen.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/17211/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Légende Le premier hôpital académique de Göttingen.Reproduit dans A. Saathoff, Geschichte der Stadt Göttingen, Göttingen, 1937.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/17211/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 473k

© Presses universitaires de Lyon, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search